EVOLUTION DES TRANSPORTS COLLECTIFS URBAINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EVOLUTION DES TRANSPORTS COLLECTIFS URBAINS"

Transcription

1 EVOLUTION DES TRANSPORTS COLLECTIFS URBAINS L : interopérabilité des systèmes billettiques dans les transports EIBSd Transports, Billettique, 1 nteropérabi 1 ité, Projets. publics par Gilles de CHANTÉRAC, SNCF La volonté d'intermodalité aujourd'hui partagée par tous les acteurs du monde des transports conduit la SNCF à occuper une place particulière dans les débats sur l'interopérabilité dans les domaines de la billettique. 1. De la billettique à la billettique, ou From " ticketing systems " to " fare collection systems " Le mot billettique est indifféremment utilisé pour désigner tous les modes de gestion de l'information destinés à remplacer un " billet ". Dans la pratique, on peut distinguer deux modes fondamentaux de gestion : - L'information est au sol, et la carte porte les identifiants du client ou du " dossier voyage ". La carte, seule, ne donne aucune information sur les achats ou réservations effectués par le client. Elle n'est pas en elle-même porteuse de valeur. On peut en imaginer l'application à tous les systèmes de réservation, ferrés, aériens, spectacles etc. Ces applications trouvent leur aboutissement dans le " ticketless ", lorsque l'accès est suffisamment filtré pour éviter la remise d'un quelconque reçu au client. Les chemins de fer n'en sont pas au ticketless, mais une application comme celle de la carte " grand voyageurs " de la SNCF offerte aux clients Grandes Lignes les plus fidèles est de ce type. Billettique se traduit ici plutôt par " ticketing " - Toute l'information est dans la carte. Selon le cas, un " miroir " destiné à gérer la sécurité peut exister ou non dans le système. Celui-ci porte par contre toujours un certain nombre d'informations agrégées destinées à la gestion clientèle ou à tout le " back-office " de l'entreprise. La carte est l'objet porteur de valeur. Tel est le cas de la billettique des transports régionaux. Les systèmes centralisés sont mal adaptés au nombre de clients et d'opérations de vente et de validation quotidiennes et au caractère off-line de beaucoup des appareils, qu'ils le soient par nature pour être embarqués dans les véhicules ou par souci de disponibilité ou de sécurité lorsqu'ils sont répartis sur le terrain sans surveillance possible. Billettique se traduit plutôt ici par " fare collection system ". C'est sur ce type d'applications adapté aux billettiques régionales que se focalise la réflexion sur l'interopérabilité. SYNOPSIS 'Dans! e domaine de la billettique, qui désigne les méthodes destinées à remplacer les billets dans le domaine des transports, l'information peut être stockée sur la carte ou " au so! ", la carte servant alors uniquement d'identifiant. - Uinteropérabilité, qui se définit comme la coexistence transparente de différents systèmes de billetterie, est envisagée différemment que l'on se place du point de vue du client, de l'exploitant ou de la technique. o Désormais, des réflexions s'engagent aussi sur les perspectives d'ouverture à d'autres applications du transport : stationnement et péage routier. o In ticketing systems intended to replace paper tickets, information may either be stored directly on a smart card, or in a central system with the card used solely for identification. othe requirements for interoperability, or the ability to link different ticketing systems together seamlessly, are seen differently by passengers, operators and designers. o Additional applications in parking and motorway toll payment systems are also being studied.,ni, 68 T,,i) 200) 1 1

2 L'interopérabilité des systèmes billettiques dans les transports publics 2. L : interopérabilité selon trois points de vue L'UTP l') a entrepris il y a quelques mois la rédaction d'un document fonctionnel commun sur la billettique, destiné à nourrir les projets dans le cadre d'une charte d'interopérabilité billettique diffusée par la DTT (2). Ce travail, qui est en phase d'aboutissement (début 2000), donne de l'interopérabilité les éléments de définition suivants : " L'interopérabilité d'un système de billetterie ou de billettique est la coexistence transparente de différents systèmes de billetterie. On s'en approche d'une part en développant la faculté pour un client de pouvoir accéder à différents services de transport, gérés par différents exploitahts, avec le même support de titres de transport, d'autre part en laissant la possibilité pour un transporteur de diffuser chacun de ses titres sur différents supports. Au niveau technique, cela correspond à une indépeudance entre le titre et le support sur lequel il peut être inscrit. " L'interopérabilité bancaire, l'interopérabilité des systèmes téléphoniques, la compatibilité des logiciels de façon générale nous ont amené à parler d'interopérabilité comme d'une chose naturelle, à la fois pour le client et pour leurs prestataires de services, et à la considérer comme une évidence technique. Les perspectives ouvertes aujourd'hui par les cartes multi-applicatives renforcent encore cette impression de facilité. Peut-être est-ce pour cette raison que les débats se sont pendant plusieurs années concentrés sur les choix techniques, et en particulier sur celui de la meilleure technologie de transmission sans contact. Les débats techniques ont ainsi longtemps escamoté les débats fonctionnels qui apparaissent aujourd'hui en pleine lumière dans la construction de chaque projet. La définition ci-dessus introduit les trois aspects essentiels de l'interopérabilité. 2.1 Le point de vue du client L'attente du client en matière d'intermodalité des transports urbains et régionaux ne se limite bien entendu pas à l'interopérabilité des cartes billettiques. Inversement, considérer l'interopérabilité billettique comme une offre commerciale conduit à identifier les segments de clientèle, avec le double objectif de répondre aux besoins de chacun d'eux et d'améliorer l'attractivité globale des transports en commun, ce dernier objectif pouvant conduire à cibler les efforts sur les segments d'utilisateurs aujourd'hui les plus occasionnels. On peut ainsi définir différents niveaux fonctionnels et géographiques de l'interopérabilité. (1) Union des transports publics. 2 D [rection des Transports Terrestres. L'interopérabilité de bassin de déplacement La notion de bassin de déplacement se traduit dans l'idéal par l'existence d'une communauté tarifaire, visible par le client à travers des tarifs multimodaux. Elle répond en général bien aux besoins du segment principal de la clientèle des transports publics. C'est également à ce niveau qu'on peut espérer sans doute le plus facilement d'augmenter l'attractivité vis-à-vis de la clientèle occasionnelle. C'est cette multimodalité tarifaire qui justifie la billettique et elle ne se conçoit pas sans l'interopérabilité de bassin. La puissance de calcul permet de traiter les problèmes sans aboutir aux solutions réductrices de nivellement tarifaire ou de juxtaposition obligatoire. Sa mise en place sera la plus facile, car elle regroupe les partenaires locaux habituels. L'interopérabilité inter-bassins Ce niveau d'interopérabilité permet au client d'utiliser sa même carte sur deux bassins de déplacement, correspondants par exemple à son bassin de domicile et à son bassin d'activité (travail, études). Cette interopérabilité apparaîtra rapidement indispensable autour des grandes agglomérations. Le trafic domicile-travail quotidien entre le grand bassin parisien et l'lie de France représente par exemple voyageurs/jour. Le traitement des relations interurbaines entre ces deux bassins peut selon le cas, et selon leur type, être prévu ou non. Les abonnements forfaitaires sur une origine/destination grandes lignes SNCF poseront sans doute peu de problèmes de principe. En revanche, le traitement de la billettique grandes lignes complète (billet et réservations) sur une carte interbassin n'est pas envisagée par la SNCF, faute surtout d'une visibilité claire sur la façon d'offrir au client un accès facile aux données sur la réservation et au contrôleur les outils adaptés. Dans un cas comme dans l'autre, l'adaptation du réseau de vente sera par contre sans doute lourde à gérer. L'interopérabilité nationale L'interopérabilité globale ne pourra être perçue par la clientèle comme un progrès que si elle reste simple d'utilisation. Les procédures de la souscription de la carte, d'habilitation auprès de chacun des sites, de renouvellement ou d'après-vente apparaissent au stade actuel complexes à concevoir en raison des mécanismes de compensation financière et de contrôles sécuritaires qui les conditionnent. " Une gamme de cartes permettrait à un client d'utiliser tous les transports en commun de France (ou d'europe), et réciproquement dans laquelle chaque titre de chaque opérateur pourrait être contenu sur chaque support, permettrait de toucher tous les Français susceptibles de l'utiliser un jour. " 1.Juin 2000

3 - ïi EVOLUTION DES TRANSPORTS COLLEE i standardisée, la description normalisée. d'un titre de transport étant émi.ssi.on émtsston c chargement 'selectton, ".-.. (pré-débit) conho s vplt atidn tion; ` SUIVICARTES 1 I 1 carre.spon'ance sécurité unté SUIVI CLfENT SUtV sutv! FLUX - * marketin SUtVt VENTES,.éPer<ttio compensatio 1. Evénements de la vie d'une carte. Cette définition de l'interopérabilité globale est l'objectif cible fixé par la charte billettique établie par la DTT. La construction de l'interopérabilité globale se fera donc certainement par étapes. Il n'en demeure pas moins nécessaire d'en définir au plus tôt les contours qui esquissent l'enveloppe fédératrice avec laquelle les applications locales doivent se préparer à s'interfacer. L'apport des porte monnaie électroniques bancaires en matière d'interopérabilité Il ne s'agit pas d'exposer ici tous les avantages pour les clients et pour les transporteurs des cartes porteuses d'une réserve d'argent ou d'un porte monnaie électronique (PME). On se contentera de dire de façon synthétique qu'elles permettent au client de prendre son billet et de le payer en une seule opération, que ce soit auprès d'un agent du transporteur ou sur un automate. Il faut par contre souligner que les cartes à réserve d'argent (dites aussi porte-monnaie privatif) limitent par nature l'interopérabilité à l'ensemble des partenaires émetteurs de cette carte. Il s'agit donc au départ d'une facilité limitée aux bassins de transport. L'extension à l'interopérabilité interbassins nécessitera autant d'accords de compensation et trouvera sans doute vite ses limites. La SNCF au contraire, et avec elle un certain nombre d'acteurs du transport et de l'industrie, voit dans le rapprochement de la billettique avec le porte monnaie électronique bancaire, une offre d'interopérabilité accrue. Le haut niveau de sécurité nécessaire contre la fraude doit en effet s'appuyer sur une clef d'accès nationale, problématique identique à celle du porte monnaie électronique bancaire. Sous couvert de l'utilisation de l'application PME, il sera donc possible de permettre l'achat et la mémorisation d'un seul titre de transport (ou de plusieurs identiques entre eux) en dehors du ou des bassins de déplacement de base. Cette limitation de l'objectif d'interopérabilité globale répond aux besoins de la majorité de la clientèle. Elle a le mérite de ne nécessiter aucune gestion de compensation entre les transporteurs, et de pouvoir être facilement 22 Le point de vue des exploitants La gestion communautaire Accepter l'interopérabilité, c'est accepter de mettre en commun certaines informations et certains processus. La télébillettique ayant des conséquences sur les processus financiers et commerciaux oblige les opérateurs et les autorités organisatrices à monter un projet complexe touchant à des sujets stratégiques. La figure 1 illustre, dans le cas de la télébillettique fonctionnant en pré-débit, les différents sujets qui se présentent au long de la vie de la carte : sécurité, partage de la connaissance de la clientèle, établissement des réseaux de vente, tarification, partage des recettes, règles de confidentialité. La confidentialité La confidentialité est un sujet particulièrement difficile. Il conduit à définir, parmi les données de la carte, celles qui sont accessibles par tous et celles dont l'accès est limité et dans quelles conditions. Le souhait de confidentialité a beau être partagé par tous, il se heurte à plusieurs difficultés. Fonctionnellement, la confidentialité doit ménager suffisamment de possibilités de renseigner le client sur le contenu de sa carte sans l'obliger à aller d'un transporteur à l'autre. Elle doit permettre le renouvellement les mêmes conditions. contrôle un accès suffisant à l'exercice dans Elle doit permettre aux agents de de leur fonction y compris dans les déplacements multimodaux ; elle doit permettre l'effacement des billets et abonnements périmés d'un autre transporteur lorsque la carte arrive à saturation de mémoire. Pour les clients eux-mêmes, elle complique les démarches pour obtenir des renseignements sur le contenu de leur carte, que ce soit sur un appareil simple personnel, sur les bornes d'information, ou auprès des personnels d'accueil, de contrôle ou de vente des transporteurs. Techniquement, la confidentialité peut se traduire par une variété des traitements de décodage ; elle entraîne des échanges supplémentaires carte/système pour sa gestion. Elle est donc facteur de coût sur la carte, sur le système, et peut être facteur d'allongement transaction. 2.3 Le point de vue technique de la durée de la L'interopérabilité technique ne s'obtient pas seulement par la carte mais par l'ensemble du système. Au niveau de l'utilisation, on peut illustrer sommairement les conditions à réunir pour exploiter simultanément plusieurs cartes. La même analyse doit être faite pour les fonctions de back-office..,,,6 Juin 2000

4 a - Dans la transmission sans contact de proximité utilisée, la carte dialogue par radio avec un " coupleur " dont le champ d'antenne fournit l'alimentation de la carte. La fréquence est normalisée, mais il existe deux types (A et B) normalisés de modulation radio du dialogue. Les coupleurs sont mixtes, et peuvent donc en théorie dialoguer avec toutes les cartes. Encore conviendra-t-il de s'assurer que la transition s'effectue correctement lorsque deux cartes de types de modulation différents se trouvent dans le champ de la même antenne. Les ordres élémentaires du dialogue sont également normalisés. Le premier ordre émis par le coupleur permet d'identifier le type de la carte. - Après l'identification du type de carte, le système doit s'adapter au logiciel de la carte. Ce logiciel comprend la gestion de la sécurité, la structure des fichiers, et éventuellement des " macro-commandes " qui accélèrent le dialogue et dont le principe n'est pas interdit par la normalisation puisqu'elles pourraient être remplacées par des suites de commandes élémentaires normalisées (lire, écrire, effacer...). D'où l'intérêt d'avoir des cartes de la même " famille logicielle ". L'adaptation sera plus simple et le tronc commun logiciel sera plus important. - En plus de l'identification du type de carte, le coupleur doit rechercher la référence de l'émetteur de l'autorité organisatrice). (codage En effet, dans un même type de carte, chaque émetteur aura encore pu choisir une façon différente de coder certaines données. C'est ce qu'on appelle des " instanciations " différentes l'adresse (par exemple, l'un aura décidé que du porteur est constituée de son code postal, l'autre se sera contenté du département). Les travaux de normalisation visent à leur standardisation. Les études en cours y contribuent dans le cadre de la charte " billettique " qui réunit la DTT, le STP, le GART et les transporteurs réunis au sein de l'utp, mais il restera sans doute toujours la nécessité et même la volonté de variations locales : la " carte orange " restera francilienne, le " Rhône Pass " ne sera jamais breton. Le système doit donc être capable de gérer les tables de transformation des instanciations des données que l'on veut pouvoir utiliser dans les niveaux supérieurs du logiciel. Ces trois niveaux rendent le dialogue techniquement possible. Il ne reste alors plus qu'à savoir quel degré de partage d'information auront choisi les partenaires émetteurs des différentes cartes : - L'accès aux différentes données de la carte est verrouillé par des clefs destinées à garantir la sécurité des transactions et à lutter contre la fraude informatique logiciel conçu par la SNCF et la RATP et porté sur la carte CD97 " utilise par exemple 3 clefs différentes pour l'application billettique selon qu'il s'agit d'une opération de personnalisation, de distribution ou de validation). Ces clefs doivent être connues du coupleur et de la carte, et (le ce qui suppose que les transporteurs qui les ont émises se les soient échangées ou qu'ils aient convenu d'utiliser mêmes. Techniquement, les clefs sont stockées dans des modules de sécurité (SAM pour Security Access Module) semblables aux cartes SIM des téléphones portables. Les coupleurs pourront porter plusieurs SAM, et chaque SAM pourra éventuellement porter plusieurs jeux de clefs. Mais l'échange de SAM entre communautés émettrices différentes restera à chaque fois une décision de coopération. La solution consisterait à faire porter une clef nationale billettique par certaines cartes et à la faire porter par tous les terminaux qui dialoguent avec les cartes. Comme déjà indiqué, l'application porte-monnaie électronique peut être l'opportunité de le faire en s'appuyant sur la clef unique nationale monétique du PME. L'actualité les récente a montré combien cette question des clefs était sensible. Il ne faut néanmoins pas perdre de vue que hélas il y a des moyens beaucoup plus simples de prendre les transports sans payer que dc fabriquer fausses cartes à puces sans contact : c'est tout simplement de voyager sans billet! Par rapport aux billetteries existantes, les cartes à puce constituent en revanche une technique beaucoup plus résistante à la falsification. - Les cartes étant multi-applicatives, chaque gestionnaire d'application de son application carte soit en soumettant peut enfin assurer la confidentialité de vis-à-vis des autres gestionnaires de la d'une autre clé qui lui est personnelle, soit en les cryptant à sa façon. Au sein de l'application leur accès à la présentation billettique, il peut en être de même pour chaque contrat de transport. Par convention entre les transporteurs, ceci n'est pas possible pour les données multimodales au sein d'une même communauté tarifaire. Les conventions des lieux, voire des produits. Vers entre opérateurs dépendront sans doute des solutions On aura compris à ce stade qu'il ne s'agit pas seulement de rendre interopérable des cartes, mais bien des applications complètes et complexes. On comprend aussi que la volonté d'être capable d'accepter des cartes interopérables ne fera pas obstacle à la mise en service de produits plus simples non interopérables les besoins mono ou multimodaux destinés à couvrir les plus simples à des conditions de prix plus abordables (aujourd'hui tes prix du marché commencent autour de 15FF (2,5 Euros) pour les cartes à microprocesseur, tandis qu'on pourra bientôt trouver à moins de 5FF des cartes à logique câblée à fonctionnalités très réduites. * CD 97 = carte déplacement, conçue en 1997 sur la base de spécifications établies par la SNCF et la RATP La carte CD97 a servi en particulier aux expérimentations billettiques menées en lie de France N' (, ILII,

5 LES PROJETS De nombreux projets sont en cours de développement en France. On peut citer ici certains des plus avancés : Lexpérimentation de Rennes Lexpérimentation a pour objectif : 'D'étudier l'évolution des métiers induite par la billettique. De définir les éléments permettant l'appropriation de la billettique multimodale par l'ensemble des acteurs du parti- système, en portant une attention culière : - pour les abonnés, à la consigne du geste de validation systématique - pour les occasionnels, à l'attractivité de la carte multimodale. Lexpérimentation est composée d'une phase laboratoire et d'une phase site. Elle se déroule pour la phase site sur l'axe TER Rennes Saint Malo et pour la partie transport urbain sur 4 lignes de bus dont une ligne d'approche urbaine (multimodalité alternative) et une ligne urbaine en correspondance (multimodalité de chaînage). - Octobre 1998 : démarrage de la phase laboratoire de l'expérimentation. Objectif : expertise Interface Homme Machine, étude des tâches, ajustement des procédures, impact métier. Mise en oeuvre : maquette composée d'équipements techniques normalisés qui permet de tester les agents vendeurs, contrôleurs, conducteurs sur l'ensemble de la chaîne du voyage (durée : 3 mois). - Mars 2000 : démarrage de la phase site de l'expérimentation. (durée 4 mois). Objectif : validation et enrichissement des résultats de la phase laboratoire pour les métiers et appréciation de l'acceptabilité client (notamment de la validation systématique pour les abonnés). L'expérimentation Stradivarius Le projet Stradivarius (Strada Gaudi Drive Marius Eurobus) consiste à expérimenter, dans l'agglomération marseillaise, deux dispositifs visant à valoriser l'usage des transports collectifs : En améliorant la diffusion des informations relatives aux déplacements tous modes dans l'agglomération. En proposant d'améliorer la multi/intermodalité par la mise en place d'un système billettique-monétique. Il s'inscrit dans le projet CONCERT, qui rassemble européen 8 villes européennes autour d'un objectif commun : la gestion de la demande de déplacements au moyen d'outils télématiques. Les signataires du protocole Stradivarius sont : le Conseil Général des Bouchesdu-Rhône, la Ville de Marseille, la communauté de villes du Garlaban, Huveaune et Sainte-Baume, la Régie des Transports de Marseille, la SNCF et l'etat (représenté par le préfet de la région Provence-A! pes-côte d'azur). Lexpérimentation vise à tester les fonctionnalités du support carte à puce contact/sans contact et la perception des clients en termes de valeur ajoutée. Le calendrier est le suivant : - Démarrage effectif de la réalisation (notification des marchés industriels) : le 25/02/99. - Mise en place de l'organisation : de miaoût 99 à mi-janvier Installations essais sur sites : mi-janvier à mi-février Mise en service marche à blanc : avril/mai Exploitation complète : à partir de début octobre Evaluation en parallèle. Remise du Bilan : rentrée 2001 Le projet Tours-) ndoe-et-loire En 1997, le Conseil Général d'indre et Loire a lancé l'étude d'un Schéma Départemental des transports. La conception routière se base sur un projet totalement intermodal basé en grande partie sur des rabattements des cars départementaux sur des gares TER. Ce schéma a été voté en décembre 98. Parallèlement, des tarifs multimodaux ont été créés entre la SNCF et l'opérateur urbain d'abord, puis avec le Conseil Général, ainsi qu'un projet de tarification zonale. Ces réflexions tarifaires ont également permis d'avancer concrètement vers la mise en place d'un système billettique commun aux exploitants du Département, de l'opérateur urbain de Tours et de la SNCF. Aujourd'hui, l'ensemble des acteurs s'oriente vers la mise en oeuvre d'un système billettique interopérable. L : objectif du projet billettique est de promouvoir l'utilisation des Transports Collectifs sur l'ensemble du Département 37 puis sur la Région Centre, en s'appuyant sur le développement de la multimodalité et de l'intégration tarifaire avec les autres réseaux, grâce à la mise en place de la carte à puce, et de nouveaux services clients. Lhorizon de déploiement du projet est la fin Le projet He-de-France Sous l'égide du STP, il concerne l'évolution de la billetterie magnétique actuelle vers une carte à puce. Les opérateurs impliqués sont la SNCF, l'adatrif, l'aptr et la RATP Le projet billettique est combiné au projet de revitalisation des gares et à l'extension des dispositifs de contrôle automatique. Le passage à la télébillettique se déroulera en 2 étapes. La lère étape concerne le passage sur support carte à puce des abonnements annuels. La 2ème étape concerne le passage des autres produits tarifaires de l'ile-de-france sur support carte à puce etla mise en place d'une gamme commerciale clients. de cartes pour les De façon plus détaillée, les différentes étapes de la généralisation de la télébillettique en He-de-France sont :. octobre 2001 : début du basculement des abonnements annuels carte Intégrale, : basculement des cartes Imagine'R étudiant et scolaire, : proposition à la clientèle de l'ensemble de la gamme commerciale des cartes télébillettiques. L : expérimentation de Montparnasse MODEUS Lexpérimentation, qui a commencé depuis début février, a pour objectif de tester auprès des agents des entreprises partenaires de la société MODEUS (La Poste, Société Générale, SNCF, RATP, Caisses d'epargne) une carte billettique avec porte-monnaie électronique. Lagent ou le client peut héberger sur sa carte ses coupons orange ou son coupon annuel " carte intégrale " et peut charger son porte-monnaie électronique afin de réaliser des achats chez les commerçants qui se trouvent principalement en gare de Montparnasse, et dans les rues aux alentours. N' (, 2UO) 1

6 L'interopérabilité des systèmes billettiques dans les transports publics Dans ces conditions, avancer vers l'interopérabilité suppose d'avancer simultanément dans plusieurs domaines : 3.1 La normalisation technique Il existe déjà un certain nombre d'éléments de norme sur les transmissions sans contact. La normalisation se poursuit, non sans soubresauts. Les premières décisions de déploiement opérationnel en France seront sans doute d'autant plus déterminantes sur l'avenir même des normes que d'autres technologies pourraient au niveau mondial chercher à concurrencer les normes déjà votées. 3.2 La normalisation fonctionnelle L'apport du DOcument FOnctionnel COmmun (DOFO- CO) établi par l'utp a déjà été évoqué. Ce document trouve maintenant des équivalents en Europe : Allemagne, Angleterre, Pays-Bas. Un groupe de travail européen se constitue pour aboutir à un standard européen, baptisé IOPTA (Interoperable Public Transport Application). Le GART (IL était parallèlement en charge d'une étude visant à normaliser la définition et les règles de codage informatique sur les cartes des " statuts " des voyageurs (identité et droits tarifaires particuliers). Cette étude vient de commencer, et les experts de la SNCF seront mis à contribution. Les résultats ne seront pas disponibles avant avril L'UTP va lancer dans la foulée de " DOFOCO " une étude, destinée à livrer aux instances de normalisation une première contribution en vue de l'élaboration d'une interface standard construite à partir de la confrontation des expériences acquises en France. La commission normalisation française " billettique " sera saisie du résultat de cette étude. 3.3 La définition des structures collectives utiles Bien que le sujet n'ait pas encore émergé de façon claire, on peut penser que la mise en place de l'interopérabilité nécessitera l'invention d'une structure d'homologation. On notera que le Japon a déjà une structure de ce genre pour l'interopérabilité des cartes magnétiques. Les Anglais (Interoperable ont créé également une structure baptisée ITSO Transport Smartcard Organisation). 4. L : ouverture sur le multi-applicatit? Les réflexions s'engagent aussi dès maintenant sur les perspectives d'ouverture de sur les autres applications transport : stationnement et péage routier. La logique commande d'offrir la commodité d'une interopérabilité entre les transports publics et le stationnement pour les parcours de rabattement, à commencer par les parcs de stationnement spécialisés. La carte prend alors un 3 Groupement des autorités responsables transport. caractère qui commence à dépasser celui de la seule carte de " péage " : elle accède, premier pas vers les cartes ville peut-être, à un statut de carte de la vie quotidienne. Traiter le cas de l'abonné transport également abonné du parc de stationnement de sa gare ne nécessite que quelques précautions logicielles pour que l'événement " entrée au parking " ne soit pas effacé par les déplacements du porteur de la carte. Le contrôle de la succession des entrées et des sorties dans les valideurs d'entrée/est déjà de rigueur pour éviter les doubles utilisations frauduleuses. Le gestionnaire du parc pourra donc sans risque enregistrer l'abonnement sur les cartes des différents conducteurs du véhicule. Ce cas particulier de l'utilisation partagée du véhicule est plus difficile à traiter pour gérer des abonnements en stationnement urbain où la double utilisation peut difficilement être contrôlée. La tentation d'intégrer le péage routier dans une logique " carte transport " élargie est grande, mais il reste sans doute à segmenter le besoin. Utiliser la même carte comme carte à mémoire pour l'application péage n'est sans doute pas compliqué au plan logiciel. Envisager d'en faire une carte à débit n'est sans doute pas pertinent. C'est cette fois la technique qui posera des problèmes car la transmission sans contact de proximité choisie pour les applications de billettique des transports publics n'est pas adaptée au péage routier. Le développement de cartes " bi-transmission " aura-t-il un jour un intérêt économique? Le client acceptera-t-il d'insérer sa carte " Transport Public " dans un transmetteur spécial à chaque utilisation de l'autoroute? Les transmissions par GSM seront-elles la panacée qui apportera un solution inattendue? La billettique a aussi cette richesse de pouvoir continuer encore à faire rêver les ingénieurs. Sans doute faut-il à la fois s'en réjouir et rappeler que la première interopérabilité Les n '41 1 auteu i est celle du client. Gilles de CHANTÉRAC ingénieur civil des mines, est Directeur délégué billettique monétique à la SNCF. En 1990, il a pris la responsabilité du développement de l'activité Ile de France de la SNCF. C'est à cette époque qu'il a animé les premières études de la SNCF sur la télébillettique. En 1996, comme directeur adjoint de l'activité SNCF lie de France, il a contribué au rapprochement des travaux de la SNCF et de la RATP sur la billettique. Début 1999, la montée en puissance et en nombre des projets de billettique a conduit la SNCF à créer le poste de directeur délégué qui lui a été confié. NO 6 Juin

7 Résumés RÉSUMÉS ABSTRACTS Dossier : Evolution des transports collectifs urbains Dossier : Developments in urban public transport systems Ï, tlcpar MM. Huertas, Desforges, Berhault, ISSN , No6, juin 2000, p. 36 Mots-clés : Transports automatiques, METEOR, SAET, Sécurité. Dans le métro tout automatique Météor, le Système d'automatisation de l'exploitation des Trains (SAET) assure à la fois la sécurité des voyageurs, la régularité et la fiabilité de la ligne. Le SAET se compose d'un poste de commande centralisé et d'une logique de traction, d'un ensemble " pilotage automatique-signalisation " de moyens audiovisuels pour le dialogue avec les voyageurs et la surveillance et de façades de quai. La définition et la réalisation du SAET ont été effectuées selon une démarche rigoureuse de maîtrise des risques. En particulier, la sécurité des équipements du pilotage automatique repose sur le processeur sécuritaire codé et la mise en oeuvre de la méthode B pour le développement et la validation des logiciels. I`t.tPN! ' : da. i! f R? jnbpÿ <a9.! 1 by Huertas, Desforges and Berhault, ISSN , n'6, June 2000, p. 36 Keywords : Automated transport systems, Meteor, Automatic train operating systems, Safety. The automatic train operating system at the heart of the fully automated Meteor metro system controls all aspects of passenger safety, train timing and the reliable operation of the line.the automatic train operating system consists of a central controller and systems for traction control, automatic signalling, audio-visual passenger communication and monitoring, and platform edge barrier controlthe design and implementation of the automatic train operating system was based on a rigorous risk assessment and management procedure. All the control systems are monitored by a central safety processor and the software was developed and checked using Method B protocols. par G. Scemama [: r :\ t "'101r'5, ISSN , n'6, juin 2000, p. 47 Mots-clés : Transport collectif, Systèmes d'aide à l'exploitation, Transferts d'informations. Les systèmes d'aide à l'exploitation permettent d'optimiser la gestion du transport par une localisation en temps réel des positions des véhicules. Les premières générations de ces systèmes ont vu le jour dans les années 1980 pour répondre à l'accroissement de la complexité de l'exploitation urbaine. Les SAE comprennent des équipements à bord des véhicules reliés par radars à une station centrale et des équipements sur l'infrastructure aux arrêts et aux feux notamment. Lensemble autorise une bonne communication des données, dont la plus importante : la localisation. Les données transmises, dynamiques, peuvent améliorer le service offert à l'usager : optimisation des temps de transport, services personnalisés, gestion multimodale... N,aj? fyara? ptt'i,'d 'T'u`'.',Ê62'3 6B :' û " tl? ('Mn,9KFC rrua` ;. d. :. : eîna.9 er ; uu by G. Scemama, ISSN , n'6, June 2000, p. 47 Keywords : Public transport, Operation control systems, Data transfer. Operation control systems improve the management of public transport networks by monitoring the positions of vehicles in real time. The first systems were installed in the early eighties in response to the increasing complexity of urban transport systems. The systems make use of on board equipment that communicates with a central processor via transponders at stops and traffic lights. The system is optimized for high speed data transfer, particularly in relation to vehicle positions. The availability of real-time positional data results in a number of advantages including improved passenger service, reduced journey times, the opportunity for personalized services and multimodal management. Ssedaé éne! i'g app!! qmée am :''ajispo'rts comec'f :!! fs e- - ",.i j' - " 1 - par Claude SOULAS, ISSN , n'6, juin 2000, p. 54 Mots-clés : Transports collectifs urbains, Bimodalité énergie électrique, Batteries, Volant d'inertie. Malgré diverses expérimentations réalisées ces dernières années avec la bimodalité tout électrique (notamment prototypes de trolleybus bimodes à batteries), jusqu'à présent les rares diffusions commerciales significatives ont été effectuées avec la bimodalité captation/moteur thermique. Maintenant, les perspectives offertes par les divers types de batteries, les volants d'inertie et les supercondensateurs permettent de nouvelles possibilités pour la bimodalité électrique sur tramway, systèmes intermédiaires ou trolleybus. Les composants de stockage embarqué envisageables pour une bimodalité électrique seront d'autant plus compétitifs qu'ils ont l'occasion d'être développés pour d'autres applications : véhicules électriques, véhicules hybrides, applications stationnaires. LJ'NïIH by Claude Soulas! üh' ; ïf FtQIF'YNa'9`'1.9b'CD ; i9ju é : E'J " 6 "'n,''nf :_'.'? ; i ô'â ".u ad ; ita B3`i ;,=6'sna; wyf9t' ; i " 9 : b/c/aude Sou/as, ISSN , n'6, June 2000, p. 54 Keywords : Urban public transports, Dual power, Batteries, Inertia storage. In spite of the numerous experimental all-electric systems demonstrated in recent years, including prototypes of trolley busses with internal batteries, the few systems to have entered commercial service have all used hybrid vehicles combining electrical power with an internal combustion engine. Recent developments in battery technology, flywheel energy storage and ultra-high value capacitors have opened up new opportunities for all-electric dual power vehicles for tramways, guided vehicle systems and trolley busses. The success of the various energy storage systems proposed for dual power vehicles will depend on their suitability for use in other applications including electric vehicles, hybrid vehicles and stationary applications. 74 RI : E NCb

8 Résümés RÉSUMÉS ABSTRACTS 'r par Zoubir Khatir, ISSN , n'6, juin 2000, p. 61 Mots-clés : Transports électriques urbains, Electronique de puissance, Alimentation électrique par le sol. Grâce aux progrès des composants de l'électronique de puissance, les nouveaux systèmes d'alimentation en énergie électrique au niveau du sol semblent être une solution innovante pour les municipalités qui souhaitent éviter les lignes aériennes dans les centres urbains. Plusieurs dispositifs de captage d'énergie électrique par le sol sont actuellement en cours de développement en Europe, avec pour principaux objectifs, la démonstration de la sécurité et des performances techniques équivalentes à celles des lignes de contact classiques. Trieste en Italie et Bordeaux en France sont actuellement les deux premières villes expérimentales où de tels systèmes sont envisagés pour une exploitation commerciale. Lenjeu économique est important car, dans le cas où ces systèmes seraient effectivement mis en service, ces villes pourraient faire des émules. by Zoubir Khatir, ISSN , n'6, June 2000, p. 61 Keywords : Urban electric transports, Power electronics, Electric power feeding at the surface level. Owing to power electronic devices progress, the new electric power feeding systems at the surface level of the road way seem to be an innovative solution for the cities which wish to avoid the overhead contact lines in the urban centres. Several devices of electric power collecting at the road way level are currently under development in Europe. The main objectives are the demonstration of the security and technical performances equivalent to those of traditional overhead contact lines systems. Trieste in Italy and Bordeaux in France are currently the first two experimental cities where such systems are considered for a commercial exploitation. The economic wager is significant because if these systems are finally brought into service, these cities could be followed. par Gilles de Chantérac, ISSN , n'6, juin 2000, p. 68 Mots-clés : Transports, Billettique, Interopérabilité, Projets. Dans le domaine de la billettique, qui désigne les méthodes destinées à remplacer les billets dans le domaine des transports, l'information peut être stockée sur la carte ou " au sol' ; la carte servant alors uniquement d'identifiant. Linteropérabilité, qui se définit comme la coexistence transparente de différents systèmes de billetterie est envisagée différemment que l'on se place du point de vue du client, de l'exploitant ou de la technique. Désormais, des réflexions s'engagent aussi sur les perspectives d'ouverture à d'autres applications du transport : stationnement et péage routier. by Gilles de Chantérac, ISSN , n'6, June 2000, p. 68 Keywords : Public transport, Ticketing systems, Interoperability, Projects. In ticketing systems intended to replace paper tickets, information may either be stored directly on a smart card, or in a central system with the card used solely for identification. The requirements for interoperability, or the ability to link different ticketing systems together seamlessly, are seen differently by passengers, operators and designers. Additional applications in parking and motorway toll payment systems are also being studied. Repères : Les biocapteurs Landmarks : Bio-sensors par N. Jaffrezic-Renault, ISSN , n'6, juin 2000, p. 78 Mots-clés : Biocapteurs, Transistors Capteur d'urée, Capteurs de pesticides. à effet de champ enzymatiques, Nous avons présenté ici deux applications potentielles des capteurs ENFET (Enzymatic Field Effect Transistors),! es solutions proposées pour leur réalisation et les caractéristiques des capteurs obtenus. Pour le capteur d'urée, d'intérêt médical, deux voies de réalisation ont été testées : - le couplage covalent de l'enzyme sur la surface d'un ISFET ammonium conduisant à une grande sensibilité de détection mais à une durée de vie limitée, - le contrôle de la diffusion des espèces chargées à travers la membrane enzymatique par dépôt de membranes polymériques chargées, les ENFET obtenus pouvant atteindre des durées de vie supérieures à trois mois, avec de bonnes sensibilités de détection. Pour le capteur de pesticides organophosphorés, intéressant le domaine de l'environnement, deux voies d'immobilisation de l'enzyme ont été testées, la co-réticulation et le piégeage dans un polymère photoréticulable PVA/SbQ. Les deux voies donnent des caractéristiques similaires en sensibilité, la seconde voie conduisant à des durées de vie supérieures à neuf mois. by N. Jaffrezic-Renault, ISSN , n'6, June 2000, p. 78 Keywords : Bio-sensors, Enzymatic field effect transistors, Urea sensors, Pesticide sensors. Two potential applications of ENFET (Enzymatic Field Effect Transistors) sensors are presented, the ways proposed for their fabrication and the characteristics of the obtained sensors. Two ways have been investigated for the preparation of the urea ENFETs of interest for biomedical applications : - the covalent binding of urease directly on the surface of an ammonium sensitive FET leading to a high sensitivity limited lifetime of detection and to a - the control of the diffusion of charged species into the enzymatic layer on a ph-isfet using additional charged polymeric membranes, the obtained ENFETs can reach lifetime higher than three months and good sensitivities of detection. For the sensor of organophosphorus pesticides, interesting the field of environment, two methods of immobilization of the enzyme have been tested, the co-reticulation and the entrapment in a photo-crosslinkable polymer PVA/SbQ. Both ways give similar sensitivities and the second way allows to obtain lifetime higher than nine months. uer /uin 2011U

9 -:... 1,. _...i i,,,, ";: ;:...: Résumés RÉSUMÉS ABSTRACTS Les biocapteurs enzymatiques à fibres optiques par Loïc Blum, ISSN , n'6, juin 2000, p. 83 Mots-clés : Biocapteurs à fibres optiques, Optodes, Biocapteurs enzymatiques. Les biocapteurs à fibres optiques comprennent une phase réactive à base d'élément biologique et une ou plusieurs fibres optiques comme système de transduction. La plupart des biocapteurs à fibres optiques reposent sur des mesures de fluorescence, d'absorbance et/ou de réflectance, quelques-uns sur des réactions de chimiluminescence ou de bioluminescence. Ces capteurs sont extrinsèques quand la fibre optique est utilisée comme simple guide de lumière ou intrinsèques quand le paramètre pris en compte pour la mesure résulte d'une modification des propriétés de la fibre. Les capteurs enzymatiques font intervenir une réaction enzymatique dont l'un des substrats ou produits est détecté soit directement s'il possède des propriétés optiques, soit indirectement par un capteur chimique à fibres optiques. Tous ces biocapteurs à fibres optiques sont insensibles aux interférences électriques ou électrochimiques et permettent des mesures à distance. Enzymatic optical fibre bio-sensors b/lo/'c B/um, ISSN , n'6, June 2000, p. 83 Keywords : Optical fibre bio-sensors, Optodes, Enzymatic bio-sensors. Optical fibre bio-sensors consist of a reactive biological process coupied to one or more optical fibre transducers. The majority of optical fibre bio-sensors make use of fluorescence, absorption or reflection, while a small number are based on chemical or biologicalluminescence. The sensors are said to be extrinsic if the optical fibre is used solely as a light transmission medium, or intrinsic if the measurement is made by monitoring a change in the properties of the fibre itself. Enzymatic sensors make use of an enzyme reaction in which one of the substrates or products is detected either directly if a change in optical properties occurs, or indirectly via a chemical sensor and optical fibre. All optical fibre bio-sensors are immune to electrical and electrochemical interference and can be used in remote measurement applications. Miniaturisation et hauts débits en analyse biologique : les puces à ADN par M. Bellis, ISSN , n'6, juin 2000, p. 88 Mots-clés : Biocapteurs, Séquençage du génome, Puces à ADN, ARNm. Face aux défis posés par le séquençage complet du génome d'un nombre de plus en plus important d'espèces, la biologie se dote des outils nécessaires à l'analyse en parallèle des dizaines de milliers de gènes s'exprimant dans une cellule : les puces à ADN. Les applications de ces puces à ADN concernent à la fois la médecine, la pharmacie, le contrôle alimentaire et la recherche. Miniaturization and improved throughput in biological analysis : DNA on a chip by M Bellis, ISSN , n'6, juin 2000, p. 88 Keywords : Bio-sensors, Genome sequencing, DNA chips, mrna. Faced with the challenge of sequencing the complete genomes of an increasingly large number of species, biologists are developing tools capable of the parallel analysis of the thousands of genes present in a cel!. These tools are based on DNA chips. DNA chips are also finding applications in medicine, pharmaceuticals, food hygiene and research. Les puces à ADN : une réroolution dans l'analyse génétique par Alexandra Fuchs, ISSN , n'6, June 2000, p. 91 Mots-clés : Biotechnologies, Puces à ADN, Génétique, Applications. Les puces à ADN, qui constituent un marché émergent, sont des microsystèmes d'analyse dont l'élément de base est une surface de verre ou de silicium sur laquelle sont greffés des milliers de brins d'adn. LADN fixé sur la puce permet d "'interroger " des séquences cibles dans l'échantillon d'analyse. Les applications sont nombreuses depuis le médical jusqu'à l'agro-alimentaire en passant par le militaire et la pharmacologie. DNA chips : A revolution in genetic analysis by Alexandra Fuchs, ISSN , n'6, June 2000, p. 91 Keywords : Biotechnology, DNA chips, Genetics, Applications. A new market is being created for DNA chips, analytical microsystems consisting of thousands of DNA chains deposited on a glass or silicon substrate. The DNA on the chip is used to interrogate target sequences in the sample under analysis.the technique is finding many applications in medicine, pharmacology, the food industry and the military. 76 1

Billettique et normalisation

Billettique et normalisation Billettique et normalisation Gilles de Chantérac SNCF Dir du Transport public Directeur Système d information Animateur de la CN03 01 53 25 93 96 gilles.de-chanterac@sncf.fr 22 juin 2005 1 La transmission

Plus en détail

ANNEXE 6 SCENARIO SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU

ANNEXE 6 SCENARIO SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU ANNEXE 6 SCENARIO SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU LE SCENARIO BILLETTI QUE DE BASE ET SA VA RIANTE Les grands principes fonctionnels et techniques retenus sont les suivants en termes de : > Supports retenus

Plus en détail

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE

Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée. Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Quel avenir pour les déplacements régionaux? La billettique intégrée Nathalie AMIEL DIRECTION DELEGUEE TER PACA INTERMODALITE, BILLETTIQUE Sommaire La billettique : généralités La billettique interopérable

Plus en détail

INNOVATIONS BILLETTIQUES STRASBOURG

INNOVATIONS BILLETTIQUES STRASBOURG Division Transports Déplacements INNOVATIONS BILLETTIQUES STRASBOURG 06/07/2009 Le contexte La Communauté urbaine de Strasbourg est l'autorité organisatrice des transports urbains de l'agglomération strasbourgeoise.

Plus en détail

COTITA Journée technique 27 janvier 2009. La démarche billettique interopérable en Bourgogne

COTITA Journée technique 27 janvier 2009. La démarche billettique interopérable en Bourgogne COTITA Journée technique 27 janvier 2009 La démarche billettique interopérable en Bourgogne w w w.c r-b o u rg o g n e.fr I Eléments de contexte LES FLUX TER EN BOURGOGNE Le trafic ferré* de voyageurs

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

UTP. Table des Matières de l annexe 4. Démarche d étude

UTP. Table des Matières de l annexe 4. Démarche d étude Table des Matières de l annexe 4 Démarche d étude I. LISTE DES REUNIONS... 77 I.1 REUNIONS ORGANISEES AVEC LES TRANSPORTEURS... 77 I.2 REUNIONS... 77 I.3 PRESENTATIONS DEVANT L ET LES AUTORITES ORGANISATRICES...

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE Le présent document constitue le Protocole d'accord entre les banques et établissements financiers de l'uemoa soussignés pour la mise en place d'un système monétique interbancaire-régional

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET

CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS 14 MARS 2001

Plus en détail

Situation, trafic et emploi

Situation, trafic et emploi Situation, trafic et emploi Situation Situé sur la commune de Mérignac, à l'ouest de l'agglomération bordelaise, l'aéroport est distant de 17 km du centre ville. Source : site internet Bordeaux.aeroport.fr

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

DESIGNA Services Web & Appli

DESIGNA Services Web & Appli DESIGNA Services français ///02/03 Intro Intermobilité, un partenaire solide ouvre de nouvelles perspectives. DESIGNA développe ses compétences en matière de stationnement dans le secteur très dynamique

Plus en détail

Résumé fiche 7.1 L'intermodalité.

Résumé fiche 7.1 L'intermodalité. Résumé fiche 7.1 L'intermodalité. La mobilité urbaine, qui correspond au nombre de déplacements par jour et par personne, semble s être stabilisée autour de quatre déplacements par jour. 80% des déplacements

Plus en détail

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB

Paxton. ins-20605. Net2 desktop reader USB Paxton ins-20605 Net2 desktop reader USB 1 3 2 4 1 2 Desktop Reader The desktop reader is designed to sit next to the PC. It is used for adding tokens to a Net2 system and also for identifying lost cards.

Plus en détail

NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC

NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC NOVEMBRE 2009 DOCUMENT FONCTIONNEL COMMUN (DOFOCO) DES APPLICATIONS BILLETTIQUES SUR MOBILE NFC Introduction Les problématiques relatives aux applications billettiques sans contact (dites NFC : Near Field

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris 1 2 Avec des solutions françaises et une expertise mondiale dans le domaine du transport, Thales se positionne comme un acteur clé

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

Les autres types de cartes de commande et de règlement

Les autres types de cartes de commande et de règlement CHAPITRE 1 Les autres types de cartes de commande et de règlement La carte d'achat est un outil nouveau pour les collectivités et établissements publics locaux qui demande des aménagements dans les pratiques

Plus en détail

Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici

Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici Si vous ne visualisez pas ce message correctement, cliquez-ici Le 7 novembre une quarantaine d acteurs de la mobilité urbaine (autorités organisatrices, opérateurs locaux ou nationaux transports) ont participé

Plus en détail

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot

Testing : A Roadmap. Mary Jean Harrold. Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap Mary Jean Harrold Présentation de Olivier Tissot Testing : A Roadmap I. L auteur II. Introduction sur les test : les enjeux, la problématique III. Les tests : roadmap IV. Conclusion

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD

NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD NORME INTERNATIONALE INTERNATIONAL STANDARD CEI IEC 60831-1 1996 AMENDEMENT 1 AMENDMENT 1 2002-09 Amendement 1 Condensateurs shunt de puissance autorégénérateurs pour réseaux à courant alternatif de tension

Plus en détail

Dématérialisation et document numérique (source APROGED)

Dématérialisation et document numérique (source APROGED) Dématérialisation et document numérique (source APROGED) La dématérialisation se répand très rapidement dans tous les domaines d'activités. Depuis l'origine, le concept de dématérialisation repose sur

Plus en détail

Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne

Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne Avec plus de 250 000 cartes émises à ce jour, la carte multimodale KorriGo - lancée en 2006 - est entrée dans le quotidien des utilisateurs

Plus en détail

Mutualisation, normalisation et interopérabilité

Mutualisation, normalisation et interopérabilité Mutualisation, normalisation et interopérabilité Régis CASTERAN, Président STRUCT-IT, animateur BNEVT-CN03 J ai créé ma propre entreprise pour conseiller les institutionnels et les industriels sur l interopérabilité

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

1/6. Septembre 2007. Préambule

1/6. Septembre 2007. Préambule Contribution de l'association des Utilisateurs de Free (AdUF) à l'appel à commentaire sur la consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d'accès aux services de

Plus en détail

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY

Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Réseau Africain des Organismes de Bassin RAOB African Network of Basin Organizations - ANBO ASSEMBLEE GENERALE GENERAL ASSEMBLY Johannesburg (Afrique du Sud) 4 au 7 mars 2007 Johannesburg (South Africa)

Plus en détail

PC industriels et disques associés

PC industriels et disques associés Technical Service Bulletin PRODUIT DATE CREATION DATE MODIFICATION FICHIER PC INDUSTRIEL 23/03/2010 201005 REV A PC industriels et disques associés English version follows. SF01 (du 4 au 8 janvier 2010)

Plus en détail

Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» Appel à propositions. Accessibilité

Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» Appel à propositions. Accessibilité Groupe opérationnel n 2 «Services de mobilité» *** Appel à propositions Accessibilité Cet appel à propositions est émis par le groupe 2 du Predit, programme de recherche et d innovation dans les transports

Plus en détail

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles

Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles Proposition globale de remise à niveau énergétique des maisons individuelles RESUME Le projet MITECH propose une offre globale pour traiter l enveloppe des maisons construites entre 1949 et 1974 afin de

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile)

Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Chapitre 3 : Architecture des Réseaux GSM (Global System for Mobile) Introduction Les objectifs affichés du projet GSM sont : Système entièrement numérique Bonne qualité de signal Faible coût des téléphones

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données

RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données RAPID 3.34 - Prenez le contrôle sur vos données Parmi les fonctions les plus demandées par nos utilisateurs, la navigation au clavier et la possibilité de disposer de champs supplémentaires arrivent aux

Plus en détail

Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani

Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani 1 Projets de Semestre/Master Groupe Machines Electriques: B. Kawkabani 1) TRIBID VEHICLE (Tribid C-AGV) (El) B. Kawkabani, support: A. Cassat (BCD Engineering, sàrl, Lausanne) TRIBID VEHICLE is a vehicle

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

REG: Exigences réglementaires pour le développement de dispositifs médicaux. MA: REG Didier Maillefer, Déc.2009 (1)

REG: Exigences réglementaires pour le développement de dispositifs médicaux. MA: REG Didier Maillefer, Déc.2009 (1) REG: Exigences réglementaires pour le développement de dispositifs médicaux MA: REG Didier Maillefer, Déc.2009 (1) Objectifs Sensibiliser l ingénieur chef de projet aux exigences qualité liées au développement

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

L expérience de développement de la billettique interopérable de Lisbonne

L expérience de développement de la billettique interopérable de Lisbonne Séminaire METRO-Bruxelles 1er Avril 2009 L expérience de développement de la billettique interopérable de Lisbonne Maria Regina L. Ferreira Président du Conseil d Administration de OTLIS,ACE Conseiller

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise

En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise En savoir plus pour bâtir le Système d'information de votre Entreprise En savoir plus sur : Services en ligne, SaaS, IaaS, Cloud - 201305-2/5 SaaS, IaaS, Cloud, définitions Préambule Services en ligne,

Plus en détail

Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale

Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale Le Télémarketing : un outil au service de l'action commerciale Une démarche qualitative et construite dans la durée PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description Super Range 71 Model SR71-15 SR71-A SR71-C SR71-E SR71-X SR71-USB Product Description 802.11a/n, Mini PCI, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, Mini PCI, 3x3 MIMO 802.11a/b/g/n, CardBus, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, PCI

Plus en détail

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC

OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY. ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY ESPACES DE BUREAU À VENDRE / OFFICE SPACES FOR SALE 1211 University, Montréal, QC asgaard.ca p. 1 OPPORTUNITÉ D INVESTISSEMENT / INVESTMENT OPPORTUNITY

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Université de Toulouse 1 Capitole TSE Manufacture des Tabacs Building S 1 rue des Amidonniers 31000 Toulouse

Université de Toulouse 1 Capitole TSE Manufacture des Tabacs Building S 1 rue des Amidonniers 31000 Toulouse Conference venue Address Université de Toulouse 1 Capitole TSE Manufacture des Tabacs Building S 1 rue des Amidonniers 31000 Toulouse From Toulouse-Blagnac airport By taxi from the airport to the conference

Plus en détail

Dématérialisation des documents de transport

Dématérialisation des documents de transport 3 La lettre de voiture électronique dans le transport ferroviaire Background The work to implement the e-railfreight project showed that for the time it was written, the principle of functional equivalence

Plus en détail

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement Comment sécuriser vos paiements en ligne? Entre 2010 et 2013, les chiffres démontrent que c est sur internet que la fraude à la carte bancaire a montré sa plus forte progression. Même si le taux de fraude

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION

LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION LA POSTE COMME APPORT A L'EDIFICATION DE LA SOCIETE DE L'INFORMATION PREAMBULE Ayant été tout récemment nommée directrice générale d' Algérie Poste,c'est une réelle opportunité et un honneur pour moi d'etre

Plus en détail

Décodage de l activité neuronale

Décodage de l activité neuronale Décodage de l activité neuronale Neurophysiologie et neuro-prosthétique Musallan et al, 2004 Utiliser les signaux physiologiques pour activer des prothèses distantes, plus ou moins intelligentes Neurophysiologie

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules

Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules Principe d'alimentation par convertisseurs multiniveaux à stockage intégré - Application aux accélérateurs de particules THÈSE N O 4034 (2008) PRÉSENTÉE le 30 mai 2008 À LA FACULTÉ DES SCIENCES ET TECHNIQUES

Plus en détail

Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris

Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris > Contribution Thales au réseau de transport public du Grand Paris www.thalesgroup.com >> Thales Security Solutions & Services Améliorer la vie des habitants de la Région Capitale, tout en favorisant sa

Plus en détail

European Aviation Safety Agency

European Aviation Safety Agency Page 1 of 6 European Aviation Safety Agency EASA SPECIFIC AIRWORTHINESS SPECIFICATION for as specified in Section I This Specific Airworthiness Specification is issued in accordance with Regulation (EC)

Plus en détail

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE DE RESPECT DE LA VIE PRIVÉE En tant qu'utilisateur de www.candycrushperfumes.com, veuillez lire attentivement cette politique de respect de la vie privée. Vous pourrez accéder ici à toutes les

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor.

Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Question 1 : quelles sont les dispositions à même de compléter le schéma règlementaire pour le développement des services Wi-Fi outdoor. Nous citerons ces quelques points : Limitation de puissance réglementaire.

Plus en détail

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double

Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Chapitre 2 : la comptabilité en partie double Les opérations à crédit Les comptes Caisse et Banque ne suffisent pas à décrire les opérations de l'entreprise car certaines génèrent des paiements différés

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE...

INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... INGENIERIE COLLABORATIVE, ELLE A TOUT D'UNE GRANDE... Article rédigé pour les Etats généraux 2008 du MICADO, par Yannick BOUDIER. Résumé : L ingénierie collaborative est souvent prise pour un système d

Plus en détail

ANNEXE 5 PROJET TECHNIQUE SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU

ANNEXE 5 PROJET TECHNIQUE SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU ANNEXE 5 PROJET TECHNIQUE SYSTEME TELE-BILLETTIQUE DE LMCU 1 > Sommaire 1 LES SUPPORTS DE TITRES DE TRANSPORT ET LES TITRES ASSOCIES 6 1.1 Les supports de titres... 6 1.2 Carte billettique... 6 1.3 Billet

Plus en détail

DOSIMETRY: Present researches and future challenges

DOSIMETRY: Present researches and future challenges DOSIMETRY: Present researches and future challenges Joe Wiart & Man Fai Wong Orange Labs "Il faut de l'imagination pour se représenter la réalitr alité" Giuseppe Pontiggia recherche & développement Outline

Plus en détail

L'engagement n 43 du Référentiel de Certification de l'udaf de l'allier est ainsi rédigé :

L'engagement n 43 du Référentiel de Certification de l'udaf de l'allier est ainsi rédigé : Contexte de l'enquête L'engagement n 43 du Référentiel de Certification de l'udaf de l'allier est ainsi rédigé : "Tous les deux ans, des usagers (dans la mesure de leurs capacités) et des partenaires sont

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement

Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Session 3 Big Data and IT in Transport: Applications, Implications, Limitations Jacques Ehrlich/IFSTTAR h/ifsttar

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

Chronic patients and communicating DM. Elinaz MAHDAVY Orange Healthcare Medetel - Luxembourg 2014

Chronic patients and communicating DM. Elinaz MAHDAVY Orange Healthcare Medetel - Luxembourg 2014 Chronic patients and communicating DM Elinaz MAHDAVY Orange Healthcare Medetel - Luxembourg 2014 Orange sees data as a founding element of healthcare Orange serving medical data suppliers collection transfer

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Windows Server 2008. Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008

Windows Server 2008. Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008 Windows Server 2008 Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008 Objectives Identifier les caractéristiques de chaque édition de Windows Server 2008 Identifier les caractéristiques généraux de Windows Server

Plus en détail

Plugin Payment-OnLine

Plugin Payment-OnLine Plugin Payment-OnLine Le plugin "Payment-Online" est un plugin technique dont l'objectif est de faciliter l'utilisation du paiement en ligne dans des applications Lutèce. Il se compose d'une librairie

Plus en détail

Guide d accueil. Solutions Services Voix Support SOLUTIONS POUR UN MONDE MOBILE. Profitez pleinement de votre téléphone mobile professionnel

Guide d accueil. Solutions Services Voix Support SOLUTIONS POUR UN MONDE MOBILE. Profitez pleinement de votre téléphone mobile professionnel Guide d accueil Solutions Services Voix Support SOLUTIONS POUR UN MONDE MOBILE Profitez pleinement de votre téléphone mobile professionnel Guide d accueil Solutions Services Voix Support Des spécialistes

Plus en détail

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie

Solutions de paiement embarquées. 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Solutions de paiement embarquées 21 Octobre 2011 Matthieu Bontrond Expert Cryptographie Agenda 1. Introduction à la monétique 2. Présentation de la société 3. Normes et Standards 4. Enjeux techniques 5.

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Positionnement de UP

Positionnement de UP UNIFIED PROCESS Positionnement de UP Unified Process Langage Méthode Outil logiciel UML UP RUP 6 BONNES PRATIQUES développement itératif gestion des exigences architecture basée sur des composants modélisation

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Data Carrier System (code 5641090)

Data Carrier System (code 5641090) Instructions for Use Instructions d utilisation 2 5 Data Carrier System (code 5641090) 5009756-E 05/2011 2 ENGLISH PARTS OF THE DATA CARRIER READ/WRITE HARDWARE The Data Carrier consists of three parts:

Plus en détail

CHAPITRE 5 Relation avec les fournisseurs

CHAPITRE 5 Relation avec les fournisseurs CHAPITRE 5 Relation avec les fournisseurs Si l acceptation de la carte d achat est dite universelle, car acceptée sur les réseaux classiques déjà constitués des cartes bancaires (acceptation dite de niveau

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Interview de M. Eric Majois

Interview de M. Eric Majois Interview de M. Eric Majois Quel est votre poste à la Banque Populaire? Je travaille à la Banque Populaire de l Ouest en tant que chef de produit monétique. Je m'occupe de tout ce qui est offre, mise en

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Lecteur de carte à puce LCPM1 SOMMAIRE

Lecteur de carte à puce LCPM1 SOMMAIRE SOMMAIRE I Différents types de cartes p2 1.1- Carte magnétique 1.2- Carte II Les cartes s. p3 2.1- Introduction 2.2- Constitution III Les familles de cartes s. p6 3.1- Les cartes à mémoire simple 3.2-

Plus en détail

La société d autoroute sanef est responsable de la gestion et de la maintenance du réseau autoroutier du Nord de la France

La société d autoroute sanef est responsable de la gestion et de la maintenance du réseau autoroutier du Nord de la France GROUPE SANEF GESTION TECHNIQUE DU RESEAU AUTOROUTIER EN TEMPS REEL Phœnix Contact permet au groupe sanef une meilleure gestion technique de son réseau autoroutier et plus de réactivité dans le traitement

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail