Oracles Cryptographiques. Trouver une joke de padding

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Oracles Cryptographiques. Trouver une joke de padding"

Transcription

1 Oracles Cryptographiques Trouver une joke de padding

2 Présentation Laurent Desaulniers CISSP, CISA, CISM, OSCP Pastafarian Cryptogeek Conseiller senior en sécurité Gabriel Tremblay B.Ing Logiciel, no lousy certs Pentester, Dev, Désagréable Président Subatomic Security Président NorthSec (nsec.io)

3 NorthSec (http://nsec.io) Le Hackus est Mort! Compétition en sécurité appliquée "Capture the flag" SmartCard Hardware Crypto Web Fun... Fun... JEOPARDY! (Public Shaming) Avril 2013 (Montréal/Lieu à venir)

4 Attention : Pas brilliants Nous ne disposons pas, même a deux, d'assez de capital intellectuel pour avoir découvert ces attaques

5 Oracle quoi? + SSL??

6 Cryptographique! Un oracle cryptographique est une faille d'implémentation qui permet de déchiffrer un "ciphertext" sans posséder la clé. Il peut affecter autant l'algorithme que son méchanisme de padding ou autre appendice nouilleux nécessaire à son fonctionnement.

7 AES-ECB - Fonctionnement AES-ECB fonctionne sur une base de bloc de 16 bytes. Pour la présentation, nous assumons que AES-ECB fonctionne avec des boîtes magiques. mais Un bloc plaintext donne TOUJOURS le même plaintext.

8 AES-ECB - Fonctionnement Image non chiffrée et chiffrée Source: Wikipedia

9 AES-ECB - Problématique Les blocs sont indépendants. Il est donc possible de déchiffrer l'ensemble du ciphertext grace au pouvoir du Feng Shui Crypto*

10 AES-ECB - Détection DANS LA NATURE Longueur /16 Plaintext répété = Ciphertext répété Peut s'appliquer a DES sur 8 bytes.

11 AES-ECB - Oracle On doit controller une partie du plaintext Etre capable de causer la génération d'un deuxieme bloc Il devrait y avoir une partie du plaintext que nous ne controlons et que nous ne connaissons pas "Secret" utilisateur role secret Nous controlons "utilisateur" Nous n'avons aucune idée du reste.

12 AES-ECB - Oracle Être capable d'envoyer plusieurs requêtes Captcha Jetons Anti-CSRF Server hébergé sur autre chose qu'une ligne télégraphique

13 AES-ECB - Attaque 1. On cherche a trouver la longueur initiale du Plaintext Complet (ce que l'on contrôle + le reste, si il y en a) 2. On Ajoute 1 caractere a la fin de notre plaintext, ceci aura un impact sur le ciphertext: a. Meme longeur de ciphertext b. Longueur différente.

14 AES-ECB - Attaque Si il n'y a pas de changement de longueur, nous ajoutons un caractère jusqu'a ce que le ciphertext change de taille Longueur Ciphertext = Longueur Plaintext + Padding Si on a un ajout de bloc, on sait que nous avons dépassé le padding???????

15 AES-ECB - Attaque Donc Longueur_Ciphertext = Longueur Plaintext connu et inconnu + Padding Comme les blocs de padding ont 16 bytes, lorsque nous causons la génération d'un nouveau bloc. Alors: Longueur_plaintext = 16 - (Longueur plaintext controllé + longeur plaintext non_controllé) = Padding 1 = Le caractere de trop qui a fait générer un bloc.

16 AES-ECB - Attaque Pourquoi est-ce un oracle? Il est possible de déplacer le plaintext secret au sein du ciphertext Crypto Fengshui!

17 Crypto Fengshui Username Role LAURENT Admistra (Bloc 1) teurppppppppppppppp (Bloc2) Si, le username est AAAAAAAAAAAAAAA AAAAAAAAAAAAAAA AdministrateurPP

18 AES-ECB - Imaginer une biere dont vous connaisez le gout (ciphertext) - Vous connaissez tout les ingrédients (plaintext) sauf 1(premier byte du secret) - Comment pouvez vous déterminer lingrédient manquant si il n'existe que 26 ingredients possibles - Faire 26 fois la recette et valider le gout!

19 AES-ECB Etape 1: CryptoFengshui Etape 2: Faire un dictionnaire Essayer toutes les possibilités de AAAAAAAAAAAAAAAAAA\x00 AAAAAAAAAAAAAAAAAA\xFF Etape 3: Envoyer AAAAAAAAAAAAAAAAA "Et c'est tout!"

20 AES-CBC/PKCS5 - Fonctionnement "Cipher Block Chaining" Les blocs sont maintenant dépendant L'algorithme de padding est défini The evil PKCS5

21 AES-CBC Source: Wikipedia

22 AES-ECB - Fonctionnement Dessin wikipedia

23 AES-CBC - Concepts importants (IV) Un bloc de plaintext doit toujours etre chiffré avec le ciphertext précédent. Que faire pour le premier bloc? Le premier bloc est toujours composé de 16 bytes aléatoires, c'est Le Vecteur d'initialisation (IV) Ainsi, le meme plaintext chiffré deux fois, avec deux IV différent, donnera deux ciphertext différents. Meme si ils ont la même clef.

24 AES-CBC - Concepts importants (IMV) En version très simple (TRÈS), le déchiffrement AES ressemble a: 1. Prendre un bloc de ciphertext 2. Le passer dans des boites magiques (AES) auxquelles nous fournissons aussi la clé. 3. On obtiens un (IMV) 4. On XOR ce IMV avec le ciphertext du bloc précédent 5. On obtiens le plaintext

25 The Evil PKCS5 Il y a TOUJOURS un bloc de padding à la fin. Car le plaintext doit etre contigu a 16 bytes Alors on ajoute un "padding" pour combler les trous Ce padding est défini (norme): 1 byte restant, padding: \x01 2 bytes restant, padding: \x02\x02 3 bytes restant, padding: \x03\x03\x03... Le plaintext est contigu!?, Padding: \x16\x16\x16\x16\x *\x16 :)

26 AES-CBC/PKCS5 - Problématique Ceci expose un fait très intéressant Le padding peut être erroné! Il existe une façon de valider si le padding est valide

27 AES-CBC - Détection DANS LA NATURE Longueur /16 Plaintext répété!= Ciphertext répété Minimum 32 bytes (IV + bloc 1) Si on ne chiffre strictement rien : IV + chiffré (16*\x16). Si on chiffre juste un "A" : IV + chifré(a + 15*\x15) Modifier 1 byte du IV changera tout le reste du ciphertext A tester vraiment!!!

28 AES-CBC/PKCS5 - Oracle Si le système permet à l'attaquant de déterminer qu'une erreur de padding s'est produite nous sommes en situation d'oracle. Cette situation peut se manifester sous plusieurs formes: - Temps de réponse variable - Message d'erreur différent - Code de retour http différent

29 CBC+PKCS5 - Propriété importante Admetons un IV au hazard et 1 bloc de ciphertext La probabilité d'obtenir 15 caratère aléatoire et un padding a \0x01 est nettement supérieure à celle d'obtenir 16*\0x16 Ceci est bizare, mais important pour la suite :)

30 AES-CBC - Attaque 1. Déterminer comment le système exprime une erreur de padding 2. Déterminer comment le système exprime un déchiffrement réussi. (Demo) url-redirect SSO.

31 AES-CBC - Attaque 1. Concentrons nous sur 1 seul bloc 2. Nous allons couper le ciphertext pour ne garder que les 32 premiers bytes a. IV + Block1 3. On met le IV completement a 16*0x00 4. On incrémente le dernier byte du IV jusqu'à ce que le site nous retourne un déchiffrement réeussi.

32 AES-CBC - Attaque 1. Nous sommes en situation où ciphertext = IV + chiffré(block1 + \x01) Car le site n'a pas régurgité d'erreur. Il est cependant important de noter que notre url "plaintext" est completement loufoque. La valeur du caractere du IV est utilisée comme IMV [INSERER DESSIN DE 3 BLOCS)

33 En image Controle Controle Source: Immunity

34 AES-CBC - Attaque Il est possible de déchiffrer le dernier byte car: \0x01 XOR IMV = Plaintext[15]

35 AES-CBC - Attaque Comment s'attaquer au byte [14]? Si vous vous rapellez, nous cherchons une chaine terminée par \x02\x02 Maintenant que nous connaisons la valeur du IMV[15] nous pouvons calculer la valeur pour obtenir \x02 a Block1[15] IMV XOR \x02 XOR \x01 = IV[15]

36 AES-CBC - Attaque Nous recommencons l'attaque sur IV[14] Demo + Dessins + ramasser le sang C'est tout!

37 D'autres oracles Il existe plusieurs autres attaques de ce genre Bleinbacher Attack (RSA) Lenght-Extension (SHA1) D'autres s'ajouteront avec le temps! Hackfest 2013?.. hahah.

Modes opératoires pour le chiffrement symétrique

Modes opératoires pour le chiffrement symétrique Modes opératoires pour le chiffrement symétrique Charles Bouillaguet 5 février 2015 1 Notion(s) de sécurité On a vu qu un mécanisme de chiffrement symétrique E est contistué de deux algorithmes : E : {0,

Plus en détail

TP 2 : Chiffrement par blocs

TP 2 : Chiffrement par blocs USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie TP 2 : Chiffrement par blocs Objectifs du TP utiliser openssl pour chiffrer/déchiffrer, étudier le remplissage

Plus en détail

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade.

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade. Crypt ographie Les risques réseau Spoofing ou masquarade Se faire passer pour quelqu'un d'autre Possible dès qu'il y a une association effectuée dynamiquement : adresse physique-ip adresse IP-nom redirection

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

TP : Cryptographie. Important : Un rapport doit être rendu au plus tard 10 jours après le TP.

TP : Cryptographie. Important : Un rapport doit être rendu au plus tard 10 jours après le TP. TP : Cryptographie Important : Un rapport doit être rendu au plus tard 10 jours après le TP. Objectif : Comprendre le mécanisme de chiffrement des mots de passe sous Linux Mise en œuvre d un algorithme

Plus en détail

Authentification de messages et mots de passe

Authentification de messages et mots de passe Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 1 1 et mots de passe Sébastien Gambs sgambs@irisa.fr 1 décembre 2014 Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 1 2 Introduction à l authentification

Plus en détail

INF 4420: Sécurité Informatique Cryptographie II

INF 4420: Sécurité Informatique Cryptographie II : Cryptographie II José M. Fernandez M-3106 340-4711 poste 5433 Aperçu Crypto II Types de chiffrement Par bloc vs. par flux Symétrique vs. asymétrique Algorithmes symétriques modernes DES AES Masque jetable

Plus en détail

Fireforce. Guide utilisateur

Fireforce. Guide utilisateur Fireforce Guide utilisateur Table des matières Fireforce...1 Installation...3 Logiciel requis...3 Récupération de l'exécutable...3 Installation...3 Utilisation de deux profils Firefox en même temps (optionnel)...3

Plus en détail

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode Les fonctions de hachage, un domaine à la mode JSSI 2009 Thomas Peyrin (Ingenico) 17 mars 2009 - Paris Outline Qu est-ce qu une fonction de hachage Comment construire une fonction de hachage? Les attaques

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Authentification et échange de clé E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr L authentification symétrique I. AUTHENTIFICATION I.1. L AUTHENTIFICATION

Plus en détail

quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs

quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs Marine MINIER Laboratoire CITI INSA de Lyon Journées EmSoC 2007 1 Introduction Réseaux sans fil multi-sauts utilisés en général pour monitorer

Plus en détail

Programmation Objet - Cours II

Programmation Objet - Cours II Programmation Objet - Cours II - Exercices - Page 1 Programmation Objet - Cours II Exercices Auteur : E.Thirion - Dernière mise à jour : 05/07/2015 Les exercices suivants sont en majorité des projets à

Plus en détail

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité

Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Chiffrement : Échanger et transporter ses données en toute sécurité Septembre 2014 Chiffrement : Confidentialité des données Malgré les déclarations de Google et autres acteurs du Net sur les questions

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS PAIEMENT PAR INTERNET. Nom de fichier : Monetico_Paiement_Foire_aux_Questions_v1.7 Numéro de version : 1.7 Date : 2014-05-29

FOIRE AUX QUESTIONS PAIEMENT PAR INTERNET. Nom de fichier : Monetico_Paiement_Foire_aux_Questions_v1.7 Numéro de version : 1.7 Date : 2014-05-29 FOIRE AUX QUESTIONS PAIEMENT PAR INTERNET Nom de fichier : Monetico_Paiement_Foire_aux_Questions_v1.7 Numéro de version : 1.7 Date : 2014-05-29 FOIRE AUX QUESTIONS Confidentiel Titre du document : Monetico

Plus en détail

HACKFEST 2010 - SOLUTIONNAIRE WEBCTF [v.2]

HACKFEST 2010 - SOLUTIONNAIRE WEBCTF [v.2] HACKFEST 2010 - SOLUTIONNAIRE WEBCTF [v.2] Sommaire Sommaire... 1 Site 1 (L actuel)... 1 Prémisse... 2 01-Enregistrement Premium... 2 02-Captcha - Erreur de logique... 2 03-Soumission d article... 3 04-XSS

Plus en détail

Signature et Chiffrement

Signature et Chiffrement UNIVERSITE LIBANAISE (Faculté de Génie) UNIVERSITE SAINT-JOSEPH (Faculté d'ingénierie) Sous l'égide de l'agence Universitaire de la Francophonie AUF Diplôme d'etudes Approfondies Réseaux de télécommunications

Plus en détail

Compromission d'un environnement VOIP Cisco Exploitation du Call Manager SSTIC 2013. Francisco. Juin 2013 LEXFO 1

Compromission d'un environnement VOIP Cisco Exploitation du Call Manager SSTIC 2013. Francisco. Juin 2013 LEXFO 1 Compromission d'un environnement VOIP Cisco Exploitation du Call Manager SSTIC 2013 Francisco Juin 2013 LEXFO 1 Plan Introduction Méthodologie Exploitation Démo Conclusion Juin 2013 LEXFO 2 Introduction

Plus en détail

Projet de Cryptographie

Projet de Cryptographie Projet de Cryptographie «Cassage mot de passe Windows et Linux» Lionel Coin 08/09 Sébastien Pône Un mot de passe est un moyen d authentification afin de restreindre l accès à une ressource ou un service.

Plus en détail

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises La banque en ligne et le protocole TLS : exemple 1 Introduction Définition du protocole TLS Transport Layer Security

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement par flot. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement par flot. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Chiffrement par flot E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr CHIFFREMENT PAR FLOT Chiffrement par flot Chiffrement RC4 Sécurité du Wi-fi Chiffrement

Plus en détail

Le Protocole DHCP. Définition. Références. Fonctionnement. Les baux

Le Protocole DHCP. Définition. Références. Fonctionnement. Les baux Définition Le Protocole DHCP DHCP signifie Dynamic Host Configuration Protocol. Il s'agit d'un protocole qui permet à un ordinateur qui se connecte sur un réseau local d'obtenir dynamiquement et automatiquement

Plus en détail

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage :

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : TUNNEL IPSEC OBJECTIF Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : AH : Authentification Header, protocole sans chiffrement de données ESP : Encapsulation

Plus en détail

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008 Serveur Web - IIS 7 Le livre de référence de ce chapitre est «Windows Server 2008 - Installation, configuration, gestion et dépannage» des éditions ENI, disponible sur egreta. Le site de référence pour

Plus en détail

Les failles de logique dans les applications Web

Les failles de logique dans les applications Web Victrix 4 secteurs d intervention Privilégiés Sécurité Solutions Applicatives Solutions d Infrastructure Réseaux &Télécommunication Patrick Chevalier CISSP, CISA, CSSLP, GIAC GSEC, CEH, SEC+ Conférences

Plus en détail

Le protocole sécurisé SSL

Le protocole sécurisé SSL Chapitre 4 Le protocole sécurisé SSL Les trois systèmes de sécurisation SSL, SSH et IPSec présentés dans un chapitre précédent reposent toutes sur le même principe théorique : cryptage des données et transmission

Plus en détail

INSTALLATION D'OPENVPN:

INSTALLATION D'OPENVPN: INSTALLATION D'OPENVPN: http://openmaniak.com/fr/openvpn_tutorial.php Suivez le tutorial d'installation d'openvpn. ARCHITECTURE /SERVER: Parmi les deux boitiers OpenVPN, il est nécessaire d'en déclarer

Plus en détail

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur

Emarche v1.5.1. Manuel Utilisateur Emarche v1.5.1 Manuel Utilisateur Table des matières 1 Pré-requis...2 2 Présentation...3 3 Utilisation...4 3.1 Fenêtre de connexion...4 3.2 Interface principale...5 3.3 Mise à jour automatique...6 3.4

Plus en détail

Informatique légale : FPGA vs. GPU

Informatique légale : FPGA vs. GPU Informatique légale : FPGA vs. GPU Sylvain Collange, Yoginder S. Dandass, Marc Daumas et David Defour 03/06/2008 Problématiques Analyse de disque dur Recherche de contenu illégal connu Y compris dans des

Plus en détail

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1 Cryptographie Master de cryptographie Architectures PKI 23 mars 2015 Université Rennes 1 Master Crypto (2014-2015) Cryptographie 23 mars 2015 1 / 17 Cadre Principe de Kercho : "La sécurité d'un système

Plus en détail

Les risques liés à la signature numérique. Pascal Seeger Expert en cybercriminalité

Les risques liés à la signature numérique. Pascal Seeger Expert en cybercriminalité Les risques liés à la signature numérique Pascal Seeger Expert en cybercriminalité Présentation Pascal Seeger, expert en cybercriminalité Practeo SA, Lausanne Partenariat avec Swisscom SA, Zurich Kyos

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE SAMSUNG SUR OS BADA. Gestionnaire de Mots de Passe Par Anis Safine. Page n 1

CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE SAMSUNG SUR OS BADA. Gestionnaire de Mots de Passe Par Anis Safine. Page n 1 CAHIER DES CHARGES POUR APPLICATION MOBILE SAMSUNG SUR OS BADA Par Anis Safine Page n 1 Sommaire I. Descriptif général de l'application...2 1. Problème et solution proposée...2 2. Question de sécurité...2

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Signature électronique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Signature électronique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Signature électronique E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr I. SIGNATURE ÉLECTRONIQUE I.1. GÉNÉRALITÉS Organisation de la section «GÉNÉRALITÉS»

Plus en détail

La Technologie Carte à Puce EAP TLS v2.0

La Technologie Carte à Puce EAP TLS v2.0 La Technologie Carte à Puce EAP TLS v2.0 Une sécurité forte, pour les services basés sur des infrastructures PKI, tels que applications WEB, VPNs, Accès Réseaux Pascal Urien Avril 2009 Architectures à

Plus en détail

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat SSL ET IPSEC Licence Pro ATC Amel Guetat LES APPLICATIONS DU CHIFFREMENT Le protocole SSL (Secure Socket Layer) La sécurité réseau avec IPSec (IP Security Protocol) SSL - SECURE SOCKET LAYER Historique

Plus en détail

Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows

Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows Les compromis temps-mémoire et leur utilisation pour casser les mots de passe Windows Philippe Oechslin Laboratoire de Securité et de Cryptographie (LASEC) École Polytechnique Fédérale de Lausanne Faculté

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Les Fonctions de Hachage Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury :.10 minutes Entretien avec le jury :..10 minutes GUIDE

Plus en détail

Rétro-ingénierie matérielle pour les reversers logiciels : cas d un DD externe chiffré

Rétro-ingénierie matérielle pour les reversers logiciels : cas d un DD externe chiffré Rétro-ingénierie matérielle pour les reversers logiciels : cas d un DD externe chiffré Joffrey Czarny & Raphaël Rigo / AGI / TX5IT 2015-06-03 / SSTIC 2015-06-03 / SSTIC 2 / 34 Introduction Pourquoi étudier

Plus en détail

Cryptologie à clé publique

Cryptologie à clé publique Cryptologie à clé publique La cryptologie est partout Chacun utilise de la crypto tous les jours sans forcément sans rendre compte en : - téléphonant avec un portable - payant avec sa carte bancaire -

Plus en détail

Chapitre 3 : Crytographie «Cryptography»

Chapitre 3 : Crytographie «Cryptography» Agence Nationale de Sécurité Informatique Support du Cours : Initiation aux 10 domaines fondamentaux de l expertise en sécurité des systèmes d Information, pour entamer la préparation aux certifications

Plus en détail

Perso. SmartCard. Mail distribution. Annuaire LDAP. SmartCard Distribution OCSP. Codes mobiles ActivX Applet. CRLs

Perso. SmartCard. Mail distribution. Annuaire LDAP. SmartCard Distribution OCSP. Codes mobiles ActivX Applet. CRLs HASH LOGIC s e c u r i t y s o l u t i o n s Version 1.0 de Janvier 2007 PKI Server Une solution simple, performante et économique Les projets ayant besoin d'une infrastructure PKI sont souvent freinés

Plus en détail

La sécurité des réseaux. 9e cours 2014 Louis Salvail

La sécurité des réseaux. 9e cours 2014 Louis Salvail La sécurité des réseaux 9e cours 2014 Louis Salvail Échanges de clés authentifiés Supposons qu Obélix et Astérix, qui possèdent des clés publiques certifiées PK O et PK A, veulent établir une communication

Plus en détail

Analyse des protections et mécanismes de chiffrement fournis par BitLocker

Analyse des protections et mécanismes de chiffrement fournis par BitLocker HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet Analyse des protections et mécanismes de chiffrement fournis par BitLocker

Plus en détail

Université d Aix-Marseille Master Réseaux & Télécoms Cryptographie

Université d Aix-Marseille Master Réseaux & Télécoms Cryptographie Université d Aix-Marseille Master Réseaux & Télécoms Cryptographie Semestre 2 Exercices et corrections pour le TD 5 2014 2015 Rappeler les initialisations pour ce cours : CRYPTO = "http://iml.univ-mrs.fr/~kohel/tch/crypto/"

Plus en détail

Académie Microsoft Exchange Server 2010 MODULE 2 : Migration des boites aux lettres de Exchange 2003 à Exchange 2010

Académie Microsoft Exchange Server 2010 MODULE 2 : Migration des boites aux lettres de Exchange 2003 à Exchange 2010 Académie Microsoft Exchange Server 2010 MODULE 2 : Migration des boites aux lettres de Exchange 2003 à Exchange 2010 Article de Damien Caro, Architecte Infrastructure sur les solutions de Communications

Plus en détail

Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON

Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON Tech-Evenings Sécurité des applications Web Sébastien LEBRETON Pourquoi revoir la sécurité des applications Web Des technologies omniprésentes Facilité de mise en œuvre et de déploiement. Commerce en ligne,

Plus en détail

Algorithmique avec Algobox

Algorithmique avec Algobox Algorithmique avec Algobox 1. Algorithme: Un algorithme est une suite d instructions qui, une fois exécutée correctement, conduit à un résultat donné Un algorithme doit contenir uniquement des instructions

Plus en détail

Cryptographie Échanges de données sécurisés

Cryptographie Échanges de données sécurisés Cryptographie Échanges de données sécurisés Différents niveaux d'intégration dans l'organisation du réseau TCP/IP Au niveau 3 (couche réseau chargée de l'envoi des datagrammes IP) : IPSec Au niveau 4 (couche

Plus en détail

Principes de cryptographie pour les RSSI

Principes de cryptographie pour les RSSI Principes de cryptographie pour les RSSI Par Mauro Israël, Coordinateur du Cercle Européen de la Sécurité et des Systèmes d Information La plupart des responsables sécurité et des informaticiens considèrent

Plus en détail

www.thales-esecurity.com COMMERCIAL IN CONFIDENCE

www.thales-esecurity.com COMMERCIAL IN CONFIDENCE www.thales-esecurity.com www.thales-esecurity.com PCI-DSS data protection : Impact sur l industrie de paiement Aurélien Narcisse 3 / Introduction PCI DSS? Signification? Conformité? 4 / Introduction au

Plus en détail

Le protocole RADIUS Remote Authentication Dial-In User Service

Le protocole RADIUS Remote Authentication Dial-In User Service Remote Authentication Dial-In User Service CNAM SMB 214-215 Claude Duvallet Université du Havre UFR des Sciences et Techniques Courriel : Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/26 Objectifs du cours

Plus en détail

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET

TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET TP RPV DE NIVEAU APPLICATION EXTRANET Étudions le cas de l entreprise MAROQ. L entreprise a décidé d ouvrir une partie de son SI (Système d information) à ses partenaires. Cette ouverture s effectue par

Plus en détail

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire.

21 mars 2012. Simulations et Méthodes de Monte Carlo. DADI Charles-Abner. Objectifs et intérêt de ce T.E.R. Générer l'aléatoire. de 21 mars 2012 () 21 mars 2012 1 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars 2012 2 / 6 1 de 2 3 4 5 () 21 mars 2012 3 / 6 1 2 de 3 4 5 () 21 mars 2012 4 / 6 1 2 de 3 4 de 5 () 21 mars 2012 5 / 6 de 1 2 3 4 5 () 21 mars

Plus en détail

TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE

TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE Jonathan BLANC Enseignant : Sandrine JULIA Adrien DE GEORGES Année universitaire 23/24 Licence Informatique TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE - - TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 3. TECHNIQUES DE CRYPTOGRAPHIE

Plus en détail

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Nicole Dausque CNRS/UREC CNRS/UREC IN2P3 Cargèse 23-27/07/2001 http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/certificats.kezako.pdf http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/pc.cnrs.pdf

Plus en détail

La signature électronique

La signature électronique Livre Blanc La signature électronique Date : mercredi 22 janvier 2014 Indice : V01 SSL Europa - 8 chemin des escargots - 18200 Orval - France T: +33 (0)9 88 99 54 09 Table des matières 1. De nouveaux enjeux...

Plus en détail

Table des matières 1 NAT et ICS sous Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2

Table des matières 1 NAT et ICS sous Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2 Table des matières 1 NAT et ICS sous Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2 1.2 Fonctionnement du NAT...3 1.3 Port Forwarding...5 2011 Hakim Benameurlaine 1 1 NAT et ICS sous Windows 2008 Server

Plus en détail

Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau

Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau Web : Stockage de mot de passe LOG619 Automne 2011 Olivier Bilodeau 1 Plan Historique du Web Problème du stockage de mots de passe La menace Le craquage de mots de passes Évolution d'une solution et ses

Plus en détail

La sécurité applicative et les tests d'intrusion, beaucoup plus qu'un scan automatisé. Conférence ASIQ, mars 2014

La sécurité applicative et les tests d'intrusion, beaucoup plus qu'un scan automatisé. Conférence ASIQ, mars 2014 La sécurité applicative et les tests d'intrusion, beaucoup plus qu'un scan automatisé Conférence ASIQ, mars 2014 www.hackfest.ca AINSI, CE QUI EST D UNE IMPORTANCE SUPRÊME DANS LA GUERRE, C EST D ATTAQUER

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

La sécurité dans les grilles

La sécurité dans les grilles La sécurité dans les grilles Yves Denneulin Laboratoire ID/IMAG Plan Introduction les dangers dont il faut se protéger Les propriétés à assurer Les bases de la sécurité Protocoles cryptographiques Utilisation

Plus en détail

les Formulaires / Sous-Formulaires Présentation...2 1. Créer un formulaire à partir d une table...3

les Formulaires / Sous-Formulaires Présentation...2 1. Créer un formulaire à partir d une table...3 Présentation...2 1. Créer un formulaire à partir d une table...3 2. Les contrôles :...10 2.1 Le contrôle "Intitulé"...11 2.2 Le contrôle "Zone de Texte"...12 2.3 Le contrôle «Groupe d options»...14 2.4

Plus en détail

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Année scolaire 2009-2010 IG2I L5GRM Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Enseignant : Armand Toguyéni Durée : 2h Documents : Polycopiés de cours autorisés Note : Ce sujet comporte deux parties. La

Plus en détail

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Technologies de l Internet Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Cryptage avec clé secrète même clé I think it is good that books still exist, but they do make

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

La Latecion protection anti-intrusion Web Web Le concept «Zero effort Security» La protection des applications Extranet

La Latecion protection anti-intrusion Web Web Le concept «Zero effort Security» La protection des applications Extranet REALSENTRY TM Gestion, Performance et Sécurité des infrastructures Web La Latecion protection anti-intrusion Web Web Le concept «Zero effort Security» La protection des applications Extranet L authentification

Plus en détail

Les défis de l ordinateur quantique

Les défis de l ordinateur quantique Les défis de l ordinateur quantique Frédéric Magniez http://www.lri.fr/quantum Vers la nanotechnologie 2 Fin de la loi de Moore? "No exponential is forever. Your job is to delay forever.", Andrew Gordon

Plus en détail

sdeon@cloud-morning.fr Septembre 2015

sdeon@cloud-morning.fr Septembre 2015 sdeon@cloud-morning.fr Septembre 2015 1 Le chiffrement seul permet de protéger les informations Pour HTTP, il y a une couche de chiffrement, d authentification et de contrôle d intégrité avec la surcouche

Plus en détail

Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011. Version du lundi 19 septembre 2011

Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011. Version du lundi 19 septembre 2011 1 Authentification avec CAS sous PRONOTE.net 2011 Version du lundi 19 septembre 2011 2 1 - Vocabulaire employé et documentation... 3 1.1 - SSO (Single Sign-On)... 3 1.2 - CAS (Central Authentication Service)...

Plus en détail

Authentification et intégrité

Authentification et intégrité Chapitre 8 Authentification et intégrité Jusqu à présent nous avons considéré le chiffrement pour maintenir un secret. Cependant, d autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte pour garantir une communication

Plus en détail

TP RESEAU N 3. Mise en place du système d'un serveur Apache SSL

TP RESEAU N 3. Mise en place du système d'un serveur Apache SSL TP RESEAU N 3 Mise en place du système d'un serveur Apache SSL Master Management de la Sécurité des Systèmes Industriels et des Systèmes d Information année 2005/2006 Julien VEHENT 1. Introduction Ce compte

Plus en détail

PROTOCOLES DE SECURITE

PROTOCOLES DE SECURITE Cours de sécurité PROTOCOLES DE SECURITE Gérard Florin/Stéphane Natkin - CNAM / Laboratoire CEDRIC - 1 Protocoles de sécurité Plan du chapitre Introduction Confidentialité Intégrité Authentification Protection

Plus en détail

OWASP Open Web Application Security Project. Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI

OWASP Open Web Application Security Project. Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI OWASP Open Web Application Security Project Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI A1: Injection Une faille d'injection, telle l'injection SQL, OS et LDAP, se produit quand une donnée non fiable est

Plus en détail

Sécurité des systèmes informatiques

Sécurité des systèmes informatiques Sécurité des systèmes informatiques Alex Auvolat, Nissim Zerbib 4 avril 2014 Alex Auvolat, Nissim Zerbib Sécurité des systèmes informatiques 1 / 43 Introduction La sécurité est une chaîne : elle est aussi

Plus en détail

Fonction de hachage et signatures électroniques

Fonction de hachage et signatures électroniques Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

TP Cryptographie. Seul les services ssh et http/https sont accessibles depuis le poste de travail vers le serveur

TP Cryptographie. Seul les services ssh et http/https sont accessibles depuis le poste de travail vers le serveur TP Cryptographie Utiliser la machine virtuelle : devil crypto.tar.bz2!! Utiliser l'annexe en fin de TP. Le serveur devil sera considéré comme le serveur web, de plus il met à disposition: Le login administrateur

Plus en détail

Ce guide n a pas vocation à se substituer à une démarche de certification PCI DSS.

Ce guide n a pas vocation à se substituer à une démarche de certification PCI DSS. Guide à l attention des développeurs / hébergeurs de sites web marchands sur le niveau minimum de sécurité pour le traitement de numéros de cartes bancaires Préambule Ce guide n a pas vocation à se substituer

Plus en détail

Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB

Journées MATHRICE Dijon-Besançon DIJON 15-17 mars 2011. Projet MySafeKey Authentification par clé USB Journées MATHRICE "Dijon-Besançon" DIJON 15-17 mars 2011 1/23 Projet MySafeKey Authentification par clé USB Sommaire 2/23 Introduction Authentification au Système d'information Problématiques des mots

Plus en détail

Date de découverte 16 Octobre 2014 Révision du bulletin 1.0

Date de découverte 16 Octobre 2014 Révision du bulletin 1.0 Vulnérabilité OpenSSL Date de découverte 16 Octobre 2014 Révision du bulletin 1.0 Déni de service Niveau de compétence de l attaquant Bas Provenance de l attaque Internet et réseau local Popularité Introduction

Plus en détail

Livre blanc. Sécuriser les échanges

Livre blanc. Sécuriser les échanges Livre blanc d information Sécuriser les échanges par emails Octobre 2013 www.bssi.fr @BSSI_Conseil «Sécuriser les échanges d information par emails» Par David Isal Consultant en Sécurité des Systèmes d

Plus en détail

Présentation de Ironkey Alain Takahashi, Hermitage Solutions www.hermitagesolutions.com. Importé en France par:

Présentation de Ironkey Alain Takahashi, Hermitage Solutions www.hermitagesolutions.com. Importé en France par: Présentation de Ironkey Alain Takahashi, Hermitage Solutions www.hermitagesolutions.com Importé en A propos de Hermitage Solutions: Depuis 2002, importateur et distributeur de solutions pour la säcuritä

Plus en détail

Université de Reims Champagne Ardenne. HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS. Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin

Université de Reims Champagne Ardenne. HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS. Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin 2007 2008 Université de Reims Champagne Ardenne Sécurité dans TCP/IP HTTPS, SSL, SSH, IPSEC et SOCKS Présenté par : BOUAMAMA Mohamed Nadjib AZIZ Xerin 1 Protocole HTTPS HTTPS signifie Hypertext Transfer

Plus en détail

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7

et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 Tsoft et Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11747-7 OEM Console Java OEM Console HTTP OEM Database Control Oracle Net Manager 6 Module 6 : Oracle Enterprise Manager Objectifs Contenu A la fin de ce module,

Plus en détail

Le chirement a la volee Anne Canteaut INRIA Projet CODES BP 5 7853 Le Chesnay Cedex http://wwwrocq.inria.fr/~canteaut/ Les procedes de chirement a la volee sont des techniques qui permettent d'assurer

Plus en détail

A6 - HTTP ESIROI 2014-2015

A6 - HTTP ESIROI 2014-2015 A6 - HTTP ESIROI 2014-2015 HTTP HyperText Transfer Protocol Protocole synchrone 3 version : HTTP/0.9 (obsolète) HTTP/1.0 (rare) HTTP/1.1 HTTP - fonctionnement Requête Réponse Icones : http://www.visualpharm.com/

Plus en détail

Plateforme de formation en ligne Compte-rendu d'activité en sciences de l'ingénieur

Plateforme de formation en ligne Compte-rendu d'activité en sciences de l'ingénieur Plateforme de formation en ligne Compte-rendu d'activité en sciences de l'ingénieur Les serveurs LCS installés dans les établissements de l'académie de Caen disposent de l'application de formation en ligne

Plus en détail

Hacking et Forensic Développez vos propres outils en Python

Hacking et Forensic Développez vos propres outils en Python Le réseau 1. Introduction 11 2. Les sockets 12 2.1 Création d'un socket 12 2.2 Échange de données 13 2.3 Les erreurs 14 2.4 Socket et FTP 17 2.5 Utilisation de l'udp 19 3. Création d'un serveur 20 3.1

Plus en détail

PySQLi. Framework d'injection de code SQL

PySQLi. Framework d'injection de code SQL PySQLi Framework d'injection de code SQL Meeting #Hackerzvoice 3 novembre 2012 Plan (1/2) Les camés du SQL TOP 10 OWASP Rappels sur les injections Exploitations possibles Outils (non exhaustif) Sqlmap

Plus en détail

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES : STANDARDS, ALGORITHMES DE HACHAGE ET PKI» DU 22 AU 26 JUIN 2015 TUNIS (TUNISIE) CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES

Plus en détail

LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE

LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE Projet tutoré 2007 TENEUR Jérôme Groupe: III MAHIEU Maxime Année 2006 / 2007 BINARD Romain RTFI1A LES SECURITES DE LA CARTE BANCAIRE 1 SOMMAIRE I - Introduction II - Le chiffrement symétrique 1 - Les principes

Plus en détail

Map It : sauvegarder et afficher des lieux sur une carte Google

Map It : sauvegarder et afficher des lieux sur une carte Google Map It : sauvegarder et afficher des lieux sur une carte Google Imaginez que vous prévoyez de rencontrer de nouveaux amis dans une ville inconnue et qu'ils vous donnent des adresses de lieux de rencontre.

Plus en détail

Domain Name System Extensions Sécurité

Domain Name System Extensions Sécurité Domain Name System Extensions Sécurité 2 juin 2006 France Telecom R&D Daniel Migault, Bogdan Marinoiu mglt.biz@gmail.com, bogdan.marinoiu@polytechnique.org Introduction Extentions de Sécurité DNS Problématique

Plus en détail

Rapport de certification ANSSI-CSPN-2010/07. KeePass Version 2.10 Portable

Rapport de certification ANSSI-CSPN-2010/07. KeePass Version 2.10 Portable PREM IE R M IN IS T R E Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Rapport de certification ANSSI-CSPN-2010/07 KeePass Version

Plus en détail

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2

1. Introduction...2. 2. Création d'une requête...2 1. Introduction...2 2. Création d'une requête...2 3. Définition des critères de sélection...5 3.1 Opérateurs...5 3.2 Les Fonctions...6 3.3 Plusieurs critères portant sur des champs différents...7 3.4 Requête

Plus en détail

Introduction aux SGBDR

Introduction aux SGBDR 1 Introduction aux SGBDR Pour optimiser une base Oracle, il est important d avoir une idée de la manière dont elle fonctionne. La connaissance des éléments sous-jacents à son fonctionnement permet de mieux

Plus en détail

FORMATIONS 2010. www.ineovation.fr

FORMATIONS 2010. www.ineovation.fr Infrastructures à clefs publiques/pki X.509 Sécurité de la Voix sur IP Technologie IPSec VPN Introduction à la cryptographie Sécuriser un système Unix ou Linux Version 1.0: 17 MAI 2010 1 1 Infrastructures

Plus en détail