ACCUEIL DU NOUVEL ARRIVANT SUR UN CHANTIER DE GROS ŒUVRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCUEIL DU NOUVEL ARRIVANT SUR UN CHANTIER DE GROS ŒUVRE"

Transcription

1 ACCUEIL DU NOUVEL ARRIVANT SUR UN CHANTIER DE GROS ŒUVRE ACCUEIL

2 ACCUEIL DU NOUVEL ARRIVANT SUR UN CHANTIER DE GROS ŒUVRE Ce guide est remis à toute personne lors de son intégration dans l entreprise : nouvel embauché (CDD, CDI), personnel intérimaire, travailleur affecté à un nouveau poste de travail, stagiaire. L accueillant remet le guide avec tous les compléments d informations nécessaires à la sécurité du nouvel arrivant.

3 SOMMAIRE Règles générales de sécurité sur un chantier p 3 Hygiène p 4 Circulation et accès sur le chantier p 6 Échelles et plates-formes de travail p 8 Protections collectives p 10 Équipements de protection individuelle p 12 Ordre aux postes de travail p 16 Manutentions manuelles et mécaniques p 18 Risques électriques p 20 Produits dangereux p 22 Premiers secours p 24 Règles de sécurité des méthodes de construction p 27 Ouvrages verticaux en béton armé p 28 Murs préfabriqués p 38 Murs maçonnés p 42 Planchers p 48 2

4 Règles générales de sécurité sur un chantier Suivez les consignes de sécurité. Respectez les dispositifs de protection collective. Portez les équipements de protection individuelle. Respectez le règlement intérieur de l entreprise. Ne consommez pas de boissons alcoolisées. Signalez toute situation dangereuse à votre chef direct. Appliquez les consignes d utilisation des matériels et des matériaux. 3

5 Utilisez et maintenez propres les installations mises à votre disposition. les réfectoires, les sanitaires (WC, lave-mains), les armoires vestiaires (double compartiment). 4

6 HYGIÈNE Lavez vos bottes. Hygiène corporelle et vestimentaire Lavez-vous les mains avant de manger, boire ou fumer. 5

7 Empruntez les passerelles-auvents. Utilisez les accès aménagés. 6

8 CIRCULATION ET ACCÈS SUR LE CHANTIER Veillez à ce que les circulations soient correctement éclairées et protégées. Ne circulez pas dans les zones de manutention de charges. 7

9 L échelle est un moyen d accès, Pour éviter qu elle ne bascule ou ne glisse, l échelle doit être correctement positionnée. fixée en tête calée en pied 5 échelons se chevauchant L échelle doit dépasser d au moins un mètre le plan supérieur d accès. 8

10 ÉCHELLES ET PLATES-FORMES DE TRAVAIL pas un poste de travail Utilisez une échelle en bon état. Descendez toujours face à l échelle. Travaillez à partir de plates-formes stables. 9

11 Protégez les baies. une main courante entre 1 m et 1,10 m une lisse intermédiaire une plinthe de 10 à 15 cm Protégez les ouvertures dans les planchers. 10

12 PROTECTIONS COLLECTIVES Mettez en place les garde-corps de rive avant la pose des panneaux de coffrage. Installez les garde-corps avant utilisation. 11

13 Portez impérativement les équipements de Le casque protège des chutes d objets ou des heurts. Prévoir une jugulaire pour les travaux de charpente et de montage/démontage d échafaudage. Les chaussures ou bottes de sécurité avec semelle et coquille d acier protègent contre piqûres et écrasements. Le vêtement de travail doit être ajusté pour ne pas être pris dans les mécanismes en mouvement et être équipé de poches pour les protections genoux. 12

14 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE protection individuelle pour éviter les blessures Les coquilles ou bouchons d oreilles protègent du bruit. Les gants protègent vos mains des coupures, piqûres ou maladies de peau. Les lunettes protègent vos yeux des poussières et projections de particules. Le demi-masque filtrant protège vos voies respiratoires. Il est adapté au type de polluant : poussières, fumées, aérosols. NOTA : Tous les EPI doivent porter le marquage CE. 13

15 Portez des gants et des lunettes lors du burinage. Portez des gants lorsque vous manutentionnez. 14

16 ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Portez des gants et un masque lorsque vous huilez ou nettoyez une banche. Portez des protections auditives, des gants et des lunettes à la mise en œuvre du béton. 15

17 L ordre est un facteur essentiel de sécurité Rangez et nettoyez votre poste de travail. Ne nettoyez pas n importe comment. Attention aux personnes qui sont en dessous! 16

18 ORDRE AUX POSTES DE TRAVAIL contre les chutes de plain-pied. Dégagez les chemins de circulation. pour éviter les chutes, les glissades, les perforations. 17

19 Adoptez une bonne position pour lever, poser ou déplacer une charge, afin d éviter les blessures au dos. Répartissez le poids en portant à plusieurs si nécessaire. 18

20 MANUTENTIONS MANUELLES ET MÉCANIQUES Vérifiez l état des cordages, chaînes, élingues, crochets. Ne passez pas sous la charge. Amarrez les charges correctement. 19

21 Utilisez correctement le matériel électrique. Ne bricolez pas. Saisissez la fiche pour la débrancher. Ne tirez pas sur le fil. 20

22 RISQUES ÉLECTRIQUES Utilisez des baladeuses réglementaires. N utilisez pas les outils électriques portatifs en cas de pluie. Respectez les distances réglementaires avec les lignes électriques aériennes. Distance minimale : dmin = 3 m si V. dmin = 5 m si V. 21

23 Respectez l interdiction de fumer près des produits inflammables ou explosifs. Les produits inflammables ou dangereux sont stockés dans des bacs de rétention et dans un local aéré. 22

24 PRODUITS DANGEREUX les indications portées sur les étiquettes Respectez lors du stockage et de l utilisation de ces produits. cas de transvasement, Ne mettez jamais de En identifiez lisiblement substances nocives dans le produit sur le nouveau récipient. des récipients destinés à contenir des boissons. 23

25 VOUS ÊTES TÉMOIN D UN ACCIDENT Ne bougez pas la victime. Ne lui donnez pas à boire. Protégez la zone. Éloignez les curieux. Couvrez-la d une couverture ou d un manteau. S il s agit d une électrisation, NE TOUCHEZ PAS LA VICTIME. Coupez ou faites couper immédiatement le courant électrique. Selon la formation SST, utilisez le défibrillateur automatisé externe (DAE), pratiquez le massage cardiaque et la respiration artificielle. Si vous êtes vous-même victime d une blessure, même légère : faites-vous soigner immédiatement. 24

26 PREMIERS SECOURS Alertez les secours. Téléphonez au 18 ou 112 * ou 15 et dites : 1 - Ici chantier à (commune ou arrondissement) N rue en face de téléphone Précisez la nature de l accident (par exemple : éboulement, asphyxie, chute ) la position du blessé (par exemple : le blessé est sur le toit, il est au sol ou dans une fouille ). s il y a nécessité de dégagement. 3 - Signalez le nombre de blessés et leur état 4 - Décrivez l intervention du secouriste (par exemple : premiers soins, bouche à bouche ). 5 - Fixez un point de rendez-vous et envoyez quelqu un à ce point pour guider les secours. 6 - Fa ites répéter le message. Ne raccrochez jamais le premier. 7 - Prévenez votre hiérarchie. * Numéros à composer d un poste fixe ou mobile. 25

27

28 Règles de sécurité des méthodes de construction Ouvrages verticaux en béton armé préparation des armatures coffrages bois traditionnels coffrages-outils : banches plates-formes de travail en encorbellement Murs préfabriqués manutention stockage pose de panneaux de façade Murs maçonnés circulations stockage et approvisionnement des matériaux exécution de la maçonnerie Planchers étaiement coffrage traditionnel en bois coffrages pour planchers coffrages modulaires planchers à prédalles planchers à poutrelles et entrevous stockage et charges planchers préfabriqués

29 PRÉPARATION DES ARMATURES Manutentionnez les fagots d armatures et les panneaux de treillis avec des élingues ou des accessoires de levage appropriés. N utilisez jamais les «tortillards» pour lever. 28

30 OUVRAGES VERTICAUX EN BÉTON ARMÉ Utilisez une cisaille portative pour couper les armatures. Préparation des armatures Ne pliez pas inconsidérément les aciers HA (haute adhérence), reconnaissables aux reliefs sur leur surface, au risque de les briser. 29

31 Stockez convenablement les cages d armatures. Stabilisez toujours les cages d armatures lors de leur mise en place. Protégez toutes les armatures en attente et nettoyez les traces d huile de démoulage. En cas d accident par empalement, ne touchez pas la victime et appelez les secours d urgence. 30

32 OUVRAGES VERTICAUX EN BÉTON ARMÉ COFFRAGES BOIS TRADITIONNELS Ne décoffrez que sur ordre Démontez proprement les de votre hiérarchie. assemblages et enlevez immédiatement les pointes. Coffrages bois traditionnels Nettoyez les traces de béton sur les coffrages avant réemploi. 31

33 COFFRAGES-OUTILS : BANCHES Ils permettent de réaliser des voiles en béton armé d une hauteur variable. Stabilisez les banches avant libération de la grue pour éviter l écrasement par renversement. Installez les protections collectives. 32

34 OUVRAGES VERTICAUX EN BÉTON ARMÉ Mettez en place les compas de stabilisation et fixez-les convenablement. Coffrages-outils : banches Adoptez la bonne posture pour le réglage à la barre à mine. 33

35 Accédez aux zones de manœuvre par échelles intérieures intégrées. Lorsque les banches sont équipées de rehausses, les opérations de bétonnage et de vibration doivent être réalisées depuis les plates-formes sans monter sur le sommet du coffrage ni sur celui des garde-corps. 34

36 OUVRAGES VERTICAUX EN BÉTON ARMÉ PLATES-FORMES DE TRAVAIL EN ENCORBELLEMENT Ne posez pas la plateforme tant que le mur n est pas tenu en tête par le plancher haut ou, dans certains cas, une structure de refend suffisamment dimensionnée. Plates-formes de pignon 35

37 Respectez le mode opératoire de mise en œuvre de la plate-forme. 36

38 OUVRAGES VERTICAUX EN BÉTON ARMÉ Plates-formes de pignon 37

39 MANUTENTION Utilisez le palonnier mis à votre disposition. Respectez la charge indiquée. Lorsque la boucle de levage se présente comme ci-dessus, mettez le crochet vers l extérieur. La longueur de l élingue à deux brins est définie par l écartement des boucles de levage. 38

40 MURS PRÉFABRIQUÉS Après avoir élingué l élément préfabriqué puis avoir défait l arrimage de cet élément à la remorque, descendez de la remorque avant de faire lever la charge. Manutention Lorsque le dispositif de levage est constitué d une douille à vis, vissez à fond la boucle et ne tirez pas en biais. 39

41 STOCKAGE Utilisez de préférence les râteliers industriels. Ne stockez pas panneau contre panneau. POSE DE PANNEAUX DE FAÇADE Pour la réception des panneaux, mettez préalablement en place les protections conformément au mode opératoire qui vous a été précisé. 40

42 MURS PRÉFABRIQUÉS Pose de panneaux de façade Avant de décrocher les élingues, fixez les étais tirant-poussant en utilisant une plate-forme individuelle roulante et non une échelle. Utilisez des étais tirant-poussant équipés des pièces d origine ou de remplacement conformes. Pas de pièces rapportées ni de bricolage. 41

43 CIRCULATIONS Faites attention aux chutes éventuelles d objets. Chargez correctement la brouette et tenez compte des dimensions de passage. 42

44 MURS MAÇONNÉS Aménagez les accès. Circulations 43

45 STOCKAGE ET APPROVISIONNEMENT DES MATÉRIAUX Stockez sur une aire horizontale et résistante, avec un empilement de 2 palettes maximum. N utilisez pas les palettes comme plates-formes de travail. 44

46 MURS MAÇONNÉS L approvisionnement des matériaux doit se faire avec une fourche à palettes adaptée et convenablement utilisée. CMU 2T CMU 2T Stockage et approvisionnement des matériaux Leur réception doit se faire sur une recette protégée. 45

47 EXÉCUTION DE LA MAÇONNERIE Mettez en place les protections au pourtour de la plate-forme de travail et face au maçon. Ne surchargez pas la plate-forme. Mettez en place les plinthes pour éviter des chutes d objets. 46

48 MURS MAÇONNÉS Devant une baie, mettez une protection complète. Exécution de la maçonnerie Réglez les plates-formes à la bonne hauteur. Pas de surélévation bricolée! 47

49 ÉTAIEMENT Placez les étais verticalement. N utilisez que des étais avec leur broche d origine. Utilisez les paniers pour la manutention des étais. 48

50 PLANCHERS Assurez-vous de la stabilité de l étaiement en pied. Tours d étaiement Assurez-vous de la stabilité de l étaiement en tête. Étaiement Disposez et calez correctement l ossature porteuse dans les fourches. 49

51 COFFRAGE TRADITIONNEL EN BOIS Respectez les règles du calepinage de l étaiement du coffrage. Recouvrement mini : voir les consignes du fabricant Porte-à-faux maxi : voir les consignes du fabricant 50

52 PLANCHERS Coffrage traditionnel en bois à calculer Portée des poutres principales 51

53 COFFRAGES POUR PLANCHERS Étaiement Assurez un bon étaiement : étai vertical, sur un sol résistant, avec trépied et mise en place correcte de la fourche. 52

54 PLANCHERS Décoffrage Pour décoffrer, travaillez à la bonne hauteur. Coffrages pour planchers Ne décoffrez que sur ordre de votre hiérarchie. 53

55 COFFRAGES MODULAIRES Respectez les préconisations du fabricant du système utilisé. Commencez le montage dans un angle en montant le panneau de contreventement. Terminez la travée de base. Complétez son contreventement. 54

56 PLANCHERS Coffrages modulaires Posez les panneaux de coffrage par dessous à partir d une plate-forme et non par-dessus. Veillez à la mise en place des garde-corps de rive avant la pose des panneaux de coffrage. Fourreau acier au minimum noyé de 30 cm dans le béton 55

57 Décoffrage Avant le décoffrage, assurez la protection des trémies. Au décoffrage, ne desserrez pas les étais mais seulement les supports des poutrelles. Enlevez et rangez les panneaux de coffrage, puis les poutrelles. Les étais restent en place jusqu au durcissement suffisant du béton : ne les enlevez que sur ordre de votre responsable hiérarchique. 56

58 PLANCHERS PLANCHERS À PRÉDALLES Enfichez ou accrochez les montants de garde-corps dans les réservations ou les boucles préparées à la préfabrication. Planchers à prédalles Mettez en place les garde-corps avant le levage des prédalles. Les crochets bleus seront utilisés pour la manutention. 57

59 Accrochez le palonnier sur toutes les boucles de levage de la prédalle. Mettez en place la prédalle équipée de son garde-corps. Égalisez la tension des brins. Lorsque les prédalles sont équipées de raidisseurs à treillis, n accrochez pas les élingues à ces raidisseurs, mais aux boucles prévues à cet effet. 58

60 PLANCHERS PLANCHERS À POUTRELLES ET ENTREVOUS Approvisionnement Manutentionnez les poutrelles en béton armé ou précontraint sans jamais passer sous la charge. Planchers à poutrelles et entrevous Pour éviter leur fissuration ou leur rupture, les poutrelles doivent être saisies près de leurs extrémités (et non pas en leur milieu) et dans leur position de pose (et non pas couchées ou retournées). 59

61 Circulation sur les planchers poutrelles hourdis Mettez des chemins de planches pour éviter de marcher sur les entrevous. Disposez un treillis soudé anti-chute. Évitez de marcher directement sur les entrevous. STOCKAGE ET CHARGES Poutrelles, prédalles, dalles alvéolaires Placez les cales soigneusement près des extrémités et superposez-les. Ne les mettez pas sans précaution, pour éviter la détérioration des produits. 60

62 PLANCHERS Lors de la pose des entrevous, ne les approvisionnez pas en un seul endroit, mais répartissez-les. Stockage et charges Lors du bétonnage, ne videz pas la benne d un seul coup, mais répartissez le béton progressivement. Ne stockez pas des charges inconsidérées sur les planchers, surtout s ils sont récemment décoffrés. 61

63 PLANCHERS PRÉFABRIQUÉS Poutres préfabriquées Mettez en place les garde-corps avant de lever les poutres. N utilisez pas d échelles, mais des plates-formes (si les poteaux n ont pas de broches en tête pour le maintien de la poutre, étayez celle-ci). 62

64 PLANCHERS Dalles alvéolaires Quel que soit le système de levage, respectez une longueur suffisante d élingage. Planchers préfabriqués Manutention à la chaîne + barres. Manutention avec élingues noyées. 63

65 Fixez les garde-corps sur les dalles avant leur enlèvement du camion ou de l aire de stockage pour assurer la protection au fur et à mesure de l avancement. Démontez et renvoyez les garde-corps de la dalle précédente à la zone de leur fixation sur la dalle suivante. 64

66 PLANCHERS Approvisionnez les dalles munies de leurs garde-corps. Planchers préfabriqués Utilisez l échafaudage roulant mis à disposition pour poser les trois premières dalles. 65

67 La fiche ci-contre est téléchargeable sur le site pratiques Illustrations : Logomotif Tous droits de traductin, de reproduction et d adaptation, même partiels des textes et dessins, réservés pour tous pays OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) Édition : novembre 2010 Dépôt légal : novembre 2010 ISBN : Illustrations : Logomotif, Mustang Maquette : Mustang Achevé d imprimer sur les presses de Graphicentre à Fougères en décembre 2010

68 Fiche d accueil sécurité FICHE D ACCUEIL fiche ci-contre est téléchargeable sur le site pratiques Cette fiche est établie sous la responsabilité de l employeur dès l arrivée du travailleur sur son nouveau lieu d activité ou à son nouveau poste (art. L du Code du travail). cachet de l entreprise Nom Prénom Qualification Affectation Date Statut CDI * CDD * Stagiaire * Intérimaire Autre * Les travailleurs précaires (CDD, stagiaires, intérimaires, apprentis) doivent recevoir une formation renforcée à la sécurité et ne pas être affectés aux travaux interdits par le Code du travail. Aptitude médicale Restrictions oui non éventuelles Autorisations - Habilitations Autorisation de conduite : Permis de conduire Engins de chantier Appareils de levage de charges Plate-forme élévatrice mobile de personnes Formations spécifiques Sauveteur-secouriste du travail Amiante Utilisation des extincteurs Autres Remise et présentation du livret d accueil : oui LE TRAVAILLEUR FORMATION AU POSTE DE TRAVAIL non Habilitation électrique Autres Montage-démontage d échafaudage Formation au port des EPI (protection respiratoire, système antichute ) La CONDITIONS DE CIRCULATION Visite des lieux de travail effectuée : oui non Emplacement des installations d accueil : 1/2

69 Autorisations Accès et cheminements / habilitations piétons : à prévoir habilitation électrique niveau Accès autorisation et cheminements de conduite engins : engins de chantier catégorie grue à tour EXÉCUTION grue mobile DES TRAVAUX plate-forme élévatrice mobile de personnes catégorie Travaux à réaliser : chariot automoteur de manutention (industriel) catégorie grue auxiliaire de chargement autres Moyens d exécution et protections collectives : Vérifier que le personnel intérimaire possède les CACES ou les titres d habilitation requis pour la mission. Formation(s) Consignes particulières particulière(s) de sécurité : à prévoir éventuellement gestes et postures sauvetage-secourisme du travail Équipements de autres protection individuelle remis en fonction de l évaluation des risques : Casque Transmission des consignes de sécurité et règles de prévention Masque antipoussières Masque de soudeur Gants Autres Le collaborateur Chaussures de sécurité reconnaît : Masque antigaz Protecteur antibruit Lunettes avoir Vêtements été informé de protection des consignes Système du antichute port obligatoire des EPI oui non avoir été informé de l utilisation obligatoire des équipements oui non DISPOSITIONS de sécurité EN mis CAS à sa D ACCIDENT disposition avoir reçu contre signature un livret d accueil donnant Secouriste(s) présent(s) sur le chantier : M. les règles de sécurité avec les explications complémentaires M. M. M. avoir été informé du contenu du règlement M. intérieur oui non de l entreprise oui non Emplacement du moyen d appel : Visite des lieux de travail Les Présentation principales de l affi installations che «En cas d accident ont fait» l objet : oui d une non visite commentée au collaborateur par le responsable hiérarchique oui non Fait à le Le responsable hiérarchique Le collaborateur Nom Nom Prénom Prénom Fonction Fonction Signature Signature 2/2

70 Réf. : E5 G ISBN : Prix : 6 Édition : décembre avenue du Général Leclerc Boulogne-Billancourt Cedex Tél

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 13 14 Produits préfabriqués lourds Manutention, stockage et transport Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros œuvre. Parmi

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Mise en oeuvre de charpentes légères

Mise en oeuvre de charpentes légères Fiche de sécurité E7 F 01 87 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Mise en oeuvre de charpentes

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

LE TRAVAIL EN HAUTEUR

LE TRAVAIL EN HAUTEUR F I C H E P R E V E N T I O N N 0 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE TRAVAIL EN HAUTEUR STATISTIQUES Avec près d une centaine d agent victime de chutes de hauteur durant les 5 dernières années dans les

Plus en détail

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS

la SÉCURITÉ Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS la SÉCURITÉ MÉTIERS DES TRAVAUX PUBLICS Livret Sécurité sur chantier à l attention des Nouveaux arrivants SOMMAIRE Équipement de protection individuelle 02 Gants, casque, bottes, tenue, gilet, lunettes.

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

CAP de Charpentier Bois RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES FABRICATION

CAP de Charpentier Bois RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES FABRICATION Fonction 1 Activités CAP de Charpentier Bois RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES Tâches FABRICATION Contrôle et réception de l existant - Contrôler l état de l existant x - Effectuer les croquis

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Pose, maintenance et dépose des panneaux solaires thermiques et photovoltaïques en sécurité Guillaume J.Plisson - pour l'inrs Des préconisations

Plus en détail

GARDE CORPS TEMPORAIRE

GARDE CORPS TEMPORAIRE INSTRUCTIONS DE MONTAGE GARDE CORPS TEMPORAIRE INSTRUCTIONS CONFORMES A LA NORME EN 13374 info@safetyrespect.se Téléphone +46 (0)63-130400 SOMMAIRE 3. Précautions de sécurité 4. Fixations 5. Embase 6.

Plus en détail

Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti. 2 ème transformation du bois

Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti. 2 ème transformation du bois Prévention des risques professionnels les métiers de la filière bois à la Réunion Livret d accueil du nouveau salarié et de l apprenti 2 ème transformation du bois Metrag Ce livret m est offert par la

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS RECO R.464 DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS Prévention des risques dus à l utilisation des plates-formes de travail en encorbellement CRAMIF Pour vous aider

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION :

1. REGLEMENTATION : 2. INTRODUCTION : 1. REGLEMENTATION : Décret n 65-48 du 8 janvier 1965 modifié portant règlement d'administration publique pour l'exécution des dispositions de la partie IV du Code du travail en ce qui concerne les mesures

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19)

Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Marque de qualité identifiant les produits adaptés à notre environnement climatique Guide de pose du bloc traditionnel courant en béton (50 x 20 x 19) Recommandations, conseils d utilisation et de mise

Plus en détail

Travaux de toiture. Guide pratique

Travaux de toiture. Guide pratique Travaux de toiture Guide pratique 1 Travaux de toiture dangereux 2 Travaux de toiture dangereux 3 Travaux de toiture dangereux 4 Echelles de couvreurs Pour les travaux sur une surface dont la pente est

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES Presse rapide pour protections en rive de toit p. 56-57 Protection pignon avec poteau p. 58 Protection bas de toit avec poteau p. 59 Protection de rive réglable par traversée de mur p. 60 Avant-latte p.

Plus en détail

Échafaudage modulaire Allround

Échafaudage modulaire Allround Échafaudage modulaire Le système flexible par excellence pour la construction, l industrie et l événementiel Système universel pour les constructions ordinaires, compliquées ou temporaires En acier galvanisé

Plus en détail

Liste d inspection des lieux (CFMA)

Liste d inspection des lieux (CFMA) Liste d inspection des lieux (CFMA) Basée sur le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (adopté en mai 2010) Atelier ou lieu: Inspecté par : Date de l inspection : Page 1 sur 5 Liste des lieux

Plus en détail

PUBLICATION TRIMESTRIELLE - JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2006 CNAC. Fascicule N 111. Guide d accueil. Fiches de prévention

PUBLICATION TRIMESTRIELLE - JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2006 CNAC. Fascicule N 111. Guide d accueil. Fiches de prévention PUBLICATION TRIMESTRIELLE - JUILLET-AOÛT-SEPTEMBRE 2006 CNAC Fascicule N 111 Guide d accueil Fiches de prévention Troisième trimestre 2006 Fascicule N 111 Guide d accueil Fiches de prévention Reproduction

Plus en détail

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT

PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Réf. : 1997021 30/05/2012 Usine de Saillat PROTOCOLE DE SECURITE POUR LE CHARGEMENT ET DECHARGEMENT DE MARCHANDISES A L USINE DE SAILLAT Date d établissement : Nature des opérations : Chargement Déchargement

Plus en détail

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION

DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES INDUSTRIES DES TRANSPORTS, DE L EAU, DU GAZ, DE L ÉLECTRICITÉ, DU LIVRE ET DE LA COMMUNICATION Démenagement d objets lourds et encombrants : un outil = le monte-meubles

Plus en détail

Accompagner l action vers les Petites Entreprises de la Construction dans le cadre du PPN-BTP (P3C3) et de l action PAR-PECo.

Accompagner l action vers les Petites Entreprises de la Construction dans le cadre du PPN-BTP (P3C3) et de l action PAR-PECo. PROGRAMME DE PREVENTION «BTP» Dispositif d Aide Financière Simplifiée Régional AFS régionale BTP P.E.Co. Conditions générales d attribution de l aide Objet Développer/promouvoir la prévention des risques

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Art. 36 Montage d éléments de toiture

Art. 36 Montage d éléments de toiture OTConst Protection contre les chutes à travers le toit 1 Art. 36 Montage d éléments de toiture 1 Il est permis, pour le montage d éléments de toiture, de s engager sur les toitures de résistance limitée

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

Plan National d Action Coordonné BTP

Plan National d Action Coordonné BTP Plan National d Action Coordonné BTP SOCLE COMMUN EXIGENCES FONDAMENTALES EN MATIERE DE MESURES DE PREVENTION A METTRE EN ŒUVRE POUR LA PASSATION DES MARCHES ET LA REALISATION DES CHANTIERS DE CONSTRUCTION

Plus en détail

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté.

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté. Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Le coffrage une face Rédaction : Adrian Vonlanthen / Etudiant ETC 3 Date : 7 octobre 2008 Système d ancrage et de stabilisation Les systèmes

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES LA SOCIÉTÉ La société REMY voit le jour en 1964 à Dannemariesur-Crête dans le département du Doubs. Hervé REMY prend la succession de son père, Marcel, en 1987. Il développe l entreprise

Plus en détail

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses

Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Prévenir les blessures dans les métiers de coffreur de béton, de maçon, de poseur de bardage et de couvreur de toitures-terrasses Le ministère du Travail renforce l application de la Loi sur la santé et

Plus en détail

Le Plancher Nouvelle Génération

Le Plancher Nouvelle Génération Le Plancher Nouvelle Génération ISOLTOP ZAC du Plan 191 Avenue du counoise 84320 Entraigues sur la sorgue Tel : 04 90 23 52 42 Fax : 04 90 23 51 83 contact@isoltop.com www.isoltop.com Version 5 1 Bien

Plus en détail

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A

Linstallation d un escalier dans la. un escalier de béton à double quart tournant en kit. Construire soi-même LABEL. Label. Label D E I S O N L A maçonnerie Construire soi-même un escalier de béton à double quart tournant en kit Bricoler du Côté d e la M ais o n Label BRICOLER DU CÔTÉ DQUALITÉ E LA MAISON LABEL BRICOLER DU CÔTÉ DE LA MAISON Label

Plus en détail

COFFRAGE MODULAIRE PERFORM

COFFRAGE MODULAIRE PERFORM COFFRAGE MODULAIRE PERFORM Fabrication française BRUNE - BP 4-07210 CHOMERAC - Tél. +33 (0)4 75 65 12 55 - Fax +33 (0)4 75 65 92 76 Agence Ile de France - Z.I. du Closeau - 11, rue Louis Armand - 77220

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR

DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR DIRECTIVE POUR LE TRAVAIL EN HAUTEUR Direction des ressources matérielles Adopté en comité de direction Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif... 1 2. Types de chute... 1 3. Les types de risque

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses. Conseils pour votre sécurité

Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses. Conseils pour votre sécurité Les échelles portables peuvent aussi être très dangereuses Conseils pour votre sécurité Sommaire 1 Introduction 3 2 A quoi reconnaît-on une échelle sûre? 4 2.1 Lors de l achat d une échelle 4 2.2 Lors

Plus en détail

Série T modèle TES et TER

Série T modèle TES et TER 6-8 rue des Casernes Tél. : 03.84.29.55.55 F 90200 GIROMAGNY Fax : 03.84.29.09.91 E-mail : ultralu@ultralu.com http://www.ultralu.com NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION ECHAFAUDAGE ROULANT ALUMINIUM Série

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

NOTICE D INSTRUCTION POSE DES PREDAL, EKOmur & EKOmur-I

NOTICE D INSTRUCTION POSE DES PREDAL, EKOmur & EKOmur-I NOTICE D INSTRUCTION POSE DES PREDAL, EKOmur & EKOmur-I SIGEMAT - 4 bis Route de l Entre-Deux - 97410 ST PIERRE Tel : 02.62.49.81.95 - Fax : 02.62.49.65.38 LE PARTENAIRE «PRÉMURS» DE VOS CHANTIERS Sommaire

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

CONSTRUCTION BOIS. de la conception à la mise en œuvre PRATIQUES MÉTIER

CONSTRUCTION BOIS. de la conception à la mise en œuvre PRATIQUES MÉTIER CONSTRUCTION BOIS de la conception à la mise en œuvre PRATIQUES MÉTIER CONSTRUCTION BOIS de la conception à la mise en œuvre SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 ÉTAT DE LA FILIÈRE BOIS 6 2 LES PISTES D AMÉLIORATION

Plus en détail

800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus. Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER. Finitions Scellements et calfeutrements Coulage plancher.

800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus. Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER. Finitions Scellements et calfeutrements Coulage plancher. 800_Pajol Cpt au 31-01-2011 inclus Complexe Sportif PAJOL SOLUTION RADIER BILAN MAIN D' ŒUVRE RECAP COD DESIGNATIONS Bud AVANCMT CREDIT DEPENSE ECART ACT 14 817,00 106,00 14 817,00 3,65% 541,45 570,00-28,55

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

NOE Le Coffrage. Etat 03.2010

NOE Le Coffrage. Etat 03.2010 NOE Le Coffrage Guide de montage et d utilisation Etat 03.2010 2 Etat 03.2010 AuV NOElight Sous réserve de modifications techniques. Sommaire 1. Pose sécurisée d éléments de coffrage mural... 5 2. Aperçu

Plus en détail

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI

COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI COMBISAFE ESCALIER UNIVERSEL TM MODE D EMPLOI SOMMAIRE ESCALIER UNIVERSEL TM SOMMAIRE GÉNÉRALITÉ... 3 Introduction... 4 PRINCIPAUX ELEMENTS... 5 Accroches... 5 ASSEMBLAGE... 7 Assemblage de base... 7 ACCROCHES

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

P.G.C. Plan Général de Coordination. Opération. Extension de la Gendarmerie de Maintenon. Adresse 4 Route de Bouglainval 28130 PIERRES

P.G.C. Plan Général de Coordination. Opération. Extension de la Gendarmerie de Maintenon. Adresse 4 Route de Bouglainval 28130 PIERRES P.G.C. Plan Général de Coordination Opération Extension de la Gendarmerie de Maintenon Adresse 4 Route de Bouglainval 28130 PIERRES Maître d ouvrage Communauté de Communes des Terrasses et Vallées de Maintenon

Plus en détail

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES

SOMMAIRE PLUSIEURS TYPES DE MODULES ET DE SYSTÈMES DE MONTAGE DES CHANTIERS DE TAILLES TRÈS DIFFÉRENTES Ce document s adresse à l exploitant ou futur exploitant d une installation de production d électricité photovoltaïque pour lui permettre de prendre en compte les risques inhérents à cette activité, notamment

Plus en détail

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail»

Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Pôle «Prévention et Santé au Travail» Service «Prévention et Conditions de Travail» Titre II du décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié par le décret 2012-170 du 3 février 2012 (articles 6 à 9) Article

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Manutention et Levage

Manutention et Levage Manutention et Levage Manutentions Manuelles : la norme NF X35-109 La masse unitaire maximale acceptable est fixée à 15kg pour le soulever/ tirer Pour les hommes et les femmes. Et ce, dans des conditions

Plus en détail

comment choisir son epi?

comment choisir son epi? FR comment choisir son epi? le harnais DE SéCURITé ET LES systèmes d arrêt de chutes 2011 Conseil pour le Développement Economique de la Construction a.s.b.l. www.aaa.lu Institut de Formation Sectoriel

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE TOTAL

LES RÈGLES D OR DE TOTAL rendez-vous sur www.total.com Direction de la Sécurité Industrielle TOTAL S.A. Siège social : 2, place Jean Millier La Défense 6 92078 Paris-La Défense Cedex France Tel. +33 (0)1 47 44 45 46 Capital social

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656

MODE D EMPLOI ST 4000. Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000. Rapport N 2520/14/7656 Route de la Neuville 08460 LALOBBE FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION ST 4000 Rapport N 2520/14/7656 APPAREILS DE LEVAGE - STRUCTURES ALUMINIUM ACCESSOIRES DIVERS www.alusd.com TEL : 03.24.59.41.91

Plus en détail

STOCKAGE ET MANUTENTION

STOCKAGE ET MANUTENTION AFIN D ORGANISER LE STOCKAGE ET LA MANUTENTION DE VOS ÉCHAFAUDAGES, nous vous proposons une gamme d équipements facilitant le rangement des composants. Avantages : diminution des manutentions, chargement,

Plus en détail

Guide de sécurité pour les travaux de couverture

Guide de sécurité pour les travaux de couverture Guide de sécurité pour les travaux de couverture Guide de sécurité pour les travaux de couverture Les partenaires CAPEB Confédération de l artisanat et des petites entreprises du bâtiment région Ile-de-France

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

1. Description. 1.1. Généralités

1. Description. 1.1. Généralités 1. Description 1.1. Généralités Une plateforme sur mât(s) avec entraînement à crémaillère est un équipement de travail permettant le déplacement vertical de personnes, matériaux et équipements, pouvant

Plus en détail

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc

Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d emplois correspondant au poste, la durée de travail, etc MODELE DE FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE : AGENT POLYVALENT DES SERVICES TECHNIQUES OBJECTIF PRINCIPAL DU POSTE : Principaux éléments de l emploi en particulier la filière professionnelle, le cadre d

Plus en détail

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam

Tablier. métallique. Une division du Groupe Canam Tablier métallique Une division du Groupe Canam TABLE DES MATIÈRES PAGE NOS SERVICES... 4 NOTES SUR LES TABLEAUX DE CHARGE... 5 P-3615 & P-3606 DIMENSIONS & PROPRIÉTÉS PHYSIQUES... 6 TABLEAUX DES CHARGES

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Mécanisation du transport vertical des personnes et des charges sur les chantiers (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) R 445

Mécanisation du transport vertical des personnes et des charges sur les chantiers (construction, réhabilitation, entretien d ouvrages) R 445 RECOMMANDATION R 445 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. CNAMTS (Caisse nationale de l assurance maladie des travailleurs

Plus en détail

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE

Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014 DOSSIER REPONSE SUJET DE CONCOURS COMMUN AUX CENTRES DE GESTION : CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE DE 1ERE CLASSE SESSION 2014 SPECIALITE «ENVIRONNEMENT, HYGIENE» Epreuve écrite d admissibilité du Mercredi 15 Janvier 2014

Plus en détail

PRÉMUR GUIDE DE POSE GUIDE DE POSE

PRÉMUR GUIDE DE POSE GUIDE DE POSE PRÉMUR GUIDE DE POSE GUIDE DE POSE sommaire Guide : 1 PRÉPARATION Le Spurgin 04 Éléments nécessaires à la pose 05 Outillage 06 Principes de palettisation et de livraison des s 08 Sécurité 10 Installation

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain,

Présentation. - le plan de masse qui définit la position de la construction sur le terrain, Dessin Industriel LECTURE DE PLANS BATIMENT p1 Présentation La lecture de plan de bâtiment, va vous permettrent de décoder, analyser, tous types de dessins et de documents qui interviennent dans un projet

Plus en détail

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ

Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Bâtiment CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ CONSTRUCTEUR EN BÉTON ARMÉ Le constructeur en béton armé réalise les fondations, les murs et les planchers de constructions neuves (logements individuels ou collectifs,

Plus en détail

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE

A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R. Plateforme d'accès. ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE A KEE SAFETY PRODUCT A C C È S E N H A U T E U R Plateforme d'accès ASSEMBLAGE SANS OUTILS ALTERNATIVE ÉCONOMIQUE à UN ÉCHAFAUDAGE Montage SImple et Rapide Conforme Aux Normes EN 13374 Classe A et EN 12811

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10

«CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS CEMLOC SERVICES Version 2 Page 1 sur 10 CEMLOC Services 4 Avenue des Roses Zac des petits Carreaux 94380 - Bonneuil sur Marne Téléphone : 09 67 46 51 09 - Fax : 01 43 99 51 09 www.cemloc-services.fr «CLIENT» CHANTIER DESIGNATION LOT : PPSPS

Plus en détail

Travaux sur les toits Pour ne pas tomber de haut

Travaux sur les toits Pour ne pas tomber de haut Travaux sur les toits Pour ne pas tomber de haut Priorité à la sécurité Les accidents dus aux chutes de hauteur ont des conséquences graves. En cas de travaux sur les toits, vous devez appliquer les mesures

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement

Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Renforcer la compétitivité des entreprises françaises des secteurs forêt, bois, pâte à papier, bois construction, ameublement face à la mondialisation et à la concurrence inter-matériaux Institut technologique

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Règles Générales de Sécurité et Santé

Règles Générales de Sécurité et Santé R.G.S.S. destinées aux entreprises extérieures devant intervenir sur les bâtiments et installations de la Banque Internationale à Luxembourg S.A. Les Règles Générales de Sécurité et Sûreté (R.G.S.S.) ont

Plus en détail

Solutions constructives. planchers

Solutions constructives. planchers Solutions constructives planchers Le Groupe Fabemi se positionne comme l industriel français répondant aux besoins horizontaux grâce à son offre de systèmes constructifs complets manuportables. Nos équipes

Plus en détail

>I Maçonnerie I Escaliers

>I Maçonnerie I Escaliers ESCALIERS >I Maçonnerie I Sommaire Terminologie Textes de référence Mise en œuvre Conception Finition Produits Cahier des Clauses Techniques Particulières g Terminologie n Ouvrage de circulation verticale

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE

MANUEL D UTILISATION MODE D EMPLOI ALT 600 MODE D EMPLOI ALT 600 FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE 1. Présentation. FABRICANT DE MATERIEL SCENIQUE MANUEL D UTILISATION La société ASD est spécialisée dans la conception et le développement de systèmes de levage spécifique à l environnement du spectacle

Plus en détail

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC Notre société est la seule à proposer ce type de mur autoporteur révolutionnaire.

Plus en détail