DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE"

Transcription

1 DIAGNOSTIC THERMIQUE ET ENERGETIQUE Le République Grenoble - version du 22/09/ SYNDIC FONCIA ANDREVON 15, Rue Lesdiguières BP Grenoble Cedex 1

2 Diagnostic thermique et énergétique Page 2/66 PREAMBULE Ce diagnostic est un préalable. Préalable au projet d'exécution, préalable à la mission d'ingénierie. Il aide le maître d'ouvrage dans le choix des solutions et des intervenants compétents. Loin d'être une analyse sommaire d'améliorations évidentes, pas plus qu'un devis de travaux, le diagnostic fait ressortir des valeurs indicatives afin de permettre un choix entre différentes solutions, il ne saurait en aucun cas constituer une base contractuelle de référence. Cette étude, qui doit être suivie dans sa totalité, se décompose en trois phases indissociables. 1ére phase : Description et examen des locaux (utilisation, état du bâti et des installations, usages spécifiques des énergies, équipements particuliers, consommations). 2ème phase : Exploitation et traitement des données, calculs et interprétations de ces derniers pour mettre en évidence les améliorations à envisager, indication pour chaque intervention de son coût, des économies à en attendre. 3ème phase : Propositions de travaux cohérents adaptées aux caractéristiques propres au bâtiment étudié.

3 Diagnostic thermique et énergétique Page 3/66 SOMMAIRE I DESCRIPTION ET EXAMEN 5 I.1 Généralités 5 I.2 Description du bâti 8 I.2.1 Caractéristiques générales 8 I.2.2 Composition des parois 9 I.2.3 Ventilation 11 I.3 Points forts / points faibles du bâti 12 I.4 Description des installations thermiques 13 I.4.1 Conformité à la réglementation 13 I.4.2 Les installations thermiques 15 I.4.3 Distribution et émission 19 II Analyse thermique et énergétique 21 II.5 Calcul des déperditions 21 II.5.1 Caractéristiques thermiques retenues 21 II.5.2 Puissance et répartition des déperditions 22 II.5.3 Adéquation entre les besoins et la puissance souscrite 23 II.6 Analyse énergétique des consommations thermiques 24 II.6.1 Bilan des consommations pour le chauffage 24 II.6.2 Analyse des consommations d'énergie pour l'ecs 25 II.6.3 Analyse des consommations d'énergie pour le chauffage 26 II.6.4 Bilan des consommations 27 II.7 Analyse des consommations électriques et pistes de travaux 28 II.7.1 Analyse des consommations 28 II.7.2 Piste de travaux à étudier 28 III COMPARATIF ENERGETIQUE ET ECONOMIQUE 29 III.1 Généralités 29 III.2 Solution actuelle 30 III.3 Consommation théorique du chauffage 31 III.4 Consommation théorique de l'énergie pour l'ecs 32 III.5 Consommation théorique globale 33 III.6 Changement d énergie 35 IV TRAVAUX ENVISAGEABLES 36 IV.1 Travaux sur le bâti 36 IV.1.1 Remplacement des menuiseries 36 IV.1.2 Isolation des coffres de volets roulants 37 IV.1.3 Isolation des murs extérieurs 38 IV.1.4 Isolation des toitures terrasses 39 IV.1.5 Isolation des planchers sur sous-sols 40 IV.1.6 Amélioration de la ventilation 41

4 Diagnostic thermique et énergétique Page 4/66 IV.2 Travaux sur les installations 44 IV.2.1 Sobriété énergétique 44 IV.2.2 Mise en conformité de la sous-station 45 IV.2.3 Création d un réseau séparé côté Sud 46 IV.2.4 Création d un circuit régulé pour les commerces 47 IV.2.5 Désembouage 48 IV.2.6 Equilibrage 49 IV.2.7 Robinets thermostatiques 50 IV.2.8 Production d ECS semi-instantanée (ballon tampon) 51 IV.2.9 Création d une chaufferie collective au gaz 52 IV.2.10 Production d ECS solaire thermique 53 IV.2.11 Centrale photovoltaïque raccordée au réseau 55 IV.3 TRAVAUX PRIORITAIRES 59 V DIVERS 62 V.1 Crédit d impôts 62 V.2 Eco-prêt à taux zéro 64 V.3 Certificats d Economie d Energie (CEE) 66

5 Diagnostic thermique et énergétique Page 5/66 I.1 Généralités I DESCRIPTION ET EXAMEN Adresse : Le République 11, 13, 15 rue de la République et 16, 22 rue Sainte Claire Grenoble Localisation / situation : N Le République Descriptif de la copropriété : Nombre de bâtiments : 1 Date de construction : 1968 Altitude : 210 mètres

6 Diagnostic thermique et énergétique Page 6/66 Surface/ volume chauffés : m² / m 3 environ Nombre de montée : 5 Nombre de niveaux : R+9 Nombre d équivalents logements : 90 logements (9 T2, 27 T3, 27 T4, 18 T5 et 9 T6) Rez-de-chaussée : Le rez-de-chaussée est composé halls d entrées et de commerces Le premier étage est à usage professionnel. Ventilation : naturelle Mode de chauffage et de production d eau chaude sanitaire : Chauffage : collectif par sous-station du chauffage urbain Type d émetteurs : radiateurs Eau chaude sanitaire : collectif par sous-station du chauffage urbain Localisation de la sous-station : en sous-sol en partie Est sous l entrée des garages. Informations complémentaires : Le diagnostic thermique et énergétique est réalisé sans sondage destructif. La composition des parois est déterminée à partir des plans, de l inspection visuelle menée sur le bâti lors de la visite et des informations communiquées par les copropriétaires rencontrés. Un plan d étage courant et un plan du rez-de-chaussée du bâtiment le République à Grenoble nous ont été fournis.

7 Diagnostic thermique et énergétique Page 7/66 Vues extérieures du bâtiment : Le République : Façade Sud Pignon Ouest Façades Nord et Ouest Galerie Sainte Claire Pignon Nord et façade Est

8 Diagnostic thermique et énergétique Page 8/66 I.2 Description du bâti I.2.1 Caractéristiques générales Taux de vitrage (hors commerces) : Le taux de vitrage correspond à la surface totale des ouvrants (fenêtres et portesfenêtres) divisée par la surface totale des façades déperditives donnant sur l extérieur. Un taux de vitrage important signifie plus d apports solaires, si les façades vitrées sont bien orientées mais en contrepartie et surtout, plus de déperditions, les ouvrants étant une source de déperdition préférentielle. Taux de vitrage : 35% Commentaire : Le taux de vitrage du bâtiment est un peu fort. Classiquement, pour des bâtiments datant de la même époque, ce taux se situe en moyenne aux alentours de 30%. Coefficient de compacité (hors commerces) : Le coefficient de compacité correspond à la somme des surfaces déperditives divisée par le volume total à chauffer. Un coefficient de compacité important signifie que la forme du bâti est défavorable sur le plan thermique. Coefficient de compacité : 0,36 Commentaire : Le coefficient de compacité est faible (bâtiment compact). Classiquement, ce taux se situe aux alentours de 0,42. La forme homogène du bâtiment explique ce bon résultat.

9 Diagnostic thermique et énergétique Page 9/66 I.2.2 Composition des parois Murs extérieurs Les murs extérieurs sont d origine. Il y a deux types de compositions différentes. La première est constituée d un complexe fibrociment et lame d air recouvert par un panneau assimilé marbre. La seconde est composée d un complexe béton et lame d air recouvert par un parement en pierre blanc. Les murs extérieurs sont dépourvus d isolation. Les murs intérieurs sur locaux non chauffés sont en béton plein et dépourvus d isolation. Menuiseries extérieures : Les menuiseries d origines sont des fenêtres et portesfenêtres en acier simple vitrage. Certains copropriétaires ont remplacé leurs menuiseries. L âge et la qualité de celles-ci sont inconnus. De ce fait, dans le cadre du diagnostic, les calculs seront effectués avec les caractéristiques des menuiseries d origine. Fenêtre métallique coulissante simple vitrage d origine Les occultations sont des volets roulants. Les coffres des volets roulants sont intérieurs au bâtiment. Ils sont en panneaux de bois contreplaqué recouvert d un feutre de faible épaisseur. Toiture sommitale : Coffre de volet-roulant intérieur Aucune réfection globale d étanchéité de la toiture sommitale n a eu lieu depuis 24 ans. A priori, il n y a pas eu d isolation rajoutée à cette occasion. L isolation en place est donc celle d origine. Par conséquent, nous considérerons donc une isolation de type liège + brai classique pour des bâtiments des années 60/70. Pour information la durée de vie moyenne d une étanchéité est de l ordre d une vingtaine d année.

10 Diagnostic thermique et énergétique Page 10/66 Planchers : Les planchers déperditifs sont les planchers sur les garages, les planchers donnant sur les halls d entrée et les planchers sur extérieur. Les planchers donnant sur les garages est isolé en sous face par 5 cm de Fibralith. Néanmoins l épaisseur et la performance thermique de cette isolation est très faible. Les planchers sur hall sont composés d une dalle en béton et d un complexe lame d air et lambris. Les planchers sur extérieur sont composés d une dalle en béton recouverte d une couche de sable.

11 Diagnostic thermique et énergétique Page 11/66 I.2.3 Ventilation Les logements sont en ventilation naturelle. Les principes généraux ci-dessous sont issus de l examen des plans d architecte et de la visite de plusieurs logements. Le principe de ventilation des logements est une ventilation par pièces séparées. Les WC et salles de bains possèdent une amenée d air et une extraction par conduits de type shunt (collectifs). Des grilles de ventilation hautes et basses sont présentes en façade au niveau des cuisines. Grille de ventilation raccordée au conduit shunt La ventilation des pièces dites sèches (chambres, séjours ) est assurée par ouverture des fenêtres. Dans les faits, ces pièces sont également «ventilées» par les infiltrations au niveau des coffres des volets roulants et des menuiseries. A noter la présence de conduits de fumées de type shunt dans les cuisines. Conduit de fumées de type shunt Commentaire : Le principe actuel de ventilation naturelle séparée n est pas très satisfaisant sur le plan du confort et de la consommation d énergie pour le chauffage Préalablement à toute analyse, rappelons que l air à l'intérieur d un logement est généralement plus pollué que l air extérieur. Les sources de pollutions sont multiples : peintures, vernis, produits ménagers, animaux de compagnies... Certains polluants sont d ailleurs produits par le propre métabolisme des occupants : CO2, vapeur d eau. A titre d exemple, une personne peut produire en une nuit plus de 300 g de vapeur d eau. Les pièces sèches (chambres, séjours, ) ne sont ventilés que par les infiltrations lorsque les fenêtres sont fermés, ce qui est le cas la majeure partie du temps en période de chauffe. Lorsque ces pièces sont occupés, le débit de renouvellement d air est généralement insuffisant pour garantir des conditions d hygiènes satisfaisantes. Par ailleurs, une ventilation insuffisante favorise les phénomènes de condensation au niveau des parois froides qui peuvent générer des dégradations. En cas de remplacement des menuiseries, la diminution des infiltrations par les ouvrants peut conduire à une aggravation de ces phénomènes. Les WC et salles de bains sont pourvus d une évacuation sur conduit. Le débit de renouvellement d air est lié au tirage thermique dans les conduits. Le tirage thermique dépend essentiellement de deux facteurs : le vent et la différence de température entre l intérieur et l extérieur. En hiver, la différence de température entre l intérieur et l extérieur est importante, d où un débit de ventilation souvent excessif avec des conséquences en termes de confort et de consommation d énergie.

12 Diagnostic thermique et énergétique Page 12/66 I.3 Points forts / points faibles du bâti Points forts Mitoyenneté du pignon nord jusqu au 5ème étage Bonne compacité Points faibles Taux de vitrage un peu élevé Mauvaise performance thermique des parois extérieures Menuiseries acier d origine simple vitrage Coffres de volets roulants intérieurs Ventilation naturelle : débits non maîtrisés

13 Diagnostic thermique et énergétique Page 13/66 I.4 Description des installations thermiques I.4.1 Conformité à la réglementation Les questions de conformité du local sous-station sont à discuter avec la Compagnie de Chauffage Urbain. Nous indiquerons toutefois dans ce rapport les points de non conformité à la réglementation actuelle que nous avons relevé lors de la visite. Cette liste n est pas exhaustive. Sécurité incendie : La porte d accès principale à la chaufferie est une porte en tôle. Elle ne respecte pas le degré coupe-feu 1h imposé par la réglementation. Cette porte d accès ne comporte pas de ferme-porte. Porte d accès à la chaufferie Le plafond de la sous-station est un plafond en béton comprenant en sous face des panneaux de Fibralith. La réglementation impose que le plafond présente un degré coupe-feu 2h et qu il soit composé d un matériau incombustible (classement M0). La Fibralith est coupe-feu 2 h mais n est pas classée M0. Par ailleurs, nous avons constaté une rupture du degré coupe feu, notamment au niveau d une descente d eau usée (percement). De même, les murs de la sous-station, en béton plein, présentent des ruptures du degré coupe-feu 2h au niveau de passages de câbles au dessus de la porte d entrée (trous à boucher). Passage de câbles Par ailleurs la présence de chutes, gaines ou câbles étrangers au fonctionnement de la sous-station sont proscrits par la réglementation.

14 Diagnostic thermique et énergétique Page 14/66 Sécurité des personnes : Absence de bloc autonome d éclairage de sécurité. Pollution : Absence de clapet anti-pollution sur le circuit d eau froide alimentant la production d ECS. Divers : Divers matériels (vélo, poubelles en plastique, échelles, aspirateurs, ) se trouvent dans la sousstation. Seul le matériel nécessaire au fonctionnement d une sous-station est admis. Matériel inutile en chaufferie Deux anciens ballons d eau chaude sanitaire de litres sont présents en sousstation. Ces ballons étant inutilisés ils sont à évacuer. Les équipements électriques sont disséminés dans plusieurs armoires. Il serait souhaitable de les regrouper. Nous avons constatés la présence d une soupape entartrée sur le bouclage ECS au niveau de l échangeur à plaques. Soupape entartrée

15 Diagnostic thermique et énergétique Page 15/66 I.4.2 Les installations thermiques La sous-station est localisée en sous-sol en partie Est sous l entrée des garages. Schéma d implantation : Légende : 1 : Pompe de chauffage 2 : Vanne 3 voies de régulation 3 : Vanne 3 voies de régulation ECS 4 : Pompes ECS 5 : Echangeur à plaques pour l ECS 6 : Pompe de recyclage ECS 7 : Echangeur Chauffage Urbain 8 : Groupe de Maintien de pression Puisard Ballon ECS Ventilation haute 6 Ballon ECS Armoire élec. Ventilation basse 7 GMP Schéma d implantation sous-station Schéma hydraulique :

16 Diagnostic thermique et énergétique Page 16/66 Principaux équipements : Echangeur Chauffage Urbain : Puissance souscrite : kw Année : 2010 Panoplie hydraulique chauffage : Pompe chauffage Marque : Modèle : Type : Age : SALMSON NRB 122 (3 kw) pompe sur socle indéterminé Echangeur urbain Marque : Modèle : Type : Age : SALMSON NRD 122-4D (3 kw) pompe sur socle indéterminé Pompes de chauffage Vanne 3 voies de régulation : Marque : SIEMENS Type : VBF Age : Récente Servomoteur : Acvatix SQL 33 Age : Récent Vanne 3 voies de régulation

17 Diagnostic thermique et énergétique Page 17/66 Régulation circuit chauffage : Régulateur : Marque : Modèle : Age : SIEMENS RVL470 Récent Le mode de régulation est classique. Il s agit d une régulation de la température de l eau de chauffage en fonction de la température extérieure par l action d une vanne 3 voies motorisée montée en mélange. La température de l eau de chauffage est fixée par une loi d eau paramétrée au niveau du régulateur. Le pied de courbe est à 22 C de consigne de départ pour 20 C de température extérieure. Pour une température extérieure de -10 C, la consigne de chauffage est de 65 C. La régulation comprend un réduit de nuit de 5 C sur la température d eau de chauffage (soit presque 2 C sur la température d ambiance) de 23h30 à 5h00. A la vue de cette courbe, on peut remarquer qu'il y a une légère surchauffe dans les logements. Commentaire : Le pied de courbe est un peu élevé : 22 C de consigne de départ pour 20 C de température extérieure (20 C extérieur = aucun beso in en chauffage). Ce point peut traduire soit : - Une dérive du régulateur ou un problème de sonde compensé par un réglage artificiel ; - Un problème d équilibrage : mauvaise répartition des débits obligeant à surchauffer la majorité des logements pour pouvoir chauffer correctement les logements défavorisés sur le plan hydraulique. Système d expansion : L installation n est raccordée à un groupe de maintien de pression. Groupe de maintien de pression : Marque : PRESSOSMART Age : Récent Groupe de maintien de pression

18 Diagnostic thermique et énergétique Page 18/66 Production d'eau chaude sanitaire : La production d eau chaude sanitaire est de type instantané par échangeur à plaques. Commentaire : La production d ECS étant instantanée, elle sollicite une puissance importante. Echangeur à plaques : Marque / modèle : URANUS 242 Puissance : 985 kw pour un primaire à 80 C Ancienneté : 1986 Préparateur ECS Pompes de bouclage : Marque : Modèle : GRUNDFOS indéterminé Pompes de bouclage

19 Diagnostic thermique et énergétique Page 19/66 I.4.3 Distribution et émission Distribution chauffage : La distribution de chauffage comprend 3 circuits Le premier dessert uniquement l agence Immobilière B2C ; Le second dessert les commerces du rez-de-chaussée, les bureaux du 1 er étage et les logements de l immeuble. Le dernier dessert le reste des magasins de la galerie marchande Sainte Claire. Il est regrettable que les retours des différents circuits ne soient pas équipés de vanne de réglage de débit. Départs chauffage en sous-station La distribution du chauffage est de type vertical. Les réseaux de chauffage cheminent aux plafonds des garages. Tés de réglage Les réseaux de chauffage sont calorifugés en partie horizontale par de la laine minérale + coquille de plâtre. La distribution est complexe. Elle comprend des piquages primaires sur le réseau principal puis des piquages secondaires. Des vannes d arrêts et des tés de réglages anciens sont présents mais pas sur tous les pieds de colonne. Vannes d arrêt Les colonnes sont parfois apparentes et parfois derrière le doublage. Colonne Colonne apparente Colonne derrière doublage

20 Diagnostic thermique et énergétique Page 20/66 Emission : Les radiateurs d origine sont des radiateurs en fonte avec robinets double réglage sans té d isolement. Certains robinets double réglage ont été remplacés par des robinets simple réglage, détruisant ainsi l'équilibrage initial. Radiateur d origine avec robinet double réglage Absence de tés d isolement Les radiateurs du dernier étage sont équipés de purgeurs automatiques. Distribution eau chaude sanitaire : La distribution d'ecs est de type bouclée. Un bouclage hydraulique assure le maintien en température de la distribution principale afin que chaque occupant ait de l'eau chaude quasiment instantanément. Les occupants se plaignent d un problème de température de l eau froide qui est tiède. La présence, dans une même gaine technique, des tubes d ECS et de bouclage non calorifugés explique ce réchauffement de l'eau froide. Colonnes eau froide, eau chaude + bouclage

21 Diagnostic thermique et énergétique Page 21/66 II.5 Calcul des déperditions II ANALYSE THERMIQUE ET ENERGETIQUE II.5.1 Caractéristiques thermiques retenues Désignation et composition e λ R K Tau Mur sur extérieur en marbre TOTAL /hi + 1/he - vertical sur extérieur Marbre Lame d'air faiblement ventilée Fibro-ciment Mur sur extérieur en pierre TOTAL /hi + 1/he - vertical sur extérieur Parement en pierre blanc Lame d'air non ventilée Béton plein masse à Mur sur cage TOTAL /hi + 1/he - vertical sur LNC Béton plein masse à Terrasse TOTAL /hi + 1/he - horizontal ascendant sur extérieur Liège expansé+brai 100<masse vol.< Béton plein masse à Plancher sur hall TOTAL /hi + 1/he - horizontal descendant sur LNC Lambris Lame d'air Béton plein masse à Sable sec Plancher sur extérieur TOTAL /hi + 1/he - horizontal descendant sur extérieur Béton plein masse à Sable sec P.fenêtre acier battante s.vitrage Fenêtre acier coulissante s.vitrage Coffre de volet roulant Porte palière Pont thermique terrasse Pont thermique intermédiaire Pont thermique refend Pont thermique angle sortant Pont thermique angle rentrant Ventilation Les parois sont caractérisées par les valeurs suivantes : e = épaisseur des matériaux en mètre. λ = conductivité thermique des matériaux en W/m. C. R = résistance thermique des matériaux en m² C/W. K (ou U) = coefficient de transmission surfacique de la paroi en W/m² C. Tau = coefficient de correction de température applicable aux locaux non chauffés.

22 Diagnostic thermique et énergétique Page 22/66 II.5.2 Puissance et répartition des déperditions Données de base : Température extérieure de base : Température ambiante : Station météo de référence : Zone climatique : Altitude : -11 C 20 C Grenoble St Martin d Hères H1 210 mètres Important : Les déperditions ci-dessous sont calculées avec les caractéristiques des menuiseries d origine. Par ailleurs, les déperditions des commerces sont calculées en considérant un coefficient G moyen de 1,5 W/m 3. C. Puissance des déperditions : Les déperditions pour ces 2 bâtiment sont de W soit environ kw. Le coefficient G est de 1,33 W/m³. C. PUISSANCE DES DEPERDITIONS : kw G = 1,33 W/m³. C Commentaire : Le coefficient G se situe dans la moyenne des coefficients G constatés sur des immeubles datant de la même époque (1968), moyenne comprise entre 1,3 et 1,4 W/m 3.C. Répartition des déperditions : Commentaire : La répartition des déperditions est classique pour un bâtiment datant de cette époque. La part principale des déperditions est due aux ouvrants (35%) et est donc à traiter en priorité. Les déperditions par les murs extérieurs (25%) et les déperditions par ventilation et infiltrations (23%) représentent les seconds et troisièmes postes de déperdition.

23 Diagnostic thermique et énergétique Page 23/66 II.5.3 Adéquation entre les besoins et la puissance souscrite Puissance souscrite : kw La formule usuelle pour le calcul de la puissance à souscrire est la suivante : Puissance déperditions x 1,15 + Puissance ECS Puissance de déperditions : kw Puissance du préparateur ECS (primaire à 80 C) : 98 5 kw Puissance à souscrire : x = kw Commentaire : Les résultats ci-dessus montrent que la puissance souscrite a été bien négociée : kw contre kw (calcul théorique) si l on applique la formule usuelle de calcul détaillée précédemment.

24 Diagnostic thermique et énergétique Page 24/66 II.6 Analyse énergétique des consommations thermiques II.6.1 Bilan des consommations pour le chauffage Données de base : Le Syndic nous a communiqué les données suivantes pour le bâtiment : Factures de la Compagnie de Chauffage Urbain du 01/01/2007 au 30/09/2009 ; Consommations d eau chaude sanitaire du 01/01/2007 au 30/05/2010 ; A partir de ces données, nous avons déterminé la consommation moyenne en chauffage de la copropriété. Remarques : Energie primaire / énergie finale : La consommation d énergie s exprime tantôt en énergie primaire et tantôt en énergie finale. L énergie finale est l énergie effectivement consommée par le bâtiment pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire, l éclairage... L énergie primaire est égale à l énergie finale à laquelle on applique un coefficient correcteur destiné à prendre en compte les pertes liées à la production et au transport de l énergie jusqu au site (cas de l électricité) ou encore le caractère renouvelable de la ressource (cas des combustibles bois). DJU18 : Les DJU18 sont une donnée météorologique mesurée par Météofrance qui traduit la sévérité du climat. Plus le nombre de DJU18 est important sur une saison de chauffe, plus la saison de chauffe a été rigoureuse.

25 Diagnostic thermique et énergétique Page 25/66 II.6.2 Analyse des consommations d'énergie pour l'ecs Calcul du ratio ECS : De juin à septembre, les consommations énergétiques correspondent uniquement à la production d ECS. Ces données permettent de calculer le ratio moyen ECS qui correspond à la quantité moyenne d énergie consommée pour produire 1m3 d eau chaude sanitaire. Température moyenne d eau chaude : 60 C Température moyenne d eau froide : 10 C Capacité calorifique de l eau : 1.16 kwh/m3. C Les consommations énergétiques mensuelles sont connues. Les consommations d eau chaude seront estimées au prorata temporis à partir des consommations annuelles. Conso ECS (m3) Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total MOYENNE 1778 Ratio moyen de consommation d'ecs : 22 m3/an.logt Calcul du rendement ECS : Consommation Ratio ECS Ratio ECS (Juin-Août) MWh m3 MWh/m , , ,284 MOYENNE 0,208 Besoins énergétique pour l'ecs : = 1,16 x (TEC - TEF)/1000 0,058 MWh/m3 Rendement moyen ECS : = Besoins ECS / Ratio ECS 28% Commentaires : Le ratio moyen de consommation d ECS est de 22 m 3 par an et par logement (Hors commerces et bureaux du premier étage). Ce ratio est faible par rapport à la consommation moyenne communément observée dans les copropriétés (25 m 3 par an et par logement). Le rendement ECS est très mauvais (28%) d autant que les pertes de production par l échangeur urbain sont très faibles en comparaison d une chaudière. Seules les pertes du bouclage peuvent expliquer ce mauvais résultat. L isolation des canalisations d ECS permettrait d améliorer ce rendement. Etant donné que les colonnes passent dans des gaines techniques, le manque d espace disponible rend impossible le calorifugeage des canalisations.

26 Diagnostic thermique et énergétique Page 26/66 II.6.3 Analyse des consommations d'énergie pour le chauffage Le ratio d ECS ayant été calculé, il est possible de répartir la consommation totale entre la part chauffage et la part ECS. Conso CU (MWh) Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Total Année Conso. totale (MWh) Conso. ECS (m3) Conso. ECS (MWh) Conso. chauf. (MWh) DJU18 Ratio chauf. 0,208 MWh/m3 = Conso.totale - Conso. ECS Du 1/10 au 20/05 MWh/DJU , , ,56 MOYENNE ,55 Consommation moyenne pour le chauffage : 2283 x 0,55 = 1260 MWh/an soit 53 Wh/m².DJU Commentaire : Le ratio de chauffage est égal à 53 Wh/m².DJU ce qui est raisonnable. Le ratio généralement rencontré, pour des bâtiments datant de cette époque, varie entre 60 et 70 Wh/m².DJU.

27 Diagnostic thermique et énergétique Page 27/66 II.6.4 Bilan des consommations Chauffage ECS TOTAL MWh/an m3/an MWh/an MWh/an Rappel de la surface habitable : m² Ratio de la consommation : / = 156 kwh/m².an Emissions de CO2 : Facteur d émission : 161 g de CO2 par kwh d énergie finale. Chauffage ECS TOTAL kgco2/an kgco2/an kgco2/an Ratio des émissions de CO2 : / = 25 kgco2/m².an Cotation sur l échelle du DPE : Le décret n du 14 septembre 2006 a intro duit dans le code de la construction et de l habitation, le Diagnostic de Performance Energétique (DPE). Aujourd hui, la réalisation d un DPE est obligatoire préalablement à une vente et à la location d un logement. Les performances des logements diagnostiqués sont affichées et classées sur deux étiquettes. Il nous a semblé intéressant de positionner la copropriété sur l échelle du DPE. Attention, les cotations ci-dessous ne sont pas un DPE tel que prévu par la réglementation. Ces résultats ne peuvent en aucun cas être utilisés comme DPE pour une vente ou une location. Etat initial Bâtiment économe Bâtiment Faible émission de GES Bâtiment <51 A <6 A 51 à 90 B 6 à 10 B 91 à 150 C 11 à 20 C 151 à 230 D à 35 D kwh/m².an 231 à 330 E 36 à 55 E 331 à 450 F 56 à 80 F 451 ou supérieur G 81 ou supérieur G 25 kg CO2/m².an Logement énergivore Energie primaire (kwh/m² SH.an) Forte émission de GES Emission de gaz à effet de serre (kgco2/m².an) Commentaire : Le classement sur l échelle du DPE n est pas favorable. Les bâtiments construits en 2010 sont en A.

28 Diagnostic thermique et énergétique Page 28/66 II.7 Analyse des consommations électriques et pistes de travaux II.7.1 Analyse des consommations Les consommations électriques des parties communes comprennent : L éclairage des parties communes ; Les ascenseurs ; La chaufferie ; Les consommations suivantes sont issues des factures d électricité fournies par le Syndic pour l année 2009 : Période N compteur Puissance kva Type Conso. HP kwh Conso. HC kwh Conso. tot kwh Ratio kwh/an.logt janv - nov Communs janv - nov 2007 Jaune Base UM P Le République janv - nov 2008 double janv - nov Total Ratio kwh/logt.an 744 Commentaire : La consommation annuelle d électricité des communs est supérieure à 500 kwh par logement et par an. Cette consommation est élevée. Des économies sont à envisager. II.7.2 Piste de travaux à étudier Eclairage : 25 % d économies facilement réalisables Opter pour des luminaires avec un rendement optique élevé ; Optimiser la durée des minuteries ; Opter pour de la détection de présence ; Si éclairage avec tubes fluorescents : mise en place de luminaires performants avec ballasts électroniques et non ferromagnétiques et tubes haut rendement (T5 et non T8) ; Ne pas surdimensionner la puissance lumineuse et dépoussiérer régulièrement les luminaires pour maintenir leur performance optique (diminuer le nombre de luminaires dans le hall d entrée) ; Ascenseurs : Motorisation : variation de vitesse, transmission directe (Gearless). Eclairage des cabines : pour un éclairage permanent, privilégier un choix de luminaires performants.

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature :

Logement certifié. Date : 07/08/2015. Signature : Logement certifié Rue : Rue de Tilleur n : 116 CP : 4420 Localité : Saint-Nicolas Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Avant ou en 1918 Performance énergétique La consommation théorique

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 RCS : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE

EDITO. Sommaire : Le Crédit d impôt Transition Energétique. 22 octobre2014-014. *Le Crédit d Impôt Transition Energétique : CITE 22 octobre2014-014 EDITO Le texte du projet de loi de finances 2015 a été adopté en première lecture le 14 octobre dernier. Enfin, nous avons de la lisibilité sur le crédit d impôt, car, même si la loi

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1)

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.1) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006, Arrêté

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz.

ANDRÉ GRAFF. Diagnostics Immobiliers Plomb. Amiante. Termites. Loi Carrez. D.P.E. Gaz. Diagnostic de performance énergétique logement (6.1) N : Rodin 627 Valable jusqu au : 26/07/2022 Type de bâtiment : Logement collectif Année de construction : 2009 Surface habitable : 58.50 m 2 Adresse

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Mission de diagnostics énergétiques du patrimoine bâti ~ Des communes adhérentes au SYDESL ~

Mission de diagnostics énergétiques du patrimoine bâti ~ Des communes adhérentes au SYDESL ~ COMMUNE : TRAMAYES PAGE : 1 SUR 29 Commune de TRAMAYES OFFICE DU TOURISME / LA POSTE / LOGEMENTS / CABINET DE SANTE COMMUNE : TRAMAYES PAGE : 2 SUR 29 SOMMAIRE 1. GENERALITES...3 2. DESCRIPTIF...4 Présentation

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012

Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 Crédits d impôt énergie TVA réduite à 7% Prêt à taux zéro 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir de la loi de finances 2012, des articles 200 quater, 200 quinquies,

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil

AUDIT ENERGETIQUE. Résidence LAFERRIERE. Créteil AUDIT ENERGETIQUE Résidence LAFERRIERE Créteil 2013 Rédaction Pierre CHAMPENOIS Validation Guillaume AUBRY Ind. Date Modification VP1 20/02/2013 Version intermédiaire avant réunion de travail avec le CS.

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/7 Projet Nom Abatia Nom de la variante SHON 127 Haut. sous plafond 2.5 Détails du site Latitude 45.59 Longitude 5.63 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition Surface

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes

Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Optimisation énergétique du Domaine des Hocquettes Suresnes Rapport final d étude énergétique BATIMENT C Affaire n 1IF92510074 Mai 2011 SAUNIER & Associés 205 avenue Georges Clemenceau F-92024 NANTERRE

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12. 1406-TIS T Session 2014 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 12 1 Synoptique de principe Chaufferie 8 7 5 2 6 3 4 Durée : 4h Coefficient : 3 Page 2 / 12 Plan d implantation Conduits de ventilation et de chauffage. Durée

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail