RÉSEAU CONGOLAIS DES PERSONNELS DES PARLEMENTS (RCPP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉSEAU CONGOLAIS DES PERSONNELS DES PARLEMENTS (RCPP)"

Transcription

1 1 RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO RÉSEAU CONGOLAIS DES PERSONNELS DES PARLEMENTS (RCPP) SYNTHÈSE DES MODULES DES ATELIERS DÉVELOPPÉS LORS DE LA QUATRIÈME ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Matadi Aout 2014

2 2 I. LA CIRCULATION ET L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION AU SEIN ET ENTRE LES SECTIONS LOCALES DU RCPP : LES LIMITES ET AVANTAGES DE LA CIRCULATION AU SEIN DU RCPP (par Monsieur Germain MBAV YAV, Chef de Bureau aux Commissions du Sénat et Membre de la Cellule Technique du RCPP) L exposé s articule autour des cinq points ci-après : - itinéraire de la communication au sein des associations associatives ; - apologie de la communication associative ; - les échanges et la communication au centre des objectifs du RCPP ; - les contraintes des échanges et de la communication menée au RCPP ; - leçons à tirer. A. Itinéraire de la communication au sein des associations associatives Depuis les années 80, la communication au sein des associations associatives prend largement comme modèle la stratégie marketing américaine consistant à vendre son image. Cela implique la recherche du pragmatisme et la culture du résultat. Et pour parvenir à cette fin, elle n hésite pas à tirer sur la fibre sensible de l urgence et de l immédiateté en les médiatisant à outrance au point que cette méthode constitue un gigantesque fonds de commerce. B. Apologie de la communication associative La communication est au cœur de tous les processus sociaux. Ce n est pas seulement informer et croire qu on est seul à transmettre. C est également se dépasser et donner vie à un projet tout en le transmettant. Il s agit de donner une image, un ton, un style et une personnalité au Réseau. Il s agit de rendre le Réseau visible. La communication doit être faite de manière cohérente et comporter une certaine identité. C. Les échanges et la communication au centre des objectifs du RCPP Le RCPP a entre autres comme objectifs de renforcer les capacités de ses membres, d échanger entre eux des expériences et des informations et de développer de bonnes relations humaines. À ce titre, le Réseau s attelle notamment à : - faciliter les contacts entre ses membres (cas des Assemblées et d autres assises) ; - examiner les mesures destinées à améliorer le fonctionnement, les procédures et les méthodes de travail en usage dans les Administrations des parlements (lors des échanges et séminaires) ; - assurer la collaboration des services entre le Parlement national et les Assemblées ; - canaliser le plus efficacement possible les projets des partenaires au développement.

3 3 D. Les contraintes des échanges et de la communication menée au RCPP - le manque de communication brève et urgente ; - le déficit d un réseau d information pouvant servir de banque des données (site web en cours) ; - l isolement ou l éloignement autant des organes que de ses membres ; - le déficit de communication entre la Cellule Technique du RCPP au national et certaines assemblées provinciales ; - le déficit d informatisation entre les services ayant les mêmes missions ; - le non-envoi des rapports d activités des sections locales au niveau national ; - le manque de communication entre les sections locales et la hiérarchie ; - la paresse dans la recherche de l info (exemple d ignorance du blog et d autres moyens qui existent) ou la sclérose des fonctionnaires. E. Leçons à tirer Le RCPP a besoin d une politique de communication pour appuyer ses missions. Cette politique doit s appuyer sur les possibilités existantes et en créer de nouvelles pour consolider les échanges et les informations en son sein ainsi que faire connaître le travail du RCPP. Le Réseau doit aussi propager sa notoriété et asseoir sa bonne renommée. L image du Réseau doit être à la fois attirante et intéressante. II. LA CIRCULATION ET L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION AU SEIN ET ENTRE LES SECTIONS LOCALES DU RCPP. LES INSTRUMENTS DE COMMUNICATION AU SEIN DU RCPP : ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES (par Monsieur KULE TUNDIRA, Secrétaire Administratif du RCPP) L exposé s articule autour de quatre points : - les instruments de communication habituels : appels et SMS ; - l envoi et la réception pérenne de l information : le mail ; - la diffusion de l information au niveau mondial : le blog ; - état des lieux et perspectives. A. Les instruments de communication habituels : appels et SMS Les appels sont utilisés dans des lieux dépourvus de connexion Internet. Les SMS, quant à eux, permettent de faire parvenir des informations difficilement transmissibles oralement (comme une adresse mail ou un numéro de téléphone). Toutefois, ces instruments de communication pèchent par leur manque de caractère pérenne. Par ailleurs, ils ne permettent pas l envoi massif d informations et ont un cout non négligeable pour l expéditeur.

4 B. L envoi et la réception pérenne de l information : le mail 4 Outre la conservation et le transfert des larges quantités de données, le mail permet la sécurisation de celles-ci ainsi que leur consultation en tout point de la planète doté d une connexion Internet. Cependant, l accès à la Toile n est pas généralisé, sans oublier qu elle a un cout d autant plus élevé que la région desservie est défavorisée. C. La diffusion de l information au niveau mondial : le blog Le blog donne l avantage de la publication gratuite de l information sur Internet et de la consultation rapide de celle-ci via les moteurs de recherche. Néanmoins, à l instar du mail, l accès à un blog est conditionné à une connexion Internet, parfois couteuse. D. État des lieux et perspectives 1. État des lieux Les Directeurs des Administrations et/ou les Présidents des Sections locales sont informés par coups de fil de l envoi important d un document par mail ou de toute autre communication urgente. Les SMS ne sont utilisés que de manière occasionnelle. Chaque Section locale dispose de sa propre boîte et le RCPP possède un blog à l adresse principale 2. Perspectives Dans un avenir que nous souhaitons proche, le RCPP sera doté d un site Internet dont la page d accueil sera possiblement Du reste, chaque mois, le Secrétaire Administratif se chargera de diffuser aux membres du Réseau et aux partenaires une newsletter. E. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue des deux exposés, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - création d une communication interpersonnelle entre les membres d une même Administration parlementaire ; - création d un syndicat du RCPP, différent du syndicat de l Administration ; - création d un réseau privé virtuel (VPN) en vue de réduire les couts des appels ; - création d un réseau téléphonique interne au sein du RCPP ; - utilisation de la messagerie WhatsApp.

5 5 III. LA GESTION DU PERSONNEL ET DU MATÉRIEL (par Monsieur LUGERERO FITINA, Chef de Division aux Services Généraux au Sénat) A. La gestion du personnel Elle comprend les points suivants : - le personnel qui gère le personnel administratif et de la formation, les cas litigieux au regard des textes légaux et réglementaires et enfin les dossiers de pension et de rentes de survie ; - les finances et le budget qui assure le secrétariat technique de la commission budgétaire, gère les finances sous la supervision de la hiérarchie et liquide les indemnités et rétributions diverses ainsi que les factures des fournisseurs de services ; - l économat qui s occupe de la prospection du marché, de l achat et de la conservation des fournitures et petits matériels de bureau. B. La gestion du matériel Elle comprend les points suivants : - le transport qui gère le charroi automobile, assure le transport des membres du Bureau ainsi que du personnel des Assemblées et des hôtes, affecte les chauffeurs, assure l entretien des véhicules, commande, confectionne et distribue le carburant et les lubrifiants ; - l intendance qui inventorie les biens meubles et immeubles, conçoit les programmes à exécuter, propose à la hiérarchie les initiatives nouvelles, supervise et gère les stocks, y compris en pièces de rechange ; - la partie technique et construction qui exécute les travaux liés à la technique, les travaux de maçonnerie et de plomberie, supervise les travaux de l atelier mécanique et automobile ; - l entretien du jardin. C. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue de l exposé, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - les limites constatées dans la cellule de passation des marchés dont on ignore si elle dépend totalement des Assemblées provinciales ou également du Gouvernement ; - inexistence d un édit sur la commission des marchés au sein de la Province du Katanga ; - gestion calamiteuse du personnel et du matériel dans l Assemblée provinciale de Kinshasa, suite notamment à des mégestions et à des dissipations des biens ; - mégestion au sein du service du personnel et du matériel dans l Assemblée provinciale du Sud-Kivu, laquelle mégestion est due au fait que ledit service est géré par le Secrétaire du Cabinet en lieu et place de l intendant. De même, le personnel d appoint est soumis par le Cabinet politique et non par l Administration ;

6 6 - production d un organigramme standard de la gestion du personnel et du matériel dont pourraient se servir les Provinces. À cette préoccupation, il est répondu que pour des raisons structurelles, l organigramme du Parlement national ne peut être conforme à celui des Provinces ; - chevauchement entre les instructions émanant des Députés et ceux émanant des Directeurs de l Administration ; - bien que la séparation des pouvoirs soit respectée entre les Députés et le Directeur de l Administration dans l Assemblée provinciale du Bandundu, celle-ci ne dispose pas de commission de marchés. IV. L IDENTIFICATION DES NOUVEAUX ÉLUS (par Monsieur KALALA MAYI-MALE, Chef de Division Planification Stratégique et Statistiques à l Assemblée nationale) L exposé comprenait six points, à savoir : - la mise en place d un groupe chargé de la préparation de l accueil ; - les opérations préparatoires à l accueil ; - l organisation du Centre d accueil ; - les matériels pour l accueil ; - la lettre d information destinée à l ensemble des députés provinciaux nouvellement élus ; - la feuille de route pour l accueil. A. La mise en place d un groupe chargé de la préparation de l accueil Placé sous l autorité du Directeur Administratif, le groupe de travail chargé de la préparation de l accueil valide les principales modalités d organisation comme les relations avec l organisme chargé officiellement du suivi des résultats électoraux, l estimation des effectifs des fonctionnaires de l Assemblée concernée, la détermination de la salle et des matériels nécessaires au bon déroulement des opérations et enfin la documentation à remettre aux parlementaires. B. Les opérations préparatoires à l accueil Ces opérations permettent la diffusion des résultats électoraux et l utilisation de la carte des élus. Cela se fera par voie informatique, de la saisie des données à la publication de celles-ci. C. L organisation du Centre d accueil Le personnel chargé de l accueil peut être dit de «premier contact» (protocole) ou des cadres appelés «dialogueurs», ces derniers accompagnant les parlementaires tout au long du processus. Ce personnel incluse également les «secrétaires» qui saisissent les données et les «spécialistes» chargés de recueillir des informations complémentaires sur les élus. Quant au parcours du parlementaire dans le centre d accueil, il est à retenir que celui-ci ne sera disponible que lorsque les résultats du scrutin auront été officiellement an-

7 7 noncés. Le nombre de postes d accueil est fonction de l effectif des élus. Ceux-ci devront successivement franchir les étapes suivantes : prise des photos, réception au poste de fiche individuelle, réception au poste de la Direction administrative, au poste des affaires financières, au poste des transports, au poste d hébergement et au poste de la documentation. D. Les matériels pour l accueil Les matériels pour l accueil comprennent la liste complète des parlementaires, les panneaux signalétiques, les fournitures de bureau, les câbles électriques, le matériel informatique et de photocopie, les fiches cartonnées pré-imprimées, les classeurs différenciés pour les fiches, le studio photos, les mallettes contenant les documents à remettre au Parlementaire. E. La lettre d information destinée à l ensemble des députés provinciaux nouvellement élus Voir module. F. La feuille de route pour l accueil Voir module. G. Préoccupations soulevées et suggestions proposées L exposé n a pas appelé des préoccupations ou des suggestions particulières. V. LE CONTRÔLE DE CONSTITUTIONNALITÉ EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO (par Monsieur André MAZYAMBO MAKENGO KISALA, Professeur à l Université de Kinshasa et Expert du PNUD) L orateur a débuté son exposé en traitant des généralités, lesquelles se sont attardées sur la définition du contrôle de constitutionnalité, sa base juridique, les actes soumis au contrôle, la hiérarchie des normes et les hypothèses d inconstitutionnalité. Il a ensuite donné la composition de la Cour Constitutionnelle en tant qu organe de contrôle, celui-ci étant formé de juges, du Parquet Général, du Greffe et des Conseillers référendaires qui n ont pas forcément une formation de juristes. Quant aux compétences de ladite Cour, il convenait de retenir : - le contrôle de constitutionnalité ; - l interprétation de la Constitution ; - le règlement du conflit de compétences ou d attribution (entre pouvoir exécutif et pouvoir législatif / entre ordres de juridictions) ; - la compétence pénale ; - le règlement du contentieux électoral ; - la réception du serment du Président de la République ;

8 - la réception de la déclaration du patrimoine familial ; 8 - la déclaration de vacance de la Présidence de la République et promulgation du délai des élections. Pour ce qui est des modalités de contrôle, elles sont de deux ordres : - le contrôle par voie d action : il peut être a priori à caractère obligatoire (contrôle des lois organiques, des règlements intérieurs, des ordonnances du Président de la République prises en état d urgence ou de siège) ou facultatif (contrôle des lois ordinaires et des traités et accords internationaux). Le contrôle a posteriori concerne le recours en inconstitutionnalité. L orateur en donne la base juridique, cite les actes pouvant faire objet d un tel recours, donne le délai pour agir et explique la procédure de recours du Procureur Général) ; - le contrôle par voie d exception. Une fois détaillée la procédure de contrôle de constitutionnalité, l orateur a donné les effets de ce dernier : - contrôle à priori : empêche la promulgation ou la mise en application de l acte ; - contentieux d inconstitutionnalité : le texte est nul et de nul effet ; - exception d inconstitutionnalité : rend le texte inapplicable dans le cas d espèce ; - en cas d inconstitutionnalité d une disposition séparable de l ensemble du texte, l acte juridique peut être, selon les cas, promulgué ou appliqué, à l exception de ladite disposition ; - disposition d un traité ou un accord international contraire à la constitution : la ratification ou l approbation ne peut intervenir qu après la révision de la Constitution ; - rétractation des décisions rendues en application d un acte déclaré contraire à la Constitution. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue de l exposé, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - l intégrité d une loi en cas de suppression de certaines de ses dispositions. À cette préoccupation, il a été répondu qu il est des dispositions aisément détachables sans que l esprit de la loi ne soit énervé, et d autres intimement liées au texte ; - initiation par le RCPP d une rencontre qui traitera de la vérification en inconstitutionnalité de tous les édits. À cette demande, il a été répondu que telle n est pas la compétence du Réseau ; - conformité de notre Constitution aux accords de la SADC qui prévoit que les postes de décision soient occupés à 50% par les femmes ; - le sort d une décision de la Cour Suprême de Justice qui viole la Constitution. À cette préoccupation, il a été répondu qu un arrêt de la Cour est irrévocable, sauf cas d erreur matérielle ou lorsqu il doit être interprété.

9 9 VI. AIDE-MÉMOIRE DE LA PREMIÈRE SÉANCE DE LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA 2 E LÉGISLATURE DE LA 3 E RÉPUBLIQUE (par Monsieur Daniel EZINGENDA SIKA, Directeur de la Cellule Technique d Appui au Secrétariat Général du Sénat) Voir le module y relatif. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue de l exposé, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - mécanismes de coaching du nouveau Président de l Assemblée provinciale ; - la gestion du budget et le pouvoir des signatures dans la période de transition entre le Bureau sortant et le nouveau Bureau entrant. À cette préoccupation, il a été répondu que la Cour a tranché que le Président et le Questeur sortants ont le pouvoir de signature. VII. LA VALIDATION DE MANDAT (par Monsieur Gauthier LUNGALA KAKUBU, Chef de Bureau à la Direction des Commissions au Sénat) Dès que l orateur a brossé une définition de la validation des mandats, il s est attardé à la validation au début de la législature qui forme la phase simple. Cette dernière requiert des préalables qui consistent à constituer des commissions de validation. Une fois rempli ces préalables, le déroulement proprement dit de l opération de validation peut avoir lieu. Celle-ci consiste en la vérification de certaines pièces telles l attestation du tenant lieu d extrait de naissance, la photocopie de la carte d électeur, le CV, la lettre du parti, etc. Concernant la phase complexe de la validation, qui a lieu en cours de législature, l orateur a épinglé les incompatibilités entre la fonction parlementaire et certains autres mandats politiques, mais également la procédure d option permettant à l élu d opérer un choix quant à ce, sans oublier de parler de la renonciation du Député à l exercice de son mandat, laquelle renonciation peut être tacite ou écrite. La validation des mandats passe par des phases d écritures qui prennent soit la forme d un avis, soit la forme d un rapport. L avis est destiné et n engage que le Bureau, alors que le rapport, qui engage toute la plénière, ne peut être produit que durant la législature. L un comme l autre document sont produits par la Commission de validation. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue de l exposé, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - la disponibilisation d un modèle standard ou d un aide-mémoire de validation de mandat ;

10 10 - le lien entre le rapport de validation de la plénière et l arrêt de la Cour d Appel quant à la validation. À cette préoccupation, il a été répondu que la Cour traite uniquement le contentieux électoral ; - le cas d un Député membre d une commission de validation d une même tendance politique ou d une même circonscription électorale que le Député dont la Commission examine le dossier. À cette question, il a été répondu que cela ne pose nullement problème. VIII. APERÇU SUR LE FONCTIONNEMENT DU PARLEMENT (par Monsieur Bernard MULAMBA PENE KAHOYA, Directeur de planification, projets et coopération à l Assemblée nationale) L exposé s est articulé autour de trois points suivants : - La fonction parlementaire - Les avantages des élus - Le Greffe et le Bureau d Études A. La fonction parlementaire Après avoir ramassé les fondements philosophiques et constitutionnels de la fonction parlementaire, il a été détaillé les aspects de celles-ci, que sont la fonction de représentation, la fonction législative, la fonction du contrôle parlementaire, mais aussi la diplomatie parlementaire, la révision constitutionnelle, le suivi du travail législatif et la mission d investir le Gouvernement. B. Les avantages des élus Les avantages des élus sont de deux types : - Les avantages financiers : indemnités parlementaires et autres frais financiers (frais d hôtel, d installation, de voyage, remboursement des frais médicaux et des frais de voyage en début de législature) - La Sécurité Sociale des Parlementaires (SESOPA) : pour les députés en fonction (couverture des risques maladie, décès, maternité et ceux liés à l exercice du mandat parlementaire) comme pour les députés honoraires (risques de vieillesse et de décès) C. Le Greffe et le Bureau d Études Le Greffe a pour mission de couvrir les séances plénières et les réunions des commissions, mais également de produire, de publier et de conserver les documents parlementaires. Il est formé de trois directions que sont : - la Direction des séances ; - la Direction des Commissions ; - la Direction de la Documentation.

11 11 Le Bureau d Études, en revanche, a pour tâche d analyser et d évaluer les initiatives législatives de contrôle, de donner des avis et conseils et d effectuer des recherches. Il est formé de quatre sections que sont : - la Section politique, administrative et juridique ; - la section économique, financière et de contrôle budgétaire ; - la section sociale et culturelle ; - la section des relations extérieures. D. Préoccupations soulevées et suggestions proposées À l issue de l exposé, les principales préoccupations suivantes ont été soulevées et les suggestions suivantes proposées : - le rôle et l importance d un membre du Gouvernement dans une Commission ; - la question de savoir qui est le patron dans une Administration (les élus ou les administratifs?). À cette préoccupation, il a été répondu que le Président de l Assemblée est le patron, assisté du Secrétaire Général et des Directeurs Administratifs, selon le cas ; - l omission de la questure dans l exposé ; - le débat a cours dans l Assemblée provinciale du Bas-Congo entre les compétences de la Questure, du Greffe et du Bureau d Études ; - les ordres ou sanctions émanant des Députés à l endroit ou à l encontre des membres de l Administration parlementaire. À cette préoccupation, il est répondu que cela est totalement injustifié ; - le problème de la mobilité des agents au sein des Assemblées provinciales ; - au Nord-Kivu, le Coordonnateur du Bureau d Études a rang de Directeur de l Administration, alors qu il ne l est pas (il est en fait Chef de Division).

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO. En partenariat avec

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO. En partenariat avec 1 RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO RÉSEAU CONGOLAIS DES PERSONNELS DES PARLEMENTS (RCPP) En partenariat avec WESTMINSTER FOUNDATION FOR DEMOCRACY (WFD) SÉMINAIRE RELATIF À LA CIRCULATION ET À L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE. - Vu la Constitution du Royaume du Cambodge;

ROYAUME DU CAMBODGE. - Vu la Constitution du Royaume du Cambodge; Conseil Constitutionnel ROYAUME DU CAMBODGE Nation Religion Roi Dossier ****** nº 255/002/2015 du 23 mars 2015 Décision nº 154/002/2015 CC.D du 24 mars 2015 Le Conseil Constitutionnel - Vu la Constitution

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003

de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 15 avril 2003 Première partie 43 ème année n 8 JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Décret n 046-A/003 du 8 mars 003 portant création, organisation et fonctionnement d

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE LA BANQUE INTERAMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Ce Règlement a pris effet le 8 février 1960 et a été modifié ultérieurement, la dernière modification étant entrée en vigueur le 16 mai

Plus en détail

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT

ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION ASSOCIATION DES SECRÉTAIRES GÉNÉRAUX DE PARLEMENT CONTRIBUTION de M. José PEDRO MONTERO Secrétaire de la Chambre des Députés (Uruguay), à la communication

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Recommandations / Feuille de route Les participants au séminaire sur la mise en œuvre

Plus en détail

Projet de loi organique relative à l Instance Provisoire de Contrôle de Constitutionnalité des Projets de Lois

Projet de loi organique relative à l Instance Provisoire de Contrôle de Constitutionnalité des Projets de Lois Projet de loi organique relative à l Instance Provisoire de Contrôle de Constitutionnalité des Projets de Lois Ce document explicatif concerne les principaux aspects de l Instance Provisoire de Contrôle

Plus en détail

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières

Termes de référence. Formation en structures et gouvernance de coopératives minières Termes de référence Formation en structures et gouvernance de coopératives minières 1. Contexte et justification L exploitation minière artisanale est une activité de survie qui touche des centaines de

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE,

CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, CELSO RODRÍGUEZ PADRÓN, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE, JE CERTIFIE: QUE L ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE DU CONSEIL GÉNÉRAL DU POUVOIR JUDICIAIRE QUI S EST RÉUNIE AUJOURD HUI, A APPROUVÉ

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse»

«Pour une formation professionnelle duale en Suisse» «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» Statuts I. Nom, siège et buts 1. Nom et siège Sous le nom de «Pour une formation professionnelle duale en Suisse» est constituée une Association au

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant

Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant Département de formation Licence de Sciences et Technologies Mention Sciences du Vivant STATUTS DU DEPARTEMENT DE FORMATION DE LA LICENCE MENTION SCIENCES DE LA VIE Vu le Code de l Education Vu les statuts

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Règlement d'application des articles 9 à 14 des statuts de l Association des Communes de Crans-Montana (ACCM)

Règlement d'application des articles 9 à 14 des statuts de l Association des Communes de Crans-Montana (ACCM) Règlement d'application des articles 9 à 14 des statuts de l Association des Communes de Crans-Montana (ACCM) L assemblée des délégués de l Association des Communes de Crans-Montana arrête : Vu la Loi

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR. Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT INTERIEUR Titre I DES DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la constitution du 20 janvier 2002 et de la loi organique

Plus en détail

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique

STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique STATUTS DU DÉPARTEMENT DE FORMATION du Master Sciences, Technologies, Santé mention Informatique Approuvés par le Conseil du Département de Master Informatique le 17 juin 2014 Approuvés par le Conseil

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014)

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DE LA FFVB. Application pour la saison 2015/2016 (AG Octobre 2014) TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic PREAMBULE A LA MISE AUX VOIX DE L ASSEMBLE GENERALE ATTRIBUTIONS Article 1 : Organisme de contrôle Article

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

CHAMBRE DES DÉPUTÉS MODIFICATIONS AU RÈGLEMENT AU COURS DE LA SÉANCE DU 25 SEPTEMBRE 2012. Articles 14, 15, 15-ter et 153-quater C D

CHAMBRE DES DÉPUTÉS MODIFICATIONS AU RÈGLEMENT AU COURS DE LA SÉANCE DU 25 SEPTEMBRE 2012. Articles 14, 15, 15-ter et 153-quater C D CHAMBRE DES DÉPUTÉS MODIFICATIONS AU RÈGLEMENT DE LA CHAMBRE des députés APPROUVÉES AU COURS DE LA SÉANCE DU 25 SEPTEMBRE 2012 Articles 14, 15, 15-ter et 153-quater C D SECRÉTARIAT GÉNÉRAL 12 octobre 2012

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

En vigueur à partir du 06 Février 2010

En vigueur à partir du 06 Février 2010 INTERNATIONALER MUSIKBUND CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SOCIÉTÉS MUSICALES INTERNATIONAL CONFEDERATION OF MUSIC SOCIETIES RÈGLEMENT (RE) COMITÉ DE DIRECTION DOMAINES TECHNIQUES REVISEURS AUX COMPTES

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé, ayant valablement délibéré en sa séance du 4 mars 2015,

REPUBLIQUE FRANCAISE. Le collège de la Haute Autorité de Santé, ayant valablement délibéré en sa séance du 4 mars 2015, REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2015.0056/DC/SJ du 4 mars 2015 du collège de la Haute Autorité de santé portant adoption du règlement intérieur de la commission des pratiques et des parcours Le collège

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

LE STATUT DES MANDATAIRES LOCAUX. Luigi Mendola

LE STATUT DES MANDATAIRES LOCAUX. Luigi Mendola LE STATUT DES MANDATAIRES LOCAUX Luigi Mendola TABLE DES MATIÈRES BIOGRAPHIE DE L AUTEUR 3 PARTIE 1. Le traitement des mandataires locaux 9 1. Les mandataires communaux 9 1.1. Les conseillers communaux

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Déclaration obligatoire de patrimoine :

Déclaration obligatoire de patrimoine : Déclaration obligatoire de patrimoine : N 5680 7 kaada 1429 (6-11-2008) BULLETIN OFFICIEL 1349 Dahir n 1-08-72 du 20 chaoual 1429 (20 octobre 2008) complétant le dahir n 1-74-331 du 11 rabii II 1395 (23

Plus en détail

REglement d organisation de

REglement d organisation de REglement d organisation de Burkhalter Holding AG Par souci de simplicité, le texte suivant utilise uniquement la forme masculine pour les désignations comprenant des formes féminines et masculines. I.

Plus en détail

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS

ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS ASSOCIATION CAMEROUNAISE DES DIPLOMES DE L INSTITUT TECHNIQUE DE BANQUE (ACD ITB) STATUTS Article 1 CREATION Il est formé entre les personnes désignées à l article 4, vivant au Cameroun, et qui adhèrent

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

République Démocratique du Congo

République Démocratique du Congo République Démocratique du Congo! Kinshasa, juillet 2010 L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : II EXPOSE DES MOTIFS En son article

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe

Votre voix. Votre vote. Votre tour! Réforme démocratique. 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick. Types de démocratie directe GUIDE DE PARTICIPATION DU CITOYEN 1 Réforme démocratique 1. Une loi sur les référendums pour le Nouveau-Brunswick Notre mandat : nous devons examiner et proposer une loi sur les référendums au Nouveau-Brunswick,

Plus en détail

1- Contexte et justification

1- Contexte et justification REPUBLIQUE DU SENEGAL Présidence de la République Secrétariat Général Délégation au Management Public FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT PROGRAMME D APPUI AU PROGRAMME NATIONAL DE BONNE GOUVERNANCE PAPNBG

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile.

Décret exécutif n 04-103. Du 15 Safar 1425. Correspondant au 5 avril 2004. Portant création et fixant les statuts du. Fonds de Garantie Automobile. JOURNAL OFFICIEL N 21 DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE Du 7 avril 2004 Décret exécutif n 04-103 Du 15 Safar 1425 Correspondant au 5 avril 2004 Portant création et fixant les statuts du Fonds de Garantie Automobile.

Plus en détail

REGLEMENT D ORGANISATION DE

REGLEMENT D ORGANISATION DE REGLEMENT D ORGANISATION DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE FORMATION DES ENSEIGNANTS Conformément au principe constitutionnel de l égalité des sexes, toute désignation de personne, de statut ou de fonction

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

(1) Le Secrétariat Général des services du Premier Ministre assiste le Premier Ministre dans l accomplissement de sa mission.

(1) Le Secrétariat Général des services du Premier Ministre assiste le Premier Ministre dans l accomplissement de sa mission. Décret n 92/088 du 4 mai 1992 portant organisation des Services du Premier Ministre Le Président de la République, Vu la constitution ; Vu le décret n 92/069 du 09 avril 1992 portant organi sation du Gouvernement

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014

Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs. Avril 2014 Les suites données par la Cour des comptes aux revues par les pairs Avril 2014 Lors de son installation, en mars 2010, Didier Migaud, Premier président, a souligné que la Cour devait s appliquer à elle-même

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE Agence de Régulation des Marchés Publics AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET L Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) du Niger a reçu un don (IDF) de

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

Règlement d organisation pour l Assemblée des délégués de la Caisse d assurance du corps enseignant bernois (ROAD- CACEB)

Règlement d organisation pour l Assemblée des délégués de la Caisse d assurance du corps enseignant bernois (ROAD- CACEB) Bernische Lehrerversicherungskasse Caisse d assurance du corps enseignant bernois Règlement d organisation pour l Assemblée des délégués de la Caisse d assurance du corps enseignant bernois (ROAD- CACEB)

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics

Comores. Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux publics Décret n 07-151 [NB - Décret n 07-151 de 2007 fixant certaines modalités de gestion et d administration des sociétés à capitaux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES COMPETITIONS SOMMAIRE 1) GUIDE D ORGANISATION D UNE COMPETITION 2) CONTRAT ORGANISATION ENTRE UN COMITE ET UN CLUB

CAHIER DES CHARGES DES COMPETITIONS SOMMAIRE 1) GUIDE D ORGANISATION D UNE COMPETITION 2) CONTRAT ORGANISATION ENTRE UN COMITE ET UN CLUB CAHIER DES CHARGES DES COMPETITIONS SOMMAIRE 1) GUIDE D ORGANISATION D UNE COMPETITION 2) CONTRAT ORGANISATION ENTRE UN COMITE ET UN CLUB 2 GUIDE D ORGANISATION D UNE COMPETITION SOMMAIRE 1 - LE COMITE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/PTA/IISG(1)/2 Conseil économique et social Distr. générale 18 février 2015 Français Original: anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Première réunion

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS

SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS SÉMINAIRES DE DÉMARRAGE POUR LES NOUVEAUX ÉLUS Le nouvel élu arrive avec des connaissances diverses selon son parcours personnel. D une manière générale, son rôle durant tout son mandat a deux facettes

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail