QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME. Niveau Qui est-ce? 2 - Quelle est la nature des fossiles les plus courants?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME. Niveau 1. 1 - Qui est-ce? 2 - Quelle est la nature des fossiles les plus courants?"

Transcription

1 avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, université Paris-XI QUIZ DE TOUMAÏ À SAPIENS LA RUÉE VERS L HOMME Vingt questions pour tester vos connaissances Le niveau 1 comporte une série de dix questions relativement faciles. Le niveau 2 vous propose dix autres questions moins faciles. Niveau Qui est-ce? a) Notre lointain ancêtre. b) Notre cousin éloigné. c) Cheeta filmé dans Tarzan et sa compagne en Thomas Lersch / GFDL / CC-sa Quelle est la nature des fossiles les plus courants? a) Les parties «dures» du corps. b) Le contenu de l estomac protégé par l acidité des sucs. c) Les bijoux de la famille. Gerbil / GFDL / CC-sa-2.5

2 3 - Qui est l auteur de cette peinture de la grotte de Lascaux? a) Un homme de Cro-Magnon. b) Un homme de Neandertal. c) Monsieur Eugène Lascaux. Prof saxx / GFDL Selon les théories actuelles, où se situe le berceau de l humanité? a) En Antarctique. b) En Europe. c) En Afrique. 5 - De quoi se compose le genre Homo? Le P tit Quinquin, 1902, Eugène Déplechin DR a) D une seule espèce, dont nous sommes les actuels représentants. b) D environ une dizaine d espèces dont la plupart ont disparu. c) Des lessives qui lavent plus blanc. The Rhodesian Man, Reconstitution par A. Forestier Domaine public / FunkMonk 6 - À partir d ADN extrait d os ou de dents fossiles, on peut : a) Faire naître des dinosaures par clonage. b) Identifier l auteur d'un crime commis au Pléistocène inférieur. c) Préciser les liens entre espèces éteintes et espèces actuelles. Museum of Natural History, Chicago 2

3 7 - Comment connaît-on l âge de Toumaï, découvert au Tchad en 2001? a) On a retrouvé sa carte d identité. b) On l a déduit de fossiles d animaux présents sur le site de la découverte. c) On l a déduit de l analyse de l ADN fossile retrouvé 8 - Dans la super-famille des hominoïdes, qui ne vit pas en Afrique? a) Les orangs-outans. b) Les gorilles. c) Les springboks. 9 - Que sont devenus les hommes de Neandertal? a) dans les os de son crâne. Les Springboks, la sélection de rugby d Afrique du Sud Ils ont évolué pour devenir des Homo sapiens. b) Ils ont disparu il y a des milliers d années. c) Il y en a deux qui habitent au-dessus de chez moi! Reconstitution d un Néandertalien par le Neanderthal Museum, Allemagne Neanderthal Museum DR MPFT 10 - À qui appartiennent les fossiles d hominidés? a) Au pays dans lequel on les a découverts. b) À l institution qui a financé les campagnes de fouilles. c) À la famille du défunt. Brigitte Senut 3

4 Niveau Qui est-ce? a) Lucy, la «grand-mère» du genre Homo. b) Lucy, une Australopithecus afarensis. c) Laïka, le premier chien dans l espace. Jonh Reader / SPL / Cosmos 2 - Que montre la photo? a) Le crâne d un homme moderne et de son fils. b) Le crâne d un homme moderne et d un homme de Flores. c) Une publicité vantant l efficacité d un dentifrice. Peter Brown / Nature 3 - Qu est-ce que l «East Side Story»? a) Une comédie musicale imaginée par nos ancêtres. b) L histoire des ancêtres de l Homme originaires d Orient. c) Une théorie expliquant la séparation entre hominidés et grands singes. Gorges d Olduvai, Tanzanie Vinny Burgoo / CC-sa En combien de temps un fossile livre-t-il ses secrets après sa découverte? a) 38 minutes exactement grâce aux nouvelles technologies. b) Les hommes modernes seront devenus des fossiles avant d avoir pu l analyser. c) Cela peut se faire rapidement ou prendre des années. Moulage d empreintes sur un site de fouilles Brigitte Senut 4

5 5 - Parmi ces réponses, quel est le critère d appartenance au genre Homo? a) Le volume du cerveau. b) La disparition des poils du visage. c) La morphologie du cerveau. 6 - Tous les hominidés sont-ils nos ancêtres directs? a) Oui, sinon on ne les appellerait pas hominidés. b) Non, beaucoup ont disparu sans laisser de descendance. c) Les miens non, mais ceux de mon fils, sûrement. 7 - Que peut-on dater avec la méthode dite «au carbone 14»? a) Un crâne d homme de Cro-Magnon. b) Un fémur d Australopithèque. c) Les salades des champs de Tchernobyl. 8 - Où le premier fossile d homme de Cro-Magnon a-t-il été découvert en 1868? a) En Europe, plus précisément en Dordogne, sur la propriété de M. Magnon. b) En Afrique du Nord, près du village de Khro Mah Nin. c) Au Muséum d histoire naturelle de Paris, près du grand squelette de dinosaure. L Homme primitif, 1931, Paul Dardé PePeEfe / GFDL / CC-sa-3.0 Rasbak / GFDL Didier Muller (CSI 2008) Domaine public / Locutus Borg 5

6 9 - Qui «nous» a donné le nom d Homo sapiens? a) Yves Coppens en b) Carl von Linné en c) Charles Darwin en Carolus Linnaeus in Laponian costume, 1853, Hendrik Hollander Domaine public / Jan Arkesteijn 10 - Comment les paléontologues choisissent-ils l endroit de leurs fouilles? a) Ils lancent une pièce en l air et creusent là où elle retombe. b) Ils utilisent des détecteurs pour localiser les os sous la terre. c) Ils font appel à la géologie pour identifier des sites favorables. Site de Yunxian en Chine Amélie Vialet / IPH 6

7 Réponses Niveau Réponse b : Non, l'homme ne descend pas du chimpanzé! Nous avons un lointain ancêtre commun et eux comme nous n'ont cessé d'évoluer. Mais cette croyance a eu la vie dure et a poussé les anthropologues à chercher le fameux «chaînon manquant» entre le singe et l homme jusqu à la supercherie. Ainsi, présenté comme tel, le crâne de l homme de Piltdown exhumé en 1912 était en réalité la juxtaposition d un crâne d homme moderne et d une mâchoire d orang-outan. 2 - Réponse a : Les parties les plus souvent fossilisées sont celles dont la dureté leur permet de résister durant le long processus de minéralisation. Les dents sont les plus fréquemment retrouvées car l émail résiste au temps ; leurs caractéristiques permettent de préciser l appartenance d un fossile. On trouve aussi des os, donnant des informations, par exemple, sur la locomotion (fémurs) ou la morphologie de la tête (crânes). 3 - Réponse a : L homme de Cro-Magnon est un Homo sapiens, arrivé en Europe il y a ans environ. De physique très semblable au nôtre, il fut le premier à nous laisser des représentations (peintures, sculptures...). Son art prospéra dès ans et à plus forte raison, il y a ans dans la grotte de Lascaux. 4 - Réponse c : Darwin l avait déjà supposé à cause des ressemblances entre les humains et les grands singes africains. La découverte de Lucy, âgée de 3,2 millions d années, en Afrique de l Est, allait dans ce sens. La preuve a été fournie dans les années 2000 avec la découverte de trois fossiles très anciens en Afrique : Toumaï, Orrorin et Ardipithecus. En effet, l âge de ces fossiles les rapproche de la séparation estimée d avec la lignée des chimpanzés. 5 - Réponse b : Selon le schéma le plus communément admis, la naissance du genre Homo remonte à environ 2 millions d années en Afrique. Depuis, il a compté une dizaine d espèces, dont certaines ont vécu en même temps. La première à quitter l Afrique pour coloniser l Eurasie fut probablement Homo habilis et/ou rudolfensis. Notre espèce Homo sapiens, plus tardive, est la seule survivante après la disparition de l homme de Neandertal, il y a ans. 6 - Réponse c : Quand un être vivant meurt, son ADN se dégrade progressivement, mais si les conditions sont favorables il peut rester partiellement analysable pendant près de ans. On a ainsi montré, par exemple, que certains Néandertaliens étaient roux, ou encore qu ils possédaient un gène qui, chez nous, joue un rôle essentiel dans le langage. 7 - Réponse b : Comme il est souvent difficile de dater directement un fossile très ancien, on tente de dater l environnement dans lequel il a été trouvé. Pour Toumaï, on s est basé sur d autres fossiles d animaux (par exemple, des ancêtres d hippopotames et d éléphants) dont on connaissait l âge. En 2008, la datation directe des sédiments d où provenait Toumaï a fait de lui, avec ses 7 millions d années, le plus vieux fossile d hominidé connu à ce jour. 7

8 8 - Réponse a : Chimpanzés, bonobos, gorilles et orangs-outans sont des grands singes ayant une origine commune avec l homme. Selon le schéma le plus courant, les orangs-outans, asiatiques, auraient divergé en premier, puis les gorilles. Le dernier ancêtre commun serait celui des chimpanzés, des bonobos et des «pré-humains». La date de cette séparation est mal connue : 7 millions d années selon la génétique, jusqu à 10 selon les découvreurs de fossiles. 9 - Réponse b : Les analyses génétiques récentes tendent à montrer qu Homo neandertalensis et Homo sapiens auraient été deux espèces distinctes. Elles ont cohabité, notamment en Europe, il y a environ ans, puis les Néandertaliens ont progressivement disparu, selon des modalités qui restent à préciser (influence de l arrivée d Homo sapiens sur leur territoire?). Ces deux espèces montraient des degrés d intelligence et des capacités d adaptation similaires Réponse a : Selon une convention internationale de 1998, les fossiles d hominidés ne devraient pas quitter leur pays d origine, sauf pour des motifs scientifiques. Certains pays souhaitent néanmoins faire connaître leur patrimoine fossile. Le gouvernement éthiopien, propriétaire de la célèbre Australopithèque Lucy, l a envoyée «en tournée» aux États-Unis ( ) où elle est exposée au public, contre l avis de certains scientifiques. 1 - Réponse b : Réponses Niveau 2 Lucy, découverte en 1974 en Éthiopie par Yves Coppens, Donald Johanson et Maurice Taieb est un fossile d Australopithecus afarensis. Datant de 3,2 millions d années, elle a longtemps été considérée comme le plus vieil ancêtre de la lignée humaine. Elle est aujourd hui détrônée par des fossiles deux fois plus anciens. 2 - Réponse b : À partir de 2003, on a découvert sur l île de Flores en Indonésie des fossiles d hominidés inclassables parmi les espèces connues. Les caractéristiques de l Homme de Flores sont sa petite taille (un mètre) et son petit crâne (1/3 de celui d un homme moderne). Il aurait disparu il y a moins de ans. S agit-il d une nouvelle espèce qui se serait particularisée du fait de l insularité ou bien d un Homo sapiens atteint d une pathologie inconnue? 3 - Réponse c : Cette théorie, émise au début des années 80, se fonde sur l apparition, il y a 10 millions d années, d une gigantesque faille en Afrique. Cela aurait conduit à des différences climatiques et environnementales de part et d autre, et donc à des populations différentes (hominidés à l est de la faille, grands singes à l ouest). Mais la théorie a été mise à mal dans les années 2000 par la découverte de fossiles d hominidés très anciens à l ouest de la faille. 8

9 4 - Réponse c : Une bonne connaissance des fossiles et du terrain associée aux nouvelles technologies (imagerie médicale, calcul informatique) permet en général une analyse rapide et précise. Mais parfois le dégagement du fossile peut prendre plusieurs années. 5 - Réponse c : C est essentiellement la morphologie de l encéphale, ses proportions et la complexité des circonvolutions, qui différencient le genre Homo des autres hominidés. Même si le volume cérébral est pris en considération, le moulage de l intérieur du crâne est plus important encore : il informe sur la structure d une partie du réseau sanguin et parfois sur l asymétrie et la taille des hémisphères. 6 - Réponse b : Les fossiles d époques variées ont montré que plusieurs espèces d hominidés ont pu coexister et qu une espèce ancienne n est pas forcément l ancêtre d une espèce plus récente. Des caractéristiques comme la bipédie ou la capacité crânienne évoluent à un rythme différent selon les espèces. L évolution humaine n est pas linéaire. 7 - Réponse a : Les paléontologues datent les fossiles et l environnement dans lequel ils ont été trouvés. Ils disposent de diverses méthodes dont certaines basées sur la radioactivité : la datation au carbone 14 s applique aux fossiles mais s arrête à ans ; d autres radio-isotopes (potassium-argon) permettent de dater les roches sur plusieurs millions d années. La stratigraphie (étude des couches de sédiments) permet d établir la chronologie d un site. 8 - Réponse a : Les premiers fossiles d hominidés furent découverts en Europe. Puis c est en Afrique de l Est, à partir des années 1950, que le plus d hominidés très anciens ont été trouvés. On explore davantage l Afrique de l Ouest aujourd hui et de nouveaux gisements prometteurs sont exploités en Europe (Espagne, Géorgie). L Asie reste largement à explorer mais les conditions géologiques (grandes forêts sans fossiles) limitent les découvertes. 9 - Réponse b : Carl von Linné, naturaliste suédois, est l inventeur de la nomenclature binominale, toujours en usage, qui désigne chaque espèce par un double nom latin : nom du genre suivi du nom de l espèce. Dans le genre Homo (humain), il plaça l espèce sapiens (sage), et plusieurs autres dont on sait maintenant qu il s agissait d êtres mythiques. Inconnues de Linné, toutes les autres espèces du genre Homo ont été ajoutées au fil des découvertes de fossiles Réponse c : Les chercheurs s appuient entre autres sur la géologie pour repérer les lieux où les conditions ont pu être favorables à la conservation des fossiles (sédimentation, composition du sol ) et à leur découverte (érosion, mouvements du sol). Les bonnes conditions sont si rares que l on dispose de seulement individus pour reconstituer toute l histoire des hominidés. 9

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» :

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : Cahier pédagogique «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : une exposition réalisée par Cap Sciences présentée au Centre de Culture Scientifique de l ULB du 22 septembre au 22 décembre

Plus en détail

un très vieux parent!

un très vieux parent! Le parcours des objets,... de la fouille au musée! Dessin : Sonia Souvenir CEDARC Tous les objets présentés dans le musée ont été découverts lors de fouilles archéologiques. Ils ont été dégagés de la terre,

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris Comité scientifique

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief MUSÉUM NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE ACTION PÉDAGOGIQUE ET CULTURELLE DÉPARTEMENT DES GALERIES / PÔLE FORMATION DES ENSEIGNANTS DEPF Exposition temporaire Grande Galerie de l Évolution Muséum national

Plus en détail

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief

Arian Zwegers / CC BY 2.0 Eleifert / CC BY-SA 3.0 Pierre Fidenci / CC BY-SA 2.5 Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief Jean-Michel Krief MUSÉUM NATIONAL D HISTOIRE NATURELLE ACTION PÉDAGOGIQUE ET CULTURELLE DÉPARTEMENT DES GALERIES / PÔLE FORMATION DES ENSEIGNANTS DEPF Exposition temporaire Grande Galerie de l Évolution Muséum national

Plus en détail

La place de l'homme parmi les vertébrés.

La place de l'homme parmi les vertébrés. La place de l'homme parmi les vertébrés. Les caractères dérivés dans l'arbre des vertébrés. En parcourant l'arbre, à chaque nœud, on voit apparaître un caractère nouveau, plus évolué, (on l'appelle caractère

Plus en détail

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité

Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Chapitre 7 : diversification des êtres vivants et évolution de la biodiversité Au sein d une espèce, la diversité entre les individus a pour origine les mutations, sources de création de nouveaux allèles,

Plus en détail

1 an Ce document appartient à

1 an Ce document appartient à Et si l univers avait un an? 1 an Ce document appartient à Tu es prêt(e) pour un grand voyage intergalactique? Je t emmène, aux confins du cosmos, assister à la naissance de l Univers et de la vie.tu savais,

Plus en détail

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences?

Comment expliquer nos ressemblances et nos différences? Chez l espèce humaine, comme chez toute espèce, il existe des ressemblances et des différences entre les individus, y compris à l intérieur d une même famille. Comment expliquer nos ressemblances et nos

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre 3 e

Sciences de la vie et de la Terre 3 e Sciences de la vie et de la Terre 3 e Livret de c s Rédaction Serge Reynoardi Ce cours est la propriété du Cned. Les images et textes intégrés à ce cours sont la propriété de leurs auteurs et/ou ayants

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris (Métro Courcelles)

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours!

L approvisionnement d électricité est vraiment mauvais ces derniers jours! Learning by Ear Environnement 06 Energies renouvelables Texte : Richard Lough Rédaction et idée: Johannes Beck Introduction Bienvenue dans notre série d émissions Learning by Ear, consacrée à l environnement.

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Présentation de la structure :

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Présentation de la structure : DOSSIER PÉDAGOGIQUE Présentation de la structure : Missions de l Espace Mendès France : L Espace Mendès France doit son origine à des chercheurs de l université de Poitiers, militants de l éducation populaire,

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

La Faune d Ediacara. Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) :

La Faune d Ediacara. Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) : La Faune d Ediacara Localisé aux Collines d Ediacara (en Australie) : 1 er fossiles (empreintes) d organismes multicellulaires complexe. 60 espèces définie aux collines d Ediacara Précambrien Protérozoïque

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1»

Persepolis. Le Film et La Bande dessinée. «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Persepolis Le Film et La Bande dessinée «Une aventure culturelle de niveau A2-B1» Dossier pédagogique pour les préparatoires du lycée Saint-Joseph d Istanbul Première partie : Devinons par l image Analyse

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

«Le loup n est qu un chien sauvage.»

«Le loup n est qu un chien sauvage.» «Le loup n est qu un chien sauvage.» Il n y a pas plus de différence entre un chien et un loup qu entre un Français et un Anglais. Robert Wayne, cité par Libération, 13 avril 1994 Non seulement il est

Plus en détail

Chapitre 1 : proches mais différents

Chapitre 1 : proches mais différents Chapitre 1 : proches mais différents Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe)

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Première partie : estimation économique 1. Genre Date: / / Masculin (s) Féminin(s)...... Prière d indiquer le nombre de personnes

Plus en détail

Présentation de la leçon

Présentation de la leçon Branche : Eveil historique Sujet : Histoire de l écriture Situation de la leçon dans le programme : 734 p.143, 750 p.145 Compétences : 734 : Analyser de nombreux documents historiques ou autres et s entraîner

Plus en détail

LES DÉFIS DE L EXPANSION

LES DÉFIS DE L EXPANSION LES DÉFIS DE L EXPANSION DU MONDE 49 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ÉLEVEURS DE PORCS DU QUÉBEC JEAN-LOUIS ROY, 28 MAI 2015 L ESPACE AGRICOLE GLOBAL JEAN-LOUIS ROY, MAI 2015 Tous les pays du monde 1,35 milliards

Plus en détail

Archivistes en herbe!

Archivistes en herbe! Les archives c est quoi? Un archiviste travaille avec des archives. Oui, mais les archives c est quoi? As-tu déjà entendu ce mot? D après toi, qu est-ce qu une archive? 1. Les archives ce sont des documents

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5

Pour travailler avec le film en classe Niveau b1...7. Avant la séance...4 L affiche...4 La bande-annonce...4 Après la séance... 5 Festival Study guide Dossier pédagogique destiné aux adolescents 2014 (Homeland) présente Alliance Française FRENCH FILM FESTIVAL Table des matières Pour travailler avec le film en classe Niveau A2...4

Plus en détail

Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5

Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5 Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5 Repenser l habitat dans les pays tropicaux : Le défi du logement entre crises identitaires, «modernité» et conflits territoriaux Numéro coordonné par

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Priorité au client : gestion de l expérience utilisateur

Priorité au client : gestion de l expérience utilisateur un rapport ComputerWeekly en association avec Priorité au client : gestion de l expérience utilisateur KINEMERO/ISTOCK/THINKSTOCK Comment offrir la meilleure expérience client possible sur votre réseau

Plus en détail

Au temps des grands parents

Au temps des grands parents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 La vie quotidienne d autrefois SEANCE 4 L école d autrefois SEANCE 3 Objets du présent et du passé (2) SEANCE 2 Objets du présent et du passé (1) SEANCE 1 Le temps qui passe

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ

LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ JEUX DU COMMERCE 2008 CAS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE LA FERME À MATURIN INC. ÉNONCÉ Éric Déry, CA, MBA Département des Sciences comptables Université du Québec à Trois-Rivières 2007 Toute reproduction, en

Plus en détail

les Carnets du p a ra d oxe

les Carnets du p a ra d oxe les Carnets du p a ra d oxe L É L É P H A N T dans l histoire du cinéma Dès les débuts du cinéma, le récit de voyage passionna les foules. NANOUK L ESQUIMAU de Robert Flaherty ou CHANG fure n t d énormes

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Activité 4. Tour de cartes Détection et correction des erreurs. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels

Activité 4. Tour de cartes Détection et correction des erreurs. Résumé. Liens pédagogiques. Compétences. Âge. Matériels Activité 4 Tour de cartes Détection et correction des erreurs Résumé Lorsque les données sont stockées sur un disque ou transmises d un ordinateur à un autre, nous supposons généralement qu elles n ont

Plus en détail

au Canton de Wintzenheim

au Canton de Wintzenheim au Canton de Wintzenheim résentation de Duo sport partenaire du Sivom pour le afari Entreprise spécialisée dans la mise en œuvre de produits sportifs OUTDOOR DUO SPORT: C est 2 pôles d intervention Pôle

Plus en détail

Musée de paléontologie et de lʼévolution. Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014

Musée de paléontologie et de lʼévolution. Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014 Un laboratoire en pleine expansion Campagne de financement 2014 Campagne de financement 2014 Un laboratoire en pleine expansion Le Musée de et de l évolution (MPE) est un organisme sans but lucratif et

Plus en détail

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme

TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ². http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme TESTS D HYPOTHÈSE FONDÉS SUR LE χ² http://fr.wikipedia.org/wiki/eugénisme Logo du Second International Congress of Eugenics 1921. «Comme un arbre, l eugénisme tire ses constituants de nombreuses sources

Plus en détail

SRAL Saint Raphaël. Maison des associations 213, rue de la Soleillette 83700 Saint Raphaël. : 06 26 56 41 85 - : dromain.jean-pierre@neuf.

SRAL Saint Raphaël. Maison des associations 213, rue de la Soleillette 83700 Saint Raphaël. : 06 26 56 41 85 - : dromain.jean-pierre@neuf. SRAL Saint Raphaël Maison des associations 213, rue de la Soleillette 83700 Saint Raphaël : 06 26 56 41 85 - : dromain.jean-pierre@neuf.fr Document réalisé par Jean Pierre DROMAIN Pour servir de support

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS

PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS PROPOSITION POUR ASSURANCE MULTIRISQUE DES PRODUCTEURS 1. Nom de la société de production (proposant) : 2. Adresse : 3. Le proposant est : Particulier Société de personnes Personne morale, dont les membres

Plus en détail

Level 1 French, 2011

Level 1 French, 2011 1 90881 R Level 1 French, 2011 90881 Demonstrate understanding of a variety of French texts on areas of most immediate relevance 2.00 pm hursday hursday Thursday 1 1 1 1 November 2011 Credits: Five RESOURCE

Plus en détail

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR

Visual Information Solutions. ENVI LiDAR. L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Visual Information Solutions ENVI LiDAR L environnement logiciel interactif pour extraire des informations 3D à partir du LiDAR Créer des visualisations réalistes. Extraire des objets 3D. Générer des produits

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

Livret-jeu à partir de 11 ans

Livret-jeu à partir de 11 ans Livret-jeu à partir de 11 ans Cliché Liberté Beau Surprise En plein air Famille Mignon Voyage Tendresse Rêverie Poésie Posé Amateur Studio Sauvage Quotidien Bonheur Spontané Professionnel Sage Méchant

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL

CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL CILDA 2010 Le 17 décembre Hôtel Clarion 202 rue de Rivoli LE FRELON ASIATIQUE INTERVENTION DE CLAIRE VILLEMENOT DU MUSEUM NATIONAL Consulter le site Web inpn.mnhn.fr Présentation de l individu 2 espèces

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Je découvre le diagramme de Venn

Je découvre le diagramme de Venn Activité 8 Je découvre le diagramme de Venn Au cours de cette activité, l élève découvre le diagramme de Venn et se familiarise avec lui. Pistes d observation L élève : reconnaît les éléments du diagramme

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Fait du Jour : Départ de L Hermione

Fait du Jour : Départ de L Hermione Fait du Jour : Départ de L Hermione Exercices 1 Première écoute. De quoi parle-t-on dans ce journal? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous comprenez. L Hermione est : une actrice. un bateau.

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

GOL502 Industries de services

GOL502 Industries de services GOL502 Industries de services Conception d un service Partie IIb Version 2013 Introduction Conception d un service partie IIb Nous verrons dans ce chapitre Modélisation d un service; Langage de modélisation

Plus en détail

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

UNITED NATIONS NATIONS UNIES Programme : 16 Duration : 7 42 Producer : Lisa Andracke UNITED NATIONS NATIONS UNIES 21 st Century GHANA: L EDUCATION EN PLEINE REVOLUTION Partout dans le monde, le nombre d enfants inscrits à l école

Plus en détail

J ai réalisé la première version de ce travail lors

J ai réalisé la première version de ce travail lors Avant-propos J ai réalisé la première version de ce travail lors d une mission au Maroc, qui consistait, entre autres choses, à former des dessinateurs de caractères arabes pour l imprimerie et l informatique.

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!!

Mythe : Le chien est un omnivore. C'est faux!! Mythe : Le chien est un omnivore C'est faux!! Les chiens sont des carnivores et non des omnivores. La théorie selon laquelle les chiens sont omnivores reste à être prouvée, alors que le fait que les chiens

Plus en détail

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4

> Présentation du programme... 3. > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 2 SOMMAIRE > Présentation du programme... 3 > Peps Eurêka - Mémoire : Pour donner du Peps à ses neurones et à sa vie... 4 > L Équilibre, où en êtes-vous? : Prévenir les chutes et apprendre à se relever

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite

Cahier d enquête. Suspect N 5. Reproduction interdite Cahier d enquête Suspect N 5 Reproduction interdite 1ère étape : dé découvrez votre suspect Le Gypaè Gypaète barbu À l aide du plan, trouvez le Gypaète barbu dans les expositions. Le Gypaète barbu est

Plus en détail

I Les caractères de l'individu :

I Les caractères de l'individu : Partie 1, Chapitre 1 LES CARACTÈRES DE L'INDIVIDU ET LEUR TRANSMISSION Rappels : Un être vivant : c'est un être qui naît, grandit, mange, rejete des déchets, se reproduit et meurt. Il est constitué de

Plus en détail

1961-2011 Une histoire d innovation

1961-2011 Une histoire d innovation ORTAKABIN 1961-2011 Une histoire d innovation C O N S E I L S E T I N F O R M A T I O N S D E P O R T A K A B I N - É T É 2 0 1 2 Portakabin : 50 ans de savoir-faire à votre service Portakabin Une histoire

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque.

Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Bonjour! Je m appelle Photon, messager du soleil! Je viens te faire découvrir l énergie Photovoltaïque. Question n 1 L'homme a besoin d'énergie pour se déplacer, se chauffer, faire fonctionner ses machines,

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES

UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 TESTS PARAMÉTRIQUES Université Paris 13 Cours de Statistiques et Econométrie I UFR de Sciences Economiques Année 2008-2009 Licence de Sciences Economiques L3 Premier semestre TESTS PARAMÉTRIQUES Remarque: les exercices 2,

Plus en détail

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie.

Ce document fait office d introduction au cryptage des données ainsi qu aux solutions de stockage à cryptage fiable proposées par LaCie. Livre blanc : CRYPTAGE Au regard du formidable succès des disques durs externes pour le stockage et la sauvegarde des données personnelles, commerciales et organisationnelles, le besoin de protection des

Plus en détail

PARC DES OISEAUX PRISE JEUX ENCADREMENT SPECTACLE QUALITÉ UNE JOURNÉE INOUBLIABLE AU SITES DE PARCOURS EN CHARGE PROFESSIONNALISME

PARC DES OISEAUX PRISE JEUX ENCADREMENT SPECTACLE QUALITÉ UNE JOURNÉE INOUBLIABLE AU SITES DE PARCOURS EN CHARGE PROFESSIONNALISME UNE JOURNÉE INOUBLIABLE AU PARC DES OISEAUX PARCOURS THÉMATIQUES A T E L I E R PÉDAGOGIE SPECTACLE A C T I V I T É S DÉTECTIVES EXPERIENCE SITES DE PRESENTATION DÉCOUVERTE BIODIVERSITÉ JEUX ENCADREMENT

Plus en détail

Dans les secrets du cerveau

Dans les secrets du cerveau Sciences du Vivant et Société Dans les secrets du cerveau Vendredi 11 octobre 2013 Collège des Bernardins - Paris Dans les secrets du cerveau Colloque organisé par Sciences du Vivant et Société Sous la

Plus en détail

Musée temporaire. Le jeu

Musée temporaire. Le jeu Musée temporaire Le jeu Bienvenue à la Banque nationale de Belgique! La Banque nationale de Belgique n est pas une banque comme les autres Par exemple, tu ne peux pas y ouvrir de compte bancaire : seules

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives.

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. 8 ième année science humaines Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. Si tu n as pas ton information avec toi, tu peux

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES

LES ECHANGES DE DONNEES INFORMATISEES L EDI (Échange de Données Informatisées) est un processus d échange d informations, sous forme électronique, entre deux systèmes informatiques distincts. Cette technique utilisée au moins depuis deux décennies

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN

EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN 1/ EXTRAITS DES PROPOS DU PRÉSIDENT BARACK OBAMA AU PEUPLE AFRICAIN Salle Mandela, siège de l Union africaine Addis-Abeba, Éthiopie Le 28 juillet 2015 Les propos du président ont été regroupés par thèmes.

Plus en détail

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC 1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC HOMMAGE AU COUPLE BOLDUC-ROUETTE Mariette Bolduc Rouette. Mariette est aussi issue d une vieille famille

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

Hé Gogol, comment vas-tu? Et la famille? Tout le monde se porte bien? Oui Marius, tout le monde va bien.

Hé Gogol, comment vas-tu? Et la famille? Tout le monde se porte bien? Oui Marius, tout le monde va bien. Leçon 6: Les chimpanzés La famille de chimpanzés Nous aimerons vous montrer comment nous sommes très proches des hommes et vous présenter des coutumes qui nous sont similaires. Il faut savoir que nous

Plus en détail

Livret d accompagnement

Livret d accompagnement Livret d accompagnement Bien penser son projet... Construire ensemble le patrimoine de demain... Sommaire Qui êtes-vous? Quelle maison imaginez-vous? Premiers pas sur le terrain Les caractéristiques du

Plus en détail

Graines de Sciences. Les scientifiques et leurs ateliers. La physique des super-héros par Roland Lehoucq

Graines de Sciences. Les scientifiques et leurs ateliers. La physique des super-héros par Roland Lehoucq Graines de Sciences 16 Les scientifiques et leurs ateliers La physique des super-héros par Roland Lehoucq Soulever une voiture à bout de bras, devenir invisible, se déplacer sur un mur vertical ou avoir

Plus en détail