COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES"

Transcription

1 Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES STATUTS DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES LES RÈGLES DES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ET PIRKKO ANN RAMSAY AVIS D AUDIENCE AVIS EST DONNÉ qu en vertu de la Partie 10 de la Règle 20 des courtiers membres et de l article 1.9 de la Règle transitoire n o 1 de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM), une audience sur la fixation d une date sera tenue devant une formation d instruction de l OCRCVM (la formation d instruction) le 25 mars 2013 à 10 h, ou le plus tôt possible après cette heure, dans la salle Ontario des bureaux de l OCRCVM, situés au 121, rue King Ouest, Toronto (Ontario) M5H 3T9. AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ qu en vertu de l article 6.2 des Règles de procédure des courtiers membres de l OCRCVM, l audience sera classée dans : le régime des affaires standard le régime des affaires complexes

2 AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que l OCRCVM a regroupé, le 1 er juin 2008, les fonctions de réglementation et de mise en application de l Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM) et de Services de réglementation du marché inc. Conformément à l Entente relative à la prestation de services administratifs et de réglementation intervenue entre l ACCOVAM et l OCRCVM le 1 er juin 2008, l ACCOVAM a chargé l OCRCVM de fournir les services nécessaires pour permettre à l ACCOVAM d exercer ses fonctions de réglementation à l égard de la conduite des membres et des personnes inscrites de l ACCOVAM dans la période antérieure au 1 er juin L OBJET DE L AUDIENCE consiste à déterminer si Pirkko Ann Ramsay (M me Ramsay ou l intimée) a commis les contraventions suivantes alléguées par l OCRCVM : a) En juin 2009 et en mars 2010, l intimée a effectué des opérations financières personnelles en empruntant des fonds de deux clients, AA et AB, à l insu et sans le consentement ou l autorisation de son employeur, une société membre, en contravention de l article 1 de la Règle 29 des courtiers membres. b) En 2009 et en 2010, l intimée a détourné des fonds de AA et de AB, en contravention de l article 1 de la Règle 29 des courtiers membres. c) En avril 2012, alors qu elle était une ancienne personne inscrite auprès de l OCRCVM, l intimée a fait défaut de coopérer à une enquête de l OCRCVM en refusant de donner de l information sur sa conduite, en contravention de l article 5 de la Règle 19 des courtiers membres. DÉTAILS AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que l on trouvera ci-dessous un sommaire des faits allégués et sur lesquels l OCRCVM entend s appuyer à l audience : A. Aperçu 1. L intimée a profité du manque relatif de connaissances et d expérience de ses clients, AA et AB, et a abusé de la confiance que ceux-ci plaçaient en elle en tant que conseillère financière. 2. Pendant une certaine période, l intimée s est servie de sa position unique comme conseillère financière pour détourner plus de $ des comptes de AA et de AB. Elle a aussi emprunté des fonds de ces clients (fonds qu elle n a pas remboursés) sans le mentionner à son employeur, exploitant leurs craintes de la perdre comme conseillère financière s ils refusaient de lui prêter cet argent. Au bout du compte, lorsqu elle a été sommée de comparaître à une entrevue de l OCRCVM, l intimée n a ni répondu ni comparu.

3 - 3 - B. Historique d inscription 3. À l époque des faits reprochés, l intimée était inscrite comme représentante inscrite (RI) et employée comme conseillère financière (CF) chez Services Investisseurs CIBC inc. (SI- CIBC). 4. En tant que conseillère financière, l intimée était employée à la fois par SI-CIBC et par la Banque CIBC. Son bureau était situé dans une succursale de la Banque CIBC. Son surveillant direct travaillait dans une autre succursale, située ailleurs. 5. Chez SI-CIBC, les CF fournissent à la fois des services de courtage et des services bancaires à leurs clients. L intimée avait donc accès aux comptes de courtage et aux comptes bancaires de ses clients. 6. Voici les antécédents d inscription de l intimée : RBC Dominion valeurs mobilières De nov à déc RI Services Investisseurs CIBC D août 2008 au 6 oct RI 7. L inconduite alléguée en l espèce a eu lieu lorsque l intimée était employée chez SI-CIBC. C. Contexte 8. AA et AB sont des investisseurs relativement peu expérimentés et ayant des connaissances très limitées en matière de placement. L argent consacré à leurs placements provenait uniquement d un gain de loterie. L intimée est devenue leur RI peu de temps après qu ils eurent remporté la loterie, en De 2002 à 2005, AA et AB étaient des clients de l intimée chez son employeur précédent. 10. En 2008, l intimée s est jointe à SI-CIBC, et en 2009, AA et AB ont ouvert des comptes auprès d elle chez SI-CIBC. Les comptes ouverts étaient des comptes de courtage et des comptes bancaires. 11. Durant toute la période où l intimée a été la conseillère financière de AA et de AB, l intimée a : a) vendu des titres dans les comptes de courtage de AA et de AB ; b) transféré des fonds des comptes de courtage de AA et de AB à leurs comptes bancaires ;

4 - 4 - c) aidé AA et AB à obtenir une marge de crédit ; d) rempli des bordereaux de retrait (notes de débit) de sorte que AA et AB puissent retirer de l argent ou payer diverses factures à même leurs comptes bancaires. D. Le détournement de fonds 12. L intimée, au su ou à l insu de AA et de AB, a parfois vendu des placements dans leurs comptes de courtage et transféré des fonds de leurs comptes de courtage respectifs pour les déposer dans l un de leurs comptes bancaires. 13. Tel qu il est expliqué plus haut, l intimée était en mesure de faire cela parce que, en tant que conseillère financière de AA et de AB, elle avait accès à la fois à leurs comptes de courtage et à leurs comptes bancaires. 14. La majorité des fonds qui ont été transférés dans les comptes bancaires de AA et de AB provenaient de leurs comptes de courtage chez SI-CIBC. Il y avait peu d argent déposé directement dans les comptes bancaires. Ainsi, les fonds que l intimée a fini par détourner provenaient des comptes de courtage. 15. Lorsque AA ou AB désiraient effectuer un retrait de leur compte bancaire, pour régler une facture ou à d autres fins, cela se faisait de diverses façons : a) L intimée préparait une note de débit à signer par les clients pour obtenir une traite bancaire ou un mandat ; b) L intimée préparait une note de débit à signer par les clients pour retirer des fonds de leurs comptes ; c) AA ou AB faisaient un retrait à partir d un guichet automatique bancaire (GAB) ; d) AA ou AB tiraient un chèque. 16. Durant la période des faits reprochés, au moins deux fois par mois, lorsque l un ou l autre ou les deux clients se présentaient à la succursale pour rencontrer l intimée pour faire un retrait, l intimée leur faisait signer plus d une note de débit, lesquelles étaient laissées en blanc. 17. L intimée utilisait l une de ces notes de débit pour effectuer un retrait légitime de fonds au nom des clients. Cependant, elle utilisait l autre ou les autres notes de débit pour détourner des fonds de AA et de AB. 18. Lorsqu elle utilisait une note de débit pour détourner des fonds, l intimé remplissait la note de débit et l utilisait pour commander une traite bancaire ou un mandat libellé au nom de l un de trois bénéficiaires le petit ami de sa fille, SC, ou un ami, ou encore, AC ou l entreprise de AC.

5 SC encaissait alors la traite bancaire ou le mandat et donnait l argent à l intimée. AC utilisait la traite bancaire ou le mandat pour régler une dette que l intimée avait envers lui. 20. En d autres occasions, l intimée demandait à AA et à AB de lui remettre des chèques signés en blanc qu elle utilisait, là encore, pour détourner des fonds de leurs comptes. L intimée prenait les chèques signés en blanc et les libellait à l ordre de SC ou de AC. 21. Lorsque les chèques étaient libellés à l ordre de SC, ce dernier les encaissait et donnait l argent à l intimée ou endossait les chèques et les remettait à l intimée. 22. Lorsque les chèques étaient libellés à l ordre de AC, celui-ci les utilisait pour régler une dette que l intimée avait envers lui. 23. L intimée a détourné au moins les montants suivants de la manière décrite ci-dessous : Date Montant Mode de détournement Le 14 juillet $ Traite bancaire libellée à l ordre de SC Le 7 août $ Chèque libellé à l ordre de AC Le 10 août $ Traite bancaire libellée à l ordre de AC Le 7 août $ Chèque libellé à l ordre de SC Le 28 août $ Traite bancaire libellée à l ordre de AC 24. L intimée a détourné d autres fonds de manière semblable totalisant entre $ et $, au moins. Opérations financières conclues avec les clients Le premier prêt 25. En juin 2009, l intimée a remis une lettre en mains propres à AA et à AB lorsqu ils sont passés à la succursale où était situé le bureau de l intimée. La lettre contenait une demande de prêt de $ adressée à AA et à AB (le «premier prêt»). 26. L intimée a informé AA et AB qu elle rénovait sa maison et que lorsque les rénovations seraient terminées, elle la vendrait et utiliserait le produit pour rembourser le prêt. L intimée a dit aux clients que si la maison n était pas vendue immédiatement, elle allait recevoir des primes de son employeur en septembre et en décembre et utiliserait ces primes pour rembourser le prêt.

6 AA et AB ont fini par accepter de prêter les fonds à l intimée, et celle-ci a tiré un billet à ordre qu elle-même et AA et AB ont signé. Le billet à ordre comportait les modalités suivantes : a. Prêt de $ ; b. Taux d intérêt de 12 % ; c. Paiements forfaitaires à verser au moment de la vente de la maison sise au (adresse rayée) ; d. Remboursement le 13 septembre à même une prime ; e. Remboursement le 20 décembre à même une prime. 28. L intimée a demandé que AA et AB lui remettent une traite bancaire libellée à l ordre du petit ami de sa fille, SC. AA et AB ont suivi ses directives et lui ont remis, le 12 juin 2009 ou vers cette date, une traite bancaire de $ libellée à l ordre de SC. 29. La traite bancaire a été tirée sur le compte de AA et de AB détenu dans une autre banque. 30. L intimée n a pas informé son employeur du premier prêt. 31. L intimée n a pas versé d intérêts ni remboursé de capital sur le premier prêt. Le prêt est demeuré en cours. Le deuxième prêt 32. Malgré qu elle n eût effectué aucun versement à l égard du premier prêt, l intimée s est adressée à AA et AB en novembre 2009 pour leur demander un deuxième prêt. 33. Là encore, l intimée a présenté sa demande par écrit. Dans une lettre qu elle a livrée à AA et AB, l intimé faisait la demande suivante : a. Que A et B se rendent à CitiFinancière pour demander un prêt de $ remboursable sur la plus longue période possible. b. L intimée allait faire les versements sur ce prêt. c. Si A et B voulaient emprunter plus de $, tout montant en sus pourrait être déposé dans le compte bancaire de A et B en guise de remboursement partiel de la part de l intimée. 34. Même si AA et AB n ont pas consenti à demander un prêt à CitiFinancière, ils ont prêté une somme additionnelle de $ à l intimée en mars AA et AB ont remis à l intimée, le 4 mars 2010 ou vers cette date, une traite bancaire de $, libellée encore une fois à l ordre de SC. 36. Les modalités du deuxième prêt n étaient pas claires.

7 AA et AB ont accepté de prêter les fonds à l intimée parce que celle-ci leur a dit qu elle allait être obligée de quitter CIBC si elle ne recevait pas cet argent. AA et AB étaient préoccupés et craignaient de n avoir personne d autre pour les aider avec leurs placements si cela arrivait. 38. L intimée n a pas informé son employeur du deuxième prêt. 39. L intimée n a remboursé aucune somme à l égard du deuxième prêt. Défaut de coopérer avec le personnel de l OCRCVM 40. Le 2 novembre 2011, le personnel de l OCRCVM a envoyé à l intimée une lettre l avisant qu une enquête avait été ouverte relativement à sa conduite chez SI-CIBC. La lettre a été envoyée par courrier recommandé et le personnel a reçu la confirmation que la lettre avait bien été livrée et qu un accusé de réception avait été signé le 7 novembre Le 29 février 2012, le personnel de l OCRCVM a encore écrit à l intimée, lui demandant cette fois de se présenter à une entrevue. La lettre renfermait un numéro de téléphone et une adresse courriel que l intimée pouvait utiliser pour communiquer avec l enquêteur de l OCRCVM et fixer un rendez-vous pour l entrevue. La lettre a été envoyée aussi par courrier recommandé, et le personnel a reçu la confirmation que la lettre avait bien été livrée et qu un accusé de réception avait été signé le 5 mars Le personnel n a reçu aucune réponse à sa lettre datée du 29 février Le personnel a écrit de nouveau à l intimée le 28 mars 2012, la sommant de comparaître à une entrevue à Thunder Bay, en Ontario, le 12 avril La lettre a été envoyée par courrier recommandé, a été bien livrée et a fait l objet d un accusé de réception le 29 mars Le personnel n a reçu aucune réponse à ses lettres de la part de l intimée, malgré les confirmations que les lettres avaient été bien reçues de l intimée. 44. Le défaut de l intimée de coopérer et de se présenter à une entrevue a réduit la capacité du personnel de vérifier l étendue et la valeur exacte des opérations qui n ont pas été autorisées par AA et AB.

8 - 8 - QUESTIONS DE PROCÉDURE GÉNÉRALES AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que l audience et les procédures connexes seront soumises aux Règles de procédure. AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ qu en vertu de l article 13.1 des Règles de procédure, l intimée aura le droit de comparaître, d être entendue, d être représentée par un avocat ou un mandataire, d appeler, d interroger et de contre-interroger des témoins et de présenter des observations à la formation d instruction à l audience. RÉPONSE À L AVIS D AUDIENCE AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que conformément à la Règle 7 des Règles de procédure, l intimée doit signifier au personnel une réponse à l avis d audience dans les vingt (20) jours (dans le cas d une procédure disciplinaire classée dans le régime des affaires standard) ou dans les trente (30) jours (dans le cas d une procédure disciplinaire classée dans le régime des affaires complexes) à compter de la date d effet de la signification de l avis d audience. OMISSION DE RÉPONDRE À L AVIS OU D ASSISTER À L AUDIENCE AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que, si l intimée ne signifie pas une réponse ou ne comparaît pas à l audience, la formation d instruction peut, conformément aux articles 7.2 et 13.5 des Règles de procédure : (a) (b) (c) tenir l audience de la manière indiquée dans l avis d audience sans autre avis à l intimée ; accepter comme prouvés les faits et les contraventions allégués par le personnel dans l avis d audience ; imposer des sanctions à l intimée et la condamner au paiement de frais, conformément aux articles 33, 34 et 49 de la Règle 20 des courtiers membres de l OCRCVM. SANCTIONS ET FRAIS AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que si la formation d instruction conclut que l intimée est coupable de l une ou de plusieurs des contraventions alléguées par le personnel dans l avis d audience, la formation d instruction peut, en vertu des articles 33 et 34 de la Règle 20 des courtiers membres de l OCRCVM, imposer une ou plusieurs des sanctions suivantes : Si l intimée est ou était une personne autorisée : (a) un blâme ;

9 - 9 - (b) une amende n excédant pas le plus élevé des montants suivants, à savoir : i) $ par contravention ; ii) un montant égal au triple du profit réalisé ou de la perte évitée par la personne autorisée par suite de la contravention ; (c) une suspension de l inscription pour la période et aux conditions fixées par la formation ; (d) des conditions au maintien de l inscription ; (e) une interdiction d inscription à un titre quelconque et pour quelque période que ce soit ; (f) la révocation des droits et privilèges rattachés à l inscription ; (g) la révocation de l inscription ; (h) une radiation permanente de l inscription auprès de l OCRCVM ; (i) toute autre mesure ou sanction appropriée. Si l intimée est ou était une société membre : (a) un blâme ; (b) une amende n excédant pas le plus élevé des montants suivants, à savoir : i) $ par contravention ; ii) un montant égal au triple du profit réalisé ou de la perte évitée par le courtier membre par suite de la contravention ; (c) la suspension des droits et privilèges du membre (laquelle pourra comporter pour le membre une interdiction de traiter avec le public) pour la période et aux conditions fixées par la formation ; (d) des conditions au maintien de la qualité de membre ; (e) la révocation des droits et privilèges rattachés à la qualité de membre ; (f) l expulsion du membre de l OCRCVM ; (g) toute autre mesure ou sanction appropriée.

10 AVIS EST ÉGALEMENT DONNÉ que si la formation d instruction conclut que l intimée est coupable de l une ou de plusieurs des contraventions alléguées par le personnel dans l avis d audience, la formation d instruction peut, en vertu de l article 49 de la Règle 20 des courtiers membres de l OCRCVM, condamner l intimée au paiement des frais d enquête et de poursuite considérés appropriés dans les circonstances. FAIT à Toronto le 15 janvier JEFFREY KEHOE VICE-PRÉSIDENT À LA MISE EN APPLICATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES 121, RUE KING OUEST, BUREAU 1600 TORONTO (ONTARIO) M5H 3T9

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES POUR LES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

NOUVEL AVIS D AUDIENCE MODIFIÉ

NOUVEL AVIS D AUDIENCE MODIFIÉ Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

Sanctions disciplinaires imposées à Sylvie Brunet; Contraventions à l article 1 du Statut 29

Sanctions disciplinaires imposées à Sylvie Brunet; Contraventions à l article 1 du Statut 29 Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate, Mise en application BULLETIN N 3548 (514) 878-2854 Le 1 er juin 2006 spoirier@ida.ca Mesure disciplinaire

Plus en détail

Sanctions disciplinaires imposées à Xavier Cheng Kuo Li Contraventions à l article 1 du Statut 29

Sanctions disciplinaires imposées à Xavier Cheng Kuo Li Contraventions à l article 1 du Statut 29 Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Lorne Herlin Avocat à la mise en application BULLETIN N 3658 604 331-4752 Le 14 août 2007 lherlin@ida.ca Discipline Sanctions

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

- 1 - DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

- 1 - DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) - 1 - Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

Re Dennis. de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. [2011] IIROC No. 3. Formation d instruction

Re Dennis. de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. [2011] IIROC No. 3. Formation d instruction Re Dennis AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et James Charles Dennis [2011] IIROC No. 3 Formation d instruction

Plus en détail

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT

Re Turenne DÉCISION SUR ENTENTE DE RÈGLEMENT Re Turenne AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et Jacques Turenne 2013 OCRCVM 43 Formation d instruction de l Organisme

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

Re Karim. Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 2015 OCRCVM 04

Re Karim. Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 2015 OCRCVM 04 Traduction française non officielle AFFAIRE INTÉRESSANT : Re Karim Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Sajed Karim 2015 OCRCVM

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

Inscription à l OCRCVM «Qualités requises» pour les personnes autorisées

Inscription à l OCRCVM «Qualités requises» pour les personnes autorisées Avis relatif à l administration Généralités Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Inscription Personne-ressource : Rossana Di Lieto Vice-présidente à l inscription et aux plaintes

Plus en détail

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte

Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Guide de l investisseur sur le dépôt d une plainte Protéger les investisseurs et favoriser des marchés financiers justes et efficaces partout au Canada. L Organisme canadien de réglementation du commerce

Plus en détail

bulletin Personne faisant l objet des sanctions disciplinaires

bulletin Personne faisant l objet des sanctions disciplinaires bulletin Personnes-ressources : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Kathryn Andrews et Ricardo Codina BULLETIN N o 3283 Avocats, Mise en application Le 11 mai 2004 (416) 364-6133 Mesure

Plus en détail

Re Mackie et Leadbeater

Re Mackie et Leadbeater Traduction française non officielle AFFAIRE INTÉRESSANT : Re Mackie et Leadbeater Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilière James Frederick Norman Mackie et

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

BULLETIN N 0152 - E Directeur, Litige Le 14 juillet 2005 Téléphone : (416) 943-4685 Courriel : hcorbett@mfda.ca. Bulletin de l ACFM

BULLETIN N 0152 - E Directeur, Litige Le 14 juillet 2005 Téléphone : (416) 943-4685 Courriel : hcorbett@mfda.ca. Bulletin de l ACFM Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street West, Suite 1000, Toronto (Ontario) M5H 3T9 TÉL. : (416) 361-6332 TÉLÉC. : (416) 943-1218

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba.

DANS L AFFAIRE. intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec. Île-du-Prince-Édouard. Manitoba. ALPHA EXCHANGE INC. DÉCISION N 2012-PDG-24 DANS L AFFAIRE intéressant la législation en valeurs mobilières des territoires suivants : Québec Île-du-Prince-Édouard Manitoba Nouvelle-Écosse Nunavut Saskatchewan

Plus en détail

Instructions pour le dépôt d une plainte en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière

Instructions pour le dépôt d une plainte en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière Tribunaux de l environnement et de l'amenegment du territoire Ontario Commission de révision de l'évaluation foncière 655 rue Bay, suite 1500 Toronto ON M5G 1E5 Téléphone: (416) 212-6349 Sans Frais: 1-866-448-2248

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Pour atteindre vos objectifs financiers, vous devez pouvoir compter sur un partenaire fiable pour la gestion de votre patrimoine. Et, à ce titre,

Plus en détail

L OFFRE PEUT ÊTRE ACCEPTÉE JUSQU À 16 H (HEURE DE TORONTO) LE 25 OCTOBRE 2013 (L «HEURE D EXPIRATION»), À MOINS QU ELLE NE SOIT PROLONGÉE OU RETIRÉE.

L OFFRE PEUT ÊTRE ACCEPTÉE JUSQU À 16 H (HEURE DE TORONTO) LE 25 OCTOBRE 2013 (L «HEURE D EXPIRATION»), À MOINS QU ELLE NE SOIT PROLONGÉE OU RETIRÉE. LE PRÉSENT DOCUMENT N EST PAS UNE LETTRE D ENVOI. LE PRÉSENT AVIS DE LIVRAISON GARANTIE DOIT ÊTRE UTILISÉ POUR L ACCEPTATION DE L OFFRE DE DENISON MINES CORP. VISANT L ACQUISITION DES ACTIONS ORDINAIRES

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT

MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT BULLETIN NO. 2933 EN MATIÈRE DE DISCIPLINE EN VERTU DU STATUT 20 DE L'ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES DANS L'AFFAIRE DE MICHEL L. CÔTÉ ENTENTE DE RÈGLEMENT I. INTRODUCTION 1.

Plus en détail

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière

Instructions pour le dépôt d une demande en vertu de la Loi de 2001 sur les municipalités auprès de la Commission de révision de l évaluation foncière Tribunaux de l environnement et de l'amenegment du territoire Ontario Commission de révision de l'évaluation foncière 655 rue Bay, suite 1500 Toronto ON M5G 1E5 Téléphone: (416) 212-6349 Sans Frais: 1-866-448-2248

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES STATUTS DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES ET CHRISTIAN GUILBAULT I. INTRODUCTION ENTENTE

Plus en détail

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBIILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES POUR LE COMPTE DE L ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBIILIÈRES DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER

VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER VISA AFFAIRES, VISA AFFAIRES PERFORMANCE ET VISA AFFAIRES BANQUE LAURENTIENNE CREVIER ASSURANCE DÉGAGEMENT DE RESPONSABILITÉ DE L ENTREPRISE L assurance est fournie par la Royal & Sun Alliance du Canada,

Plus en détail

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Forfait Bienvenue au Canada de RBC Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Bienvenue au Canada 3 Lorsque vous choisissez RBC Banque Royale, vous obtenez : n n Un accès

Plus en détail

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document.

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. PROCURATION Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. Juin 2013 PROCURATION RELATIVE AUX TRANSACTIONS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA CONVENTION D INVESTISSEMENT INTERVENUE ENTRE SCOTIA CAPITAUX INC.

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi

Ouvrir un compte personnel. Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi Ouvrir un compte personnel Ce que votre société de courtage doit apprendre sur vous et pourquoi À propos de l OCRCVM L Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) réglemente

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION AVIS DE REQUÊTE. Traduction française non officielle DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT :

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION AVIS DE REQUÊTE. Traduction française non officielle DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients

EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients EDC en Direct Guide du Centre d assurance comptes clients Table des matières Introduction à EDC en Direct... 2 Section A : Mise en marche... 3 Section B : Approbations de crédit... 5 Demander une approbation

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE

LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE LA CIRCULATION DES EFFETS DE COMMERCE : REMISE A L ENCAISSEMENT REMISE A L ESCOMPTE ENDOSSEMENT CAS DE LA REMISE A L ENCAISSEMENT 1 Envoi de la facture et de la lettre de change TIREUR TIRE 2 Retour de

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Formulaire d accord de débits préautorisés (DPA)

Formulaire d accord de débits préautorisés (DPA) Formulaire d accord de débits préautorisés (DPA) 1. Renseignements sur le payeur (*champs obligatoires) Prénom* Initiale(s) Nom de famille* Adresse où est fourni le service Numéro/Rue Appartement/Bureau

Plus en détail

FORMATION D INSTRUCTION

FORMATION D INSTRUCTION FORMATION D INSTRUCTION CANADA CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL Date : 18 avril 2006 DEVANT : Me Jean-Pierre Lussier, président Me Jean Élie, membre M. Yves Julien, membre ASSOCIATION

Plus en détail

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir

Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir 03 Tout sur les chèques Ce que vous devez savoir Plusieurs banques au Canada offrent désormais le service de dépôt de chèque mobile. Le Canada dispose de l un des systèmes de compensation des chèques les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES 1. APERÇU REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Redevances Aurifères Osisko Ltée (la «Société») offre

Plus en détail

Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises

Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises Directives relatives aux opérations portant sur les titres de petites entreprises Veuillez noter que si l une des conditions n est pas remplie, l opération ne pourra être traitée par B2B Banque Services

Plus en détail

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000

LA TRESORERIE. mois. Cette donnée est importante pour établir le budget de trésorerie prévisionnel. TOTAL 30 000 LA TRESORERIE 1. Présentation des composantes de la trésorerie 3.2. La TVA à décaisser 1.1. Qu est ce que la trésorerie 2. Les encaissements : de la prévision des ventes au budget prévisionnel des recettes

Plus en détail

ABC DES CARTES DE DÉBIT

ABC DES CARTES DE DÉBIT GUIDES FINANCIERS PRATIQUES ABC DES CARTES DE DÉBIT Ce que vous devez savoir sur l utilisation de votre carte de débit UN ACCÈS À VOS FONDS Si une carte de crédit vous permet de «payer plus tard», une

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 13 juillet 2015 Page 2 de 9 Table des matières SECTION 1 OBJECTIF... 4 SECTION 2 DÉFINITIONS...

Plus en détail

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes

Tarification. Compte de transaction GÉRER. Compte Travailleurs autonomes ($ CA) Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes GÉRER TARIFICATION 01 Tarification Guide des Solutions bancaires aux travailleurs autonomes En vigueur à compter du 29 juillet 2013 Vous cherchez plus que jamais des services bancaires adaptés à vos besoins

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR

MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE PROGRAMME DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SCOLARITÉ DES INFIRMIÈRES ENTENTE DE SERVICES EN RETOUR AVEC LA COURONNE DU CHEF DE LA PROVINCE D ONTARIO, REPRÉSENTÉE

Plus en détail

Rapport des opérations en fidéicommis

Rapport des opérations en fidéicommis Rapport des opérations en fidéicommis Instructions Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec, 21 Tous droits réservés. Table des matières Contenu du rapport...4 Comment remplir le

Plus en détail

AVIS D ACQUISITION FORCÉE

AVIS D ACQUISITION FORCÉE Le présent document est important et exige votre attention immédiate. Si vous avez des doutes sur la façon d y donner suite, vous devriez consulter votre courtier en valeurs mobilières, votre avocat ou

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Paris, le 4 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-213 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Processus de demande sur EASE

Processus de demande sur EASE Processus de demande Démo de EASE Réservé aux conseillers à titre d information seulement Processus de demande sur EASE À B2B Banque, nous savons à quel point il est important de fournir aux conseillers

Plus en détail

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC

LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC LE CONSEIL DE DISCIPLINE DE L ORDRE DES INGÉNIEURS DU QUÉBEC CANADA PROVINCE DE QUÉBEC N o : 22-08-0367 DATE : Le 20 juillet 2009 LE CONSEIL : M e SERGE VERMETTE Président suppléant M. GHISLAIN BÉGIN,

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement des dividendes et d achat d actions Modifié et reormulé le février 2013 table des matières introduction/résumé............................................2 coordonnées.................................................6

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-03-01(C) DATE : 17 février 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien M. Marc-Henri Germain, C.d A.A., A.V.A., courtier

Plus en détail

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité

Comment passer un contrat avec les agents de commercialisation du gaz naturel et les détaillants d électricité Ontario Energy Commission de l énergie Board de l Ontario P.O. Box 2319 C.P. 2319 2300 Yonge Street 2300, rue Yonge 26th. Floor 26 e étage Toronto ON M4P 1E4 Toronto ON M4P 1E4 Telephone: (416) 481-1967

Plus en détail

Le CGFPN propose des modifications à la LGF

Le CGFPN propose des modifications à la LGF 31 mars 2015 Volume 1 Numéro 1 Un bulletin d information du Conseil de Le Bilan gestion financière des Premières nations ÉDITION SPÉCIALE - PROPOSITIONS LIÉES À LA LOI SUR LA GESTION FINANCIÈRE DES PREMIÈRES

Plus en détail

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement

Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Biens laissés par un locataire lorsqu il quitte son logement Renseignements brochure La Loi de 2006 sur la location à usage d habitation (la Loi) renferme un certain nombre de règles sur ce qu on peut

Plus en détail

Re Milot. Les Statuts de l Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières

Re Milot. Les Statuts de l Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières Re Milot AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Statuts de l Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Paul

Plus en détail

CONVENTION DE REPRÉSENTATION sur la protection des adultes et la prise de décisions les concernant, Partie 2

CONVENTION DE REPRÉSENTATION sur la protection des adultes et la prise de décisions les concernant, Partie 2 Pour des renseignements supplémentaires concernant des conventions de représentation, veuillez consulter la brochure intitulée Conventions de représentation. Une convention de représentation est une convention

Plus en détail

Re Independent Trading Group (ITG) Inc.

Re Independent Trading Group (ITG) Inc. Traduction française non officielle Re Independent Trading Group (ITG) Inc. DANS L AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs

Plus en détail

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI)

ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) ADDENDA POUR LES TRANSFERTS DE FONDS DE RETRAITE IMMOBILISÉS DANS UN COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ (CRI) Pour les transferts faits conformément à la Loi sur les prestations de pension (Nouveau-Brunswick)

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB)

Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB) 3 Intégration des institutions financières non bancaires (IFNB) Les IFNB dans le système de paiement basé sur l utilisation des chèques Dans les années 1970, les principales institutions financières non

Plus en détail

1. La présente demande ne vise que les résidants de la Colombie-Britannique, de l Ontario et du Québec.

1. La présente demande ne vise que les résidants de la Colombie-Britannique, de l Ontario et du Québec. 1 AVANT DE COMMENCER Information et conseils importants à propos de la présente demande : 1. La présente demande ne vise que les résidants de la Colombie-Britannique, de l Ontario et du Québec. 2. La réglementation

Plus en détail

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association,

DÉCISION C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC. ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, C A N A D A CONSEIL DE SECTION DU QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL FORMATION D INSTRUCTION ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS EN VALEURS MOBILIÈRES, Ci-après désignée comme l Association, -ET- PHILIP JOHN

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière

Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Savoir reconnaître et prévenir l exploitation financière Guide pour les personnes âgées du Manitoba Selon des recherches canadiennes, près de 10 % des personnes âgées du Manitoba seront victimes d une

Plus en détail

Manuel d'instruction. Manuel d'instruction. Transmission électronique. du rapport mensuel. en ligne. Novembre 2014 Version 1.2

Manuel d'instruction. Manuel d'instruction. Transmission électronique. du rapport mensuel. en ligne. Novembre 2014 Version 1.2 Manuel d'instruction Manuel d'instruction Transmission électronique du rapport mensuel en ligne Novembre 2014 Version 1.2 LE COMITÉ PARITAIRE DE L'INDUSTRIE DES SERVICES AUTOMOBILES DE LA RÉGION DE MONTRÉAL

Plus en détail

Section Distribution de produits et services financiers

Section Distribution de produits et services financiers BULLETIN DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS 7 AVRIL 2006, vol. 3, n 14 Section Distribution de produits et services financiers AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Bulletin de l Autorité des marchés financiers

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Les deux exemples ci-après peuvent vous aider à comprendre ce qu'est une vente liée coercitive et quelles pratiques sont interdites.

Les deux exemples ci-après peuvent vous aider à comprendre ce qu'est une vente liée coercitive et quelles pratiques sont interdites. POLITIQUE SUR LES VENTES LIÉES La Loi sur les banques exige que les banques informent leurs clients, dans un langage simple, de l illégalité des ventes liées coercitives. Pour nous conformer à la loi,

Plus en détail

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES

Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES Régime de réinvestissement des dividendes QUESTIONS ET RÉPONSES La série de questions et de réponses qui suit sert à expliquer certaines caractéristiques clés du régime de réinvestissement des dividendes

Plus en détail

Procédure pour transformer l assurance invalidité de longue durée collective

Procédure pour transformer l assurance invalidité de longue durée collective Demande de transformation Assurance invalidité de longue durée collective Vous n êtes pas admissible à la transformation de votre assurance invalidité de longue durée collective (ILD) si : vous avez atteint

Plus en détail

PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS

PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS Les prêts de l IAF à l intention des immigrants aident à défrayer le coût des cours et des examens pour qu ils puissent faire au Canada le travail qu ils faisaient

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec RETRAITE QUÉBEC Guide du bénéficiaire Régime de rentes du Québec Pour connaître vos droits et vos obligations Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre

Plus en détail

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT

LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL CONSTITUTION ET RÈGLEMENT LES AMIS ET AMIES DE LA BIBLIOTHÈQUE PUBLIQUE DU CANTON DE RUSSELL ARTICLE 1 NOM ET DÉFINITIONS CONSTITUTION ET RÈGLEMENT 1.1 Le groupe sera connu sous le nom de Les Amis et amies de la Bibliothèque publique

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes A-8100-F0 (2014-12) Renseignements généraux En appui à sa demande de Certificat de sélection du Québec dans

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail