Revue de presse du 26 mars au 01 avril 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue de presse du 26 mars au 01 avril 2010"

Transcription

1 Revue de presse du 26 mars au 01 avril 2010 Textes Assurances Banque (028424) Règlement (UE) n 267/2010 de la Commission du 24 mars 2010 concernant l application de l article 101, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l Union européenne à certaines catégories d accords, de décisions et de pratiques concertées dans le secteur des assurances ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.1 ) (028451) Règlement (UE) n 279/2010 de la Commission du 31 mars 2010 modifiant le règlement (UE) n 1284/2009 du Conseil instituant certaines mesures restrictives spécifiques à l'encontre de la République de Guinée ( J.O.U.E. série L n 86 du , p.20 ) (028452) Avis de la Banque centrale européenne du 18/03/2010 sur une proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant des directives [ ]en ce qui concerne les compétences de l'autorité bancaire européenne, l'autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles et l'autorité européenne des marchés financiers ( J.O.U.E. série C n 87 du , p.1 ) (028415) Avis relatif à l'application des articles L du code de la consommation et L du code monétaire et financier concernant l'usure ( J.O. du , p.6174 ) (028429) Recommandation de la Commission du 22 mars 2010 concernant l étendue et les effets du cours légal des billets de banque et pièces en euros ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.70 ) (028427) Décision 2010/186/PESC du Conseil du 29 mars 2010 modifiant la position commune 2009/788/PESC concernant des mesures restrictives à l'encontre de la République de Guinée ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.23 ) Concurrence Pénal (028450) Décision du 19 mars 2010 portant nomination des rapporteurs permanents des services d'instruction de l'autorité de la concurrence ( J.O. du ) (028403) Règlement (UE) n 262/2010 de la Commission du 24 mars 2010 modifiant pour la centvingt-deuxième fois le règlement (CE) no 881/2002 du Conseil instituant certaines mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au réseau Al- Qaida et aux Taliban ( J.O.U.E. série L n 80 du , p.40 ) Procédure Public (028423) Arrêté du 17 mars 2010 fixant le nombre de chambres des tribunaux administratifs et des cours administratives d'appel ( J.O. du ) (028400) Arrêté du 25 mars 2010 fixant la composition dans chaque département des comités de lutte contre la fraude ( J.O. du , p.6015 )

2 Social (028447) Directive 2010/24/UE du Conseil du 16 mars 2010 concernant l assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances relatives aux taxes, impôts, droits et autres mesures ( J.O.U.E. série L n 84 du , p.1 ) (028446) Arrêté du 29 mars 2010 fixant le montant du dividende dû à l'etat par l'erap ( J.O. du , p.6232 ) (028445) Arrêté du 11 mars 2010 portant homologation du règlement intérieur de l'autorité des normes comptables ( J.O. du , p.6230 ) (028397) Décret n du 25 mars 2010 modifiant le décret n du 18 avril 2008 relatif à la coordination de la lutte contre les fraudes et créant une délégation nationale à la lutte contre la fraude ( J.O. du , p.6014 ) (028396) Ordonnance du 25/03/2010 portant extension et adaptation aux collectivités régies par l'article 74 de la Constitution, à la Nouvelle-Calédonie, aux Terres australes et antarctiques françaises ainsi qu'à La Réunion et à la Guadeloupe de dispositions de la loi du 21/07/2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients à la santé et aux territoires ( J.O. du , p.6002 ) (028401) Avis à l'attention des personnes ajoutées par le règlement (UE) n 262/2010 de la Commission à la liste visée aux articles 2, 3 et 7 du règlement (CE) no 881/2002 du Conseil instituant certaines mesures restrictives spécifiques à l'encontre de certaines personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au réseau Al-Qaida et aux Taliban ( J.O.U.E. série C n 77 du , p.18 ) (028417) Procès-verbal de rectification du traité sur l'union européenne, signé à Maastricht le 7 février 1992 (JO C 191 du ) ( J.O.U.E. série C n 81 du , p.1 ) (028416) Procès-verbal de rectification du traité de Lisbonne modifiant le traité sur l'union européenne et le traité instituant la Communauté européenne, signé à Lisbonne le 13 décembre 2007 (JO C 306 du ) ( J.O.U.E. série C n 81 du , p.1 ) (028426) Décision du Conseil du 16 février 2010 mettant la Grèce en demeure de prendre des mesures pour procéder à la réduction du déficit jugée nécessaire pour remédier à la situation de déficit excessif ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.13 ) (028425) Décision du Conseil du 16 février 2010 rendant publique la recommandation 2010/190/UE visant à mettre fin à la non-conformité aux grandes orientations des politiques économiques en Grèce et à supprimer le risque de compromettre le bon fonctionnement de l Union économique et monétaire ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.12 ) (028428) Recommandation du Conseil à la Grèce du 16 février 2010 visant à mettre fin à la nonconformité aux grandes orientations des politiques économiques en Grèce et à supprimer le risque de compromettre le bon fonctionnement de l'union économique et monétaire ( J.O.U.E. série L n 83 du , p.65 ) (028444) Décret n du 30 mars 2010 modifiant le décret n du 14 avril 2006 pris pour l'application de l'ordonnance n du 13 avril 2006 relative à l'expérimentation du contrat de transition professionnelle ( J.O. du , p.6230 ) Doctrines Assurances

3 (028288) Actualisation des clauses types, par COURTIEU GUY (Responsabilité civile et assurances 2010, n 1, p ) Banque (028289) Démarchage et services financiers à distance : quelle protection pour le consommateur?, par ROUSSILLE MYRIAM (J.C.P. E. 2010, n 4, p ) (028278) Des vices et vertus des clauses relatives à la condition suspensive d'obtention d'un prêt en matière de crédit immobilier, par BURDIN ELSA (Petites Affiches 2010, n 31, p.4-10 ) Bourse et marchés financiers Civil (027945) La commercialisation d'emprunts obligataires auprès des particuliers, par SAINT-PE STEPHANIE (Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 6, p ) (028295) L'AMF condamne un internaute pour la diffusion d'informations erronées, par ROZENFELD SYLVIE (Expertises 2010, n 344, p.43 ) (028227) La société par actions simplifiée : une société pouvant faire appel au marché?, par FRANCOIS BENEDICTE, DAIGRE JEAN-JACQUES (Revue des sociétés 2010, n 1, p ) (028183) Les opérations de couverture conclues au titre de dérivés actions, par FROT GILLES- ANTOINE (Revue trimestrielle de droit financier 2009, n 4, p ) (028344) Utilité et mise en œuvre des clauses résolutoires, par CHARLUTEAU QUENTIN, ROBERT JACQUES-ANTOINE (Revue Lamy Droit civil 2010, n 68, p.7-12 ) (028060) Journées notariales du patrimoine (Paris, septembre 2009) (J.C.P. N. 2010, n 5, p ) Environnement (027982) Le nouveau régime de modification des installations classées, par GILLIG DAVID (Environnement 2010, n 2, p ) Garantie (027965) Les réformes des sûretés et l'entreprise : développement du crédit et anticipation des difficultés (121e Congrès du Conseil national des greffiers) (Revue des procédures collectives civiles et commerciales 2009, n 6, p ) Immobilier et urbanisme (027807) " Démembrement temporaire de l'immobilier d'entreprise " : une technique éprouvée?, par PAYS BRUNO (Annales des loyers 2009, n 12, p ) Nouvelles technologies et commerce électronique (021327) La décision du Conseil constitutionnel du 10 juin 2009 relative à la loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet : un coup d'arrêt au pouvoir de sanction des AAI?, par BINET-GROSCLAUDE Aurélie (Droit pénal 2009, n 11, p )

4 Pénal (028184) Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : le nouveau dispositif relatif à la prévention de l'utilisation du système financier, par SOISTIER VINCENT (Banque et droit 2010, n 129, p ) (028281) Réflexions sur l'opportunité de la présence de l'avocat en garde à vue, par RAYE NATHALIE (Gazette du Palais 2010, n 31-33, p ) Procédure Public Social (027778) La «simple affirmation» du juge, par ATIAS CHRISTIAN (Dalloz 2010, n 4, p ) (028309) Le recours des tiers payeurs à l'épreuve de la politique jurisprudentielle de la Cour de cassation, par PORCHY-SIMON STEPHANIE (Dalloz 2010, n 10, p ) (027914) L'enquête fiscale judiciaire sous le contrôle du Parquet!, par MICHAUD PATRICK (Gazette du Palais 2010, n 29-30, p ) (027834) Relations financières pouvoirs publics-associations, par PONTIER JEAN-MARIE (J.C.P. A. 2010, n 5, p.5-6 ) (028282) Loi n du 30 décembre 2009 de finances rectificative pour 2009 (J.C.P. E. 2010, n 6, p.4-9 ) (027381) Mandat social et contrat de travail : incidences sur l'ancienneté, par FAGES ALICE (Revue française de la comptabilité 2009, n 427, p.7 ) (028285) Désignation d'un représentant syndical au comité d'entreprise en cas de liste commune aux élections, par FERREIRA ANNA, BEAL STEPHANE (J.C.P. E. 2010, n 6, p ) Sociétés et autres groupements (028258) La clause statutaire d'inaliénabilité, par FAVARIO THIERRY (Bulletin Joly Sociétés 2010, n 1, p.100 ) (024920) De divers effets de la crise sur le droit des sociétés ou le retour vers la lean attitude, par REVERSAC JEAN-MICHEL (Droit des sociétés 2009, n 12, p.6-11 ) (028167) Les paradoxes des administrateurs indépendants, par LAMETHE DIDIER (Dalloz 2010, n 9, p ) Jurisprudence Banque (028268) Point de départ du délai de prescription d'une action en responsabilité pour manquement à l'obligation de mise en garde du banquier: La prescription d'une action en responsabilité court à compter de la réalisation du dommage ou de la date à laquelle il est révélé à la

5 victime si celle-ci établit qu'elle n'en avait pas eu précédemment connaissance ; le dommage résultant d'un manquement à l'obligation de mise en garde consistant en une perte de chance de ne pas contracter se manifeste dès l'octroi des crédits. (Cass. Com : J.C.P. E. 2010, n 7, p.9 - note de LEGEAIS DOMINIQUE) (028302) Cession Dailly à titre de garantie : dénouement: La cession de créance effectuée à titre de garantie prend fin sans formalité particulière pour les sommes excédant la créance qui reste due à la banque cessionnaire par le cédant (cassation pour violation de l'article L du code monétaire et financier). (Cass. Com : Dalloz 2010, n 10, p note de DELPECH XAVIER) (028311) La preuve de la remise des fonds dans les contrats de prêt d'argent réels et consensuels: Les deux arrêts rendus par la première chambre civile le 14 janvier 2010 devraient tarir le contentieux relatif à la preuve de la remise des fonds à l'occasion du contrat de prêt d'argent. En effet, les deux espèces traitent de ce même problème, l'une à propos d'un prêt constitutif d'un contrat réel, parce qu'il avait été consenti par un particulier, l'autre à propos d'un prêt consensuel, dans la mesure où il avait été accordé par un professionnel du crédit. (Cass. Com : Dalloz 2010, n 10, p note de FRANCOIS JEROME) (028390) Obligation de mise en garde ; Emprunteur non averti: Le banquier auquel il appartient de démontrer qu'il a rempli son obligation de mise en garde, est dispensé de cette obligation s'il établit que son client a la qualité d'emprunteur averti. En l'espèce, c'est dans l'exercice de son pouvoir souverain d'appréciation que la cour d'appel a retenu que l'emprunteuse, qui n'avait aucune expérience dans la gestion d'entreprise et qui ne disposait d'aucune compétence pour apprécier elle-même la pertinence du montage financier et les perspectives d'avenir de l'entreprise de transports routiers de son mari, était une emprunteuse non avertie. (Cass. Com : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2010, n 1, p.52 - note de COHEN-BRANCHE MARIELLE) Bourse et marchés financiers Civil (024823) Offre publique ; Pacte de séparation ; Action de concert: Un pacte de séparation constitue un accord au terme duquel deux actionnaires sont convenus d'acquérir et d'exercer des droits de vote d'une société pour mettre en oeuvre une politique commune vis-à-vis de celle-ci. Cette politique consiste à faire procéder à une suite d'opérations incluant un projet d'offre publique de rachat, dans le dessein de réaliser la séparation de l'ensemble constitué par la société et une autre et par la répartition du patrimoine de ces deux sociétés au profit de deux groupes d'investisseurs distincts. Ces deux actionnaires ayant vocation à concentrer leur investissement dans la société en cause et cette politique commune étant exclusive d'un accord purement ponctuel, il importe peu que cet accord ne soit mis en oeuvre que de manière temporaire. La cour d'appel en a exactement déduit que les deux actionnaires devaient être considérés comme agissant de concert. (Cass. Com : Banque et droit 2009, n 128, p.42 - note de BONNET JEAN-PIERRE, DE SAINT MARS BERTRAND, DAIGRE JEAN- JACQUES, DE VAUPLANE HUBERT) (027790) Conformité ; procédures de contrôle interne ; suivi des risques ; contrôle des habilitations informatiques ; mesure des risques et des résultats ; suivi des risques opérationnels ; déficience ; absence de formalisation des procédures : En l'espèce, la société mise en cause a contrevenu à plusieurs dispositions essentielles de la réglementation applicable en matière de contrôle interne dans le domaine des opérations de marché, alors même que ce domaine avait déjà fait l'objet de contrôles et de demandes de mesures correctrices de la part du secrétariat général de la Commission bancaire. (Autres juridictions : Bulletin Joly Bourse et produits financiers 2009, n 6, p note de CREDOT FRANCIS, SAMIN THIERRY) (028358) La fin annoncée de l article 1386 du Code civil?: Tandis que l article 1386 du Code civil, relatif à la responsabilité du fait des bâtiments, est, depuis quelques années, l objet de nombreuses critiques, une récente décision de la deuxième chambre civile de la Cour de cassation vient de donner un nouvel élan à l idée même de sa prochaine disparition. Une solution rendue sur fond de paradoxe, le

6 raisonnement déroulé par la Cour apparaissant tant erroné que justifié. (Cass. Civ : Revue Lamy Droit civil 2010, n 68, p.15 - note de JULIEN JEROME) (028347) Déconvenues boursières : les risques acceptés chassent la responsabilité du notaire: Le notaire, sur qui repose l obligation d éclairer les parties sur la portée des actes auxquels il prête son concours, n est pas responsable de la dépréciation des valeurs mobilières détenues par ses clients et liée à la mauvaise conjoncture boursière. (Cass. Civ : Revue Lamy Droit civil 2010, n 68, p.22 - note de BUGNICOURT JEAN-PHILIPPE) Commercial (026860) Bail commercial ; renouvellement ; refus de renouvellement ; congé ; validité : Est dépourvu d'effet un congé, délivré par un preneur, dont l'acte de notification a été reçu à l'adresse du bailleur par un salarié de la société locataire qui s'était dit habilité à le recevoir, la locataire s'étant ainsi, par l'intermédiaire de son préposé, substituée au destinataire du congé. (Cass. Civ : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2010, n 1, p.16) (028075) L exercice d activités distinctes exclut la monovalence: En cas d exercice effectif dans des locaux de deux activités économiques distinctes dont aucune n est l accessoire de l autre, la monovalence des locaux ne peut être retenue. (Cass. Civ : Revue Lamy Droit des affaires 2010, n 45, p.24 - note de FILIOL DE RAIMOND MARINA) Concurrence (027952) La retenue de la cour de Paris face au cartel des sidérurgistes: Il résulte de l'arrêt de la cour d'appel que l'ensemble des sociétés doit être considéré comme ayant porté une atteinte moyennement grave à la concurrence, tempérée notamment par l'état de crise économique. Si le dommage à l'économie est certain, il s'avère modéré, de telle sorte que les sanctions ne doivent excéder une proportion médiane du chiffre d'affaires mondial de l'entreprise poursuivie, et sans pouvoir excéder un très faible pourcentage du chiffre de l'entreprise consolidante s'il y a lieu. La cour d'appel réduit ainsi l'amende de 575 millions à 73 millions d'euros. (Cour d Appel Paris : Dalloz 2010, n 5, p note de CHEVRIER ERIC) (028257) Groupe de sociétés ; Infraction au droit de la concurrence ; Responsabilité solidaire de la société mère: La notion d'entreprise, au sens du droit communautaire de la concurrence, doit être comprise comme désignant une unité économique même si, du point de vue juridique, cette unité économique est constituée de plusieurs personnes physiques ou morales. Dans le cas particulier où une société mère détient 100 % du capital de sa filiale ayant commis une infraction aux règles communautaires de la concurrence il existe une présomption réfragable selon laquelle ladite société mère exerce effectivement une influence déterminante sur le comportement de sa filiale. (CJCE : Bulletin Joly Sociétés 2010, n 1, p.69 - note de PRIETO CATHERINE) Garantie (028348) Entre les intérêts du créancier et ceux du débiteur, le cœur de la Cour de cassation ne balance plus!: À la question de l imputation des paiements issus de la réalisation partielle du gage, l Assemblée plénière, par un arrêt du 6 novembre 2009, ne pouvait qu opérer un revirement en faveur des intérêts du débiteur en imputant prioritairement le paiement sur la portion garantie de la dette. Ce faisant, elle laisse sans réponse la question plus générale de l imputation des paiements lorsqu une dette unique partiellement garantie par un gage sera seulement pour partie acquittée indépendamment de toute réalisation de la sûreté réelle. (Cass. Ass. Plèn : Revue Lamy Droit civil 2010, n 68, p.24 - note de MARTIAL-BRAZ NATHALIE) Immobilier et urbanisme (021206) Société civile immobilière (SCI) : agrément dans les sociétés civiles : interprétation stricte des clauses dérogeant à l'unanimité : Dans les sociétés civiles, en vertu de l'article 1861 du Code civil, le principe est l'agrément de tous les associés, de sorte que la possibilité d'y déroger doit

7 Pénal conduire à une application stricte de cette dérogation. En l'espèce, s'agissant d'une société familiale, l'expression " des associés représentant les trois quarts au moins du capital social " doit s'entendre d'un minimum de deux associés même si l'un d'entre eux détient, à lui seul, les trois quarts du capital social. (Cour d Appel Bordeaux : Droit des sociétés 2009, n 11, p.15 - note de MORTIER RENAUD) (026867) Régularité au regard de l'article R de la notification d'une requête sommaire ne comportant aucun moyen: La notification au maire et au titulaire d'un permis de construire d'une requête sommaire dépourvue de toute indication sur les moyens est conforme aux exigences de l'article R du code de l'urbanisme cité à l'article R du code de justice administrative. (Cour administrative d appel Paris : Actualité juridique de droit administratif 2010, n 1, p.48 - note de BACHINI BRUNO) (025140) Abus de biens sociaux : constitution de partie civile et procédure collective : Sous l'empire de l'article L du Code de commerce, le délai dans lequel doivent être déclarées les créances nées d'un abus de biens sociaux ne commence à courir qu'à compter de la décision définitive du juge pénal qui en fixe le montant. (Cass. Crim : Droit des sociétés 2009, n 12, p.28 - note de SALOMON RENAUD) (028243) La fin des anciennes incapacités commerciales générales de plein droit: Dès lors que l'article L du code de commerce, qui prévoyait et réprimait la violation de l'interdiction de gérer, a été abrogé, la cour d'appel était en droit de renvoyer le prévenu des fins de la poursuite pour violation d'une interdiction de gérer. (Cass. Crim : Revue des sociétés 2010, n 1, p.51 - note de BOULOC BERNARD) Procédure (027797) La saisie des sommes déposées sur le compte joint d'époux séparés de biens : Lorsque le créancier d'un époux marié sous le régime de la séparation des biens fait pratiquer une saisie sur un compte ouvert au nom des deux époux, il lui appartient d'identifier les fonds personnels de l'époux débiteur. (Cass. Civ : Petites Affiches 2010, n 19, p.9 - note de GIBIRILA DEEN) (027835) Limitation des cas de nullité du jugement pour irrégularité des mentions relatives à la composition de la juridiction : L'inexactitude d'une mention destinée à établir la régularité du jugement ne peut entraîner la nullité de celui-ci s'il est établi par les pièces de la procédure, par le registre d'audience ou par tout autre moyen que les prescriptions légales ont été, en fait observées. N'est pas sanctionné par la nullité le défaut de mention du nom du secrétaire ayant assisté à l'audience. (Cass. Ch. Mixte : Gazette du Palais 2010, n 24-26, p.16 - note de CHOLET DIDIER) Procédures collectives Social (028313) Affaire «Coeur Défense» : exemple d'instrumentalisation de la procédure de sauvegarde: La décision est, tout d'abord, intéressante en ce qu'elle se prononce sur la nature des moyens propres pouvant justifier la recevabilité de la tierce opposition d'un créancier à l'encontre du jugement d'ouverture d'une procédure de sauvegarde. Au fond, la cour estime qu'en l'espèce, les difficultés alléguées par les sociétés débitrices n'étaient pas suffisantes pour leur permettre de se placer sous la protection du droit des procédures collectives. En filigrane, on comprend que la cour entend sanctionner ce qu'elle considère comme étant un dévoiement de la procédure de sauvegarde. (Cour d Appel Paris : Dalloz 2010, n 10, p note de PODEUR GILLES, DAMMANN REINHARD) (027890) Exécution du contrat ; clause de clientèle ; qualification : La clause de clientèle s'analyse en une clause de non-concurrence dès lors qu'elle interdit à l'ancien salarié de contracter avec les clients

8 de l'employeur même en cas de sollicitation spontanée de leur part. (Cass. Soc : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2010, n 2, p.124) (028314) Portage salarial : soumission au code du travail: A l'occasion de ces deux décisions portant sur des situations antérieures à 2008 mais aux solutions applicables sous l'empire de la loi nouvelle, la chambre sociale précise, en effet, au visa des articles L , L et L du code du travail, le régime applicable à ce type de relation de travail (qui ne peut être écarté du fait de l'acceptation du salarié). (Cass. Soc : Dalloz 2010, n 10, p note de CORTOT JULIEN) Sociétés et autres groupements (027900) Parts sociales et valeurs mobilières ; Cession ; règles communes ; détermination de l'objet ; prix ; détermination du prix par un tiers ; conditions ; tiers prévu par l'art C. civ.: L'article du Code civil n'est pas applicable à une promesse de vente librement consentie selon un prix déterminable sur des éléments objectifs. (Cour d Appel Versailles : Revue de jurisprudence de droit des affaires 2010, n 5, p.151) (028231) La frontière entre sociétés en formation et créée de fait: Une cour d'appel qui a retenu qu'une société, en cours de formation, avait pour objet social l'acquisition des parts d'une autre société et que l'emprunt contracté par un associé, au nom de la société en formation, avait servi à cette acquisition, et qui a retenu encore que l'autre associé s'était présenté comme l'un des associés de la société dans un courrier adressé à un tiers et avait participé à l'acte de prêt en s'engageant en qualité de caution, a pu en déduire qu'en l'absence d'immatriculation au registre du commerce, une société créée de fait s'était substituée à la société en formation et que l'activité développée par les associés avait dépassé l'accomplissement des simples actes nécessaires à sa constitution. (Cass. Com : Revue des sociétés 2010, n 1, p.26 - note de DONDERO BRUNO) (028033) Décès d'un associé et indivision des héritiers : «Selon l'article 1844 du Code civil, (...) les copropriétaires d'une part sociale indivise sont représentés par un mandataire unique (...) ; la disposition relative à la désignation d'un mandataire chargé de représenter l'indivision ne s'applique que lorsque les propriétaires indivis sont également associés (...) ; en cas de décès d'un associé, ses héritiers (...) ne deviennent associés qu'avec le consentement de la gérance (...) ; il appartenait à chacun des héritiers de demander individuellement son agrément». (Cour d Appel Besançon : Petites Affiches 2010, n 29, p.10 - note de JADAUD BERNARD)

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

ACTUALITE JURIDIQUE. Sociétés - Commercial DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL. n 7 - Avril - Juin 2014

ACTUALITE JURIDIQUE. Sociétés - Commercial DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL. n 7 - Avril - Juin 2014 ACTUALITE JURIDIQUE Sociétés - Commercial n 7 - DROIT DES SOCIETES - DROIT COMMERCIAL 1. Le chèque ne vaut paiement que s il a été encaissé.... 2 2. Rachat par les sociétés non cotées de leurs propres

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Revue de presse du 02 au 08 septembre 2011

Revue de presse du 02 au 08 septembre 2011 Revue de presse du 02 au 08 septembre 2011 Textes Législation Nationale Assurances (036959) Arrêté du 24 août 2011 relatif à certaines dispositions du code des assurances en matière d'assurance sur la

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE STRASBOURG ms N 1201552 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. Devillers M agistrat désigné Audience du 20 février 2013 Lecture du 27 mars 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 Lettre d Information Juridique et Fiscale 10 janvier 2008 4 ème Trimestre 2007 1. DROIT DES SOCIETES/ DROIT BOURSIER Sort de la clause de garantie de passif en cas de fusion absorption : Toute convention

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT.

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR- FRATERNITE-JUSTICE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.)

SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) SOCIETES CIVILES IMMOBILIERES (S.C.I.) 02/03/2015 La société civile immobilière est une forme de société civile dont les opérations sont relatives aux immeubles. Cependant, il ne peut s'agir de toutes

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS

Formation 12. Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS Formation 12 Lutter contre les impayés. Formation + modèle de contrat. Module 1 : LES OUTILS POUR CONNAITRE LA SOLVABILITE DES CLIENTS A - LES OUTILS INTERNES DE L'ENTREPRISE 1 - Le service commercial

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

Conséquences du décès d'un entrepreneur

Conséquences du décès d'un entrepreneur Conséquences du décès d'un entrepreneur Sommaire 2 S O M M A I R E PAGES Art. 78 C.Civ. (Précisions) 3 Conséquences juridiques 5 Conséquences sur l activité 8 Incidences fiscales 10 Anticiper le décès

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N. Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015

Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N. Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015 Lettre d information 18 Droit des affaires R È G L E M E N T A T I O N Création du fichier national des interdits de gérer Décret du 19 février 2015 Réforme des procédures collectives Projet de loi du18

Plus en détail

Introduction 5. larcier 347

Introduction 5. larcier 347 TABLE DES MATIÈRES Introduction 5 Chapitre I L accès à la profession : l autorisation d établissement 7 Section 1. Le champ d application de la loi d établissement 8 A. Les personnes nécessitant une autorisation

Plus en détail

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL

INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL INFORMATIONS BREVES JURISPRUDENCES RECENTES EN SANTE AU TRAVAIL Docteur Anne Gillet Docteur Jacques Darmon INTRODUCTION Une judiciarisation de plus en plus importante des relations sociales avec interventions

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D'OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au greffe, ou, par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir spécial nominatif. Un dossier reçu par voie

Plus en détail

CHAPITRE 1: Des règles d'évaluation et de l'organisme d'évaluation

CHAPITRE 1: Des règles d'évaluation et de l'organisme d'évaluation Décret n 2-90-402 du 25 rebia I 1411 (16 octobre 1990) pris sur le fondement de l'habilitation prévue par l'article 5 de la loi n 39-89 autorisant le transfert d'entreprises publiques au secteur privé,

Plus en détail

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE

UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures 20 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Eléments généraux sur

Plus en détail

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes

LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES. Droit de l OHADA & Pratiques européennes LA PROTECTION DU CREANCIER DANS LA PROCEDURE SIMPLIFIEE DE RECOUVREMENT DES CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES Droit de l OHADA & Pratiques européennes Résume de l ouvrage Apollinaire A. de SABA 2 ème EDITION

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Revue de presse du 07 au 13 juin 2013

Revue de presse du 07 au 13 juin 2013 Revue de presse du 07 au 13 juin 2013 Textes Législation Nationale Civil (043853) Décret n 2013-488 du 10 juin 2013 portant publication de l'accord entre la République française et la République fédérale

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE

TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE TABLEAU DE FONCTIONS ET ACTIVITES COMPATIBLES AVEC LE STATUT D EXPERT-COMPTABLE L activité principale de l expert-comptable doit être l expertise comptable telle que définie à l article 2, alinéas 1 et

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée 1 2 DEFINITION DE L EIRL DEFINITION Le statut «d entrepreneur individuel à responsabilité limitée» (E.I.R.L.), créé par la loi n 2010-658 du 15 juin 2010,

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2);

Vu la Constitution, notamment ses articles 8-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 97-154 du 3 Moharram 1418 correspondant au 10 mai 1997 relatif à l'administration des biens immobiliers. p.13 Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du ministre de l'habitat; Vu la Constitution,

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus

VEILLE LEGISLATIVE. 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus VEILLE LEGISLATIVE 22 octobre 2009 au 4 janvier 2010 inclus ORGANISATION JUDICIAIRE Décret n 2009-1693 du 29 décembre 2009 relatif à la répartition des compétences entre le tribunal de grande instance

Plus en détail

Le cautionnement d un bail d'habitation

Le cautionnement d un bail d'habitation Le cautionnement d un bail d'habitation Article juridique publié le 02/10/2012, vu 20379 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Initialement, la loi du 6 juillet 1989 ne comportait aucune notion de garantie de

Plus en détail

Association Nationale des Sociétés par Actions

Association Nationale des Sociétés par Actions Association Nationale des Sociétés par Actions 39 rue de Prony 75017 Paris Tél. 01 47 63 66 41 Fax 01 42 27 13 58 - http://www.ansa.fr - ansa@ansa.fr 2014 V Comité Juridique Réunion du 3 septembre 2014

Plus en détail

Revue de presse du 11 juillet 2014

Revue de presse du 11 juillet 2014 Revue de presse du 11 juillet 2014 Législation Communautaire Doctrines (048047) Directive relative au crédit immobilier, (B.R.D.A., 30/06/14, n 12, p.13-16) Législation Internationale (047988) L'Etat face

Plus en détail

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015

Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Droit des sociétés : L actualité législative 2014/2015 Nouveautés issues de la Loi 2014-856 du 31/07/2014 dite «loi Hamon» et Décret 2014-1254 du 28/10/2014) L obligation d information périodique triennale

Plus en détail

DISPOSITIONS DU CODE DU SPORT RELATIVES AUX AGENTS SPORTIFS

DISPOSITIONS DU CODE DU SPORT RELATIVES AUX AGENTS SPORTIFS DISPOSITIONS DU CODE DU SPORT RELATIVES AUX AGENTS SPORTIFS CODE DU SPORT (Partie Législative) Chapitre II : Sport Professionnel [ ] Article L222-5 L'article L. 7124-9 du code du travail s'applique aux

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions.

N 107 S É N AT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT. tendant à simplifier la procédure applicable. en matière de contraventions. PROJET DE LOI adopté le 27 mai 1971. N 107 S É N AT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1970-1971 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT tendant à simplifier la procédure applicable en matière de contraventions. Le

Plus en détail

FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P -

FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P - Octobre 2004 FONDS DE GARANTIE POUR LE DEVELOPPEMENT DES ATELIERS PROTEGES - F G A P - GESTION ET SECRETARIAT DU FGAP FAG - 37 rue Bergère - 75009 PARIS Tél : 01.53.24.26.45 / Fax : 01.53.24.26.28 Le 30

Plus en détail

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE

ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE ACTIVITE DE CONSULTATION JURIDIQUE ET DE REDACTION D ACTES SOUS SEING PRIVE REGLEMENTATION DE FOND DELIBERATION n 2002-162 APF du 5 décembre 2002 portant réglementation de la consultation juridique et

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Identification de l'organisme qui passe le marché : Commune d'orsay Pouvoir adjudicateur : M. le Maire d'orsay Adresse : 2 place du général Leclerc - 91 400 ORSAY Objet

Plus en détail

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions

Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions Cession de créance - Débiteur cédé en liquidation judiciaire - Maintien des cautions L'an, Le, Par-devant M e, notaire à, A reçu le présent acte authentique de cession de créance à la requête des personnes

Plus en détail

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG.

Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. Rappel : le programme du DSCG suppose connu celui du DCG. UE 1 - GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE Niveau M : 180 heures - 20 ECTS 1. L entreprise et son environnement (50 heures) 1.1 Éléments généraux

Plus en détail

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP JURIDICTION DE PROXIMITÉ DE [COMMUNE] STATUANT EN MATIÈRE PÉNALE [n ], [rue] - [code postal] [commune] Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP POUR : [nom du requérant] [nationalité

Plus en détail

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales

Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires internationales 1 Master-2 Recherche et Professionnel Droit de la coopération économique et des affaires es Universite Nationale du Vietnam-Hanoi Faculté de Droit Matières Objectifs du cours Compétences acquises UE UE-1

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance)

CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) CODE DE COMMERCE :Partie législative(source Légifrance) Livre VI - Des difficultés des entreprises Titre Ier - De la prévention des difficultés des entreprises Chapitre Ier - De la prévention des difficultés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Immobilier professionnel

Immobilier professionnel Immobilier professionnel Les atouts de la SCI QUILVEST FAMILY OFFICE Introduction La détermination du mode de détention des locaux professionnels constitue un choix important, auquel sont confrontés les

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail DROIT SOCIAL CHSCT : RECENTES EVOLUTIONS LEGALES ET JURISPRUDENTIELLES Véronique VINCENT Septembre 2013 Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT), partenaire social au domaine

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé COLLOQUE AEDJ 30 ET 31 JANVIER 2013 - DOUALA 6 ET 7 FEVRIER 2013 - YAOUNDE Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés Aspects de

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail