CHAPITRE SP 1300 périmètre comptable du gouvernement 2]

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAPITRE SP 1300 périmètre comptable du gouvernement 2]"

Transcription

1 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca -membres seulement Page 1 sur 15»Manuel de comptabilité pour le secteur publie»normes comptables pour le secteur public»principes généraux [SP 1000 à SP 1300]»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»ob.et et cham d'a lication CHAPITRE SP 1300 périmètre comptable du gouvernement 2] ~ TABLE DES MATIÈRES Objet et champ d'application Paragraphe Définition du périmètre comptable du gouvernement Détermination de l'existence ou non du contrôle Indicateurs de contrôle Comptabilisation des organismes publics Définition des entreprises publiques Comptabilisation des entreprises publiques Comptabilisation des placements de portefeuille Informations à fournir Biens détenus en fiducie Dispositions transitoires Caractéristiques des organismes publics pouvant se prévaloir des dispositions transitoires Application des dispositions transitoires Annexe A OBJET ET CHAMP D'APPLICATION Le présent chapitre définit l'étendue du périmètre comptable du gouvernement, c'est-à-dire les organismes dont les activités et les ressources financières sont présentées dans les états financiers des gouvernements. établit également des normes relatives à la comptabilisation de ces organismes, ainsi que des placements " de portefeuille et des biens en fiducie, et aux informations à fournir à leur sujet. Les normes du présent chapitre visent à s'appliquer aux états financiers des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi qu'à ceux des Administrations locales. Sauf indication contraire ressortant du contexte, le mot «gouvernement» est utilisé ci-après pour désigner toutes ces entités. Chacun de ces gouvernements constitue une entité comptable distincte sur le plan de l'information financière et est exclu du périmètre comptable de tout autre gouvernement. Selon le chapitre SP 1100, OBJECTIFS DES ÉTATS FINANCIERS, les états financiers d'un gouvernement doivent présenter un compte rendu global de la nature et de l'étendue des activités et des ressources financières contrôlées par le gouvernement, y compris celles qui ont trait aux activités des organismes publics et des sociétés d'état. Ce chapitre indique aussi que les états financiers d'un gouvernement constituent "un des principaux moyens par lesquels le gouvernement rend compte des activités et des ressources financières dont il est responsable, et qu'ils doivent fournir des informations qui soient utiles pour l'évaluation de sa performance sur le plan de la gestion de ses activités et ressources financières. Les gouvernements mettent leurs politiques en oeuvre et fournissent des services par l'intermédiaire de divers organismes. Certains de ces organismes, comme les ministères ou les &spageprintjsfn=&lspagecsses

2 Knotia - Collection Normes et recommandations de l'icca - membres seulement Page L sur 1) services municipaux, font partie intégrante des activités du gouvernement. Ils exercent des activités gouvernementales, fournissent des services pour le gouvernement et reçoivent de celui-ci la totalité ou la majeure partie de leurs directives de fonctionnement..05 D'autres organismes, comme les régies, les commissions et les sociétés d'état, ont des pouvoirs plus étendus en matière de finances et de fonctionnement qui sont délégués à leur direction en vertu de la législation. Ils disposent généralement de plus de latitude pour établir leurs systèmes et pratiques et ils ne sont pas assujettis à toutes les directives et instructions applicables aux ministères ou services. Certains de ces organismes sont des entreprises qui se livrent principalement à des activités commerciales..06 Ces organismes peuvent préparer des états financiers distincts qui constituent d'importants instruments de reddition de compte. Des états financiers pour l'ensemble de l'entité économique délimitée par le périmètre comptable du gouvernement sont préparés pour fournir un aperçu global et compréhensible de la nature et de l'étendue des activités et des ressources financières contrôlées par le gouvernement. &spageprintjsfn=&lspagecsses

3 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 3 sur »Manuel de comptabilité pour le $ecteur public»normes comptables pour le secteur public»principes généraux [SP 1000 à SP 13001»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»définition du érimètre com table du ouvernement, DÉFINITION DU PÉRIMÈTRE COMPTABLE DU GOUVERNEMENT. Le périmètre comptable d'un gouvernement doit englober les organismes qui sont sous le contrôle du gouvernement. [AVRIL 2005] Le contrôle s'entend du pouvoir d'orienter les politiques financières et administratives d'un autre organisme de sorte que les activités de celui-ci procureront des avantages attendus au gouvernement ou l'exposeront à un risque de perte, Le gouvernement peut choisir de ne pas exercer son pouvoir; néanmoins, le contrôle existe du fait qu'il a la capacité de l'exercer. Il faut que le contrôle existe à la date des états financiers,,sans qu'il soit nécessaire de modifier des dispositions législatives ou des ententes. La question de savoir si le gouvernement contrôle ou non un organisme est une question de fait qui s'apprécie à la lumière de la définition du contrôle énoncée au paragraphe SP et des circonstances propres à chaque cas. Déterminer l'existence du contrôle requiert l'exercice du jugement professionnel. Le gouvernement atteint ses objectifs par le truchement d'un large éventail d'organismes qui se situent chacun à une certaine position le long d'une échelle. À une extrémité de l'échelle, il est manifeste que l'organisme n'a pas le pouvoir d'agir de façon indépendante et qu'il est contrôlé par le gouvernement. À l'autre extrémité de l'échelle, l'organisme a le pouvoir d'agir en toute indépendance et, bien que le gouvernement exerce une influence sur celui-ci, il n'exerce manifestement aucun contrôle. Tout au long de l'échelle, il importe de tenir compte de la nature du lien entre le gouvernement et l'organisme afin de déterminer l'existence ou non du contrôle. Le présent chapitre fournit des indications visant à faciliter cette détermination. Aux fins de l'application des présentes dispositions, il est nécessaire de déterminer la substance de la relation entre le gouvernement et l'organisme. Il se peut que la vraie nature de certaines relations ne ressorte pas clairement de leur forme juridique. Il faut tenir compte de tous les aspects et implications de la relation qui sont pertinents pour déterminer si le gouvernement contrôle l'organisme. Lorsque divers aspects de la relation sont conçus, en réalité, pour atteindre. un objectif global, ils sont pris en compte collectivement. Le contrôle ne résulte pas simplement du fait d'une responsabilité constitutionnelle du gouvernement, mais plutôt de la nature du lien entre le gouvernement et l'organisme. Par exemple, lorsque le gouvernement a une responsabilité constitutionnelle en matière de services de soins de santé, il peut choisir de fournir ces services par l'intermédiaire d'un organisme contrôlé comme un ministère ou un entrepreneur indépendant. Le fait pour le gouvernement d'avoir une responsabilité constitutionnelle ne signifie pas qu'il contrôle les entités utilisées pour la prestation des services. Les politiques financières et administratives sont des principes et des pratiques qui déterminent la façon dont un organisme exerce ses activités. La capacité d'orienter ces politiques est un élément important du contrôle du gouvernement parce que cela permet d'établir les règles de base pour la conduite des activités de l'organisme et la réalisation de sa mission et de son mandat. Il y a différentes façons d'orienter les politiques financières et administratives d'un organisme. Par exemple: a) le gouvernement peut établir l'objet fondamental d'un organisme et éliminer ou limiter considérablement la capacité de celui-ci de prendre des décisions dans l'avenir en prédéterminant ses politiques financières et administratives; b) le gouvernement peut diriger les politiques financières et administratives d'un organisme en permanence; c) le gouvernement peut disposer d'un droit de véto sur les politiques financières et administratives établies par un organisme, ou du pouvoir de les annuler ou de les modifier. 1&sPagePrintlsFn=&lsPageCsses

4 Knotia - Collection NOnTIeset recommandations de l'icca - membres seulement page q sur 1:) \n'est pas nécessaire que le gouvernement gère les activités d'un organisme de façon continue pour contrôler celui-ci. C'est le pouvoir effectif du gouvernement de déterminer les politiques régissant ces activités qui est important. Aux fins de l'application du présent chapitre, il est présumé que lorsque le gouvernement a le pouvoir d'orienter les politiques financières et administratives d'un organisme, il s'attend à en tirer un avantage financier ou autre. Le gouvernement peut également s'exposer à un risque de perte. 1&sPagePrintl sf n=&lspagecsses

5 Knotia - Collection Normes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 5 sur »Manuel de comptabilité pour le secteur publie'»normes comptables pour le secteur public»principes généraux [SP 1000 à SP 1300]»SP1300 Périmètre comptable du gouvernement»oétermination de "existence ou non du contrôle DÉTERMINATION DE L'EXISTENCE; OU NON DU CONTRÔLE Comme l'indiquent les paragraphes SP et.11, la question de savoir si le gouvernement contrôle ou non un organisme est une question de fait qui requiert l'exercice du jugement professionnel fondé sur la définition du contrôle énoncée dans le présent chapitre et sur la substance de la relation propre à chaque cas. La disposition suivante est appliquée dans le contexte de la définition du contrôle et les circonstances propres à chaque cas. C'est la prépondérance de la preuve qu'il faut apprécier pour déterminer si un gouvernement contrôle ou non un organisme. Indicateurs de contrôle Certains indicateurs fournissent une preuve plus convaincante de l'existence du contrôle: a) le gouvernement a le pouvoir de nommer ou de révoquer unilatéralement une majorité des membres du conseil de direction de l'organisme; b) le gouvernement peut disposer en permanence des actifs de "organisme ou a la capacité de décider en permanence de l'utilisation de ces actifs, ou il est responsable en permanence des pertes; c) le gouvernement détient la majorité des actions avec droit de vote ou une «action préférentielle 1» qui lui donne le pouvoir d'orienter les politiques financières et administratives de l'organisme; d) le gouvernement a le pouvoir unilatéral de dissoudre l'organisme et, de ce fait, de disposer de ses actifs et de se subroger à ses obligations. D'autres indicateurs peuvent fournir une preuve de l'existence du contrôle lorsque le gouvernement a le pouvoir: a) de participer de façon significative au processus de nomination des membres du conseil de direction de l'organisme en nommant une majorité de ces membres parmi une liste de personnes fournie par des tiers ou en intervenant autrement dans la nomination ou la révocation d'un nombre significatif de membres; b) de nommer ou de révoquer le directeur général ou d'autres membres clés du personnel; c) de définir ou de modifier au besoin la mission ou le mandat de l'organisme; d) d'approuver les plans d'affaires ou les budgets de l'organisme et d'exiger que des modifications soient apportées, globalement ou poste par poste; e) de définir des limites en matière d'emprunts ou de placements, ou d'apporter des restrictions aux placements que peut effectuer l'organisme; f) de limiter la capacité de l'organisme de générer des revenus,notamment ses sources de revenus; g) de définir ou de modifier les politiques de gestion de l'organisme, par exemple celles ayant trait à la comptabilité, aux ressources humaines, à la rémunération, aux négociations collectives et à l'affectation des ressources. Pour chaque indicateur qui s'applique dans une situation particulière, le degré d'influence qu'exerce le gouvernement détermine l'importance de l'indicateur comme preuve de l'existence du contrôle. Pour apprécier la preuve, il est nécessaire de considérer les indicateurs collectivement et isolément. Par exemple, le fait qu'un organisme soit dirigé par un conseil élu par le public ne permet pas nécessairement de conclure que le gouvernement ne contrôle pas cet organisme. De même, le seul fait que le gouvernement nomme la majorité des membres du conseil de direction d'un organisme ne permet pas nécessairement de conclure que le gouvernement contrôle cet organisme. L'importance des indicateurs de contrôle, qui sont énumérés aux paragraphes SP et.19, est en outre fonction des circonstances propres à chaque cas. Dans certaines situations, un indicateur particulier peut fournir un degré élevé de preuve de l'existence du contrôle alors que l &spageprintjsfn=&lspagecsses

6 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 6 sur 15 dans d'autres situations, l'importance du même indicateur peut ne pas être aussi significative..22 La capacité d'un gouvernement de prendre le contrôle temporaire d'un autre organisme dans des circonstances exceptionnelles, comme une situation de crise découlant d'une faillite ou d'une défaillance du conseil d'administration, ne constitue pas en soi une forme de contrôle aux fins de l'application du présent chapitre. Ces circonstances découlent d'un événement particulier ayant incité le gouvernement à intervenir dans les activités de l'organisme. Un contrôle temporaire est de nature à court terme, et il est exercé en vue d'être abandonné dès la crise terminée...23 La capacité d'un gouvernement de réglementer un organisme ne constitue pas en soi une forme de contrôle. Le gouvernement peut établir le cadre réglementaire de l'industrie ou du secteur d'activité d'un organisme et établir des conditions ou des sanctions à l'égard de ses activités. Les conseils de direction de ces organismes réglementés prennent des décisions de façon indépendante en respectant le cadre réglementaire. Un gouvernement peut exiger d'un organisme qu'il lui soumette des rapports pour démontrer qu'il se conforme à la réglementation. Ces rapports ne sont pas considérés constituer une preuve de l'existence d'un contrôle parce que l'intérêt du gouvernement à l'égard de ces organismes se limite aux aspects réglementaires de leurs activités..24 La dépendance financière d'un organisme à l'égard du gouvernement ne constitue pas en soi une forme de contrôle. Même si la dépendance financière crée habituellement une relation basée sur l'influence, il est peu probable que seule la dépendance financière permette au gouvernement de contrôler un organisme. Le conseil de direction de cet organisme peut prendre des décisions de façon indépendante sur ses politiques financières et administratives. Un gouvernement peut exiger d'un organisme qu'il lui soumette des rapports pour démontrer qu'il se conforme aux modalités du financement. Ces rapports ne sont pas considérés constituer une preuve de l'existence d'un contrôle parce que l'intérêt du gouvernement à l'égard de cet organisme se limite aux aspects liés au financement de ses activités. Par exemple, un service de garderie du secteur privé qui toucherait une subvention du gouvernement pourrait être tenu de démontrer qu'il se conforme aux modalités du financement public. Toutefois, le conseil de direction a le pouvoir discrétionnaire d'accepter ou de refuser la subvention, ou encore de faire affaire ou non avec le. gouvernement. Notes en bas de page 1. On entend par «action préférentielle» (<<golden share») une catégorie d'actions qui confèrent à leur détenteur des pouvoirs ou des droits déterminés excédant généralement ceux qui seraient normalement associés à la participation du détenteur ou à sa représentation au conseil de direction. 1&sPagePrintJsF n=&lspagecsses

7 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 7 sur »Manuel de comptabilité pour le secteur public»normes comptables pour le secteur public»principes généraux [SP 1000à SP1300]»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»com tabilisation des or anismes ublics COMPTABILISA TION DES ORGANISMES PUBLICS La consolidation permet de fournir une information synthétique en fusionnant les états financiers individuels des organismes compris dans le périmètre comptable. La consolidation est une méthode comptable qui consiste à homogénéiser et à combiner, ligne par ligne, les comptes de ces organismes et à éliminer les opérations et les soldes interorganismes. La façon d'établir les états financiers consolidés des gouvernements est décrite au chapitre SP 2500, CONSOLIDATION - PRINCIPES FONDAMENTAUX, et au chapitre SP 2510, CONSOLIDATION - AUTRES ASPECTS. La consolidation est la méthode qui convient le mieux pour présenter l'information relative aux organismes qui participent directement à l'exercice du pouvoir exécutif du gouvernement. Ces' organismes comprennent, par exemple, les ministères, les fonds, ainsi que les organismes publics dont la principale raison d'être est de fournir des services au gouvernement.. Les états financiers d'un gouvernement doivent regrouper, sous forme consolidée, les états financiers de tous les organismes compris dans le périmètre comptable du gouvernement 2, à l'exception des entreprises publiques. [JUIN 1996] Définition des entreprises publiques Une entreprise publique est un organisme qui possède toutes les caractéristiques suivantes: a) il constitue une entité juridique distincte ayant le pouvoir de passer des contrats en son propre nom et d'ester en justice; b) il est investi des pouvoirs financiers et administratifs nécessaires pour mener des activités commerciales; c) il a pour principale activité la vente de biens ou la prestation de services à des particuliers ou à des organismes non compris dans le périmètre comptable du gouvernement; d) il peut, dans le cours normal de ses activités, poursuivre ses activités et faire face à ses dettes au moyen de revenus tirés de sources non comprises dans le périmètre comptable du gouvernement. La vente de biens et la prestation de services impliquent un rapport d'échange direct entre les revenus gagnés et les biens et services fournis. Les prix de vente sont fonction de la quantité et de la qualité des biens et ~ervices vendus, et non seulement du recouvrement des frais administratifs. Les droits perçus et les Çlmendes imposées, par exemple pour les permis et les contraventions, ne sont pas tenus pour des ventes de biens ou de services. Les primes d'assurance exigées par un organisme public représentent la vente d'un service et ne constituent pas des droits perçus. Une entreprise publique devrait, dans le cours normal de ses activités, être en mesure de poursuivre ses activités et de faire face à ses dettes grâce aux revenus qui lui proviennent de sources non comprises dans le périmètre comptable du gouvernement. Ces revenus ne se limitent pas au produit de la vente de biens etde services, mais englobent les paiements de transfert 3 reçus d'autres gouvernements ou de sources non comprises dans le périmètre comptable du gouvernement. Pour déterminer si un organisme peut poursuivre ses activités et faire face à ses dettes grâce aux revenus qui lui proviennent de sources non comprises dans le périmètre comptabledu gouvernement, il faut prendre en considération les facteurs suivants: a) la mesure dans laquelle l'organisme a pu poursuivre ses activités et faire face à ses dettes dans le passé; b) la possibilité qu'aurait l'organisme de poursuivre ses activités et de faire face à ses dettes sans compter sur les ventes à des entités comprises dans le périmètre comptable du gouvernement, ou sur des subventions en argent ou en nature provenant de celles-ci; c) le contexte économique passé, actuel et futur dans lequel l'organisme a exercé, exerce et &spageprintjsfn=&jspagecsses

8 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 8 sur Notes exercera ses activités; d) l'existence de plans réalistes et précis qui montrent comment l'organisme compte pouvoir poursuivre ses activités et faire face à ses dettes dans l'avenir. Comptabilisation des entreprises publiques Les entreprises publiques diffèrent des autres organismes en ce qui concerne leurs relations avec le gouvernement, leurs objectifs et leurs activités. Les entreprises publiques représentent un actif financier pour le gouvernement et, compte tenu de leur autonomie, de leur orientation commerciale et de leur autosuffisance financière, la comptabilisation à la valeur de consolidation est appropriée dans leur cas. La comptabilisation des entreprises publiques à la valeur de consolidation permet d'éviter de confondre, ligne par ligne, les budgets et résultats d'entreprises gérées de façon indépendante avec ceux des autres organismes publics. Cette méthode permet également d'éviter que la dette brute des entreprises publiques ne soit ajoutée à celle des autres organismes publics, les entreprises publiques étant censées rembourser leurs dettes au moyen de leurs prop~es revenus. Du fait que les entreprises publiques exercent des activités commerciales, leurs états financiers doivent être établis selon les règles suivies par les entreprises du secteur privé. Ces règles sont les plus appropriées pour mesurer la participation du gouvernement dans une entreprise publique et l'incidence de celle-ci sur la situation financière et les résultats du gouvernement. Dans ce contexte, la méthode modifiée de la comptabilisation à la valeur de consolidation est celle qui s'avère la plus appropriée... Les entreprisespubliques doivent être comptabilisées selon la méthode modifiée de la comptabilisation \ à la valeur de consolidation. [JUIN 1996} La comptabilisation des entreprises publiques selon la méthode modifiée de la comptabilisation à la valeur de consolidation est décrite dans le chapitre SP 3070, PARTICIPATIONS DANS DES ENTREPRISES en bas de page PUBLIQUES.. 2. Dans les cas où il existe une participation externe sans contrôle dans un organisme public autre qu'une entreprise publique, l'organisme est inclus dans les états financiers du gouvernement selon la méthode de la consolidation proportionnelle, conformément aux dispositions de la section Participation externe sans contrôle du chapitre SP 251 0, CONSOLIDATION - AUTRES ASPECTS. 3. Les paiements de transfert sont définis au chapitre SP 3410, PAIEMENTS DE TRANSFERT. l&spageprintl sfn=&lspagecsses

9 Knotia - Collection Normes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 9 sur »Manuel decomptl:1bilité pour le secteur publig»normes comptables pour le secteur public»principes généraux [SP 1000 à SP 1300]»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»com tabilisation des lacements de ortefeuille COMPTABILISA TION DES PLACEMENTS DE PORTEFEUILLE. Les placements de portefeuille doivent être comptabilisés au coût d'acquisition dans les états financiers du gouvernement. [MARS 1999] les gouvernements peuvent investir dans des organismes non compris dans leur périmètre comptable. Ces placements à long terme sont appelés «placements de portefeuille» et sont comptabilisés au coût d'acquisition conformément au chapitre SP 3040, PLACEMENTS DE PORTEFEUillE. 1&sPagePrintJsFn=&lsPageCsses

10 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement page lu sur 1).39»Manuel de comptabilité pour le secteur public»normes comptables pour le secteur public })Principes généraux [SP à SP13o.o.]»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»informations à fournir INFORMATIONS À FOURNIR. Les états financiers d'un gouvernement doivent fournir, par voie de notes ou de tableaux, une liste des principaux organismes compris dans le périmètre comptable, en indiquant clairement les organismes qui sont consolidés et ceux qui sont comptabilisés selon la méthode modifiée de la comptabilisation à la valeur de consolidation. [SEPT. 1997} 1&sPagePrintl sfn=&lspagecsses

11 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca -membres seulement Page 11 sur 15»Manuel de comptabilité pour le secteur public»normes comptables pour le ~ecteur public»principes généraux [SP 1000 à$p 1300J»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»biens détenus en fiducie BIENS DÉTENUS EN FIDUCIE.40. Les biens détenus en fiducie par un gouvernement ou un organisme public doivent être exclus du périmètre comptable du gouvernement. [JUIN 1996] Les biens en fiducie sont définis comme étant des biens confiés à un fiduciaire qui doit les administrer selon les dispositions contractuelles ou légales applicables. Dans une fiducie, le fiduciaire détient et administre les biens au profit du bénéficiaire, et au nom de celui-ci. Pour satisfaire à la définition du paragraphe SP , il faut que les biens confiés au gouvernement ou à "organisme public, agissant en qualité de fiduciaire, soient transmis dans le but de remplir un objectif précis défini par le donateur des biens transmis. Le gouvernement ou l'organisme public ne fait qu'administrer les biens en conformité avec les conditions définies dans le contrat de fiducie et n'a pas le pouvoir de modifier les conditions stipulées dans le contrat. C'est pourquoi l'actif et les activités de la fiducie sont exclus du périmètre comptable du gouvernement. Les gouvernements ou les organismes publics jouent le rôle de fiduciaires lorsqu'ils administrent des biens en fiducie au nom de bénéficiaires désignés dans un contrat ou dans une loi. À titre de fiduciaire, le gouvernement a l'obligation de rendre compte à des tiers de l'utilisation ou de la cession des biens en fiducie et de toute somme découlant d'activités fiduciaires. Les biens en fiducie ne sont pas la propriété du Canada, d'une province ou d'une Administration locale, et ils ne sont pas compris dans le périmètre comptable du gouvernement.. Les états financiers d'un gouvernement doivent présenter, par voie de note ou de tableau, une description des biens détenus en fiducie par le gouvernement et les organismes publics, ainsi qu'un sommaire des soldes fiduciaires. [JUIN 1996] Afin de rendre compte de l'existence et de l'importance des biens détenus en fiducie par luimême ou par les organismes publics, le gouvernement fournit, dans une note ou un tableau afférent aux états financiers, une description des biens en cause, ainsi qu'un sommaire des soldes fiduciaires. On emploie souvent en anglais le terme «trust» pour désigner des biens affectés à une fin particulière dans le cadre d'une politique gouvernementale sans qu'il existe réellement d'obligation fiduciaire. Ces biens constituent des fonds spéciaux qui sont compris dans le périmètre comptable du gouvernement et pris en compte dans la consqlidation. 1&sPagePrintlsFn=&lsPageCsses

12 Knotia - Collection Normes et recommandations de l'icca -membres seulement Page 12 sur »Manuel de cornptabilitépourle secteurpljblic»normes cornptables pourle.secteurpl.ibliç»principes généraux [SP1000à $P13001»SP 1300 Périmètre comptable dugoljvernement»dis ositions transitoires,.. DISPOSITIONS TRANSITOIRES Le présent chapitre s'applique à tous les exercices ouverts à compter du 1 er avril Toutefois, lorsqu'un organisme public qui n'était pas inclus dans le périmètre comptable du gouvernement aux fins de l'établissement des états financiers de l'exercice précédent est nouvellement inclus et qu'il présente toutes les caractéristiques énoncées au paragraphe SP , le gouvernement peut choisir de prendre en compte l'organisme public dans ses états financiers en appliquant la méthode modifiée de la comptabilisation à la valeur de consolidation, plutôt que la consolidation par intégration globale (ou intégrale), à compter de la date de l'application initiale du chapitre jusqu'aux exercices ouverts à compter du 1 er avril Pour les exercices ouverts à compter du 1er avril 2008, le gouvernement applique à ces organismes publics la méthode de la consolidation par intégration globale, en conformité avec le paragraphe SP Les gouvernements qui souhaitent adopter les dispositions avant cette date sont encouragés à le faire (voir l'annexe A, qui vise à faciliter l'application des dispositions transitoires). Caractéristiques des organismes publics pouvant se prévaloir des dispositions transitoires Il existe des organismes publics qui respectent les critères d'inclusion dans le périmètre comptable du gouvernement énoncés dans les paragraphes SP et.19, mais qui, au niveau local, assument d'importantes responsabilités et exercent des pouvoirs considérables en matière de prise de décision. La responsabilité de gouvernance exercée par le gouvernement à l'égard de ces organismes a principalement trait au financement global, à l'établissement de normes et à l'évaluation des résultats de programmes. En ce qui concerne ces organismes publics, les dispositions transitoires du paragraphe SP s'appliquent. Les -organismes publics pouvant se prévaloir des dispositions transitoires possèdent toutes les. caractéristiques suivantes: a) ils constituent des entités juridiques distinctes ayant le pouvoir de passer des contrats en leurs propres noms et d'ester en justice; b) ils sont investis des pouvoirs financiers et administratifs nécessaires pour fournir un service public dans une zone de service déterminée; c) ils sont dotés d'un organe de gouvernance constitué d'un conseil d'administration formé de représentants locaux élus ou désignés provenant de ladite zone de service; d) la capacité du gouvernement de disposer de leurs actifs est assujettie à d'importantes restrictions. Les organismes publics bénéficient généralement d'une autonomie considérable pour ce qui est de la prestation des services dont ils ont la charge. Dans bien des cas, ils ont un contact régulier avec les personnes qui reçoivent les services et ils représentent pour ces dernières les responsables du service. Au niveau local, les organismes publics jouissent de pouvoirs discrétionnaires importants en ce qui a trait à leur fonctionnement quotidien, même s'ils sont sous le contrôle du gouvernement. La prise de décision au niveau local est généralement renforcée grâce à la présence d'un solide conseil d'administration local qui est redevable à ses parties prenantes et aux clients. Les organismes publies font souvent partie d'une série d'organismes similaires dispersés géographiquement qui fournissent des services dans le territoire concerné en vertu du même programme gouvernemental général. Le soutien accordé aux organismes publics par le gouvernement peut être fondé sur des formules de financement qui s'appliquent de la même façon aux autres territoires à l'égard du même service. Ces organismes publics ont des objectifs et des responsabilités similaires et ils évoluent normalement à l'intérieur d'un cadre législatif exhaustif établi par un gouvernement d'ordre supérieur. Généralement, les actifs d'un organisme public ne peuvent servir à d'autres fins du gouvernement &spageprintjsfn=&lspagecsses

13 Knotia - Collection Normes et recommandations de l'icca -membres seulement Page 13 sur 15 et ne peuvent être récupérés par ce dernier, même en cas de dissolution de l'organisme. Par exemple, le droit aux actifs détenu par le gouvernement peut se limiter, lors de la cession des actifs, au remboursement des subventions relatives aux immobilisations. On ne s'attend pas à ce que le gouvernement puisse disposer directement des actifs sans la coopération de l'organe de gouvernance local ou du conseil d'administration. 1&sPagePrintJsFn=&lsPageCsses

14 Knotia - Collection Nonnes et recommandations de l'icca - membres seulement Page 14 sur D»Manuel de comptabilité pour le secteur public»normescomptables pour le:}s~cteurpublic»priocipes généraux [SP 1000àSP1300].»SP 1300 Périmètre comptable du gouvernement»annexe A - Alicationdesdisositionstransitoirès. ANNEXE A APPLICATION DES DISPOSITIONS TRANSITOIRES 2J ---'-_." '--' '~-_._ _. --~-~ ' L -~ ~ ~.~.~_.~-~ ~, ~ Afficher Modalités et conditions et Politique en matière de protection des renseignements personnels Service d'assistance: Lun au Ven, 9hOOà 17h00 HE Écrivez-nous 1&sPagePrintl sfn=&lspagecsses

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Document sommaire sur les entités contrôlées Annexe B Extraits du manuel CCSP de l ICCA

Document sommaire sur les entités contrôlées Annexe B Extraits du manuel CCSP de l ICCA Document sommaire sur les entités contrôlées Annexe B Extraits du manuel CCSP de l ICCA DÉFINITION DU PÉRIMÈTRE COMPTABLE DU GOUVERNEMENT.07 Le périmètre comptable d'un gouvernement doit englober les organismes

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Entités contrôlées Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Points à l'ordre du jour Pourquoi la consolidation est-elle nécessaire? Détermination du contrôle exercé Types d'entités Méthodes

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Janvier 2008 ISBN 978-2-550-51851-8 (PDF seulement) (3 e édition) ISBN 978-2-550-49637-3 (PDF seulement) (1 re édition) La consolidation des états

Plus en détail

Questions sur le périmètre comptable du gouvernement

Questions sur le périmètre comptable du gouvernement Conseil sur la comptabilité dans le secteur public 20 Questions sur le périmètre comptable du gouvernement L Institut Canadien des Comptables Agréés Conseil sur la comptabilité dans le secteur public 20

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

Province du Nouveau-Brunswick

Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Province du Nouveau-Brunswick Ministère des Gouvernements locaux Adoption des normes du CCSP Ministère des Gouvernements locaux Adoption des

Plus en détail

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Décembre 2014 Présentation des états financiers 1 ORGANISME SANS BUT LUCRATIF Entrée en vigueur: exercices ouverts à compter du 1 er janvier

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques

CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques Mars 2014 Chapitre SP 3070, Participations dans des entreprises publiques ENTREPRISE PUBLIQUE S entend d un organisme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

3.3 Charte du comité des ressources humaines

3.3 Charte du comité des ressources humaines 3.3 Charte du comité des ressources humaines AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes fondamentaux du Groupe CGI inc. énonce les principes fondamentaux de la présente

Plus en détail

Traitement comptable du périmètre comptable municipal

Traitement comptable du périmètre comptable municipal Traitement comptable du périmètre comptable municipal NOVEMBRE 2007 Table des matières 1- Contexte...1 2- Objet et but du document...2 3- Notions générales sur le périmètre comptable et la consolidation...3

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Decembre 2014 Présentation des états financiers 1 CONSIDÉRATIONS SUR L'ENSEMBLE Date d'entrée en vigueur : Exercices ouverts à compter du 1 er

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Norme comptable relative aux Contrats de construction

Norme comptable relative aux Contrats de construction NC 09 Norme comptable relative aux Contrats de construction Objectif 01. Les contrats de construction portent généralement sur la construction d'immeubles, de barrages, de ponts, de bateaux ou d'autres

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Province du Nouveau Brunswick

Province du Nouveau Brunswick Province du Nouveau Brunswick Ministère des gouvernements locaux- Adoption des normes du CCSP Conseils portant sur les commissions de gestion des déchets solides, les commissions d'aménagement et les zones

Plus en détail

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS

MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS MESURES D'APPLICATION DU CODE DE CONDUITE DES DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN EN MATIÈRE D'INTÉRÊTS FINANCIERS ET DE CONFLITS D'INTÉRÊTS DÉCISION DU BUREAU DU 15 AVRIL 2013 Chapitres: 1. Cadeaux reçus à

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N X LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES RÉGIMES DE RETRAITE 1 mars 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes de placement...

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 7 LES IMMOBILISATIONS FINANCIERES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992

Ligne directrice. Critères de prêts commerciaux. N o : E-2 Date : Juin 1992 Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick

l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Exposé pour l Association des déchets solides du Nouveau-Brunswick Normes comptables du secteur public et incidences sur les commissions des déchets solides 28 octobre 2010 Présenté par John Sanford, FCA,

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION

Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires CHAMP D APPLICATION Instruction générale canadienne c-29 Organismes de placement collectif en créances hypothécaires PARTIE I PARTIE II PARTIE III PARTIE IV CHAMP D APPLICATION DÉFINITIONS POLITIQUE DE PLACEMENT INFORMATION

Plus en détail

Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148. Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt

Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148. Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt Société Anonyme à conseil d administration au capital de 6.515.148 Siège social : 13 rue Louis Pasteur 92100 Boulogne Billancourt RCS NANTERRE B 391 504 693 S T A T U T S Mis à jour en date du 19 mai 2015

Plus en détail

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS

RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS RÈGLEMENT 52-109 SUR L'ATTESTATION DE L'INFORMATION PRÉSENTÉE DANS LES DOCUMENTS ANNUELS ET INTERMÉDIAIRES DES SOCIÉTÉS PARTIE 1 DÉFINITIONS, CHAMP D'APPLICATION ET DISPOSITION TRANSITOIRE 1.1 Définitions

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001 Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe au règlement

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-A du 29 janvier 2001 du Comité d urgence Portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe aux

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES

ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES 3 Manuel de la présentation de l information financière municipale ÉLÉMENTS DE CONCILIATION À DES FINS FISCALES Ministère des Affaires municipales et de l Occupation du territoire Gouvernement du Québec

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41)

RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41) 31.10.2014 L 311/23 RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS DE LA BANQUE

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME

Cent soixante-huitième session REGLEMENTS FINANCIERS PARTICULIERS PRESENTES CONFORMEMENT A L'ARTICLE 6.7 DU REGLEMENT FINANCIER DE L'UNESCO RESUME ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante-huitième session 168 EX/4 Paris, 15 octobre 2003 Original anglais Point 8.1 de l'ordre du jour

Plus en détail

Association canadienne du personnel administratif universitaire

Association canadienne du personnel administratif universitaire Association canadienne du personnel administratif universitaire Note d information concernant les états financiers Instruments financiers Novembre 2011 Objet Les universités et les collèges canadiens,

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations PROJET DE LOI adopté le 12 décembre 1984 N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations familiales pour le recouvrement

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI

N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978. Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI N 1 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 Annexe au procès- verbal de la séance du 7 décembre 1977. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE ATKÈS DÉCLARATION D' URGENCE relatif à la généralisation

Plus en détail

Statuts du RIODD. Elle est dégagée de toute appartenance politique, religieuse et syndicale.

Statuts du RIODD. Elle est dégagée de toute appartenance politique, religieuse et syndicale. Article 1. Constitution et dénomination Statuts du RIODD Il est fondé entre les soussignés et toutes les personnes qui adhèreront aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC

COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC COMPARAISON SOMMAIRE DES CHAPITRES DE LA SÉRIE SP 4200 ET D AUTRES NORMES DU MANUEL DE COMPTABILITÉ DE L ICCA POUR LE SECTEUR PUBLIC au 31 mars 2011 Objet : 1. La Préface des normes comptables pour le

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Code de déontologie en vigueur à compter du 9 décembre 2010

Code de déontologie en vigueur à compter du 9 décembre 2010 Tableau comparatif des modifications apportées au Code de déontologie des comptables agréés Code de déontologie en vigueur jusqu au 7 décembre 2010 CHAPITRE I DEVOIRS ET OBLIGATIONS ENVERS LE PUBLIC SECTION

Plus en détail

MiFID - Politique de conflits d intérêt

MiFID - Politique de conflits d intérêt 1. Introduction MiFID - Politique de conflits d intérêt Afin d atteindre les objectifs de protection du client, la société a mis en œuvre des politiques et des procédures pour identifier, évaluer et gérer

Plus en détail

Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations

Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations EIOPA-BoS-14/170 FR Orientations sur le traitement des entreprises liées, y compris des participations EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Manuel de la présentation de l information financière municipale

Manuel de la présentation de l information financière municipale Manuel de la présentation de l information financière municipale Résumé de la mise à jour Décembre 2014 Direction générale des finances municipales Ministère des Affaires municipales et de l Occupation

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE

XTRADE TRADING CFD EN LIGNE XTRADE TRADING CFD EN LIGNE en tant que société d'investissement chypriote dotée de la Licence no 108/10 1 RÉSUMÉ DES RÈGLES DE CONFLIT D'INTÉRÊTS 1. Introduction La présente Politique relative aux conflits

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

RÈGLEMENT 55-103 SUR LES DÉCLARATIONS D'INITIÉS POUR CERTAINES OPÉRATIONS SUR DÉRIVÉS (MONÉTISATION D'ACTIONS)

RÈGLEMENT 55-103 SUR LES DÉCLARATIONS D'INITIÉS POUR CERTAINES OPÉRATIONS SUR DÉRIVÉS (MONÉTISATION D'ACTIONS) ABROGÉ LE 30 AVRIL 2010 VERSION ADMINISTRATIVE : EN VIGUEUR DU 30 DÉCEMBRE 2005 AU 30 AVRIL 2010 Cette version est fournie pour votre bénéfice et ne doit pas être invoquée comme faisant autorité. Les références

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB

SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB SOUS-SECTION 2 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES À REVENU FIXE DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2372] Références du document 4A2372 Date du document 09/03/01

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «IndieSuisse»

STATUTS DE L ASSOCIATION «IndieSuisse» STATUTS DE L ASSOCIATION «IndieSuisse» 1 NOM, SIÈGE ET OBJET 1.1 «IndieSuisse» est une association au sens des articles 60 et suiv. du code civil suisse (CCS) dont le siège se situe à Zurich auprès de

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C

J u i n 2 0 1 0. C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a. V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C C o n s e i l n a t i o n a l d e r e c h e r c h e s d u C a n a d a Vérification de la gestion des risques V é r i f i c a t i o n i n t e r n e d u C N R C J u i n 2 0 1 0 Juin 2010 i 1.0 Sommaire

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

Limites régissant les engagements importants

Limites régissant les engagements importants Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Immobilisations

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Immobilisations NCOSBL EN UN COUP D OEIL Immobilisations Mars 2013 Immobilisations 1 Entrée en vigueur: exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2012 CHAMP D'APPLICATION S'applique : À la comptabilisation des immobilisations

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d'administration le 26 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d'aider le Conseil d'administration à s'acquitter de ses

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM

NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM NC 17 Norme comptable relative au portefeuille-titres et autres opérations effectuées par les OPCVM Objectif 01. La Norme Comptable NC 07 - relative aux placements définit les règles de prise en compte,

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants.

PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. PROJET DE LOI adopté le 18 avril 1991 N 101 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1990-1991 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT relatif aux rapports entre les agents commerciaux et leurs mandants. Le Sénat

Plus en détail