Verbatim La déposition du général Rondot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Verbatim La déposition du général Rondot"

Transcription

1 Verbatim La déposition du général Rondot LeMonde.fr publie l essentiel de l audition du général Philippe Rondot par les juges d instruction Jean-Marie d Huy et Henri Pons, le 28 mars Le texte ci-dessous est la transcription du procès-verbal original, établie par la rédaction du Monde. Quelle est votre connaissance de l affaire dite du Corbeau et connaissez-vous Imad Lahoud et Jean-Louis Gergorin, dont les noms ont été évoqués dans cette affaire? Bien sûr que je connais Jean-Louis Gergorin ; je l ai connu lorsque ayant quitté le Service de documentation extérieure et de contreespionnage, ancêtre de la DGSE, dans les années 80, j ai cherché un point de chute qui a été le Centre d études de politique étrangère, dirigé par Thierry de Montbrial. A cette occasion, j ai rencontré Jean- Louis Gergorin, qui dirigeait le centre d analyse et de prévision du ministère des affaires étrangères, qui avait pris la suite de Thierry de Montbrial car il participait souvent aux séances de travail du Centre d études de politique étrangère. C est là que nous avons fait connaissance. C était à la fin des années 70, au début des années 80.. Puis j ai quitté le Centre d études de politique étrangère pour rejoindre le Centre des hautes études sur l Afrique et l Asie moderne. C est ce que l on peut appeler ma période universitaire où j ai mis à profit cette disponibilité pour passer un certain nombre de diplômes universitaires, jusqu au doctorat en relations internationales. C était une période de guerre au Moyen-Orient, au Liban, en Syrie et en Irak (guerre avec l Iran) et Jean-Louis Gergorin a fait appel à moi en qualité de consultant au centre qu il dirigeait s agissant des problèmes du monde arabe et musulman, ainsi que des organisations radicales palestiniennes, sujets sur lesquels je travaillais depuis quelques années. J ai fait des missions extérieures d évaluation sur les conflits en cours en me rendant sur le terrain au Liban, en Syrie et en Irak et j ai rédigé des comptes-rendus destinés au Centre d analyse et de prévision ainsi qu à l état-major particulier à l Elysée. Durant cette période, j ai été approché par la DST pour lui apporter une coopération opérationnelle à l étranger, dans le cadre de la lutte antiterroriste. J ai ainsi rencontré Raymond Nart, commissaire divisionnaire à la DST, par l intermédiaire de Jean-Louis Gergorin.

2 J ai ensuite intégré la DST, à la demande du préfet directeur de la DST de l époque, M. Bernard Gérard. Cela se passait autour de Depuis, je suis resté en contact plus ou moins régulier avec Jean- Louis Gergorin. Ma dernière rencontre avec lui remonte à février Qu en est-il de votre connaissance d Imad Lahoud? Imad Lahoud m a été présenté par Jean-Louis Gergorin en janvier 2003, comme un Libanais frère de Marwan Lahoud, fils d un officier des renseignements libanais, comme pouvant présenter un intérêt pour nous dans le cadre de la lutte antiterroriste. Donc, j ai reçu Imad Lahoud pour faire son évaluation. Il m est apparu qu il avait des connaissances intéressantes sur les réseaux de financement radicaux, particulièrement ceux d Oussama Ben Laden. N ayant pas les moyens de le traiter, je l ai mis en contact avec la DGSE, qui s en est occupée pendant un semestre à peu près. J étais informé plus ou moins précisément des résultats de cette opération par le directeur du renseignement de la DGSE, M. Alain Juillet. Il m a dit que c était un personnage intéressant, qu il y avait effectivement des ouvertures, qu il semblait bien introduit dans les milieux financiers radicaux islamistes libanais, et qu il avait peut-être la capacité d approcher les réseaux financiers d Oussama Ben Laden. Etiez vous informés des ennuis judiciaires de M. Imad Lahoud? Quand il m a été présenté, non. J en ai eu connaissance quand j ai fait faire son criblage, c est-à-dire une recherche sur ses antécédents aux fins de déterminer s il était clair ou non, par la DGSE en février Je m en étais d ailleurs expliqué avec lui au moment où je l ai recruté, ses ennuis judiciaires étant selon lui en voie de règlement. Je précise que lorsque Imad Lahoud m a été présenté, j exerçais les fonctions de conseiller pour le renseignement et les opérations spéciales (CROS) auprès du ministre de la défense. J ai commencé à exercer ces fonctions en 1991 auprès de M. Joxe, jusqu à la fin du gouvernement Bérégovoy, en mars 1993, époque à laquelle j ai rejoint la DST, en charge de la lutte antiterroriste et de la traque de Carlos. J ai repris ce poste de CROS auprès de M. Alain Richard, ministre de la défense du gouvernement Jospin, à partir de septembre J ai continué à exercer ces fonctions jusqu au terme des fonctions de M.

3 Richard, en mai 2002, et j ai été reconduit aux mêmes fonctions par Mme Alliot-Marie, qui lui avait succédé. J ai cessé d exercer ces fonctions le 31 décembre Revenons à votre connaissance de l affaire dite du Corbeau, de l élaboration et de la transmission des lettres anonymes et des listings de comptes Clearstream à M. Van Ruymbeke. Après la séparation entre Imad Lahoud et la DGSE, intervenue à la fin du premier semestre 2003, qui trouvait que le personnage ne lui apportait pas ce qu elle attendait et qu il n était pas facile à traiter ou à manipuler, Imad Lahoud m a fait part de sa déception et j ai continué à utiliser ses compétences, ses connaissances et ses accès sur les réseaux financiers et les proches d Oussama Ben laden, tout particulièrement sur le demi-frère de celui-ci, Yeslam. Imad Lahoud m a fourni des renseignements de manière disparate, irrégulière et de valeur inégale. Je lui ai demandé en même temps s il était capable de travailler sur les réseaux financiers de soutien des criminels de guerre en Bosnie. Les recherches qu il a effectuées confirmaient ce que je savais déjà et son travail ne m a pas véritablement apporté un plus. Cela correspond à la période de septembre à novembre 2003, pendant laquelle je continuais à voir moins fréquemment Jean-Louis Gergorin. Entre-temps, Imad Lahoud avait un contrat ou trouvé un emploi à EADS. Le fait qu Imad Lahoud ait ainsi pu collaborer à EADS alors qu il faisait l objet d une procédure judiciaire dans le cadre de laquelle il avait été incarcéré, ne vous a-t-il pas paru surprenant, eu égard à la sensibilité de la société EADS? Cela ne m a pas étonné car c était quelqu un de connu de Jean-Louis Gergorin. Il y avait par ailleurs des liens entre Jean-Louis Gergorin et Marwan Lahoud, frère d Imad Lahoud. En effet, ML avait un poste de directeur dans une entreprise liée à l aéronautique et c était aussi un interlocuteur de Gergorin. Pour autant, lorsque Imad Lahoud a fait l objet d une procédure d habilitation «confidentiel défense» par le secrétariat général de la défense nationale, quelque temps plus tard, sans que je puisse être plus précis à ce sujet, j ai fait part au général Barrot, chef de la Direction de la protection et de la sécurité et de la défense, de mises en garde orales quant au risque que présentait une

4 telle habilitation d Imad Lahoud. En effet, il ne correspondait pas aux critères d habilitation, eu égard à son passé judiciaire. Je pense donc que la DPSD a du émettre un avis défavorable pour cette habilitation de même que probablement la DST, que j avais également mise en garde à ce sujet en la personne de M. Jean-François Clair, directeuradjoint de la DST à l époque. Je ne sais pas si Imad Lahoud a effectivement obtenu cette habilitation «confidentiel défense» dont je vous précise qu elle est décidée par le secrétaire général de la défense nationale en personne, mais si tel était le cas, cela me paraîtrait anormal et la marque d une intervention pour décider d une telle habilitation en dépit des risques encourus. Cela signifierait que le ou les décisionnaires de cette habilitation auraient pensé que ces risques valaient le coup d être pris, compte tenu de l apport d Imad Lahoud à l entreprise EADS. Quand je parle de «risques», je parle de risques d image pour la société EADS en cas de condamnation de Lahoud, mais également du risque de renouvellement de faits délictueux par l intéressé au sein même de la société EADS. Début novembre 2003, il y a eu une sorte de bruit, de rumeur qui se répand selon laquelle certains ont connaissance d une liste de personnalités et de fonctionnaires ayant pu bénéficier de rétrocommissions dans l affaire des frégates qui circule. A ce moment-là, au cours d une conversation avec Jean-Louis Gergorin, le sujet est évoqué et Jean-Louis Gergorin, avec lequel j avais auparavant échangé sur certaines rumeurs selon lesquelles la mort de M. Lagardère père aurait eu pour origine la criminalité organisée russe, m a confirmé l existence de cette rumeur. Lors de cet entretien, M. Gergorin m a remis un listing informatisé comportant des numéros de comptes, des noms, la mention d entrées et de sorties de fonds, de mouvements, ce listing faisant deux ou trois pages. Je ne crois pas que ce listing portait la mention de Clearstream. Cet entretien et cette remise de documents ont eu lieu dans mon bureau, situé 16, rue Saint-Dominique au ministère de la défense. Ayant ce document en main et regardant les noms inscrits, je me suis étonné la présence d hommes politiques de droite et de gauche messieurs Rocard, Strauss-Kahn, Fabius ainsi que Madelin. Je ne suis pas sûr que le nom de Sarkozy était présent sur cette première liste mais peut-être figurait-il sous les autres patronymes de Bocsa et Nagy.

5 Mais ce ne sont pas les hommes politiques qui m ont le plus surpris, ce sont plutôt les noms de fonctionnaires et militaires appartenant à nos services : le général Heinrich, ancien directeur du Renseignement militaire, M. Martini, chargé de la défense du patrimoine à la DST, M. Squarcini, numéro 2 des Renseignements généraux, M. Gilbert Flam, magistrat en détachement à la DGSE, M. Alain Chouet, responsable du contre-espionnage à la DGSE et supérieur de M. Gilbert Flam, le colonel Klebnikoff, ancien du SGDN puis responsable de Thomson our les Etats-Unis, avant d exercer à l époque des faits la direction d une ONG s occupant de la reconstruction d un village en Chine. La liste comprenait également les noms de Gomez, Delmas et Martinez, ainsi que les vedettes du show-biz Alizée et Laetitia Casta. Il y avait également Jean-Pierre Joulin, qui est journaliste me semblet-il, ainsi que des Russes, un suisse dirigeant une société de sécurité dont le nom m échappe, deux ou trois personnes italiennes. En tout cas, il devait y avoir une centaine de noms. [NDLR : Aucune de ces personnalités n a en définitive été convaincue de détenir le moindre compte à l étranger via la société Clearstream] Le nom de Clearstream n apparaissait pas sur ce listing, mais Gergorin m avait dit que les comptes dont il était question sur ce listing étaient des comptes ouverts chez Clearstream, qui était une chambre de compensation, d après ce que m en avait dit Gergorin. Celui-ci m avait également précisé que Clearstream était installé au Luxembourg. Le nom de Clearstream me disait quelque chose à travers la publicité qui en avait été faite lors des procès ayant opposé Clearstream au journaliste Denis Robert. Je précise que sur ce listing apparaissait une liste de mouvements financiers venant créditer et débiter des comptes ouverts chez Clearstream au nom de Gomez et principalement de Delmas. Il comportait les mentions suivantes, de gauche à droite : un numéro de six chiffres, correspondant soit à un numéro de compte soit à un ordre de virement ; avant ou après ce numéro, une date d opération ; le nom et le prénom du titulaire du compte ; la somme en dollars et le numéro du compte à créditer, ainsi que la banque où était ouvert ce compte. Ce listing était en fait une liste de mouvements de fonds créditant les deux comptes au nom de Gomez et Delmas et débitant ces deux comptes. Les virements au débit de ces deux comptes

6 créditaient divers comptes ouverts au nom de personnalités que je vous ai citées plus haut, dans différentes banques : une française, en l occurrence le Crédit Lyonnais, s agissant du compte ouvert en France au nom de Martini, et d autres banques étrangères, suisses et italiennes notamment. J indique également que figuraient parmi les noms des titulaires des comptes mentionnés sur ce listing des noms de sociétés étrangères, principalement de Russie et d Italie. Dès le lendemain de cet entretien, soit vers le 15 novembre 2003, j ai rendu compte à M. Philippe Marland, directeur de cabinet de Mme la ministre de la défense, de la teneur de l entretien avec M. Gergorin et des documents que celui-ci m avait remis. J ai proposé à M. Marland d entamer des recherches pour vérifier si les personnels relevant du ministère de la défense, plus M. Martini, qui appartenait à la DST, possédaient réellement un compte chez Clearstream. M. Marland m a donné son feu vert pour mener mes investigations en me disant de limiter mes recherches aux personnels relevant des services, et que si cela prenait de la consistance, de lui faire un compte-rendu qui serait porté à la connaissance du ministre le moment venu. Jusqu à Noël 2003, j ai évalué comment j allais m y prendre, j ai vérifié quelles fonctions occupaient à ce moment les personnes qui étaient citées sur ces listings. J ai pris conscience que cela devait être important car entre-temps, j ai été convoqué par Dominique de Villepin, alors ministre des affaires étrangères, par l intermédiaire de son secrétariat et par téléphone. Cette convocation a dû intervenir le 4 ou le 5, pour une réunion qui s est tenue, ainsi que cela apparaît dans les notes que vous avez saisies à mon domicile, le 9 janvier 2004 dans le bureau de M. de Villepin au ministère des affaires étrangères. J ignorais l objet de cette convocation mais je me doutais qu elle pouvait avoir un rapport avec les listings informatisés que m avait remis Gergorin. En effet, M. de Villepin connaît depuis longtemps Jean-Louis Gergorin pour avoir travaillé sous les ordres de celui-ci au sein du Centre d analyse et de prévision du ministère des affaires étrangères, en qualité de spécialiste des affaires africaines. J explique cette convocation de M. de Villepin de participer à cette réunion par plusieurs raisons. La première était que quand M. de Villepin était secrétaire général de l Elysée auprès de M. Chirac, président de la République, j avais été

7 missionné officiellement et directement par M. Chirac en présence de Dominique de Villepin et à la connaissance d Alain Richard, ministre de la défense de l époque, pour démêler ce qu on appelle «l affaire japonaise». Cette affaire n est pas secrète puisque la presse s en était fait l écho début 2002 et que Franz-Olivier Giesbert la rapporte dans son dernier livre sur le président Chirac en reprenant les propos du président à mon endroit. Cette affaire était la suivante : un officier de la DGSE avait dénoncé au début de l année 2002, environ trois mois avant l élection présidentielle, l existence d une supposée machination animée au sein de la DGSE par une petite équipe dont Gilbert Flam serait l animateur. A partir de renseignements recueillis soit par Gilbert Flam, soit par ses collaborateurs, le but était de mettre en cause le président à travers l existence d un compte bancaire que le président possédait dans une banque japonaise. Ce compte était alimenté par le versement régulier d une somme très importante, dont je n ai pas le montant précis en tête, provenant d une fondation culturelle dont M. Chirac était membre du conseil d administration. ( ) A ma connaissance, ce compte avait été ouvert en J étais chargé de vérifier si les fonctionnaires de la DGSE, n avaient pas essayé, hors de leur hiérarchie, de monter un dossier contre le président, en révélant le compte de celui-ci au Japon. Cette enquête interne au sein de la DGSE a été diligentée par le général Champtiaux, qui avait été désigné pour y procéder par M. Cousserand, alors directeur général de la DGSE. Pour ma part, je devais suivre les développements de cette enquête interne sous l égide du président de la République et du ministre de la défense, mais je n ai par la suite rendu compte qu au ministre de la défense puisque je n ai plus jamais revu M. Chirac à ce sujet, les comptes-rendu lui ayant été faits par M. Richard en personne. Ma conclusion suite aux vérifications internes à la DGSE que j ai suivies était que cette affaire était assez trouble et qu il y avait probablement un fond de vérité. D ailleurs, les gens impliqués dans ce dossier avaient été écartés de leurs fonctions, notamment M. Cousserand puis M. Gilbert Flam, à l initiative du successeur de M. Cousserand, M. Pierre Brochand, actuel directeur général de la DGSE et frère de Bernard Brochand. Pour autant, j ai considéré que l action de M. Gilbert Flam s inscrivait dans le cadre normal de ses compétences au sein de la DGSE.

8 La deuxième cause qui me paraissait justifier cette convocation auprès de M. de Villepin était que je connaissais celui-ci depuis longtemps, pour avoir travaillé avec lui au Centre d analyse et de prévision à l époque dirigé par Jean-Louis Gergorin. La troisième était que je connaissais M. Gergorin, tout comme M. de Villepin. Lors de cette réunion, je suis arrivé le premier dans le bureau de M. de Villepin, et une ou deux minutes après, M. Gergorin s est également présenté dans le bureau de M. de Villepin. J étais assez surpris de le voir arriver. M. Gergorin a sorti de la poche intérieure de sa veste un papier : c était le même listing, comportant des noms et des numéros de comptes, qu il m avait remis à la mi-novembre M. de Villepin a pris la parole le premier, a parlé de cette entreprise assez énorme mettant en cause les hauts fonctionnaires, des ministres et personnalités politiques, et M. Gergorin a dit qu il s agissait de la liste de comptes Clearstream. Dans mon souvenir, M. de Villepin n a pas parlé le premier de Clearstream. M. de Villepin m a alors fait part des instructions qu il avait reçues au sujet de cette affaire des listings de comptes Clearstream de la part de M. Chirac, président de la République. Ces instructions étaient les suivantes : il s agissait de vérifier la validité de cette liste de comptes pour savoir si oui ou non les personnalités qui étaient citées possèdaient un compte Clearstream ainsi que cela était mentionné sur ces listings. Lors de cette réunion, M. de Villepin n a pas découvert cette affaire de listings de comptes Clearstream, puisqu il avait reçu à ce sujet des instructions du président de la République. Je présume que le président de la République avait été informé de cette affaire à la fin de l année 2003, ou tout au début de l année 2004 par l intermédiaire de M. de Villepin, lui même informé par M. Gergorin. Bien sûr, M. de Villepin était informé de cette affaire par M. Gergorin et compte tenu de l énormité de ce qu on nous présentait, je présume qu il en a rendu compte à M. Chirac. La consigne du président de la République était également d agir avec précaution, discernement et discrétion car l affaire était grave, que les mises en cause soient fondées ou pas, et qu elle pouvait donc avoir des conséquences politiques. Parmi les personnes citées comme titulaires de comptes Clearstream, le nom de M. Sarkozy a été évoqué lors de cette réunion, mais il n y a

9 pas eu de fixation particulière à ce sujet. Je vous précise à ce propos que dès que j avais examiné la liste de comptes que m avait remise M. Gergorin à la mi-novembre 2003, j avais fait un rapprochement entre la personne de M. Sarkozy et les deux patronymes Bocsa et Nagy figurant sur ces listings, en faisant des vérifications sur le Who s who. M. de Villepin m a demandé de travailler sur cette affaire comme je le fais d habitude c est-à-dire en solitaire, avec mes moyens pour valider ou non les renseignements figurant sur ces listings. Je vous précise que bien que j aie une relation très amicale avec Dominique de Villepin, je n avais jamais été convoqué par lui dans ces conditions, sauf le précédent de l affaire japonaise, lorsqu il était secrétaire général de l Elysée. J ai donc commencé mon travail de recherches et de vérifications. (Mention : à la demande de M. Rondot, l audition est supendue à 18h14. Reprise à 18h30) J ai alors repris la liste que m avait remise M. Gergorin, je me suis intéressé en priorité au cas de M. Jean-Jacques Martini et ce pour plusieurs raisons. Tout d abord, c est un ami que je connais bien pour l avoir côtoyé à la DST et je ne pouvais l imaginer inscrit sur une telle liste. J avais un a priori favorable à son endroit, j ai donc fait une vérification technique le concernant. Comme sur le listing que m avait remis Gergorin il y avait un élément technique que je pouvais vérifier tout de suite, j ai procédé à cette vérification. En effet, il était indiqué sur le listing que Jean-Jacques Martini avait bénéficié d un virement de fonds émis par M. Delmas au crédit de son compte Crédit Lyonnais en France. Comme je suis moi-même titulaire d un compte au Crédit Lyonnais, j ai essayé de procéder à un virement à partir de mon propre compte et au crédit du compte qui était indiqué comme celui de M. Martini, à partir d un guichet automatique. Mais cela n a pas marché, car le numéro de compte de M. Martini apparaissait incorrect et ne permettait pas de réaliser l opération. J ai fait valider cette première constatation en demandant à une personne dont je ne me souviens plus le nom, ni le service pour lequel elle travaille, de prendre contact auprès du Crédit lyonnais pour vérifier la validité du compte qui serait celui de M. Martini et le nom du titulaire. Cette personne m a alors dit qu elle connaissait elle-même une autre personne travaillant au Crédit lyonnais lui permettant d effectuer une telle opération. Elle m a alors

10 parlé de M. Wack, en me disant qu il s agissait d un ancien policier qui travaillait au Crédit lyonnais et qui était chargé de la sécurité. Cette personne a dû aller voir M. Wack ou lui téléphoner. La réponse était que le compte imputé à Martini sur le listing de Gergorin n existait pas dans les livres du Crédit lyonnais. J ai également procédé à des vérifications humaines. C est ainsi que j ai rencontré certaines personnes citées comme bénéficiaires de virements sur les listings de M. Gergorin. J ai ainsi rencontré M. Martini, M. Klebnikoff, le général Heinrich, ainsi que Philippe Delmas. Je ne leur ai pas parlé des comptes lors de ces rencontres, mais j ai essayé de sentir l ambiance. S agissant du général Heinrich, il était conseiller-président de la société Geos, société d intelligence économique. Je savais par ailleurs que M. Delmas recherchait un responsable de la sécurité chez Airbus, pour remplacer un ancien commissaire de la DST ( ) J ai fait part de cette opportunité à M. Heinrich et celui-ci m a répondu qu il ne connaissait pas M. Delmas, mais qu il était intéressé par le poste et à sa demande, je lui ai donné les coordonnées de M. Delmas. Cette réponse de M. Heinrich, selon laquelle il ne connaissait pas M. Delmas, m a fait penser que le fait qu il ait reçu de l argent de M. Delmas, ainsi que cela était mentionné sur le listing de Gergorin ne collait pas avec le personnage. S agissant de M. Klebnikoff, j ai fait le tour du personnage. Lorsque je l ai rencontré, il m a retracé son itinéraire auprès de M. Gomez. Il m a dit qu à la suite d une mésentente avec celui-c i en 1994, il avait quitté Thomson et s était installé en Suisse, où il avait une activité de consultant dans le domaine de l intelligence économique, d abord à titre indépendant, ensuite au profit d un riche homme d affaire helvétique dont le nom m échappe. Le fait que M. Klebnikoff était en contact avec M. Gomez, lequel apparaissait également sur le listing de M. Gergorin, m a fait avoir des doutes quant au fait que M. Klebnikoff ait pu bénéficier des virements mentionnés sur ledit listing. Mais la preuve déterminante dans mes investigations m a été rapportée dans le cadre d investigations auxquelles j ai fait procéder en Suisse. Nous étions alors vers la mi-juillet 2004, l article du Point venait de sortir pour révéler l affaire du corbeau. J indique qu à cette époque et tout au long de mes investigations, je tenais au courant M. Marland de l état d avancement de mes vérifications, au cours de réunions hebdomadaires en sa seule présence. Il était évident que

11 Mme la ministre devait être informée de la teneur de ces réunions par son directeur de cabinet. Je me suis donc rendu à Berne, vers la mi-juillet 2004, en utilisant un avion de liaison ministériel, un DBM 700, faisant partie de la flotte du GAEL, ex-glam. J étais seul lors de ce voyage, il y avait deux pilotes. Je me suis rendu à Berne, où se trouve la Sûreté d Etat suisse, c est à dire les services spéciaux suisses. J ai rencontré deux fonctionnaires que je connaissais bien et de manière officieuse et sur leur insistance, je leur ai remis des numéros de comptes accompagnés de noms de banques, mais sans préciser l identité des titulaires de ces comptes. Il s agissait là de numéros et de noms de banques suisses qui se trouvaient sur le listing Gergorin. Les titulaires de ces comptes tels qu ils étaient mentionnés sur le listing Gergorin étaient M. Marchiani, des ressortissants suisses, le patron d une société de sécurité suisse dont le nom m échappe tout comme celui de ce ressortissant. Dans les deux jours, j ai eu une réponse par téléphone de mes contacts en Suisse. Il m a été indiqué par ceux-ci que les banques suisses dans les livres desquels ces trois comptes étaient censés être ouverts avaient répondu que la présentation et les numéros de ces comptes n étaient pas conformes. En fait, j avais donné le nom de deux banques : la banque zurichoise et la banque de Crédit de Berne, ainsi que le nom de la personnalité suisse dont je vous ai parlé plus haut. Mes contacts m ont confirmé que cette personnalité était connue en suisse. J ai également demandé dans le même temps et pendant cette période, de janvier à juin 2004, à Jean-Louis Gergorin d affiner ses recherches. A ce moment de mon exposé, je dois vous faire part d un incident. En mars 2004, Imad Lahoud a été interpellé par un policier dans le cadre de l une de ses affaires judiciaires. Il a fait l objet d une fouille à corps qui a permis de trouver dans une de ses poches un document manuscrit consistant en une demande de Jean-Louis Gergorin a entête d EADS adressée à M. Sava, directeur d EADS et qui devait être le chef d Imad Lahoud, selon laquelle Imad Lahoud était investi d une mission dans le cadre de la lutte antiterroriste à mon profit et que l on devait donc le laisser travailler à ce sujet à EADS. Le policier qui avait interpellé M. Lahoud m a contacté au téléphone, puisque mon nom et ma qualité, ainsi,que le nom du ministère de la défense, étaient clairement indiqués sur ce document de Gergorin trouvé sur M.

12 Lahoud. Ce policier m a dit ce qui s était passé, à savoir qu il avait trouvé le document dont je viens de vous parler dans le portedocuments de M. Lahoud. J ai rendu compte de ces faits à M. Marland, qui a décidé avec moi de transmettre ma mise au point écrite à M. Sava sous ma signature. C est ainsi que j ai indiqué par écrit à M. Sava qu en aucun cas Imad Lahoud n était missionné par moi au titre du ministère de la défense, s agissant de lutte antiterroriste. Dans le même temps, j ai appelé Jean-Louis Gergorin pour lui faire part de mon mécontentement et je lui ai demandé ce qu il s était passé. Il était confus et s est excusé. Dominique de Villepin, certainement averti de ces faits par Jean-Louis Gergorin, m a téléphoné quelques minutes après que j aie moi-même informé Jean-Louis Gergorin de l arrestation de Lahoud. En effet, Dominique de Villepin n ignorait pas qui était Imad Lahoud. Il m a demandé de sortir Imad Lahoud de là, c est à dire de le faire libérer. Je n ai pas eu le temps d intervenir auprès du policier car celui-ci m a rappelé une demi-heure après, en me précisant qu Imad Lahoud venait d être libéré. A ma demande, il m a brossé un portrait de l intéressé qui n avait rien de très reluisant ; selon lui, Imad Lahoud était impliqué dans une affaire de dettes non réglées avec l un de ses associés. Je m en suis tout de suite expliqué avec Imad Lahoud en le faisant venir le lendemain à mon bureau, en lui demandant de me remettre son laisser-passer, ce qui a été fait, et en lui demandant des détails sur son affaire. Ce qu il m a dit venait confirmer ce que m avait précédemment dit le policier. Comment Dominique de Villepin connaissait-il Imad Lahoud et pourquoi vous a-t-il donné des instructions pour le faire libérer dans le cadre d une procédure judiciaire? Dominique de Villepin connaît Imad Lahoud de nom, sinon de contact, à travers la présentation qu avait dû lui faire Jean-Louis Gergorin dans le cadre de ses travaux Clearstream au départ de l affaire. En réalité, à l origine de la démarche de Jean-Louis Gergorin en novembre 2003, celui-ci a fait état auprès de moi de la pénétration du système informatique de Clearstream par Imad Lahoud et du fait que le listing qui m avait été remis provenait de cette pénétration. Je vous confirme que Dominique de Villepin m a demandé de faire libérer Imad Lahoud, ainsi que je l ai relaté dans une note adressée au

13 directeur de cabinet du ministère de la défense, en date du 29 mars 2004 note que vous avez saisie à mon domicile (scellé numéro Rondot-Meudon 11). Cette démarche peut paraître surprenante de la part d un ministre, mais elle s explique parce que Dominique de Villepin suivait l évolution de cette affaire Clearstream et Imad Lahoud était au piano, si je peux dire. Dominique de Villepin craignait peut-être qu Imad Lahoud parle de cette affaire. Lors de la réunion qui s est tenue au ministère des affaires étrangères le 9 janvier 2004, dans le bureau de M. de Villepin en présence de celui-ci et de M. Gergorin, a-t-il été fait état par l un des participants du fait que le listing objet de cette réunion provenait de la pénétration du système informatique Clearstream par Imad Lahoud? Je n ai pas le souvenir que le nom d Imad Lahoud ait été prononcé mais il était dans la tête de chacun des participants. Par contre, il a bien été indiqué lors de cette réunion que le listing sur lequel M. de Villepin me demandait d investiguer sur instruction expresse du président de la République provenait de la pénétration du système informatique Clearstream. A votre connaissance et au vu de la teneur des propos de MM. de Villepin et Gergorin lors de cette réunion, le président de la République avait-il lui même connaissance de l origine de ce listing? M. de Villepin avait parlé de ce listing au président de la République, puisque je recevais ce jour-là des instructions de sa part pour investiguer sur le listing. Mais j ignore ce que M. de Villepin avait exactement dit à M. Chirac des moyens mis en œuvre pour obtenir ledit listing. Au cours de cette même réunion, qui s est tenue le 9 janvier 2004 dans le bureau de M. de Villepin, a-t-il été évoqué une répartition des rôles dans les recherches à effectuer entre vous-même et Gergorin ou étiez-vous seul mandaté pour effectuer ces recherches, comme cela ressort de vos précédentes déclarations? Oui. J étais seul mandaté pour effectuer les recherches sur le listing. Je devais vérifier si cela tenait, c est-à-dire si les flux financiers indiqués

14 sur ce listing étaient réels, tant dans leurs montants, l origine des fonds, les bénéficiaires des virements ainsi que pour les établissements bancaires mentionnés. Deux ou trois jours après, peut-être même le lendemain de la réunion du 9 janvier, j ai demandé à M. Gergorin de poursuivre la pénétration du système informatique de Clearstream entreprise par Imad Lahoud et de continuer à collationner les informations qu elle permettait de recueillir. Pour vérifier ses capacités de pénétration, j ai demandé à M. Gergorin d actionner Imad Lahoud pour qu ils poursuivent ces recherches sur l ensemble des noms du listing, qu il continue à suivre les flux financiers en temps réel. Imad Lahoud m apportait tout ce matériel, c est-à-dire de nouveaux listings, à mon bureau et cela m a permis de constater que les mouvements financiers continuaient. J ai trouvé que sa production allait vite et il me paraissait doué. Je lui ai demandé de tester devant moi le système de pénétration dans Clearstream. Ça s est fait en deux temps : Dans un premier temps, que je situe au début du mois d avril 2004, j ai récupéré Imad Lahoud avec ma voiture de service dans une rue à proximité du ministère et nous sommes allés dans la nature, c est-àdire dans le parc de l observatoire de Meudon. Nous nous sommes arrêtés dans une contre-allée du par cet ça s est passé dans ma voiture. Imad Lahoud travaillait avec son téléphone portable et son ordinateur. Il a appelé un numéro de téléphone et pianoté les touches de son ordinateur. Je l ai vu mettre les codes et j ai vu une liste apparaître sur l écran. Je précise qu il a eu des problèmes techniques de liaison parce que selon Imad Lahoud cet ordinateur n était pas assez puissant. Cependant, j ai vu apparaître un listing qui défilait avec des noms qui étaient déjà apparus dans les listings précédents, comme ceux de Philippe Delmas, Gomez, des Russes et des personnalités politiques telles que Jean-Pierre Chevènement. Ça a été très bref. Pour moi, ça n a pas été concluant. Dans un deuxième temps, qui s est passé le même jour, c est-à-dire immédiatement après, je l ai accompagné à son bureau à EADS sur le site de Suresnes, où il a effectué les mêmes manipulations avec son téléphone portable, mais en utilisant cette fois son ordinateur de bureau. J étais derrière lui, je l ai vu entrer des codes. Après plusieurs tentatives infructueuses, les mêmes listes de comptes que celles que j avais vues deux heures auparavant à Meudon sont apparues. Je suis

15 reparti convaincu de la capacité d Imad Lahoud à pénétrer un système informatique et je me suis dit que ce qui était produit était peut-être vrai, mais il y avait tellement d incohérences dans la présentation des listings, des noms qui apparaissaient puis qui disparaissaient, de nombreux virements qui intervenaient le même jour puis toute une période sans rien, que j avais des doutes. J ai exposé mes doutes à M. Gergorin et à M. Lahoud et j en ai rendu compte au directeur de cabinet en lui disant qu il fallait s interroger sur la crédibilité à accorder à ces listings. J ai également fait part de mes doutes à Dominique de Villepin autour d avril 2004 à l occasion d un retour de mission. Je lui ai dit qu il fallait être extrêmement prudent car j avais le sentiment d être instrumentalisé et que lui-même risquait de l être. Et là, sa réponse a été très nette : on ne sait pas si c est bon ou pas, mais si tout ça est un montage, non seulement on arrête mais en plus, on réagit. Tels ont été les propos de M. de Villepin ce jour-là. Pour sa part, à la même période, Gergorin était persuadé que tout cela était bon, qu il fallait accorder du crédit à ces listings obtenus par Lahoud. Quelques temps après, à la mi-mai 2004, j ai vu le préfet Marland pour lui dire que tout cela me paraissait de mois en moins crédible et qu il fallait en tirer les conséquences pratiques, compte tenu des répercussions politiques que cela pouvait entraîner. Toujours au mois de mai, j ai eu un entretien oral avec le ministre, au cours duquel je lui ai fait part de mes recherches. C était une réunion de bilan, où je lui ai indiqué qu il n y avait aucun élément probant, que je n avais pas été convaincu par la démonstration technique et que j avais constaté une certaine aberrance dans la production. J ai dit à Mme Alliot-Marie qu il fallait faire attention car on pouvait faire l objet d une manipulation grossière dont je ne m expliquais pas les motivations ni l origine, car à cette époque, pour avoir vu Imad Lahoud travailler et produire, il me semblait compétent. Je n avais pas de doute sur sa capacité de pénétrer le réseau Clearstream ; en revanche, je commençais à me demander s il n avait pas été lui-même intoxiqué, autrement dit si le système Clearstream qu il avait pénétré n avait pas mis en place un système de désinformation en l alimentant avec de faux listings ou s il n avait pas lui-même fabriqué cette production.

16 Combien d entretiens avez-vous eu avec M. de Villepin au cours desquels cette affaire-là a été évoquée? Il me semble qu il y en a eu cinq ou six. Il ressort des fiches saisies à votre domicile (scellé Rondot- Meudon 6) qu entre le 9 janvier 2004 et le 18 février 2005, vous avez eu 9 réunions portant sur ce thème avec M. de Villepin, un courrier ayant été envoyé à celui-ci par vos soins, en date du 12 janvier confirmez-vous une telle chronologie de contacts avec M. de Villepin, étant précisé que les réunions postérieures au 9 janvier 2004 ont eu lieu, selon vos propres indications manuscrites, au ministère de l intérieur après la nomination de M. de Villepin en qualité de ministre de l intérieur? Vous me montrez cette fiche bristol, objet du scellé Rondot-Meudon 6, sur laquelle apparaît la mention de toutes ces réunions. Je confirme la tenue de ces réunions avec M. de Villepin. J indique qu elles n ont pas porté spécifiquement sur cette affaire mais que nous avons abordé également d autres sujets au cours de celles-ci. Vous avez déclaré que lors de la réunion que vous avez eue le 9 janvier 2004 avec M. de Villepin et M. Gergorin dans le bureau de M. de Villepin au ministère des affaires étrangères, le nom de M. Sarkozy avait été évoqué parmi ceux des personnes citées sur le listing que vous avez remis M. Gergorin comme bénéficiaire de virements de fonds. Cette déclaration se trouve confirmée par vos propres notes prises à l issue de cette réunion, pour laquelle vous mentionnez (scellé Rondot-Meudon) : - L enjeu politique ---) Nicolas Sarkozy Fixation sur N. Sarkozy, ref : conflit Chirac-Sarkozy. Or dans une note datée du 21 juin 2005 ayant pour objet Imad Lahoud et que vous avez adressée à Mme la ministre de la défense, vous avez indiqué (scellé Rondot-Meudon 6) : «J attire votre attention sur le fait que, à la défense, nous nous sommes seulement employés à vérifier la compromission supposée de certains de nos fonctionnaires dont les noms figuraient sur les listes incriminées. Nous ne nous sommes jamais intéressés aux hommes politiques cités, et particulièrement à Nicolas Sarkozy, dont le nom n a été évoqué qu une fois mon enquête close.»

17 Il apparaît ainsi que vous avez sciemment menti dans cette note adressée à votre ministre, puisque dès le début de vos investigations sur ce listing, qui vous ont été confiées par le président de la République par l intermédiaire de M. de Villepin, le nom de M. Sarkozy était cité, parmi les personnes supposées être bénéficiaires de flux financiers via Clearstream, en particulier lors de la réunion tenue le 9 janvier 2004 dans le bureau de M. de Villepin, au cours de laquelle celui-ci vous a fait part du mandat que le président de la République vous confiait aux fins d investiguer et de valider les informations contenues dans ce listing. Par ailleurs, vous avez également reconnu avoir demandé à M. Gergorin, postérieurement à cette réunion du 9 janvier 2004, de poursuivre l infiltration du système informatique de Clearstream par l intermédiaire de M. Lahoud, aux fins de vérifier si les personnes citées sur ce listing initialement remis par Gergorin, dont M. Sarkozy, continuaient à bénéficier de flux financiers à partir de la chambre de compensation Clearstream. Le nom de M. Sarkozy, comme personnalité politique citée sur le listing Cleastream ne vous était donc pas inconnu et ce, dès le moment où vous avez commencé à investiguer sur cette affaire. Pour quelles raisons, dans ces conditions, avez-vous menti à votre ministre en affirmant le contraire dans cette note précitée, du 21 juin 2005? Je reconnais avoir menti mais je ne m explique pas aujourd hui les raisons qui m ont poussé à le faire. J ai rendu compte à M. Marland, directeur de cabinet du ministre de la défense, tant de la remise du listing que de son contenu et de l avancée de mes investigations sur ce sujet, j ai alerté les autorités politiques, à savoir M. de Villepin et Mme Alliot-Marie, en les mettant en garde sur les risques que faisait courir cette affaire et malgré tout, tout s est poursuivi, c est-à-dire que certains ont continué à y croire ; il n y a pas eu de stop mis à cette affaire, qui a continué à se développer avec les lettres de dénonciation notamment, sans que quelqu un ait le courage politique de dire stop, arrêtons le jeu de massacre. J ai donc écrit un tel mensonge pour nous mettre à l abri et protéger mon ministre et moi-même de l accusation d avoir participé à une opération douteuse au détriment de M. Sarkozy.

18 Je tiens à vous informer formellement que tant Mme Alliot-Marie que M. de Villepin ainsi que M. Marland ont été d une rigueur totale dans la gestion de cette affaire car je n ai jamais reçu d instructions de leur part de favoriser cette opération-là de déstabilisation de M. Sarkozy. Dès le mois de mai 2004, j ai senti que cette affaire de listings était un montage et je l ai dit à mon ministre, Mme Alliot-Marie. J ignore si elle a pris son téléphone pour en informer alors M. Sarkozy. Si elle ne l a pas fait, je le regrette. J ai aussi un second regret : Nicolas Sarkozy a eu connaissance de mon enquête et de ses résultats, selon lesquels la probabilité d un montage dans cette affaire était très grande, très tôt, dès l été 2004, par un journaliste. Jamais M. Sarkozy ni son directeur de cabinet M. Guéant, qui me connaît, n ont cherché à me convoquer pour obtenir mes explications sur cette affaire. Si tel avait été le cas, je me serais rendu à cette convocation, avec l accord que, je pense, mon ministre m aurait donné. On m a jeté dans cette affaire pourrie et on m a dit : «Débrouillez-vous.» (Mention : nous su pendons la présente audition pendant dix minutes à 23 heures et reprenons l audition à 23h13.) Veuillez poursuivre sur le déroulement des faits. Au milieu de, l été 2004, j ai cessé tout contact avec Imad Lahoud parce que j avais rendu mes conclusions et que je ne voyais pas l utilité de poursuivre cette opération par les recherches qu il entreprenait ; donc, je ne l ai pas revu depuis cette date. S agissant de Jean-Louis Gergorin, à partir de la même période, j ai de plus en plus espacé mes contacts avec lui car c est à ce moment-là que son nom est apparu comme étant le possible corbeau. Le dernier entretien que j aie eu avec lui se situe en février C est lui qui avait pris l initiative de ce contact, sans doute pour me relancer. Il est venu comme toujours à mon bureau et la rencontre a pu se prolonger par un dîner dans un restaurant voisin. Je lui ai dit que cette affaire prenait une dimension qui me déplaisait et que mon sentiment était que c était un montage. Je lui ai indiqué que je ne voulais plus en entendre parler et en cela je respectais les recommandations que m avait faites Philippe Marland dès le mois de février 2005 alors que Gergorin avait appelé plusieurs fois mon bureau pour prendre rendez-vous avec moi.

19 Par la suite, nos échanges se sont limités à l envoi d une carte de vœux réciproque. Nous vous présentons les documents saisis à votre domicile de Meudon et placés sous scellés Rondot-Meudon 1 à Rondot- Meudon 33 et scellé fermé Rondot-Meudon 1. Confirmez-vous avoir détenu de tels documents et pour quelles raisons les avezvous ainsi conservés à votre domicile? Vous venez de me montrer chacune des pièces placées sous scellés numérotés 1 à 33 que vous avez cités dans votre question. J ai attentivement examiné ces documents. Je reconnais les avoir détenus à mon domicile. Ils se trouvaient d ailleurs pour la plupart dans le placard fermé par une porte blindée que vous avez dû faire ouvrir par un serrurier, mesure que je comprends parfaitement, faute d avoir pu répondre à votre appel à temps pour vous indiquer où se trouvait la clé de ladite porte. Je vous précise que si j avais été présent, j aurais bien évidemment ouvert cette porte spontanément pour vous permettre d y consulter et saisir tous les documents utiles à votre enquête. Je vous indique à cet égard que la clé de ce placard était cachée dans le fer à repasser qui se trouvait sur une étagère en bois dans ma chambre. Ayant quitté mes fonctions le 31 décembre 2005, ayant pris des dispositions depuis plusieurs mois déjà afin de faire transférer après leur tri ces documents, soit reliés soit placés dans des boîtes, au service historique de l armée de terre de Vincennes, où j avais fait ouvrir un fond privé destiné à les accueillir (les correspondances afférentes à ce transfert se trouvaient dans un dossier gris placé à l intérieur du placard blindé) car n ayant pas de successeur à mon bureau, qui a été fermé, et ayant pris quelques jours de vacances au Vietnam, je n ai pas eu le temps de transférer ces pièces au service historique de l armée de terre, dont l amiral-directeur m avait fait savoir qu il attendait de les recevoir. Si vous aviez effectué cette perquisition à mon bureau avant que je ne quitte mes fonctions ( ) après archivage de ces pièces, vous auriez trouvé les mêmes documents. Nous vous présentons les documents saisis dans votre résidence secondaire, à Chanot-à-Flety et placés sous scellés Rondot-Chanot 1 à Rondot-Chanot 21. Confirmez-vous avoir détenu de tels

20 documents et pour quelle raison les avez-vous ainsi conservés à votre domicile? Vous venez de me montrer ces pièces que vous citez dans votre question. Je n ai pas besoin de les regarder, je les connais. Je sais qu elles se trouvaient dans ma résidence secondaire, sise à Flety, dans l attente d être triées et transférées ensuite. Il apparaît dans les divers documents que vous avez rédigés à propos de cette affaire que cette opération est dénommée «Opération Reflux», certaines notes faisant état d une opération Reflux 1 et Reflux 2. Que signifie cette terminologie et qui en est l auteur? Je suis l auteur de cette terminologie. J ai appelé cette opération «Reflux» car elle faisait des vagues. Il s agit d une terminologie qui m est propre, qui n a pas été reprise par les services. Je vous précise que dans mes notes, je mentionne Imad Lahoud sous le pseudonyme de «Mahdi». Quant au fait qu il y ait une opération Reflux 1 et Reflux 2, il s agit d une distinction de phases, de calendrier. Je suis ainsi passé à reflux 2 à partir de juillet 2004, date de la fin de mes propres investigations sur ce dossier, que je continuais pour autant à suivre sous cette appellation. Je le suivais cette fois par la presse, car je n ai plus rien demandé à Lahoud ni à Gergorin. Nous vous présentons un courrier manuscrit adressé à la ministre de la défense par le directeur de cabinet, en date du 24/04, année non précisée, contenue dans le scellé Rondot-Meudon 11. Ce courrier indique : «Madame la ministre, j ai demandé au général Rondot de vous faire cette note malgré l embarras dans lequel l ont mis les instructions du président de la République de ne se référer qu à lui-même dans cette ténébreuse affaire. Il me semble nécessaire que vous le receviez personnellement pour qu il précise l état de ses recherches. Il ressort de ce qu il m en a dit que l affaire est de toute façon inquiétante, soit que les faits allégués soient avérées, soit que, ne l étant pas, ils traduisent une opération de manipulation et d intoxication visant le plus haut niveau de l Etat.» Ce courrier se réfère à une note, or nous constatons que dans le scellé constitué à votre domicile se trouve immédiatement à la suite de ce courrier une note de trois pages, en date du 21 avril

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture

Saisie d OD. 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? 2 Lecture d un dossier. a) Par numéro de facture Saisie d OD ADAGIO 1 Qu est-ce qu un OD de régularisation? Une OD («Opération Diverse» en comptabilité) est un lot d écritures comptables. Le terme «régularisation» indique que l OD est destinée à corriger

Plus en détail

C O N C L U S I O N S E N D E F E N S E. Monsieur Dominique de VILLEPIN

C O N C L U S I O N S E N D E F E N S E. Monsieur Dominique de VILLEPIN A Mesdames et Messieurs les Président et Juges composant la 11 ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de PARIS Audience du 21 septembre au 21 octobre 2009 C O N C L U S I O N S E N

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-138 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative aux circonstances dans lesquelles une personne a fait l objet d un contrôle d identité à son domicile (Recommandation)

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS

CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS CONVENTION ENTRE LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PARIS, L'ORDRE DES AVOCATS À LA COUR D'APPEL DE PARIS ET L'UNION DES COMPAGNIES D'EXPERTS DE LA COUR D APPEL DE PARIS CONCERNANT LA CONDUITE ET LA GESTION

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLcorruption version5 Janvier

Plus en détail

WO/CC/61/4 ANNEXE III

WO/CC/61/4 ANNEXE III ANNEXE III FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL FORMULAIRE DE DIVULGATION FINANCIÈRE (2007) À REMPLIR PAR LE PERSONNEL (Traduction officieuse de l OMPI) CIVILITÉ (M., Mme, M lle ) NOM (de famille, prénom usuel,

Plus en détail

Toute une famille mobilisée

Toute une famille mobilisée Toute une famille mobilisée Témoignage Nadine, professionnelle de santé, a été entraînée en quelques mois, avec son compagnon, dans un enfermement psychologique qui a failli la conduire en hôpital psychiatrique,

Plus en détail

Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016

Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016 Aide-mémoire concernant les obligations de diligence des délégués Version du 1 er janvier 2016 Vérification de l identité du cocontractant, déclaration indiquant le détenteur du contrôle et déclaration

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

1. Comme vous le savez, je suis membre de la commission ad hoc qui a étudié le préavis 8/2013 relatif à la taxe au sac.

1. Comme vous le savez, je suis membre de la commission ad hoc qui a étudié le préavis 8/2013 relatif à la taxe au sac. Interpellation de Jean-Yves SCHMIDHAUSER au Conseil communal du 30 octobre 2013 Séance, préséance et bienséance que choisir? 1. Comme vous le savez, je suis membre de la commission ad hoc qui a étudié

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Note du 13 février 2015 relative à la mise en œuvre et à l organisation d une chaîne de permanence au sein des services de la direction de la protection judiciaire de la jeunesse NOR : JUSF1504304N La

Plus en détail

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009

DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 DECISION DCC 09-099 DU 27 AOÛT 2009 Date : 27 Aout 2009 Requérant : Sègla DEGBEGNI Contrôle de conformité Atteinte à l intégrité physique et morale Garde à vue Traitements cruels inhumains et dégradants

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme M.R., sa fille, Mme M.K., ainsi que MM. S.A., capitaine de police, et S.C., brigadier-chef. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2010-109 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

Créer son ASBL. VERSION 1 01 février 2013

Créer son ASBL. VERSION 1 01 février 2013 Créer son ASBL La démarche à suivre! Ce dossier a été rédigé par l AWBB pour faciliter la démarche des clubs qui doivent acquérir la forme juridique ASBL avant le 30 juin 2013. VERSION 1 01 février 2013

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012

Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Compte rendu réunion du Comité d'hygiène et de sécurité et condition de travail spécial départemental du Tarn Réunion du 30 août 2012 Etaient présents : Représentant l'administration : Monsieur Eric TOURNIER,

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

AMNESTY INTERNATIONAL

AMNESTY INTERNATIONAL AMNESTY INTERNATIONAL Déclaration publique Index AI : EUR 30/006/2006 (Public) Bulletin n : 296 ÉFAI 16 novembre 2006 Italie. Abou Omar : les autorités italiennes doivent coopérer pleinement avec toutes

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment FAIRE des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi faire des candidatures spontanées? Tous les emplois créés, tous les

Plus en détail

Guide d utilisation du service e-banking

Guide d utilisation du service e-banking Guide d utilisation du service e-banking p. 1 Chers utilisateurs, Ce guide d utilisation du service e-banking vous présente les différents écrans que vous aurez à découvrir en souscrivant au service e-banking

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Ligne directrice n 5 : COU:1

Ligne directrice n 5 : COU:1 Manitoba Ministère de la Justice Bureau des procureurs de la Couronne Directive d orientation Ligne directrice n 5 : COU:1 Objet : Nomination d un avocat indépendant Date : septembre 2012 ÉNONCÉ DES POLITIQUES

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL)

Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL) Délibération n 2006-174 du 28 juin 2006 prononçant une sanction pécuniaire à l encontre du Crédit Lyonnais (LCL) La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte,

Plus en détail

DECISION DCC 15-014 DU 22 JANVIER 2015

DECISION DCC 15-014 DU 22 JANVIER 2015 DECISION DCC 15-014 DU 22 JANVIER 2015 Date : 22 janvier 2015 Requérants : Florian MARCOS, Thierry MARCOS et Christian MARCOS Contrôle de conformité Atteinte à l intégrité physique et morale Arrestation

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

Projet Personnel et Professionnel.

Projet Personnel et Professionnel. IUT INFORMATION COMMUNICATION Projet Personnel et Professionnel. Interview d Alexandra Schwartzbrod Astou-Maryème YAO 17/12/2012 LE METIER DE JOURNALISTE. «Une école extraordinaire» Alexandra Schwartzbrod

Plus en détail

Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion

Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion Cote du document: EB 2008/94/R.35 Point de l ordre du jour: 16 b) ii) Date: 11 septembre 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit sur sa cent unième réunion Conseil d administration

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

1. L heure de début et de la fin de la. consommation d alcool, de même que le rythme de la consommation (ex : une

1. L heure de début et de la fin de la. consommation d alcool, de même que le rythme de la consommation (ex : une CAHIER DE NOTES D UNE PERSONNE ACCUSÉE DE CONDUITE AVEC LES CAPACITÉS AFFAIBLIES 1) Vos caractéristiques personnelles. Âge :. Grandeur :. Poids :. Habitude de consommation (ex : 2 fois par semaine) :.

Plus en détail

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS

CHOISIR LES ANNONCES. Comment. auxquelles répondre GUIDE POUR AGIR JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS GUIDE POUR AGIR Comment CHOISIR LES ANNONCES auxquelles répondre JE RECHERCHE DES OFFRES D EMPLOI ET J Y RÉPONDS Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi «choisir» des annonces? Peut-être pensez-vous

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RENAULT (sa) REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le présent règlement a pour objet de définir les règles et modalités de fonctionnement du Conseil d administration et de ses comités, ainsi

Plus en détail

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G.

Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. Protocole d accord entre les assureurs de protection juridique affiliés à Assuralia, l O.V.B. et l O.B.F.G. INTRODUCTION 1. Les assureurs de protection juridique, affiliés à Assuralia, cherchent, en tenant

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Indications pédagogiques D2 / 13

Indications pédagogiques D2 / 13 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques D2 / 13 D : Réaliser un message à l écrit Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire Objectif opérationnel Pré-requis 1 Produire un message

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION

COMMISSION DE CONCILIATION REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION COMMISSION DE CONCILIATION BOUWUNIE CONFEDERATION CONSTRUCTION FAB NAV TEST-ACHATS REGLEMENT DE PROCEDURE DE LA COMMISSION DE CONCILIATION CONSTRUCTION 1. Dispositions générales Article 1 La Commission

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès

GUIDE PRATIQUE. Droit d accès 111 GUIDE PRATIQUE Droit d accès QU EST-CE QUE LE DROIT D ACCÈS? page 2 COMMENT EXERCER SON DROIT D ACCÈS? page 3 POUR ACCÉDER A QUOI? page 5 QUELLE RÉPONSE ATTENDRE? page 6 QUAND ET COMMENT SAISIR LA

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après, «la Commission») ;

La Commission de la protection de la vie privée (ci-après, «la Commission») ; 1/10 Avis n 07/2013 du 20 février 2013 Objet: Avant-projet d'arrêté royal portant exécution de l article 21 de la loi du 30 novembre 1998 organique des services de renseignement et de sécurité (CO-A-2012-044)

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

Comment introduire la demande?

Comment introduire la demande? Vous avez, ou vous voulez, introduire une demande de permis d environnement de classe 1 ou 2. Cette fiche, élaborée par la Fédération Wallonne de l Agriculture, vous aide à suivre la procédure de votre

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES

DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES 1. TYPE DE COMPTE Type de compte: Compte individuel DOCUMENTS D OUVERTURE DE COMPTE POUR PERSONNES PHYSIQUES Compte joint * (dans ce cas, veuillez nous envoyer dûment remplis le «contrat compte-joint»

Plus en détail

Institut belge des services postaux et des télécommunications

Institut belge des services postaux et des télécommunications Institut belge des services postaux et des télécommunications COMMUNICATION DU CONSEIL DE L IBPT DU 16 JANVIER 2008 CONCERNANT la prolongation du délai de réponse à la consultation organisée par le Conseil

Plus en détail

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde)

La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) La position d HSBC (traduction Virginie Bordeaux, Le Monde) Présentation générale HSBC Global Private Banking (GPB) et en particulier sa banque privée suisse, HSBC Private Bank Suisse, ont subi une transformation

Plus en détail

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014 QUATRIÈME SECTION AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG 25 mars 2014 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT BANASZKOWSKI c. POLOGNE 1 En

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-144 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE Les pages suivantes contiennent des renseignements importants au sujet de votre compte UV DIRECT dont vous devez prendre connaissance. Si vous avez des questions, nous serons

Plus en détail

UD Planning UD Elèves VieScolaire.net version 1 pour Windows 98, NT,2000, XP, 2003 ou supérieur. Manuel d installation

UD Planning UD Elèves VieScolaire.net version 1 pour Windows 98, NT,2000, XP, 2003 ou supérieur. Manuel d installation UD Planning UD Elèves VieScolaire.net version 1 pour Windows 98, NT,2000, XP, 2003 ou supérieur Manuel d installation Edition 14/11/2005 Contrat de licence d exploitation du présent logiciel Droits d auteur

Plus en détail

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires.

Vu la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligations des fonctionnaires. CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL POUR ASSURER LES SECRETARIATS DU COMITÉ MÉDICAL DÉPARTEMENTAL ET DE LA COMMISSION DÉPARTEMENTALE DE RÉFORME Entre : Mme ESTELLE GRELIER, Présidente du Centre

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Charte de la thèse de Doctorat

Charte de la thèse de Doctorat Charte de la thèse de Doctorat Collège des études doctorales Écoles Doctorales >> 536 Sciences et Agrosciences >> 537 Culture et Patrimoine Campus Centre Ville - Site Ste Marthe 74 Rue Louis Pasteur -

Plus en détail

delphine P. est cadre dans une

delphine P. est cadre dans une Quand l activité syndicale n est pas une mince affaire... delphine P. est cadre dans une société d assurances (appelée X dans l entretien) et conseillère prud homme dans la section encadrement d un conseil

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.»

Le secret professionnel est donc reconnu comme Droit et devoir fondamental et primordial de l Avocat.» 1 FBE MADRID Me Dominique ATTIAS 23-25/9/10 Avocat Membre du Conseil de l Ordre du Barreau de Paris (France) AFFAIRE ANDRE et autres contre FRANCE REQUETE N 18630/03 ARRET CEDH DU 24.7.2008 «Le secret

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.98.038 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : Mme ESCAUT

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

Une copie du certificat d immatriculation de la société (extrait K-bis) datant de moins de 3 mois.

Une copie du certificat d immatriculation de la société (extrait K-bis) datant de moins de 3 mois. INSTRUCTIONS POUR REMPLIR CE FORMULAIRE Avant de remplir ce formulaire, lisez attentivement et assurez-vous d avoir compris toutes les informations concernant votre compte de négociation Saxo Banque, y

Plus en détail

La marque. Repères. internationale. Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque internationale

La marque. Repères. internationale. Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque internationale La marque internationale Repères Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une marque internationale Som Sommaire maire Pourquoi déposer sa marque à l international? p. 4 En pratique p. 5 Qui peut déposer?

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Guide pratique «Comment déclarer»

Guide pratique «Comment déclarer» Guide pratique «Comment déclarer» Édition avril 2005 Pages n MODE D EMPLOI...2 DÉCLARATION SIMPLIFIÉE...3 DÉCLARATION NORMALE...4 ANNEXES...6 www.cnil.fr rubrique Déclarer MODE D EMPLOI C est le responsable

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

DECISION DCC 07-061. VU la Constitution du 11 décembre 1990 ;

DECISION DCC 07-061. VU la Constitution du 11 décembre 1990 ; DECISION DCC 07-061 Date : 23 Juillet 2007 Requérant : Arnold-Orphée DJOSSOU -BAKA Contrôle de conformité Décisions administratives Sanction disciplinaire Conformité La Cour Constitutionnelle, Saisie d

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008

Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Délibération n 2008-260 du 19 novembre 2008 Origine Emploi Emploi secteur privé Recommandations Le réclamant, d origine ukrainienne, engagé en CDD en qualité de convoyeur de fonds, a été suspendu sans

Plus en détail

(A.R. 24.11.2009 - M.B. 03.12.2009) modifié par (A.R. 23.05.2013 M.B. 12.07.2013) (A.R. 26.01.2014 M.B. 10.03.2014) - COORDINATION OFFICIEUSE -

(A.R. 24.11.2009 - M.B. 03.12.2009) modifié par (A.R. 23.05.2013 M.B. 12.07.2013) (A.R. 26.01.2014 M.B. 10.03.2014) - COORDINATION OFFICIEUSE - mars 2014 LOTERIE NATIONALE Société anonyme de droit public (Loi du 19 avril 2002) RUE BELLIARD 25-33 1040 BRUXELLES Tél. : 02/238.45.11 MODALITES GENERALES DE LA PARTICIPATION AUX LOTERIES PUBLIQUES ET

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

L entreprise doit plus que jamais

L entreprise doit plus que jamais Entretien d évaluation : nouvelles règles Décider de mettre en place un système d évaluation des performances dans l entreprise n a rien de bien original. Et pourtant, cette démarche répandue et simple

Plus en détail

COMPTA COOP. Guide d utilisation

COMPTA COOP. Guide d utilisation COMPTA COOP Guide d utilisation Boutons - raccourcis Les boutons sont des raccourcis des menus les plus couramment utilisés. «Quitter» se retrouve dans le menu «Dossier» «Dépense» se retrouve dans le menu

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE PARTICULIÈRE ET DU DOSSIER PROFESSIONNEL DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES 209 GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE, DU DOSSIER D AIDE DE L ÉLÈVE AU SECTEUR DES JEUNES TABLE DES MATIÈRES Pages OBJECTIFS... 1 SECTION I - CLAUSES INTERPRÉTATIVES... 1 SECTION II - DISPOSITIONS GÉNÉRALES...

Plus en détail

Kadhafi a bien financé la campagne de Sarkozy en 2007!

Kadhafi a bien financé la campagne de Sarkozy en 2007! Kadhafi a bien financé la campagne de Sarkozy en 2007! Lundi 18 mars 2012 Mouammar Kadhafi a-t-il financé Nicolas Sarkozy? La question, soulevée peu avant la guerre en Libye, vient d apparaître en toutes

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

MINISTÈRE DE LA DÉFENSE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ECOLE DU VAL DE GRACE BUREAU DES CONCOURS NOTICE relative au concours d admission d élèves officiers praticiens à l École de Santé des Armées CONCOURS 2015 (catégorie 1 ére année

Plus en détail

À LA UNE TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB. Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE. Mediargus met docroom pdf

À LA UNE TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB. Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE. Mediargus met docroom pdf TOUT SAVOIR SUR LE NOUVEAU REGISTRE CENTRAL DE LA BNB Comptes bancaires 28 5 SEPTEMBRE 2013 WWW.TRENDS.BE : tous fichés! Qu en est-il exactement de ce nouveau fichier central des comptes bancaires, dernière

Plus en détail

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS

Monsieur François HOLLANDE. Président de la république Palais de l Elysée. 55 rue du Faubourg- Saint Honoré. 75008 PARIS Monsieur LABORIE André Le 7 février 2013 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens «Courrier transfert» Tél : 06-14-29-21-74. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org PS : «Actuellement le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail