CHAPITRE V. POURQUOI LES RICHES ONT GAGNÉ : MOBILISATION ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DANS LES DEUX GUERRES MONDIALES.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE V. POURQUOI LES RICHES ONT GAGNÉ : MOBILISATION ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DANS LES DEUX GUERRES MONDIALES."

Transcription

1 CHAPITRE V. POURQUOI LES RICHES ONT GAGNÉ : MOBILISATION ET DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DANS LES DEUX GUERRES MONDIALES Mark Harrison * «C est l économie, stupide» (James Carville, à la tête de la campagne pour l élection présidentielle de Bill Clinton au États-Unis en 1992). L étude de la guerre totale suggère deux thèmes qui peuvent intéresser tant les économistes que les historiens. Le premier évalue la contribution des facteurs économiques aux résultats des guerres. L autre aborde l impact des guerres sur le développement économique à long terme. Les deux sujets sont intéressants et ont souvent été l objet d attention dans la littérature (Milward 1977 ; Hardach 1977 ; Ránki 1993 ; Overy 1995 ; Harrison 1998a ; Chickering et Förster 2000$). Le présent document n aborde que le premier. Le modèle de mobilisation militaire et économique, dans la Deuxième Guerre mondiale, suggère cinq faits stylisés (Harrison 1998a). Tout d abord, la victoire est allée vers ceux qui ont fourni la plus grande quantité de ressources militaires au théâtre de la guerre. En second lieu, la supériorité des ressources militaires s est appuyée sur une plus grande richesse : les pays les plus riches avaient un avantage systématique, disproportionné dans leur aptitude à alimenter le front en troupes et en équipement militaire. En troisième point, on trouve les qualifications : le temps et la géographie ont joué un rôle. Les pays les plus riches avaient besoin de temps pour que les ressources supérieures puissent compter. Les pays qui étaient plus proches de la ligne du front firent plus d efforts. En quatrième lieu, l importance d autres facteurs non économiques tels que le leadership, l organisation, la discipline et le moral étaient largement conditionnés par la richesse, la géographie et le temps. Avec des ressources supérieures et le besoin et l opportunité de les employer, les pays les plus riches pouvaient résoudre d autres problèmes qui mettaient en échec les pays plus pauvres. En cinquième point, ces règles concernent les économies de marché. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, Staline brisa ces règles et inventa un nouveau type d économie, l économie administrée qui lui permit d obtenir une puissance militaire hors de proportion avec son poids économique. Depuis notre projet sur la Deuxième Guerre mondiale, Stephen Broadberry et moi-même avons organisé un projet similaire sur la Première Guerre * J ai discuté des questions soulevées dans ce document avec Stephen Broadberry et Jari Eloranta pendant de nombreuses années et ses conseils ont été plus précieux que je saurais le dire. Ils ne sont pas responsables de l utilisation que j en ai faite. Adresse pour la correspondance : Department of Economics, University of Warwick, Coventry CV4 7AL, Royaume Uni. 1

2 mondiale que nous avons quasiment mené à terme (Broadberry et Harrison 2005). Dans ce document, je regroupe les éléments des deux guerres et je suggère que le support empirique pour l importance écrasante des facteurs économiques dans la première guerre est tout aussi fort, sinon plus, que dans la seconde. Je n ai pas l intention de faire le récit de l histoire de la mobilisation économique dans la guerre totale, mais il y a un aspect de la narration que je prendrai pour point de départ et c est un pas en arrière que je fais vis à vis d un déterminisme économique débridé. L économie n aurait pas joué un rôle important si l une ou l autre des guerres s était déroulée selon le plan d attaque des agresseurs. Ces plans étaient invariablement prévus pour une campagne courte avec à l appui une victoire rapide. Les calculs faits à Berlin, à Rome, à Vienne et à Tokyo à différents moments, tablaient tous sur le fait qu une supériorité purement militaire et des avantages stratégiques suffiraient à battre l ennemi bien avant que les facteurs économiques n aient le temps d entrer en jeu. Assez souvent d ailleurs, les facteurs économiques n étaient même pas pris en compte. Cette approche n était pas toujours erronée. Elle s avéra quasiment bonne lors de l attaque de la France par l Allemagne en Elle fut également fondée lors de l attaque lancée par le Japon sur la Chine en 1937, pour l occupation allemande de la Tchécoslovaquie en 1938 jusqu à la chute de la France en 1940 et pour la dissémination de la puissance allemande dans la Méditerranée et les Balkans au printemps de Mais dans les deux guerres mondiales, à un moment donné la pertinence de cette approche disparaît. C est à ce point, lors de la Bataille de la Marne en 1914 et de la Bataille de Moscou en 1941, que les facteurs économiques commencent à peser de leur poids. Le temps a donc en général limité le rôle des facteurs économiques dans les deux guerres mondiales : les facteurs économiques sont entrés en jeu dès lors que les circonstances leur en ont donné le temps. Dans la première partie du document, je vais exposer les faits montrant la supériorité en ressources militaires des alliés dans les deux guerres mondiales. La partie 2 fait la même chose pour la qualité et la quantité des ressources cumulées des deux côtés et de la production avant la guerre et montre également que le succès de chacun des pays dans la mobilisation de la production en temps de guerre s explique largement par son point de départ avant la guerre. La partie 3 complète le triangle en montrant que le point de départ avant la guerre est pour beaucoup dans le succès de chacun des pays dans la mobilisation fiscale, dans la mobilisation militaire et dans l armement pour une guerre à forte participation d investissement. Dans la partie 4, nous examinons les raisons qui sont sous-jacentes à l importante relation entre le développement économique avant la guerre et le succès ou l échec de la mobilisation d un pays en temps de guerre. La partie 5 présente les conclusions. Supériorité militaire Dans les deux guerres mondiales, la partie qui a gagné est celle qui a été en mesure de mettre sur le terrain la plus grande quantité d hommes et d équipement militaire. Si cela ne suffit pas à expliquer le résultat, les chiffres des tableaux 1 et 2 sont certainement très éloquents. 2

3 Durant la Première Guerre mondiale, les armées alliées dépassent en nombre celles des puissances centrales de 60 pour cent ; les Puissances centrales produisent plus de pièces d artillerie et quasiment autant de fusils mais les Alliés les dépassent de manière nette en nombre de mitrailleuses qui dominent l engagement de l infanterie et en avions et en tanks qui vont finir par sortir de l impasse la guerre défensive des tranchées. Durant la Deuxième Guerre mondiale, la supériorité numérique des armées alliées par rapport à celles de l Axe est légèrement inférieure, 40 pour cent. 1 Mais pour les armes et l équipement militaire, l avantage allié est au minimum à deux contre un ; le seul domaine où les alliés ne dominent pas est celui de la fuséologie balistique, principalement utilisée contre les civils, ce qui fut finalement compensé par le monopole nucléaire américain de Une objection que l on peut avancer au poids que j accorde à ces chiffres est qu ils omettent le facteur moral dans la guerre. Les chiffres ne correspondent pas à la puissance de combat. L Histoire offre de nombreux cas où un moral supérieur a permis à une armée plus réduite de mettre en échec une armée nettement supérieure en nombre. Toutefois, les exemples de ce type sont rares dans l histoire des deux guerres mondiales. Lorsque nous regardons la guerre d un point de vue individuel, nous pouvons conclure que le facteur moral est la seule chose qui compte. Le problème est que la rationalité collective de l armée diffère de celle de l individu. Brennan et Tullock (1982) suggèrent d envisager chaque armée rivale non comme une unité mais comme un réseau d individus reliés par un équilibre moral que l adversaire doit perturber s il veut vaincre. Cet équilibre est composé de deux arguments : les probabilités que mon ennemi va se battre contre moi et que mon camarade va se battre avec moi. Lorsque le général a déployé ses soldats et ses armes, il lui reste à convaincre l ennemi et chacun de ses hommes que tous ses hommes vont combattre et pour cela, il dispose de différents mécanismes bien établis. Ces derniers lui permettent de renforcer le moral de son armée et d affaiblir celui de l ennemi. Clairement, les ressources n ont pas été les seules à déterminer le résultat sur le champ de bataille. Il est plus raisonnable d avancer que les ressources ont décidé du résultat sur le champ de bataille lorsque d autres éléments tels que le leadership, l organisation et le moral sont égaux des deux côtés ; dans les deux guerres mondiales, les autres éléments sont souvent assez proches ou, s ils ne le sont pas au départ, ils tendent à le devenir avec le temps, de sorte qu en pratique, ce sont les ressources qui ont déterminé le résultat sur le champ de bataille. Il est possible de redonner le moral à une armée bien approvisionnée qui perd par manque de moral et, en général, la défaite a un effet de coup de fouet compétitif ; en revanche, des soldats qui manquent de nourriture et de munitions finissent par être repoussés, même si leur moral reste élevé. 1 Je parle des «Alliés» comme s il y avait une continuité sans rupture entre les deux guerres mondiales. Ceci est plus pratique que précis. L appartenance au camp des Alliés dans les deux guerres se chevauche mais la correspondance n est pas parfaite. Dans la Première Guerre mondiale, les États-Unis ne sont un Allié que par un gentlemen s agreement car aucun traité formel n avait été signé. 3

4 La preuve de l effet coup de fouet de la défaite est qu au cours des deux guerres mondiales, il y a eu très peu de cas de défaillance du moral. Le moral fit respectivement défaut aux armées russe, française et italienne en 1917, 1940 et 1941 ; l armée française s est également approchée d une baisse de moral en 1917 et l armée soviétique en Mais le plus fréquent est que la défaite aiguillonne ; les commandements des deux côtés ont en général réussi à assurer la cohésion de leurs armées et ont répondu aux revers et aux pertes par de l imagination et de la résilience. La manière dont la cohésion des armées allemandes et japonaises de la Deuxième Guerre mondiale a été maintenue pendant des années de pertes progressives et de défaites continues est tout à fait remarquable. Sans l effet d émulation compétitif, les deux guerres n auraient pas duré si longtemps et coûté tant de vies. Pour ce qui nous préoccupe aujourd hui, cela a une implication simple : les Alliés n ont pas gagné l une ou l autre des guerres parce que leurs armées étaient mieux motivées, mieux dirigées ou avaient trouvé par hasard une formule magique pour saper le moral de l ennemi. C est leur supériorité matérielle qui leur permit de l emporter sur le champ de bataille. Notre culture occidentale foisonne de légendes où l héroïsme individuel mène contre toute attente à la victoire. Il est certain que cela peut parfois arriver. Toutefois lorsque les troupes britanniques ou américaines affrontaient les armées de l Axe à des termes égaux, un homme pour un homme et une arme pour une arme, il leur arrivait souvent de perdre ; lorsqu elles combattaient bravement même si elles étaient acculées, dépassées en nombre et en armement, elles étaient en général, tuées ou faites prisonnières. Par ailleurs, on peut objecter que la supériorité matérielle ne suffit pas, encore faut-il qu elle soit appliquée correctement. Le choix du point de rupture où l on concentre tous les efforts (Schwerpunkt) doit être le bon, ce qui exige d avoir une vision stratégique. Mais avec la supériorité matérielle, une mauvaise stratégie peut finalement l emporter. En revanche, sans la supériorité matérielle, une seule mauvaise décision peut conduire au désastre. Les Alliés pouvaient se permettre un Gallipoli, mais l Axe ne pouvait pas se permettre un Stalingrad. Une autre grande objection aux totaux des tableaux 1 et 2 est que l on ne doit pas ajouter les ressources de différentes armées nationales sans tenir compte de la coopération entre ces dernières. Tout comme la spécialisation et le commerce international augmentent la valeur conjointe des ressources économiques de différents pays, de la même manière, la coopération militaire renforce la puissance de combat des hommes et des armes. Une simple foule d un millier d hommes n est pas une armée, quel que soit son uniforme, une demi douzaine d armées nationales sans stratégie commune ne font pas une alliance, quels que soient les traités et les signatures. De ce point de vue, il est sans doute important que dans les deux guerres mondiales, les Alliés ont fini par regrouper leurs ressources économiques et la prise de décision militaire à un degré supérieur à celui de la coalition à laquelle ils étaient opposés. Si c est le cas, dans ce cas, les ratios de la supériorité alliée montrés dans les tableaux 1 et 2, à tout le moins, sous-estiment le véritable avantage des Alliés. 4

5 Supériorité économique L avantage militaire des Alliés dans les deux guerres mondiales s appuie, dans une nettement plus grande mesure qu on ne le reconnaît quelquefois, sur un avantage économique avant la guerre. Un récit d une guerre ou de l autre commence nécessairement par une description détaillée des plans et des préparatifs des deux adversaires. Toutefois, si l on adopte un point de vue plus large, on comprend que les plans et les préparatifs ont une influence faiblement identifiable sur les ressources qu un pays met en réalité à la disposition du front. Le facteur le plus important, de loin, est sa dimension et son niveau de développement économique avant la guerre. En d autres termes, la meilleure manière dont un pays peut se préparer à la guerre est de veiller à être important et prospère avant cette dernière. Comparé à cela, rien d autre n a beaucoup d importance. On mesure le poids respectif de chacune des parties en ajoutant les populations, les territoires et le Produit Intérieur Brut des territoires en guerre. Les populations limitent le nombre d hommes et de femmes disponibles dans chaque pays pour le service militaire ou le travail en temps de guerre. Les territoires limitent la variété et l ampleur des ressources naturelles disponibles pour l agriculture et la prospection minière ; plus le territoire est important, plus les types de sols sont variés avec en corollaire une richesse des minéraux du sous-sol. Les PIB limitent le volume des armes, des machines, du combustible et des rations qui peuvent être mis à disposition pour armer et nourrir les soldats et les marins sur le front. Plus la population, le territoire et le PIB d un pays sont importants, plus il sera facile à ce pays d écraser les forces armées d un adversaire. Toutefois, le PIB est plus important que le territoire ou la population. Un pays pauvre peut avoir une population importante, si la plupart des adultes travaillent à la ferme dans une économie de subsistance à faible productivité, il y a alors peu de possibilités réelles de transférer nombre d entre eux de l agriculture aux forces armées ou à l industrie de guerre car les fermiers restants seront incapables de produire suffisamment de nourriture pour que tout le monde survive. De la même manière, un pays pauvre peut avoir un territoire important, sans un niveau élevé de développement des routes et des voies ferrées, il est incapable de l exploiter économiquement ou de le défendre militairement. Enfin, un pays typiquement pauvre n a pas, en général, de gouvernement et de services financiers efficaces nécessaires pour mobiliser des ressources et les orienter vers les priorités nationales. En résumé, un niveau relativement élevé de développement économique est essentiel pour que le territoire et la population comptent dans la guerre. Le développement économique d un pays peut être mesuré par son PIB par tête. Pour des raisons de simplicité, j omettrai des considérations sur le commerce, l aide et les prêts entre les alliés et le rôle du commerce avec les pays neutres. Ces éléments ont eu une importance incontestable. La spécialisation économique et la coopération ont ajouté de la valeur aux ressources économiques en temps de guerre tout comme la coopération militaire a renforcé la puissance de combat des ressources militaires. Dans les deux guerres mondiales, les Alliés ont sans doute maintenu une meilleure intégration 5

6 économique que leurs adversaires et ceci a augmenté leur supériorité économique globale au-delà de ce que les chiffres montreront, mais je manque de place pour traiter de ce sujet en détail. Le tableau 3 totalise les ressources de chacun des camps au déclenchement de la Première Guerre mondiale. Les chiffres du tableau sont ceux rapportés pour chaque territoire pour l année En réalité, les populations et les rendements ont changé d une année à l autre pendant la guerre mais, pour de nombreux pays et colonies, nous ignorons de combien. Le tableau montre que le volume des ressources de chaque camp a changé simplement par l entrée en guerre ou le départ des différents pays. Dans la première phase de la guerre, la Russie, la France et le Royaume-Uni sont alliés en tant que puissances de la Triple Entente. Ils apportent avec eux leurs dépendances et leurs colonies. D autres pays viennent les rejoindre : la Serbie et d autres états de la Yougoslavie, les Dominions britanniques, le Libéria et le Japon avec ses colonies. Durant , une seconde vague de pays vient rejoindre les Alliés : l Italie, le Portugal et la Roumanie. Dans la troisième vague de , la Russie abandonne mais les États-Unis entrent en jeu, apportant leurs possessions, la plupart de l Amérique Centrale et le Brésil. La Grèce, le Siam et la Chine viennent également s ajouter. A la fin de ce processus, les gouvernements représentant 70 pour cent de la population mondiale et 64 pour cent de son rendement avant la guerre ont déclaré la guerre dans le camp des Alliés. Les totaux nus dans le camp des Alliés ne donnent aucune idée de leur hétérogénéité. L Empire britannique va servir d illustration car il comporte certaines des régions les plus riches et les plus pauvres du monde. La Grande- Bretagne a une population avant la guerre de 46 millions avec un revenu moyen par tête d environ $ (en prix de 1990). Ses colonies, à l exclusion des Dominions, ont une population avant la guerre de 380 millions d habitants, pour la plupart des Indiens, avec un revenu moyen inférieur à 700 $. En conséquence, avec une population coloniale de huit fois celle de la Grande-Bretagne, le volume de revenus est similaire. En revanche, ces revenus sont nettement moins disponibles que ceux de la Grande-Bretagne pour combattre l Allemagne et ce pour trois raisons : ils se trouvent à des centaines de milliers de kilomètres du théâtre de la guerre, le niveau de développement de l administration coloniale et des services financiers fait qu il est difficile de l imposer et que la plupart est déjà engagé dans les besoins de subsistance des populations coloniales. En bref, la simple possession de territoires à faibles revenus est un apport de faible valeur pour une grande puissance en guerre. Si l Inde a aidé la Grande-Bretagne dans la guerre, c est en permettant le commerce et les échanges britanniques plutôt que par la mobilisation des ressources indiennes dans un sens significatif. Et le commerce qui a réellement eu de l importance pour l économie britannique pendant la guerre est le commerce avec les pays riches que sont l Amérique et le Canada et non avec l Inde, pays pauvre. L évolution des ressources des Puissances centrales, également montrée dans le tableau 3, peut être décrite encore plus brièvement. L Autriche-Hongrie commence la guerre, elle est immédiatement rejointe par l Allemagne et bientôt par l Empire Ottoman. En 1915, les Puissances centrales furent rejointes par la Bulgarie, mais pas par l Italie qui renia ses obligations de traité d avant la guerre. 6

7 A son extension maximale, l alliance des Puissances centrales comporte un peu plus de 150 millions de personnes mais leur manque de succès relatif dans l accumulation de colonies à faible revenu fait qu elles sont relativement riches avec un revenu moyen par tête de $, comparable à celui de l Italie pour les Alliés. Le tableau 4 compare les ressources de chaque camp à trois dates jalon : Novembre 1914, 1916 et Ce tableau dresse un bilan pour chaque alliance dans sa globalité et compte uniquement les grandes puissances. La raison de ce choix est très simple : si les colonies à faible revenu ne comptent pas beaucoup, que donnent les chiffres si nous ne les comptons pas du tout? Ici, il y a une certaine imprécision, bien entendu. Par exemple, la Russie est incluse en tant que grande puissance mais beaucoup de son territoire n est pas tellement plus développé que celui de l Inde qui est exclue ; les Dominions britanniques sont également exclus même s ils sont beaucoup plus riches que la Russie. Toutefois, faire ressortir les grandes puissances a le mérite de la simplicité. Même dans la première phase de la guerre, les Alliés ont accès à cinq fois la population, onze fois le territoire et trois fois la production des Puissances centrales. Cet accès est limité par des revenus moyens relativement faibles dans les empires coloniaux de la Grande-Bretagne et de la France et des faibles revenus en Russie ; nous voyons que le niveau moyen du PIB par tête dans le camp Allié en 1914 n est pas beaucoup plus que la moitié de celui des Puissances centrales. Si nous considérons les grandes puissances seulement, dans ce cas, les avantages des Alliés en population et en rendement sont divisés par deux ; l avantage Allié en territoire augmente en fait, reflétant les propensions de l Allemagne et de la Turquie à coloniser des déserts de sable en Afrique et au Moyen-Orient. Au fur et à mesure que la guerre se poursuit, l avantage des Puissances alliées en rendement progresse est l année décisive. Lorsque l Amérique remplace la Russie, la population Alliée et le territoire diminuèrent mais le rendement fut multiplié ; le niveau de développement moyen des Puissances alliées passa pour la première fois au-dessus de celui des Puissances centrales. Le tableau 5 couvre la Deuxième Guerre mondiale sur les mêmes lignes que le tableau 3. Il montre les ressources sur les territoires des deux camps qui sont rapportées pour Les territoires de chaque camp ont changé pendant la guerre, car différents pays sont entrés en guerre, l ont quittée ou ont changé de camp. Ainsi, le potentiel économique de chaque alliance a également changé. Les Puissances alliées ont toujours été économiquement plus développées que les puissances de l Axe, mais ici encore le total donne une faible idée de l hétérogénéité de chaque camp. La variation à l intérieur de la coalition a été supérieure dans le camp des Alliés parce qu ils comptaient quelques uns des pays les plus riches et les plus pauvres du monde : l Australie et l Inde, par exemple. En revanche, les Puissances de l Axe sont des pays moyens qui tendent à envahir d autres pays à revenus moyens. Le bilan des ressources est explicite dans le tableau 6. Ce bilan est dressé deux fois, en 1938 alors que les Puissances de l Axe contemplent leurs options et en 1942 lorsque leurs conquêtes ont atteint leur plus grande étendue et que leur puissance globale est à son apogée. Il montre la cible tentante que représentent 7

8 les empires de la Grande-Bretagne et de la France avant guerre avec quasiment trois fois la population et huit fois le territoire de l emprise des Puissances de l Axe. La tentation apparaît d autant plus grande si l on met de côté l infériorité initiale des Puissances alliées elles-mêmes dans tous les secteurs, sauf dans celui du développement métropolitain. Mais le succès des puissances de l Axe qui suivit souleva les forces qui allaient se combiner pour les défaire. En 1942, l Allemagne et le Japon semblaient enjamber le monde. On le voit dans le fait qu en 1942, le bilan global des populations et des PIB de chaque côté est devenu quasiment égal. Même l énorme avantage allié en Territoire s est quelque peu tassé. Toutefois, dans la guerre totale, le contrôle des empires éloignés reste moins important que la taille et le niveau de développement des ressources métropolitaines. Par conséquent, l Allemagne prélève plus de nourriture de la France industrialisée que de l Ukraine agraire alors que la Grande-Bretagne est nourrie par les États-Unis et le Canada et non par l Inde (Milward 1977 ; Liberman 1996$). Pour ce qui est des ressources métropolitaines, les faits décisifs seront l adhésion des États-Unis et des économies soviétiques au côté allié. Le résultat est que même en 1942, les puissances alliées dépassent la production des puissances de l Axe dans un rapport de 2 à 1. Les chiffres des tableaux 1 à 4 s appuient sur l hypothèse que par temps de guerre le rendement réel d un territoire donné n a pas changé. Si nous ne pouvons pas suivre les changements pour tous les pays, les chiffres disponibles suggèrent pour les deux guerres que l évolution du rendement en temps de guerre a favorisé les Alliés. Dans chaque cas, il y a une intéressante histoire nationale à raconter. Lors de la Première Guerre mondiale, par exemple, les économies britannique et américaine se sont développées. L Australie et la Nouvelle-Zélande ont marqué un temps d arrêt. La tendance du rendement en Italie n est pas claire mais l économie italienne a certainement continué à avancer et ne s est pas effondrée. Toutefois, la Russie a commencé à s effondrer en 1916 et la France en 1917 ; ceci souligne l importance de l entrée en guerre de l Amérique aux côtés des Alliés. Du côté des Puissances centrales, le lugubre échec de la mobilisation par temps de guerre fut évident dès le départ : pour la plupart de la période de la guerre, les économies allemande et autrichienne restèrent à 20 à 25 pour cent en dessous de leurs points de référence d avantguerre pour le rendement réel. Pamuk (2005) a estimé qu en 1918, le PIB de l Empire Ottoman avait diminué de 30 à 40 pour cent mais les chiffres annuels ne sont pas disponibles. La figure 1 montre que le succès économique en temps de guerre peut largement être expliqué en s appuyant sur le niveau de développement économique avant la guerre de chacun des pays mesuré en PIB par tête. 2 De plus, 2 Cette conclusion serait moins claire si l Italie était incluse dans la Figure 1 en se fondant sur des estimations de temps de guerre qui sont actuellement acceptées par les historiens économiques italiens. Broadberry (2005) énonce le problème en détails ; Galassi et Harrison (2005) le résument comme suit. Le puzzle est que, selon les estimations qui font le plus autorité, les performances en temps de guerre de l Italie ont été excellentes. A la fin de la guerre, toute les 8

9 le même schéma est évident pour la Deuxième Guerre mondiale on le voit à partir de la Figure 2. En regroupant les chiffres pour vingt pays dans les deux guerres, nous constatons que trois cinquièmes de la variation totale de la production en temps de guerre peut s expliquer par le niveau de développement économique avant guerre, ne laissant que les deux cinquièmes de l histoire à raconter en s appuyant sur les particularités nationales de la politique, de la gouvernance et du moral (les résultats de régression sont donnés dans l Annexe, Tableau A-1). Enfin, dans les décisions économiques tout comme dans les décisions militaires, les puissances les plus riches peuvent se permettre des erreurs. Il semble vraisemblable que chaque pays a commis des erreurs similaires dans la direction gouvernementale des investissements. Une mobilisation non contrôlée a entraîné un surinvestissement. L efficacité des investissements a été réduite par des erreurs d affectation dans certains secteurs et dans le temps, les bureaucrates ayant mal jugé les exigences de la guerre et sa durée vraisemblable. La similarité entre les pathologies de l économie allemande en 1917 et celle des États-Unis en 1942 est frappante et revient à un syndrome de mobilisation excessive qui a affecté un certain nombre d économies en guerre totale au vingtième siècle : 3 «Le programme [production] a été décrété par les militaires sans examiner si oui ou non il pouvait être mis en œuvre. Aujourd hui, il y a partout des usines à moitié finies et finies qui ne peuvent pas produire parce qu il n y a pas de charbon ni d ouvriers disponibles. Le charbon et le fer ont été dépensés pour les construire et le résultat est «Si nous continuons comme aujourd hui, nous aurons des usines qui seront inutiles en raison d un manque d équipement ou de matières premières ou d autres éléments. D autres usines transformeront des matières rares en éléments qui ne pourront pas être utilisés pour affronter l ennemi en raison d un manque d autres éléments que l on aurait pu produire à leur place. Nous aurons des fusils sans économies avec des niveaux similaires de développement et des structures agraires similaires s effondrèrent. Le simple fait de maintenir l économie italienne intacte aurait été un achèvement remarquable. D une part les chiffres suggèrent qu en 1918, le PIB réel de l Italie était au moins d un tiers supérieur à celui de 1913 ; si tel est le cas, ces performances éclipsent celles de tous les autres pays de la Première Guerre mondiale et arrivent au niveau des résultats étonnants de l économie américaine au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Toutefois, d autre part, le ton général du commentaire historique sur l économie de guerre italienne manque d enthousiasme et est même sinistre. La littérature a clairement manqué quelque chose. Soit les statisticiens de l Italie ont surestimé les performances italiennes en temps de guerre d une marge considérable soit les historiens de la guerre en Italie sont passés à côté d un miracle économique. Globalement, la première solution semble la plus vraisemblable mais il n y a aucune certitude ni dans un sens ni dans l autre. Cette situation qui peut prêter à confusion est la raison pour laquelle l Italie n est pas incluse dans la Figure 1. 3 Sur la mobilisation excessive dans l économie britannique dans la Deuxième Guerre mondiale, voir Robinson (1951, p ), et dans l économie soviétique Harrison (1998b, p ; 2005). 9

10 que la production des munitions serait plus importante aujourd hui si aucun programme monstre n avait été mis sur pied et si la production avait été demandée en fonction des capacités des usines existant déjà» (Ministre de l Intérieur allemand Karl Helfferich en juin 1917, cité par Feldman 1966, p. 273) : viseurs, des tanks sans canons, des avions sans viseurs de bombardement, des bateaux immobilisés en raison d un manque de plaques d acier, des avions qui ne peuvent pas se battre parce qu ils n ont pas de cales commerciales» (Officiers de l armée US au Army-Navy Munitions Board (Conseil des Munitions Armée-Marine) en mars 1942, cité par Higgs 2004, p. 507). Toutefois, les conséquences de ces erreurs ont été assez différentes pour les deux pays. Pour l Allemagne en 1917, les erreurs d affectation des investissements font partie d une spirale économique vers le bas qui a fatalement érodé l aptitude à maintenir ces armées sur les fronts est et ouest. Pour les États-Unis en 1942, c est un handicap mineur dans un boom de dépenses qui projeta avec succès sa puissance militaire sur deux océans en même temps. Pour conclure, la supériorité militaire des Alliés coïncide avec leur supériorité économique. Nous avons mesuré cette supériorité de différentes manières, particulièrement en termes de taille et de niveaux de développement des grandes puissances. En soi, cela ne signifie pas que les deux sont liés. Le lien entre une économie riche et importante en temps de paix et l aptitude à entretenir une armée importante, bien équipée en temps de guerre pourrait bien n être qu un accident intéressant. Par conséquent, il reste à analyser plus en détail le lien entre les aspects militaire et économique. Mobilisation et économie Dans cette section, je vais examiner dans quelle mesure on peut rattacher le succès en temps de guerre à entretenir des ressources militaires au niveau de développement économique d avant-guerre. Les preuves montreront que le succès comparatif des différentes économies à mobiliser leurs ressources pour l effort de guerre dépend de quelques facteurs qui varient indépendamment. La principale variable est, comme auparavant, le niveau de développement économique avant guerre. Dans la première guerre, un autre facteur est la géographie ou la proximité de la ligne de front. Dans la seconde guerre, la géographie importe moins, mais un nouveau type de système économique s avère d une importance inattendue. Il est pratique de commencer par la capacité de mobilisation. Une manière simple de mesurer la capacité de mobilisation d un pays est de regarder son aptitude à faire passer rapidement, en cas d urgence, les ressources d utilisations privées à des utilisations publiques. Je le mesure dans la Première Guerre mondiale par le passage des ressources d utilisations privées à publiques dans chaque pays dans la première année complète de guerre et dans la Deuxième Guerre mondiale par le passage des utilisations civiles à des utilisation militaires sur la même période. Les figures 3 et 4 représentent ce passage pour huit pays dans la Première Guerre mondiale et six pays dans la Deuxième Guerre mondiale en fonction de 10

11 leurs niveaux de développement avant guerre. Dans les deux guerres, nous voyons pour un groupe de pays une corrélation linéaire stricte, avec certains outsiders. Dans les deux guerres, les pays les plus riches ont gagné cet avantage même s ils avaient une tendance à dépenser une part plus petite de leur revenu national à la défense en temps de paix (Eloranta 2005). Par conséquent, leur aptitude à transférer rapidement des ressources entre différentes utilisations en temps de paix ou en temps de guerre est sans doute plus importante que les chiffres ne semblent l impliquer. Enfin, il convient de rappeler que dans les deux guerres, l économie américaine prospère, même si elle est distante des combats, a mobilisé des ressources substantielles qui n étaient pas réservées à leur propre compte mais que les autres pouvaient utiliser ; elle fournit 5 pour cent de son PIB dans des prêts de guerre concédés Alliés au cours de la Première Guerre mondiale et une proportion similaire d aide militaire et économique au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Les outsiders dans chaque figure sont critiques pour établir la signification de l influence du développement d avant-guerre. Nous apprenons à partir de la figure 3 que durant la Première Guerre mondiale, la distance a eu de l importance de sorte que le Canada, l Australie et les États-Unis, séparés du conflit par des océans sont clairement sur une courbe différente de celle des Européens. Durant la Deuxième Guerre mondiale, au contraire, les États-Unis mobilisent leur économie aussi vigoureusement que les autres. Que la distance ait eu de l importance durant la Première Guerre mondiale et moins, voire par du tout au cours de la Deuxième Guerre mondiale, ceci n est pas une surprise ; durant le XX e siècle, le monde n a cessé de se rétrécir. Dans la figure 4, on a toutefois une réelle surprise : même si elle est relativement pauvre, l Union Soviétique mobilise ses ressources beaucoup plus rapidement que l on n aurait pu le prédire et en fait beaucoup plus rapidement que d autres pays. Pour résumer, un schéma net se dégage. Le niveau avant guerre du développement économique influence de manière puissante la capacité des économies à mobiliser des ressources en temps de guerre. En contrôlant d autres variables, on a une puissante relation positive qui couvre les deux guerres mondiales. D autres variables sont en nombre limité. La distance transocéanique a affaibli l impulsion à mobiliser. Durant la Deuxième Guerre mondiale une nouvelle variable, le système de commandement, joue un rôle important. En contrôlant ces quelques variables, nous expliquons plus des quatre-cinquièmes de la variation totale dans la mobilisation fiscale dans quatorze pays dans les deux guerres (voir Annexe, tableau A-2). Ces relations persistent lorsque nous mesurons les résultats de la mobilisation des soldats et de l équipement militaire. Les figures 5 et 6 montrent les soldats et les figures 7 et 8 les munitions. Pour la première guerre, les comparaisons les plus larges sont disponibles en s appuyant sur les totaux cumulés des soldats mobilisés durant le conflit et ils sont montrés en proportion au nombre d hommes âgés de 15 à 49 ans dans chaque pays avant la guerre. Pour la seconde guerre, nous avons de meilleures données pour les forces armées des différents pays dans chaque année que pour les totaux de mobilisation cumulés, je mesure donc la mobilisation par le nombre de soldats 11

12 de pointe durant la guerre dans les forces armées en tant que moyenne annuelle et pourcentage de la population d avant guerre. Les mesures des figures 5 et 6 diffèrent par conséquent, mais les tendances sont similaires. La figure 5 divise les pays en trois bandes de distance. La première bande comporte les états eurasiens de la ligne de front sur le territoire ou aux frontières desquels la guerre est combattue. La seconde bande concerne les pays à la périphérie européenne, séparés de la guerre par de la terre ou de la mer, avec uniquement deux membres : la Grande-Bretagne et le Portugal. La troisième bande inclut les pays qui se sont joints à la guerre à partir de distances océaniques. Dans chaque bande, c est-à-dire contrôlant la distance, les chiffres montrent une forte dépendance positive de la proportion mobilisée dans chaque pays de son niveau de revenu d avant guerre. La bande de distance contrôle ensuite la hauteur de la courbe, de sorte que quitter une bande abaisse de manière substantielle la proportion. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale nous constatons la même relation générale : contrôlant la distance, la mobilisation dépend fortement du développement économique d avant guerre. Il est vrai que, lorsqu on en vient à la mobilisation des hommes, à la différence des ressources en général, les distances continuent à avoir de l importance. La distance importe moins que durant la Première Guerre mondiale parce qu il n y a plus de distinction entre la ligne de front européenne et la périphérie, un résultat compréhensible du rôle de l aviation stratégique. Mais les Etats trans-océaniques continuent à être dans des bandes séparées et pour un niveau de développement donné, ils conscrivent moins de soldats que les États situés sur les lignes de front. Il y a des obstacles statistiques au regroupement des résultats sur les 36 pays représentés dans les deux guerres mondiales. Considérant chaque guerre séparément, nous expliquons grossièrement trois quarts de la variation totale dans la mobilisation militaire sur la base de ces variables géographiques et économiques limitées (voir Annexe, tableau A-3), laissant un quart à expliquer autrement. Une caractéristique remarquable de la Figure 6 est le manque d exception soviétique en ce qui concerne la mobilisation des hommes (et des femmes). Il n est pas plus facile pour l Union Soviétique de se passer d ouvriers pour les envoyer au combat que pour tout autre pays pauvre ou à revenu moyen ; l idée des ressources démographiques illimitées de la Russie n est qu un mythe. La raison est le coût élevé que représente l entretien d une armée importante en s appuyant sur une économie à faible productivité qui exige un nombre considérable d ouvriers simplement pour les nourrir et les vêtir, sans parler de les approvisionner en armes et en combustible. Enfin, les pays plus riches ne sont pas seulement capables de mobiliser plus d hommes. Indépendamment de la distance, ils les approvisionnent mieux. Les économies riches en capital mènent une guerre hautement capitalistique. Les figures 7 et 8 représentent la production cumulée en temps de guerre en unités par milliers d hommes mobilisés et par année de guerre. Dans la Première Guerre mondiale, il ressort de la figure 7 que dans chaque cas, l approvisionnement a fortement augmenté avec le niveau de développement avant la guerre du pays. La même relation se retrouve pour la 12

13 Deuxième Guerre mondiale, mais la figure 8 suggère qu elle est plus lâche que précédemment. La raison principale est la réapparition de l exception soviétique : durant la guerre, l économie soviétique fournit l équipement pour ses forces à terre et aériennes à la même intensité que les autres pays qui ont deux ou trois fois leur niveau de revenu. Toutefois, il n en va pas de même pour les constructions navales. Pour certains types d armes, par exemple l aviation, mais pas pour d autres, le Japon a également approché cette performance ; mais ensuite, à la différence de l Union Soviétique, le Japon n est pas sérieusement attaqué avant Dans une perspective alternative, la figure 8 préfigure la Guerre froide. Elle montre qu il y a deux pays qui se sont avéré capables de poursuivre une guerre avec une forte proportion de capital sur un front large durant la Deuxième Guerre mondiale : l Union Soviétique et les États-Unis. Les autres sont des concurrents non classés. Pour résumer, les Alliés entretinrent des armées qui étaient systématiquement plus importantes et mieux équipées que leurs adversaires dans les deux guerres mondiales. Ils étaient également systématiquement plus riches. La corrélation de ces deux faits n est pas un accident ; en réalité, le niveau élevé de développement économique avant la guerre des puissances alliées donne l unique explication la plus probante du succès des Alliés dans la mobilisation pour la guerre. Ce n est pas le seul facteur. La géographie et l invention de l économie administrée ont également joué un rôle ; celui de la géographie recule progressivement tandis que celui de l économie administrée avance. Une fois ces influences prises en compte, la place laissée aux facteurs tels que les particularités nationales des économies d avant guerre, le leadership à la guerre, de gouvernance, l organisation ou la culture est très réduite. Pourquoi les pauvres ont perdu Des pays tels que la Russie et l Autriche-Hongrie étaient importants et, avant la Première Guerre mondiale, personne ne doutait un instant qu ils étaient des puissances militaires de premier ordre. Toutefois, la guerre a montré que leur puissance s appuyait sur des fondations économiques de troisième ordre. Étant donné qu ils étaient importants, pourquoi le fait qu ils aient également été pauvres a-t-il eu une telle importance? L explication et à chercher dans l agriculture : ces pays ont manqué de nourriture bien avant qu ils ne manquent de canons ou d obus (Offer 1989). L un des attributs les plus frappants de la pauvreté relative est le rôle de l agriculture de subsistance. Les observateurs contemporains étaient conscients de ces différences et les ont interprétées comme suit : lorsque la guerre a éclaté, un pays tel que la Russie, devait avoir un avantage immédiat, car la plupart de sa population devait pouvoir se nourrir elle-même ; de plus, l aptitude à diversifier les approvisionnements alimentaires par rapport à l exportation vers le marché intérieur, devait augmenter l avantage de la Russie. Au contraire, la Grande- Bretagne devait rapidement souffrir de la faim (Gatrell and Harrison 1993). Ce diagnostic ne pouvait s avérer plus erroné. En fait, la présence d une importante classe paysanne s avère un grand handicap lorsque l on en vient à la mobilisation des ressources pour la guerre. L agriculture paysanne s est comportée beaucoup 13

14 comme un partenaire de commerce neutre. Pourquoi les Pays-Bas feraient-ils du commerce avec l Allemagne alors que cette dernière a du mal à payer, si ce n est sous la menace de l invasion et de la confiscation? Les fermiers paysans feront le même calcul. L économie russe a beau sembler importante, si les observateurs de l époque avaient commencé par déduire sa population paysanne et ses ressources fermières, ils se seraient alors aperçu à quel point la Russie était en réalité petite et faible. Meyendorff (cité par Gatrell 2005) décrit ce qui s est produit en Russie lors de «la sécession des paysans de Russie du tissu économique de la nation». Et ceci vaut non seulement pour la Russie, car l Italie, l Autriche-Hongrie, l Empire Ottoman et l Allemagne avaient également d importantes populations paysannes qu il s est avéré extrêmement difficile de mobiliser pour des raisons totalement similaires. On voit clairement le modèle de sécession des paysans par une comparaison de l expérience entre les pays les plus riches et les plus pauvres. Lorsque la guerre éclate, les fermiers britanniques et américains donnent un coup de fouet à la production car on leur offre des prix plus élevés et ils réagissent normalement à ces encouragements. Le fait que l agriculture britannique ait déjà été ramenée à une petite partie de l économie facilite son expansion en temps de guerre : il y avait de nombreuses réserves de terres inutilisées ou peu exploitées et la productivité élevée de la main-d œuvre dans les fermes, permit d obtenir des augmentations substantielles dans le rendement avec relativement peu d effort supplémentaire (Olson 1963). Dans les pays plus pauvres, au contraire, la mobilisation à la guerre commence par prélever les ressources dans les fermes, particulièrement les hommes jeunes et les chevaux pour l armée. Une fois enrôlés, il faut continuer à nourrir ces jeunes hommes et ces chevaux, ce qui implique un détournement des approvisionnements alimentaires des ménages ruraux au profit des acheteurs gouvernementaux. Mais en même temps, les fermiers à la campagne sont très peu motivés pour vendre la nourriture. Il s agit d une agriculture de subsistance, les fermiers cultivent en partie pour leur propre consommation ; ce qu ils vendent, ce qu ils mettent sur le marché, sert principalement à acheter des produits manufacturés tels que des textiles et des métaux dont ils ont besoin pour leurs familles. Mais la guerre tarit l approvisionnement des usines vers la campagne. Les petits secteurs industriels des pays les plus pauvres sont bientôt totalement concentrés sur l approvisionnement de l armée en armes, en équipement, en uniformes et en rations. Il ne leur reste plus de capacité pour approvisionner la campagne qui est confrontée à un recul net de ses approvisionnements. Les fermiers paysans se replient dans des activités de subsistance. Comme l approvisionnement en nourriture du marché se raréfie, les prix de la nourriture montent en flèche dans les villes. L économie commence littéralement à se désintégrer : il y a peut-être toujours beaucoup de nourriture mais elle se trouve au mauvais endroit. Les fermiers préfèrent la manger eux-mêmes que de la vendre en faisant un faible bénéfice. Le gouvernement doit nourrir l armée à tout prix pour une simple raison : des soldats affamés ne se battront pas. Entre l armée et les paysans, les ouvriers des villes sont pris dans un double étau. Il y avait toujours suffisamment de nourriture pour que tout le monde ait suffisamment à manger ; 14

15 les famines qui éclatent sont localisées et viennent de la perte du droit de la société urbaine (Sen 1983 ; Offer 1989) et non du déclin de la disponibilité cumulée. Consciente de l inégalité dans la distribution de la nourriture, l opinion publique peut blâmer les spéculateurs dépourvus d esprit patriotique ou les officiels incompétents, mais la vérité est que le choix qui s offre à un pays pauvre est très limité. Le champ laissé à la politique pour améliorer la situation est en général plus apparent que réel et l action gouvernementale eut en général comme effet d empirer la situation : ainsi, les gouvernement de la Russie, de l Autriche et de l Allemagne commencent tous par rationner la nourriture des populations urbaines tout en tentant d acheter la nourriture à la campagne à des prix qui sont fixés trop bas pour des raisons budgétaires. Donc : dans les pays plus riches, le gouvernement paye plus aux producteurs de nourriture, ce qui s avère payant, alors que dans les pays plus pauvres, le gouvernement veut payer moins, ce qui a des résultats totalement prévisibles. Cela sape encore plus la bonne volonté des fermiers à participer au marché. Enfin, le gouvernement entre en jeu et tentera de maintenir les prix bas, créant une demande en excès et laissant le champ libre à un marché noir dans chaque pays. Dans la mesure où ce type de contrôle est efficace, cela accélère la chute du rendement et de la consommation. Dans la mesure où il échoue, cela permet l entrée en jeu du marché noir et de loyers de captage ; dans la mesure où les loyers ne rivalisent plus, la production et la consommation peuvent reprendre, mais le respect du peuple pour la loi et le gouvernement en ont inévitablement pris un coup. Il peut être surprenant de trouver l Allemagne classée parmi les pays qui perdirent en raison de leur pauvreté. L Allemagne d avant la guerre de 1914 est entrée dans les livres d histoire économique comme une puissance économique développée, mais sa modernisation était fortement déséquilibrée. Des niveaux élevés de productivité dans l industrie lourde coexistaient avec une productivité nettement inférieure dans l industrie légère et nombre des secteurs de service se caractérisent également par une faible productivité, malgré l accent que met Gerschenkron (1962) sur les chemins de fer modernisés et sur les banques universelles (Broadberry 1998). Mais, le signe sans doute le plus évident du retard relatif de l Allemagne est la part élevée de main-d œuvre engagée dans une agriculture à faible productivité. L Allemagne payera cher dans les deux guerres mondiales le fait d avoir protégé son agriculture par temps de paix (Olson 1963). Pour résumer, être pauvre lorsque la Première Guerre mondiale éclate consiste à souffrir des conséquences d une agriculture paysanne qui est essentiellement un poids mort sur les efforts de mobilisation du pays concerné. A cet effet, j inclus l Allemagne. Le processus qui s en suit trouve sa conclusion inexorable dans une famine urbaine, une insurrection révolutionnaire et la chute des empereurs. L histoire de la Deuxième Guerre mondiale montre les similitudes et une différence. Une similitude est qu une fois de plus les pays pauvres ne peuvent pas maintenir la cohésion de leurs économies une fois sérieusement attaqués. L Italie et le Japon restent dans la guerre tant que les Alliés sont préoccupés par 15

16 l Allemagne. Les Alliés commencent à exercer une pression militaire sérieuse sur l Italie en 1943 et sur le Japon en Dans chacun des cas, cette pression est rapidement suivie par la désintégration économique et par l effondrement. Une autre similitude est que l agriculture paysanne montre une fois de plus sa capacité à résister à la mobilisation. Ceci est particulièrement patent dans l échec de l Allemagne à compenser les déficiences de sa propre agriculture de subsistance à faible productivité en exploitant une agriculture de subsistance à productivité encore plus faible de l Europe de l est. J ai déjà noté que l Allemagne prélève plus de nourriture de la France industrialisée que de l Ukraine agraire, mais il est également vrai que la Grande-Bretagne est nourrie par les États-Unis et le Canada et non par l Inde. La différence par rapport à la Première Guerre mondiale est ce qui arriva lorsque l Allemagne attaqua la Russie. Jugée à l aune seulement de sa taille et de son niveau de développement, l Union Soviétique aurait dû être battue courant Dans les deux décennies qui séparèrent les deux conflits, les leaders soviétiques ont eu largement le temps pour réfléchir sur le désastre qui a fait tomber la Russie et son ancien régime durant la première guerre. Dans les années 1920, Staline est déterminé à éviter une répétition. On assiste alors à une industrialisation forcée fondée sur la collectivisation des fermes qui détruisit l aptitude des paysans à se retirer du marché lorsqu ils seront mis sous pression. Comme les deux guerres mondiales ont de manière assez évidente été combattues avec l aide de machines et de produits industriels, il est facile de voir que le succès dans la guerre dépend en partie de la puissance industrielle. Un examen plus approfondi suggère qu il faut continuer à accorder une attention au moins égale à l agriculture et aux services. Une armée n est rien si l industrie ne peut pas l armer. Mais l industrie n est rien si les ouvriers ne peuvent pas être nourris. Et la nourriture n est rien si le gouvernement ne peut pas l acheminer des fermes aux villes et aux unités militaires. Même si cela fut un désastre du point de vue économique par temps de paix, l agriculture collectivisée donne à Staline un contrôle suffisant sur les approvisionnements alimentaires pour maintenir sur pied l économie lorsque la guerre frappe la Russie. Durant la Première Guerre mondiale, les paysans russes avaient commencé par se nourrir eux-mêmes, ensuite leur bétail, puis ils enfouissaient le reste dans le sol, tandis que les soldats et les ouvriers au service de la Russie en guerre se battaient pour obtenir les restes. Durant la Deuxième Guerre mondiale, l Armée Rouge et les ouvriers au service de la guerre sont nourris en premier et les paysans avec les restes. L économie soviétique est capable de se mobiliser à un degré qui rivalisa avec celui des puissances rivales les plus riches et non les plus pauvres. Son aptitude à contrôler l affectation et à réprimer la consommation, permet également à l Union Soviétique d atteindre une puissance militaire disproportionnée durant le reste du vingtième siècle. Conclusions Dans l introduction de cette étude, j ai suggéré cinq faits simplifiés sur la mobilisation militaire et économique durant la Deuxième Guerre mondiale. Le premier d entre eux est que la victoire fut du côté de ceux qui fournirent la plus grande quantité de ressources militaires aux théâtres de la guerre. Le second, est 16

17 que la supériorité des ressources militaires est fondée sur un richesse supérieure : les pays les plus riches ont un avantage systématique, disproportionné dans leur aptitude à approvisionner le front en troupes et en équipement militaire. Le troisième, le temps et la géographie a également joué un rôle. Le quatrième est que l influence de tous les autres facteurs est largement conditionnée par la richesse, la géographie et le temps. En cinquième lieu, durant la Deuxième Guerre mondiale, les performances soviétiques exceptionnelles basées sur l économie administrée se démarquent des modèles de mobilisation des économies de marché. Lorsque nous introduisons les éléments pour la Première Guerre mondiale, les quatre premiers de ces modèles sont pleinement présents. Une fois soumis à des forces supérieures, les économies pauvres finissent par s effondrer. Dans ce contexte historique, les résultats soviétiques durant la Deuxième Guerre mondiale semblent encore plus remarquables. La généralisation de ces modèles ne doit pas être poussée trop loin. Broadberry et Harrison (2005, p. 36) suggèrent que le pouvoir de ces idées simples sur le lien entre les performances économique et militaire est limité à une période historique relativement courte. L ère de «la guerre totale» de 1914 à 1945 semble avoir été unique. Durant les deux guerres mondiales, les principaux combattants peuvent consacrer plus de la moitié de leur revenu national à l effort de guerre. Ceci aurait été impossible avant 1914 parce que jusqu alors la plupart des personnes étaient trop pauvres pour être imposées à de tels taux ; la plupart des économies avaient le gros de leurs ressources bloqué dans des formes d agriculture de subsistance qui résiste à la mobilisation ; avant l alphabétisation de masse et le télégraphe, la machine à écrire et la photocopie, les services commerciaux et administratifs sont trop peu efficaces pour agir à cet égard. En bref, dans les premières phases du développement global, la guerre totale ne peut pas être programmée parce qu il faut trop de monde pour travailler les champs et dans les ateliers pour nourrir et vêtir la population et que cela aurait coûté trop cher à l administration de les décompter, de les imposer et de les envoyer vers un combat de masse. Depuis 1945, les facteurs économiques dans la guerre peuvent de nouveau avoir perdu leur signification. Ceci est dû au fait qu après l avènement d armes nucléaires, tout pays riche, quelque petit qu il soit, ou tout pays important, quelque pauvre qu il soit, peut acquérir pour quelques milliards de dollars une force militaire dévastatrice. Par conséquent, le maintien de l ordre parmi les ressources économiques peut avoir joué un rôle beaucoup plus vital dans le résultat des deux guerres mondiales qu il ne l aurait eu dans toute période précédente ou ultérieure. Bibliographie Adelman, Jonathan R, Prelude to the Cold War : The Tsarist, Soviet, and U.S. Armies in Two World Wars (Prélude à la Guerre froide : les armées tsariste, soviétique et américaine dans les deux guerres mondiales), Boulder (CO), Lynne Rienner, Brennan, Geoffrey et Gordon Tullock, "An Economic Theory of Military Tactics : Methodological Individualism at War" (Une théorie économique de la 17

18 tactique militaire : l individualisme méthodologique en guerre), Journal of Economic Behavior and Organization, 3(2-3), 1982, p Broadberry, Stephen, "How did the United States and Germany Overtake Britain? A Sectoral Analysis of Comparative Productivity Levels, " (Comment les États-Unis et l Allemagne ont dépassé la Grande Bretagne? Une analyse sectorielle de la productivité comparative), Journal of Economic History, 58, 1998, p Broadberry, Stephen, "Italian GDP During World War I" (Le PIB italien durant la Première Guerre mondiale), Annexe à Francesco Galassi et Mark Harrison, "Italy at War, " (l Italie en guerre, ) in Stephen Broadberry and Mark Harrison (ed.), The Economics of World War I, Cambridge : Cambridge University Press, Broadberry, Stephen et Mark Harrison, "The Economics of World War I : an Overview" (L économie de la Première Guerre mondiale : présentation générale), in Stephen Broadberry et Mark Harrison (ed.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press Broadberry, Stephen et Peter Howlett, "The United Kingdom During World War I : Business as Usual?" (title in French to be added), in Stephen Broadberry et Mark Harrison (ed.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press Chickering, Roger et Stig Förster (ed.), Great War, Total War : Combat and Mobilization on the Western Front, (La grande Guerre, la guerre totale : Combat et mobilisation sur le Front occidental), Cambridge, Cambridge University Press, Eloranta, Jari "Military Spending Patterns in History". EH.Net Encyclopedia, edited by Robert Whaples. URL Eloranta, Jari Responding to Threats and Opportunities : Military Spending Behavior of the Great Powers, (Réponse aux menaces et opportunités : le comportement des dépenses militaires des grandes puissances, ), document de travail, Université de Warwick, Département d économie. Feldman, Gerald D., Army, Industry, and Labor in Germany, (L Armée, l industrie et la main d œuvre en Allemagne, ), Princeton (NJ), Cambridge University Press, Galassi, Francesco, et Mark Harrison, "Italy at War, " (L Italie en guerre, ) in Stephen Broadberry et Mark Harrison (ed.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, Gerschenkron, Alexander, Economic Backwardness in Historical Perspective (Le retard économique dans sa perspective historique), Cambridge (MA), Harvard University Press, Hardach, Gerd, The First World War, , (La Première Guerre mondiale, ), Berkeley, University of California Press, Harrison, Mark, "Economic Mobilisation for World War II: an Overview" (Mobilisation économique pour la Deuxième Guerre mondiale: présentation générale) in Mark Harrison (ed.), The Economics of World War II Six Great Powers in International Comparison (L économie de la Deuxième Guerre 18

19 mondiale : Six grandes puissances, comparaison internationale), 1-42, Cambridge, Cambridge University Press, Harrison, Mark, "The Soviet Union : The Defeated Victor" (L Union Soviétique : Le vainqueur vaincu) in The Economics of World War II : Six Great Powers in International Comparison ((L économie de la Deuxième Guerre mondiale : Six grandes puissances, comparaison internationale), , Cambridge, Cambridge University Press, Harrison, Mark, "The USSR and Total War : Why Didn't the Soviet Economy Collapse in 1942?" (L URRS et la guerre totale. Pourquoi l économie soviétique ne s est-elle pas effondrée en 1942? ) in Roger Chickering and Stig Förster (ed.), A World at Total War : Global Conflict and the Politics of Destruction, (Un monde en guerre totale : le conflit global et la politique de la destruction, ), Cambridge, Cambridge University Press, Higgs, Robert, "Wartime Socialization of Investment : A Reassessment of U.S. Capital formation in the 1940s" (La socialisation de l investissement en temps de guerre, une réévaluation de la formation du capital américain dans les années 40), Journal of Economic History, 64 2, 2004, p Liberman, Peter, Does Conquest Pay? The Exploitation of Occupied Industrial Societies (La conquête est-elle payante? L exploitation des sociétés industrielles occupées), Princeton (NJ), Cambridge University Press, Maddison, Angus, Monitoring the World Economy, (Surveillance de l économie mondiale, ), Paris,OCDE, Milward, Alan S., War, Economy and Society, (Guerre, économie et société, ), Londres, Unwin, Offer, Avner, The First World War : an Agrarian Interpretation, (La Première Guerre mondiale : une interprétation agraire) Oxford, Clarendon Press, Olson, Mancur, The Economics of the Wartime Shortage : A History of British Food Supplies in the Napoleonic War and in World Wars I and II, (L économie des déficits en temps de guerre : Une histoire des disponibilités alimentaires dans les guerres napoléoniennes et durant les première et seconde (Deuxieme?) Guerres Mondiales) Durham (NC), Duke University Press, Ordway, Frederick I. et Mitchell R. Sharpe, The Rocket Team (L équipe de la fusée). Londres, Heinemann, Overy, Richard J., Why the Allies Won (Pourquoi les Alliés ont-ils gagné). Londres, Pimlico, Ránki, György, The Economics of the Second World War, (L économie de la Seconde (Deuxieme?) Guerre mondiale], Vienne, Böhlau, Robinson, E.A.G., "The Overall Allocation of Resources" (L affectation globale des ressources), in D.N. Chester (ed.), Lessons of the British War Economy (Leçons d économie de guerre britannique), Cambridge, Cambridge University Press, 1951, p Schultze, Max-Stephan, Austria-Hungary s Economy in World War I (L économie de l Autriche-Hongrie dans la Première Guerre mondiale), in Stephen Broadberry et Mark Harrison (ed.), The Economics of World War I, Cambridge, Cambridge University Press,

20 Sen, Amartya K., Poverty and Famines : An Essay on Entitlement and Deprivation. (Pauvreté et famines, un essai sur le droit et la privation) Oxford, Cambridge University Press, Singer, J. David (ed.), The Correlates of War, vol. I : Research Origins and Rationale ; vol. II : Testing Some Realpolitik Models (Les corrélats de la Guerre, vol I. : Recherche sur les origines et les motifs, vol. II : Test de certains modèles de realpolitik), New York, Free Press, 1979, Urlanis, Boris, Wars and Population (Les guerres et la population), Moscow, Progress,

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 fiche d objectifs Quelles sont les origines de la Première Guerre mondiale? Introduction :le monde en 1914 ( p14/15) L Europe règne sur le monde (colonies en Afrique

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942)

HISTOIRE DES ARTS. BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) HISTOIRE DES ARTS BLITZ WOLF par Tex Avery (1942) I. IDENTIFIER PRESENTER Blitz Wolf ou Der Gross méchant loup en français est un dessin animé américain réalisé par Tex Avery et produit par la MGM (Metro

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

Fiche pédagogique 3 : Les femmes

Fiche pédagogique 3 : Les femmes Fiche pédagogique 3 : Les femmes Les femmes Avec les hommes partis au front, le rôle des femmes pendant la guerre est essentiel. Si dans les campagnes, elles assurent souvent le travail à la ferme, à Paris

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale

La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale La prise en compte des services de logement dans l indice des prix à la consommation : une comparaison internationale Le traitement des services de logement aux propriétaires occupant leur logement est

Plus en détail

Les concepts importants en histoire-géographie

Les concepts importants en histoire-géographie Les concepts importants en histoire-géographie A Adoubement : fête où l enfant devient chevalier. Exemple : Nous avons vu qu un fils de seigneur devient seigneur, il s entraîne à partir de 7 ans chez un

Plus en détail

Le Commonwealth Britannique 70. CANADA ET AFRIQUE DU SUD 70.2 AFRIQUE DU SUD 70.1 CANADA 70.15 CONSTRUCTION DES UNITES

Le Commonwealth Britannique 70. CANADA ET AFRIQUE DU SUD 70.2 AFRIQUE DU SUD 70.1 CANADA 70.15 CONSTRUCTION DES UNITES 70.15 CONSTRUCTION DES UNITES A. UNITES TERRESTRES : L unité blindée 4-5 et les unités d infanterie 3-4 Canadiennes sont toujours construites au Canada et sont placées dans n importe quelle zone US. B.

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée

Trois entreprises sur cinq souffrent d une infrastructure informatique inadaptée L environnement commercial actuel présente à la fois d innombrables opportunités et de multiples risques. Cette dichotomie se révèle dans le monde de l informatique (et dans les conseils d administration

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

COMMENTAIRE UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA. Services économiques TD

COMMENTAIRE UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD UN APERÇU DES POPULATIONS IMMIGRANTES ET DES MINORITÉS VISIBLES AU CANADA Faits saillants D après la première publication des résultats de l Enquête nationale auprès

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

CAPES externe d histoire et de géographie

CAPES externe d histoire et de géographie Cette banque de données a été réalisée initialement avec la participation de Laurent Carroué, Rachid Azzouz, Martin Fugler, Claire Mondollot, Claude Ruiz et Jean-Louis Leydet. Son objectif est de disposer

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Cours élaboré à l échelon local donnant droit à un crédit obligatoire. depuis la Première Guerre mondiale

Cours élaboré à l échelon local donnant droit à un crédit obligatoire. depuis la Première Guerre mondiale Cours élaboré à l échelon local donnant droit à un crédit obligatoire Histoire du Canada depuis la Première Guerre mondiale 10 e année Écoles secondaires publiques de langue française de l Ontario Table

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 2013

COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 2013 > Les synthèses de FranceAgriMer juin 214 numéro22 VINS COMMERCE EXTÉRIEUR Bilan 213 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 22 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 3 3 / Fax : +33 1 73 3 3 3 www.franceagrimer.fr

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme

Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme H5 La guerre froide Avant de commencer : Pour un bref rappel de notre progression dans le programme Le monde d aujourd hui Pour un essai de compréhension de l élaboration du monde d aujourd hui à partir

Plus en détail

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?»

«Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» «Qui est donc responsable du déclenchement de la deuxième guerre Mondiale?» Michael Jabara Carley Professeur au département d histoire de l Université de Montréal, auteur de 1939: l'alliance de la dernière

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Les territoires dans la mondialisation

Les territoires dans la mondialisation Les territoires dans la mondialisation G5. Les Etats-Unis dans la mondialisation I. Nike, une entreprise à la conquête du monde Comment s est construite la première marque de vêtements au monde? A. Une

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national

1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national 1. Conjuguer stratégies globales et intérêt national Laurent Faibis, Président de Xerfi Découvrez la vidéo : «Conjuguer stratégies globales et intérêt national» Comment conjuguer la logique de nos firmes

Plus en détail

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience

LIGNE DE TEMPS. Indices A B C D E F G H I J. Répulsion. Attraction. Expérience EuGENEus Bienvenue au jeu Plier bagage! Associe chaque facteur répulsif (raison pour quitter un endroit) et chaque facteur attractif (raison pour choisir un endroit) à la période qui lui convient. Tu pourras

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Le droit à se nourrir

Le droit à se nourrir Le droit à se nourrir La faim : plus absurde qu il n y paraît 2 Paradoxe n 1 Aujourd hui, 852 millions de personnes au monde - soit près d un être humain sur sept - souffrent régulièrement de la faim alors

Plus en détail

Dix-huit leçons sur la société industrielle

Dix-huit leçons sur la société industrielle Dix-huit leçons sur la société industrielle Fiche 70 RAYMOND ARON Cet ouvrage (Gallimard, 1962, 375 p.) est la reprise de cours professés en Sorbonne en 1955 et 1956. Les quatre premières leçons présentent

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ AU MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT M. THOMAS J. MULCAIR 28 MAI 2004

COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ AU MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT M. THOMAS J. MULCAIR 28 MAI 2004 PROJET DE RÈGLEMENT RELATIF À LA COMPENSATION POUR LES SERVICES MUNICIPAUX FOURNIS EN VUE D ASSURER LA RÉCUPÉRATION ET LA VALORISATION DE MATIÈRES RÉSIDUELLES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US)

Commerce extérieur. Solde commercial positif dans les îles. Importations et exportations (milliard de $US) COMMERCE EXTÉRIEUR Le commerce extérieur de l espace Caraïbe 1 représente en 2001 plus de 297 milliards de dollars 2 en importations et plus de 290 milliards en exportations ce qui équivaut à un solde

Plus en détail

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada

Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Voyages en provenance des États-Unis et d outre-mer à destination du Canada Perspectives sur la concurrence à court terme Troisième trimestre de 2011 À l intention de la Commission canadienne du tourisme

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

La suspension de l étalon-or au Canada

La suspension de l étalon-or au Canada La suspension de l étalon-or au Canada (1914-1926) Canada, obligation de la Victoire de 100 dollars, 1915 Cette émission d obligations témoigne du fait que le Canada était arrivé à maturité sur le plan

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de :

Quand on n enlève pas l effet prix, on parle de : Quand on supprime l effet prix (on déflate), on parle de : DOCUMENT 1 : Evolution en valeur et en volume Le constat Le PIB d un pays fictif passe de 2005 à 2006 de 1 000 milliards d euros à 1 100 milliards d euros. 1) Peut-on en déduire que le niveau de production

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles

1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles 1962- La crise de Cuba «Jalons pour l histoire du temps présent» INA Catherine Picquet Lycée Pierre Mendès-France - Vitrolles Une séance d histoire en 1 ère séries générales Durée : 1h Documents : o vidéo

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail