QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME. Niveau Qui est-ce? 2 - Quelle est la nature des fossiles les plus courants?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME. Niveau 1. 1 - Qui est-ce? 2 - Quelle est la nature des fossiles les plus courants?"

Transcription

1 avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, université Paris-XI QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME Vingt questions pour tester vos connaissances Le niveau 1 comporte une série de dix questions relativement faciles. Le niveau 2 vous propose dix autres questions moins faciles. Niveau Qui est-ce? a) Notre lointain ancêtre. b) Notre cousin éloigné. c) Cheeta filmé dans Tarzan et sa compagne en Thomas Lersch / GFDL / CC-sa Quelle est la nature des fossiles les plus courants? a) Les parties «dures» du corps. b) Le contenu de l estomac protégé par l acidité des sucs. c) Les bijoux de la famille. Gerbil / GFDL / CC-sa-2.5

2 3 - Qui est l auteur de cette peinture de la grotte de Lascaux? a) Un homme de Cro-Magnon. b) Un homme de Neandertal. c) Monsieur Eugène Lascaux. Prof saxx / GFDL Selon les théories actuelles, où se situe le berceau de l humanité? a) En Antarctique. b) En Europe. c) En Afrique. 5 - De quoi se compose le genre Homo? Le P tit Quinquin, 1902, Eugène Déplechin DR a) D une seule espèce, dont nous sommes les actuels représentants. b) D environ une dizaine d espèces dont la plupart ont disparu. c) Des lessives qui lavent plus blanc. The Rhodesian Man, Reconstitution par A. Forestier Domaine public / FunkMonk 6 - À partir d ADN extrait d os ou de dents fossiles, on peut : a) Faire naître des dinosaures par clonage. b) Identifier l auteur d'un crime commis au Pléistocène inférieur. c) Préciser les liens entre espèces éteintes et espèces actuelles. Museum of Natural History, Chicago 2

3 7 - Comment connaît-on l âge de Toumaï, découvert au Tchad en 2001? a) On a retrouvé sa carte d identité. b) On l a déduit de fossiles d animaux présents sur le site de la découverte. c) On l a déduit de l analyse de l ADN fossile retrouvé 8 - Dans la super-famille des hominoïdes, qui ne vit pas en Afrique? a) Les orangs-outans. b) Les gorilles. c) Les springboks. 9 - Que sont devenus les hommes de Neandertal? a) dans les os de son crâne. Les Springboks, la sélection de rugby d Afrique du Sud Ils ont évolué pour devenir des Homo sapiens. b) Ils ont disparu il y a des milliers d années. c) Il y en a deux qui habitent au-dessus de chez moi! Reconstitution d un Néandertalien par le Neanderthal Museum, Allemagne Neanderthal Museum DR MPFT 10 - À qui appartiennent les fossiles d hominidés? a) Au pays dans lequel on les a découverts. b) À l institution qui a financé les campagnes de fouilles. c) À la famille du défunt. Brigitte Senut 3

4 Niveau Qui est-ce? a) Lucy, la «grand-mère» du genre Homo. b) Lucy, une Australopithecus afarensis. c) Laïka, le premier chien dans l espace. Jonh Reader / SPL / Cosmos 2 - Que montre la photo? a) Le crâne d un homme moderne et de son fils. b) Le crâne d un homme moderne et d un homme de Flores. c) Une publicité vantant l efficacité d un dentifrice. Peter Brown / Nature 3 - Qu est-ce que l «East Side Story»? a) Une comédie musicale imaginée par nos ancêtres. b) L histoire des ancêtres de l Homme originaires d Orient. c) Une théorie expliquant la séparation entre hominidés et grands singes. Gorges d Olduvai, Tanzanie Vinny Burgoo / CC-sa En combien de temps un fossile livre-t-il ses secrets après sa découverte? a) 38 minutes exactement grâce aux nouvelles technologies. b) Les hommes modernes seront devenus des fossiles avant d avoir pu l analyser. c) Cela peut se faire rapidement ou prendre des années. Moulage d empreintes sur un site de fouilles Brigitte Senut 4

5 5 - Parmi ces réponses, quel est le critère d appartenance au genre Homo? a) Le volume du cerveau. b) La disparition des poils du visage. c) La morphologie du cerveau. 6 - Tous les hominidés sont-ils nos ancêtres directs? a) Oui, sinon on ne les appellerait pas hominidés. b) Non, beaucoup ont disparu sans laisser de descendance. c) Les miens non, mais ceux de mon fils, sûrement. 7 - Que peut-on dater avec la méthode dite «au carbone 14»? a) Un crâne d homme de Cro-Magnon. b) Un fémur d Australopithèque. c) Les salades des champs de Tchernobyl. 8 - Où le premier fossile d homme de Cro-Magnon a-t-il été découvert en 1868? a) En Europe, plus précisément en Dordogne, sur la propriété de M. Magnon. b) En Afrique du Nord, près du village de Khro Mah Nin. c) Au Muséum d histoire naturelle de Paris, près du grand squelette de dinosaure. L Homme primitif, 1931, Paul Dardé PePeEfe / GFDL / CC-sa-3.0 Rasbak / GFDL Didier Muller (CSI 2008) Domaine public / Locutus Borg 5

6 9 - Qui «nous» a donné le nom d Homo sapiens? a) Yves Coppens en b) Carl von Linné en c) Charles Darwin en Carolus Linnaeus in Laponian costume, 1853, Hendrik Hollander Domaine public / Jan Arkesteijn 10 - Comment les paléontologues choisissent-ils l endroit de leurs fouilles? a) Ils lancent une pièce en l air et creusent là où elle retombe. b) Ils utilisent des détecteurs pour localiser les os sous la terre. c) Ils font appel à la géologie pour identifier des sites favorables. Site de Yunxian en Chine Amélie Vialet / IPH 6

7 Réponses Niveau Réponse b : Non, l'homme ne descend pas du chimpanzé! Nous avons un lointain ancêtre commun et eux comme nous n'ont cessé d'évoluer. Mais cette croyance a eu la vie dure et a poussé les anthropologues à chercher le fameux «chaînon manquant» entre le singe et l homme jusqu à la supercherie. Ainsi, présenté comme tel, le crâne de l homme de Piltdown exhumé en 1912 était en réalité la juxtaposition d un crâne d homme moderne et d une mâchoire d orang-outan. 2 - Réponse a : Les parties les plus souvent fossilisées sont celles dont la dureté leur permet de résister durant le long processus de minéralisation. Les dents sont les plus fréquemment retrouvées car l émail résiste au temps ; leurs caractéristiques permettent de préciser l appartenance d un fossile. On trouve aussi des os, donnant des informations, par exemple, sur la locomotion (fémurs) ou la morphologie de la tête (crânes). 3 - Réponse a : L homme de Cro-Magnon est un Homo sapiens, arrivé en Europe il y a ans environ. De physique très semblable au nôtre, il fut le premier à nous laisser des représentations (peintures, sculptures...). Son art prospéra dès ans et à plus forte raison, il y a ans dans la grotte de Lascaux. 4 - Réponse c : Darwin l avait déjà supposé à cause des ressemblances entre les humains et les grands singes africains. La découverte de Lucy, âgée de 3,2 millions d années, en Afrique de l Est, allait dans ce sens. La preuve a été fournie dans les années 2000 avec la découverte de trois fossiles très anciens en Afrique : Toumaï, Orrorin et Ardipithecus. En effet, l âge de ces fossiles les rapproche de la séparation estimée d avec la lignée des chimpanzés. 5 - Réponse b : Selon le schéma le plus communément admis, la naissance du genre Homo remonte à environ 2 millions d années en Afrique. Depuis, il a compté une dizaine d espèces, dont certaines ont vécu en même temps. La première à quitter l Afrique pour coloniser l Eurasie fut probablement Homo habilis et/ou rudolfensis. Notre espèce Homo sapiens, plus tardive, est la seule survivante après la disparition de l homme de Neandertal, il y a ans. 6 - Réponse c : Quand un être vivant meurt, son ADN se dégrade progressivement, mais si les conditions sont favorables il peut rester partiellement analysable pendant près de ans. On a ainsi montré, par exemple, que certains Néandertaliens étaient roux, ou encore qu ils possédaient un gène qui, chez nous, joue un rôle essentiel dans le langage. 7 - Réponse b : Comme il est souvent difficile de dater directement un fossile très ancien, on tente de dater l environnement dans lequel il a été trouvé. Pour Toumaï, on s est basé sur d autres fossiles d animaux (par exemple, des ancêtres d hippopotames et d éléphants) dont on connaissait l âge. En 2008, la datation directe des sédiments d où provenait Toumaï a fait de lui, avec ses 7 millions d années, le plus vieux fossile d hominidé connu à ce jour. 7

8 8 - Réponse a : Chimpanzés, bonobos, gorilles et orangs-outans sont des grands singes ayant une origine commune avec l homme. Selon le schéma le plus courant, les orangs-outans, asiatiques, auraient divergé en premier, puis les gorilles. Le dernier ancêtre commun serait celui des chimpanzés, des bonobos et des «pré-humains». La date de cette séparation est mal connue : 7 millions d années selon la génétique, jusqu à 10 selon les découvreurs de fossiles. 9 - Réponse b : Les analyses génétiques récentes tendent à montrer qu Homo neandertalensis et Homo sapiens auraient été deux espèces distinctes. Elles ont cohabité, notamment en Europe, il y a environ ans, puis les Néandertaliens ont progressivement disparu, selon des modalités qui restent à préciser (influence de l arrivée d Homo sapiens sur leur territoire?). Ces deux espèces montraient des degrés d intelligence et des capacités d adaptation similaires Réponse a : Selon une convention internationale de 1998, les fossiles d hominidés ne devraient pas quitter leur pays d origine, sauf pour des motifs scientifiques. Certains pays souhaitent néanmoins faire connaître leur patrimoine fossile. Le gouvernement éthiopien, propriétaire de la célèbre Australopithèque Lucy, l a envoyée «en tournée» aux États-Unis ( ) où elle est exposée au public, contre l avis de certains scientifiques. 1 - Réponse b : Réponses Niveau 2 Lucy, découverte en 1974 en Éthiopie par Yves Coppens, Donald Johanson et Maurice Taieb est un fossile d Australopithecus afarensis. Datant de 3,2 millions d années, elle a longtemps été considérée comme le plus vieil ancêtre de la lignée humaine. Elle est aujourd hui détrônée par des fossiles deux fois plus anciens. 2 - Réponse b : À partir de 2003, on a découvert sur l île de Flores en Indonésie des fossiles d hominidés inclassables parmi les espèces connues. Les caractéristiques de l Homme de Flores sont sa petite taille (un mètre) et son petit crâne (1/3 de celui d un homme moderne). Il aurait disparu il y a moins de ans. S agit-il d une nouvelle espèce qui se serait particularisée du fait de l insularité ou bien d un Homo sapiens atteint d une pathologie inconnue? 3 - Réponse c : Cette théorie, émise au début des années 80, se fonde sur l apparition, il y a 10 millions d années, d une gigantesque faille en Afrique. Cela aurait conduit à des différences climatiques et environnementales de part et d autre, et donc à des populations différentes (hominidés à l est de la faille, grands singes à l ouest). Mais la théorie a été mise à mal dans les années 2000 par la découverte de fossiles d hominidés très anciens à l ouest de la faille. 8

9 4 - Réponse c : Une bonne connaissance des fossiles et du terrain associée aux nouvelles technologies (imagerie médicale, calcul informatique) permet en général une analyse rapide et précise. Mais parfois le dégagement du fossile peut prendre plusieurs années. 5 - Réponse c : C est essentiellement la morphologie de l encéphale, ses proportions et la complexité des circonvolutions, qui différencient le genre Homo des autres hominidés. Même si le volume cérébral est pris en considération, le moulage de l intérieur du crâne est plus important encore : il informe sur la structure d une partie du réseau sanguin et parfois sur l asymétrie et la taille des hémisphères. 6 - Réponse b : Les fossiles d époques variées ont montré que plusieurs espèces d hominidés ont pu coexister et qu une espèce ancienne n est pas forcément l ancêtre d une espèce plus récente. Des caractéristiques comme la bipédie ou la capacité crânienne évoluent à un rythme différent selon les espèces. L évolution humaine n est pas linéaire. 7 - Réponse a : Les paléontologues datent les fossiles et l environnement dans lequel ils ont été trouvés. Ils disposent de diverses méthodes dont certaines basées sur la radioactivité : la datation au carbone 14 s applique aux fossiles mais s arrête à ans ; d autres radio-isotopes (potassium-argon) permettent de dater les roches sur plusieurs millions d années. La stratigraphie (étude des couches de sédiments) permet d établir la chronologie d un site. 8 - Réponse a : Les premiers fossiles d hominidés furent découverts en Europe. Puis c est en Afrique de l Est, à partir des années 1950, que le plus d hominidés très anciens ont été trouvés. On explore davantage l Afrique de l Ouest aujourd hui et de nouveaux gisements prometteurs sont exploités en Europe (Espagne, Géorgie). L Asie reste largement à explorer mais les conditions géologiques (grandes forêts sans fossiles) limitent les découvertes. 9 - Réponse b : Carl von Linné, naturaliste suédois, est l inventeur de la nomenclature binominale, toujours en usage, qui désigne chaque espèce par un double nom latin : nom du genre suivi du nom de l espèce. Dans le genre Homo (humain), il plaça l espèce sapiens (sage), et plusieurs autres dont on sait maintenant qu il s agissait d êtres mythiques. Inconnues de Linné, toutes les autres espèces du genre Homo ont été ajoutées au fil des découvertes de fossiles Réponse c : Les chercheurs s appuient entre autres sur la géologie pour repérer les lieux où les conditions ont pu être favorables à la conservation des fossiles (sédimentation, composition du sol ) et à leur découverte (érosion, mouvements du sol). Les bonnes conditions sont si rares que l on dispose de seulement individus pour reconstituer toute l histoire des hominidés. 9

Devoir à la maison n 2 : Parentés entre les êtres vivants actuels et fossiles Phylogenèse - Evolution (Chapitres 1 et 2)

Devoir à la maison n 2 : Parentés entre les êtres vivants actuels et fossiles Phylogenèse - Evolution (Chapitres 1 et 2) Devoir à la maison n 2 : Parentés entre les êtres vivants actuels et fossiles Phylogenèse - Evolution (Chapitres 1 et 2) Partie I : Restitution de connaissances La diversité du monde vivant a amené les

Plus en détail

- - - Sciences humaines - - - Sciences humaines : Chapitre 1 - La Préhistoire.

- - - Sciences humaines - - - Sciences humaines : Chapitre 1 - La Préhistoire. Introduction : - - - Sciences humaines - - - Qu est-ce que les «sciences humaines»? Les sciences humaines, ou sciences de l'homme, sont un ensemble de sciences, en nombre indéfini, ayant un rapport direct

Plus en détail

De Toumaï à Sapiens LA RUÉE VERS L HOMME

De Toumaï à Sapiens LA RUÉE VERS L HOMME De Toumaï à Sapiens LA RUÉE VERS L HOMME 2003 PHOTO P. PLAILLY / EURELIOS RECONSTITUTION ATELIER DAYNÈS PARIS 2003 PHOTO P. PLAILLY / EURELIOS RECONSTITUTION ATELIER DAYNÈS PARIS En hommage au photojournaliste

Plus en détail

Contenu du livret enseignant. Plan de l exposition

Contenu du livret enseignant. Plan de l exposition Contenu du livret enseignant Ce livret présente dans ses grandes lignes l exposition Néandertal, l Européen. Il contient le plan de l exposition, les grands textes accompagnant chacune des parties ainsi

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Evolution. Crâne de chimpanzé Modèle économique. Ref : 504 024. Français p 1. Version : 8009

Evolution. Crâne de chimpanzé Modèle économique. Ref : 504 024. Français p 1. Version : 8009 Français p 1 Crâne de chimpanzé Modèle économique Version : 8009 1 Introduction La lecture d'un arbre phylogénétique conduit à situer l'espèce humaine dans l' histoire du monde vivant. L'Homme partage

Plus en détail

Les rondelles. 1h30 72

Les rondelles. 1h30 72 Sites préhistoriques de la vallée de la Vézère Actions éducatives Second degré Programme 2015 Cycle 4 Parcours découverte Les rondelles 1h30 72 De petites rondelles en os, ivoire de mammouth...parfaitement

Plus en détail

Le Gigantopithèque, un singe fossile géant

Le Gigantopithèque, un singe fossile géant Le Gigantopithèque, un singe fossile géant Jean-Luc VOISIN UMR 6578, Université de la Méditerranée Aix-Marseille II Faculté de Médecine - La Timone, 27 Bvd Jean Moulin, 13385 Marseille Cedex 05 http://jeanlucvoisin.free.fr

Plus en détail

A la recherche du métier secret du Muséum dans

A la recherche du métier secret du Muséum dans A la recherche du métier secret du Muséum dans Pour fêter les 150 ans du Muséum, de nombreux objets qui racontent son histoire ont été exposés. Ils nous entrainent sur les traces des hommes qui les ont

Plus en détail

Travaux pratiques au musée d histoire naturelle : les mécanismes de l évolution. Marche à suivre à l attention des enseignants/es

Travaux pratiques au musée d histoire naturelle : les mécanismes de l évolution. Marche à suivre à l attention des enseignants/es Travaux pratiques au musée d histoire naturelle : les mécanismes de l évolution Marche à suivre à l attention des enseignants/es 1. Introduction Pour cette séance de travaux pratiques, nous avons choisi

Plus en détail

un très vieux parent!

un très vieux parent! Le parcours des objets,... de la fouille au musée! Dessin : Sonia Souvenir CEDARC Tous les objets présentés dans le musée ont été découverts lors de fouilles archéologiques. Ils ont été dégagés de la terre,

Plus en détail

Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes.

Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes. Bonjour! Je suis collombine, votre guide. Mes ancêtres, les ours des cavernes et moi-même avons habité pendant des millénaires dans ces montagnes. Je vivais à la préhistoire, à l époque de la dernière

Plus en détail

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» :

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : Cahier pédagogique «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : une exposition réalisée par Cap Sciences présentée au Centre de Culture Scientifique de l ULB du 22 septembre au 22 décembre

Plus en détail

Séquence 6. Un regard sur l évolution de l homme. Sommaire

Séquence 6. Un regard sur l évolution de l homme. Sommaire Séquence 6 Un regard sur l évolution de l homme Sommaire Chapitre 1. Pré-requis Chapitre 2. L histoire évolutive de l homme Synthèse Exercices Glossaire Annexe : Utilisation de phylogène 1 Chapitre 1 Pré-requis

Plus en détail

I. Géologie : Il y a environ 150 millions d années, au crétacé (ère secondaire), le sud ouest de la France était occupé par un océan.

I. Géologie : Il y a environ 150 millions d années, au crétacé (ère secondaire), le sud ouest de la France était occupé par un océan. I. Géologie : 1) La formation du calcaire : Le calcaire est une roche sédimentaire dure et peu perméable. Il y a environ 150 millions d années, au crétacé (ère secondaire), le sud ouest de la France était

Plus en détail

sommaire Introduction...11

sommaire Introduction...11 Titre partie sommaire Introduction..............................11 Dans un passé lointain «Les fossiles sont les restes d espèces animales et végétales disparues.»...........................17 «Il y a

Plus en détail

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief MUSÉUM NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE ACTION PÉDAGOGIQUE ET CULTURELLE DÉPARTEMENT DES GALERIES / PÔLE FORMATION DES ENSEIGNANTS DEPF Exposition temporaire Grande Galerie de l Évolution Muséum national

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris Comité scientifique

Plus en détail

Les Etapes morphologiques de l Evolution Humaine GUIPERT Gaspard

Les Etapes morphologiques de l Evolution Humaine GUIPERT Gaspard Les Etapes morphologiques de l Evolution Humaine GUIPERT Gaspard HISTORIQUE La Paléontogie Humaine, une science née en Europe 1829-1830 Engis (Belgique) En 1848 Gibraltar Août 1856, découverte de l Homme

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief MUSÉUM NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE ACTION PÉDAGOGIQUE ET CULTURELLE DÉPARTEMENT DES GALERIES / PÔLE FORMATION DES ENSEIGNANTS DEPF Exposition temporaire Grande Galerie de l Évolution Muséum national

Plus en détail

LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE. Le serpent des mers crétacées

LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE. Le serpent des mers crétacées En marge de l exposition «Mons sous le soleil du Crétacé» LE MOSASAURE : SON IMPORTANCE, L HISTOIRE DE SA DECOUVERTE Le serpent des mers crétacées Il y a quelques 100 millions d'années, régnait sur la

Plus en détail

La place de l'homme parmi les vertébrés.

La place de l'homme parmi les vertébrés. La place de l'homme parmi les vertébrés. Les caractères dérivés dans l'arbre des vertébrés. En parcourant l'arbre, à chaque nœud, on voit apparaître un caractère nouveau, plus évolué, (on l'appelle caractère

Plus en détail

I.2 - Parenté entre êtres vivants actuels et fossiles - Phylogenèse - Evolution L HOMME DE FLORES AU SEIN DE LA LIGNEE HUMAINE Fiche sujet - candidat

I.2 - Parenté entre êtres vivants actuels et fossiles - Phylogenèse - Evolution L HOMME DE FLORES AU SEIN DE LA LIGNEE HUMAINE Fiche sujet - candidat Fiche sujet - candidat Relatée dans la revue Nature en octobre 2004, la découverte des restes fossilisés d un homininé en Indonésie sur l île Flores a suscité de passionnants débats. L identité de l Homme

Plus en détail

1 an Ce document appartient à

1 an Ce document appartient à Et si l univers avait un an? 1 an Ce document appartient à Tu es prêt(e) pour un grand voyage intergalactique? Je t emmène, aux confins du cosmos, assister à la naissance de l Univers et de la vie.tu savais,

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

Mammouths 9 décembre 2014 14 juin 2015

Mammouths 9 décembre 2014 14 juin 2015 DOSSIER DE PRESSE 2 COMMUNIQUÉ Mammouths 9 décembre 2014 14 juin 2015 Les mammouths revivent au Muséum de Tours le temps d'une exposition D'où venaient-ils? Comment vivaient-ils? Pourquoi ont-ils disparus?

Plus en détail

La science pour tous Lundi 19 avril 2010 Dr. Michael Dittmar

La science pour tous Lundi 19 avril 2010 Dr. Michael Dittmar La science pour tous Lundi 19 avril 2010 Dr. Michael Dittmar La science dans les Medias (une sélection de ``Le Monde-Planète") Découverte: nouvelle espèce d'hominidé 2010: Année de la biodiversité: Les

Plus en détail

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences?

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences? Chez l espèce humaine, comme chez toute espèce, il existe des ressemblances et des différences entre les individus, y compris à l intérieur d une même famille. Comment expliquer nos ressemblances et nos

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

Zoom sur la police scientifi que. Questionnaire. 1/ En Scène de crime! 2/ Diatomées, les traceurs aquatiques. 3/ Entomologie criminelle

Zoom sur la police scientifi que. Questionnaire. 1/ En Scène de crime! 2/ Diatomées, les traceurs aquatiques. 3/ Entomologie criminelle 1/ En Scène de crime! QUESTION : Le prélèvement de traces et indices est-il réalisable par un enquêteur? Le prélèvement est par un scientifi que de la police technique et scientifi que (un Agent Spécialisé

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 3 e

Sciences de la vie et de la Terre 3 e Sciences de la vie et de la Terre 3 e Livret de c s Rédaction Serge Reynoardi Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

PARENTÉ ENTRE LES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES- PHYLOGENÈSE

PARENTÉ ENTRE LES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES- PHYLOGENÈSE PARENTÉ ENTRE LES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES- PHYLOGENÈSE Le constat est que les caractéristiques cellulaires et moléculaires communes des êtres vivants traduisent une origine commune. La phylogénie

Plus en détail

La réservation de la malle pédagogique est obligatoire une semaine avant la sortie!

La réservation de la malle pédagogique est obligatoire une semaine avant la sortie! Activités autonomes 8H Le programme de 6P insiste sur la notion d arthropode et le peuplement d un milieu. Cette activité définit la notion de caractère pour aborder la classification. Comment différencier

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne

Microbiologie BIOL 3253. L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne Microbiologie BIOL 3253 L évolution, la taxinomie et la diversité microbienne Introduction générale et vue d ensemble Taxinomie Science de la classification biologique. Constituée de 3 parties séparées

Plus en détail

Introduction. Ces disciplines s interrogent aussi

Introduction. Ces disciplines s interrogent aussi Introduction Rift : n. m. Géog Grand fossé d effondrement le long d une fracture de l écorce terrestre. Rift Valley : suite de dépressions de l Afrique de l Est, résultant d une distension de l écorce

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Attention, prêt, au galop!

Attention, prêt, au galop! Savoir Attention, prêt, au galop! À savoir sur le cheval et son environnement! 1 a les races SuiSSeS De CHevauX! SavaiS-tu Que?... l unique race suisse de chevaux vient du Jura et s appelle le Franches-Montagnes?...

Plus en détail

L HISTOIRE SECRETE DE L ESPÈCE HUMAINE ROCHER

L HISTOIRE SECRETE DE L ESPÈCE HUMAINE ROCHER MICHAEL CREMO RICHARD THOMPSON L HISTOIRE SECRETE DE L ESPÈCE HUMAINE Traduitdel anglais(états-unis)par EmmanuelScavée ÉDITIONS DU ROCHER Jean-Paul Bertrand Crédits iconographiques : L Illustration 2 («Motif

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÉSOLUTION 4.21 CONSERVATION DE LA VALLÉE DU GRAND RIFT

AVANT-PROJET DE RÉSOLUTION 4.21 CONSERVATION DE LA VALLÉE DU GRAND RIFT AVANT-PROJET DE RÉSOLUTION 4.21 CONSERVATION DE LA VALLÉE DU GRAND RIFT Consciente de la valeur universelle exceptionnelle de la Vallée du Grand Rift, berceau de l humanité, qui englobe son héritage culturel

Plus en détail

Chapitre 7 : l évolution des paysages

Chapitre 7 : l évolution des paysages Chapitre 7 : l évolution des paysages Où que l on soit sur Terre, sous le sol, se trouvent des roches du sous-sol. DEFINITION : Erosion = dégradation, usure des roches. Qu est-ce qui peut éroder les roches

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

L'aphasie de Broca. Découverte par Paul Broca de la zone cérébrale du langage articulé

L'aphasie de Broca. Découverte par Paul Broca de la zone cérébrale du langage articulé L'aphasie de Broca Découverte par Paul Broca de la zone cérébrale du langage articulé par Roland Bauchot, professeur honoraire de biologie de l'université Paris-Denis Diderot En 1861 paraît, dans le Bulletin

Plus en détail

La forêt houillère à Ronchamp.

La forêt houillère à Ronchamp. Il était une fois un paysage ancien : La forêt houillère à Ronchamp. Bonjour! Service éducatif du Muséum Cuvier de Montbéliard Yves Clerget Photographies de l auteur. Echantillons : collection personnelle,

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

Caractéristiques universelles du langage. Caractéristiques universelles du langage. Caractéristiques universelles du langage. La communication animale

Caractéristiques universelles du langage. Caractéristiques universelles du langage. Caractéristiques universelles du langage. La communication animale Origines et évolution du langage Enseignant: Laetitia Perre Email: perre@univ-provence.fr Bibliographie: Naitre humain (Melher, Dupoux) L instinct du langage (Pinker) Psychology of language (David W. Carroll)

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS

ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS ENQUETE AUTOUR DE LA ZONE CENTRALE NIVEAU DE DIFFICULTE 1 (3P-4P) REPONSES AUX QUESTIONS Ce document est destiné à l enseignant. Il contient les réponses au document d enquête distribué aux élèves. Les

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Livret Pédagogique. «Trivial Evolution»

Livret Pédagogique. «Trivial Evolution» Livret Pédagogique «Trivial Evolution» Présenté par Développé et créé par 1. La classification : Aujourd hui, le nombre d espèces vivantes recensées dépasse les 2 millions. En fait, il en existerait, selon

Plus en détail

Le concours de roses

Le concours de roses P a g e 3 Le concours de roses De renommée mondiale, le Concours international de roses de Bagatelle récompense chaque année les plus belles variétés. Champ d essai pour les obtenteurs de rosiers, il permet

Plus en détail

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172)

I/ Le principe de la datation absolue est basé sur la décroissance radioactive de certains éléments chimiques : (doc2 page 172) B. La datation absolue, en donnant accès à l âge des roches et des fossiles permet de mesurer les durées des phénomènes géologiques. Elle permet aussi de situer dans le temps l échelle relative des temps

Plus en détail

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire

> Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire. Sommaire > Bien comprendre La rédaction de la clause bénéficiaire Sommaire Assurance vie et clause bénéficiaire : de quoi s agit-il? p. 3 Quand et comment désigner un bénéficiaire? p. 4 Changer de bénéficiaire

Plus en détail

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences

Module de formation. Présentation de la classification du vivant. Cycle 3. à destination des équipes de circonscription. Enseignement des sciences Module de formation à destination des équipes de circonscription Présentation de la classification du vivant Enseignement des sciences et de la technologie à l école primaire Cycle 3 MENJVA / DGESCO -

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris (Métro Courcelles)

Plus en détail

l ostéopathe les Fascias une approche globale partagée enquête Évaluation des pratiques professionnelles : l exemple britannique

l ostéopathe les Fascias une approche globale partagée enquête Évaluation des pratiques professionnelles : l exemple britannique l ostéopathe magazine n 9 septembre / octobre 2011 enquête les Fascias une approche globale partagée reportage Évaluation des pratiques professionnelles : l exemple britannique interview Hafida Izelfanane,

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

La Terre, le Temps, le Vivant

La Terre, le Temps, le Vivant La Terre, le Temps, le Vivant Histoire de la Vie et Évolution Les auteurs dédient ce DVD à la mémoire de Bernard Le Vot en se souvenant de sa passion pour le sujet. INTRODUCTION Le concept d Évolution

Plus en détail

des visites animées et des ateliers pour les groupes enfants

des visites animées et des ateliers pour les groupes enfants Catalogue des visites animées et des ateliers pour les groupes enfants Pour une découverte ludique et instructive d un patrimoine diversifié dans un environnement préservé. Musée-Maison Maison du Patrimoine

Plus en détail

l ostéopathe ostéopathie du sport UN traitement top chrono! enquête Les recommandations de l AP-HP pour encadrer les médecines complémentaires

l ostéopathe ostéopathie du sport UN traitement top chrono! enquête Les recommandations de l AP-HP pour encadrer les médecines complémentaires l ostéopathe magazine n 14 octobre / novembre 2012 enquête ostéopathie du sport UN traitement top chrono! profession Les recommandations de l AP-HP pour encadrer les médecines complémentaires reportage

Plus en détail

Volcanisme et tectonique des plaques

Volcanisme et tectonique des plaques Volcanisme et tectonique des plaques Le volcanisme Le volcanisme est un phénomène naturel menaçant, mais il peut être aussi fascinant. Pour certaine civilisation, l attraction des volcans est grande. Elle

Plus en détail

Ngorongoro Crater Lodge

Ngorongoro Crater Lodge Ngorongoro Crater Lodge Non loin du Kilimanjaro, tout près d un cratère vieux de 3 millions d années, un lodge incroyable se dresse à 2400 mètres d altitude. Perché en bordure d un site classé au patrimoine

Plus en détail

Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation

Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : Un combustible fossile : le pétrole classe : 2nde durée : 1h20 Capacités Recenser, extraire et organiser

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

ARTE Découverte. Humanimal Du lundi 3 au vendredi 7 septembre 2007 à 19.00

ARTE Découverte. Humanimal Du lundi 3 au vendredi 7 septembre 2007 à 19.00 ARTE Découverte Humanimal Du lundi 3 au vendredi 7 septembre 2007 à 19.00 Humanimal Une série documentaire de 5 x 43mn réalisée par Thierry Berrod et Vincent Amouroux Coproduction : ARTE France, France

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

REPRODUCTION DE PAROIS ORNÉES DE LA PRÉHISTOIRE

REPRODUCTION DE PAROIS ORNÉES DE LA PRÉHISTOIRE REPRODUCTION DE PAROIS ORNÉES DE LA PRÉHISTOIRE L AFSP L Atelier des Fac-Similés du Périgord : une entreprise au savoir-faire unique, spécialisée dans la fabrication de fac-similés de parois ornées de

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Présentation de la structure :

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Présentation de la structure : DOSSIER PÉDAGOGIQUE Présentation de la structure : Missions de l Espace Mendès France : L Espace Mendès France doit son origine à des chercheurs de l université de Poitiers, militants de l éducation populaire,

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

Sauvons. les grands singes. Campagne EAZA 2011 au Parc de Clères 23 avril - 31 octobre 2011

Sauvons. les grands singes. Campagne EAZA 2011 au Parc de Clères 23 avril - 31 octobre 2011 Sauvons les grands singes Campagne EAZA 2011 au Parc de Clères 23 avril - 31 octobre 2011 Le Parc de Clères Avenue du Parc 76690 Clères Tél. : 02 35 33 23 08 parcdecleres@cg76.fr www.parcdecleres.net L

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION

Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Bac S - Sujet de SVT - Session 2012 - Emirats Arabes Unis 1ère PARTIE : Restitution des connaissances (8 points). STABILITÉ ET VARIABILITÉ DES GÉNOMES ET ÉVOLUTION Après avoir défini en introduction la

Plus en détail

La Faune d Ediacara. Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) :

La Faune d Ediacara. Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) : La Faune d Ediacara Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) : 1 er fossiles (empreintes) d organismes multicellulaires complexe. 60 espèces définie aux collines d Ediacara Précambrien Protérozoïque

Plus en détail

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES.

CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. CATALOGUE DES VISITES ANIMÉES ET DES ATELIERS DE GROUPES DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DES VISITES ET ATELIERS DE LA MAISON DE LA PIERRE ET DU CIMENT AINSI QUE LES JOURNÉES ORGANISÉES AVEC NOS PARTENAIRES. En

Plus en détail

Parents écolos ; bébé durable Ou l idéal écolo d une future maman

Parents écolos ; bébé durable Ou l idéal écolo d une future maman Le sujet de mon article aujourd hui, c est mon bébé. Ce n est pas ma faute, je focus vraiment sur cet enfant qui naîtra au début du mois d octobre. Je suis une femme qualifiée d écolo. J ai aussi un idéal

Plus en détail

EVOLUTION DES ORGANISMES VIVANTS ET HISTOIRE DE LA PLANÈTE TERRE

EVOLUTION DES ORGANISMES VIVANTS ET HISTOIRE DE LA PLANÈTE TERRE EVOLUTION DES ORGANISMES VIVANTS ET HISTOIRE DE LA PLANÈTE TERRE Rien n a de sens, en biologie, si ce n est à la lumière de l évolution. T.G. Dobzhansky, biologiste Les espèces se succèdent et se renouvellent

Plus en détail

Fiches du muséum d'angers:

Fiches du muséum d'angers: Fiches du muséum d'angers: Fiche n 1 : L'Autruche Il s'agit de retrouver les caractères de l'autruche qui la rapprochent du groupe des oiseaux et qui la font appartenir aussi au groupe des ratites. Coloriage

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC

Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 1 CHAPITRE D Le cortex cérébral et la plasticité du SNC 2 Les précédents chapitres nous ont permis de constater que le SN est organisé comme un réseau très complexe de neurones, au sein duquel circulent

Plus en détail

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA

Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art. Base CDOA Commission de récolement des dépôts d oeuvres d art Base CDOA Mai 2012 1 2 Table des matières 1. Historique de la base...5 1.1 Pourquoi une base de données sur les dépôts...5 1.2 Mise en place de la base

Plus en détail

Exposition "Le propre du singe" Filmographie

Exposition Le propre du singe Filmographie Exposition "Le propre du singe" 7 avril 31 décembre 2007 Filmographie Retrouvez les dates de projections de ces films dans le programme culturel du Muséum Les lillipusinges Les singes des forêts du sud

Plus en détail

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias)

TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) TÂCHE COMPLEXE Un paysage ancien : Salins-les-Bains au Mésozoïque (période du Trias) La présence de certaines roches dans le sous-sol peut permettre de reconstituer le milieu dans lequel celles-ci se sont

Plus en détail

CONTACTS. Médiateurs Tél : 04 50 08 17 04/09 bretho@agglo-annecy.fr pmverjus@agglo-annecy.fr fchampagnat@agglo-annecy.fr

CONTACTS. Médiateurs Tél : 04 50 08 17 04/09 bretho@agglo-annecy.fr pmverjus@agglo-annecy.fr fchampagnat@agglo-annecy.fr DOSSIER PEDAGOGIQUE CONTACTS Médiateurs Tél : 04 50 08 17 04/09 bretho@agglo-annecy.fr pmverjus@agglo-annecy.fr fchampagnat@agglo-annecy.fr La Turbine sciences Place Chorus 74960 Cran-Gevrier www.laturbinesciences.fr

Plus en détail

Wxá v{xätâå wâ ÜÉ tâ v{xätä VtÇtw xç

Wxá v{xätâå wâ ÜÉ tâ v{xätä VtÇtw xç Texte Wxá v{xätâå wâ ÜÉ tâ v{xätä VtÇtw xç Avant l arrivée des Européens, il n y avait pas de chevaux en Amérique. Les premiers sont amenés par les Espagnols dès 1493, mais ce n est qu en 1647 qu un cheval,

Plus en détail

Les Chauvet Mômes n 6

Les Chauvet Mômes n 6 EDITORIAL Les Chauvet Mômes n 6 A la différence des précédents, ce sixième numéro des Chauvet Mômes a été conçu et préparé par un groupe d élèves de cinquième, dans le cadre des IDD, tous passionnés de

Plus en détail

Afriques. Raymond Depardon. micro-expo 02. exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00. institut du natobho

Afriques. Raymond Depardon. micro-expo 02. exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00. institut du natobho Afriques Raymond Depardon exposition du 11 mars au 13 avril 2013 vernissage dimanche 10 mars - 16h00 micro-expo 02 institut du natobho 89 avenue de Saxe - 69003 Lyon Maintenant, tout est violence. Rien

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition du 11 avril au 29 novembre 2015

Dossier de presse. Exposition du 11 avril au 29 novembre 2015 Dossier de presse Exposition du 11 avril au 29 novembre 2015 Musée Escale Haut-Rhône 113 Rue de l espace Rhône La Bruyère 01300 Brégnier-Cordon Tel : 04 79 42 06 06 www.escalehautrhone.fr Le musée Escale

Plus en détail

Méli-Mélo en a plein le dos!

Méli-Mélo en a plein le dos! Les éditions du Scraboutcha vert Sous la plume et le crayon d Isapi Méli-Mélo en a plein le dos! Lettre ouverte d un blaireau à Carlo Di Antonio et autres drôles de cocos Au village, sans prétention, j

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

Bulletin de liaison des Amis de Mahé de La Bourdonnais

Bulletin de liaison des Amis de Mahé de La Bourdonnais Bulletin de liaison des Amis de Mahé de La Bourdonnais N 31 Avril 2013 Chers amis, Vous trouverez dans le présent Bulletin le compte-rendu de la dernière assemblée générale de notre association, le 14

Plus en détail

Historique des classifications

Historique des classifications Historique des classifications! La classification phylogénétique en théorie?! Pour nous autres... qu est-ce que ça change?! Comment faire? La science de la classification : la systématique 1) Identification,

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

Quantification de la croissance à partir des indices dentaires Fernando RAMIREZ ROZZI

Quantification de la croissance à partir des indices dentaires Fernando RAMIREZ ROZZI Fernando RAMIREZ ROZZI Mots-clés : émail, lignes de croissance, durée de formation, hypoplasie La croissance chez l homme moderne dure deux fois plus de temps que chez le chimpanzé. Par rapport à sa taille

Plus en détail

Chapitre 1 : proches mais différents

Chapitre 1 : proches mais différents Chapitre 1 : proches mais différents Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique.

ANATOMIE (30 points) Toute légende est à reporter dans l ordre numérique. SESSION 2002 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE HUMAINES Durée : 4 heures Coefficient : 3 (Anatomie : 1.5 et physiologie : 1.5) 1- La région abdominale (15 points) L usage de la calculatrice est interdite ANATOMIE

Plus en détail

Les défis de l énergie

Les défis de l énergie Les défis de l énergie La nouvelle exposition «Energie» s inscrit dans le cadre du renouvellement des expositions permanentes de la Cité des sciences et de l industrie. Ce questionnaire porte sur une sélection

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe)

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Première partie : estimation économique 1. Genre Date: / / Masculin (s) Féminin(s)...... Prière d indiquer le nombre de personnes

Plus en détail

Zhou Gang 周 刚 (né en 1958)

Zhou Gang 周 刚 (né en 1958) Zhou Gang 周 刚 (né en 1958) Musée Cernuschi : Qu est-ce qui a décidé de votre vocation d artiste? Zhou Gang : Mon père était un peintre connu dans les années 1930. Il avait fait des études au Japon et pratiquait

Plus en détail

BAC S SVT METROPOLE 2009

BAC S SVT METROPOLE 2009 BAC S SVT METROPOLE 2009 Q1 : Restitution des connaissances (8 points). PARENTÉ DES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES - PHYLOGENÈSE - ÉVOLUTION Toutes les espèces vivantes actuelles et toutes les espèces

Plus en détail