RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE"

Transcription

1 RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE Résidence du coteau 5 avenue Aristide Briand L HAY LES ROSES Rédigé par : MAXIME TERRIER Chef de Projet : NATHALIE TAILLADE

2 1. Préambule. 2 Le Bâtiment Existant 3 2. Présentation du site Analyse du ou des bâtiment(s) existant(s). 7 Parois opaques 7 Menuiseries 10 Les ponts thermiques 11 Infiltration d air Répartition des déperditions Reconnaissance des systèmes énergétiques. 14 Chauffage 14 Production d Eau Chaude Sanitaire (ECS) 17 Ventilation 18 Eclairage 19 3 Schémas de comptage Relevé des factures énergétiques. 22 Consommation d électricité 22 Consommations de Gaz 22 Consommations d eau 23 Répartition des consommations 23 5 Classement énergétique et climatique. 24 Consommation Energétiques 24 Emissions de Gaz à Effet de Serre 25 Etiquettes 25 6 Bilan du questionnaire 26 Etude et propositions d améliorations 28 7 Préconisations de travaux Scénarios de travaux. 38 Définition des scénarios 38 9 Evolution des factures Contrat d exploitation chauffage. 41 Contrats d exploitation de chauffage Energies Renouvelables. 44 Le solaire Thermique 44 Le solaire photovoltaïque Eco activisme. 48 L eau 48 L électricité. 49 Les émissions de Gaz à Effet de Serre Les aides financières Conclusion. 53 1

3 1. Préambule. Les réserves d'énergie de notre planète ne cessent de décroitre pour une population et un besoin qui augmentent considérablement d années en années. La France possède un parc immobilier existant vieillissant. Nos bâtiments généralement construits avant les RT 2005 ou 2000 n ont pas été réalisés dans l'optique de limiter les consommations énergétiques. Pour remédier à cela et suivre plusieurs directives Européennes, l état Français s est engagé à agir sur son impact environnemental au travers de lois : La loi Engagement National pour l Environnement (appelé aussi Grenelle 2) instaurée le 12 juillet Cette loi complète, applique et territorialise la loi «Grenelle 1». Elle instaure également de multiples articles et notamment : L art. 3 : obligation de travaux de rénovation énergétique dans les bâtiments tertiaires L art. 4 : Nouvelle règlementation thermique du bâtiment (RT 2012) La Loi POPE instaurée le 13 juillet Cette loi fixe les objectifs de la France sur les grandes orientations de la politique énergétique. Elle intègre notamment l objectif «facteur 4» (division par 4 des émissions de gaz à effets de serre en 2050 par rapport à 1990). Projet de loi sur la transition énergétique. Cette loi est encore en cours de rédaction ; elle fixera les objectifs à long terme de la politique énergétique de la France : facteur 4, division par 2 de la consommation d énergie d ici 2050 Dans cette optique, mais également dans le but de réduire nos factures, l audit énergétique va dresser un bilan de nos bâtiments dits «existants» et par la suite proposer un programme de rénovation énergétique précis et adapté à chaque bâtiment. Dans le cas d une copropriété, on distingue 2 types d audit, le règlementaire et le volontaire. On parle d un audit règlementaire lorsque la copropriété est dans l obligation de réaliser l audit c est-à-dire qu elle regroupe les conditions suivantes : La copropriété dispose de plus de 50 lots (principaux et annexes). Le système de chauffage ou de refroidissement est collectif. Le permis de construire a été déposé avant le 1 er janvier Lors de la réalisation d un audit règlementaire, le bureau d études est tenu de respecter un cahier des charges décrit dans la norme NF EN et donc de respecter une certaine mise en forme et un contenu. Il est notamment demandé que l étude ne porte exclusivement sur 5 usages : o o o o o Le chauffage Le refroidissement L eau chaude sanitaire L éclairage Les auxiliaires (pompes, ventilations ) La copropriété soumise à l obligation de réalisation d audit a jusqu au 1 er janvier 2017 pour le réaliser. Si l un des 3 cas d obligation ne se présente pas, alors on dit qu il est volontaire. Le bureau d études et la maitrise d ouvrage sont donc libres de convenir ensemble des postes à étudier. Qu il soit règlementaire ou volontaire, l audit va permettre au maitre d ouvrage de choisir et d identifier les postes sur lesquels agir en priorité afin de réduire ses dépenses énergétiques et ainsi ses factures. 2

4 Phase 1 Le Bâtiment Existant 3

5 2. Présentation du site. Département : -Val de Marne (94) Adresse : Ville : -5 avenue Aristide Briand L HAY LES ROSES Nombre de bâtiment : 4 Nombre d appartement 119 Année de construction 1961 (début de construction) Zone Climatique : Altitude : Température de base ext : Ensoleillement : DJU : H1a 42 à 109 m -7 C Wh/m²/an 2416 C. jour 4

6 Nombre d'appartement par bâtiment T1 T2 T3 T4 T5 Total Bâtiment A Bâtiment B Bâtiment C Bâtiment D Total Répartition et surfaces d appartement par escalier et bâtiment Bâtiment Cage escalier T1 T2 T3 T4 T5 Total A Escalier Escalier Escalier B Escalier Escalier Escalier Escalier C Escalier Escalier Escalier D Escalier Escalier Total

7 Surface utile par bâtiment Nombre de niveau Surface par niveau Surface par bâtiment Total Bâtiment A Sous-Sol + RDC (+52) 1188 Bâtiment B RDC Bâtiment C RDC m² Bâtiment D RDC Pour permettre le calcul des valeurs permettant d obtenir un classement énergétique (sur les étiquettes) la surface utilisée est la SHON (Surface Hors d Oeuvre Net). Pour calculer il suffit d appliquer un coefficient donné sur la surface Utile calculée précédemment. SHON = SU x 1.05 = 6686 x 1.05 = 7020 m² SHON Remarque : - Le bâtiment E n est pas pris en compte dans le périmètre de l étude. - Pour les calculs, les surfaces de paliers ont été ajoutées aux surfaces données par la maitrise d ouvrage. - La surface des caves n est pas prise en compte dans les calculs car elle n est pas chauffée. - Idem pour la surface des cages escaliers. 6

8 3. Analyse du ou des bâtiment(s) existant(s). Cette partie du rapport est dédiée à l analyse détaillée de ce qui compose l enveloppe du bâtiment. Toutes les parois énumérées ci-après sont déperditives. C est-à-dire qu elles séparent un local chauffé (pièce de vie) de l extérieur ou d un local non chauffé. Parois opaques Les Murs extérieurs Bâtiments A, B et C Structure : Murs porteurs et plancher béton avec remplissage brique Pignons en béton Substrat en béton Intérieur : Placoplâtre de 13 mm Isolation : - Extérieur : Briques sur les façades et pierre de moellons pour les pignons 7

9 Bâtiment D Structure : Intérieur : Murs et plancher béton remplissage béton Placoplâtre de 13 mm (hypothèse) Isolation : - Extérieur : Enduit Remarque : - La brique extérieure est légèrement dégradée, ses propriétés thermiques permettent d avoir un minimum d isolation. - Certaines parois sont extrêmement déperditives - En hiver, les substrats sont des parois extrêmement déperditives qui nuisent aux besoins en chauffage et donc sur les consommations. Ces parois sont fermées ou ouvertes à l intérieur selon les logements. - Le bâtiment est victime de multiples fissures notamment sur le bâtiment B. Le Conseil Syndical a engagé des procédures pour les traiter rapidement. Plancher Haut Structure : Face Intérieure : Isolation : Face Extérieure : Béton Placoplâtre Polystyrène Extrudé 50 mm (hypothèse) Etanchéité Remarque : - La maitrise d ouvrage a décidé de refaire l étanchéité en isolant les toitures. - Pour le respect des normes de sécurité, il est important de mettre en place des gardes corps sur les bordures. 8

10 Plancher bas Le plancher bas est sur cave. Structure : Béton Armé Face intérieure : - Isolation : - Face sous-sol : Béton Remarque : - Le plancher est en bon état dans l ensemble - Les tuyaux du plancher chauffant du RDC chauffent les caves - La configuration de la cave est propice à l isolation. 9

11 Menuiseries Parties privatives 50% des fenêtres ont déjà été remplacées par les propriétaires. Origine : Remplacé : Protection solaires : Bois Simple vitrage PVC Double vitrage Volets battants (d origines ou remplacés) Remarque : - Certaines fenêtres remplacées n ont pas de bouche d entrée d air. - Il y a présence de beaucoup de ponts thermiques au niveau de certaines fenêtres. Parties communes Porte d entrées : Parois vitrée cages escalier : Métallique Simple vitrage Pavés de verre Remarque : - Les portes d entrées sont généralement en bon état. 10

12 Les ponts thermiques Les ponts thermiques sont causés par la rupture d'un isolant (par exemple lorsque deux parois se joignent). Selon la forme du pont thermique, les pertes sont plus ou moins importantes. La Règlementation Thermique 2005 sur les bâtiments existants, a mis en place une base de données TH-U qui permet de définir la valeur par défaut de chaque pont thermique pouvant se former au sein d'un bâtiment. En prenant soin de renseigner sur quelle distance chaque pont thermique va s'étendre, le logiciel va pouvoir déterminer les déperditions totales dues aux ponts thermiques. Les ponts thermiques les plus courants sont listés ci-dessous : Liaison plancher bas / mur Y = W/m/K Longueur = 782 m Pertes thermiques entre les murs donnant sur l'extérieur et un plancher bas sur terre-plein. La valeur du Y est différente pour un plancher bas sur un local non chauffé (type vide sanitaire). Liaison plancher intermédiaire / mur Y = 2 * 0,550 W/m/K Longueur = 8516 m Pertes thermiques entre mur les murs donnant sur l'extérieur et les planchers intermédiaires. La valeur du Y est doublée puisque il y a 2 contacts. Liaison plancher haut / mur Y =0,220 W/m/K Longueur = 782 m Pertes thermiques entre les murs donnant sur l'extérieur et le plancher haur donnant également sur l'extérieur (ou local non chauffé). Liaison mur / mur Rentrant : Y = 0,170 W/m/K Sortant : Y = 0,020 W/m/K Longueur = 6132 m Pertes thermiques entre 2 murs. Une différence importante du Y est notable selon la position de l'angle. Liaison mur / refend Y =2 * 0,500 W/m/K Longueur = 2096 m Pertes thermiques entre un mur et un refend. 11

13 Infiltration d air Sans mesures réelles d infiltrométrie, quantifier l infiltration à travers l enveloppe est difficile. Il existe des coefficients réglementaires à appliquer en fonction de l état des menuiseries et de la ventilation. Les infiltrations à travers l enveloppe sont importantes au niveau des menuiseries bois simple vitrage. Les claustras contribuent grandement au renouvellement d air des parties privatives. Selon l aménagement du logement, ces substrats donnent sur un local non chauffé fermé ou bien ouvert aux moyens d une fenêtre ou d une porte. Selon leur nature, la part des infiltrations dans les déperditions globales est faible. En revanche, l infiltration d air joue un rôle important sur le ressenti des personnes (sensation de courant d air). Remarque : - Si la maitrise d ouvrage décide de fermer ces claustras en les isolants, la mise en place d une ventilation contrôlée sera indispensable pour conserver un taux de renouvellement d air correct dans les logements. 12

14 4. Répartition des déperditions. Ce tableau va permettre de classifier les différentes parois énumérées dans le paragraphe précédent. Sont considérés comme parties chauffées les parties privatives de l immeuble. Toutes les circulations, caves et cages escalier sont considérées comme des locaux non chauffés. La performance thermique d une paroi dépend de sa composition. Pour la modélisation, les parois ont été modélisées selon des observations sur site ou bien des hypothèses selon l année de construction et le site. Désignation Localisation Surface (m²) Déperditions (W) U (W/m²/K) U TH-CE-ex (W/m²/K) Note Murs façades Enveloppe Murs du bâtiment D Enveloppe Murs Pignons Enveloppe Toit Derniers niveaux Toit bâtiment D Dernier niveau Plancher Bas Fenêtre bois Simple vitrage Fenêtre PVC double vitrage Rez-dechaussée Enveloppe Enveloppe Coefficient U : C est le coefficient de transmission thermique de la paroi. Il se traduit par la perte thermique en Watt sur une surface de 1 m² de paroi pour une différence de température de 1 C entre l intérieur et l extérieur. Plus ce coefficient est petit, meilleure est la paroi. Coefficient TH-CE-ex : Il s agit des valeurs de référence de la règlementation thermique sur les bâtiments existant. (Article du 13 juin 2008) Remarque : - L ensemble des parois verticales ne sont pas isolée thermiquement. Leurs valeurs de U sont donc loin de la valeur de la règlementation sur l existant. 13

15 5. Reconnaissance des systèmes énergétiques. Cette partie est dédiée au recensement de tous les systèmes dit énergétique c est-à-dire qui ont besoin d énergie pour fonctionner. Chauffage Local Puissance installée : Implantation : 2 x 700 kw Sous-sol Année de construction : Années 60 Remarque : - De même que le plancher bas, le réseau de chauffage du RDC chauffe la chaufferie. - Aucune anomalie normative n a été détectée. Consignes de température Les équipements de chauffage doivent maintenir les consignes suivantes : - De 6h à 22h : 21 C (+1 C/-0 C), pendant la période de chauffe. - De 22h à 6h : 18 C, pendant la période de chauffe. La période de chauffe se situe du 1 er octobre au 15 mai. Le respect des consignes de température est régulé par une loi d eau. Ce système permet de réguler la température d eau se trouvant dans les tuyaux de chauffage au sol en fonction de la température extérieure. Remarque : - Bien vérifier l emplacement de la sonde extérieure qui doit être au Nord (pour éviter tout contact avec le rayonnement solaire. 14

16 Production de chauffage Énergie Gaz Organe Génératrice Brûleur Type Chaudières (1 condensation, 1 standard) Air pulsé Marque REMEHA FRANCE CUENOD C 75 x 2 Puissance kw kw Année 2003 et État Récente Récents Régulation Fonctionnement : 1 Base + 1 Appoint Cascade : chaudières montées en cascade avec isolement hydraulique Température : retour chaudière à 74 C Remarque : - La thermographie nous permet de remarquer que la chaudière en fonctionnement rayonne dans la chaufferie. La mise en place d une isolation autour du corps de chauffe permettrait de diminuer ces pertes. - Les canalisations sont très bien calorifugées. - En parcourant le manuel de chaufferie, nous avons remarqué qu aucun nettoyage du pot à boue n avait été effectué depuis son installation. La fréquence de nettoyage dépend de l état du circuit, nous recommandons de le nettoyer tous les 6 mois. Cette prestation peut être comprise dans le contrat de maintenance de base. 15

17 Distribution Boucle primaire de chauffage : Remarque : - Les tuyaux sont correctement calorifugés. Emission Type : Plancher chauffant Marque : - Puissance : - Année : Régulation : D origine Régulation centrale. Robinet de régulation à l entrée des logements. Remarque : - La répartition du plancher chauffant n est pas homogène dans toutes les pièces, cela peut jouer un rôle dans le confort des occupants. - Lors de notre visite, le plancher chauffant chauffait encore alors que la température extérieure dépassait les 19 C à l ombre. La régulation peut être affinée à ce niveau. 16

18 Production d Eau Chaude Sanitaire (ECS) Production La production est gérée par la chaudière à condensation. La maitrise d ouvrage prévoit de faire travailler la chaudière d appoint l été pour l Eau Chaude Sanitaire. Stockage ECS La production est dite en instantanée. Il n y a donc pas de stockage. Distribution CBoucle ECS Organe Type Echangeur Echangeur à plaques Marque URANUS 220 Année - État Etat d usage Remarque : - Les tuyaux sont correctement calorifugés. - L échangeur n est pas isolé, lors de l échange, les pertes sont importantes. Il existe des boites isolantes permettant d isoler entièrement l échangeur. 17

19 Ventilation Dans les parties privatives, le renouvellement d air est assuré par une ventilation naturelle de type shunt. Entrées d air L arrivée d air neuf est assurée par les entrées d air autoréglables placées sur les fenêtres des pièces de vie (séjour, chambres). Il existe également des infiltrations d air «indésirables» passant par les défauts d étanchéité mais aussi par les claustras plus ou moins protégés ayant un contact direct avec les mouvements d air venant de l extérieur (vent). Remarque : - Un renouvellement d air trop important peut apporter un inconfort pour les occupants. Extractions d air L air est extrait via des bouches d extraction situées dans les pièces humides (cuisine, salle de bain, wc ) et relié à des conduits d aération commun qui évacuent l air par le toit. Remarque : - La performance de cette installation dépend de la configuration du logement (amenées d air suffisante). Cette ventilation étant non contrôlé si elle ne se fait pas correctement des tâches d humidité peuvent apparaître sur les parois 18

20 Evaluer les déperditions par renouvellement d air de type naturel est difficile. La norme NF EN ISO va permettre d estimer ces renouvellements d air selon la configuration du ou des bâtiments. n = 0.9 vol / h soit m3 / h d air infiltré. Pour un volume total de m3. Eclairage Seul l éclairage des parties communes est étudié. Ampoules On retrouve plusieurs type d éclairage et d ampoule dans l ensemble des bâtiments. Les cages escalier sont éclairées par des ampoules fluo compactes. Les caves sont éclairées essentiellement par des ampoules halogènes (ou incandescentes). Certaines parties des caves par des tubes fluorescents. L éclairage extérieur est géré par 8 lampadaires à ampoules halogènes. 19

21 Gestion L éclairage des cages d escaliers et des caves est géré de la façon suivante : 1 Allumage : - Interrupteur - Début de mise en place de détecteur de présence dans certaines parties des caves. 2 Extinction : - Minuteurs, avec temporisation de 4 minutes. - Minuteurs de 6 minutes pour la partie où la cave est sur 2 niveaux. Remarque : - La gestion de l éclairage des parties communes est bonne dans l ensemble (répartition de l éclairage dans les caves). - Les interrupteurs des circulations des caves sont souvent difficiles à repérer lorsque la lumière est éteinte. La mise en place d interrupteurs avec un voyant lumineux plus important permettrait de garantir une meilleure sécurité des personnes. - La mise en place de lampe fluo-compactes dans les globes est une bonne idée pour réduire ses consommations. Mais ces ampoules n aiment pas être allumées et éteintes continuellement. A l avenir il serait peut-être plus approprié de remplacer ces ampoules par des LED répondant plus favorablement à une demande ponctuelle d éclairage. 20

22 3 Schémas de comptage. Le schéma ci-dessous représente la synthèse de l installation de comptage actuelle, reliée aux différents usages des bâtiments. Point de comptage Chaque logement possède son compteur électricité, eau chaude et eau froide. L électricité des locaux communs est compté à chaque pour chaque cage escalier. 21

23 4 Relevé des factures énergétiques. Consommation d électricité Le graphique ci-dessous récapitule les consommations d électricité totale de l ensemble des parties communes des bâtiments de la copropriété. kwh Consommation d'électricité réelle La consommation électrique de la résidence est en moyenne de kwh/an ce qui revient à environ 4800 HT / an pour un prix de l énergie à 9 c / kwh. Consommations de Gaz Compteur Tarif B2S Résidentiel Volume consommé en m3 Consommation en kwh Les consommations de Gaz naturel de la résidence sont donc de kwh / an ce qui revient à HT / an et 945 HT/an d abonnement. Remarque : - Du fait du changement de fournisseur, les consommations de gaz sont évaluées sur une seule année. 22

24 Consommations d eau Les valeurs ci-dessous sont exprimées en m3 / an. Provenance Concerné Usage MOYENNE Factures globale Relevés compteurs individuels Conso des parties communes Résidence Résidence Eau Froide + Chaude Eau Chaude seule * Communs Eau froide * Les consommations de l année 2014 ont été estimée à partir des consommations précédentes. Car les factures d eau «globales» sont erronées. Les consommations d eau de la résidence sont donc en moyenne de 7980 m3 / an ce qui revient à HT / an sachant que l eau chaude représente 23 % de ces consommations. Remarque : - A la lecture des factures d eau de l année 2014, les relevés indique une baisse considérable des consommations d eau qui devient nulle pour 2 trimestres à la suite. Or pour une copropriété, il est impossible que ce compteur ne relève pas de différence d un trimestre à un autre. Le compteur d eau principal doit être défectueux, il est extrêmement important pour l exploitant d effectuer une maintenance sur celui-ci afin d assurer un suivi cohérent dans les factures. Répartition des consommations Les charges de la résidence sont réparties de la façon suivante : Postes HT/an Gaz Elec 4853 Eau TOTAL % 33% 62% Chauffage Electricité Eau La résidence dépense donc chaque année HT pour l alimentation en électricité, en eau et en gaz. Cela équivaut à de charges s élevant à 794 HT / an par appartement. Le gaz représente 62% des dépenses totales d énergies. On en déduit donc que c est sur le poste de chauffage et d eau chaude sanitaire qu il faut agir en priorité si on souhaite agir directement sur la consommation énergétique afin de réduire la facture. 23

25 5 Classement énergétique et climatique. Consommation Energétiques L étiquette Énergie est réalisée à partir des consommations annuelles d énergies primaires PCI. Elle représente la consommation annuelle d énergie primaire en kwh par m² de surface SHON. Énergie Finale (EF) Il s agit de l énergie qui est facturée, celle qui arrive au compteur. Énergie Primaire (EP) Il s agit de l énergie totale qu il a fallu fournir en amont pour que cette énergie finale arrive jusqu au compteur. Le coefficient de conversion pour l électricité est de Il est de 0.6 pour le bois, 1 pour les autres énergies. Le tableau ci-dessous présente les consommations d énergies primaires par m²shon en fonction des énergies et des usages énergétiques. Énergies Gaz Usages Chauffage 217 ECS 27 Consommations kwh EP/m²SHON 244 Éclairage 6.13 Électricité Ventilation Auxiliaires et autre 1.2 TOTAL

26 Emissions de Gaz à Effet de Serre L étiquette Climat est réalisée à partir des consommations d énergies finales PCI. Elle représente les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) annuelle en kg équivalent CO2, par m² de surface SHON. Le tableau ci-dessous présente les émissions de GES par m²shon en fonction des énergies et des usages énergétiques Énergies Gaz Usages Chauffage 50 ECS 7.5 Consommations kwh EP/m²SHON 57.5 Éclairage 0.5 Électricité VMC Auxiliaires et autre 0.04 TOTAL 58 Etiquettes Energie Gaz à Effet de Serre 252 kwhep / m² / an 58 kgco2 / m² / an 25

27 6 Bilan du questionnaire En premier lieu, COPRO-DIAG vous remercie d avoir été aussi nombreux à répondre à notre questionnaire. Nous avons eu plus de 35% de réponse. Ce questionnaire nous permet de d étudier les besoins et les inconforts de la copropriété du point de vue des occupants en fonction de l emplacement de leur appartement et de leur gestion personnelle. INFORMATIONS SUR L OCCUPANT : Nous avons reçus un nombre de questionnaire par bâtiment en fonction de leur taille. Nous n avons eu aucun retour du bâtiment D Principalement, les répondants possèdent des appartements au milieu des bâtiments et aux derniers étages. CONFORT D HIVER : Note Régulation Confort en chaleur Chauffage d appoint Parois froides Humidité Condensation Ouverture des fenêtres Le confort oscille entre A et B et descend rarement en dessous de C, les occupants ont donc rarement froid. La présence d un chauffage au sol est souvent synonyme d impossibilité de régulation pour les occupants. Dans ce type de cas, il est souvent important de garder une homogénéité dans les performances thermiques des parois de la résidence. En général, le système de production de chaleur suffi amplement à chauffer les appartements correctement. Quelques inconforts peuvent subvenir lorsque qu il y a présence de plusieurs parois froides (au RDC et pignon par exemple) Très rarement mentionné Quelques personnes recensent des parois froides. Cela est souvent dû à la situation géographique de l appartement. Cela dépend de l état de rénovation du bâtiment. Lorsque les fenêtres sont rénovées, les gens ont souvent des problèmes d humidité. Et inversement pour les personnes qui n ont pas rénové. Même situation que pour l humidité. Beaucoup de personne ouvrent pour aérer leur logement en hiver. Mais on retrouve également un grand nombre d occupant qui ouvrent l hiver pour rafraîchir. Pour certains appartement (notamment ceux situé en milieu de bâtiment) la température ambiante est trop élevée et donc les résidents sont souvent contrains d ouvrir leur fenêtre pour ne pas avoir trop chaud. CONFORT D ETE : En général, l été est confortable pour les résidents. La surchauffe des logements y est très rare, et les protections solaires lorsqu elles sont nécessaires suffisent pour contrer la chaleur. 26

28 EAU CHAUDE SANITAIRE : L eau chaude sanitaire est bien gérée dans son ensemble. Les seuls retours négatifs sont peut-être dus à une robinetterie défaillante. La boucle d ECS permet d avoir un accès rapide à l eau chaude. PARTIES COMMUNES : Les parties communes ne sont pas vues de la même façon dans tous les bâtiments. Les questionnaires du bâtiment A recensent souvent un inconfort et une insécurité de l éclairage dans les circulations des caves. Peu d anomalies sont révélées dans le bâtiment B. Le bâtiment C a également quelques soucis d éclairage mais aussi parfois quelques sensations de courants d air. TRAVAUX D AMELIORATIONS : Isolation Part des charges Démarche d économies Plus de la moitié des propriétaires ayant répondu au questionnaire ont isolé leur appartement (fenêtres ou doublage) Dans l ensemble, la part des charges est décrite comme étant plutôt correcte. En moyenne : - Sont pour les personnes des bâtiments A et B - Sont contre les personnes du bâtiment C Modification extérieure En général, les personnes sont contre une modification de la façade du bâtiment. Fenêtres changées Bruits extérieurs Bruits intérieurs Dans l ensemble des questionnaires, plus de la moitié des occupants ont changé leurs fenêtres pour du double vitrage. L emplacement de la copropriété limite grandement la présence de bruit de la circulation ou autre sources venant de l extérieur. Les occupants sont tous d accord sur ce point. Il est rare qu un occupant ne signale aucun bruit parasite intérieur. D un point de vue phonique, les appartements sont mal isolés. On relève beaucoup de bruit au niveau des gaines techniques qui sont souvent situées entre 2 appartements. CONCLUSION DES QUESTIONNAIRES : En hiver, la température de chauffage est souvent trop élevée pour certain résidents, jusqu au fait qu ils soit obligés de rafraichir en ouvrant les fenêtres. Le fait de changer les fenêtres rend encore plus étanche l appartement, les infiltrations indésirables non contrôlées disparaissent créant ainsi un phénomène de surchauffe et/ou un fort taux d humidité du fait d un renouvellement d air insuffisant. Si la copropriété vote le remplacement de l ensemble des fenêtres, il nécessaire de mettre en place une ventilation contrôlée afin d éviter ces phénomènes d inconfort. Les circulations des caves sont souvent mal éclairées, il faudra réétudier la gestion de l éclairage de ceux-ci pour répondre aux normes de sécurité. Les bruits intérieurs relevés proviennent souvent de la gaine technique située entre les appartements. 27

29 Phase 2 Etude et propositions d améliorations 28

30 7 Préconisations de travaux. Nous présentons dans cette partie, les préconisations de travaux que nous avons identifiées. Les préconisations sont induites de l étude précédente et de la modélisation du bâtiment qui nous a permis d identifier les points faibles du bâtiment. Lors de notre visite sur site, les personnes nous ayant accompagnées nous ont également parlé de projet et de priorité de travaux. Ces 2 conditions réunies nous permettent d ordonner les préconisations et de les inclure dans des scénarios logiquement classés suivant le prix, l importance des travaux et la logique de la rénovation. Enveloppe thermique : Le chauffage représente 62% des consommations de la résidence, il est donc impératif d agir sur le bâtiment dans le but de réduire ces consommations. Le bâtiment n étant pas ou quasiment pas isolé, les déperditions sont importantes. Dans son projet de rénovation, le CS a voté l étanchéité des toitures terrasses avec isolation, se sera donc la première préconisation. Les photos thermiques nous permettent de remarquer que le système de plancher chauffant est extrêmement déperditif dans les caves, il serait donc intéressant et simple à mettre en œuvre d isoler le plancher haut des caves. Concernant les menuiseries, nous étudierons l impact d un remplacement du restant des menuiseries bois simple vitrage (hypothèse de 50% des baies). Pour aller plus loin et à titre d information, un ravalement avec isolation thermique par l extérieur sera étudié. Chauffage et ECS : La régulation et l isolation de ces systèmes est plutôt bonne. Néanmoins, les questionnaires font ressortir que les résidents ont souvent chaud l hiver et ont besoin d ouvrir leurs fenêtres. Si lors d un programme de rénovation la résidence venait à être isolée, il serait nécessaire d abaisser la consigne de chauffage pour garantir un bon confort. Ventilation : La ventilation est naturelle et basé sur un tirage thermique. Ce système fonctionne mal lorsqu il pleut ou bien pendant les misaisons où la différence de température intérieure extérieure est faible ou inversement l excès de vent provoque un trop fort débit. Lorsque l on isole un bâtiment (ne serait-ce que par le changement des fenêtres), les points d infiltrations disparaissent et il est nécessaire d évacuer l humidité présente dans l air ambiant. Pour garantir une bonne ventilation, il est nécessaire de mettre en place un tirage mécanique permettant de contrôler les débits d airs circulants dans les appartements. Nous étudierons l impact de la mise en place de ce type de système. Electricité : L électricité est globalement bien gérée. La résidence doit continuer dans sa voie de mise en place de système de détection de présence et de remplacement des ampoules incandescentes dans les globes. 29

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 RCS : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Rapport synthétique d audit énergétique - V1

Rapport synthétique d audit énergétique - V1 Rapport synthétique d audit énergétique - V1 COPROPRIETE La Fontaine des Joncs 91380 CHILLY MAZARIN 175 appartements, 1 loge gardien Adresse copropriété : La Fontaine des Joncs 91380 CHILLY MAZARIN Adresse

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

Autres modalités d'application

Autres modalités d'application Mars 2014 FISCAL CIRCULAIRE D INFORMATION TVA à 5,5 % au 1 er janvier 2014 Définition des travaux induits et nouvelles précisions L administration publie la liste officielle des travaux induits en complétant

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Copropriété : Nom de la copropriété : Nombre total de bâtiments dans la copropriété : Nombre total de logements dans la copropriété :

Copropriété : Nom de la copropriété : Nombre total de bâtiments dans la copropriété : Nombre total de logements dans la copropriété : TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX, METROPOLE «FORMULAIRE TYPE COPROPRIETES DEVIS» CADRE A Données relatives à la

Plus en détail