Entretien des séparateurs d hydrocarbures Guide des bonnes pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entretien des séparateurs d hydrocarbures Guide des bonnes pratiques"

Transcription

1 Entretien des séparateurs d hydrocarbures Guide des bonnes pratiques 1 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

2 Ce document a été élaboré par la Commission Technique et Sécurité de la Fédération Nationale des Syndicats de l Assainissement et de la maintenance industrielle (FNSA) composée de : Daniel Berthe (SITA pôle AMI), Laurent Caffiaux (CIG), Gilles Carvallo, Frédéric Cavalin (Groupe DUCAMP), Gilbert Chollet (EVTV), Christophe Crochard (SANITRA SERVICES), Serge Defaux (SARP), Florent JUVIN (RIVARD), Florence Lievyn (FNSA), Charles Le Boulanger (FNSA), Pierre Leblanc (FLAMME ASSAINISSEMENT), Claude Moreau (RIVARD), Séverine Servin (SARP IDF SUD), Charles Wagret (Entreprise WAGRET), 2 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

3 Table des matières 1- Domaine d application 6 2- Terminologie 6 3- Schéma type 8 4- Les technologies 8 5- Type de séparateurs où les trouve-t-on? Les Risques Risques liés au déplacement du camion Risques électriques Risques de chute de hauteur Risques de chute de plain pied Risques liés à la manutention Risques liés à l utilisation d un véhicule aspirateur /hydrocureur Risques liés au bruit Risques liés à l environnement de la zone de travail Risques liés aux interventions en espace confiné Risques liés à la nature des produits et leurs caractéristiques physico chimiques : Risques incendie/explosion Risques biologiques et bactériologiques Risques de noyade Organisation du travail (qualité, sécurité) Opération préalable à l intervention Préparation opérationnelle de l intervention Accueil sur le site Fin de chantier Mode opératoire Constitution de l équipe d intervention Préparation du chantier Camion et équipements associés Outillage et équipements Les équipements de protection individuelle et collective Réalisation du chantier Arrivée sur le chantier Installation du chantier Interventions proprement dites Séparateur de petite capacité ne présentant pas de difficulté particulière Chronologie des événements Contrôles à réaliser Séparateur de grande capacité sans difficulté particulière avec ou sans pénétration dans l ouvrage Chronologie des opérations 20 3 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

4 Contrôles à réaliser Constitution de l équipe d intervention Equipements de protection collective et individuelle, équipements de sécurité Cas particulier Séparateur présentant des contraintes d accès Séparateur présentant des produits dangereux Formation - information des salariés Exigences environnementales Mesures d urgences 1er secours Contraintes de transport et exigences de transport 25 Annexes 26 Annexe 1 Risques 27 A1 1. Utilisation d un camion et manœuvres 27 A1 2. Risques électriques 29 A1 3. Risques de chute de hauteur 30 A1 4. Risques de chute de plain pied 30 A1 5. Risque manutention 31 A1 6. Risques liés à l utilisation d un véhicule aspirateur/hydrocureur 32 A1 7. Risques liés au bruit 33 A1 8. Risques liés l environnement de la zone de travail 34 A1 9. Risques liés aux espaces confinés 34 A1 10. Risques liés à la nature des produits (chimiques, incendie, explosion) 35 A1 11. Risques biologiques 36 A1 12. Risques de noyade 36 Annexe 2 - Utilisation sécuritaire d un camion/unité de pompage 36 A2.1 Vérification des documents de bord 37 A2.2 Identification des matières à pomper. 37 A2.3 Mise en œuvre d une opération de pompage. 37 A2.4 Vidange/dépotage du camion 38 A2.5 Nettoyage de l unité de pompage 39 Annexe 3 - Utilisation sécuritaire de la haute pression d un camion hydrocureur 39 A3.1 Conformité / maintenance du matériel 39 A3.2 Travaux de curage d égouts 40 A3.2.1 Moyen de protections spécifiques 40 A3.3 Travaux de débouchage de canalisation 41 A3.3.1 Moyen de protections spécifiques 41 A3.4 Travaux au pistolet 42 4 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

5 A3.5 Travaux au flexible non raccordé à un outil 43 A3.6 Précautions particulières lors des interruptions temporaires ou définitives du travail 43 A3.7 Electricité statique 43 A3.8 Protections individuelles 43 A3.8.1 Tenue de travail 44 A3.8.2 Bottes 44 A3.8.3 Gants 44 A3.8.4 Visière de protection 44 A3.8.5 Protections auditives 44 Annexe 4 Sanctions encourues pour absence et/ou non entretien des séparateurs 45 Annexe 5 Densité des liquides légers 46 Annexe 6 Références réglementaires 47 Annexe 7 Déclaration Fiscale d Accompagnement 48 Annexe 8 Check-list du séparateur hydrocarbure de petite capacité 49 5 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

