Le Mouvement du 20 février au Maroc : Vers une seconde indépendance?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Mouvement du 20 février au Maroc : Vers une seconde indépendance?"

Transcription

1 Le Mouvement du 20 février au Maroc : Vers une seconde indépendance? Laïla Mernissi * «En avant», «avançons», «ilâ l amâm» Un cri familier envahit en ce moment les rues marocaines, un cri révolutionnaire, un cri d espoir et de dignité, que le contexte régional et international a permis d exorciser. Mais qu est ce qu avancer, au juste? Du point de vue philosophique, contrairement à l opinion répandue, avancer c est oublier et oublier c est avancer. Je me rapporterai pour développer cette idée à un passage de la seconde considération inactuelle de Nietzsche, énonçant que «dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a toujours quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d'oublier, ou pour dire en termes plus savants, la faculté de se sentir pour un temps en dehors de l'histoire. L'homme qui est incapable de s'asseoir au seuil de l'instant en oubliant tous les évènements passés, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur, se dresser un instant tout debout comme une victoire, ne saura jamais ce qu'est un bonheur et ce qui est pareil ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres. ( ) Tout acte exige l'oubli comme la vie des êtres organiques exige non seulement la lumière, mais aussi l'obscurité. Un homme qui ne voudrait rien voir qu'historiquement serait pareil à celui qu'on forcerait à s'abstenir de sommeil ou à l'animal qui ne devrait vivre que de ruminer et de ruminer sans fin. Donc, il est possible de vivre presque sans souvenir et de vivre heureux, comme le démontre l'animal, mais il est impossible de vivre sans oublier. Ou plus simplement encore, il y a un degré d'insomnie, de rumination, de sens historique qui nuit au vivant et qui finit par le détruire, qu'il s'agisse d'un homme d'une nation ou d'une civilisation.» 1 Avancer c est donc oublier et oublier c est avancer. Quand on scande : «Ilâ l amâm», on incite à passer à autre chose, on encourage l oubli et la rupture, qui sont ce moment d évasion de l historique, ce moment duquel s ouvre une nouvelle voie, un nouvel horizon politique. Le peuple marocain, aujourd hui, veut concrétiser cet oubli, il veut tourner la page, pour enfin atteindre ce bonheur dont parle Nietzsche. Aussi le Mouvement du 20 février, composé essentiellement de jeunes étudiants ou diplômés, semble t il incarner ce nouvel espoir pour l avenir du Maroc ; un espoir qui, bien que minoritaire, est venu contrecarrer un certain immobilisme social et une déliquescence du politique qui se sont enracinés dans la société depuis quelques décennies. 1 Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Folio Essais, Gallimard, * Étudiante en Philosophie et en Science politique.

2 Depuis plus de trois mois, des manifestations se tiennent de manière hebdomadaire dans un grand nombre de villes du pays, regroupant toutes les tendances politiques, de l association islamiste Justice et Bienfaisance (Al Adl Wa l Ihsân) au parti trotskyste La Voie démocratique (An Nahj Ad Dîmûqrâtî). Démocrate et progressiste, le Mouvement se veut avant tout pacifiste. Ses revendications sont claires et intelligibles : démocratie, liberté, dignité et justice sociale. L on veut changer le système en profondeur, combattre la corruption, éradiquer la pauvreté. Les revendications sont d ordre social, mais ne peuvent être réduites à cette sphère dans la mesure où c est tout un projet politique qu il s agit de penser, inspiré d anciens combats contestataires, mais dans un contexte radicalement autre. Dans quelle mesure le Mouvement du 20 février constitue t il tant une continuité dans l histoire de la contestation au Maroc, qu une rupture fondamentale, qui permet de prétendre à une nouvelle étape structurelle dans la société marocaine? Il serait pertinent, dès lors, de mettre en valeur cette continuité afin de montrer, ensuite, en quoi le mouvement paraît inédit, et ouvre de nouvelles réflexions sur l émergence d une conscience et d un être politiques renouvelés au Maroc. Une continuité, sans conteste La contestation sociale, au Maroc, ne date pas d aujourd hui, et n est pas née ex nihilo, par une réaction de mimétisme liée au contexte régional révolutionnaire. Elle prend sa racine dans un vieux mouvement de protestation, fait de rendez vous ratés avec l Histoire et de révoltes inachevées qui depuis l indépendance du pays, en mars 1956, ont rythmé la vie politique des Marocains et Marocaines aspirant à un avenir meilleur. Aussi Omar Balafrej, homme politique de gauche, aime t il à comparer le Mouvement des jeunes du 20 février à la génération des années 1940 ayant lutté pour l indépendance. Et quelle belle comparaison que celle ci! Car il s agit bien d une nouvelle indépendance, d une seconde indépendance, qu il est question de gagner à la fin de ce combat. C est cette idée de «seconde indépendance» qu exposele penseur et homme politique tunisien, Moncef Marzouki, fervent opposant au dictateur déchu Zine el Abidin Ben Ali et fondateur du parti Congrès pour la République. Aussi explique t il, lors d un entretien, qu «Après la première indépendance (pour moi, la démocratie, c'est la deuxième indépendance ; j'ai écrit un livre qui s'intitule comme ça et le concept s'est répandu dans le monde arabe), c'est à dire l'indépendance de l'état national de l'état colonial, l'état national s'est transformé en État d'occupation interne : nous étions des peuples sous occupation interne ; nous étions occupés par nos propres armées et nos propres polices, qui n'étaient plus à notre service, à nous, le peuple, mais qui étaient au service d'oligarchies qui se sont transformées en mafias. Et c'est le même système partout, partout. Royauté ou république, entre guillemets, c'est le même système, basé sur les quatre éléments du système politique arabe : la toute puissance d'un homme, d'un individu, d'un chef, le chef de tribu primitif qui avait droit de vie et de mort sur ses sujets ; le droit de prédation pour sa famille ; le 2

3 règne de la terreur et de la coercition (on est toujours dans le système politique primitif) ; et enfin le simulacre démocratique ; et partout il y a le simulacre démocratique, y compris dans les royautés (peut être pas en Arabie saoudite, ni en Libye). Donc, il y a trois éléments primitifs, plus un élément de pseudomodernité.» 2 Cette thèse est parfaitement compatible avec la réalité politique marocaine et permet à bien des égards de l éclairer. En effet, le système politique institué au Maroc en 1962 par Hassan II est, en grande partie, un produit de la colonisation, un artefact en décalage total avec la réalité du pays. L opposition n a toutefois pas tari dans les années 1960 et 1970, marquées par des coups d État manqués et par la répression et l épuration violentes qui les sont suivis. Les années de Plomb ont été ainsi rythmées par cette dialectique forte entre pouvoir autoritaire et résistances politique et civile conséquentes. Cependant, la nature du pouvoir, à la fois sacralisé et centralisé, a fini par annihiler cette dialectique qui maintenait un certain équilibre vital dans la société marocaine : la peur de la répression, le sous développement et la misère ont réduit une grande partie des Marocains à l apathie. Bien que très faible, la contestation sociale est demeurée présente, notamment dans les zones marginalisées, que ce soit dans les régions frontalières ou dans celles considérées comme «inutiles». Elle n a pas eu pour autant un cachet politique fort et perceptible, dans la mesure où l associatif s est substitué aux partis politiques, corrompus et «dépolitisés». La question sociale survit au travers des actions locales et localisées qui n arrivent pas à toucher le reste du pays. Dès lors, «Le lieu compte dans la construction des causes et pour les formes de la mobilisation : en fournissant une mémoire collective, voire en apportant des innovations au répertoire d action collective, en configurant les réseaux de solidarité, en étant l objet de stigmatisations ou en faisant figure de zone de non droit» 3. L atomisation de la mobilisation et la stigmatisation de problèmes sociaux ont conduit à la fragmentation de l espace, qui ne peut être porteur d un seul et même objet de contestation. Dès lors, la mobilisation du Mouvement actuel est exceptionnelle en ce sens où elle fédère tout le territoire national autour de mêmes revendications structurelles. La question sociale est à l ordre du jour, mais elle assume pleinement son contenu politique : il s agit de repenser en profondeur le fonctionnement de la société, la gestion des richesses produites et leur égale distribution ainsi que l organisation des pouvoirs ; en somme, il s agit de réfléchir ensemble à un nouvel agencement politique. Un appel, un Mouvement C est l appel, émis sur les réseaux sociaux, d un jeune diplômé chômeur 4, qui a permis de réunir un grand nombre de Marocains autour d un Mouvement que l on peut qualifier 2 Entretien avec Moncef Marzouki, par Pierre PICCININ, à Sousse, le 20 février 2011 : blog.com/article dddddddd html 3 3 «Le Maroc de Mohamed VI : mobilisations et action publique», Politique Africaine, Introduction au thème, p.13, décembre Vers le 27 janvier, par Oussama El Khlifi ; lire, notamment son portrait dans l article de Libération ci joint : oussama el khlifi detonateur de la contestation au maroc

4 de national, dans la mesure où ce sont plusieurs villes qui se sont soulevées en même temps, pour scander les mêmes slogans et revendiquer les mêmes changements. Il faut, néanmoins, insister sur le fait que le soulèvement des peuples tunisien et égyptien a encouragé vivement ce passage à l acte. C est l Altérité, une proche altérité, qui a fait apparaître «un autre monde possible» aux Marocains : «Voilà donc un concept d autrui qui ne présuppose rien d autre que la détermination d un monde sensible comme condition. Autrui surgit sous cette condition comme l expression d un possible. Autrui, c est un monde possible, tel qu il existe dans un visage qui l exprime, et s effectue dans un langage qui lui donne une réalité. En ce sens, c est un concept à trois composantes : monde possible, visage existant, langage réel ou parole» 5 Autrui est bien celui qui nous pousse à devenir, à entrer dans un devenir autre, un devenir peut être meilleur, peut être pas, mais peut importe tant qu il est devenir et qu il s éloigne simplement de l immobilisme qui nous a tant asservis. Le Mouvement du 20 février se veut hétéroclite, multiple, représentatif de la diversité sociale, culturelle, linguistique, politique du pays. Il est moins une tendance politique structurée et organisée, qu une force, une énergie, assez imperceptible, difficilement cernable, mais résolument moderne ; c est en cela qu il peut incarner une résistance possible au Makhzen, inscrit, quant à lui, dans «une culture de l autoritarisme et de la servitude» 6, profondément passéiste. La revendication qui fait consensus est notamment la volonté d instaurer une monarchie parlementaire, démocratique et sociale effective et d en finir, par conséquent, avec le régime traditionaliste et rétrograde du Makhzen. Ce qui est frappant, c est que ce sont les mêmes revendications des mouvements indépendantistes qui sont mis en avant, avec cet entêtement, faut il le dire, à garder la forme monarchique. Le Mouvement du 20 février est donc une sorte d invocation contemporaine d un projet passé qui n a jamais été concrétisé et qui demeure d actualité, celui de rendre sa dignité aux Marocains, jusque là méprisés dans leur être politique. Il y a donc continuité dans les rêves et les aspirations de ces jeunes avec leurs prédécesseurs ayant lutté contre l occupation étrangère et contre l occupation interne, à la fois, ces jeunes là qui, selon Aboubakr Al Jamaï, savaient «devenir fous» 7. Cependant, cette fois ci, les choses prennent une forme différente, tant du côté du pouvoir que de la mobilisation civile. En effet, le régime a profondément changé d aspect, sans pour autant se métamorphoser dans ses structures, et a adopté de nouvelles stratégies de contrôle et de répression, sans pour autant abandonner les anciennes pensons au centre 5 Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu est ce que la Philosophie?, éditions Minuit, collection Critique, 1991, p «Le Maroc de Mohamed VI : mobilisations et action publique», Politique Africaine, décembre 2010, Introduction au thème, p Expression employée par Aboubakr Al Jamaï lors du Tedex de Carthage : 4

5 de détention de Temara 8. Le mouvement de contestation, quant à lui, semble moins radical que les anciens fronts politiques, moins idéologique, et beaucoup moins personnalisé : c est l ère des multitudes 9, à laquelle le Maroc n échappe point. Un militantisme pacifiste Pacifiste donc, le Mouvement du 20 février privilégie les marches et les sit in («Al Waqfa» 10 et non pas «Al Galsa») hebdomadaires, organisant ainsi chaque dimanche, jour du repos au Maroc, un rassemblement dans un nombre conséquent de grandes et moyennes villes. La première manifestation, celle du 20 février, qui a donné son nom au Mouvement, s est déroulée dans un climat tendu, les jeunes militants ayant été calomniés, diffamés, qualifiés de traîtres à la nation, d homosexuels et d athées par les plus hautes instances de l État la MAP 11. Ces attaques n ont, toutefois, pas empêché le bon déroulement des manifestations, malgré l intervention de casseurs vers la fin des marches 12, l incident d Al Houceima qui a fait cinq victimes 13 et l immolation de la jeune Fadoua al Aroui 14 à Beni Mellal le 22 février. Le régime s est donc contenté d observer sans réagir massivement : pouvait il faire autrement après la répression sanglante qu on subit les peuples arabes notamment au Bahreïn et au Yémen au même moment? Il fallait donc faire preuve de patience et de modération, afin de ne pas s attirer les foudres de la communauté internationale. Les manifestations se sont ainsi poursuivies chaque dimanche, les jeunes militants usant de leur créativité lors des «freeze» comme l illustrent également la distribution de roses aux forces de l ordre et aux membres de l administration pour combattre symboliquement la corruption et le bakchich, ainsi que les campagnes de nettoyage qui prennent toute leur consistance dans un contexte de remise en cause des us informels et usant pareillement de leur sens de l humour afin de contrecarrer la bassesse de la presse officielle. 8 Sur le centre de détention de Témara, voir l article suivant : maroc centre de detention secret a temara une legende selon le gouvernement une enquete pa html «Pour rappel, dans un rapport publié en octobre 2010, Human Rights Watch (HRW) avait dénoncé l'existence de ce centre où selon elle, des agents de la DGST participaient activement à l'incarcération des personnes soupçonnées de terrorisme, à leur détention et à leur interrogatoire». 9 Antonio Negri, Empire (en collaboration avec Michael Hardt), Exils, Frédéric Vairel, «L ordre disputé du sit in au Maroc», Genèses 59, juin 2005, p.47/ Maghreb Agence Presse, office de la communication marocaine tenu par le ministre Khalid Naciri. Notons que le ministre de la Jeunesse et des Sports affirmait, quelques jours avant la première marche que sa «position personnelle (...) est que cette marche est aujourd hui manipulée par le Polisario qui a comme objectif de l instrumentaliser pour créer des affrontements dans le but de fragiliser la position de notre pays aux Nations Unies concernant la problématique des Droits de l Homme au Sahara". 12 La Police était toutefois absente et les casses ont commencé juste après la sortie des supporters de foot des stades. 13 La cause de leur mort demeure jusque aujourd hui non élucidée, les vidéos n étant pas publiques Fadoua al Aroui, jeune mère célibataire de 25 ans, demandait un logement social, pour y vivre dignement avec ses deux enfants. Elle s est sacrifiée pour le droit au logement.

6 REVENDICATIONS DU MOUVEMENT DU 20 FÉVRIER (COMMUNIQUÉ DU 14 FÉVRIER 2011) 1. Une constitution démocratique votée par une assemblée constituante élue démocratiquement 2. La dissolution du parlement et la destitution de l'actuel gouvernement ainsi que la mise en place d'un gouvernement de transition chargée d'initier les revendications du mouvement du 20 février 3. Une justice indépendante et plus généralement la séparation des pouvoirs 4. Le jugement de tous ceux qui sont impliqué e s dans le pillage, la gabegie et la dilapidation des richesses du pays 5. La reconnaissance de la langue amazighe comme langue officielle à l'instar de la langue arabe, ainsi que la reconnaissance des spécificités de l'identité marocaine dans ses éléments constitutifs essentiels : linguistiques, culturels et historiques 6. La libération de tous les prisonnier e s politiques et d'opinion ainsi que la traduction devant la justice de tous les responsables des arrestations arbitraires, des «disparitions», des tortures et des répressions sauvages. Il s'agit là de conditions nécessaires pour que le peuple marocain accède à une véritable démocratie et citoyenneté afin de devenir seul maître de son destin et puisse parvenir à : 7. Intégration des diplômés chômeurs à tous les niveaux de la fonction publique et ce par des concours en toute transparence et équité 8. Assurer une vie digne à tous et toutes en luttant contre la vie chère. L augmentation des salaires et du SMIC 9. Assurer l'accès des plus pauvres à des services publics dignes de ce nom et dotés des moyens leur permettant de remplir leurs missions. Aussi, après avoir proféré un discours menaçant dans un premier temps, le 21 février, à savoir le lendemain de la première manifestation, discours instituant le conseil économique et social 15, le roi Mohamed VI est revenu sur l antenne nationale, le 9 mars, avec un discours que l on a qualifié d historique, promettant des réformes structurelles dans la Constitution et la poursuite de la régionalisation dans le pays. Ce discours, pourtant, rappelle parfaitement un autre discours proféré par le roi Hassan II, en 1976, un discours d ouverture promettant la démocratisation, qui a accompagné, paradoxalement, la période la plus centralisée et la plus autoritaire de tout son règne. Le discours de Mohamed VI a été accueilli avec émotion, par les uns, avec scepticisme par les autres, qui ont décidé de poursuivre la lutte sur le terrain. La modération n a dès lors pas fait long feu, puisque deux évènements, localisés cependant, ont vu l intervention violente de la police, et ce juste au lendemain du fameux 15 Intégralité du discours royal du 21 février : du roi mohammed vi le 21 fevrier 2011.html 6

7 discours réformateur. Le 10 mars à Khouribga, la police est intervenue violemment au sein d un sit in devant le siège de l OCP, et le 13 mars, particulièrement, un rassemblement devant le siège du PSU à Casablanca, s est vu sauvagement réprimé. Ces deux évènements ont semé le doute au sein du Mouvement quant à la sincérité du roi, ce roi qui, comme le confirme Larry Diamond, avec «son appareil sécuritaire, son cercle restreint d amis et les milieux oligopolistiques des affaires qui lui sont proches [et] bloquent les demandes de réformes, [s isole] encore plus et [aggrave] la tempête politique qui se prépare sous une surface de calme apparent.» 16. Ainsi la mobilisation s est maintenue, organisant des manifestations, notamment celles du 20 mars, du 24 avril, qui se sont relativement bien déroulées. L attentat du 28 avril à Marrakech a toutefois modifié la donne, alors que certaines démarches réformatrices étaient en cours, notamment la libération d un grand nombre de détenus politiques, parmi eux le jeune Mehdi Boukiou 17. Cette catastrophe a permis, en un sens, le renforcement des lois sécuritaires et l intensification de la répression. En effet, les manifestations qui ont suivi l incident, jusque là non revendiqué, ont été sauvagement réprimées, notamment le sit in devant le centre de Temara le 16 mai et les marches du 22, 28 et 29 mai, qui ont fait plusieurs blessés et un mort, Kamal el Omari, ayant succombé aux blessures infligées par la police. Ainsi, alors que les jeunes se faisaient matraquer par la police, une autre partie des Marocains se complaisaient dans le voyeurisme en regardant le festival de Mawazine ou encore le spectacle «les voix pour la paix» à Marrakech Quelle ironie! Le Mouvement du 20 février survivra t il à cette vague de répression, échappera t il à l opportunisme et à la tentation du pouvoir, pourra t il perdurer sans encadrement politique effectif? Enfin, pourra t il séduire la majorité silencieuse du pays? Vers l émergence d un espace public? Il est possible de tirer de ces quelques mois de mobilisations profondes une interprétation d ordre philosophique qui nous amènerait à voir dans toute cette dynamique l émergence d une société civile consciente de son être politique. Peut être est ce assez précipité et imprudent d affirmer ceci, mais il apparaît clairement qu un espace nouveau est en train de se construire et de s étendre telle une toile produisant des réseaux, qui n attendait qu un contexte propice pour se développer. La contestation change de nature en se politisant et agrandit son espace en se nationalisant. 16 Larry Diamond, A Fourth Wave or False Start? fourth wave or false start 17 Voir notamment l article de Younes Benmoumen et de Montassir Sakhi Chabiba Ittihadia va mener campagne pour que toute la lumiere soit faite L affaire Mehdi Boukillou defraiela_a17145.html 7

8 Dès lors, la distinction entre travail, œuvre et action 18, sur laquelle insiste Hannah Arendt, semble plus manifeste. En effet, l émergence du politique est un signe de la séparation entre travail, œuvre et action, en tant qu appréhensions distinctes de la société humaine et du temps. Aussi, le travail, qui selon la philosophe n est pas une valeur en soi, relève t il de la nécessité, il est antipolitique et ne saurait se confondre avec l œuvre au risque de mener à une technocratisation du pouvoir et à la déliquescence de l espace politique lui même. C est donc la reconquête de l œuvre et de l action, l action étant ce lien dynamique entre les citoyens construisant un espace commun, qui est en jeu aujourd hui au Maroc. Enfin, il est question de devenir révolutionnaire et de créations politiques qui ouvrent de nouvelles lignes de fuite, de nouveaux horizons politiques. Ainsi, comme l affirme Gilles Deleuze : «Croire au monde, c est aussi bien susciter des événements même petits qui échappent au contrôle, ou faire naître de nouveaux espaces temps, même de surface ou de volume réduits. C est ce que vous appelez pietas. C est au niveau de chaque tentative que se jugent la capacité de résistance, ou au contraire la soumission à un contrôle. Il faut à la fois création et peuple.» 19 Il n est pas sûr que les revendications du Mouvement aboutissent et se concrétisent, mais ce qui est certain, en revanche, c est qu un décentrement s est opéré dans la sphère du politique, un décentrement en faveur des marginaux sociaux, des jeunes laissés pourcompte, des victimes d injustice. C est l intuition de l instant qui se manifeste, l intuition d un instant de rupture, d un instant avec lequel il faudra compter dorénavant. La rue a enfin été investie, et se profile, par conséquent, une dynamique d ouverture et de conquête de l espace public, qui permet l émergence du politique, et l activation d un devenir citoyen inédit, horizons auxquels aspiraient les jeunes militants d hier. 18 Hannah Arendt, La condition de l homme moderne, Pocket, Évolution, «Devenir révolutionnaire et créations politiques», Entretien réalisé par Toni Negri avec Gilles Deleuze, 1990 : devenir revolutionnaire et les 8

9 Bibliographie : «Le Maroc de Mohamed VI : mobilisations et action publique», Politique Africaine, décembre Aouad M Hammedet Maria, Les Trente Glorieuses ou l âge d or du nationalisme marocain , Ed. LPL, Rabat, Hannah Arendt, La condition de l homme moderne, Pocket, Evolution, Hannah Arendt, Qu est ce que la politique?, Seuil, Point Essais, Butin Maurice, Hassan II, De Gaulle, Ben Barka, Ce que je sais d eux, Karthala, Dalle Ignace, Les Trois Rois, Fayard, Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu est ce que la Philosophie?, éditions Minuit, collection Critique, Diouri Moumen, Réalités marocaines, la dynastie alaouite, de l usurpation à l impasse, l Harmattan, Diouri Moumen, La Mémoire d un peuple, chronique de la résistance au Maroc, l Harmattan, Graciet Catherine et Beau Nicolas, Quand le Maroc sera islamiste, Éd. La Découverte. Lescure Pierre, L Histoire marocaine depuis l indépendance, la Découverte, Moncef Marzouki et Vincent Geisser, Dictateurs en sursis, une voie démocratique pour le monde arabe, Éditions de l Atelier, Nataf Félix, L indépendance du Maroc, Plon, Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Folio Essais, Gallimard, Rivet Daniel, Lyautey et l institution du protectorat français au Maroc , l Harmattan, Vairel Frédéric, «L ordre disputé du sit in au Maroc», Genèses 59, juin Vermeren Pierre, Le Maroc en transition, La Découverte, Vermeren Pierre, L histoire du Maroc depuis l indépendance, la Découverte Waterbury John, Le commandeurs des croyants, PUF,

10 Résumé : Depuis les années 1970, la contestation politique au Maroc s est affaiblie, anéantie, voire vidée de sa substance par un processus politique répressif et dépolitisant. Cependant, avec la dégradation des conditions de vie des Marocains, depuis, notamment, l accès au trône de Mohammed VI, l indignation sociale a retenti dans plusieurs localités du pays, se cristallisant, à terme, dans un mouvement politique englobant, celui du 20 février. Ce Mouvement, dont les revendications ne sont pas nouvelles, rappelle toute la dynamique qui est née dans les années 1940 dans un contexte de lutte pour l indépendance du pays. Les Marocains rattraperont ils le temps perdu, ou, plus exactement, achèveront ils l indépendance tant désirée par leurs prédécesseurs? Abstract Since the 1970s, political dissent in Morocco has weakened, has been destroyed or gutted by a repressive political process and de politicizing. However, with the deterioration of Moroccan s living conditions, especially since the access to the throne of Mohammed VI, social indignation appeared in several parts of the country, and has recently crystallized in an encompassing political movement, February 20th. This movement, whose demands are not new, reminds of the whole dynamic born in the 1940's in a context of struggle for independence. Will Moroccans catch up with lost time, or, more accurately, will they complete independence as desired by their predecessors? 10

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC ENTRETIEN AVEC NAIMA BENWAKRIM * Les Marocains sont en train de vivre une période charnière de leur histoire. En effet, le travail mené dans

Plus en détail

Les femmes, un moteur de la révolution arabe

Les femmes, un moteur de la révolution arabe Les femmes, un moteur de la révolution arabe Si l'on s'en tient aux images de télévisions, on pourrait croire que la Syrie est peuplée exclusivement d'hommes. Pourtant ce sont les femmes qui ont bravées

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

MARRAKECH PERLE DU SUD

MARRAKECH PERLE DU SUD MARRAKECH PERLE DU SUD INFORMATIONS IMPORTANTES Maroc Nombre d habitants: 31 671 474 Monnaie: Dirham Marocain (MAD) PIB: 121.37 milliards de dollars (2009) Croissance du PIB: 5.9% (2009) Population Active:

Plus en détail

AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01. DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001

AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01. DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001 AMNESTY INTERNATIONAL Index AI : MDE 30/020/01 ÉFAI DOCUMENT PUBLIC Londres, juillet 2001 Tunisie nouveau : Prisonnier emprisonnéd'opinion. Mohamed Mouadda a été à Le 19 juin 2001, Mohamed Mouadda, ancien

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT

LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT LA SCENE MEDIATIQUE AU MOYEN-ORIENT A LA LUMIERE DU PRINTEMPS ARABE Paloma Haschke* Le rôle «révolutionnaire» joué par les médias sociaux dans les événements du Printemps arabe semble évident. Ce phénomène

Plus en détail

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes,

L extermination du parti Sawaba du Niger. Amis anticolonialistes, L extermination du parti Sawaba du Niger Amis anticolonialistes, Manuel Domergue, Jacob Tatsitsa et Thomas Deltombe ont publié cette année un ouvrage «Kamerun», présenté lors de la semaine coloniale, qui

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Compte-rendu de l'atelier 5 http://jaga.afrique-gouvernance.net Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Contexte et problématique Conformément aux termes de référence, l atelier

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes

Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Page 1 sur 6 Organisation des séances de congrès et procédures de modification des textes Le Conseil national des 1 er et 2 novembre 2014 a acté une démarche d organisation des séances et de procédure

Plus en détail

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse

Discours de Mme Ségolène Royal. Vœux à la presse Discours de Mme Ségolène Royal Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Vœux à la presse Paris, le jeudi 15 janvier 2015 Bonjour et bienvenue à toutes et à tous, que je suis heureuse

Plus en détail

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle

A L L O C U T I O N. de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle المملكة المغربية وزارة التشغيل والتكوين المهني A L L O C U T I O N de Monsieur JAMAL RHMANI Ministre de l Emploi et de la Formation

Plus en détail

Jean-Noël Ferrié. Si l on suit les thuriféraires de la monarchie, tout aurait changé ; si l on suit ses

Jean-Noël Ferrié. Si l on suit les thuriféraires de la monarchie, tout aurait changé ; si l on suit ses LA MONARCHIE MAROCAINE SOUS MOHAMMED VI CHANGEMENT ET CONTINUITE Jean-Noël Ferrié Si l on suit les thuriféraires de la monarchie, tout aurait changé ; si l on suit ses contempteurs, tout aurait presque

Plus en détail

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs

Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs CONFERENCE COMMENT PENSER LA GAUCHE SANS LA CROISSANCE? Conclusion par Barbara ROMAGNAN députée du Doubs Après les interventions fortes et passionnantes de Guillaume Duval et Patrick Viveret, il me revient

Plus en détail

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE

METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE by Du global au local : 2015-2030 - 2050 1 METTRE FIN À LA PAUVRETÉ PARTOUT DANS LE MONDE 1 1 L élimination de la pauvreté dans le monde est le premier des Objectifs du Millénaire pour le Développement

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes

Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes Comment identifier l existence d un conflit armé non international? Enseignements à la lumière des situations conflictuelles récentes VAIOS KOUTROULIS Professeur assistant, Centre de droit international,

Plus en détail

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE CORRECTION DST 17 OCT. 2013 ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE L épreuve sera notée sur 40 points. La maîtrise de la langue est notée sur 2 points. Hist-géo : E.C. : ML :

Plus en détail

La Tunisie est au milieu du gué politique entre le 14 janvier, fin de l ancien

La Tunisie est au milieu du gué politique entre le 14 janvier, fin de l ancien La révolution tunisienne, les enjeux de la transition démocratique et la société civile TRIBUNE n 88 Jean Dufourcq Contre-amiral (2S), chercheur à l École militaire, rédacteur en chef de la Revue Défense

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS 2 février 2013 Gustave Massiah Représentant du CRID Au Conseil International du FSM Le Forum Social Mondial de Tunis (FSM), du 26 au 30 mars 2013, sera un moment

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

Amnesty International

Amnesty International Amnesty International DOCUMENT PUBLIC HALTE A LA VIOLENCE CONTRE LES FEMMES! RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Le combat d une femme en quête de justice Index AI : AFR 62/001/2004 ÉFAI Résolue à défendre

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe

Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Université d été du MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) Paris, France 4 septembre 2009 Maurice Lévy, Président du Directoire, Publicis Groupe Je vous remercie de me permettre de m exprimer sur

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain 1 République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain Réforme, innovation et modernisation de l administration publique et des statuts

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi

Seul le prononcé fait foi Colloque «Méditerranée et développement partagé : les nouveaux enjeux» Adresse préalable à la table ronde sur «quels instruments pour un développement partagé entre les deux rives?» Mardi 13 novembre Mesdames,

Plus en détail

Plan d action national : RASSEMBLÉ-E-S POUR MILITER, RÉNOVER, INVENTER

Plan d action national : RASSEMBLÉ-E-S POUR MILITER, RÉNOVER, INVENTER Plan d action national : RASSEMBLÉ-E-S POUR MILITER, RÉNOVER, INVENTER Il n est pas un jeune qui n ait jamais été indigné, révolté ou même simplement interpellé par une situation vécue, par un fait d actualité

Plus en détail

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

DISCOURS. Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne. A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon DISCOURS Prononcé par son Excellence Monsieur Jean Claude BOUYOBART Ambassadeur du Gabon près la République Fédérale d Allemagne A l occasion de la célébration du Cinquantenaire de l Indépendance de Gabon

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain

Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain Baccalauréat STL : Chapitre H.1 : La démocratie Française de 1848 à nos jours. ANALYSE DOC. n 9 Bienfaits, symbole et tableau républicain AUTEUR : E. PICHOT affiche réalisée par E. Pichot, imprimeur à

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique

Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Projet de Déclaration de Rabat sur l enfance dans le monde islamique Nous, les ministres chargés de l enfance dans les États membres de l Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les chefs d organisations

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

La Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l'information, et. La Konrad Adenauer Stiftung. organisent :

La Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l'information, et. La Konrad Adenauer Stiftung. organisent : La Fondation Temimi pour la Recherche Scientifique et l'information, et La Konrad Adenauer Stiftung organisent : Le 44 ème congrès du Forum de la Pensée Contemporaine sur : Les partis politiques d après

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne

Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne Cet article a été écrit dans les semaines qui ont suivi la fuite de Ben Ali de Tunisie. Nous le publions avec quelques notes de la rédaction pour

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013

BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 BILAN DES RENDEZ-VOUS «BOULÈGUE L EUROPE» MARDI 15 OCTOBRE 2013 LES «BOULÈGUE» EN CHIFFRES 10 rendez-vous 450 personnes rencontrées 200 photos 30 verbatims Thématiques abordées 40% 31% 29% Réponse de l'europe

Plus en détail

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre.

Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Tu avais quel âge au moment de la guerre d'algérie? En as-tu des souvenirs? Je suis né en Algérie en 1950. J'ai donc grandi pendant cette guerre. Elle s'est déroulée quand j'avais entre 4 et 11 ans. J'ai

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire»

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement Réunion d experts sur les registres d état civil «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Varsovie,

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

KMBO présente PLUS JAMAIS PEUR. Un film de Mourad Ben Cheikh. Durée : 74 minutes - 2011 - Tunisie - DCP / HDCAM - Son DOLBY DIGITAL

KMBO présente PLUS JAMAIS PEUR. Un film de Mourad Ben Cheikh. Durée : 74 minutes - 2011 - Tunisie - DCP / HDCAM - Son DOLBY DIGITAL «Aujourd hui, un drapeau tunisien orne mon salon et l hymne national que je chante à un tout autre goût, celui de la liberté. Je suis finalement citoyen et je l exprime pleinement, je suis cinéaste et

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie

Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Discours de Madame Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l étranger, devant la communauté française de Tunisie Monsieur l Ambassadeur, Mesdames les élues, Chers compatriotes,

Plus en détail

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Abdelkrim Hizaoui Introduction : le cadre politique tunisien La Tunisie est une république à régime politique présidentiel, soutenu

Plus en détail

L engagement citoyen des jeunes

L engagement citoyen des jeunes L engagement citoyen des jeunes Conférence Débat le 22 Mai 2014 Rapport final Participants Mr Elyamine SOUM (Université Paris III Nouvelle Sorbonne) Mr Abdelhamid BENKHATTAB (Université Mohamed V Rabat)

Plus en détail

TUNISIE : CHRONIQUE D UNE REVOLUTION Tunisia: chronicle of a revolution

TUNISIE : CHRONIQUE D UNE REVOLUTION Tunisia: chronicle of a revolution TUNISIE : CHRONIQUE D UNE REVOLUTION Tunisia: chronicle of a revolution Salsabil Klibi Universidade de Tunez salsabil.klibi@gmail.com Abstract: This article brings up the inner problems of Tunisia and

Plus en détail

RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013

RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013 RAPPORT MISSION DE LA FEDERATION EURO-MEDITERRANEENNE CONTRE LES DISPARITIONS FORCEES (FEMED) TUNISIE 20-24 JUIN 2013 Photo : Place de la Casbah, Tunis. Banderoles contenant les photos/noms des martyrs

Plus en détail

KOUKA NO[S] CULTURE[S]

KOUKA NO[S] CULTURE[S] KOUKA NO[S] CULTURE[S] Communiqué de presse JARDIN ROUGE Présente KOUKA BANTUS No(s) culture(s) Figure libre de la scène artistique urbaine, Kouka présente à Jardin Rouge la puissance rassurante et protectrice

Plus en détail

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur).

Introduction. Figure 1 L effondrement du taux d emploi. Source : enquête «Emploi» (calcul de l auteur). Introduction Contrairement à une idée répandue, la préretraite a encore cours en France aujourd hui : non sous la forme des préretraites publiques peu à peu disparues depuis le début des années 2000, mais

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

Il existe plusieurs façons de «faire de la politique», comme le politique recherche plusieurs

Il existe plusieurs façons de «faire de la politique», comme le politique recherche plusieurs Il existe plusieurs façons de «faire de la politique», comme le politique recherche plusieurs buts en exerçant ce métier si particulier : créer une société égalitaire, satisfaire un égo démesuré ou encore

Plus en détail

AMNESTY INTERNATIONAL DÉCLARATION PUBLIQUE AILRC-FR MDE 24/018/2011 Jeudi 28 avril 2011

AMNESTY INTERNATIONAL DÉCLARATION PUBLIQUE AILRC-FR MDE 24/018/2011 Jeudi 28 avril 2011 AMNESTY INTERNATIONAL DÉCLARATION PUBLIQUE AILRC-FR MDE 24/018/2011 Jeudi 28 avril 2011 Syrie. La crise requiert une action de la part du Conseil des droits de l'homme Amnesty International a soumis la

Plus en détail

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la

13 NOVEMBRE 2007. Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la 13 NOVEMBRE 2007 Synthèse des contributions des militants MOUVEMENT DEMOCRATE sur proposition de la C H A R T E E T H I Q U E présentée par François Bayrou au Forum des Démocrates Seignosse 13-16 septembre

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Déclaration publique relative à la Bulgarie

Déclaration publique relative à la Bulgarie CPT/Inf (2015) 17 Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) Déclaration publique relative à la Bulgarie Cette déclaration publique est

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Le contexte sécuritaire, menaces et risques

Le contexte sécuritaire, menaces et risques Titre 1 Le contexte sécuritaire, menaces et risques 1. LE CONTEXTE REGIONAL Depuis les évènements de fin 2010 en Tunisie, la situation géopolitique et sécuritaire dans notre région, le monde arabe, est

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE 30 ans de Génie, 30 ans d invention, d expériences, de créativité, dans des espaces nouveaux, inattendus, divers et variés. Cette recherche incessante et nécessaire, c est celle de l Utopia, c est à dire

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES ****

SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une Foi SOIXANTE DIXIEME SESSION ORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES **** DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR MACKY SALL, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Plus en détail

Rapport sur la situation des droits économiques, sociaux et culturels destiné à la 56ème session

Rapport sur la situation des droits économiques, sociaux et culturels destiné à la 56ème session Rabat le 15 août 2015 Rapport sur la situation des droits économiques, sociaux et culturels destiné à la 56ème session Le réseau Amazigh pour la citoyenneté «AZETTA AMAZIGH» a déjà soumis un rapport détaillé

Plus en détail

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8

Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 Le document de présentation de la Tunisie distribué au G8 «Le peuple tunisien a, en un temps très court, et par la seule force de ses convictions démocratiques, réalisé une révolution pacifique qui fera

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement «La diversité n est pas entre les cultures, mais inhérente à l idée même de culture, et

Plus en détail