.fr. innover. tendances. pour encore

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ".fr. innover. tendances. pour encore"

Transcription

1 CRÉER «Start-uppers», êtes-vous plutôt des bâtisseurs, des utopistes, ou d ambitieux conquérants? P. 15 INNOVER Le tour du monde des idées insolites qui pourraient changer la donne. CARTE P ANTICIPER Rafi Haladjian, le créateur du Nabaztag, invente «l Internet de la banalité quotidienne». P. 28 DU VENDREDI 20 DÉCEMBRE 2013 AU JEUDI 9 JANVIER.fr 2014 N O 72-3 INVENTER LES NANOSATELLITES DÉCOLLENT TOUS AZIMUTS Bien plus légers et moins chers à lancer, des centaines de petits satellites vont coloniser l espace. P ENTREPRISES LE MONOPOLY A-T-IL VENDU SON ÂME? La nouvelle édition, Empire, bouscule la tradition et fait la part belle aux marques. P MÉTROPOLES BERLIN, PORTE VERTE VERS L EST La capitale allemande fait du respect de l environnement la clé de ses infrastructures de transports. P tendances pour encore innover en 2014 L F: 3,00 - RD «LA TRIBUNE S ENGAGE AVEC ECOFOLIO POUR LE RECYCLAGE DES PAPIERS. AVEC VOTRE GESTE DE TRI, VOTRE JOURNAL A PLUSIEURS VIES.» ANALYSE SORTIR L EUROPE DE LA DÉFLATION La BCE, encore trop «frileuse», devra faire davantage, estime Jean Pisani-Ferry. P. 26 PORTRAIT BENJAMIN BRÉHIN 27 ans, et déjà directeur de France Angels. Mission : mieux former les business angels et étoffer leur réseau. P. 30 Le monde tourne enfin la page de la crise et les révolutions numériques font naître de nouveaux espoirs et de nouvelles craintes. Quel avenir nous annonce l Internet 4.0? PAGES 4 à 10 Sergey Brin, cofondateur de Google, lors de la keynote de présentation de la Google Glass, le 27 juin 2012, à San Francisco. KIMIHIRO HOSHINO/AFP

2 EDF SA au capital de RCS PARIS Siège social : 22-30, avenue de Wagram, Paris Photo : Rob Payne 3D : Illusion EDF INVESTIT DANS UNE NOUVELLE FILIÈRE INDUSTRIELLE Au large des côtes anglaises, à Teesside, 27 éoliennes offshore produisent l équivalent de la consommation électrique de foyers. En France, nos projets en développement permettront la création de emplois dans les prochaines années. pulse.edf.com L énergie est notre avenir, économisons-la!

3 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 3 TENDANCES SIGNAUX FAIBLES ÉDITORIAL DR PAR PHILIPPE CAHEN 2014, année du cheval de bois Innovants et «bon marché» Ma chronique se conclut chaque semaine par «démontrer l inverse». Dont acte. Il n y a pas que les innovations technologiques qui nous fascinent. Hyperloop, Quechua Phone, Tabby sont trois projets sortis des cartons en 2013, sans doute les trois plus étonnants pour notre culture occidentale qui s interroge sur les limites du progrès. Hyperloop attend sa phase de prototypage. Quechua Phone est en magasin Décathlon depuis le 5 décembre, Tabby devrait l être au printemps Leur point commun? Rechercher, au meilleur prix, la simplicité de réponse aux attentes exprimées. Faire du neuf avec du vieux. Aucun de ces projets n est une prouesse technologique. Même Hyperloop était imaginé dès la fin du XIX e siècle. Ce projet d Elon Musk (Zip2, PayPal, SpaceX, Tesla Motors) consiste à relier San Francisco à Los Angeles en trente-cinq minutes dans des capsules propulsées dans des tubes à km/h par champs électromagnétiques. Toutes les techniques utilisées sont connues : ainsi, le moteur à induction électrique est celui de la Tesla. Le budget serait 10 % d un équivalent TGV. L ensemble des études est disponible sur la Toile. Le projet est open source. Elon Musk affirme que, s il avait le budget de recherche, ce serait l affaire d un an. Le Quechua Phone a été lancé après trois mois de tests. Sa particularité est d être résistant aux éclaboussures, à la poussière, aux chocs, d avoir un altimètre et une autonomie de quelques jours avec le GPS en fonction. Bref : idéal pour les sports de montagne! Techniquement, aucun dernier cri, il est même épais et lourd. Mais il est rétro-éclairé pour le lire en pleine lumière. Le Français Archos l a conçu et gère sa fabrication. 229 euros. Tabby est la première «voiture» en open source et en kit créée par l Italien OSVehicle. Quatre caisses de 100 kg chacune livrées chez vous. Quarante et une minutes pour monter le châssis. Vous optez pour 2, 3 ou 4 roues et vous montez le moteur au choix, thermique ou électrique. Le plan de montage est sur le site! Il restera à construire la carrosserie en cas de besoin! Sans doute une voiture de bricoleurs du monde entier, lassés de l électronique. Une imprimante 3D pourra être utile au remplacement de pièces? Le secret de ces trois projets : ils aboutissent à des produits innovants ET «bon marché». Comment ont-ils procédé? Ils ont tout simplement appliqué un principe simple de la prospective : partir des fondamentaux des projets. Procéder par analogie aurait fait perdre de vue le principal. Le simple est souvent le plus difficile à faire. Je repars en plongée. Rendez-vous après les fêtes pour démontrer l inverse. L ouvrage le plus récent de Philippe Cahen : Les secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, DR JP5\ZOB/WENN.COM/SIPA PAR PHILIPPE BALISES 6 MILLIARDS DE DOLLARS, le marché des imprimantes 3D et des logiciels de design en 2017, selon Wohlers. Il atteindrait 11 milliards de dollars en 2021, cinq fois plus que son niveau de L an dernier, les ventes ont dépassé les 2,2 milliards de dollars, en croissance de 29 %, avec une forte dynamique du low cost (machines de moins de dollars). 23 MILLIARDS DE DOLLARS, les revenus de l Expo 2020 pour l économie de Dubaï, selon Merrill Lynch. La ville-émirat vient de remporter l organisation de l Exposition universelle de 2020 et en espère de fructueux retours sur le luxe, le tourisme, la finance et le bâtiment. Dubaï veut faire de cet événement planétaire le laboratoire de la ville du futur. Face au sentiment de déclin qui étreint une majorité de Français et alimente l impopularité du pouvoir, on peut adopter trois types d attitudes. La première consisterait à s enfermer dans la seule protestation, qui pousse au rejet de l État, des institutions, de l euro et de l Europe et au repli sur soi. La seconde à adopter le fatalisme des déclinistes, qui montrent à l envi pourquoi et comment, à force d erreurs et de mauvais choix, on en est arrivé là : une dette abyssale, un pays qui vit au-dessus de ses moyens depuis trente ans, une population divisée et fracturée entre des intérêts divergents et irréconciliables, rendant impossible toute réforme, y compris et notamment fiscale Bien entendu, mieux vaut pousser un cri d alarme avant, qu un cri d horreur après. On peut ne voir dans l actualité que les mauvaises nouvelles qui se ramassent à la pelle, comme les feuilles mortes et les souvenirs de ceux qui se réfugient dans le «c étaitmieux-avant» avec la sourde inquiétude selon laquelle nos enfants vivront moins bien que nous. Mais ce n est pas très constructif. Et surtout ce n est pas écrit. Il y a donc une troisième attitude possible, qui consiste à prendre le parti pris inverse, celui de l avenir et de l innovation. À considérer qu à bas bruit, la révolution en train de s opérer sous nos yeux offrira des possibilités nouvelles, parfois encore inconnues, pour les individus comme pour les entreprises, à condition de se mettre en état et en condition pour les saisir. La France de cette fin d année 2013 est comme le monde dans son ensemble, à l aube de nouveaux grands changements. Les paroles d une chanson de Vanessa Paradis, un nom prédestiné s il en est, viennent à l esprit : «Parfois on regarde le monde tel qu il est, en se demandant pourquoi ; parfois on le regarde tel qu il pourrait être, en se disant : pourquoi pas?» TRÉPIDANTE, PROPICE À L AUDACE JEAN PISANI-FERRY, le commissaire général à la stratégie et la prospective mettra la dernière main pendant les fêtes au rapport France 2025 et le rendra public vers la mi-janvier. François Hollande pourra ainsi lancer un diagnostic qu il espère consensuel et un plan d action pour préparer la France aux défis de l avenir. L HISTOIRE C est ce que nous avons tenté de dessiner avec ce numéro spécial de fin d année, en essayant de décrire 14 tendances qui vont traverser l année dans le monde du numérique. Les Google Glass en couverture de ce numéro peuvent effrayer, de même que les 50 milliards d objets connectés qui feront demain notre quotidien. Mais ces mutations technologiques incarnent aussi une nouvelle réalité pleine de promesses. Il ne faut pas pour autant en négliger les dangers. Aura-ton encore le choix d une vie privée? Certains experts disent que la bataille est déjà perdue, parce que les jeunes générations n ont pas la même inquiétude que nous à ce sujet. La régulation et la gouvernance du Net n en seront pas moins au cœur de Deuxième risque, l apparition de ce que l on pourrait appeler une «cybergreed», une cupidité du Net, du fait d une trop forte captation des richesses par les géants de la nouvelle économie. Pour le dire autrement, l un de nos défis en 2014 sera de continuer à encourager l innovation, tout en en maîtrisant sa dimension disruptive. Le 31 janvier, la Chine célébrera son nouvel an, un mois après le reste du monde. Dans la mythologie chinoise, ce sera l année du cheval (de bois) a été l année du Serpent (d eau), le plus souvent caractérisée par un calme «relatif» mais parfois par des changements inattendus et de l instabilité. L année du cheval, au contraire, est souvent trépidante et propice à l audace. Ce qui est sûr, c est que le monde entre dans un nouveau cycle Une année d inventivité, de créativité et donc d espoirs. En attendant de voir si cet élan se réalisera, La Tribune vous souhaite de très joyeuses fêtes de fin d année. Rendez-vous le vendredi 10 janvier pour votre hebdomadaire et tous les jours en attendant sur Internet et mobile sur latribune.fr. PLUS D INFORMATIONS SUR LATRIBUNE.FR EUROS c est le pouvoir d achat moyen par habitant en France en 2013, selon l Institut GfK. C est aussi 1,5 fois plus que la moyenne et le 9 e rang européen sur 42 pays. Placé entre l Allemagne et la Finlande, «l homme malade» de l Europe s en sort donc bien. Mais en 2013, selon l Insee, le pouvoir d achat va baisser, à cause des impôts. POURQUOI DONC GOOGLE S OFFRE-T-IL BOSTON DYNAMICS, SON HUITIÈME FABRICANT DE ROBOTS? Cette entreprise fondée en 1992 développe des robots inspirés du monde animal et collabore avec la Darpa (Defense Advanced Research Project Agency), l agence du Pentagone chargée de la R&D. Dans le bestiaire de Boston Dynamics, Big Dog robot (photo) est considéré comme l un des plus rapides au monde. Selon Andy Rubin, le créateur du système d exploitation Android, chargé de la recherche en robotique pour le mystérieux Labo X de Google, les robots destinés aux usines et à la logistique sont en progrès, mais les capteurs et les logiciels restent encore à améliorer. Google a déjà fait l acquisition de Shaft, créée par une ancienne équipe de l université de Tokyo qui développe un robot humanoïde d Industrial Perception, une start-up américaine qui tente de fabriquer des yeux et des bras articulés, ou encore de Bot & Dolly, qui a produit les caméras robotisées utilisées dans le film Gravity d Alfonso Cuarón.

4 4 I LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O L ÉVÉNEMENT 14 tendances pour 20 encore innover en LES FAITS. En 2014, la reprise se dessine, le monde semble tourner la page de la crise, et les révolutions du numérique font naître nouveaux espoirs et nouvelles craintes. LES ENJEUX. Quel monde nous annonce l Internet 4.0 avec des milliards d objets connectés, du smartphone à la maison en passant par l usine, la voiture? Le point en 14 tendances pour bien entrer en 2014, que l on soit net-citizen, net-travailleur ou net-consommateur. SEBASTIEN BOZON / AFP PAR ODILE ESPOSITO, PHILIPPE MABILLE, PHILIPPE MANIÈRE ET @SylvRolland Le vote électronique pourrait être un bon moyen de lutter contre l abstention. À condition d éviter les bugs et les triches De 2013, on retiendra que le monde y a survécu, comme d ailleurs à la récession terrible de En 2014, l économie mondiale sera en croissance, d environ 3,5 % après un peu moins de 3 % cette année. Une croissance disparate certes, et toujours très inégalitaire, mais une croissance quand même. Le fait majeur de l année, c est le réveil de l Amérique qui, six ans après la crise, rebondit, grâce à un double choc, énergétique et technologique. En 2014, les États-Unis vont devenir le premier producteur mondial de pétrole hors OPEP et vont commencer à exporter du gaz (de schiste). Certes, ils sont aussi encore le premier pays consommateur de pétrole (près de 20 % de la consommation mondiale), devant la Chine. Le deuxième moteur, très puissant, de l Amérique, ce seront les nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC). Selon une enquête de l OCDE, Internet représentait déjà en % de la valeur ajoutée produite par les entreprises américaines. En France, c est moins de 4 %, même si selon McKinsey, Internet est déjà à l origine d un quart de la croissance. On n a pas encore totalement pris la mesure de l incroyable rapidité de la diffusion des NTIC dans tous les secteurs de l économie. Tous les modèles en sont bouleversés. Avec parfois des effets destructeurs sur l emploi, mais aussi la naissance de nouveaux métiers dont nous n avions pas idée il y a cinq ans. Ce qui est nouveau aussi, c est l effet d horizontalité provoqué par le Web. On entre dans un monde où la taille n est plus le seul déterminant du succès. Les petites entreprises peuvent entrer en concurrence avec les plus grandes, le rapide peut manger le lent. Les deux modèles du meilleur écosystème Internet sont les États-Unis et la Suède. La France est en retard, dans cette bataille mondiale, où il y a déjà plus de 2,5 milliards d êtres humains et 15 milliards d objets connectés, mais elle ne manque pas d atouts pour en bénéficier. C est pour cela que pour les fêtes de fin d année, La Tribune vous propose sa sélection des 14 tendances qui traversent cette révolution. 14 tendances destinées à nous aider à innover encore plus en Bonne lecture. PH.M. 1I LA LIBERTÉ DU NET MENACÉE? La sécurité des données personnelles devient un enjeu mondial face aux intrusions révélées par l affaire Prism. Comment réguler la liberté de l Internet face aux géants mondiaux du secteur et aux États? 2014 sonnera-elle la fin de la liberté sur Internet? Les données personnelles sont désormais à la portée de tous à travers nos posts sur Facebook, nos achats en ligne sur Amazon et nos recherches sur Google. Avec Apple, ces trois mastodontes américains font partie du «GAFA». Tous collectent et analysent les informations personnelles à des fins commerciales. Or, en juin dernier, les révélations d Edward Snowden sur l affaire Prism ont jeté un pavé dans la mare, provoquant une énorme vague d indignation : depuis 2007, la NSA et le FBI ont eu accès aux serveurs des géants nationaux du Web pour y consulter les informations sur leurs utilisateurs, dont ceux de l Hexagone. Même les dirigeants européens auraient été écoutés. Enjeu économique et de société, la régulation du Net et la protection des données sont donc devenues un objet de débat ultrasensible. Lors de la sixième World Policy Conference à Monaco, samedi 14 décembre, Carl Bildt, le ministre suédois des Affaires étrangères a jugé que «la prochaine bataille pour la liberté dans le monde sera la bataille pour la liberté d Internet». Il faut dire que certaines puissances émergentes, comme la Chine et la Russie, veulent enterrer le système de gouvernance actuel pour faire ce qu ils veulent sur la Toile. Et au besoin, censurer certains contenus. Au niveau européen, le sujet s est mué en pomme de discorde. Au début du mois, Viviane Reding, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Justice, a piqué une grosse colère contre les États membres. «Les ministres ont reculé sur la protection des données», a-telle pesté sur Twitter dans la foulée d une réunion avec les ministres de la Justice de l UE. «Le Conseil est entré en hibernation.» Ce qui, selon elle, met en danger le principe d un «guichet unique» veillant à l application des règles pour les transferts transfrontaliers de données personnelles collectées dans les pays de l UE. Avec dans le collimateur, l activité des géants amé- ricains du GAFA, qui ont engagé un bras de fer avec Bruxelles pour contrer la mesure. En France aussi, les critiques fustigeant l utilisation des données personnelles fusent. Et ce n est pas l adoption de la loi de programmation militaire (LPM) par le Sénat qui va calmer le jeu : le texte a obtenu le feu vert de l institution le 10 décembre, au grand dam de nombreux acteurs du numérique. Ceux-ci pestent contre son article 13, qui vise notamment à renforcer l accès des services de renseignements aux données informatiques. De leur côté, les entreprises tentent de jouer la carte de la transparence. «Chez nous, les données sont confidentielles et appartiennent aux clients», insiste Yves Tyrode, directeur général de Voyage-sncf.com, un des poids lourds du e-commerce français avec 3,6 milliards d euros de volume d affaires en Il prône une utilisation plus «éthique» de ces informations, pointant le risque d une perte de confiance des utilisateurs, et donc d un vrai risque en termes de business et d image. Autre enjeu, celui de la cyber-guerre et du cyber-terrorisme, avec l apparition de «malwares», logiciels malveillants plus puissants que des bombes nucléaires, et capables de s infiltrer dans les réseaux qui gouvernent les grandes infrastructures (eau, énergie, transports), capables aujourd hui de détruire un pays de l intérieur. Se prémunir de ces risques sera un des défis des années à venir. P.M.

5 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 5 14 REPÈRES Snowden, héros ou traître? Au-delà de 30 ans, les Américains sont plus de 60 % à penser qu Edward Snowden, qui a révélé l espionnage dénéralisé d Internet par la NSA, doit être condamné. Entre 18 et 30 ans, ils ne sont plus qu un tiers. Deuxième personnalité de l année pour Time Magazine (derrière le pape François!), il pourrait devenir un héros dans la Silicon Valley. Huit géants d Internet, dont Google, Facebook, Microsoft, Amazon et Apple ont publié une lettre ouverte au président Obama demandant de clarifier les règles de l espionnage numérique. Leur pire crainte est intéressée : que les jeunes ne leur confient plus leurs données. THE GUARDIAN / AFP - Facebook bang En diffusant des spots publicitaires sur les pages de ses quelque 1,2 milliard d amis, Facebook franchit une nouvelle étape dans la construction de son modèle, mais déclare aussi la guerre aux grands médias audiovisuels. Une guerre à 66 milliards de dollars pour les seuls États-Unis. Les spots ne pourront durer plus de 15 secondes, ils démarreront automatiquement et, surtout, ils seront diffusés par défaut sans le son. Pour l activer, il faudra cliquer sur l image. 2I GARE À L E-COLÈRE DE L E-CITOYEN! Dépassés, les syndicats ou les partis politiques? Entre les «Pigeons», les «bonnets» multicolores et autres volatiles, les oppositions s expriment désormais sur les réseaux sociaux. nets rouges ont obtenu le report de l écotaxe. Et les centaines de milliers de manifestants contre le mariage pour tous ont tant effrayé le gouvernement que la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui) ne seront pas abordées dans la grande loi sur la famille prévue pour En cette année d élections municipales et européennes, l e-citoyen restera au cœur des préoccupations. Peu de candidats oseront défier le suffrage universel sans recourir à Internet et aux réseaux sociaux dans leur campagne, en s inspirant de ce qu a fait Obama aux États-Unis. À l heure du Netcitizen, ou Netizen, on invente le «porte-àporte numérique». Les nouvelles technologies peuvent-elles aider la démocratie? De plus en plus de voix, à commencer par la CNIL (Commission nationale de l informatique et des libertés) s élèvent pour réclamer le vote électronique et la carte électorale biométrique. Peu utilisés dans l Hexagone, ces outils pourraient se révéler très efficaces pour lutter contre l abstention À condition d éviter les triches et les bugs qui ont parasité, en juin dernier, le vote électronique pour désigner la candidate UMP à la mairie de Paris. «Techniquement, il est tout à fait possible d organiser un vote en ligne sécurisé et à grande échelle. Mais la classe politique française n a pas encore pris la mesure de l importance de l ecitoyenneté», déplore Jean-Michel Huet. En plus d améliorer le taux de participation, le vote électronique pourrait simplifier l organisation des élections, éviter les votes nuls 3I LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ? Société du «share», de l automobile à la maison partagée : la propriété change de nature, se dématérialise, ou se déstructure dans le temps. Partager plus pour consommer plus, ou mieux? Dans une société hyper-connectée, la démocratie passe aussi à l ère numérique. Désormais, la colère citoyenne naît sur les réseaux sociaux avant de se propager à la rue. Twitter, Facebook, les blogs et les médias en ligne agissent comme des «accélérateurs» de la prise de conscience collective. Depuis les révolutions arabes de 2011 jusqu aux manifestations contre la Coupe du monde de 2014 au Brésil, la Toile démultiplie l accès à l information, créé le débat, favorise les mouvements populaires. «Internet et les réseaux sociaux facilitent la capacité des citoyens à se mobiliser et influer sur le cours des événements», explique Jean-Michel Huet, le directeur associé du cabinet de conseil Bearing Point. Ainsi, dans le tourbillon des jacqueries sociales, ou plutôt fiscales, qui sillonne actuellement la France, les collectifs bonnets rouges, pigeons, dindons, poussins, moutons éclipsent les acteurs traditionnels de la contestation. Syndicats et partis politiques peinent à contrôler et à tirer profit de l e-révolte. Dépassé par la puissance de ces collectifs citoyens, le pouvoir vacille. Les pigeons ont donné le signal avec la révolte et les erreurs de dépouillement. Un prochain Près de locations par jour pour Autolib, le service de mise à disposition de véhicules électriques créé voilà tout juste deux ans ; petites annonces quotidiennes et 17,5 millions de visiteurs uniques par mois (soit un Français sur quatre!) sur le site leboncoin.fr, qui, après sept ans d existence, dépasse les 100 millions d euros de chiffre d affaires et les 200 salariés s il ne fallait que deux exemples pour montrer à quel point la consommation vit aujourd hui une profonde mutation, ces deux-là suffiraient. Autrefois très attaché à sa voiture, considérée comme un élément de statut, le consommateur privilégie de plus en plus, pour se déplacer, l usage à la propriété. Et la tendance ne se limite pas au bobo parisien. En témoigne le succès des sites de covoiturage BlaBla- Car, le leader, né en France en 2009, transporte près de un million de personnes en Europe chaque mois ou de prêt de véhicules entre particuliers. Ce succès tient bien évidemment à la généralisation d Internet, qui facilite les mises en relations et les transactions. On met en vente contre la taxation des plus-values. Les bon- combat e-citoyen? S.R. sur leboncoin.fr la lampe ou Suite p. 6 s Le centre de distribution du géant américain Amazon, à Peterborough, en Angleterre, ou la face cachée de la vente en ligne. ANDREW YATES / AFP Malware La NSA, impliquée dans l affaire Prism aux États-Unis, aurait découvert l existence d un logiciel malveillant conçu en Chine et capable de détruire un ordinateur en s attaquant au Bios, le programme de base qui le fait fonctionner. Les cyber-terroristes pourraient ainsi paralyser complètement les infrastructures d un pays. Cyberélite? Dans son numéro spécial «The World in 2014», The Economist prédit une année où la démocratie est menacée, avec près de 40 % de la population mondiale qui se rendra aux urnes. Le magazine croit à un retour sur le devant de la scène des pays riches, et s attend à un retour de bâton pour une «cyberélite» trop avide de richesses. PLUS D ÉVÉNEMENTS SUR LATRIBUNE.fr THE ECONOMIST

6 6 I L ÉVÉNEMENT LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O Comme de grands adolescents impatients et sans cesse frustrés, nous avons basculé dans un monde où l exigence de performance, de vitesse et de qualité ne connaît plus de limite. C est la fameuse loi de Moore, en fait une simple conjecture, qui dit en gros que la puiss Suite de la p. 5 le manteau qu on aurait autrefois proposé sur le trottoir dans une braderie ou un vide-grenier. Mais sans se déplacer et avec la possibilité de toucher des milliers d amateurs potentiels. Le phénomène s est bien sûr accru avec la crise. Cette «économie du partage» touche désormais tous les secteurs d activité. Et plusieurs start-up se créent chaque mois, pour proposer des locations entre particuliers d appartements, de voitures, de places de parking, d outils, d électroménager «Ces plates-formes collaboratives se bâtissent généralement sur une des verticales du Bon Coin», observe Paulin Dementhon, cofondateur de Drivy, qui a choisi le créneau de la location de voitures. Cet engouement signe-t-il la fin de la propriété? «Oui, tout à fait, estime Paulin Dementhon. Ce n est pas une vague, mais une tendance lente, qui s étale sur des années. Les gens privilégient le bon sens pratique et l efficacité.» Le militantisme ne joue qu un rôle mineur dans cette vague du partage et l éclosion de ces sites. «Les militants ne sont que 7 %, selon nos sondages, mais nous prenons ce chiffre avec prudence car les vrais militants refusent en général de répondre, indique Nathalie Damery, la présidente de l Obsoco. Les Français veulent continuer à consommer et, dans un contexte de pouvoir d achat plutôt contraint, ils sont prêts à partager ou à acheter d occasion tous les produits qui ne sont pas des signes de reconnaissance.» O.E. 4I SUR-MESURE ET ME.COM Voyages sur mesure, mode du selfie (on se prend en photo soi-même), imprimantes 3D, tout cela dessine monde où individualisme rime avec ultra-personnalisation. Des robes ou des chaussures sur mesure chez Moodbyme.com, des chemises taillées à vos exactes mensurations chez Celio, et même des caleçons personnalisables selon vos formes et vos goûts chez edol.fr : à l évidence, la tendance est à l extrême personnalisation dans la mode. Et le phénomène s étend à bien d autres secteurs de la consommation. Calibag.com vous promet de ne plus vous tromper de bagage sur les tapis des aéroports grâce à des valises à la couleur et au décor de votre choix, tandis que Planetveo.com, un spécialiste du voyage sur mesure créé en 2007, connaît une croissance fulgurante depuis cinq ans. Il atteindra 60 millions d euros de chiffre d affaires cette année avec près de 200 collaborateurs. La société du partage cohabite avec un néoindividualisme plus vivant que jamais. En témoigne la mode du selfie, cet autoportrait réalisé à l aide d un smartphone puis mis en ligne sur Facebook, Twitter, Instagram et autres réseaux sociaux. Tous les grands de la planète s y sont prêtés, du pape François au président américain Barack Obama. Le terme selfie a été choisi comme «mot de l année» par les auteurs du dictionnaire d Oxford, véritable référence en Grande- Bretagne, qui soulignent sa progression de % sur les douze derniers mois. Et le phénomène intéresse désormais le business. Dans le nouveau magasin Marionnaud des Champs Élysées, la table de maquillage est connectée, pour faciliter l envoi des photos à ses amis. Et le distributeur de mode Etam vient de lancer un concours de self leg une photo de ses jambes gainées de collants avec promesse de voyage à New York pour la gagnante. Besoin de se démarquer, d exister, tels sont les arguments mis en avant par les adeptes de cette pratique narcissique. Nathalie Damery, la présidente de l Observatoire société et consommation (Obsoco), ne voit pas forcément de contradiction entre cette ultra-personnalisation d un côté et la montée du prêt et des mouvements collaboratifs de l autre. «Un même consommateur peut adopter des attitudes très différentes dans son rapport aux objets. Il y a les objets auxquels il tient et qu il va personnaliser à outrance. Le plus symbolique dans cette catégorie étant le smartphone, individualisé grâce aux applications téléchargées par son propriétaire. Et il y a ceux qu il partage, parce qu il en a un usage assez réduit, comme par exemple les outils de bricolage.» Une dualité, renforcée par la crise, qui a toutes les chances de perdurer en O. E. 5I TOUJOURS MIEUX, ET PLUS VITE La tendance est à l ultra. Ultramobilité avec la 4G en 2014 et bientôt la 5G prévue pour Ultra-haute définition avec la 4K, la prochaine révolution des téléviseurs. Jusqu où ira la technologie? La montre Galaxy Gear connectée au smartphone Galaxy Note 3 de Samsung. La bataille des fabricants pour l Internet des objets a commencé SEAN GALLUP/GETTY IMAGES EUROPE/AFP sance des micro-processeurs double à peu près tous les deux ans à coûts constants et ce depuis la création d Intel (dont Moore était un des fondateurs), en Le résultat est à la portée de tous les geeks : oubliez votre télé «full HD» dernier cri ou votre smartphone dernière génération, car en 2014, soyez en sûrs, il faudra encore en changer. Pour les téléviseurs, le nouveau sigle à la mode, c est 4K, pour ultra HD, avec une résolution de x pixels, là où le «full HD» affiche du x pixels, deux fois moins. On est loin des premiers écrans LCD de papa. Le «K» est celui du «kibi», une unité de mesure qui est l équivalent informatique du kilo, d une valeur absolue de K, c est donc 4 fois la valeur d un kibi, soit En quelques années, les écrans de télévision ont atteint des performances d affichage professionnelles. Les écrans 4K sont déjà sur le marché grand public, à des prix toutefois assez dissuasifs puisque ce type de résolution nécessite de grandes diagonales (plus de 50 pouces) et vont avec la 3D (sans lunettes). Il faut donc compter autour de euros, moins que les euros du premier modèle, en Ce qui n empêche pas la bataille de la 4K d être déjà lancée par Sharp, Toshiba, LG, Samsung ou encore Sony. Car cette bataille de l ultra-réalisme n en est qu à ses débuts : Sharp a présenté un téléviseur 8K4K (7 680 x pixels) de 85 pouces. La même évolution a lieu côté vidéoprojecteurs et les caméras vidéos, ce qui devrait ramener assez rapidement le Blu-ray vers l obsolescence programmée qui frappe tous les produits high-tech. Pour en savoir plus, attendez le prochain Consumer Electronic Show, La Mecque de l innovation électronique grand public du 7 au 10 janvier prochain, à Las Vegas. Autre tendance, désormais bien connue avec JEFF J MITCHELL / GETTY IMAGES EUROPE / GETTY IMAGES/AFP Une militante indépendantiste écossaise, portant kilt et drapeau, le 21 septembre RISQUE 1 ET SI LA CRISE EN ZONE EURO REVENAIT PAR L ÉCOSSE? Le 18 septembre prochain, les électeurs écossais auront à faire un choix historique : demeurer dans le Royaume-Uni ou dissoudre l acte d Union de 1701 et faire de l Écosse un pays indépendant. L indépendance semble peu probable. Chez Ladbrokes, le plus grand bookmaker du monde, le «non» à l indépendance est donné à un contre six! Et dans les derniers sondages, le rejet d un État écossais dispose d une large avance de plus de vingt points. Mais si les choses évoluaient? Dans un référendum, les dernières semaines de campagne sont parfois déterminantes. La part des indécis est encore forte, elle est proche de 20 % de l électorat et, en 2011, le Scottish National Party (SNP), le seul parti important de l ancien royaume à soutenir la cause de l indépendance, avait glané près de la moitié des suffrages. D autant que, sur cette terre qui n a jamais été favorable aux conservateurs, le discours très dur de David Cameron et la montée du parti eurosceptique et anti-immigration UKIP ne plaisent guère. Une percée de ce dernier lors des élections européennes de mai pourrait convaincre une partie de l électorat travailliste écossais qu ils n ont décidément rien de commun avec les Anglais. Si l Écosse dit oui à son indépendance, des négociations difficiles s engageraient sur le partage de la dette et sur le maintien ou non d une union monétaire. Durant ce processus, la confiance dans la dette britannique, dans son économie et dans la livre sera forcément plus faible. La croissance qui reprend avec plus de vigueur que sur le continent fin 2013 pourrait aussi être affaiblie. Mais le plus grand défi concernera l Union européenne. L Écosse est une terre pro-européenne. En cas de «oui» le 18 septembre, elle pourrait demander son adhésion à l UE en tant qu ancienne partie d un État membre. Comment l UE pourrait-elle refuser de l intégrer alors qu elle négocie l adhésion de la Serbie? Sauf que, en Europe, les dents grinceraient. En Espagne surtout, où le gouvernement catalan a promis également de tenir un référendum et pour qui un «oui» écossais serait un signal fort. Sauf si, évidemment, l UE se montre très dure avec l Écosse Madrid plaidera la fermeté face à Edimbourg. D autant que dans une Espagne en convalescence, la question de la dette est bien plus délicate qu au Royaume-Uni. Logiquement, un succès de l indépendance écossaise ferait douter les investisseurs sur l Espagne et les taux du royaume ibérique remonteraient. Mais dans ce cas, inévitablement, tous les taux des pays périphériques seraient sous pression. Car, si la Catalogne quittait l Espagne comme l Écosse le Royaume-Uni, la question de son maintien dans la zone euro se poserait. Or, cet automne 2014 sera crucial pour le Portugal et la Grèce dont les programmes d aide viendront à échéance en juillet. Lisbonne tentera de revenir sur le marché, Athènes de négocier un plan le plus léger possible. Un regain de tension sur les marchés replongerait ces pays dans la logique austérité-récession. La crise de l euro sera alors relancée. ROMARIC GODIN

7 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 7 la guerre entre Free et les opérateurs historiques, la 4G qui est au smartphone ce que le très haut débit sera pour l Internet fixe. Alors que la guerre des prix s exacerbe, Xavier Niel faisant enrager ses concurrents avec la 4G incluse dans tous ses forfaits sans hausse de prix, le succès commercial est la grande inconnue de la période des fêtes. Encore balbutiant, le très haut débit mobile bute sur un équipement encore insuffisant en France, qu il s agisse du nombre d antennes ou des appareils compatibles. Mais ce sera à n en pas douter LE grand sujet de Et pourtant, le monde des télécommunications travaille déjà sur la cinquième génération, la 5G, attendue pour L enjeu n est pas seulement de pouvoir télécharger un film en une seconde, mais aussi de se préparer au grand embouteillage des réseaux mobiles que promet l arrivée de l Internet des objets, qui pourraient être plus de 50 milliards en 2020 PH.M. 6I ANTICIPER FACE À L IMPRÉVISIBLE La crise a montré le poids de l imprévisible. Pour s en prémunir, les entreprises veulent anticiper et s en remettent au big data pour élaborer des modèles marketing de plus en plus sophistiqués. Un monde à la «Minority report»? «Miroir, mon beau miroir»! Au premier abord, prédire l avenir semble relever de la science-fiction. Mais face à l électrochoc de la crise, les entreprises font leur possible pour anticiper leurs actions. Dans cette logique, le big data fait office de poule aux œufs d or. Qualifiée de «nouvel or noir», l analyse des monceaux de données émanant des sociétés, organisations publiques, individus et objets connectés a le vent en poupe. Moulinées dans des modèles mathématiques complexes, ces informations issues de l activité sur Google, des réseaux sociaux et autres SMS permettent aux entreprises d adopter des postures prédictives. À la tête de la start-up française Dataiku, Florian Douetteau s est spécialisé dans ce type de services. Depuis la création de la société en janvier dernier, il affiche déjà un beau tableau de chasse, avec des clients comme PagesJaunes, Ventes-privées.com, le spécialiste des ventes événementielles de fins de série ou le distributeur de produits en ligne Cdiscount. «Notre activité consiste à éditer des logiciels spécifiques avec une interface simple pour traiter les données et les rendre intelligibles via des probabilités d achat ou de clics par produits», détaille le jeune homme. À l arrivée, «nos modèles permettent à l entreprise de mieux cerner ses clients, ses habitudes d achat et donc de développer des opérations marketing ciblées». Ou encore de prendre des décisions stratégiques en termes de profitabilité, comme «mettre en avant les produits qui généreront le plus de marge, plutôt que d afficher un top 15 des ventes». En France, le big data en est à ses débuts. S il a déjà été adopté par quelques acteurs de la distribution, de la banque ou de l assurance, seules 8 % des entreprises de l Hexagone s y sont converties, d après une étude IDC de septembre dernier. Aux yeux de nombreux spécialistes, 2014 devrait voir le secteur décoller, avec la démocratisation de l usage des smartphones et l essor des objets connectés. En parallèle, les entreprises jouent la carte de la prévention pour gérer leurs risques. Elles sont de plus en plus nombreuses à embaucher des «risk managers». Leur rôle? Identifier, analyser et évaluer en amont les dangers liés à l activité d une société. L éventail des risques est large : on y trouve les risques industriels, de fraude ou de catastrophes naturelles comme les ouragans et inondations. Une fois la menace décelée, le risk manager imagine une couverture spécifique, en faisant appel, par exemple, à une société d assurance. P.M. 7I TOUT CONTRÔLER À DISTANCE Le rêve démiurge de l homo modernicus prend forme : de la voiture qui roule toute seule (Google Car, Tesla), à la domotique avec la maison connectée et le développement de l Internet des objets en passant par l arrivée RISQUE 2 L IMPOSSIBLE ÉQUATION DES BANQUES CENTRALES L année 2014 ne sera dominée que par cette question qui a déjà obsédé tout le monde en 2013 : que va faire la Fed? La Réserve fédérale américaine doit trouver une porte de sortie pour sa politique très généreuse de Quantitative Easing (QE), qui l amène chaque mois à racheter sur le marché 85 milliards de dollars. C est ce qu on appelle le tapering. Mais la voie est étroite : sortir trop vite ou trop tôt peut conduire à une nouvelle récession ou à un choc obligataire, sortir trop tard, à la formation de nouvelles bulles ou à une fièvre inflationniste. Lorsque Janet Yellen, la nouvelle présidente de la Fed, a été nommée, les marchés ont été soulagés. Avec sa réputation de «colombe», elle devait maintenir le plus longtemps possible la politique de rachat massif, puis réduire progressivement cette aide. Les rendements des bons du Trésor remonteraient alors également progressivement, mais les investisseurs et le Trésor pourraient aisément des Google Glass et autres montres intelligentes (smartwatch). Mode ou mouvement de fond? Qui n a jamais rêvé de vivre entouré d objets intelligents qui réalisent les tâches quotidiennes à notre place? Ce fantasme de science-fiction tend à devenir réalité. De la cafetière intelligente à l aspirateur autonome, en passant par le réfrigérateur qui fait la liste des courses et prévient quand les produits atteignent la date de péremption, la maison apparaît comme le terrain de jeu privilégié des objets connectés. Selon une étude réalisée par le cabinet Coda Stratégies, le marché de la domotique pèserait en 2013 près de 6 milliards d euros en Europe, dont 18 % en France, soit 900 millions d euros. La domotique? «La mise en relation des objets connectés de la maison pour améliorer le confort, la sécurité et gérer la consommation d énergie», explique François-Xavier Jeuland, le président de la Fédération française de domotique. «Par exemple, les solutions domotiques permettent au thermostat de mon salon de non seulement optimiser ma consommation d énergie, mais aussi de piloter ma chaudière et de déclencher l ouverture des volets roulants s il fait beau, en faire face grâce à l économie florissante qui offre à la fois des recettes fiscales et des opportunités d investissements. C était et c est encore pour beaucoup d économistes le scénario le plus crédible et le moins dangereux pour Mais l accélération de la croissance américaine au troisième trimestre et la baisse du chômage américain pourraient changer ce scénario et accélérer le calendrier de la Fed. Il se prépare sans doute des discussions très vives sur le sujet au sein du Comité fédéral de politique monétaire (FOMC). Et si la Fed presse le pas, elle prend le risque d un autre scénario. Comme on l a vu en 2013, ceci pourrait déclencher une panique et, finalement, un choc obligataire sur les rendements d État américains. Un choc qui serait particulièrement rude pour le système financier américain et qui pourrait replonger la première économie mondiale dans la crise. Mais les conséquences seraient mondiales. convergence avec mon smartphone» Cette tendance, encore embryonnaire, semble promise à un bel avenir. SFR, Orange et Bouygues se sont tous trois lancés sur le marché en En 2014, ils tenteront de toucher le grand public. Orange lancera pendant l été sa «box» domotique, baptisée «Smart home». Constituée d un boîtier et de capteurs, elle permettra de surveiller le domicile à distance, d être prévenu en cas de début d incendie, de fuite d eau, d effraction D autres opérateurs, par exemple la PME d Indre-et-Loire Avidsen, proposent des solutions liées au chauffage ou à la gestion à distance de l éclairage. «Les maisons intelligentes sont dans l air du temps et représentent un levier de croissance important dans les années à venir», affirme François-Xavier Jeuland. Cette volonté de contrôle de l homo modernicus s épanouit grâce à un phénomène plus vaste, l Internet des objets. Cette tendance peut se décrire comme la nouvelle capacité des produits à envoyer et à recevoir des données par l intermédiaire d Internet. Le gouvernement français estime qu une cinquantaine de milliards d objets seront connectés à court terme, soit dix fois plus que le nombre de smartphones L Internet des objets ne touche pas seule- Suite p. 8 s Car en Europe, la reprise est lente et, dans plusieurs pays, la déflation menace. En cas de choc aux États-Unis, la BCE n aurait alors d autres choix que d accélérer sa politique d assouplissement pour éviter la contagion sur les taux européens et de combattre la déflation en dépréciant l euro. Un QE européen pourrait alors voir le jour. Mais dans ce cas, la marge de manœuvre de Mario Draghi, le président de la BCE, sera fort étroite. La Bundesbank et l Allemagne auront beau jeu de montrer les conséquences du QE outre-atlantique et feront tout pour empêcher la BCE d entrer dans une politique ultra-expansionniste. À l inverse, l Italie et la France auront tout intérêt à ce que les investisseurs viennent acheter leurs obligations pour maintenir leurs taux bas. Et l on sait qu un choc obligataire sur ces pays serait très difficile à gérer pour la zone euro. La BCE devra donc naviguer en eaux troubles et éviter de se retrouver à la fin de 2014 comme la Fed à la fin de 2013 devant une équation impossible à résoudre. R.G. Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale américaine, une des femmes les plus puissantes du monde. JEWEL SAMAD / AFP

8 8 I L ÉVÉNEMENT LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O Autolib, le service parisien de mise à disposition de voitures électriques, enregistre locations par jour. Doit-on y voir la disparition d un signe extérieur de richesse? ANTOINE LORGNIER / ONLY FRANCE/AFP un des ingrédients de cette révolution de l ultramobilité. Il permet l accès, via le réseau de communication mondial qu apporte l Internet généralisé (WiFi ou mobile 3G, 4G, 5G demain), à des ressources informatiques partagées et en libre service. Plus besoin de stocker des fichiers ou des données chez soi dans son disque dur : tout est dans des data centers de plus en plus gigantesques (qui posent d ailleurs de sérieux problèmes énergétiques). Déjà dominé par les géants de la nouvelle économie américaine (Apple, Google, Microsoft, Amazon, Facebook), le cloud va connaître en 2014 de nouvelles ruptures, avec l entrée en scène en février d IBM, qui a racheté en 2013 SoftLayer pour 2 milliards de dollars. On s interroge aussi sur la mystérieuse barge que Google va construire dans la baie de San Francisco. Le cloud, General Electric en a fait un de ses axes stratégiques. Selon le groupe américain, nous entrons dans la grande aventure de «l Internet industriel», qui va bouleverser la relation de l homme à la machine. Et entraîner, par la magie de l IOT (Internet of things) un univers de smart technologies. «L Internet industriel est le prolongement logique de la révolution industrielle et de la révolution Internet. Il les fait se rencontrer. La puissance du data et de l analyse passe à présent au stade industriel et constitue le carburant de la croissance de l économie mondiale», explique Marco Annunziata, économiste en chef de General Electric. Pour Paul Hermelin, le patron de Cap Gemini, rencontré à la World Policy Conference début décembre à Monaco, 2014 sera l année du Smac (Social, Mobility, Analytics, Cloud). La multiplication des solutions de cloud va entraîner une mutation considérable du monde des services avec, à la clé, des économies et un changement radical du com- ssuite de la p. 7 ment aux objets intelligents mais aussi à des biens de consommation comme les voitures. Alors que Google développe depuis 2010 sa voiture sans conducteur, Toyota proposera son véhicule à pilotage automatique en 2015, suivi par Volvo à l horizon 2017 et Nissan en L Internet des objets va transformer notre vie quotidienne en créant de nouveaux usages. Annoncées comme la prochaine révolution de l électronique grand public, les lunettes connectées de Google devraient débarquer sur le marché américain en Elles seront dotées d une caméra, d un appareil photo, d un GPS, d un accès à Internet Un gadget parfait pour contrôler son environnement partout, tout le temps. S.R. 8I ÉNERGIE : L ÈRE DE LA SOBRIÉTÉ Économies d énergie, voitures électriques et autres solutions pour dépenser moins et mieux dans un contexte de croissance faible, de rareté des ressources et de pouvoir d achat qui stagne. La «chasse au gaspi» reprend vie à l ère digitale. «Étudiant, dans des salles de cours aveugles, je me disais qu il y avait là un vrai gaspillage énergétique et qu il devait exister des solutions, raconte Florent Longa, un Polytechnicien de 26 ans, cofondateur, en 2012, avec un camarade de promotion, de la société Echy. D où l idée d étudier le transport de la lumière naturelle par fibre optique. Le concept date des années 1980, mais nous essayons de le démocratiser en améliorant les rendements tout en réduisant les coûts. La difficulté consiste à concentrer la lumière du soleil sans augmenter la température de la fibre optique au-delà des 60 degrés qu elle peut supporter.» Echy fait partie de ces dizaines de start-up françaises qui fourmillent d idées et de solutions pour limiter les consommations énergétiques. À l instar de Stimergy, une société iséroise qui propose un système d interconnexion de mini-data centers susceptible de récupérer et de réutiliser l énergie émise par ces centres de stockage de données pour satisfaire les besoins des bâtiments qui les abritent. Ou bien d Energiency, à Rennes, avec son logiciel d optimisation des performances énergétiques destiné aux industriels. Ce bouillonnement d initiatives le montre, la sobriété énergétique devrait rester un maître mot en 2014 et un grand moteur de l innovation. À juste titre. Car les besoins mondiaux en énergie s accroissent. En Chine, en Inde, mais aussi dans les pays occidentaux avec, par exemple, le développement de data centers qui émettent désormais autant de CO2 que le secteur de l aviation et consomment, au niveau mondial, l équivalent de 30 centrales nucléaires. Face à cette demande, les énergies fossiles et nucléaires ont montré leurs limites. Quant aux énergies renouvelables, elles peinent à prendre le relais, à cause notamment de leur intermittence. D où l impérieux besoin d économiser, mais aussi de pouvoir stocker l électricité lorsqu elle est produite en surabondance. RISQUE 3 Ce stockage de l énergie, qui figure parmi les sept secteurs stratégiques d innovation à l horizon 2030 définis par la commission présidée par Anne Lauvergeon, fait l objet d une belle effervescence dans les laboratoires. Avec plusieurs technologies concurrentes en cours d expérimentation : la transformation de l électricité excédentaire en hydrogène, lequel peut être retransformé en électricité en fonction des besoins, à condition que soient résolues les questions économiques et technologiques posées par le stockage de ce gaz très léger ; les batteries, bien sûr, dont les performances s améliorent régulièrement, mais aussi les très prometteurs supercondensateurs capables de se charger fois plus vite que nos batteries et de supporter sans dommage des millions de cycles de charge et de décharge. Enfin, les batteries de nos voitures électriques, sous réserve qu elles soient rechargées durant les seules heures creuses de consommation électrique, pourraient constituer un très bon moyen de stockage mobile. De jolis défis en perspective. O.E. 9I DES PÉTAOCTETS DE DONNÉES Dans le nouveau monde connecté, on veut pouvoir stocker de façon sécurisée. Le cloud data sera, avec l explosion du nombre de données, la prochaine révolution de l informatique. Avec des enjeux économiques colossaux. Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, nous faisons du cloud sans le savoir. La révolution des smartphones nous a fait entrer dans un nouveau monde aux possibilités presque infinies. Le cloud computing, ou informatique dans les nuages, est LES ÉMERGENTS À LA FÊTE OU PAS Le 13 juillet 2014, dans le stade de Maracana, à Rio de Janeiro, la Coupe du monde de football sera remise à l équipe qui remportera la finale. Ce sera l apogée de cet événement mondial organisé par le Brésil pour la première fois depuis Ce sera aussi l occasion, quelques mois après les Jeux olympiques d hiver de Sotchi et alors que le Brésil organisera les prochains JO d été et la Russie la Coupe du monde de football de 2018 de prendre conscience de ce fameux «basculement du monde», où les émergents deviennent le principal moteur de l économie mondiale. L image semble pourtant émoussée. Désormais, les émergents doivent faire face à une croissance plus faible, tandis que les pays développés reconstituent progressivement leur potentiel de croissance sera donc encore une année à risque pour les émergents. Deux éléments pourraient même les faire tomber dans une véritable crise. Le premier, c est le ralentissement chinois. Le pouvoir chinois a entamé un virage très périlleux en affichant sa préférence pour la qualité plutôt que pour la quantité en matière de croissance. Mais un trop fort ralentissement serait très risqué : en dessous de 7 %, les investisseurs commenceront à s inquiéter de voir les campagnes s agiter. L emballement de l immobilier et l obscurité du secteur bancaire sont également des risques qui, en cas de ralentissement, deviendront sensibles. Or, si la Chine tousse, les autres pays émergents seront grippés, notamment les pays exportateurs de matières premières (Brésil et Russie, notamment). De façon générale, les investisseurs iront chercher les rendements et la croissance ailleurs. D autant que, parallèlement et c est le second risque pour la zone la fin du Quantitative Easing (lire encadré page page 7) de la Fed entraînera un mouvement d aversion au risque et un rapatriement des capitaux vers les pays développés. Un mouvement déjà observé au printemps 2013 et qui pourrait s entretenir lui-même : les monnaies des grands émergents baissant, la fuite s accélérera. Or, pour le Brésil, la Russie, l Inde, la Turquie ou encore l Afrique du Sud, ce double risque est très dangereux. Dans ces pays, l inflation demeure élevée et les pays accusent des déficits courants chroniques. En cas de dépréciation accélérée de la monnaie, les banques centrales n auront pas d autres choix que de relever sensiblement les taux. Donc de faire ralentir une croissance qui a déjà ralenti. Les conséquences sociales en Inde et au Brésil, mais aussi en Russie, d un ralentissement inflationniste pourraient déboucher sur des mouvements de protestation de grande ampleur, comme celui qui a touché le Brésil en Car l expérience montre que les effets bénéfiques sur la croissance d une Coupe du monde ou de Jeux olympiques sont limités. La situation est d autant plus délicate que l Inde et le Brésil votent l an prochain. Dans les deux cas, le pouvoir pourrait sortir affaibli de ces votes, ce qui ne rassurera guère les marchés. Le risque d une déstabilisation des pays n est donc pas à écarter entièrement. La croissance mondiale en subirait alors un contrecoup violent R.G. Manifestants dans les rues de Rio de Janeiro, en juillet Des mouvements de protestation qui pourraient toucher d autres pays émergents en cas de ralentissement inflationniste. CHRISTOPHE SIMON / AFP

9 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 9 portement des clients et des consommateurs. Un des grands sujets pour le monde informatique sera de faire communiquer les différentes interfaces entre elles face à une surabondance d offres cloud. Cette possibilité de stocker dans les nuages permettra à vos données de vous suivre partout, quel que soit le lieu ou le support. À la maison, dans la voiture, chez des amis ou en vacances, nous aurons un libre accès à une bibliothèque de données potentiellement illimitée. L explosion des données, qui se compteront en pétaoctets (10 puissance 15 octets) sera aussi une source inépuisable pour les «data scientists» et le big data, avec de lourds enjeux en termes de protection de la vie privée. Mais le jeu en vaut peut-être la chandelle, par l ampleur des services nouveaux proposés. Chacun pourra devenir un média, diffuser soi-même des spectacles, des événements sportifs et autres, l université deviendra numérique, et la presse en ligne, si elle sait saisir l opportunité, se réinventera. Pour le meilleur, comme pour le pire. 2014, année de la fin de la presse papier? Espérons que non, mais Ross Dawson prédit que cela arrivera avant 2020 aux États-Unis. Ce n est pas pour rien que Jeff Bezos a racheté le Washington Post, ou Xavier Niel Le Monde PH.M. 10I TRAVAILLER PLUS, OU MIEUX? Le chômage de masse rouvre le débat sur le travail dans une société numérique où la course à la productivité domine. La révolution digitale change la donne avec de nouvelles formes de management collaboratif. C est l heure du travail 4.0. Fini le règne sans partage du management pyramidal dans les sociétés, les entreprises «agiles» pointent le bout de leur nez. Ces dernières ont décidé de briser le processus de décision classique. Ou du moins, de le faire évoluer. Concrètement, plutôt que de privilégier un système hiérarchique, elles mettent en place un nouveau type de management, plus horizontal, via de petites équipes autogérées qui fonctionnent par projet. Le manager n est plus considéré comme un donneur d ordres, mais devient un incubateur d idées. Tandis que l employé passe du statut d exécutant à celui d acteur à part entière, encouragé à partager ses idées et sa vision du projet. Chez Wemanity, une start-up parisienne spécialisée dans les technologies de l information, on ne jure que par ce mode de management estampillé «3.0». Au sein de cette structure de 45 personnes née en mars dernier, Éric Seguier chapeaute les travaux et innovations dans ce domaine. L intitulé de son poste, «Chief Happiness Officer», CHO, balaye d emblée toute référence hiérarchique. Pour lui, l intérêt de ce nouveau type d organisation va crescendo. Wemanity organise ainsi des formations auprès de cadres de grosses sociétés, comme la Société générale, Orange ou Schneider Electric. Et ce, «même si cela concerne surtout leurs services des technologies de l information», indique le CHO. Professeur au sein du groupe de recherche et d études en gestion de HEC, Charles- Henri Besseyre des Horts observe, pour sa part, que d autres secteurs de l économie notamment dans l industrie, se convertissent progressivement à cette nouvelle organisation du travail. Pourquoi? «Parce que face à la dérégulation, à l essor du Net, des réseaux sociaux et des nouvelles technologies, les entreprises ont besoin de gagner en réactivité, ce que permet ce type de management.» Tous les repères sont bouleversés dans un monde du travail qui protège les «in», mais exclut un nombre croissant de «out». Plus de 20 millions de chômeurs en Europe, plus de 3,2 millions en France, et une difficulté surtout à y faire entrer les jeunes. Face à ce défi, dans un monde occidental en croissance faible, on cherche d autres solutions. La flexibilité du temps de travail, l ouverture des magasins le dimanche ou la nuit font partie de la boîte à outils. Mais ce changement de société se heurte à de profondes résistances. Et d autres pistes, comme le partage du travail, refont surface, à l image du nouveau parti de Pierre Larrouturou, La Nouvelle Donne, partisan de la semaine de quatre jours. Et si l avenir était à la fin du travail tel que nous l avons connu? PH.M. ET P.M. 11I VIVRE LONGTEMPS EN BONNE SANTÉ Modes du fitness, du bio, lutte contre l obésité, développement de la silver économie et de l e-santé. Entre vieillissement et défi alimentaire mondial, comment adapter nos modes de vie? Va-t-on finir par vaincre la mort? En 2050, la population mondiale passera la barre des 9,7 milliards d individus, contre 7,1 milliards actuellement, selon une récente étude de l Institut français d études démographiques (Ined). En clair, il faut donc produire davantage de nourriture tout en préservant l environnement. Un vrai défi qui, petit à petit, bouscule notre manière de vivre. Manger équitable ou bio n est plus la chasse gardée des militants. Les deux tendances continuent de progresser. En France, le bio va afficher une croissance de 6 à 7 % en 2013, à 4,5 milliards d euros selon l Agence bio. Le secteur bénéficie d un fort soutien de l État : dans son plan Ambition bio 2017, le ministère de l Agriculture s est fixé pour objectif de doubler les surfaces cultivées dans l Hexagone. Lesquelles avoisinaient le million d hectares en En outre, ce souci de manger mieux s explique par des raisons de santé. En France, 15 % Français étaient touchés par l obésité en 2012, contre 6 % au début des années Conséquence : le marché de la minceur poursuit son essor. Mais les compléments alimentaires minceur, les crèmes amincissantes et la diététique n ont plus autant la cote qu avant. Ils se font damer le pion par les méthodes de coaching et la nouvelle vague du «bien-être». D après un sondage Ipsos paru l an dernier, près d un tiers des Français affirment pratiquer la musculation, la gymnastique d entretien ou le fitness. Cette dernière pratique a déjà séduit plus de 4 millions d abonnés en France. Un business juteux, puisque, selon le dernier rapport de l IHRSA (International Health, Racquet and Sportsclub Association), l industrie de la remise en forme générerait 2,3 milliards d euros annuels en France. Dans le créneau du «vivre mieux», la silver économie est en pleine expansion. Les produits et services pour seniors se multiplient. Il faut dire que cette population devrait augmenter de 80 % entre 2005 et 2035, selon un rapport réalisé au début du mois par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP). Selon Xerfi, le marché de la maison intelligente (avec une centralisation des systèmes comme l éclairage, le chauffage ) va progresser de 35 % par an pour atteindre 1 milliard d euros en Côté médecine, la recherche n est pas en reste. En témoignent les nombreux projets visant à séquencer le génome humain d une population pour identifier des maladies spécifiques. Mais il y a mieux : à la miseptembre, Google a annoncé le lancement de Calico, une entreprise qui s attaque au défi de l âge et des maladies associées. Si le géant américain n a rien d un labo ou d un institut de recherche, il mise sur son savoir-faire pour analyser les données dans le secteur de la médecine pour tirer son épingle du jeu. Son défi, augmenter de vingt ans l espérance de vie d ici à 2035 En attendant de vaincre la mort, vieux rêve transhumaniste? P.M. 12I L ÉPOQUE DU ROBOTCÈNE Robotisation et numérisation d usines 4.0, la machine prend de plus en plus la place de l homme. Avec des risques pour l emploi, mais de vraies opportunités pour réinventer l industrie. Propre, totalement connectée, autonome en énergie, évolutive : les qualificatifs ne manquent pas pour décrire cette usine du futur, 4.0, qui doit tout à la fois restaurer notre compétitivité industrielle et réconcilier les citoyens avec leur industrie. Le sujet, nul ne s en étonnera, figure parmi les 34 plans industriels définis par Arnaud Montebourg et son pilotage a été confié à Dassault Systèmes et au groupe d ingénierie industrielle Fives. «En mars, nous devrons présenter des recommandations sur les filières jugées stratégiques, les maillons technologiques à développer, les pilotes à créer, indique Michel Dancette, directeur innovation et RSE de Fives. Ce travail sera présenté à des PME pour que ces recommandations soient développées à travers un ancrage régional.» L objectif, en effet, est de rester pragmatique pour que les solutions proposées puissent être déployées dans toute l industrie. «Il ne faut pas construire l usine d après-demain, insiste le dirigeant. Mais il nous faut travailler sur plusieurs éléments : la maîtrise de l énergie, où il reste beaucoup à faire sur la récupération et le stockage, par exemple ; les nouveaux matériaux qui vont entrer dans l industrie ; la fabrication additive [impression 3D] qui peut révolutionner la conception ; et bien sûr la digitalisation qui imprègne le tout.» Révolutionnaire? Les briques existent pour construire cet ensemble idéal. «On sait, par exemple, faire des machines virtuelles en 3D qui reproduisent la machine physique et permettent notamment d optimiser son ergonomie, indique Michel Dancette. Et on dispose aussi d outils de simulation d usines complètes.» Mais relier toutes ces briques, tel est le défi. L Allemagne et les États-Unis ont pris de l avance sur le sujet. GE, par exemple, a installé dans l État de New York une usine 4.0, bardée de capteurs. Elle fabrique des accumulateurs à très hautes performances, euxmêmes bourrés d une électronique d autosurveillance complexe qui dialogue avec les équipements de pilotage de l usine. Les millions de données ainsi transmises sont analysés à l aide des techniques du big data. Possible en France? «On se heurte à des freins économiques, estime Michel Dancette. De tels équipements trouvent leur intérêt dans la durée, mais il n y a pas beaucoup d industriels prêts à prendre de tels risques.» Quant au concept d usine sans âme qui vive, il reste à l état de rêve. Le site modèle de GE emploie 400 personnes. «Je ne suis pas convaincu que l usine sans homme soit l avenir, indique Michel Dancette. Il faut décharger l opérateur de Pétaoctets Les données se comptent désormais en octets. Des quantités d informations bientôt consultables partout. Suite p. 10 s L usine BMW de Liepzig, en Allemagne, où sont assemblés les châssis de la nouvelle BMW i3. Un assemblage totalement robotisé pour un véhicule totalement électrique. JENS SCHLUETER / GETTY IMAGES EUROPE / GETTY IMAGES/AFP

10 10 I L ÉVÉNEMENT LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O Le quartier d affaires de Songdo, à Incheon, en Corée du Sud. Un projet exemplaire en matière de développement durable et de ville connectée. Incheon Free Economic Zone Authority (IFEZA) / AFP ssuite de la p. 9 toutes les tâches pénibles, mais il faut lui rendre des capacités de décision. Les nouvelles technologies, le numérique en particulier, peuvent redonner de l attrait aux jobs industriels.» L usine comme un grand jeu vidéo? Pourquoi pas. On semble en tout cas entrer dans une ère industrielle nouvelle, où la machine parlera à la machine (M-to-M). Et si le robotcène succédait à l anthropocène O.E. 13I VIVRE UNE VILLE CONNECTÉE Smart city, c est le mot de l année à l approche des municipales de mars Services publics numériques, e-administration, transports collectifs autonomes : la ville intelligente et connectée est pour demain. Téléphones, voitures, box, électroménager Puisque tous les objets du quotidien deviennent intelligents, pourquoi pas la ville? En vogue depuis quelques années, le concept de smart city devient un enjeu essentiel, à la fois pour les pays développés et pour les puissances émergentes. «La smart city est une ville dont les infrastructures durables et interconnectées améliorent le confort de vie des citoyens», explique Alain Renk, architecte et urbaniste à Montreuil. De New York à Shanghai, en passant par Dubaï, Amsterdam ou Lyon, les experts de la ville sont unanimes. Dans un contexte de concurrence acharnée entre les territoires, la ville de demain devra savoir optimiser ses dépenses, se préoccuper de la cohésion sociale, fournir les informations et les services adaptés à sa population (numérique, sécurité, santé ), proposer un système de transports à la fois efficace et respectueux de l environnement et lier tous ces paramètres les uns avec les autres. «Il faut penser les villes comme des organismes vivants. Des systèmes artéro-veineux de réseaux et de flux qu il faut connecter entre eux», écrivait début décembre Julien Damon, sociologue et professeur associé à Sciences Po. Un travail difficile et de longue haleine. Certains pays créent de toutes pièces des villes intelligentes, à l image des Émirats arabes unis (Masdar, construite en plein désert, sera achevée à l horizon 2025) et de la Corée du Sud (Songdo, quartier d affaires bâti sur un terrain gagné sur la mer jaune). Le plus souvent, il s agit plutôt de rendre les villes «smart» via une redéfinition de l existant. En France, la transition se réalise en douceur. Près de projets dans 200 villes ont été lancés ces dernières années. Selon un classement réalisé fin 2013 par la société m2ocity, Lyon, Lille et Nantes sont les cités les plus «smart» de l Hexagone, mais aucune ne maîtrise toutes les dimensions d une ville intelligente. Car la smart city à la française repose essentiellement sur la rencontre du numérique et de l énergie. Avec le retour en grâce du tramway qui se poursuivra en 2014 (Strasbourg, Grenoble, Besançon, Toulouse ) tandis que les voies vertes et systèmes de partage d autos et de vélos se multiplient. D autres cités se montrent plus innovantes, à l image d Issy-les-Moulineaux, 4 e du classement m20city. Son maire, André Santini (UDI), a inauguré en 2013 le premier réseau d énergie intelligent à l échelle d un quartier, avec notamment un éclairage adapté au nombre de personnes dans la rue. D autres projets de ce genre devraient être annoncés pendant la campagne pour les élections municipales. Car les maires élus en 2014 n auront pas d autre choix que l intelligence s ils veulent offrir un avenir à leur ville. S.R. 14I DU TEMPS, POUR QUOI FAIRE? Le développement du paiement mobile à distance avec un smartphone, les puces connectées, la mode du drive pour faire ses courses, le développement de nouveaux services de conciergerie, etc. Une nouvelle société de services se met en place avec des business innovants. L enjeu, gagner du temps, mais pour quoi faire? Les entreprises l ont bien compris : le consommateur est désormais un être pressé. Il ne veut plus simplement un bien, il le veut rapidement! D où une multiplication des services à cet effet. Dans les magasins, on voit ainsi naître d étranges casiers estampillés «clic and collect». Dans le nouveau centre Darty Beaugrenelle, à l ouest du 15 e arrondissement de Paris, ceux-ci permettent de venir chercher son téléviseur ou son micro-ondes une heure à peine après avoir passé sa commande sur la Toile. Il en va de même pour les drives. Ceux-ci permettent aux clients de faire leurs courses sur le Net, puis de venir les chercher en magasin en évitant les files d attente. En France, 850 drives ont vu le jour ces douze derniers mois, portant leur nombre total à près de Soit plus que le nombre d hypermarchés! Dans la même veine, les services de conciergerie se développent. En témoigne l apparition de DaddyGroom, un nouveau service dédié aux papas soucieux de s occuper au mieux de leurs bambins. Lancé par Daddy- Coool.fr, un site né en avril dernier visant à épauler les pères de famille, il propose, par exemple, de livrer des repas équilibrés, ou d organiser des goûters d anniversaire. Les food trucks, eux aussi, comblent les désirs des actifs désireux de manger vite et bien. Ces camions-cantine ambulants qui délivrent des burgers, empanadas et autres sandwiches de qualité sont de plus en plus nombreux à tirer le frein à main au pied des entreprises le midi (lire La Tribune n 71, du 13 décembre 2014). C est le cas de Zesto Food, un food truck de sandwiches qui sillonne, à l heure du déjeuner, une zone d activité tertiaire d Aix-en-Provence. Pour Romain de Saint-Pierre, son patron, les employés n ont donc plus besoin de marcher jusqu aux brasseries, restaurants et boulangeries, parfois bien éloignés de leurs bureaux. Cette tendance à courir contre la montre va se poursuivre en Mais pourquoi diable sommes-nous devenus si pressés? Pour Alain Chenu, professeur de sociologie à Sciences Po Paris, cette tendance à l accélération des rythmes est notamment la conséquence des chambardements du monde du travail, couplés au boom des nouvelles technologies. «Les 35 heures ont accouché d une plus grande flexibilité du travail», rappelle-t-il. Ce qui fait que l employé doit souvent gérer un emploi du temps changeant, et donc profiter efficacement de créneaux horaires variables. À cela, il faut ajouter «la tendance des entreprises à responsabiliser et impliquer davantage leurs équipes». Du coup, si l employé doit lever l ancre du bureau plus tôt pour voir son banquier, il peut néanmoins rester en alerte en gardant l œil sur ses mails professionnels sur son smartphone. Et achèvera ses tâches chez lui, sur son ordinateur personnel connecté à Internet. On a donc bel et bien tourné la page du fordisme, avec ses horaires fixes et immuables. P.M. ENTRETIEN George Colony, PDG de Forrester Research «LE CONSOMMATEUR N A JAMAIS EU AUTANT DE POUVOIR» De passage à la conférence LeWeb à Paris, George Colony, qui dirige le cabinet d études Forrester Research et prédisait l an dernier le rachat de Nokia par Microsoft, a présenté sa vision d une nouvelle ère marquée par la prise de pouvoir des consommateurs tout le temps connectés. LA TRIBUNE Vous prédisez l avènement de «l ère du consommateur connecté», en quoi consiste-t-elle? GEORGE COLONY Les consommateurs n ont jamais eu autant de pouvoir, en raison du foisonnement d appareils connectés et de la force des réseaux sociaux. Ils peuvent influencer directement les prix, partager leurs avis et critiques et acheter n importe quoi, n importe quand, n importe où et à n importe qui. Nous pensons que ce sera un cycle économique de vingt ans. La nouvelle génération de consommateurs, cette génération Y qui regarde moins la télévision, écoute moins la radio et lit moins les journaux que ses aînés, mais utilise plus Internet et joue plus aux jeux vidéo, est celle qui a déjà complètement basculé dans un état d esprit mobile. Ils sont beaucoup plus exigeants, attendent qu un service ou une information soit disponible tout le temps, partout, quel que soit l appareil utilisé. Qu est-ce que cela change pour les entreprises? Nous entrons dans un monde qui sera très dur, avec des clients extrêmement exigeants et changeants. À l ère du consommateur connecté, seules les entreprises obsédées par leurs clients vont survivre : les parts de marché et la satisfaction du consommateur vont dépendre de la qualité du niveau technologique la technologie, les systèmes et les processus que les entreprises vont mettre en œuvre pour conquérir, servir et fidéliser ce nouveau type de clients. Mais cela crée une vraie opportunité, «l engagement mobile» : avec le smartphone, l entreprise peut se trouver à portée de main, dans la poche du client, tout le temps et n importe où, pour de l information, de la recommandation, de l achat. Les entreprises vont devoir augmenter significativement leurs investissements dans tout ce qui permet l engagement mobile. Les applications ne sont qu une petite partie de l équation, il y a les big data, tous les outils d analyse, l expérience client, etc. Si vous voulez monter une start-up, il faut être dans l une des parties de ce business de mille milliards de dollars centré autour des «données clients massives», le Big Customer Data : soit dans le domaine des terminaux connectés, des capteurs ou des objets intelligents, soit dans les réseaux sociaux, soit dans les services tels que le paiement en ligne ou la géolocalisation, soit dans les bases de données qui doivent évoluer de l archivage à l anticipation du comportement des clients. Les logiciels sont la nouvelle monnaie d échange et sont devenus plus importants que le capital financier. Vos marques vont rivaliser avec Microsoft, Google, Oracle et Amazon pour différencier les expériences client. À l avenir, toutes les entreprises devront devenir des entreprises de logiciels, même si elles vendent des shorts ou des voitures. Comment réussir cette mutation, quand on n est pas déjà dans l univers du logiciel? Ces entreprises vont devoir changer de management afin de fournir cette expérience client fantastique dans le monde numérique. Il faut impérativement un homme ou une femme de technologie qui siège au conseil d administration pour insuffler cette culture et rééquilibrer les investissements dans ces nouveaux domaines. Problème : le directeur informatique est souvent juste un spécialiste de l IT, habitué à traiter uniquement avec les grands de l industrie comme SAP et Oracle. Or, il faut avoir une vision très business de fidélisation des clients, savoir traiter avec Twitter, Facebook, etc., il faudrait qu il aille au moins deux semaines par an dans la Silicon Valley! Ce sera un vrai défi pour ces entreprises, car l âge moyen des patrons de grands groupes est de 59 ans : ils ne sont pas tellement versés dans le numérique, ce n est pas leur culture. PROPOS RECUEILLIS PAR DELPHINE CUNY FORRESTER RESEARCH, INC.

11

12 12 I LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O ENTREPRISES INVENTER Les nanosatellites décollent tous azimuts En pleine expansion, le marché des nanosatellites aiguise les appétits des fabricants de petits lanceurs. Les coûts de mise en orbite réduisent, ce qui donne naissance à une longue traîne de start-up, tant dans le secteur des lanceurs que dans celui des nanosatellites. La démocratisation de l espace prend son envol. PAR ERICK Cinq, quatre, trois, deux Ignition (mise à feu)! De Kourou à Cap Canaveral en passant par Baïkonour, Ryad ou Bangalore, des fusées comme Atlas V, Delta II, Dnepr, Longue Marche, 33, c est le nombre de petits satellites mis en orbite sur la seule année 2012, contre 71 entre 1999 et Soar, le projet de navette spatiale pour envoyer de petits satellites dans l espace, mené par le Suisse S3. S3 Minautor, Soyouz, Taurus, ou encore Vega devraient effectuer de 120 à 188 lancements d ici à 2020, selon une étude du cabinet américain SpaceWorks. Au bas mot, car le marché est loin d être fermé, comme le montre l arrivée, le mois dernier, de la fusée Falcon-9, proposée par un nouvel entrant, SpaceX, créé par Elon Musk, cofondateur de PayPal. Ces tirs s ouvrent à un nombre croissant de petits satellites qui, dans l ombre des gros et très gros (de 500 kg à plusieurs tonnes) opérés par des agences gouvernementales (Nasa, Esa, Cnes ) ou des multinationales, «squattent» le volume disponible restant dans les lanceurs. Selon une étude autour du projet Perseus pour le Centre national d études spatiales (Cnes), si 71 de ces petits satellites, acceptés en charge auxiliaire, ont été mis sur orbite entre 1999 et 2007, pour la seule année 2012, ce ne sont pas moins de 33 petits satellites qui ont ainsi rejoint l espace. Et ce n est qu un début! «Le nombre des lancements devrait être multiplié par 2,5 sur les cinq prochaines années», estime Roger Walker, ingénieur systèmes à l Agence spatiale européenne (Esa). Cette accélération est stimulée par la diversification des satellites en fonction de leur poids. On parle de minisatellites (de 100 kg à 500 kg), de microsatellites (de 10 kg à 100 kg), de nanosatellites (de 1 kg à 10 kg) et même de picosatellites (moins de 1 kg). Pour la seule période , SpaceWorks prévoit la mise sur orbite de près de 322 nanosatellites. Dont 86 % pèsent de 1 kg à 3 kg. Pourquoi un tel engouement? D abord, les gros clients, Nasa, Esa et Cnes en tête, se font à l idée d accepter, sous certaines réserves, d autres satellites à bord de la fusée qui transporte la charge principale dont ils sont propriétaires. Seconde raison, l accroissement du nombre de fabricants de lanceurs attirés par le business : «Les petits satellites deviennent une source de revenus non négligeable pour les lanceurs et opérateurs de services de lancement», explique Spas Balinov, directeur général de NovaNano, une start-up française créée en 2009, qui s est spécialisée dans le courtage en services de lancement, la fabrication de composants pour nanosatellites ainsi que de plates-formes de nanosatellites complets. En témoigne l ukrainien Dnepr, qui fabrique des lanceurs à partir d un stock d anciens missiles intercontinentaux balistiques : l un de ses derniers vols vient de déployer 34 petits satellites! Avec 22 % des lancements de satellites de 1 kg à 10 kg et 29 % de ceux de 11 kg à 50 kg sur la période , Dnepr est d ailleurs, de loin, le leader mondial. Suivi par l indien Polar Satellite Launch Vehicle (12 % et 9 % du marché). Pour sa part, Vega (Arianespace) en détient 6 % et 1 %. LANCEMENTS MOINS CHERS ET STANDARDISATION EN VUE «On trouve des créneaux de lancement à euros pour un satellite de 1 kg et à 1 million d euros pour un satellite de 20 kg», reprend le DG de NovaNano, qui a négocié auprès de Soyouz son premier créneau de lancement le 19 avril dernier pour le satellite de radio amateur OSSI-1 du Sud-Coréen Future Electronic Technology Mixer. «De fait, les lanceurs préfèrent passer par les courtiers avec lesquels ils ont développé une relation de confiance afin de massifier la collecte de projets de satellites à lancer.» Le courtier américain Spaceflight Services affiche ouvertement ses tarifs sur Internet : euros pour 1 kg en orbite basse (jusqu à km d altitude) à 2,360 millions pour 20 kg en orbite géosynchrone ( km au-dessus de l équateur). L Américain est talonné, entre autres, par le Néerlandais Isis, le Danois GomSpace et le Français NovaNano. Pour presser encore davantage les prix de lancement, certains pensent à lancer qui une navette, qui un missile à partir d un avion en altitude. «Au Cnes, il y a eu un tel projet avec Dassault. Mais il n y avait pas assez de satellites à lancer. Le projet a été abandonné. À présent, ces réflexions redeviennent d actualité», confie Didier Vassaux, directeur des activités transverses à la direction des programmes du Cnes. En effet, S3 (Swiss Space System) conçoit une navette spatiale qui décollera à d altitude du dos d un Airbus A300 et atterrira en vol plané afin d être réutilisée à la demande. S3 prévoit son premier vol commercial en 2018 à un prix de 8,2 millions d euros par vol pour 250 kg de charge utile, soit euros le kilogramme. De son côté, l Américain Generation Orbit Launch Services (GOLS) préfère recourir à un petit jet privé, le G3 de Gulfstream, et à un missile de chez Ventions qui va emporter de petites charges de 40 kg. Lauréate en novembre 2012 du concours NewSpace Business Plan de la Nasa qui, depuis, lui a passé une commande de 1,5 million d euros, la start-up compte procéder à son premier lancement en Prix du lancement : euros, soit moins de euros le kg. Qui plus est, GOLS compte réduire le délai de notification du lancement à 1 jour! Autre moteur de cette démocratisation de l espace : la création d un standard de nanosatellite baptisé CubeSat. Déployé pour la première fois dans l espace en 2003, ce nanosat a été inventé par les professeurs Bob Twiggs (université de Stanford) et Jordi Puig- Suari (California Polytechnic State University). Ce cube, qui embarque ses panneaux solaires sur ses facettes, pèse 1 kg et mesure 10 cm d arête. «Grâce à cette standardisation, des start-up, issues généralement d universités, ont émergé pour concevoir et fabriquer des composants ou des plates-formes complètes de nanosatellites, remarque Roger Walker, de l Esa. Aujourd hui, il est possible de faire un nanosat entièrement à partir d éléments sur étagère pour à euros. On peut aussi assembler les CubeSat par 2, 3, 6 ou 12 pour composer un satellite spécifique plus grand et plus puissant.» De fait, les universités américaines sont à l origine d une vingtaine de start-up. Comme Deep Space Industries, GeoOptics, Planet Labs, Planetary Resources, Pumpkin ou Skybox. Cette dernière vient de lever 65 millions d euros pour fournir, grâce à une constellation d une vingtaine de satellites, des images spatiales d observation de la terre. Notamment pour indiquer aux chaînes de supermarchés le taux d occupation des parkings de ses concurrents. Autre belle levée de fonds, les 9,5 millions d euros de Planet Labs qui se positionne en concurrent direct de Skybox. LES CONSTELLATIONS DE NANOSATS, VOIE D AVENIR De son côté, l Europe compte moins de startup mais de belles pépites. À commencer par l écossaise Clyde Space et l anglaise Surrey Satellite Technology Ltd (rachetée par EADS Astrium), toutes deux spécialisées dans les microsatellites. En nanosat, citons Gom- Space et Isis qui offrent le courtage de lancement, le test spatial (amplitude thermique, pression, radiations ) des composants, la fabrication de sous-systèmes et platesformes complètes ainsi que les services de liaison au sol et de collecte de données satellitaires. «Aujourd hui, 80 % des CubeSat sont 56 % d applications civiles Selon le cabinet SpaceWorks, les applications des nano et microsatellites vont se répartir sur la période à 56 % sur des applications civiles (universités, agences gouvernementales, etc.), à 30 % dans les applications de défense et de contre-espionnage, à 7 % dans des applications commerciales et à 7 % également dans des applications gouvernementales. 35 % pour la science Le contenu des missions des nano et microsatellites concerne, selon SpaceWorks, la démonstration technologique à 36 %, l expérimentation scientifique à 35 %, les communications à 10 %, la reconnaissance de formes (9 %), la collecte de données distantes (6 %) et l observation de la Terre (4 %). 3 financements participatifs Kickstarter, le célèbre site américain de financement participatif, ne recense pas moins de trois projets de nanosatellites. Dont SkyCube, qui fonctionne avec une application pour iphone et Android! L idée consiste à tweetter des images et des messages provenant de l espace. Un nouveau support qui intéresse le magazine MacTech, qui a misé dollars.

13 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O 72- I 13 Un assemblage de trois CubeSat, avec panneaux solaires déployables en orbite. Isis lancés partout dans le monde par des universités ou des agences spatiales gouvernementales dans un but pédagogique : apprendre aux élèves ingénieurs à relever des défis du spatial», souligne Julien Hennequin, responsable commercial d Isis qui réalise un chiffre d affaires 2012 de 5 millions d euros avec 50 personnes. Pour faciliter cette dissémination des nanosats, Clyde Space, GomSpace et Isis ont ouvert des boutiques électroniques. Celle d Isis, CubeSatShop.com, donne ainsi accès à tous les composants sur étagère pour fabriquer un satellite complet. «Nous distribuons ainsi les produits d une quinzaine de partenaires. Dont GomSpace, Pumpkin, Clyde Space, ESL (Afrique du Sud), Head (Chine). Bien sûr, nous ne vendons pas à n importe qui», tente de rassurer Julien Hennequin qui commercialise l équivalent d une dizaine de CubSat. Bien entendu, l expérimentation scientifique et la démonstration technologique sont de puissants moteurs de développement. «Avant d embarquer dans un grand satellite le dernier processeur d Intel, on peut tester son durcissement, notamment aux radiations, dans un nanosat. Une fois la démonstration faite, on pourra alors l intégrer plus facilement à un gros satellite», décrit Frédéric Saigné, directeur de la Fondation Van Allen, à l origine du premier centre spatial universitaire français qui vient d être inauguré à Montpellier. Mais à vrai dire, l avenir réside dans les constellations de 20 à 50 nanosats. En témoigne le premier satellite de la constellation Triton, qu Isis a mis en orbite le mois dernier. Objectif à terme : collecter pour deux fois moins cher les signaux radio spécifiques qu émettent les bateaux (identité, cargaison, destination, etc.). «L intérêt, c est de dire au capitaine de réduire sa vitesse pour économiser du carburant car il y a beaucoup d attente à Rotterdam, souligne Julien Hennequin. Quant aux douanes, elles sauront quels bateaux contrôler en priorité. Par ailleurs, ce système aidera à repérer les navires suspects dans les zones de piraterie» ROBUSTA, LE PREMIER NANOSATELLITE ÉTUDIANT FRANÇAIS En février 2012, 300 étudiants de l université Montpellier 2 ont vu le fruit de plusieurs années de travail concrétisé par le lancement, à Kourou, de Robusta, le premier nanosatellite étudiant français. Une démonstration de la volonté de la région à construire une filière complète de nanosatellites étudiants dans la capitale languedocienne. Dans un premier temps a ainsi été créée la Fondation Van Allen, qui rassemble du beau monde : le Cnes, l Esa, le constructeur de satellites Astrium, le fabricant de circuits électroniques en trois dimensions 3D Plus, le leader européen des contrôles de systèmes satellitaires, Intespace, et l Université de Montpellier 2 (UM2). Objectif? Financer des satellites étudiants en développant des relations avec les industriels et créer le premier Centre spatial universitaire (CSU) français. Un centre qui accueille déjà sa première start-up, Systheia, portée par la société suisse Micro Camera & Space, spécialisée dans les microcaméras dont celle qui est à bord du robot Curiosity actuellement sur Mars. Le CSU vient d annoncer la construction d un bâtiment de m 2 pour 2015 ainsi que le lancement du programme Janus : la construction de 15 nanosatellites étudiants dans toute la France, financés par le Cnes, en complément du programme européen QB50 de 50 CuberSat provenant de toute l Europe. INNOVONS ENSEMBLE, AVEC ET CARBONEX, UNE AUTRE FAÇON DE PRODUIRE DE L ÉLECTRICITÉ «Le charbon de bois Made in France est compétitif, sans déforestation et sans travail esclave», explique Pierre Soler-My, PDG de Carbonex. Pendant quelques années, cette société basée dans l Aube est allée s approvisionner au Brésil et en Afrique où les coûts étaient moindres, et aujourd hui elle entend exporter son nouveau savoir-faire dans ces pays. Entre temps, Carbonex a modernisé son site de production de plaquettes de chauffage et charbon de bois. Cette activité génère des gaz que la société a appris à valoriser plutôt qu à devoir les détruire, selon un processus original. Carbonex a investi près de 20 millions d euros pour construire la première unité de transformation de ces gaz résiduels en électricité tout en produisant du charbon de bois à haut rendement. Après six ans de recherches, cette centrale a fait l objet de six dépôts de brevets. Cet effort d innovation a été mené avec le soutien de Bpifrance. «Bpifrance nous a aidés pour financer la construction de ce matériel innovant qui n existait pas encore, avec plusieurs prêts à taux zéro et des garanties apportées auprès des banques», souligne Pierre Soler-My. «Nous avons noué un rapport humain très fort avec les équipes de Bpifrance. Il y a une vraie relation de confiance et de la discrétion, ce qui est essentiel quand on travaille sur une innovation.» Carbonex estime pouvoir vendre plusieurs dizaines de ses unités de carbonisation à l export, selon le modèle des PME industrielles allemandes. Avec 11,5 millions d euros de chiffre d affaires en 2013, dont 30% à l export avec ses 39 salariés, Carbonex continue son développement à l international. Entrepreneurs, Bpifrance vous soutient en prêt et capital, contactez Bpifrance de votre région : bpifrance.fr Pierre Soler-My (à gauche), PDG de Carbonex, avec ses frères et associés, Philippe, Jean et Alexandre Thomas LEKDORF

14 14 I ENTREPRISES LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O INVENTER Le «cheval de trait de l Amérique» devient électrique et moins onéreux Sur le marché balbutiant des véhicules électriques, la société Via Motors se distingue avec des pick-up, des camionnettes et des SUV neufs qu elle rachète à GM. Et elle vient de signer un contrat de 20 millions de dollars avec l administration américaine. PAR LOÏC PIALAT, À LOS À 81 ans, Bob Lutz, légende vivante de l industrie automobile américaine, apporte toute sa crédibilité à la démarche entrepreneuriale de Via Motors. Via Motors Le châssis est celui du Chevrolet Silverado, l un des fleurons de General Motors. La différence du pick-up Via Motors se trouve plutôt sous la carrosserie. La société a remplacé la transmission et l échappement par une batterie électrique suffisamment puissante pour lui assurer une autonomie de 60 km sans réduire ce qui fait l intérêt du «cheval de trait de l Amérique» : sa puissance. Soixante kilomètres, c est la distance quotidienne maximale parcourue par deux tiers des Américains. Au-delà, un générateur électrique tournant à l essence prend le relais pour 300 km supplémentaires. Les «V-Trux» contournent ainsi les traditionnels problèmes d autonomie de cette technologie tout en limitant la consommation de carburant à 3 litres aux 100 km. Incroyable (ou presque) au pays de l Oncle Sam. Alors que Tesla semble en passe de réussir son pari de la voiture électrique de luxe avec le Model S, Via en tente un autre, celui des utilitaires «verts». Un marché jusqu alors inexploré, alors qu il s agit à la fois d engins gourmands (plus de 10 litres aux 100 km) et très populaires aux États-Unis. En 2013, les ventes de pick-up devraient y atteindre les 2 millions d exemplaires. En recyclant des modèles existants, Via s épargne également un long et coûteux travail de développement. Plus que sur son idée, la crédibilité de Via Motors repose sur un homme : Bob Lutz. Membre de son conseil d administration, il a pleinement joué son rôle de VRP de luxe, lors du dernier salon de l Auto de Los Angeles, fin novembre. À 81 ans, cet Américano-Suisse est en effet une légende vivante de l industrie automobile. Il a notamment porté le succès ( modèles vendus en trois ans) de l électrique Chevy Volt (Opel Ampera en Europe). Et il rassure les investisseurs par son aura et un discours pragmatique. GROSSES ÉCONOMIES SUR LE CARBURANT ET L ENTRETIEN S il a déclaré en 2008 que «l électrification de l automobile était inévitable», il a aussi qualifié le réchauffement climatique de «plus grosse arnaque de l histoire de l humanité». Avec un prix du baril en hausse constante, l électrification relève pour lui de la pure logique économique. «Les V-Trux ont du sens, non pas parce qu ils sont bons pour l environnement, mais parce qu ils coûtent moins cher, explique ce francophone. L erreur de l industrie, c est d avoir conçu l électrique pour des petites voitures qui consomment peu à la base.» Créée en 2010, Via a inauguré cet automne sa première usine de montage à San Luis de Potosi, au Mexique, une zone de libreéchange où se trouvent déjà Chevrolet, des fournisseurs et une main-d œuvre qualifiée. L entreprise installée dans l Utah s est fixé un objectif, optimiste, de ventes en Cela étant, le contrat de 20 millions de dollars signé avec le département américain de l Énergie en octobre dernier constitue une étape de plus dans son développement. Via équipera une agence du contrôle de la qualité de l air en Californie. Les performances des véhicules fournis seront analysées afin de mesurer leurs économies effectives. «20 millions, c est peu à l échelle de l industrie», analyse Sebastian Blanco du site spécialisé Autoblog Green, «mais cela leur dégage de la trésorerie et c est le signe que le projet est jugé suffisamment prometteur pour engager de l argent public». Via Motors fournit déjà une cinquantaine de sociétés comme le géant de la communication Verizon. L économie en carburant pourrait représenter jusqu à 10 millions de dollars par an pour un groupe comme Pacific Gas and Electric. «Via est seul sur ce marché. Si ses V-Trux tiennent leurs promesses, les entreprises n auront pas d autre choix pour électrifier leur parc», prédit Noel Adams de EVWorld. com. La marque aura plus de mal à convaincre les particuliers. Elle souffre des handicaps récurrents de l électrique : le temps de recharge (au moins trois heures) et le prix de son V-Trux ( dollars minimum). «Il faut éduquer le client à voir plus loin que le prix de vente et travailler sur le financement», prévient Alan Perriton, le PDG. Selon ses calculs, le V-Trux coûterait sur la durée jusqu à dollars de moins que la version conventionnelle grâce aux économies sur la maintenance (peu d entretien mécanique nécessaire) et l essence. Le développement de points de vente constitue un autre enjeu. Aujourd hui, ces véhicules ne sont disponibles que sur Internet. AGIR Air France décolle aussi sur Twitter et FB Si la stratégie digitale est au cœur de sa relation client, la compagnie utilise aussi les réseaux sociaux pour vendre avec une approche complètement nouvelle. PAR FABRICE Tous les spécialistes des compagnies aériennes le savent bien : les ventes sur Twitter ou Facebook sont un peu particulières. Non seulement parce que toute réservation entamée sur les médias sociaux doit se finaliser sur le site Internet ou par téléphone il n y a pas de transactions financières qui transitent via Twitter ou Facebook, mais surtout parce qu elles nécessitent des efforts d imagination sans fin. «Mettre un tarif sur Facebook, en attendant que les gens réservent, ne fonctionne pas. Sur Facebook, les gens ont besoin de proximité, de communauté. Il ne s agit pas de faire un copié-collé du site», explique Arnaud Bourge, responsable des médias sociaux chez Air France. Du coup, le moteur de réservations de la compagnie aérienne sur Facebook a été arrêté. «Peut-être reviendra-t-il, mais de manière différente», explique Stéphane Ormand, responsable ventes et promotion digitales chez Air France. L idée sur les réseaux sociaux est plutôt «d avoir une offre la plus pertinente et la plus adaptée possible» à chacun, en se fondant sur la connaissance des clients. Celle-ci s appuie en partie sur les bases de données statistiques non confidentielles de Facebook, que la compagnie achète. Air France propose ainsi des offres adaptées à chacun en fonction du lieu de résidence des clients potentiels, de leur profil, de leur langue Les Japonais aiment Paris, ils recevront des infos sur la capitale française avec une offre tarifaire à la clé. Ailleurs, Air France a demandé aux gens de construire un voyage avec «leurs amis» et leur a ensuite glissé une offre tarifaire en baissant les prix en fonction du nombre de «Like». Faire participer les gens, créer de la viralité sur un tarif sont deux aspects fondamentaux de l offre commerciale sur les réseaux sociaux. En surfant sur le buzz du lama dans le tramway à Bordeaux à la Toussaint, Air France l a bien montré. La compagnie a immédiatement mis en avant sa promotion en cours sur Lima en tweetant : «Le Pérou et ses animaux célèbres dès 998 euros #lamabordeaux», avec une photo d un lama devant le Machu Picchu. En moins de deux, 241 retweets et vues sur Facebook. Car si toutes les promotions sont mises en ligne au même moment dans tous les canaux de distribution, le fan ou le follower les reçoivent en temps réel. «Pourquoi ne pas imaginer demain l envoi aux followers d offres superdiscount pendant quelques secondes seulement», s interroge un spécialiste de la distribution. L aspect commercial complète l autre grosse fonction de la présence, plus classique, d Air France sur les réseaux sociaux : la relation client. La semaine dernière la compagnie a appuyé sur l accélérateur en lançant un service d assistance aux clients 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Une question relative au voyage, un doute sur l horaire d un vol ou une envie de modifier votre réservation : Air France répond directement sur Facebook depuis sa page officielle et sur Twitter en mentionnant #AirFrance. Quarante et un agents de la compagnie, basés à Paris, Londres, Canton (Chine), Sydney et Santiago du Chili, répondent aux clients dans neuf langues (français, anglais, espagnol, allemand, chinois mandarin et cantonnais, coréen, japonais, portugais et italien). «En cas de crise, on peut augmenter les effectifs», assure Arnaud Bourge. Les réseaux sociaux sont donc bien l une des composantes de la stratégie digitale d Air France, poussée par Alexandre de Juniac depuis son arrivée à Air France, fin Depuis, la compagnie augmente fortement ses investissements dans ce domaine. «Les grands acteurs du digital investissement 3 % à 4 % de leur chiffre d affaires en ligne. Nous étions à 0,5 %, on met le paquet pour se remettre dans les standards», explique Stéphane Ormand. Prochaine grande étape en Avec une nouvelle application mobile.

15 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 15 CRÉER «Start-uppers», êtes-vous conquérants ou bâtisseurs? L Atelier BNP Paribas et TNS Sofres ont scruté ces jeunes entrepreneurs innovants, leurs ambitions, leurs idées et leurs rêves sans limite. PAR PERRINE Heureux qui, comme Céline, Alexandre, Jonathan, Khalid et Thibaut fait un long voyage entrepreneurial! Qu on se le dise, les startuppers sont des gens épanouis, selon l étude «Portrait-robot de l entrepreneur innovant» publiée par L Atelier BNP Paribas et TNS Sofres (1). À la tête d une start-up comprendre «société à fort potentiel de croissance, en recherche d un business model nouveau et réplicable», ils se considèrent comme des entrepreneurs comme les autres. Pourtant, ils s en distinguent par leur jeunesse 35 ans en moyenne contre 38 ans, et leur très haut niveau d études. Tous se disent passionnés, dynamiques, ambitieux, pragmatiques et créatifs. Et deux start-uppers sur trois revendiquent l amour du risque. Rares sont ceux, en revanche, qui confessent être accros au travail. Mais ils rentrent tard du bureau et continuent de gérer leurs affaires à la maison via leur smartphone ou tablette. UTOPISTES, PRAGMATIQUES, VISIONNAIRES, AMBITIEUX Cette entreprise qui les mobilise tant résulte d une idée fixe dans la moitié des cas. On est loin de l image d Épinal qui présente l entrepreneur comme celui qui, à force de se confronter à un problème, finit par inventer sa propre solution. Un start-upper sur dix déclare même s être lancé sans idée précise, porté simplement par l envie de créer une société. Une caractéristique surprenante qui s observe surtout chez les «bâtisseurs», l une des trois typologies d entrepreneurs innovants définies par l étude. Pour ces «bâtisseurs», qu importe l activité pourvu qu il y ait de l emploi. Se disant volontiers «pragmatiques», ils se montrent préoccupés par la pérennité de leur structure, pour leurs salariés et pour eux-mêmes : la moitié d entre eux se voit toujours à la barre de leur société dans cinq ans. Plus que l idée initiale, c est l exécution du projet qui compte à leurs yeux : bien gérer les finances, veiller à la qualité du produit, soigner le marketing, etc. Dans la communauté des start-uppers, généralement adepte de la «hiérarchie plate» et de l autonomie laissée aux collaborateurs, les «bâtisseurs» se distinguent par leur penchant pour la mise en place de processus et la coordination des talents au sein des équipes. Ce management structuré et fédérateur, fondé sur leur capacité d écoute, permet selon eux de laisser davantage de place à la stratégie, à la réflexion et à l anticipation, notamment pour se préparer aux évolutions de marché. À l inverse, les «nouveaux Galilée» ont basé leur projet entrepreneurial sur une idée personnelle qui les taraudait depuis longtemps. Convaincus que le service ou le produit qu ils imaginent bouleversera les usages des consommateurs, ils sont plus enclins que la moyenne à prendre des risques. Ces utopistes misent sur leur dynamisme et leur créativité pour transmettre leur passion et «faire bouger les choses», ce qui constitue pour eux une source d accomplissement personnel. Leur ouverture d esprit et leur convivialité font l unanimité. Mais la gestion n est pas leur tasse de thé. Ils visent haut, désirant devenir leader en France et s implanter à l international. Des ambitions qui peuvent sembler bien modestes à côté des objectifs que se fixent les «conquérants». Souvent plus âgés que la moyenne, ayant dépassé la quarantaine voire la cinquantaine ils rêvent d un parcours à la Zuckerberg (le créateur de Facebook) ou mieux encore, un succès semblable à celui de Steve Jobs (le fondateur d Apple, qui a créé une véritable «way of life»). Adeptes des défis à relever, ils se qualifient volontiers de visionnaires. Leur charisme est indéniable, mais ils sont parfois difficiles à suivre pour leurs équipes. De quoi faire dire à certains esprits moqueurs que les «conquérants» sont des «bâtisseurs» et des «nouveaux Galilée» qui ont pris la grosse tête. (1) Étude basée sur un sondage auprès d un échantillon représentatif des Français de personnes et 200 interviews de 18 minutes de dirigeants d entreprises, réalisées par téléphone fin novembre, ainsi que 17 entretiens approfondis d une heure avec des créateurs de start-up. CINQ PARCOURS D ENTREPRENEURS NOUVELLE GÉNÉRATION CÉLINE LAZORTHES Fondatrice de leetchi.com Cette Toulousaine avait 26 ans quand elle a fondé le site de collecte en ligne Leetchi.com, à l issue d un Mastère Digital Business suivi à HEC Paris. La plate-forme, qui revendique 1 million d utilisateurs dans 150 pays, ouvre son service en Grande-Bretagne en cette fin d année. Après l obtention, il y a un an, d une licence européenne d établissement de monnaie électronique, sa technologie a été ouverte à des tiers avec la solution MangoPay. Le groupe Leetchi est soutenu par 360 Capital Partners, Idinvest et Kima Ventures. JONATHAN BENHAMOU Président de Novapost Ce Grenoblois avait 24 ans quand il a créé Novapost en 2007 avec Clément Buyse. Quatre levées de fonds plus tard notamment auprès d Alven Capital et de Kernel Investissements, la holding de Pierre Kosciusko-Morizet, Novapost s est imposé sur le marché de la dématérialisation de documents pour les ressources humaines. La société emploie 38 salariés et entend se développer à l international. «Entrepreneur heureux» et père de deux enfants, Jonathan a été formé à HEC. ALEXANDRE BOUCHEROT Cofondateur d Ulele Diplômé d un DEA de Lettres modernes, il est un «serial entrepreneur» et l un des pionniers de l entrepreneuriat numérique en France. Il a cofondé Fluctuat.net en 1998, a survécu à l explosion de la bulle Internet des années 2000, et revend en 2006 son webzine culturel au groupe Medcost, l éditeur de Doctissimo. En 2010, à 39 ans, il lance Ulele, la première plate-forme de financement participatif créée en Europe, sur le modèle des sites américains Kickstarter et Indiegogo. KHALID EL GUITTI Président de PriceMatch Diplômé de Sciences Po Paris et de la Sorbonne, il a 25 ans quand il cofonde le site PriceMatch avec trois associés, en 2012 à La Courneuve. L idée de ces spécialistes de l économétrie? Industrialiser le «yield management», un système de fixation des prix en fonction des fluctuations de la demande. La plate-forme, dédiée aux professionnels (compagnies aériennes, hôtels ), envoie de façon automatisée des prévisions des niveaux de réservations et propose un tarif dédié. THIBAUT JAROUSSE Cofondateur de 10-Vins Il y a un an, Thibaut Jarousse et deux autres jeunes ingénieurs amateurs de vins ont lancé le site 10-Vins pour proposer des grands crus en conditionnement réduit, à déguster en tête-à-tête, pour un prix cinq fois inférieur à celui d une bouteille. Les clients peuvent tester le breuvage avec les commentaires d un œnologue qui intervient sur le site. Leur dernière invention : une machine pour préparer la dégustation, capable de mettre un vin dans les conditions optimales de température et d oxygénation en quelques minutes.

16 16 I LE TOUR DU MONDE DE L INNOVATION LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE NO Du timbre vidéo australien à la rêve-machine américaine Chaque semaine, La Tribune vous propose de partir à la découverte des petites et grandes innovations qui annoncent l avenir. ÉTATS-UNIS Modifiez vos rêves en portant un masque de sommeil sateur entre dans une phase de sommeil paradoxal, propice à la production des rêves. Le signalement permet d avoir conscience d être en train de rêver!: si vous n aimez pas la direction que semble prendre votre rêve, libre à vous de l orienter en pensant à des choses plus agréables sans vous réveiller. Cette initiative révolutionnaire a permis à la start-up de collecter 500!000 dollars via la plate-forme de financement collaboratif Kickstarter, pour 35!000 recherchés. Le masque est commercialisé au tarif de 95 dollars, et dans plusieurs couleurs. REMEE/BITBANGER LLC N avez-vous jamais imaginé pouvoir contrôler vos rêves!? Jusqu à présent, ce fantasme relevait de la science-fiction. Désormais, c est une réalité. Deux ingénieurs américains ont trouvé comment créer des «rêves lucides» grâce à un masque de sommeil. Remee c est son nom permet de savoir lorsqu on commence un rêve et éventuellement, d en modifier le scénario. Conçu par les Américains Duncan Frazier et Steve McGuigan, ce masque comprend plusieurs LED rouges qui se déclenchent lorsque l utili- SUISSE Bientôt un système privé de bourses universitaires E-éducation. Le canton de Lucerne veut mettre en place un système totalement nouveau qui permettrait aux étudiants d obtenir une bourse auprès d investisseurs privés. Une approche très peu utilisée en Europe. Studienaktie.org met les candidats directement en contact avec les investisseurs. Cette coopération, qui vise à favoriser l accès à l éducation pour tous, est critiquée pour son risque de dérive à l américaine. ÉQUATEUR Des QR codes dans les bananes Tourisme. Tous les moyens sont bons pour se faire connaître. Depuis 2010, l Équateur équipe les 15 millions de bananes destinées à l exportation d un QR code autocollant. Lorsqu un consommateur le scanne avec son téléphone mobile, il est dirigé sur une vidéo promotionnelle du pays, puis sur le site du ministère du tourisme. PÉROU Lima GABON Haut-Ogooué Le panneau publicitaire produit de l eau potable Le vin qui crée des emplois en pleine jungle Agriculture. Passionné de défis et de viticulture, le Français Dominique Auroy a réussi à produire 4!000 bouteilles par an de Carignan rouge au cœur d une zone peu ensoleillée, entourée de forêts et d animaux sauvages. Une prouesse technique, soutenue par le président gabonais, qui permet de créer des emplois, puisque l objectif est d arriver à produire entre 40!000 et 50!000 bouteilles d ici à UTEC/MAYO Marketing. Et si la publicité finançait un projet environnemental innovant!? L Université d ingénierie et de technologie (UTEC) de Lima et l agence de publicité Mayo/DraftFCB se sont associées pour créer un panneau publicitaire qui capte l humidité de l air et la transforme en eau potable. Grâce à l action d un filtre à air, d un filtre à charbon et d un réservoir, ce panneau peut capturer 9!450 litres d eau tous les trois mois, de quoi satisfaire les besoins de centaines de familles, d après les concepteurs. Étendue, cette installation pourrait pallier la pénurie d eau potable dont souffre la ville de Lima.

17 II 17 ÉNERGIE TRANSPORTS DU FUTUR INTERNET BIOTECH LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE NO RUSSIE Moscou ROYAUME-UNI Londres Londres va se chauffer à la graisse d égout Énergie. Londres va inaugurer en 2015 la plus grande centrale électrique de la planète alimentée en huiles de graisse des égouts. Ces graisses constituent un véritable fléau pour la capitale britannique": provenant essentiellement des restaurants, elles bouchent régulièrement une partie des 109"000 km d égouts de la City. Si bien que la municipalité dépense chaque mois plus d un million de livres pour déboucher quelque 40"000 «fatbergs» (montagnes de graisse). L utilisation de ces graisses a déjà commencé": plus de 20"000 taxis londoniens utilisent déjà ces déchets comme carburant. Mais l usine développée par l entreprise 2OC produira 130 gigawatts/heure d électricité renouvelable. De quoi alimenter 40"000 maisons de taille moyenne. Banque. Et si les réseaux sociaux permettaient aussi de payer en ligne"? Dans un monde dominé par Facebook et Twitter et qui comptera en 2016 davantage de smartphones en activité que d habitants, l idée n est pas si saugrenue. C est, en tout cas, le pari de la start-up moscovite Instabank. Son nouveau service en ligne permet d effectuer en toute sécurité des paiements instantanément, avec son téléphone portable, à n importe quel autre utilisateur de Facebook. Déjà financé à hauteur de 4 millions de dollars par la firme de capital-risque Life Sreda, Instabank partira à l abordage du marché dès INSTABANK Instabank ou la révolution du paiement en ligne JAPON Kagoshima La plus grande centrale photovoltaïque flottante Énergie. Depuis l accident nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, le Japon se tourne à marche forcée vers d autres sources d énergie. D où le projet lancé par le géant de l électronique Kyocera de bâtir la plus grande centrale photovoltaïque flottante du monde aux abords de la ville de Kagoshima (sud du pays). Au total, la société nipponne compte déployer dans le port de Nanatsujima, sur un peu plus de 1 km2, près de 290"000 panneaux solaires, maintenus à la surface à l aide de flotteurs en plastique. Au total, la centrale de Kagoshima aura une puissance de 70 mégawatts. De quoi satisfaire la consommation électrique de 22"000 familles"! ISRAËL Téléphoner et surfer en conduisant, c est possible! KYOCERA CORPORATION Mobilité. Quand les constructeurs de voitures et les opérateurs téléphoniques travaillent ensemble, cela donne «Voyager», un smartphone autonome «greffé» directement dans la voiture. Ce téléphone main libre, qui fonctionne oralement, copie contacts et applications pour que le conducteur soit connecté en permanence. AUSTRALIE Envoyez votre vidéo sur un timbre! AFRIQUE DU SUD Northam Des drones pour livrer de la bière aux fêtards Marketing. Le festival sud-africain de musique Oppikoppi a trouvé un moyen original pour étancher la soif des participants en août dernier. Les fêtards ont pu utiliser leur smartphone pour commander de la bière à la start-up Darkwing Aerials et être livrés directement sur place, via des drones qui éjectent des bières individuelles équipées de mini-parachutes. Services. Et si vous le disiez avec une vidéo"? La Poste australienne vient de lancer Video Stamp, un timbre un peu spécial qui permet, grâce à un QR code, d envoyer un message vidéo avec votre courrier. Une initiative très utile pour souhaiter un anniversaire ou dire bonjour depuis son lieu de vacances Le client doit d abord scanner le QR code en utilisant l application Stamp, disponible sur ios et Android. L application associe alors le QR code au timbre. Il ne reste ensuite qu à enregistrer la vidéo et coller le timbre sur l emballage du courrier. Lorsque le destinataire scanne le QR code, il peut visionner le message vidéo. SÉLECTION RÉALISÉE PAR SYLVAIN ROLLAND

18 18 I ENTREPRISES LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O ÉVOLUER Le Monopoly a-t-il vendu son âme? Suppression de la case «prison», nouvelle version où l on achète des grandes marques en lieu et place des rues, brièveté des parties : depuis plusieurs semaines, le Monopoly défraie la chronique. En cause, sa nouvelle déclinaison, le Monopoly Empire, où l éditeur Hasbro révolutionne fondements et préceptes du célébrissime jeu de société. PAR NICOLAS l été dernier, le RICHAUD Monopoly Le Monopoly, jeu de société célèbre pour la longueur de ses parties, peut l être aussi pour sa taille, comme en témoigne ce plateau géant installé à Sydney, en Australie. TORSTEN BLACKWOOD/AFP bloqué sur la case «buzz». En cause, la énième déclinaison du jeu de société mondialement connu : Monopoly Empire. Cela a commencé par une rumeur annonçant la suppression, dans la nouvelle mouture alors en préparation, de la fameuse case «prison», au grand effroi de nombreux joueurs. L éditeur du jeu, Hasbro, avait vite démenti ces potins qui faisaient grand bruit. Rebelote quelques semaines plus tard, cette fois avec une annonce officielle : dans Monopoly Empire (jeu à partir de 8 ans), commercialisé depuis plusieurs semaines, si la case «prison» a été maintenue, les lieux ont disparu au profit des grandes marques. Au revoir la rue de Vaugirard, le boulevard de La Villette, la Gare du Nord, etc. Bye bye la rue de la Paix et bonjour Spotify, JetBlue, ebay et Coca-Cola. Entre autres. Même les pions ont été changés : un cornet de frites Mac Do, une bouteille de Coca-Cola et une manette de Xbox ont notamment remplacé les inusables dé à coudre, brouette ou encore voiture de course Dans la foulée, les cartes «Empire» (équivalentes dans la version traditionnelle aux cartes «Caisse de communauté») ou «Chance» n ont pas été épargnées par la nouvelle tendance «corporate» mondialisée, puisque le vocabulaire des affaires y est très présent. Des exemples? La carte du «Prix du businessman de l année» vous permet de gagner une jolie somme, tout comme la carte «Campagne publicitaire payante». À l inverse, la carte «Amende pour espionnage industriel» vous fera perdre de l argent mais moins que la carte «Krach boursier!». BÂTIR UN CONGLOMÉRAT LE PLUS VITE POSSIBLE Point d orgue de l innovation de Hasbro : les sacro-saintes règles officielles du jeu ont également été modifiées. Car l objectif n y est plus, comme dans la version originelle, «de vendre, acheter ou louer des propriétés d une manière profitable de telle sorte que l un des joueurs devienne le plus riche et même arrive au monopole». Non, non, dans Monopoly Empire, il faut «s emparer des plus grandes marques du monde», et gérer le développement de ce qui s apparente davantage à un conglomérat qu à un empire immobilier. Il faut donc empiler ces marques «dans une tour» qu il faut être le premier à avoir remplie pour gagner la partie. Plus la peine, donc, de mettre ses adversaires sur la paille, il faut les racheter au meilleur prix. Monopoly Empire devient ainsi une course de vitesse où il faut étoffer son groupe le plus rapidement possible : Hasbro assure même qu une partie de cette nouvelle mouture se joue en seulement une demi-heure Une révolution un sacrilège diront certains! pour un jeu dont la longueur fait partie de l ADN. Mais pourquoi diable l éditeur américain de jeux s est-il lancé dans une telle déclinaison du Monopoly? «Cette version répond à une attente réelle de la part des consommateurs, estime Frédérique Tutt, consultante chez NPD Group et spécialiste du marché mondial du jouet. C est une tendance que l on observe depuis plusieurs années sur le marché des jeux de société. Ceux qui fonctionnent sont funs et brefs, on le voit avec le succès des Jungle Speed, ou encore de Time s Up.» Une analyse que confirme Yves Cognard, ancien directeur marketing d Hasbro France et aujourd hui directeur général d Asmodee, le numéro un français dans le secteur du jeu de société : «C est une manière de maintenir ce jeu au goût du jour et de le faire perdurer dans le temps. L image du jeu qui n en finit pas, cela colle aux baskets de Monopoly depuis longtemps et ce n est pas forcément très porteur de nos jours.» Mais pourquoi donc devoir désormais acheter des marques et non des rues ou des gares? «C est également une tendance du marché, observe Frédérique Tutt. Pour moi, c est une réaction au jeu des logos et des marques [édité par Lansay, ndlr] qui rencontre un certain succès depuis trois ans.» UN JEU TRADUIT EN 43 LANGUES Monopoly Star Wars, Monopoly Équipe de France de football, Monopoly Pokémon, Monopoly The Beatles, Monopoly New York, Madrid, Marseille, Nantes, Lyon : la liste des versions du célèbre jeu de société est extrêmement longue et variée. Mais toujours, jusqu à présent, avec les mêmes règles et les mêmes bases immobilières. Empire, «ce n est qu une énième extension de gamme, tempère Frédérique Tutt. Une telle multiplication des versions permet de toucher un plus grand nombre de consommateurs. Ce que font d ailleurs toutes les maisons d édition, à l image de Mattel qui a sorti le Scrabble en versions jeunes, luxe, voyages, etc. De plus, si Hasbro ne proposait jamais rien de neuf, tous les gens possédant déjà un Monopoly n auraient strictement aucune raison d en acheter un nouveau.»

19 LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O I 19 La version graphique actuelle du «capitaliste» historique et emblématique du jeu, qui était interdit en URSS. Hasbro Quoi qu il en soit, avec le Monopoly Empire, Hasbro joue gros. Destinée au marché mondial, cette version est, ou sera, disponible dans pas moins de 57 pays, de la Chine à l Afrique du Sud en passant par le Pérou, la Turquie ou encore l Australie. L éditeur a donc pris un risque non négligeable avec un changement aussi radical. Car, au fil des ans, le Monopoly est devenu une institution planétaire, voire une religion pour certains : plus d un milliard de personnes y ont déjà joué à travers le monde, 275 millions d exemplaires en ont été vendus ; il en existe plusieurs centaines de déclinaisons différentes, 111 pays possèdent la licence de ce jeu traduit en 43 langues, dont le birman, le croate ou le thaï. Or, pour de nombreux «fidèles», la dernière mouture n est rien de moins qu une «hérésie». «On sort complètement du concept initial du jeu car on ne joue plus avec des villes, estime Marie-Françoise Fleury, maître de conférence à l université de Lorraine et géographe qui a écrit plusieurs essais sur le Monopoly en collaboration avec Hervé Théry, professeur de géographie à l université de São Paulo et ancien élève de l ENS. C était déjà le cas avec certaines des dernières versions, mais c était moins dérangeant.» «Le moindre changement sur le Monopoly et la planète tremble. Ce n est d ailleurs pas la première fois que cela arrive et nous n avons pas été plus surpris que cela. Il s agit d une marque patrimoniale et on ne peut pas y toucher sans qu il y ait des retombées», confirme Christine Pagani, directrice du marketing chez Hasbro France. Certes, mais un point en particulier a fait grincer des dents de nombre d habitués : avoir introduit des grandes marques dans un jeu de société familial, destiné en priorité aux plus jeunes. Pour Benoît Heilbrunn, professeur de Marketing à l ESCP Dans l Empire, les grandes sociétés mènent le jeu. Hasbro Europe, cela va permettre à «certaines marques d asseoir leur notoriété». «Le Monopoly, c est mieux qu une pub [ ], les joueurs ne se méfient pas, ils ont confiance», a-t-il estimé dans une interview au Parisien. De là à penser que l éditeur de jeu perçoit, en plus, des royalties de la part des marques présentes dans cette version Une accusation que Hasbro refuse de commenter. L IMAGINAIRE DES ENFANTS MODELÉ AVEC DES LOGOS «Tous les préadolescents et adolescents ont une histoire forte avec les marques, rétorque Christine Pagani, en rappelant que le Monopoly Empire a pour cœur de cible les 8-12 ans. C est quelque chose d attrayant pour eux, qui fait partie de leur quotidien. Aujourd hui, acheter une marque pour un préadolescent ou un adolescent, cela leur parle plus que d acheter une gare ou n importe quelle rue de Paris.» De fait, surfer sur les modes, épouser son époque, suivre l actualité, c est sans doute une des clés essentielles du succès mondial de ce jeu, outre ses liens géographiques. En 2002, dans leur essai, Le succès mondial du Monopoly, Marie-Françoise Fleury et Hervé Théry écrivaient ainsi qu «au-delà de sa valeur ludique, le Monopoly est pour des millions de joueurs le moyen de découvrir les rues des grandes villes du monde, de déambuler dans Milan, Jérusalem, Tokyo ou Santiago, de découvrir des espaces et des monnaies souvent inconnues, des langues étrangères, des dimensions différentes en fonction des États visités». Dès son lancement en 1935, la première version se déroule ainsi dans les rues d Atlantic City (New Jersey). Très vite, le jeu débarque en France avec une déclinaison hexagonale où il est possible de jouer avec des rues et places de Paris. Avec une hiérarchie sur le plateau de jeu qui ne relève en rien du hasard. «La rue de la Paix a été choisie parce qu elle donne sur la place Vendôme et le quartier des diamantaires. La rue Paradis était celle du cristal, de la porcelaine», explique Marie- Françoise Fleury. L universitaire a d ailleurs proposé à Hasbro, il y a quelques années, une version actualisée de ce Monopoly. Toujours en compagnie d Hervé Théry et avec l aide d un notaire et d un agent immobilier, ils ont élaboré un nouveau plateau de jeu pour tenir compte de la «forte évolution de la plupart des quartiers, et des bouleversements des prix du foncier». Avec des modifications du genre : «L avenue de Neuilly, trop chère et trop chic pour sa position sur le plateau, pourrait être remplacée par l Avenue du général Leclerc dans le 14 e arrondissement, oubliée sur le plateau initial. Cela permettait de surcroît de rendre hommage à un héros de la Seconde guerre mondiale, l événement étant postérieur à la création du jeu.» Une proposition finalement retoquée par la maison d édition, même si, pour les 70 ans du Monopoly, quelques modifications ont été apportées : l avenue de Breteuil a été remplacée par la Défense, l avenue Mozart par le musée d Orsay, etc. UN REFLET DE LA PUISSANCE DES MULTINATIONALES? Ce lien étroit avec la réalité est similaire dans la plupart des pays où le Monopoly a pris racine. Ainsi en Italie, Rome, la capitale, «n a pas été retenue lors de la conception du jeu. Le choix s est porté sur Milan, la capitale économique du pays : ce jeu capitaliste par excellence a logiquement choisi la ville économiquement la plus riche (la Turquie a fait le même choix en retenant Istanbul)», peut-on lire encore dans Le succès mondial du Monopoly. Cela va même plus loin puisque, durant la guerre froide, ce jeu a été interdit dans l ex-urss, ainsi que dans tous ses pays satellites. Il était perçu comme un moyen de diffuser subrepticement les principes du capitalisme. Le Monopoly a dû attendre la perestroïka et l ouverture de la Fédération russe à l économie de marché pour ne plus y être ostracisé. Tout un symbole. Il en a été de même dans les pays arabes où il a longtemps été perçu comme un instrument de propagande pro-américain. Aujourd hui, le Monopoly est vendu dans les pays du Golfe dans une déclinaison où l on se partage les rues de Dubaï. En définitive, le Monopoly n est-il pas «un excellent indicateur des mutations du monde et des zones d influences des principales puissances économiques», comme l ont écrit Marie- Françoise Fleury et Hervé Théry dans leur ouvrage? De là à voir dans le Monopoly Empire le reflet de la mondialisation ainsi que la toute-puissance de grandes marques gérées par des multinationales, il n y a qu un pas que beaucoup ont franchi allégrement La directrice marketing d Hasbro France ne dit d ailleurs pas autre chose à propos de cette nouvelle mouture : «un jeu international, mondial». «Pour un préadolescent ou un adolescent d aujourd hui, reprend-elle, peu importe qu une marque soit américaine, européenne ou française. Pour eux, il n existe aucune différence. Or, pour continuer à exister et à séduire les plus jeunes, ce jeu se doit d être ancré dans l actualité et la réalité.» Il est donc clair que l éditeur de jeux craint davantage l immobilisme que de désarçonner quelques fidèles qui, de toute façon, pourront continuer à jouer avec les versions «traditionnelles». Pour Hasbro, en effet, il est crucial de ne pas laisser s enrayer cette véritable machine à cash, dont le groupe a acquis la propriété en En termes de ventes, les voyants du Monopoly ont jusqu à présent toujours été au vert. Selon le cabinet de conseil NPD, le Monopoly a été le jeu le plus vendu en France en Et l innovation et la multiplication de ses déclinaisons ne seraient pas étrangères à ces bons chiffres, si l on en croit Christine Pagani : «En 2002, nous avons lancé la version en euros qui a rencontré un vrai succès. Ce qui nous a incités à sortir de nouvelles versions. Aujourd hui, nous vendons près de exemplaires par an en France, contre il y a dix ans. En fait, les nouvelles déclinaisons redonnent de l intérêt à l ensemble, et principalement au Monopoly standard.» Certes, mais jusqu à présent les règles de base n avaient pas été modifiées dans les diverses moutures. En tout cas, Hasbro faisant sien ce constat de l économiste Joseph Schumpeter : «Nous ne sommes pas dans une économie de marché, nous sommes dans une économie d innovation», les nouvelles versions vont donc continuer à fleurir dans les années à venir. Car on n arrête pas le progrès. Ni le Monopoly. À moins que les fans n envoient les concepteurs du Monopoly Empire en «prison», sans passer par la case «départ» ni toucher de dividendes? 275 millions d exemplaires du Monopoly ont été vendus depuis sa création, en La première ville africaine à servir de décor au Monopoly a été Lagos, capitale économique du Nigeria, en PIUS UTOMI EKPEI/ AFP

20 20 I ENTREPRISES LA TRIBUNE - VENDREDI 20 DÉCEMBRE N O Fondé en 1924 à Haïfa, le Technion dispose aujourd hui de 18 départements universitaires et de 52 centres de recherche. Technion/Israel Institute of Technology À SUIVRE Technion, institut israélien de R&D, essaime en Chine Le milliardaire chinois Li Ka-shing a investi 130 millions de dollars pour créer, dans le sud de la Chine, une filiale de l Institut israélien de technologie. Explication : 70 % des ingénieurs qui ont permis à Israël de devenir une nation de start-up en sont issus. PAR PASCAL LACORIE, À JÉRUSALEM L investisseur à l initiative de l implantation de Technion en Chine est Li Ka-shing, homme le plus riche d Asie et 6 e fortune mondiale en 2013, selon le magazine Forbes. BAI ZI/IMAGINECHINA/ AFP Fascinés par la haute technologie israélienne, les Chinois ont décidé de transférer un de ses fleurons, clés en main, chez eux. Le milliardaire Li Ka-shing, patron de Hutchison Whampoa, l homme le plus riche d Asie avec une fortune estimée à 28 milliards de dollars, n a pas hésité à mettre cet automne 130 millions de dollars sur la table pour créer, dans l empire du Milieu, une filiale du Technion, l Institut technologique de Haïfa, au nord d Israël. Un choix bien réfléchi : 70 % des ingénieurs qui ont permis à Israël de devenir une «nation de start-up» ont été formés dans cet établissement qui compte parmi ses professeurs trois lauréats du prix Nobel de chimie. La qualité et la palette de diplômes délivrés ont convaincu des multinationales telles qu Intel, Microsoft, Google, Motorola, Hewlett Packard ou Alcatel Lucent d implanter en Israël des centres de recherche et de développement. Le secret de cet institut qui a formé élèves? Avoir trouvé la formule magique qui permet d obtenir une fusion des sciences et des technologies avec le souci constant de coller en permanence aux besoins des entreprises. Et les résultats ont été au rendez-vous : le Technion occupe la 26 e place dans le monde parmi les universités pour les capitaux mobilisés (403 millions de dollars) destinés au financement de start-up créées par d anciens élèves. Et puis, autre garantie de sérieux, cet institut technologique de haute volée figure en bonne place dans le hit-parade, établi par l université de Shanghai, des 100 meilleures universités dans le monde. Dans le secteur des sciences de l informatique, le Technion enregistre sa meilleure performance en décrochant la 18 e place. L établissement se veut également réactif : quelques mois à peine après la découverte d importants champs gaziers en Méditerranée au large des côtes israéliennes, l institut se lançait déjà dans la formation d ingénieurs spécialisés dans ce secteur! Ces atouts expliquent l intérêt suscité chez le milliardaire chinois. D autant que le Technion est loin d être un centre de recherche et de développement inconnu pour Li Kashing : il a déjà gagné gros en misant sur la «high-tech» israélienne. Une partie de sa contribution à la création d une filiale chinoise du Technion provient d ailleurs des retombées sonnantes et trébuchantes de la vente par Horizon Ventures, sa société de capital-risque, de sa participation dans Waze, une application facilitant la circulation des automobilistes, vendue en 2013 pour 1,1 milliard de dollars à Google. Auparavant, Li Ka-shing avait pris, en 1999, une participation majoritaire dans Partners Communications, un opérateur de téléphonie mobile qu il a revendu avec profit dix ans plus tard. Le fonds Horizon Ventures détient, en outre, un portefeuille de participations dans sept autres sociétés de haute technologie israéliennes. Li Ka-shing espère désormais dupliquer ces succès dans son pays. «UN EXEMPLE POUR LES UNIVERSITÉS CHINOISES» La filiale chinoise ne devrait rien avoir à envier à sa «maison mère». Le nouvel établissement sera installé dans la province du Guangdong, dans le sud du pays, près de la ville de Shantou, les deux collectivités ayant prévu d investir 147 millions de dollars pour la construction des futures installations d un campus de m 2. Dans un premier temps, le futur Technion chinois se spécialisera dans les sciences de l informatique et de l ingénierie environnementale, ainsi que dans les sciences de la vie, notamment la biotechnologie. Les frais annuels de scolarité devraient atteindre les dollars par étudiant. L anglais sera la langue d enseignement et les professeurs seront recrutés par des chasseurs de têtes parmi les chercheurs et les scientifiques employés dans des universités partout dans le monde. Durant la période de transition, avant que les installations ne soient achevées, un premier contingent de 40 étudiants chinois suivra un cursus de deux ans à Haïfa. Les étudiants rentreront ensuite au pays pour leur troisième année. À plus long terme, la filiale chinoise élargira ses activités à l ingénierie aéronautique. «Dans un monde où les frontières ne cessent de bouger, le pouvoir fascinant de la technologie ressemble à une baguette magique en offrant de nouvelles solutions et de nouvelles frontières à un rythme qu il est difficile de suivre», affirme Li Ka-shin. «Le Technion chinois va s intégrer dans un parc industriel qui constituera un tremplin pour les entreprises israéliennes qui tenteront de pénétrer le marché chinois», souligne un de ses collaborateurs. «Ce que le Technion a accompli pour faire avancer l économie israélienne par l intermédiaire de ses étudiants et équipes de recherche, constitue un exemple à suivre pour les universités chinoises», estime pour sa part le professeur Gu Peiha, un des responsables de l université de Shantou. Du côté israélien, on se frotte également les mains. Cette nouvelle opération couronne des années d ouverture sur le monde. Chaque année, le Technion reçoit quelque visiteurs étrangers, parmi lesquels plus de deux délégations chinoises par semaine, qui viennent faire la tournée des classes et tenter de comprendre le modèle. «À terme, soulignait récemment le professeur Arnon Bentur, président du département international du Technion, nous allons former des centaines, voire des milliers d élèves qui auront ensuite des postes clés et deviendront autant d ambassadeurs» de la haute technologie israélienne. Détail important : le Technion n est pas le seul établissement israélien à susciter l engouement des Chinois. Au début de l été, un accord a été signé entre l université de Tel-Aviv et celle de Tsinghua, à Pékin. Il prévoit des investissements de plusieurs centaines de millions de dollars dans la création d un institut de recherche centré sur les sciences de la vie et la nanotechnologie

Un nouvel enjeu pour l emploi!

Un nouvel enjeu pour l emploi! Un nouvel enjeu pour l emploi! On estime que l humanité produit toutes les 2 heures autant de données qu elles en avait produit au total jusqu en 2003! (source : IDC) L univers numérique est en pleine

Plus en détail

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services

Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Fusions & Acquisitions Magazine Mars/Avril 2012 Laurent Des Places, Associé, Secteur Automobile Florent Steck, Associé, Transaction Services Avec l aimable autorisation de Fusions & Acquisitions Magazine

Plus en détail

Bien choisir son smartphone. avec. Les prix bas, la confiance en plus

Bien choisir son smartphone. avec. Les prix bas, la confiance en plus Bien choisir son smartphone avec Les prix bas, la confiance en plus BIEN CHOISIR SON SMARTPHONE Comment bien choisir un Smartphone? Les systèmes d exploitation et les critères techniques à la loupe pour

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

génération C DOSSIER : Technologies de l information Auteurs : Roman Friedrich, Michael Peterson et Alex Koster L avis de

génération C DOSSIER : Technologies de l information Auteurs : Roman Friedrich, Michael Peterson et Alex Koster L avis de PREMIUM DOSSIER : Technologies de l information 48 49 Tout sur la génération C L arrivée prochaine de la génération C aura un effet comparable à celui de la révolution industrielle, mais en accéléré. Votre

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus Une tablette, mais laquelle? avec Les prix bas, la confiance en plus Six raisons pour choisir une tablette plutôt qu un PC ou un smartphone! INDEX LA TABLETTE : UNE HISTOIRE DE LA MOBILITÉ. ----- LA TABLETTE

Plus en détail

LES TRAJECTOIRES DIGITALES

LES TRAJECTOIRES DIGITALES LES TRAJECTOIRES DIGITALES DE @CROISSANCEPLUS TRAJECTOIRE #3 STRATEGIE DE SERVICES ET OBJETS CONNECTÉS CE QUI A CHANGÉ : Les objets connectés et intelligents sont l industrie de demain, et un levier de

Plus en détail

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa

Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Qu en est-il du marché des actions en Europe, près de deux ans après «l effet Draghi» 03 juin 2014 - Spa Petit rappel des faits Partie I : Marché des actions et banques centrales Mars - juillet 2012 :

Plus en détail

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA 15 janvier 2015 COMPTE RENDU A L UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS DU JEUDI 15 JANVIER 2015 A SOPHIA ANTIPOLIS MIAGE NICE Conférence animé par Monsieur Stéphane

Plus en détail

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE

ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE ET LA DOMOTIQUE VOUS SIMPLIFIE LA VIE PILOTAGE À DISTANCE Je commande mes volets, mes éclairages, mon alarme et mon chauffage à distance PILOTAGE CHAUFFAGE Je fais des économies sur le poste chauffage

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES VÉHICULES ÉLECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES POUR PRÉPARER VOS SOLUTIONS DE DEMAIN

TOUT SAVOIR SUR LES VÉHICULES ÉLECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES POUR PRÉPARER VOS SOLUTIONS DE DEMAIN Découvrez toutes les publications d EDF Collectivités sur : www.edfcollectivites.fr Origine 2009 de l électricité fournie par EDF 82,1 % nucléaire - 9,5 % renouvelables (dont 7,1 % hydraulique) 3,5 % charbon

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Offre spéciale Cap Digital

Offre spéciale Cap Digital Offre spéciale Cap Digital NPA Conseil vous propose un pack spécial de 3 Dossiers NPA Les medias numériques face a la question des APIs 2 Voiture connectée. L enjeu des écosystèmes et les opportunités

Plus en détail

La «maison intelligente» Un lieu de vie. Stephane Henry - ST Microelectronics

La «maison intelligente» Un lieu de vie. Stephane Henry - ST Microelectronics La «maison intelligente» Un lieu de vie Stephane Henry - ST Microelectronics La domotique La domotique est aujourd hui utilisée pour : Objectif attendu La gestion du chauffage Reduire le cout Les systèmes

Plus en détail

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie

10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012. Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie 10 Propositions Syntec Numérique pour les candidats à l élection présidentielle de 2012 Le numérique : industrie du futur, futur de l industrie La ré-industrialisation de la France passe par le développement

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile Avant-propos Le monde du transport automobile est prêt pour une révolution. Internet a transformé nos maisons et nos lieux de travail, mais il a eu un impact limité sur l élément qui les relie : nos moyens

Plus en détail

ANALYSE WEB. Baromètre 2015. Les Nouvelles tendances technologiques

ANALYSE WEB. Baromètre 2015. Les Nouvelles tendances technologiques ANALYSE WEB Baromètre 2015 Les Nouvelles tendances technologiques Le CES, la grand messe de l'électronique de Las Vegas s'est tenue début janvier. De nombreuses technologies y ont été présentées. Au-delà

Plus en détail

Les solutions. Domotique. par votre

Les solutions. Domotique. par votre Les solutions Domotique par votre Sécurité Protéger sa maison Garder un œil sur son domicile Je sécurise mon habitation contre les intrusions avec les capteurs d ouverture, les détecteurs de mouvement

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM

CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Conférence Big Data CONFERENCE TECHNOM AIDE IBM Le BIG DATA : le nouveau pétrole de la société. En présence de : Christophe MENICHETTI (spécialiste BIG DATA chez IBM) JN. SCHNEIDER et F. WEYGAND (professeurs

Plus en détail

07.01.2015 WALLISELLEN Ford annonce son plan Smart Mobility : 25 expériences pour changer la façon dont le monde bouge

07.01.2015 WALLISELLEN Ford annonce son plan Smart Mobility : 25 expériences pour changer la façon dont le monde bouge 07.01.2015 WALLISELLEN Ford annonce son plan Smart Mobility : 25 expériences pour changer la façon dont le monde bouge Ford annonce son plan Smart Mobility pour les années à venir : rendre la vie meilleure

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014

DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 DOSSIER DE PRESSE Salon Mondial de l Automobile Paris 2014 02/10/2014 Introduction Depuis plus de 30 ans, Altran anticipe le besoin croissant d innovation technologique dans tous les principaux secteurs

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Comment choisir son smartphone?

Comment choisir son smartphone? + Comment choisir son smartphone? Sommaire Ø Critère n 1 : l ergonomie Ø Critère n 2 : le système d exploitation Ø Critère n 3 : les capacités techniques Ø Critère n 4 : la connectivité Ø Critère n 5 :

Plus en détail

RETOUR DU CES 2015 DE LAS VEGAS QUELLES MENACES OU OPPORTUNITES POUR LES DISTRIBUTEURS?

RETOUR DU CES 2015 DE LAS VEGAS QUELLES MENACES OU OPPORTUNITES POUR LES DISTRIBUTEURS? DOCUMENT DE TRAVAIL- V1-4/02/2015 RETOUR DU CES 2015 DE LAS VEGAS QUELLES MENACES OU OPPORTUNITES POUR LES DISTRIBUTEURS? L édition 2015 montre que le CES reste conforme à ce qu il est c'est-à-dire un

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Café pays USA 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Avec la participation de : Arnaud LERETOUR, Directeur

Plus en détail

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers?

Toiles @ penser. Cahiers d éducation permanente de. La Pensée et les Hommes. Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Toiles @ penser Cahiers d éducation permanente de La Pensée et les Hommes Comment vivre à Bruxelles malgré le coût des loyers? Cahier n 2006-01-002 Toiles@penser Cahier n 2006-01-002 Connaissez-vous nos

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Votre cloud est-il net?

Votre cloud est-il net? Votre cloud est-il net? Avril 2012 greenpeace.fr Mettre en marche une révolution énergétique 03 2 Votre cloud est-il net? Frank van Biemen / EvoSwitch / Greenpeace Greenpeace Votre cloud est-il net? Résumé

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

GT Big Data. Saison 2014-2015. Bruno Prévost (Safran), Marc Demerlé (GDF SUEZ) CRiP Thématique Mise en œuvre du Big Data 16/12/14

GT Big Data. Saison 2014-2015. Bruno Prévost (Safran), Marc Demerlé (GDF SUEZ) CRiP Thématique Mise en œuvre du Big Data 16/12/14 GT Big Data Saison 2014-2015 Bruno Prévost (Safran), Marc Demerlé (GDF SUEZ) Sommaire GT Big Data : roadmap 2014-15 Revue de presse Business Education / Promotion Emploi Sécurité / Compliance Cuisine:

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013

Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Le SPF Economie publie son Baromètre de la société de l information 2013 Bruxelles, le 25 juin 2013 Le SPF Economie publie annuellement un baromètre global de la société de l information. Les résultats

Plus en détail

Objets connectés : the next big thing?

Objets connectés : the next big thing? Objets connectés : the next big thing? Le point de vue du grand public Harris Café du mardi 3 juin 2014 Présenté par : Jean-Faustin Betayene, Directeur Département Quali & Expert Digital Jean-Laurent Bouveret,

Plus en détail

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques

Assurance-crédit. Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Assurance-crédit Idées reçues & bonnes pratiques Acteurs des décisions stratégiques et de la transformation de l entreprise, que pensent les responsables

Plus en détail

L économie des télécoms en France

L économie des télécoms en France L économie des télécoms en France Deuxième étude pour la Fédération Française des Télécoms 2012 Pour favoriser la croissance et l emploi du secteur télécom, la France et l doivent mettre en œuvre une politique

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Marc BESNARD Sept. 2012

Marc BESNARD Sept. 2012 Marc BESNARD Sept. 2012 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Le marché de la VOD... 2 1.1. De la consommation illégale à la consommation légale... 2 1.2. Eviter le phénomène de VOD à prix bradé... 2

Plus en détail

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel

24 heures. dans la vie d Orrick Rambaud Martel 24 heures dans la vie d Orrick Rambaud Martel Fusions & acquisitions Droit boursier Financements Droit bancaire Marchés de capitaux Titrisation Capital investissement LBO Capital risque Contentieux Arbitrage

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

Sommaire. Introduction 1

Sommaire. Introduction 1 Sommaire V Sommaire Introduction 1 1. Le ciblage des internautes, au cœur du système Google 9 Au commencement, une fenêtre sur le web 10 Une start-up, encore un garage! 13 Le financement de Google : la

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Samsung Electronics - CES 2009 : 5 nouveaux appareils photo numériques pour le début d année

Samsung Electronics - CES 2009 : 5 nouveaux appareils photo numériques pour le début d année Samsung Electronics - CES 2009 : 5 nouveaux appareils photo numériques pour le début d année Nouveautés en rafales pour la photo numérique sur le stand Samsung avec 5 modèles pour tous les budgets et toutes

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Country factsheet - Juin 2014 Singapour

Country factsheet - Juin 2014 Singapour Country factsheet - Juin 2014 Singapour Sa superficie s étend sur quelques 700 km² et sa population ne dépasse que de peu les 5 millions d habitants, mais du point de vue de la compétitivité et de la modernité,

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

La croissance des institutions financières internationales privées depuis

La croissance des institutions financières internationales privées depuis 137 Une réponse progressiste européenne à la crise dans la zone euro Trevor Evans Professeur d économie à la Berlin School of Economics & Law La croissance des institutions financières internationales

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES

SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES SÉRIE NOUVELLES ARCHITECTURES Alerte au tsunami des données : les entreprises doivent prendre la vague maintenant! Quels sont les faits qui sous-tendent cette réalité? Quelles entreprises sont aujourd

Plus en détail

Signaux mitigés en provenance de la Fed?

Signaux mitigés en provenance de la Fed? Signaux mitigés en provenance de la Fed? La semaine dernière fut particulièrement intense sur les marchés, avec plusieurs thèmes centraux pour les opérateurs boursiers. Une fois ces thématiques relativement

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Sommaire Le mot du président 3 Recherche & Développement 5 Le Hub 6 Axes de différenciation 7 Crowdfunding 8 Partenaires 9 Contacts presse 11 2 Le mot du président La multiplication

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

L utilisation du smartphone en Belgique

L utilisation du smartphone en Belgique M IMPROVING YOUR BUSINESS MOBILITY Mobistar Etude M Novembre 20121 L utilisation du smartphone en Belgique VOTRE ENTREPRISE la convergence des talents 2 3 Du nomadisme au travail d équipe Cette étude sur

Plus en détail

Samsung LED ES7000 et ES8000

Samsung LED ES7000 et ES8000 Samsung LED ES7000 et ES8000 Les séries ES7000 et ES8000 de Samsung représente le fer de lance de la marque sud-coréenne en cette année 2012. Avec les modèles de ces deux séries vous pourrez désormais

Plus en détail

Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015

Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015 Avis d expert, par Anne BARADAT pour le Cercle Marketing Direct Mars 2015 Leboncoin.fr : succès commercial et phénomène de société «Achetez, vendez, près de chez vous» Tout le monde connaît Leboncoin,

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques?

Devoir n 1. Première partie : Mobilisation des connaissances. 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? Devoir n 1 Première partie : Mobilisation des connaissances 1. Comment les chocs d offre expliquent-ils les fluctuations économiques? 2. En quoi la déflation peut-elle avoir un effet dépressif sur l économie?

Plus en détail

La domotique R.Cousin D.Marsollier C-2i St-Grégoire Sté Bluelinéa

La domotique R.Cousin D.Marsollier C-2i St-Grégoire Sté Bluelinéa La domotique R.Cousin C-2i St-Grégoire D.Marsollier Sté Bluelinéa Domotique? Définition: Le terme domotique vient de domo, «domus» en latin qui veut dire maison et «tique» pour automatisme. Ensemble des

Plus en détail

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30

Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Conférence de presse du mardi 23 octobre 2012 à 8 heures 30 Présentation par Philippe Marini, président de la commission des finances, de sa feuille de route pour une fiscalité numérique neutre et équitable

Plus en détail

Ressources et réflexion sur les moteurs de recherche

Ressources et réflexion sur les moteurs de recherche Ressources et réflexion sur les moteurs de recherche Les utilisateurs d internet dans le monde. Source Worldmapper. 1990 2012 Il existe plusieurs types d outils de recherche Des moteurs de recherche comme

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

La relation du grand public à internet dans le monde

La relation du grand public à internet dans le monde Février 2013 Sondage Ifop pour netexplo : La relation du grand public à internet dans le monde MEDIA & NUMERIQUE Avant propos Alors que nous évoluons dans une société de plus en plus connectée, le rapport

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

LA POLITIQUE NUMERIQUE

LA POLITIQUE NUMERIQUE N 14 Infos Thématiques LA POLITIQUE NUMERIQUE Face à la révolution numérique, qui bouleverse l économie mais aussi la société et le quotidien des Français, le gouvernement a engagé depuis 18 mois une action

Plus en détail

Dossier de Presse. Décembre 2015. La startup qui révolutionne l achat et la vente de véhicules d occasion. Popcars. Contact Presse

Dossier de Presse. Décembre 2015. La startup qui révolutionne l achat et la vente de véhicules d occasion. Popcars. Contact Presse La startup qui révolutionne l achat et la vente de véhicules d occasion Dossier de Presse Décembre 2015 7 30 Popcars 24, rue du Champ de Mars 75 007 Paris www.popcars.fr Contact Presse Hela Slim Responsable

Plus en détail

Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients

Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients Atelier marketing / Les techniques innovantes du webmarketing au service du développement clients Ce document est la synthèse de la conférence, réalisée et diffusée en direct par : Les techniques innovantes

Plus en détail

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie

Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie Conseil Conseil Stratégique et assistance dans les Technologies, Services en stratégies & Usages - Secteur Numérique numériques et Energie SIEGE 16, rue Kléber 92442 Issy-les-Moulineaux France www.items.fr

Plus en détail

Edition FR. Sujets Se connecter Plus

Edition FR. Sujets Se connecter Plus 1 sur 7 17:09 Edition FR Sujets Se connecter Plus Sujet: Réseau social Suivre via: Société : Une étude paneuropéenne menée dans 25 pays révèle que 38% des 9-12 ans possèdent un profil sur un réseau social

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be

MAG. Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be MAG locaux, PME, Indépendants et entrepreneurs Qui est Valls y Machinant David? Découvrez l initiateur du projet En-Haut.be Présentation du projet En-haut.be Le blog qui aide les commerçants locaux...

Plus en détail