Auteur. Onderwerp. Datum

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auteur. Onderwerp. Datum"

Transcription

1 Auteur Elegis Technologies de l information et de communication Onderwerp Liens commerciaux abusifs sur Internet Datum Novembre et décembre 2007 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van te nemen dat de inhoud van dit document onderworpen kan zijn aan rechten van intellectuele eigendom, die toebehoren aan bepaalde betrokkenen, en dat er u geen recht wordt verleend op die desbetreffende rechten. M&D Seminars wil u met dit document de nodige informatie verstrekken, zonder dat de in dit document vervatte informatie bedoeld kan worden als een advies. Bijgevolg geeft M&D Seminars geen garanties dat de informatie die dit document bevat, foutloos is, zodat u dit document en de inhoud ervan op eigen risico gebruikt. M&D Seminars, noch enige van haar directieleden, aandeelhouders of bedienden zijn aansprakelijk voor bijzondere, indirecte, bijkomstige, afgeleide of bestraffende schade, noch voor enig ander nadeel van welke aard ook betreffende het gebruik van dit document en van haar inhoud. M&D Seminars 2008 M&D CONSULT BVBA Eikelstraat DE PINTE Tel. 09/ Fax 09/

2 Lettre bimestrielle d information juridique Sommaire Editorial Les droits d auteur sur un site web : quelques réflexions du point de vue de l exploitant...2 Bonjour, Vous trouverez dans ce numéro notre dernière information de l année relative aux droits d auteur sur un site web. Téléphonie mobile : usage et contenu des SMS.4 Cette lettre d information reprend également les nouvelles des mois de novembre et décembre Liens commerciaux abusifs sur Internet 5 Enfin, nous avons voulu joindre à cette livraison une recension législative et réglementaire pour l année écoulée. Celle-ci est limitée, compte tenu du contexte politique de la seconde partie de l année mais aussi parce qu elle ne porte pas sur l actualité européenne. Décision du CEPANI (22 sept. 2006), La Poste c. D 7 Nous vous informerons dorénavant bimestriellement de l actualité réglementaire et législative tant belge qu européenne. Nous vous en souhaitons une bonne lecture et vous présentons nos meilleurs vœux pour l année J.-F. HENROTTE A. CRUQUENAIRE I. COLLARD F. COTON Bureau de dépôt 1040 Bruxelles 4

3 Recension législative et réglementaire belge en matière de TIC 2 FEVRIER Arrêté royal relatif aux services d'urgence en exécution de l'article 107, par. 1 er et par. 3, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques, et portant des dispositions diverses en matière de communications électroniques pour les services d'urgence, p M.B. 13 février FEVRIER Arrêté royal visant à développer le système de notifications électroniques entre le Service public fédéral Finances et certains officiers ministériels, fonctionnaires publics et autres personnes, p M.B. 28 février FEVRIER Arrêté ministériel portant désignation du service compétent en vue de recevoir les avis et de délivrer les accusés de réception dans le cadre du système de notifications électroniques mis en place entre le Service public fédéral Finances et certains officiers ministériels, fonctionnaires publics et autres personnes, p M.B. 28 février FEVRIER Arrêté royal portant modification de l'arrêté royal du 2 décembre 1986 relatif à la demande, à la délivrance et au maintien en vigueur des brevets d'invention, p , M.B. 19 mars Extrait de l'arrêt n 163/2006 du 8 novembre 2006, p la Cour constitutionnelle - annule les articles 81 à 83 et 90 à 98 du décret de la Communauté française du 27 février 2003 sur la radiodiffusion; - maintient les effets des dispositions annulées jusqu'à l'entrée en vigueur d'une réglementation prise de commun accord, visée en B.4, et au plus tard jusqu'au 31 mars M.B. 19 mars DECEMBRE Loi modifiant les articles 1 er et 2 de la loi du 8 avril 1965 instituant le dépôt légal à la Bibliothèque royale de Belgique en vue d'étendre le champ d'application aux microfilms et aux supports numériques, p , M.B. 23 mars Les droits d auteur sur un site web : quelques réflexions du point de vue de l exploitant Le site web constitue une œuvre protégée par le droit d auteur. Afin de pouvoir exploiter une telle création de manière paisible, il s impose d envisager la situation des droits d auteur à tous les stades de l opération de création de l œuvre. Il est tout d abord important de ne pas perdre de vue que le titulaire originaire du droit d auteur est la personne physique qui crée l œuvre (l infographiste, l informaticien ). Pour pouvoir exploiter les droits sur le site web, toute autre personne (physique ou morale) doit préalablement obtenir une cession ou une licence d utilisation des droits par l auteur. A cet égard, on peut distinguer deux hypothèses : 1) le site est développé par un employé de la société qui exploite le site ; 2) le site est réalisé par un infographiste indépendant ou est commandé à une société externe de services informatiques. 1) Le site web réalisé par un employé Lorsqu un employé développe le site web qui sera utilisé par son employeur, celui-ci doit veiller à obtenir une cession des droits d auteur. A défaut, dans l hypothèse d une fin éventuelle des relations de travail entre les parties, l employeur s expose à un litige avec son ex-employé. Il convient donc de veiller à insérer une clause appropriée de cession de droits dans les contrats de travail des employés afin de prévenir tout problème ultérieur. Si aucune clause n est prévue à l origine, il est prudent de prévoir un avenant au contrat de travail ou de collaboration. 2) Le site web réalisé par un prestataire externe Lorsque la réalisation du site web est confiée à un prestataire externe (infographiste indépendant ou société de services informatiques), il faut également régler la question des droits sur le site réalisé. Le seul fait de passer une commande (rémunérée) en vue de la réalisation de l œuvre ne suffit pas pour obtenir les droits d exploitation qui s y rapportent. Ici aussi, il faut envisager des dispositions contractuelles adéquates en vue d assurer une maîtrise suffisante de l outil et, notamment, afin de permettre une évolution ultérieure du site web sans être contraint de faire appel au même prestataire. Il est également prudent de prévoir une clause de garantie d éviction, afin de se protéger contre les recours de tiers qui estimeraient leurs droits lésés par l utilisation, dans le site web réalisé par le prestataire indépendant, d éléments sur lesquels ils estiment avoir des droits exclusifs (lorsque, par exemple, le prestataire ajoute des images ou photos sur le site développé sans avoir obtenu d autorisation des auteurs de ces créations). Il est par ailleurs important de régler la question de la fin anticipée du contrat : par exemple, en cas de remise d un travail partiellement insatisfaisant et de volonté de mettre un terme à la collaboration, quel sera le sort des droits sur le site partiellement développé? La question est cruciale, notamment afin de permettre un achèvement du travail par un tiers. 2

4 Lorsque la réalisation du site web est confiée à une société de services informatiques, il convient en outre de s informer de la situation des employés ou collaborateurs de ladite société. En effet, dans la mesure où la société de services n est pas le titulaire originaire des droits sur le site web développé par ses employés ou collaborateurs indépendants, il faut obtenir des garanties contractuelles quant au transfert en amont des droits par les employés et/ou collaborateurs en faveur de la société de services. On ne peut en effet céder plus de droits que l on en possède. La question des relations de la société de services avec ses employés ou collaborateurs intéresse donc directement la société qui commande la réalisation d un site web. 7 MARS Arrêté royal relatif à la notification des services et des réseaux de communications électroniques, p M.B. 23 mars Par requête, un recours en annulation de l'article 10, alinéa 3, de la loi du 20 juillet 2006 instaurant la Commission de Modernisation de l'ordre judiciaire et le Conseil général des partenaires de l'ordre judiciaire (publiée au Moniteur belge du 1 er septembre 2006) a été introduit, pour cause de violation des articles 10 et 11 de la Constitution, Cette affaire est inscrite sous le numéro 4154 du rôle de la Cour constitutionnelle. MB 26 mars MARS Arrêté royal portant exécution des articles 7 et 9 de la loi du 20 juillet 2006 instaurant la Commission de Modernisation de l'ordre judiciaire et le Conseil général des partenaires de l'ordre judiciaire, p MB 26 mars MARS Loi modifiant la réglementation relative à la délivrance du brevet d'invention et au régime de taxes dues en matière de brevets d'invention et en matière de certificats complémentaires de protection, p MB 12 avril er AVRIL Arrêté royal relatif à la procédure et aux règles pratiques relatives au fonctionnement de la Commission d'éthique pour la fourniture de services payants via des réseaux de communications électroniques, p , MB 12 avril 2007 Accord de travail entre l'organisation européenne des brevets et l'etat belge, p MB 12 avril MARS Loi relative à la modification de la loi du 30 mars 1995 concernant les réseaux de distribution d'émissions de radiodiffusion et l'exercice d'activités de radiodiffusion dans la région bilingue de Bruxelles- Capitale ainsi que la loi du 17 janvier 2003 relative au statut du régulateur des secteurs des postes et des télécommunications belges, p Moniteur 5 avril 2007 n 106 MB 5 avril

5 20 MARS Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 23 septembre 2002 relatif à la portabilité des numéros des utilisateurs finals des services de télécommunications mobiles offerts au public, p MB 20 avril Par requête, un recours en annulation des articles 5, 19, 27, 29 et 43 du décret de la Communauté flamande du 16 juin 2006 relatif au système d'information Santé (publié au Moniteur belge du 7 septembre 2006, deuxième édition) a été introduit, pour cause de violation des règles qui sont établies par la Constitution ou en vertu de celle-ci pour déterminer les compétences respectives Cette affaire est inscrite sous le numéro 4163 du rôle de la Cour constitutionnelle. MB 25 avril AVRIL Loi relative aux aspects de droit judiciaire de la protection des droits de propriété intellectuelle, p MB 10 mai MAI Loi relative aux aspects de droit judiciaire de la protection des droits de propriété intellectuelle. Erratum, p , M.B. 14 mai MAI Loi relative aux aspects civils de la protection des droits de propriété intellectuelle, p MB 10 mai 2007 Extrait de l'arrêt de la Cour constitutionnelle n 55/2007 du 28 mars 2007, p L'article 145, 3, 2, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques viole les articles 10 et 11 de la Constitution en ce qu'il prévoit, pour celui qui utilise un moyen de télécommunication afin d'importuner son correspondant, des peines plus lourdes que celles prévues par l'article 442bis du Code pénal. M.B. 25 mai Extrait de l'arrêt de la Cour constitutionnelle n 59/2007 du 18 avril 2007, p Les articles 1 er et 22 de la loi du 30 juin 1994 relative au droit d'auteur et aux droits voisins ne violent pas les articles 10 et 11 de la Constitution. M.B. 30 mai Téléphonie mobile : usage et contenu des SMS I. Les messages SMS, utilisés presqu aussi couramment que les appels téléphoniques, ne sont pas si anodins qu il y paraît. Lorsque nous envoyons un message sous la forme d un SMS, nous pouvons perdre de vue qu il s agit d un écrit et que, contrairement à la parole, «les écrits restent». Or, dans le cadre de relations professionnelles, les écrits peuvent revêtir une importance non négligeable. C est ainsi que la Cour de cassation de France (Cass. fr., 23 mai 2007, n ) a été récemment saisie d une affaire opposant une société et une de ses employées licenciée pour faute grave. Cette employée avait contesté devant le tribunal son licenciement en faisant état de harcèlement sexuel et entendait prouver ce harcèlement par le biais de SMS qu elle avait reçus. L employée a obtenu gain de cause car la Cour de cassation a estimé que le SMS pouvait être utilisé comme preuve dès lors qu il s agit d un écrit et que la personne qui l a envoyé sait, au moment de l envoi, que cet écrit sera enregistré sur le téléphone du destinataire du message. L usage du SMS est ici admis comme procédé loyal de preuve, contrairement à celui d un appel téléphonique privé qui serait enregistré à l insu de l auteur des propos invoqués. Si cette décision est française, elle pourrait avoir un écho auprès des juridictions belges dans l hypothèse où un cas similaire se présentait. Dans le cadre professionnel en tout cas, il y a donc lieu d être attentif au contenu des SMS que l on envoie. II. Les SMS sont également utilisés dans le cadre de ce qu on appelle le «mobile commerce» (services financiers, réservations de concerts, spectacles, rechargement d un compte à distance, jeux, concours, etc). Ces transactions concernent le plus souvent des consommateurs qui sont donc protégés notamment par les dispositions propres à la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l information et la protection du consommateur. On sera également attentif à l application de la loi du 11 mars 2003 sur le commerce électronique, que le service soit offert à un professionnel ou à un consommateur. Quelques principes peuvent être cités : - Interdiction des envois massifs de SMS à but publicitaire sans le consentement préalable du destinataire (des exceptions existent toutefois). - Obligation pour le prestataire de service de communiquer des informations préalables à la commande par voie électronique et à la collecte des données à caractère personnel (ce qui peut souvent poser problème dès lors que la plupart des téléphones mobiles ne sont pas conçus pour afficher un nombre de données important). - Information de l existence du droit de rétractation dans les 7 jours du contrat (sauf exception légale, notamment en cas de téléchargement payant d un fichier musical, car il y a dans ce cas fourniture d un service dont l exécution a commencé, avec l accord du consommateur, avant la fin du délai de 7 jours). L outil formidable qu est le téléphone mobile et l usage courant de celui-ci ne doivent donc pas faire oublier que des règles protectrices existent à l égard des usagers et qu il convient d en tenir compte dans le cadre de l offre de services interactifs de téléphonie. 4

6 Liens commerciaux abusifs sur Internet La problématique des liens commerciaux, qui s affichent sur la droite de l écran de recherche, a donné lieux à de nombreux litiges. En effet, si certains annonceurs se contentent d acquérir des mots du langage courant pour faire apparaître l annonce de leurs sites, d autres achètent des mots-clés correspondant aux marques de leurs concurrents. Afin de prévenir l usage abusif de l appellation sous laquelle vous exercez votre activité commerciale, il convient tout d abord de la protéger au mieux, par exemple en la déposant comme marque. Ensuite, votre entreprise doit adopter une démarche active auprès des réseaux, via une procédure de notification de marque. Il s agit de lister sa marque - certificat à l appui - ainsi que les motsclés associés, en réservant éventuellement des exceptions à certaines sociétés, à ces revendeurs etc., et de communiquer cette liste à la régie publicitaire. Cette démarche relativement simple, gratuite et rapide, peut s avérer très utile pour éviter les abus. Mais malgré toutes les précautions qui peuvent être prises, on ne peut exclure l usage abusif de la marque par un tiers. En effet, il est difficile de prévoir toutes les possibilités de fraude ou de protéger les marques qui contiennent un terme générique. Pour assurer une protection efficace de sa marque, l entreprise titulaire doit donc adopter une stratégie de veille active sur les réseaux de liens sponsorisés. En cas d abus, il s impose en premier lieu de communiquer votre position à l annonceur, puis de signaler cet abus au prestataire de liens sponsorisés pour tenter d obtenir la cessation de cet usage. Google met par exemple à disposition des tiers une procédure rapide de réclamation en ligne en cas d usage illicite de leurs droits. Si cette procédure à l amiable ne donne pas de résultat, il faut alors recourir à la voie judiciaire. Il existe notamment une possibilité d agir en cessation pour obtenir rapidement l arrêt de l usage abusif. La jurisprudence, essentiellement française, admet évidemment qu il s agit de contrefaçon ou de concurrence déloyale de la part de l annonceur. La controverse se situe davantage sur la nature du rôle joué par la société qui fournit le service de référencement, dans la plupart des cas, Google, via son programme Ad- Words. Les fournisseurs de liens sponsorisés sont-ils coupables de contrefaçon de marque s ils proposent aux annonceurs d acheter des mots clés du nom de leurs concurrents? La jurisprudence a, dans chaque espèce, retenu la responsabilité de Google, en l assortissant parfois d une condamnation à des dommages-intérêts, et en rejetant systématiquement les arguments basés sur des limitations techniques qui l empêchaient de contrôler la légitimité du mot-clé choisi par un annonceur et sur le régime de responsabilité allégée au bénéfice des intermédiaires de stockage, instauré par l article 6 de la loi française du 22 juin 2004 (l équivalent de l article 19 de la loi belge du 11 mars 2003 sur certains aspects juridiques des services de la société de l information). Cette jurisprudence française pourrait le cas échéant s avérer très intéressante devant les juridictions belges, les deux pays partageant la même tradition juridique. L activité de prestataire publicitaire de Google ne saurait, selon la jurisprudence, être assimilée à une simple activité de stockage. Il a été estimé que le rôle de Google n était pas purement technique, et que si cette société n exerçait effectivement aucun contrôle sur le contenu des informations stockées dans les sites, elle détenait un rôle actif en proposant à ses clients une liste de mots clé dont la finalité est de susciter de nombreuses visites sur leur site commercial et d augmenter ainsi sa rétribution. Extrait de l'arrêt de la Cour constitutionnelle n 64/2007 du 18 avril 2007, p L'article 145, 3, 2, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques viole les articles 10 et 11 de la Constitution en ce qu'il prévoit, pour celui qui utilise un moyen de télécommunication afin d'importuner son correspondant, des peines plus lourdes que celles prévues par l'article 442bis du Code pénal. MB 13 juin JUIN Arrêté royal modifiant l'ar/cir 92 instaurant l'introduction obligatoire par voie électronique des fiches, des relevés récapitulatifs et des déclarations au précompte professionnel, p MB 14 juin MAI Protocole portant adaptation du Règlement d'exécution de la convention Benelux en matière de propriété intellectuelle (marques et dessins ou modèles), p MB 14 juin AVRIL Arrêté royal modifiant l'arrêté royal du 27 avril 1999 relatif à la force probante des données enregistrées, traitées, reproduites ou communiquées par les dispensateurs de soins et les organismes assureurs, p MB 18 juin 2007 Comité des utilisateurs du système d'information Phenix. Modification de l'avis du 15 juin 2006 relatif à la composition du comité des utilisateurs du système d'information Phenix. Remplacement d'un membre, p MB 28 juin MAI Décret flamand modifiant certaines dispositions des décrets relatifs à la radiodiffusion et à la télévision, coordonnés le 4 mars 2005, p MB 29 juin MAI Loi relative à la protection des consommateurs en ce qui concerne les services de radiotransmission et de radiodistribution, p MB 5 juillet MAI Décret flamand modifiant les articles 31 et 60 des décrets relatifs à la radiodiffusion et à la télévision, coordonnés le 25 janvier 1995, en ce qui concerne les services de radio et les services télévisés, p MB 6 juillet

7 8 JUIN Arrêté du Gouvernement flamand modifiant l'arrêté du Gouvernement flamand du 30 juin 2006 relatif à la procédure pour le "Vlaamse Regulator voor de Media" (Régulateur flamand pour les Médias), p MB 6 juillet AVRIL Arrêté royal portant des dispositions pour la fourniture de données de localisation pour des appels d'urgence émanant de réseaux mobiles conformément à l'article 107, par. 3, de la loi du 13 juin 2005 relative aux communications électroniques, p MB 12 juillet AVRIL Arrêté royal fixant les modalités de versement des contributions et des rétributions concernant le service universel des communications électroniques, p MB 12 juillet MAI Loi fixant un cadre juridique pour certains prestataires de services de confiance, p (concerne les prestataires de données électroniques) MB 17 juillet MAI Loi relative à la répression de la contrefaçon et de la piraterie de droits de propriété intellectuelle, p MB 18 juillet Il s agit donc d une «régie publicitaire» qui organise la rédaction des annonces, décide de leur présentation et de leur emplacement, met ensuite à la disposition des annonceurs des outils informatiques destinés à modifier la rédaction de ces annonces ou la sélection des mots clé qui permettront de les faire apparaître lors de l interrogation du moteur de recherche. Toutefois le raisonnement adopté pour condamner Google a subi une évolution : dans un premier temps, les juridictions ont condamné le moteur de recherches pour contrefaçon, parce que les mots-clés utilisés étaient protégés par un droit intellectuel exclusif et qu ils étaient utilisés sans le consentement de leur propriétaire. Par après, la jurisprudence s est dégagée de la notion de contrefaçon au profit de celle de la responsabilité civile de droit commun, faute de similarité entre les services de référencement et de publicité de Google et l activité de l entreprise dont le nom était employé. En effet, en vertu du principe de spécialité, seul l usage non autorisé d une marque pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux désignés par l enregistrement peut constituer un acte contrefaisant. En d autres termes, Google pourrait contrefaire la marque d un moteur de recherche, d une régie de mot clé, d un service mail, mais pas d un site de vente en ligne puisqu il n en édite pas lui-même. Les juridictions françaises ont toutefois considéré que la responsabilité civile de droit commun Google pouvait être engagée, dans la mesure où le moteur de recherche avait accepté que l annonceur choisisse la marque d un tiers pour attirer l internaute vers son propre site, favorisant ainsi une activité contrefaisante pour les besoins de son activité publicitaire. L assistance passive à la commission d actes de contrefaçon est donc considérée comme une faute qui a favorisé le dommage. Ce raisonnement basé sur la responsabilité civile présente toutefois un désavantage pour l entreprise victime. Contrairement à une action civile en contrefaçon, où le dommage est présumé, l application de la responsabilité civile de droit commun implique que le demandeur apporte la preuve de son dommage, ce qui peut s avérer difficile à démontrer. Les nombreuses décisions adoptant cette analyse l ont complétée par une obligation de mettre en œuvre procédures de contrôle et d alerte permettant de faire cesser sans délai de telles atteintes manifestes, voire des mesures de précaution pour ne pas faciliter à ses clients la commission d atteintes aux droits des tiers. Il faut également souligner que le Tribunal de grande instance de Paris s est estimé compétent pour statuer sur les reproductions de marques françaises sur google.de, dès lors que la recherche a été faite en français et que les résultats ont été déterminés en fonction de l origine géographique de l internaute, à partir de l adresse IP de son ordinateur. Cet élément est d importance lorsqu on voit la position adoptée par cette juridiction. Mais Google est-il en droit de refuser de son propre chef l autorisation d utiliser une marque comme mot clé? Cette question a récemment été soulevée par une entreprise qui a porté plainte contre Google sur ce sujet. Google a depuis lors modernisé sa plate-forme afin d essayer de maîtriser le nombre de plaintes à son encontre et Google invite donc les détenteurs de marques à décider eux-mêmes de la possibilité pour d autres entreprises, comme ses revendeurs ou des comparateurs de prix, d utiliser leur marque. Quel que soit le raisonnement adopté, Google n échappe plus à ses responsabilités. Le glissement du domaine de la contrefaçon vers celui de la responsabilité de droit commun ouvre de nouvelles voies à la mise en cause de la responsabilité de Google. D autres terrains que celui de la concurrence ou des pratiques commerciales déloyales pourraient en bénéficier. La responsabilité de Google a déjà souvent été mise en cause pour d autres motifs, notamment pour l ordre de classement des résultats d une recherche. On pourrait même imaginer qu à l avenir, vu le caractère incontournable qu a acquis Google, le fait qu il ne référence pas certains sites lui soit reproché. 6

8 Il ne faut dès lors pas craindre d affronter le géant Google si les liens commerciaux qu il affiche vous causent préjudice. On l a vu, le caractère incontournable et la position monopolistique du célèbre moteur de recherches ne le mettent pas à l abri de poursuites judiciaires. Technologies de l information est publiée par l association d avocats elegis Hannequart & Rasir Décision du CEPANI, 22 septembre 2006, La Poste c. D. Depuis novembre 2004, La Poste exploite des points de distribution de petite taille, dans des endroits réputés facilement accessibles à sa clientèle (supermarchés, librairies, etc.). Ces points de distribution sont appelés points Poste. Avec la collaboration de: Jean-François HENROTTE Alexandre CRUQUENAIRE Isabelle COLLARD Fanny COTON Soucieuse de protéger cette dénomination, La Poste a enregistré les marques «Point Poste» et «Postpunt». Un individu peu scrupuleux a toutefois tenté de tirer parti de la notoriété rapidement acquise par ces signes en réservant avant que les marques de La Poste ne soient enregistrées les noms de domaine «pointsposte.be» et «postpunten.be». Le Cepani a été saisi d une plainte déposée par La Poste et a rendu une décision intéressante à plus d un titre. Elle se prononce tout d abord sur la possibilité de recourir à la procédure Cepani lorsque le nom de domaine litigieux est enregistré alors que la marque invoquée n est pas encore officiellement enregistrée (I.). Elle aborde ensuite la question de l intérêt légitime que l on peut invoquer par rapport à l appropriation d un nom de domaine (II.). I. Les droits sur une marque en cours d enregistrement Le droit de marque n est attribué que par l enregistrement, mais le panel a construit un raisonnement intéressant afin de reconnaître l existence de droits sur la marque dès la publication du dépôt de la demande d enregistrement. La loi Benelux sur les marques (art. 12.4) permet au titulaire de marque de solliciter réparation pour les actes couverts par le droit exclusif qui seraient accomplis par un tiers entre le moment de la publication du dépôt et le moment de l enregistrement de la marque. Le panel en déduit que le titulaire de la marque jouit de «droits» sur la marque dès cette publication. Le titulaire de marque peut donc invoquer ces «droits», dans le cadre de la procédure Cepani, à l encontre d un nom de domaine enregistré durant cette période précédant l enregistrement de la marque. II. L intérêt légitime justifiant l appropriation d un nom de domaine Le titulaire des noms de domaine invoquait le fait qu il souhaitait diffuser de l information sur le fonctionnement des points poste. Selon lui, la liberté d expression justifiait la réservation et l utilisation des noms de domaine litigieux. Le panel a fort justement écarté cet argument en distinguant l intérêt que l on peut avoir à exprimer une opinion par rapport aux produits ou services distribués sous une marque donnée et l intérêt susceptible de justifier l appropriation d un nom de domaine correspondant à cette marque. Il est en principe légitime d exprimer une opinion sur une marque, mais il est par contre exclu qu une autre personne que le titulaire de cette marque puisse jouir de droits exclusifs sur un nom de domaine du type «lamarque.be». L opinion peut parfaitement s exprimer via un autre nom de domaine qui n est pas susceptible d induire les consommateurs en erreur quant à l identité de son titulaire («votreavissurlespointsposte.be» ou «critiquezlespointsposte.be», par exemple). La décision est disponible sur le site web du CEPANI : default.aspx?pid=294 (réf. DOM 44092) elegis Hannequart & Rasir Bruxelles Eupen Liège Namur Place des Nations Unies, Liège Tél. +32(0) Fax +32(0) Les informations publiées dans Technologies de l information sont données à titre de renseignements. Il ne s agit pas de consultations juridiques portant sur des situations déterminées. Les destinataires de cette lettre d informations sont informés par la présente de ce qu ils sont enregistrés dans un fichier établi en vue de l envoi de la lettre d informations et dont elegis Hannequart & Rasir SCRL est responsable du traitement. Le cas échéant, ils peuvent demander l application de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée pour recevoir communication des données portant sur eux et demandeur leur rectification ou leur suppression. Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source. 7 Prochain numéro Février 2008

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Luik Onderwerp Assurance. Garantie R.C. après livraison. Contrat. Mauvaise exécution du contrat. L'obligation de délivrance n'est pas couverte par la garantie souscrite auprès

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Arbeidshof te Bergen Onderwerp Contrats de travail. Réglementation générale. Diminution des prestations de travail pour raisons médicales. Assiette de calcul de l'indemnité de rupture Datum

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Bergen Onderwerp Divorce. Loi du 27 avril 2007 réformant le divorce. Droit transitoire. Application de la loi aux procédures en cours au 1er septembre 2007 Datum 15 april 2008

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Consumentenkrediet. Kredietovereenkomst Datum 7 januari 2008 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van te nemen dat de inhoud van dit document onderworpen kan zijn

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Landverzekering. Overeenkomst. Verschillende risico's. Verzwijging of onjuiste mededeling. Nietigheid. Datum 9 juni 2006 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Art.341 WIB 1992. Indiciaire aanslag. Inlichtingen door de belastingplichtige verstrekt in antwoord op een vraag om inlichtingen omtrent zijn privéleven. Datum 4 januari

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling hof van cassatie Onderwerp Vennootschappen. Fusie door overneming. Invloed op het verloop van een procedure waarin de overgenomen vennootschap partij is Datum 26 mei 2011 Copyright and disclaimer

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Rechtbank van Eerste Aanleg te Nijvel Onderwerp Divorce. Pension alimentaire. Epoux dans le besoin. Couvrir au moins l'état de besoin du bénéficiaire. Notion Datum 13 mei 2008 Copyright and

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Brussel Onderwerp Divorce. Détermination de l'hébergement principal. Installation d'un des parents à l'étranger Datum 2 februari 2009 Copyright and disclaimer Gelieve er nota

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Curator. Hypothecaire inschrijving namens de gezamenlijke schuldeisers Datum 2 mei 2013 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan onderworpen zijn aan

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Arbeidshof te Luik Onderwerp Contrat de travail. Subordination. Gardienne d'enfants agréée à domicile. Contrat sui generis. Convention des parties Datum 17 juni 2008 Copyright and disclaimer

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Wet 21 november 1989. Artikel 29bis. Slachtoffer. Zwakke weggebruiker volledig aansprakelijk voor het ongeval. Rechthebbenden. Gevolgschade. Vergoeding. Verzekeraar

Plus en détail

Auteur. Onderwerp. Datum

Auteur. Onderwerp. Datum Auteur Elegis - Banque & Finance www.elegis.be Onderwerp Résiliation abusive d un compte Carpa Datum 15 mars 2007 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van te nemen dat de inhoud van dit document onderworpen

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling hof van beroep Luik Onderwerp Mission du curateur d'une faillite. Homologation des transactions. Objet de la mise à la cause du failli. Prépondérance donnée aux intérêts des créanciers Datum

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise.

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise. - CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL Affaire n 44308: centre-medical-louise.be 1. Les parties 1.1. La plaignante

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986

Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 Loi fédérale contre la concurrence déloyale (LCD) du 19 décembre 1986 (État le 10 décembre 2002) 241 TABLE DES MATIÈRES Articles Chapitre premier : But... 1 er Chapitre 2 : Section 1 : Section 2 : Section

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

La saisie-contrefaçon Présentation générale

La saisie-contrefaçon Présentation générale SciencesPo Master Droit Économique, Spécialité Propriété Intellectuelle Assurer la preuve (2/6), Présentation générale Isabelle ROMET Paris Lyon www.veron.com Plan 1. Les textes 2. Principes généraux 3.

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

TITRE IX- Des noms de domaine

TITRE IX- Des noms de domaine TITRE IX- Des noms de domaine Présentation des textes Les noms de domaine sur l'internet ont à la fois une fonction technique et une fonction d'identification des services de communication en ligne. Le

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Chris Imprimerie EURL au capital de 1000 euros 40 chemin de la Parette 13012 Marseille Siret 527 861 058 00016 TVA Intracom FR83527861058 Les rapports de la Société Chris

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet informatiquetélécominternet Conditions Générales de Vente Internet www.teicee.com 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN Table des matières 1 Identification de l entreprise 3 2 Objet 3 3 Conditions de vente

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Contrat d abonnement SITE internet

Contrat d abonnement SITE internet WEB-CREATION, LELONG Jean-Charles, 16, rue Caqué 51100 Reims SIRET : 422 130 591 00023 e-mail : contact@mon-coiffeur.fr Contrat d abonnement SITE internet Nom de l entreprise :... Adresse de l entreprise

Plus en détail

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement

Gérer un litige lié à des travaux dans un logement L habitat COMPRENDRE Gérer un litige lié à des travaux dans un logement Les bons réflexes à adopter en cas de différend avec un professionnel Édition : avril 2015 Des informations juridiques à connaître

Plus en détail

Numéro du rôle : 5615. Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5615. Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5615 Arrêt n 25/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis, 1er, alinéa 2, de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours

Article 1 : Objet. Article 2 : Organisation et dates du Concours Règlement du Concours «Un week-end à la campagne» Certifié concours équitable naturapics http://www.naturapics.com/la-certification-concours-equitablenaturapics/ Article 1 : Objet Wipplay.com (dénommé

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A.

REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A. REGLEMENT- CADRE DES JEUX OU CONCOURS ORGANISES PAR NRJ S.A. 1. OBJET NRJ s.a. propose sur antenne, sur son site ou blog ou toute autre adresse de substitution, ainsi que sur les sites partenaires de NRJ

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Gare au référencement payant! Google Adwords

Gare au référencement payant! Google Adwords Gare au référencement payant! Google Adwords par France Charruyer, Société d'avocats ALTIJ, Associé fondateur I/ Comment ça marche : Le Fonctionnement du programme publicitaire Google Adwords Google exploite

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Onroerend goed. Makelaarsactiviteiten. Opsporing van kopers. Notaris. Geoorloofd karakter Datum 11 juni 2010 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet?

Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? > Accueil > Le Droit en pratique > Fiches pratiques Quelles sont les informations légales à faire figurer sur un site Internet? Le site Internet est un vecteur d informations. Mais il en collecte également,

Plus en détail

LE LIVRE BLANC DU RÉSEAU ANTI-ARNAQUES

LE LIVRE BLANC DU RÉSEAU ANTI-ARNAQUES LE LIVRE BLANC DU RÉSEAU ANTI-ARNAQUES 10 propositions pour améliorer la protection du consommateur en matière d offres promotionnelles et d arnaques de la consommation 15 novembre 2004 CONTEXTE L UFC-QUE

Plus en détail

Contrat d'abonnement A l'offre NetBox

Contrat d'abonnement A l'offre NetBox Contrat d'abonnement A l'offre NetBox Identification du Client Personne physique ou professionnelle Non & Prénom M. Mme Mlle Date de naisance Nationalité Pièce d identité (1) CIN Passeport N 0 : Date et

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME?

LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? Conférence APECA : La dématérialisation, réelle opportunité pour les PME? LCEN, loi Chatel et LME : quelles conséquences pour les PME? 7 avril 2009 Denise Lebeau-Marianna Avocat, Baker & McKenzie SCP denise.lebeau_marianna@bakernet.com

Plus en détail

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz. Conditions générales Mercedes-Benz Accessories GmbH Une société du groupe Daimler Conditions Générales de Vente d applications pour le Système de Commande en Ligne via la Boutique d Applications Mercedes-Benz.

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement.

Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société O 2 Développement. Mentions légales Le présent site accessible à l adresse http://www.o2.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de la société Il est édité par la société Développement, SAS au capital de 737 600 euros,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE D ESPACES PUBLICITAIRES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE D ESPACES PUBLICITAIRES CONDITIONS GENERALES DE VENTE D ESPACES PUBLICITAIRES Conditions générales de vente d espaces publicitaires par La Voix du Nord sur les sites Lavoixdunord.fr, Nordeclair.fr, Nordlittoral.fr, Lavoixaufeminin.fr,

Plus en détail

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le 24 octobre 1999 Traduction

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

Conditions générales d utilisation 1 Juillet 2013 SOMMAIRE... 1 PREAMBULE... 2 ARTICLE 1 : DEFINITIONS... 2 ARTICLE 2 : OBJET... 2

Conditions générales d utilisation 1 Juillet 2013 SOMMAIRE... 1 PREAMBULE... 2 ARTICLE 1 : DEFINITIONS... 2 ARTICLE 2 : OBJET... 2 Conditions générales d utilisation Sommaire SOMMAIRE... 1 PREAMBULE... 2 ARTICLE 1 : DEFINITIONS... 2 ARTICLE 2 : OBJET... 2 ARTICLE 3 : VENTE EN LIGNE... 2 ARTICLE 3.1 : TRAITEMENT DE LA COMMANDE... 2

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES VENTE

CONDITIONS GENERALES VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 Article 1. AUTOEASY.FR : AutoEasy.fr est une marque déposée, toute contrefaçon ou utilisation non autorisée peut faire l'objet de poursuites pénales. Les conditions générales

Plus en détail

«Données INFORAD» : les données collectées via les Assistants d Aide à la Conduite et traitées par TILOLI, PIXITIS ou les partenaires

«Données INFORAD» : les données collectées via les Assistants d Aide à la Conduite et traitées par TILOLI, PIXITIS ou les partenaires CONDITIONS GENERALES DE VENTE DES PRODUITS INFORAD 1. Définitions : Les termes ci-dessous, auront entre les parties la signification suivante : «Assistants d Aide à la Conduite» ou «AAC» : les équipements

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

IP, IT & TMT. Editorial. Sommaire. Bonjour, La Commission européenne va promouvoir la facturation électronique...2

IP, IT & TMT. Editorial. Sommaire. Bonjour, La Commission européenne va promouvoir la facturation électronique...2 Lettre bimestrielle d information juridique Sommaire Editorial Bonjour, La Commission européenne va promouvoir la facturation électronique...2 Révision des directives européennes en matière de protection

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MEDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be 1. Les parties 1.1. Le Plaignant

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Règlement du jeu «RichesMonts La Raclette et la Tartiflette Autrement»

Règlement du jeu «RichesMonts La Raclette et la Tartiflette Autrement» Règlement du jeu «RichesMonts La Raclette et la Tartiflette Autrement» ARTICLE 1 SOCIETE ORGANISATRICE La société COMPAGNIE DES FROMAGES & RICHESMONTS (ci-après «l Organisateur»), société en commandite

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org

Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Licence ODbL (Open Database Licence) - IdéesLibres.org Stipulations liminaires La licence ODbL (Open Database License) est un contrat de licence ayant pour objet d autoriser les utilisateurs à partager,

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat de DOLEAD, SAS au capital de 120.840, dont le siège social se situe au 14 boulevard Poissonnière, 75009 Paris, RCS PARIS

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS

LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS LA NOUVELLE LEGISLATION BELGE RELATIVE AUX PARIS SPORTIFS Présentation, Points principaux, Analyse, Fiscalité Bruxelles, 18.11.2010 Thibault Verbiest www.ulys.net Avocat aux barreaux de Bruxelles et de

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets Loi sur le Tribunal fédéral des brevets (LTFB) 173.41 du 20 mars 2009 (Etat le 1 er mars 2010) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art.191a, al. 3, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. Elles se conforment aux obligations faites par la Loi du 4 août 2008 sur

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat de DOLEAD, SAS au capital de 120.840, dont le siège social se situe au 14 boulevard Poissonnière, 75009 Paris, RCS PARIS

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles

Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Acheter sur internet: réglementation et contrôle, pièges à éviter, conseils utiles Journée de formation Clés pour consommer intelligemment Fraud Prevention Month 14 mars 2014 PROGRAMME Réglementation et

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail