Région Rhône-Alpes. Audit énergétique du Lycée du Forez à Feurs. 26 février Département Energies et Climat

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Région Rhône-Alpes. Audit énergétique du Lycée du Forez à Feurs. 26 février 2009. Département Energies et Climat"

Transcription

1 Région Rhône-Alpes Audit énergétique du Lycée du Forez à Feurs 26 février 29 Département Energies et Climat 1893-D4-CH MFI Février 29 1

2 SOMMAIRE I/ Qu est ce qu un audit énergétique? II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.1/ Le contexte énergétique et environnemental II.2/ Le contexte incitatif et réglementaire III/ Comment diminuer l empreinte énergétique et environnementale d un Lycée? III.1/ Connaître les performances du bâtiment III.2/ Agir sur les consommations de chauffage III.3/ Agir sur les consommations d électricité III.4/ Agir sur les consommations d eau III.5/ Optimiser les abonnements d énergie III.6/ Utiliser des énergies renouvelables III.7/ Agir sur les comportements III.8/ Améliorer la gestion énergétique IV/ Synthèse : potentiel global d économie 1893-D4-CH MFI Février 29 2

3 I/ Qu est ce qu un audit énergétique? Rappel du contexte Audits énergétiques lancés par la Région Rhône Alpes sur un échantillon de 1 lycées Objectif Un audit énergétique a pour but d améliorer la connaissance du patrimoine bâti et de proposer des actions concrètes permettant de réduire les consommations énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre. Déroulement d un audit énergétique Phase 1 : Etat des lieux Visite, inspection du bâtiment et des équipements techniques (chaufferie-éclairageinformatique..) et rencontre des usagers Phase 2 : Analyse énergétique Analyse des consommations d énergie (gaz-électricité-eau) Réalisation de mesures (enregistreurs de T, mesure sur les chaudières, thermographie infra-rouge) Phase 3 : Proposition d améliorations Actions et/ou travaux à mettre en œuvre permettant de faire des économies d énergie 1893-D4-CH MFI Février 29 3

4 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.1/ Le contexte énergétique et environnemental L épuisement des ressources fossiles 1893-D4-CH MFI Février 29 4

5 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.1/ Le contexte énergétique et environnemental Le bâtiment, premier consommateur d énergie 1893-D4-CH MFI Février 29 5

6 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.1/ Le contexte énergétique et environnemental Le bâtiment, premier consommateur d énergie Tertiaire = ¼ de la surface chauffée du parc actuel soit 85 millions de m² chauffés Enseignement = 2% de la surface tertiaire chauffée Enseignem ent 5% Santé 3% Sports 2% Habitat 75% Tertiaire 24% Bureaux 5% Café, Hôtels, restaurants 2% Autres 2% Répartition des surfaces chauffées (24-Source CEREN) Commerces 6% 1893-D4-CH MFI Février 29 6

7 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.2/ Le Contexte incitatif et réglementaire Pour les bâtiments neufs : Première réglementation thermique en 1975 Aujourd hui : la RT 25 fixe les objectifs à atteindre Vers des bâtiments à énergie positive dès 21 Pour les bâtiments existants : Le niveau d exigence évolue conjointement à la Réglementation Thermique sur le neuf Le secteur du neuf entraîne l ancien 1893-D4-CH MFI Février 29 7

8 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.2/ Le Contexte incitatif et réglementaire La réglementation en cours pour les bâtiments existants Depuis le 1 er novembre 27 : la RT «élément par élément» Respect de performances minimales, lorsque des équipements, installations, ouvrages tels que les chaudières, les fenêtres, l isolation, les radiateurs, les ballons de production d eau chaude, les climatiseurs, etc. seront installés ou remplacés Faire disparaître du marché les produits de construction ou les équipements obsolètes en terme de performance énergétique Privilégier la diffusion des meilleurs produits disponibles dans le parc de l existant 1893-D4-CH MFI Février 29 8

9 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.2/ Le contexte incitatif et réglementaire La réglementation en cours pour les bâtiments existants Depuis le 2 janvier 28 : Affichage de l étiquette énergie et climat (DPE) à l'attention du public : - dans les bâtiments publics d une surface > à 1 m² Lycée du Forez - FEURS (42) ( ) Informer les utilisateurs et le public Exemplarité des bâtiments publics Comparer les biens entre eux Etiquettes éditées sur base des factures Bâtiment économe Bâtiment 5 A 51 à à à à à 75 > 75 B C D E F G 2 kwhep/m².an Bâtiment énergivore Inciter à faire des travaux (amélioration thermique et énergies renouvelables) 1893-D4-CH MFI Février 29 9

10 II/ Quels sont les enjeux énergétiques? II.2/ Contexte incitatif et réglementaire La réglementation en cours pour les bâtiments existants Depuis le 1 er avril 28 : RT «globale» Dans les bâtiments de plus de 1 m² avec rénovation importante : 1/ Étude de faisabilité technique et économique Solutions d approvisionnement en énergie, dont énergies renouvelables, si rénovations importantes. 2/ Amélioration de la performance énergétique du bâtiment Si le coût prévisionnel des travaux de rénovation (enveloppe ou installations énergétiques) est supérieur à 25 % de la valeur du bâtiment D4-CH MFI Février 29 1

11 III/ Comment diminuer l empreinte énergétique et environnementale d un Lycée? L audit énergétique est un outil permettant de diminuer l empreinte énergétique et environnementale : Exemple du Lycée du Forez à Feurs audité en 27 Logements de fonction Année de construction Chiffres clés Surface chauffée m² 198 (extension 1989) Effectif (26) 8 élèves-12 adultes Type d énergie Chauffage Gaz Eau chaude sanitaire Gaz et électrique Extensions Bâtiment d origine Vue du ciel 1893-D4-CH MFI Février 29 11

12 III/ Comment diminuer l empreinte énergétique et environnementale d un Lycée III.1/ Connaître les performances du bâtiment Situer sa consommation par rapport aux ratios nationaux Moyenne nationale sur les bâtiments d enseignement (24 source CEREN) kwh/m² Chauffage et eau chaude Autres usages (électricité) Total Enseignement Moyenne pour le lycée du Forez (Années ) kwh/m² Chauffage et eau chaude Autres usages (électricité) Total D4-CH MFI Février 29 12

13 III.1/ Connaître les performances du bâtiment Répartition des consommations par poste d énergie Gaz Électricité Eau Consommation annuelle (24 26) kwh PCI kwh 1 93 m 3 Ratio moyen 129 kwh PCI/m².an 28 kwh/m².an 2 m 3 /élève.an Ratio moyen sur les lycées audités en RA Part de la facture totale (24-26) en % 143 kwh PCI/m².an kwh/m².an 33 5 m 3 /élève.an 9 Répartition des dépenses par usage 9% Gaz Electricité Eau 33% 58% 1893-D4-CH MFI Février 29 13

14 III.1/ Connaître les performances du bâtiment Classe énergétique actuelle du Lycée Défini en énergie primaire : c est-à-dire n ayant subi aucune transformation Emission de CO 2 : Gaz :,234 g/kwh Electricité :,84 g/kwh Lycée du Forez - FEURS (42) ( ) Etiquettes éditées sur base des factures Faible émission de GES Bâtiment Bâtiment économe Bâtiment 5 A 51 à à à à à 75 > 75 B C D E F G 2 kwhep/m².an Bâtiment énergivore 5 A 6 à à 3 31 à 6 61 à 1 11 à 145 > 145 B C D E F G 32 kgéqco2/m².an Forte émission de GES 1893-D4-CH MFI Février 29 14

15 III.2/ Agir sur les consommations de chauffage Améliorer l enveloppe du bâtiment Définitions : Déperditions à travers une paroi = pertes de chaleur à travers cette paroi, de l intérieur vers l extérieur Intérieur Flux de chaleur à travers une paroi Extérieur Résistance thermique R d un matériau (m².k/w) = niveau d isolation d une paroi. Plus la résistance thermique de la paroi est élevée, plus faibles sont les déperditions. R Cas 1 Cas 2 1 cm plâtre 2 cm béton 2 cm enduit 1 cm isolant 2 cm béton 2 cm enduit R =,33 W/m².an R = 2,9 W/m².an L isolant thermique divise par 9 les déperditions à travers la paroi 1893-D4-CH MFI Février 29 15

16 III.2/ Agir sur les consommations de chauffage Répartition des déperditions d énergie sur l enveloppe : lycée du Forez Toiture Renouvellement d'air 17% 34% Vitres + portes Murs 21% 13% Renouvellement d'air Toiture 3% 8% Murs Vitres + portes 9% 37% 6% Ponts thermiques Plancher Bas 11% 16% Ponts thermiques Plancher Bas 6% Déperditions bâtiment d origine Déperditions extensions Isolation des parois faible Vitrages et menuiseries peu performants (déperditions + infiltrations) 1893-D4-CH MFI Février 29 16

17 III.2/ Agir sur les consommations de chauffage Amélioration de l enveloppe Travaux lourds et investissement élevés, mais gains intéressants Bâti Gains Incidence Investissement Temps de Enérgétique Economique Environ. Confort Initial Surcoût retour Actions MWh/an % /an kgco2/a n *** HT HT année Isolation par l'extérieur bâtiment d'origine Isolation par l'intérieur bâtiment d'origine Remplacement des vitrages et menuiseries bâtiment d'origine 7 7% *** % ** % *** L isolation par l extérieur permet de réduire les ponts thermiques : Coût plus élevé, nécessite un échafaudage, la mise en place d un enduit ou bardage pour protéger l isolant Mais meilleur efficacité énergétique et pas de gêne durant les travaux pour le fonctionnement de l établissement D4-CH MFI Février 29 17

18 III.2/ Agir sur les consommations de chauffage Améliorations des systèmes et leur régulation Un abaissement de la température de consigne de 1 C sur 24 h permet d économiser 7% de consommation sur le chauffage Chauffage - Ventilation - Climatisation Enérgét. Gains Incidence Investissement Temps de Econom. Environ. Confort Initial Surcoût retour Observations Actions MWh/an % /an kgco2/an *** HT HT année Même circuit de chauffage sur des zones à occupation différentes Températures très élevées sur zone demi-pension Sondes d'ambiance sans effet sur la régulation Déperditions importantes sur le renouvellement d'air de la zone demi-pension Chauffage : Optimisation des circuits de distribution (Administration et demipension) Chauffage : Optimisation des courbes de chauffe Chauffage : optimisation de la régulation Ventilation : Optimisation du fonctionnement des CTA 34 3% % ** - Imm. 27 3% * Non chiffré < % Imm. Actions à faible investissement à réaliser en interne par le lycée en collaboration avec l exploitant de chauffage 1893-D4-CH MFI Février 29 18

19 III.2/ Agir sur les consommations de chauffage Résultats des mesures de températures Semaine type en période scolaire 3 28 T élevée sur le 5 réfectoire température intérieure température extérieure lun 28/1 mar 29/1 mer 3/1 jeu 31/1 ven 1/2 sam 2/2 dim 3/2 lun 4/2 Salle 11 (Nord) Réfectoire CDI Salle 2 (Sud) Extérieur 1893-D4-CH MFI Février 29 19

20 III.3/ Agir sur les consommations d électricité Répartition des consommations par usage Bilan estimatif des consommations électriques Logements 1% Cumulus 4% Eclairage 23% Cuisine 28% Informatique 11% Ventilation 9% Bureautique Pompes 3% 12% 1893-D4-CH MFI Février 29 2

21 III.3/ Agir sur les consommations d électricité Améliorer la performance de l éclairage Observations Actions Eclairage fluorescent peu perfomant Ampoules incandescentes dans certains locaux et éclairage halogène Interrupteur manuel dans les locaux de passage (circulation et sanitaires) Remplacement des tubes T8 et ballasts ferromagnétiques par un éclairage plus performant pour les salles les plus utilisées : pose de ballasts électroniques et de tubes T5 Remplacement par des fluocompacts Mise en place de détecteur de présence ou minuterie 1893-D4-CH MFI Février 29 21

22 III.3/ Agir sur les consommations d électricité Améliorer le matériel informatique, bureautique, autres Actions Généralisation du gestionnaire d alimentation Energy Star* associé à un délai de 15 minutes pour le passage en mode veille (unités centrale+écran) Remplacement des écrans cathodiques par des écrans plats lors du prochain renouvellement de matériel (consommation réduite de 3%) Remplacement des pompes de chauffage anciennes par des modèle à variation électronique de vitesse et haut rendement * EnergyStar = utilitaire gratuit et facile d'installation, permet de faire d importantes économies en agissant sur les mises en veille de l'ordinateur D4-CH MFI Février 29 22

23 III.3/ Agir sur les consommations d électricité Electricité Enérgét. Gains Incidence Investis. Surcoût Temps de Econom. Environ. Confort Initial retour N Actions kwh/an % /an kgco2/an *** HT HT année ELE-1 Classes Circulation Eclairage : rénovation de l'éclairage Fluo T8 2x58W-> Luminaire T5 2x35W *** % Fluo T8 1x58W-> Luminaire T5 1x35W *** Fluo T8 2x58W-> Luminaire T5 2x35W *** Fluo T8 1x58W-> Luminaire T5 1x35W *** Bureaux Fluo T8 2x58W-> Luminaire T5 2x35W *** Réfectoire Fluo T8 1x58W-> Luminaire T5 1x35W *** ELE-2 ELE-3 Déctecteur de présence sanitaires, circulations et hall Informatique et bureautique Mise en place d'écran plat, activation d'energy Star Dépend de la fréquence d'utilisation % Bureautique : optimisation de l'efficacité du matériel et de leur gestion % ELE-4 Circulateurs Pompes : mise en place de pompes à vitesse variable et de pompes à haut rendement % D4-CH MFI Février 29 23

24 III.4/ Agir sur les consommations d eau Systèmes 3/6L : permettent de réduire la capacité de la chasse d eau des toilettes et offrent le choix entre deux types de chasse dont une avec volume d eau réduit de moitié (investissement de 1 / système, temps de retour inférieur à 2 ans) Eco plaquettes : évitent le changement du système de chasse d eau, volume final de 6L (15 / écoplaquette, temps de retour inférieur à 1 ans) Temporisation des boutons poussoirs de type "Presto" (équipent de nombreux points de puisage) : à ajuster Aérateurs (dispositifs à mettre à l'extrémité des robinets) : économie d eau pouvant aller jusqu'à 4% (investissement de 1 / aérateur, temps de retour inférieur à 5 ans) 1893-D4-CH MFI Février 29 24

25 III.5/ Optimiser les abonnements d énergie Le Lycée possède un contrat EDF Vert d une puissance souscrite de 14 kw, les dépassements sont fréquents et les pénalités supérieures à 1 /an, le contrat doit être revu à la hausse. Evolution de la puissance appelée P atteinte 63 kw 128 kw 117 kw P souscrite 14 kw 14 kw 14 kw Pa / Ps 45% 92% 84% Pénalités kw 16 kw 14 kw 12 kw 1 kw 8 kw 6 kw 4 kw 2 kw kw JANV 24 MARS 24 MAI 24 JUIL 24 SEPT 24 NOVE 24 JANV 25 MARS 25 MAI 25 JUIL 25 SEPT 25 NOVE 25 JANV 26 MARS 26 MAI 26 JUIL 26 SEPT 26 NOVE 26 Pa Ps 1893-D4-CH MFI Février 29 25

26 III.6/ Utiliser des énergies renouvelables Dans un second temps lorsque les bâtiments et les équipements auront été optimisés L énergie la moins chère est celle que l on ne consomme pas! Chauffe-eau solaire thermique : pas rentable pour des besoins en eau chaude sanitaire car nuls en été. A la rigueur pour les logements si occupés en été Panneaux solaire photovoltaïque : pour produire de l électricité puis la revendre à EDF Mise en place d une chaufferie bois : si place disponible et conditions d accès facile 1893-D4-CH MFI Février 29 26

27 III.6/ Utiliser des énergies renouvelables Caractéristiques Economie CO2 évités Investissem ent Temps de retour Solaire thermique pour la production d eau chaude des logements 6 m² Ballon 4 litres 3 5 kwh,2 kg ans Solaire photovoltaïque pour l électricité 3 m² - 3 kwc 3 kwh (16 5 = recettes vente d électricité) 2,5 kg ans Chaufferie bois en remplacement des chaudières gaz Chaudière bois 3 kw Chaudière gaz appoint 1 64 (= gains sur prix de l énergie) 178 tonnes 24 2 ans Silo 5 m D4-CH MFI Février 29 27

28 III.7/ Agir sur les comportements Public concerné Enseignants Elèves Personnel administratif Personnel technique Personnel d entretien Personnel de cuisine Exploitant de chauffage Recommandations - Ne pas ouvrir les fenêtres lorsque le chauffage est en route - Ne pas dérégler les robinets thermostatiques - Eteindre systématiquement les éclairages si lumière naturelle suffisante et en quittant une pièce - Eteindre les ordinateurs et bureautique - Fermer les volets en fin de journée - S assurer de la mise hors tension des équipements durant les longues périodes d inoccupation (VMC cumulus électriques - - Relever régulièrement (toutes les semaines) les compteurs eau pour identifier les dérives - Lors du ménage, limiter le temps d aération à 1 min en période de chauffage - Fermer les volets si ménage en fin de journée - Réduire les temps de fonctionnement des hottes et équipements de ventilation au strict nécessaire - Fermer systématiquement les robinets d eau, chambres froides - Mise en hors-gel du chauffage durant les périodes de vacances - Assurer l entretien des équipements chauffage, ventilation (nettoyage des filtres, changement des courroies ) 1893-D4-CH MFI Février 29 28

29 III.7/ Améliorer la gestion énergétique La mise en place de compteurs permet d avoir une meilleure connaissance des consommations d un bâtiment et de repérer les anomalies Les relevés doivent être effectués régulièrement (toutes les semaines) Les données doivent ensuite être analysées Prévoir un compteur sur le ballon d eau chaude sanitaire (~ 5 ) Prévoir des sous-compteurs sur les logements (~ 2 ) 1893-D4-CH MFI Février 29 29

30 IV/ Potentiel global d économie énergétique Gaz Elec Eau Gains annuels (1) Economiqu e Environnemental Investiss ement Actions pouvant être mises en place par le 1% 1%,4% tonnes de CO 2 15 k 3 lycée (2) Ensemble des actions (3) 22% 2%,4% tonnes de CO 2 38 k 36 TRB (1) : hors actions de sensibilisation (2) : action dont l investissement est inférieur à 4 HT (3) : hors énergies renouvelables 1893-D4-CH MFI Février 29 3

31 IV/ Potentiel global d économie Avant recommandations Après recommandations Lycée du Forez - FEURS (42) ( ) Lycée du Forez - FEURS (42) ( ) Etiquettes éditées sur base des factures Etiquettes éditées sur base des factures Bâtiment économe Bâtiment Bâtiment économe Bâtiment 5 A 51 à à à 35 B C D 5 51 à à kwhep/m².an 351 à 54 E E 541 à 75 F A 211 à 35 B C D kwhep/m².an 351 à à 75 > 75 G G > 75 Bâtiment énergivore Bâtiment énergivore F Faible émission de GES Bâtiment Faible émission de GES Bâtiment 5 A 6 à à 3 31 à 6 61 à 1 11 à 145 B C D E F G 16 à à 6 kgéqco2/m².an kgéqco2/m².an 61 à 1 11 à 145 > 145 > 145 G 5 6 à 15 Forte émission de GES Forte émission de GES 1893-D4-CH MFI Février A B C D E F

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT

CARACTERISTIQUES du BATIMENT CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Avec décrochement Longueur : 1 m Largeur : 1 m Surface Shon : 202,40 m²

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Intégrateur en rénovation

Intégrateur en rénovation Intégrateur en rénovation 5 ème Européen 3 ème National 14 Md Chiffre d affaires 2011 CONSTRUCTION TRAVAUX PUBLICS ÉNERGIE CONSTRUCTION METALLIQUE CONCESSIONS CONSTRUCTION 22% 28% 23% 6% 16% DGGN 70 000

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

La performance thermique des écoles dans le Luberon

La performance thermique des écoles dans le Luberon La performance thermique des écoles dans le Luberon Retour d expérience du Programme SEDEL (Services Energétiques Durables en Luberon) Matthieu Simonneau Nicolas Trembloy Conseillers en Energie Partagés

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers

Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers E X P E R T D U D. P. E L O C A T I F Diagnostic de Performance Energétique Pour la location Appartement N 1 T2 DOCUMENT LOCATAIRE Situé au 1, rue du Capitaine Flottes à Pamiers Rapport N 5215022008 réalisée

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Une information au service de la lutte contre l effet de serre AGENCE de DIJON Parc Technologique 1, rue Louis de Broglie 21000 - DIJON Tél : 03.80.78.70.50 Fax : 03.80.74.26.63 Nature de l ERP : Services administratifs Année de construction : 1963 Adresse : 1.02

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail.

Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. www.nlazur-hlm.fr Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Depuis le 1 er juillet 2007 la remise du DPE est obligatoire lors de la signature de tout nouveau bail. 1 - Objectif du DPE Ce document

Plus en détail

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447

4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 Rennes : 02 janvier 2008 4 RUE PASLETTE 35 000 RENNES Dossier n :1447 APPARTEMENT T2 Dans la cour sur la gauche 1er ETAGE 1447_ARPA_DPE21 1 / 6 N : 1447 Valable jusqu au : 01/01/2018 Type de bâtiment :

Plus en détail

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be

Projet soutenu par. 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be Projet soutenu par 24 juin 2015 Ulg Campus d Arlon Pauline ABRAHAMS Equipe BEMS pabrahams@ulg.ac.be L équipe de recherche BEMS Le concept de maison E+ VallEnergie : action 3 simulation de maisons à énergie

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE

BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE BILAN THERMIQUE SIMPLIFIE Rapport DIALOGIE Ce Bilan thermique simplifié a été réalisé à l aide du logiciel DIALOGIE Il a permis d estimer, à partir des informations recueillies lors d une visite d un technicien

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire Rappel du contexte Adoption d un Plan Climat Energie Territorial en Conseil municipal

Plus en détail

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014.

PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE EN BÂTIMENT TERTIAIRE. ETUDE DU CAS DE LA MICROFINANCE CECAW. Lieu: Douala Marché Congo. Durée du projet: 2012 2014. 1. Présentation du Projet. Objectif du projet: Réduire

Plus en détail

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles

Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission. AG spéciales des immeubles Synthèse de l'étude de diagnostic énergétique: immeubles. Propositions de la commission AG spéciales des immeubles Rappel des objectifs et méthodes Pour les immeubles Faire un point du potentiel des techniques

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) Diagnostic de performance énergétique logement (6.1.neuf) N : 1725791/E301 Valable jusqu au : 19/01/2022 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : à partir de 2000 surface habitable : 45,5

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI.

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI. Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI Philippe Guigon 1 Qui sommes nous Un réseau d experts spécialisés en optimisation

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique

Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.1.bis.public) bureaux, services administratifs, enseignement N : 08 06 2142 / 1 Valable jusqu au : 26/08/2018 Année de construction :

Plus en détail

Rénovation thermique et énergétique du Groupe scolaire Mosaïque Commune de Léhon

Rénovation thermique et énergétique du Groupe scolaire Mosaïque Commune de Léhon C ep (kwh ep /m².an) Objet de la présentation (23/05/2013) : Bilan du programme de rénovation du groupe scolaire Mosaïque à 18 mois d avancement (avant recette / après maj de nos calculs) 50 110 210 350

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

L énergie dans les établissements scolaires. Des marges de progrès réelles pour les lycées

L énergie dans les établissements scolaires. Des marges de progrès réelles pour les lycées L énergie dans les établissements scolaires Des marges de progrès réelles pour les lycées L énergie dans les établissements scolaires L énergie dans les établissements scolaires Éteignez votre ordinateur

Plus en détail

Date : Diagnostiqueur : Consommations en énergie primaire détail par usage en kwh EF détail par usage en kwh EP

Date : Diagnostiqueur : Consommations en énergie primaire détail par usage en kwh EF détail par usage en kwh EP Une information au service de la lutte contre l effet de serre bureaux, services administratifs, enseignement N : Valable jusqu au : Nature de l RP : Année de construction : ate : iagnostiqueur : Signature

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3)

Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) Diagnostic de performance énergétique tertiaire (6.3) N : 105.867.371 Valable jusqu au : 20/05/2021 Type de bâtiment : Bâtiment Type d activités: Autres Année de construction : 1989-2000 Surface utile

Plus en détail

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013 Réduire la précarit carité énergétique Les coûts de la rénovation : Leur maitrise est un enjeu 23 mai 2013 Recherche expérimentation PUCA Connaître le coût t et la performance thermique en OPAH (2009-2012)

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne

SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne SOFIA 2 juillet 2008 Le bâti ancien face au défi énergétique Analyse de la performance thermique des bâtiments du centre historique de Bayonne Le bâtiment : un secteur énergivore Energie consommée (Mtep)

Plus en détail

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009

Objectifs Bâtiments 2012-2020. Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Objectifs Bâtiments 2012-2020 Hubert Despretz Ademe/DBU Décembre 2009 Sommaire Rappel des parcs et consommations Performance énergétique des bâtiments dans le Grenelle Solutions bâtiments neufs et bâtiments

Plus en détail

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME Conseils - Formation Etudes - Expertises Assistance à Maitrise d ouvrage Dossier : LB OR- 45000 N. Référence : OR.201114 Votre Interlocuteur : R.DJERIDI (06 52 98 56 93) Le Cannet, le 25/06/2015 PRESENTATION

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Pré-diagnostic énergétique Logement Ancienne Gare Le Bourg

Pré-diagnostic énergétique Logement Ancienne Gare Le Bourg une société du groupe Pré-diagnostic énergétique Logement Ancienne Gare Le Bourg Mars 2013 Siège Social : 2 Bis Boulevard de la Paix 13 640 LA ROQUE D ANTHERON Tel : 04 42 90 43 60 Fax : 04 42 50 47 69

Plus en détail

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE. Le République. Présentation faite le 15 Novembre 2010

DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE. Le République. Présentation faite le 15 Novembre 2010 DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE Le République Présentation faite le 15 Novembre 2010 SOMMAIRE Description du bâti Descriptif des installations thermiques Analyse des consommations Etiquette énergétique

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012

Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012. 31 Mai 2012 Economies d énergies dans le milieu SANITAIRE Jeudi 31 mai 2012 31 Mai 2012 Plan Présentation d Ad3e Présentation de la mission d audit énergétique Présentation des résultats Présentation d Ad3e Qui sommes

Plus en détail

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global

Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global Questure Politique énergétique et gestion durable au Sénat rapport global 1. État des lieux : consommations totales en 2013 - non normalisées Électricité Gaz Eau kwh EURO kwh EURO m 3 EURO 2009 932 272

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE

Plus en détail

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010

Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 Annexe 2 : Plan d'occupation des locaux 2009-2010 08h. 12h. 13h. 17h. 18h. 22h. lundi mardi mercredi jeudi vendredi samedi dimanche École École École École École Clubs Manifestation École École Clubs École

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

Lycées de la Région Rhône-Alpes :

Lycées de la Région Rhône-Alpes : Lycées de la Région Rhône-Alpes : Elaboration et mise en oeuvre d un plan de maîtrise de l énergie Véronique RICHALET Direction de l Immobilier des Lycées Service Ressources Développement GSM : 06 70 81

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Valable jusqu au : 27/01/2026 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : Non renseignée Surface habitable : 49 m 2 Adresse : 58 CHEMIN DE GIBBES Propriétaire : Nom : DIR REG FIP PACA ET BOUCHES

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts

AUDIT ENERGETIQUE. Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT AUDIT ENERGETIQUE Vestiaire stade des Gripôts DELTAWATT Audit Energétique Saint Sebastien sur Loire - Janvier 2007 Vestiaires stade des Gripôts - 1/11 503 - VESTIAIRES DES GRIPOTS copyright IGN

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

VILOGIA L énergie du développement

VILOGIA L énergie du développement VILOGIA L énergie du développement LES ENJEUX DE DEMAIN CONFORT ET ENERGIE Notre ambition: agir concrètement sur les charges des ménages à revenus modestes, pour lutter contre la réduction de leur pouvoir

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

Océane : Fruit et Légume nantais

Océane : Fruit et Légume nantais Page1 Océane : Fruit et Légume nantais Date de création : 16/01/2010 Date de mise à jour : 02/03/2010 Rédacteur : Inès Dassonville Alice Lemasson Contact :Chantemerle 44118LA CHEVROLIERE : 02 51 72 93

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement type : Logement T3 Année de construction : 2011 Surface habitable : 60 m 2 Adresse : T3 no M02 Résidence HELCIA ILOT 2 - Bâtiment M / 11100 NARBONNE Propriétaire Nom : SA DOMICIL Adresse : 2595

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où?

L économie d énergie, la performance énergétique, jusqu où? HOPITECH 2007 Hôpital et Développement Durable La Rochelle - 18 octobre 2007 Atelier 1 : Qualité d usage et contraintes environnementales L économie d énergie, la performae énergétique, jusqu où? Pierre

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier 1. «Facteur 4» et transition énergétique 2. Consommations d énergies du secteur de la santé 3. Des pistes pour agir Consommation

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

Le Contrat de Performance Energétique (CPE) Rencontre du 01 octobre 2013

Le Contrat de Performance Energétique (CPE) Rencontre du 01 octobre 2013 Le Contrat de Performance Energétique (CPE) Rencontre du 01 octobre 2013 1-4ème rencontre internationale des PPP - Table Ronde Contrat de Performance Energétique - 13 octobre 2010 EDF Optimal Une annéesolutions

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé

BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé BATIMENT BIOCLIMATIQUE EVOLUTIF A FONCTION MIXTE Fiche -Résumé Équipe: N. CHAUVINEAU (Ingénieur), L. COURTOIS (Architecte DPLG), C. RIBEIRO (Architecte DPLG), P. RIDGWAY (Architecte BA dip Arch.), E. WOZNY

Plus en détail

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013

Sommaire. Les enjeux. Les engagements. Le constat énergétique. Efficacité du parc de bâtiments tertiaires. Le cadre réglementaire 12-04-2013 Sommaire Les enjeux Les engagements Le constat énergétique Efficacité du parc de bâtiments tertiaires Le cadre réglementaire test pied de page 2 bâtiment tertiaire- les enjeux Triple enjeux de la transition

Plus en détail

Audit énergétique de la Copropriété

Audit énergétique de la Copropriété Audit énergétique de la Copropriété Sommaire SOMMAIRE Démarche de l étude A- Etat des lieux Recueil des données Présentation de la copropriété Enquête auprès des usagers Performances du bâti et éléments

Plus en détail