Sujet : la vente sur internet et le Droit des marques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sujet : la vente sur internet et le Droit des marques"

Transcription

1 Sujet : la vente sur internet et le Droit des marques Par : Maître Mondher Mensi, Avocat au Barreau de Tunis Plan Introduction I Les différentes formes d atteintes au droit des marques sur internet A/ la vente de produits portant une marque contrefaite sur internet 1- les différentes formes de vente sur Internet 1.1 la vente sur support virtuel statique a- les sites vitrines b- l ing c- les blogs d- les annuaires d Internet e- les jeux en ligne La vente sur support virtuel interactif a- Les sites ou web marchands/commerciaux b - Les sites de vente aux enchères 2/ les modes de paiement électroniques : une limite à l achat sur Internet (pour les nationaux) 2.1 -Moyens de paiement locaux 2.2 -Moyens de paiement internationaux B/ L usage frauduleux d un nom de domaine 1-conflit entre nom de domaine et marque 2-Les différentes formes d atteintes au du nom de domaine II les procédures judiciaires 1

2 A La preuve de la contrefaçon de marque commise sur Internet a La preuve par le droit commun b La saisie contrefaçon B les recours a- Compétence 1-Contre qui agir 2-Territorialité A-L action judiciaire 1-L action civile L interdiction provisoire L action au fond 2-L action pénale a-sanctions 1-Sanctions civiles 2-Sanctions pénales 2

3 Introduction Au cours de la dernière décennie, l explosion d internet a été un formidable moyen de communication. En effet, ce média propose à travers des sites web à des millions d individus des contenus sur des sujets aussi divers que variés mais aussi des échanges de produits ou de services par la voie du commerce électronique. En effet, le réseau internet offre aux entreprises et aux commerçants des possibilités énormes pour conquérir de nouveaux clients en dehors même des frontières classiques. Par ailleurs, en matière commerciale, il existe des risques qui entravent le développement des transactions sur internet, notamment ceux qui sont liés au manque de protection des données personnelles collectées, à l insécurité des paiements, au non respect de la législation relative à la protection des consommateurs, à l invalidité ou à la fiabilité douteuse d une offre commerciale ou à l identité du commerçant avec lequel l internaute n a pas de contacts physiques. Mais un des fléaux les plus graves s ajoutant aux risques précédents, est la vente sur Internet de produits contrefaits ou portant atteinte aux droits des titulaires de marques. L immatérialité et l interactivité du support virtuel utilisé pour distribuer et vendre des produits et services ainsi que le référencement mis en place dans le but d accélérer la recherche et par là à offrir une meilleure visibilité de la marque, a rendu cette dernière plus vulnérable face aux agissements frauduleux de certains protagonistes de l internet. En effet, l intervention de plusieurs acteurs dans le processus de vente de produits sur internet a rendu la localisation et l identification de ces derniers difficile, ce qui a suscité la crainte des titulaires de marques de voir leurs produits ou services contrefaits et par la même leur valeur dépréciée. Cependant, la vente d un produit ou de service sur internet, n expose pas la marque à une zone de non droit. Les règles de droit commun ainsi que celles relatives aux droits de propriété industrielle et notamment la loi n du 17 avril 2001, relative à la protection des marques de fabrique, de commerce ou de services et la loi n du 9 aout 2000, relative aux échanges et au commerce électroniques peuvent s adapter pour protéger la marque contre les éventuels abus sur internet. Toutefois, pour revendiquer une protection légale contre toute forme d atteinte à une marque de fabrique, de commerce ou de service, il est nécessaire, avant d exposer son produit ou service sur la toile, d effectuer une recherche d antériorité pour s assurer de la disponibilité du signe distinctif, ensuite de le déposer auprès de l organisme concerné en l occurrence l INNORPI et de réserver un nom de domaine auprès de l instance concernée ( ATI ou L INTERNIC-Internet Network Information Center). En effet, la marque objet de protection préalable est définie par la loi n du 17 avril 2001 relative à la protection des marques de fabrique, de commerce ou de services comme étant un signe visible permettant de distinguer les produits offerts à la vente ou les services rendus par une personne physique ou morale. La revendication d un signe distinctif, protégée par la loi à travers le système d enregistrement, est ainsi un moyen de valoriser et de distinguer un produit ou service donné par rapport à ses concurrents sur un marché qu il soit traditionnel ou virtuel. 3

4 L enregistrement préalable d une marque, même étendu à divers territoires, ne l empêche pas d être exposée à la contrefaçon définie par l article 44 de la loi du 17 avril 2001, comme étant Toute atteinte portée aux droits du propriétaire de la marque engageant la responsabilité civile et pénale de son auteur Ces différentes atteintes peuvent revêtir multiples formes telles que prévues aux articles 22 et 23 de la loi n du 17 avril 2001, relative à la protection des marques de fabrique de commerce et de services à savoir: a) La reproduction, l usage ou l apposition d une marque, même avec l adjonction de mots tels que : «formule, façon, système, imitation, genre, méthode», ainsi que l usage d une marque reproduite, pour des produits ou services identiques à ceux désignés dans l enregistrement, b) La suppression ou la modification d une marque régulièrement apposée. c) La reproduction, l usage ou l apposition d une marque, ainsi que l usage d une marque reproduite, pour des produits ou services similaires à ceux désignés dans l enregistrement. d) L imitation d une marque et l usage d une marque imitée, pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux désignés dans l enregistrement. Ces différentes formes classiques de contrefaçon se manifestent-elles de la même manière sur la toile (I) et sont-elles soumises aux mêmes procédures assurant la protection des marques (II). 4

5 I Les différentes formes d atteintes au droit des marques sur internet Lors de la vente sur internet, les atteintes au droit des marques peuvent se manifester soit à travers la vente de produits portant une marque contrefaite (A), soit à travers l usage frauduleux d un nom de domaine (B). A/ la vente de produits portant une marque contrefaite sur internet L offre de vente de produits contrefaits sur internet se manifeste à travers de multiples supports permettant d effectuer des achats à distance ou à la livraison. (1). Cependant, malgré cette diversité, l achat de produits contrefaits sur internet demeure limité en Tunisie en raison de l usage modeste et restreint des moyens de paiement électroniques (2) 1- les différentes formes de vente sur Internet La vente sur Internet est la nouvelle forme de vente. En effet, de la vente classique constituée par une vitrine physique, on est passé à une vente électronique formée par une vitrine virtuelle. L offre de vente se réalise sur ce type de sites, soit sur un support virtuel statique (1.1), soit sur un support virtuel interactif permettant l échange électronique (1.2) 1.1 la vente sur support virtuel statique Un support virtuel statique, est celui dans lequel aucune opération d échange électronique n est effectuée. C est l exemple des sites vitrines (a), de l ing (b), des blogs(c), les annuaires d Internet (d) et les jeux en ligne (e). a sites vitrines Le site vitrine est «une présentation numérique d une entreprise, association ou organisation... le site vitrine va permettre d être présent sur Internet comme une carte ou press-book numérique - catalogue» 1. On trouve dans cette première catégorie les différents sites vitrines dans lesquels aucune opération d échange électronique n est effectuée, ce type de sites est une forme de publicité sans plus. Aucune opération de vente ou d achat en ligne n est effectuée. Pourquoi ces sites vitrines ne font aucun renvoi à une adresse physique? En effet, ces sites vitrines ne font aucun renvoi à une adresse physique, l achat des produits se fait ou bien par contact téléphonique, ou par avec livraison à domicile. L utilisation par les contrefacteurs d une telle procédure de vente n est en fait qu un échappatoire à toute identification physique. Exemples de sites vitrines : etc. 1 Définition du Dicodunet, 5

6 b - L ing L ing, c est l envoi d'un courrier électronique à un nombre déterminé d internautes dans le but de promouvoir et de vendre un produit ou service. L' marketing offre réactivité, flexibilité et réduction des coûts par rapport au courrier papier. Ceci parce qu'une campagne ing est ciblée, personnalisée et envoyée en temps opportun auprès de chaque destinataire. L ing est le moyen le plus sûr pour la Publicité sur Internet. Il existe deux formes d ing : -L ing-list : L ing liste est une base de données d adresses, de numéros de téléphone ou d adresses etc. C est un moyen direct de cibler une population ou un marché potentiel (Marketing Direct), on peut même tester un produit ou connaître le profile d une zone ou d une tranche d âges Grâce à l ing liste on a la possibilité de créer et augmenter le trafic sur un site Web. Il ne suffit pas d avoir un site ou une adresse Web mais il faudra exploiter son investissement et vendre des espaces publicitaires sur son site (échange de bannière publicitaire).la diversité des rubriques nous permet d accéder à des marchés non encore exploités. - Le ing non ciblé : Le ing non ciblé, est celui envoyé à différents internautes choisi au hasard. Par ailleurs, l ing est soit réalisé par les entreprises dans le cadre de leur activité principale, soit sous-traité par des entreprises spécialisées. Exemple de sociétés tunisiennes spécialisées en ing : - e-direct Tunisie est une société spécialisée dans l'mailing. Ou encore, - technetstudio.net La question que nous nous posons est la suivante : La société d ing est elle obligée de vérifier la conformité du contenu des messages ou publicités diffusés? En France, il existe un texte spécial qui régie le régime de responsabilité des acteurs de l Internet, c est la loi n du 21 juin 2004 pour la confiance dans l économie numérique. Parmi ces acteurs ; les hébergeurs du site, fournisseurs d accès, éditeurs du site, ne sont pas soumis à une obligation générale de surveiller le contenu des informations 2. Cependant, il n en demeure pas moins que la responsabilité de ces personnes peut être engagée, et ce, en se basant sur la présomption simple (admet la preuve contraire) qui engage la responsabilité solidaire des professionnels (hébergeurs) en cas de vente de produits contrefaits sur le site. La charge de prouver la bonne foi incombe donc aux professionnels. 2 Régis Fabre, «Droit de la publicité et de la promotion des ventes», édition Dalloz, p. 525 et s. 6

7 c - Les blogs : Un blog est un journal personnel ou un carnet de voyage disponible sur le web. Sa mise à jour (blogging), normalement quotidienne, est effectuée par un utilisateur (blogger) n'ayant pas forcément un profil technique. Des logiciels (Blogger, Movabletype, Ublog...), accessibles via le web, permettent de créer et de maintenir facilement le blog. Les informations postées sur le blog sont présentées dans l'ordre chronologique inverse. Sites personnels à l'origine, les blogs sont de plus en plus nombreux (plusieurs millions) et sophistiqués, a tel point qu'ils font leur apparition dans le monde de l'entreprise. La question qui se pose est la suivante : un blog peut il porter atteinte au droit des marques? En effet, un blog peut porter atteinte au droit des marques si un blogger publie par exemple une photo ou image d un article contrefait et l expose à la vente ( ). d - Les annuaires d Internet : Un annuaire Web ou répertoire Web ou annuaire Internet ou répertoire Internet est un site Web proposant une liste classée de sites Web. Rien n empêche ces sites de contenir des adresses ou sites web proposant à la vente des produits contrefaits. e - Les jeux en ligne : Peuvent causer un réel préjudice au droit des marques, et ce par les flashs publicitaires envoyés par l un des joueurs en ligne ou par les joueurs. Cette publicité est préjudiciable si elle porte notamment sur un produit contrefait. L exemple de la PlayStation III, cette console de jeux met en ligne et à l instant «T» multiples joueurs à la fois, ces joueurs en ligne sont une proie facile pour les contrefacteurs (...) La vente sur support virtuel interactif Cette catégorie regroupe les différents sites opérant une vraie opération d échanges électroniques à l exemple des sites commerciaux (a) et des sites aux enchères (b). a- Les sites ou web marchands/commerciaux Les sites marchands ou sites commerciaux «c est des sites proposant la vente de biens ou services au moyen d'un magasin virtuel (site e-commerce)» 3. Exemples de sites commerciaux : -www.easycommerce.tn.com, -www.smg.com.tn, Société Magasin Général, le plus ancien et offre aux internautes ces divers modes de paiements : e-dinar, dinar poste, chèque, espèce. -www.souk-el-web.com, -www.tounes.net 3 7

8 Les opérations de vente sur ces sites s effectuent au moyen d échanges électroniques, d après la Loi n relative aux échanges et commerce électronique, le Commerce électronique : «c est les opérations commerciales qui s effectuent à travers les échanges électroniques». (Article 2). L'interface multimédia du web est un outil de marketing important et très puissant, mais à travers cet outil, des infractions peuvent s infiltrer et notamment, en matière de contrefaçon des marques, il suffit de visiter l un des sites commerciaux existant sur Internet pour se rendre compte de l ampleur de cette pratique préjudiciable au droit des marques. Citons l exemple du site Easy Commerce dans lequel on identifie la vente de produits contrefaits : (www.easycommerce.tn.com ), ce site de commerce virtuel tunisien qui propose à la vente divers produits, expose multiples objets contrefaits. Le mode de paiement utilisé par ce site est «à la livraison», l intérêt de l utilisation de ce mode de paiement, c est qu il rend difficile la localisation physique du contrefacteur. b - Les sites de vente aux enchères Le site d enchères, est «un Site Web qui propose un service en ligne de vente aux enchères, dans lequel plusieurs internautes sont en concurrence pour l acquisition d un même bien, finalement attribué au plus offrant» 4. Exemples de sites aux enchères : Sites tunisiens : Sites étrangers : Lorsqu un internaute veut faire une offre pour un produit, il lui suffit de s inscrire à la vente aux enchères en entrant son numéro de carte de crédit, son nom d utilisateur et son mot de passe préalablement défini sur un formulaire en ligne, sécurisé avec le protocole SSL. D autres termes sont utilisés pour désigner ce type de sites : vente aux enchères en ligne, enchères sur Internet, encan en ligne, etc. Les enchères sur Internet sont donc, un service en ligne où les utilisateurs peuvent offrir une liste d articles qu ils veulent vendre et enchérir pour des articles. Par ailleurs, un bon nombre de vendeurs dans les enchères sur Internet sont des particuliers. Il existe différents types de vente sur les sites de ventes aux enchères sur l Internet. Certains sont des ventes du genre vente aux enchères qui impliquent enchérir pour un article. D autres tels que «Buy-it-now» sur des sites tunisiens, tels que Ballouchi.com, echribay 5 ou Moncefbay.com 6, ne sont aucunement des ventes aux enchères, sur ces sites la méthode classique de la vente aux enchères n est pas appliquée, il n y a pas d enchérissement pour un produit, l acquisition d un produit ne dépend pas du plus offrant, ou plutôt, il n y a même pas de mise à prix. Exemple : dans le site où toute une rubrique a été réservée à la vente de produits contrefaits, on remarque l absence de tout enchérissement pour un produit. Sur le plan national, aucune définition n a été attribuée aux ventes aux enchères, mais dans la 4 SSL : Protocole assurant une transmission sécurisée de données sur un site web. Développé à l'origine par la société Netscape Communications pour son navigateur, le protocole SSL est destiné au cryptage des données. Il permet de vérifier l'authentification,... 5 Ce site tunisien de vente aux enchères sur Internet est une vraie source de contrefaçon de marques. 6 Sur ce site, toute une rubrique a été réservée à la vente de produits contrefaits. Voir Annexe 1. 8

9 pratique la vente aux enchères est couramment utilisée et constitue une vraie coutume commerciale dans la vente de quelques produits, connue sous la dénomination «Dléla». 2/ les modes de paiement électroniques : une limite à l achat sur Internet (pour les nationaux) Le moyen de paiement électronique, c est le moyen qui permet à son titulaire d effectuer les opérations de paiement direct à distance à travers les réseaux publics des télécommunications. (Article 2, loi n relative aux échanges et commerce électronique). Mais pourquoi ces modes de paiements limitent-ils l achat sur Internet pour les nationaux? En effet, en Tunisie les effets de la contrefaçon sur Internet ou grâce à Internet sont pour l instant limités, et ce, d une part à cause de la timide évolution de l utilisation des moyens de paiement en ligne dans notre pays (2.1) et d autre part à cause des limites imposées par la loi des changes, notamment concernant le paiement sur les sites étrangers et où le paiement se fait en devises (2.2) Moyens de paiement locaux Le paiement sur les sites tunisiens se fait à travers ces modes de paiements : -Les cartes e-dinar. : Le Dinar Electronique est un porte-monnaie électronique sécurisé conçu sous forme de carte prépayée rechargeable par plusieurs moyens. La carte e-dinar UNIVERSEL est une carte polyvalente qui peut être utilisée pour payer sur Internet, retirer de l argent sur les DAB et effectuer les règlements auprès des commerçants équipés de TPE. -Les cartes bancaires de la Poste VISA Electron Les modes concernent notamment les résidents 7. 7 La loi n du 21 janvier 1976, portant refonte et codification de la législation des changes et du commerce extérieur régissant les relations entre la Tunisie et les pays étrangers, fait une distinction fondamentale entre les résidents en Tunisie et les non-résidents pour la définition du régime des relations financières de la Tunisie avec l'étranger. L'article 5 de la loi n susvisée définit la notion de résidence comme suit : On entend par : Résidents : Les personnes physiques ayant leur résidence habituelle en Tunisie et les personnes morales tunisiennes ou étrangères pour leurs établissements en Tunisie. Précisément : o o o o Les personnes morales tunisiennes ou étrangères pour leurs établissements en Tunisie. Les personnes physiques de nationalité tunisienne domiciliées en Tunisie. Les fonctionnaires tunisiens en poste à l'étranger quelle que soit la durée de leur séjour. Les personnes physiques de nationalité étrangère domiciliées en Tunisie depuis plus de deux ans et y possédant le centre de leurs activités. Ces personnes perdent leur qualité de résident dès leur départ définitif de Tunisie Non-résidents : Les personnes physiques ayant leur résidence habituelle à l'étranger et les personnes morales tunisiennes ou étrangères pour leurs établissements à l'étranger. 9

10 Les premiers sites de vente via Internet font leur apparition en Tunisie. L'un des principaux sites est celui de Magasin Général, leader des grandes surfaces en Tunisie et société cotée à la Bourse de Tunis. Il y a aussi Souk el Web, Raken,... La création d'un porte-monnaie virtuel appelé "carte e-dinar universelle" pourrait contribuer au développement de l'e-commerce. L'un des premiers à utiliser ce système était la Poste tunisienne et son service Fleurs de la Poste. Magasin Général contribue également au développement en acceptant le paiement en ligne par la carte e-dinar 8. Quant aux non-résidents, l opération de vente sur Internet est assimilée à une opération d exportation, ce qui implique notamment l achat en devises Moyens de paiement internationaux Pour les nationaux l achat sur les sites Internationaux se fait à travers ces moyens de paiement : -Les cartes VISA International -Les cartes Mastercard International. Mais l achat sur le plan international et à travers les sites étrangers n est pas chose accessible à tous les internautes. En effet, l achat sur ces sites internationaux doit se faire au moyen de devises, et donc le paiement en devises implique nécessairement que l acheteur dispose de compte en devises. Mais les dispositions du code des changes limitent les bénéficiaires d un compte en devises 10. En Tunisie, un site de paiement en ligne des factures est disponible (www.fatouranet.poste.tn) permet de consulter et de payer les factures d eau, d électricité, de téléphone B/ L usage frauduleux d un nom de domaine: Le nom de domaine est défini comme étant «le nom du site» 11, il peut correspondre au nom d une société ou d une marque. C est un signe distinctif qui répond à certains critères juridiques et ne peut être réservé que s il est disponible. La jurisprudence française assimile le nom de domaine à une marque et en tire les conséquences de son régime juridique. En Tunisie, c est l Agence Tunisienne d Internet (ATI) crée en mars 1996 qui est responsable de la gestion et de l enregistrement des noms de domaines sous le domaine TN. Opérant sous la tutelle du Ministère des Technologies de la Communication et du Transport, parmi les missions de l'ati : La gestion et l'enregistrement des noms de domaines sous le domaine TN. Par ailleurs, aucune définition n a été attribuée au nom de domaine par le législateur tunisien. Pour ce qui est de l'enregistrement d'un nom de domaine de la zone «.com», il convient de contacter l'internic, géré aux Etats-Unis par une organisation appelée Network Solutions Incorporation (N.S.I). Les noms de domaines occupent une place importante en matière de contrefaçon sur Internet Voir doit des changes. 10 Ibid

11 En effet, le nom de domaine est considéré comme étant un acteur principal, parmi d autres, dans le processus de la contrefaçon des marques sur Internet. Noms de domaines et marques sont souvent confronté à des situations de conflits (1) et subissent parfois les mêmes infractions, ou plutôt, les mêmes atteintes (2). 1 - conflit entre nom de domaine et marque L acquisition de nom de domaine par la règle du premier arrivé, premier servi est source de conflit entre nom de domaine et marque. Des noms de domaines disponibles correspondent souvent à des marques notoires et sont souvent la cible d appropriation illégale. -La règle de la spécialité est appliquée pour résoudre le conflit entre marque et nom de domaine lorsque les produits et services sont distincts. Ainsi, la chambre commerciale de la cour de cassation de Paris, arrêt du 7 juin 2006 a annoncé que la marque est contrefaite par un nom de domaine identique, si les produits ou services en cause sont similaires ou identiques. -La marque notoire exerçant dans le même secteur d activité a amené le : TGI de Paris, jugement du 7 juin 2006 a invoquer les agissements parasitaires portant atteinte au droit fondé sur l article 6 bis de la convention de Paris. - La reproduction par un nom de domaine d un signe possédant un droit antérieur : est un agissement parasitaire : le TGI de Paris dans un jugement rendu le 28 juin rappelle qu un nom de domaine reproduisant un signe, possédant un droit antérieur, est constitutif d agissements parasitaires. 2-Les différentes formes d atteintes au du nom de domaine : Le droit des marques connaît différentes formes d atteintes à travers celles engendrées au nom de domaine. En effet, ces atteintes au nom de domaine causent un dommage direct aux marques. Parmi les formes d atteintes au nom de domaine, nous citons : - Homonymie : une autre personne (physique ou morale) a déposé une marque similaire mais dans d'autres classes de produits. Il dispose des mêmes droits pour utiliser le nom de domaine correspondant en classes différentes mais en fait usage similaire. La restitution de nom de domaine se confronte au principe de la spécialité. - Patronymie : une personne physique a déposé le nom de domaine correspondant à son nom (Mr Pasteur - et non l'institut - a déposé pasteur.net) qui est le même qu une marque antérieure. - Cybersquattage (ou piratage ou contrefaçon ou grabbing) : le fait d'enregistrer un nom de domaine sans en avoir le droit. Les deux cas de cybersquatteurs ou " pirates " les plus fréquents sont : - le cybersquatteur délibéré : enregistre des noms de domaine dans le but de nuire à autrui (déposer le nom d'un concurrent qui ne l'a pas encore fait, déposer le nom proche 11

12 d'une société afin de détourner le trafic de son site ou espérer lui revendre très cher un jour). Il s'agit souvent d'un maître chanteur. - le cybersquatteur de bonne foi : enregistre des noms de domaine qui lui plaisent sans se soucier du droit des marques (et souvent sans savoir que les noms de domaine et les noms de marques peuvent être liés). La bonne foi est inopérante devant le juge lorsqu'il s'agit de récupérer le nom cybersquatté. - L usage des balises méta : dans ce cas, le webmaster d un site peut reproduire dans le code source dudit site des marques sans rapport avec le contenu réel du site pour en augmenter la fréquentation et créer une confusion dans l esprit du consommateur entre les sociétés et/ou leurs produits, étant précisé que les balises méta sont invisibles aux internautes. - "Position squatting" : Cette pratique peut se définir comme l appropriation du signe distinctif d un tiers dans un mot clé auprès de sites fournisseurs d outils de recherche, afin d être référencé de manière plus efficace que ses concurrents. - Le phishing / Hameçonnage/ filoutage : «c est une technique de fraude visant à obtenir des informations confidentielles, telles que des mots de passe ou des numéros de cartes de crédit, au moyen de messages ou de sites usurpant l identité d institutions financières ou d entreprises commerciales» 12. Une attaque de phishing "réussie" implique de tromper l'utilisateur. Et pour que la tromperie soit parfaite, l'auteur doit contrefaire les éléments protégés du site visé. 12 «le phishing dans les mailles du filet de la contrefaçon de marque». 12

13 II Les procédures assurant la protection des marques sur Internet Lorsqu il y a atteinte à une marque lors d une opération de vente sur Internet, il y a lieu de réunir la preuve de cet acte (A) pour ensuite engager une procédure judiciaire permettant de mettre fin à l acte incriminé et d obtenir réparation du préjudice (B). A La preuve de la contrefaçon de marque commise sur Internet La contrefaçon est un fait juridique qui peut être prouvé par tous les moyens, cependant, s agissant d un fait commis sur un outil virtuel, la preuve par le droit commun semble être limitée (a), le recours à la saisie contrefaçon prévue par un texte spécial parait plus adaptée (b). a La preuve par le droit commun Sur Internet la preuve par les moyens ordinaires est difficile car c est un lieu nouveau que le droit classique n a pas traité. Il est parfois difficile de trouver le responsable parmi les différents acteurs présents sur la toile. Les moyens de l article 427 du COC qui sont l aveu de la partie, la preuve littérale ou écrite, la preuve testimoniale, la présomption et le serment et le refus de le prêter. Tous ces différents instruments nous semblent inadéquats pour la preuve de la contrefaçon sur Internet. De ce fait, le recours au constat d huissier de justice, tel que règlementé par la loi n du 13 mars 1995 relative à l organisation de la profession des huissiers de justice, est un moyen rapide permettant l établissement de la preuve de l atteinte aux droits du titulaire d une marque. L huissier va dans son constat décrire l acte de contrefaçon. Mais le constat lui-même présente une spécificité par rapport à la preuve ordinaire à savoir qu il est fait sur un support virtuel. Cet environnement va poser le problème de la description à savoir qu il va décrire ou constater des faits virtuels. Le constat de l huissier réalisé sur Internet est confronté à des contrainte techniques, à cet effet, et pour accentuer sa force probatoire, la jurisprudence française estime qu il doit respecter trois diligences techniques pour être juridiquement recevable à savoir, d abord, le cheminement adopté par l huissier pour accéder aux pages litigieuses doit être celui utilisé par n importe quel internaute, ensuite, les pages visualisées doivent impérativement être matérialisées, et enfin, les caches de l ordinateur utilisé pour l établissement du constat doivent être vidées pour éviter que l huissier ne constate plusieurs fois la même page. C est dans ce sens qu a statué la 3ème chambre du tribunal de grande instance de Paris dans sa décision du 4 mars Le constat de l huissier de justice même s il peut constituer une preuve de la vente de contrefaçon, ses effets restent toujours limités par rapport à la saisie contrefaçon qui demeure le meilleur moyen de preuve de la vente de contrefaçon sur Internet. 13

14 b La saisie contrefaçon La loi n du 17 avril 2001, relative à la protection des marques de fabrique de commerce et de services a apporté un moyen spécifique de preuve de la contrefaçon à savoir la saisie contrefaçon. Cette saisie peut se faire soit par la description détaillée, avec ou sans prélèvement d échantillons, soit par la saisie réelle des produits ou des services qu elle prétend marqués, offerts à la vente, livrés ou fournis à son préjudice ou en violation de ses droits. La saisie a pour objet de faire constater l atteinte à une marque : il s agit en temps normal d un procès verbal accompagné éventuellement d échantillons. Mais sur Internet il est difficile voir impossible d avoir un échantillon car l infraction est commise sur des sites virtuels et non pas dans des endroits physiques. La saisie réelle de l article 50 ne peut pas s appliquer à notre égard à la vente de contrefaçon sur Internet car pour saisir les produits ou services il faut que le propriétaire du site soit connu ou que le site soit répertorié en Tunisie afin de pouvoir collecter des informations concernant son éditeur et éventuellement saisir les produits ou services contrefaisants. De ce qui précède, il parait que la saisie description sans prélèvement d échantillons soit la plus adéquate pour ce genre de lieu virtuel. Elle peut être réalisée en tout lieu. Ici, il s agit d un lieu virtuel par opposition à lieu physique et la saisie-description se fait généralement à l aide de capture d écran. Sur le plan pratique, il s agit d obtenir un ordre du juge qui désigne un huissier de justice et un expert en propriété industrielle pour effectuer la saisie contrefaçon. Tout en se conformant à l article 50 de la loi de 2001 relative aux marques, la saisie descriptive peut être faite par différents procédés certes nouveaux par rapport au droit et à la jurisprudence tunisienne qui peuvent être soit la capture d écran et/ou impression, soit la copie de l image, soit l enregistrement du son... Il faut dire aussi que dans ce cadre de la saisie contrefaçon, la capture d écran est une technique suffisante pour prouver la vente du produit contrefait, par ailleurs, dépasser cet aspect technique en aspirant le site a été considéré par la jurisprudence française, dans l arrêt du TGI de Mulhouse du 25 octobre 2006, comme non valable car elle a apprécié que le fait d aspirer un site dépassait le cadre du constat qui permet seulement de procéder à des captures d écran. Mais l expert en propriété industrielle ne peut pas aller au-delà il doit être assisté par un expert en NTIC qui lui est le mieux habilité à faire ce genre de travail et à l expert en propriété industrielle de décrire ce qui est présent sur le site incriminé. Sur le plan pratique et devant un cas d espèce on peut imaginer la demande du titulaire de la marque au juge de désigner un expert en informatique pour accompagner l expert en propriété industrielle pour que l opération ait plus de crédibilité et d efficacité. Enfin peuvent demander une telle mesure : le propriétaire de la marque enregistrée, le bénéficiaire d un droit exclusif d exploitation de la marque et le titulaire d une demande d enregistrement. 14

15 Elle est réalisée en vertu d une ordonnance du président du Tribunal du ressort duquel elle a eu lieu, par un huissier assisté d experts de son choix. Dans tous les cas, il faut assigner les défendeurs dans un délai de 15 jours à partir du jour où la saisie ou la description est intervenue, dépassé ce délais la saisie est nulle de plein droit contrairement à l'action qui, quand à elle, reste valable. B les recours Quand le titulaire d un produit constate qu il y a une vente de produits contrefaisant sa marque et que cette atteinte est réelle et nuisible à son égard, il doit intenter une action en justice pour mettre fin à cette atteinte et le cas échéant obtenir réparation du préjudice subi (b). Mais s agissant d une infraction commise sur un lieu virtuel il faut avant tout éclaircir la question de la compétence (a). a- Compétence Lorsque le juge est saisi d une affaire dont les faits se sont déroulés sur Internet, il doit avant tout statuer sur sa compétence territoriale (b) tout comme le titulaire d une marque avant d intenter une action en justice, il doit savoir contre qui il va agir (a). 1- Contre qui agir Sur Internet il y a plusieurs protagonistes qui interviennent dans le processus de la contrefaçon on peut les classer en deux catégories à savoir : L éditeur du site, le titulaire du nom de domaine contrefaisant ou l acquéreur des mots clés d une part, et d autre part les intermédiaires techniques du réseau. - L éditeur du site, le titulaire du nom de domaine contrefaisant ou l acquéreur des mots clés (qui sont la même personne) Certes il y a des cas où il est difficile d identifier les éditeurs de sites contenant des contrefaçons mais on peut engager des procédures qui peuvent être menées par l ATI ou par des huissiers assistés d experts tendant à identifier les personnes ayant édité le site contrefaisant, les personnes ayant réservé le nom de domaine du site, surtout si l enregistrement du nom de domaine s est fait en Tunisie c'est-à-dire les sites dont le nom de domaine qui finit par «.tn» et ce contrairement aux sites dont le nom de domaine finit par «.com» qui, eux, sont difficilement identifiables. Donc il faut assigner aussi les intermédiaires techniques du réseau afin d augmenter ses chances. - Les intermédiaires techniques du réseau Le principe est qu il faut agir contre le responsable du délit à savoir le contrefacteur mais face à ces nouveaux types de délits ce dernier n est pas à tous les coups identifiable, c est pourquoi il faut assigner un maximum de personnes afin d augmenter les chances d obtenir réparation de son préjudice. Le premier intermédiaire technique du réseau c est le fournisseur d accès à Internet (Planet, Globalnet, Topnet, Hexabyte ). En France la loi du 1 er août 2000, modifiant 15

16 la loi du 30 septembre 1986 sur la liberté de communication l a assimilé à un simple transporteur, le soumettant ainsi à une obligation de neutralité. De ce fait, il semble difficile d engager la responsabilité de ce protagoniste. Le deuxième intermédiaire technique du réseau c est le fournisseur d hébergement (Planet, Globalnet, Topnet, Hexabyte ). En France la même loi dispose à son égard que sa responsabilité ne sera engagée que si, après avoir été saisi par une autorité judiciaire, il n a pas empêché l accès au contenu du site en cause. Ainsi en l absence de saisine par une autorité judiciaire il est difficile d engager la responsabilité pénale comme civile de ces derniers, (Exemple de jurisprudence Cour d appel de Versailles, 12 ème chambre, section 1, jugement du 10 mars 2005, société Google France/société VIATICUM et société LUTECIEL. Dans ce jugement la cour d appel a confirmé le jugement du 8 mars 2004, selon lequel le tribunal, après avoir constaté que la société GOOGLE FRANCE avait exécuté mais avec retard l injonction sous peine d astreinte contenue dans le précédent jugement, a liquidé l astreinte à la somme de euros et a condamné la société GOOGLE France au paiement d une somme de euros au titre de l article 700 NCPC, ainsi qu au dépens). Le troisième intermédiaire technique du réseau c est les outils de recherche (Wanadoo, Globalnet/ Google, Yahoo). (Exemple de jurisprudence Cour d appel de Paris, arrêt du 28 juin 2006, Vuitton/ Google. La cour a considéré que Google doit verser au malletier euros de dommages intérêts et euros pour les frais de justice. En prononçant une indemnité complémentaire au titre de l article 700 du NCPC si importante, la cour d appel s inscrit ainsi dans une nouvelle tendance judiciaire qui se caractérise par une volonté de se rapprocher de la réalité économique). Ainsi il faut les assigner de sorte que leurs responsabilités soient engagées de façon solidaire et ce pour échapper au problème lié à l éventuelle insolvabilité de l éditeur du site contrefaisant ou à la difficulté de son identification. 2- Territorialité Selon les articles 30 et 36 du code des procédures civiles et commerciales, le demandeur peut actionner le défendeur devant le tribunal du lieu de son domicile réel ou élu (art 30) ou, devant le tribunal du lieu où le fait dommageable s est produit ou également, s il s agit d une infraction pénale, le tribunal du lieu d arrestation du délinquant (art 36). La contrefaçon étant un délit donc on peut assigner le contrefacteur devant le tribunal du lieu du demandeur comme on peut l assigner devant le tribunal du lieu où le fait dommageable s est produit. Mais le juge, avant d aborder le fond d un litige, doit vérifier sa compétence matérielle et territoriale, car l Internet est un lieu virtuel et où la diffusion est mondiale. La jurisprudence de la cour d appel de Paris en date du 1 er mars 2000, a estimé que «lorsqu une infraction aux droits de propriété industrielle ou un acte de concurrence déloyale a été commis par une diffusion sur le réseau Internet, le fait dommageable se produit en tous lieux où les informations litigieuses ont été mises à la disposition des utilisateurs éventuels du site». Il faut donc d une part, pour qu un juge soit compétent, que la marque contrefaite soit accessible sur le territoire du demandeur. Et, il faut d autre part que la marque contrefaite ait 16

17 pour cible le public du demandeur, de façon à ce que la marque reproduite soit adressée aux consommateurs du même demandeur. Ainsi en ce qui concerne la compétence territoriale, il faut que le litige soit rattachable au territoire tunisien, notamment par la simple accessibilité du site en Tunisie. Cela suffit à priori à donner compétence aux juges tunisiens. La jurisprudence française est allé encore plus loin dans un arrêt de la 4 ème chambre de la cour d appel de Paris, le 26 avril 2006, dans l affaire Normalu/Acet, les juges ont en effet affirmé qu «il convient de rechercher et de caractériser, dans chaque cas particulier, un lien suffisant, substantiel ou significatif, entre ces faits ou actes et le dommage allégué». A ce titre, la compétence des tribunaux français est justifiée par le fait que le titulaire de la marque est de nationalité française. b- L action judiciaire La contrefaçon est un fait juridique et un délit en même temps. Le titulaire d une marque contrefaite peut soit intenter une action devant le juge répressif (b), tout comme il peut l intenter devant le juge civil (a). Enfin, si le juge décide qu il y a contrefaçon il peut appliquer les sanctions énoncées dans la loi du 17 avril 2001, relative aux marques (c) 1- L action civile Lorsque les faits incriminés paraissent sérieux et que le juge a été saisi au fond d une action en contrefaçon (b), le titulaire de la marque peut demander au juge d interdire temporairement les actes de contrefaçon (a). L interdiction provisoire L objectif de l interdiction provisoire est d obtenir une interdiction temporaire sous astreinte des actes de contrefaçon et éviter ainsi l aggravation d un éventuel préjudice subi par le titulaire de la marque ou par son licencié exclusif, en attendant que l affaire soit jugée au fond. La mise en œuvre d une telle procédure d urgence requiert que le tribunal ait été saisi au fond d une action en contrefaçon engagée dans de brefs délais et que celle-ci apparaisse sérieuse. Le législateur tunisien considère que le bref délai ne doit pas dépasser un mois à partir du jour où le propriétaire de la marque ou le licencié a eu connaissance des faits incriminés. En France par contre la jurisprudence considère que ce bref délai peut aller jusqu à six mois. Il est préférable de faire la procédure en interdiction provisoire dans le cadre da l action civile car le délai d un mois institué par le législateur ne suffit pas pour faire l interdiction provisoire dans l action pénale dans laquelle les procédures peuvent durer plus que ce délai et de ce fait elle risque de ne pas défendre les intérêts du demandeur d une telle action et ainsi aggraver le préjudice subi. Les conditions de cette action selon l article 49 de la loi du 17 avril 2001 sont : - La saisine du juge du fond. 17

18 - Dans un bref délai à savoir dans un délai de un mois à partir du jour où le propriétaire de la marque ou le licencié a eu connaissance de l atteinte fondant l action. - Enfin, l action doit apparaître sérieuse, ce qui ne signifie pas que la contrefaçon soit établie de manière incontestable, ni qu il soit nécessaire de prouver le trouble manifestement illicite ou l absence de contestation sérieuse. Une fois toutes les conditions réunies, l article 49 dispose que le président du tribunal peut subordonner l interdiction à la constitution par le demandeur de garanties destinées à assurer l indemnisation éventuelle du préjudice subi par le défendeur si l action en contrefaçon est ultérieurement jugée non fondée. Dans ce cadre on peut envisager plusieurs cas de figure tels que la fermeture provisoire du site contrefaisant, l interdiction de mettre les produits contrefaisants sur le site, la saisine de l hébergeur afin qu il bloque l accès au site Il faut dire aussi que le plus souvent, par souci d efficacité, l interdiction est assortie d une astreinte. L action au fond L action civile est portée devant les juridictions judiciaires ou répressives. Il y a plusieurs cas de figure qui se présentent lors de l action civile : Soit le défendeur est domicilié en Tunisie : le juge tunisien sera compétent pour connaître de l intégralité du dommage subi du fait de la mise en ligne du site contrefacteur ; et au niveau interne le juge du lieu où aura été dressé le constat établissant la contrefaçon ; soit le défendeur est domicilié hors de Tunisie mais le fait générateur du dommage est intervenu en Tunisie: le juge tunisien pourra connaître de l intégralité du litige ; Soit le défendeur est domicilié hors de Tunisie, le fait générateur du dommage est intervenu hors de Tunisie: le juge tunisien est compétent pour statuer uniquement sur la réparation du dommage subi en Tunisie. L action est exercée par le titulaire de la marque, ou son licencié exclusif. Cependant toute personne liée par un contrat de licence peut intervenir dans l instance engagée par une autre partie, pour obtenir réparation de son propre préjudice découlant de la contrefaçon. Il faut aussi envoyer une mise en demeure au(x) défendeur(s), cette dernière a pour but de démontrer la mauvaise foi du protagoniste s il ne cesse pas par la même les actes de contrefaçon. Cette mise en demeure est considérée comme un préalable à l action judiciaire. Le cumul de l action en contrefaçon et de l action en concurrence déloyale? Une action en concurrence déloyale pourra dans certains cas s ajouter à l action en contrefaçon : lorsque des faits distincts de la contrefaçon constitutifs d un tel comportement déloyal viendront s ajouter aux actes de contrefaçon. Ainsi lorsque ces faits dénoteront la volonté de fausser le jeu normal de la concurrence. 18

19 L action en concurrence déloyale connexe à l action en contrefaçon sera portée devant le Tribunal saisi de cette dernière et sera sanctionnée par des dommages et intérêts. 2- L action pénale Selon les dispositions de l article 44 de la loi de 2001 l atteinte portée aux droits du propriétaire de la marque constitue une contrefaçon engageant la responsabilité civile et pénale de son auteur. Donc la loi de 2001 considère que la contrefaçon de marques est un délit intentionnel qui engage la responsabilité de son auteur. L action pénale peut être à l initiative des mêmes personnes que celles qui peuvent déclencher l action civile. La contrefaçon de marque relève de la compétence du Tribunal correctionnel soit du lieu du domicile ou résidence du contrefacteur soit celui du lieu où l infraction est commise. Les actes de contrefaçon constitutifs d une infraction pénale sont restrictivement définis par la loi. En matière pénale, la question de la détermination du juge compétent est liée à la celle de la détermination de la loi applicable. Celle-ci est définie notamment par l article du Code Pénal comme ceci Ainsi, dès lors qu une contrefaçon de marque est commise sur un site Internet accessible en Tunisie, le juge tunisien devrait s estimer compétent. 3- Sanctions Les sanctions civiles sont prononcées par le Tribunal judiciaire ou le Tribunal correctionnel quand l action civile a été jointe à l action pénale. Les sanctions civiles sont tournées vers l intérêt particulier du propriétaire de la marque qui doit obtenir réparation pour le préjudice lié à la contrefaçon. Les sanctions pénales sont de la compétence exclusive du Tribunal correctionnel. Elles visent à condamner un comportement contraire à l intérêt général. C est la loi n du 17 avril 2001, relative à la protection des marques de fabrique de commerce et de services qui énonce les sanctions civiles et les sanctions pénales relatives à la contrefaçon de marques. a- Sanctions civiles Il s agit de réparer le préjudice subi par le titulaire du droit sur la marque et là ce sont les articles 49, 54 et 55 de la loi de 2001 qui nous donnent une idée sur les sanctions possibles sur le plan civil. La publication intégrale ou par extrait du jugement dans les journaux qu il désigne ainsi que son affichage dans les lieux qu il indique notamment aux portes principales des usines ou ateliers du condamné et à la devanture de ses magasins aux frais du condamné. D après ce texte on peut imaginer la demande au juge de publier les décisions de justice, sur Internet notamment par le biais d un lien hypertexte. En cas de condamnation pour infraction aux dispositions des articles 51, 52 et 53 de la loi de 2001, le tribunal peut prononcer la confiscation des produits ainsi que celle des instruments ayant servi à commettre le délit. Le tribunal peut également prescrire la destruction de ces produits. 19

20 L octroi de dommages et intérêts : à cet égard, le préjudice s entend de la perte subie (notamment du fait du discrédit résultant de la contrefaçon, de "l atteinte à la valeur attractive de la marque"...) et du gain manqué (par rapport au bénéfice réalisé par le contrefacteur par exemple, d où l intérêt de recourir à la saisie - contrefaçon qui permet d évaluer le volume de ce bénéfice). Les dommages et intérêts se divisent en la réparation du dommage moral qui est souvent mal perçu par les juges tunisiens qui ne donnent pas réparation sur sa base, et la réparation du dommage matériel qui jusqu à nos jours n a pas atteint sa dimension économique en Tunisie. L interdiction à titre provisoire, et sous astreinte, la poursuite des actes argués de contrefaçon, ou subordonner cette poursuite à la constitution de garanties destinées à assurer l indemnisation du propriétaire de la marque ou du bénéficiaire d un droit exclusif d exploitation. b- Sanctions pénales La contrefaçon engage la responsabilité pénale de son auteur et est susceptible d engager la responsabilité pénale des personnes morales. Ces sanctions sont énumérées dans les articles 51 et 53 de la loi de Amende de 5000 à dinars. En cas de récidive pour ce qui est des infractions définies aux articles 51et 52 de la loi de 2001 l article 53 donne une infraction supplémentaire en la forme d un emprisonnement de un à six mois qui peut être prononcé outre l amende qui est portée au double. Concernant les personnes physiques les articles 51 et 53 prévoient : Une sanction de un à six mois d emprisonnement et de 5000 à dinars d amende, cette peine peut être aggravée en cas de récidive en étant portée au double. Par ailleurs des peines complémentaires peuvent être prononcées, telles que la privation pendant au maximum 5 ans du droit d élection et d éligibilité pour les tribunaux du commerce, les chambres du commerce et de l industrie, des mesures de publicité de la décision, la confiscation des instruments ayant servi à commettre le délit. Concernant les personnes morales on peut penser que les articles 51 et 53 prévoient à l encontre de ces dernières seulement l amende tout comme on peut imaginer l interdiction à titre définitif ou pour une durée limitée d exercer directement ou indirectement l activité dans l exercice de laquelle où à l occasion de l exercice de laquelle l infraction a été commise. 20

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

Tableau des dernières décisions en matière de liens commerciaux. Parties Juridiction Fondements juridiques- Motivation Sanctions

Tableau des dernières décisions en matière de liens commerciaux. Parties Juridiction Fondements juridiques- Motivation Sanctions La jurisprudence française ne sait plus sur quel pied danser s agissant des liens commerciaux et attend que la CJCE lui donne le rythme, par Cendrine Claviez, Avocat, avec la participation d Elodie Plard

Plus en détail

Algérie. Protection des marques

Algérie. Protection des marques Protection des marques Ordonnance n 03-06 du 19 juillet 2003 Titre 1 - Définitions et obligations générales Art.1.- La présente ordonnance a pour objet de définir les modalités de protection des marques.

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

La protection des outils de référencement : l articulation entre contrefaçon et concurrence déloyale

La protection des outils de référencement : l articulation entre contrefaçon et concurrence déloyale La protection des outils de référencement : l articulation entre contrefaçon et concurrence déloyale Le référencement sur Internet est le mode de diffusion le plus fréquent de données, de produits et de

Plus en détail

Comores. Loi sur les dessins et modèles

Comores. Loi sur les dessins et modèles Loi sur les dessins et modèles Loi du 14 juillet 1909 [NB - Loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et modèles] Art.1.- Tout créateur d un dessin et modèle et ses ayants cause ont le droit exclusif d exploiter,

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

La déclaration à la CNIL

La déclaration à la CNIL La déclaration à la CNIL Est-on obligé de déclarer son site à la CNIL? Une déclaration du site Internet à la CNIL est obligatoire lorsque le site diffuse ou collecte des données à caractère personnel.

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme

Algérie. Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi relative à la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme Loi n 05-01 du 6 février 2005 Source : www.droit-algerie.com [NB - Loi n 05-01 du 6 février 2005 relative à la prévention

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus

Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus 1 Votre Blog marchand est peut-être «hors la loi» Découvrez les risques et les sanctions encourus De Chrystèle BOURELY (Docteur en droit privé) EXTRAIT du KINDLE disponible sur AMAZON - Tous droits privés

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables

Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Site internet et E-commerce Les étapes juridiques incontournables Atelier du 7 juillet 2009 Animé par Annabel BONNARIC Avocat Cabinet FIDAL 2 Le Site Internet Véritable outil de communication de l entreprise

Plus en détail

ASSIGNATION Devant le Tribunal de Grande Instance de PARIS

ASSIGNATION Devant le Tribunal de Grande Instance de PARIS ASSIGNATION Devant le Tribunal de Grande Instance de PARIS L'AN DEUX MILLE QUATRE ET LE trois septembre (ajouté ensuite) A la demande de Monsieur Claude VORILHON Né le 30 septembre 1946 à VICHY De nationalité

Plus en détail

Vente en ligne, CGV et clauses abusives

Vente en ligne, CGV et clauses abusives Vente en ligne, CGV et clauses abusives L examen de sites de vente aux consommateurs (B-to-C) fait apparaître de manière récurrente des clauses contractuelles dans les conditions générales de vente (CGV)

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

Gare au référencement payant! Google Adwords

Gare au référencement payant! Google Adwords Gare au référencement payant! Google Adwords par France Charruyer, Société d'avocats ALTIJ, Associé fondateur I/ Comment ça marche : Le Fonctionnement du programme publicitaire Google Adwords Google exploite

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration L opérateur est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d exploiter,

Plus en détail

UTILISATION DU SITE COLLECTIMMO

UTILISATION DU SITE COLLECTIMMO UTILISATION DU SITE COLLECTIMMO CONDITIONS D'UTILISATION Ce document a pour objet de définir les conditions d'utilisation du site Internet www.collectimmo.fr (ci-après désigné par " le site internet ")

Plus en détail

LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES

LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES LA CONTREFAÇON NOTIONS ESSENTIELLES. Définition... 2. Qu'est-ce que la contrefaçon?... 2. Un fléau mondial... 2. Ses dangers... 3. Comment la déceler?... 4. Lutter contre la contrefaçon... 4. Qui est en

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques;

les États membres conservent la faculté de déterminer les effets de la déchéance ou de la nullité des marques; II (Actes dont la publication n est pas une condition de leur applicabilité) CONSEIL PREMIÈRE DIRECTIVE DU CONSEIL du 21 décembre 1988 rapprochant les législations des États membres sur les marques (89/104/CEE)

Plus en détail

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande.

Ces tableaux sont complétés par des commentaires distinguant les procédures de notification existant en France, aux Etats-Unis et en Finlande. Tableaux comparatifs commentés des régimes de responsabilité des prestataires techniques aux Etats-Unis, en France, en Allemagne, en Espagne et en Finlande Par David Guilliet et Ronan Hardouin, DESS Droit

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

Comores. Loi relative aux marques

Comores. Loi relative aux marques Loi relative aux marques Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 [NB - Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce ou de service] Titre 1 - Du droit de propriété des marques Art.1.-

Plus en détail

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION OCTOBRE 2010 P 2 Cour de cassation, Chambre Commerciale 13 juillet 2010 Dernier épisode de l affaire GOOGLE ADWORDS? BREVES

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX 22 rue de Londres 75009 PARIS. Société JURISYSTEM SAS 51 rue de Seine 75006 PARIS

CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX 22 rue de Londres 75009 PARIS. Société JURISYSTEM SAS 51 rue de Seine 75006 PARIS T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 ê 3ème chambre 3ème section JUGEMENT rendu le 30 JANVIER 2015 N MINUTE : Assignation du 28 Décembre 2012 DEMANDERESSE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle

Institut national de la. propriété. La marque. industrielle Institut national de la propriété La marque industrielle Caroline BIGOT Ingénieur INPI 20 juin 2013 - CAP DIGITAL Sommaire 1) L INPI 2) La marque 3) Procédures en France et à l étranger 4) Valorisation

Plus en détail

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013)

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013) DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013) 8 ÈME LEÇON : RECONNAISSANCE ET EXÉCUTION DES JUGEMENTS INTRODUCTION Importance fondamentale en pratique car il est vain d obtenir un jugement dans

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Création de sites Internet» Voir la clause de réserve de propriété à l article 6.4

Conditions Générales de Vente «Création de sites Internet» Voir la clause de réserve de propriété à l article 6.4 Article 1 - Préambule 1.1 - Win and Web réalise la création de sites Internet, c'est-à-dire la création de fichiers informatiques pouvant contenir des liens hypertextes, textes, images, photos, vidéos,

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché?

Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème 4. A quelles règles sont soumises les activités de l entreprise sur le marché? Description Titre Type de ressource Niveau Matière Public Description Thème Objectifs Pré-requis Le droit de la consommation, facteur de protection du consommateur SITUATION D ENSEIGNEMENT Terminale DROIT

Plus en détail

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application

* * * Loi n 27-06 relative aux activités de gardiennage et de transport de fonds. Chapitre premier Champ d application Extrait du Bulletin Officiel du Maroc n 5584 25 Kaada 1428 (6.12.2007) version française Dahir n 1-07-155 du 19 kaada 1428 (30 novembre 200 7) portant promulgation de la loi n 27-06 relative aux activités

Plus en détail

Michel Deruère. Conditions générales de vente

Michel Deruère. Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 : Champ d application 1.1 Le présent contrat a pour objet de définir les termes et conditions ainsi que les modalités selon lesquelles MICHEL DERUÈRE fournit les

Plus en détail

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr

CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr CONDITIONS D UTILISATION DU SITE www.ca-parlons-en.fr MENTIONS LEGALES Le site www.ca-parlons-en.fr est publié par : Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel du Nord Est, société coopérative à capital

Plus en détail

Les deux instances ainsi introduites ont fait l objet d une jonction suivant une ordonnance du juge de la mise en état du 28 juin 2005.

Les deux instances ainsi introduites ont fait l objet d une jonction suivant une ordonnance du juge de la mise en état du 28 juin 2005. La société VALEO VISION est titulaire des brevets numéros 97 05904 et 99 06610, ainsi que des modèles numéros 994046 et 99 5587, se rapportant à des projecteurs automobiles dont elle assure la fabrication.

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE

LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE LE DROIT MORAL DE L ARCHITECTE SUR SON ŒUVRE Comme tout artiste sur son œuvre, l architecte dispose d un droit d auteur sur l œuvre architecturale qu il conçoit, tout comme sur les plans, maquettes et

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

Vous défendre face à une administration et saisir le Tribunal Administratif

Vous défendre face à une administration et saisir le Tribunal Administratif Guides Juridiques en téléchargement http://www.e-guidesjuridiques.com Vous défendre face à une administration et saisir le Tribunal Administratif Vos recours contre une administration en 8 étapes Nous

Plus en détail

Dispositions relatives aux partis politiques

Dispositions relatives aux partis politiques 5 Dispositions relatives aux partis politiques Loi organique n 88-32 du 3 mai 1988 organisant les partis politiques CHAPITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX Article 1 Le parti politique est l organisation politique

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 21 juin 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence semestre

Plus en détail

Arrêté du ministre des finances du 28 janvier 2009, fixant les modalités d application des articles 22 à 35 du code des douanes.

Arrêté du ministre des finances du 28 janvier 2009, fixant les modalités d application des articles 22 à 35 du code des douanes. Arrêté du ministre des finances du 28 janvier 2009, fixant les modalités d application des articles 22 à 35 du code des douanes. Le Ministre des Finances, - Vu le code des douanes, tel que promulgué par

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Loi sur les topographies de circuits intégrés*

Loi sur les topographies de circuits intégrés* Loi sur les topographies de circuits intégrés* (S.C. 1990, ch. 37, modifiée par S.C. 1992, ch. 1; 1993, ch. 15; 1994, ch. 47; 1995, ch. 1) TABLE DES MATIÈRES** Titre abrégé Titre abrégé... Articles Définitions

Plus en détail

DEFENSE PENALE ET RECOURS

DEFENSE PENALE ET RECOURS DEFINITIONS On entend par : > Assuré : Toute personne réputée assurée au présent contrat, c est-à-dire : Le souscripteur du contrat : personne morale régulièrement déclarée auprès des autorités préfectorales

Plus en détail

Le Tribunal de Commerce

Le Tribunal de Commerce Le Tribunal de Commerce Le commerce exige d être à la fois organisé et sanctionné. Il présente toutefois des singularités, qui se traduisent d abord par des juridictions particulières pour régler les litiges

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique

Atteintes à l image et à la réputation des entreprises d assurance à l ère du numérique INSTITUTIONS FINANCIÈRES ÉNERGIE INFRASTRUCTURES, MINES ET MATIÈRES PREMIÈRES TRANSPORT TECHNOLOGIE ET INNOVATION PRODUITS PHARMACEUTIQUES ET SCIENCES DE LA VIE Atteintes à l image et à la réputation des

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE1 INTRODUCTION AU DROIT - session 2014 Proposition de CORRIGÉ - 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 COMMENTAIRE DE DOCUMENT - 4 points

Plus en détail

Gan Vie Privée Annexe protection juridique

Gan Vie Privée Annexe protection juridique Gan Vie Privée Annexe protection juridique Protection juridique Conséquences des accidents de la vie Cette annexe, conforme aux lois n 2007-210 du 19 février 2007 et n 89 1014 du 31.12.1989 ainsi qu au

Plus en détail

Questions de droit international. Sommaire :

Questions de droit international. Sommaire : Version 2 du 21/05/2013 Questions de droit international Sommaire : I- La juridiction compétente...2 A-La juridiction compétente pour connaitre d'un litige entièrement national...3 1-Les règles de compétence

Plus en détail

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir.

«Cahier des charges» signifie la liste des caractéristiques que le Service devra contenir. PAGE 1/ Conditions générales 1. Objet du contrat Les présentes Conditions générales définissent les conditions applicables à la relation contractuelle entre les parties au contrat pour les services définis

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE

ACCUSATOIRE ACTION CIVILE AMNISTIE APPEL ARRET ASSIGNATION ASTREINTE AUDIENCE AVOCAT AVOUE AYANT CAUSE A ACCUSATOIRE désigne une procédure dans laquelle les parties ont l initiative du procès et de son déroulement (* à rapprocher d INQUISITOIRE qui désigne une procédure conduite à l initiative d une l autorité

Plus en détail

LICENCE WEB BOUTIQUE 4 - DEVELOPPEUR PRO

LICENCE WEB BOUTIQUE 4 - DEVELOPPEUR PRO LICENCE WEB BOUTIQUE 4 - DEVELOPPEUR PRO Préambule Vous (ci-après le «Client») venez d acquérir un logiciel édité par Micro Application afin de développer et/ou commercialiser les Boutiques créées avec

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle

Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise. Institut National Algérien de la Propriété Industrielle Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotionde l Investissement Institut National Algérien de la Propriété Industrielle La contrefaçon dans le domaine des TIC, en vertu

Plus en détail

Informations légales

Informations légales Informations légales Numéro ISSN : 0999-2189 Numéro CPPAP : 0315 C 86576 Editeur : La Voix du Nord Société Anonyme à Conseil d administration au capital de 450 000 RCS Lille n 457 507 267 Siège social

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS

CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS CONDITIONS GENERALES DE PRESTATIONS ENTRE La Société E2G PHOTONICS MARKETPLACE, S.A.R.L. au capital de 60.000, immatriculée au Registre du Commerce et des Sociétés de Versailles sous le numéro B 794 547

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre.

Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre. La Lettre du Cabinet Technologies de l'information Edito Nous sommes heureux de vous adresser le premier numéro de notre Newsletter, que nous espérons publier chaque trimestre. Cette Newsletter est organisée

Plus en détail

PASSIONS CREATION GRATUITE DE PORTAIL INTERNET PASSIONS POUR LES PASSIONNES via UN PORTAIL QUI LEUR EST RESERVE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET

PASSIONS CREATION GRATUITE DE PORTAIL INTERNET PASSIONS POUR LES PASSIONNES via UN PORTAIL QUI LEUR EST RESERVE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET PASSIONS CREATION GRATUITE DE PORTAIL INTERNET PASSIONS POUR LES PASSIONNES via UN PORTAIL QUI LEUR EST RESERVE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D'UTILISATION DU SITE DE «PASSIONS» Les présentes Conditions

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation. Sommaire ARTICLE 3.2. ARTICLE 8.1. CONTENU DU SITE. Conditions générales d ulisation version 300913

Conditions Générales d Utilisation. Sommaire ARTICLE 3.2. ARTICLE 8.1. CONTENU DU SITE. Conditions générales d ulisation version 300913 Conditions Générales d Utilisation Sommaire ARTICLE 1. DEFINITION... 2 ARTICLE 2. OBJET... 2 ARTICLE 3. MENTIONS LÉGALES... 3 ARTICLE 3.1. ARTICLE 3.2. ARTICLE 4. DESCRIPTION GENERALE DU SERVICE... 3 ARTICLE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Organisation des juridictions

Organisation des juridictions 36 Organisation des juridictions Résumé Les sports de nature sont aujourd hui à l origine d un important contentieux en matière de responsabilité civile, pénale et administrative. Ce thème expose l organisation

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 20 mai 2008 N 864 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 7 mai 2008. PROPOSITION

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL

REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL REUTILISATION D INFORMATIONS PUBLIQUES DETENUES PAR LES ARCHIVES DE LA VILLE DE SCEAUX REGLEMENT GENERAL Préambule La réutilisation des informations publiques est définie comme une utilisation à d autres

Plus en détail

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Article juridique publié le 20/11/2011, vu 2654 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Nous envisagerons ci-après

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Numéro d inscription au répertoire général : 13/07587

Numéro d inscription au répertoire général : 13/07587 COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 1 Chambre Section D ARRET DU 23 JUIN 2015 Numéro d inscription au répertoire général : 13/07587 Décision déférée à la Cour : Jugement du 12 SEPTEMBRE 2013 TRIBUNAL D INSTANCE

Plus en détail

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES

L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES L OPPOSITION CONTRE LES DEMANDES DE MARQUES FRANCAISES ET COMMUNAUTAIRES Par Caroline WEHNER Juriste en Propriété Intellectuelle, REGIMBEAU Et par Evelyne ROUX Associée, Responsable du Département Marques

Plus en détail

Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir?

Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir? Concurrence déloyale par imitation de produit : quelle juridiction saisir? Par Virginie Ulmann, Associée, et Nathalie Marchand, Local Partner, au cabinet Baker & McKenzie à Paris. Publié le 25 septembre

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail