Séquence 6. Justice sociale et inégalités. Sommaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 6. Justice sociale et inégalités. Sommaire"

Transcription

1 Séquence 6 Justice sociale et inégalités Sommaire Introduction Comment analyser et expliquer les inégalités? Comment les pouvoirs publics peuvent-ils contribuer à la justice sociale? Corrigé des activités 1

2 Introduction La séquence 4 («Classes, stratification et mobilité sociales») nous a permis de constater que la société française était construite autour de groupes sociaux bien distincts. Nous allons maintenant montrer que cette stratification sociale repose sur de profondes inégalités entre les individus, en associant ces inégalités à la notion de justice sociale. Nous présenterons dans un premier temps la diversité des inégalités au sein de la société française, mais également à l échelle internationale (Chapitre 1), avant d analyser les principaux instruments dont se sont dotés les pouvoirs publics pour lutter contre ces inégalités et tenter de contribuer à une société plus juste (Chapitre 2). 3

3 1 Comment analyser et expliquer les inégalités? Introduction Les sociétés actuelles, en France et à l étranger, reposent sur de nombreuses inégalités. Cette notion revêt différents aspects : on distinguera ainsi les inégalités économiques (A) des inégalités sociales et culturelles (B) avant de mettre en évidence l éventuel cumul de ces inégalités (C). Pré-requis Salaire, revenu, profit, revenus de transfert. Notions à acquérir Inégalités économiques, inégalités sociales. Sensibilisation : Document 1 : Qu est-ce qu une inégalité? Qu est-ce qu une inégalité au juste? La chose n est pas si facile à définir que cela. Toutes les pratiques sociales ne peuvent se hiérarchiser. Comment ainsi mesurer la différence de plaisir que procure une partie de boules et une «reprise» d équitation? Pour quelle raison devrait-on préférer Bach à Las Ketchup? [ ] La démarche consistant à réinterpréter l inégalité en termes de différence est l outil de prédilection des individus privilégiés qui espèrent bien,,par là même, conforter leur position sociale. Ce type de raisonnement peut ainsi être une manière de dire : «certes, vous n êtes pas bien riches, mais, voyez-vous, l argent ne fait pas le bonheur. Nos niveaux de revenus sont différents ; ils ne sont pas inégaux». De même, si les femmes sont «faites» pour élever les enfants elles n ont plus qu à rester au foyer : nul besoin pour elles d entreprendre des études avancées, nul besoin d aspirer à des postes de responsabilité, nul besoin, autrement dit, pour elles, de souhaiter se réaliser ailleurs qu au sein de leur foyer. On dira alors qu il ne s agit pas d une situation d inégalité, mais d une simple prise en compte de la différence homme - femme. [ ] Il faut en réalité distinguer ce qui dans ces différences subies relève de la «nature» et ce qui relève d un ordre artificiel, celui de la société. De ce point de vue, l inégalité est une différence socialement produite que subit un individu ou un groupe d individus. Observatoire des inégalités. 4

4 Activité 1 Qu est-ce qu une inégalité? Le fait de préférer la pétanque à l équitation traduit-il une différence ou une inégalité? Justifiez votre réponse. Expliquez la phrase soulignée. Proposez une définition du terme «inégalité». La notion d inégalité se distingue de celle de différence, plus générale. Ainsi, une inégalité implique toujours un avantage ou un désavantage dans la société. Les inégalités expliquent la hiérarchie sociale : l existence de groupes sociaux (au sein d un pays ou entre des pays différents) repose sur les inégalités qui les caractérisent. Les inégalités peuvent prendre de multiples formes, qu on regroupe le plus souvent en deux vastes catégories : les inégalités économiques et les inégalités sociales. A Les inégalités économiques 1. inégalités de richesses en France a) des inégalités de salaires Document 2 : Salaires mensuels nets (en euros) selon le sexe et la catégorie socioprofessionnelle Hommes 3000 Femmes Ensemble Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ensemble INSEE. 5

5 Activité 2 Inégalités salariales Questions Faites une phrase donnant la signification des données entourées. Comparez ces données par un calcul. Quelles sont les idées essentielles de ce document? Les inégalités de salaires en France sont dues en partie à la valeur sociale attribuée aux différents emplois (valeur qui dépend elle-même du niveau de responsabilité du poste ou, éventuellement, de «l utilité sociale» de ce poste). Par exemple, les hautes responsabilités du PDG d une grande entreprise légitiment un salaire plus élevé que celui des ouvriers de cette entreprise. Ainsi, la catégorie socioprofessionnelle est un critère important d inégalité salariale. L autre critère déterminant est le sexe des actifs. Tous temps de travail confondus, les salaires des femmes équivalent en moyenne à 73 % de celui des hommes (source : Ministère du travail, données 2006). Ces inégalités proviennent avant tout des différences de temps de travail. Les femmes travaillent en effet cinq fois plus souvent en temps partiel que les hommes. Toutefois, à temps de travail et qualifications équivalents, on estime qu environ 10 % des écarts salariaux entre hommes et femmes demeurent inexpliqués (ces écarts relèvent donc d une forme de discrimination salariale). Document 3 : Distribution des salaires mensuels nets (en euros) en 2008 Pourcentage des salariés Hommes Femmes Ensemble : 10 % des salariés ont un salaire net mensuel inférieur à D2 : 20 % des salariés D3 : 30 % des salariés D4 : 40 % des salariés Médiane = D5 : 50 % des salariés D6 : 60 % des salariés D7 : 70 % des salariés D8 : 80 % des salariés D9 : 90 % des salariés Champ : salariés à temps complet du secteur privé et semi-public, France. Insee,

6 Activité 3 Distribution des salaires en France Questions Les chiffres confirment-ils une partie du document 2? Justifiez votre réponse. Pour chaque donnée soulignée, faites une phrase en donnant la signification de 2 façons différentes. Qu est-ce que le salaire médian? Proposez un calcul mesurant l écart relatif entre «1123» et «3267» (colonne «Ensemble»). Faites une phrase avec votre résultat. Pour mesurer les inégalités économiques, il est fréquent d utiliser les quantiles. Un quantile est une borne qui sépare une population en parties égales. Ainsi, la médiane est le quantile qui sépare une population en deux parties égales : la moitié de la population se trouve au-dessus de la médiane (il s agit des 50 % les plus favorisés), l autre moitié en dessous (les 50 % les moins favorisés). Il existe également les quartiles, qui séparent une population en quatre parties (chacune représentant donc 25 % de la population) ou les quintiles, séparant la population en cinq parties (chacune représentant 20 % de la population). L INSEE utilise le plus souvent des données classées en déciles. La population est alors répartie en 10 groupes (chacun correspondant à 10 % de la population), séparés par 9 bornes, appelées D1, D2, D3, jusqu à D9. D1 est la borne sous laquelle se trouvent les 10 % de la population les moins favorisés D2 est la borne sous laquelle se trouvent les 20 % de la population les moins favorisés, etc. D9 est donc la borne sous laquelle se trouvent les 90 % de la population les moins favorisés : autrement dit, D9 est la borne au-dessus de laquelle se trouvent les 10 % de la population les plus favorisés. Dès lors, il est possible de calculer le rapport interdéciles D9/D1 : il s agit d un coefficient multiplicateur mesurant les écarts de richesse entre les 10 % les plus favorisés et les 10 % les moins favorisés. Plus ce rapport est élevé, plus les inégalités sont grandes. Remarque D5 est le décile sous lequel se trouvent les 50 % de la population les moins favorisés. Il s agit donc de la médiane. 7

7 b) et des inégalités de patrimoine Le patrimoine désigne l ensemble des biens que possède un agent économique à un moment donné. Ces biens, également appelés actifs, se décomposent en deux catégories : les actifs non financiers (appelés aussi actifs réels) : il s agit principalement d actifs matériels comme les logements, les terres, ou, éventuellement, les machines (pour les entrepreneurs individuels). les actifs financiers : ils regroupent l épargne des ménages. Celle-ci peut être liquide (comptes chèques dans les banques par exemple) ou non liquide (comme les titres financiers possédés : actions, obligations). La possession de patrimoine permet de dégager des revenus du patrimoine : loyer d un bien immobilier, dividendes rémunérant des actions, ou intérêts rémunérant une épargne par exemple. Remarque On distinguera également patrimoine brut et patrimoine net. Par exemple, si un ménage possède une maison qui n est pas encore complètement payée (le ménage doit rembourser un emprunt qui lui a permis de l acheter), le patrimoine brut correspond à la valeur de la maison et le patrimoine net à cette valeur diminuée des dettes restant à rembourser. Document 4 : Montant du patrimoine des Français en 2010 Patrimoine net global (en euros) Moyen Médian D9 D1 Artisans, commerçants, chefs d entreprise Cadres Employés Ouvriers non qualifiés Ensemble Insee, enquête Patrimoine Activité 4 Patrimoine des Français Questions Pour chaque donnée soulignée, faites une phrase en donnant la signification. 8

8 Quelle est la différence entre le patrimoine moyen et le patrimoine médian? Comment peut-on expliquer les inégalités de patrimoine constatées dans ce document? c) aux inégalités de revenu disponible Les inégalités de salaire et de patrimoine peuvent être analysées conjointement, à travers les inégalités de revenu disponible. Le revenu disponible est le revenu dont dispose effectivement un ménage, qu il peut épargner ou consommer. Il s agit de la somme des revenus primaires (revenus du travail, tels que les salaires, et revenus du patrimoine) et des prestations sociales reçues (allocations familiales, assurances maladie, etc.), déduite des impôts et des cotisations sociales. L INSEE utilise le revenu disponible pour mesurer le niveau de vie d un ménage. Celui-ci désigne la quantité de biens et services que peut posséder un ménage. Document 5 : Distribution des niveaux de vie (en euros) en D1 D2 D3 D4 D5 Déciles D6 D7 D8 D9 Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées 2002 à 2004, Insee- DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à Activité 5 Distribution des niveaux de vie Questions Faites une phrase donnant la signification de la donnée D5. Calculez le rapport interdéciles D9/D1 et faites une phrase avec votre résultat. Comparez le résultat de la Q2 à celui de la Q4 de l activité 3 (rapport interdéciles des salaires). Que peut-on en déduire? 9

9 2. Concentration des richesses en France La mesure de la concentration des richesses permet d analyser les inégalités économiques de façon plus pertinente. Étudier la concentration d une série statistique revient à répondre à la question : quel pourcentage de la richesse totale (du revenu total, du patrimoine total, etc.) détient tel pourcentage de la population? La courbe de Lorenz est un outil statistique permettant d illustrer cette concentration. Cette courbe est construite dans le repère suivant : en abscisse : la population cumulée (en %), classée, de gauche à droite, de la moins favorisée à la plus aisée. en ordonnée : le pourcentage cumulé (en %) de la richesse. Il existe donc une courbe de Lorenz spécifique pour chaque indicateur de richesse (courbe de Lorenz des salaires, du patrimoine, etc.). Document 6 : Concentration des revenus en France en 2009 Part cumulée des revenus des ménages (en %) Part cumulée des ménages (en %) Insee-DGI, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux rétropolées 2003 à 2004, Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à Activité 6 Concentration des revenus en France Questions Faites une phrase donnant la signification des deux points de deux façons différentes. 10

10 Que représente la diagonale? Que peut-on en déduire quant à la répartition des revenus en France? Document 7 : Concentration du patrimoine en France en 2010 Activité 7 Concentration du patrimoine en France Questions Construisez la courbe de Lorenz du patrimoine en France (en vous appuyant sur le doc 6 : en abscisses, part cumulée des ménages en % ; en ordonnée, part cumulée du patrimoine en %). Comparez l allure des 2 courbes de Lorenz (revenu et patrimoine). Que pouvezvous en déduire? Masse du patrimoine détenue par : En % les 90 % les plus pauvres 52 les 80 % les plus pauvres 35 les 70 % les plus pauvres 23 les 60 % les plus pauvres 14 les 50 % les plus pauvres 7 les 40 % les plus pauvres 2 les 30 % les plus pauvres 1 les 20 % les plus pauvres 0 les 10 % les plus pauvres 0 D après l Insee, enquêtes Patrimoine En France, les inégalités de patrimoine sont les inégalités économiques les plus fortes. Ainsi, environ 20 % de la population ne possèdent aucun patrimoine. Ces inégalités ont augmenté depuis une vingtaine d années, essentiellement en raison de la forte hausse du prix des actifs patrimoniaux (notamment les biens immobiliers). Les inégalités de patrimoine sont à l origine d un cercle vicieux d inégalités économiques : plus un ménage possède de patrimoine, plus il bénéficiera de revenus du patrimoine (loyers, dividendes, intérêts), d où un creusement des inégalités de revenu disponible. De plus, ces revenus accrus facilitent la constitution de patrimoine supplémentaire, accroissant encore davantage les inégalités. Les inégalités économiques sont d importance en France, mais elles se retrouvent également à l échelle internationale. 3. la pauvreté en Europe La pauvreté est un aspect des inégalités économiques. On distingue principalement : la pauvreté absolue : situation des personnes qui ne disposent pas de la quantité minimale de biens et services permettant une vie normale. Selon l ONU, un individu est dit en état de pauvreté absolue quand il n a pas les moyens de se procurer un «panier» de biens considérés comme indispensables à sa survie. 11

11 la pauvreté relative : pauvreté fixée par comparaison avec le niveau de vie moyen du pays considéré. Elle est le plus souvent définie par une proportion du revenu médian, appelée seuil de pauvreté. En France, un ménage est considéré comme pauvre par l INSEE quand il dispose de moins de 50 % du revenu médian français. Dans l Union européenne, ce seuil est fixé à 60 % du revenu médian européen. Dès lors, le taux de pauvreté correspond à la proportion d une population se trouvant sous le seuil de pauvreté. Document 8 : La pauvreté dans l Union européenne en d après des données Eurostat, Activité 8 La pauvreté dans l UE Questions Pourquoi le seuil de risque de pauvreté est-il calculé «après transferts sociaux»? Faites une phrase donnant le sens de la donnée pour la France sans utiliser l expression «seuil de risque de pauvreté». Quels regroupements de pays peut-on effectuer? Proposez une classification. Plus de 15 % de la population de l UE vit sous le seuil de pauvreté. Les pays nordiques, l Autriche et les Pays-Bas sont les états où le taux de pauvreté est le plus faible (11 à 12 %), juste devant la France. Les taux les plus élevés sont relevés en Europe de l est, en Roumanie et en Bulgarie (plus de 20 %). Les inégalités économiques en Europe sont donc fortes. 12

12 4 - l inégalité des revenus mondiaux Le PIB par habitant d un pays peut également être un outil de mesure des inégalités internationales. Il met en évidence les richesses produites par habitant au sein d un pays, signe de croissance et, le plus souvent, de développement. Document 9 : PIB par habitant dans le monde en 2005 PIB par habitant en $ Pays à hauts revenus Indice 100 pour la moyenne mondiale 347 OCDE Europe centrale et de l Est et CEI Amérique latine et Caraïbes États arabes Asie de l Est et Pacifique Asie du Sud Pays à bas revenus Afrique Sub-saharienne Monde Observatoire des inégalités, 2008 Activité 9 PIB par habitant dans le monde Questions Comparez, par un calcul, le PIB par habitant des pays à hauts revenus à celui des pays à bas revenus. Faites une phrase donnant la signification des données entourées. Quelle est l idée principale de ce document? Les inégalités économiques internationales, en termes de PIB par habitant, sont extrêmement élevées entre les pays développés et les pays en développement. Ainsi, le PIB/hab en Afrique subsaharienne est 5 fois inférieur à la moyenne mondiale. La plupart des pays les plus pauvres se trouvent d ailleurs en Afrique. Plus généralement, la distribution des richesses mondiales est très inégalitaire. On estime aujourd hui que les 10 % les plus riches possèdent plus de 80% du revenu mondial. À l opposé, la moitié des individus les plus pauvres ne détient que 1 % du patrimoine mondial. 13

13 La richesse mondiale est inégalement répartie selon les régions. L Amérique du Nord et l Europe détiennent plus de 60 % des richesses mondiales, tandis que l Afrique ne dispose que de 1 % de ces richesses. Ces inégalités peuvent être mises en évidence par le coefficient de Gini, un outil statistique, obtenu à partir de la courbe de Lorenz, qui mesure le degré d inégalité de la distribution des richesses dans un pays donné. Ce coefficient est un nombre variant de 0 à 1, 0 indiquant une distribution parfaitement égalitaire (la diagonale de la courbe de Lorenz) et 1 une distribution parfaitement inégalitaire. Ainsi, le coefficient de Gini des revenus de la Suède ou de la Finlande est proche de 0,2, tandis que celui de la Namibie ou du Botswana est supérieur à 0,6. B Les inégalités sociales et culturelles 1. inégalités face à la culture et aux études Document 10 : Nombre de livres lus en 2008 selon la catégorie socioprofessionnelle En % 0 1 à 4 5 à 9 10 à à ou plus nombre moyen de livres lus Agriculteurs Artisans, Commerçants et Chefs d entreprises Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Ministère de la Culture, enquête sur les pratiques culturelles,

14 Document 11 : Diplôme des jeunes de 20 à 24 ans en fonction du milieu social 100% Études supérieures Baccalauréat général Baccalauréat technologique Baccalauréats professionnels et équivalents CAP BEP Brevet ou aucun diplôme 0 0uvriers, employés Indépendants, cadres, enseignants et intermédiaires Ensemble Ministère de l éducation nationale, L état de l école, novembre Activité 10 Inégalités face à la culture et aux études Questions Faites une phrase donnant la signification des données entourées (doc 10). Quelles inégalités face à la lecture de livres sont à mettre en évidence (doc 10)? En une phrase, décrivez la situation des jeunes âgés de 20 à 24 ans en 2010 (doc 11). Dans quelle mesure peut-on-parler d inégalités face à la scolarité (doc 11)? Les écarts entre les catégories sociales dans l accès à la culture sont importants. Ainsi, 50 % des agriculteurs et 45 % des ouvriers ne lisent pas de livres contre 10 % des cadres supérieurs. Les inégalités d accès à la culture entre catégories sociales ne reposent pas forcément sur des écarts de richesse économique, mais davantage sur des éléments sociaux tels que le niveau de diplôme ou le milieu familial. Les inégalités peuvent ainsi se former dès le plus jeune âge (plus on dispose de livres étant jeunes, plus on a de chance d en lire par la suite). Ces inégalités se retrouvent au niveau des diplômes obtenus en fonction de la catégorie sociale. Plus précisément, le type de filière emprun- 15

15 tée diffère fortement selon le milieu social. La répartition des bacheliers 2009 selon les trois grandes filières (générale, technologique et professionnelle) indique que les enfants d ouvriers se répartissent presque équitablement selon les trois types de baccalauréat, tandis que les enfants de cadres privilégient nettement la voie générale. Or, celle-ci est la plus favorable à la poursuite d études supérieures longues ; de fait, elle peut conduire à l accès à des positions sociales plus valorisées. 2. inégalités face à la mort L espérance de vie à la naissance dans le monde s est accrue de manière considérable en un demi-siècle. Tandis que les générations nées au début des années 1950 pouvaient espérer vivre en moyenne un peu moins de 47 ans, celles nées entre 2005 et 2010 peuvent atteindre en moyenne un âge supérieur à 67 ans. Mais l espérance de vie des populations des régions développées est de 77 ans aujourd hui, contre seulement 56 ans dans les régions les moins avancées. Malgré une réduction de cet écart depuis plusieurs décennies, l espérance de vie des pays les plus pauvres équivaut à celle des pays riches avant les années L Afrique subsaharienne (51 ans) a l espérance de vie la plus faible au monde. La faible croissance de cette région fait que les pouvoirs publics peuvent difficilement investir dans des secteurs de développement (tels que les infrastructures de santé). À l opposé, c est en Europe occidentale (80 ans) et en Amérique du Nord (79) qu elles sont les plus fortes. Les progrès réalisés dans le domaine médical l expliquent dans une large mesure. En France, de fortes inégalités internes face à la mort demeurent, notamment en fonction de la catégorie sociale des individus. Ainsi, en 2011, l espérance de vie d une femme cadre de 35 ans est de 52 ans tandis que celle d une ouvrière n est que de 49 ans. Les hommes cadres de 35 ans peuvent espérer vivre encore 47 ans et les hommes ouvriers 41 ans. La nature des professions exercées peut expliquer en partie ces écarts. Les cadres ont en effet moins d accidents du travail ou de maladies liées à leur profession que les ouvriers. De plus, ils appartiennent à un groupe social dont les modes de vie sont favorables à une bonne santé. Ainsi, les comportements de santé à risque ou encore le moindre recours et accès aux soins sont plus fréquents chez les ouvriers que chez les cadres. 16

16 C Des inégalités qui se cumulent 1. le cumul des inégalités Document 12 : Le cumul des inégalités À plusieurs reprises, cependant, nous avons eu l occasion de relever entre ces différents aspects (des inégalités entre catégories sociales) des relations étroites et complexes. Ainsi les inégalités de revenu disponible ne peuvent qu engendrer des inégalités de patrimoine ; inversement, ces dernières contribuent aux premières par le biais des revenus patrimoniaux. De même, des inégalités de conditions de travail découlent des inégalités face à la maladie et à la mort ; et les inégalités face au logement contribuent aux inégalités face à la santé et face à l école. Ou encore les inégalités de situation dans la division sociale du travail engendrent dans la descendance des dispositions ou des capacités diverses face à la formation scolaire, qui se traduiront par des résultats scolaires inégaux, débouchant sur des qualifications professionnelles inégales et des insertions inégales dans la division sociale du travail, la boucle étant bouclée. Ces quelques exemples suggèrent que les inégalités forment système. D une part, elles s engendrent les unes les autres ; d autre part, elles contribuent à former un processus cumulatif, au terme duquel les privilèges se regroupent à l un des pôles de l échelle sociale tandis qu à l autre pôle se multiplient les handicaps ; enfin, elles tendent à se reproduire dans le cours des générations. Alain Bihr et Roland Pfefferkorn, Déchiffrer les inégalités. Activité 11 Le cumul des inégalités Questions Proposez un exemple montrant que les inégalités sociales peuvent entraîner des inégalités économiques. Proposez un exemple montrant que les inégalités économiques peuvent entraîner des inégalités sociales. Expliquez le passage souligné. 17

17 2. une illustration : les inégalités face au logement Document 13 : Inégalités face au logement Âge de la personne de référence - moins de 30 ans - 60 ans et plus Type de ménage - personne seule - famille monoparentale - couple avec un enfant Ménage d origine : - non immigrée - immigrée : Europe - immigrée : Maghreb Type de revenu : - 1 er quintile (ménages «modestes») - 5 e quintile (ménages «aisés») Logement de qualité médiocre Surpeuplement L'un ou l'autre : logement inconfortable Insee, enquête Logement Activité 12 Inégalités face au logement Questions Faites une phrase donnant la signification de chaque donnée soulignée. A l aide des chiffres du document, montrez que les inégalités économiques sont à l origine d inégalités en termes de logement. Proposez un enchaînement montrant que les inégalités en termes de logement peuvent être à l origine d inégalités économiques. Les différents types d inégalités, économiques et sociales, interagissent entre elles. Elles constituent un processus cumulatif d ensemble, et for- ment un système vertueux pour les plus favorisés, vicieux pour les plus démunis, en se reproduisant le plus souvent de génération en génération. 18

18 Ainsi, un ménage qui dispose d un faible revenu pourra difficilement se constituer un patrimoine ; or, ce patrimoine aurait pu lui permettre de percevoir des revenus supplémentaires (les revenus du patrimoine). Un faible revenu pénalise également l accès à certains biens et services de consommation, notamment de produits culturels, et ne permet pas de vivre dans un environnement confortable. Or, l accès à la culture et de bonnes conditions de vie peuvent contribuer à la réussite scolaire, à l accès à des diplômes valorisés et à une position sociale avantageuse, notamment en termes de revenu. Des inégalités économiques entraînent donc des inégalités sociales qui, à leur tour, creusent des écarts économiques. 3. peut-être à l origine d un certain renouveau des inégalités Document 14 : Le renouveau des inégalités [Ce] n est qu après la Seconde Guerre mondiale que l on a pu véritablement mesurer que l inégalité des salaires et des revenus avait diminué dans les pays occidentaux depuis le XIX e siècle, à la suite de quoi de nouvelles prédictions furent formulées. La plus célèbre fut celle de Kuznets [1955] : selon Kuznets, l inégalité est partout appelée à dessiner une courbe en U inversé au cours du processus du développement, avec une première phase d inégalités croissantes lors de l industrialisation et de l urbanisation des sociétés agricoles traditionnelles, suivie par une seconde phase de stabilisation, puis de diminution substantielle des inégalités. [ ] Mais c est surtout la constatation, dans les années 1980, que l inégalité avait recommencé à augmenter dans les pays occidentaux depuis les années 1970 qui a porté le coup fatal à l idée d une courbe en U inversé reliant inexorablement développement et inégalité. [ ] L inégalité n a véritablement augmenté qu aux États-Unis et au Royaume- Uni, mais dans tous les pays l inégalité des salaires a au minimum cessé de décroître pendant les années Cela distingue les pays occidentaux des pays moins développés, ou aucune tendance de ce type n a pu être détectée [Davis, 1992]. [ ] [Il] serait évidemment erroné de résumer l évolution de l inégalité dans un pays comme la France depuis la fin des années 1970 par des écarts de revenu et de salaire entre les 10 % les plus pauvres et les 10 % les plus riches à peu près constants. Si une relative stabilité des écarts de revenu disponible entre ménages a pu être obtenue dans de nombreux pays, et notamment en France, c est uniquement parce que les transferts sociaux ont réussi à compenser à peu près la perte de revenu d activité du nombre croissant de chômeurs. En l absence de ces transferts (allocations chômage, RMI, etc.), l évolution des inégalités de revenu aurait été la même que dans les pays anglo-saxons. 19

19 Document 15 : Part du décile supérieur dans le revenu total en France En % Thomas PIKETTY, L économie des inégalités, coll. Repères, La Découverte, Activité 13 Renouveau des inégalités Questions Expliquez la théorie de Kuznets (doc 14). Faites une phrase donnant la signification de la donnée pour 2004 (doc 15). Le document 15 confirme-t-il le passage souligné (doc 14)? Qu est-ce qui peut expliquer ce retour des inégalités? La croissance et le développement d un grand nombre de pays se sont accompagnés d une réduction importante des inégalités économiques depuis le début du XX e siècle. Cependant, ces inégalités ont tendance à croître de nouveau depuis les années 1980, et ce dans la plupart des pays développés. Les inégalités de patrimoine ont, en particulier, fortement augmenté, notamment en raison de l augmentation soutenue du prix des biens patrimoniaux. Par ailleurs, les revenus du travail ont, depuis une trentaine d années, augmenté beaucoup moins vite que les revenus du patrimoine (tels que les loyers perçus ou les rémunérations des actions possédées). Or ces derniers sont essentiellement perçus par les ménages 20

20 les plus aisés en termes de revenus (car un revenu important est nécessaire à la constitution d un patrimoine), ce qui a accru les inégalités entre cette portion la plus favorisée et le reste de la population. Enfin, la montée du chômage depuis les années 1970 peut expliquer la recrudescence des inégalités de revenu disponible : en perdant leur emploi, les individus perdent aussi leur revenu du travail, et cette perte n est que partiellement compensée par les transferts sociaux (allocations chômage, RSA). 21

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Inégalités de niveau de vie et pauvreté

Inégalités de niveau de vie et pauvreté Inégalités de niveau de vie et pauvreté Cédric Houdré, Nathalie Missègue, Juliette Ponceau* En 2010, le niveau de vie de la majorité de la population stagne ou baisse, après avoir faiblement augmenté l

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Fiches thématiques. Revenus

Fiches thématiques. Revenus Fiches thématiques Revenus Avertissement Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu pour les données internationales mettent en ligne des actualisations pour les chiffres essentiels.

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011

Dares Analyses. Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 Dares Analyses OCTObre 2012 N 068 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les bas salaires en France entre 1995 et 2011 En 2011, sur 22,3 millions de

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite

Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Introduction : pour une refonte générale de notre système de retraite Conséquence de l empilement des régimes et de modes de calculs complexes, nul ne sait exactement quels seront ses droits à la retraite.

Plus en détail

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être!

Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Des pensions décentes, ce n est que justice. Revendiquons une véritable liaison au bien-être! Cela fait bien longtemps que les pensions et les allocations

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004

Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Les inégalités de patrimoine des ménages entre 1992 et 2004 Marie Cordier, Cédric Houdré, Catherine Rougerie* Le revenu, la catégorie sociale, la localisation géographique, l âge ainsi que les héritages

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Revenus, patrimoines et fiscalité, quelle répartition en France?

Revenus, patrimoines et fiscalité, quelle répartition en France? Julien Levesque Macroéconomie Fabrice Bittner 20 mai 2009 séance 12 Revenus, patrimoines et fiscalité, quelle répartition en France? La question de la répartition des ressources est en permanence au cœur

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres des régimes ARRCO et AGIRC. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

La prise en compte des revenus du patrimoine dans la mesure des inégalités

La prise en compte des revenus du patrimoine dans la mesure des inégalités REVENUS / NIVEAUX DE VIE La prise en compte des revenus du patrimoine dans la mesure des inégalités Alexandre Baclet* et Émilie Raynaud** En France, la mesure de référence des inégalités de revenus s appuie

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT et ÉCONOMIE Le sujet comprend 8 pages numérotées de 1/8

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011

Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali A la demande du Cercle des Epargnants et de Generali, le Centre d Etudes et de Connaissances

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Les Français, l épargne et la retraite

Les Français, l épargne et la retraite 11, boulevard Haussman. 75009 Paris 01 58 38 65 87 / 37 www.cercledesepargnants.com contact@cercledesepargnants.com Les Français, l épargne et la retraite Enquête 2011 Le Cercle des Epargnants, partenaire

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

CHAP 8 LES INEGALITES SONT-ELLES COMPATIBLES AVEC LA JUSTICE SOCIALE?

CHAP 8 LES INEGALITES SONT-ELLES COMPATIBLES AVEC LA JUSTICE SOCIALE? CHAP 8 LES INEGALITES SONT-ELLES COMPATIBLES AVEC LA JUSTICE SOCIALE? Introduction : 1. L idéal démocratique, bien analysé par Tocqueville, est marqué par une «passion pour l égalité». Il est donc intéressant

Plus en détail

LE PERP retraite et protection

LE PERP retraite et protection LE PERP retraite et protection Benoit Rama http://www.imaf.fr Le PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) est une mesure d encouragement à la préparation de la retraite destinée aux salariés. Il copie

Plus en détail

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat

En 2010, le ménage guadeloupéen recourt moins au. Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 36 - mai 2013 Endettement des ménages guadeloupéens : Faible recours aux crédits à l habitat En Guadeloupe, en 2010, un ménage sur trois est endetté

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail