Politique d utilisation par AC. Certification et protocoles. Contenu d un certificat (X.509)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Politique d utilisation par AC. Certification et protocoles. Contenu d un certificat (X.509)"

Transcription

1 Politique d utilisation par AC et protocoles runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis AC spécifie les champs obligatoires et optionnels. impose évent. cond. de validité sur des champs Exemple Vérif. requiert que le champ Common Name d un serveur corresponde au nom de domaine du serveur (unice.fr). Le certificat délivré par AC garantit la relation (Identité, pk) en vérifiant que l identité du détenteur du couple (pk,sk) correspond bien à celui inscrit dans le certificat. L AC s en assure lors de la requête de certificat. Si Alice requiert un certificat personnel, l AC doit tout d abord vérifier qu Alice est bien la personne requérante. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 1 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 4 Contenu d un certificat (X.509) Chaîne de certification Associe une clé publique à l identité d un sujet ; comprend : Subject : Nom Distingué, Clé publique Issuer : Nom Distingué, Signature Period of Validity :datededébut,datedefin Administrative Information : version, numéro de série Extended Information : où l information «Nom Distingué» comprend les champs : Common Name : nom à certifier Organization Company : contexte Organizational Unit : contexte spécifique City/Locality :ville State/Province : pour US Country :codepays runo Martin UNSA I3S Sophia Antipolis PACA fr Une AC peut aussi fournir un certificat à une autre AC. Alice peut ainsi remonter une chaîne de certification jusqu à trouver une AC en qui elle a confiance. Elle peut aussi décider de limiter la taille de la chaîne de certification pour diminuer le risque qu un des certificats de la chaîne soit mauvais. AC r Id,clé AC r Id ACr,K ACr AC r Id AC1,K AC1 AC 1 Id AC,K AC AC Id A,clé A AC r Id C,clé C runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 3 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 5

2 Création d une AC «racine» Services de certification Problème :ilfautuneac«racine»quinepeutsefairecertifier. Son certificat est auto-délivré. L entité qui délivre le certificat est identique au sujet certifié. La confiance repose dans une large distribution de la pk de l AC. Les clients et les serveurs sont configurés pour faire confiance à certaines AC par défaut, comme CertiSign ou VeriSign. Ces sociétés proposent des techniques de gestion des certificats, ont des procédures de vérification de l information, délivrent des certificats. Il est possible de se déclarer comme AC «racine», utile au sein d un intranet, où la vérification de l information est plus aisé. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 6 Commercialisent, délivrent des certificats via procédure spécifique. Gèrent des liste de révocation des certificats : liste des certificats corrompus ou invalides certificats cassés certificat d un sujet obsolète (licenciement, panne serveur) Réalisation «asymétrique» : au moyen d un schéma de signature avec appendice qui consiste en [2] : une opération de signature une opération de vérification sur le contenu d un certificat. Si le contenu est conforme à la norme X509, on fournit un identificateur numérique ou Digital ID, sorte de carte d identité numérique. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 8 Rupture dans la chaîne & Vérification Id A,clé A hachage h Sign AC Sign AC (h(id A,clé A )) AC Id A,clé A Clé de A certifiée par AC Id A,clé A Sign AC (h(id A,clé A )) AC Id A,clé A Id A,clé A Clé de A certifiée par AC Sign AC (h(id A,clé A )) hachage h h(id A,clé A ) Ver AC Algorithme public de vérification de AC oui/non runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 7 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 9

3 Une attaque MIM de plus haut niveau Porte sur la transmission d un certificat dont l AC n est pas connue. C est le cas, par exemple, d un certificat auto-délivré. Avec quel outil? Des logiciels libres comme dsniff ou ettercap permettent de mener à bien de telles attaques sur un LAN. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 10 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 12 Certificat original et celui falsifié Attaque de l homme du milieu en pratique sur un LAN Serveur IP: MAC: 00:0b:db:c9:df:44 Melchior IP: MAC: 00:11:43:cd:0a:c8 Client IP: MAC: 00:50:da:16:cb: =00:11:43:cd:0a:c =00:50:da:16:cb: =00:11:43:cd:0a:c =00:0b:db:c9:df:44 contenu des tables arp vers de vers de vers de vers de runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 11 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 13

4 services de sécurité implémentent la politique de sécurité. Certains services inutiles pour une politique donnée. Exemple : intégrité ne requiert pas le chi rement Chaque service traite un ensemble particulier de menaces Exemple : confidentialité prémunit contre l accès non-autorisé à l information. Services de sécurité implémentés par les mécanismes de sécurité certains services utilisent le même mécanisme Exemple : hachage utilisé en identification et signature. Implémentent les services de sécurité chi rement signatures numériques mécanismes de contrôle d accès mécanismes d integrité des données mécanismes d authentification empaquetage pour le trafic contrôle de routage tiers de confiance (notariat électronique) gestionnaire de sécurité (gestion des clés) audit détection d intrusion runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 15 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 17 Services de sécurité Standards Internet et l IETF Définis dans la norme ISO comme : 1 service d authentification d entités service d authentification de l origine des données 2 service de contrôle d accès 3 service de confidentialité avec/sans connexion service de confidentialité sélectif service de confidentialité du flux de trafic 4 service d intégrité de connexion avec/sans récupération service d intégrité sélectif service d intégrité sans connexion (sélectif ou non) 5 non répudiation avec preuve d origine non répudiation avec preuve de dépot l Internet Engineering Task Force (IETF) : groupe technique chargé de l ingénierie et de l évolution d Internet. Propose des standards via des groupes de travail, p.e. en sécurité : Open specification for PGP Authenticated Firewall Traversal Common Authentication Technology Domain Name Security IP Security Protocol (IPSEC) One time password authentication Public Key Infrastructure S/MIME Mail Security Secure Shell Simple Public Key Infrastructure Transport Layer Security Web Transaction Security runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 16 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 18

5 Que produit l IETF? Modèles pour l établissement de clés Des RFC (Request for Comments) proposent des standards pour l évolution d internet. Des documents de travail, Internet Drafts sans statut formel de durée de vie de 6 mois. Les RFC recouvrent une grande variété de documents allant des documents informels jusqu à la spécification complète de certains protocoles. Une fois publié comme RFC le document reçoit un numéro. Un document n est ni revu ni ré-édité sous le même numéro. On les trouve à l adresse Procédé qui rend disponible une clé à une ou plusieurs entités. Recouvre : transport de clés (publiques, secrètes) mise à jour des clés dérivation des clés mise en accord symétrique runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 19 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 22 Techniques de gestion de clés [1] Reposent sur chi rement utilisation des clés politique de sécurité génération réactivation permettent d éviter : Prête Active Usée la modification la destruction malintentionnée le rejeu la divulgation (disclosure) activation destruction désactivation destruction Pendant toute la durée de vie des clés, il faut assurer : la génération sûre suppression révocation la certification l enregistrement distribution destruction installation Transport de clés esoin d échanger des clés de façon sûre : évident dans le cas de la crypto à clé secrète contrer «MIM» pour la crypto à clé publique Comment faire? techniques cryptographiques : chi rement contre la divulgation et l utilisation frauduleuse. mécanismes d intégrité contre la modification abusive. mécanismes d authentification contre la masquarade. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 21 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 23

6 Premières solutions Etablissement de clés au sein d un même domaine 1 Fixer un rendez-vous pour échanger les clés 2 Envoyer la clé par un courrier spécial 3 Utiliser une clé partagée pour chi rer une nouvelle clé Discussion 2 premiers cas : contact nécessaire pour échanger la clé. Pas toujours possible. P.e. dans un conflit. Dans le dernier cas, on considère un réseau de communication entre N utilisateurs. Pour que chaque utilisateur puisse communiquer avec n importe quel autre de façon sûre, il faut! N " 2 = O(N 2 ) clés partagées distribuées de manière sûre. Solution possible : centre de distribution de clé (CDC) en qui tout le monde a confiance. Chaque utilisateur partage une clé secrète avec le CDC. Quand A veut communiquer avec, elle choisit une nouvelle clé de session et l envoie (chi rée) au CDC qui la retransmet à chi ré avec la clé commune entre le CDC et. Moyen convenable pour l échange au sein d un même domaine. entité A CDC entité 1 tout le monde a confiance en CDC! 2 Tous les utilisateurs partagent une clé avec le CDC 3 CDC a accès à tous les messages échangés runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 24 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 26 Etablissement de clés point à point Etablissement de clés entre deux domaines Mécanisme de base basé sur un échange symétrique : les deux entités partagent une clé secrète commune. basé sur un échange asymétrique : chaque entité a un couple (clé publique certifiée/clé privée) et la clé publique certifiée de l autre partie pour l intégrité des données ou l authentification de l origine, le destinataire a besoin du certificat de la clé publique de l expéditeur pour la confidentialité, l expéditeur a besoin du certificat de la clé publique du destinataire. Hyp : CDC (ou autorité de sécurité) par domaine. Domaine A AS entité A Domaine AS entité Si A et ont une confiance mutuelle ou si chaque entité a confiance en l AS de l autre domaine, tout se passe comme s il n y en avait qu un. Deux réalisations : asymétriques ou symétriques. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 25 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 27

7 Etablissement de clés entre deux domaines (asymétrique) Mécanismes de transport de clés Si les entités n ont pas de service de certification, chaque entité contacte sa propre AS pour obtenir le certificat de son correspondant. Les AS peuvent échanger les certificats des clés publiques des entités A et et les redistribuer à A et. Autre approche : certification croisée, i.e. une AS certifie les clés publiques de l autre. Publiques Procédé qui permet la mise à disposition de la clé publique d une entité à d autres entités. Principale condition à assurer : authentification de la clé qui est souvent réalisée au moyen de tiers de confiance. Si on utilise une AC, l authentification est faite au moyen du certificat de la clé publique. Secrètes Procédé qui permet de transférer une clé secrète créée ou obtenue s il s agit d un tiers de confiance par une entité à une autre entité. Réalisation par de techniques de chi rement, (a)symétriques. 18 mécanismes dans ISO/IEC et 3, dont 5 sont point à point, les autres utilisent des tiers de confiance comme CDC. Les di érences résident surtout dans le nombre d étapes de communication, les parties qui contrôlent les clés reçues, l authentification... runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 28 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 30 Etablissement de clés entre deux domaines (symétrique) Transport de clé secrète (symétrique avec tiers de confiance) 1 Une des entités contacte son AS pour obtenir une clé de session. 2 Les deux AS établissent une clé secrète partagée utilisée par les deux entités. 3 clé distribuée par chaque AS qui utilise l autre comme centre de traduction de clé 1 ou par l intermédiaire d une des entités qui sera responsable de la transmission vers la seconde entité. Si les AS ne se font pas confiance, il faut ajouter une autorité de certification supplémentaire. Exemple : Needham-Schroeder ; suppose l existence d un tiers de confiance qui sert de serveur d authentification (AS). AS partage une clé secrète avec chaque acteur principal [3]. 1. un CTC recoit une clé chi rée d une entité, la déchi re et la rechi re en utilisant une clé partagée avec l entité de son domaine. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 29 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 31

8 Utilité dans Kerberos Autres modèles de distribution de clés Permettre à l utilisateur U du client C de prouver son identité à un serveur d applications sans que ces données transitent par le réseau. Requiert un tiers de confiance qui sert de centre de distribution de clé (KDC) pour le domaine ; il est composé de : serveur d auth. (AS) distributeur de tickets (TGS) qui sont sécurisés U/ C U,TGS,T,L 1 AS K U (K,N,T c,tgs ) S,N,T c,tgs,a c,tgs K(T c,s,k') K'(T+1) T c,s,a c,s 5 3 serveur S TGS T c,tgs =K TGS (U,C,TGS,T,L,K) ticket TGT T c,s =K S (U,C,S,T, L,K') ticket de session A c,tgs =K(C,T) authentificateur pour T c,tgs A c,s =K'(C,T ) authentificateur pour T c,s A KDC Modèle pull 2 3 A A KDC 2 1 KDC Modèle push 3 3 Modèle mixte runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 32 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 34 Systèmes analogues Mise à jour des clés Systèmes analogues Kryptoknight, par IM qui utilise à la fois le modèle pull et le modèle push. Sesame, projet Européen qui ajoute un serveur de privilèges. La clé une fois obtenue, on fait évoluer la clé d une session à l autre par mise à jour des clés : procédé qui permet de partager des clés construites au préalable en les faisant évoluer au moyen de paramètres de session. On définit une nouvelle clé de session K àpartir: d une clé partagée K A d un paramètre F (nombre aléa, estampille, numéro de séquence) d une fonction de calcul de clé f Fonctionnement en deux étapes : 1 l initiateur A choisit le paramètre de dérivation F et le transmet à 2 A et calculent K en utilisant la fonction de calcul f t.q. K = f (K A, F ) Exemple de fonction f : utiliser une fonction de hachage cryptographique H à la concaténation de données : K = H(K A ; F ) runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 33 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 35

9 Protocole de mise en accord (Di e Hellman) Procédé qui permet d établir une clé partagée entre plusieurs entités de telle sorte qu aucune d entre elle ne puisse établir sa valeur par avance. On cherche donc une solution qui permette à deux entités : qui ne se sont jamais rencontrés qui ne possèdent pas d information partagée de construire une clé secrète commune connue d eux seuls inconnue de quiconque, même d un indiscret qui écouterait leurs communications. L idée Imaginer une solution facile à calculer pour les utilisateurs légaux et di cile pour un indiscret : une fonction à sens unique. Un bon candidat est le logarithme discret. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 36 Remède pour éviter l attaque de l homme du milieu Protocole STS Station To Station. VariantedeDi ehellman auquel on a jouté une authentification. Une autre variante est utilisée dans le protocole IPsec, intégré dans IPv6. X A En arithmétique mod q ax axa Ch K (Sign A (ax axa )) Ch K(Sign (ax axa A)) runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 38 X Mise en accord par Di e Hellman [4] Etape préliminaire On choisit q un grand premier On choisit a, 1< a < q Les clés : Chaque utilisateur U : choisit secrètement une valeur aléatoire X U,1< X U < q et la conserve secrète ; publie Y U = a X U mod q A et construisent une clé commune avec : Y A et Y. A calcule K = Y X A mod q calcule K = Y X A mod q A et ont alors une clé (secrète) commune K : Y X A (ax ) X A a X X A Y X A mod q Identification & authentification identification procédé qui permet de vérifier l identité d une entité. authentification similaire ; permet à une entité d accéder à une ressource (comme un compte internet). L authentification ne met pas nécéssairement en jeu l identification d une entité. Elle détermine si l entité est autorisée à accomplir une certaine tâche. Principales di érences L identification requiert que le vérificateur teste l information présentée en fonction de toutes les entités connues tandis que l authentification nécessite que l information soit vérifiée par une seule entité précédemment identifiée. De plus, l identification doit, par définition, identifier de manière unique une entité, l authentification ne requiert pas l unicité. Exemple : une personne qui se connecte à un compte partagé n est pas identifiée de façon unique mais en connaissant le mot de passe partagé, elle est authentifiée comme un utilisateur du compte. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 37 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 39

10 Exemple d authentification «asymétrique» Sécurité de la couche de transport (TCP) msg-alea De(MD(msg-alea) Si on n utilise pas de calcul de l empreinte du msg-aléa, ce protocole peut subir des attaques (msg-aléa/de (msg-aléa)). Requiert qu Alice connaisse la clé publique de ob au préalable. Protocoles pour sécuriser TCP : Secure Socket Layer Private Communication Technology (Microsoft) Transport Layer Security standardisé par l IETF SMTP HTTP Transport Layer Security (SSL, TLS) TCP (Transmission Control Protocol) IP (Internet Protocol) runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 40 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 42 Exemple d identification certifiée «asymétrique» SSL & TLS Identification avec certificat salut certif je suis ob prouve-le msg-alea De (MD(msg-alea) Envoi cle secrete Ch (CleSecrete=CS) Dialogue confidentiel Ch (msg) CS Ch (msg) CS SSL fournit authentification, compression, intégrité, chi rement. plusieurs mécanismes d authentification et de chi rement ; protège tout protocole au niveau applicatif (http,smtp) TLS repose sur SSL3.0. Deux couches : Rencontre ou Handshake Protocol Communication ou Record Protocol qui fournissent les services suivants : confidentialité de la connexion par DES, IDEA, RC2, RC4 intégrité de la connexion par un MAC utilisant une clé en valeur initiale (SHA-1 ou MD5) runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 41 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 43

11 Identification handshake Authentification handshake C est le moyen pour Alice de vérifier l identité de ob. pk la clé publique de ob et sk sa clé privée. A æ æ A r = un message aléatoire c = {r} sk Signer un message aléatoire r fourni par un tiers et le réexpédier peut s avérer dangereux. Une idée serait d utiliser une fonction de hachage h afin que ob signe en chi rant h(r). Mais le danger persiste. Alice n a pas forcément déjà connaissance de la clé publique de ob. Comment informer sûrement quelqu un de sa clé publique? A æ æ A A æ æ A "onjour" "onjour, je suis ob. Voici ma clé publique" pk "Prouve-le." m = "Alice, c est bien ob" c = {h(m)} sk N importe qui peut se faire passer pour ob aux yeux d Alice, en donnant sa propre clé publique, correspondant à sa clé secrète. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 44 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 46 Identification handshake Transmettre un certificat handshake Certificat garantit la relation entre une identité et clé publique. Mieux vaut que ob signe un message de son cru A æ "onjour, est-ce ob?" æ A m = "Alice, je suis bien ob" c = {h(m)} sk A æ æ A A æ æ A "onjour" "onjour, je suis ob. Voici mon certificat" cert "Prouve-le." m = "Alice, c est bien ob" c = {h(m)} sk Eve pourrait se substituer à ob dans les trois premiers échanges, mais échouera à répondre au delà. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 45 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 47

12 Echanger un secret handshake SSL handshake La communication par clés publiques est coûteuse, une fois finie la phase d identification, on s échange une clé pour utiliser un chi re àclésecrètesymétrique. A æ "onjour" æ A "onjour, je suis ob. Voici mon certificat" cert A æ "Prouve-le". æ A m = "Alice, c est bien ob" c = {h(m)} sk A æ "Ok ob, voici notre secret :" s = {secret} pk æ A m Õ = {message de ob} secret Pour éviter cette incertitude, mieux vaut utiliser un MAC : M = h(un message de ob, secret) A æ "onjour" æ A "onjour, je suis ob. Voici mon certificat" cert A æ "Prouve-le". æ A m = "Alice, c est bien ob" c = {h(m)} sk A æ "Ok ob, voici notre secret :" s = {secret} pk æ A m Õ = {message de ob} secret M = h(message de ob, secret) Melchior peut pertuber ce qu il veut, M aura au moins l avantage d en avertir le destinataire. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 48 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 50 Attaque MIM La communication record L homme du milieu Melchior peut s interposer dans les 5 premiers échanges. Arrivé au sixième, il peut brouiller le message de ob, quitte à ne pas envoyer un message très intelligible à Alice : æ M M æ A m Õ = {message de ob} secret altération de m Õ Alice n a aucune certitude quant à l existence de Melchior, même si elle trouve suspect le dernier message de ob. Ce protocole transmet un message de taille arbitraire. Il le découpe en blocs, le comprime éventuellement, ajoute un MAC, chi re et transmet le résultat en ajoutant un numéro de séquence pour détecter s il manque des messages ou si certains ont été altérés. Il assure : confidentialité des données transmises par l application intégrité des données authentification de l origine Une fois le record protocol achevé, les données chi rées sont fournies à TCP. runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 49 runo MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis et protocoles 51

Chapitre II. Introduction à la cryptographie

Chapitre II. Introduction à la cryptographie Chapitre II Introduction à la cryptographie PLAN 1. Terminologie 2. Chiffrement symétrique 3. Chiffrement asymétrique 4. Fonction de hachage 5. Signature numérique 6. Scellement 7. Echange de clés 8. Principe

Plus en détail

Plan de l exposé. La sécurité informatique. Motivation & risques. Quelques chiffres. Introduction. Un premier exemple. Chiffres à clé secrète

Plan de l exposé. La sécurité informatique. Motivation & risques. Quelques chiffres. Introduction. Un premier exemple. Chiffres à clé secrète Plan de l exposé La sécurité informatique CERAM, «Fondamentaux des sciences de l information» Bruno MARTIN Laboratoire I3S-CNRS, Département d informatique, Université de Nice - Sophia Antipolis Quelques

Plus en détail

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage.

Cryptographie et utilisation. Utilisation de la cryptographie. Rappel des propriétés à assurer. Assurer le secret :stockage. Rappel des propriétés à assurer Cryptographie et utilisation Secret lgorithmes symétriques : efficace mais gestion des clés difficiles lgorithmes asymétriques : peu efficace mais possibilité de diffuser

Plus en détail

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI

Cryptologie. Algorithmes à clé publique. Jean-Marc Robert. Génie logiciel et des TI Cryptologie Algorithmes à clé publique Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI Plan de la présentation Introduction Cryptographie à clé publique Les principes essentiels La signature électronique Infrastructures

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Authentification et échange de clé. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Authentification et échange de clé E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr L authentification symétrique I. AUTHENTIFICATION I.1. L AUTHENTIFICATION

Plus en détail

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références

Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références Sommaire Introduction Les bases de la cryptographie Introduction aux concepts d infrastructure à clés publiques Conclusions Références 2 http://securit.free.fr Introduction aux concepts de PKI Page 1/20

Plus en détail

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger

Cours 14. Crypto. 2004, Marc-André Léger Cours 14 Crypto Cryptographie Définition Science du chiffrement Meilleur moyen de protéger une information = la rendre illisible ou incompréhensible Bases Une clé = chaîne de nombres binaires (0 et 1)

Plus en détail

La sécurité dans les grilles

La sécurité dans les grilles La sécurité dans les grilles Yves Denneulin Laboratoire ID/IMAG Plan Introduction les dangers dont il faut se protéger Les propriétés à assurer Les bases de la sécurité Protocoles cryptographiques Utilisation

Plus en détail

Le protocole SSH (Secure Shell)

Le protocole SSH (Secure Shell) Solution transparente pour la constitution de réseaux privés virtuels (RPV) INEO.VPN Le protocole SSH (Secure Shell) Tous droits réservés à INEOVATION. INEOVATION est une marque protégée PLAN Introduction

Plus en détail

Sécurité des réseaux IPSec

Sécurité des réseaux IPSec Sécurité des réseaux IPSec A. Guermouche A. Guermouche Cours 4 : IPSec 1 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 2 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 3 Pourquoi? Premier constat sur l aspect critique

Plus en détail

Plan. Cryptographie à clé publique II. Exemple. Un autre problème di. Bruno MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis. par RSA par El Gamal

Plan. Cryptographie à clé publique II. Exemple. Un autre problème di. Bruno MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis. par RSA par El Gamal Plan Cryptographie à clé publique II 1 Bruno MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis 2 3 Bruno MARTIN, Université Nice Sophia Antipolis Cryptographie à clé publique II 1 Un autre problème di cile Bruno

Plus en détail

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade.

Crypt ographie. Les risques réseau. Les risques réseau. Les risques réseau. Sniffing. Attaque passive. Spoofing ou masquarade. Crypt ographie Les risques réseau Spoofing ou masquarade Se faire passer pour quelqu'un d'autre Possible dès qu'il y a une association effectuée dynamiquement : adresse physique-ip adresse IP-nom redirection

Plus en détail

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat

SSL ET IPSEC. Licence Pro ATC Amel Guetat SSL ET IPSEC Licence Pro ATC Amel Guetat LES APPLICATIONS DU CHIFFREMENT Le protocole SSL (Secure Socket Layer) La sécurité réseau avec IPSec (IP Security Protocol) SSL - SECURE SOCKET LAYER Historique

Plus en détail

La sécurité des réseaux. 9e cours 2014 Louis Salvail

La sécurité des réseaux. 9e cours 2014 Louis Salvail La sécurité des réseaux 9e cours 2014 Louis Salvail Échanges de clés authentifiés Supposons qu Obélix et Astérix, qui possèdent des clés publiques certifiées PK O et PK A, veulent établir une communication

Plus en détail

Le protocole sécurisé SSL

Le protocole sécurisé SSL Chapitre 4 Le protocole sécurisé SSL Les trois systèmes de sécurisation SSL, SSH et IPSec présentés dans un chapitre précédent reposent toutes sur le même principe théorique : cryptage des données et transmission

Plus en détail

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux

Chapitre 7. Sécurité des réseaux. Services, attaques et mécanismes cryptographiques. Hdhili M.H. Cours Administration et sécurité des réseaux Chapitre 7 Sécurité des réseaux Services, attaques et mécanismes cryptographiques Hdhili M.H Cours Administration et sécurité des réseaux 1 Partie 1: Introduction à la sécurité des réseaux Hdhili M.H Cours

Plus en détail

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif

TLS C.1 CRYPTAGE SYMÉTRIQUE. Objectif C TLS Objectif Cette annexe présente les notions de cryptage asymétrique, de certificats et de signatures électroniques, et décrit brièvement les protocoles SSL (Secure Sockets Layer) et TLS (Transport

Plus en détail

Cryptographie Échanges de données sécurisés

Cryptographie Échanges de données sécurisés Cryptographie Échanges de données sécurisés Différents niveaux d'intégration dans l'organisation du réseau TCP/IP Au niveau 3 (couche réseau chargée de l'envoi des datagrammes IP) : IPSec Au niveau 4 (couche

Plus en détail

La citadelle électronique séminaire du 14 mars 2002

La citadelle électronique séminaire du 14 mars 2002 e-xpert Solutions SA 29, route de Pré-Marais CH 1233 Bernex-Genève Tél +41 22 727 05 55 Fax +41 22 727 05 50 La citadelle électronique séminaire du 14 mars 2002 4 info@e-xpertsolutions.com www.e-xpertsolutions.com

Plus en détail

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux

Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Année scolaire 2009-2010 IG2I L5GRM Devoir Surveillé de Sécurité des Réseaux Enseignant : Armand Toguyéni Durée : 2h Documents : Polycopiés de cours autorisés Note : Ce sujet comporte deux parties. La

Plus en détail

IPv6. IPv6 et la sécurité: IPsec Objectif: Sécuriser... v.1a E. Berera 1

IPv6. IPv6 et la sécurité: IPsec Objectif: Sécuriser... v.1a E. Berera 1 IPv6 IPv6 et la sécurité: IPsec Objectif: Sécuriser... v.1a E. Berera 1 IPsec Toutes les implémentations conformes IPv6 doivent intégrer IPsec Services Confidentialité des données Confidentialité du flux

Plus en détail

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D.

Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. 2013 Windows Server 2008 Sécurité ADMINISTRATION ET CONFIGURATION DE LA SECURITE OLIVIER D. Table des matières 1 Les architectures sécurisées... 3 2 La PKI : Autorité de certification... 6 3 Installation

Plus en détail

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader

Gestion des Clés. Pr Belkhir Abdelkader. 10/04/2013 Pr BELKHIR Abdelkader Gestion des Clés Pr Belkhir Abdelkader Gestion des clés cryptographiques 1. La génération des clés: attention aux clés faibles,... et veiller à utiliser des générateurs fiables 2. Le transfert de la clé:

Plus en détail

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP

Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP Sécurité des réseaux Certificats X509 et clés PGP A. Guermouche A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 1 Plan 1. Certificats X509 2. Clés PGP A. Guermouche Cours 5 : X509 et PGP 2 Plan Certificats X509 1.

Plus en détail

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002

IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr. JTO décembre 2002 IGC Infrastructure de gestion de la confiance. Serge.Aumont@cru.fr florent.guilleux@cru.fr JTO décembre 2002 Chiffrement asymétrique Confidentialité d un message : le chiffrer avec la clé publique du destinataire.

Plus en détail

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1

Cryptographie. Master de cryptographie Architectures PKI. 23 mars 2015. Université Rennes 1 Cryptographie Master de cryptographie Architectures PKI 23 mars 2015 Université Rennes 1 Master Crypto (2014-2015) Cryptographie 23 mars 2015 1 / 17 Cadre Principe de Kercho : "La sécurité d'un système

Plus en détail

quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs

quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs quelques problèmes de sécurité dans les réseaux de capteurs Marine MINIER Laboratoire CITI INSA de Lyon Journées EmSoC 2007 1 Introduction Réseaux sans fil multi-sauts utilisés en général pour monitorer

Plus en détail

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL

Master Informatique 1ère Année 2007. Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL VPN SSL : Présentation Master Informatique 1ère Année Année 2006-2007 2007 Participants: Tarek Ajroud Jérémy Ameline Charles Balle Fabrice Douchant VPN SSL Durée : 20 minutes Remarques Intervention : 15-20

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

Architectures PKI. Sébastien VARRETTE

Architectures PKI. Sébastien VARRETTE Université du Luxembourg - Laboratoire LACS, LUXEMBOURG CNRS/INPG/INRIA/UJF - Laboratoire LIG-IMAG Sebastien.Varrette@imag.fr http://www-id.imag.fr/~svarrett/ Cours Cryptographie & Securité Réseau Master

Plus en détail

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE

FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE FORMATION SUR «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES : STANDARDS, ALGORITHMES DE HACHAGE ET PKI» DU 22 AU 26 JUIN 2015 TUNIS (TUNISIE) CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES

Plus en détail

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple

Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises. La banque en ligne et le protocole TLS : exemple Richard MONTBEYRE Master 2 Professionnel Droit de l Internet Administration Entreprises La banque en ligne et le protocole TLS : exemple 1 Introduction Définition du protocole TLS Transport Layer Security

Plus en détail

Sécurité Informatique

Sécurité Informatique Avertissements : Le contenu de ce document est sous licence GPL. Le document est librement diffusable dans le contexte de cette licence. Toute modification est encouragée et doit être signalée à olivier

Plus en détail

Sécurité des réseaux sans fil

Sécurité des réseaux sans fil Sécurité des réseaux sans fil Francois.Morris@lmcp.jussieu.fr 13/10/04 Sécurité des réseaux sans fil 1 La sécurité selon les acteurs Responsable réseau, fournisseur d accès Identification, authentification

Plus en détail

Protocoles d authentification

Protocoles d authentification Sécurité des Réseaux, Master CSI 2 J.Bétréma, LaBRI, Université Bordeaux 1 Protocoles d authentification 1. Authentification simple 2. Authentification mutuelle 3. Clé de session 4. KDC Source 1. Authentification

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Signature, identi cation.

CHAPITRE 6 : Signature, identi cation. CHAPITRE 6 : Signature, identi cation. La cryptographie ne se limite plus à l art de chi rer des messages, on va considérer dans ce chapitre de nouvelles tâches qu il est possible de réaliser. La signature

Plus en détail

SOMMAIRE IMAP. Chapitre 1 IMAP 2. Chapitre 2 IMAP/SSL 12

SOMMAIRE IMAP. Chapitre 1 IMAP 2. Chapitre 2 IMAP/SSL 12 Exchange 2003 / SSL Page 1 sur 30 SOMMAIRE Chapitre 1 2 1.1 Mise en place sur le serveur 2 1.2 Test pour un poste en interne 6 1.3 Test pour un poste nomade 8 Chapitre 2 /SSL 12 2.1 Mise en place sur le

Plus en détail

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr

Technologies de l Internet. Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Technologies de l Internet Partie 6 : Introduction à la sécurité dans le web Iulian Ober iulian.ober@irit.fr Cryptage avec clé secrète même clé I think it is good that books still exist, but they do make

Plus en détail

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002

Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Action Spécifique Sécurité du CNRS 15 mai 2002 Sécurité du transport Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS Plan. Typologie des solutions Protocole SSL/TLS Introduction Architecture Ports et applications Services

Plus en détail

Protocole industriels de sécurité. S. Natkin Décembre 2000

Protocole industriels de sécurité. S. Natkin Décembre 2000 Protocole industriels de sécurité S. Natkin Décembre 2000 1 Standards cryptographiques 2 PKCS11 (Cryptographic Token Interface Standard) API de cryptographie développée par RSA labs, interface C Définit

Plus en détail

TP : RSA et certificats avec openssl

TP : RSA et certificats avec openssl USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie 1 Présentation de openssl 1.1 Protocole SSL TP : RSA et certificats avec openssl Le protocole SSL (Secure Socket

Plus en détail

Sécurité WebSphere MQ V 5.3

Sécurité WebSphere MQ V 5.3 Guide MQ du 21/03/2003 Sécurité WebSphere MQ V 5.3 Luc-Michel Demey Demey Consulting lmd@demey demey-consulting.fr Plan Les besoins Les technologies Apports de la version 5.3 Mise en œuvre Cas pratiques

Plus en détail

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie)

Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) FORMATION SUR LA «CRYPTOGRAPHIE APPLIQUEE ET SECURITE DES TRANSACTIONS ELECTRONIQUES» POUR LES OPERATEURS ET REGULATEURS DE TELECOMMUNICATION Du 03 au 07 Février 2014 Tunis (Tunisie) CRYPTOGRAPHIE ET SECURITE

Plus en détail

Protocole SSH-2.0. Tuan-Tu, TRAN. Janvier 2009

Protocole SSH-2.0. Tuan-Tu, TRAN. Janvier 2009 Janvier 2009 1 2 Etablissement des clés de session Protection des données échangées 3 Identification par mot de passe Identification par clé publique Identification par hôte 4 Utilisations de Secure Shell

Plus en détail

Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) Définition d'un VPN

Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) Définition d'un VPN Les Réseaux Privés Virtuels (VPN) 1 Définition d'un VPN Un VPN est un réseau privé qui utilise un réseau publique comme backbone Seuls les utilisateurs ou les groupes qui sont enregistrés dans ce vpn peuvent

Plus en détail

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS

Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Certificats (électroniques) : Pourquoi? Comment? CA CNRS-Test et CNRS Nicole Dausque CNRS/UREC CNRS/UREC IN2P3 Cargèse 23-27/07/2001 http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/certificats.kezako.pdf http://www.urec.cnrs.fr/securite/articles/pc.cnrs.pdf

Plus en détail

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008

Signature électronique. Romain Kolb 31/10/2008 Romain Kolb 31/10/2008 Signature électronique Sommaire I. Introduction... 3 1. Motivations... 3 2. Définition... 3 3. La signature électronique en bref... 3 II. Fonctionnement... 4 1. Notions requises...

Plus en détail

Authentification et Autorisation

Authentification et Autorisation Authentification et Autorisation Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI Plan de la présentation Introduction Contrôle accès Identification Authentifiction Autorisation Imputabilité (Accoutability) Conclusion

Plus en détail

EMV, S.E.T et 3D Secure

EMV, S.E.T et 3D Secure Sécurité des transactionsti A Carte Bancaire EMV, S.E.T et 3D Secure Dr. Nabil EL KADHI nelkadhi@club-internet.fr; Directeur du Laboratoire L.E.R.I.A. www.leria.eu Professeur permanant A EPITECH www.epitech.net

Plus en détail

Tunnels et VPN. 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86

Tunnels et VPN. 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86 Tunnels et VPN 22/01/2009 Formation Permanente Paris6 86 Sécurisation des communications Remplacement ou sécurisation de tous les protocoles ne chiffrant pas l authentification + éventuellement chiffrement

Plus en détail

SSH, le shell sécurisé

SSH, le shell sécurisé , le shell sécurisé Objectifs : 1. Présenter le protocole et les outils associés Sébastien JEAN Pourquoi 1/2? Les services standards ne supportent que peu de propriétés de sécurité souvent l identification,

Plus en détail

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage :

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : TUNNEL IPSEC OBJECTIF Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : AH : Authentification Header, protocole sans chiffrement de données ESP : Encapsulation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2008/2 21 novembre 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail

FTPS AVEC UNE APPLIANCE FAST360 EN COUPURE. Table des matières

FTPS AVEC UNE APPLIANCE FAST360 EN COUPURE. Table des matières FTPS AVEC UNE APPLIANCE FAST360 EN COUPURE Table des matières Principes de FTPS... 2 Généralités... 2 FTPS en mode implicite... 2 FTPS en mode explicite... 3 Certificats SSL / TLS... 3 Atelier de tests

Plus en détail

Bibliographie. Gestion des risques

Bibliographie. Gestion des risques Sécurité des réseaux informatiques Bernard Cousin Université de Rennes 1 Sécurité des réseaux informatiques 1 Introduction Risques Attaques, services et mécanismes Les attaques Services de sécurité Mécanismes

Plus en détail

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard )

PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard ) Jean-Marc Robert Génie logiciel et des TI PCI-DSS La norme PCI (Payment Card Industry) DSS (Data Security Standard) a été développée dans le but

Plus en détail

Livre blanc. Sécuriser les échanges

Livre blanc. Sécuriser les échanges Livre blanc d information Sécuriser les échanges par emails Octobre 2013 www.bssi.fr @BSSI_Conseil «Sécuriser les échanges d information par emails» Par David Isal Consultant en Sécurité des Systèmes d

Plus en détail

SSL. Secure Socket Layer. R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr. janvier 2005 - version 1.1 FC INPG. Protocole SSL Application avec stunnel

SSL. Secure Socket Layer. R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr. janvier 2005 - version 1.1 FC INPG. Protocole SSL Application avec stunnel SSL Secure Socket Layer R. Kobylanski romain.kobylanski@inpg.fr FC INPG janvier 2005 - version 1.1 1 Protocole SSL 2 SSL/TLS Encapsule des protocoles non sécurisés (HTTP IMAP...) dans une couche chiffrée

Plus en détail

Tunnels. Plan. Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs ESIL INFO 2005/2006. Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs.

Tunnels. Plan. Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs ESIL INFO 2005/2006. Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs. Tunnels ESIL INFO 2005/2006 Sophie Nicoud Sophie.Nicoud@urec.cnrs.fr Plan Pourquoi? Comment? Qu est-ce? Quelles solutions? Tunnels applicatifs 2 Tunnels, pourquoi? Relier deux réseaux locaux à travers

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques sur la sécurisation et le stockage VERSION DU 01/03/2015

Guide des bonnes pratiques sur la sécurisation et le stockage VERSION DU 01/03/2015 E-TRANSACTIONS Guide des bonnes pratiques sur la sécurisation et le stockage de la clé HMAC VERSION DU 01/03/2015 Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social : 12 place

Plus en détail

Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0. Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1.

Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0. Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1. Routeur Chiffrant Navista Version 2.8.0 Et le protocole de chiffrement du Réseau Privé Virtuel Navista Tunneling System - NTS Version 3.1.0 Cibles de sécurité C.S.P.N Référence : NTS-310-CSPN-CIBLES-1.05

Plus en détail

1 L Authentification de A à Z

1 L Authentification de A à Z 1 L Authentification de A à Z 1.1 Introduction L'Authentification est la vérification d informations relatives à une personne ou à un processus informatique. L authentification complète le processus d

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC

Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés. Claude Gross CNRS/UREC Certificats X509 & Infrastructure de Gestion de Clés Claude Gross CNRS/UREC 1 Confiance et Internet Comment établir une relation de confiance indispensable à la réalisation de transaction à distance entre

Plus en détail

Cryptographie. Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique

Cryptographie. Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique Cryptographie Cours 3/8 - Chiffrement asymétrique Plan du cours Différents types de cryptographie Cryptographie à clé publique Motivation Applications, caractéristiques Exemples: ElGamal, RSA Faiblesses,

Plus en détail

Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi. Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05

Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi. Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05 Les Protocoles de sécurité dans les réseaux WiFi Ihsane MOUTAIB & Lamia ELOFIR FM05 PLAN Introduction Notions de sécurité Types d attaques Les solutions standards Les solutions temporaires La solution

Plus en détail

Gestion des clés. Génération des clés. Espaces de clés réduits. Mauvais choix de clés. Clefs aléatoires. Phrases mots de passe

Gestion des clés. Génération des clés. Espaces de clés réduits. Mauvais choix de clés. Clefs aléatoires. Phrases mots de passe Génération des clés Gestion des clés Espaces de clés réduits Codage restreint, caractères choisis, clés faibles, Mauvais choix de clés Lettre, mnémotechnique, attaque par dictionnaire Clefs aléatoires

Plus en détail

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS

SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse. GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006. Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS SSL/TLS: Secure Socket Layer/Transport Layer Secure Quelques éléments d analyse GRES 2006 Bordeaux 12 Mai 2006 Ahmed Serhrouchni ENST-PARIS CNRS Plan Introduction (10 minutes) Les services de sécurité

Plus en détail

Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement

Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement Gestion des certificats digitaux et méthodes alternatives de chiffrement Mai 2011 Julien Cathalo Section Recherches Cryptographie à clé publique Invention du concept : 1976 (Diffie, Hellman) Premier système

Plus en détail

INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX

INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX INTRODUCTION A LA SECURITE DES RESEAUX OBJECTIFS de la SECURITE des DONNEES (relativement à des personnes non autorisées) Confidentielles-ne doivent pas être lues Permanentes-ne doivent pas être altérées

Plus en détail

Protocoles cryptographiques

Protocoles cryptographiques MGR850 Hiver 2014 Protocoles cryptographiques Hakima Ould-Slimane Chargée de cours École de technologie supérieure (ÉTS) Département de génie électrique 1 Plan Motivation et Contexte Notations Protocoles

Plus en détail

Définition des Webservices Ordre de paiement par email. Version 1.0

Définition des Webservices Ordre de paiement par email. Version 1.0 Définition des Webservices Ordre de paiement par email Version 1.0 Rédaction, Vérification, Approbation Rédaction Vérification Approbation Nom Date/Visa Nom Date/Visa Nom Date/Visa Historique du document

Plus en détail

Signature des messages, un outil contre le spam?

Signature des messages, un outil contre le spam? Signature des messages, un outil contre le spam? OSSIR groupe SUR 12/10/2004 François MORRIS : Francois.Morris@lmcp.jussieu.fr Constat Les spammeurs agissent masqués Adresses usurpées Adresses sans rapport

Plus en détail

Le protocole RADIUS Remote Authentication Dial-In User Service

Le protocole RADIUS Remote Authentication Dial-In User Service Remote Authentication Dial-In User Service CNAM SMB 214-215 Claude Duvallet Université du Havre UFR des Sciences et Techniques Courriel : Claude.Duvallet@gmail.com Claude Duvallet 1/26 Objectifs du cours

Plus en détail

Linux. Sécuriser un réseau. 3 e édition. l Admin. Cahiers. Bernard Boutherin Benoit Delaunay. Collection dirigée par Nat Makarévitch

Linux. Sécuriser un réseau. 3 e édition. l Admin. Cahiers. Bernard Boutherin Benoit Delaunay. Collection dirigée par Nat Makarévitch Bernard Boutherin Benoit Delaunay Cahiers de l Admin Linux Sécuriser un réseau 3 e édition Collection dirigée par Nat Makarévitch Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2007, ISBN : 2-212-11960-7, ISBN 13 : 978-2-212-11960-2

Plus en détail

IPSEC : PRÉSENTATION TECHNIQUE

IPSEC : PRÉSENTATION TECHNIQUE IPSEC : PRÉSENTATION TECHNIQUE Ghislaine Labouret Hervé Schauer Consultants (HSC) 142, rue de Rivoli 75001 Paris FRANCE http://www.hsc.fr/ IPsec : présentation technique Par Ghislaine LABOURET (Ghislaine.Labouret@hsc.fr)

Plus en détail

Mettre en place un accès sécurisé à travers Internet

Mettre en place un accès sécurisé à travers Internet Mettre en place un accès sécurisé à travers Internet Dans cette partie vous verrez comment configurer votre serveur en tant que serveur d accès distant. Dans un premier temps, les méthodes pour configurer

Plus en détail

18 TCP Les protocoles de domaines d applications

18 TCP Les protocoles de domaines d applications 18 TCP Les protocoles de domaines d applications Objectifs 18.1 Introduction Connaître les différentes catégories d applications et de protocoles de domaines d applications. Connaître les principaux protocoles

Plus en détail

Sécurité des réseaux Les attaques

Sécurité des réseaux Les attaques Sécurité des réseaux Les attaques A. Guermouche A. Guermouche Cours 2 : Les attaques 1 Plan 1. Les attaques? 2. Quelques cas concrets DNS : Failles & dangers 3. honeypot A. Guermouche Cours 2 : Les attaques

Plus en détail

1. Présentation de WPA et 802.1X

1. Présentation de WPA et 802.1X Lors de la mise en place d un réseau Wi-Fi (Wireless Fidelity), la sécurité est un élément essentiel qu il ne faut pas négliger. Effectivement, avec l émergence de l espionnage informatique et l apparition

Plus en détail

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode

Les fonctions de hachage, un domaine à la mode Les fonctions de hachage, un domaine à la mode JSSI 2009 Thomas Peyrin (Ingenico) 17 mars 2009 - Paris Outline Qu est-ce qu une fonction de hachage Comment construire une fonction de hachage? Les attaques

Plus en détail

TP 2 : Chiffrement par blocs

TP 2 : Chiffrement par blocs USTL - Licence et Master Informatique 2006-2007 Principes et Algorithmes de Cryptographie TP 2 : Chiffrement par blocs Objectifs du TP utiliser openssl pour chiffrer/déchiffrer, étudier le remplissage

Plus en détail

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees

Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Systeme d authentification biometrique et de transfert de donnees cryptees Securisez vos acces et protegez vos donnees Les composants ActiveX développés par NetInf associés aux produits de sécurisation

Plus en détail

365 Authentification, chiffrement et. 1. Description de Sympa. Serge Aumont, sympa-authors AT cru.fr, Url: http://www.sympa.org

365 Authentification, chiffrement et. 1. Description de Sympa. Serge Aumont, sympa-authors AT cru.fr, Url: http://www.sympa.org S/MIME et le gestionnaire de listes de diffusion Sympa Utilisation des certificats X509 pour l authentification et la diffusion de messages chiffrés via un serveur de listes Serge Aumont, sympa-authors

Plus en détail

Skype (v2.5) Protocol Data Structures (French) Author : Ouanilo MEDEGAN http://www.oklabs.net

Skype (v2.5) Protocol Data Structures (French) Author : Ouanilo MEDEGAN http://www.oklabs.net Skype (v2.5) Protocol Data Structures (French) Author : Ouanilo MEDEGAN http://www.oklabs.net : Champ Encodé SKWRITTEN() : Champ Variable défini Précédemment & définissant l état des champs à suivre ECT

Plus en détail

INTRODUCTION AU CHIFFREMENT

INTRODUCTION AU CHIFFREMENT INTRODUCTION AU CHIFFREMENT Par Gérard Peliks Expert sécurité Security Center of Competence EADS Defence and Security Avril 2008 Un livre blanc de Forum ATENA Un livre blanc 1 / 6 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades

Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Concilier mobilité et sécurité pour les postes nomades Gérard Péliks Responsable Marketing Solutions de Sécurité EADS TELECOM 01 34 60 88 82 gerard.peliks@eads-telecom.com Pouvoir utiliser son poste de

Plus en détail

Table des matières AVANT-PROPOS... MODULE 1 : ENVIRONNEMENT... 1-1 MODULE 2 : ATTAQUES COURANTES... 2-1

Table des matières AVANT-PROPOS... MODULE 1 : ENVIRONNEMENT... 1-1 MODULE 2 : ATTAQUES COURANTES... 2-1 Table des matières AVANT-PROPOS... MODULE 1 : ENVIRONNEMENT... 1-1 Problématiques de la sécurité... 1-2 Domaines de la sécurité... 1-4 Buts de la sécurité informatique... 1-6 Niveaux de sécurité... 1-7

Plus en détail

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS

SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS SOLUTIONS DE SECURITE DU DOCUMENT DES SOLUTIONS EPROUVEES POUR UNE SECURITE SANS FAILLE DE VOTRE SYSTEME MULTIFONCTIONS SHARP DOCUMENT SOLUTIONS DES RESEAUX D ENTREPRISE SO Une sécurité réseau déficiente

Plus en détail

Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux

Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie reposant sur les réseaux Damien Stehlé LIP CNRS/ENSL/INRIA/UCBL/U. Lyon Perpignan, Février 2011 Damien Stehlé Problèmes arithmétiques issus de la cryptographie

Plus en détail

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité

Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Offre d archivage des transactions en ligne Certification CSPN Cible sécurité Date : 2010-09-08 Référence 20100906-CSPN-CibleSécurité-V1.1.doc VALIDITE DU DOCUMENT Identification Client Projet Fournisseur

Plus en détail

Introduction aux Technologies de l Internet

Introduction aux Technologies de l Internet Introduction aux Technologies de l Internet Antoine Vernois Université Blaise Pascal Cours 2006/2007 Introduction aux Technologies de l Internet 1 Au programme... Généralités & Histoire Derrière Internet

Plus en détail

Réseaux Privés Virtuels

Réseaux Privés Virtuels Réseaux Privés Virtuels Introduction Théorie Standards VPN basés sur des standards VPN non standards Nouvelles technologies, WiFi, MPLS Gestion d'un VPN, Gestion d'une PKI Introduction Organisation du

Plus en détail

«La Sécurité des Transactions et des Echanges Electroniques»

«La Sécurité des Transactions et des Echanges Electroniques» Séminaire «Journées d Informatique Pratique JIP 2005» Département Informatique, ISET Rades 31 Mars, 1et 2 Avril 2005 «La Sécurité des Transactions et des Echanges Electroniques» Présenté par: Mme Lamia

Plus en détail