Les nouveaux accords de Bâle II sont-ils une menace ou une opportunité pour les PME vaudoises?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les nouveaux accords de Bâle II sont-ils une menace ou une opportunité pour les PME vaudoises?"

Transcription

1 Les nouveaux accords de Bâle II sont-ils une menace ou une opportunité pour les PME vaudoises? Présentation de S. Meyer, CCO Banque Cantonale Vaudoise Lausanne, 25 août

2 Objectifs de la présentation Expliquer le Comité de Bâle et les nouveaux accords de Bâle II Répondre à deux questions : Les implications de Bâle II pour les PME Comment obtenir le meilleur rating possible (et comment l organe de révision peut-il y contribuer) 2

3 Comité de Bâle: accroître la stabilité du système financier international GB Japon Allemagne Suisse Etats-Unis Fondé en 1974 et réunissant des représentants de 13 pays de l OCDE Suède Accords de Bâle I Canada Objectif: accroître la stabilité du système financier international Emet des recommandations en vue de la mise en œuvre des directives par les autorités de surveillance des différents pays Italie France Adoptés en 1988 Appliqués dans plus de 100 pays Belgique Luxembourg Pays-Bas Espagne 3

4 Bâle II: de nouvelles perspectives après Bâle I Bâle I Premier modèle visant à poser une base commune en matière de détermination des exigences de fonds propres Prise en compte grossière de la qualité des crédits Qualité de la gestion des risques non prise en compte Risques opérationnels exclus Bâle II Modèle d exigences de fonds propres révisé de manière fondamentale Nette amélioration dans la prise en compte de la qualité du portefeuille de crédits d une banque Possibilité de recourir à des modèles de notation internes pour l évaluation des risques (IRB - risque de crédit) Prise en compte du risque opérationnel Incitation au développement de la gestion des risques

5 Le concept des 3 piliers Bâle II 1 er pilier Exigences de fonds propres Risques de crédit Risques de marché Risques opérationnels 2 ème pilier Procédure de surveillance de la gestion des fonds propres Adéquation profil de risque et dotation en fonds propres Allocation et surveillance des fonds propres 3 ème pilier Discipline de marché Exigences de transparence dans les rapports d activité 5

6 1er pilier le risque de crédit Approche standard Peu de changements par rapport à Bâle I Trois modifications majeures Allègements pour les hypothèques sur l immobilier résidentiel et des crédits retail Plus de sûretés donnant lieu à des allègements Prise en compte de notations externes (banques et corporates) Pour toutes les banques qui n appliquent pas une approche interne Approches fondées sur des notations internes Principale innovation: recours à des modèles de notation internes (IRB, internal rating based) Choix entre une approche interne de base et une approche interne avancée (selon le degré d évolution de la gestion des risques de la banque) Exigences supplémentaires en matière de gestion des risques 6

7 Plan de mise en oeuvre pour la Suisse 2003 Comité de Bâle Elaboration des accords de Bâle II Document final de Bâle II 2008 Elaboration des nouvelles directives Adoption des nouvelles directives (CFB) CFB Consultation et adaptation des directives QIS* approche standard Application de l approche standard Examen des candidatures pour les approches IRB Parallel run pour candidats IRB Application des approches IRB Entrée en vigueur de Bâle II * QIS = quantitative impact study 7

8 Deux questions 1. Quelles sont les implications de Bâle II pour les PME? 2. Comment obtenir le meilleur rating possible? 8

9 Implications de Bâle II Implications de Bâle II pour les PME Prix des crédits (intérêts) Est-ce que les crédits deviendront plus chers? Accès au crédit (octroi) 9

10 Rappel chronologique Introduction des prix ajustés au risque par les banques Elaboration des accords de Bâle II Mise en oeuvre des accords de Bâle II Application de Bâle II Les prix ajustés au risque ont été introduits par la plupart des banques. Les nouveaux accords de Bâle II suivent cette évolution. Situation actuelle 10

11 Le coût du risque : une réalité dans différents types d activité Assurance voiture Facteurs d influence sur le coût du risque Valeur de la voiture Type de voiture Expérience du conducteur Location de ski Valeur des skis Niveau des skieurs Etat de l enneigement Electricité (pour l industrie) Crédits Charge maximale (p.ex. d une usine d aluminium) Besoin de flexibilité de la demande (possibilité d une charge maximale à des moments différents) Montant du crédit Valeur des sûretés Qualité de la contrepartie 11

12 Concept des prix ajustés au risque introduit par les banques Prix (taux) 15% 10% 5% Coûts des crédits Prix ajustés au risque Prix dans les années 90 Mise en place de modèle de rating permettant une différenciation entre des crédits à risque élevé et des crédits à faible risque Prise en compte du coût du risque spécifique de chaque crédit AAA/AA A BBB BB B Classe de risque C 12

13 Nouveaux accords de Bâle II : adaptation aux pratiques bancaires Besoin en fonds propres Bâle I Besoin en fonds propres peu dépendant de la qualité des crédits 30% 20% 10% 8% Bâle II (IRB) Bâle I AAA/AA A BBB BB B C Classes de risque Bâle II (IRB) Besoin en fonds propres différencié en fonction de la qualité de chaque crédit Approche basée sur les modèles de rating internes des banques Rattrapage par rapport aux modèles de fonds propres «économiques» utilisés par les banques avancées en la matière 13

14 Implications de Bâle II Implications de Bâle II pour les PME Prix des crédits (intérêts) Accès au crédit (octroi) Est-ce que les banques donneront moins d argent aux PME? 14

15 Comprendre l impact de Bâle II sur l accès au crédit Question Réponse Est-ce que les banques auront plus de difficultés à donner des crédits sous Bâle II? Avec les nouveaux accords de Bâle II, le niveau de fonds propres minimal requis reste globalement stable ou diminue. Les exigences de fonds propres ne diminueront donc pas la capacité des banques à donner des crédits. A noter : prise en compte d une étude internationale conduite par le Comité de Bâle ; Swiss finish et son impact n étant pas encore connus 15

16 Impact de Bâle II sur le niveau de fonds propres minimal requis (préliminaire) Standard (banques petites et moyennes) IRB-fondation (banques moyennes) IRB avancé (grandes banques) Corporate PME Retail Autres -7% -1% -2% +0% -18% -5% -5% +2% -4% -4% -9% +1% Globalement, pas d impact négatif sur la capacité des banques à donner des crédits : niveau de fonds propres minimal requis stable voire moins élevé Moins de fonds propres requis pour les crédits retail et aux PME Risques opérationnels +12% +6% +10% Introduction de besoin en fonds propres pour les risques opérationnels Changement total +1% -20% -6% Source: Quantitative impact study 3, Comité de Bâle 16

17 Deux questions 1. Quelles sont les implications de Bâle II pour les PME? 2. Comment obtenir le meilleur rating possible? 17

18 L approche du rating des entreprises Objectif Attribuer une classe de risque de défaut (reflétant une probabilité de défaut) à une entreprise sur la base des caractéristiques que la banque peut constater Démarche Contrepartie Caractéristiques Modèle de rating Classes de risque de défaut Probabilité de défaut Données financières Données qualitatives B1 B2 B3 B4 B5 B6 0.6% p.a. 18

19 Dimensions de la partie financière Ce qui contribue à un rating approprié Structure du bilan Profitabilité Trésorerie Remise anticipée des états financiers Respect des normes comptables Comparabilité d un exercice à l autre Présentation des chiffres consolidés en cas de groupe de sociétés Transparence sur les réserves latentes et la politique d amortissement Communication spontanée de toute modification de situation 19

20 Dimensions de la partie qualitative Dimension Management Situation concurrentielle Technologie Historique du débiteur Ce qui contribue à un rating approprié Remise d un organigramme avec profil du management Remise d un business plan simple et clair Evolution du marché Positionnement de l entreprise Position visée à 5 ans Plan d actions Remise des budgets pour l année en cours, avec présentation des hypothèses Discipline de paiement 20

21 Réponses aux deux questions Implications de Bâle II pour les PME Les banques ont introduit la fixation de prix ajustés au risque basée sur des modèles internes. Cette évolution a eu lieu. Les accords de Bâle II suivent cette évolution : ils permettront aux banques d utiliser leurs modèles internes pour le calcul du niveau de fonds propres minimal demandé par la surveillance bancaire. Avec Bâle II, la capacité des banques à donner des crédits ne va pas diminuer. Tendanciellement, le niveau de fonds propres minimal requis va rester stable voire baisser légèrement. Améliorer son rating Les modèles de rating cherche à déterminer la qualité d une contrepartie de façon la plus objective possible, en se basant uniquement sur des caractéristiques que la banque peut observer. Les entreprises peuvent aider la Banque à se faire une image appropriée de leur qualité : la volonté de remettre de l information, la qualité des états financiers et du business plan sont des éléments-clé. 21

Accord de Bâle II et prix du crédit ajusté au risque

Accord de Bâle II et prix du crédit ajusté au risque Accord de Bâle II et prix du crédit ajusté au risque Déjeuner des PME et start-up du 19.11.04 Armand Hirt, Responsable Risque Crédit, Risk Management BCV Accord de Bâle II et prix du crédit ajusté au risque

Plus en détail

Nouveau ratio de solvabilité. Les banques sont prêtes pour le 1 er janvier 2008

Nouveau ratio de solvabilité. Les banques sont prêtes pour le 1 er janvier 2008 Nouveau ratio de solvabilité Les banques sont prêtes pour le 1 er janvier 2008 Paris 4 décembre 2007 1 Sommaire I. Les banques sont prêtes II. Les chantiers en cours 1. En Europe 2. Aux Etats-Unis III.

Plus en détail

COURS BALE II. HEG Genève Finance et Gestion des Risques Février Cours Bâle II, 29 février Cours Bâle II, 29 février

COURS BALE II. HEG Genève Finance et Gestion des Risques Février Cours Bâle II, 29 février Cours Bâle II, 29 février COURS BALE II HEG Genève Finance et Gestion des Risques Février 2008 Cours Bâle II, 29 février 2008 1 COURS BALE II PRESENTATIONS ENRICA FERRINI TINGUELY Chargée de cours HES, experte comptable diplômée,

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

Présentation du nouveau ratio prudentiel bancaire

Présentation du nouveau ratio prudentiel bancaire Présentation du nouveau ratio prudentiel bancaire Point presse du 31 moi 2001 FÉDÊRAT~ONBANCAIRE FRANÇAISE L LA DONNE ACTUELLE Depuis 1988, un ratio international de solvabilité est appliqué par les banques.

Plus en détail

La méthode standard CREDIT

La méthode standard CREDIT La méthode standard CREDIT Matinale Banque Sommes-nous vraiment à l'aube de Bâle IV? Paris, le 7 juin 2016 1. L enjeu est d achever la réforme Bâle III (1/2) Septembre 2011 : le Comité de Bâle lance un

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

I. Déclaration Bâle II, pilier III, BCGE consolidé au

I. Déclaration Bâle II, pilier III, BCGE consolidé au Exigences de publications liées aux fonds propres I. Déclaration Bâle II, pilier III, BCGE consolidé au 31.12.2011 La Banque Cantonale de Genève publie ci-dessous les états réglementaires concernant l

Plus en détail

TABLES DE CONCORDANCE DU DOCUMENT DE REFERENCE : PILIER 3 ET RECOMMANDATIONS DE L EDTF

TABLES DE CONCORDANCE DU DOCUMENT DE REFERENCE : PILIER 3 ET RECOMMANDATIONS DE L EDTF TABLES DE CONCORDANCE DU DOCUMENT DE REFERENCE : PILIER 3 ET RECOMMANDATIONS DE L EDTF INFORMATIONS AU 31 DÉCEMBRE 2014 TABLE DE CONCORDANCE PILIER III I TABLES DE CONCORDANCE I 9 TABLE DE CONCORDANCE

Plus en détail

Le dispositif d évaluation du crédit (ECAF)

Le dispositif d évaluation du crédit (ECAF) Le dispositif d évaluation du crédit (ECAF) Le dispositif de l Eurosystème d évaluation du crédit (ECAF) définit les procédures, règles et techniques qui garantissent le respect des exigences de l Eurosystème

Plus en détail

IFRS 9 : Les enjeux pour les superviseurs

IFRS 9 : Les enjeux pour les superviseurs IFRS 9 : Les enjeux pour les superviseurs IFRS 9 : La mise en place Paris, le 20 mai 2016 IFRS 9 : les enjeux pour les superviseurs 1. Le suivi de l état de préparation 2. Les attentes relatives au risque

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG

BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG Règlement de la Banque centrale du Luxembourg 2012/ N 12 du 12 septembre 2012 mettant en œuvre l orientation de la Banque centrale européenne du 2 août 2012 relative à des

Plus en détail

Politique de rémunération

Politique de rémunération Politique de rémunération Décembre 2016 Document public Sommaire 1. La rémunération globale 3 1.1. Le salaire de base 3 1.2. La rémunération variable annuelle individuelle 4 1.2.1. Fixation des objectifs

Plus en détail

AGENCE DE NOTATION FINANCIERE PANAFRICAINE

AGENCE DE NOTATION FINANCIERE PANAFRICAINE AGENCE DE NOTATION FINANCIERE PANAFRICAINE Agréée par le CREPMF/UEMOA NA001/2012 Agréée par la CMA/RWANDA/2015 Agréée par le MinFin/CAMEROON/2013 Siege Social : ABIDJAN PLATEAU, IMMEUBLE BIAO 15 e Etage

Plus en détail

Le test suisse de solvabilité SST

Le test suisse de solvabilité SST Le test suisse de solvabilité SST Bruno Pfister Président du Comité économie et finances de l ASA CFO Swiss Life 1 Cinq tendances négatives dans les années 90 Développement exclusivement axé sur la croissance

Plus en détail

Ratio de solvabilité, normes IAS : Les principales conséquences

Ratio de solvabilité, normes IAS : Les principales conséquences Ratio de solvabilité, normes IAS : Les principales conséquences Paris - 12 mai 2004 1 Ratio de solvabilité une gestion plus fine des risques 2 L objectif de la réforme de Bâle Gestion plus fine des risques

Plus en détail

IFRS 16 : quels enjeux prudentiels?

IFRS 16 : quels enjeux prudentiels? IFRS 16 : quels enjeux prudentiels? Les enjeux et les impacts de la nouvelle norme IFRS 16 Paris, le 28 septembre 2017 1 Une évolution positive pour la stabilité financière (1/2) L ACPR a soutenu le projet

Plus en détail

Résultats du groupe. Exercice 2016

Résultats du groupe. Exercice 2016 Résultats du groupe Exercice 2016 Le contexte 2016 Un environnement économique peu porteur Croissance atone Taux durablement bas Erosion des marges Un environnement qui connaît de profondes transformations

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE AUX MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE DE BÂLE II EN MAURITANIE

COMMUNICATION RELATIVE AUX MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE DE BÂLE II EN MAURITANIE COMMUNICATION RELATIVE AUX MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE DE BÂLE II EN MAURITANIE Ahmed OULD RADHI Directeur de la Supervision Bancaire et Financière Banque Centrale de Mauritanie ------------------------------------------------------

Plus en détail

ANNEXES : FICHE N 1. Les scénarios de stress tests simulés lors de l exercice

ANNEXES : FICHE N 1. Les scénarios de stress tests simulés lors de l exercice ANNEXES : FICHE N 1 Les scénarios de stress tests simulés lors de l exercice L exercice 2011 de stress test du secteur européen des assurances mené sous l égide de l EIOPA comporte trois scénarios principaux

Plus en détail

Approche modèle avancé (AMA)/ Utilisation combinée d une approche AMA et d autres approches. 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation

Approche modèle avancé (AMA)/ Utilisation combinée d une approche AMA et d autres approches. 1 Lettre comportant une demande formelle d approbation ANNEXE 2 Approche modèle avancé (AMA)/ Utilisation combinée d une approche AMA et d autres approches Cette annexe énumère les informations qu un établissement doit transmettre à la CBFA pour que son dossier

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2013 Table des matières ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS... 3 Cadre

Plus en détail

Introduction - Depuis son dernier amendement en juillet 2005 le nouvel accord Bâle II est devenu une réalité. Son application à l échelle internationa

Introduction - Depuis son dernier amendement en juillet 2005 le nouvel accord Bâle II est devenu une réalité. Son application à l échelle internationa DE LA STRATEGIE D IMPLEMENTATION DE BALE II EN TUNISIE Badreddine BARKIA Directeur Général é de la Supervision Bancaire Banque Centrale de Tunisie ---------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Exigences de fonds propres pour les banques et les assurances ACTARES. Berne, le 28 septembre Dr. János Blum. Traduction ACTARES / JFR

Exigences de fonds propres pour les banques et les assurances ACTARES. Berne, le 28 septembre Dr. János Blum. Traduction ACTARES / JFR Exigences de fonds propres pour les banques et les assurances ACTARES Berne, le 28 septembre 2011 Dr. János Blum Traduction ACTARES / JFR 1 Capital (Wikipedia) Etymologie Le concept de capital est ancien

Plus en détail

EDEBEX Financement alternatif pour les entreprises

EDEBEX Financement alternatif pour les entreprises EDEBEX Financement alternatif pour les entreprises David Van der Looven Founder & CCO - Edebex David Van der Looven Co-founder & CCO Edebex david@edebex.com + 32 486 716 027 Edebex, Financement alternatif

Plus en détail

Circ.-CFB 06/_ Agences de notation Page 1. I. Objet II. Reconnaissance d agences de notation pour le calcul des fonds propres

Circ.-CFB 06/_ Agences de notation Page 1. I. Objet II. Reconnaissance d agences de notation pour le calcul des fonds propres Circ.-CFB 06/_ Agences de notation Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Reconnaissance des agences de notation de crédit à des fins prudentielles (Agences de notation) [Projet] du 26

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Rapport intérimaire sur la mise en œuvre du cadre réglementaire de Bâle Avril 2013 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté,

Plus en détail

DERBI 2007 Financement des Projets Energies Renouvelables Le Solaire Photovoltaïque

DERBI 2007 Financement des Projets Energies Renouvelables Le Solaire Photovoltaïque Financement des Projets Energies Renouvelables Le Solaire Photovoltaïque Julien Maumont Dexia Crédit Local Perpignan Jeudi 31 Mai 2007 Résumé Les types de projets photovoltaïques Les risques associés au

Plus en détail

LES CREDITS ET LES GARANTIES. Pierre Hoessler

LES CREDITS ET LES GARANTIES. Pierre Hoessler LES CREDITS ET LES GARANTIES Pierre Hoessler 1. Les Principes Généraux des Garanties Considérations Juridiques Le cautionnement La garantie et le principe d autonomie La différence entre le cautionnement

Plus en détail

Informations financières spécifiques T2-08

Informations financières spécifiques T2-08 Informations financières spécifiques T2-08 (basées sur les recommandations du FSF en matière de transparence financière) Sommaire CDO non couverts exposes à l immobilier résidentiel aux Etats Unis Décotes

Plus en détail

Politique de protection des données nominatives

Politique de protection des données nominatives Page 1 de 8 n 4 - septembre - octobre 2005 ARCHIVES I IMPRIMER Dans ce numéro de votre newsletter IFRS en bref, nous abordons d'une part, les corrections apportées à IAS 39 et IFRS 4 au titre des dipositions

Plus en détail

LES GRANDS EXPLOITS SONT LE RÉSULTAT D UN PARTENARIAT SOLIDE

LES GRANDS EXPLOITS SONT LE RÉSULTAT D UN PARTENARIAT SOLIDE LES GRANDS EXPLOITS SONT LE RÉSULTAT D UN PARTENARIAT SOLIDE 2016 Foyer International S.A. Eléments Clés L assurance vie en Libre Prestation de Services : Solutions sur mesure au service d une clientèle

Plus en détail

TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE

TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE 1. Introduction... 2 2. Objectifs de l activité de de Bpifrance Financement... 2 3. Activité de Bpifrance Financement en matière de... 3 4. Suivi du risque des expositions

Plus en détail

Comparaison des courbes de taux en CHF pour le calcul de la valeur escomptée des prestations futures dans le SST et dans le Solvency II, QIS 5

Comparaison des courbes de taux en CHF pour le calcul de la valeur escomptée des prestations futures dans le SST et dans le Solvency II, QIS 5 Comparaison des courbes de taux en CHF pour le calcul de la valeur escomptée des prestations futures dans le SST et dans le Solvency II, QIS 5 Christophe Hurni, 18.11.2010 Contexte & historique SST & Solvency

Plus en détail

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS)

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Initiatives collectives des producteurs

Plus en détail

RCI BANQUE PILIER III

RCI BANQUE PILIER III RCI BANQUE PILIER III 30 juin 2016 SOMMAIRE RATIO DE LEVIER... 3 LIQUIDITY COVERAGE RATIO (LCR)... 6-2 - RATIO DE LEVIER La réglementation Bâle 3/CRD IV introduit le ratio de levier dont l objectif principal

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE FRANCAISE DE FINANCEMENT LOCAL

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CAISSE FRANCAISE DE FINANCEMENT LOCAL PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CAISSE FRANCAISE DE FINANCEMENT LOCAL Société Anonyme à directoire et conseil de surveillance au Capital de 1 350 000 000

Plus en détail

1. La population. A Établissements de crédit agréés en France TOTAL FRANCE

1. La population. A Établissements de crédit agréés en France TOTAL FRANCE 1. La population 1.1 La population des établissements de crédit et des entreprises d investissement La consolidation et l adaptation des structures du système bancaire et financier français se sont poursuivies

Plus en détail

C.I.B Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2017 Caisse Française de Financement Local (instruction n 2011-I-07 du 15 juin 2011)

C.I.B Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2017 Caisse Française de Financement Local (instruction n 2011-I-07 du 15 juin 2011) C.I.B 14 388 Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2017 Caisse Française de Financement Local (instruction n 2011-I-07 du 15 juin 2011) Conformément à l instruction n 2011-I-07 du 15 juin 2011,

Plus en détail

23 mars Résultats annuels 2015

23 mars Résultats annuels 2015 23 mars 2016 Résultats annuels 2015 Faits marquants de l année 2015 Résultats 2015 SOLIDES Chiffre d affaires + 6,4 % Résultat net part du Groupe +18,3 % Dette nette -73,7 % DYNAMIQUE COMMERCIALE SOUTENUE

Plus en détail

Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016

Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016 Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016 de mise à jour 30 septembre 2016 1 Nouveaux textes IFRS applicables de façon obligatoire aux exercices ouverts à compter

Plus en détail

L information financière et la crise des marchés : Les nouvelles règles en matière de transparence apportent-elles une réponse?

L information financière et la crise des marchés : Les nouvelles règles en matière de transparence apportent-elles une réponse? Colloque du 9 avril 2008 Grand Auditorium - Palais Brongniart L information financière et la crise des marchés : Les nouvelles règles en matière de transparence apportent-elles une réponse? Etude portant

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA BANQUE

L ESSENTIEL DE LA BANQUE PRÉSENTATION Les banques sont le passage obligé du financement d une économie. Sans les banques, pas de financement ; sans financement, pas de capacité d investissement des entreprises car l autofinancement

Plus en détail

N o : D-1 Version originale : juillet 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1 Version originale : juillet 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (banques, succursales de banques étrangères, sociétés de fiducie et de prêt et associations coopératives de crédit fédérales) Catégorie : Comptabilité N o : D-1 Version originale

Plus en détail

RAPPORT PILIER III. Actualisation au 30 juin 2017

RAPPORT PILIER III. Actualisation au 30 juin 2017 RAPPORT PILIER III Actualisation au 30 juin 2017 TABLE DES MATIERES 1. RATIOS DE SOLVABILITÉ 3 2. LES CAPITAUX PROPRES COMPTABLES DE LA BANQUE 3 3. LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES 4 4. LES EXIGENCES DE

Plus en détail

Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières

Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières [Signature] [QR Code] Ordonnance sur les fonds propres et la répartition des risques des banques et des négociants en valeurs mobilières (Ordonnance sur les fonds propres, OFR) Modification du Le Conseil

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2014 GROUPE ROSIER

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2014 GROUPE ROSIER RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2014 GROUPE ROSIER Sommaire Déclaration du Management Rapport de gestion intermédiaire du Groupe ROSIER Etats financiers consolidés résumés intermédiaires au 30

Plus en détail

La vision du superviseur : vers un encadrement standardisé de la mesure du risque de taux

La vision du superviseur : vers un encadrement standardisé de la mesure du risque de taux La vision du superviseur : vers un encadrement standardisé de la mesure du risque de taux Gestion du risque de taux quelles règles et quels impacts pour les établissements bancaires et le financement de

Plus en détail

Séminaire CHEA Quelle place pour l innovation dans Solvabilité II? Laurence BARRY Antonio GUERRA Thomas JOUANNET Hervé LEBLANC

Séminaire CHEA Quelle place pour l innovation dans Solvabilité II? Laurence BARRY Antonio GUERRA Thomas JOUANNET Hervé LEBLANC Séminaire CHEA Quelle place pour l innovation dans Solvabilité II? Laurence BARRY Antonio GUERRA Thomas JOUANNET Hervé LEBLANC Sommaire. Préambule 1- Le concept d innovation 2- Quels champs pour l innovation

Plus en détail

Encadré 1 : TAUX D INTÉRÊ T NÉGATIF APPLIQUÉ SUR L A FACILITÉ DE DÉPÔT : QUELLES CONSÉQUENCES POUR LES TAUX D INTÉRÊ T BANCAIRES AU LUXEMBOURG?

Encadré 1 : TAUX D INTÉRÊ T NÉGATIF APPLIQUÉ SUR L A FACILITÉ DE DÉPÔT : QUELLES CONSÉQUENCES POUR LES TAUX D INTÉRÊ T BANCAIRES AU LUXEMBOURG? Encadré 1 : TAUX D INTÉRÊ T NÉGATIF APPLIQUÉ SUR L A FACILITÉ DE DÉPÔT : QUELLES CONSÉQUENCES POUR LES TAUX D INTÉRÊ T BANCAIRES AU LUXEMBOURG? Dans le cadre d un ensemble de mesures de politique monétaire

Plus en détail

LE BUDGET ET LE SUIVI DE L ACTIVITÉ

LE BUDGET ET LE SUIVI DE L ACTIVITÉ ACPR 2016 LE BUDGET ET LE SUIVI DE L ACTIVITÉ LE BUDGET ET LE SUIVI DE L ACTIVITÉ L Autorité de contrôle prudentiel et de résolution dispose de moyens budgétaires spécifiques sous forme de contributions

Plus en détail

Informations financières spécifiques T3-10

Informations financières spécifiques T3-10 03 / 11 / 2010 Informations financières spécifiques T3-10 (basées sur les recommandations du FSF en matière de transparence financière) Sommaire CDO non couverts exposés à l immobilier résidentiel aux

Plus en détail

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire;

rechercher un rendement correspondant aux taux du marché monétaire; Directive Directive pour les fonds du marché monétaire 6 juin 2012 (État au 4 mai 2016) I Principes, objectifs et caractère obligatoire La directive fait partie de l autoréglementation de l industrie suisse

Plus en détail

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E Bruxelles, 26 mars 2015 Révision trimestrielle des évaluations risque pays et environnement des affaires Coface relève les évaluations risque pays de deux économies européennes et place sous surveillance

Plus en détail

Rating de letat de Vaud

Rating de letat de Vaud Etat de Vaud DØpartement des finances Rating de letat de Vaud Une Øvaluation qui place le canton face ses responsabilitøs 1 Qu est-ce qu un «rating»? to rate: évaluer, attribuer une note (langage bancaire)

Plus en détail

Textes officiels de la Commission bancaire

Textes officiels de la Commission bancaire Textes officiels de la Commission bancaire Instruction n 2005-04 du 21 novembre 2005 modifiée par les instructions n 2007-03 du 26 mars 2007, n 2009-01 et n 2009-02 du 19 juin 2009 relative à la surveillance

Plus en détail

N 3380 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 3380 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 3380 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 décembre 2015. PROPOSITION DE RÉSOLUTION visant à mettre en œuvre

Plus en détail

Les modèles d activité dans un environnement de taux bas. La surveillance prudentielle et la revue des Business models

Les modèles d activité dans un environnement de taux bas. La surveillance prudentielle et la revue des Business models Les modèles d activité dans un environnement de taux bas La surveillance prudentielle et la revue des Business models Paris, 15 décembre 2016 Frédéric VISNOVSKY Secrétaire général adjoint Les modèles d

Plus en détail

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE

MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE MISE A JOUR 2015 DE L ETUDE SUR LA FISCALITE DU SECTEUR DU MEDICAMENT EN FRANCE ET EN EUROPE - SYNTHESE Pour la quatrième année consécutive, le cabinet PwC Société d Avocats a réalisé à la demande du Leem

Plus en détail

POUR IMMEUBLES LOCATIFS

POUR IMMEUBLES LOCATIFS L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR IMMEUBLES LOCATIFS 1 Plan de la présentation 1. Les annonces de l honorable ministre Flaherty 2. Catégories de prêts assurés 3. Pi Principes i généraux é (3 critères

Plus en détail

TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE

TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE TITRISATION EN PORTEFEUILLE BANCAIRE 1. Introduction... 2 2. Objectifs de l activité de de Bpifrance Financement... 2 3. Activité de Bpifrance Financement en matière de... 2 4. Suivi du risque des expositions

Plus en détail

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES. Troisième Trimestre 2014

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES. Troisième Trimestre 2014 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES Troisième Trimestre (non auditées) Pour plus d'informations: Ghislain Parent, Chef des finances et Premier vice-président à la direction,

Plus en détail

RAPPORT SUR LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS POUR LA PÉRIODE DE SIX MOIS TERMINÉE LE 30 NOVEMBRE 2008

RAPPORT SUR LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS POUR LA PÉRIODE DE SIX MOIS TERMINÉE LE 30 NOVEMBRE 2008 RAPPORT SUR LA GESTION DES RISQUES FINANCIERS POUR LA PÉRIODE DE SIX MOIS TERMINÉE LE 30 NOVEMBRE 2008 8 JANVIER 2009 Ce document fait partie intégrante des états financiers vérifiés de Fondaction, le

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Réflexion en cours sur risques et modèles

Réflexion en cours sur risques et modèles Réflexion en cours sur risques et modèles EIFR, 15 décembre 2016 1 Sommaire 1. La finalisation de Bâle 3 2. La variabilité des RWAs 3.L usage des modèles internes en Pilier 1 4. Les pistes pour réduire

Plus en détail

DESCRIPTION DE LA POLITIQUE DE REMUNERATION VARIABLE DE PALATINE ASSET MANAGEMENT

DESCRIPTION DE LA POLITIQUE DE REMUNERATION VARIABLE DE PALATINE ASSET MANAGEMENT Février 2017 DESCRIPTION DE LA POLITIQUE DE REMUNERATION VARIABLE DE PALATINE ASSET MANAGEMENT I) Les principes et les règles de calcul Les principes des rémunérations variables de Palatine Asset Management,

Plus en détail

Rapport sur le contrôle interne

Rapport sur le contrôle interne Rapport sur le contrôle interne- 2011 Annexe à la lettre du Secrétaire général de l Autorité de contrôle prudentiel à la Directrice générale de l association française des établissements de crédit et des

Plus en détail

Responsabilité de la direction à l égard de l information financière et rapport des vérificateurs

Responsabilité de la direction à l égard de l information financière et rapport des vérificateurs Responsabilité de la direction à l égard de l information financière et rapport des vérificateurs Aux membres de l Ordre des comptables en management accrédités du Québec L établissement et la présentation

Plus en détail

Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016

Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016 Référentiel IFRS applicable aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2016 de mise à jour 31 décembre 2016 1 Textes IFRS applicables de façon obligatoire aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs

Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs Les chiffres clés 2015 de la gestion d actifs - de portefeuille - En 2015, les effectifs dédiés au contrôle de l industrie de la gestion d actifs française poursuivent une croissance proportionnelle à

Plus en détail

Les grands enjeux de la finalisation du nouveau cadre réglementaire

Les grands enjeux de la finalisation du nouveau cadre réglementaire Les grands enjeux de la finalisation du nouveau cadre réglementaire La créativité réglementaire toujours à l'œuvre : Déjà Bâle IV, après Bâle III? Paris, le 19 avril 2016 Frédéric VISNOVSKY Secrétaire

Plus en détail

Europe et crise. Estelle Brack, FBF, Juin 2009

Europe et crise. Estelle Brack, FBF, Juin 2009 Europe et crise Estelle Brack, FBF, Juin 2009 1. Les origines de la crise aux Etats Unis 2. De la sphère financière américaine à la sphère réelle européenne 3. Situation économique en Europe 4. Mesures

Plus en détail

Directives relatives au rapport de l actuaire en assurance vie

Directives relatives au rapport de l actuaire en assurance vie Directives relatives au rapport de l actuaire en assurance vie Version d août 2006 Adoptées par le Comité de l ASA le 1er septembre 2006 Seite 1 1. Introduction L actuaire responsable établit chaque année

Plus en détail

Capital risque pour le développement de votre institution

Capital risque pour le développement de votre institution Capital risque pour le développement de votre institution Luxembourg Microfinance and Development Fund Yousuf Tushar 1 ada lmdf Depuis 0 ans, ADA s engage pour renforcer et accélérer l inclusion financière

Plus en détail

Code européen de bonnes pratiques pour faciliter l accès des PME aux marchés publics SEC(2008)2193

Code européen de bonnes pratiques pour faciliter l accès des PME aux marchés publics SEC(2008)2193 Vendredi 30 juin 2008 COMMISSION EUROPE-INTERNATIONAL/SEFI Code européen de bonnes pratiques pour faciliter l accès des PME aux marchés publics SEC(2008)2193 Annoncé dans la Communication sur le Small

Plus en détail

CHAPITRE 4 : La comptabilité. PLAN : A : La problématique comptable. B : La comptabilité générale. C : La comptabilité analytique.

CHAPITRE 4 : La comptabilité. PLAN : A : La problématique comptable. B : La comptabilité générale. C : La comptabilité analytique. CHAPITRE 4 : La comptabilité. PLAN : A : La problématique comptable. B : La comptabilité générale. C : La comptabilité analytique. Intro : La comptabilité (compta) est un langage commun a tous les secteurs

Plus en détail

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES. Premier Trimestre 2015

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES. Premier Trimestre 2015 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS PROPRES RÉGLEMENTAIRES Premier Trimestre 2015 (non auditées) Pour plus d'informations: Ghislain Parent, Chef des finances et Premier vice-président à la direction,

Plus en détail

Sommaire. Faits marquants. Performances financières du Groupe. Performances par division. Perspectives

Sommaire. Faits marquants. Performances financières du Groupe. Performances par division. Perspectives 11 décembre 2014 Sommaire 1 Faits marquants 2 Performances financières du Groupe 3 Performances par division 4 Perspectives 2 Objectifs financiers atteints ou dépassés Croissance du CA 6,5 % (3,9 % de

Plus en détail

OFFICE DE LA PROMOTION ECONOMIQUE DU CANTON DE GENEVE

OFFICE DE LA PROMOTION ECONOMIQUE DU CANTON DE GENEVE Business Excellence Through People OFFICE DE LA PROMOTION ECONOMIQUE DU CANTON DE GENEVE Plan d intéressement : les avantages et les conséquences du partage et de l ouverture du capital de l entreprise

Plus en détail

DOCUMENT NON CONTRACTUEL À CARACTÈRE PUBLICITAIRE LE FONDS URO DE PREPAR-VIE

DOCUMENT NON CONTRACTUEL À CARACTÈRE PUBLICITAIRE LE FONDS URO DE PREPAR-VIE DOCUMENT NON CONTRACTUEL À CARACTÈRE PUBLICITAIRE LE FONDS URO DE PREPAR-VIE Rapport annuel 2015 L assurance d être bien servi. En quelques mots Créée en 198, PREPAR-VIE Assurance conçoit et gère des produits

Plus en détail

Partage d expériences Certification ISO 9001 version 2015

Partage d expériences Certification ISO 9001 version 2015 Partage d expériences Certification ISO 9001 version 2015 Philippe Bourdalé - Chef de Produit Programme L essentiel de la norme ISO 9001:2015 Qu est-ce qu un audit de certification ISO 9001? 1 an de certification

Plus en détail

Les banques sont-elles plus solides qu avant la crise?

Les banques sont-elles plus solides qu avant la crise? Les banques sont-elles plus solides qu avant la crise? Paris, le 4 avril 2016 1 Quels sont les risques d une banque? Actifs Passifs Risque de marché (valeur, taux, change) Risque de crédit Dépôts banque

Plus en détail

Le cadre européen de surveillance budgétaire

Le cadre européen de surveillance budgétaire Le cadre européen de surveillance budgétaire Séminaire pour les enseignants, 5 octobre 2016 Patrick Bisciari Wim Melyn Département des Études Groupe Finances publiques Structure de l exposé Importance

Plus en détail

Situation du secteur bancaire finlandais en 2015

Situation du secteur bancaire finlandais en 2015 Situation du secteur bancaire finlandais en 2015 Résumé Les bonnes performances du secteur bancaire finlandais se confirment et les indicateurs de solidité financière restent satisfaisants. La forte concentration,

Plus en détail

2 L analyse de la rentabilité

2 L analyse de la rentabilité 2 L analyse de la rentabilité Est définie comme rentabilité tout rapport de revenus dégagés sur des capitaux engagés. a/ les différentes notions de rentabilité, leur utilité et les leviers d actions La

Plus en détail

Le nouvel Accord de Bâle sur les fonds propres

Le nouvel Accord de Bâle sur les fonds propres Le nouvel Accord de Bâle sur les fonds propres Des exigences de solvabilité visant à garantir que les établissements de crédit et les entreprises d investissement détiennent des fonds propres adaptés à

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 octobre 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Vos besoins et notre savoir-faire en matière de placement.

Vos besoins et notre savoir-faire en matière de placement. Asset Management (Suisse) SA Vos besoins et notre savoir-faire en matière de placement. Pour une gestion de patrimoine professionnelle (Lux) Portfolio Fund CHF juillet 17 La compétence de AG en matière

Plus en détail

Présentation de l enquête auprès des banques sur la distribution du crédit en France

Présentation de l enquête auprès des banques sur la distribution du crédit en France MÉTHODE Présentation de l enquête auprès des banques sur la distribution du crédit en France Le 5 février 2006. Objectifs et modalités.. Fondements L octroi de crédit par les banques étant à la source

Plus en détail

Banque Cantonale de Genève

Banque Cantonale de Genève 03.2017 I I Banque Cantonale de Genève Une banque qui s engage pour les PME Financement bancaire : les solutions et les clés de la réussite Petit déjeuner des PME et des Start-up 28.04.2017 Sébastien Collado

Plus en détail

MAISONS DU MONDE : CHIFFRE D AFFAIRES DU TROISIÈME TRIMESTRE 2016

MAISONS DU MONDE : CHIFFRE D AFFAIRES DU TROISIÈME TRIMESTRE 2016 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Nantes, 25 octobre 2016 MAISONS DU MONDE : CHIFFRE D AFFAIRES DU TROISIÈME TRIMESTRE 2016 Poursuite de la dynamique de croissance dans toutes les activités et géographies Nouveaux

Plus en détail

Rôle des agences de notation

Rôle des agences de notation SOMMAIRE Le rôle des Agences de Notation Les bénéfices de la notation Les problèmes d un marché d obligations sans notation Le processus de l exercice de notation Méthodologie de notation Définitions et

Plus en détail

Informations financières spécifiques T2-10

Informations financières spécifiques T2-10 04 / 08 / 2010 Informations financières spécifiques T2-10 (basées sur les recommandations du FSF en matière de transparence financière) Sommaire CDO non couverts exposés à l immobilier résidentiel aux

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET DES PME

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET DES PME LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET DES PME PREMIÈRE PRIORITÉ STRATÉGIQUE DES BANQUES FRANÇAISES Bilan 2016 FINANCEMENT DES ENTREPRISES ILS L ONT DIT «Nous leur disons [aux entrepreneurs] : si vous voulez

Plus en détail

Réciprocité des mesures macroprudentielles: cadre général et application en Belgique

Réciprocité des mesures macroprudentielles: cadre général et application en Belgique Réciprocité des mesures macroprudentielles: cadre général et application en Belgique En février 2016 est entré en vigueur le nouveau cadre du CERS relatif à la réciprocité facultative des mesures macroprudentielles.

Plus en détail

Rapport standard «analyse des risques / stratégie d audit» Sommaire

Rapport standard «analyse des risques / stratégie d audit» Sommaire Circ.-CFB 0-/ Audit Annexe 1: Les sociétés d audit appliquent ce formulaire lors de l élaboration du rapport sur l analyse des risques / stratégie d audit selon la Circ.-CFB Audit, chiffre 3.2. Sommaire

Plus en détail

Rapport D Amours. Innover pour pérenniser le système de retraite Un pas dans la bonne direction. Préparé par Aon Hewitt.

Rapport D Amours. Innover pour pérenniser le système de retraite Un pas dans la bonne direction. Préparé par Aon Hewitt. Rapport D Amours Innover pour pérenniser le système de retraite Un pas dans la bonne direction Préparé par Aon Hewitt 2 mai 2013 Aon Hewitt inc., 2013. Tous droits réservés. Ordre du jour Introduction

Plus en détail

Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre 2000

Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre 2000 Opérations internationales des banques résidentes en France au premier trimestre Les chiffres commentés ci-après portent sur la contribution de la France aux statistiques bancaires internationales publiées

Plus en détail