Procès-Verbal de l Assemblée Générale de l URMLA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procès-Verbal de l Assemblée Générale de l URMLA"

Transcription

1 Procès-Verbal de l Assemblée Générale de l URMLA Samedi 8 novembre 2003 Palais des Congrès d Arcachon à 14h15 Présents : Drs ARNOUX, ARRAMON-TUCOO, AUTRAN, AVOIE, BADETS, BRUGERE, CASTETS, CAZENAVE, COMPAIN, CUBADDA, DANION, DARGACHA-SABLE, DARRACQ-PARIES, DELABANT, DESAGE, DURENQUE, EVANGELISTI, FAROUZ, FORCADE, GAILLERES, GINESTA, GUERIN-DEMAY, JEAMBRUN, JC. LABADIE, LAROUCHI, LE CORRE, LE ROY, LEBRUN-GRANDIE, MASSEYS, MAURAIN, OHAYON, OSSARD, OU-RABAH, PARQUIER, PERREIN, PLANTARD, ROCHE, SALANNE, SAPENE, SAUREL, SIMON, TAFFET, TAVIN- BARTHE. Absents : Drs CHARLOPAIN, DOMBRIZ, HOCQUELET, LAVAL, PERE, PLEDRAN, PROBST, RICHARD-MOLARD, SARDA. Procurations (8) : Dr GUERIN-DEMAY pour le Dr ABEL Dr CASTETS pour le Dr BOUSCAU-FAURE Dr SIMON pour le Dr CHIRUMBERRO Dr TAVIN-BARTHE pour le Dr DUBROCA Dr JC. LABADIE pour le Dr C. LABADIE Dr BRUGERE pour le Dr LARUE-CHARLUS Dr DESAGE pour le Dr LE TALLEC Dr OSSARD pour le Dr MOREAUD 42 présents, 10 absents et 8 procurations. Le quorum est atteint. 1. Approbation du procès-verbal de l Assemblée Générale du 14 juin 2003 Le procès-verbal est adopté à l'unanimité moins une abstention. 1

2 2. Accueil des nouveaux : Secrétaire et Élus Catherine Lagoueyte a été engagée par l'union après le départ d'anne-marie Cupillard. Jean-Michel Leroy qui se présente «Médecin Dermatologue à Pessac, membre du Bureau de l'umsp-csmf 33, également délégué syndical des dermatologues pour la région Aquitaine». Point d ordre du jour supplémentaire Après vote de l Assemblée Générale (44 pour, 1 abstention), un point d ordre du jour supplémentaire est abordé : la présentation du vote électronique par M. Bouali représentant la société Ekaton. Marc Bouali, de la société parisienne Ekaton : «La société est avant tout une société de multimédia interactif, c est à dire : DVD et CD-Rom, présentation flash, vote électronique et infographie. Nos clients sont les sociétés pharmaceutiques. La société fait aussi du vote en Assemblée Générale, ce n est pas toute l activité de notre entreprise mais c est le même principe». Le principe : - soit une personne égale une voix, - soit une personne égale plusieurs voix. M. Bouali présente en détail le fonctionnement du système de vote électronique et donne un exemple : une question test, un top de départ, apparaît sur l écran du compteur et les paramètres de temps de vote (15 secondes ou plus) et chacun utilise un boîtier de vote. Un boîtier sera une ou plusieurs voix. Ce paramétrage se faisant lors de l émargement. Quand apparaît le compteur rouge (sur l écran) c est que le temps de vote va se terminer. Ce qui veut dire que pour un vote, en quelques 15 secondes, tout sera fini, d où le gain de temps. Il est évident «qu un huissier est là pour valider que chaque boîtier correspond bien à telle personne et telle personne a bien tant de voix et ensuite il va valider les résultats». Le système gère les votes pour, contre, abstention ainsi que les abstentions actives et passives. Pierre-Henri Maurain parle de son expérience importante de ce principe et précise le problème de la confidentialité du vote à partir du moment où le boîtier est attribué à une personne : «on sait très bien retrouver la trace du vote de la personne en fonction de la trace électronique. Pour les votes de personnes, il faut mettre en place le moyen de contre-carrer cela, sinon on n utilise pas le vote électronique». M. Bouali précise qu il y a la possibilité, après la validation des résultats par l huissier, de les détruire. Philippe Arramon-Tucoo pose la question du coût du système et demande ce qui empêche de distribuer les boîtiers de façon anonyme. Jean-Bernard Perrein précise que dans un panier ou dans un caddie, on peut mettre un certain nombre de boîtiers qui correspondra au nombre des membres présents : les participants prendront les boîtiers de manière tout à fait anonyme, il n'y aura pas de nom attribué. 2

3 Au niveau du prix, la société loue le matériel pour 750 HT par réunion. Ekaton est une société de service qui ne vend ni les boîtiers, ni les logiciels. Le logiciel nécessaire peut être mis sur l outil informatique de l Union et pour chaque réunion, la valise avec les boîtiers sera envoyée par Chronopost. Le coût sera à évaluer à chaque réunion. 3. Dysfonctionnements de l Union Marie-Christine Tavin-Barthe demande aux secrétaires de quitter la salle pour que le sujet suivant soit abordé. Dany Guérin et Jacques Saurel s y opposent. Elles resteront dans la salle. Philippe Lebrun-Grandié est étonné de la présence d un document remis seulement en début de séance, document qui «sous une apparence faussement objective est un réquisitoire suivi d une condamnation». Il précise que les élus sont là pour débattre d idées et non pas pour combattre des personnes. La présence de ce document est un exemple du dysfonctionnement de l Union. L Assemblée Générale décide d accorder 30 minutes de discussion sur ce 3 ème point d ordre du jour. Jean-Paul Taffet ne comprend pas qu il y ait des réunions de Bureau incomplètes auxquelles le Président ne participe pas. Arnaud Castets demande que les membres du Bureau qui ont mis cette question à l ordre du jour précisent leurs intentions et le sens qu il donnent au mot dysfonctionnement. Marie-Christine Tavin-Barthe précise que le rôle des Secrétaires Généraux était seulement d informer les membres du Bureau et que ce document de Bureau leur est tout simplement remis. C est à l Assemblée Générale de dire ce qu elle en pense. Paul Evangelisti est choqué par l utilisation du terme de «forfaiture». Jean-Paul Taffet tient à ce qu on lui explique pourquoi le Président est exclu d une réunion de Bureau. Il demande que cessent les «magouilles» et rappelle la promesse qui a été faite récemment de se mettre au service des confrères et des patients. Marie-Christine Tavin-Barthe répond que ce n était en rien une réunion de Bureau mais une réunion des organisateurs du Forum de Bazas. Le Président n était pas là car nous n avons voulu réunir que ceux qui étaient à l origine du projet, et qu il ne s y était pas particulièrement intéressé. Paul Evangelisti veut bien qu on accuse d avoir fait une connerie mais il estime qu il ne faut pas en faire un bateau. Jean-Claude Darracq-Pariès rappelle que cette réunion téléphonique était bien une réunion de débriefing dans laquelle quelqu un s est mis pour écouter à la porte «Est-ce un bien, est ce un mal? Faut-il en faire tout un pataquès, peutêtre pas». Il demande à présent plus d esprit de consensus, conscient que les «animosités» ne peuvent s éteindre d un jour à l autre et qu il est important que l Union continue à exister. Raymond Arnoux revient sur les disparités de chacun dans la façon d aborder les problèmes, mais il y a cohabitation en Assemblée Générale et en Bureau, et il 3

4 ne faut pas faire semblant de croire que cela n existe pas. Il pense aussi qu il ne faut pas donner une portée exagérée à ce qui est simplement un petit enfantillage. Christian Jeambrun : «Il vient d y avoir deux interventions qui me paraissent très censées. Cependant, effectivement, nous avons été beaucoup secoués par cette affaire. Mettez-vous simplement à la place de gens qui cherchent à communiquer et qui s aperçoivent une semaine après (parce que c'est ce que vous dit le texte qui vous a été remis) qu'en fait ils étaient écoutés. Il y a eu donc un Bureau Extraordinaire auquel nous avons été conviés, ce texte a été lu, la personne qui était donc aux portes a dit : «C'est moi et a dit qu'il avait fait une connerie, une grosse connerie» ; enfin pour nous c'est une grosse connerie. Pour clore le débat, il serait tout simple et c'est le SML qui vous le demande, de voter sur : «Est-ce qu'il s'agit là d'une faute grave oui ou non?». Cela permettra de déterminer une bonne fois pour toutes ici en Assemblée Générale, alors nous vous demandons un vote sur cet acte là, c'est-à-dire qu'il s'agit là pour nous d'une faute grave, certains pensent qu'il s'agit simplement d'une bêtise, je ne pense pas que ce soit une bêtise, vous avez vu que l'écoute téléphonique puisque vous avez le papier à côté, dans le droit français est quand même quelque chose qui n est pas sans conséquence, alors on ne peut pas simplement dire que c'est une connerie et effacer ça d'un coup de gomme. Donc je vous demande un vote sur ça. Et la question sera simple : «Est-ce que vous considérez que c'est une faute grave oui ou non?». Nicolas Brugère propose avant d'aller plus loin dans le débat que l accusé, puisque accusé il y a, soit entendu. Il précise que le samedi, à la fin de la réunion de Bazas, à laquelle il s est intéressé de près, «c'est un reproche qui m'est fait globalement de m'intéresser d un peu trop prés à ce qu il se passe à l'union», il avait demandé à participer à une réunion de débriefing. Il apprend, le lundi après-midi, qu une réunion de débriefing était programmée le soir même à laquelle il n était pas invité. «Il m'a été demandé de ne pas en tenir compte, de la fermer, parce que ça créerait du souci. J étais en colère c'est le moins que je puisse dire, et ensuite j'avais le choix entre ne pas me manifester ou me manifester». Il précise qu il est donc rentré dans la réunion téléphonique, le soir, comme il l a fait des dizaines de fois ces dernières années, soit comme participant soit comme animateur, en sachant bien deux choses : l animateur est toujours renseigné de la présence d un interlocuteur par un bip, que celui-ci rentre avant ou pendant la réunion ; par ailleurs - et cela avait fait débat dans le précédent Bureau et avec la directrice - lui-même avait demandé que sur les factures apparaissent l ensemble des numéros de téléphone de ceux qui participent à des réunions téléphoniques de l Union : «En venant à la réunion je ne vois pas comment j'aurais voulu me cacher». Il rajoute que son intention était de dire qu il était scandaleux qu un Bureau se réunisse en l absence du Président, du Trésorier-Adjoint et du Président de la Section Généraliste. «Quand je suis venu à cette réunion, qui n'a pas eu lieu du reste puisqu'elle a duré 7 minutes et 40 secondes, je suis venu avec 4 minutes d'avance et comme d'habitude quand je viens aux réunions avec un peu d'avance, je suis allé faire autre chose et quand je suis revenu au bout de quelques minutes la réunion s'est alors éteinte à ce moment précis, voilà ce qui s'est passé. Ensuite, le fait que je n'ai pas voulu parler de ma présence le lendemain, c est parce que je n'ai pas voulu «foutre le bordel», et je vois ce que ça a donné de ne pas vouloir «foutre le bordel». 4

5 Arnaud Castets : «Je représente ici la Section Généraliste, j'étais absent de Bazas pour des raisons personnelles et professionnelles, j'ai eu beaucoup de regrets de ne pas être venu, j'ai par contre demandé par écrit que les documents concernant Bazas me soient transmis par écrit et par mail en passant par l'union, et je n'ai jamais eu de transmission comme je l'avais demandé. Cela fait partie des dysfonctionnements. Ne vous étonnez pas si certains, dont je fais partie, vont à la pêche aux informations par des moyens qui ne sont peut-être pas très bons mais qui ont le mérite d exister.». Marie-Christine Tavin-Barthe : «Je réponds immédiatement : Arnaud, la secrétaire t'a demandé à plusieurs reprises si tu serais présent ou non au séminaire de Bazas, tu n'as jamais donné de réponse. Pour préparer ce séminaire, j'ai adressé à tous les élus une demande de rapport de leur activité, de leur délégation, de leur commission, tu es dans une quinzaine, une vingtaine de délégations, tu ne m'as adressé aucun papier. J'ai demandé à chacun une synthèse, tout le monde s'est plié à ça et très gentiment m'ont adressé des documents». Alain Forcade demande à Christian Jeambrun ce qu il appelle une faute grave, qui lui répond : «Depuis tout à l'heure on entend des gens qui essayent de nous dire que c'était une bêtise, ce n'est pas une bêtise d'écouter les gens au téléphone. On vous demande de vous prononcer en votre âme et conscience sur le caractère grave ou pas de cette faute, tu lis le Règlement Intérieur et tu vois qu'il y a des caractéristiques selon les fautes, je ne crois pas qu'on puisse partir et s'en tirer comme ça sans avoir fait au moins chacun, comment dirai-je, le geste de se prononcer sur ce qui s'est passé. Vous n'arriverez pas à mettre un mouchoir dans votre poche sur cette affaire-là comme ça. Si la majorité d entre nous trouve que c est véniel, c est véniel ; si la majorité d entre nous trouve que c est grave, le Président en tirera les conséquences qu il faut». Jean-Claude Labadie dit d abord que derrière ce document il y a des intentions puisque l on fait référence au Code Pénal. Puis il veut répondre à Jean-Claude Darracq-Pariès sur le fait que l Union n est pas une association mais un organisme de droit privé. Quant à la réunion, même en présence éventuelle de Nicolas Brugère, il ne s est rien dit puisque personne ne pouvait se connecter. Enfin, il estime que dans la République il y a présomption d innocence et que «tant que vous n aurez pas fourni la preuve qu il y avait mauvaise foi, intention de nuire et qu il y a eu réellement écoute d une conversation, vous êtes à côté». Dany Guérin est, comme d autres l ont déjà dit à plusieurs reprises, choquée qu après le Forum de Bazas un mini-groupe se soit réuni au frais de l Union et elle «espère que vous n'avez discuté que de problèmes professionnels, vous n'avez pas pris l'argent de l'union pour parler d'autre chose». Christian Jeambrun demande une suspension de séance qui est accordée. A la reprise de la séance, le Président redonne la parole à Christian Jeambrun : «Bon, tout simplement il y a un Règlement Intérieur, nous l'avons lu et relu, il y a pour nous, en tous les cas, dans notre groupe SML, caractéristiquement une faute grave, on vous demande de vous prononcer sur cette faute. La question sera «Est-elle grave ou pas?», on vous demande de voter». 5

6 Jean-Bernard Perrein annonce que le groupe CSMF a décidé qu'il était logique dans un premier temps qu'il y ait un vote pour savoir si le vote demandé par le groupe SML était nécessaire, donc, dans un premier temps, un vote sera demandé à cette Assemblée Générale présente : «Y a t-il lieu oui ou non de voter?». Pierre-Henri Maurain demande au Président de s expliquer sur les dysfonctionnements dont il donne des exemples : - sur la décision de nomination d Arnaud Castets au Codamu alors qu un vote démocratique de la Commission responsable avait nommé Jacques Cubadda, - sur le licenciement d Anne-Marie Cupillard, dont il rend le nouveau Bureau responsable, - sur sa rencontre avec le Président de l Urcam sans tenir compte de l avis du Bureau et sans en informer le Bureau. - Il rajoute que tout cela constitue des fautes caractérisées, «il n y a pas de présomption d innocence», tous ces éléments concourants à «un flot d arguments qui nous permet d arriver à une défiance naturelle». Ces propos déclenchent une vive réaction de l Assemblée. Quand le calme est revenu, Nicolas Brugère répond que cette «défiance naturelle», il la ressent depuis longtemps de la part de certains mais qu heureusement suffisamment d élus dans cette Assemblée ne sont pas dans la défiance mais dans la confiance, que c est le Président qui nomme au Codamu «il y a abus de pouvoir si tu veux», que concernant la réunion avec le Président Guignard, ce sujet a été largement débattu au Bureau, les compterendus du Bureau peuvent en témoigner, qu il n a jamais pu déclarer que le nouveau Bureau était responsable du départ d Anne-Marie Cupillard, et qu enfin il remerciait la grande majorité des membres de l Union de la confiance qu ils lui accordent. En tant que rapporteur du groupe SML, Christian Jeambrun avait demandé un vote sur la qualification de la faute tandis que le groupe CSMF proposait autre chose. Christian Jeambrun, estimant que c est vraiment se moquer de son groupe que d agir ainsi, décide que son groupe quitte définitivement l Assemblée Générale. Marie-Christine Tavin-Barthe, Secrétaire Générale, décide de rester. 8 élus SML quittent l Assemblée. Le quorum étant toujours respecté, la question suivante est proposée au vote de l Assemblée : «Y a-t-il lieu de voter sur la question posée par le groupe SML?». Résultat du vote : sur 41 présents ou représentés, 40 votes exprimés, sur 40 votes exprimés, 4 abstentions, 2 oui, 1 blanc, 1 nul et 32 non. Jean-Bernard Perrein demande, en tant que rapporteur du groupe CSMF, que, en application du Règlement Intérieur, les documents distribués hors délais aux élus ne soient pas annexés au compte-rendu. Claude Ginesta demande que les membres de l Union soient plus respectueux les uns des autres, plus dignes, que cessent les évènements «très ambivalents et très litigieux» de ces derniers mois. 6

7 4. Résultat de l enquête du panel Présentation par Mesdames Sandra Cohen et Claire Allard, responsables de la société CIM, Centre d'information Médicale et Scientifique, du résultat de l enquête panel réalisée auprès de 668 médecins. Voir en annexe le document «4 pages». Le taux de participation est de 87 %. La notion d écoute a été développée lors de ces entretiens puisqu'ils ont duré en moyenne une vingtaine de minutes et ont permis aux médecins de s'exprimer sur leur connaissance et leur perception de l'urmla et de ce que faisait l'urmla aujourd'hui. C est un tirage au sort pondéré avec méthode des quotas selon les régions. «Lorsqu'on est allé identifier ces attentes, on a pu constater que ce qu'attendait les médecins de l'urmla, c'est qu'elle les représente par rapport à la société, par rapport à l'administration, qu'elle les défende plus et qu'elle soit aussi un outil et, qu'elle leur permette d'avoir des informations tant sur leur région que sur les pratiques qui sont aujourd'hui en vigueur dans la Région Aquitaine». La première étape du travail a été de mettre en place le panel, sachant que maintenant il est prêt, il est créé, on a une méthodologie, et si vous souhaitez l'investiguer sur d'autres sujets d'actualité, c'est tout à fait possible. D'ailleurs, on a tenu nos promesses, la plupart nous demandait des résultats de cette enquête. Cette semaine, on a donc envoyé aux 668 médecins qui avaient accepté d'être investigués, le «4 pages». Nous pouvons éventuellement diffuser les résultats. On nous a aussi demandé de réfléchir sur deux outils, le premier serait d'ouvrir un numéro vert, parce que les médecins ont besoin de s'exprimer et pour les aider à s'exprimer davantage, on peut mettre en place un numéro vert sur thème. L'idée c'était que pendant trois mois ouvrir un numéro, que le médecin soit là pour les écouter, recueillir leurs attentes et que nous derrière,nous puissions les analyser et vous les restituer de manière à ce que vous puissiez provoquer des services adaptés en retour et puis le quatrième projet, peut-être courant 2004, faire une enquête plus large sur un échantillon dont les critères seraient à définir ensemble mais un observatoire sur le thème de la violence, la violence ressentie par les médecins libéraux que ce soit la violence économique administrative et la violence que vous ressentez à travers vos patients. Arnaud Castets : «Vous avez des conclusions qui me semblent très, très hâtives, je vous explique. Le choix du numéro vert, c'est un choix politique, ce n'est pas un choix des médecins, parce que si on fait parler l'enquête, et si on se fie aux statistiques publiées, le numéro vert est cité comme souhait par 1 % des médecins quand il s'agit des patients, il est souhaité par 4 % des médecins quand il s'agit d'eux-mêmes. Je pense que pour le plan communication il faudrait s'appuyer sur l'existant et renforcer le journal et ensuite se poser la question du site qu'il faudra certainement rendre plus attractif si l'on veut que les médecins prennent l'habitude de l'utiliser. En ce qui concerne le numéro vert, je pense qu'effectivement on devrait poursuivre une réflexion pour savoir dans quelles circonstances on peut créer un numéro vert, pour quoi faire et dans quelles conditions exactement». 7

8 --- «Une idée que nous avons eue pour effectivement diversifier les moyens de communication, ce n'est pas remplacer l'existant au contraire, c'est étendre l'éventail et donner la possibilité aux médecins de s'exprimer lorsqu'on parle du numéro vert ou c'est s'exprimer sur des sujets particuliers et recueillir leur sentiment sur des sujets qui peuvent être aigus». Marc Sapène : «Je vois bien ce qu'il a (Arnaud Castets) dans la tête. Moi je n'ai pas d'excitation particulière sur le numéro vert. Le numéro vert c'est simplement un numéro pour téléphoner gratuitement, donc l'union pourrait rendre au minimum ce service-là aux médecins : pouvoir appeler gratuitement l'union quelque que soit la raison, mais c'est la philosophie qui est importante, c'est-à-dire qu'est-ce qu'on met derrière? Est-ce que derrière on met de l'écoute sur des sujets particuliers, est-ce qu'on met des services et c'est ça la vraie question». Jean-Paul Taffet : «Moi je retiens de l'analyse de ce questionnaire-là que quand même les médecins confondent le rôle de l'union avec celui des syndicats et en particulier ça se retrouve dans le projet. Je pense qu'il faut mettre tous les moyens possibles pour les écouter mais en même temps pour les informer de notre rôle parce que notre rôle est très mal connu des médecins de base qui est tout à fait différent et, qu il faut leur faire comprendre que notre rôle est un rôle de représentation de la médecine libérale au niveau des projets dans le système de santé». Claire Allard : «En fait je n'ai probablement pas suffisamment insisté sur le fait que lorsqu'on a contacté ces médecins, ils étaient ravis, contents, qu'on les interroge, qu'on leur demande leur avis, leur perception des choses et c'est là où effectivement qu on sent qu'il y a un besoin d'écoute et qu ils ont besoin de s'exprimer». Le coût d une enquête panel est de Présentations des projets élaborés à partir du Forum Christian Le Corre : «4 rapporteurs vont nous parler de ce séminaire de Bazas qui fut une belle réussite, nous étions 25, ce qui est beaucoup avec une formidable organisation, et une bonne ambiance de travail. Vous vous souvenez que ces quatre ateliers ne sont pas sortis du chapeau, ils correspondaient au questionnaire qu'on vous avait adressé au mois de juillet, ce qu'on a appelé le questionnaire des 7 items et donc le secrétariat a ensuite épluché ce questionnaire où une bonne moitié d'entre nous a répondu. Il s'est dégagé 4 idées qui demandent bien évidemment à être développées : - l'atelier communication dont le rapporteur a été Jean-Bernard Perrein, - l'atelier organisation du système de santé alors c'était en principe Christian Jeambrun mais je crois que Joël Ohayon va le remplacer, - l'atelier banque de services qui fut un atelier auquel j'ai participé et que j'ai trouvé absolument épatant, Jean-Luc Delabant va nous en faire le rapport tout à l'heure, épatant parce que c'est un atelier un peu original qui a voulu essayer de défricher certaines nouvelles pistes, - et enfin Raymond Arnoux qui s'est occupé de l'atelier exercice libéral. Donc une grosse journée qui a été très condensée, et puis à mon avis qui devrait être renouvelée, sachant que l'idée au départ étant de regrouper le travail des 8

9 commissions de manière transversale afin qu'il soit rattaché à ces quatre idées». Atelier Communication Jean-Bernard Perrein : «Envisager la communication de l'union impliquait d'abord de regarder l'existant : le site, le journal, les rencontres santé environnement. Le panel CIM a bien montré qu'il y avait un déficit de la communication de notre Union. Il va y avoir une plaquette pour les médias, une sorte de dossier de presse. En ce qui concerne les objectifs, c'est de faire passer un message sur des cibles que sont les médecins avant tout, les tutelles quand on le souhaite, et le grand public après tout c est aussi notre rôle. Il faut faire de l'événementiel et si nous ne le faisons pas, ce seront les autres qui le feront à notre place et, nous passerons notre temps à répondre à l'événementiel des autres. Nous manquons de faire savoir. L'Union c'est peutêtre le lieu de l'expertise médicale libérale, et cette expertise doit être médiatisée. L'outil c'est donc, au-delà de nos réponses individuelles au delà de nos réponses par petits morceaux comme ça, d'avoir un vrai plan de communication à moyen et à long terme. Quelques exemples de ce plan de communication, des plaquettes pour les médias c'est ce que nous sommes entrain de faire, un vrai partenariat avec les autres médias, Sud-Ouest, France 3, TV7. Il faut développer encore les entretiens de l'union : - entretiens mensuels, - d'organiser deux à trois fois par an un grand amphi santé sur le modèle de celui de Sciences-Po, - de développer les journées grand public à condition de les décliner aussi dans les régions, les médias ce n'est pas que Bordeaux. Il s'agit donc de créer un vrai plan de communication ce qui implique un outil regroupant ce qui existe déjà, mais surtout une vraie zone de communication transversale à tous les projets. On peut utiliser le fait que l Union c est 10 ans». Nicolas BRUGERE prend la parole pour signaler que l URMLA avait proposé au bureau national de fêter en juin les 10 ans des Unions en Aquitaine. L idée n ayant pas été retenue, il a été proposé que l anniversaire se déroulent de manière éclatée dans 5 à 6 régions. Le bureau a donc décidé de ne pas pousser plus avant le projet. Jean-Charles FAROUZ : «Oui je pense qu'effectivement à partir du moment où la décision est prise d'avoir une telle politique il faut préciser les moyens que l'on veut mettre dans cette politique, le fait de faire une réunion mensuelle ça ne coûte pas grand chose, moi j'ai déjà des devis et je me suis renseigné làdessus, j'ai des devis qui n'excèdent pas 500, en location de salle, de matériel etc Donc, si on veut vraiment et si on pense qu'une réunion mensuelle grand public vaut le coût, c'est quelque chose qui me paraît tout à fait jouable et pour le reste je pense qu'il faut s'aider d'entreprises qui sont spécialistes de la communication et qui ont la réactivité que nous n'auront pas. Monsieur David a tiré quelque chose de la réunion de Bazas, il a tiré une analyse de notre communication et il nous a proposé un plan de communication. La seule chose que je dirai c'est que lui insiste plus lourdement sur le fait de reprendre notre communication interne, ce qu'il appelle communication interne c'est la communication vis à vis des médecins, les médecins, enfin tous les médecins d'aquitaine». 9

10 Atelier Banque de Service Jean-Luc Delabant : «J'avais été nommé porte-parole du groupe qui s'occupait de la banque de service, donc c'est une notion un petit peu nouvelle pour moi. La banque de service, c'est suite à l'enquête CIM où il semblait qu'un certain nombre de médecins attendaient des services précis et assez pragmatiques et près du terrain de l'union. Donc c'est ce à quoi se propose de répondre cette banque de service. Alors en introduction, on définit qu'on ne mélange pas le syndicat et l'union et qu'on restera bien dans la limite du cadre de l'union, dans les missions. Donc la fourniture des services semble être une priorité dans l'attente des confrères, exprimée à l'occasion de l'enquête téléphonique ; il y a un réel besoin d'action concrète. Alors à qui va se destiner cette banque de service ; est-ce qu'elle doit être destinée simplement aux seuls médecins libéraux, à-priori non, puisque l'union a pour mission de travailler aussi avec les autres professionnels de santé et avec les patients, mais bon il faut bien commencer par quelque chose, et dans un premier temps nous avons décidé de limiter nos actions uniquement aux confrères donc aux médecins libéraux de la région Aquitaine, éventuellement prendre des contacts avec uniquement les représentant des autres professionnels de santé. Alors des services pour répondre à quels besoins? Un numéro vert pour recueillir les attentes. Les outils : Le site Web représente sûrement le meilleur outil pour apporter des réponses à nos confrères. On voudrait faire aussi sur le site une page : - sur la gestion du cabinet médical, - sur l'installation, pour essayer de former au moins les jeunes confrères à venir sur le site de l'union et leur montrer que l'union existe, - sur les remplacements». Cette banque de service avec l accord du bureau va créer une cellule de soutien aux médecins en difficultés. Philippe Lebrun-Grandié : «Je rappelle qu il y a quelques mois j'avais suggéré qu'on pourrait rajouter au fonctionnement de l'union de plus impliquer les élus et par exemple il y a 60 élus à peu près je crois, 6 membres du bureau, deux présidents de sections reste 52, 52 semaines, on pourrait proposer qu'il y ait chaque semaine un élu qui viennent passer la journée à l'union ce qui fait un par élu une fois dans l'année, ce qui pourrait permettre de répondre justement à un numéro vert sur une demi-journée, on pourrait même ajouter que on pourrait proposer à chaque élu dans ce contexte de venir avec un confrère non élu de l'union pour justement plus impliquer les médecins et les approcher du fonctionnement de l'union, ça serait également favorable au travail des élus les amenant à faire la promotion de l'union». L Atelier Exercice Libéral Raymond Arnoux : «Un point qui me semble particulièrement important et qui a semblé être le point le plus important en ce qui concerne l'exercice libéral actuellement pour l'avenir, c'est le problème de la qualité des soins. Nous sommes tous actuellement confrontés, et les spécialistes particulièrement, avec les processus d'accréditation des établissements de santé. Il faut que nous fassions la preuve que nous avons bien organisé la qualité de nos soins, ça n'est 10

11 pas sans rapport avec la responsabilité civile professionnelle. Il y a de la part de l'ensemble des gens de la société avec laquelle nous vivons une demande sur comment est-ce que vos soins sont organisés et comment vous pouvez faire la preuve de la qualité des soins, je crois que c'est la responsabilité de la profession de pouvoir faire la preuve de ce que les soins que nous leur délivrons sont de bonne qualité. Donc il a semblé nécessaire aux gens de ce groupe de travail que nous puissions préserver notre indépendance en nous engageant dans une organisation, la mise en place d'une organisation de la qualité des soins au sens de la preuve». Raymond Arnoux demande à l assemblée de voter la motion suivante : «L'URMLA consciente de la nécessité d'apporter à la population une assurance concernant la qualité des soins décide de se donner comme objectif prioritaire, de contribuer à l'organisation de la qualité des soins médicaux, l'union décide de se doter des structures permettant de proposer aux médecins libéraux d'aquitaine, les moyens d'assurer à ceux qui font appel à eux que les soins qu'il prodiguent le sont dans de bonnes conditions techniques et d'organisation». Nom? «C'est peut-être quelque chose qu'il faudra mûrir un peu plus». Nom?.. «C'est donc quelque chose qu'il faut prévoir pour la prochaine Assemblée Générale». Nom? «Écoute la proposition que je te fais Raymond, est-ce qu'on peut voter pour la motion parce que je crois que ça ne nous engage pas plus que ça qu'on vote pour la motion et, que le groupe des 6, s'adjoigne au moins au groupe des gens qui étaient dans la commission évaluation précédente, et travaille les trois mois qui viennent jusqu'à l'assemblée Générale de mars pour faire des propositions concrètes, c'est-à-dire à partir desquelles on puisse travailler». Nicolas Brugère demande que les membres encore présents s expriment par un vote sur la motion présentée. Il demande par ailleurs que la commission évaluation se réunisse avec les 6 membres qui ont travaillé sur ce sujet pour faire avancer la réflexion d'ici l'assemblée Générale prochaine. Résultat du vote : 17 pour, 5 abstentions, 1 contre. Atelier Système de Santé Joël Ohayon : «C'est mieux connaître le système de santé actuel, les prospectives, les nouvelles lois et pour cela on avait déjà avancé un petit peu puisque nous avions mis sur pied un séminaire qui s'est déroulé à Biarritz. L'objectif aussi de ce groupe de travail est d'essayer de dire ce que va faire l'union Régionale ultérieurement, demain, après demain, pour rentrer dans ce système de santé ou dans l'organisation du système de santé pour être un interlocuteur valable. Nous voudrions éventuellement en organiser d'autres pour discuter avec les grands interlocuteurs, les grands acteurs du système de santé, que ce soit distributeurs pharmaceutiques, que ce soit les politiques, conseil régional, conseil général, que ce soit les assureurs, voilà un petit peu dans quelle optique on peut continuer à travailler à ce niveau-là». Nom?.. «L'idée générale de Bazas c'était de regrouper en 4 ou 5 grands départements tout ce qui se fait actuellement. C'est de redonner une dynamique générale pour avoir une philosophie commune». 11

12 Intervention de Jean-Claude Darracq-Pariès, trésorier de l Union : «C'est un état des lieux des finances de l'union, je vous ai élaboré un tableau de bord simplifié qui est synthétique et qui vous permet de savoir en permanence où on en est, c est ce qu'on voulait depuis des années alors vous avez ça, vous l'aurez mensuellement par pour chacun. Je vous ai fait un prévisionnel de trésorerie au 30 septembre, nous avions environ de trésorerie qui étaient placés en SICAV et très peu sur notre compte courant. De là, on a un peu extrapoler une moyenne mensuelle pour les dix prochains mois qui restent à courir parce que nous recevons la dotation le 1 er août et les documents comptables sont du 1 er janvier au 31 décembre mais en fait ce que l on reçoit au point de vue trésorerie, c'est du 1 er août au 1 er août, donc si on continue à peu près comme ça, on ne doit pas dépasser plus de trésorerie, il nous restera au 31 juillet le matelas habituel d'environ qui sont les réserves que nous avions à l'origine et que nous devrions pouvoir conserver. Il ne faut pas non plus dépenser pour dépenser, on peut aussi songer à ce qu'une partie de cet argent soit mis à l'abri des appétits de l'état parce que l'état peut modifier les lois notamment en ce qui concerne l'argent comme il veut et peutêtre ce ne serait pas inutile parce que ça fait pas loin de et quelque de francs. Peut-être que l'on pourrait consacrer de francs à l'achat, je dis bien peut-être, de la deuxième partie du local des Unions qui pourrait très bien servir ensuite, et être amorti, parce qu'on pourrait le louer à d'autres organisations médicales, syndicales, l'ouvrir à d'autres et ça nous laisserait quand même en permanence un matelas de de francs environ». Document joint. 6. Enquête sur les conditions d exercice Christian Le Corre : «Vous avez tous eu cette enquête et je pense que je ne vais pas en parler en deux minutes parce que ce serait ne pas respecter les membres de cette commission qui ont travaillé depuis deux ans sur ce travail. Simplement pour vous dire que cette enquête c'est ce que doit faire l'union et en même temps ce qu'elle ne doit pas faire, ce qu'elle doit faire parce que c'est une belle idée, un beau projet, on est parti d'une petite feuille blanche et on est arrivé de façon très artisanale à ce projet qui a coûté quand même, et ce qu'il ne faut pas faire c'est de prendre autant de temps et là je bats ma coulpe en tant que Président de Commission parce qu'on a mis trop de temps pour faire ce travail». Document joint. 7. Dossiers en cours Philippe Arramon-Tucoo : Enquête Télé-Santé : «On vous a envoyé à tous l'enquête et à ce jour 20 réponses sur 60, 7 généralistes, 13 spécialistes. Seulement six membres élus ont indiqué 3 de leurs confrères afin qu'on puisse faire cette enquête auprès des gens non élus, voilà les faits, j'en ai pour 5 mn. Donc, il faut quand même rappeler la genèse de cette enquête : elle vient à la suite d'une demande qu'on a faite auprès de l'arh, à un moment où on n'était pas trop bien positionné sur le problème de Télé-Santé, et on a demandé donc à 12

13 l'arh de venir discuter pour décider quelle serait notre position vis à vis de ce sujet. On s'est réuni le 13 mai avec le directeur de l'arh et on lui a dit : «C'est très bien Télé-Santé, mais vous semblez avoir oublié les médecins libéraux et donc il serait souhaitable de faire une enquête pour savoir quelle est l'opinion des médecins libéraux sur ce sujet Télé-Santé et quels sont leurs besoins». L'ARH a dit OK et on leur a répondu : «C'est très bien encore mais on n'a pas de sous pour organiser ça», ils ont répondu : «Pas de problème on paiera l'enquête». L'ARH s'est donc engagé à hauteur de quasiment «pour offrir» ou en tout cas permettre aux médecins libéraux de faire une enquête sur ce sujet avec les élus de l'union de façon à savoir un petit peu quel était leur point de vue. On voudrait aujourd'hui quand même qu'il y ait un engagement des élus. Alors je pense effectivement que si on n'y arrive pas, il faudra se poser la question de savoir si on continue dans ce projet Télé-Santé. En tout cas notre position, à Alain et moi-même, est de ne plus continuer à bosser là-dessus si on n'arrive pas à fournir une réponse satisfaisante». Le principe du panel on le garde. On peut faire confiance à la Commission de Coordination qui réunit le Bureau et l'ensemble des Bureaux des spécialistes et des généralistes pour faire une proposition qui sera ensuite envoyée à l'ensemble des élus pour validation. Marc Sapène parle de l'intérêt de réfléchir à un futur Livre Blanc de la Santé et de la place de la médecine libérale en Aquitaine dans les années à venir. 8. Questions diverses Joël Ohayon précise qu il doit démissionner du secrétariat commun des réseaux. La section spécialiste propose que Marc Sapène le remplace. En conséquence, Marc Sapène devra démissionner du FAQSV. La section spécialiste propose que Christian Jeambrun l y remplace. Prochaine Assemblée Générale prévue le 6 mars

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ

N-10 : 67 professionnelles et professionnels au service de l enseignement collégial Unité 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ Projet d ordinateurs portables pour le personnel professionnel 29 avril 2014 Bonjour, Lors de sa 238 e assemblée générale, l unité syndicale 10-Montmorency de la section N-Collèges du SPGQ (Syndicat de

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012)

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) Union Nationale pour l Avenir de la podologie Syndicat National des Pédicures-podologues (Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) REGLEMENT INTERIEUR Le Conseil d'administration

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

Églantine et les Ouinedoziens

Églantine et les Ouinedoziens Églantine et les Ouinedoziens La grande migration Églantine, 24 ans, est informaticienne. Elle a grandi dans un monde de libertés informatiques. Elle survit dans notre société propriétaire en faisant du

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information

S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information S'organiser pour ne plus se noyer dans l'information Filtrer ce qui est important Filtrer les informations au regard de sa mission Transformer l'information

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch.

3. Paroles de député Ce troisième extrait revient sur la création de Finance Watch. Exercice d écoute : Finance watch Finance Watch, une association qui milite pour une finance au service de la société. Qu'est-ce que cela signifie dans un contexte de crise économique et financière? Exercices

Plus en détail

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015

Introduction NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 NOTE D ETONNEMENT CONSEIL DES TEMOINS FABRIQUE CITOYENNE JANVIER 2015 Introduction La fabrique citoyenne initiée par la Ville de Rennes va conduire à la rédaction d une charte de la démocratie locale.

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement

Représenter son Unité à l'assemblée Générale du Mouvement Publications SGP SGP - P904006 - P904074 Mensuel - Mensuel - Numero - Numéro Spécial Spécial - N 157 - N - Août 157 2009 - Août (Ne 2009 paraît (Ne pas paraît en juillet) pas en - Ed. juillet) resp. -

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Groupement de Coopération Sanitaire. Télésanté Aquitaine REGLEMENT INTERIEUR

Groupement de Coopération Sanitaire. Télésanté Aquitaine REGLEMENT INTERIEUR Groupement de Coopération Sanitaire Télésanté Aquitaine REGLEMENT INTERIEUR Règlement Intérieur du GCS Télésanté Aquitaine document de travail du 24 février 2011 p 1/16 Sommaire Introduction... 4 Chapitre

Plus en détail

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute Communiqué de presse Octobre 2007 ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour, l'accompagnement est la clé de la satisfaction client. «Gagner du temps, être plus réactif» «Hyper convivialité et souplesse d utilisation»

Plus en détail

La recherche d'une entreprise d'accueil

La recherche d'une entreprise d'accueil La recherche d'une entreprise d'accueil Comment faire ses démarches par téléphone! Ce document vous apporte quelques conseils ainsi que la démarche générale pour prendre contact avec les entreprises et

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

AGENDA 21 de Morne-à-l eau

AGENDA 21 de Morne-à-l eau AGENDA 21 de Morne-à-l eau Compte-rendu du COPIL 2 Vendredi 12 juillet 2013 Introduction M. Edmond Marcel : Bonjour mesdames et messieurs, ce comité de pilotage est un comité de préparation du Forum 21

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Guide. de la copropriété

Guide. de la copropriété Guide de la copropriété 3F acteur majeur de l'habitat social 3F construit et gère des logements sociaux. Son parc s élève à près de 190 000 logements dont plus de 100 000 en Île-de-France. 3F est composé

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A. Rapport. Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie

Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A. Rapport. Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie Secrétariat du Grand Conseil PL 9365-A Date de dépôt: 30 août 2005 Messagerie Rapport de la Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil chargée d'étudier le projet de loi de M mes

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

CE DU 26/04/2012 ORDRE DU JOUR. Préambule du président du Comité d Entreprise (PCE) : page 2. 1. Approbation PV 12 mai 2012 : page 4

CE DU 26/04/2012 ORDRE DU JOUR. Préambule du président du Comité d Entreprise (PCE) : page 2. 1. Approbation PV 12 mai 2012 : page 4 CE DU 26/04/2012 ORDRE DU JOUR Préambule du président du Comité d Entreprise (PCE) : page 2 1. Approbation PV 12 mai 2012 : page 4 2. Le fonctionnement du Comité d entreprise : page 5 - Local CE : page

Plus en détail

AMPHITÉA. Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 5, Rue Cadet 75009 Paris

AMPHITÉA. Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 5, Rue Cadet 75009 Paris AMPHITÉA Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 5, Rue Cadet 75009 Paris Procès-verbal de l assemblée générale mixte de l association du 2 juin 2012 Le samedi 2 juin 2012 à 11

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Comment faire plus d'argent cet été!

Comment faire plus d'argent cet été! Comment faire plus d'argent cet été! Je vais prendre ça vraiment cool cet été. Le 23 juin, je me retire à la campagne. Je vais prendre de longues vacances. Des vacances au cours desquelles je ferai du

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013

Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland. Statuts du 12 avril 2013 Touring Club Suisse Section Biel/Bienne-Seeland Statuts du 12 avril 2013 2 CHAPITRE I : NOM, SIÈGE, BUT ET MOYENS Article 1 er Nom/siège Le Touring Club Suisse, Section Biel/Bienne-Seeland Ci-après désigné

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Chambre Professionnelle du Conseil.

Chambre Professionnelle du Conseil. NORMANDIE Chambre Professionnelle du Conseil. - STATUTS - STATUTS CPC Normandie-V3-Avril09 Page 1 sur 8 SOMMAIRE : ARTICLE 1 - Constitution et Désignation ARTICLE 2 - OBJET & DUREE ARTICLE 3 Territoire

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0)

Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0) Louer et utiliser un Hébergement Mutualisé OVH (Version 1.0) Page 1/27 Table des matières 1.L'hébergement mutualisé c'est quoi?...3 2.Quel hébergeur choisir?...4 3.Louer un hébergement mutualisé chez OVH...4

Plus en détail

Assurance Vie en Ligne

Assurance Vie en Ligne Synthèse - Mars 2014 Benchmark concurrentiel de l expérience client en ligne e Assurance Vie en Ligne 6 sites d acteurs de référence de l Assurance Vie en Ligne plus de 7.000 internautes mobilisés www.observatoire-eperformance.com

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 13

Indications pédagogiques D2 / 13 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 13 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis 1 Produire un message

Plus en détail

Un peu d'histoire. professionnels réalisés tous deux à l'étranger je compte me lancer et. ma carrière.

Un peu d'histoire. professionnels réalisés tous deux à l'étranger je compte me lancer et. ma carrière. FREELANCE_LES PREMIERS PAS 1 J'ai souhaité rédiger cet article afin d'étoffer le caractère ludique de mon rapport mais aussi parce qu'à la suite de ce Master TSM et de ces stages professionnels réalisés

Plus en détail

Préparation aux concours de cadre supérieur de la Fonction Publique Territoriale

Préparation aux concours de cadre supérieur de la Fonction Publique Territoriale MANANTRA CONCEPT : Ce n'est pas de la Formation c'est du Coaching Http://www.manantra.com Préparation aux concours de cadre supérieur de la Fonction Publique Territoriale http://www.manantra.com Table

Plus en détail

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION Etre président d'une association, c'est accepter de prendre des responsabilités et de travailler, bénévolement, pour promouvoir une activité, des valeurs, des idées et

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts

Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts HOUDEVILLE Gwendoline 3èmeA Rapport de STAGE Leclerq Espaces Verts Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 INTRODUCTION...3 PRÉSENTATION ET ORGANISATION DE L'ENTREPRISE...4 1. Localisation

Plus en détail

P A R L E M E N T W A L L O N

P A R L E M E N T W A L L O N C.R.A.C. N 179 (2014-2015) 2e session de la 10e législature P A R L E M E N T W A L L O N SESSION 2014-2015 C O M P T E R E N D U AVANCÉ Séance publique de commission* Commission du budget et de la fonction

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES RÈGLES DE PRATIQUE RELATIVES AUX AFFAIRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET AUX ASSEMBLÉES GÉNÉRALES (Adoptées le 7 février 2013, par la résolution no B-13-11453) SECTION I LE CONSEIL D'ADMINISTRATION 1.

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS»

CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS» CONSEIL INTERCOMMUNAL «SÉCURITÉ DANS L'OUEST LAUSANNOIS» Bussigny Chavannes-près-Renens Crissier Ecublens Prilly Renens Saint-Sulpice Villars-Sainte-Croix PROCES-VERBAL N 21 Séance du Conseil intercommunal

Plus en détail

Conseil d administration et assemblée générale de l association «Les Amis d Ashe» 9 mai 2005. Procès verbal des délibérations

Conseil d administration et assemblée générale de l association «Les Amis d Ashe» 9 mai 2005. Procès verbal des délibérations Conseil d administration et assemblée générale de l association «Les Amis d Ashe» 9 mai 2005 Suite à la convocation du conseil d'administration le 9 mai 2005 se retrouvent Arnaud Clère, Catherine Coulaud,

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Les traitements de texte : open office writer

Les traitements de texte : open office writer Les traitements de texte : open office writer Qu'est ce qu'un traitement de texte? Peut être le paragraphe qui passionnera le moins, il apparaît néanmoins nécessaire de savoir ce qu'est (de manière grossière)

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

STATUTS Révisés 23 mars 2012

STATUTS Révisés 23 mars 2012 Association Nationale des Equipes Contribuant à l Action Médico-Sociale Précoce STATUTS Révisés 23 mars 2012 TITRE I - DÉNOMINATION ET BUTS Article 1 - Dénomination Il a été créé le 2 août 1982, conformément

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

Le DSI au service de l'expérience Client

Le DSI au service de l'expérience Client 1/24 Cette étude a été réalisée et publiée à l'occasion de la conférence «Le DSI au service de l'expérience Client» organisée par CIO le 18 mars 2014 au Centre d'affaires Paris Trocadéro. La rédaction

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR

RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR RÉGLEMENT INTÉRIEUR DE LA FFMKR TITRE I RESSORT TERRITORIAL ARTICLE 1 - Adhésion des Professionnels Les professionnels adhèrent à leur syndicat départemental. La Fédération peut enregistrer l'adhésion

Plus en détail

Statuts de l'association «CAP ou pas cap?»

Statuts de l'association «CAP ou pas cap?» Statuts de l'association «CAP ou pas cap?» Préambule L'éclosion et la multiplication des actions citoyennes participatives et décentralisées constituent un formidable terreau démocratique. Une nouvelle

Plus en détail

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE

LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE LE DOSSIER PHARMACEUTIQUE Septembre 2011 Arnaud ZEGIERMAN Amandine MESSINA www.institut-viavoice.com Viavoice Tel : +33(0)1 40 54 13 71 Mieux comprendre l opinion pour agir 9 rue Huysmans 75006 Paris +33

Plus en détail