DE L ÉCOLE. Avril Le magazine d information de l École Nationale de Procédure

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DE L ÉCOLE. Avril 2014. Le magazine d information de l École Nationale de Procédure"

Transcription

1 DE L ÉCOLE Avril 2014 Le magazine d information de l École Nationale de Procédure

2 Édito Supplique À nos autorités de tutelle «Je jure et promets de bien et fidèlement remplir fonctions et observer en tout les devoirs qu elles m imposent» Jean-Michel Rouzaud Président du Conseil d administration Sommaire La vie de l École Portrait À nos actes manqués L école dans le monde Info professionnelle Tableau de bord P3 Réunion des responsables de centre P8 6 questions à Maître Patrick Sannino Président de la Chambre Nationale des Huissiers de Justice L heure du correcteur P4 Réunion des délégués des élèves P6 Présentation du nouveau Bureau de l Enp P10 L erreur est précieuse!!! Qui est-ce? P11 Trouvez quel est ce personnage historique?! P12 P14 L ENP forme aussi les huissiers de justice africains Séminaire Ufohja à Libreville au Gabon les 20 et 21 février 2014 P20 Agenda de l ENP Tel est le serment que depuis la Loi du 27 décembre 1923, vont prêter certains employés des offices des huissiers de justice pour devenir clercs assermentés ; ainsi pourront-ils accéder à l activité principale découlant de cette qualification : la signification des actes de procédure judiciaires ou extrajudiciaires. Cette année encore, les délégués élus des élèves, que nous avons reçus ce 5 mars au siège de l ENP, sont venus nous rappeler les difficultés qu ils rencontrent pour obtenir cette assermentation. Parfois, il est vrai, ce sont les employeurs et maîtres de stage qui tardent quelque peu à déposer les demandes au bureau de leur chambre départementale. Mais, le plus souvent, ce sont les enquêtes diligentées à l initiative des parquets qui tardent et traînent en longueur, ne présentant manifestement pas, pour les personnels qui les traitent, un caractère prioritaire! Et comment alors ne pas déplorer que les assermentations de nos clercs et stagiaires n interviennent souvent que plusieurs mois après leur entrée en fonction, quand ce n est pas quelques semaines avant la fin de leur stage...! Il s ensuit que la «signification des actes» qui est à la fois le cœur de notre métier et aussi le cœur de notre formation, ne reste souvent pour nos élèves, qu une notion théorique, ne pouvant donc s enrichir par le passage à l acte sur le terrain qui demeure pourtant le véritable apprentissage du métier. Admettrait-on qu une infirmière ait pu obtenir son diplôme sans avoir jamais pratiqué une piqure?! Qu un magistrat le soit devenu, sans avoir jamais assisté à une audience?! Bref qu un forgeron le soit devenu sans avoir jamais forgé?! Alors, une fois encore, nous adressons à nos instances professionnelles, mais plus encore à nos autorités de tutelle, cette demande qui, dans l intérêt de nos élèves, prend aujourd hui la forme d une supplique : Faites que leurs dossiers d assermentation désormais traités dans des délais raisonnables! Faites qu ainsi, au-delà des services qu ils pourront rendre à leurs employeurs, ils puissent vraiment apprendre et exercer, en situation, l une des missions essentielles de leur futur métier : La signification des actes de procédure. soient Waoooooooooooooooo École Nationale de Procédure Établissement Paritaire Privé 44 rue de Douai Paris Tel Fax by

3 La vie des centres Réunion des responsables de centre Mercredi 5 mars 2014 Réunis comme chaque année à Paris, les collaborateurs de l École, les membres du Bureau et en présence de la directrice, ont pu échanger sur le fonctionnement des Centres et sur les différentes mesures à prendre. Diffusion des livrets formateurs aux élèves. Plusieurs formateurs s étonnent que les élèves soient souvent en possession des Livrets formateur, ce qui fausse le bon déroulement des séances et met globalement en péril la pédagogie mis en place à l ENP. Les formateurs seront informés que pour le bon fonctionnement de la pédagogie choisie par l École, les livrets formateurs ne doivent pas être communiqués aux élèves. Les formateurs seront interrogés début juin 2014, afin de vérifier que cet état de fait a cessé. Module concernant les tarifs des huissiers de justice. Certains responsables de centre estiment que ce module se déroule trop tôt dans l année et que les élèves ont, de ce fait, du mal à le comprendre et à se l approprier. La directrice explique que ce n est pas la place du module au sein de la formation qui pause problème, mais l absence de support théorique (ouvrage de Maître Bernard Menut sur les tarifs des huissiers de justice) qui n a pas fait l objet d une réédition depuis, plus de 2 ans. attend donc avec impatience la prochaine publication qui sera immédiatement diffusée aux élèves. Et dans les études? Madame Sophie Gaublomme rappelle qu en notre qualité d établissement de formation relevant de la Formation professionnelle continue (FPC), il nous est tout à fait possible d élaborer un partenariat les tuteurs (employeurs) du clerc expert. Il est proposé dans un premier temps d adresser aux huissiers de justice les sujets de devoirs et corrigés par mail le 15 du mois. Annales des évaluations. Modalités d enseignement pour les modules de plusieurs jours. Le bureau met de nouveau l accent sur l importance par ailleurs, soulignée par les délégués des élèves, qu un seul formateur assure l ensemble de session d un même thème. Cela devra être rappelé aux formateurs. En plus des sujets d évaluations, seront mis en ligne avec chaque sujet, la liste des erreurs les plus fréquemment commises sans qu il soit fait mention du décompte des points correspondants, comme l ont souhaité les élèves, les formateurs et les responsables de Centre N 57 03

4 Réunion des délégués des élèves Mercredi 5 mars 2014 La vie de l école Répondant présent à l appel, l ensemble des délégués des élèves inscrits à l ENP, en formation Clerc expert comme en formation Clerc aux procédures, ont pris place le mercredi 5 mars 2014 au matin, dans l amphithéâtre de la Chambre nationale des huissiers de justice, à Paris. Pour les recevoir, étaient présents à la tribune le président de l École, maître Jean-Michel Rouzaud, entouré de madame Mariette Moreau-Laporte et maître Bernard Ray, vice-présidents, de maître Paul Rochard, trésorier, et de la directrice, Sophie Gaublomme. Après avoir fait les présentations, le président Jean-Michel Rouzaud a rappelé à l auditoire le fonctionnement de l École, en mettant l accent sur sa dimension paritaire, puis a égrené ses nombreuses et diverses missions. Il a enfin demandé à l équipe administrative, présente dans la Maître Paul Rochard, trésorier de l ENP salle, de se faire connaître, soulignant au passage sa compétence et son professionnalisme. Puis, il a invité les délégués à faire part de leurs observations concernant la formation dispensée, rappelant que l École est avant tout celle des élèves et que sa pérennité est assurée par sa capacité à se remettre sans cesse en question. C est donc avec une grande liberté de parole que, tour à tour, chacun des délégués a détaillé la tenue d une journée de formation, que ce soit notamment, en termes de confort de locaux, de formateurs ou de supports d enseignement. De manière générale, ont été saluées la qualité de la formation véhiculée par l École ainsi que la grande disponibilité tant des formateurs que du personnel administratif. Pour ce qui est des améliorations à apporter, quelques élèves ont relevé que certains modules, tel celui intitulé Mener une procédure à l encontre du couple, auraient pu être réduits d un jour, reconnaissant toutefois que l effectif d une classe et l approche pédagogique du formateur sont autant d éléments susceptibles d impacter sur le timing d une formation. À l inverse, certains thèmes complexes, à l instar de celui relatif aux mesures conservatoires, auraient mérité une journée de formation en plus. Le Président a pris bonne note de ces observations, précisant toutefois que le nombre total d heures de formation est strictement encadré. Toujours en ce qui concerne les modules de formation, il a été mis l accent sur la nécessité de parvenir à un équilibre entre les parties théoriques et pratiques. Les élèves déplorent en effet que la production d actes n intervienne qu en toute fin d enseignement. La directrice Sophie Gaublomme a alors rappelé que l ensemble des modules avait été construit sous cette forme, c est-à-dire autour de 3 grands axes : Les conditions de mise en œuvre, le déroulement procédural et les incidents, et enfin la mise en pratique par la rédaction d actes. Sophie Gaublomme, directrice de l ENP Néanmoins, une réponse favorable devrait pouvoir être proposée à compter de la rentrée prochaine, du moins pour les modules s y prêtant. 04 N

5 Enfin, les élèves ont, d une seule voix, marqué leur préférence pour le principe un module = un formateur. Le président a précisé que tel a toujours été le vœu de l École et qu une consigne en ce sens est adressée chaque année à l ensemble des chefs de centre. Il a toutefois rappelé aux élèves que les formateurs sont pour l essentiel des huissiers de justice en exercice (ce qui participe indubitablement à la richesse de la formation), et qu il peut parfois être difficile de conjuguer investissement personnel pour l ENP et activité professionnelle. Par ailleurs, il a été soulevé que certaines questions des QCM, soumises aux Clercs experts au début de chaque module, dépasse le simple cadre du cahier documentaire. La vie de l école Maître Bernard Ray, vice-président de l ENP D autre part, quelques élèves se sont plaints de l existence d une disparité de notes entre correcteurs, facteur d un climat délétère lorsque cette disparité touche un même centre de formation. Maître Jean-Michel Rouzaud, président de l ENP Le vice-président, maître Bernard Ray, a alors fait savoir aux élèves que si l École met à leur disposition des outils de formation performants, il reste de leur devoir, surtout en tant que stagiaires et aspirants à la fonction d huissier de justice, de pousser leurs investigations au-delà et qu à ce titre, le QCM, en ce qu il met l accent sur les pré-requis indispensables à la bonne compréhension du thème enseigné, remplit pleinement son office. Le président a précisé que si les écarts de notes ont toujours existé, l École n en demeurait pas moins insensible. Il a notamment rappelé l amélioration non négligeable apportée en matière d évaluation, puisque depuis près de 3 ans, la correction de l ensemble des copies pour un thème déterminé est dévolue à une seule et même personne. Enfin, et comme chaque année, la question de la mise en ligne des corrigés des évaluations a été à nouveau posée. L École a fait savoir qu elle n y était pas favorable, relevant que les élèves disposent déjà des sujets des annales. Maître Bernard RAY a néanmoins relevé la nécessité de réfléchir à un moyen de sensibiliser les élèves sur les erreurs qui ont été commises, précisant qu à l examen professionnel, il est aujourd hui communiqué aux candidats, non pas un corrigé type, mais un tableau récapitulatif des erreurs ayant fait l objet de sanctions. Le tour de table terminé, le président Jean-Michel Rouzaud a interrogé les élèves sur l apport des tableaux tactiles à la formation qu ils reçoivent. S ils ont unanimement réservé un accueil chaleureux à l installation desdits tableaux, les élèves ont toutefois déploré l amateurisme de certains formateurs quant à leur utilisation, relevant que certains ne l allumaient même jamais. Le président les a rassurés en précisant qu une formation spéciale tableau tactile, déjà dispensée dans quelques centres, devrait avoir raison des quelques irréductibles du paperboard. Mais déjà la matinée tirait à sa fin et le président Jean- Michel Rouzaud a remercié, au nom de l École, l ensemble des délégués pour leur présence ce jour et, plus généralement, pour leur investissement dans leur mandat de représentation. Il les a ensuite invités à poursuivre les réjouissances autour d un buffet convivial, servi dans les locaux de la Chambre nationale N 57 05

6 La vie de l école Présentation du nouveau Bureau de l Enp Il est peut-être bon de rappeler pour les nouveaux étudiants le fonctionnement interne d ENP. L utilité du Conseil d administration L association est administrée par une assemblée générale composée de 12 membres, comprenant 6 huissiers de justice en exercice ou honoraires et 6 représentants des salariés en exercice ou en retraite. Les huissiers de justice sont désignés en assemblée générale par la Chambre nationale des huissiers de justice. Les représentants des salariés actifs, en invalidité, retraités ou demandeurs d emploi, issus de la profession sont désignés par les organisations syndicales membres fondateurs de l association. L assemblée générale exerce les pouvoirs dévolus au Conseil d administration et visés à l article de la convention collective des huissiers de justice. Entre autres : Elle surveille la gestion des membres du bureau et a le droit de se faire rendre comptes de leurs actes. Elle autorise tout achat, aliénation ou location, emprunt et prêt nécessaires au fonctionnement de l association, avec ou sans hypothèques. Elle autorise toute transaction, toute mainlevée d hypothèque avec ou sans constatation de paiement Elle arrête le montant de toute indemnité de représentation exceptionnellement attribuées à certains membres du bureau. Elle élit le président, les deux vice présidents, le secrétaire et le trésorier, parmi ses membres. Elle nomme et révoque le directeur de l association (Le Directeur assiste aux séances de l assemblée générale). Elle établit le règlement intérieur de l ENP, elle assure les relations entre l ENP, le ministère de la justice et toute autre administration publique s il y a lieu. Elle établit la liste et le programme des formations. Elle donne son agrément aux responsables de régions, aux délégués de centre, aux formateurs et aux correcteurs. Elle approuve le budget et les comptes annuels de l école. Elle peut faire toute délégation de pouvoirs pour une question déterminée et un temps limité. L assemblée générale se réunit au moins une fois par trimestre. Le rôle des membres du Bureau Le président Il représente l association dans tous les actes de la vie civile et est investi de tous pouvoirs à cet effet. Il peut déléguer certaines de ses attributions dans les conditions prévues au règlement intérieur. Il a notamment qualité pour ester en justice au nom de l association, tant en demande qu en défense. En cas d absence ou de maladie il est remplacé par celui des vice-présidents qui a la qualité d huissier de justice. Le secrétaire Il est chargé de tout ce qui concerne la correspondance et les archives. Le trésorier Il est chargé de tout ce qui concerne la gestion du patrimoine de l association. Il effectue tout paiement et perçoit toute recette sous la surveillance du président. Il rend compte de son mandat aux assemblées générales dans les conditions prévues au règlement intérieur. 06 N

7 Il est rappelé que le président, le vice-président et le trésorier sont toujours des employeurs. Il y a un vice-président employé et un secrétaire employé. La vie de l école Le 14 décembre 2013 ont été élus ou réélus : Président : Jean-Michel Rouzaud Maître Jean-Michel Rouzaud, huissier de justice à Montpellier depuis 1979, a été réélu président. Maître Jean-Michel Rouzaud a été élu pour la première fois président en Son parcours : De 1979 à 2001 : Il enseigne au centre de Montpellier et en devient le responsable. Il s est beaucoup investi au côté du président maître Abel- Didier Pansard lors de la réforme de l ENP. Son engagement pour l École depuis plusieurs années en faisait un candidat incontournable. Malgré ses nombreuses activités, entre autre de délégué à la Chambre nationale pour la région Languedoc-Roussillon, Il est également chargé de certaines missions à l étranger, particulièrement en Afrique, il reste disponible pour l ENP. Sa gentillesse et sa simplicité le font apprécier de tous. Vice-Président : Bernard Ray Maître Bernard Ray est huissier de justice à Dompierre-sur-Besbre (Allier) depuis Son parcours : Formateur à l ENP depuis 1989, il est aussi co-rédacteur de module de formation, membre du comité de pédagogique et correcteur. Maître Bernard Ray est aussi membre du jury de l examen professionnel d huissier de justice. Il a été rapporteur général du Congrès national des huissiers de justice en 2003 sur le thème l immeuble équitable. Membre titulaire du conseil d administration depuis 2004, c est juste récompense de son engagement dans la formation qu il a été élu vice-président de l Enp. Discret, il a toujours le mot juste dans les décisions. Vice-présidente : Mariette Moreau-Laporte Madame Mariette Moreau-Laporte. Clerc significateur depuis 1986 en Côte d or, actuellement en retraite. Son parcours : Trésorier : Paul Rochard Maître Paul Rochard, obtient en 1980 l examen professionnel d huissier de justice. La même année, il s installe à Pouance (Maine et Loire). Son parcours : De 1981 à 1988, il est formateur au centre d Angers, puis de 1989 à 2003, il en devient le responsable de centre et continue à donner des formations. Il est tour à tour secrétaire, rapporteur puis président de la Chambre départementale des huissiers de justice du Maine et Loire. En 1986, il s installe comme huissier de justice à Angers. Entretemps, il est secrétaire, puis vice-président de la chambre régionale des huissiers de justice de la Cours d appel d Angers. En 2000, Il est nommé délégué national de la cour d appel d Angers. De , il occupe la fonction de secrétaire de la CNHJ. De , vice-président de la CNHJ, il en devient le président de En 2010, il entre au Conseil d administration de L ENP. Son implication et son attachement depuis de nombreuses années à l ENP ainsi que ses hautes fonctions au niveau de la Chambre nationale des huissiers de justice font de lui un excellent conseiller pour le fonctionnement de l École. Secrétaire : Véronique Medina Membre représentant de la CGC, diplômée de l ENP en Son parcours : Elle est rentrée dans la profession en septembre 1985 à la SCP Chastanier à Montreuil. En 1990, SCP Pinot à Paris. En 1993, SCP Gousseau et Lucas à Yerres. En 1999, SCP Wapler à Paris, principale depuis En 2007, elle collabore à la mise en place de la VAE avec d autres clercs. Elle est depuis membre du jury. Elle est élue pour la première fois au Bureau, son expérience professionnelle ne pourra qu être utile pour l École. Elle a été désignée Membre titulaire du Conseil d administration de l ENP en 1995, en tant que représentante CGT du collège salarié et ce parallèlement à ses fonctions de membre titulaire de la convention collective nationale des huissiers de justice. Élue pendant 4 ans au poste de secrétaire du conseil d administration, ses qualités humaines et son dévouement pour les autres en font une excellente vice-présidente N 57 07

8 Portrait 6 questions à Patrick Maître Sannino Président de la Chambre Nationale des Huissiers de Justice Maître Patrick Sannino est le nouveau président de la Chambre nationale des huissiers de justice, après avoir été membre de son bureau pendant plusieurs années. Avec la détermination et l engagement qui est le sien, il a volontiers accepté de répondre à nos questions. Maître Sannino, vous venez d être élu à la plus haute fonction de la profession, pouvez-vous nous retracer en quelques mots votre parcours? Né en Algérie en 1952, j ai fait mes études à la faculté de droit de Besançon puis de Lyon, avant d effectuer mon stage à l étude de Maître Guichard à Belfort. J ai été diplômé de l ENP en 1978 et titulaire de l examen professionnel en Après avoir prêté serment en 1980, j exerce à Chambéry depuis maintenant 34 ans. Pouvez-nous nous éclairer sur vos engagements pris pour la profession? J ai hérité de mon père, adjoint au maire de Belfort, une passion de la chose publique et de la défense de l intérêt général. C est une des raisons qui m ont conduit à m engager pour le service et le développement de notre profession, d abord au sein du Mouvement des jeunes huissiers en 1984, puis en apportant ma contribution à la réflexion collective sur l évolution de notre métier auquel j ai voulu me dévouer, comme nombre de nos consœurs et confrères. C est donc à ce titre que j ai été amené à participer à des commissions lors de congrès nationaux, ou à intervenir pour le compte de la Chambre nationale lors de colloques, afin d apporter par mon témoignage un éclairage sur la richesse de notre profession et sa diversité. Certains sujets me tiennent d ailleurs à cœur, comme la contribution importante que peuvent apporter les huissiers de justice à la lutte contre les discriminations. Je suis convaincu que porter bien haut la voix des huissiers de justice est un gage de crédibilité de notre profession. Dans tous les cas, j estime que nous devons continuer à avancer, à progresser et à nous ouvrir à une société, elle-même, en constante mutation, a fortiori avec le développement du numérique. C est bien pour cela que j ai souhaité contribuer à la création en 2010 de l Institut sur l évolution des professions juridiques (IEPJ), conçu comme un véritable think-thank interprofessionnel qui réunit des hauts fonctionnaires, des magistrats et des universitaires. Cette instance de débat doit être pour notre profession un outil de dialogue avec l extérieur, dans un monde où les frontières s effacent peu à peu. Quel attachement et quelles relations entretenez-vous avec l ENP? Je suis naturellement très attaché à l ENP, véritable creuset de notre profession dont la qualité de la formation garantit aux citoyens qu ils pourront recourir à des huissiers de justice compétents et sérieux, au service de l intérêt général. La réputation de l ENP n a fait que se consolider dans le temps et a même franchi les frontières. Elle constitue l un des fers de lance de notre modèle français, et participe, de ce fait, au rayonnement de notre profession dans le monde dont de nombreux États étrangers cherchent aujourd hui à s inspirer. Le modeste formateur que j ai été garde un souvenir fort de cette expérience. 08 N

9 Devenir et être huissier de justice, c est bien entendu se former. Quel regard portez-vous sur la formation? L approche du métier que m a transmis mon maître de stage en 1975 est selon moi toujours actuelle : «L huissier de justice doit savoir combiner proximité du terrain et compétence juridique». C est cette complémentarité entre impartialité de l exécution des décisions de justice et conseil de proximité qui rend, à mon sens, notre profession si singulière et si passionnante. C est pourquoi la formation de l élève huissier de justice, qui comprend une partie théorique exigeante destinée à consolider l expertise juridique, est idéalement complétée par un stage de deux années sur le terrain, qui permet de développer des atouts qui ne s enseignent pas, comme le sens de l écoute et du dialogue. J ajouterai que la formation continue qui nous est imposée renforce cette garantie. En résumé, ce métier ne s apprend pas, il se vit. Les réformes en cours suscitent débats et inquiétudes, quel est votre propre regard et vos actions à venir face à ces évolutions? Notre matière est large. Chaque jour, l évolution du droit par le travail législatif et réglementaire produit des effets sur notre profession. Nous avons ainsi été amenés avec les membres du Bureau national à travailler sur la question de notre compétence territoriale. Je songe aussi à la réforme structurelle du tarif civil, au lissage de l augmentation du taux de bas du tarif et au rattrapage du tarif pénal, qui sont également des sujets que nous traitons. Nous en retirons le sentiment que notre profession doit être constamment impliquée, tournée vers l innovation et se constituer force de proposition pour faire entendre sa petite musique aux évolutions de la justice. Nous ne sommes qu un rouage parmi d autres, mais nous tâchons d être un interlocuteur attentif et constructif. Dans cette optique nous entretenons un dialogue constant avec la Chancellerie, les responsables politiques et les autres acteurs du monde judicaire et économique, en particulier avec les représentants des professions du droit et du chiffre. C est aussi dans cette optique que la Chambre nationale a souhaité s impliquer dans la réflexion sur la justice du 21e siècle initiée par la Garde des Sceaux, en alimentant le débat par nos propositions. Tout aussi cruciale est la question de la place de l huissier de justice dans un système européen où le droit communautaire de la concurrence se développe sans cesse. Nous restons bien évidement très attentifs aux discussions qui ont lieu à Bruxelles, et j ai d ailleurs à cœur que la Chambre nationale y soit mieux représentée et que nous affermissions nos échanges avec nos confrères étrangers. Interview Engagement ensuite au service de notre profession, dans l exemplarité de son exercice, qui garantit le sérieux de notre image et notre crédibilité auprès des justiciables comme des pouvoirs publics. Engagement enfin vers l avenir, dont il ne faut pas avoir peur. Enfin, soyez innovants, soyez créatifs! Votre dynamisme sera l un des facteurs qui feront demain de l huissier de justice un juriste ancré dans le 21e siècle, lorsque le numérique sera devenu une banalité. Mandats électifs de maître Sannino Chambre départementale de la Savoie Président de 1985 à Chambre régionale de Chambery Membre de 1996 à1997. Vice-président de 1997 à Chambre nationale des huissiers de justice Délégué à la Cour d appel de Chambéry de 1992 à 1997 et depuis Trésorier de 2008 à Vice-président de 2012 à Président pour les années 2014 et Distinctions Officier dans l ordre de la Légion d honneur Chevalier dans l ordre national du Mérite Enfin, quels conseils donneriez-vous aux étudiants et aux futurs confrères? La passion de la transmission doit être l une des vertus cardinales de tous les huissiers de justice. Le message que je souhaite transmettre aux étudiants et à nos futurs confrères est celui de l engagement : Engagement d abord au service de nos concitoyens, qui méritent toute notre attention et tous nos efforts lorsqu ils viennent nous voir, quelle que soit leur condition N 57 09

10 L heure du correcteur Nouveauté L erreur est précieuse!!! Traquée par les correcteurs, cauchemar des élèves, l erreur est pourtant une source précieuse d informations. Son identification permet à l élève de prendre conscience de ses lacunes. Par un travail ciblé sur ses faiblesses, il peut ainsi optimiser ses chances de progresser. La mise en lumière des erreurs récurrentes permet également de rappeler aux formateurs qu il ne suffit pas d énoncer une règle de droit pour que cette dernière soit assimilée et maîtrisée. Suivre la procédure d injonction de payer Erreur quant à la juridiction matériellement et territorialement compétente. Nombre d élèves ont déposé leur requête devant la juridiction marseillaise au mépris des règles d ordre public de l article 1406 du code de procédure civile. Désignation erronée du représentant légal de la société par action simplifiée requérante. Il a souvent été fait mention d un gérant. Non-respect de l article 58 du code de procédure civile. À maintes reprise, les prénoms du requis ont été omis. Enfin la clause pénale et les frais de greffe n ont pas été comptabilisés dans le décompte des sommes dues. Contrôler l acte et signifier Requalification par l élève de la décision de justice soumise à son contrôle alors même qu elle était désignée avec exactitude. Hiérarchie des modes de remise de l acte non respectée. Les circonstances caractérisant l impossibilité d une signification à personne n ont pas été explicitées. Défaut d accomplissement des formalités annexes. Les savoirs à dispenser doivent être répétés, martelés, explicités pendant une formation. Une vigilance constante est de mise pour s assurer de la bonne compréhension de l enseignement prodigué. C est pour ces raisons que la lettre de l École contiendra dorénavant une rubrique consacrée au recensement des erreurs commises de manière récurrente par les élèves de l ENP. Voici le résumé de celles qui ont été fréquemment relevées par les correcteurs des évaluations du mois de janvier 2014 : Statut et activités de l huissier de justice Réalisation non maîtrisée d un schéma de procédure. Les étapes et les délais doivent apparaître lisiblement. Il ne s agit donc pas de reproduire in extenso des articles. Hors sujet. Nombreux sont les élèves qui ont énuméré l ensemble des peines disciplinaires au lieu d indiquer (comme cela était demandé) celles pouvant être prononcées par la chambre de discipline. Signification électronique méconnue par la majorité des élèves. Réponses non fondées en droit. Mener une procédure à l encontre des personnes morales Mauvaise application des dispositions des articles 35 et 36 du code de procédure civile. Maladresses rédactionnelles affectant la formulation des demandes contenues dans l assignation. Erreur au niveau des modalités de représentation lorsque les élèves ont choisi de saisir le tribunal de grande instance. Saisine par certains élèves du tribunal de grande instance par une assignation à jour fixe sans y avoir été autorisé judiciairement. Garantir une créance par une mesure conservatoire Erreur quant à la désignation des parties au regard des règles relatives à la publicité foncière. Erreur de computation des délais (détermination du dernier jour utile). Erreurs dans la construction de la requête aux fins de mesures conservatoires Mettre en œuvre les oppositions Erreur quant au fondement de la créance. Décompte incomplet des sommes dues. Manque de précision s agissant de la vente du fonds. Mener une procédure d exécution à l encontre du couple Erreur quant à la détermination du gage du créancier. Absence de fondement textuel à l appui des allégations de l élève. Confusion entre solidarité et cotitularité. 10 N

11 Qui est-ce? Trouvez quel est ce personnage historique?! L histoire est un éternel recommencement. Elle est la base de toute chose car elle pose le socle de demain, le socle de l avenir qui doit être construit pour les acteurs que nous sommes. Regardons alors parfois en arrière et essayons de prendre leçon des hommes... de ceux qui ont fait le bien et aussi montrer le chemin, mais aussi de ceux qui, parfois, ont simplement été des hommes. Simples et droits dont l exemple peut aussi nous animer. L Homme est multiple... celui avec un grand H... et donc aussi la femme ; les temps sont pluriels et livrent période par période, voire siècle par siècle, ces personnages, singuliers qu au-delà du savoir dispersé il convient d appréhender (sans enlèvement ni sabot) comme repères ou «faiseurs» de repères. Le premier d entre eux, et pas le plus ancien (nous reparlerons du Code Louis...) a traversé la révolution. Il aurait pu croiser Danton, Murat ou l Abbé Grégoire mais il était un homme simple. De cette simplicité morale qui fit de lui le mari d une femme de 16 ans son aînée, puis en secondes noces, celui d une jeune fille de 24 ans sa cadette. Il s appelait Guillaume, Joseph. Il fut domestique. Comme nous, il a grandit de la construction de l homme en apprenant, en écoutant, en servant, en respectant. Il faut apprendre pour être et il fut. Petit à petit, en se dictant la nécessaire ambition, la respectable ambition celle de la progression. Devenu clerc de notaire, grâce à son mariage avec Jeanne l époque voulait en effet que les places (celle de clerc de notaire par exemple) s achetaient. L évolution est ici notoire : Seul le professionnel libéral achète sa charge son employé, réjouissez-vous, ne doit rien régler pour travailler. Au plus doit-il montrer ses qualités pour continuer à travailler!!! Devenu clerc de notaire donc grâce à sa femme. Comme vous, comme nous, il s initie aux rudiments du droit, pré-révolutionnaire certes, mais du droit quand même. Si ses règles et ses principes pouvaient êtres choquants, sa construction intellectuelle, celle qui fera de vous des juristes rigoureux, spécialistes de l adaptation et de la compréhension à des textes nouveaux, elle, ne varie pas. Et il apprend, comme vous plus tard, comme nous tous, il se perfectionne et se fait connaître et reconnaître. Très simplement et ordinairement, installé, toujours avec Jeanne, à Auxerre, il obtient les recommandations nécessaires à l achat, en 1780, d une charge de premier huissier. Nous y voilà! Intégrité, dévouement et argent étaient alors nécessaires pour accéder à votre objectif. Examen professionnel, et argent toujours, sont seuls aujourd hui nécessaires à ceux, une immense majorité, qui ne connaissent le droit pénal que sous un angle universitaire ou sous la houlette d une récente formation DFS. Il devient même huissier audiencier, une superbe promotion à l époque moins aujourd hui?! Il croise la révolution sans culotte, comme beaucoup. il est révolutionnaire comme beaucoup et un peu excessif comme beaucoup. Mais aurions-nous fait mieux?!... Quelques mois en prison, puis à nouveau huissier, sous un nouveau régime, qui avait encore besoin de nous. La continuité, voilà ce qu il a incarné, voilà ce que sa vie a incarné voilà ce que vous devez incarner. Monsieur Roussel fut Cadet Roussel Suivez son exemple! Pas de quoi en faire une chanson?! Mais de quoi en faire un exemple, simple, riche parfois mais honnête toujours. Restons en là pas de quoi en faire une histoire. Solution : Il s appelait Roussel, il était le second d une famille auxerroise, il était un simple huissier de justice, par les moqueries engendrées il a existé, par les moqueries engendrées il a fait parler de notre profession et, aujourd hui, plus de deux siècles plus tard, il est le témoignage d une histoire. Oui, les huissiers de justice ont une histoire. Ils doivent la regarder avec fierté mais aussi en gardant un œil continuellement critique pour ne rien lui pardonner et se fixer le cap nécessaire celui de la persévérance, celui de la volonté sans faille, celui de l acharnement à la démonstration de la grandeur du rôle. Ce rôle dont jamais l huissier de justice ne doit rougir, car il est facteur de lien social et il est facteur d analyse sociale. Il est facteur de soutien social à celui ou ceux qui ont perdu la route. On l a moqué facilement et il a continué avec force et honnêteté. Homme simple, il était là avant. Il était là après. Il a vécu. Il a aimé. Il a travaillé... honorablement. Il s appelait Roussel... il était cadet d une famille auxerroise. Maître Roussel fut Cadet Roussel N 57 11

12 À nos actes manqués 7Cette formalité comporte au moins irrégularités?!... Maître JERECUPERTOUTOU A MME LA GREFFIERE ATTACHEE AU JUGE DE L EXECUTION DE LA ROCHELLE, 159 RUE DU PALAIS LA ROCHELLE LE CREANCIER SARL JELOUTOU, dont le siège social est situé 3 rue de la location LA ROCHELLE, agissant poursuites et diligences de son Président en exercice domicilié en cette qualité audit siège social. Ayant pour mandataire : Maître JERECUPERTOUTOUT, Huissier de Justice à la résidence de Bordeaux (33000), 40 route de la paix. A L HONNEUR DE VOUS FAIRE CONNAITRE QU ELLE A CONSENTI A : Monsieur CAR Marc, demeurant à 23 rue des loyers BORDEAUX La location d un véhicule 3008 PEUGEOT, 1.6 L HDI 112 CH immatriculé AB 999 BA, n série : VF31T8RT6CF Moyennant le paiement du loyer, en vertu d un contrat de location consenti par la requérante par acte sous seing privé en date du 31 janvier Qu aux termes des dispositions du contrat et de l article 1741 du Code Civil, toute défaillance du locataire ou tout manquement à ses obligations entraîne la résiliation de la location et l obligation de restituer immédiatement le bien loué au bailleur. Que les loyers sont restés impayés et s élèvent à ce jour à la somme de 5600 euros malgré la mise en demeure en date du 16 décembre 2013 Qu à la suite de la résiliation de la location, la société requérante manifestait sa volonté d exiger immédiatement la restitution du bien loué. Que le locataire n a satisfait à aucune de ces injonctions et qu il y a lieu de craindre qu il fasse disparaître le bien loué, propriété de la requérante, ou qu il ne s en serve jusqu à son usure ou dépréciation totale. C est pourquoi, la société requérante requiert qu il vous plaise, Monsieur le greffier, de bien vouloir faire injonction à son débiteur de restituer le véhicule dont s agit, et à défaut de restitution, autoriser sa reprise ainsi que les pièces administratives s y rattachant, conformément aux dispositions des articles R222-1 et suivants du Code des Procédures Civiles d Exécution. Autoriser le créancier à faire appréhender ledit bien en quelques lieu qu il se trouve, même sur la voie publique, et à le faire transporter en tout lieu que jugera bon le créancier, le tout avec l assistance des personnes prévues à l article L du Code de Procédures Civiles d Exécution. Fait à Bordeaux le 3 mars 2014 Maître JERECUPERTOUTOUT REQUETE AUX FINS D APPREHENSION SUR INJONCTION DU JUGE Réponses 12 N / Le coût de la requête est manquant. 6/ Les pièces justificatives doivent être mentionnées et jointes R CPCE 5/ La requête doit être déposée en double exemplaire : 494 du CPCE 4/ Ce sont les articles R du CPCE et suivants qui visent l appréhension sur injonction du juge et non R du CPCE 3/ Le tribunal compétent est celui du le lieu où demeure le défendeur : R du CPCE 2/ Une SARL est représentée par un gérant et non un Président : L s du code de commerce 1/ La requête est portée devant Monsieur le JEX et non devant le greffier : R du CPCE

13 JE VOUS SIGNIFIE, DIS ET DECLARE : Que le requérant occupe, suivant contrat de location en date du 1er mars 2003, divers locaux à usage commercial vous appartenant et sis 4 rue de la Gare PARIS. Que ladite location a été consentie pour une durée de neuf années entières et consécutives à compter du premier mars deux mil trois pour expirer le vingt-huit février deux mil douze, que le bail s est renouvelé pour une même période de neuf ans. Conformément à l article L du Code de Commerce je vous rappelle que le locataire qui entend, soit contester le congé, soit demander le paiement d une indemnité d éviction, doit saisir le tribunal avant l expiration d un délai de deux ans à compter de la date pour laquelle le congé a été donné. À nos actes manqués Le présent acte comporte au moins irrégularités?!... 7 Maître Paul François DOUAI CONGÉ Donné par le preneur commercial Le premier mars deux mille quatorze ACTE D HUISSIER DE JUSTICE Je soussignée, Maître DOUAI, Paul, François, Huissier de Justice à la résidence de PARIS, 6 rue de la Chambre, y demeurant A : Monsieur DUPONT José, domicilié 34 Boulevard Saint Germain VERSAILLES, nu propriétaire Pour qui la copie du présent acte a été remise comme indiqué au procès-verbal de signification. A LA DEMANDE DE : Société PATROVIT, au capital de euros, inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro B , dont le siège social est situé 4 rue de la gare PARIS, représentée par son représentant légal Que conformément aux dispositions du bail et de l article L du Code de commerce, le preneur entend par le présent acte mettre fin à la location en cours et vous donner congé desdits lieux pour : le 28 février 2015 (vingt-huit février deux mil quinze), date d expiration de la prochaine période triennale. TRES IMPORTANT A la date du 28 février 2015, le requérant vous restituera effectivement les lieux, remettra les clefs et justifiera des obligations mises à sa charge par la Loi, les usages et la convention liant les parties. Après apurement des comptes, vous serez tenu de restituer au requérant le dépôt de garantie, s il en a été versé un lors de la prise de possession. Vous rappelant qu aux termes de l article L du Code de Commerce : «La durée du contrat de location ne peut être inférieure à neuf ans. Toutefois, à défaut de convention contraire, le preneur a la faculté de donner congé à l expiration d une période triennale, dans les formes et délai de l article L Le bailleur a la même faculté s il entend invoquer les dispositions des articles L , L , L et L afin de construire, de reconstruire ou de surélever l immeuble existant, de réaffecter le local d habitation accessoire à cet usage ou d exécuter des travaux prescrits ou autorisés dans le cadre d une opération de restauration immobilière et en cas de démolition de l immeuble dans le cadre d un projet de renouvellement urbain. Le preneur ayant demandé à bénéficier de ses droits à la retraite du régime social auquel il est affilié ou ayant été admis au bénéfice d une pension d invalidité attribuée dans le cadre de ce régime social a la faculté de donner congé dans les formes et délais de l article L Les dispositions de l alinéa précédent sont applicables à l associé unique d une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, ou au gérant majoritaire depuis au moins deux ans d une société à responsabilité limitée, lorsque celle-ci est titulaire du bail.» 7/ La mention du recours du locataire du L du code de commerce n a pas lieu d être puisque c est le locataire qui donne congé. 6/ le bail étant dans sa période de tacite prolongation, le congé doit être donné au moins six mois à l avance et pour le dernier jour du trimestre civil soit, si le congé est signifié le 1er mars, pour le 30 septembre 2014 (article L du code de commerce). 5/ à défaut de congé, le bail venant à expiration ne se renouvelle pas pour une période de neuf ans mais se prolonge tacitement au-delà du terme fixé par le contrat (article L du code de commerce). 4/ date d expiration du bail pour les neuf premières années : l année 2012 est une année bissextiles, le bail se termine donc le 29 février / destinataire de l acte. C est l usufruitier qui donne à bail, avec la particularité en matière commercial de devoir demander l autorisation au nu propriétaire pour conclure le bail ou le renouveler. 2/ demandeur non identifié selon les règles de l article 648 du CPC : forme et organe qui la représente légalement 1/ compétence de l Huissier de Justice : le signifié se trouve à Versailles et non Paris 2014 N 57 Réponses 13

14 L école dans le monde L ENP forme aussi les huissiers de justice africains Séminaire Ufohja à Libreville au Gabon les 20 et 21 février 2014 Pendant la cérémonie d ouverture, de G. à D. : Honoré Aggrey, vice-président de l UIHJ, Leo Netten, président de l UIHJ, Séraphin Moundounga, ministre de la justice du Gabon, Eliane Oberdeno Ontala Lewori, présidente de la Chambre nationale des huissiers de justice du Gabon, Jean-Michel Rouzaud, président de l ENP. Saviez-vous que les huissiers de justice de 17 pays africains appliquent quasiment les mêmes procédures d exécution que leurs homologues français? C est la raison pour laquelle l ENP s est investie dans la formation en Afrique depuis 15 ans. Nous sommes en L Union internationale des huissiers de justice (UIHJ), présidée par le Français Jacques Isnard, organise à Dakar une grande manifestation avec les huissiers de justice du Bénin, du Burkina-Faso, du Congo, de la Côte d Ivoire, du Gabon, du Mali, du Sénégal, du Togo et de la Tunisie. Pour la première fois, ces professionnels allaient faire connaissance. Cette rencontre, L Appel de Dakar, a constitué le premier pas qui a mené les huissiers de justice de la zone Ohada vers le chemin du progrès et de la connaissance. Mais au fait, l Ohada, c est quoi? La plupart des pays d Afrique centrale et de l ouest partagent trois précieux biens : la langue (le français), le droit (issu des codes Napoléon), et la monnaie (le franc des Colonies françaises d Afrique, ou franc CFA, sous forme de deux monnaies de même valeur). Conscients de la nécessité de remédier à l insécurité juridique et judiciaire existant dans la plupart des États afin de renforcer l État de droit, restaurer la confiance des investisseurs et faciliter les échanges entre les États, l idée germe de mettre à la disposition des États des règles communes, simples, modernes et adaptées à la situation économique. La mondialisation de l économie appelle l harmonisation des droits et des pratiques du droit... Quel a été le résultat de cette réflexion? Le 17 octobre 1993, 14 pays africains ils sont aujourd hui signaient à Port-Louis (Île Maurice) le traité de l Organisation pour l harmonisation du droit des affaires en Afrique (Ohada), un traité qui allait à jamais changer l histoire de l Afrique... mais aussi celle de notre profession. Derrière le traité de l Ohada se trouvent les actes uniformes, des textes d application directe dans l ensemble des pays membres, à l instar des règlements européens. Parmi les 8 actes uniformes de l Ohada 2, il en est un qui est particulièrement important pour nous : l acte uniforme du 10 avril 1997 portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution. Il se trouve que ce texte est très fortement inspiré par la loi n du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civile d exécution et son décret d application n du 31 juillet Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Centrafrique, Côte d Ivoire, Congo, Comores, Gabon, Guinée, Guinée- Bissau, Guinée-Équatoriale, Mali, Niger, République démocratique du Congo (RDC), Sénégal, Tchad et Togo. 2 Ces 8 actes uniformes concernent : - Le droit des sociétés coopératives - Le droit commercial général - Le droit des sociétés commerciales - Le droit des sûretés - Les procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution - La procédure collective d apurement du passif - Le droit de l arbitrage - L organisation et l harmonisation de la comptabilité des entreprises - Les contrats de transport des marchandises par route 14 N

15 L école dans le monde Jean-Michel Rouzaud et Séraphin Moundounga, ministre de la justice du Gabon C est ainsi que, d emblée, les formateurs de l ENP sont tout naturellement destinés à former leurs homologues africains. Quelques séminaires tests sont organisés dès 1999, avec succès. Pour faire face à la demande grandissante, l UIHJ créé en 2002 : l Unité de formation des huissiers de justice africains (Ufohja), avec votre École nationale de procédure et les chambres des huissiers de justice des 12 pays africains à la fois membres de l Ohada et de l UIHJ : Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Congo, Côte d Ivoire, Gabon, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. Depuis, à raison de deux à trois séminaires par an, l Ufohja sillonne l Afrique centrale et de l ouest pour porter la bonne parole de la formation. Il s agit à la fois de former les huissiers de justice au droit Ohada de l exécution mais aussi de former des formateurs africains afin qu ils puissent former leurs confrères à leur tour. La magie de la transmission des savoirs a opéré. Au fil des ans, les objectifs initialement fixés ont été largement dépassés. Aujourd hui, les formations sont assurées à part égale entre les experts Ufohja de l ENP et les formateurs africains. Le décor étant fixé, nous pouvons maintenant vous présenter le 31 e Séminaire de formation Ufohja qui s est tenu à Libreville (Gabon), les 20 et 21 février Vous devez au préalable avoir à l esprit que nous sommes en Afrique et qu un séminaire de formation Ufohja est conçu comme une grande fête professionnelle et familiale à laquelle sont conviées les plus hautes autorités de l État qui accueille la formation. C est ainsi que chaque manifestation donne lieu à des rencontres protocolaires au plus haut niveau de l État : ministre de la justice, premier ministre, quand ce n est pas le chef de l État, lui-même. Imaginez une forêt de micros et de caméras devant la tribune pour la cérémonie d ouverture! Voilà ce qui caractérise un séminaire Ufohja. La 31 e édition à Libreville n a pas échappé à cette règle. Les rencontres étaient placées sous les auspices du président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba. Le ministre de la justice, Séraphin Moundounga, a non seulement ouvert les travaux mais il a reçu le président de l UIHJ, Leo Netten, en audience privée puis a convié les délégations de l UIHJ et de l ENP à un diner privé avec lui et plusieurs membres de son cabinet. Pendant 48 heures, le Gabon a vécu au rythme de l Ufohja! Venons-en à la formation. Jean-Michel Rouzaud, président de l ENP, avait fait le déplacement. Il avait également confié le soin à trois huissiers de justice experts ENP et Ufohja, Françoise Andrieux, Rose-Marie Bruno et Mathieu Chardon, d assurer une partie de la formation aux côtés de leurs confrères africains. Le thème du séminaire était Le rôle de l huissier de justice dans le droit à l exécution. Les quelques 250 participants venus pour l occasion de 11 pays d Afrique et d Europe (Bénin, Cameroun, Congo, Côte d Ivoire, France, Gabon, Niger, Pays-Bas, Sénégal, Tchad et Togo) se sont retrouvés au Palais du Sénat à Libreville qui avait ouvert ses portes pour l événement. Trois ateliers ont décliné le thème général. Le premier atelier était consacré aux conditions de mise en œuvre de l exécution. Les droits français, nigérien, sénégalais, tchadien, gabonais ainsi que celui de l Ohada ont été présentés par les huissiers de justice formateurs de chaque pays et par un enseignant chercheur gabonais. Le deuxième atelier avait pour thème les garanties préalables à l exécution. À cette occasion, les formateurs français et africains ont évoqué tour à tour le droit Ohada mais également celui de la France, de la Côte d Ivoire, du Bénin et du Gabon. Le troisième atelier s est intéressé aux empêchements à l exécution. Outre les huissiers de justice formateurs de France, du Cameroun et du Togo, on a relevé les interventions du président de l ENP et du premier président de la cour d appel de Libreville, Édouard Ogandaga. Un confrère congolais a présenté un rapport de synthèse des travaux particulièrement fidèle et complet. Le grand nombre d apprenants n a pas empêché leur participation très active. Nos confrères et consœurs ne se sont pas fait prier pour poser de nombreuses questions aux formateurs et faire part de leurs remarques, difficultés et expériences dans le cadre de l exercice de leur difficile mais ô combien indispensable profession. Car, ne l oublions jamais, si l huissier de justice est un «élément essentiel de l État de droit» comme l a affirmé la Cour européenne des droits de l homme 3, c est par la formation qu il peut espérer conserver ce titre qui lui va si bien. 3 Arrêt Pini c. Roumanie, 22 juin 2004, req. n 78028/01 et 78030/ N 57 15

16 Infos professionnelles Tableau de bord Indice des prix à la consommation (parution le 20 février 2014) Pour l ensemble des ménages hors tabac Pour l ensemble des ménages Pour les ménages urbains dont le chef est ouvrier ou employé Agenda de l ENP Indice du coût de la construction (parution le 10 janvier 2014) T Période Indice de référence des loyers Variation annuelle T Indice des loyers (parution le 17 janvier 2014) Montant du Smic Année T Smic horaire brut ,43 T Smic mensuel brut pour 151,67 h de travail 1 430, , ,38 4 e trimestre ,83 + 0,69% Smic mensuel brut pour 169 h de travail // Date de parution au JO 21 décembre décembre 2013 Avril Mai Visite du Centre de Paris Journée d information sur la réforme de la Formation professionnelle continue (FPC) Réunion du Bureau Formation de formateurs Colloque Paris II Montant de l allocation du RSA* (tarif au 1er janvier 2014, montant maximum de l allocation) Nombre d enfants Par enfant supplémentaire Personne seule 499,31 748,97 898, ,72 Couple 748,97 898, , ,72 *RSA : Le revenu de solidarité active (RSA) est entré en vigueur le 1 er juin 2009 en France métropolitaine. Taux d intérêts connus Montant du SCT Année Taux de l intérêt légal > janvier 2014 Indemnité kilométrique ,04% 7,48 0,59 Taux en dernier ressort Taux de compétence des tribunaux Tribunal de Grande Instance > à Tribunal d Instance entre et Juge de proximité < ou = à N

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981

DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 DECRET N 81-536 DU 12 MAI 1981 relatif au diplôme d expertise comptable (1) (Journal officiel du 15 mai 1981) (1) Modifié par : Décret n 88-81 du 22 janvier 1988 (JO du 24 janvier 1988) ; Décret n 96-352

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats)

Commentaire. Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Commentaire Décision n 2011-179 QPC du 29 septembre 2011 Mme Marie-Claude A. (Conseil de discipline des avocats) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2011 par la première chambre civile

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE

REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ECOLE TITRE I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES PRÉAMBULE Le présent règlement intérieur est élaboré en application des articles 13 à 14-1 de la loi n 71-1130 du 31 décembre 1971, et du

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATIONS DU CENTRE DE RECHERCHES ET D ETUDES EN DROIT ET INSTITUTIONS JUDICIAIRES EN AFRIQUE

PROGRAMME DE FORMATIONS DU CENTRE DE RECHERCHES ET D ETUDES EN DROIT ET INSTITUTIONS JUDICIAIRES EN AFRIQUE UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCES POLITIQUES CENTRE DE RECHERCHES ET D ETUDES EN DROIT ET INSTITUTIONS JUDICIAIRES EN AFRIQUE PROGRAMME DE FORMATIONS DU CENTRE DE RECHERCHES ET

Plus en détail

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983)

Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) II- Décret du 4 novembre 1983 portant organisation et Fonctionnement de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (réf. Moniteur #78 du Jeudi 10 novembre 1983) DECRETE Chapitre premier

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE

STATUTS* APPROUVÉS LORS DE STATUTS* APPROUVÉS LORS DE Association Lucé Espace S p o r t i f S c i e n t i f i q u e Culturel d Animations d e L o i s i r s E d u c a t i f s L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 9 MARS 2013 (*Modifiant

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER

STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER STATUTS DE L UNION DES FRANÇAIS DE L ETRANGER Modifications adoptées en Assemblée Générale Extraordinaire du 3 mars 2012 I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Article 1 1) L Union des Français de l Etranger

Plus en détail

Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce

Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce 29 rue Danielle Casanova 75001 Paris Tél : 01.42.97.47.00 Fax : 01.42.97.47.55 Web : www.cngtc.fr Mail : contact@cngtc.fr Réalisation Biper Studio

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE DE FAISABILITE SUR LA CREATION D UN FONDS DE GARANTIE POUR LA FILIERE COTON EN CÔTE D IVOIRE

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE DE FAISABILITE SUR LA CREATION D UN FONDS DE GARANTIE POUR LA FILIERE COTON EN CÔTE D IVOIRE ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE DE FAISABILITE SUR LA CREATION D UN FONDS DE GARANTIE POUR LA FILIERE COTON EN CÔTE D IVOIRE ASPECT LEGAL ET REGLEMENTATION SUR LA CREATION ET LE FONCTIONNEMENT D UN FONDS

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 THEME : «COMPRENDRE ET S APPROPRIER LE NOUVEL ACTE UNIFORME SUR LES SURETES. QUELS ENJEUX POUR L ACTIVITE BANCAIRE?» Le législateur

Plus en détail

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R

S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R S I E T SYNDICAT DES INDUSTRIELS DES EQUIPEMENTS DU TRAITEMENT DE L EAU S T A T U T S C H A P I T R E P R E M I E R ARTICLE PREMIER CONSTITUTION Conformément au chapitre premier du titre premier du Livre

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

Organisé par le Cabinet CAAFER International SARL I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Organisé par le Cabinet CAAFER International SARL I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Séminaire international de formation sur les Sûretés et voies d'exécution Thème : «Quelques aspects pratiques du Traité OHADA et des Actes uniformes dérivés : le contentieux de la réalisation des suretés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault

COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION. Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault COUR DU QUÉBEC, DIVISION DES PETITES CRÉANCES PRÉPARATION D UNE AUDITION Me Melissa De Petrillo Me Annie Breault 1. Description de la Cour du Québec, division des petites créances 1.1 Compétence Les demandes

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

LES STATUTS DE L ASSOCIATION :

LES STATUTS DE L ASSOCIATION : LES STATUTS DE L ASSOCIATION : PRÉAMBULE Le territoire des Gorges du Haut-Allier Margeride, à la richesse patrimoniale et environnementale exceptionnelle, a vocation à devenir un Parc naturel régional.

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire

CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT. Section 1 : Les moyens financiers et matériels. Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire CHAPITRE 3 : L AIDE A L EXERCICE DU MANDAT Section 1 : Les moyens financiers et matériels Paragraphe 1 : L indemnité parlementaire L indemnité parlementaire prévue à l article 37 de la Constitution a pour

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville.

ORCHESTRE NATIONAL D ILE DE FRANCE, ci-après dénommée «l Orchestre» Le siège social est fixé au 19, rue des écoles, 94140 Alfortville. Association déclarée le 31 juillet 1973 sous le numéro 1258 à la Sous-Préfecture de Palaiseau régie par la Loi du 1 er juillet 1901 STATUTS I - But et composition de l Association Article 1er - Forme Il

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS

ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUS ASSOCIATION DES JURISTES D ASSURANCE ET DE REASSURANCE «AJAR» STATUTS Article 1 Constitution Dénomination Il est forme entre les soussignés

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones (ASGPF) Rapport d activités pour l année 2010-2011

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones (ASGPF) Rapport d activités pour l année 2010-2011 Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones (ASGPF) Rapport d activités pour l année 2010-2011 Par : Marie Joséphine DIALLO Présidente de l ASGPF Secrétaire Général de l Assemblée

Plus en détail

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION

Rédiger STATUTS DE L ASSOCIATION Nouspublionsci-dessousle modèlede statutstypes élaborésparle Conseild État, et publiés par le ministère de l Intérieur. Ce modèle est proposé aux associations qui sollicitent la reconnaissance d utilité

Plus en détail

Les Mesures de Protection

Les Mesures de Protection Les Mesures de Protection Après la loi du 5 mars 2007 Au siège de l ATIP Pour le Collège des Sections des PBP Par le Pôle Protection juridique et Projet de vie des Majeurs 17/01/2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 1789/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 14/02/2014 ------------------

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S

ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE ( A. D. I. J. ) ASSOCIATION DE LA LOI DE 1901 S T A T U T S NOVEMBRE 1990 2 ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INFORMATIQUE JURIDIQUE (

Plus en détail

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris.

STATUTS. II Siège social. Article 3 La Fondation a son siège à Paris. FONDATION MÉDÉRIC ALZHEIMER Fondation reconnue d utilité publique (Décret du 26 août 1999 JORF n 198 du 27 août 1999 p.12776) N SIRET : 428 994 008 00012 STATUTS I - But de la Fondation Article 1 er La

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SURENDETTEMENT

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e SURENDETTEMENT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 123 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 13 110 2422 janvier mai 2009 2014 S o m m a i r e SURENDETTEMENT

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER.

DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. DECRET N 13/032 DU 25 JUIN 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L EXERCICE DE LA PROFESSION D EXPERT IMMOBILIER. Le Premier Ministre, Vu la Constitution, telle que modifiée et complétée par la Loi n 11/002 du

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats :

CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE. (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : 1 CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Loi n 70-09 du 02 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 juillet 1972) N du registre des mandats : ENTRE LES SOUSSIGNES ET Usufruitiers des droits immobiliers ci-après énoncés,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906

LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts LE SOUVENIR FRANCAIS Association Nationale Fondée en 1887 Reconnue d utilité publique le 1 er février 1906 Statuts : 11 / 09 / 2008 1. BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 er L association

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

DECRET N 74-347 DU 12 AVRIL 1974 fixant le régime spécial applicable aux agents non fonctionnaires de l Etat.

DECRET N 74-347 DU 12 AVRIL 1974 fixant le régime spécial applicable aux agents non fonctionnaires de l Etat. DECRET N 74-347 DU 12 AVRIL 1974 fixant le régime spécial applicable aux agents non fonctionnaires de l Etat. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution, notamment en ses articles 37 et 65 ; Vu

Plus en détail

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES STATUTS SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS ET SALARIES ARTICLE 1 : STATUTS CONSTITUTION Il est crée sous la dénomination sociale : SYNDICAT PROFESSIONNEL DES THANATOPRACTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

MODALITES PRATIQUES. Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation

MODALITES PRATIQUES. Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation Pourquoi? MODALITES PRATIQUES Les élus et les formations en général Le droit du travail prévoit pour les élus titulaires : un droit à la formation - Une formation de 5 jours réalisable tous les 4 ans de

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux Société Française de Métallurgie ARTICLE 1 - FORME ET DENOMINATION et de Matériaux STATUTS Sous la dénomination "La Société Française de Métallurgie et de Matériaux", dont le sigle est SF2M, est formée

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S

RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Se former tout au long de la vie RÈGLEMENT GÉNÉRAL A.R.E.F.I.S Article 1 : Qualité de membre de l association (Article 4 des statuts) L exclusion d un membre adhérent de l association ne peut être prononcée

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012

Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Procès-verbal de l Assemblée Générale Extraordinaire du 4 février 2012 Le 4 février 2012, à l Isle-Adam (95290), Maison de l Amitié, 44, avenue de Paris, les membres de l association «Initiatives et Actions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n o 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi

Plus en détail

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport

Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Les séminaires parlementaires et les stages de formation Rapport Présenté par M. Louis Vlavonou (Bénin) Rapporteur Kinshasa (République démocratique du Congo) 5-8 juillet 2011 Mesdames, Messieurs, Mes

Plus en détail

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er -

STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION. - Article 1 er - STATUTS DE L'INRS TITRE I : OBJET ET COMPOSITION - Article 1 er - Les organisations ci-après énumérées décident de constituer, sous l'égide de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs

Plus en détail

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux

Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit, procédures, métiers du contentieux Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire SG/SADJPV du 1er mars 2010 relative à la présentation du principe de continuité de l aide juridictionnelle en cas d examen de la question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d Etat,

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ;

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1392/2013 ------------ JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 07/11/2013

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA Session de formation de Matadi sur le droit OHADA I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le vingt-quatre octobre; Assisté de BAH Stéphanie, Greffier.

L an deux mil quatorze Et le vingt-quatre octobre; Assisté de BAH Stéphanie, Greffier. REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE DU 24/10/2014 RG N 2803/2014 --------------- Monsieur N NEBE AGUMADU Samuel La société Immobilière

Plus en détail

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE REGLEMENT INTERIEUR Règlement intérieur AFE 1 PREAMBULE Il est prévu dans les statuts de l'afe «Association Française des Fiscalistes d Entreprise» l'établissement

Plus en détail

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES

SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES SEMINAIRE ANNUEL A L INTENTION DES AGENTS COMPTABLES Thème : La reddition des comptes de gestion d un Etablissement Public Administratif INTRODUCTION : Aux termes de la loi n 99/016 du 22 décembre 1999,

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

APPORT DE L OHADA AU DROIT DES AFFAIRES CONGOLAIS

APPORT DE L OHADA AU DROIT DES AFFAIRES CONGOLAIS APPORT DE L OHADA AU DROIT DES AFFAIRES CONGOLAIS Avant toute chose, nous tenons à remercier vivement les responsables du FORUM SOCIAL CONGOLAIS pour nous avoir permis d accéder à cette tribune, afin de

Plus en détail

Charte du cotisant. contrôlé

Charte du cotisant. contrôlé Charte du cotisant contrôlé Le mot du directeur Vous avez été informé de la visite de l un de nos inspecteurs dans le cadre d un contrôle. La CRPCEN s engage, par la présente charte, à vous informer sur

Plus en détail

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000

STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Les femmes du troisième millénaire STATUTS DE LA FEDERATION FEMMES 3000 Titre I : Dénomination - Siège - Objet Article 1. Dénomination Conformément à la loi du 1er juillet 1901 et au décret du 16 août

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret du 15 décembre 2010 portant approbation des statuts de la fondation de coopération scientifique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nantes N 10NT00063 Inédit au recueil Lebon 2ème Chambre M. PEREZ, président Mme Catherine BUFFET, rapporteur M. DEGOMMIER, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du vendredi

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat

Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat Les enjeux contemporains de la formation au droit à l ENM : développer les compétences fondamentales du magistrat - Depuis 1958, date de création du concours d accès à l Ecole de la magistrature, le mode

Plus en détail

I - Effets de la mesure de protection

I - Effets de la mesure de protection NOTICE à L USAGE du CURATEUR d un parent ou d un proche sous Curatelle simple Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. La curatelle simple est une mesure destinée à

Plus en détail