Bien-être de l enfance en Ontario. Échelles d admissibilité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bien-être de l enfance en Ontario. Échelles d admissibilité"

Transcription

1 Bien-être de l enfance en Ontario Échelles d admissibilité VERSION RÉVISÉE OCTOBRE 2006

2 Remerciements Le bien-être de l enfance en Ontario continue d évoluer. Les conclusions des recherches menées aujourd hui, des normes clairement articulées, des instruments empiriques, les connaissances tirées des pratiques exemplaires et le concept de la responsabilité soutiennent l excellence des services de protection de l enfance dans la province. Ces éléments ont influé sur les révisions apportées aux Échelles d admissibilité en En effet, nous avons actualisé les recherches et les progrès en matière de pratiques et assuré la conformité aux stratégies rattachées à la Transformation du bien-être de l enfance (2005), comme le Modèle d intervention adaptée, aux nouvelles Normes de protection de l enfance (Février 2007) et aux nouvelles modifications législatives (2006). Nous avons aussi élaboré d autres échelles nécessaires et apporté des modifications aux principales sections des Échelles d admissibilité. Finalement, nous avons fait les révisions mineures qui s imposaient. Par exemple, nous avons défini clairement certains termes et actualisé la terminologie utilisée. De nombreuses personnes ont participé au fil des années à l élaboration de différentes versions de l outil de travail que sont les Échelles d admissibilité. Les origines de cet instrument remontent au début des années Il s agissait alors d un outil d admissibilité élaboré sur le terrain et applicable au bien-être de l enfance en Ontario. Les auteurs originaux du document, Mary Ballantyne et George Leck, de la société d aide à l enfance de Simcoe, remercient l ensemble des personnes et des intervenants qui ont participé à la mise au point des versions subséquentes de ce document. L édition des Échelles, élaborée par Mary Ballantyne (MRI), Margaret Morrison (B.Sc.Inf.(Ed.)), M.A. (Counseling psychologique) et Deborah Goodman (M. Serv. Soc., Ph.D.) tient compte des résultats de recherches menées par l Université de Toronto à partir de la version originale du document et des observations formulées à l égard de celui-ci par les nombreux travailleurs sociaux qui l ont utilisée. La version la plus récente, celle de 2006, se fonde sur les résultats de travaux sur le terrain réalisés pendant près d une dizaine d années, conjugués à des enquêtes plus structurées sur les points forts et les limites de l outil, comme les recherches approfondies que la faculté de travail social de l Université de Toronto a réalisées auprès de groupes de réflexion à travers l Ontario et les consultations que l Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance a menées auprès de ses membres sur les modifications proposées aux Échelles. Nous croyons que l ensemble de ces recherches et de ces travaux a donné lieu à un instrument d évaluation de l admissibilité du bien-être de l enfance plus efficace, plus pertinent et plus utile pour le réseau des sociétés d aide à l enfance de l Ontario, les collectivités qu elles servent, et les enfants, les jeunes et les familles qui reçoivent leurs services Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance 1997 Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance 1999 Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance (version de formation provisoire) 2000 Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance 2006 Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance Vous pouvez vous procurer des exemplaires des Échelles d admissibilité à l adresse suivante : Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance 75, rue Front Est, 2 e étage, Toronto (Ontario) Canada M5E 1V

3 Table des matières INTRODUCTION...1 SECTION 1- MAUX PHYSIQUES OU SEXUELS INFLIGÉS PAR ACTION...17 Échelle 1 Force physique ou mauvais traitements...18 Échelle 2 Traitement cruel ou inapproprié...24 Échelle 3 Comportement sexuel abusif...29 Échelle 4 Menace de faire du mal...34 SECTION 2 - MAUX PAR OMISSION...37 Échelle 1 Surveillance inadéquate...38 Échelle 2 Négligence vis-à-vis des besoins matériels essentiels de l enfant...43 Échelle 3 Attitude de la personne responsable face à la santé physique de l enfant...50 Échelle 4 Attitude de la personne responsable face à la santé mentale ou affective de l enfant et à son niveau de développement...52 Échelle 5 Attitude de la personne responsable face à l enfant de moins de 12 ans qui a commis un acte grave...56 SECTION 3 - MAUX AFFECTIFS...59 Échelle 1 Maux affectifs ou risque de maux affectifs causés par la personne responsable ou attitude de cette personne face à de tels maux ou à un tel risque...60 Échelle 2 Exposition de l enfant à un conflit entre adultes...66 Échelle 3 Exposition de l enfant à des actes de violence entre partenaires...72 SECTION 4 - ABANDON / SÉPARATION...79 Échelle 1 Enfant abandonné ou devenu orphelin...80 Échelle 2 Conflit entre l enfant et la personne qui en est responsable/comportement de l enfant...84 SECTION 5 - CAPACITÉ DE LA PERSONNE RESPONSABLE...88 Échelle 1 Antécédents de la personne responsable de l enfant (mauvais traitements/négligence)...89 Échelle 2 Incapacité de la personne responsable de l enfant d assurer sa protection...94 Échelle 3 Existence d un problème touchant la personne responsable...98 Échelle 4 Capacité de la personne responsable de s occuper de l enfant SECTION 6 - DEMANDE DE SERVICES DE CONSULTATION SECTION 7- DEMANDE DE SERVICES D ADOPTION Échelle 1 Services d adoption offerts aux éventuelles familles adoptives Échelle 2 Divulgation de renseignements sur l adoption Échelle 3 Services pour les parents de sang qui envisagent de placer leur enfant en adoption Échelle 4 Services après l adoption SECTION 8 - PLACEMENT EN FAMILLE D ACCUEIL Échelle 1 Services de placement en famille d accueil Échelle 2 Garde par un proche Enfants NON pris en charge par la société d aide à l enfance Échelle 3 Garde par un proche Enfants pris en charge par la société d aide à l enfance Échelle 4 Soins conformes aux traditions Échelle 5 Garde légale Demande/Approbation/Placement Échelle 6 Garde légale Services après le placement Échelle 7 Services autorisés aux fournisseurs de soins en établissement SECTION 9 - BÉNÉVOLAT SECTION 10 - DEMANDE D AIDE SECTION 11 - RÉFÉRENCES...129

4 INTRODUCTION Échelles d admissibilité édition

5 Introduction OBJET Comme l établit l article 15 de la Loi sur les services à l enfance et à la famille, les fonctions d une société d aide à l enfance sont les suivantes : a) faire enquête sur les allégations ou les preuves selon lesquelles des enfants qui ont moins de seize ans ou qui sont confiés aux soins ou à la surveillance d une société peuvent avoir besoin de protection; b) protéger, en cas de besoin, les enfants qui ont moins de seize ans ou qui sont confiés aux soins ou à la surveillance d une société; c) offrir aux familles des services d orientation, de consultation et d autres services pour protéger les enfants ou pour empêcher que surviennent des situations qui nécessitent cette protection; d) fournir des soins aux enfants qui lui sont confiés à cette fin en vertu de la présente loi; e) exercer une surveillance sur les enfants qui lui sont confiés à cette fin en vertu de la présente loi; f) placer des enfants en vue de leur adoption en vertu de la partie VII; g) exercer les autres fonctions que lui confère la présente loi ou une autre loi. Les Échelles d admissibilité sont un outil conçu pour aider le personnel des sociétés d aide à l enfance à prendre des décisions uniformes et justes en ce qui concerne l admissibilité d une personne à des services lorsque cette personne est orientée vers une société. La version révisée de 2006 renferme des échelles supplémentaires et des éléments d information qui faciliteront la prise de décisions dans les domaines qui résultent du nouveau Modèle d intervention adaptée de l Ontario pour la protection de l enfance (MIAO 05) et des Normes de protection de l enfance en Ontario (Février 2007) (NPE-06). Une fois que les préposés de la société d aide à l enfance ont pris une décision en ce qui concerne l admissibilité aux services et le niveau de gravité en se fondant sur tous les renseignements disponibles sur l enfant, la famille et leur situation, ils utilisent les nouvelles méthodes décrites dans le Modèle d intervention adaptée de l Ontario et se conforment aux directives énoncées dans les nouvelles Normes de protection de l enfance. Les Échelles facilitent l interprétation de tous les rapports que reçoit une société d aide à l enfance (NPE-06:N1). Elles aident à déterminer les exigences juridiques applicables à l intervention initiale et au suivi ultérieur afin d assurer le bien-être des enfants. La consultation du personnel de supervision et l examen des cas complexes par les préposés des sociétés d aide à l enfance qui utilisent ce document favorisent l adoption d interventions uniformes et, par conséquent, fiables par les sociétés d aide à l enfance de toutes les régions de la province. Les Échelles aident aussi les fournisseurs de services communautaires et les personnes qui dirigent quelqu un vers une société d aide à l enfance à comprendre la nature et l envergure du mandat des organismes qui interviennent dans le domaine du bien-être de l enfance. Elles appuient les demandes de renseignements et les échanges entre la personne qui dirige un enfant et la personne qui prend une décision relativement au bien-être de cet enfant. Cela est particulièrement utile dans les situations où le besoin d une intervention n est pas évident. Échelles d admissibilité édition

6 Introduction NOTA : La version 2000 des Échelles d admissibilité englobe les modifications apportées à la Loi sur les services à l enfance et à la famille, telles qu elles sont énoncées dans la Loi de 1999 modifiant la Loi sur les services à l enfance et à la famille (réforme du bien-être de l enfance), que l Assemblée législative de l Ontario a adoptée en mai 1999 et qui ont par la suite été promulguées en vigueur. La version 2006 des Échelles tient compte des nouvelles stratégies associées à la Transformation du bien-être de l enfance (élargissement des options en matière de placements permanents comme la garde d enfants par un proche ou la garde légale et nouvelle insistance sur la violence familiale touchant les enfants). Elle tient aussi compte du Modèle d intervention adaptée de l Ontario (2005) et assure l uniformité de l outil d évaluation de l admissibilité avec, d une part, les dispositions de la nouvelle Loi sur les services à l enfance et à la famille telle que modifiée par le projet de loi 210 adoptée le 30 novembre 2006, et d autre part, les nouvelles Normes de protection de l enfance en Ontario (Février 2007). Échelles d admissibilité édition

7 Introduction ORIGINES DES ÉCHELLES D ADMISSIBILITÉ La toute première version des Échelles d admissibilité des services de bien-être de l enfance de l Ontario (intitulée Spectre d intervention) a été élaborée en 1991 par Mary Ballantyne et George Leck de la société d aide à l enfance de Simcoe. Margaret Morrison, de la société d aide à l enfance de Halton, y a apporté son soutien indéfectible dès la première heure. Cette version originale des Échelles reprenait en partie les catégories et descripteurs du bien-être de l enfance publiés par Magura et Moses en 1986, et qui ont depuis été considérablement remaniés. La Loi sur les services à l enfance et à la famille, les Normes remaniées pour les enquêtes sur les mauvais traitements infligés aux enfants et la gestion des cas par les sociétés d aide à l enfance aux termes de la Loi sur les services à l enfance et à la famille publiées par le ministère des Services sociaux et communautaires (rebaptisé ministère des Services à l enfance et à la jeunesse en 2005), les normes d agrément de l Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance, l expérience recueillie sur le terrain et les recherches sur les meilleures pratiques sont autant de facteurs qui ont contribué à l élaboration des Échelles. La première révision en profondeur, entreprise en 1995, s est faite en consultation avec les sociétés d aide à l enfance d Elgin, de Haldimand-Norfolk, de Muskoka, de Peel, de Perth, de York et de Sarnia et bon nombre de personnes et d organismes. En 1994, l Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance a obtenu une subvention du ministère des Services sociaux et communautaires pour mener à terme un projet sur la fiabilité et la validité de ce qui était alors le Spectre d intervention. La version 1997 des Échelles est issue des résultats de cette recherche et des observations de personnes qui employaient ce document dans leur travail. Le projet de recherche a été réalisé par Robert MacFadden et Deborah Goodman, respectivement professeur et candidate au doctorat à la faculté de service social de l Université de Toronto, avec le concours de Mary McConville, directrice générale de l Association ontarienne des sociétés de l aide à l enfance, de George Leck, de Mary Ballantyne et de Margaret Morrison. Un comité consultatif composé de représentants de la société d aide à l enfance de Peel, des sociétés d aide à l enfance catholiques de Toronto et d Essex, et des services à l enfance et à la famille de Leeds-Grenville a également participé au projet de recherche, qui s appuyait sur des données fournies par la société d aide à l enfance catholique de Toronto, les sociétés d aide à l enfance de Frontenac, du comté de Huron, de Sudbury et de la communauté urbaine de Toronto et enfin les services juifs d aide à l enfance et à la famille. La seconde révision en profondeur de l instrument découle de ce projet. Les Échelles d admissibilité ont été intégrées au Modèle d évaluation des risques pour la protection de l enfance en Ontario, publié en octobre Elles sont utilisées systématiquement par toutes les sociétés d aide à l enfance de l Ontario depuis août En 1999, des modifications mineures aux Échelles d admissibilité ont été approuvées suite à des questions soulevées dans le cadre de leur application courante sur le terrain et afin de les rendre conformes à la Loi sur les services à l enfance et à la famille (LSEF) modifiée et aux nouvelles Normes de protection de l enfance. Les révisions apportées en 2006 aux Échelles d admissibilité comprennent un complément de précisions sur la violence familiale (Section 3 : Échelle 2 Exposition de l enfant à un conflit entre adultes; Section 3 : Échelle 3 Exposition de l enfant à des actes de violence entre partenaires). Elles étoffent les sections rattachées à la planification de la permanence des placements (Section 7 Demande de services d adoption et Section 8 Placement en famille d accueil). De plus, elles intègrent mieux les stratégies rattachées à la Transformation du bien-être de l enfance, les approches prévues dans le cadre du Modèle d intervention adaptée de l Ontario, les renvois aux nouvelles dispositions législatives en matière de bien-être de l enfance et les Normes de protection de l enfance, le cas échéant. Échelles d admissibilité édition

8 Introduction MATRICE BIDIMENSIONNELLE DESCRIPTION Les Échelles d admissibilité forment une matrice bidimensionnelle (voir le diagramme plus loin). L axe vertical indique les motifs d intervention fondés sur la Loi. Ces motifs sont regroupés dans les dix sections suivantes des Échelles : Section 1 Maux physiques ou sexuels infligés par action Section 6 Demande de services de consultation Section 2 Maux par omission Section 7 Demande de services d adoption Section 3 Maux affectifs/exposition à un conflit Section 8 Placement en famille d accueil Section 4 Abandon/Séparation Section 9 Bénévolat Section 5 Capacité de la personne responsable Section 10 Demande d aide L évaluation des préposés de la société d aide à l enfance se fonde sur un processus décisionnel en trois étapes. La première étape consiste à jumeler la situation décrite à l étape de l orientation au motif d intervention approprié ou à la SECTION sur l axe vertical. La deuxième étape oblige les préposés à choisir l ÉCHELLE appropriée dans chaque section. Finalement, à la troisième étape, les préposés doivent déterminer le degré de gravité (Sections 1 à 5) ou le niveau/type d intervention (Sections 6 à 10) sur l axe horizontal. Tous les cas ou toutes les situations portés à la connaissance d une société d aide à l enfance doivent être classifiés en fonction de la section et de l échelle appropriées (p. ex. 1-1-B renvoie à la Section 1, Échelle 1, B gravité extrême; 8-4-C renvoie à la Section 8, Échelle 4, niveau d intervention : C). Les sections 1 à 5 sont fondées sur la Partie III de la Loi sur les services à l enfance et à la famille. L axe horizontal de ces cinq sections divise les motifs d intervention et les échelles en quatre degrés de gravité : gravité extrême, gravité moyenne, gravité minime et sans gravité. Chaque échelle comprend un «seuil d intervention», là où le point d intervention est au-dessus du seuil d intervention (sont compris les descripteurs applicables aux degrés «gravité extrême» et «gravité moyenne»). Les sections 6 à 10 renvoient à un éventail de services offerts par les sociétés d aide à l enfance qui, selon le cas : appuient et étoffent les options en matière de services et les stratégies rattachées à la Transformation du bien-être de l enfance (p. ex. Section 7, Section 8); se rapportent à d autres dispositions législatives (p. ex. Section 10); énumèrent ou classifient simplement les autres activités non rattachées à la protection des enfants (p. ex. Section 9). L édition 2006 des Échelles d admissibilité étoffent considérablement la Section 7 (Demande de services d adoption) et la Section 8 (Placement en famille d accueil). Ces sections décrivent Échelles d admissibilité édition

9 Introduction maintenant de façon plus exhaustive l ensemble des options en matière de placements permanents énumérées dans le Modèle d intervention adaptée de l Ontario, norme 05, relativement aux piliers des placements permanents, à savoir : prévention des admissions, garde d enfants par un proche, soins conformes aux traditions, garde légale, soins en milieu familial, adoption, et adolescents quittant le réseau de services. Selon le Modèle d intervention adaptée de l Ontario, ces options aident les sociétés d aide à l enfance à définir les plans qui comblent le mieux les besoins de chaque enfant. Échelles d admissibilité édition

10 Introduction ÉCHELLES D ADMISSIBILITÉ (2006) Degré de gravité SECTION ÉCHELLE Gravité extrême Gravité moyenne Gravité minime Sans gravité 1. Force physique ou mauvais A, B, C, F, G, H, I, J K, L M SECTION 1 Maux physiques ou 2. traitements Traitement cruel ou inapproprié D, E A B C D sexuels infligés par action Comportement sexuel abusif Menace de faire du mal A, B, C, D, E A F, G, H, I B, C J, K D L E 1. Surveillance inadéquate A B C D 2. Négligence vis-à-vis des besoins A B C D matériels essentiels de l enfant 3. Attitude de la personne A, B C D E responsable face à la santé physique de l enfant SECTION 2 Maux par omission 4. Attitude de la personne responsable face à la santé mentale ou affective de l enfant et à son niveau de développement A B C D 5. Attitude de la personne responsable face à l enfant de moins de 12 ans qui a commis un A B C D SECTION 3 Maux affectifs / Exposition à un conflit SECTION 4 Abandon / Séparation SECTION 5 Capacité de la personne responsable acte grave 1. Maux affectifs ou risque de maux affectifs causés par la personne responsable ou réaction de cette personne à de tels maux ou à un tel risque 2. Exposition de l enfant à un conflit entre adultes 3. Exposition de l enfant à des actes de violence entre partenaires 1. Enfant abandonné ou devenu orphelin 2. Conflit entre l enfant et la personne qui en est responsable / Comportement de l enfant 1. Antécédents de la personne responsable de l enfant (mauvais traitements / négligence) 2. Incapacité de la personne responsable de l enfant d assurer sa protection 3. Existence d un problème touchant la personne responsable 4. Capacité de la personne responsable de s occuper de l enfant A B C D A, B, C, D E, F, G H I A, B, C, F, G, H, I J K D, E A, B C D, E F A B C D A, B, C, D E, F G, H I A, B C D E A B C D A B C D Section Échelle Décisions possibles A, B, C, D, E, F, G SECTION 6 Demande de services de consultation SECTION 7 Demande de services 1. Services d adoption offerts aux éventuelles familles adoptives 2. Divulgation de renseignements Échelle 1 : A, B, C, D, E Échelle 2 : A, B, C, D Échelles d admissibilité édition

11 Introduction d adoption SECTION 8 Placement en famille d accueil SECTION 9 Bénévolat SECTION 10 Demande d aide sur l adoption 3. Services pour les parents biologiques qui envisagent de placer leur enfant en adoption 4. Services après l adoption 1. Services de placement en famille d accueil 2. Garde par un proche Enfants non pris en charge par la société d aide à l enfance 3. Garde par un proche Enfants pris en charge par la société d aide à l enfance 4. Soins conformes aux traditions 5. Garde légale Demande, approbation, placement 6. Garde légale Services après le placement 7. Services autorisés aux fournisseurs de soins en établissement Échelle 3 : A, B, C Échelle 4 : A, B, C, D, E, F, G, H, I Échelle 1 : A, B, C, D, E, F Échelle 2 : A, B, C, D, E Échelle 3 : A, B, C, D, E, F, G, H Échelle 4 : A, B, C, D, E, F, G, H Échelle 5 : A, B, C, D, E, F Échelle 6 : A, B, C, D, E, F, G Échelle 7 : A, B A, B, C, D A, B, C, D, E, F, G, H, I, J, K QUELQUES MOTS À PROPOS DES ÉCHELLES En ce qui concerne les Sections 1 à 5, chaque échelle est précédée de quelques paragraphes qui la situent dans son contexte, à savoir des renvois à la Loi sur les services à l enfance et à la famille, une interprétation des dispositions citées, une description des notions abordées et des conseils d évaluation. Les renvois comprennent les paragraphes pertinents de la Loi qui s appliquent à la section en question. Une «définition» des mauvais traitements visés peut être jointe à certaines échelles. Renvois à la Loi sur les services à l enfance et à la famille Chacune des échelles commence par un renvoi à la Loi sur les services à l enfance et à la famille. Il y a toujours au moins un renvoi à des dispositions du paragraphe 37 (2) qui précise ce qu est un enfant ayant besoin de protection et parfois aussi un renvoi à d autres dispositions de la Loi. Tous les renvois sont séparés du reste du texte par un trait solide au début et à la fin de la citation. Les articles de la Loi les plus pertinents par rapport à l échelle visée sont identifiés. Par exemple, l échelle «Comportement sexuel abusif» renvoie aux alinéas 37 (2) c) et (d) : c) l enfant qui a subi une atteinte aux moeurs ou qui a été exploité sexuellement par la personne qui en est responsable ou par une autre personne si la personne qui en est responsable sait ou devrait savoir qu il existe des dangers d atteinte aux moeurs ou d exploitation sexuelle et qu elle ne protège pas l enfant; d) l enfant qui risque vraisemblablement de subir une atteinte aux moeurs ou d être exploité sexuellement dans les circonstances mentionnées à l alinéa c). Échelles d admissibilité édition

12 Introduction Interprétation Une interprétation suit le ou les renvois à la Loi. Elle donne une justification raisonnée de l échelle et comprend des liens avec les publications les plus récentes sur le thème en question. Le texte de l interprétation apparaît dans des boîtes rouges aux bords arrondis, immédiatement après le renvoi. Il ne s agit pas d une interprétation juridique de la Loi, mais d un complément d information qui situe les notions abordées dans leur contexte. Par exemple, l interprétation associée à l échelle «Force physique ou mauvais traitements» explique ce qu il faut entendre par mauvais traitements physiques et définit le concept d emploi abusif de la force. Constituent un emploi abusif de la force : les punitions corporelles généralement acceptables, mais qui sont exagérées ou indûment longues ou qui s accompagnent d une force excessive; les punitions corporelles généralement inacceptables ou inappropriées, telles que les secousses ou les coups continus ou prolongés. Description Certaines échelles sont précédées d une description, qui apparaît dans une boîte en rouge. Il s agit en général de la description du type d enfant ou de comportement dont il est question dans l échelle. Voici par exemple l explication fournie dans l échelle «Force physique ou mauvais traitements» pour l une des formes de force physique qu elle évoque : Emploi excessif ou inapproprié de la force physique entraînant des blessures graves. Les blessures graves nécessitent toujours des soins médicaux immédiats, et souvent urgents (fractures d os longs, blessures internes causées par des secousses, brûlures au troisième degré [les plus graves], lésions au cerveau ou à la colonne vertébrale, blessures à l oeil, blessures profondes ou plaies punctiformes qui pourraient entraîner une infection systémique). Un rapprochement est ensuite fait dans l échelle entre les différentes descriptions et la personne qui use de sa force physique vis-à-vis de l enfant pour déterminer la gravité de son comportement. La pire situation est celle où la personne principalement responsable de l enfant use à son égard d une force extrême. Voir Section 1, échelle 1, niveau A. Conseils d évaluation Certaines sections et certains descripteurs sont accompagnés de conseils d évaluation. Ces conseils, en italiques et identifiés par un symbole représentant une ampoule électrique, aident les préposés à prendre la décision la plus pertinente dans les circonstances. Ils apparaissent là où il peut y avoir un risque de confusion avec une autre section ou une autre échelle. Échelles d admissibilité édition

13 Introduction ÉCHELLES D ÉVALUATION Les échelles devant servir à l évaluation des cas commencent ainsi : Degrés de gravité Degrés de gravité Chaque échelle comporte quatre degrés de gravité. Les descripteurs des comportements visés par chaque échelle sont énumérés en ordre décroissant de gravité (de gravité extrême à sans gravité). Une échelle donnée peut n avoir qu un seul descripteur pour chaque degré de gravité, tandis qu une autre peut en avoir plusieurs. Les degrés de gravité se définissent comme suit : Gravité extrême (cf. Partie III : Protection de l enfance Loi sur les services à l enfance et à la famille) L enfant a un besoin urgent de services de protection de l enfance si l une ou plusieurs des conditions suivantes existent : la personne responsable de l enfant lui a déjà infligé des maux physiques ou les a causés du fait qu elle a failli à son devoir de prendre soin de l enfant, de subvenir à ses besoins ou d assurer convenablement sa surveillance et sa protection et/ou la personne responsable de l enfant lui a déjà infligé des maux sexuels ou les a causés du fait qu elle a failli à son devoir d assurer convenablement sa protection et/ou l enfant risque vraisemblablement de subir des maux physiques ou sexuels tels que ceux décrits ci-dessus, et ce danger est imminent faute d une intervention immédiate et/ou l enfant vient de perdre son père et sa mère et aucune mesure suffisante n a été prévue à son égard l enfant a été abandonné et/ou et/ou la dynamique familiale est telle que l enfant court le risque imminent d être séparé de la personne qui en est responsable faute d une intervention immédiate et/ou Échelles d admissibilité édition

14 Introduction l enfant souffre de maux affectifs graves, mais la personne qui en est responsable n y prête aucune attention ou les maux affectifs sont attribuables aux actions ou à l inaction de la mère ou du père de l enfant et/ou l enfant risque vraisemblablement de subir des maux affectifs graves et des dommages psychologiques irréversibles, et ce danger est imminent faute d une intervention immédiate et/ou l enfant a un problème grave au niveau de sa santé physique, mentale ou affective, ou de son niveau de développement qui peut lui causer un préjudice extrêmement grave si aucun traitement ne lui est fourni et/ou l enfant, qui a moins de 12 ans, a commis un acte grave et la personne qui en est responsable n a pris aucune initiative pour obtenir un traitement pour l enfant ou pour mieux le surveiller, ce qui pourrait avoir des conséquences extrêmement préjudiciables pour l enfant. Gravité moyenne (cf. Partie III : Protection de l enfance Loi sur les services à l enfance et à la famille) L enfant a besoin de services de protection de l enfance, mais ce besoin n est pas aussi urgent que dans la catégorie «Gravité extrême». Lorsqu ils décident qu un cas appartient à la catégorie «Gravité moyenne», les préposés d une société d aide à l enfance tiennent compte de la vulnérabilité de l enfant, des besoins de l enfant et de la famille, et de l existence de facteurs de protection (NPE-06:N2) tout en sachant que : l enfant risque vraisemblablement de subir soit des maux physiques ou sexuels tels que ceux décrits ci-dessus, soit des dommages psychologiques irréversibles, mais le danger n est pas imminent et/ou l enfant risque vraisemblablement d être séparé de la personne qui en est responsable, mais n est pas en danger de l être immédiatement et/ou l enfant souffre de maux affectifs modérés ou risque vraisemblablement de souffrir de maux affectifs attribuables aux actions ou à l inaction de la personne qui en est responsable ou celle-ci n y prête pas attention de façon appropriée et/ou Échelles d admissibilité édition

15 Introduction l enfant a des problèmes modérés au niveau de sa santé physique, mentale ou affective ou de son niveau de développement ou il a commis un acte grave, et la personne qui en est responsable n y prête pas attention de façon appropriée Gravité minime (cf. Partie II : Accès volontaire aux services Absence de protection Loi sur les services à l enfance et à la famille) L enfant ou la famille pourrait bénéficier d une intervention, mais celle-ci n est pas nécessaire pour assurer la santé physique ou psychologique de l enfant ou l intégrité de la famille (en cas de séparation de l enfant de sa famille). Sans gravité Le milieu familial répond sainement aux besoins physiques et psychologiques de l enfant. DÉTERMINATION DE L ADMISSIBILITÉ Il faut tenir compte de ce qui suit lors de la détermination du niveau d admissibilité : renseignements contenus dans le signalement dossiers de la société d aide à l enfance qui reçoit le rapport base de données de la province (Système Info express) Registre des mauvais traitements infligés aux enfants de l Ontario (si l allégation vise des mauvais traitements) (NPE-06:N1) Une fois que l on a pris en compte tous les renseignements disponibles, on se sert des Échelles d admissibilité et du motif d intervention principal et, le cas échéant, du motif d intervention secondaire pour orienter l enfant vers les services appropriés. Échelles d admissibilité édition

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

_Règlement Caritas Protection des enfants

_Règlement Caritas Protection des enfants _Règlement Caritas Protection des enfants 2 Convaincus que les enfants ont le droit d être protégés et stimulés dans leur développement, respectés comme des acteurs indépendants et associés aux décisions,

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 - POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. MISSION DE LA SOCIÉTÉ La Société des établissements de plein air du Québec (ci-après appelée : la «Société» ou la ) est une société

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Politique de gestion documentaire

Politique de gestion documentaire Politique de gestion documentaire Responsabilité de gestion : Secrétariat général Date d approbation : 24 avril 1979 C.A. C.E. Direction générale Direction Date d'entrée en vigueur : 24 avril 1995 Date

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision

Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision Compte rendu des délibérations, y compris les motifs de décision relativement à Demandeur Ontario Power Generation Inc. Objet Lignes directrices pour l évaluation environnementale (portée du projet et

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident

Dispositions à prendre en cas d accident et d incident Dispositions à prendre en cas d accident et d incident En cas d accident ou d incident, les Chefs de Corps et les Commandants d Unité doivent veiller à appliquer certaines procédures, comme la rédaction

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION COCuMONT Mémoire et Patrimoine REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES 1.1. Membres actifs : Les membres actifs sont admis lors du paiement de la cotisation annuelle. Ils bénéficient de tous

Plus en détail

L entente de Représentation

L entente de Représentation L entente de Représentation FedEx Trade Networks Transport et Courtage (Canada), Inc. 7075 Ordan Drive Mississauga, ON L5T 1K6 Directives Pour Remplir L entente de Représentation Signez trois copies de

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 3.11 Immigrants parrainés Compétence législative Paragraphes 13 (1) et 71 (1), et article 72 de la Loi. Articles 6, 13, 15, 17 et 51 du Règlement 134/98. Exigences

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

BESOIN RECONNU D UNE SUBVENTION POUR LA GARDE D ENFANTS

BESOIN RECONNU D UNE SUBVENTION POUR LA GARDE D ENFANTS Comté de Simcoe Services sociaux Services à l enfance et à la communauté 1110, Autoroute 26, Midhurst (Ontario) L0L 1X0 Ligne principale : 705 722-3132 Sans frais 1 866 893-9300 Téléc. 705 725-9539 simcoe.ca

Plus en détail

Projet de loi n o 81. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale.

Projet de loi n o 81. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale. DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 81 Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Présentation Présenté par

Plus en détail

Contrôle des risques en éducation physique et santé, programmes scolaires, périscolaires et parascolaires

Contrôle des risques en éducation physique et santé, programmes scolaires, périscolaires et parascolaires Procédure administrative : Contrôle des risques en éducation physique et santé, programmes scolaires, périscolaires et parascolaires Numéro : PA 7.044 Catégorie : Administration des écoles Pages : 8 Approuvée

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

Politique de scolarisation à la maison

Politique de scolarisation à la maison Code : 2521-02-12-01 POLITIQUE X DIRECTIVE RÈGLEMENT PROCÉDURE Politique de scolarisation à la maison Date d approbation : 12 juin 2012 Service dispensateur : Date d entrée en vigueur : 13 juin 2012 Services

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

Avis relatif à l intégrité du marché

Avis relatif à l intégrité du marché Avis relatif à l intégrité du marché 28 novembre 2003 N 2003-025 Acheminement suggéré : Négociation, et Affaires juridiques et Conformité LIGNES DIRECTRICES SUR LES OBLIGATIONS DE SUPERVISION DE LA NÉGOCIATION

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA

Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Mémento concernant l assurance-accidents obligatoire selon la LAA Assurance Base légale de l assurance La loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA) du 20 mars 1981 ainsi que les ordonnances qui s y

Plus en détail

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET CONTRIBUTIONS GUIDE DE L UTILISATEUR (DEMANDES ET PROJETS) AVRIL 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 4 Le saviez-vous?... 4 Les SELSC comportent trois modules :...

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement

SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE. Le déménagement SÉRIE SUR LA LOCATION IMMOBILIÈRE Le déménagement La présente brochure traite de la façon de donner un préavis, de la façon de déménager plus tôt que prévu tout en respectant la loi, et de ce que vous

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile

Notes techniques pour les règles de souscription de l assurance-automobile Annexe B pour les règles de souscription de l assurance-automobile Émis avec le Bulletin No. A-09/03 I.A.R.D. - Auto ommission des services financiers de l Ontario 29 juillet 2003 pour les règles de souscription

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET www.carrefourfrontenac.com L'accès au site internet du Carrefour Frontenac www.carrefourfrontenac.com («le site internet») vous est offert sous réserves

Plus en détail

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières

Mémento. de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents. GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon. Table des matières Mémento de l assurance-accidents selon la loi fédérale sur l assuranceaccidents (LAA) GENERALI Assurances Générales SA, 1260 Nyon Table des matières Base légale de l assurance Page Personnes assurées 1.

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS Règlement 22(1) La demande de licence pour fournir et offrir des services de garderie familiale comporte les éléments suivants : (b.1) une copie du code de conduite

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Année 2013-2014 Règles du département de 011 - Informatique

Année 2013-2014 Règles du département de 011 - Informatique Année 2013-2014 Règles du département de 011 - Informatique 1. Préambule 1 La Politique institutionnelle d évaluation des apprentissages (PIEA) du Cégep 2 de La Pocatière a été adoptée par le conseil d

Plus en détail

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD

(Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD (Adopté le 29 février 2012) CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD CODE DE CONDUITE APPLICABLE AU PERSONNEL DE LA BERD Table des matières Introduction Normes générales de conduite Devoirs

Plus en détail

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence.

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence. Conditions Veuillez lire la présente convention attentivement avant d utiliser les Services bancaires par Internet. Elle renferme des exclusions et des limitations de responsabilité de même que d autres

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail