L investissement socialement responsable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L investissement socialement responsable"

Transcription

1 D O S S I E R L investissement socialement responsable sous la direction de Patricia Crifo Nicolas Mottis

2

3 D O S S I E R PATRICIA CRIFO 1 Université Paris Ouest Nanterre la Défense ; École polytechnique ; CIRANO NICOLAS MOTTIS ESSEC L ISR à la recherche de nouveaux élans? Les premiers travaux de recherche sur l investissement socialement responsable (ISR) sont déjà anciens. Un point central de ces travaux concerne la question de la performance financière associée : un investissement socialement responsable est-il plus rentable, à court, moyen ou long terme, qu un investissement conventionnel? Les fonds ISR surperforment-ils par rapport aux fonds conventionnels? Cette question a fait l objet de centaines de publications et constitue encore un axe central de nombreuses recherches. Nous avons choisi de focaliser ce dossier de la RFG sur les approches qui renouvellent le débat, non pas en cherchant à évaluer si les fonds ISR sont sur- ou sousperformants par rapport aux fonds traditionnels, mais plutôt en privilégiant les articles qui proposaient de nouvelles questions ou pistes de recherche telles que la commensurabilité des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), la labellisation, le rôle de l ISR pour les investisseurs particuliers ou l ISR et les PME entre autres. Comme le soulignent Capelle-Blancard et Monjon (2012), une attention probablement trop grande a été portée à la question de DOI: /RFG Lavoisier 1. Patricia Crifo remercie la chaire «Finance durable et investissement responsable» pour son soutien.

4 70 Revue française de gestion N 236/2013 la performance financière de l ISR. Beaucoup d enseignements peuvent néanmoins être tirés de ces recherches. Ce sera l objet de la première partie de cet article. Mais au-delà de cette question de la performance financière, l ISR a aujourd hui besoin de s appuyer sur de nouvelles explorations académiques pour poursuivre son développement. L intérêt suscité par ce domaine dans la communauté académique étant en forte croissance, que ce soit attesté par le nombre de publications, de conférences internationales, de thèses ou de prix remis sur le thème, ce dossier vise à illustrer quelques-unes de ces nouvelles voies de recherche. La deuxième partie de cet article met en perspective les six articles retenus dans ce dossier. I QUELLE CORRÉLATION ENTRE PERFORMANCE FINANCIÈRE ET EXTRAFINANCIÈRE AUX NIVEAUX DE L ENTREPRISE ET DES FONDS D INVESTISSEMENT? Si la principale et première responsabilité de l entreprise est de faire des profits, la performance extrafinancière permet-elle d y contribuer en améliorant la performance économique et financière? Que sait-on du lien entre performance financière et extrafinancière au niveau de l entreprise et au niveau des fonds d investissement? 1. Performances financière et extrafinancière au niveau de l entreprise Le lien entre performance financière et extrafinancière au niveau de l entreprise a donné lieu à une littérature académique considérable, comme en témoignent les nombreuses revues de littérature consacrées à ce sujet depuis plusieurs décennies (voir par exemple Orlitzky et al., 2003 ; Portney, 2008). Le débat intense consistant à savoir s il existe un lien réel entre RSE et performance financière peut être considéré comme clos par la méta-analyse de Margolis et al. (2011) fondée sur 251 études : «L effet de la performance sociale sur la performance financière est petit, positif et significatif. La performance RSE ne détruit pas la valeur actionnariale, même si ses effets sur la valeur de l entreprise ne sont pas élevés». Toutefois, de nombreux chercheurs continuent de considérer que la recherche doit se poursuivre activement sur ce sujet pour comprendre pleinement les déterminants de cette relation, autrement dit pour comprendre comment les firmes peuvent réussir à la fois sur les plans financiers et extrafinanciers. Comme le soulignent Crifo et Forget (2013b), pour aller plus loin dans cette voie, il est nécessaire de contourner de nombreuses difficultés mises en évidence par les travaux passés. Une première difficulté est l existence de variables omises dans les déterminants de la rentabilité des firmes (McWilliams et Siegel, 2000), c est-à-dire le fait d oublier une variable qui expliquerait la performance économique (comme la publicité). Un biais associé est celui de modèle mal spécifié et d endogénéité (Garcia-Castro et al., 2010). En termes techniques, l endogénéité dans un modèle statistique résulte de la corrélation entre une variable du modèle et le terme d erreur. Dit autrement, des boucles de causalité entre les différentes variables du modèle n ont pas été bien prises en compte. Ce biais peut avoir différentes causes, comme l oubli de variables explicatives ou des erreurs de mesure. Prenons un exemple. Supposons que la culture de l entreprise et la compétence de ses dirigeants soient deux facteurs qui expliquent

5 L ISR à la recherche de nouveaux élans? 71 d une part, un niveau élevé de performance extrafinancière et d autre part, un haut niveau de performance financière. Ainsi, si l on explique la performance financière par la performance extrafinancière sans intégrer ces deux variables dans le modèle, les deux performances sont dites endogènes et ne pas en tenir compte biaise les résultats. Des bases de données très complètes sont donc nécessaires. Il est également souvent supposé que le lien entre performances financière et extrafinancière est linéaire, alors que certains chercheurs ont mis en évidence l existence de niveaux extrafinanciers optimaux à ne pas dépasser (Barnett et Salomon, 2006), invitant à l utilisation de modèles plus sophistiqués. Une autre difficulté majeure réside dans le sens de la causalité. La performance extrafinancière est-elle un moyen d améliorer la performance financière de l entreprise ou, à l inverse, une performance financière est-elle une condition nécessaire à la performance extrafinancière? Pour répondre à cette question, il faut distinguer l impact joué par la performance ESG, de celui joué par la publicité et la R&D (deux variables explicatives usuelles). Il est également nécessaire de disposer de données sur des périodes suffisamment longues pour pouvoir observer les évolutions dans le temps. Parmi les études qui traitent efficacement ce point, Baron et al. (2008) trouvent une causalité inversée : la performance extrafinancière augmenterait avec la quantité de ressources financières disponibles. Une autre difficulté concerne la nature multidimensionnelle de la RSE. On résume souvent ces différentes dimensions aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), mais ceux-ci cachent en pratique un large éventail de mesures. La dimension environnementale renvoie par exemple à l incorporation dans la conception, la production et la distribution des produits de pratiques relatives à la prévention et au contrôle de la pollution, la protection des ressources en eau, la conservation de la biodiversité, la gestion des déchets, la gestion de la pollution locale ou encore la gestion des impacts environnementaux du transport. La dimension sociale renvoie quant à elle aux pratiques innovantes de gestion des ressources humaines (formation et gestion des carrières, participation des salariés, qualité des conditions de travail) et peut inclure également les contributions aux causes d intérêt général et local ; le respect des droits de l homme ou encore l élimination du travail des enfants. Enfin, la dimension gouvernance renvoie aux pratiques des entreprises vis-à-vis de leurs actionnaires (respect du droit des actionnaires, promotion de l indépendance et la compétence des administrateurs, transparence de la rémunération des cadres dirigeants) et peut être étendue aux comportements sur les marchés et vis-à-vis des clients et des fournisseurs (prévention des conflits d intérêts et des pratiques de corruption ou anticoncurrentielles, sécurité des produits, information donnée aux consommateurs sur les produits, diffusion des bonnes pratiques dans l ensemble de la chaîne de valeur en amont et en aval de la production). Tenir compte des multiples dimensions de la RSE est d autant plus important que, comme le soulignent Bénabou et Tirole (2010), les firmes peuvent être proactives sur certaines dimensions et en retrait sur d autres. Il n y a pas de raison non plus que l impact de la RSE sur la performance économique et financière soit uniforme à travers ces différentes dimensions. Cavaco et Crifo (2013)

6 72 Revue française de gestion N 236/2013 montrent par exemple que ce sont certaines combinaisons de politiques ESG qui entraînent une augmentation de la performance financière. Précisément, l absence de lien fort entre performance financière et performance extrafinancière pourrait cacher en fait un double phénomène : une forte performance dans les entreprises qui adoptent conjointement des pratiques RSE complémentaires, et une faible performance dans les entreprises qui adoptent simultanément des pratiques substituables. L identification de ces complémentarités (synergies)/ substituabilités (arbitrages) est donc importante pour comprendre le lien RSE/performance. Identifiant ce type de relations sur un échantillon de près de 600 entreprises européennes sur la période , ces auteurs (Cavaco et Crifo, 2013) montrent que les activités centrées sur les ressources humaines et le comportement sur les marchés envers les clients et les fournisseurs apparaissent comme des facteurs complémentaires de la performance financière, alors que les activités centrées sur l environnement et les comportements commerciaux envers les clients et les fournisseurs apparaissent comme des facteurs substituables dans la création de la plus-value financière. Au niveau des fonds d investissement, les travaux sur la performance financière de l ISR ont également donné lieu à une littérature considérable. La recherche sur la performance extrafinancière des fonds ISR est quant à elle nettement moins developpée. 2. Performances financière et extrafinancière au niveau des fonds d investissement D un point de vue théorique, l ISR s oppose au principe de diversification qui fonde la théorie moderne du portefeuille de Markowitz (1952) (Capelle-Blancard et Giamporcaro-Saunière, 2006), puisqu il réduit l univers d investissement. Selon la théorie financière classique moderne, les fonds ISR devraient donc être moins performants que les fonds conventionnels. Or ce ne semble pas être le cas, générant un nombre considérable de travaux cherchant à expliquer les mécanismes en jeu. Il n existe toutefois pas de consensus sur l impact du caractère socialement responsable d un portefeuille d entreprises sur sa performance financière. La littérature s est essentiellement concentrée sur l arbitrage entre différents types de performance en visant à répondre aux questions suivantes. La performance environnementale ou sociale s améliore-t-elle au détriment de la performance financière classique? ou bien les deux types de performance sont-elles corrélées, à court ou à long terme? Crifo et Forget (2013b) passent en revue un certain nombre de travaux sur le sujet et observent qu une majorité d entre eux s appuie sur une méthode consistant à comparer la performance des différents fonds. Pour beaucoup, on ne trouve pas de différence de performance entre les fonds ISR et les fonds conventionnels lorsque l on contrôle pour les différences de style de gestion au sein du portefeuille (voir par exemple Van de Velde et al., 2005). Barnett et Salomon (2006) considèrent à ce titre que la perte financière éventuellement subie par un fonds ISR (pour cause de diversification réduite) serait compensée par la sélection de firmes mieux gérées et plus stables dans le portefeuille. Des travaux récents mettent en lumière le fait que la performance des fonds ISR a évolué au fur et à mesure que l ISR lui-

7 L ISR à la recherche de nouveaux élans? 73 même a évolué (Climent et Soriano, 2011), passant d une performance inférieure à celle des fonds conventionnels à une performance équivalente ces vingt dernières années. Une première hypothèse est que les gérants des fonds ISR ont gagné en expérience et suffisamment amélioré leurs sélections pour parvenir à réaliser la compensation évoquée par Barnett et Salomon. La seconde hypothèse, moins optimiste, est liée à la «mainstreamisation» de l ISR, c est-à-dire la diffusion des critères ISR à la gestion d actifs classique (voir Crifo et Mottis, 2013 ; Arjaliès, 2010). La composition des fonds ISR ne différait finalement pas tant que ça de celle des fonds conventionnels ce qui expliquerait des performances similaires. Pour dépasser ce débat, d autres méthodes que la comparaison des fonds ISR avec les fonds conventionnels pourraient s avérer pertinentes pour saisir les impacts de l ISR sur d autres types de performance. Par exemple, il est possible d examiner l impact des pratiques d investissements responsables sur le coût du capital. Heinkel et al. (2001) démontrent ainsi théoriquement qu il faut 20 % d investisseurs éthiques (dans leur modèle, il s agit d investisseurs qui votent avec leurs pieds) sur le marché pour qu il y ait un impact sur le coût du capital de l entreprise, ce que vérifient empiriquement Hong et Kacperczyk (2009). Une seconde piste consiste à étudier d autres types d actifs que les actions boursières, par exemple le capital investissement (private equity). Crifo et Forget (2013a) ont ainsi analysé ce secteur en France et ont mis en évidence une intégration rapide des enjeux ESG dans les fonds de capital-investissement conventionnels. Leurs résultats empiriques montrent que l ISR en capitalinvestissement est caractérisé par un engagement actionnarial, qu il est stratégiquement déterminé par un besoin de nouveaux leviers de création de valeur, de meilleure gestion des risques et de différenciation pour lever des fonds. Ce bref panorama souligne que pour renouveler le débat sur l étude du lien entre performance ESG et performance financière, que ce soit au niveau de l entreprise ou au niveau des fonds d investissement, il est aujourd hui nécessaire d ouvrir la boîte noire de l ISR et de la RSE pour regarder en détail les pratiques qui se révèlent plus ou moins rentables à plus ou moins long terme. De ce point de vue, les articles sélectionnés dans ce dossier se concentrent sur quatre enjeux clés : la structuration du marché et la question de la labellisation ; la mesure de la performance extrafinancière, le marché des particuliers et l extension de ces enjeux au niveau des PME. II QUELQUES ENJEUX CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ISR Le dossier commence par un article de Christophe Revelli qui apporte une mise en perspective historique de l émergence et du développement de l ISR. Il montre bien comment la question de la performance financière de l ISR a progressivement occupé une bonne partie des réflexions du champ. Au-delà de ce débat, l article propose quelques scénarios possibles d évolution entre une absorption de ces concepts de gestion d actifs par le «mainstream» de la finance et le retour ou le renforcement des valeurs éthiques qu il portait à l origine.

8 74 Revue française de gestion N 236/2013 Quel que soit cet avenir, la question de la structuration du marché par des labels est essentielle. L article de Diane-Laure Arjaliès, Samer Hobeika, Jean-Pierre Ponssard et Sylvaine Poret examine l impact des différents labels ISR qui se sont développés en France ces dernières années (CIES, AFG-FIR-Eurosif, Novethic, Afnor). Il montre que ces labels ont eu un effet positif sur la dynamique de l ISR, en favorisant l ISR sur toutes les classes d acifs, en encourageant la création d une expertise ISR interne aux sociétés de gestion, en diffusant l ISR à la gestion d actifs classiques («mainstreamisation»), et en promouvant la transparence et la pédagogie entourant les fonds ISR. Mais deux faiblesses principales ont limité cet impact. Ces labels ont plus reflété le point de vue des sociétés de gestion que celui des investisseurs particuliers, et ils ne se sont pas appuyés sur les réseaux des banques et assurances distribuant ces produits ISR pour en faire un axe de différenciation concurrentielle. L article de Gunther Capelle-Blancard et Aurélien Petit montre que la nature multidimensionnelle de la RSE pose un défi majeur à toute recherche qui s appuierait sur une agrégation des critères ESG. La majorité des travaux existant reposent sur les données des agences de notation extrafinancière, qui fournissent des indicateurs s appuyant la plupart du temps sur l hypothèse implicite que ces différentes dimensions sont fongibles (une bonne pratique pouvant compenser une mauvaise pratique) et commensurables (les différents facteurs ESG peuvent se combiner, car ils seraient d égale importance). En déterminant la proportion relative d informations ESG publiées dans les médias sur la période (près de articles concernés), les auteurs proposent un système de pondération des enjeux RSE par critère ESG et par secteur totalement novateur qui permet de mesurer la performance extrafinancière des entreprises en fonction de l intensité informationnelle (la pondération calculée) de chaque critère selon le secteur d activité, une voie médiane entre sélections positives (best-in-class) et exclusion. Au-delà des questions de structuration du marché et d évaluation de la performance extrafinancière, les acteurs du domaine reconnaissent aujourd hui qu un des problèmes majeurs de l ISR se situe sur l aval de la chaîne de valeur, au niveau de la distribution des produits vers la clientèle des particuliers. Dans des pays comme la France en particulier, le secteur a en effet jusqu à présent été fortement tiré par les institutionnels, mais les réseaux bancaires ou les compagnies d assurance ont déployé de façon très limitée les produits d épargne ISR vers le marché des particuliers. C est donc l objet de deux contributions de ce dossier. L article de Fabien Durif, Isabelle Prim-Allaz et Hind Sami, basé sur une enquête réalisée au Canada, permet de mieux comprendre les comportements d achat des particuliers vis-à-vis des produits ISR. Il montre bien les difficultés d accès à l information et de compréhension des produits que peuvent avoir les clients potentiels. Il analyse les paramètres expliquant leur niveau de satisfaction par rapport à ces produits. Surtout, il propose une segmentation assez précise des clients les adeptes, les déçus, les acheteurs potentiels, les réfractaires et caractérise leur comportement. L article de Sébastien Pouget et Marco Heimann est tout à fait complémentaire : il prend la perspective de l offreur, le conseiller bancaire susceptible de vendre

9 L ISR à la recherche de nouveaux élans? 75 des produits ISR à ses clients particuliers. Il se concentre sur trois facteurs influençant les recommandations des fonds ISR par ces conseillers clients bancaires : les caractéristiques des fonds d investissement, les croyances et valeurs personnelles des conseillers et la demande des clients. L article est basé sur deux études empiriques sous forme d enquête en ligne. Les résultats soulignent l utilité, pour favoriser la commercialisation des fonds ISR, de la mise en avant des caractéristiques des fonds, et de l argument de performance à long terme dans les formations internes, mais également l intérêt potentiel d une approche stratégique des valeurs ESG dans la gestion des ressources humaines. Enfin un périmètre encore trop largement inexploré en matière d ISR concerne celui des PME. L un des enjeux fondamentaux pour analyser la diffusion de l ISR au-delà d une analyse des stratégies de grandes entreprises cotées en Bourse est de comprendre comment il peut s ouvrir à d autres classes d actifs, notamment les entreprises non cotées en Bourse et les PME. Au plan académique, la recherche sur la RSE des PME s est développée ces dernières années, mais elle demeure très fragmentée et n a pas encore développé de théorie cohérente. Les engagements dans une démarche de RSE des PME ne seraient pas formalisés et la politique ne serait pas clairement établie et visible (Jenkins, 2004). Spence (2007) souligne également que l essentiel des travaux empiriques consiste en des études de cas de «bons élèves». Pour dépasser ces études de cas et proposer une réflexion sur les modalités de diffusion des enjeux de l ISR aux PME, l article de Rim Oueghlissi s appuie sur une base de données très large, l enquête Changement organisationnel et informatisation (COI), menée sur près de entreprises pour caractériser les pratiques socialement responsables autour de quatre grandes dimensions : environnement, sociale, clients fournisseurs, et dimension sécurité et qualité du système de management. L intérêt de cette approche empirique pour l ISR est triple. Premièrement, elle permet de mettre en lumière les différences de pratiques entre grandes entreprises et PME sur des indicateurs comparables entre entreprises et entre secteurs, et peut donc éclairer les processus d analyse ISR au-delà du groupe des firmes cotées en Bourse. Deuxièmement, en montrant explicitement que les PME semblent moins engagées que les grandes firmes dans leurs démarches RSE, soulignant les différences notamment dans le domaine social ou vis-à-vis des clients et des fournisseurs, ou bien dans le secteur des biens d équipement, cette étude identifie les points de convergence ou de divergence et les perspectives à développer. Enfin, en fournissant des indicateurs quantitatifs et qualitatifs de RSE au sein des PME elle apporte une information cruciale pour les actionnaires et investisseurs ISR de nature à appuyer et formaliser leurs démarches. En conclusion, il est évident que ce dossier n épuise pas le sujet de l ISR. D autres thèmes tout aussi importants ne sont pas couverts ici, mais font actuellement l objet de nombreux travaux tant en France qu au niveau international. Pour n en citer que deux, on peut évoquer par exemple les questions d engagement actionnarial. Un enjeu majeur de l ISR est ainsi de comprendre quel est son impact non seulement pour les investisseurs, mais aussi sur la société dans son ensemble. Les investisseurs peuvent boycotter des entreprises, et

10 76 Revue française de gestion N 236/2013 ainsi renchérir leur coût du capital, mais ils peuvent aussi être plus actifs dans la gouvernance des entreprises en dialoguant avec les dirigeants ou en votant lors des assemblées générales d actionnaires. Comment dès lors faire en sorte que les objectifs ESG des fonds ISR s expriment réellement au travers de mécanismes de représentation des actionnaires et autrement que par de simples votes avec les pieds? Par ailleurs, un autre enjeu majeur de l ISR concerne le rapport intégré. Cette question est d ailleurs au cœur des réflexions de la Commission européenne qui a proposé le 16 avril 2013 une modification de la législation comptable en vigueur, afin d accroître la transparence de certaines grandes sociétés en matière environnementale, sociale et de gouvernance. Sur ce dernier point par exemple, les grandes sociétés cotées seront tenues de fournir des informations sur leur politique de diversité, notamment au regard des critères d âge, de sexe, d origine géographique, de qualifications et d expérience professionnelle des membres du conseil d administration, et les sociétés qui n appliquent pas une politique de diversité devront justifier ce choix. Comment dès lors faire en sorte que les entreprises produisent une information qui articule mieux performances financières et extrafinancières? Ne correspondant au départ qu à des marchés de niche, les concepts d ISR ont aujourd hui un impact sur un pan non seulement très significatif, mais surtout en forte croissance de l industrie financière. En parallèle, du côté des entreprises, les thématiques liées à la RSE montent également en puissance. Nul doute que ces deux phénomènes parallèles se renforceront mutuellement encore plus fortement qu aujourd hui et que les idées évoquées dans ce dossier finiront par toucher de façon beaucoup plus large les travaux de recherche dans de nombreuses disciplines de l économie et du management. Bibliographie Arjaliès D.L. (2010). A social movement perspective on finance : How socially responsible investment mattered, Journal of Business Ethics, 92, p Barnett M.L. et Salomon R.M. (2006). Beyond dichotomy: The curvilinear relationship between social responsibility and financial performance, Strategic Management Journal, 27, p Baron D.P., Harjoto M. et Jo H. (2008). The economics and politics of corporate social performance, Working paper, Stanford graduate school of business Research paper Bénabou R. et Tirole J. (2006). Incentives and prosocial behavior, American Economic Review, 96, p Bénabou R. et Tirole J. (2010). Individual and corporatesocial responsibility, Economica, 77, p Cavaco S. et Crifo P. (2013). The CSR-firm performance missing link: Complementarity between environmental, social and business behavior criteria?, Working Paper, HAL Available at :

11 L ISR à la recherche de nouveaux élans? 77 Capelle-Blancard G. et Monjon S. (2012). Trends in the literature on socially responsible investment: looking for the keys under the lamppost, Business Ethics: A European Review, vol. 21, n 3, p Capelle-Blancard G. et Giamporcaro-Saunière S. (2006). «L investissement socialement responsable», Cahiers Français, 331, p. 70. Climent F., et Soriano P. (2011). Green and good? The investment performance of US environmental mutual funds, Journal of Business Ethics, 103, p Crifo P. et Forget V.D. (2013a). Think global, invest responsible: Why the private equity industry goes green, Journal of Business Ethics, 116, p Crifo P. et Forget V.D. (2013b). «ESG, stratégies d entreprise et performance financière», ISR et Finance Durable, N. Mottis ed., Ellipse, Paris, à paraître. Crifo P. et Mottis N. (2013) Socially Responsible Investment in France, Business & Society, en ligne. Garcia-Castro R., Ariño M.A. et Canela M.A. (2010). Does social performance really lead to financial performance? Accounting for endogeneity, Journal of Business Ethics, 92, p Heinkel R., Kraus A. et Zechner J. (2001). The effect of green investment on corporate behavior, Journal of Financial and Quantitative Analysis, 36, p Hong H. et Kacperczyk M. (2009). The price of sin: The effects of social norms on markets, Journal of Financial Economics, 93, p Jenkins H. (2004). A Critique of Conventional CSR Theory: An SME Perspective, Journal of General Management, vol. 29, n 4, Summer 2004 Margolis J.D., Elfenbein H. et Walsh J. (2011). Does it pay to be good... and does it matter? A meta-analysis and redirection of research on corporate social and financial performance, Working paper, Harvard University. Markowitz H. (1952). Portfolio selection, The Journal of Finance, 7, p McWilliams A. et Siegel D. (2000). Corporate social responsibility and financial performance: Correlation or misspecification? Strategic Management Journal, 21, p Orlitzky M., Schmidt F.L. et Rynes S.L. (2003). Corporate social and financial performance: A meta-analysis, Organization Studies, 24, p Portney P.R. (2008). The (not so) new corporate social responsibility: An empirical perspective, Review of Environmental Economics and Policy, 2, p Spence L.J. (2007). CSR and Small Business in a European Policy Context: The Five C s of CSR and Small Business Research Agenda 2007, Business and Society Review, vol. 112, n 4, p Van de Velde E., Vermeir W. et Corten F. (2005). Corporate social responsibility and financial performance, Corporate Governance, 5, p

12

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo

La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014. Patricia Crifo 1 La RSE et les PME: quels enseignements de la recherche en économie? Réunion RSE et compétitivité 4 juin 2014 Patricia Crifo Université Paris Ouest, Ecole Polytechnique & Cirano (Montréal) Plan de la

Plus en détail

Le lien manquant entre RSE et performance: l'interaction entre les critères environnementaux, sociaux et clients/fournisseurs?

Le lien manquant entre RSE et performance: l'interaction entre les critères environnementaux, sociaux et clients/fournisseurs? 1 Le lien manquant entre RSE et performance: l'interaction entre les critères environnementaux, sociaux et clients/fournisseurs? Sandra Cavaco (Paris II, LEM) Patricia Crifo (Polytechnique, Paris Ouest,

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896

Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 Christophe REVELLI Associate Professor Kedge Business School christophe.revelli@kedgebs.com PROFESSIONAL +33 491 827 896 EDUCATION 2011 Qualification aux fonctions de Maître de Conférences en Sciences

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program»

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» Année académique 2012 2013 Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» I. OBJECTIF Le monde de la finance connaît une

Plus en détail

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program»

Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» Année académique 2014-2015 Master 120 en Sciences de Gestion Nouveau track «Financial Management» Programme membre du «CFA University Recognition Program» I. OBJECTIF Le monde de la finance connaît une

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Double diplôme ICHEC UCL (LSM)

Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Année académique 2015 2016 Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Master en Gestion de l entreprise (120 ECTS) ICHEC Brussels Management School Master en Sciences de gestion (120 ECTS) Louvain School of Management

Plus en détail

mandats isr - developpement durable

mandats isr - developpement durable mandats isr - developpement durable Banque Neuflize OBC Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 383 507 453 euros. Siège social : 3 avenue Hoche- 75008 Paris 552 003 261 RCS

Plus en détail

Observatoire Skema de la Féminisation des Entreprises. Femina Index

Observatoire Skema de la Féminisation des Entreprises. Femina Index Observatoire Skema de la Féminisation des Entreprises Femina Index Quelle performance pour une stratégie d investissement basée sur la féminisation de l encadrement de l entreprise? Professeur Michel Ferrary

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas

2. Les conseils sur la convenance ne suffisent pas Le 15 juin 2015 Leslie Rose Avocate-conseil principale, Financement des sociétés British Columbia Security Commission C.P. 10142, Pacific Centre 701, rue West Georgia Vancouver, Colombie-Britannique V7Y

Plus en détail

Isabelle DUCASSY EDUCATION

Isabelle DUCASSY EDUCATION Isabelle DUCASSY Associate Professor of Finance KEDGE Business School Domaine de Luminy, BP 921 Marseille 13228, France PROFESSIONAL +33 (0)4 91 82 79 45 isabelle.ducassy@kedgebs.com EDUCATION 2005 International

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse TlB Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment Management B.V.*

Plus en détail

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales

CM-CIC Actions ISR. CM-CIC Actions ISR Code de Transparence AFG / FIR / EuroSif. 1. Données générales L Investissement Socialement Responsable est une part essentielle du positionnement stratégique et de la gestion du fonds commun de placement. Présent dans la gestion éthique depuis 1991, CM-CIC Asset

Plus en détail

La lettre. de l Association Ethique et Investissement. décembre 2011 numéro. Dates à retenir :

La lettre. de l Association Ethique et Investissement. décembre 2011 numéro. Dates à retenir : La lettre de l Association Ethique et Investissement décembre 2011 numéro L année 2011 est marquée par l aggravation de la crise économique et financière avec des conséquences qui sont encore difficilement

Plus en détail

Banque, marchés financiers, investisseurs institutionnels, gouvernance d entreprise.

Banque, marchés financiers, investisseurs institutionnels, gouvernance d entreprise. Esther Jeffers Maître de conférence à l Université Paris 8 Email : esther.jeffers@univ-paris8.fr Thèmes de recherche Banque, marchés financiers, investisseurs institutionnels, gouvernance d entreprise.

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

DONNER DU INVESTISSEMENT

DONNER DU INVESTISSEMENT épargne & retraite DONNER DU SENS À son INVESTISSEMENT Investissement Socialement Responsable LE MARCHÉ DE L IN- VESTISSEMENT SO- CIALEMENT RESPON- SABLE EN FRANCE L Investissement Socialement Responsable

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Du standard au sur-mesure

Du standard au sur-mesure Du standard au sur-mesure L expertise ISR de la banque cantonale de Zürich Eve Morelli, 4 juin 2015 1 L ISR sur-mesure : Quesaquo? «Mon tailleur est le seul homme à faire preuve d intelligence. Il reprend

Plus en détail

Recommandation concernant les produits financiers durables

Recommandation concernant les produits financiers durables Recommandation Recommandation concernant les produits financiers durables Recommandation aux membres de Febelfin concernant les critères minima pour les produits commercialisés comme «durables» ou «socialement

Plus en détail

Saint-Honoré Europe SRI*

Saint-Honoré Europe SRI* Saint-Honoré Europe SRI* Juin 2010 Manuel Domeon 01 40 17 22 73 E.mail : manuel.domeon@lcfr.fr Ariane Hayate, CFA 01 40 17 31 21 E.mail : ariane.hayate@lcfr.fr Camilla Nathhorst Odevall 01 40 17 89 15

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Quel avenir pour le rapport DD? La mutation des rapports entreprise & Société et ses conséquences pour les supports de communication

Quel avenir pour le rapport DD? La mutation des rapports entreprise & Société et ses conséquences pour les supports de communication Quel avenir pour le rapport DD? La mutation des rapports entreprise & Société et ses conséquences pour les supports de communication Présentation UDA 10 avril 2012 Rappel du processus historique Décennie

Plus en détail

Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent

Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent Investissement Socialement Responsable Notre façon d investir n est pas seulement une question d argent banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés a performance

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015

POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 POLITIQUE DE VOTE Mise à jour le 28 janvier 2015 Financière de l Echiquier, en qualité de société de gestion d OPCVM de droit français spécialisée dans les actions, est amenée, à travers les investissements

Plus en détail

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique

Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Déterminants de l assurance dans les entreprises non financières. Approche empirique Hassen RAÏS. Enseignant-Chercheur. IAE -Toulouse. CRM UMR 5303 CNRS. hassen.rais@iae-toulouse.fr - +33(0)6 33 09 16

Plus en détail

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale

Gestion de placement privée CI. Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Gestion de placement privée CI Le guide du client sur la gestion d actifs de classe mondiale Un programme d investissement complet et sophistiqué, aussi unique que vous l êtes. Gestion de placement privée

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

La perception de l ISR par les Français. Principaux résultats de l enquête Ipsos pour EIRIS & FIR Octobre 2012

La perception de l ISR par les Français. Principaux résultats de l enquête Ipsos pour EIRIS & FIR Octobre 2012 La perception de l ISR par les Français Principaux résultats de l enquête Ipsos pour EIRIS & FIR Octobre 2012 L enquête Enquête nationale conduite en ligne par Ipsos du 14 au 16 sept. 2012 dans le cadre

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG

Code de Transparence ISR ESG ISR ESG ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ESG ESG ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ESG ISR ISR SG ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR ISR SG ISR ISR Investissement Socialement Responsable Code de Transparence pour les fonds ISR ouverts au public ISR ISR Code de Transparence pour les fonds ISR

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010

La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 La lettre semestrielle ISR de MACIF Gestion - n 15 Mars 2010 Sommaire : L engagement actionnarial, définition et pratiques. Les principaux acteurs de l engagement ESG en Europe. Que permet le droit français?

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques

Hedge funds: des faiblesses dans la gestion des risques Avec leurs rendements supérieurs aux actifs traditionnels et leur faible volatilité, les hedge funds attirent toujours de nombreux investisseurs. Néanmoins, ils restent risqués. Hedge funds: des faiblesses

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

Expertise, Indépendance et Performances Durables

Expertise, Indépendance et Performances Durables Expertise, Indépendance et Performances Durables Atelier «Gouvernance et engagement actionnarial» Chaire «Finance durable et Investissement Responsable» Gwenaël Roudaut Ecole Polytechnique 2 juillet 2012

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15

TABLE DES MATIÈRES. II. Les ressources humaines... 14 A. Les dirigeants d entreprise... 14 B. Les salariés... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... Partie 1 : Parties prenantes et structures de gouvernances XV 1 Cartographie et attentes des parties prenantes... 9 I. Les apporteurs de capitaux... 10 A. Les actionnaires...

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014

Source : DalpéMilette. Date : 21 janvier 2014 Sujet : Transactions de portefeuille : on rajoute un fonds de couverture (hedge fund). / Portfolio transactions: we are adding a hedge fund. Source : DalpéMilette Date : 21 janvier 2014 Les opinions exprimées

Plus en détail

Le marketing stratégique

Le marketing stratégique Chapitre2 Le marketing stratégique I. La démarche stratégique La démarche marketing comporte trois phases : analyse, planification et mise en œuvre. II. Le diagnostic stratégique Le diagnostic stratégique

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Reporting ISR Situation au 30/06/2015 ALM ETHIS VALEURS

Reporting ISR Situation au 30/06/2015 ALM ETHIS VALEURS Reporting ISR Situation au /6/15 Code ISIN : FR1263764 Le fonds a obtenu le label Novethic 14. Le Label ISR Novethic est attribué aux fonds d Investissement Socialement Responsable (ISR) dont la gestion

Plus en détail

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord

L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord L évolution du marché des prêts consortiaux en Amérique du Nord Jim Armstrong L e crédit consortial, qui se situe à la confluence des services bancaires commerciaux et des services bancaires d investissement,

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie.

31/08/2015. Auditing. Comparative Management System. Economie Bancaire. Financial Analysis. Macro-économie Approfondie. 09/09/2015 08:30-10:30 Analyse Financière Auditing Comparative Management System Economie Bancaire Financial Analysis Macro-économie Approfondie Marketing Direct Méthodologie de Contrôle Accounting II

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE DONNEZ DES VALEURS À VOS CONVICTIONS

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE DONNEZ DES VALEURS À VOS CONVICTIONS L INVESTISSEMENT EMENT RESPONSABLE DONNEZ DES VALEURS À VOS CONVICTIONS LE CRÉDIT MUTUEL-CIC, UN ACTEUR BANCAIRE UN GROUPE SOLIDE ET RECONNU Le Crédit Mutuel-CIC est l association d une banque coopérative

Plus en détail

Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies

Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies www.caissedesdepots.fr Janvier 2009 Reporting 2007 /2008 de la mise en œuvre des Principes pour l Investissement Responsable des Nations Unies Les Principes pour l investissement responsable Le Programme

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises

Séance 1. diagnostic stratégique des marchés et des entreprises Séance 1 Les outils d analyse et de Les outils d analyse et de diagnostic stratégique des marchés et des entreprises La stratégie d entreprise La stratégie => les orientations et décisions de long terme

Plus en détail

DRT6830B - Droit international public avancé Droit international et européen de l'environnement Syllabus 2010

DRT6830B - Droit international public avancé Droit international et européen de l'environnement Syllabus 2010 DRT6830B - Droit international public avancé Droit international et européen de l'environnement Syllabus 2010 Centre d'études et de recherches internationales de l' (CÉRIUM) Lieu Titulaire Coordonnatrice

Plus en détail

Surabondance d information

Surabondance d information Surabondance d information Comment le manager d'entreprise d'assurance peut-il en tirer profit pour définir les stratégies gagnantes de demain dans un marché toujours plus exigeant Petit-déjeuner du 25/09/2013

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015

PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014. Le 25 juin 2015 PERFORMANCE NETTE DES ACTEURS FRANÇAIS DU CAPITAL-INVESTISSEMENT À FIN 2014 Le 25 juin 2015 AFIC Etudes 2015 www.afic.asso.fr www.ey.com/fr L ORGANISATION DU PARTENARIAT AFIC - EY Objectifs du partenariat

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Nos valeurs ont une valeur! Retour sur dix années d innovation en matière de responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises.

Nos valeurs ont une valeur! Retour sur dix années d innovation en matière de responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises. Nos valeurs ont une valeur! Retour sur dix années d innovation en matière de responsabilité sociale et environnementale des entreprises françaises. Sommaire Édito Synthèse de l étude Introduction Contexte

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients

BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients BNP PARIBAS INVESTMENT SOLUTIONS Épargne, investissements et protection au service de nos clients LE COMITÉ EXÉCUTIF D INVESTMENT SOLUTIONS «Nous remercions nos 26 160 collaborateurs dans le monde entier

Plus en détail

le processus d investissement des SCR

le processus d investissement des SCR Le financement des entreprises par les sociétés de capital de risque (SCR) est essentiel au développement de l économie. Ce financement s adresse à tous les types d entreprises et ce à tous les stades

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT

POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT Date de mise à jour : janvier 2010 POLITIQUE DE VOTE DU FONDS CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE CCR ASSET MANAGEMENT A titre indicatif CCR ACTIONS ENGAGEMENT DURABLE a pour objectif de réaliser une performance

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

La RSE comme couverture du risque de réputation

La RSE comme couverture du risque de réputation La RSE comme couverture du risque de réputation Version préliminaire Jean-Marie CARDEBAT LARE-efi - Université Bordeaux IV, BEM Bordeaux Management School ; cardebat@u-bordeaux4.fr ; jean-marie.cardebat@bem.edu

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Les Déterminants de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) dans les Small-Mid Caps et son impact sur leur Performance

Les Déterminants de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) dans les Small-Mid Caps et son impact sur leur Performance Les Déterminants de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) dans les Small-Mid Caps et son impact sur leur Performance financière Jamil Jaballah et Sébastien Pouget IDEI-Toulouse School of Economics

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail