AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil"

Transcription

1 AUDIT ENERGETIQUE Résidence LAFERRIERE Créteil 2013

2 Rédaction Pierre CHAMPENOIS Validation Guillaume AUBRY Ind. Date Modification VP1 20/02/2013 Version intermédiaire avant réunion de travail avec le CS. VF1 05/03/2013 Version finale : Modification des interventions de conversion énergétique (analyse comparative) Ajout du plan de travaux proposés Siège et agence de Nantes Agence de Paris 26 bd Vincent Gâche 3, rue rondelet Nantes Paris T T F F

3 SOMMAIRE 1 PRESENTATION DE L ETUDE GENERALITES 5 MOYENS UTILISES 5 METHODE ET HYPOTHESES 6 2 PRESENTATION DU SITE LOCALISATION 7 SURFACES ET TYPOLOGIES 8 TRAVAUX SUR LE PATRIMOINE 9 3 BILAN DES CONSOMMATIONS CONSTATEES ET SIMULEES ANALYSE DES CONSOMMATIONS REELLES DU SITE 10 BILAN DU CALCUL REGLEMENTAIRE 13 BILAN DES CONSOMMATIONS REELLES (SIMULEES SOUS WINPTZ) 14 4 PERCEPTION DU CONFORT THERMIQUE PAR LES OCCUPANTS CONFORT HIVERNAL 15 EAU CHAUDE SANITAIRE 16 5 ANALYSE THERMIQUE BATI MURS EXTERIEURS OUVRANTS MURS INTERIEURS PLANCHERS HAUTS PLANCHERS BAS BILAN DES DEPERDITIONS THERMIQUES SYSTEMES DE VENTILATION 26 INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE REGULATION PRODUCTION D ECS 33 6 TABLEAU RECAPITULATIF DES INTERVENTIONS 35 7 PROPOSITION DE PLAN DE TRAVAUX D ECONOMIES D ENERGIES PHASE 1 : TRAVAUX PRIORITAIRES PLAN D ACTION INVESTISSEMENTS ECONOMIE PERFORMANCE ENERGETIQUE PHASE 1BIS : TRAVAUX A REALISER EN COMPLEMENT DE LA PHASE INVESTISSEMENTS SUPPLEMENTAIRES ECONOMIE (PAR RAPPORT A LA SITUATION EXISTANTE) PHASE 2 : TRAVAUX FUTURS PLAN D ACTION INVESTISSEMENTS ECONOMIE PERFORMANCE ENERGETIQUE 40 8 GLOSSAIRE 41 9 ANNEXE 43 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 3/58

4 RESULTATS DU QUESTIONNAIRE 43 HUMIDITE 46 EAU CHAUDE SANITAIRE 46 CALCUL DE DEPERDITIONS THERMIQUES 47 CONFIGURATION DU RESEAU DE CHAUFFAGE 57 DETAIL DU RESULTAT DES SCENARIOS PHASE PHASE /58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

5 1 PRESENTATION DE L ETUDE 1.1 Généralités Conformément au cadre définit par l Ademe pour la réalisation d audits énergétiques, le présent document a pour objectif, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentée de programmes d économie d énergie (appelés scénario) et d amener le maître d'ouvrage à décider des investissements les plus pertinents. Pour des projets importants, l audit sera suivi par des études de maitrise d œuvre. Il aide le maître d'ouvrage à décider, en connaissance de cause, chiffres en main, le programme des interventions que nécessite son bâtiment. A lui ensuite de choisir des intervenants compétents, de faire réaliser les travaux et les réceptionner, et enfin, de gérer ses consommations énergétiques. Exemple de déroulement d un projet d amélioration thermique (source Ademe) Ce rapport répond à l exigence du décret no du 27 janvier 2012 relatif à l obligation de réalisation d un audit énergétique pour les copropriétés. 1.2 Moyens utilisés - Logements visités : 4 pièces R+1, 3 pièces R+3, 4 pièces R+4, 3 pièces R+2, Synthèse de la visite - Accès en chaufferie, accès aux caves, - Les conditions climatiques ont permis la réalisation de thermographie infrarouge. - Plans de masse et plans de niveau du bâtiment 7, - Consommations de fioul, Documentation utilisée - Carnet de chaufferie. - Contrat d exploitation de chauffage - Enquêtes de satisfaction chauffage Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 5/58

6 1.3 Méthode et hypothèses Le diagnostic est réalisé avec l aide de deux outils de modélisation thermique : 1. La méthode réglementaire ThCE-ex pour l application de la réglementation thermique dans les bâtiments existants (calculs réalisés avec le logiciel de Perrenoud U48). Les résultats obtenues sont le niveau de consommation réglementaire du bâtiment (ou Cep) et les autres indicateurs réglementaires. Cette méthode ne prend pas en compte les spécificités comportementales (température, consommations d eau chaude sanitaire ) et se base à la place sur un comportement dit conventionnel. Les consommations simulées peuvent différer des consommations réelles. 2. Le logiciel WinPTZ de Perrenoud qui permet de prendre en compte les spécificités comportementales afin d effectuer un rapprochement du modèle réglementaire avec la réalité. La prévision des économies d énergies des interventions et scénarios est par conséquent améliorée. Les résultats d économies présentés sont issus de ce modèle. Pour évaluer le coût des consommations d énergies, les prix de l énergie sont issus des factures de la copropriété lorsque les données sont disponibles. A défaut, ou pour les consommations individuelles, l audit est basé sur les données de l observatoire des prix de l énergie du Ministère de l Écologie, du Développement Durable (Base de données Pégase). Pour déterminer les temps de retour, des taux annuels d actualisation ont été utilisés pour les coûts : soit +4% par an pour l énergie, +2% pour les prestations d entretien. 6/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

7 2 PRESENTATION DU SITE 2.1 Localisation 37, 39, 41 rue de Bonne 2 à 22 rue latérale 38, 40 avenue Laferrière CRETEIL Bâtiment 4 Bâtiment 5 Bâtiment 3 Bâtiment 1 Bâtiment 6 Bâtiment 2 Bâtiment 7 Bâtiment 9 Bâtiment 8A Bâtiment 8B La résidence est située dans une zone résidentielle. Les façades sont principalement exposées à l Ouest et à l Est, ceci ne permet pas d optimiser les apports solaires. Les bâtiments 2, 9 et 8B possèdent une orientation différente des autres ce qui peut accentuer le déséquilibre thermique (différence de température entre les logements en période hivernale). La présence d arbre à feuilles caduques permet de valoriser les apports solaires en période de chauffage et de s en protéger en période estivale. En revanche la présence d importantes surfaces goudronnées favorise la surchauffe estivale. La surface vitrée représente 32% de la surface de façade et 20% de la surface chauffée. Ces valeurs moyennes cachent une disparité importante entre les bâtiments. Ceci complexifie l équilibrage de température sur l ensemble du site. Le rez-de-jardin est entièrement occupé par les caves et garages. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 7/58

8 Plan de repérage des bâtiments 2.2 Surfaces et typologies Surface Année de Logem Répartition par type Bât. Niveau Tranche habitable SHON Tantièmes construction ents T2 T3 T4 T5 SHAB m² R R R R R R R A R B R R Commentaires : Les typologies ont été obtenues par le biais des règlements de copropriété de chaque bâtiment. La surface habitable totale a été transmise par le président de la copropriété, la répartition des surfaces habitables de chaque bâtiment a été estimée à partir de cette dernière surface et des tantièmes. Enfin la surface SHON a été estimée en multipliant la SHAB par le coefficient 1,2 en l absence d information précise sur la SHON réelle. 8/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

9 2.3 Travaux sur le patrimoine La liste des travaux déjà réalisés ou prévus sur le site est la suivante : Travaux Année Remplacement des menuiseries (à l initiative de certains propriétaires) Variable Remplacement des canalisations enterrées de chauffage 1990 Ravalement des murs extérieurs 1993 Rénovation des terrassons (hors bâtiment 8B) 2003 Flocage du local vide ordure (bâtiment 7) 2010 Installation d une chaudière de 530 kw 2011 Mise en place de vannes TA (équilibrage groupe de bâtiment par groupe de bâtiment) 2012 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 9/58

10 Consommation ramenée à la rigeur climatique (kwh/dju) 3 BILAN DES CONSOMMATIONS CONSTATEES ET SIMULEES 3.1 Analyse des consommations réelles du site L analyse des consommations d énergie est réalisée ci-après à partir des relevés de fioul et du montant dépensé. Fioul Consommations (kwh PCI ) Année Moyenne décennal e Dépenses ( TTC ) Coût unitaire (c TTC /kwh) Emission de CO 2 (tonnes) Rigueur du climat (DJU) Station météo : Paris Montsouris 6,96 8,72 5,94 6,60 9, Ratio (kwh/dju) Consommation surfacique (kwh/m SHAB ²) Evolution de la consommation corrigée de la rigueur climatique Moyenne décennale Analyse : Le ratio kwh/dju est en baisse sur la période d analyse. Aucuns travaux significatifs n ont été menés sur l enveloppe entre 2007 et 2010 pouvant expliquer cette évolution. La réduction de la consommation d Eau Chaude Sanitaire sur la même période explique en partie cette baisse. L installation d une nouvelle chaudière en 2011 peut expliquer les valeurs plus faibles de 2010 et La modification des paramètres de la régulation peut expliquer également les variations constatées. 10/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

11 Consommation d Eau Chaude Sanitaire : L indicateur utilisé pour l analyse des consommations d Eau Chaude Sanitaire est appelé "q". Le ratio "q" caractérise l énergie consommée pour produire 1 m3 d Eau Chaude Sanitaire (exprimé en kwh/m 3 ). Ce ratio est habituellement compris entre 100 et 130 kwh/m 3 pour les installations comprenant un bouclage. Conso. ECS été Conso. ECS été q été ECS annuel Année (m3) (kwh) (kwh/m3) (m3) Moyenne Volume de consommation d Eau Chaude Sanitaire : La consommation d Eau Chaude Sanitaire est faible. La moyenne attendue au vue des typologies de logement est de m 3 /an soit un tiers de plus que la consommation constatée. Elle est par ailleurs en baisse sur la période d analyse. La faible consommation d Eau Chaude Sanitaire peut être liée à - Une part de logement non occupée, - Un nombre d occupant inférieur à ce qu offre la typologie des logements, - Des pertes d eau faibles (notamment grâce à la proximité des points de puisage avec le bouclage), - Une attitude économe des occupants. Performance de la production d Eau Chaude Sanitaire : Le ratio "q" est élevé : 213 kwh/m 3 (soit un rendement de production-distribution de 25%) Pour mémoire la valeur couramment rencontrée est comprise entre 100 et 130. La faible consommation d Eau Chaude Sanitaire en volume explique la forte valeur "q" : plus le volume de consommation est faible plus la part de perte de chaleur sur le réseau devient élevée en proportion. Un calcul a été réalisé en prenant en compte la consommation théorique d Eau Chaude Sanitaire le ratio "q" est alors de 127 kwh/m 3. Ceci correspond au ratio couramment rencontré pour un site de faible performance. Répartition des consommations de chaleur : L analyse de la consommation mensuelle et la modélisation thermique nous amène à estimer la consommation annuelle de fioul nécessaire à la production d Eau Chaude Sanitaire à kwh/an soit 50 kwh/m².an. La consommation totale étant de 176 kwh/m SHAB².an, ceci nous permet d obtenir un estimatif de la répartition entre le chauffage et l Eau Chaude Sanitaire : Consommation (kwh/m².an) Proportion Total % Chauffage % Eau Chaude Sanitaire 50 28% Ces données permettent de positionner la résidence sur l étiquette du diagnostic de performance énergétique (le ratio de consommation est établi à partir de la moyenne sur 3 ans sur la surface habitable). Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 11/58

12 Consommations énergétiques (en énergie primaire) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Consommation réelle : 176 kwh EP /m².an Estimation des émissions : 53 kg éqco2 /m².an Bâtiment économe Bâtiment Faible émission de GES Bâtiment < 51 A 51 à B à à à à à > C D E F G 176 kwhep/m².an < 6 A 6 à 10 B 11 à 20 C 21 à 35 D 36 à 55 E 56 à 80 F > 80 G 53 kgéqco2/m².an Bâtiment énergivore Forte émission de GES L étiquette énergie est élevée mais reste maîtrisée grâce à l isolation générale de l enveloppe. L étiquette climat est pénalisée en raison de l utilisation du fioul qui rejette une quantité importante de CO 2 par rapport aux autres énergies. 12/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

13 3.2 Bilan du calcul réglementaire La simulation, par méthode réglementaire Th-C E ex, de l état initial du bâtiment permet de déduire : La consommation conventionnelle C EP qui correspond aux consommations en énergie primaire de 5 usages (chauffage, ECS, refroidissement, éclairage des logements, auxiliaires de chauffage et de ventilation) par m² de SHON. L étiquette équivalente DPE qui correspond aux consommations en énergie primaire et aux émissions de CO 2 de 3 usages (chauffage, ECS, refroidissement) par m² de SHAB simulées par la méthode Th-C E ex. Bâtiment C EP (kwh EP/m² SHON.an) DPE énergie (kwh EP/m² SHAB.an) DPE climat (kg eq-co2/m² SHAB.an) Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiment 8A Bâtiment 8B Bâtiment Global Commentaires : Les consommations "DPE" (colonnes 3 et 4) issues du calcul réglementaire peuvent être comparées à la consommation réelle (176 kwh/m² SHAB.an) puisque les usages et la surface de référence sont les mêmes. On remarque un écart d environ 10% entre les deux valeurs. Cet écart peut s expliquer par la faible consommation d Eau Chaude Sanitaire. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 13/58

14 3.3 Bilan des consommations réelles (simulées sous WinPTZ) Le tableau ci-dessous présente le bilan de consommation en énergie et en coût. Il est issu de la deuxième simulation réalisée sur la copropriété, permettant de prendre en compte le comportement constaté de la copropriété (et qui diffère de ceux considérés dans le modèle réglementaire). Les paramètres adaptés sont : les consommations d eau chaude sanitaire, les températures de confort, le paramétrage du réduit nocturne. Ces résultats sont ainsi la décomposition la plus proche possible de la répartition des consommations et des coûts. Fioul Electricité Répartition des consommations Conso. d Energie Finale (kwh EF) Conso. d Energie Primaire (kwh EP) Emissions de CO 2 (T éqco2) Bilan financier ( TTC ) Chauffage % 590, Production d ECS % 214, Eclairage % 7, Auxiliaires de chauffage % 0,7 741 Sous-total énergie % 812, Sous-total énergie par logement , Abonnement Elec. bleu base 3 kva Tarif jaune (communs) Entretien Chauffage Sous-total entretien / abonnement Sous-total entretien /abonnement par logement 161 Total % 812, Total par logement , Commentaires : Les charges énergétiques sont élevées, avec une moyenne par logement à /an. Ceci résulte majoritairement du coût élevé du combustible, couplé à une performance moyenne des systèmes et de l enveloppe. Le cout d entretien est issu du contrat de maintenance il a été actualisé selon un taux de 2%/an. 14/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

15 4 PERCEPTION DU CONFORT THERMIQUE PAR LES OCCUPANTS Un questionnaire a été diffusé aux copropriétaires pour demander leur perception du confort thermique dans leur logement. 79 réponses (44% des occupants) ont été retournées. La représentativité des données est ainsi bonne. L intégralité des réponses au questionnaire est disponible en annexe du présent rapport. 4.1 Confort hivernal A la question «Comment qualifieriez-vous le confort de votre logement en hiver», 13% des répondants déclarent avoir chaud ou trop chaud et 25% déclarent avoir une ambiante fraiche ou froide. Qualification du confort hivernal Bon 62% Chaud 9% trop chaud 4% Frais 19% Froid 6% 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% R+1 R+2 à R+4 R+5 et T+6 Froid l'hiver Frais l'hiver Bon l'hiver Chaud l'hiver Trop chaud l'hiver Les logements situés dans les étages intermédiaires sont globalement correctement chauffés, les logements situés aux premiers et derniers étages le sont moins. L absence de té de réglage au niveau des émetteurs va rendre difficile la correction de cette problématique. 100% Réseau 1 Réseau 2 Réseau 3 Réseau 4 80% 60% 40% 20% 0% Bât 1 Bât 2 Bât 3 Bât 4 Bât 5 Bât 6 Bât 7 Bât 8A Bât 8B Bât 9 Froid l'hiver Frais l'hiver Bon l'hiver Chaud l'hiver Trop chaud l'hiver Le graphique ci-dessus reprend les indicateurs de confort mais cette fois répartis par bâtiment. Les 4 différents réseaux de distribution de chauffage ont été indiqués (Cf. annexe "Configuration du réseau de chauffage"). Les bâtiments 2, 6 et 9 donnent lieu à une surchauffe hivernale importante en comparaison aux autres bâtiments. Ceci alors que les autres bâtiments raccordés au même réseau ont tous indiqués au contraire être dans une situation à tendance inverse (on conserve malgré tout un confort correct avec 73% à 82% de confort signalé comme "bon"). Ces bâtiments sont situés en début de réseau de chauffage et bénéficient donc probablement d une puissance plus importante (en raison d une température de fluide plus élevée et/ou d un débit plus important). Ceci est particulièrement marqué pour le réseau 4 ou le confort baisse à mesure que l on s éloigne de la chaufferie : bâtiment 9 puis 8B puis 8A). Par ailleurs dans le cas des bâtiments 2 et 9 l orientation Sud donne lieu à d importants apports solaires favorisant encore la surchauffe. Ceci laisse transparaître un gain lié à l équilibrage du réseau (solution détaillé au paragraphe "Installations de chauffage") L analyse "réseau par réseau" nous permet de constater que le bâtiment 1 est défavorisé, l intervention en cours concernant la mise en place de vannes d équilibrage entre réseau devrait permettre de traiter ce problème. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 15/58

16 100% 80% 60% 40% 20% 0% Fenêtre non remplacées Fenêtre remplacées Froid et frais Bon Chaud et trop chaud En dehors des considérations d orientation et d équilibrage, le remplacement des fenêtres a un impact sur la sensation de confort comme l illustre le graphique ci-contre (les catégories ont été regroupées afin de faciliter la lisibilité). Ce constat est probablement faussé par le fait que les facteurs précédemment évoqués ont un fort impact sur le confort (par exemple les occupants des logements orientés au Sud peuvent avoir trop chaud malgré des menuiseries de faible performance en raison des apports solaires). En moyenne 36% des copropriétaires déclarent avoir remplacé leurs menuiseries. 4.2 Eau Chaude Sanitaire Température de l'eau chaude sanitaire Chaude 39% Trop chaude 8% Tiède 4% La température de l Eau Chaude Sanitaire est considérée comme étant chaude à trop chaude par 47% des occupants. Bonne 49% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% bat 1 bat 2 bat 3 bat 4 bat 5 bat 6 bat 7 bat 8A bat 8B bat 9 Fraiche Tiède Bonne Chaude Trop chaude Les notes données par les occupants varient en fonction de la distance du bâtiment à la chaufferie : les bâtiments 2, 3, 9 et 7 sont les plus proches de la chaufferie, et sont tous situés entre "Bonne" et "Trop chaude". Les bâtiments 1, 5 et 8B Sont éloignés de la chaufferie, l ECS est caractérisé comme tiède par certains occupants. Ceci met en évidence les pertes de chaleur lié au bouclage. 16/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

17 Façades Pignons 5 ANALYSE THERMIQUE 5.1 Bâti Murs extérieurs On distingue trois configurations pour l enveloppe verticale des bâtiments : Descriptif des façades Photographie Thermographie Les pignons sont isolés par l intérieur : structure béton banché - doublage isolant de 5 cm. Cette configuration provoque d importants ponts thermiques au niveau des planchers intermédiaires. Les façades sont isolés par l intérieur : structure béton banché - doublage isolant de 5 cm. Cette configuration provoque d importants ponts thermiques au niveau des planchers intermédiaires et des refends. Comme le montre la seconde thermographie, les loggias sont également concernées par les ponts thermiques de refends et des planchers intermédiaires. Dans ce cas une isolation extérieure ne permet pas de solutionner efficacement ces deux jonctions. Le traitement le plus adapté dans ce cas est la fermeture des loggia. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 17/58

18 Brisis Descriptif des façades Photographie Thermographie Les brisis sont isolés par l intérieur : structure béton banché doublage isolant de 5 cm. Les photos datants de la construction des bâtiments révèlents que ces portions sont réalisés en béton banché. Cette configuration provoque d importants ponts thermiques au niveau des refends et des planchers intermédiaires (visible sur la thermographie). Analyse : L ensemble des parois verticales est isolé, l épaisseur d isolant est faible en comparaison des standards actuels mais les déperditions sont néanmoins maitrisées. La position intérieure de l isolant induit en revanche des ponts thermiques importants. Seule une intervention d isolation par l extérieur permettrait de traiter l ensemble des ponts thermiques. Des interventions de nature différentes sont à envisager en fonction des trois types de parois : - Les pignons peuvent être traités simplement, l absence de menuiserie dans la plupart des cas faciliterait la mise en œuvre d un système d isolation (polystyrène expansé) + RPE (Revêtement Plastique épais) ou enduit hydraulique ou bardage rapporté - Les façades sont plus complexes à traiter en raison des loggias : un traitement efficace consisterait à la fermeture de celle-ci afin de réaliser des jardins d hiver. - Les brisis nécessitent la réalisation d une isolation par l extérieur, ceci nécessite la dépose de la couverture. L intervention est donc à envisager lors de la réfection de celle-ci. Les thermographies et les relevés effectués révèlent que les tranches 1 et 2 sont constitués d éléments de même nature en terme de structure et d isolation. 18/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

19 Pathologies Localisation : pignons et façades. Pathologie : épaufrure de l enduit. Réccurence : très ponctuelles. Pathologie : cloquage des peintures. Réccurence : très ponctuelles. Localisation : brisis. Pathologie : déformation/présence de mousse. Réccurence : généralisé. Pathologie : infiltrations au niveau des bavettes zinc. Réccurence : très ponctuelles. Analyse des pathologies : Les pathologies sont mineures et peu récurrentes au niveau des façades. Concernant les brisis les pathologies ne sont pas problématiques à court terme mais la couverture est néanmoins vieillissante et nécessitera probablement un traitement à moyen terme (sous 5 à 12 ans). Intervention Commentaire Surface à traiter Pignons : m² Isolation des murs par l extérieur (pignons) Doublage extérieur de 16 cm, R=5 m².k/w Finition par enduit La jonction murs/toiture sera traitée par l installation d une bavette d étanchéité. Coût Type enduit : 135 /m² HT (soit un surcoût de HT par rapport au ravalement seul) Intervention Commentaire Surface à traiter Coût Isolation de l'ensemble des murs par l'extérieur et fermeture des loggias Doublage extérieur de 16 cm, R=5 m².k/w Finition par enduit Les loggias seront fermées par un complexe allège opaque + menuiserie La fermeture des loggias est le seul moyen de traiter simplement et efficacement les ponts thermiques de refend et de plancher intermédiaire des loggias. Pignons : m² Façades : m² Loggia : m² HT Intervention Commentaire Surface à traiter Brisis : m² Isolation des brisis (pose en sarking) Doublage extérieur de 16 cm, R=5 m².k/w Ce mode de pose permet de ne pas intervenir dans les logements mais depuis l extérieur. L isolant est mise en œuvre sur le béton des brisis et la couverture est ensuite posée. Coût Fourniture pose et finition : 150 /m² HT Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 19/58

20 Menuiseries rénovés Menuiseries d origine Ouvrants A l origine, les ouvrants des bâtiments sont de type simple et double vitrage 4/4/4 sur menuiseries bois/aluminium. Le sondage a montré que 36% des occupants ont remplacés leurs menuiseries. Photographie Descriptif des ouvrants Thermographie Les menuiseries d origine sont très déperditives, tant au niveau du vitrage que des montants. Les loggias sont équipées de menuiseries coulissantes, celles-ci donnent lieu à des infiltration d'air sources d inconfort et de déperditions. Les coffres de volet roulants participent également à dégrader l étanchéité à l air du bloc baie. Analyse : Les menuiseries rénovées sont évaluées, par le biais du questionnaire, à 36%. Leur performance est variable selon le type et l année de mise en œuvre. Elles sont environ deux à trois fois moins déperditives que les menuiseries d origine. Les fenêtres d origine sont de faibles performances thermiques et engendrent d importantes déperditions de chaleur. Cette faible performance induit également un effet de paroi froide, créant de l inconfort thermique. Cet inconfort est compensé en augmentant les températures d ambiance des logements, augmentant par conséquent encore plus les déperditions de chaleur. Les problèmes d infiltration relevés au niveau des menuiseries coulissantes ne peuvent être traités efficacement que dans le cadre du remplacement des menuiseries. Une menuiserie de type coulissante à frappe est alors à mettre en place. Ce type de menuiserie coulissante est l un des seuls permettant de garantir une bonne étanchéité à l air. De par leurs surfaces importantes pour l enveloppe des bâtiments et leur faible performance, le remplacement des simples vitrages par des doubles vitrages performants est incontournable du point de vue thermique. Les menuiseries ont également un fort impact sur le confort thermique d été : les logements situés sous brisis sont fortement vitrés et exposés. La mise en place de protections solaires adaptées et de menuiseries munis de traitement permettant d augmenter la réflectivité est nécessaire. Interventions Commentaire Coût Remplacement des fenêtres et portes fenêtres en simple vitrage Pose de fenêtre type double vitrage PVC 4/16/4 Uw < 1.3 W/m².K, Sw> 0.3 équipées de volets-roulants Cas des menuiseries situées au niveau des brisis : menuiseries disposant d un facteur solaire <0, soit /logement non traité en moyenne (prix moyen conseillé : 300 /m² à 500 /m², un surcoût est à prévoir pour les menuiseries de large dimensions situés en brisis). Un achat global est préférable afin de maîtriser le coût. 20/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

21 Menuiseries d origine Murs intérieurs Descriptif des murs intérieurs Les murs et les portes donnant sur les circulations ne sont pas isolés. L étanchéité à l air des portes palières est globalement bonne, les joints relevés n était pas déteriorés. Les circulations sont tempérées par un émetteur situé au niveau du hall d entré. Ceci a pour conséquence d augmenter la consommation d énergie. Pathologies : Aucune pathologie n a été relevée au niveau des circulations. Analyse : Les circulations ne représentent pas un poste majeur de consommation à l heure actuelle. Des améliorations sont néanmoins possibles telles que : - L arrêt du chauffage. - L isolation des circulations. - Le remplacement des portes palières. Au vue de la performance globale de l enveloppe et de l état des parties commune, l isolation des murs donnants sur les parties communes n est pas à entreprendre. Cette intervention pourra néanmoins être envisagée une fois l ensemble de l enveloppe optimisée. Interventions Commentaire Coût : Arrêt du chauffage des parties communes Coupure des émetteurs des parties communes : purge du réseau, dépose des émetteurs et bouchonnage des canalisations. Afin de limiter les déperditions du logement donnant sur le hall, l isolation du plancher pourra être envisagé et/ou la création d un sas d accès HT Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 21/58

22 toitures-terrasses Terrassons Planchers hauts Les bâtiments disposent de deux types de toiture : - Le terrasson (partie la moins inclinée des planchers hauts). - Les toitures-terrasses (concerne uniquement les bâtiments 3 et 8B). Descriptif des planchers hauts Terrassons rénovés (ensemble des bâtiments hors 8B) Structure bois isolation de 10 cm. Terrasson non rénové (bâtiment 8B) Structure bois isolation de 8 cm. Les terrassons des bâtiments ont été rénovés en 2003 (hors bâtiment 8B). Ces parois sont isolées, les déperditions sont maitrisés. Les bâtiments 3 et 8A sont équipés de toitures-terrasses, aucune modification n a été réalisé depuis la construction. Une isolation de 4 cm de polyuréthane a été prise en compte correspondant aux pratiques courantes de l époque. Pathologies : Les terrassons ont été rénovés récemment, ils sont en bon état. Les toitures-terrasses n ont pas bénéficiées de réfection depuis leur construction. Aucun problème d infiltration n a été signalé. Analyse : Les toitures sont isolées (épaisseur variant entre 4 et 10 cm). Les déperditions sont ainsi limitées. Les parois les plus problématiques en terme de déperdition et de vétusté sont les toitures-terrasses, leur réfection est à programmé à court ou moyen terme, une isolation de plus forte épaisseur pourra alors être mise en place. Intervention Isolation des toitures-terrasses (R > 6 m².k/w) Commentaire Mise en place d un isolant de type foamglass de 18 cm (R > 6 m².k/w) Surface à traiter toitures-terrasses : m² Coût HT 22/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

23 Sur extérieur Sur local vide-ordure Sur garages et boxes Planchers bas Descriptif des planchers bas Photographie Les planchers sur garage et boxes sont isolés par 7cm de polystyrène. Cette isolation est correcte, aucune modfication n est à envisager à court terme. Les planchers donnant sur local vide-ordure ne sont pas calorifugés (hors bâtiment 7) un traitement de type flocage serait à envisager. Les portions de plancher bas donnant sur l extérieur n ont pas pu être sondées lors de la visite néanmoins la thermographie indique une température de surface relativement élevée. De plus la paroi semble donner lieu à des ponts thermiques répétés pouvant être liés à une structure bois. Un traitement serait à réaliser. Pathologies : Les planchers bas sur garage et boxes sont en bon état. Les planchers bas sur l extérieur sont localement dégradés : présence ponctuelle de moisissure. Une réfection est à prévoir à moyen terme. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 23/58

24 Analyse : La performance des planchers sur extérieur est faible, leur isolation nécessite la dépose de la finition bois en place. Elle peut être réalisée par la pose de panneaux de type laine minérale (R > 5 m².k/w). Afin de garantir la performance de l isolation, le traitement du pont thermique répété de la structure de fixation est nécessaire. Les planchers bas donnant sur les vide-ordure peuvent quant à eux être traités simplement par flocage. Le confort pour les logements concernés sera très sensiblement améliorer. Intervention Commentaire Isolation des plancher donnant sur l'extérieur (portion en bois) Dépose du lambris, mise en place d un isolant de type laine minérale haute densité de 20 cm, R > 5 m².k/w. Repose d une finition extérieure, le profil "goutte d eau" devra être soigné afin d éviter toute remonté d humidité au niveau de l isolant. Surface à traiter Planchers bas sur l extérieur : 400 m² Coût HT Intervention Isolation des planchers bas sur local vide-ordure Commentaire Mise en place d un flocage isolant de 12 cm, R > 3 m².k/w. Surface à traiter Planchers bas sur vide-ordure : 100 m² Coût HT 24/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

25 5.1.6 Bilan des déperditions thermiques Analyse du coefficient moyen de déperdition à travers les parois Le calcul du U bât permet de caractériser l enveloppe générale du bâtiment. Il représente le coefficient moyen de déperdition par transmission à travers la surface de parois déperditives. La valeur du Ubât est de 1,50 W/m².K Le coefficient de déperdition surfacique est élevé. A titre indicatif, on distingue 4 seuils de performance pour le coefficient Ubât : Enveloppe performante : Ubât < 0,5 (bâtiment très isolé), Enveloppe modérément déperditive : 0,5 < Ubât <1,0 (isolation standard RT2005), Enveloppe déperditive : 1,0 < Ubât < 1,5 (bâtiment peu isolé), Enveloppe très déperditive : Ubât > 1,5 (bâtiment non isolé). Analyse des déperditions thermiques A partir des relevés effectués sur le bâti et sur les installations techniques, une étude des déperditions a été réalisée, aboutissant aux résultats suivants : Répartition des déperditions par nature Ponts thermiques 10% Planchers bas 8% Renouvellement d'air 29% Murs extérieurs 12% Planchers hauts 4% Ouvrants 37% Commentaires : La part la plus importante des déperditions est engendrée par les ouvrants (37%). Ce résultat est causé par une faible performance de la majorité des vitrages (simple vitrage) et une proportion de surface vitrée importante. Les ouvrants d origine sont environ 5 fois plus déperditifs que les ouvrants modernes. Le potentiel de gain sur le poste le plus déperditif est donc très important. La contribution du renouvellement d air est également importante : la ventilation naturelle actuellement en place ne permet pas de contrôler les débits, l étanchéité à l air générale est faible. Les murs représentent une faible proportion de déperdition en raison de leur isolation. La position intérieure de cette isolation induit en revanche d importants ponts thermiques (environ autant de déperdition que les murs eux-mêmes). La proportion de déperdition par les parois opaques verticales correspond à 22% des déperditions totales. Les planchers hauts et bas représentent une faible part des déperditions, des optimisations peuvent néanmoins être effectuées. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 25/58

26 5.2 Systèmes de ventilation La ventilation des bâtiments est réalisée par un système de conduits d extraction (type shunt) présent dans les pièces humides. Des entrées d air sont présentes au niveau des menuiseries et au niveau des façades pour les celliers. Le système est essentiel et permet d avoir une ventilation générale et permanente des logements. Conduits d extraction Grille d entrée d air Grille d extraction d air Aucun problème lié à un défaut de la ventilation n a été relevé en visite. Certains copropriétaires (env. 10%) déclarent dans le questionnaire avoir calfeutré les entrés et/ou extractions d air. Le système de ventilation naturel ne permet pas de contrôler les débits de ventilation. Ils peuvent ainsi être excédentaires en raison des conditions climatiques ou alors que le logement est inoccupé. Ils peuvent à l inverse et pour les mêmes raisons être insuffisants. Deux améliorations seraient à apporter pour : - Limiter la surventilation (limitation des débits et des pertes thermiques associées), - Assurer les débits suffisants en toute circonstance (pour maintenir la qualité de l air intérieur). Pour le premier point, une amélioration importante pourra être apportée en remplaçant les grilles d extraction existantes en salle de bain et cuisine par des grilles de ventilation dite hygroréglables. Le matériel sera alors choisi par les bouches d extraction conçues spécifiquement pour la ventilation naturelle (type Aereco GHN). Les bouches conçues pour les systèmes VMC sont à proscrire. Ce matériel permettra de réduire les débits de ventilation de période d inoccupation et ainsi et réduire les pertes thermiques par renouvellement d air. bouche d extraction sur conduit Pour le second point, il faut, pour assurer des débits permanents, rapporter sur les tourelles de ventilation un système d assistance. Compte tenu de l absence de problème constaté lors du diagnostic et de la complexité de réalisation de ces travaux, cette intervention n est pas étudiée. Enfin, il est à noter que les travaux de remplacement d ouvrants réalisés par les copropriétaires doivent être exécutés avec la mise en place d entrées d air intégrées aux menuiseries. Les entreprises réalisant l intervention ne posent les entrées d air généralement qu à la demande. Interventions Commentaire Coût Mise en place de bouche d extraction hygroréglable Cette intervention concerne les grilles des cuisines et des salles de bains Des bouches spécifiques adaptées à ventilation naturelle doivent être mises en place. Cette intervention prend en compte le ramonage des conduits HT 26/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

27 Production 5.3 Installations de chauffage Le chauffage est assuré par une chaufferie centrale au fioul équipé de trois chaudières. Le réseau alimente ensuite les bâtiments par le biais d un réseau enterré détaillé en annexe : Chaudière 1 : - 1 chaudière standard fioul - Modèle : DeDietrich - GT Puissance nominale : 580 kw - Année de mise en service : Type de brûleur : modulant - Rendement de combustion : 93% (relevé exploitant) Chaudière 2 et 3 : - 2 chaudières standard fioul - Modèle : Viessmann PU Puissance nominale : 2 x kw - Année de mise en service : Type de brûleur : 2 allures - Rendement de combustion : 91% (relevé exploitant) Pathologie / respect de la réglementation : Aucune cuve de séparation des hydrocarbures n a été relevée en chaufferie, ce type d équipement est obligatoire au vue du combustible utilisé. Le plafond de la chaufferie n est pas floqué. La résistance au feu peut malgré tout être satisfaisante selon la position des fers à béton de la dalle. Une expertise complémentaire serait à effectuer pour valider ce point. Analyse : La production de chaleur est assurée par les 3 chaudières, l une d entre elle a été installée en 2011, les deux autres datent de Le rendement des chaudières est faible, les anciennes chaudières donnent lieu à de fortes pertes à l arrêt (thermographie ci-dessus). Dimensionnement : L étude des déperditions et de la production d Eau Chaude Sanitaire permet d estimer la puissance nécessaire en chaufferie. Il en résulte une puissance nécessaire de kw (1 230 kw pour le chauffage, 580 kw pour la production d Eau Chaude Sanitaire). Les chaudières 1 et 2 suffisent donc puisque la puissance totale est de kw. La chaudière n 3 est inutile lors de la quasi-totalité de la saison de chauffe ce qui correspond à l exploitation réelle du site puisque la troisième chaudière est coupée manuellement la majeure partie du temps. L abaissement de la puissance sous le seuil des 2MW permet d alléger les contraintes réglementaires et ainsi réaliser un gain sur le contrat d entretien. Conversion énergétique : L utilisation du fioul comme source d énergie induit plusieurs contraintes : - Un coût de l énergie important : environ 9 c /kwh par rapport à 5 c /kwh pour le gaz - Des rejets de gaz à effet de serre élevés - Un rendement de génération faible : l installation de chaudières fioul à condensation est délicate en raison des condensats fortement corrosifs que la combustion entraine. Pour ces trois raisons il est conseillé d entreprendre la conversion énergétique de la chaufferie. La solution gaz est pressentie en raison de la proximité du réseau et de la facilité de mise en œuvre. Dans un contexte de forte augmentation du coût des énergies fossiles, la solution bois apportera une sécurité d approvisionnement plus intéressante. Cette solution a également été étudiée. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 27/58

28 Intervention Mise en œuvre Coût Conversion énergétique gaz - Raccordement de la chaufferie au réseau de gaz naturel - Dépose des éléments de raccordement fioul - Tubage du conduit de fumée par un conduit inox double peau - Remplacement du bruleur de la chaudière 1 - Dépose des chaudières 2 et 3 - Installation de deux chaudières de 650 kw afin de fiabiliser la production chaleur - La puissance totale passe sous 2MW, les contraintes réglementaires et donc le coût de maintenance se trouve abaissé HT Intervention Mise en œuvre Conversion énergétique bois Cette intervention prend comme base l intervention conversion gaz et propose d intégrer une production de chaleur par bois énergie en base. La chaudière gaz récente présente en chaufferie est conservée, une chaudière gaz supplémentaire de 970 kw est proposé afin d ajuster la puissance totale. Le dimensionnement correspond à une couverture de 30%, ceci afin de limiter à la fois la puissance de la chaudière bois et la fréquence des livraisons. Ce dimensionnement correspond également à un taux de couverture ECS de 100% en période estivale, ce qui permet de valoriser le bois. - Création d un silo de stockage enterré accolé à la chaufferie. Volume approximatif : 200 m 3 (7m x 7m, hauteur : 4m) dimensionnement pour 7 livraisons par an 1 à 2 par mois d hiver). - Dépose du matériel en chaufferie. - Installation de la liaison du silo de stockage à la chaufferie par une par échelle à racleur. - Installation d une chaudière bois déchiqueté d environ 300 kw. - Installation d un ballon de stockage ECS de 2000 litres : volume adapté à la puissance de la chaudière pour un fonctionnement 100% bois en période estivale. - Création de conduits de fumée avec tubage lisse double paroi. - D importants travaux d aménagement sont à prévoir pour permettre un accès au site, et l implantation des locaux technique (silo et chaufferie). - La mise en place d une chaufferie bois requiert la réalisation d une étude de faisabilité plus complète, notamment pour l approvisionnement en bois. Zone à transformer pour l accès camion : Des places de parkings doivent être déplacées. Implantation Emplacement du silo enterré. Les modifications sont à effectuées dans le respect du PLU (Plan Local d Urbanisme). Fonctionnement Coût La chaudière bois déchiqueté fonctionne en base (30% de couverture), l appoint est réalisé par les chaudières gaz HT 28/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

29 coût global cumulé ( TTC) Etude comparative des solutions de conversion énergétique : Les deux solutions de conversion gaz et bois sont ici comparées afin de visualiser l impact de l évolution du coût des énergies dans le temps. La comparaison est réalisée en Cout Global Actualisé, l ensemble des coûts relatifs à chacune des deux solutions sont additionnés chaque année : investissement / coût de l énergie / coût d abonnement / coût d entretien. Les hypothèses prises en compte sont les suivantes : Poste Solution gaz Solution bois Investissement TTC TTC Aides TTC TTC Cout de l énergie 5,11 c /kwh 2,50 c /kwh Cout d abonnement TTC TTC Cout d entretien TTC TTC Taux d actualisation de l énergie 4% 2% bois, 4% gaz Taux d actualisation de l entretien et de l abonnement 2% 2% Notons que l hypothèse d évolution du coût du gaz est dans la tranche faible par rapport à l évolution constatée au cours des dernières années Evolution du coût global des solutions gaz et bois Années solution gaz solution bois Coût global solution gaz Coût global solution bois Différence Année TTC /logement Année Année Année Le cout ci-dessus correspond au coût cumulé des deux solutions. La différence calculée à l année x correspond donc au gain global depuis le lancement du projet. Analyse : L investissement déduit des aides est de TTC pour le gaz et de TTC pour le bois soit un surcoût de 230 TTC /logement. Ce surcoût est amorti dès la première année par les économies sur le combustible. Ensuite, l inflation sur le coût du gaz induit une augmentation de la facture énergétique plus rapide que dans le cas du bois. Le coût global de la solution bois+gaz est inférieur dès la deuxième année. L investissement supplémentaire de 230 /logement engagé à l année 0 permet de d économiser globalement 1100 /logement au bout de 5 ans par rapport à la solution gaz, et près de 3000 /logement au bout de 10 ans. Cette solution est donc fortement conseillée, les contraintes de mise en œuvre restent néanmoins à solutionnées par l étude de faisabilité. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 29/58

30 Distribution - Les réseaux enterrés alimentant les bâtiments ont été remplacés en Réseaux aériens - Les réseaux ont des problèmes ponctuels de calorifuge - Les circulateurs sont à débit constant et ne sont pas calorifugés - La distribution vers les logements est réalisée par colonnes montantes dans les logements directement. - Des vannes d équilibrage ont été installés récemment afin d équilibrer les bâtiments les uns par rapport aux autres. - Dans les logements, les réseaux sont de type bitube. Réseaux enterrés Les réseaux enterrés donnent lieu à des déperditions le long de leurs parcours. Aucun traitement n est proposé compte tenu de l emplacement et du remplacement récent des canalisations. Analyse : Les réseaux sont globalement calorifugés mais des reprises ponctuelles sont à prévoir (tronçons manquants ou dégradés). La configuration actuelle du réseau de chauffage ne permet pas un équilibrage précis de la température entre les logements car les colonnes montantes ne disposent pas de vannes d équilibrage. Néanmoins des vannes d équilibrage viennent d être mises en place pour équilibrer les principaux réseaux entre eux à l échelle de plusieurs groupes de bâtiment. Le questionnaire met en évidence que le bâtiment 1 semble être défavorisé par rapport au reste de la résidence, l intervention en cours permettra de traiter ce problème. En ce qui concerne l équilibrage précis entre bâtiment et entre logement, une cartographie de température intérieure va être effectuée. Néanmoins le premier élément d analyse apporté par le questionnaire indique que des différences relativement importantes de température ont lieu entre les logements ; en particulier en fonction de leur position par rapport au réseau de chauffage, l orientation et de l étage. Ces deux premiers points nécessitent l installation de vannes d équilibrage en pied de colonne. La gestion entre étage nécessite un réglage émetteur par émetteur, l absence de té de réglage ne rend pas possible ce dernier ajustement. Intervention Mise en œuvre Coût Mise en place de vannes d équilibrage en pied de colonne Installation de vannes d équilibrage en pied de chaque colonne. L équilibrage du réseau nécessite une phase de réglage nécessaire à la bonne réalisation de cette intervention. Une cartographie de température intérieure pourra être effectuée afin de valider l efficacité de cette mesure. Si des problèmes importants demeurent, l installation de té de réglage sur chaque émetteur pourra être envisagée HT 30/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

31 Emission - Les émetteurs sont majoritairement équipés de robinets manuels. Ces organes de réglage ne permettent pas d ajuster l émission en fonction des conditions internes (apports de chaleur solaire ou par les occupants). - L installation de robinets thermostatiques permettrait un meilleur ajustement de la température interne. - Certains occupants ont indiqués que la fermeture des robinets des radiateurs était nécessaire pour éviter la surchauffe. Ceci révèle un potentiel déséquilibre du réseau. Analyse : La mise en place de vannes thermostatiques sur les radiateurs est préconisée afin de permettre la régulation de l émission en fonction des apports gratuits. Pour assurer le bon fonctionnement de la distribution du chauffage, la commande des pompes sera modifiée pour mettre en place une variation électronique de vitesse adaptant le débit au besoin. En effet, le système actuel ne permet pas de tenir compte des apports solaires parfois très importants dans les pièces exposées au sud, pouvant conduire à des surchauffes dans les logements. L avantage d une façade sud vitrée n est pas exploité pour optimiser les apports de chauffage. Intervention Mise en œuvre Coût Mise en place de robinets thermostatiques et de pompes de chauffage à débit variable Remplacement des robinets manuels par des robinets thermostatiques Installation d une variation électronique de vitesse sur la commande des pompes de chauffage HT Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 31/58

32 Température de consigne [ C] Régulation Caractéristiques des installations de régulation - Régulation hebdomadaire électronique du chauffage par vanne 3 voies pilotée par une sonde extérieure (pas de sonde d ambiance) - Modèle : SIEMENS. RVL Régulation des chaudières par aquastat (maintien permanent en température, sauf coupure hydraulique par l exploitant). - Régulation de la cascade - Modèle : SIEMENS. RVK22 4 Paramétrage 100 C 80 C 60 C 40 C 20 C 0 C -5 C 0 C 5 C 10 C 15 C 20 C Température extérieure [ C] Horaires Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Consignes : Confort : 20,0 C Réduit : 18,0 C Le régulateur hebdomadaire en place est un matériel performant pour réaliser la régulation du chauffage selon la température extérieure. Le paramétrage actuel comprend un réduit nocturne, la plage de celui-ci ainsi que la température peut être optimisé. Par exemple réduit à 17 C sur la plage 6h00 21h00 (le régulateur comprend une constante de temps prenant en compte le temps de montée en température des bâtiments). La cascade est gérée de manière à favoriser le fonctionnement de la chaudière n 1 (DeDietrich). Ceci permet d améliorer la performance de la génération. En revanche les chaudières ne sont pas équipées de vannes d isolement. Ces vannes permettent d empêcher les circulations parasites de fluides lors des phases d arrêt des chaudières. L installation d une telle vanne est à envisager à minima au niveau de la chaudière n 2 puisque la chaudière n 3 est isolée manuellement en cas d inutilisation et la chaudière n 1 fonctionne en permanence pour le chauffage et la production d Eau Chaude Sanitaire. Intervention Mise en œuvre Coût Amélioration de la performance de la régulation : cascade Mise en place de vannes deux voies motorisées au niveau des chaudières 2 et 3. Installation d une régulation permettant le pilotage de la cascade et l isolement hydraulique des chaudières en fonction de la charge HT 32/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

33 Distribution Production Production d ECS La production d eau chaude sanitaire est de type «semi-instantanée». La production de chaleur pour l Eau Chaude Sanitaire est relativement performante mais peut être optimisée : - L échangeur à plaques peut être calorifugé - Le trou d homme du ballon de stockage peut être calorifugé. Echangeur de chaleur couplé à un ballon réchauffeur pour la production d ECS Le traitement des deux points cités ci-dessus garantira la performance de la génération La distribution de l eau chaude sanitaire est réalisée par une boucle d eau chaude suivant le même parcours que le chauffage pour les parties extérieures. Le calorifugeage de ce réseau est ponctuellement dégradé. Le réseau passe en deux endroits des logements, au niveau des celliers et au niveau des gaines technique situées dans les sanitaires. Ce réseau est rarement calorifugé et génère des pertes importantes de chaleur. La mise en place de calorifuge sur ces conduites ainsi que de compteurs individuels permettrait de maitriser les consommations. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 33/58

34 L étude des sources de perte de la production d Eau Chaude Sanitaire a été réalisée et donne le résultat suivant : Répartition des pertes de chaleur - comparaison au besoin Pertes de génération 11% Besoin 34% échangeur à plaque 1% ballon <1% Canalisations 54% Analyse : Le besoin d Eau Chaude Sanitaire représente un tiers de la consommation finale de fioul. Les deux tiers restants sont occupés par les pertes. Les canalisations représentent 80% des pertes totales : l absence d isolation au niveau du bouclage présent dans les celliers et les gaines technique explique en majeur partie ce résultat. Une isolation est possible, elle est de complexité variable selon les zones : - Au niveau des celliers : l accès est simple et permet un traitement aisé des canalisations. - Au niveau des gaines techniques : l accès est difficile et rend complexe la mise en œuvre de l isolant. - Au niveau des garages et des boxes, les portions à nu peuvent être aisément traitées. - Les portions enterrées ne peuvent être traitées. Une amélioration du rendement de génération est possible mais passe par le remplacement des chaudières et l amélioration de la régulation en cascade. Solutions proposées dans la partie chauffage. L isolation de l échangeur à plaque peut être envisagée tout comme le trou d homme du ballon de stockage qui ne possède pas de protection thermique. Intervention Mise en œuvre Coût Calorifugeage du bouclage ECS Mise en place d un isolant souple de type Armaflex ou équivalent au niveau du bouclage ECS situé dans les logements. Afin de limiter le coût de mise en œuvre, la simulation prend en compte une pose par les copropriétaires. Reprise des réseaux dégradés (chauffage et Eau Chaude Sanitaire) situé au niveau du rez-de-jardin Calorifugeage de l échangeur à plaques assurant la production d Eau Chaude Sanitaire. Isolation du trou d homme du ballon de stockage d Eau Chaude Sanitaire. Canalisations en sous-sols : HT Canalisation en logement : HT (5 /ml) Calorifugeage de l échangeur à plaques : 500 HT Calorifugeage du trou d homme du ballon d ECS : 250 HT 34/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

35 ( TTC) ( TTC/lgt) (%) ( HT) ( HT/lgt) ( TTC) ( TTC) (ans) Economie annuelle de fonctionnement Economie par logement Réduction des consommations d'énergies Coût des travaux Coût par logement Montant récupérable CEE Montant récupérable crédit d'impôt Temps de retour actualisé, (CEE et crédit d'impôt déduit) 6 TABLEAU RECAPITULATIF DES INTERVENTIONS Travaux d isolation Isolation des toitures-terrasses (bâtiments 3 et 8A) >30 Isolation des brisis (pose en sarking) >30 Isolation des plancher donnant sur l'extérieur (portion en lambris) Isolation des planchers bas sur local vide-ordure Isolation des murs par l extérieur (pignons) Isolation de l'ensemble des murs par l'extérieur et fermeture des loggias Arrêt du chauffage des parties communes Remplacement des fenêtres et portes fenêtres en simple vitrage (travaux privatifs) Amélioration des systèmes thermiques Mise en place de bouche d extraction hygroréglable < Conversion énergétique gaz Conversion énergétique bois Mise en place de robinets thermostatiques et de pompes de chauffage à débit variable Mise en place de vannes d'équilibrage en pied de colonne Amélioration de la performance de la régulation : cascade < Cout correspondant à un logement entièrement en simple vitrage. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 35/58

36 7 PROPOSITION DE PLAN DE TRAVAUX D ECONOMIES D ENERGIES Les propositions de travaux présentées sont organisées ci-après selon un plan pluriannuel de travaux d économies d énergies cohérent. 7.1 Phase 1 : travaux prioritaires Les travaux prioritaires concernent : La conversion énergétique de chaufferie. Deux solutions sont possibles en fonction de la source d énergie utilisée : gaz ou bois. La solution proposée ici est le gaz afin de prendre en compte les réserves de faisabilité. Néanmoins la solution bois est fortement conseillée au vue de l étude comparative (disponible au chapitre "installations de chauffage"). Le remplacement des menuiseries des logements équipés des menuiseries d origine. La simulation a été réalisée en prenant en compte l objectif visé : conservation des menuiseries double vitrage déjà remplacées, remplacement de l ensemble des menuiseries restantes en simple vitrage. Le flocage des locaux vide-ordure non isolé est également prioritaire Plan d action o Conversion énergétique : - Réalisation d une étude de faisabilité bois - Réalisation d un devis auprès de GRdF pour le raccordement gaz - Réalisation de devis pour la conversion de la chaufferie au gaz - Choix de conversion énergétique par vote en assemblée: gaz/bois - Réalisation et suivi des travaux l été o Remplacement des menuiseries : - Retour d expérience des copropriétaires ayant remplacés leurs menuiseries afin de recenser (sur les angles qualité, prix) les entreprises qui sont intervenues sur la résidence - Recensement des volontaires - Consultation des entreprises pour des travaux groupés - Réalisation des travaux et suivi o Flocage du local vide-ordure : - Vote en assemblée - Consultation des entreprises - Réalisation des travaux et suivi Note : le remplacement des menuiseries anticipera les travaux d installation de ventilation : les grilles d entrée d air seront adaptées. 36/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

37 7.1.2 Investissements Actions Coût ( HT ) (hors aides) Coût / logement ( HT hors aides) Montants récupérables Isolation des planchers bas sur local vide-ordure HT 34 HT /lgt CEE : TTC Remplacement des fenêtres et portes fenêtres en simple vitrage HT HT /lgt CEE : TTC Crédit d impôt : TTC Conversion énergétique gaz HT 878 HT /lgt CEE : TTC TOTAL HT ² HT /lgt TTC Dans le cas où la solution bois est choisie, un surcout (aides déduites) de est à prendre en compte Economie Economie d énergie 32 % Economie sur la maintenance Economie de fonctionnement la première année Economie moyenne de charge par logement Temps de retour sur investissement actualisé 0 TTC TTC 760 TTC /lgt 8 ans Performance énergétique Bâtiment SHON (m²) C EP (kwh EP/m² SHON.an) U bat (m².k/w) Site ,984 Détail bâtiment par bâtiment disponible en annexe. Indicateur DPE projeté Consommations énergétiques (en énergie primaire) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Consommation réelle : 125 kwh EP /m².an Estimation des émissions : 29 kg éqco2 /m².an Bâtiment économe Bâtiment Faible émission de GES Bâtiment < 51 A 51 à B < 6 A 6 à 10 B à à à à C D E 125 kwhep/m².an 11 à 20 C 21 à 35 D 36 à 55 E 29 kgéqco2/m².an à F 56 à 80 F > G > 80 G Bâtiment énergivore Forte émission de GES 2 Cout correspondant à un logement entièrement en simple vitrage. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 37/58

38 7.2 Phase 2 : Petites amélioration à prévoir L audit thermique met en évidence la nécessité d améliorer les points suivants sur le moyen terme : - Mise en place de bouche d extraction hygroréglable - Mise en place de vannes d'équilibrage en pied de colonne - Mise en place de robinets thermostatiques et de pompes de chauffage à débit variable - Calorifugeage du bouclage ECS Un gain supplémentaire de 18% est réalisable grâce à ces interventions. Un effort d investissement supplémentaire de (1 700 /logement) est à prévoir, ces investissements peuvent être étalés sur plusieurs années Investissements supplémentaires Actions Coût ( HT) (hors aides) Coût / logement ( HT hors aides) Mise en place de bouche d extraction hygroréglable HT 211 HT /lgt - Mise en place de robinets thermostatiques et de pompes de chauffage à débit variable Mise en place de vannes d'équilibrage en pied de colonne Montants récupérables HT 327 HT /lgt CEE : 900 TTC HT 192 HT /lgt CEE : TTC Calorifugeage du bouclage ECS HT 62 HT /lgt CEE : 84 TTC Crédit d impôt : TTC TOTAL en complément de la phase HT 792 HT /lgt TTC Economie (par rapport à la situation existante) Economie d énergie 12 % Economie sur la maintenance Economie de fonctionnement la première année Economie moyenne de charge par logement Temps de retour sur investissement actualisé Par rapport à la phase 1 0 TTC TTC 70 TTC /lgt 6 ans 38/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

39 7.3 Phase 3 : Travaux d entretien et d amélioration thermique futurs Les travaux à réaliser dans un second temps seront à coupler aux besoins de gros entretien sur les bâtiments (ravalement, travaux d entretien des toitures) : - Isolation de l'ensemble des murs par l'extérieur et fermeture des loggias - Isolation des plancher donnant sur l'extérieur (portion en lambris) - Isolation des toitures-terrasses (bâtiments 3 et 8A) - Isolation des brisis (pose en sarking) Plan d action o o L implication d un architecte est nécessaire dans le cadre du plan de travaux global sur les façades La consultation des copropriétaires est à envisager en amont afin de valider leurs volontés concernant le devenir des loggias. L intervention propose la fermeture de celles-ci, dans le cas des copropriétaires ne souhaitant pas clore cet espace un manchonnage des dalles et refends pourra être envisagé Investissements supplémentaires Actions Coût ( HT ) (hors aides) Coût / logement ( HT hors aides) Isolation des toitures-terrasses (bâtiments 3 et 8A) HT HT /lgt Isolation des brisis (pose en sarking) HT HT /lgt Isolation des plancher donnant sur l'extérieur (portion en bois) Isolation de l'ensemble des murs par l'extérieur et fermeture des loggias HT 432 HT /lgt HT HT /lgt Montants récupérables CEE : TTC Crédit d impôt : TTC CEE : TTC Crédit d impôt : TTC CEE : TTC Crédit d impôt : TTC CEE : TTC Crédit d impôt : TTC TOTAL (en complément de la phase 1bis) HT HT /lgt TTC Economie (par rapport à la situation existante) Economie d énergie 25 % Economie sur la maintenance Economie de fonctionnement la première année Economie moyenne de charge par logement Temps de retour sur investissement actualisé Par rapport à la phase 2 0 TTC TTC 409 TTC /lgt 13 ans Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 39/58

40 7.3.4 Performance énergétique Bâtiment SHON (m²) C EP (kwh EP/m² SHON.an) U bat (m².k/w) Site ,736 Détail bâtiment par bâtiment disponible en annexe. Indicateur DPE projeté Consommations énergétiques (en énergie primaire) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire Consommation réelle : 80 kwh EP /m².an Estimation des émissions : 19 kg éqco2 /m².an Bâtiment économe Bâtiment Faible émission de GES Bâtiment < 51 A 51 à B à à à à C D E 80 kwhep/m².an < 6 A 6 à 10 B 11 à 20 C 21 à 35 D 36 à 55 E 19 kgéqco2/m².an à > F G 56 à 80 F > 80 G Bâtiment énergivore Forte émission de GES 40/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

41 8 GLOSSAIRE CEE : Certificat d économie d énergie. Mécanisme réglementaire permettant de valoriser financièrement des travaux d économies d énergie réalisés grâce à la revente des certificats. Energie Primaire (EP): On utilise le terme d'énergie primaire pour parler de l'ensemble des énergies disponible dans la nature avant toute transformation. Si elle n est pas utilisable directement, elle doit être transformée en une source d énergie secondaire pour être mise en œuvre. Dans l'industrie de l'énergie, on distingue la production d'énergie primaire, de son stockage et son transport sous la forme d'énergie secondaire, et de la consommation d'énergie finale. La quantité d énergie primaire est toujours supérieure à l énergie finale disponible. Energie Finale (EF) : On utilise le terme d'énergie finale pour parler de l'ensemble des énergies se situant en fin de chaîne de transformation de l'énergie. Il s agit de l'énergie utilisée concrètement par l'utilisateur final, telle que mesurée par les compteurs du fournisseur d énergie. Énergie Unité d origine Facteur de conversion en kwh EP Electricité 1 kwh 2,58 Gaz naturel / fioul 1 kwh PCS 1 Bois 1 kwh 0,6 Emissions de CO 2 : Unité permettant de représenter l'impact du bâtiment sur le réchauffement climatique. Energie Conversion (kgco2/kwhef) Fioul 0,300 Gaz naturel 0,234 Electricité 0,084 Bois 0,013 C EP : Le C EP, ou consommation conventionnelle, est issue d un calcul réglementaire Th-C-E ex et correspond à la consommation en énergie primaire d un bâtiment pour les 5 usages suivants : chauffage, production d Eau Chaude Sanitaire, éclairage (forfaitairement) et auxiliaires de chauffage/ventilation. C EF : Le C EF correspond aux consommations en énergie finale de 5 usages (chauffage, ECS, refroidissement, éclairage des logements, auxiliaires de chauffage et de ventilation) par m² de SHON. Coefficient de déperdition : Le coefficient de déperdition ou U bât permet de caractériser l enveloppe générale du bâtiment. Il représente le coefficient moyen de déperdition par transmission à travers la surface de parois déperditives. Coefficient de transmission thermique (en W/m².K) : caractérise la quantité de chaleur traversant une paroi en régime permanent, en fonction du temps et de la différence de température des ambiances de part et d autre de la paroi. Plus sa valeur est faible et plus la paroi est performante. kwhcumac : unité de compte du dispositif de certificat d économie d énergie. Cumac signifie que les économies d énergie sont cumulées (sur une durée de vie normée de l opération) et actualisées. DJU : Degrés Jour unifié. Le DJU est un indicateur de besoin de chauffage. Il est calculé jour par jour par écart entre une température intérieure conventionnelle de 18 C et la température extérieure moyenne de la journée (données Météo France, moyenne trentenaire). GES : Gaz à Effet de Serre. Résistance thermique (R): Capacité d un matériau à s opposer au passage de la chaleur. SHON : la surface hors œuvre nette est une mesure de la surface de plancher d un bâtiment. Th-C-E ex : la méthode de calcul Th-C-E ex est prévue à l arrêté du 13 juin 2008 relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m² lorsqu ils font l objet de travaux importants. Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 41/58

42 Lexique des abréviations ECS EF, EP K kwh PCI, PCS R U Ubat Uw GES RT Eau Chaude Sanitaire Energie Finale, Energie Primaire (kwh) Degrés Kelvin Kilowattheure Pouvoir Calorifique Inférieur, Pouvoir Calorifique Supérieur Résistance thermique des matériaux (m².k/w) Coefficient de transmission surfacique global de la paroi (W/m².K) Coefficient moyen de déperditions d un bâtiment Coefficient de transmission thermique de la fenêtre Gaz à Effet de Serre Réglementation thermique 42/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

43 9 ANNEXE 9.1 Résultats du questionnaire Réponse au questionnaire Pourcentage de réponse des 178 copropriétaires Nombre de copropriétaires ayant répondu entiérement au questionnaire 44% Nombre de copropriétaires n'ayant pas répondu au questionnaire 56% Localisation impossible 5 réponses 5 réponses 12 réponses 5 réponses 4 réponses 10 réponses 4 réponses 4 réponses 15 réponses 7 réponses 6 réponses Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 43/58

44 Confort hivernal Qualification du confort hivernal Bon 62% Chaud 9% trop chaud 4% Frais 19% Froid 6% 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% R+1 R+2 à R+4 R+5 et T+6 Froid l'hiver Bon l'hiver Trop chaud l'hiver Frais l'hiver Chaud l'hiver 100% Réseau 1 Réseau 2 Réseau 3 Réseau 4 80% 60% 40% 20% 0% Bât 1 Bât 2 Bât 3 Bât 4 Bât 5 Bât 6 Bât 7 Bât 8A Bât 8B Bât 9 Froid l'hiver Frais l'hiver Bon l'hiver Chaud l'hiver Trop chaud l'hiver 100% 80% 60% 40% 20% 0% Fenêtre non remplacées Fenêtre remplacées Froid et frais Bon Chaud et trop chaud 44/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

45 Remplacement du matériel Remplacement des fenêtres origine 61% remplacée 39% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Fenêtre remplacée dans le Séjour Fenêtre remplacée dans la Chambres Fenêtre remplacée dans la Cuisine Moyenne Remplacement des émetteurs remplacé 10% origine 90% Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil 45/58

46 9.2 Humidité Humidité dans les appartements Aucun pproblème d'humidité 86% Probléme d'humidité 14% 9.3 Eau Chaude Sanitaire Température de l'eau chaude sanitaire Chaude 39% Trop chaude 8% Tiède 4% Bonne 49% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% bat 1 bat 2 bat 3 bat 4 bat 5 bat 6 bat 7 bat 8A bat 8B bat 9 Fraiche Tiède Bonne Chaude Trop chaude 46/58 Audit énergétique Copropriété "Laferrière" Créteil

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE 22 octobre2014-014 EDITO Le texte du projet de loi de finances 2015 a été adopté en première lecture le 14 octobre dernier. Enfin, nous avons de la lisibilité sur le crédit d impôt, car, même si la loi

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

Rapport synthétique d audit énergétique - V1

Rapport synthétique d audit énergétique - V1 Rapport synthétique d audit énergétique - V1 COPROPRIETE La Fontaine des Joncs 91380 CHILLY MAZARIN 175 appartements, 1 loge gardien Adresse copropriété : La Fontaine des Joncs 91380 CHILLY MAZARIN Adresse

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 RCS : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT

OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT OPERATION MENUCOURTOISE D AMELIORATION DE L HABITAT En 2008 Mise en place de l aide communale à l isolation pour les propriétaires En 2010, La mairie montre l exemple : rénovation complète du logement

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue de Tilleur n : 116 CP : 4420 Localité : Saint-Nicolas Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Avant ou en 1918 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Rapport final d étude énergétique BATIMENT C Affaire n 1IF92510074 Mai 2011 SAUNIER & Associés 205 avenue Georges Clemenceau F-92024 NANTERRE

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

1 - Définitions et principes

1 - Définitions et principes 23% des émissions annuelles de GES émis proviennent du secteur du bâtiment soit presque autant que les transports (27%). 17 TWh, c est l énergie dissipée dans les logements parisiens dont 77% pour le chauffage

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse DIAGNOSTIC ENERGETIQUE Résidence à Toulouse VERSION 2 Février 2010 ATMOSPHERES EURL au capital social de 5.000 16, Chemin du TUCOL 31.790 SAINT JORY Tél : 05 61 35 40 43 - Fax : 05 61 35 40 95 - E-mail

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE

RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE RAPPORT D'AUDIT ENERGETIQUE Résidence du coteau 5 avenue Aristide Briand 94240 L HAY LES ROSES Rédigé par : MAXIME TERRIER Chef de Projet : NATHALIE TAILLADE 1. Préambule. 2 Le Bâtiment Existant 3 2. Présentation

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail