DOSSIER DU TRIMESTRE:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DU TRIMESTRE:"

Transcription

1 SLRBInfo37_2.qxd 3/03/04 10:10 Page 1 Bureau de dépot: 1050 Bruxelles 5 N 37 JANVIER FÉVRIER MARS 2004 Bulletin trimestriel d information de la Société du Logement de la Région bruxelloise DOSSIER DU TRIMESTRE: Le Conseil consultatif du Logement, outil de citoyenneté participative Et aussi: La situation financière des S.I.S.P. Le Forum «Qualité du logement social»

2 SLRB-info n Editeur responsable et rédacteur en chef: Jacques De Witte Directeur général ff. Rue Jourdan, Bruxelles n Secrétaire de rédaction: Christiane Van Vaerenbergh n Comité de rédaction: Lutgard Decoster Marie-Noëlle Livyns Roger Sannen Luciane Tourtier Roland Tuteleers Pol Zimmer n Concept et logistique: Pascal Houzé n Photos SLRB: Chris Van Goethem Pascal Houzé n Traduction: FIBEMA n.v. et Luc Baudewijns n Imprimerie: Edition & Imprimerie SA n Au sommaire de notre n 37: n L éditorial du rédacteur en chef... 3 n Dossier: le Conseil consultatif du Logement, outil de citoyenneté participative Le Conseil consultatif du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale, outil de participation à la politique du logement (Pol Zimmer)... 4 Origine et fonctionnement du Conseil consultatif du Logement (Brian Booth)... 6 Le Conseil consultatif de la Région de Bruxelles-Capitale: une première expérience (Erik Bervoets)... 9 Le Conseil consultatif du Logement, quel bilan après un an de fonctionnement? (Daniel Fastenakel) Le Conseil consultatif du Logement : satisfaisant, mais peut mieux faire (Werner Van Mieghem) Regards sur un an d'activités au sein du CCL en tant que partenaire représentant le secteur privé (Marianne Palamides) n Techniques et méthodes La situation financière des S.I.S.P. (Thierry Leblanc) L'inscription multiple : réalisations et premières constatations (Reinhilde Vanherp) n Agora Le Forum "Qualité du logement social" (Vincent Thiery) Incidences des relations de voisinage sur la santé mentale des habitants (Christiane Van Vaerenbergh) Une quinzaine de sensibilisation organisée par la ville de Bruxelles (Sanaâ Hdidinou) SLRB-Info est édité avec le soutien d Ethias. La reproduction des textes et illustrations n'est autorisée qu'après accords écrits préalables de la rédaction ainsi que de l'auteur, et moyennant citation de la source et du nom de l'auteur. Les articles publiés n'engagent que leur(s) auteur(s). D/2004/5637/72 n Divers Le logement social, objet d'intérêt d'une délégation de Washington DC (Pascal Houzé) Visite de la "Northern Ireland Federation of Housing Associations" NIFHA à Bruxelles (Jo Van Cleven) n Nouvelles des SISP Energie renouvelable : mise en œuvre de capteurs solaires lors de la rénovation des installations sanitaires du complexe Wannecouter (Patrick Vanschoenbeek) n Publications, acquisitions... 37

3 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 L éditorial du rédacteur en chef Il y a un peu plus d un an ont débuté les activités du Conseil consultatif du Logement. Organisation pilote en ce qui concerne la participation active et démocratique à la politique régionale du logement, il attire naturellement les regards de tous ceux dont les attentes sont grandes envers cette nouvelle approche politique. C est l occasion que nous voulons saisir pour centrer notre attention sur cette nouvelle institution dans une perspective élargie. En effet, pour mieux apprécier le chemin parcouru, sans perdre de vue les objectifs qui continueront à baliser la pratique durant les prochains mois, il est intéressant de rappeler le mouvement historique dans lequel a pu naître, à Bruxelles, le besoin de cette consultation systématique. Pour introduire le dossier qui lui est consacré ce trimestre, est examiné brièvement comment la création du Conseil consultatif du Logement s inscrit dans la visée générale de démocratie participative, avec ses enjeux relevant de l intérêt général et soutenant, par sa forme partenariale, le nécessaire dialogue social. Il est ensuite montré comment l engouement récent pour une meilleure expression citoyenne plonge ses racines dans l évolution sociale et politique régionale, voire internationale. En quelques pages, il est remis en mémoire l historique du Conseil et les principes de son fonctionnement, tel qu il a finalement pris forme par la volonté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale. Quatre membres participants apportent ensuite leur témoignage vivant concernant cet exercice inaugural, que fut la première année de service; un vrai défi, qui a été relevé par ces pionniers, représentants de divers secteurs de la société urbaine. Des considérations qu ils ont retenues, ressort un optimisme prudent mais, somme toute, le bilan en reste encourageant. Dans le domaine du logement social, le financement occupe une place incontournable parmi les questions épineuses et complexes qui se posent avec la force de la nécessité vitale. Il faut toujours un certain courage pour lire les chiffres dans leur froide réalité mathématique lorsque l on n a pas encore oublié les images des réalités humaines auxquelles ces mêmes chiffres se rapportent. Le réalisme d une institution se mesure, semble-t-il, à sa capacité de naviguer entre ces deux réalités contraignantes avec une égale considération. Dans cette optique, nous verrons la situation du côté de l équilibre financier des sociétés immobilières de service public, telle qu elle a pu être analysée pour les années 1997 à Il est réconfortant de constater que le logement, et toutes les questions qui s y rapportent, retiennent de plus en plus l intérêt de chercheurs appartenant aux domaines les plus divers. Si, depuis toujours, le secteur du logement social est familiarisé avec les études techniques et les enquêtes sociologiques et politiques, il est des enseignements dont les investigations sont encore peu connues. Ainsi, par exemple, une étude récente réalisée à l Université de Paris V aborde la question du logement sous l angle des incidences sur la santé mentale des habitants que peuvent avoir des relations de voisinage conflictuelles. Nous y trouvons présentée une réalité complexe qui concerne le logement en tant qu espace habité, avec ce que cela implique au niveau de la construction de l identité de la personne comme individu social. Souvent, en matière de sciences humaines, il est plus facile de reconnaître les valeurs positives à partir de l observation de la manière dont les choses peuvent aller mal. Une recherche en psychopathologie mérite dès lors tout notre intérêt, et en premier lieu, pour mieux apprécier que le droit au logement relève très concrètement des droits fondamentaux qu affirment, d une voix universelle, les droits de l homme. Jacques DE WITTE, rédacteur en chef 3

4 4LE DOSSIER DU TRIMESTRE Le Conseil consultatif du Logement, outil de citoyenneté participative Le Conseil consultatif du Logement de la Région de Bruxelles- Capitale, outil de participation à la politique du logement La question du logement comme levier pour constituer un espace public de débat Que ce soit pour les enjeux sociaux ou financiers qu elle représente, la politique du logement, ou plus généralement de l habitat, est au centre des débats politiques régionaux: elle apparaît en fait comme l un des leviers très actuels pour la constitution d un espace public de débat car, d une manière ou d une autre, elle nous concerne tous et toutes, quelle que soit notre capacité personnelle ou familiale, individuelle ou collective, de concrétiser pour nous et nos proches l exercice du «droit à un logement décent». Le développement d un large mouvement associatif bruxellois sur la question en est aussi l indice; même s il révèle également l importance des problèmes concrets à résoudre et est, par ailleurs, le signe qu il existe des volontés et des stratégies politiques en rapport au développement de la société civile. L émergence du Conseil consultatif du Logement en est à relire dans ce contexte et dans celui de la volonté du Gouvernement régional de constituer, à partir de cet organe consultatif doté d un pouvoir d avis et de capacités d initiative, un espace de rencontres et de débats entre les différents types d acteurs ou d opérateurs concernés par la politique régionale du logement. Et, il n est pas interdit de penser que le logement constituera, pour un «certain» temps encore, un des enjeux essentiels du débat politique régional. L espace et son organisation comme nouvel enjeu politique De manière plus générale, certains auteurs considèrent d ailleurs que les questions liées au territoire et à la manière de l occuper au rang desquelles la question urbaine apparaît au premier plan évidemment - constituent le socle sur lequel la question politique se reformule aujourd hui. Ce qui s affirme pour eux dans le débat urbain, c est l émergence d un nouveau «grand collectif intégrateur» 2 en devenir 3 : la ville; comme l usine autrefois. Celle-ci pouvait être un lieu de conflits mais était, en même temps, un espace qui mettait en présence des milieux sociaux différents et qui a constitué pendant longtemps le centre de la question politique. Et, en ce sens, elle rassemblait, physiquement mais aussi symboliquement, par l obligation qu elle assignait d une certaine manière de s accorder sur un «vivre ensemble», une régulation de la vie sociale; même si l humiliation quotidienne était au rendez-vous pour certains et certaines qui constituaient le plus grand nombre. La ville comme espace de «rassemblement physique» assurément est-elle devenue aussi la nouvelle instance de recodage des enjeux socio-politiques dans une société où le lien social s est fluidifié, où les référents sont fragilisés, où la loi n est plus énoncée? C est en tout cas, ce qu affirment de plus en plus d auteurs. C est, sans doute, dans ce mouvement qui l excède largement que s inscrit aussi le Conseil consultatif du Logement. 1 Ordonnance du 29 mars 2001 portant création du Conseil consultatif du Logement de la Région de Bruxelles- Capitale (Moniteur belge du 24 mai 2001) et arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale portant exécution de l ordonnance du 29 mars 2001 portant création du Conseil consultatif du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale (Moniteur belge du 18 mai 2001). 2 Voir le numéro 81 de la revue Géopolitique: «L explosion urbaine», éditions PUF. 3 «Le territoire, brique de la gouvernance du 21e siècle», comme le dit un chapitre du livre de Pierre Calame «La démocratie en miettes: pour une révolution de la gouvernance», éditions CL Mayer, 2003.

5 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 Le Conseil consultatif du Logement: l association formalisée de la société civile à la politique régionale du logement Le Conseil consultatif du Logement regroupe des représentants de différents niveaux d acteurs: 7 représentant(e)s des acteurs publics: les opérateurs publics de la politique régionale du logement (la S.L.R.B., les S.I.S.P., la S.D.R.B. et le Fonds du Logement) et deux représentant(e)s de l Association de la Ville et des Communes de la Région; 5 représentant(e)s des acteurs privés: des représentant(e)s du Conseil national de la Construction, de l Institut professionnel des agents immobiliers, des milieux des architectes, des notaires et des propriétaires du secteur privé; deux représentant(e)s des partenaires sociaux présentés par le Conseil Economique et Social de la Région; 7 représentant(e)s des acteurs privés associatifs: six représentant(e)s des associations oeuvrant à la concrétisation du droit au logement et un(e) des agences immobilières sociales; trois experts de la question du logement et des représentants du Gouvernement régional. Comme on le voit, les différents types d acteurs concernés par la politique régionale du logement sont présents et on peut considérer que les «usagers» que sont les habitants de la Région y sont associés car «représentés» par les associations et les partenaires sociaux. Le Conseil consultatif constitue ainsi, d une certaine façon, une formalisation de la participation de la «société civile» au débat sur la politique régionale du logement. Si on se réfère à l histoire de la philosophie politique, et plus particulièrement à la philosophie de Hegel, la «société civile» est un moment distinct de la vie sociale à côté de la famille et de l Etat. C est la sphère où l individu s occupe de sa famille, de sa sécurité, de sa propriété et de ses intérêts. La société civile est un moment distinct de l Etat, mais complémentaire et qui, comme lui, participe au développement de la liberté. C est la sphère des intérêts particuliers ou sectoriels dirons-nous ici - qui, devant composer avec d autres intérêts particuliers, participe à l affirmation de l intérêt général. Requalifier l action publique sur la question du logement Le Conseil consultatif participe à une certaine forme de requalification de l action publique en ce qui concerne la problématique du logement comme d autres initiatives régionales de la présente législature - Conseil consultatif des Locataires dans les sociétés de logement social, création d un Observatoire de l Habitat, etc. qui entendent renforcer la qualité et la transparence de l action publique régionale par la participation, citoyenne ou associative, ou encore par la production d informations. L action publique peut être caractérisée de plusieurs manières: le développement de formulations juridiques spécifiques, l ampleur des moyens y consacrés, les dispositifs de contrôle qu elle met en place ou qu elle autorise sur ses différentes modalités d action, les manières originales d organiser des collaborations entre ses opérateurs, les modes d association des acteurs ou usagers aux décisions qui la concerne, etc. C est dans ce dernier volet que le Conseil consultatif prend tout son sens et il s agit assurément d une évolution significative de la volonté de valoriser davantage une certaine démocratie participative comme complément positif de la démocratie représentative. Gageons que nous aurons l occasion d en reparler Pol ZIMMER, expert, S.L.R.B. 5

6 Origine et fonctionnement du Conseil Consultatif du Logement Depuis sa création en 1989, la Région de Bruxelles-Capitale a toujours mis la politique de l habitat au premier rang de ses préoccupations. Mais il a fallu un certain temps avant de mettre sur pied un organe de consultation au sein duquel la conception de cette politique et ses effets puissent être discutés avec les différents acteurs concernés. Ce sont les Régions flamande et wallonne qui auront ouvert la voie en matière d outil consultatif pour le logement, la première instaurant le Vlaamse Woonraad par le biais de l article 21 du décret du 15 juillet 1997 portant le Code du logement de la Région flamande, bientôt suivie par la seconde avec l adoption du Code wallon du logement (décret du 29 octobre 1998) et, en particulier, de son article 200 prescrivant la création d un Conseil Supérieur du Logement. Ce n est qu à l issue des élections régionales de 1999 que l accord de Gouvernement bruxellois prévoira expressément (en son chapitre 3) la constitution d un Conseil régional Consultatif de l Habitat 1 et il faudra attendre jusqu au 29 mars 2001 pour que le Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale adopte une ordonnance portant création du Conseil Consultatif du Logement (CCL, qu on aura soin de ne pas confondre avec le Cocolo, Conseil Consultatif des Locataires!). L arrêté d exécution de cette ordonnance ne suivra que le 25 avril 2002 et c est finalement le 7 juillet de cette même année que le CCL pourra tenir sa première séance. Quelle est la composition de ce Conseil? Quelles sont ses missions? Comment fonctionne-t-il? C est ce que nous allons voir en nous penchant sur les deux textes qui lui donnent son cadre juridique et que nous venons de mentionner (sauf mention contraire, c est à ces deux textes qu il sera fait référence lorsque nous parlerons de «l ordonnance» et de «l arrêté»). Composition Le Conseil compte 24 membres effectifs, épaulés chacun par un suppléant. Une pléthore de conseillers? Pas vraiment, quand on songe à la complexité du cadre dans lequel s inscrit la politique du logement et au nombre d acteurs, tant politiques et économiques que sociaux, tant publics que privés, touchés par elle. Or, dans le chef du législateur, s assurer que cette pluralité est maintenue au sein du Conseil, c est donner un «gage d efficacité, tant en matière de qualité des avis demandés ou rendus d initiative qu en matière de concertation» 2. Dans cet esprit, les mandats de conseiller sont répartis comme suit: 1 mandat va à la SLRB (représentée par Mme Quix); 1 mandat va à la SDRB (celui-ci a été attribué à Mme Francq); 1 mandat revient au Fonds du Logement (ce mandat est tenu par Mme De Wulf-Roux); 1 autre au Conseil National de la Construction (Monsieur Vanderhaegen); 1 échoit à l Institut professionnel des agents immobiliers (Monsieur de Fooz); 2 pour les entités fédératives des SISP (Mme Roelants pour l ALS et M. Leroy pour la Fesocolab); 6 mandats sont dévolus à des associations ayant une personnalité juridique depuis un an au moins et dont les activités contribuent à la défense et à la réalisation du droit au logement ainsi qu à la protection et à la promotion de l habitat. Ces mandats ont été attribués aux ASBL Convivence/Samenleven (Mme Severain), Habiter Bruxelles (M. Fitwi), Inter-environnement Bruxelles (M. Mihaly), le RBDH (M. Van Mieghem), la Fébul (M. Deman) et le Syndicat des Locataires (M. Garcia). 1 mandat est attribué aux AIS (Mme Jennes) L Association de la Ville et des Communes jouit de deux mandats dont un revient à sa section CPAS (jusqu ici tenu par M. Colson le deuxième mandat, qui revient à la section Ville et Communes n a pas encore été attribué à ce jour, faute de candidat); Le Conseil Economique et Social dispose lui aussi de deux mandats, l un pour les organisations de travailleurs (M. Fastenakel), l autre pour les organisations d employeurs ou des classes moyennes (Mme Werth); 1 mandat est attribué aux organisations représentatives des propriétaires (Mme Palamides); 1 mandat revient aux notaires (M. Struyf); 1 mandat revient aux architectes (M. Lowette); 6

7 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 et enfin 3 mandats vont à des experts indépendants possédant une expérience professionnelle utile d au moins cinq ans dans le domaine du logement (MM. Franche, Gäbele et Zimmer) Lors de la désignation des mandataires, le Gouvernement est tenu de respecter l équilibre linguistique habituel en Région de Bruxelles-Capitale: le groupe linguistique le moins nombreux doit compter un tiers des membres au moins. De plus, non seulement les organisations postulant pour un mandat doivent, pour chaque poste sollicité, présenter la candidature d un homme et d une femme ce qui est conforme aux dispositions de l ordonnance du 27 avril 1995 sur l égalité de la représentation homme/femme mais encore un tiers des membres du Conseil au moins sont issus du groupe le moins représenté. Enfin, l arrêté du 25 avril 2002 précise que tous les membres du Conseil doivent être domiciliés en Région de Bruxelles-Capitale, sauf exception motivée par des compétences particulières en matière de logement. 1 Ce texte peut être consulté sur le site: MI/ 1FR_2GOV/accords/accord.pdf 2 Conseil de la Région de Bruxelles- Capitale, Projet d ordonnance portant création du Conseil Consultatif du Logement de la Région de Bruxelles- Capitale, session ordinaire , 16 janvier 2001, A-163/1. 3 Ces 12 membres sont les représentants des ASBL «Syndicat des Locataires de Logements Sociaux», «Habiter Bruxelles», «Convivence/samenleven», de la Fébul, de la section «communes» de l Association de la Ville et des Communes, des Notaires, du Conseil Economique et Social employeurs ou classes moyennes, du Conseil National de la Construction, de l Institut professionnel des agents immobiliers, de la SDRB, de l ALS ainsi que Monsieur Gäbele, expert indépendant. Les candidatures à ces mandats expirant le 31 décembre 2004 devront être adressées au Gouvernement de la Région au plus tard le mardi 2 novembre On notera que c est bien le Gouvernement qui désigne les mandataires, après qu un appel aux candidatures ait été publié au Moniteur belge. C est lui également qui détermine, au moment de cette désignation, le groupe linguistique auquel appartient le nouveau membre. D une durée de 5 ans, les mandats sont exercés à titre gratuit et ne sont renouvelables qu une seule fois. Toutefois, afin de garantir au Conseil une certaine permanence dans ses travaux, sa composition est renouvelée par moitié tous les 30 mois. Afin d instaurer cette forme de roulement, 12 membres du Conseil ont été tirés au sort lors de la séance du 29 août 2002, pour n exercer qu un mandat de 30 mois 3. Il vaut la peine de remarquer que les membres du Conseil ne peuvent exercer de mandat parlementaire ou de fonctions au sein d un cabinet ministériel. En effet, une des missions principales du Conseil étant d analyser et, le cas échéant, de critiquer des textes émanant des Pouvoirs exécutif et législatif bruxellois, il convenait d éviter le cumul d intérêts inconciliables, de manière à préserver l indépendance et l objectivité des membres. Dans le même souci d indépendance et d objectivité, les experts ne peuvent se voir attribuer de missions de service par le CCL. Quant au Gouvernement, il est représenté par trois personnes, désignées respectivement par le Ministre ayant le logement dans ses attributions, par celui dont relève la rénovation urbaine et par le Secrétaire général du Ministère de la Région de Bruxelles- Capitale. Si ces représentants du Gouvernement prennent part aux débats, ils n ont, par contre, pas le droit de vote. Leur mandat est révocable et doit être renouvelé dans les 6 mois qui suivent chaque élection régionale. Missions Les 3 missions du Conseil Consultatif du Logement sont détaillées à l article 9 de l ordonnance. Il s agit tout d abord de rendre, sur sollicitation du Gouvernement, un avis sur tout avant-projet d ordonnance ou d arrêté réglementaire dont l objet principal est le logement. L objet principal, ce qui revient à dire que les avant-projets dont l impact sur le logement ne serait pas direct ou qui ne le considéreraient que de manière accessoire restent exclus du champ de consultation du CCL. Etant donné la volonté qui a présidé à l élaboration de la composition du Conseil d associer une palette particulièrement vaste d acteurs du secteur, il serait pour le moins surprenant que l unanimité se fasse systématiquement en son sein. Aussi les avis rendus ne sont pas tenus de n exprimer qu un point de vue univoque. Bien au contraire, chaque opinion y est reprise, de même que le nombre de membres la soutenant. Il convient de remarquer que les avis ne sont valablement adoptés par le Conseil qu à la condition que 50 pourcent de ses membres soient présents, ceci afin de garantir leur légitimité et leur représentativité. Comme l indique le nom même du Conseil consultatif du Logement, ses avis ne sont pas contraignants. Toutefois, pour peu qu un avis recueille l assentiment de la majorité absolue des membres du Conseil, le Gouvernement doit, s il s en écarte, motiver sa décision. De son côté, le CCL est astreint au respect de délais très stricts dans la remise de ses avis: il dispose de 30 jours (7 en cas d urgence motivée) pour faire parvenir son avis au Gouvernement, rédigé en français et en néerlandais. En cas de non respect de ce délai, il peut être passé outre à l obligation de consultation. Ce qui ne va parfois pas sans poser de problèmes. 7

8 Les avis du Conseil ne se limitent pas strictement à l activité législative. En effet, à la demande du Gouvernement, du Conseil régional ou des ministres représentés au Conseil, voire même de sa propre initiative si un tiers de ses membres en exprime le souhait, le CCL est habilité à rendre des avis sur la politique menée par le Gouvernement en matière de logement. Jusqu à présent, il n a pas été sollicité à ce sujet. Il n a pas non plus fait usage de son droit d initiative en la matière. Dernière mission, mais pas la moindre, le Conseil a la possibilité d exécuter ou de faire exécuter des études et des analyses portant sur le logement. Sur la base de celles-ci, il peut, d initiative, soumettre des propositions au Gouvernement. Fonctionnement Pour l essentiel, les grandes lignes du mode de fonctionnement du CCL sont fixées par les articles 14 à 19 de l ordonnance portant sa création. La gestion journalière est assurée par un bureau composé d un trésorier, d un secrétaire, d un vice-président et d un président (ces deux derniers appartenant à un groupe linguistique différent). Ils sont assistés dans leurs missions par un ou plusieurs fonctionnaires du Ministère ou d un Organisme d intérêt public de la Région, désignés par le Gouvernement. La composition du bureau est renouvelée tous les 30 mois, en même temps que la moitié des membres du Conseil. Un règlement d ordre intérieur vient compléter l ordonnance sur des points de détail de gestion quotidienne, notamment en matière d emploi des langues, de publicité des travaux, de formation de groupes de travail ou encore d agenda. Ce règlement est adopté par les membres du CCL et soumis à l approbation du Gouvernement. Enfin, l ordonnance prévoit que le Conseil fonctionne grâce à une dotation annuelle imputée au budget de la Région. Un organe d avis associant dans un esprit de démocratie participative un large panel d acteurs du secteur du logement bruxellois, un lieu de concertation entre politiques et personnes de terrain mais aussi un centre de réflexion et de propositions jouissant d une assez large autonomie, voilà tracé à grands traits le portrait du Conseil Consultatif du Logement. C est sur lui que nous conclurons. Brian BOOTH, Permanent du Conseil Consultatif du Logement. 8

9 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 Le Conseil consultatif de la Région de Bruxelles-Capitale: une première expérience Après la nomination des membres du Conseil, qui autorise quand-même à dire que chacune des associations préoccupées par le logement et opérant sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale se trouve directement ou indirectement représentée au sein dudit Conseil et après l élection du bureau et la rédaction d un règlement d ordre intérieur, on a pu entamer le travail de fond. D entrée de jeu, on s est imposé un rythme de travail rapide, ce qui, dans la phase initiale, posa quand même quelques problèmes aux personnes qui assuraient provisoirement le secrétariat. L ordonnance du 29 mars 2001 portant création du Conseil consultatif stipule que celui-ci est tenu de communiquer au Gouvernement un avis sur tout avant-projet d ordonnance et sur tout arrêté réglementaire concernant essentiellement le logement. Il est évidemment illusoire de penser qu il serait possible de parvenir à chaque fois à un consensus entre, par exemple, les représentants des propriétaires et des locataires ou entre les bailleurs privés et sociaux. Outre les propositions d amélioration des textes, en dehors de modifications portant sur le fond, les membres du Conseil consultatif se voient offrir un forum pour formuler des critiques ou pour se répandre en éloges sur chacune des propositions de politique à suivre, déposées à titre d avis. Nombre de membres le font de manière très respectueuse, sans tomber dans une rhétorique creuse. Les discussions quelquefois fougueuses à propos du projet d ordonnance concernant le Code du logement se sont avérées particulièrement instructives. Je voudrais exprimer ici mes remerciements tout particuliers à l égard du secrétariat intérimaire et des rapporteurs, qui ont intégré très correctement dans le rapport les argumentations et les thèses de chacun, y compris celles qui étaient vraiment minoritaires. L ordonnance précitée prévoit, entre autres, que si le Gouvernement déroge à l avis de la majorité des membres du Conseil consultatif, il doit motiver dûment sa décision. Le Conseil consultatif a pour mission de mettre tout en œuvre pour assurer correctement le suivi de ladite disposition. On ne peut se permettre de galvauder la crédibilité du Conseil consultatif et une perception correcte des tâches respectives (Gouvernement Conseil consultatif) est et demeure nécessaire. Le Conseil consultatif est-il en mesure de maintenir le rythme actuel? Compte tenu des agendas de chacun, il s avère en tout cas impossible d augmenter la fréquence des réunions; cela se ferait d ailleurs aux dépens du travail de fond. On constate, en outre, qu il s avère d ores et déjà laborieux d atteindre le quorum des présences requis. Nous pouvons penser que c est la fréquence des réunions qui en est la cause première et non le manque d intérêt. Erik BERVOETS, membre suppléant représentant le Fonds du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale 9

10 Le Conseil consultatif du Logement: quel bilan après un an de fonctionnement? 10 Installé en juillet 2002, ayant débuté ses travaux en août de la même année, le Conseil Consultatif du Logement compte donc aujourd hui un peu plus d une année d existence. C est évidemment très court pour dresser un bilan, mais l exercice ne manque pas d intérêt pour peu que le lecteur garde à l esprit le caractère hautement partiel et provisoire des considérations évaluatives qui suivent. Un positionnement original Avant d entrer dans le vif du sujet, il nous semble utile de préciser d où nous parlons. Mandaté au sein du Conseil consultatif par le Conseil Economique et Social en tant que représentant des organisations de travailleurs, il nous semble occuper une place originale. En effet, nous ne sommes pas directement impliqués d un point de vue institutionnel dans le secteur du logement (au contraire de bon nombre d autres participants tout-à-fait respectables), pas plus que nous ne représentons une catégorie précise d acteurs du secteur tels les syndicats de propriétaires ou de locataires. Dans le monde du travail se retrouvent aussi bien des locataires (majoritaires à Bruxelles contrairement à la situation des deux autres Régions) que des propriétaires occupants ou bailleurs, même si dans ce dernier cas, il s agit rarement de multipropriétaires importants. En fait, nous nous sentons porteurs des préoccupations d une large couche de la population intéressée à ce que la question du logement soit résolue de la manière la plus harmonieuse, ce qui est loin d être le cas aujourd hui. Un bilan mitigé Au risque d apparaître un peu trop «scolaire», nous attribuerions au Conseil consultatif la cotation suivante: satisfaisant, peut mieux faire. Examinons tout d abord les motifs de satisfaction. Le premier c est que, globalement, le Conseil a bien fonctionné. Malgré les sujets parfois potentiellement conflictuels abordés, les débats ont toujours été d une correction extrême. Le mérite en revient certainement en large partie au Président Michel Colson, qui a su permettre le débat tout en le cadrant et veiller ainsi à ce que les travaux du Conseil soient fructueux. Par ailleurs, le Conseil a toujours pu mener ses travaux dans des conditions matérielles optimales grâce à l appui logistique de la S.L.R.B. qui abrite nos réunions et a longtemps mis au service du Conseil les compétences de son collaborateur, M. Demeulemeester. Le second motif de satisfaction réside dans l intérêt des questions abordées: nous avons eu à débattre de propositions importantes, notamment celles liées aux modifications apportées au Code du logement. Le mérite en revient ici au dynamisme du Secrétaire d Etat, Alain Hutchinson et à son cabinet qui nous a toujours apporté l information utile et a prêté une oreille attentive aux avis du Conseil. Nous avons la faiblesse de croire, et ce sera notre troisième motif de satisfaction, que notre travail a, globalement, été de bonne qualité. Il nous semble avoir contribué positivement au travail du législateur dans la mesure, bien sûr, de nos modestes compétences. Vers un pacte bruxellois pour le logement? Mais, nous le laissions entendre, nous ne pouvons nous empêcher de nourrir quelques regrets. Le premier s ancre dans l absentéisme quasi systématique de certains membres. Quand les réunions ne peuvent jamais démarrer à l heure faute de quorum, voire que le Conseil se voit obligé, pour la même raison, de fonctionner en groupe de travail, c est que quelque chose ne va pas dans le fonctionnement. Il nous semble que des conclusions devraient être tirées et des dispositions prises pour améliorer la situation. La seconde remarque, et celle-ci est plus fondamentale, c est que, d une certaine manière, «la mayonnaise n a pas (encore?) pris». Nous entendons par là que le Conseil ne se positionne pas comme un acteur collectif du secteur du logement. Cela se traduit notamment par le fait que rarement (une fois si je ne m abuse), le Conseil a fait usage de son droit d initiative pour aborder un thème qu il avait jugé essentiel. Cela se traduit aussi par des avis souvent partagés, émaillés de notes de minorité. Nous avouons mal comprendre l intérêt qu il peut y avoir à camper sur des positions sans doute respectables mais partiales au risque d affaiblir un avis d un Conseil qui n est, somme toute, que consultatif. Par contre, il nous semble utile, voire urgent, de contribuer à la mobilisation de tous les acteurs à la recherche de solutions aux graves problèmes de logement que rencontrent les Bruxellois. Les partenaires sociaux ont défini un pacte territorial pour l emploi, serait-il utopique de voir le Conseil consultatif être à la base d un pacte bruxellois pour le logement? Daniel FASTENAKEL, représentant des organisations de travailleurs

11 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 Le Conseil consultatif du Logement: satisfaisant, mais peut mieux faire Le Rassemblement bruxellois pour le Droit à l Habitat regroupe 45 associations œuvrant dans leur commune ou au niveau d un quartier pour assurer à chaque bruxellois un logement décent et abordable. Au travers de toutes sortes d actions par exemple, l action Bidonville à la mi-octobre de campagnes de presse, de manifestations, de contacts avec les groupes politiques, ainsi que par le biais de la formation de nos membres, le Rassemblement s efforce chaque jour d avancer pas à pas vers la réalisation concrète du droit à l habitat. Lors de la création du Conseil consultatif du Logement bruxellois, nous en attendions beaucoup. Nous disposions enfin d un forum où toutes les personnes concernées du secteur auraient l occasion de se réunir régulièrement pour formuler leurs avis concernant les initiatives législatives du Gouvernement bruxellois. Voilà enfin un lieu où l on pouvait aussi délibérer sur les initiatives qui s avèrent nécessaires pour relever le défi posé par la crise du logement qui, ces dernières années, s empare de plus en plus de la Région bruxelloise. Une cote «satisfaisant» A l issue de la première année, le fonctionnement du Conseil consultatif obtient la cote «satisfaisant», mais pas plus. A cela, il y a un certain nombre de raisons qui peuvent être énumérées comme suit. 1. Le Conseil consultatif est trop souvent sollicité pour donner des avis «urgents». Le Conseil consultatif du Logement bruxellois se compose de représentants d instances, d organisations et d associations. Ceux-ci siègent au sein du Conseil consultatif au nom de leurs associations respectives et y défendent les positions desdites associations. Seulement, lorsque de manière presque systématique, l invitation et les textes sur lesquels un avis doit être donné, leur parviennent à peine 8 jours auparavant, on peut difficilement s attendre à ce que l organisation trouve le temps de préparer une prise de position solidement étayée et démocratique. 2. Le Gouvernement ne tient guère compte de nos avis et ne nous en communique pas la raison. Depuis sa création, le Conseil consultatif a déjà formulé nombre d avis sur des projets d ordonnances et d arrêtés. Des efforts courageux ont été faits par les membres et le président du Conseil consultatif pour présenter des avis unanimes. L importance de pareils avis unanimes tient au fait que le Gouvernement est tenu de répondre à la question de savoir pourquoi il ne tient pas compte des avis unanimes. Il a toutefois fallu constater que, lors de l approbation définitive des ordonnances, le Gouvernement bruxellois ne tient guère compte de nos avis. De surcroît, nous n avons reçu à ce jour qu une seule réponse motivée. 3. Un certain nombre de membres décrochent Il semble qu un certain nombre de membres du Conseil consultatif ont décroché. C est surtout les dits «professionnels» et experts qui ne se déplacent plus guère pour assister aux réunions. Cela est déjà regrettable en soi, mais en outre, cela met en cause la validité des avis du Conseil consultatif, du fait que de manière répétée le quorum n a pas été atteint. Peut mieux faire Depuis un mois, le Conseil consultatif dispose enfin d un secrétaire. Ceci contribuera sans aucun doute à améliorer sensiblement la préparation des réunions, ainsi que la rédaction des procès-verbaux. Dans le souci d éviter que ce nouveau départ ne s avère être un faux départ, il y a lieu, me semble-t-il, d examiner si des membres qui font systématiquement défection, ne pourraient pas être remplacés. Werner VAN MIEGHEM, coordinateur R.B.D.H. 11

12 Regards sur un an d activités au sein du CCL en tant que partenaire représentant le secteur privé Dès son installation le , le Conseil Consultatif du Logement a dû immédiatement se pourvoir d un règlement d ordre intérieur et, sur les chapeaux de roue, commencer à répondre aux diverses demandes d avis dont il a été saisi. Ses 24 membres sont répartis de la manière suivante: 3 représentants, respectivement pour la Société du Logement de la Région bruxelloise, la Société de Développement régional bruxelloise, le Fonds du Logement; 2 représentants pour les Sociétés Immobilières de Service Public; 2 représentants de l Association des Villes et Communes (dont un pour le secteur C.P.A.S.); 2 représentants des syndicats (respectivement des employeurs et les travailleurs); 6 représentants des associations de locataires; 1 représentant des Agences Immobilières Sociales (AIS); 3 représentants indépendants (experts); 4 représentants, respectivement pour le Conseil national de la Construction (CNC), l Institut Professionnel des Agents Immobiliers (IPI), le Notariat et les Architectes; et 1 représentant pour le Syndicat national des Propriétaires (SNP) en tant qu organisation représentative du secteur privé du logement. Appelés à donner un avis sur des avant-projets d arrêtés du Gouvernement touchant au logement social et relatifs à la S.D.R.B., la S.L.R.B., les S.I.S.P., ou aux emprunts contractés par les sociétés de crédit social agréées, les membres du CCL ont dû se rendre fréquemment disponibles, dans des délais très courts et sans contrepartie, pour contribuer à l élaboration de ces avis. Bien que ces domaines ne touchaient pas directement le secteur privé du logement, c est avec intérêt que le Syndicat national des Propriétaires (SNP), partenaire représentant le secteur privé, y a participé. Le CCL a également été appelé à donner, dans l urgence, un avis sur un projet mammouth: l ordonnance relative au Code du logement et ses arrêtés d exécution relatifs aux exigences élémentaires de sécurité, de salubrité et d équipement ainsi qu à son entrée en vigueur. Si le SNP s est réjoui de la volonté du Gouvernement bruxellois de consulter tous les secteurs impliqués dans le domaine du logement au sein d une instance officielle, en vue de l amélioration de la qualité du logement bruxellois, il doit déplorer les conditions difficiles de travail et les délais trop courts qui ont été imposés pour émettre des avis. En effet, les sujets examinés étaient importants, graves, lourds de conséquences dans le temps et pour tous. Il fallait donc prendre le temps de la réflexion, de l analyse des multiples implications et de la consultation technique préalable. Or, ces ingrédients permettant une parfaite vue d ensemble et une opinion mûrement émise par chaque membre, ont été empêchés pour satisfaire des impératifs politiques d urgence. Pour ces mêmes motifs et en l absence de rapporteur expérimenté et indépendant en cours de réunion, les opinions minoritaires n ont pas toujours été reprises avec rigueur et de manière égale dans tous les avis transmis. De même, le SNP a regretté que, pour les mêmes motifs, des avis aient été demandés à la veille de l été, période d intense activité pour tous les membres. Il n est donc pas étonnant qu un mandat (somme toute accessoire mais volontaire) au sein du CCL, ait été difficile, voire impossible à exercer. Dans ces circonstances, les avis émis ont pu manquer de représentativité et ne pas avoir reflété le consensus de tous les secteurs concernés. Il est ainsi à craindre que les opinions minoritaires aient été relativement diluées, voire occultées. En conclusion, nous pensons qu une instance telle que le Conseil Consultatif du Logement a le grand mérite d exister, de favoriser le dialogue si la volonté existe - et nous nous en réjouissons. Cependant, le recours à l urgence ne devrait être utilisé qu à bon escient et le moins souvent possible pour permettre un examen préalable, serein, raisonnable, muni des expertises techniques requises par chaque membre, la sérénité et l objectivité des débats en cours de réunion. Enfin, dans un souci d efficacité et de représentativité des avis, ne serait-il pas nécessaire de réexaminer l équilibre des secteurs à représenter? Marianne PALAMIDES, membre effectif, représentant SNP 12

13 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 La situation financière des SISP Sans négliger la part des charges héritées du passé et dont l ampleur et la nature reflètent la complexité de l histoire nationale tant sur le plan social, qu économique et politique, nous tenterons de faire le point sur la situation financière actuelle des sociétés immobilières de service public actives dans la Région de Bruxelles-Capitale. Dans la foulée, nous tenterons d ouvrir des pistes qui permettraient d établir et de maintenir un meilleur équilibre pour l avenir. Les problèmes financiers résiduels du passé D où proviennent-ils? Quel le est la part des dettes cumulées, reprises à la Société nationale du Logement et au Fonds national du Logement? Et quel impact ont pu avoir des pertes reportées non absorbées ou non absorbables? Quel peut encore être le poids d une mauvaise gestion par certaines S.I.S.P.? Répondre à ces questions, touchant le passé, ne nous apprendra pas grand chose pour résoudre les difficultés que nous rencontrons aujourd hui. Penchons-nous, dès lors, d emblée sur la réalité que nous devons affronter maintenant et qui engage l avenir. Les outils et moyens dont nous disposons aujourd hui 1. Analyse comparative de la rentabilité des S.I.S.P. relative à l exercice Le rapport est structuré en 2 parties: Partie 1: Evolution de la rentabilité du secteur Evolution du compte courant des S.I.S.P. auprès de la S.L.R.B. Evolution des résultats des S.I.S.P., de 1997 à Evolution de la capacité d autofinancement des S.I.S.P. («cash flow»), de 1997 à L analyse de la rentabilité portant sur les cinq années considérées (1997 à 2001) confirme une nette tendance à l amélioration du résultat et de la capacité d autofinancement du secteur, et ceci, bien que l état du compte courant des S.I.S.P. auprès de la S.L.R.B. se dégrade. Ainsi, en 2002, le solde global des comptes courants ordinaires gérés par la S.L.R.B. ne s élève plus qu à , ce qui constitue 20% en moins par rapport à Partie 2: Analyse comparative des résultats au 31 décembre 2001 Le compte de résultats consolidé des S.I.S.P. Le compte de résultats de chaque S.I.S.P. par rapport à la moyenne sectorielle par logement 2. De l analyse comparative des résultats, il ressort que le secteur est en bénéfice. En 2001, il a réalisé un résultat consolidé 3 de , ce qui représente 3,7 % du loyer de base consolidé 4. TECHNIQUES ET MÉTHODES 1 Etude publiée par la S.L.R.B. en septembre 2003 et disponible gratuitement à la bibliothèque. 2 La moyenne sectorielle par logement ne peut être qu'un critère de comparaison comptable; elle ne constitue, en aucune manière, une norme. 3 Résultat consolidé : résultat de l'ensemble des 33 S.I.S.P., considérées comme s'il s'agissait d'une seule entreprise. 4 Loyer de base consolidé : loyer de base du secteur, correspondant à la moyenne des loyers de base des 33 S.I.S.P. 13

14 Résultat global des S.I.S.P. Total des pertes ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) Total des bénéfices Solde Nombre de S.I.S.P. En perte En bénéfice Résultat moyen par S.I.S.P Nombre total de logements Résultat moyen par logement Elle nous permet également d établir une typologie du compte de résultats par rapport au loyer de base du secteur. Les principales charges du secteur sont: le financement des constructions/rénovations, comprenant l amortissement et les intérêts (environ 35% des loyers de base); les travaux à charge des S.I.S.P. effectués dans les logements (17% des loyers de base); les travaux à charge des locataires (12% des loyers de base); les consommations des locataires (17% des loyers de base); le précompte immobilier (11% des loyers de base); les pertes pour logements inoccupés (4% des loyers de base) ainsi que, ce que nous appellerons de manière générique, les «charges & produits de gestion» des S.I.S.P. Ces postes ont une influence décisive sur la rentabilité comparative des S.I.S.P. Ce sont donc les paramètres clés que nous utilisons pour comparer la rentabilité des S.I.S.P. Les moyennes mensuelles par logement Pour 2001, le loyer de base mensuel moyen était de 217 par logement; le loyer réel mensuel moyen est de 191 par logement. Les charges locatives par logement se sont élevées, en moyenne, à 80 par mois. Les travaux d entretien et de réparation dans les immeubles représentaient 37 par mois, par logement. Le précompte immobilier s élevait à 24 par mois par logement. Le financement du logement coûte en moyenne 75 par mois par logement. Les «frais de gestion» représentent par mois environ 60 en moyenne par logement. L évolution du résultat net des S.I.S.P.: tendance générale Pour l ensemble des S.I.S.P., l évolution du résultat net en est résumée dans le tableau ci-dessus. Nous constatons une évolution favorable du résultat pour l ensemble du secteur à partir de l exercice Le résultat de l exercice 2001 est en augmentation de , en comparaison avec celui de l exercice Ceci ne reflète donc pas nécessairement l évolution observée pour les comptes courants auprès de la S.L.R.B, laquelle confirme plutôt une détérioration de ceux-ci depuis

15 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars Situation du bilan consolidé du secteur 2001 Le bilan consolidé simplifié des S.I.S.P se présente de la manière suivante: ACTIF EXERCICE % PASSIF EXERCICE % 2001 BILAN 2001 BILAN ACTIFS IMMOBILISES ,32% CAPITAUX PROPRES ,52% Frais d établissement 0 0,00% Capital ,56% Immobilisations incorporelles ,01% Primes d émission 0 0,00% Immobilisations corporelles ,27% Plus-values de réévaluation ,14% Immobilisations financières ,04% Réserves ,98% ACTIFS CIRCULANTS ,68% Résultat reporté ( ) -4,01% Créances à plus d un an ,15% Résultat de l exercice ,38% Stocks et commandes en cours ,16% Subsides en capital ,47% Créances à un an au plus ,88% PROVISIONS ET IMPOTS DIFFERES ,55% Placements de trésorerie ,38% DETTES ,92% Valeurs disponibles ,75% Dettes à plus d un an ,66% Comptes de régularisation ,36% Dettes à un an au plus ,87% TOTAL DE L ACTIF % Comptes de régularisation ,40% TOTAL DU PASSIF % RATIOS DU BILAN 2001 Equilibre financier (1) 1,0 Liquidité ou fonds de roulement net (2) 1,2 Solvabilité (3) 1,0 Indépendance financière (4) 0,0 (1) capitaux permanents / actifs immobilisés (2) (actifs circulants créances long terme) / dettes à court terme (3) actifs immobilisés / total dettes (4) capitaux propres / total bilan En résumé, Les actifs fixes (bilan patrimonial) sont entièrement financés par des capitaux permanents et non par des capitaux à court terme. Un certain équilibre est donc assuré, signe d une bonne structure financière. Le ratio de liquidité montre que le secteur est capable de faire face au remboursement de ses dettes à court terme. Le ratio de solvabilité permet de déterminer si le secteur est capable de faire face à toutes ses dettes. Le résultat ici indique que l ensemble des 33 S.I.S.P. peut couvrir l ensemble de ses dettes avec son patrimoine, même sous-évalué par rapport à la réalité. Le degré d indépendance financière révèle que celle-ci est quasi inexistante et qu elle est inversement proportionnelle à l importance des dettes à long terme qui représentent, dans la grande majorité des cas, des crédits budgétaires octroyés par la Région bruxelloise. Face à une perte reportée qui se monte à , force est de constater qu il serait utopique aujourd hui, et pour le moins déraisonnable, de vouloir résorber ce montant sans l aide de la Région. L apparition, depuis 1990, de ce qu on appelle l Allocation Régionale de Solidarité (ARS) permet de résorber actuellement de 75 % le déficit social. Ce subside est partagé par 21 S.I.S.P. Au moins 2/3 du secteur présentent donc des difficultés d équilibre budgétaire en rapport à la perception de loyers réels de plus en plus bas. Grâce à l allocation régionale de solidarité, le résultat consolidé a pu devenir positif, comme le montre le tableau ci-après. 15

16 Les résultats consolidés des S.I.S.P. après l intervention de l allocation régionale de solidarité (ARS), de 1985 à 2001 Année Résultat consolidé ARS % déficit social % % % % % ± 64% ± 63% ± 66% ± 64% ± 60% ± 62% ± 44% En conclusion, le bilan consolidé ne donne qu une image, un reflet de la réalité. Il est, certes, en équilibre; mais, pour faire face à la conjoncture économique défavorable, il nous faut de plus en plus de subsides pour pouvoir garder le patrimoine en bon état pour les habitants de nos logements sociaux. Derrière ces chiffres, il y a bien sûr d autres problèmes, d ordre social, technique, etc., et chaque S.I.S.P. reste un cas assez particulier qu il convient de soutenir de manière adéquate. 3. «Rapport annuel de la SLRB 2002» Ce rapport contient les informations essentielles du secteur, à savoir, le rapport de gestion (construction de logements, activités de rénovation, financement des investissements, annuités dues par les S.I.S.P., etc.) et des tableaux de statistiques relatives aux S.I.S.P., aux loyers et charges locatives, ainsi que des statistiques «ménages locataires». Ce rapport est disponible à la bibliothèque de la S.L.R.B. Thierry LEBLANC, économiste, service financier, S.L.R.B. 16

17 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 L inscription multiple: réalisations et premières constatations Introduction La dernière grande opération dans le cadre des inscriptions multiples est terminée. Il s agissait d intégrer dans le nouveau système d inscription les candidatures anciennes, introduites avant le 1 er janvier Pour ce faire, il a fallu préalablement fusionner en une seule «inscription multiple» prise en charge par une SISP de référence à désigner par chaque candidat à cet effet les candidatures déposées séparément jusqu à cette date par un même ménage auprès de différentes SISP. Grâce à cette opération, on dispose à présent d un aperçu complet du nombre d inscriptions, tant au niveau de la société de référence qu au niveau des sociétés de seconde ligne. Les chiffres A l heure actuelle, plus de candidats sont inscrits en vue de l obtention d un logement social. Ces candidats se sont, par ailleurs, également inscrits auprès de cinq autres sociétés en moyenne. En extrapolant les chiffres à l année en cours, nous voyons que plus de candidats se sont inscrits et ont eu recours aux inscriptions multiples en se portant aussi candidats auprès de huit autres sociétés en moyenne. Au total, inscriptions ont été enregistrées à titre d inscriptions de seconde ligne. Observations à propos des chiffres Le nombre Nombre de logements dans le logement social en Région bruxelloise: Les mouvements de locataires, le nombre d attributions par an: en 2002 il y a eu attributions, en et en Il n est pas possible de définir de manière certaine les causes de la baisse du nombre d attributions. Il y a, d une part, la tendance dans le chef des locataires de certaines sociétés à rester plus longtemps dans un logement et à s adresser moins vite au marché privé et, d autre part, il y a le fait que, pour le moment, moins de logements sont disponibles en raison de projets de rénovation. Nous pouvons encore affirmer que, si la tendance se maintient, le nombre de logements attribués variera de à par an. Ce chiffre contraste donc de manière flagrante avec le nombre de candidats qui demandent un logement et qui y ont droit, à savoir Les sociétés de référence Les sociétés de référence les plus importantes sont les grandes sociétés des communes de la première couronne de la Région bruxelloise, à savoir Molenbeek, Anderlecht, Bruxelles et Laeken, et St.-Gilles, parmi lesquelles Molenbeek arrive nettement en tête quant au nombre de candidats, à savoir plus de 2.000; au deuxième rang figure Anderlecht avec quelque candidats; suivent Bruxelles, Laeken, St.-Gilles et Schaerbeek avec inscriptions à titre de sociétés de référence. Les SISP ayant le plus grand nombre de candidats à titre d inscriptions de seconde ligne sont Sorelo, avec près de candidats, Lorébru avec plus de candidats et Le Logis avec candidats. Cette année, quasiment toutes les S.I.S.P. ont enregistré plus de inscriptions de seconde ligne, à l exception de Molenbeek, Saint-Gilles, Saint-Josseten-Noode et Schaerbeek. Reinhilde VANHERP, déléguée sociale, SLRB 17

18 AGORA 18 Le Forum Qualité du Logement social Le 8 décembre 2003, le logement social était à nouveau l invité au Palais des Beaux-Arts, le prolongement en quelque sorte de l exposition «Le logement social au musée?». La manifestation avait comme but avoué par ses organisateurs de «mettre en présence le secteur du logement social belge avec les architectes pour qu ils saisissent exactement les desiderata des maîtres d ouvrage en matière de qualité pour les habitations sociales». C est sur cette base que la S.L.R.B., la V.H.M. et le Fonds du Logement wallon ont répondu à l invitation du C.I.A.U.D1., organisateur de l événement. Le présent article reprendra l exposé que j ai présenté en tant que directeur du service technique de la S.L.R.B. Il se compose de deux parties: les critères de qualité et leurs fondements, d une part, et leur application, en tout ou partie, dans trois projets récents, d autre part. A. Les critères de qualité et leurs fondements Il convient de partir de la définition que j ai donnée du logement social lors de l exposition-débat «Le logement social au musée?» et plus particulièrement dans l exposé sur «les 15 ans du logement social». J y soulignais que le logement social avait pour missions de mettre en location, pour des «cellules familiales» qui répondent aux conditions d accès, un logement doté du confort moderne et situé dans un environnement non stigmatisant, offrant la possibilité d un accompagnement social, et ce, contre un loyer dont les paramètres de calcul comprennent, à la fois, le prix de revient actualisé du logement et les revenus des locataires. 1. Donner en location Depuis le moratoire d interdit de vente du début des années 90, la mise en location est la seule spécificité du logement social de la Région bruxelloise. Plus précisément, la fonction de «bailleur social» constitue une profession à part entière. Relevons la différence avec le métier de syndic des propriétaires du secteur privé: il s agit ici de la globalisation de la gestion de l ensemble des logements répartis entre 33 sociétés immobilières de service public et l accompagnement social de leurs occupants. Par ailleurs, ce bailleur doit faire face à bien des défis: entretenir les immeubles, mettre aux normes de confort moderne nombre de logements faisant partie d un patrimoine ancien, lequel est parfois classé, ce qui renforce alors la lourdeur des procédures; augmenter ce nombre par la construction de petites entités, réparties harmonieusement dans la ville, participant ainsi à la politique de rénovation urbaine; anticiper aussi les exigences du développement durable auxquelles nous n échapperons pas. Pour soutenir ce bailleur au niveau technique, ses conseillers, dont les architectes, doivent faire preuve d une qualité importante: le respect des délais d exécution des projets. Nous avons la confirmation aujourd hui que candidats locataires sont en attente d un logement. Il y a donc urgence. Par conséquent, tout auteur de projet qui a fait le choix de collaborer avec notre secteur se doit de maîtriser outre ses propres connaissances techniques, tous les paramètres que représentent les impératifs de la CRMS 2, des pompiers et de l urbanisme. La connaissance des marchés publics est fondamentale pour éviter que des cahiers des charges incomplets ou contradictoires ne mettent en péril le résultat des mises en concurrence ou encore ne compliquent l exécution des marchés mêmes. Une disponibilité, depuis l élaboration du projet et ce jusqu à la fin de l exécution des travaux est essentielle. Derrière toute construction de logements, des candidats locataires attendent; derrière toute rénovation, des locataires s inquiètent avant et durant les travaux. Mais qu attendent en réalité les locataires? Pour ceux-ci, qui sont tous différents du point de vue de la composition familiale, de l origine culturelle et sociale notre parc de logements sociaux peut-il être envisagé sous l angle d une standardisation maximale, gage d une économie certaine? Nous en doutons. Mais le logement social doit trouver un commun dénominateur situé entre le logement spécifique du secteur privé et les immeubles sans différentiation d une standardisation médiocre. 1 C.I.A.U.D. : Centre d'information pour l'architecture, l'urbanisme et le Design, A.S.B.L. créée en 1973, éditeur de la revue A+. 2 C.R.M.S. : Commission royale des Monuments et Sites.

19 S.L.R.B.-Info n 37 Janvier - Février - Mars 2004 Pour être de qualité, un logement social doit aussi tenir compte des spécificités suivantes: le taux important de rotation des locataires nécessite la prise en compte des déménagements, en prévoyant des facilités d accès et des choix de matériaux sobres mais résistants pour les communs. La polyvalence aussi est de mise: il apparaît que les locataires sociaux attendent des lieux à géométrie simple, sans trop de recoins, facilement meublables; il n est souvent pas question pour les locataires de racheter un mobilier adaptable aux pièces sophistiquées. Les contestations concernant les niveaux divers de consommation suggèrent de prévoir l individualisation des différents compteurs de passage. Par ailleurs, l occupation plus intensive des logements, dont les surfaces sont paradoxalement limitées, implique l implantation de coins de rangement, le renforcement de la gestion des déchets et, vu la fréquence des interventions techniques, une implantation de l accessibilité aux gaines techniques dans les communs. 2. Les cellules familiales évoluent Les cellules familiales traditionnelles sont en complet bouleversement: séparation, recomposition, départ plus tardif des enfants, rendent pertinentes les réflexions sur la modularité des logements. Modularité que l on appellerait «interne», d une part, avec l usage de cloisons amovibles entre les pièces de vie; modularité «externe», d autre part, grâce à une étude de projets permettant un remembrement de logements à peu de frais. L intégration de grands logements dans les bâtiments et la coexistence harmonieuse des divers types de familles peuvent être améliorées en recourant pour les grandes familles au système de duplex situés aux rez-dechaussée. En limitant la vue directe des habitants résidant aux étages, sur les jardins éventuels, tous y trouvent leurs intérêts le mieux servis. En effet, les jardins retrouvent leur fonction d espace privé en même temps que les occupants des étages bénéficient d une plus grande quiétude grâce à la diminution de la fréquence des passages dans les communs. 3. Des logements dotés d un confort moderne Le nouveau code du Logement applicable depuis peu en Région de Bruxelles-Capitale est évidemment la base incontournable pour le logement social et va engendrer l étude de beaucoup de nouveaux projets. Je pense que détailler les nouveaux impératifs est inutile: j imagine mal des projets de rénovation sans salles de bains, chauffage et production d eau chaude, ou encore, avec une installation électrique indigente. Par ailleurs, les normes particulières de notre secteur sont contenues dans le document de travail PO/84 3 et fixent notamment les ratios de superficie par chambre. Alors que nous sommes au lendemain de l année de la personne handicapée, que fut 2003, je ne saurais assez insister sur les projets qui rencontrent les besoins des personnes à mobilité réduite: leur accessibilité aux logements devrait être tout particulièrement étudiée. Une enveloppe de bâtiment soignée permettant d individualiser les lieux participe aussi à la qualité tant esthétique que technique qui doit être recherchée. Le confort moderne n implique pas que les cuisines et les salles de bains soient «super équipées»: leur coût augmente inutilement les loyers tandis que, par ailleurs, les locataires emménagent avec leur propre mobilier. En revanche, vu l occupation intensive de bien des logements par des locataires dont beaucoup sont, par la force des choses, professionnellement inactifs, l isolation phonique ainsi que des configurations évitant au maximum les vis-à-vis me semblent essentielles. 4. Des logements situés dans un environnement non stigmatisant Pénétrer dans certaines cités s apparente à franchir une frontière: absence de toute réflexion sur les abords, immeubles uniformes dont la pérennité pose problème. Or, un projet de construction ou de rénovation se doit d intégrer cet aspect qui n est pas qu esthétique. Certains projets ne porteront d ailleurs que sur cette revalorisation des abords des immeubles, rehaussée d œuvres d art le cas échéant: cet aspect de la culture est spécialement prévu dans les importants investissements réservés à notre secteur. En prolongement de ces préoccupations, la politique actuelle a mis un terme à l extension des cités, pour privilégier la construction de petites entités dispersées et intégrées au mieux dans la ville. Une réflexion originale à ce propos contribue également à garantir la bonne qualité. 5. Accompagnement social Comme je le relevais dans les missions de notre secteur, «l offre d un accompagnement social» met en exergue cette préoccupation renforcée à l égard des locataires. Dans cette optique, il me paraît que l intégration de lieux communautaires dans les projets est un gage de qualité. 6. Le loyer Tout le génie consiste à associer la qualité minimale à offrir et un loyer perçu n excédant pas un maximum fixé assez bas compte tenu des revenus des ménages bénéficiaires. 3 Le document PO/84 (édité en son temps par la Société nationale du Logement) recense les instructions relatives à l'établissement des projets d'urbanisation de terrains et de construction de logements sociaux. 19

20 Comme le loyer à percevoir est déterminé en partie par le prix de revient actualisé du bien, la maîtrise des coûts de construction et de rénovation est incontournable tant lors de l élaboration des projets que de leur exécution. La moyenne actuelle pour les rénovations oscille entre et euros par m? de surface brute. La maîtrise des charges constitue également une grande priorité actuelle pour des locataires qui s appauvrissent toujours plus. Toute consommation doit pouvoir être réduite au maximum, que ce soit l eau, l électricité, le gaz de chauffage et/ou des installations de production d eau chaude sanitaire. Dans le secteur du logement social, tant le bailleur que les locataires attendent une réflexion pointue aussi à ce niveau. J y ajouterai le prolongement vers le logement durable: Récupération de l eau de pluie (bien dont on commence à mesurer l importance); diminution des consommations; adaptation du type de production de chaleur aux spécificités des lieux; les productions centralisées au gaz avec appoint de l énergie solaire, la cogénération initiée déjà par une de nos S.I.S.P sont des pistes intéressantes. Le tour de force consiste en réalité à rénover et à construire dans le respect du développement durable avec des matériaux de qualité dans les limites d un budget restreint, des bâtiments capables de résister à une utilisation intensive et dont la maintenance peut être minimalisée. B Exemples récents 1. L ensemble Delva-Fineau-Mabille Auteur du projet de rénovation: Atelier de Bruxelles M. Lacour Architecte d opération: C. Verbruggen L investissement s élève, hors frais, à 635 le m 2 de «rénovation brute», ou à 963 le m 2 de «surface logement». Certaines chambres ont des cheminées permettant l installation des poêles. A l époque, les comparaisons qui pouvaient être faites entre ces tout nouveaux logements et les taudis sont à la mesure de celles que nous pouvons faire entre ce complexe et nos ensembles modernes. Relevons dans l appréciation de la S.I.S.P. sur ce bâtiment: l absence de salles de bains, les surfaces habitables très nettement insuffisantes au regard du PO/84, l éclairage naturel déficient dans certaines pièces centrales. Par ailleurs, des bâtiments humides, non isolés sont devenus instables dans la partie arrière, les toitures sont 20 Des ascenseurs au-delà de 4 étages seulement, et en nombre limité après une étude approfondie de la configuration des immeubles. Une certaine pérennité mise en œuvre par des travaux respectueux de l environnement et du voisinage, y compris des locataires. Nous voyons, et les conseillers du logement social, avec nous, que les attentes de notre secteur sont nombreuses et exigeantes. Le logement social a été au début du siècle dernier à l avant-garde avec des ensembles remarquables que sont les cités-jardin mais aussi les immeubles intégrés dans la ville. 1 Début des années 20, le Foyer Laekenois érige 77 logements sur le site délimité par les rues Delva-Fineau- Mabille à Laeken. L étude de lots de petites dimensions est confiée à 6 architectes qui vont diversifier l aspect de l ensemble s adaptant au parcellaire traditionnel bruxellois, étroit et individualisé. Chacune des entrées se prolonge par une cage d escalier desservant les logements dotés de la salle commune faisant office, à la fois, de cuisine, de pièce d eau et de vie. Les WC sont situés sur la terrasse ouverte. Complexe Delva-Mabille-Fransman. Implantation des 77 logements. On peut y distinguer les parcelles étroites et individualisées. (plan S.I.S.P.) vétustes et froides et les installations sanitaires impossibles à moderniser; bref un confort rudimentaire s y associe à une dégradation générale des lieux nécessitant une réhabilitation.

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR

BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR BELAC 3-09 Rev 4-2015 BUREAU D'ACCREDITATION : REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site internet de BELAC (www.belac.fgov.be)

Plus en détail

Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le

Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le Section locale de Saint-Ghislain faisant partie de la Fédération du M.J.S. Mons-Borinage et sous le patronage du Mouvement des Jeunes Socialistes A.S.B.L. 1

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission du logement et de la rénovation urbaine REUNION DU MARDI 23 AVRIL 2002 Conseil de la Région de

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Le 4 février 2012, à l Isle-Adam (95290), Maison de l Amitié, 44, avenue de Paris, les membres de l association «Initiatives et Actions

Plus en détail

Association des Etudiants et Résidants. Gabonais de Nantes et ses alentours - STATUTS -

Association des Etudiants et Résidants. Gabonais de Nantes et ses alentours - STATUTS - Association des Etudiants et Résidants Gabonais de Nantes et ses alentours - STATUTS - Chapitre I : Objectifs, siège sociale et durée de vie. Article 1 : Sur le Nom Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

Le Parlement wallon a adopté et Nous, Gouvernement wallon, sanctionnons ce qui suit :

Le Parlement wallon a adopté et Nous, Gouvernement wallon, sanctionnons ce qui suit : DÉCRET modifiant le décret du 15 décembre 2011 portant organisation du budget et de la comptabilité des services du Gouvernement wallon, le décret du 5 mars 2008 portant constitution de l Agence wallonne

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail

Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud

Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud Règlement de fonctionnement et d organisation de la Cour des comptes du canton de Vaud Projet soumis à la consultation du Conseil d Etat 30 avril 2008 I. CHAMP D APPLICATION... 2 Art. 1. Objet... 2 II.

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET R E G L E M E N T I N T E R I E U R D U C O N S E I L M U N I C I P A L Adopté par délibération n 36/2014 en date du 02 juillet 2014 Commune

Plus en détail

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 REGLEMENT INTERIEUR. En application de l article 25 des statuts il est créé un Règlement Intérieur. ART. 2 CONSTITUTION. (article 1 des statuts) Seuls les associations et

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG STATUTS DE L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES INSTITUTIONS DE CREDIT SUR GAGES ET SOCIALES TITRE I NATURE, ORIGINE, OBJETS ET SIÉGE Article 1.- L Association Internationale des Institutions de Crédit sur

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

Règlement de fonctionnement du conseil syndical de la copropriété Super Valmont

Règlement de fonctionnement du conseil syndical de la copropriété Super Valmont Règlement de fonctionnement du conseil syndical Suite au Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 paru au J.O n 128 du 4 juin 2004, l article 15 précise que le conseil

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés

Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés Loi N 2004/016 du 22 juillet 2004 portant création, organisation et fonctionnement de la commission Nationale des Droits de l Homme et des Libertés L Assemblée nationale a délibéré et adopté, Le Président

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Missions des comités en détail

Missions des comités en détail Missions des comités en détail Missions et attributions des Comités du Conseil Le Conseil d administration a défini dans son règlement intérieur les missions et attributions de ses différents Comités permanents

Plus en détail

SESSION 2008 UE4 - COMPTABILITÉ ET AUDIT. Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5

SESSION 2008 UE4 - COMPTABILITÉ ET AUDIT. Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5 820004 DSCG SESSION 2008 UE4 - COMPTABILITÉ ET AUDIT Durée de l épreuve : 4 heures - coefficient : 1,5 Document autorisé Liste des comptes du Plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion

Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion Le fonctionnement du conseil municipal * * * Association des maires du département de La Réunion I. La préparation de la séance du conseil municipal II. La séance du conseil municipal III. Les comptes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL BRIE PICARDIE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA CAISSE REGIONALE * * * * * * * * * *

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Règlement d'ordre Intérieur de l'association GIVE EUR-HOPE ASBL

Règlement d'ordre Intérieur de l'association GIVE EUR-HOPE ASBL Règlement d'ordre Intérieur de l'association GIVE EUR-HOPE ASBL A. Généralités Article 1 : Base juridique Article 2 : Objectif,»Mission Statement», Critères Article 3 : Pouvoir règlementaire du conseil

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

STATUTS DU PORT DE BRUXELLES. Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993)

STATUTS DU PORT DE BRUXELLES. Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993) STATUTS DU PORT DE BRUXELLES Statuts du Port de Bruxelles (Moniteur belge du 18 février 1993) 15 JANVIER 1993. Arrêté de l Exécutif de la Région de Bruxelles-Capitale portant adoption des statuts du Port

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale 1. Généralités Trois documents d importance fondent l essentiel des règles applicables en matière de confection du budget, de gestion financière quotidienne

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013

Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013 ASL_statuts_couv_Mise en page 1 07/10/13 14:53 Page1 «Comment faire?» 7 Une collection de nouveaux guides gratuits pour le Salon indépendant de l ARC et de l UNARC du 16 et 17 octobre 2013 ASL ou AFUL

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

Statuts de la Société Coopérative social-in3

Statuts de la Société Coopérative social-in3 Statuts de la Société Coopérative social-in3 dénommée «social-in3» COOPÉRATIVE POUR L APPLICATION ET L EXPLOITATION DE RECHERCHES ET DE TECHNOLOGIES PAR ET POUR LES INVENTEURS, CHERCHEURS ET CONTRIBUTEURS.

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale LES COMITES D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Les dispositions présentées sont issues de la réglementation modifiée par le décret

Plus en détail

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE

ASSOCIATION «MARSEILLE Horizon» pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE ASSOCIATION pour la PROMOTION de MANIFESTATIONS SPORTIVES & EDUCATIVES à MARSEILLE Titre 1 - CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400)

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) 21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) Ce décret a été modifié par le décert du 25 juillet 1991. Session 1989-1990.

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Vu le Décret N 2014-200 du 11 Avril 2014, portant nomination du Premier Ministre Chef de Gouvernement ; DECRETE :

Vu le Décret N 2014-200 du 11 Avril 2014, portant nomination du Premier Ministre Chef de Gouvernement ; DECRETE : GOUVERNEMENT -------- DECRET N 2014-1127 du 30 juillet 2014 portant présentation au Parlement du Projet de Loi n 011 /2014 du 10 juillet 2014 régissant la dette publique et la dette garantie par le Gouvernement

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ASSYSTEM REGLEMENT INTERIEUR Etabli par le Conseil d Administration du 22 mai 2014 1 Préambule Adopté en séance le 22 mai 2014 suite à l Assemblée Générale Mixte de la Société

Plus en détail

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er -

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er - STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION - Article 1 er - Les organisations ci-après énumérées décident de constituer, sous l'égide de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs,

Mesdames, Messieurs, Mesdames, Messieurs, Les objectifs de l arrêté ministériel visant à élargir le champ d application du système de l économie d insertion sociale et la volonté politique fédérale en matière d économie sociale Permettez-moi tout

Plus en détail

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE

ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE ETUDE PTB : ON NE PEUT PAS HABITER SUR UNE LISTE D ATTENTE Introduction En 2013, le gouvernement bruxellois se montrait fier de son plan ambitieux (selon lui) de construction de logements sociaux à Bruxelles

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1

Table des matières. Préface VII. Table des matières. Introduction 1 Préface Table des matières V VII Introduction 1 1. Historique du Code du logement de la Région de Bruxelles-Capitale 1 1.1. La compétence fédérale 1 1.2. Le début de la régionalisation 1 1.3. Les objectifs

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Moniteur de prévention incendie 2012

Moniteur de prévention incendie 2012 Moniteur de prévention incendie 2012 Page 1 de 9 Introduction Dans le cadre du Plan national de Prévention des Incendies dans les Habitations 2012, le Service public fédéral Intérieur a commandé, en collaboration

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre

Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre Déclaration de succession: modifications importantes en Flandre Avenue Lloyd Georges 11 I 1000 Bruxelles www.notairesberquin.be Eric Spruyt, notaire-associé Berquin Notaires scrl, Prof. KU Leuven et Fiscale

Plus en détail

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation

Procédure DSP normale. 1. La décision de principe de la délégation Procédure DSP normale 1. La décision de principe de la délégation Les assemblées délibérantes des collectivités territoriales, de leurs groupements et de leurs établissements publics se prononcent sur

Plus en détail

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris.

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris. FONDATION MÉDÉRIC ALZHEIMER Fondation reconnue d utilité publique (Décret du 26 août 1999 JORF n 198 du 27 août 1999 p.12776) N SIRET : 428 994 008 00012 STATUTS I - But de la Fondation Article 1 er La

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL COMMUNE DE VAL-DE-RUZ RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL à l appui d une demande d un crédit d'engagement de CHF 160'000.- pour la rénovation et l isolation des façades du bâtiment sis à l

Plus en détail

Règlement n o 552-07. Règles de contrôle et suivi budgétaire

Règlement n o 552-07. Règles de contrôle et suivi budgétaire Règlement n o 552-07 Règles de contrôle et suivi budgétaire Adopté le : 1 er octobre 2007 Amendé le : 14-04-2008 par règl. n o 552-1-08 08-03-2010 par règl. n o 552-2-10 11-01-2011 par règl. n o 552-3-10

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

toutefois être envisagées. L Union des Villes et Communes de Wallonie fait le point sur ce dossier.

toutefois être envisagées. L Union des Villes et Communes de Wallonie fait le point sur ce dossier. Les normes SEC 95 et la trajectoire budgétaire Évolutions récentes KATLYN VAN OVERMEIRE CONSEILLER La méthode comptable dite "SEC 95" est le standard de référence pour évaluer les objectifs budgétaires

Plus en détail

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012.

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012. à Mesdames et Messieurs les Bourgmestres et Echevins de la Région de Bruxelles-Capitale Pour information : A Mesdames et Messieurs les Receveurs communaux Sophie Jurfest T 02 800.32.71 F 02 800.38.00 sjurfest@mrbc.irisnet.be

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Statuts de l association VIA Centrale Réseaux

Statuts de l association VIA Centrale Réseaux Statuts de l association VIA Centrale Réseaux en date du 13 Janvier 2008 Article 1 - Forme La présente association est régie par : la loi du 1er juillet 1901 le décret du 16 août 1901 les présents statuts

Plus en détail

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 D E C R E T S Décret exécutif n 09-18 du 23 Moharram 1430 correspondant au 20 janvier 2009 fixant la réglementation relative à l exercice de la profession

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 4 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

STATUTS SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31-

STATUTS SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31- STATUTS DU SERVICE DE SANTE AU TRAVAIL DE MURET-31- TITRE I - CONSTITUTION ET OBJET DE L ASSOCIATION- Article 1 Constitution-Dénomination Entre les personnes physiques ou morales qui adhèrent aux présents

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers?

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Toiles @ penser Cahiers d éducation permanente de La Pensée et les Hommes Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Cahier n 2006-01-002 Toiles@penser Cahier n 2006-01-002 Connaissez-vous nos

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail