THÈSE. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS 8. Discipline : Théâtre. présentée et soutenue publiquement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THÈSE. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS 8. Discipline : Théâtre. présentée et soutenue publiquement"

Transcription

1 UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES-SAINT-DENIS U. F. R 1 : ARTS, PHILOSOPHIE ET ESTHÉTIQUE Esthétiques, Sciences et Technologies ARTS Spécialité Théâtre et Danse N attribué par la bibliothèque THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS 8 Discipline : Théâtre présentée et soutenue publiquement par Anne Quèguiner le 30 novembre 2006 Mention très honorable avec les félicitations Titre : Les costumes à la Comédie-Française ( ) Du secret au visible Étude d un cas particulier Dom Juan et le Festin de Pierre Directeur de thèse : Monsieur le professeur Jean-Marie Thomasseau 1

2 2

3 Pour ma fille Pour mon père 3

4 Remerciements à Monsieur le Professeur Jean-Marie Thomasseau à Monsieur le Professeur Christian Biet à Madame le Professeur Anne Surgers pour sa patience, son attention et sa bienveillance à Madame Anne Verdier pour ses conseils avisés à Madame Jacqueline Razgonnikoff pour ses encouragements à Monsieur Joël Huthwohl pour son accueil chaleureux 4

5 5

6 INTRODUCTION Pourquoi étudier le costume de théâtre? Parce que le costume est un élément fondamental de la représentation. Le costume est en lien avec l histoire du théâtre : il témoigne du temps de la première représentation, il contribue à raconter la fable de la pièce, il donne à voir le temps historique choisi par le metteur en scène, et la façon dont une époque en resitue une autre, comme le rappelle Michel Azama : «Le costume résultera dans ce cas de la mise en scène du vêtement dans la société de l époque. 1» Parce que le costume fait partie du champ théâtral le moins exploité. Les ouvrages relatifs aux costumes de théâtre sont rares, surtout avant le XX e siècle. Soit ils sont historiques et traitent de la mode 2, soit ils sont théoriques et, dans ce cas, l on en recense deux 3. Parce que le costume se donne à lire. Dans la vie de tous les jours, le vêtement se présente comme une carte d identité individuelle. Il témoigne de l appartenance territoriale, sociale et religieuse de l individu. Le vêtement montre également l état de la personne : le vêtement peut par exemple annoncer le mariage, ou dénoncer une humeur par le choix des coupes, des matières et des couleurs. Le vêtement de tous les jours et le costume de théâtre donnent à voir des signes similaires, des signes connus et reconnaissables pour les spectateurs. Le costume de théâtre a alors pour fonction de théâtraliser les signes du quotidien. Parce que le costume de théâtre est un signe visuel fort. Il touche à la fois la question de l espace, de l acteur et du jeu. Le costume fait partie du décor et de la scénographie. Il peut aussi faire décor. Le costume témoigne du rapport que 1 Conférence non publiée de M. Azama, Mise en scène mise en signes, Conférences oct juin 1986, Centre Dramatique National de Bourgogne, 1986, p Dans ce cas, il s agit d ouvrages sur les théâtres ou les opéras en vogue. Ces documents présentent des planches de costumes, parfois en couleurs. Ils sont très à la mode au XVIII e siècle et au XX e siècle. Ils témoignent de l engouement des spectateurs pour les habits de scène, habits portés par les vedettes du moment : - Anonyme, Costumes et annales des grands théâtres de Paris, de 1786 à 1789, s. e., 4 vols, In-4º. - Umberto Tirelli, Costume de Ville-Costume de scène, Mondadori/A. Biro, 1987, 259 p. 3 L essai de R. Barthes, «Les Maladies du costume de théâtre», dans Essais critiques, Seuil, 1964, pp L ouvrage d A. Verdier, L habit de théâtre, Histoire et Poétique de l habit de théâtre en France au XVII e siècle, Lampsaque, «Le Studiolo-Essais», 447 p. 6

7 le comédien entretient avec son corps, entretient avec son personnage. Les premiers essayages de costumes se finissent souvent par une remarque indiquant que le comédien se sent «engoncé» dans son vêtement. Le terme, peu usité dans le langage courant, rappelle le rapport intime que le comédien entretient avec son costume de scène : je suis engoncé dans le vêtement, engoncé dans le personnage, sous-entendu «je ne fais pas encore corps avec lui». Et les costumières d affirmer que le même costume peut être passé quelques temps après : si le comédien a trouvé son personnage, le costume ne l engonce plus. Le costume de théâtre se met alors au service du comédien et le comédien au service de son personnage, comme le souligne Michel Azama : «chaque fois qu on revient au primat de l acteur on focalise ainsi sur le costume ( ) L acteur trouvera ses appuis sur - la langue théâtrale, - la gestuelle, qui est une combinaison entre travail corporel et travail du costume (la main bouge, la manche grandit le geste). 4» Enfin, parce que le costume témoigne des non-dits. Non-dits de l œuvre, de la mise en scène : le costume de théâtre cache autant qu il dévoile. Le costume semble traduire ce que le spectateur voit : l extérieur ; et ce que ressent l acteur : l intime. Pourquoi étudier Dom Juan? Parce qu il est intéressant d explorer une partie méconnue du mythe. Le mythe de Dom Juan est le fruit de plusieurs histoires 5. Parmi ces histoires, le Dom Juan de Molière possède un récit singulier. D abord parce qu il est joué dans des conditions exceptionnelles : la pièce est représentée au Théâtre du Palais-Royal, avec une nouvelle rénovation du lieu, dans des décors somptueux et coûteux 6. Ensuite, parce que la 4 M. Azama, op. cit., p La première fable provient de Tirso de Molina, El Burlador de Sevilla y Combibado de pietra (Le Baiseur/L Abuseur/Le Trompeur de Séville et le Convié de pierre). Le texte est édité en Le récit est ensuite remanié par maints auteurs français du XVII e siècle dont Dorimond (Le Festin de Pierre ou l Athée foudroyé joué à Lyon en 1658), de Villiers (Le Festin de Pierre ou le Fils criminel en 1659), Molière (Dom Juan ou le Festin de Pierre de Molière 1665). 6 De 1660 à 1665 le Théâtre du Palais-Royal a été rénové : il possède désormais un plafond en trompe-l œil, qui peut être masqué par une toile bleue, un écusson aux armes de Richelieu, des marches qui vont de la scène à la salle. Surtout, le théâtre peut maintenant accueillir des spectacles à machines, comme ce sera le cas pour Dom Juan. Le décor est conçu par Messieurs Jean Simon et Prat dès Il se compose de cinq décors dont un ouvrable : extérieur et intérieur du tombeau pour l acte III. Il coûte à la compagnie la somme de 900 livres. Une livre est alors équivalente à un peu moins d un euro. Pour comparaison, le loyer mensuel d un théâtre comme l Hôtel Guénégaud coûte deux mille quatre cent livres, soit douze mille francs. Marché aux décors pour Don Juan contenu dans l ouvrage de M. Jurgens, E. Maxfiefd-Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa vie et les comédiens de sa troupe, S.E.V.P.E.N, 1963, pp Nous reviendrons en détail sur le décor du tombeau dans la troisième partie, pp

8 représentation fait scandale : la scène du pauvre, l athéisme de Dom Juan, la fin farcesque de la pièce ne sont pas du goût des dévots. Dès la seconde représentation, la scène du pauvre est censurée. Le spectacle lui-même est annulé après quinze jours de représentations pourtant suivies 7. En raison de cette histoire énigmatique, l œuvre de Molière est propice à l analyse. Du point de vue du mythe tout d abord : l on cherche à y retrouver la source d inspiration de l auteur. Du point de vue du texte, dans un second temps : le Dom Juan est unique en son genre. L auteur multiplie les personnages, mélange les genres et les tons. L on cherche alors à déterminer le style de la pièce, et à retrouver l origine des fameuses censures. Du point de vue de la représentation enfin : l on découvre dans les années soixante le Marché aux décors pour Don Juan de L œuvre de Molière semble avoir livrée tous ses secrets. Et pourtant Le Dom Juan de Molière est à prendre en compte non pas dans une, mais dans deux versions : Dom Juan interdit en 1665, est ré-écrit par un auteur prolixe en son temps, Thomas Corneille 9. La versification est nommée Festin de Pierre (1677). Outre les vers, Thomas Corneille ajoute au premier texte des «femmes» et ôte «ce qui gêne les scrupuleux 10». C est cette version qui tiendra le haut de l affiche pendant cent soixante seize années. Nous traitons donc ici des deux pièces, Dom Juan et du Festin de Pierre, de la création en 1665 jusqu au retour de l œuvre originale en La première représentation est un véritable succès : 1830 livres de recettes pour la première, 2045 livres pour la deuxième, une salle comble. Pourtant, dès la deuxième soirée le texte est censuré visiblement sur ordre royal. Malgré la suppression de la scène du pauvre, un groupe littéraire farouchement opposé à la pièce se met en place. B. A. de Rochemont assisté du prince de Conti se font les plus rudes défenseurs de la religion. Les pamphlets des admirateurs de Molière ne peuvent sauver la pièce. L œuvre est interdite après quinze jours de spectacle. Louis XIV continue toutefois de protéger la compagnie de Molière en la nommant «Troupe du Roi au Palais-Royal» en août Il lui alloue la coquette somme de 6000 livres. 8 M. Jurgens, E. Maxfiefd-Miller, Ibidem. 9 Timocrate (1656) ou encore Circé (1675) et Médée (1693) écrites par l auteur connurent de véritables succès. 10 Thomas Corneille s explique d ailleurs en ces termes : «Cette pièce dont les comédiens donnent tous les ans plusieurs représentations, est la même que feu M. Molière fit jouer en prose peu avant sa mort. Quelques personnes qui ont tout pourvoir sur moi, m ayant engagé à la mettre en vers, je me réservai la liberté d adoucir certaines expressions qui avaient blessé les scrupuleux. J ai suivi la prose assez exactement dans tout le reste, à l exception des scènes du troisième et du cinquième actes, où j ai fait parler des femmes. Ce sont scènes ajoutées à cet excellent original, et dont les défauts ne doivent point être imputés au célèbre auteur, sous le nom duquel cette comédie est toujours représentée.» A. Nidation, Dictionnaire de Don Juan dirigé par P. Brunel, Robert Laffont, «Bouquins», 1999, pp La pièce de Molière mise sous silence pendant cent soixante seize années, vit cependant. Pendant cette longue période, le texte moliéresque est l un des plus édités qui soit. Le texte de Molière fini par bénéficier d une seconde vie scénique pour la moins inattendue. En 1841, un jeune acteur régisseur, Robert Kemp, décide de remonter le Dom Juan original. Représenté au théâtre de l Odéon, il passe quasiment inaperçu et n est pas salué de la critique. Quasiment inaperçu? Pas pour tout le monde. La Comédie-Française voit cette reprise d un assez mauvais œil. Elle ne tolère surtout pas qu une telle initiative se fasse sans son accord. À la suite de l inauguration du buste de Molière en 1843, rue de Richelieu, la reprise de l œuvre est donc officialisée en 1847 au sein même du Théâtre-Français. 8

9 Enfin, parce que Dom Juan et le Festin de Pierre n ont pas livré tous leurs secrets. Le texte de Molière est étudié, peu celui de Thomas Corneille. L étude de leurs représentations fait particulièrement défaut. Le Marché aux décors pour Don Juan de 1664, déjà cité, est l unique document «spectaculaire» publié. Serait-il le seul? Répondre à la question c est poser une seconde question : s il existe des documents sur les premiers décors, il existe peut-être aussi des éléments sur les premiers costumes? De fait, les documents de l époque existent et sont accessibles, reste à y trouver des remarques vestimentaires. Dom Juan et le Festin de Pierre présentent un avantage majeur. Les deux pièces ont été jouées par les Comédiens du Roi, bientôt membres de la toute nouvelle Comédie- Française (1680). Or le fonds d archives de la Comédie-Française est l un des plus complets qui soit. Notamment parce que les comédiens tiennent un registre journalier des représentations. Ces registres journaliers ont deux particularités : une première qui est de mentionner les spectacles, les distributions et les recettes ; une seconde qui tient dans le nombre des rédacteurs : toutes les semaines, puis tous les quinze jours, les rédacteurs changent. Et ils sont libres de consigner ce qu ils veulent dans les registres. L on y découvre notamment nombre de remarques vestimentaires. Ces remarques vestimentaires ne concernent pas seulement les costumes de Dom Juan ou du Festin de Pierre : elles concernent tous les spectacles. L étude des registres montre alors qu il est impossible de s en tenir à l étude d une seule représentation. Il faut, en somme, passer par une connaissance du costume en général, pour parvenir aux costumes de Dom Juan et du Festin de Pierre. Nous proposons donc ici une étude générale des costumes à la Comédie-Francaise pour les XVII e et XIX e siècles, avec l observation d un cas particulier, Dom Juan et sa version versifiée par Thomas Corneille. Dom Juan semble toutefois être assigné aux «seconds» : pendant trente nouvelles années, la pièce est jouée de façon épisodique et fragmentaire, et lors de programmations exceptionnelles. À titre d exemple : le lundi 8 mai 1876, les comédiens joue le second acte de Dom Juan, pour la retraite de Mme Arnould-Plessy. Le jeudi 2 juillet 1900, ils interprètent des «scènes», sans précision aucune, de l acte IV, pour une matinée consacrée à Molière, au Trocadéro. Pour le 289 e anniversaire de la mort de l auteur, l acte II, scène 1 est présenté aux spectateurs. Le samedi 7 janvier 1922, les comédiens montrent Dom Juan sous forme de montage intitulé les «Comédies de Molière». Les comédiens français sont en effet convaincus de la supériorité de la versification sur le modèle original. Ainsi, l on ne présente de Dom Juan qu un panel de scènes, des morceaux choisis. La grande fête du 295 e anniversaire de la mort de Molière, le 15 janvier 1917, voit le retour sur scène de l intégralité de Dom Juan. Encore reste-t-elle l œuvre moliéresque la moins représentée. Le texte resurgit de l ombre en 1947 sous l initiative de Louis Jouvet. Dès lors Dom Juan devient l une des pièces les plus appréciées du public et des metteurs en scène contemporains. 9

10 De fait, la première et la seconde partie du présent travail ne traitent pas directement de Dom Juan et du Festin de Pierre. Dans une première partie, nous abordons les questions du costume à partir de l intérieur, de l intime. Nous rapportons le travail de collectage des documents, leur retranscription, puis leur exploitation. Il s agit d une synthèse de tous les types de documents qui amènent à la compréhension de l objet d étude. La seconde partie traite d un aspect complémentaire du costume : l extérieur, l apparence. Il s agit d un témoignage sur les mœurs et les usages du vêtement du XVII e au XIX e siècles. Les deux premières parties sont des approches croisées qui permettent ensuite d aborder un cas particulier. La troisième partie touche au visible de la représentation : nous y abordons les costumes portés par les comédiens pour Dom Juan et le Festin de Pierre, de 1665 à

11 PREMIÈRE PARTIE Les outils méthodologiques 11

12 À propos des costumes, nous parlions, en introduction, d un champ peu exploré. En fait, il s agit surtout d un champ à défricher. Les documents sont épars, de différents types, ils apparaissent sous divers supports. Dans cette première partie, nous allons présenter quels sont ces documents et mettre en place une méthode qui permette de les exploiter. Les ouvrages relatifs aux costumes se scindent en deux grandes catégories de documents : les livres publiés, et les registres inédits. Auxquels nous ajouterons une dernière catégorie, les documents inédits et non spécifiques. Afin de faciliter la compréhension de la démarche de recherche, nous proposerons un récapitulatif des documents, telle une carte qui permettrait au lecteur de s orienter. Nous passerons ensuite à l analyse détaillée des divers documents. Les analyses publiées, traitent majoritairement de l histoire du vêtement. Histoire qui se décline elle-même de différentes façons : du point de vue chronologique ou territorial (étude des vêtements régionaux, des habits folkloriques ou spécifiques tels les habits militaires) ; et du point de vue technique (montrant au lecteur les procédés de coupe et l usage des matériaux). Toujours dans les analyses publiées, nous trouvons ensuite les documents axés sur la signification des habits. Et enfin les livres qui mentionnent les costumes de théâtres. Ces derniers sont regroupés en sous-sections : les témoignages sur les théâtres en vogue, les ouvrages historiques, et les analyses théoriques. Les récits des théâtres parisiens et l histoire du costume de théâtre portent sur les XVII e et XVIII e siècles ; tous deux conduisent à poser et reposer la même problématique : un costume de théâtre ou un costume de ville? Le premier essai théorique voit quant à lui le jour avec Roland Barthes en L article intitulé «Les Maladies du costume de théâtre» 12, propose une étude esthétique du sujet. Au vu de leur nombre, nous présentons ici un tableau récapitulatif de ces documents publiés sur le vêtement, et le costume : 12 R. Barthes, «Les Maladies du costume de théâtre», dans Essais critiques, Seuil, 1964, pp

13 Documents édités HISTOIRE DU VÊTEMENT Jules Quicherat, Histoire du costume en France, depuis les temps les plus reculés jusqu à la fin du XVIII e siècle, Librairie Hachette et C ie, Paris, 1877, 680 p. Auguste Racinet, Le costume historique, Firmin-Didot, Paris, 1888, 6 vols. Collectif, Le costume, la mode, A. Guérinet Editeur, «Encyclopédie populaire illustrée du XIX e siècle», Paris, 1889, 160 p. Congrès international d histoire du costume, Venise, 1955, 309 p. F. Boucher, Le Costume Français, XVII e, XVIII e, XIX e siècles, vu par les artistes, Art et style, Paris, 1949, s. p. F. Boucher, Histoire du costume en Occident de l Antiquité à nos jours, Flammarion, Paris, 1965, 464 p. Le vêtement : histoire, archéologie et symbolique vestimentaire au Moyen-Age, Le Léopard d or, Paris, 1989, 332 p. TECHNICITÉ DU VÊTEMENT Formes et couleurs, Revue internationale des arts, du goût et des idées, Lausanne, 1947, nº2 et nº5, s. p. Documents pour le costume de théâtre Moyen Age-1814, Dossiers des Editions de l UFOLEA (Ligue française de l Enseignement), Paris, 1963, 5 cahiers. Costumes-coutumes, Galerie Nationale du Grand-Palais, Paris, 16 mars juin 1987, 327 p. U. Tirelli, Costume de Ville-Costume de scène, Mondadori/A. Biro, Paris, 1987, 259 p. Costumes de ville, Costumes de scène, catalogue de l exposition au musée des Arts de la Mode, 25 mars-11 septembre 1988, 259 p. Musée national des arts et des traditions populaires, Système descriptif du costume traditionnel français, Ed. de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1988, 164 p. HISTOIRE ET ICONOGRAPHIE DU COSTUME DE THÉÂTRE J.-Ch. Levacher de Charnois, Costumes et annales des grands théâtres de Paris, Imprimerie de Couturier, Paris, , 4 vols. 17 volumes sur le costume de théâtre édité chez Martinet Hautecœur [Collection Rondel, Bibliothèque de l Arsenal]. Recueil de costumes de théâtre XIX e siècle, publié par Vizentini Comédien du Roi, d après les dessins de M. Auguste Garneray et M. Lecomte, [1822], 2 vols. Galerie dramatique des théâtres de Bordeaux, Illustré par Ed. May, In-folº et In-4º, s. e., s. l., 1842, s. p. A. Jullien, Histoire du costume de théâtre depuis les origines du théâtre en France jusqu à nos jours, G. Charpentier éditeur, Paris, 1880, 356 p. H. Lecomte, Costumes de théâtre de 1600 à 1820, Delpech, Paris, s. d., s. p. M. Jurgens, E. Maxfield Miller, Cent ans de recherches sur Molière, sur sa vie et les comédiens de sa troupe, S.E.V.P.E.N, 1963, p G. Mongrédien, Recueils des textes et des documents du XVII e siècle relatifs à Molière, C.N.R.S, Paris, 1973, rééd., 2 t. M. Louys, Le costume pourquoi et comment, La renaissance du livre, «collection Dionysos, petite encyclopédie du Théâtre», s. l., 1967, 93 p. N. Guibert, J. Razgonnifkoff «Costumes et coutumes à la Comédie-Française», dans Revue de la Comédie-Française, Paris, , n os 143 à 150. N. Guibert, J. Razgonnifkoff, «Mode et haute couture, cour et jardin», dans Revue de la Comédie-Française, Parsi, , n os 151 à 160. N. Guibert, J. Razgonnifkoff, «Petite encyclopédie pittoresque du théâtre», dans Revue de la Comédie-Française, Paris, n os 102 à 110. Costumes en trois actes, Exposition BNF, Bibliothèque Nation de France, «Cahiers d une exposition», Paris, 27 mai-26 juillet 1997, 32 p. THÉORIES SUR LA RÉVOLUTION DU COSTUME DE THÉÂTRE Catalogue Soleinne, Les métamorphoses de Melpomène et de Thalie, dessiné par Whirsher, Londus Sayers, s. e., s. l., 1771, s. p. A. L. Millin, Observations sur le costume théâtral, J. B Laja, Paris, 1811, pp Album dramatique XVIII e siècle, s. e., Paris, 1820, 49 planches en couleurs, s. p. E. Lamé, «Le Costume au théâtre, la Tragédie depuis 1636», dans La Revue d Art dramatique, Paris, 1 er octobre 1886, pp Catalogue Exposition Brunoy, Modes et costumes à l époque de Talma, s. l., s. e., 24 avril-14 mai 1982, 39 p. THÉORIES DU COSTUME DE THÉÂTRE R. Barthes, Système de la mode, Seuil, Paris, 1967, 330 p. R. Barthes, «Les Maladies du costume de théâtre», dans Essais critiques, Seuil, Paris, 1964, pp M. Azama, Mise en scène mise en signes, Conférences oct juin 1986, Centre Dramatique National de Bourgogne, Dijon, 1986, 170 p. A. Verdier, L habit de théâtre, Histoire et Poétique de l habit de théâtre en France au XVII e siècle, Lampsaque, «Le Studiolo-Essais», Saint Etienne, 2006, 447 p. Nous commencerons donc, dans la première partie de cette étude, par présenter ces divers types de documents. Cette présentation, cette description, permettra de dégager des axes d analyse. En effet, puisque nous ne possédons pas une analyse globale des costumes de théâtre, nous sommes obligée de travailler par superposition de couches, et par croisement de documents. Les théories du XVIII e siècle permettent de situer la pièce dans un temps précis et 13

14 historique ; les iconographies de costumes tragiques des théâtres parisiens, présentent une dichotomie entre les théories et les pratiques théâtrales ; les essais théoriques induisent une lecture des codes, des signes de la représentation. Tous ces travaux, pour si divers qu ils soient, permettent de mesurer l intérêt et l impact du costume de théâtre dans la société. Mais, en soi ces types d ouvrages ne suffisent pas à étudier les vêtements relatifs à une pièce précise, à savoir Dom Juan. Il nous faut chercher ailleurs, des données spécifiques à la dite pièce. Passons dés lors aux documents inédits. C est ici le statut même de la représentation qui explique leur foisonnement. Dom Juan, joué en 1665 au Théâtre du Palais-Royal, par la troupe des Comédiens du Roi, présente un avantage précieux pour le chercheur : tous les documents relatifs à Molière, puis aux comédiens de la future Comédie-Française ont été conservés dans la Bibliothèque-musée de la Société. Nous étions alors assurée de posséder une source de documentation importante. Mais venons-en à ces inventaires, présentés ici sous la forme d un tableau : Documents d archives HISTOIRE DE LA TROUPE Séries de Registres des comédiens du Roi [documents utilisés : du 4 mai 1677 au 27 mars 1793]. Comptes-rendus des Assemblées des XVII e -XVIII e siècles, , 3 boîtes. Série de quatre registres, sur l inspection générale du théâtre, Agendas de Desrosières, , 4 t. DISTRIBUTIONS Tableaux de dépouillement des interprétations du Festin de Pierre, de Thomas Corneille, de 1677 à Frais des voyages à la Cour, Etat des pièces sérieuses et comiques qui ont été représentées devant Monseigneur à Versailles pendant le quartier de janvier, février et mars Recueils de distributions, Feux de la Troupe des comédiens du Roy : nº1 nº22 ; (nº s à ) REGISTRES SUR LE COSTUME DE THÉÂTRE Séries de factures, Documents comptables, fournitures pour le magasin d habits : états des habilleuses ( ), vêtements pour les garçons de théâtre, teinturier ( ), mémoires de tailleurs ( ) Séries de factures, Documents comptables, fournitures pour le magasin d habits : plumes, fleurs, accessoires, chapeaux, fourrures, guêtres, chaussures, perruques Registre comptable et financier, Inventaire général des costumes Séries de maquettes par Devéria, pour Dom Juan ou Le festin de Pierre, mise en scène de Ph. Régnier, Manuscrit autographe de Ph. Régnier, Plantation et conduite de la mise en scène de Don Juan, Manuscrit anonyme, Plantation et conduite de la mise en scène de Don Juan, vendredi 23 avril 1858, s. p - Remarquons, en premier lieu, qu un seul type de document édité propose les costumes de la troupe de Molière. Seuls Madeleine Jurgens, Élisabeth Maxfield-Miller et Georges Mongrédien ont publié des écrits sur les habits moliéresques, et non pas donjuanesques précisons-le. Il s agit des Inventaires après décès des comédiens. Ces derniers se présentent sous la forme d actes notariés. Aucune analyse spécifique ne vient étayer ces 14

15 documents. Doit-on considérer qu ils sont les seuls documents vestimentaires relatifs à Molière? De fait, la réponse est négative. - Deux documents d archives sont également dédiés aux vêtements des comédiens de la Comédie-Française : les Documents comptables, fournitures pour le magasin ( ) et l Inventaire général des costumes, commencé à partir de Le premier registre, comme son nom l indique, est financier. Le deuxième document a servi de catalogue aux membres de la compagnie. Écrit par les semainiers, il référence, pour chaque pièce, les habits des comédiens. Certains costumes y sont très précisément décrits. Notons toutefois le caractère épars de ces documents : nous passons du XVII e siècle, au XIX e siècle. Il est alors fort délicat de comparer les registres. Dans ce cas, existe-t-il d autres inventaires qui traiteraient du costume de théâtre, pour la période intermédiaire? Au terme de ce travail, la réponse est négative. Les informations peuvent toutefois être collectées ailleurs. Il existe en effet des documents qui traitent des costumes de théâtre sans pour autant être référencés comme tels. Il s agit encore une fois de registres inédits et non édités, ils sont aussi non spécifiques. Puisqu il n existe à notre connaissance pas d autres inventaires de costumes à proprement parler, nous avons cherché dans tous les registres de la compagnie le moindre renseignement vestimentaire. C est ainsi, que nous avons effectué une lecture systématique de tous les registres journaliers de la Comédie-Française, et ce sur cent soixante seize années. Les informations, relevées dans les Registres journaliers des comédiens du Roi, ont été vérifiées et approfondies par les Assemblées de comédiens de 1677 à Enfin, les Agendas de Desrosières, pour les années , sont venus étayer notre recherche. Le rédacteur, en perpétuel conflit avec le costumier Chevalier, est en effet prolixe sur le sujet du costume. En résumé, les documents traitant du costume, précisément, puis en général, existent bel et bien, pour le XVII e, le XVIII e et le XIX e siècles. Ils s apparentent à divers types de registres : actes notariés, documents comptables, annotations journalières. Les supports même de ces documents varient : ils sont édités, ou inédits et manuscrits. Toutefois, ces divergences ne posent pas en soi de problème d analyse. En effet, aucun de ces documents n a encore été étudié. Ils sont certes retranscrits, mais pas forcément analysés comme tel. Le chercheur se trouve donc confronté à un espace libre de tout commentaire. Il se doit de mettre en place sa propre façon de les étudier. En l occurrence, toutes les hypothèses émises par nos soins sont le fruit d une confrontation à l ensemble des documents. Remarquons un dernier obstacle à l étude de notre sujet : les remarques vestimentaires concernant Dom Juan ou Festin de Pierre sont rares, parcellaires, perdues dans les multiples 15

16 annotations comptables. Isolées, ces informations ne semblent d ailleurs pas être très représentatives : elles sont peu nombreuses, éparpillées, sans cohésion apparente. Nous avons donc opté pour une étude non exhaustive. Il semblait en effet plus judicieux de confronter les remarques sur le Dom Juan ou le Festin de Pierre à l ensemble des annotations vestimentaires de 1665 à Les costumes de la pièce ne prennent plus, dés lors, un caractère anecdotique ; ils peuvent s inclure dans une réflexion plus globale sur le fonctionnement des costumes de théâtre. Nos hypothèses ont ainsi pu être approfondies : d un fait particulier, nous pouvions désormais proposer une analyse sur plusieurs spectacles et ceci, au cours des siècles. Passons désormais à l étude détaillée de chacun des documents pré-cités. 16

17 CHAPITRE 1 LES OUTILS MÉTHODOLOGIQUES Section I - Les analyses théoriques Première question, de quoi parlons-nous : comment définir un vêtement de théâtre? Et son rapport au terme habit? Nous reprenons ici les définitions d Anne Verdier : On n utilise pas indifféremment les termes vêtement, habit ou costume. L étymologie du terme habit, habitus, évoque la notion de manière d être de se comporter, de s habiller, à l intérieur d un groupe social, ce qui produit la cohésion du groupe tout en l excluant des autres groupes. Barthes, dans Le Système de la mode, utilise la comparaison avec le modèle saussurien qui oppose langue et parole et montre en quoi le vêtement, comme la langue, constitue une réserve de sens, tandis que l habit, comme la parole, en est l utilisation par l individu, qui décide de s approprier des signes et des objets proposés par le groupe social : On pourrait convenir d appeler, chaque fois que cela sera nécessaire, vêtement, la forme structurale, institutionnelle du costume (ce qui correspond à la langue) et habillement, cette même forme actualisée, individualisée, portée (ce qui correspond à la parole) Dans l ensemble de ses œuvres, Molière utilise trois termes pour définir les habits : parure, habit, vêture [ou vêtement], il mentionne ensuite le terme de costume, déguisement, ou travestissement pour mentionner des costumes de théâtre. Molière applique ensuite tous les mots sans plus de distinction, sans plus de précision. Comment dans ce cas être sûre de choisir un terme qui soit efficace pour chaque occasion précise? Si l auteur lui-même les manie avec une certaine liberté, nous aurions bien du mal à leur donner un sens unique. Nous nous en tiendrons donc, comme Molière, a une distinction entre habits et costumes. A. UN COSTUME DE VILLE OU UN COSTUME DE SCÈNE? La majorité des documents qui se rapportent au costume de théâtre intervient pour le XVIII e siècle. Ils posent tous la même question, implicitement ou explicitement : comment et par qui le costume de théâtre est-il devenu historique? 13 R. Barthes, Le Système de la mode, Seuil, 1967, p A. Verdier, op. cit., p

18 . 1 Un engouement pour le sujet À partir du XVIII e siècle et dans le courant du XIX e siècle, les dramaturges, les auteurs ou les comédiens vont assidûment au théâtre et prennent en note leurs impressions 15, concernant ou non le costume de théâtre. Le public lettré est un grand consommateur de ces analyses. Tous les articles, les essais et autres discussions sont formelles : avant la révolution du costume, mise en œuvre par Lekain et M lle Clairon, puis par Talma, 16 les habits de théâtre sont «inexacts» et «faux» 17. Reprenons les différents termes du conflit. - La première accusation porte sur la vérité historique des habits. Les critiques, notamment É.[douard] Lamé, affirment le fait suivant : par souci financier, les troupes jouent toutes leurs pièces dans les mêmes habits. Les différences de genre, d époque, ne répondent donc pas à un type de vêtement singulier. Malgré cette affirmation, tous les styles théâtraux ne sont pas mis à la même enseigne. Les tragédies sont le plus durement attaquées. De fait, et depuis le XVII e siècle, la critique littéraire s intéresse principalement à ce qu elle nomme le genre noble ou sérieux. 15 Pour en citer quelques-uns uns : H. de Balzac, Les parisiens comme ils sont : , La Palatine, [1947], 221 p. R. Milès, Comment discerner les styles du VII e au XIX e siècles, le costume et la mode, les symboles, la tradition, Edouard Rouveyre, s. d, 249 p. 17 volumes sur le costume de théâtre édité chez Martinet. 16 La Révolution vestimentaire prend surtout effet avec le comédien : «Ce n est que lorsque notre célèbre David parut, qu inspirés par lui, les peintres et les sculpteurs, et surtout les jeunes gens parmi eux, s occupèrent de ces recherches. Lié avec la plupart d entre eux, sentant toute l utilité dont cette étude pouvait être au théâtre, j y mis une ardeur peu commune comme je devins peintre à ma manière. J eus beaucoup d obstacles et de préjugés à vaincre, moins de la part du public que de la part des acteurs. (...) Lekain n aurait pu surmonter tant de difficultés : le moment n était pas venu. (...) Il a fait le premier pas, et ce qu il a osé nous a fait oser davantage.» F. Talma, Mémoires de Lekain précédées des réflexions sur Lekain et sur l art théâtral, 1825, pp. XVIII-XIX, cité dans Costumes en trois actes, Exposition BNF, Bibliothèque Nation de France, «Cahiers d une exposition», 27 mai-26 juillet 1997, p Pour de plus amples informations, nous vous invitons à consulter les ouvrages suivants : - N. Guibert, et J. Razgonnikoff, «Costumes et coutumes à la Comédie-Française», dans Revue de la Comédie- Française, , n os 143 à 150. Puis, «Mode et haute couture, cour et jardin», dans Revue de la Comédie-Française, , n os 151 à 160. Et enfin, «Petite encyclopédie pittoresque du théâtre», dans Revue de la Comédie-Française, , n os 102 à E. Lamé, «Le Costume au théâtre, la Tragédie depuis 1636», dans La Revue d Art dramatique, 1 er octobre 1886, pp J. Laver, Costume in the Theatre, Harrap et Cie, Londres, 1964, Histoire du costume et de la mode, James et Hudson, «L univers de l art», 1990, 287 p. - Catalogue Exposition Brunoy, Modes et costumes à l époque de Talma, s. e., 24 avril-14 mai 1982, 39 p. - Catalogue Soleinne, Les métamorphoses de Melpomine et de Thalie, dessiné par Whirsher, Londus Sayers, s. e., 1771, s. p. - Collectif, Le costume, la mode, A. Guérinet Editeur, «Encyclopédie populaire illustrée du XIX e siècle», 1889, 160 p. - Congrès international d histoire du costume, 1955, 309 p. - Costumes-coutumes, Galerie Nationale du Grand-Palais, 16 mars juin 1987, 327 p. - Costumes de ville, Costumes de scène, catalogue de l exposition au musée des Arts de la Mode, 25 mars-11 septembre 1988, 259 p. - Costumes en trois actes, Exposition BNF, Bibliothèque Nation de France, «Cahiers d une exposition», 27 mai-26 juillet 1997, 32 p. 18

19 C est en effet la forme tragique qui pose le plus de soucis. Alors que l on y conte des histoires mythologiques et antiques 18, les costumes s inspirent du XVII e siècle. L événement déclencheur daterait en effet de la première représentation du Cid en Richelieu fait envoyer à Bellerose l un de ses vêtements de Cour, vêtement que le comédien s empresse de passer. La coutume n est pas rare au XVII e siècle. Et les comédiens portent souvent les rebus des rois ou des seigneurs. Ces dons viennent en effet enrichir leurs malles aux habits, parfois fort peu fournies. Le choix vestimentaire de Bellerose est peut-être plus financier qu esthétique. Mais le comédien va créer, peut-être à ces dépens, un véritable phénomène de mode. L on montre désormais les tragédies antiques avec un double code de lecture : aux histoires héroïques antiques vient se superposer la représentation, l allégorie des personnes puissantes. Ainsi, les comédiens se permettent toutes les allusions : ils parent leurs personnages des habits des principaux représentants de la cour. Ils parodient untel, singent un autre, font hommage à leur monarque Ils instaurent une double compréhension des costumes de théâtre : moins dans l historicité du vêtement, mais bien dans le miroir de leur propre époque. Désormais, l ensemble des tragédies du XVIII e siècle, sont jouées dans des costumes ressemblant à ceux portés au temps de la représentation. Le procédé connaît son apogée entre 1700 et 1750 à l Opéra et à la Comédie-Française. Les costumes tragiques mélangent alors toutes les modes et toutes les périodes historiques. Aux dires d Aubin- Louis Millin : Autrefois les acteurs étaient à peu près vêtu de la même manière, et la forme de leurs vêtements se rapprochait plus du temps où on jouait la pièce, que de l époque à laquelle l action était censée se passer. Le Kain et M lle Clairon commencèrent la réforme, mais ils se bornèrent à exclure les paniers des actrices, et le chapeau à plumet des acteurs. Les comédiens se croyaient en Scythes, quand ils avaient un manteau de satin tigré ; l habit turc était commun à tous les rôles asiatiques, et l habit français de XVI e siècle servait à représenter tous les rôles de princes et de chevaliers depuis les premiers temps de la monarchie ; les princesses, de quelques nations qu elles fussent, avaient toujours un grand manteau de velours bleu ou cramoisi, brodé en or, qu on appelle doliman. J ai vu, peu de temps après la révolution, et encore depuis, jouer Mérope, Andromaque et Cléopâtre dans Rodogune, avec un col de soie noire et une ceinture de diamants, et les Cherusques avec une fraise de gaze, à la Médicis Au XVIII e siècle, le second cheval de bataille concerne les sujets d inspiration des costumiers. Ces derniers cherchent dans le répertoire iconographique des modèles pour leur 18 Il s agit en effet de la doxa du temps, mais le sujet mériterait d être approfondi. 19 A. L. Millin, Observations sur le costume théâtral, J. B Laja, 1811, pp

20 confection. Si les peintres s inspirent alors de véritables événements, qu ils recherchent dans les costumes l époque à représenter, ils interprètent toutefois le sujet. Les costumiers en prenant pour modèle d exactitude une interprétation, modifient la vérité. Aux dires des essayistes, il faut donc attendre pour voir apparaître des costumes de théâtre historiques.. 2 Un costume oui! mais un costume historique C est à partir de cette revendication que se prépare la fameuse «révolution» vestimentaire du XVIII e siècle. Lekain, comédien actif de la réforme, se fait dessiner tous ses costumes, il se prête à de nombreuses dépenses pour augmenter sa garde-robe théâtrale. Si l on en croit les critiques du temps, Talma, ami du peintre David à qui il fait dessiner ses modèles souhaite éduquer le public à des mœurs vestimentaires moins douteuses, moins extravagantes. Parmi tous ces réformateurs, M lle Clairon est de loin la plus téméraire. Elle modifie à volonté ses costumes de scène ; elle se fait parfois faire des habits pour une unique représentation. À ce propos, elle laisse dans ses mémoires un article sur les vêtements, où elle distille maints conseils à ses amies comédiennes : Je demande, à toutes les femmes en général, l attention la plus scrupuleuse à leurs vêtements : le costume ajoute beaucoup à l illusion du spectateur, et le comédien en prend plus aisément le ton de son rôle : cependant le costume exactement suivi n est pas praticable : il serait indécent et mesquin. Les draperies d après l antique dessinent et découvrent trop le nu : elles ne conviennent qu à des statues et des tableaux ; mais en suppléant à ce qui leur manque, il en faut conserver les coupes, en indiquer au moins les intentions, et suivre, autant qu il est possible, le luxe ou la simplicité des temps et des lieux. ( ) Je désire surtout qu on évite avec soins tous les chiffons, toutes les modes du moment. ( ) La seule mode à suivre est le costume du rôle qu on y joue. On doit surtout arranger ses vêtements d après les personnages ; l âge, l austérité, la douleur, rejettent tout ce qui permet la jeunesse, le désir de plaire, et le calme de l âme. ( ) Le premier coup d œil que le public jette sur l actrice doit le préparer au caractère qu elle va développer. 20 Dans la même veine, on connaît moins cet avertissement de 1786 écrit pour les amoureux des salles de théâtre : Il est un acteur en Europe, qui, jeune encore, a voyagé dans les deux mondes, et qui a réellement étudié l Histoire et les mœurs des peuples actuels, qu il ne met jamais un rôle au Théâtre sans en mettre le sujet en récit, sans dessiner les lieux où se passe la Scène, sans consulter les archives publiques, les médailles ou les recueils des voyageurs, et sans faire dessiner le modèle de son habit par les plus habiles Peintres. Mademoiselle de Saint-Huberti, 20 M lle Clairon, Mémoires posthumes, 1804, cité dans Costumes en trois actes, op. cit., p

Théâtre - Production théâtrale Description de cours

Théâtre - Production théâtrale Description de cours Théâtre - Production théâtrale Description de cours SESSION 1 (TRONC COMMUN) Histoire de l'architecture L objectif du cours est de cerner les principaux styles de l histoire de l architecture. Le contenu

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique?

Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin un personnage mythique? SEQUENCE BAC PROFESSIONNEL Dom Juan ou Le festin de pierre de Molière (1665) Etude du genre théâtral Problématique : Comment Molière est-il parvenu à faire de Dom Juan, personnage hypocrite et libertin

Plus en détail

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE

LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE LES ATELIERS PEDAGOGIQUES EN 2014/2015 AU MUSEAL-SITE ANTIQUE D ALBA-LA-ROMAINE Le MuséAl a ouvert ses portes au début du mois d Octobre 2013. Il permet d accueillir les élèves dans un cadre contemporain

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402

LIRE POUR EXPRIMER. PAGE 1... Toboggan n 402 RUBRIQUE TobDOC : Bienvenue à Versailles! (P. 8 à 13) DOMAINES D ACTIVITÉ Lecture Découverte du monde : structuration du temps Langue orale Compréhension Vocabulaire Pratiques artistiques et histoire des

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS

PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS PLAN D ÉTUDES DU THÉÂTRE ENFANTS ET ADOLESCENTS INTRODUCTION Elaboré en juin 2010, ce plan d études harmonise l enseignement théâtral au sein de la CEGM. Tout en respectant leurs particularités et leurs

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet

DOSSIER INSCRIPTION. DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité. Centre de Loisirs de Maubourguet DOSSIER INSCRIPTION DISPOSITIF Accompagnement à la Scolarité CP Centre de Loisirs de Maubourguet SOMMAIRE. Page 2 : actions proposées pour les CP. Page 3 : engagement parental et engagement de l enfant.

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Di Vora Romain Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 17/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Autoportrait de l'auteur

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

SITUATION INTÉGRÉE. 3 e ANNÉE

SITUATION INTÉGRÉE. 3 e ANNÉE SITUATION INTÉGRÉE 3 e ANNÉE Situation intégrée 3 e année Intégration : Français, sciences humaines, techniques de réflexion et technologie Thème : Comment vivent les gens dans ton quartier PRÉACTIVITÉ

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Avant-propos de la première édition

Avant-propos de la première édition de la première édition Ce livre a d abord été écrit pour nos étudiants. Des étudiants qui pour la plupart n aiment pas les mathématiques et se demandent pourquoi il leur faut apprendre des formules ésotériques

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie

Les Cahiers de la Franc-maçonnerie Les Cahiers de la Franc-maçonnerie N O 25 : QU EST-CE QU UNE «PLANCHE», À QUOI SERT-ELLE, QU EXIGE-T-ELLE DE CELUI QUI LA PRÉSENTE? Par le «Collectif des cahiers» «La planche» : l angoisse! Un ami, brillant

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs IMPRO-SURPRISE Spectacle professionnel de théâtre en français Théâtre du Monte-Charge, Pau Février, 2003 C.A.I., Zaragoza Asociación kaleidòs * Le spectacle Impro-surprise est un spectacle théâtral dont

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION 3. ÉLÉMENTS D OBSERVATION DES PRODUCTIONS

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION 3. ÉLÉMENTS D OBSERVATION DES PRODUCTIONS NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - GRANDE SECTION MAÎTRISE DU LANGAGE FAMILIARISATION AVEC LE MONDE DE L ÉCRIT Reconnaître des caractéristiques du livre et de l écrit Couverture

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE joue la diversité Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant

La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant La ligne du temps au primaire : guide de l enseignant Niveau et discipline : troisième cycle du primaire en univers social. Intention éducative : orientation et entreprenariat : appropriation des stratégies

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon

PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon PREMIÈRE SECTION : Vue d ensemble du projet ou de la leçon Niveau : 11 e année Matière : Français (10331-10332), Informatique et société (63311A), Introduction à la programmation informatique (02411E)

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Organisme en alphabétisation. Présentation du. par Nathalie Pomerleau, animatrice

Organisme en alphabétisation. Présentation du. par Nathalie Pomerleau, animatrice Organisme en alphabétisation Présentation du Projet Mini-bibliothèque 2006-2007 par Nathalie Pomerleau, animatrice Mai 2009 Ce projet a été développé par Nathalie Pomerleau (animatrice) avec la collaboration

Plus en détail

Rencontrer un auteur ou un illustrateur

Rencontrer un auteur ou un illustrateur Rencontrer un auteur ou un illustrateur «Il paraît vain de vouloir parachuter un écrivain dont les élèves n ont jamais entendu parler si cette visite n est pas sérieusement préparée. Les parachutages d

Plus en détail

Défi lecture 2011-12

Défi lecture 2011-12 Défi lecture 201112 Contexte : Travail à partir des sélections du prix des incorruptibles 20062011.. Historique : Créé en 1988 par des libraires avec la collaboration de Françoise Xenakis, présidente d'honneur,

Plus en détail

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines.

Avant d être des notions abstraites faisant l objet d analyses savantes, la gestion et le leadership relèvent d actions foncièrement humaines. Préface «On m a parfois défini comme un entrepreneur ou un leader culturel. Il est vrai que j aime entreprendre, convaincre, entraîner et diriger. Pour ce qui est du qualificatif culturel, je l assume

Plus en détail

Le langage d amour : réalité ou illusion?

Le langage d amour : réalité ou illusion? Le langage d amour : réalité ou illusion? Meghan Hansen 1120008 20.4680/3-001 Littérature du XVIIe siècle : l âge baroque Professeur S. Viselli Le langage qu utilise les personnages dans L Illusion Comique

Plus en détail

Dossier pédagogique Raconte-moi le musée

Dossier pédagogique Raconte-moi le musée Dossier pédagogique Raconte-moi le musée Activité offerte aux élèves du premier cycle du primaire Musée Marguerite-Bourgeoys Page 1 Table des matières Raconte-moi le musée Avant votre visite au Musée Vous

Plus en détail

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au.

CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris. 1.-2. Paris est la destination touristique au. CHAMPS-ELYSEES 23-2: extrait 5 - à la découverte de Paris NOM 1.-2. Paris est la destination touristique au. 3.-4. Les sont les premiers touristes à visiter la capitale. 5. Quel pourcentage des touristes

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Guide méthodologique 4

Guide méthodologique 4 N/Réf : X2 217 012 Collection Guides méthodologiques Comment réaliser un travail de recherche Guide méthodologique 4 Louis Gaudreau Conseiller en documentation Centre des médias Septembre 2007 TABLE DES

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Petite enfance et éveil musical

Petite enfance et éveil musical Petite enfance et éveil musical Objectifs : Donner aux professionnels de la petite enfance les moyens de mettre en place un éveil sonore et musical pour le tout petit dans leurs structures d accueil. MOYENS

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Master Professionnel Sciences de l éducation

Master Professionnel Sciences de l éducation Anjot Simon 12, rue Leroy 14000 Caen simon.anjot@gmail.com Téléphone : 0632181851 Master Professionnel Sciences de l éducation Projet professionnel pour le Master 2 Pro : Education, formation et mutations

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 CollègeLouiseWeiss STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Du 15 au 20 décembre 2014. ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 20, rue du Bois clair 91620 Nozay 01.69.80.84.42. 01.69.80.76.92. 1 Ce document vous est fourni pour

Plus en détail

PARIS - LIVRES ET MANUSCRITS

PARIS - LIVRES ET MANUSCRITS Communiqué de Presse Paris Sophie Dufresne 33 (0)1 53 05 53 66 Email : sophie.dufresne@sothebys.com PARIS - LIVRES ET MANUSCRITS VENTE LE 15 DECEMBRE 2005 Après la bibliothèque littéraire de Charles Hayoit

Plus en détail

Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement

Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement Pas à pas BOB 50 Campagne de rappels de paiement Table des matières I. Introduction... 3 II. Présentation générale... 4 III. Modalités générales de rappel de paiement... 5 IV. Catégories de rappel de paiement...

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail La méthode de travail efficace Pour réussir ses études, il faut avant tout une bonne stratégie d apprentissage en organisant très méthodiquement sa façon d apprendre. Organiser un planning de travail La

Plus en détail

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS

Plus en détail

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom :

27. Projet d exposé. Français 20-2. Discours analytique : Des vampires aux Bermudes. Cahier de l élève. Nom : 27. Projet d exposé Discours analytique : Des vampires aux Bermudes Français 20-2 Cahier de l élève Nom : Des vampires aux Bermudes DESCRIPTION DU PROJET Tu auras l occasion de faire un exposé où tu analyseras

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

Osez parler en public

Osez parler en public Préface «La parole n a pas été donnée à l homme; il l a prise», nous dit Louis Aragon. J ajouterais: encore faut-il savoir comment la prendre. L outil que vous avez entre les mains vous propose un mode

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE

HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE HISTOIRE LOUIS XIV ET LA MONARCHIE ABSOLUE CYCLE 3 NIVEAU : CM1 PERIODE : selon programmation de cycle DOMAINE D APPRENTISSAGE : histoire OBJECTIFS : Situer le siècle de Louis XIV dans le temps à partir

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Être Responsable De Club

Être Responsable De Club Être Responsable De Club Prénom NOM Promo Date Objet Sylvain BOUCHERAND 2010 16/08/09 Création du document Charles- Adrien LOUIS 2010 29/08/09 Mise à jour parti Comptabilité Page 1 sur 8 Table des matières

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE École : Jean XXIII L école et son milieu Population de 1000 habitants; clientèle en 2012 2013 de 92 élèves; un indice de défavorisation de 9; un projet école aux couleurs

Plus en détail

Académie de Nancy-Metz L'équipe est constituée des enseignants de 3 écoles :

Académie de Nancy-Metz L'équipe est constituée des enseignants de 3 écoles : Programme Académique de Recherche et d Innovation (PARI) Ecrit sur l'action Titre de l'action : ARTS PLASTIQUES A L ECOLE PRIMAIRE Dynamique de conceptions pédagogiques pour l enseignant et de créations

Plus en détail

Séance 3 Comment lire et ficher efficacement?

Séance 3 Comment lire et ficher efficacement? Cours Master 1-1er semestre 2012-2013 Institut des Hautes Études de l'amérique Latine Paris III Sorbonne-Nouvelle Suivi individualisé en Anthropologie Séance 3 Comment lire et ficher efficacement? Le compte-rendu

Plus en détail

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom :

E Projet d écoute FLA 30-2. Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage. Cahier de l élève. Nom : E Projet d écoute Extrait d une pièce de théâtre : Le grand voyage FLA 30-2 Cahier de l élève Nom : Le grand voyage DESCRIPTION DU PROJET Tu vas écouter un extrait d une pièce de théâtre. Tu seras invité

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

Le Théâtre. Ecriture, mise en scène et représentation Plusieurs ateliers sont à proposer :

Le Théâtre. Ecriture, mise en scène et représentation Plusieurs ateliers sont à proposer : Le Théâtre Cette exposition a été achetée chez «Comme vous voulez». Le théâtre, lieu d émotion et de partage, est ici présenté à travers le temps et aussi à travers le monde. Du théâtre antique aux comédies

Plus en détail

CONNECTEURS LINGUISTIQUES pour bien argumenter et écrire :

CONNECTEURS LINGUISTIQUES pour bien argumenter et écrire : 1 CONNECTEURS LINGUISTIQUES pour bien argumenter et écrire : L origine du problème Il y a quelques jours Depuis un certain temps A l occasion de D année en année Il est fortement question de Les récents

Plus en détail

Stock net de capital («patrimoine»)

Stock net de capital («patrimoine») Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Stock net de capital («patrimoine») Merci de citer ce

Plus en détail