6 1 Domaine d application Ce document concerne les interventions de maintenance des installations de séparation de liquides légers contenus dans les eaux pluviales et eaux résiduaires industrielles fonctionnant par flottation. Les interventions de maintenance sont des interventions ayant pour objectif : 1 l écrémage 2 la vidange 3 le curage amont/aval 4 les contrôles et entretien/maintenance Elles incluent également les opérations annexes telles que : ouverture/fermeture de tampons ainsi que les chargements, transports et élimination des déchets. Ces opérations sont généralement réalisées à l aide d un camion hydrocureur éventuellement associé à un stockage intermédiaire. 2 Terminologie Anodes sacrificielles Une anode qui permet par sa dissolution (oxydation) la circulation du courant. L anode sacrificielle contribue à la protection cathodique pour contrôler la corrosion d une surface métallique. Camion monocuve Véhicule équipé d un compartiment dédié au stockage des déchets Camion bicuve Véhicule équipé de 2 compartiments dédiés au stockage des déchets Capacité de stockage des liquides légers Volume de liquide léger séparé pouvant être contenu dans le séparateur sans débordement à l entrée ou à la sortie de ce dernier Coalesceur (filtre à coalescence) Dispositif en général fabriqué en métal, en PolyEthylène (PE) ou en PVC. Il est constitué d un filtre qui assure une coagulation optimale des fines gouttelettes d huile et d un conduit amenant les eaux sans hydrocarbures vers la sortie Débourbeur Partie de l'installation qui retient les matières solides, comme les boues et les sédiments, et qui peut être intégrée au séparateur ou réalisée séparément Dégrilleur Dispositif destiné à retenir les macro-déchets flottants Dispositif d'obturation Mécanisme fonctionnant sous l'effet de l'accumulation du liquide léger dans le séparateur et qui empêche ce liquide d être entraîné hors du séparateur (communément appelé flotteur ou obturateur) Dispositif d'alarme automatique Dispositif avertissant que le liquide léger ou les eaux ont atteint une hauteur excessivement élevée ou trop faible ou que le niveau de boues trop important 6 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

7 Déversoir d orage Dispositif permettant à un débit supérieur au débit maximal autorisé d'effluent de contourner le séparateur Écrémage Opération visant à extraire uniquement les liquides légers séparés Entreprise Intervenante : EI L entreprise intervenante est chargée de la réalisation des travaux en qualité et en sécurité, du bon état et bon fonctionnement du matériel et de l outillage qu elle utilise ainsi que de la compétence des intervenants et de la bonne application des méthodes du travail. L entreprise intervenante doit transmettre aux personnels les consignes prévues par le plan de prévention. Entreprise Utilisatrice : EU L Entreprise Utilisatrice doit transmettre les informations et consignes concernant les travaux, le lieu de travail, les conditions de travail, les substances dangereuses présentes ainsi que tout autre élément susceptible d influencer la sécurité sur le lieu de travail. De même, elle doit prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir des conditions de travail sûres pour l Entreprise Intervenante. Enfin, des informations doivent être transmises à l ensemble du personnel intervenant sur la conduite à tenir en cas d urgence et la procédure à suivre en cas d évacuation d urgence. Installation de séparation Dispositif comprenant un éventuel débourbeur, un séparateur (de classe I ou II) et un point d'échantillonnage Liquide léger Liquide de masse volumique inférieure ou égale à 0,95 g/cm3, pratiquement ou totalement insoluble dans l eau ou insaponifiable Point d'échantillonnage (ou colonne d échantillonnage) Partie de l installation située en aval du séparateur où peuvent être prélevés des échantillons d'eau après séparation Séparateur (classe I, classe II) Partie de l'installation qui sépare les liquides légers du reste des eaux et les retient On distingue les séparateurs de classe I dont les rejets autorisés sont de 5 ppm et les séparateurs de classe II dont les rejets autorisés sont de 100 ppm. Séparateur liquides légers Communément appelé séparateur hydrocarbure, dans l industrie ces séparateurs peuvent être utilisés pour séparer toutes sortes de liquides légers Séparateur saturé La quantité de déchets (hydrocarbures + boues) est trop importante pour permettre la réutilisation de l eau interstitielle. Taille nominale Nombre, sans unité, approximativement égal à la valeur numérique en litres par seconde du débit maximal d effluent traitable par le séparateur Vidange Curage de l installation Opération consistant à enlever l intégralité des volumes liquides et solides 7 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

8 3 Schéma type Liquides légers Effluents d orage vers l exutoire Dispositif de dérivation Dégrilleur Entrée des effluents Dispositif d obturation Sortie des effluents traités vers l exutoire Boues Séparateur Eaux interstitielles Débourbeur Coalesceur Modèle avec déversoir et débourbeur 4 Les technologies Les séparateurs sont utilisés dans un large éventail de situations afin de répondre à diverses exigences. Les raisons pour lesquelles un séparateur est employé, ainsi que les fonctions spécifiques qui sont attendues de sa part déterminent la taille nominale et le type d installation appropriés. En général, les séparateurs peuvent être installés pour un ou plusieurs types de déversement d effluents décrits dans le tableau ci-dessous. Catégorie a Type de déversement d effluents Traitement des eaux usées de la production et contaminées par des hydrocarbures : lavage de véhicules, distribution couvert de carburants, atelier de mécanique carrosserie automobile et motocycle. b Traitement des eaux de pluie contaminées par des hydrocarbures provenant des zones imperméables :: parking découvert, distribution découverte de carburants. Tableau n 1 8 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

9 Séparateurs avec dispositif de dérivation Les séparateurs avec dispositif de dérivation incluent un dispositif qui permet à un écoulement dépassant le débit maximum admissible de contourner ledit séparateur. Les séparateurs avec dispositif de dérivation ne conviennent pas à une utilisation pour un déversement d effluents de catégorie a. Leur utilisation doit être limitée uniquement aux sites où une forte contamination par des hydrocarbures reste improbable en cas de pluviosité importante. Les installations de séparation d hydrocarbures ne doivent pas surcharger ni entraîner une surcharge en amont lorsqu elles sont soumises à leur débit nominal maximal. Classes de séparateurs Conformément à l article 4 de la norme NF EN sur la conception des installations de séparation d hydrocarbures, les classes de séparateurs sont données dans le tableau ci-dessous. Classe de séparateur Teneur maximale autorisée en Technique de séparation type hydrocarbures résiduels (mg/l) (exemples) I 5 Séparateur par coalesensce II 100 Séparateur par gravité Tableau n 2 Les séparateurs de classe I offrent un plus haut degré de séparation que les séparateurs de classe II. Le tableau ci-dessous présente les classes de séparateurs à utiliser pour chaque application. Le facteur de densité du liquide léger f d est donné par le tableau n 3 selon la classe de l appareil et la densité du liquide léger (d) : Classe de l appareil Densité du liquide léger (d) d < 0,85 0,85 < d < 0,90 0,90 < d < 0,95 I 1 1,5 2 II Tableau n 3 Le facteur de densité f d peut également être déduit de la norme NF en fonction de la nature du liquide léger Les éléments constitutifs des installations de séparation d hydrocarbures sont détaillés dans le tableau ci-dessous : Elément constitutif Débourbeur Séparateur Classe I Séparateur Classe II Colonne d échantillonnage Filtre Coalesseur Lettre code S I ou I b avec dispositif de dérivation II ou II b avec dispositif de dérivation P EBS Tableau n 4 9 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

10 5 Type de séparateurs où les trouve t on? Situation Application Remarques Traitement avec évacuation vers Réseau public Milieu naturel Station service, sites de distribution Eau de pluie d une station essence L eau usée ne peut pas contenir des détergents issus des activités de nettoyage. S - II - P S - I - P Centre commercial partagé Eau de pluie des parkings découverts de voitures / S - II - P S - IIb - P (a) S - I - P Nettoyage du sol des ateliers avec agents nettoyants / S - I - P site industriel Nettoyage du sol des ateliers sans agents nettoyants / S - II - P Lavage manuel de véhicules S - P Lavage de véhicules dans une installation de lavage Surfaces véhicules S - II - P Station de lavage Lavage de véhicules par nettoyage haute pression Surfaces et dessous de caisse uniquement (b) Lavage de surfaces des véhicules sans contamination par les hydrocarbures Dans tous ces cas, agents nettoyants exempts d hydrocarbures. S - P Lavage de véhicules (dégravoiement et moteurs) / S - I - P Lavage de véhicules par selfservice à haute pression / S - II - EBS - P c usines garages Nettoyage (sauf véhicules) Nettoyage haute pression Nettoyage au rotonettoyeur Elimination de paraffine ou similaire, par exemple des véhicules neufs+ traitement antirouille Nettoyage moteur ou pièces. / S - I - P / S - II - EBS - P S - I - EBS - P S - II - EBS - P / industries casses véhicules ferrailleurs Parcs à ferraille S - II - P (a) Sous réserve de la réglementation locale. (b) Le rejet direct à partir du séparateur n est pas autorisé. Dans des cas très exceptionnels, et en accord avec l autorité locale, le rejet après traitement complémentaire en aval du séparateur peut être autorisé (c) Conditions : pression inférieure à 60 bars - température inférieure à 60 C - ph neutre agents de nettoyage exempts de combinaisons organiques, de composés halogénés ou d arômes de BT2X Tableau n 5 10 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

11 6 Les Risques Cette partie établit l inventaire des risques spécifiques significatifs rencontrés lors des interventions de maintenance des installations de séparation de liquides légers. Ils feront l objet d un examen plus détaillé en annexe Risques liés au déplacement du camion Circulation routière Déplacement et positionnement sur la zone d intervention 6 2 Risques électriques Présence d équipements et de câbles électriques (exemple volucompteurs) dans la zone de travail Présence de câbles électriques aériens ou de lignes à haute tension dans la zone d évolution du véhicule 6 3 Risques de chute de hauteur Ouverture des accès aux capacités Descente de l opérateur dans la capacité 6 4 Risques de chute de plain pied Encombrement de la zone de travail (outils, tuyau d aspiration, tuyau HP, conduit de ventilation, câbles de mise à la terre, liaisons équipotentielles ) Glissance du sol 6 5 Risques liés à la manutention Equipements nécessaires au chantier Equipements nécessaires au balisage et à la clôture du chantier Plaques d accès et plateaux (dépose/repose) Lignes d aspiration et d évent 6 6 Risques liés à l utilisation d un véhicule aspirateur /hydrocureur Production et distribution d eau sous haute pression Circuit de mise sous vide de la citerne 11 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

12 6 7 Risques liés au bruit Fonctionnement de la pompe à vide Jet haute pression Activités environnantes (flux de voitures, marteau piqueur, engins de chantier, ) 6 8 Risques liés à l environnement de la zone de travail Présence de public (personnes et véhicules) Présence d autres entreprises (coactivité) 6 9 Risques liés aux interventions en espace confiné Concentration des polluants Concentration en oxygène 6 10 Risques liés à la nature des produits et leurs caractéristiques physico chimiques : Chimiques : CMR, toxique, irritant Incendie/explosion 6 11 Risques incendie/explosion Présence de produits générant des vapeurs inflammables (sortie d évent du camion, ouverture du tampon du regard d accès) Utilisation de matériels électriques et non électriques pouvant être source d inflammation pour ces vapeurs 6 12 Risques biologiques et bactériologiques Présence de déchets organiques dans le séparateur Développement bactérien 6 13 Risques de noyade Chute dans un ouvrage en eau Augmentation subite du débit (orage) Effondrement des parois par déséquilibre des pressions 12 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

13 7 Organisation du travail (qualité, sécurité) 7 1 Opération préalable à l intervention Demande de travaux L entreprise utilisatrice définit la nature de l intervention : équipement concerné, emplacement, configuration, estimation de la nature et de la quantité de produit à pomper, planning général dans le cadre de l obligation réglementaire de coordination de co-activités. Analyse des travaux/préparation du devis En fonction de la nature des travaux et des risques, l entreprise intervenante définit le mode opératoire (MOP), les ressources, moyens humains et matériels nécessaires ainsi que les besoins annexes (accès, utilités, zone de dépotage, zone de lavage matériel, etc..) et les modalités d élimination des déchets Organisation de l intervention L entreprise utilisatrice et l entreprise intervenante établissent un plan de prévention (PDP) et/ou protocole de sécurité comportant obligatoirement la visite commune préalable des lieux de travail. L entreprise intervenante définit les mesures de prévention à mettre en place. L entreprise intervenante rédige le mode opératoire spécifique : tâches, chronologie, risques et mesures préventives associées à chaque tâche, planning, implantation du périmètre de sécurité... L entreprise utilisatrice et l entreprise intervenante identifient et analysent les risques liés à l interférence entre les activités, les moyens de prévention et l intervenant chargé de leur mise en œuvre. L entreprise intervenante et l entreprise utilisatrice valident les modalités d intervention. Préparation de l intervention L entreprise intervenante identifie les moyens humains en tenant compte des compétences, des habilitations et des certifications. L entreprise intervenante vérifie que le matériel dont elle dispose est compatible avec l opération à réaliser (camion, citerne, pompes, flexibles et accessoires et outillage, équipements de protection collectif (EPC) et équipements de protection individuelle (EPI)). 7 2 Préparation opérationnelle de l intervention L entreprise intervenante informe le personnel du chantier du contenu du plan de prévention, description des travaux, matériel utilisé, mode opératoire et de la destination des déchets. Le responsable d équipe prépare et vérifie la conformité des matériels (organes de sécurité, le nettoyage de la citerne au préalable et les accessoires associés, outillages, etc..). 13 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

14 7 3 Accueil sur le site L entreprise utilisatrice et l entreprise intervenante valident conjointement l autorisation de travail/permis de travail qui confirment les dispositions définies au préalable dans le plan de prévention. Réalisation de l intervention : L entreprise intervenante procède aux dernières vérifications avant démarrage des travaux. Elle réalise l intervention conformément au plan de prévention et au mode opératoire. En cas d écart sur une des mesures définies, il est procédé en retour à une analyse commune des mesures entre l entreprise utilisatrice et l entreprise intervenante. Dans le cas où un collaborateur se sentirait en situation de danger grave ou immédiat pour sa vie ou sa santé, celui-ci est en mesure d exercer son droit de retrait. 7 4 Fin de chantier L entreprise intervenante procède au nettoyage de la zone d intervention, au repli du matériel et au retour à l entreprise. A la fin du chantier, l entreprise utilisatrice et l entreprise intervenante signent la réception des travaux et les documents de suivi de déchets. 14 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

15 Tableau récapitulatif de la répartition des tâches avant d intervenir EU EI Demande d'intervention Définition de la nature de l'intervention:(nature et quantité de produit à pomper, délai, configuration du site d'intervention) X Organisation Réalisation du plan de prévention: X X de l'intervention -Inspection commune des lieux -Définition des mesures de prévention à mettre en place Fourniture d'un mode opératoire pour l'opération (à joindre au plan de prévention) X Choix d'un véhicule et de matériels adaptés aux travaux et vérification de l'état de propreté de la citerne mise à disposition X Avant consignations et balisages Consignations et balisages Définition des protections collectives et EPI liés à l activité Vérification de la nature des travaux (données identiques à celles prises en compte pour le plan de prévention) Délimitation du chantier X X Mise à disposition d une prise de terre Balisage du chantier X X Consignation des matériels électriques Mise en service des détecteurs sur la zone d intervention Raccordement de la prise de terre du combiné Canalisation des échappements (évents citerne et pompe à vide, extracteur). X X X X X X X X X EU : Entreprise Utilisatrice EI : Entreprise Intervenante 15 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

16 8 Mode opératoire 8 1 Constitution de l équipe d intervention 2 personnes au minimum constituent l équipe ayant les formations suivantes : Formation ADR : - 1 opérateur chauffeur titulaire du certificat ADR citernes, - 1 opérateur formé à l ADR Préparation du chantier Camion et équipements associés La plupart des séparateurs peuvent être traités avec un véhicule hydrocureur ADR standard mais dans certains cas, la présence d hydrocarbures légers à bas point éclair < à 60 C peuvent entraîner l utilisation d un matériel et d un mode opératoire adapté. 1 matériel roulant ADR et son équipement associé (tuyau de pompage adapté au produit). Ce véhicule est équipé d une pompe à vide adaptée aux produits à pomper conformément au tableau ci-dessous : Type de pompe à vide Produits liquides inflammables soumis à l'adr Point éclair > 60 C Point éclair < 60 C Pompe à palettes Pompe à anneau liquide Pompe à pistons rotatifs (Roots) OUI avec pare-flammes en application de l alinéa b du chapitre b de l ADR et avec sécurité de refroidissement OUI avec sécurité manque d eau préconisée OUI avec pare-flammes en application de l alinéa b du chapitre b de l ADR NON OUI avec pompe certifiée ATEX zone 0 avec sécurité manque d eau et avec respect des obligations constructeur Non commercialisée actuellement 16 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

17 8.2.2 Outillage et équipements Un lève tampon adapté De la pâte spéciale pour détecter la présence d eau et d hydrocarbures Les équipements de protection individuelle et collective Balisage : barrières pliantes, cônes, rubalise, chaîne 1 Trousse de secours Au moins 1 détecteur pour l entreprise intervenante dont a minima un contrôleur 4 gaz conseillé (oxygène, CO, H 2 S et explosivité) contrôlé avant le départ et calibré a minima sur le pentane pour les hydrocarbures (pour les autres produits vérifier l adéquation du calibrage au produit concerné). Bleu de travail ou combinaison de protection Tenue haute visibilité classe 2 par personne Bottes Gants Casque Protection auditive Voir également annexe A Réalisation du chantier Arrivée sur le chantier 1. Faire la visite du chantier avec le client et confirmer la configuration du site (plan des installations) et la chronologie de l intervention. 2. S assurer de l absence de matériel (électrique ou thermique) en fonctionnement sur la zone d intervention. 3. Vérifier les consignations électriques ainsi que des fluides. Demander de faire consigner en cas de manquement 4. Elaborer l autorisation de travail Installation du chantier 1. Stationner le camion à 5 m minimum du séparateur, sortie d échappement de la pompe à l opposé de toute zone dangereuse en tenant compte du sens du vent. 2. Baliser le chantier et installer les panneaux de signalisation de manière à éviter les interactions avec toute personne étrangère au chantier. 3. Mettre en service le ou les détecteurs. 17 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

18 Positionnement d un combiné pour un pompage de produit inflammable Sens du vent Plage orientation du combiné à éviter (Nez au vent) Plage orientation du combiné à éviter (Nez au vent) Orientation possible du combiné par rapport au sens du vent Point de pompage Plage orientation du combiné à éviter (Nez au vent) Orientation possible du combiné par rapport au sens du vent Zone de positionnement interdite du combiné Orientation possible du combiné par rapport au sens du vent LEGENDE Balise détection Gaz a remplacer par le document INRS provenant des Cuves et Réservoirs 18 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

19 8.4 Interventions proprement dites Séparateur de petite capacité ne présentant pas de difficulté particulière Chronologie des événements 1. Ouverture du tampon du regard d accès 2. Contrôle d atmosphère dans le séparateur 3. Point éventuel avec le client 4. Pompage total du séparateur 5. Ouverture du regard aval et aspiration de la canalisation de sortie 6. Curage des canalisations amont et aval 7. Nettoyage du coalesseur 8. Contrôle du dispositif d obturation 9. Nettoyage de la sonde 10. Remise en eau du séparateur 11. Réception 12. Fermeture 13. Traitement administratif 14. Transport et évacuation Contrôles à réaliser Organes Contrôles a réaliser Oui non Le séparateur Contrôle visuel de l état du séparateur Si anomalie suspendre la prestation, avertir le client et prévenir la hiérarchie qui définira la marche à suivre sécuriser le chantier et notamment obturer provisoirement le tampon le mentionner sur le bon de travail Le coalesceur Nettoyage sans pression si nécessaire le remplacer ou prendre les dispositions pour le remplacer Stocker et détruire le filtre usagé l obturateur (flotteur et étanchéité du clapet) Le détecteur hydrocarbures (Les sondes des alarmes) anodes sacrificielles Lavage de l obturateur Lavage des sondes Brossage de l anode sacrificielle L état du siège et du clapet mobile doit être vérifié si possible Contrôle du fonctionnement vérification de l anode lors de chaque opération de curage 19 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

20 8.4.2 Séparateur de grande capacité sans difficulté particulière avec ou sans pénétration dans l ouvrage Chronologie des opérations Les opérations d écrémage et de pompage se feront depuis l extérieur de l ouvrage. La citerne du véhicule peut être équipée de 3 compartiments (n 1 - eau propre, n 2 eaux claires + hydrocarbures, n 3 boues + eaux de lavage) 1. Ouverture du tampon 2. Contrôle d atmosphère 3. Point éventuel avec le client 4. Mesure à la pâte de l épaisseur d hydrocarbures à la surface 5. Ecrémage des hydrocarbures de surface du séparateur dans le compartiment n 3 6. Pompage des eaux du séparateur et du débourbeur (sans pomper les boues de fond) dans le compartiment n 2 7. Ouverture du regard amont et nettoyage à la haute pression 8. Ouverture du regard aval et aspiration de la canalisation de sortie en maintenant le dispositif d obturation ouvert dans le compartiment n 3 9. Pompage des boues du débourbeur dans le compartiment n 3 20 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

21 10. Nettoyage sans pression du coalesseur si existant, lavage des parois intérieures et le fond de la cuve et pompage dans le compartiment à déchets, nettoyage de l obturateur automatique dans le compartiment n Remise en eau du séparateur avec les eaux préalablement stockées dans le compartiment n 2 jusqu à flottaison du dispositif d obturation (compléter si besoin avec de l eau propre provenant du compartiment 1) 12. Refaire un écrémage si relarguage d hydrocarbures 13. Si nécessaire, compléter jusqu à débordement avec l eau du compartiment haute pression n Contrôler le fonctionnement de l obturateur et vérifier l état du flotteur 15. Nettoyer les abords avant la réception du client 16. Réception par le client 17. Fermeture de la plaque tampon et regards 18. Traitement administratif (BSD, Feuille de travail autorisation de travail, etc ) 19. Transport et évacuation en centre de traitement agréé Nota : Il peut être pertinent d intervenir avec un 2 ème véhicule pour stocker les eaux interstitielles et/ou séparer les hydrocarbures des boues Contrôles à réaliser Contrôles à réaliser Organes Contrôles a réaliser Oui non Le séparateur Contrôle visuel de l état du séparateur Si anomalie suspendre la prestation, avertir le client et prévenir la hiérarchie qui définira la marche à suivre sécuriser le chantier et notamment obturer provisoirement le tampon le mentionner sur le bon de travail Le coalesceur Nettoyage sans pression si nécessaire le remplacer ou prendre les dispositions pour le remplacer 21 FNSA Entretien des séparateurs hydrocarbures : guide des bonnes pratiques vers.9 du 06/03/2012

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures

Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures Réglementation et dimensionnement des séparateurs à hydrocarbures 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire et normative a été établie à partir : de la norme NF EN 858-1 COMPIL sur les

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION

Prévention des accidents lors des travaux en espaces confinés R 447 RECOMMANDATION RECOMMANDATION R 447 Recommandation adoptée par le comité technique national du transport, de l eau, du gaz, de l électricité, du livre et de la communication lors de sa réunion du 25 juin 2009. CNAMTS

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Définition de l emploi Le titulaire de la spécialité gestion des pollutions et protection de l environnement de baccalauréat professionnel est un professionnel

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER

RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER RECOMMANDATIONS POUR LA CONCEPTION DE FOSSES DE VISITE POUR VEHICULES ROUTIERS ET ENGINS DE CHANTIER Adoptée par le Comité Technique National des industries de la Métallurgie (CTN A) le 09 octobre 2012,

Plus en détail

Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE. Document approuvé par les CTR 3 et 5

Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE. Document approuvé par les CTR 3 et 5 Recommandation R19 CRAM-SE OPERATIONS DE POMPAGES DE DECHETS LIQUIDES ET PATEUX DANS L INDUSTRIE Document approuvé par les CTR 3 et 5 1 NB : Cette recommandation pourra faire l objet de révisions à la

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

SÉPARATEURS D HYDROCARBURES

SÉPARATEURS D HYDROCARBURES 5mg/l AVEC DÉBOURBEUR V100 POLYÉTHYLÈNE AVANTAGES Conception brevetée conforme aux normes: EN 858-1 EN 858-2 Cuve garantie 20 ans contre la corrosion Tenue en milieu salin Tenue en nappe phréatique et/ou

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée

Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT. Marché public à procédure adaptée Commune de Senonches Curage et inspection télévisée du réseau d assainissement de Senonches - CCTP 1 Commune de Senonches CURAGE ET INSPECTIONS TELEVISEES DU RESEAU D ASSAINISSEMENT Marché public à procédure

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE TOTAL

LES RÈGLES D OR DE TOTAL rendez-vous sur www.total.com Direction de la Sécurité Industrielle TOTAL S.A. Siège social : 2, place Jean Millier La Défense 6 92078 Paris-La Défense Cedex France Tel. +33 (0)1 47 44 45 46 Capital social

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

Convention relative à l utilisation du Service de Vidange du SPANC

Convention relative à l utilisation du Service de Vidange du SPANC Convention relative à l utilisation du Service de Vidange du SPANC Merci de signer le document et de le retourner à la Communauté de Communes Si vous souhaitez utiliser ce service ENTRE D UNE PART, M.,Mme

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de :

RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions. Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : RC030/RC035 Appareil d aspiration de liquide à air comprimé (manuel) Instructions Celui-ci peut être utilisé pour l aspiration de : Huile de moteur Huile de boîte de vitesses et du système de transmission

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières Cahier des Clauses Techniques Particulières Curage hydrodynamique du réseau intérieur ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU MARCHE 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 2 3.1. Consistance des

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX

MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX . MAINTENANCE PREVENTIVE ET CORRECTIVE DES INSTALLATIONS D EAUX USEES ET PLUVIALES ET DES INSTALLATIONS ATTENANTES DU CENTRE HOSPITALIER DE MEAUX NOMENCLATURE : 81-17 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

La Sécurité d abord. www.airliquide.fr

La Sécurité d abord. www.airliquide.fr La Sécurité d abord www.airliquide.fr édition 2014 La sécurité est notre priorité Cette brochure d information vous présente les principaux risques et règles de prévention des gaz industriels et alimentaires.

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_33 PAE 1/15 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 33 Ateliers et garages de réparation

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Démenagement d objets lourds et encombrants : un outil = le monte-meubles

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées

Lecteur éditeur de chèques. i2200. Manuel utilisateur. Solutions de transactions et de paiement sécurisées Manuel utilisateur Lecteur éditeur de chèques i2200 Solutions de transactions et de paiement sécurisées Ingenico 2200 Avant Propos Merci d avoir choisi le Lecteur Editeur de chèque nouvelle génération

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide

Procédure concernant l'approvisionnement sécuritaire en azote liquide 1. OBJECTIF La présente procédure concerne l approvisionnement en azote liquide afin d assurer la sécurité de la communauté de Polytechnique. Cette procédure vise à informer les personnes utilisant l azote

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage

MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage 1.3 MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage Commune de TRAINOU 1103, rue de la République 45470 TRAINOU Objet de la consultation Curage de l ensemble

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes.

T.Flow Activ Modulo. Notice de Montage. Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo. www.aldes. Notice de Montage T.Flow Activ Modulo Ballons de stockage d eau chaude sanitaire B200_T.Flow Activ Modulo et B300_T.Flow Activ Modulo 11023718/A - RCS 956 506 828 - Imprimé en France/Printed in France

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS la SÉCURITÉ MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants SOMMAIRE Équipement de protection individuelle 02 Gants, casque, bottes, tenue, gilet, lunettes.

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Auteurs Christophe BALLUE (CRAMIF) Gérard LAVERGNE (CRAMIF) Guy VERNOIS (INRS) Ont collaboré à cette fiche La Fédération nationale

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique Présentation de votre chauffe-eau Poignées de préhension (haut et bas) Isolation thermique Protection intérieure par émaillage Canne de prise d eau chaude Doigt de gant du thermostat Anode magnésium Résistance

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2010 SUJET Epreuve E3 Sous épreuve C3 U33 GESTION PREVISIONNELLE ET SUIVI DE CHANTIER EN ASSAINISSEMENT Durée : 4 heures Coefficient : 2 Les

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION

NOTICE D INSTALLATION BALLON THERMODYNAMIQUE MONOBLOC EAU CHAUDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION Lisez attentivement la notice d installation avant le montage de l appareil www.airtradecentre.com SOMMAIRE A. REMARQUES IMPORTANTES...

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100

VMC. ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 FTE 103 131 B. Energy 150. Energy 250. Energy 100 VMC ventilateurs petits débits : Energy 100/150/250 Energy 150 Energy 250 Energy 100 FTE 103 131 B Janvier 2008 Energy 100/125/150 Gamme habitat/tertiaire Energy 150 descriptif technique Déclaration du

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION

NOTICE D UTILISATION ASPIRATEUR SANS SAC COMPACT REF ZW1011S23010 Puissance NOM. : 1000W / Puissance MAX. : 1200W / 220-240V 50hz NOTICE D UTILISATION LIRE ATTENTIVEMENT LES INSTRUCTIONS SUIVANTES AVANT TOUTE PREMIERE UTILISATION

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission

Les Essentiels COLLECTION. Les règles de sécurité. pour le dépannage. des véhicules électriques. & hybrides. Commission COLLECTION Les Essentiels Commission Mai 2013 Président : Eric Faucheux Véhicules électriques & hybrides Les règles de sécurité pour le dépannage des véhicules électriques & hybrides 1 Sommaire I. Les

Plus en détail

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02

Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 Notice technique Alarme pour séparateur hydrocarbure /graisse Type : WGA 02 WGA 02 (avec sonde WGA-ES4) Code Article : 265 0021 Sonde WGA-R6 (sonde seule) Code Article : 265 0027 Sonde WGA-ES4 (sonde seule)

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE

25/11/2010. La nouvelle réglementation des distributeurs de carburants. Réunion d information. Sommaire. 1 Nouvelle rubrique ICPE La nouvelle réglementation des installations de distribution de carburants & les aides financières du CPDC Véronique Poutas Responsable Environnement pour les 2 CCI de l Aude Pierre Vicart Secrétaire Général

Plus en détail

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03

Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL. Notice d utilisation 300028223-001-03 FR Préparateur solaire d eau chaude sanitaire 200 SSL Notice d utilisation 300028223-001-03 Sommaire 1 Consignes de sécurité et recommandations...4 1.1 Consignes de sécurité...4 1.2 Recommandations...4

Plus en détail

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion.

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion. FICHE SIGNALÉTIQUE 995-01 Canutec 1-613-996-6666 (24 heures) 1. PRODUIT CHIMIQUE ET FOURNISSEUR Identification du produit : 995-01 Nom du produit : Graisse montage pneu Famille chimique : Mélange Fournisseur/Fabricant

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1

Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 CONSERVEZ CE DOCUMENT Fait à Bouchain, le : / / Centre de Production Thermique EDF BOUCHAIN Page 1 SOMMAIRE CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR PLAN DU SITE PAGE 3 CONSIGNES GÉNÉRALES PAGE 4 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ELECTRICITE, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Mise en œuvre du dispositif CATEC : Certificat d aptitude à travailler

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

nettoyeur industriel

nettoyeur industriel nettoyeur industriel Table des Matières 1 Explications 2 1.1 Tâches 2 Tâches pour lesquelles il est souvent fait appel à du personnel intérimaire 2 1.2 Formations 2 Points d attention 3 1.3 Outillage 3

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Plateformes de travail élévatrices et portatives

Plateformes de travail élévatrices et portatives B354.1-04 Plateformes de travail élévatrices et portatives Plate-forme élévatrice de type 1 à déplacement manuel Plate-forme élévatrice de type 2 remorquable Édition française publiée en août 2004 par

Plus en détail

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE

RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE RAPPORT D ENQUÊTE DE PIPELINE P05H0061 DÉFAILLANCE D UN AUTOMATE PROGRAMMABLE FOOTHILLS PIPE LINES LTD. STATION DE DÉCOMPRESSION/RECOMPRESSION BP CANADA ENERGY COMPANY INSTALLATION DE TRAITEMENT DES LIQUIDES

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents 1 Ce document a été rédigé fin 009, dans le cadre du groupe de travail ECOPULVI, animé par l Institut Français de

Plus en détail

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION

LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION LES CABINES DE PEINTURE : RÉGLEMENTATION Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement wallon du 25 septembre 2008 déterminant les conditions sectorielles

Plus en détail

Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement collectif

Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement collectif 74, chemin du Moriot 38 490 LE PASSAGE Tél : 04 74 88 14 64 Fax : 04 74 88 71 06 E-Mail : smeahb@haute-bourbre.fr Vidange et curage des ouvrages et des réseaux d assainissement Dossier de Consultation

Plus en détail

Électricité et autres sources d énergie

Électricité et autres sources d énergie Fiche technique #75 Électricité et autres sources d énergie Équipements et outils pneumatiques : dangers et mesures de prévention L utilisation de tout outil comporte des dangers, mais comparativement

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail