DÉFINITIF 20/10/2004

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉFINITIF 20/10/2004"

Transcription

1 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE ABSANDZE c. GÉORGIE (Requête n o 57861/00) ARRÊT (Radiation) STRASBOURG 20 juillet 2004 DÉFINITIF 20/10/2004 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention. Il peut subir des retouches de forme.

2

3 ARRÊT ABSANDZE c. GÉORGIE 1 En l affaire Absandze c. Géorgie, La Cour européenne des Droits de l Homme (deuxième section), siégeant en une chambre composée de : MM. J.-P. COSTA, président, C. BÎRSAN, K. JUNGWIERT, V. BUTKEVYCH, M mes W. THOMASSEN, A. MULARONI, juges, M. A.B. BAKA, juge ad hoc, et de M me S. DOLLE, greffière de section, Après en avoir délibéré en chambre du conseil le 29 juin 2004, Rend l arrêt que voici, adopté à cette date : PROCÉDURE 1. A l origine de l affaire se trouve une requête (n o 57861/00) dirigée contre la Géorgie et dont un ressortissant de cet Etat, M. Guram Absandze («le requérant»), a saisi la Cour le 18 mai 1999 en vertu de l article 34 de la Convention de sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés fondamentales («la Convention»). Il était représenté devant la Cour par M me E. Lébédéva, assistante de M. S. Kovalev, lui-même député de la Douma de la Fédération de Russie. 2. Le gouvernement géorgien («le Gouvernement») était représenté par M. Lacha Tchélidzé succédé, depuis le 22 mars 2004, par M me Tina Bourdjaliani, Représentante générale du gouvernement géorgien auprès de la Cour européenne des Droits de l Homme. 3. Le requérant se plaignait en particulier du manque de soins médicaux en prison, du caractère irrégulier de sa détention préventive du 20 mai au 30 juillet 1999 et du 1 er septembre au 15 novembre 1999, ainsi que du défaut de jugement dans un délai raisonnable ou de mise en liberté pendant la procédure. Il contestait en outre l absence de recours effectif pour faire examiner la légalité de son maintien en détention et dénonçait la méconnaissance à son égard du principe de la présomption d innocence. 4. La requête a été attribuée à la troisième section de la Cour (article 52 1 du règlement). Au sein de celle-ci, la chambre chargée d examiner l affaire (article 27 1 de la Convention) a été constituée conformément à l article 26 1 du règlement. A la suite du déport de M. M. Ugrekhelidze, juge élu au titre de la Géorgie (article 28 du règlement), le Gouvernement a confié à la Cour la fonction de désignation d un juge ad hoc (articles 27 2 de la Convention et 29 1 et 2 du règlement) parmi les juges élus de la

4 2 ARRÊT ABSANDZE c. GÉORGIE Cour. Le 22 mai 2001, le président de la chambre a désigné comme juge ad hoc M. P. Kūris, juge élu au titre de la Lituanie. 5. Le 1 er novembre 2001, la Cour a modifié la composition de ses sections (article 25 1 du règlement). La présente requête a été attribuée à la deuxième section ainsi remaniée (article 52 1). Suite à la démission de M. P. Kūris, M. A.B. Baka a été désigné le 26 mai 2004 pour siéger à sa place. 6. Tant le requérant que le Gouvernement ont déposé des observations écrites sur la recevabilité et le bien-fondé de l affaire (article 54 2 b) du règlement). La chambre ayant décidé après consultation des parties qu il n y avait pas lieu de tenir une audience (article 54 3 du règlement), les parties ont chacune soumis des commentaires écrits sur les observations de l autre. 7. Par une décision du 15 octobre 2002, la chambre a déclaré la requête partiellement recevable. Elle a invité les parties à soumettre par écrit des offres de preuve et observations complémentaires sur le fond de l affaire (article 59 1 du règlement) et a demandé au Gouvernement de soumettre des renseignements supplémentaires relatifs au fonctionnement des recours pertinents aux fins des articles 3 et 5 4 de la Convention. Le Gouvernement a déposé ses observations le 20 janvier Le requérant ne formula aucun commentaire en réponse. 8. Eu égard à l absence de correspondance de la part du conseil du requérant dont la dernière lettre datait du 29 mai 2003 ainsi qu aux événements de novembre 2003 en Géorgie qui ont abouti notamment à la démission du Président, M. Edouard Chévardnadzé, et à la nomination du requérant au poste de vice-ministre d Etat, le président de la chambre a demandé au conseil du requérant, le 10 mars 2004, de lui faire connaître l avis du requérant quant à l éventuelle incidence de ces changements sur ses observations déjà soumises à la Cour. 9. Le 5 avril 2004, le conseil du requérant informa la Cour que son client n entendait plus maintenir sa requête et souhaitait mettre terme à son examen. Le 3 mai 2004, le Gouvernement en fut informé. EN FAIT 10. Le requérant est né en 1952 et réside à Tbilissi, Géorgie. 11. Par une ordonnance du 25 octobre 1993 prise par le Parquet général de Géorgie, le requérant fut inculpé du chef de trahison à la Nation, d organisation et d animation dans la région de Mingrélie de groupuscules armés des partisans de l ancien Président, M. Z. Gamsakhourdia, ainsi que du chef de détournement de fonds publics de la banque nationale de Poti (Mingrélie). Le 25 décembre 1993, le Procureur général décerna un mandat d arrêt du requérant (dit «sanction du procureur», abolie par le nouveau

5 ARRÊT ABSANDZE c. GÉORGIE 3 code de procédure pénale), mais vu que celui-ci avait déjà quitté la Géorgie, un avis de recherche fut diffusé. L instruction fut suspendue. 12. En 1998, le Parquet général de Géorgie demanda au Procureur général russe de livrer le requérant aux autorités géorgiennes en vue de sa poursuite pénale. Le 17 mars 1998, le requérant fut placé en garde à vue par la police de Smolensk (Fédération de Russie). Le 19 mars 1998, remis aux représentants du Parquet général géorgiens à Moscou, le requérant fut extradé en Géorgie. 13. Par une ordonnance de mise en examen, rendue le 19 mars 1998 par le Parquet Général, le requérant fut également inculpé de l organisation et du financement de l attentat du 9 février 1998 contre M. E. Chévardnadzé, Président de la Géorgie. 14. Le 19 mars 1998, le Procureur général géorgien saisit le tribunal de première instance de Krtsanissi (Tbilissi) qui rendit, le jour même, une ordonnance de placement du requérant en détention préventive pour une période de trois mois. 15. Le 20 mars 1998, le requérant fut mis en accusation du chef de participation aux événements d octobre et de novembre 1993 en Mingrélie, Iméréthie et Gouria, régions occidentales de Géorgie ; de contribution au meurtre de cinq soldats russes ; d organisation et de financement de l attentat du 9 février 1998 contre le Président de la Géorgie ainsi que du chef de détournement de fonds publics de la banque nationale de Poti. 16. Le 17 juin 1998, par décision du tribunal de la ville de Tbilissi, la détention préventive du requérant fut prolongée jusqu au 19 septembre Le 10 août 1998, elle fut encore prolongée jusqu au 10 octobre 1998 par la Cour suprême. En revanche, aucune décision de prolongation ne fut prise après l échéance de ce délai. 17. Le 4 octobre 1998, l instruction préparatoire fut close. Le 14 mai 1999, le Parquet général approuva l acte d accusation de 533 pages soumis par l instructeur, et transmit l affaire à la Cour suprême. 18. Le 26 juillet 1999, la phase du jugement débuta devant le collège des affaires pénales de la Cour suprême. 19. Le 28 février 2000, le requérant fut transféré à l hôpital-prison central, suite à une angine de poitrine sur fond d hypertension artérielle compliquée de tachycardie paroxystique. 20. Le 1 er octobre 2000, le requérant et onze autres détenus s évadèrent de l hôpital par l intermédiaire d un tunnel de trente mètres, creusé à partir de la cellule du requérant. Le tunnel traversait la cour de l hôpital et débouchait sur l extérieur, juste sous la tour de surveillance. 21. Le 6 octobre 2000, le juge du tribunal de première instance de Krtsanissi, saisi par l organe d instruction du Parquet général, rendit une ordonnance de placement en détention préventive du requérant en fuite pour trois mois, le délai de détention commençant à courir dès son arrestation.

6 4 ARRÊT ABSANDZE c. GÉORGIE 22. Le 12 octobre 2000, le requérant fut arrêté dans la forêt du village de Poutiéthi à l ouest de la Géorgie. Le 14 octobre 2000, le tribunal de première instance de Krtsanissi confirma la mise en détention préventive du requérant dans l affaire d évasion. Les avocats du requérant interjetèrent appel. L appel fut rejeté le 20 octobre Le 20 novembre 2000, l examen de l affaire d évasion débuta devant le tribunal de première instance. Le procès principal reprit dès le début de l année 2001 devant la Cour suprême. 23. Le 23 mars 2001, le requérant fut à nouveau transféré à l hôpitalprison central. 24. Par une ordonnance du 2 avril 2001, le collège des affaires pénales statua sur la rétractation du parquet concluant que les preuves réunies ne démontraient pas la culpabilité du requérant dans la commission d une partie des faits reprochés. Par conséquent, le requérant ne fut jugé que pour détournement de fonds publics et pour avoir organisé et financé l attentat du 9 février 1998 contre le chef d Etat. Le 17 août 2001, le requérant fut condamné à dix-sept ans d emprisonnement. Il se pourvut en cassation devant la chambre des affaires pénales de la Cour suprême. 25. Selon le requérant, avant même le 17 août 2001, il fut à plusieurs reprises traité de coupable, de terroriste et de traître à la Nation par différentes autorités publiques du pays. 26. Par un arrêt du 13 septembre 2001, la chambre des affaires pénales se dessaisit en faveur de la Grande chambre de la Cour suprême. Le 13 novembre 2001, la Grande chambre acquitta le requérant dans la partie de sa condamnation liée à l organisation et au financement de l attentat du 9 février 1998 contre le Président de la Géorgie et confirma le jugement dans la partie de la condamnation à six ans d emprisonnement pour le détournement de fonds publics. 27. Le 18 avril 2002, le Président de la Géorgie prit une ordonnance de grâce n o 432. Le requérant fut dispensé de subir la peine résiduelle, aux motifs «(...) qu il a été poursuivi pénalement pour la première fois, (...), qu il a purgé une partie de la peine, qu il est gravement malade, ainsi qu au nom des principes humanistes, (...)». Le 19 avril 2002, le requérant fut libéré. 28. Suite aux événements de novembre 2003 en Géorgie qui aboutirent notamment à la démission du Président, M. Edouard Chévardnadzé, le requérant fut nommé en décembre 2003 au poste de vice-ministre d Etat.

7 ARRÊT ABSANDZE c. GÉORGIE 5 EN DROIT 29. Le 5 avril 2004, le conseil du requérant a informé la Cour que son client souhaitait mettre terme à l examen de ses griefs, compte tenu des événements survenus en Géorgie en novembre Dans ces conditions, la Cour constate que le requérant n entend plus maintenir sa requête au sens de l article 37 1 a) de la Convention. Elle estime, en outre, qu aucune circonstance particulière touchant au respect des droits de l homme garantis par la Convention n exige la poursuite de l examen de la requête en vertu de l article 37 1 in fine de la Convention. 31. Partant, il convient de rayer la requête du rôle. PAR CES MOTIFS, LA COUR, À l UNANIMITÉ, Décide de rayer l affaire du rôle. Fait en français, puis communiqué par écrit le 20 juillet 2004 en application de l article 77 2 et 3 du règlement. S. DOLLE J.-P. COSTA Greffière Président

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 36378/97 par Remi BERTUZZI contre

Plus en détail

Une Arrestation au Burkina Faso

Une Arrestation au Burkina Faso Une Arrestation au Burkina Faso Informations Générales Les informations contenues dans la présente circulaire sont fournies à titre indicatif seulement. Bien que certaines de ces informations portent sur

Plus en détail

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 EXPOSÉ DES FAITS

CINQUIÈME SECTION. Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 EXPOSÉ DES FAITS CINQUIÈME SECTION Requête n o 58828/13 Bedrettin ISENC contre la France introduite le 16 septembre 2013 Communiquée le 3 septembre 2014 EXPOSÉ DES FAITS Le requérant, M. Bedrettin Isenc, est un ressortissant

Plus en détail

Cour du travail de Bruxelles

Cour du travail de Bruxelles Numéro du répertoire Expédition Délivrée à 2014 / Date du prononcé 20 novembre 2014 Numéro du rôle le JGR 2014/AB/18 Cour du travail de Bruxelles huitième chambre Arrêt Cour du travail de Bruxelles 2014/AB/18

Plus en détail

Vu la Loi sur les Chambres extraordinaires en date du 27 octobre 2004, Vu la Règle 63 du Règlement intérieur des Chambres extraordinaires,

Vu la Loi sur les Chambres extraordinaires en date du 27 octobre 2004, Vu la Règle 63 du Règlement intérieur des Chambres extraordinaires, Royaume du Cambodge Nation Religion Roi Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens Office of the Co-Investigating Judges Bureau des Co-juges d instruction Criminal Case File /Dossier pénal

Plus en détail

Numéro du rôle : 3100. Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3100. Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3100 Arrêt n 151/2005 du 5 octobre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité routière,

Plus en détail

SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 24 octobre 2012 N de pourvoi: 11-16012 Publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP

Plus en détail

SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB

SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB SECTION 2 AUTRES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS [DB 13K242] Références du document 13K242 Date du document 10/08/98 2. Les procédures purement fiscales (imposition, taxation, redressement) s'appliquent indépendamment

Plus en détail

DÉFINITIF 12/09/2007

DÉFINITIF 12/09/2007 CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS DEUXIÈME SECTION AFFAIRE FALZARANO ET BALLETTA c. ITALIE (Requête n o 6683/03) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

Citation : S. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1234 S. C. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : S. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1234 S. C. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : S. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1234 Date : Le 20 octobre 2015 Dossier : AD-15-981 DIVISION D APPEL Entre: S. C. Demanderesse/Appelante et Commission

Plus en détail

Pas d assignation sans médiation préalable?

Pas d assignation sans médiation préalable? 1 Pas d assignation sans médiation préalable? A la suite du DÉCRET n 2015-282 du 11 mars 2015, toute assignation devra désormais être précédée de tentatives de règlement amiables des différends. Si la

Plus en détail

Demande en interprétation de l arrêt du 15 juin 1962 en l affaire du Temple de Préah Vihéar (Cambodge c. Thaïlande) (Cambodge c.

Demande en interprétation de l arrêt du 15 juin 1962 en l affaire du Temple de Préah Vihéar (Cambodge c. Thaïlande) (Cambodge c. COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org Communiqué de presse

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/03/2016 Conseil d État N 387507 ECLI:FR:CESSR:2016:387507.20160210 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 10ème / 9ème SSR Mme Isabelle Lemesle, rapporteur Mme Aurélie Bretonneau, rapporteur

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2013-369 QPC du 28 février 2014 (Société Madag) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 décembre 2013 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 1251 du 17 décembre 2013), dans

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat le versement de la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat le versement de la somme de 5 000 euros en application de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux chh N 304301 SOCIETE PRO DECOR M. Gilles Pellissier Rapporteur Mme Julie Burguburu Rapporteur public REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Conseil d'etat

Plus en détail

Affaire : GNANKOU GOTH Philippe (Conseils : SCPA KONAN-KAKOU-LOAN & Associés, Avocats à la Cour)

Affaire : GNANKOU GOTH Philippe (Conseils : SCPA KONAN-KAKOU-LOAN & Associés, Avocats à la Cour) ORGANISATION POUR L HARMONISATION EN AFRIQUE DU DROIT DES AFFAIRES (OHADA) COUR COMMUNE DE JUSTICE ET D ARBITRAGE (CCJA) Première Chambre Audience publique du 18 mars 2016 Pourvoi : n 153/2012/PC du 02/11/2012

Plus en détail

DECISION DCC 14-217 DU 29 DECEMBRE 2014

DECISION DCC 14-217 DU 29 DECEMBRE 2014 DECISION DCC 14-217 DU 29 DECEMBRE 2014 Date :29 Décembre 2014 Requérant : Gilles FELIHO, assisté de Maître Michel AGBINKO, Contrôle de conformité Acte judiciaire Procès-verbal de lecture de testament

Plus en détail

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français

CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français CIRCONSTANCE SPECIFIQUE EIFFAGE ENERGIE EN FRANCE 11 juin 2014 Communiqué du Point de contact national français Le Point de contact national (PCN) pour la mise en œuvre des Principes directeurs de l OCDE

Plus en détail

Cour administrative d'appel de Nancy, 8 avril 2013, n 11NC01847 (Activité libérale - Praticien hospitalier - Suspension - Illégalité - Responsabilité)

Cour administrative d'appel de Nancy, 8 avril 2013, n 11NC01847 (Activité libérale - Praticien hospitalier - Suspension - Illégalité - Responsabilité) Cour administrative d'appel de Nancy, 8 avril 2013, n 11NC01847 (Activité libérale - Praticien hospitalier - Suspension - Illégalité - Responsabilité) Date : Type : Rubrique : Thème(s) : 04/04/2013 Jurisprudences

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-137 QPC du 17 juin 2011. M. Zeljko S. (Attribution du revenu de solidarité active aux étrangers)

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-137 QPC du 17 juin 2011. M. Zeljko S. (Attribution du revenu de solidarité active aux étrangers) Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-137 QPC du 17 juin 2011 M. Zeljko S. (Attribution du revenu de solidarité active aux étrangers) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 7 avril 2011 par le Conseil

Plus en détail

Citation : J. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1132 J. S. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : J. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1132 J. S. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : J. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1132 Date : Le 24 septembre 2015 Numéro de dossier : AD-15-89 DIVISION D APPEL Entre: J. S. Appelant et Commission

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 avril 2014 N de pourvoi: 13-15577 ECLI:FR:CCASS:2014:C200528 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Boutet, SCP Piwnica

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE

Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE Union des Métiers et des Industries de l'hôtellerie FISCAL Date : 22/04/2009 N : 14.09 EXONERATION DE PLUS-VALUES ET DEPART A LA RETRAITE Pour rappel *** Depuis 2006, les exploitants de petites entreprises

Plus en détail

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS

COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS COMITÉS STATUTAIRES COMITÉS DE L ORDRE ET MANDATS 1. Conseil d administration 2. Comité exécutif 3. Comité d'inspection professionnelle 4. Conseil de discipline 5. Comité de révision des plaintes 6. Comité

Plus en détail

LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE

LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE LA PROCÉDURE PARTICIPATIVE Il convient d attirer l attention sur cette procédure trop méconnue des avocats alors qu elle leur permet de jouer pleinement leur rôle, parce qu elle doit être choisie par les

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE EGP FONDS ET GESTION

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE EGP FONDS ET GESTION La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE EGP FONDS ET GESTION La 2 ème section de la Commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers («AMF»)

Plus en détail

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ;

Monsieur TRAORE BAKARY, Président ; REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 3986/2015 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 18/01/2016

Plus en détail

NOR : JUSB1514050L 1

NOR : JUSB1514050L 1 NOR : JUSB1514050L 1 CONSEIL D ÉTAT Assemblée générale Séance du jeudi 9 juillet 2015 Section de l intérieur N 390.212 EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS AVIS SUR UN PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE Canada PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC N : 22-05-0305 DATE : 26 octobre 2005 LE COMITÉ : Me Jean-Guy Gilbert Président Réal Beaudet, ingénieur Membre Gérard Trépanier,

Plus en détail

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 28 OCTOBRE 2008. Contrat de travail Employé Congé pour motif grave Obstacle au contrôle de l incapacité de travail.

ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 28 OCTOBRE 2008. Contrat de travail Employé Congé pour motif grave Obstacle au contrôle de l incapacité de travail. COUR DU TRAVAIL DE MONS ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 28 OCTOBRE 2008 R.G. 20897 3 ème Chambre Contrat de travail Employé Congé pour motif grave Obstacle au contrôle de l incapacité de travail. Article 578

Plus en détail

COUR D APPEL D AIX EN PROVENCE 15 Chambre A

COUR D APPEL D AIX EN PROVENCE 15 Chambre A 1 COUR D APPEL D AIX EN PROVENCE 15 Chambre A Décision déférée à la Cour : ARRÊT AVANT DIRE DROIT DU 18 MARS 2008 N 2008/ Jugement d orientation du juge de l exécution du Tribunal de Grande Instance de

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Affaire intéressant : LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Numéro du rôle : 5091. Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5091. Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5091 Arrêt n 190/2011 du 15 décembre 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 49 et 53, 1, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL Le code du travail impose un accord entre le chef d entreprise et les organisations syndicales sur un certain nombre de points pour encadrer l organisation des élections.

Plus en détail

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE.

LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. LAÏCITE, SERVICE PUBLIC ET PETITE ENFANCE. Jean Claude BOUAL Secrétaire général adjoint EGALE Les deux concepts de laïcité et de service public ont été forgés à la même époque, la fin du 19ème siècle et

Plus en détail

Vu le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 231-1, R. 232-1 et R. 242-2 ;

Vu le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 231-1, R. 232-1 et R. 242-2 ; Séance du 16 avril 2014 Avis n o 14-CB-05 COMMUNE DE LONS-LE-SAUNIER (Département du Jura) Dépense obligatoire Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales LA CHAMBRE RÉGIONALE DES

Plus en détail

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES,

LE COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES, DECISION N 074/14/ARMP/CRD DU 19 MARS 2014 DU COMITE DE REGLEMENT DES DIFFERENDS STATUANT EN COMMISSION LITIGES SUR LA SAISINE DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT PORTANT SUR UNE DEMANDE D AVIS

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 DÉCEMBRE 2014 C.13.0475.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0475.F HANKAR INVEST, société anonyme dont le siège social est établi à Anderlecht, avenue Docteur Zamenhof, 35, demanderesse en

Plus en détail

Suivi individuel des salariés Visites médicales

Suivi individuel des salariés Visites médicales Définition Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail Décret n 2012-137 du 30 janvier 2012 relatif à l organisation et au fonctionnement des services de santé

Plus en détail

TABLE DES MATIERES Page

TABLE DES MATIERES Page COMMISSION EUROPEENNE DES DROITS DE L'HOMME PREMIERE CHAMBRE REQUETE No 13675/88 C. M. contre France RAPPORT DE LA COMMISSION (adopté le 1er juillet 1992) TABLE DES MATIERES Page I. INTRODUCTION... 1 (par.

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre]

Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du [ ] relatif à la constitution de garanties financières [titre] NOR : [ ] La ministre de l

Plus en détail

Il est judicieux de noter les délais y indiqués dans votre calepin afin de ne pas les rater, sous peine de ne pas être admissible aux épreuves.

Il est judicieux de noter les délais y indiqués dans votre calepin afin de ne pas les rater, sous peine de ne pas être admissible aux épreuves. Commentaires CO 22.03.2007 VADEMECUM DE L AVOCAT STAGIAIRE ATTENTION! Les informations suivantes ont été rédigées suivant l état de la pratique au jour de leur mise en ligne au mois de juillet 2007. Elles

Plus en détail

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 Les droits et obligations liés aux activités numériques Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 La loi du 6 janvier 1978 dite «loi Informatique et Libertés» a été profondément remanié suite à la

Plus en détail

Madame V., L INSTITUT JULES BORDET, dont le siège social est établi à 1000 Bruxelles, rue Héger-Bordet, 1 ;

Madame V., L INSTITUT JULES BORDET, dont le siège social est établi à 1000 Bruxelles, rue Héger-Bordet, 1 ; 1e feuillet. Rép. n 2014/ COUR DU TRAVAIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE EXTRAORDINAIRE DU 17 JANVIER 2014 4 ème Chambre CONTRAT DE TRAVAIL EMPLOYÉ ANCIENNETÉ MÊME EMPLOYEUR ARTICLE 82 LCT HARCÈLEMENT

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Nature et portée du comité d audit CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «comité») est un comité permanent dont les membres sont nommés par le conseil d administration

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION POUVOIR ADJUDICATEUR COMMUNE DE ROUSSILLON MARCHE PUBLIC PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE Articles 26 et 28 du Code des Marchés Publics REGLEMENT DE LA CONSULTATION OBJET DU MARCHE FOURNITURE DE GAZ ET

Plus en détail

DE L UNION EUROPEENNE VERS LES USA : ETAT DES LIEUX. En un seul coup d œil. L accord Son domaine Son statut

DE L UNION EUROPEENNE VERS LES USA : ETAT DES LIEUX. En un seul coup d œil. L accord Son domaine Son statut TRANSFERT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DE L UNION EUROPEENNE VERS LES USA : ETAT DES LIEUX En un seul coup d œil L accord Son domaine Son statut Privacy shield (remplacera le Safe Harbor) Umbrella

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE

COMITÉ DE DISCIPLINE Chambre de la sécurité financière c. Adou 2015 QCCDCSF 60 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE N : CD00-1105 DATE : 12 novembre 2015 LE COMITÉ : M e Janine Kean

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 3.5 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 1.0 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Cette politique détermine certaines règles de gestion applicables au personnel cadre et portant sur les aspects suivants

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 janvier 2015 N de pourvoi: 13-22709 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00050 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (L.R.Q., c. R-5, a. 14 et a. 15 ; 2007, c. 21, a. 9 et a. 11) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE C E N T R E D E P A R T E M E N T A L D E G E S T I O N D E L A F O N C T I O N P U B L I Q U E T E R R I T O R I A L E D E L O I R E T C H E R LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Je vous invite à prendre connaissance

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/7 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL ENTRÉ EN VIGUEUR LE 15 OCTOBRE 1982 Le présent document contient la version la plus récente

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 24 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24458 ECLI:FR:CCASS:2013:C201633 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION

RECUEIL DE LEGISLATION MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2195 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N o 70 25 septembre 1992 Sommaire PROTECTION DE LA JEUNESSE Loidu10août1992relativeàlaprotectiondelajeunesse....page

Plus en détail

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS 21 décembre 2009 PREMIÈRE SECTION Requête n o 59301/08 présentée par Urs Friedrich TINNER contre la Suisse introduite le 14 novembre 2008 Requête n o 8439/09 présentée par Marco Walter TINNER contre la

Plus en détail

Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé

Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé Présenté le 31 octobre 2000 Principe adopté le 6 décembre 2000 Adopté

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 05/05/2013 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 26 mars 2013 N de pourvoi: 12-11643 ECLI:FR:CCASS:2013:C300351 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

L analyse de la législation des pays étudiés sur la castration chimique fait apparaître trois groupes de pays.

L analyse de la législation des pays étudiés sur la castration chimique fait apparaître trois groupes de pays. 15 janvier 2010 SECRETARIAT GENERAL SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES BUREAU DU DROIT COMPARE La castration chimique des délinquants sexuels Allemagne, Belgique Canada, Danemark, États-Unis,

Plus en détail

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili

Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Dossier réalisé par Marie-Christine Ben Hadj Yahia, Marie Bouazzi, Jeanne Ladjili Constitution tunisienne La loi constitutionnelle n 2002-51 du 1 er juin 2002 ajoute notamment à l article 5 de la Constitution

Plus en détail

ARRETE ministériel fixant le barême de référence des honoraires des Avocats pour les années judiciaires 1992/93 et 1993/94. ------------------

ARRETE ministériel fixant le barême de référence des honoraires des Avocats pour les années judiciaires 1992/93 et 1993/94. ------------------ RB/Mme D. 04 MAR 1993 002072 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi ----------- MINISTERE DE LA JUSTICE ----------- DIRECTION DES AFFAIRES CIVILES ET DU SCEAU ------------ ---------------/MJ-ACS

Plus en détail

Exercice : 2012 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La Chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine,

Exercice : 2012 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La Chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine, Audience publique du 14 avril 2015 Jugement n 2015-0008 Centre hospitalier Sainte-Anne de Saint-Mihiel (Meuse) N du poste comptable : 055023988 Poste comptable : Centre des finances publiques de Verdun

Plus en détail

Résolution des différends en matière d instruments documentaires

Résolution des différends en matière d instruments documentaires RÈGLEMENT DOCDEX Règlement d expertise de la Chambre de commerce internationale pour la Résolution des différends en matière d instruments documentaires Première revision En vigueur à compter du 15 mars

Plus en détail

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle

L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle L arrêt de travail pour accident du travail ou maladie professionnelle Pole juridique CGT Groupe Casino Par Antoine FERREIRA Le salarié victime d un accident du travail (autre qu un accident de trajet)

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS GRANDE CHAMBRE AFFAIRE DRAON c. FRANCE (Requête n o 1513/03) ARRÊT STRASBOURG 6 octobre 2005 Cet

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBIILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBIILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

AVIS SUR LE PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE. de protection de la Nation

AVIS SUR LE PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE. de protection de la Nation 1 CONSEIL D ÉTAT Assemblée générale Séance du vendredi 11 décembre 2015 Section de l intérieur EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS AVIS SUR LE PROJET DE LOI CONSTITUTIONNELLE de protection de la Nation

Plus en détail

LE REDRESSEMENT JUDICIAIRE

LE REDRESSEMENT JUDICIAIRE 1.7 DÉFINITION Procédure destinée à permettre la poursuite de l activité de l entreprise, le maintien de l emploi et l apurement du passif. JURIDICTION COMPÉTENTE Tribunal de commerce si le débiteur exerce

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2013/O1/070 ASSEMBLEE DE CORSE 1 ERE SESSION ORDINAIRE DE 2013 REUNION DES 25 ET 26 AVRIL RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF SUBVENTIONNEMENT

Plus en détail

AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ)

AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ) Le 17 mars 2016 AVIS DE RENOUVELLEMENT 2016-2017 Inscription au Tableau des membres de l Ordre des sages-femmes du Québec (OSFQ) Chère membre, Votre inscription au Tableau des membres de l OSFQ est obligatoire

Plus en détail

Cercles des Régates de Bruxelles Kayak PROJET de STATUTS

Cercles des Régates de Bruxelles Kayak PROJET de STATUTS TITRE I : DENOMINATION SIEGE SOCIAL Art. 1 L association est dénommée : «Cercle des Régates de Bruxelles Kayak», en abrégé : «CRBK» Art. 2 Son siège social est établi à 1070 Bruxelles, rue du Gazouillis

Plus en détail

OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE PARK

OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE PARK ITLOS_F1-1-92 9/8/05 3:34 PM Page 90 51 [Traduction] I. Introduction OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE PARK J ai voté sans réserve pour l arrêt du Tribunal en l espèce. Toutefois, sur un point d importance

Plus en détail

AGENCE D URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DE LA GUYANE REGLEMENT INTERIEUR

AGENCE D URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DE LA GUYANE REGLEMENT INTERIEUR AGENCE D URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DE LA GUYANE REGLEMENT INTERIEUR Adopté en assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2011 Présenté en réunion d agence et remis aux 9 salariés, en date du 7

Plus en détail

Règlement Intérieur du Conseil d Administration

Règlement Intérieur du Conseil d Administration Règlement Intérieur du Conseil d Administration Préambule Le Conseil d Administration de U10, lors de sa séance du 28 mars 2013, a modifié son Règlement Intérieur adopté en Conseil d Administration du

Plus en détail

ANNEXE 1 : MODELE DE DEVIS

ANNEXE 1 : MODELE DE DEVIS ANNEXE 1 : MODELE DE DEVIS Il est fortement recommandé de faire figurer des conditions générales de vente au dos du devis et de les faire signer. Un exemplaire de celles-ci figure dans le dossier. CONDITIONS

Plus en détail

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations

Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010. Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations Délibération n 2010-180 du 6 septembre 2010 Handicap accessibilité conditions de travail discrimination par association - observations La HALDE a été saisie d une réclamation d un masseur-kinésithérapeute

Plus en détail

PROJET DE DECRET. portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux

PROJET DE DECRET. portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux PROJET DE DECRET portant statut particulier du cadre d emplois des rédacteurs territoriaux Public concerné : Fonctionnaires territoriaux de la filière administrative. Objet : Intégration du cadre d emplois

Plus en détail

FICHE 2-1-2-9: LE DÉROULEMENT DE LA GARDE À VUE (10 février 2009)

FICHE 2-1-2-9: LE DÉROULEMENT DE LA GARDE À VUE (10 février 2009) FICHE 2-1-2-9: LE DÉROULEMENT DE LA GARDE À VUE (10 février 2009) Texte: Article 63 du CPP : L'officier de police judiciaire peut, pour les nécessités de l'enquête, placer en garde à vue toute personne

Plus en détail

CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES

CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES FILIERE SANITAIRE ET SOCIALE CATEGORIE C CONCOURS D AGENT SPECIALISE DE 1 E CLASSE DES ECOLES MATERNELLES EXTERNE, INTERNE, 3 e VOIE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant dr oits et obligations

Plus en détail

INSTITUTIONS JUDICIAIRES Cours 1 ère année DROIT

INSTITUTIONS JUDICIAIRES Cours 1 ère année DROIT INSTITUTIONS JUDICIAIRES Cours 1 ère année DROIT Fatou Kiné CAMARA Docteure d Etat en droit Chargée d enseignement FSJP/UCAD INSTITUTIONS JUDICIAIRES INTRODUCTION 1. LES PRINCIPES FONDAMENTAUX DE LA JUSTICE

Plus en détail

TITRE IV- Des contrats électroniques en général, de la preuve et de l'exécution

TITRE IV- Des contrats électroniques en général, de la preuve et de l'exécution TITRE IV- Des contrats électroniques en général, de la preuve et de l'exécution Présentation des textes Avec le Titre IV, on entre dans la seconde partie de l avant-projet où figurent les nouvelles dispositions

Plus en détail

SPECIAL DES DOCUMENTS OBLIGATOIRES

SPECIAL DES DOCUMENTS OBLIGATOIRES CONTRACTUELS DE DROIT PRIVE = DROIT DU TRAVAIL SPECIAL http://snaf- unsa.org nadegedossmann@live.fr n@live.fr (Secrétariat) 14 octobre 2013 = Des documents obligatoires p. 1 Des seuils d effectifs et obligations

Plus en détail

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant

MÉMOIRE. présenté par. la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions. concernant MÉMOIRE au Comité permanent des affaires autochtones et du développement du Grand Nord de la Chambre des communes présenté par la Commission du Nunavut chargée de l examen des répercussions concernant

Plus en détail

La communication en période préélectorale MAI 2016

La communication en période préélectorale MAI 2016 P R E M I E R M I N I S T R E La communication en période préélectorale MAI 2016 Mémento En période préélectorale, la communication gouvernementale doit, strictement, respecter le principe de la non utilisation

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008 L A C O N F E R E N C E L A T I N E D E S C H E F S D E S D E P A R T E M E N T S D E J U S T I C E E T P O L I C E ( C L D J P ) LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite

La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite La convention signée par les établissements d enseignements de la conduite Article premier Objet de la convention L école de conduite est partenaire de l opération «permis à un euro par jour» mise en place

Plus en détail

ORGANISATION POUR L'HARMONISATION EN AFRIQUE DU DROIT DES AFFAIRES (OHADA) COUR COMMUNE DE JUSTICE ET D'ARBITRAGE (C.C.J.A)

ORGANISATION POUR L'HARMONISATION EN AFRIQUE DU DROIT DES AFFAIRES (OHADA) COUR COMMUNE DE JUSTICE ET D'ARBITRAGE (C.C.J.A) 1 ORGANISATION POUR L'HARMONISATION EN AFRIQUE DU DROIT DES AFFAIRES (OHADA) COUR COMMUNE DE JUSTICE ET D'ARBITRAGE (C.C.J.A) Audience Publique du 26 février 2004 Pourvoi : n 018/2002/PC du 17 avril 2002

Plus en détail

Exercice : 2010 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine,

Exercice : 2010 REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. La chambre régionale des comptes de Champagne-Ardenne, Lorraine, Audience publique du 18 novembre 2014 Jugement n 2014-030 Lecture publique du 9 décembre 2014 EPLEFPA «Philippe de Vilmorin» de Bar-le-Duc N du compte : 055134990 Poste comptable : Agence comptable de

Plus en détail

l industrie et du commerce est examiné : «au regard de la législation mutualiste» examiné : «au regard de la législation mutualiste»

l industrie et du commerce est examiné : «au regard de la législation mutualiste» examiné : «au regard de la législation mutualiste» Note de la la Direction Générale Générale de la de Sécurité la Sécurité Sociale Sociale du 16 novembre du 16 novembre 1950 où le 1950 projet où des le statutstype des des caisses statuts- type d allocation

Plus en détail

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES

CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES N 111 - SOCIAL n 30 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 L essentiel CHEQUES-VACANCES : REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES Le dispositif du chèque-vacances

Plus en détail

COUR D'APPEL DE CAEN TROISIEME CHAMBRE SECTION SOCIALE 2

COUR D'APPEL DE CAEN TROISIEME CHAMBRE SECTION SOCIALE 2 AFFAIRE : N RG11/00423 ARRET C.P N Code Aff.: ORIGINE : Décision du Conseil de Prud'hommes - Formation paritaire d'argentan en date du 25 Janvier2011RGn F10/0121 APPELANT : Monsieur Olivier HOUEL La Villette

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 429 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par M. Jacques Brassard Ministre des Transports Éditeur officiel

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation,

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, Numéro du rôle : 1060 Arrêt n 12/98 du 11 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 332, alinéa 1er, du Code civil, posée par la Cour de cassation, La Cour d arbitrage,

Plus en détail

Ci-après désigné(e), par «l organisme d accueil»,

Ci-après désigné(e), par «l organisme d accueil», CONVENTION DE STAGE En application du décret n 2009-885 du 21 juillet 2010 Entre Le Conservatoire national des arts et métiers représenté par Monsieur Christian FORESTIER, administrateur général, 292,

Plus en détail

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés.

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE, VU la Constitution du 1er Septembre 1961; VU le n 67/LF/67 du 12 Juin 1957 portant

Plus en détail

1 sur 5 14/05/2012 13:59

1 sur 5 14/05/2012 13:59 1 sur 5 14/05/2012 13:59 Références Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mercredi 16 mars 2011 N de pourvoi: 10-14005 10-14591 Publié au bulletin Irrecevabilité et cassation partielle

Plus en détail