carrés bleus 6 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "carrés bleus 6 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2008"

Transcription

1 carrés bleus 6 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Le Groupe BALAS actif sur le «chantier» du bâtiment durable Le Groupe BALAS intègre les techniques de demain Isabelle COUFFIGNAL, animateur de synthèse Patrick LE CHARPENTIER, chargé d affaires en Couverture Revue de chantier Le Collège des Bernardins

2 Edito Revue de chantier Le Développement Durable Le Développement Durable, plus qu une mode, est un besoin, à la fois engagement individuel et engagement collectif. Pour le Groupe BALAS, c est aussi un comportement d entreprise. En 2007, avec une forte adhésion des collaborateurs du Groupe, nous avons décidé que l axe Développement Durable serait placé au cœur de notre plan d actions et de progrès 2008/2010. Cette sensibilité ne date pas d aujourd hui chez BALAS. L âge de l entreprise (204 ans en 2008) est un premier signe important de cette préoccupation de durabilité et de pérennité. Notre engagement en termes d apprentissage et de transfert des savoir-faire en est un autre. Le «durable» est depuis toujours un des fondamentaux de notre stratégie. Le défi prend aujourd hui une nouvelle forme, celle de savoir imaginer et mettre en œuvre de nouvelles solutions. Le Développement Durable, et en particulier l approche française du Grenelle de l Environnement vont impacter de façon forte : - nos collaborateurs actuels et futurs pour lesquels l engagement de l entreprise en matière de Développement Durable constitue un élément important d attractivité ; - nos métiers, non seulement par l évolution des techniques et des technologies mais aussi et surtout par celle de la révolution culturelle que l approche Développement Durable implique ; - nos marchés par la nécessité de construire différemment, d apporter une garantie sur le comportement énergétique des bâtiments et de nos installations ; - nos clients dont les besoins et la sensibilité évoluent de façon importante et rapide, et qui attendent de nous à la fois imagination et compétence, propositions et conseils. Ce défi, les collaborateurs du Groupe BALAS ont décidé de le relever. Jean BALAS Le Collège des Bernardins Grâce aux pompes géothermiques sur nappe phréatique et aux planchers réversibles installés par les équipes de l entreprise BALAS, 65% de l énergie consommée devrait être économisée. Edifice cistercien dont la construction débuta en 1247, encore récemment caserne de pompiers menacée de ruine, le Collège des Bernardins (18-24 rue de Poissy, 5ème) racheté à l Etat par le Diocèse de Paris à l initiative de feu Monseigneur le Cardinal Lustiger va revivre et retrouver sa vocation de centre de rayonnement intellectuel et spirituel grâce à des travaux entrepris depuis Après consolidation de la structure du bâtiment grâce à des techniques modernes compatibles avec le classement Monument Historique, et la création de nouvelles surfaces sous les jardins, les corps d état techniques ont pu entreprendre l équipement des bâtiments destinés à accueillir des colloques, des expositions, un centre de formation, et une salle de cinéma. En l occurrence, l entreprise BALAS s est vue attribuer par Sefri Cime les lots Plomberie et CVC et la mission de Synthèse. Afin de respecter l architecture du bâtiment, il était inconcevable d installer des conduites de chauffage ou des dry en toiture. Seules deux solutions étaient possibles : le raccordement aux réseaux CPCU et Climespace, ou l utilisation d une pompe à chaleur. Les premiers étant trop éloignés pour être utilisés, la maîtrise d ouvrage a choisi cette dernière solution. Peu présente dans Paris intra-muros, la technologie retenue a été celle de pompes géothermiques alimentées grâce à un forage à 35 mètres de profondeur jusqu à la nappe phréatique, forage tubé pour lequel une autorisation spécifique a dû être obtenue. Le débit d eau est de 60 m 3 /h et alimente des planchers réversibles. Cette eau est ensuite réinjectée dans la même nappe mais à 80 mètres de distance, les deux puits étant situés aux deux extrémités du bâtiment. Les compagnons BALAS ont posé plus de 2000 m 2 de plancher sous les dalles de la grande salle gothique et du cellier, au plus près de l original et des vestiges conservés, dont une tombe. Exemple extrême de chantier de réhabilitation, le Collège des Bernardins est un hommage aux bâtisseurs du XIII ème siècle et à leurs successeurs du XXIème. Fiche technique Maîtrise d ouvrage : Association Diocésaine de Paris - SCI Le Collège des Bernardins Maîtrise d ouvrage déléguée : Sefri Cime Maîtres d oeuvres : Monuments Historiques : Cabinet d Hervé Baptiste Aménagement, équipement et création de surfaces nouvelles : Cabinet de Jean-Michel Wilmotte OPC : société ELAN Bureau d études techniques : Michel Bancon et Alto Lot CVC + Synthèse : Lot Plomberie : Directeurs de département : Didier VARENNE, Pascal PINEAU Conducteur de travaux : William BRUXELLES Chef de chantier : Hubert MATHIEU 2

3 Revue de chantier OCDE : rénovation complète et stockage de glace De juillet 2007 à octobre 2008, les équipes BALAS ont procédé à la réfection des installations de génie climatique de deux des bâtiments de l OCDE à Paris soit m 2 de bureaux sur 6 étages. Adjudicataire du marché, l entreprise Balas a été chargée : - de la production de froid avec stockage de glace et de la distribution d eau glacée, - de la sous-station eau chaude et de la distribution d eau chaude, - du traitement d ambiance des locaux, - de la ventilation mécanique contrôlée, - du désenfumage mécanique, - des installations électriques et de régulation des différents systèmes de C.V.C., - de la Gestion Technique du Bâtiment des équipements techniques CVC, Courants Forts, plomberie, et ascenseurs. Les équipes de BALAS ont ainsi installé en 15 mois : - 2 groupes froid Trane à condensation par eau, - 2 aéro-réfrigérants X-Change d une puissance de kw, - 10 centrales de traitement d air Hydronic, ventilo-convecteurs Carrier, plafonniers et allèges, pour l émission de chaleur et de rafraîchissement, - 20 armoires de climatisation Liebert en double source (eau glacée et détente directe) pour les locaux informatiques. Pour la production d eau glacée, le maître d ouvrage a choisi une configuration qui existait déjà sur les deux tranches précédentes de rénovation des bâtiments de l OCDE: un groupe Trane de 500 kw fonctionne strictement en température positive, tandis que le second de 692 kw fonctionne alternativement en négatif pour charger un stockage de glace Fafco et en positif pour la climatisation des locaux. Ce choix du stockage de glace permet de limiter le nombre de groupes froid nécessaires. Tous les appareils montés en façade sont alimentés directement en air neuf par un caisson de ventilation avec filtration, à raison d un caisson pour 2 à 4 ventilo convecteurs. Les prises d air se trouvent derrière des grilles directement en façade. Cette solution permet de réduire le débit d air demandé aux CTA centralisées, de diminuer le diamètre des gaines de distribution et de reprise, et d individualiser au mieux le pilotage de la ventilation et de l apport d air neuf selon l occupation des bureaux. Cette solution qui limite la consommation d énergie a exigé un traitement acoustique spécifique (interphonie entre bureaux). Spécificité de ce chantier de rénovation, l exiguïté des locaux techniques a rendu les études et surtout la réalisation des installations particulièrement ardues, ce qui n a pas empêché les équipes BALAS de tenir les délais impartis. Brèves Les chantiers en cours Les équipes Grands Travaux Fluides du Groupe BALAS travaillent actuellement sur les chantiers suivants : B3 Boulogne, Hines 13/15 Pasquier, Generali 23/25 Courcelles, Groupama Cap Levallois, GMF Carré Suffren, Cogedim Farman, Bouygues Immobilier Grands Moulins de Pantin, Meunier Korus 2, Cogedim Salle des Marchés de la Société Générale, Nexity Siège de l OCDE, OCDE Topaze, Cibex Tour Anjou, Cogedim Trianum, Meunier Centre Hospitalier de Valenciennes Hôpital Ambroise Paré, AP-HP Hôpital Begin, Ministère des Armées Hôpital Cochin, AP-HP Hôpital Rothschild, AP-HP Hôpital Saint-Louis, AP-HP ADP Terminal 1 Air France T2G Comédie Française Forum des Images, Ville de Paris Laboratoire Servier Le Groupe BALAS au SIMI Le Groupe BALAS sera présent du 3 au 5 décembre 2008 au SIMI sur le stand de Synergie, le Groupement des Entrepreneurs du Bâtiment, et vous y accueillera avec plaisir. Fiche technique Maître d ouvrage : OCDE Assistance à maîtrise d ouvrage : GEMO Architecte mandataire : Macary, Menu & Delamain Architectes associés : Pei, Cobb, Freed & Partners BET : IOSIS Lot CVC : environ 5 millions d Euros. Chargés d affaires : Arthur DJAMI et Jorge d ARAUJO Chef de chantier : Iréné PONAMA 3

4 Grand angle Préparer l avenir Le Groupe BALAS actif sur le «chantier» du bâtiment durable Aménagement «durable» d un duplex en plein Paris Au sein du département Aménagement & Rénovation de BALAS, Frédéric POULIN a fait ses armes dès 2005 grâce à la demande d un particulier, très engagé en matière d environnement. Dans un quartier historique de Paris, en dernier étage, tous les moyens possibles ont été mis en œuvre pour rénover un duplex en associant patrimoine, esthétique, confort moderne et efficacité énergétique. Equipé de panneaux solaires pour la production d eau chaude, de panneaux photovoltaïques, d une chaudière à condensation qui alimente un plancher chauffant sur deux étages, et d une centrale de traitement d air doubleflux thermodynamique, l appartement est un exemple de ce que pourraient devenir les derniers étages parisiens d ici Architecte : Carre d Arch Barade & Senlis Architectes Associés Intégration de panneaux photovoltaïques en rénovation Dans le cadre des travaux de réfection des couvertures des bâtiments L Oréal à Chevilly-Larue (94), le maître d œuvre Secc et le Groupe BALAS représenté par Olivier ETIENNE, ont proposé l intégration de 120 m 2 de panneaux photovoltaïques au bâti sur la toiture Sud. Le projet affiche un retour sur investissement de 17 ans avec une production annuelle revendue en totalité à EDF. Production d eau chaude sanitaire solaire Pour le Restaurant Inter Entreprise du bâtiment L Angle à Boulogne-Billancourt, Hines a choisi de faire installer en toiture d un bâtiment de 8 étages des panneaux solaires. 16 m 2 de 4

5 Grâce à ses spécialités techniques du second œuvre, le Groupe BALAS est au premier rang des acteurs concernés par le Développement Durable dans le bâtiment. Attentifs aux évolutions, conscients des changements à venir, les collaborateurs du Groupe avancent, proposant des technologies nouvelles ou cherchant des solutions «cousues main» pour des maîtres d ouvrage de plus en plus mobilisés qui anticipent de façon volontaire des obligations que les Pouvoirs Publics annoncent pour * Puits canadien (ou provençal) : il s agit d un conduit enterré dans lequel l air est refroidi en été (et réchauffé en hiver) en utilisant l inertie thermique du sol avant d aller alimenter un bâtiment. Les activités du Groupe BALAS s étendent essentiellement sur Paris et sa proche couronne, avec des contraintes d urbanisation spécifiques : difficile, en effet, de créer un puits canadien* dans Paris ou de couvrir un immeuble haussmannien en copropriété de panneaux photovoltaïques. Néanmoins, progressivement, les opérations à caractère environnemental se développent, alors même que les bâtiments construits correspondent à des permis de construire déposés il y a quelques années. Le neuf passe au renouvelable Même s il existe un certain décalage dans le temps entre le dépôt d un permis de construire et le début des travaux, les chantiers 2008 du Groupe BALAS commencent à refléter l évolution du bâtiment vers des solutions plus économes en énergie, les plus répandues étant aujourd hui les PAC (pompes à chaleur) et la ventilation double flux. Quant aux projets, ils montrent une nette évolution, la moindre n étant pas la réutilisation des eaux de pluie en usage intérieur. Réhabiliter l existant Très présent à Paris et reconnu dans le secteur du patrimoine ancien et historique, le Groupe BALAS est au cœur de la problématique de la réhabilitation «durable» des bâtiments. Les bâtiments dits «anciens» (construits avant 1975, date de mise en place de la première règlementation énergétique) constituent un gisement d économies d énergie potentiellement important, mais aussi plus difficile à exploiter. Néanmoins, des solutions existent, notamment d intégration de panneaux solaires ou de panneaux photovoltaïques au bâti. Les frontières entre les corps d état évoluent Effet de la pression environnementale et des développements technologiques, les limites entre les spécialités techniques commencent à bouger : la couverture qui servait essentiellement à protéger le bâti devient potentiellement source d énergie et d eau. Les compagnons-couvreurs assemblent désormais les réseaux électriques des panneaux photovoltaïques ou solaires et doivent coordonner avec les plombiers le chauffage de l eau sanitaire, l arrosage des jardins et la fourniture d eau pour les sanitaires. Autant d opportunités pour le Groupe BALAS de faire évoluer ses différents corps de métier vers les besoins de demain et une offre de solution «eau+énergie». Le bâtiment représente en France 43% de l énergie finale consommée (2/3 dans le logement et 1/3 dans le tertiaire) et produit environ 22% des rejets de gaz à effet de serre. La consommation moyenne annuelle d énergie du secteur est proche de 240 kwh d énergie primaire par m² (kwhep/m²/an). La contrainte de réduction des émissions de CO 2, mais également la hausse inéluctable du coût de l énergie liée à l épuisement progressif des ressources, nécessiteront de parvenir à une consommation moyenne d énergie primaire de l ordre d une centaine de kwh/m² en 2050 pour l ensemble des bâtiments en service selon les échéances suivantes : - 12% en 2012 (soit 210 kwhep/m 2 /an) - 38% en 2020 (150 kwhep/m 2 /an) - 70 à - 80% en 2050 (soit 50 à 80 kwhep/m 2 /an). (Sources : ADEME, Rapport du Grenelle de l Environnement.) capteurs solaires à tubes sous vide alimentent, via un ballon d eau chaude de 1000 litres, la production d eau chaude nécessaire au poste laverie située 39 mètres plus bas en soussol. Il s agit là d une première pour le maître d ouvrage. Cette solution simple et pratique, réalisée à la demande même de M. LAPIERRE, et que Frédéric BONJEAN, chargé d affaires, a dimensionnée, est désormais systématiquement proposée par FOURNIER GUIGNARD. Récupération de chaleur sur réseau frigorifique FOURNIER GUIGNARD a réalisé un système de récupération de chaleur sur le groupe de réfrigération de l installation frigorifique conçue et réalisée pour LAPIERRE Traiteur à St-Denis. Grâce à l ajout d un échangeur à plaques fabriqué spécifiquement, l eau de ville est préchauffée de 15 C à 45 C, avant d être envoyée vers les machines à laver, permettant ainsi une réduction des besoins en gaz et donc les charges d exploitation: un excellent exemple de solution «gagnant-gagnant». Alimentation des sanitaires Avant la publication de l arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l intérieur et à l extérieur des bâtiments, les maîtres d ouvrage qui souhaitaient utiliser les bâches de rétention comme réserves d eau entamaient des démarches individuelles : la Société Générale et Nexity avaient ainsi obtenu l accord de la DDASS pour un double réseau d alimentation des sanitaires sur une des 4 colonnes du bâtiment de sa Salle des Marchés, que Balas installera en

6 Réglementation L affichage énergétique dans les bâtiments s étend La notion de diagnostic de performance énergétique (DPE) des bâtiments est issue de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments n 2002/91 parue en janvier 2003 qui vise à donner un cadre européen aux politiques nationales de réduction des consommations d énergie des Le diagnostic de performance énergétique (DPE) progresse : il est devenu obligatoire le 2 janvier 2008 pour les bâtiments publics d une surface utile de plus de 1000 m 2 ou d une surface hors œuvre nette de plus de 1000 m 2 en métropole. bâtiments existants et à construire, dans la perspective de la mise en œuvre du protocole de Kyoto. Les États-membres doivent ainsi veiller à ce que, «lors de la construction, de la vente ou de la location d un bâtiment, un tel diagnostic soit communiqué au propriétaire, ou par le propriétaire à l acheteur ou au locataire potentiel. Il doit également être affiché dans les bâtiments importants publics ou accueillant du public d une surface supérieure à m 2». Le DPE donne 4 informations principales : - une description des principales caractéristiques du bâtiment et de ses équipements thermiques, - une estimation de la consommation annuelle d énergie et de son coût, et un classement de la consommation au m 2 selon le principe de «l étiquette énergie» (échelle de A à G), - l indication de la quantité de CO 2 émise du fait de cette consommation, avec un classement selon une «étiquette climat» et enfin, - des recommandations pour maîtriser les consommations d énergie, en particulier les travaux qui pourraient être réalisés pour améliorer la performance énergétique du bâtiment. La mise en place du système a été progressive : - depuis le 1er novembre 2006, le diagnostic de performance énergétique doit être fourni par le vendeur d un bâtiment ou d une partie de bâtiment (soit environ DPE par an) ; Le diagnostic de performance - depuis le 1er juillet 2007, ce même diagnostic est aussi exigé pour tout nouveau contrat de location (environ 2 millions en 2008) et pour tout bâtiment neuf dont le permis de construire a été déposé après cette date (environ DPE par an) ; - depuis le 2 janvier 2008, les bâtiments publics d une surface utile de plus de 1000 m 2 ou d une surface hors œuvre nette de plus de 1000 m 2 en métropole sont également concernés par l obligation d affichage énergétique. S il n a qu une valeur informative, le DPE doit donner plus de valeur aux biens qui émettent peu de gaz à effet de serre, consomment peu d énergie et s avèrent de ce fait plus économes au quotidien. L objectif consiste donc clairement à inciter les propriétaires à engager des travaux d isolation, à remplacer les équipements vieillissants au profit de plus performants (chaudière à condensation par exemple), voire à installer des équipements de production d énergie renouvelables (panneaux solaires, chaufferie bois ) pour valoriser le bien immobilier. Si le DPE doit être fait par un professionnel indépendant du diagnostic, il est du ressort des professionnels du Groupe BALAS de vous conseiller sur les modifications à apporter à vos équipements énergétiques (chauffage, climatisation, production d eau chaude) et à leur régulation et leur entretien, pour améliorer ce bilan. Le diagnostic de performance énergétique des logements et des locaux de type tertiaire s affiche sous la forme d une étiquette énergie semblable à celle des équipements électroménagers ou d éclairage, ou des voitures neuves. < 50 A 51 à 90 B 91 à 150 C 151 à 230 D 231 à 330 E 331 à 450 F > 450 G XXX < 5 A 6à10 B 11 à 20 C 21 à 35 D 36 à 55 E 56 à 80 F > 80 G XX 6

7 Brèves Perspectives 2010 Rodolphe DEBORRE (société BeCitizen), intervenant sur le Développement Durable devant les cadres du Groupe BALAS Le Groupe BALAS intègre les techniques de demain Chaque année, le Groupe BALAS accueille des étudiants ingénieurs dans le cadre de leur projet de fin d étude. Cette année, ce sont des sujets techniques liés au Développement Durable qui leur ont été proposés : le remplacement du R-22 et l efficacité énergétique d un stockage de glace. Après François FONTAINE, élève de l école d ingénieurs du cesi qui s était vu confier en 2007 une étude sur l amélioration de la consommation énergétique des locaux du Groupe BALAS, deux futurs ingénieurs ont travaillé en 2008 sur des sujets axés sur le Développement Durable dans le cadre du déploiement de cette démarche au sein du Groupe. - Le remplacement du R-22, produit contribuant à la destruction de la couche d ozone, concerne plusieurs activités dans le Groupe et la date d échéance de l arrêt de son utilisation se rapproche* : Evelyne GALIZZI de l INSA-Strasbourg, en dernière année de spécialisation au Costic, s est vue charger d un travail d élaboration des solutions à proposer aux clients, et de la mise en place en interne de cette offre. Elle a donc élaboré des outils : procédures, supports de formation, recensement des installations, de façon à préparer les équipes du Groupe à la conversion ou au remplacement des installations. Evelyne GALIZZI a intégré les équipes BALAS - Autre sujet d actualité, l efficacité énergétique. En parallèle de l installation d un stockage de glace sur le chantier de l OCDE par BALAS, Adrien ALDEBERT (même promotion qu Evelyne GALIZZI), a réalisé une étude comparative du coût de la consommation électrique des installations selon les fournisseurs d énergie et dans l hypothèse où le stockage de glace aurait été remplacé par un groupe de production de froid. Quant aux autres collaborateurs du Groupe, ils ne sont pas moins impliqués. Le Groupe BALAS a inauguré l année 2008 en invitant des spécialistes du Développement Durable à débattre avec eux, et organise depuis, régulièrement, des journées d information et de travail sur ce sujet. * Le HCFC-22 et les mélanges qui en contiennent sont interdits de commercialisation à fin 2009 : seul du produit recyclé pourra ensuite être utilisé en maintenance, et ce jusque fin 2015 seulement. Adhérent du Pacte Mondial Dès 2004, Jean BALAS a engagé le Groupe BALAS dans le Développement Durable en signant le Pacte Mondial des Entreprises, lancée par Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies, en 2000, et qui consiste à fédérer le monde du travail et la société civile autour de dix principes universels relatifs aux droits de l homme, aux normes du travail, à l environnement et à la lutte contre la corruption. Le Groupe BALAS a inscrit cette année de nouvelles actions dans le cadre du Pacte Mondial parmi lesquelles : - le développement du télétravail qui contribue à limiter les émissions de gaz à effet de serre dans les transports ; - l utilisation d une chaîne graphique durable pour l impression de ses documents commerciaux ; - la formation de ses équipes à la notion de Développement Durable. Le LCL en beauté Dimanche 14 septembre 2008, l équipe Couverture et Patrimoine dirigée par D.THOMAS a installé un ornement en plomb de 4 tonnes en haut du pavillon central du siège historique du LCL, 19 Bd des Italiens, à Paris. Il s agit là du couronnement d un chantier de débuté en janvier 2008 comprenant la reprise de la toiture du pavillon central en ardoises d Angers au clou, et la réfection des ornements en plomb. L ornement aux armoiries de la ville de Lyon a été reconstitué à partir d images d archives puisqu il avait disparu dans les années 50. Maître d ouvrage : LCL Maîtrise d œuvre : Cabinet DUVAL et M. Guy MARTIN, architecte DPLG Sculpteur : Frédéric DRAZEK Ornemaniste : Ateliers DUPLESSIS Chargé d affaires : Eric DESPLANCHES Contremaître : Jean-Pierre FINET 7

8 Métier Animateur de synthèse Au sein du Bureau d Etudes Exécution, Isabelle COUFFIGNAL est responsable de l animation des missions de synthèse qui sont de plus en plus souvent confiées à BALAS en même temps que les deux lots CVC et Plomberie : «Nos deux lots techniques sont parmi les plus contraignants et nous avons donc déjà une bonne expérience : animer la synthèse permet de mettre le lot CVC - celui dont les réseaux prennent le plus d espace au cœur du processus, et donc de trouver des solutions très en amont». Cette mission se réalise en équipe avec la maîtrise d œuvre, le lot Gros Œuvre et les corps d état techniques. Chaque semaine, les participant se réunissent pour organiser dans l espace du bâtiment le futur passage Carrément pro! A 43 ans, Patrick LECHARPENTIER est un bel exemple des possibilités de mobilité et de promotion qu offre le Groupe BALAS à ses salariés. Carrés Bleus : Comment avez-vous choisi ce métier? «Fils d agriculteur à Périgueux, j ai d abord fait une formation de mécanicien d entretien de machines-outils. Faute d embauche, j ai été pendant deux ans manœuvre dans une entreprise de menuiserie/charpente/ couverture. Obligé de me licencier pour motifs économiques, mon patron m a envoyé en 1985 dans une formation AFPA de couvreur. Mon professeur Yves Vérité, meilleur ouvrier de France en 1976, m y a donné la passion du métier : je suis sorti 1 er de session.» CB : De Périgueux à Paris? «Mon professeur m a conseillé de bouger pour pouvoir évoluer. Je suis devenu compagnon pendant 7 ans chez Trognon Frères à Montargis, spécialisé en zinguerie/ raccords. Ensuite, j ai rencontré Jean-Claude FOIN, chef de chantier chez BALAS, et je l y ai rejoint le 1 er juin J y ai appris à travailler le plomb avec Jean-Pierre FINET, et j ai même suivi une formation d ornemaniste chez les Compagnons du Devoir à Troyes en En 2001, j étais chef d équipe 2 ème échelon.» «sans conflit» de tous les réseaux, tout en respectant au mieux les contraintes (techniques, accessibilité) de chacun. A l issue de ce processus, les différents lots recevront les comptes-rendus de synthèse, les coupes ponctuelles et le plan de synthèse. Cette préparation demande d avoir des qualités d écoute et de négociation, mais aussi de savoir trancher avec rigueur. Il s agit donc d une vraie mission d animation d équipe, bien différente du travail d étude qui fait le quotidien d Isabelle COUFFIGNAL : «J apprécie de pouvoir développer des qualités relationnelles, et particulièrement d essayer de fédérer une équipe sur le projet à venir». Les missions de synthèse menées à bien récemment par Isabelle COUFFIGNAL : Collège des Bernardins, Hôpital Ambroise Paré, Immeuble Kaufman et Broad, Immeuble Air France, Air France T2G, Immeuble 25 Courcelles. Patrick LE CHARPENTIER Entreprise MERESSE Chargé d affaires en Couverture CB : Vous êtes maintenant chargé d affaires chez Meresse «En 2002, des ennuis de santé m ont empêché d assurer mon métier : le Groupe BALAS m a proposé une formation de 18 mois en alternance pour devenir Chargé d Affaires. Ensuite, j ai passé deux ans au Bureau d Etudes Projet de Balas pour y faire du chiffrage. Depuis le 1er juillet 2007, j ai la responsabilité du Service Couverture de Meresse, soit 6 couvreurs dont 3 chefs d équipe. Nous faisons essentiellement du bâtiment haussmannien, des chantiers de à : «mes meilleurs commerciaux, ce sont mes chefs d équipe. Et je les associe à tout l environnement du chantier» Le commentaire de Jean BALAS «L exemple de Patrick LE CHARPENTIER illustre bien la dynamique Ressources Humaines qui constitue un axe de notre plan d actions et de progrès lancé dans le Groupe en Mener les entretiens individuels de progrès, détecter les talents, proposer des formations adaptées à l évolution des collaborateurs, des parcours d intégration pour les nouveaux, des parcours d évolution et de mobilité interne, constituent quelquesuns des aspects de cette politique volontariste» 8 Effet de Groupe CA 2007 : 80 Me Effectif 2007 : 700 personnes Nos spécialités : Couverture, Plomberie, Génie climatique, Cuisine professionnelle, Froid commercial, Salles de bains Nos métiers : Travaux, Services Nos sociétés BALAS Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex DELAMARE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Auffret PANTIN MERESSE Couverture, Plomberie, Génie Climatique Tél. : Fax : , rue Jules Ferry PANTIN FOURNIER GUIGNARD Froid Commercial Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex FRAMACO Cuisine Professionnelle Tél. : Fax : Dépannage : , rue Pierre Nicolau SAINT-OUEN Cedex B BATH ] l art et la manière du bain... Tél. : Fax : bis, rue du Cherche-Midi PARIS Carrés Bleus n 6 - Octobre 2008 Directeur de la publication : J. BALAS Rédacteur en chef : F. SAUER Comité de rédaction : C. BRUNARD, C. CHATENDEAU, E. EVRARD, M.HOUDROUGE, D.RIOT Groupe BALAS rue Pierre Nicolau Saint-Ouen Cedex Tél. : Fax : Conception et réalisation : J Articule - Lessive Studio Design Crédits Photos : Groupe BALAS, P. POGGI, P. VERSACI, Y. DURONSOY, M. de l ECOTAIS Ce document est imprimé sur Arctic The Volume 130 gr, pâte ECF, certificats EMAS et ISO Papier provenant de forêts gérées de manière durable (certification FSC).

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012)

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012) Sommaire des mises à jour Mise à jour du processus d attribution...3 Mise à jour de la surface de référence pour les calculs thermiques en construction...3 Mise à jour pour tous système...4 Mise à jour

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées Communiqué de presse - JUIN 201 CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées S appuyant sur plus de 30 ans de savoir-faire

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Des réponses aux défis énergétiques de demain en chauffage, rafraîchissement et ventilation. bâtiments tertiaires

Des réponses aux défis énergétiques de demain en chauffage, rafraîchissement et ventilation. bâtiments tertiaires Des réponses aux défis énergétiques de demain en chauffage, rafraîchissement et ventilation. bâtiments tertiaires 02 évolution des consommations énergétiques RT 2005 / RT 2012 (bâtiments de bureaux neufs)

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009

carrés bleus 7 La lettre d information du Groupe BALAS - 3 e trimestre 2009 carrés bleus 7 Grand angle Perspectives 2010 Métier Carrément pro! Bien rénover l existant pour assurer l avenir Le Groupe BALAS développe en interne le savoir-faire Thierry POIRIER, contrôleur qualité

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements «l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements 14 / 34 Comment fonctionne l éco-prêt à taux zéro? Le programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011

Les énergies renouvelables. Mardi 27 septembre 2011 Les énergies renouvelables Mardi 27 septembre 2011 Introduction La climatisation aujourd hui implique : une surconsommation énergétique des problèmes de production et d acheminement de l énergie électrique

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Le CPE du Musée d Art Moderne de St Etienne

Le CPE du Musée d Art Moderne de St Etienne Le CPE du Musée d Art Moderne de St Etienne Le premier CPE de services en France avec le soutien de Premier CPE de services en France Contrat en Marché Public de Performance Energétique (MPPE) Carte d

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

CENTRE JEAN GUEGUEN TRELAZE (49)

CENTRE JEAN GUEGUEN TRELAZE (49) CENTRE JEAN GUEGUEN TRELAZE (49) Maître d Ouvrage : Mairie de Trélazé Cabinet Bellanger / BET Neau Marchand Bodin Réalisation d un bâtiment composé entre autres d une zone hébergement, d une zone CLSH,

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois LE GUIDE DU CHAUFFAGE GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois Deuxième édition 2011 2009, 2011 pour la présente édition, Groupe Eyrolles, ISBN : 978-2-212-13242-7 SOMMAIRE Z SOMMAIRE AVANT-PROPOS 5 ÉLÉMENTS DE

Plus en détail

La gestion intelligente des bâtiments

La gestion intelligente des bâtiments La gestion intelligente des bâtiments Les différentes possibilités pour rendre les bâtiments plus efficaces énergétiquement Mardi 1 avril 2014 Sommaire 0/ Le contexte général 1/ Le jeu de rôle de la construction

Plus en détail

Audit Energétique des Bâtiments

Audit Energétique des Bâtiments Audit Energétique des Bâtiments Introduction Le Grenelle Environnement La règlementation L Audit Energétique Exemples de rénovation Conclusion 2 Le Grenelle Environnement 3 Le Grenelle Environnement 2009

Plus en détail

S O L U T I O N S B B C P O U R L O G E M E N T S

S O L U T I O N S B B C P O U R L O G E M E N T S S O L U T I O N S B B C P O U R L O G E M E N T S YZENTIS : La solution BBC Les enjeux environnementaux et l émergence d une politique concrète de Développement Durable amènent les décideurs et les populations

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

Diagnostic de Performance Energétique

Diagnostic de Performance Energétique Diagnostic de Performance Energétique Technicien : Michel Le Dû Certification de compétence délivrée par : Bureau Veritas Certification Numéro du certificat : N 1725858 Date de validité : 17 octobre 2012

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE Modules thermiques individuels La performance au service du confort thermique INGENIERIE Réseau primaire chauffage urbain Tubes pré-isolés Solutions thermiques au service du chauffage collectif EFFICAL

Plus en détail

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT

Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec. le Diagnostic. de Performance Energétique L HABITAT Économies d énergie, émissions de gaz à effet de serre : évaluer son logement avec le Diagnostic de Performance Energétique L HABITAT être bien informés pour économiser l énergie En France, les bâtiments

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE

le faire réaliser? le DPE, par qui Le diagnostiqueur Le coût du DPE le DPE, par qui le faire réaliser? Le diagnostiqueur C est un professionnel du bâtiment dont les compétences doivent être certifiées par un organisme accrédité par le COFRAC (Comité français d Accréditation).

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques

Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Rénovation thermique de l'hôtel de Ville de Bastia Détail travaux et calculs thermiques Lieu : Bastia, place St Nicolas Maître d'ouvrage : Mairie de Bastia Mandataire Maîtrise d œuvre : BET FOBIS Avignon

Plus en détail

30 %* >> >> >> Solo / Napo. Crédit d Impôt. Toute l énergie de la terre et de l eau

30 %* >> >> >> Solo / Napo. Crédit d Impôt. Toute l énergie de la terre et de l eau SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr Solo / Napo POMPES À CHALEUR

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Journée technique COTITA Méditerranée 14 octobre 2014. Mise en œuvre de marchés à obligation de résultats

Journée technique COTITA Méditerranée 14 octobre 2014. Mise en œuvre de marchés à obligation de résultats Journée technique COTITA Méditerranée 14 octobre 2014 Mise en œuvre de marchés à obligation de résultats Fin du précédent marché d exploitation de 8 ans, nécessité de renouvellement. Marché Classique ou

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI

Présentation des études de cas. Paul Calberg-Ellen, MANEXI Présentation des études de cas Paul Calberg-Ellen, MANEXI 1 GÉNÉRALITÉS 2 POURQUOI? Tester concrètement les propositions de méthode issues des différentes «tâches» du projet : Méthode d audit Détermination

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL

MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL LOGO CLient MISSION D ASSISTANCE ET DE CONSEIL AUDIT TECHNIQUE ET ENERGETIQUE BATIMENT «LE MAGNUM» Rue X à X (92) Dossier n 2011 92 076 Propriétaire : XXX Dates de visite : 15et 16 février 2012 Réalisé

Plus en détail

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle

Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Document pour les particuliers faisant construire une maison individuelle Les chocs pétroliers des années 70 nous ont fait réaliser que si nos logements étaient confortables, c était au prix d une utilisation

Plus en détail

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Les Services d Efficacité Energétique et Environnementale Leader européen des services en efficacité énergétique et environnementale, Cofely conçoit,

Plus en détail

De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE

De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE De la conception à l exploitation d un Bâtiment Basse Consommation Des outils de suivi de l efficacité énergétique et HQE AV- COFUHAT 2011 1 Des besoins d une construction à l utilisation: l ensemble des

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Rénovation énergétique

Rénovation énergétique Rénovation énergétique Vers des feuilles de route pragmatiques pour les logements équipés de chauffage collectif Une étude confiée par Fedene à Cardonnel Ingénierie Conférence de presse 2 avril 2014 Flora

Plus en détail

VILOGIA L énergie du développement

VILOGIA L énergie du développement VILOGIA L énergie du développement LES ENJEUX DE DEMAIN CONFORT ET ENERGIE Notre ambition: agir concrètement sur les charges des ménages à revenus modestes, pour lutter contre la réduction de leur pouvoir

Plus en détail

Installation d un système de chauffage en géothermie

Installation d un système de chauffage en géothermie Département de la SOMME Arrondissement d ABBEVILLE Canton de CRECY-EN-PONTHIEU Commune de Brailly-Cornehotte Tél : 03 22 29 23 81 Joël DEBACKER Maire de Brailly-Cornehotte C O M M U N E D E B R A I L L

Plus en détail

à votre écoute! 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 GDF Suez DolceVita

à votre écoute! 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 GDF Suez DolceVita Logements neufs en Copropriété GDF Suez DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller 09 77 40 10 62 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Tout savoir

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2014 Le DPE, QUELS OBJECTIFS? Le diagnostic de performance

Plus en détail

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Plan maîtrise de l énergie Les enjeux Les leviers Travaux sur le bâti Réduire la facture et lutter contre la précarité énergétique Réduire

Plus en détail

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 L immeuble neuf pour un syndic La préparation à la mise en route d un immeuble neuf La réception d un ouvrage neuf...22310.0369 7 La livraison de l ouvrage neuf....22310.0370

Plus en détail

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter

Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le siège d'abalone, un exemple à méditer et à visiter Le groupe ABALONE, spécialisé dans les ressources humaines, vient d'emménager dans ses nouveaux locaux (Loire-Atlantique) entièrement autonomes en

Plus en détail

Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011.

Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011. Certificats d'economies d'energie : fiches standardisées d'économies d'énergie mentionnées dans l'arrêté du 14 décembre 2011. N OPERATION NATURE DE L'OPERATION SECTEUR D'APPLICATION BAR-EN-08 nouveau Fermeture

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Thomas GOETGHEBUER MATRIciel

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement

Le Diagnostic de Performance Énergétique. Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Le Diagnostic de Performance Énergétique Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : mars 2015 Être bien informés pour ÉCONOMISER L ÉNERGIE Vous

Plus en détail

Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation

Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation Gamme de modules d appartements Danfoss EvoFlat. Le chauffage en pleine évolution. 10 fois plus vite Avec les raccords

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

AIX-en-provence Campagne Mirabeau

AIX-en-provence Campagne Mirabeau AIX-en-provence Campagne Mirabeau Nature, Lumière, Confort... * Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC -, bâtiment basse consommation auprès de l organisme certificateur Cerqual. Aix-en-Provence

Plus en détail

QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE

QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE QUALIFICATIONS ET CERTIFICATIONS RGE en rénovation Le recours a un professionnel RGE est obligatoire crédit d impôt pour la transition énergétique (CITE), éco-prêt à taux zéro. pas obligatoire Catégories

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR)

AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR) Ensemble des missions AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR) Réaliser les études techniques nécessaires à la mise en oeuvre de nouveaux projets ENR ou à la réhabilitation d installations

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Le Centre communal de Ludesch

Le Centre communal de Ludesch Le Centre communal de Ludesch adresse : maître d ouvrage : architecture : BET structure bois : construction bois : Raiffeisenstrasse 56 - A-6713 Ludesch (Vorarlberg) Commune de Ludesch (maire M. Paul Ammann)

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive

Le bâtiment à énergie positive Alain Garnier Le bâtiment à énergie positive Comment maîtriser l énergie dans l habitat? Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13243-4 Sommaire Avant-propos Partie 1 BBC neuf et rénovation, BEPAS, BEPOS

Plus en détail

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ]

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ] Aérogénérateur : Un aérogénérateur, ou une éolienne convertit l énergie du vent en énergie mécanique, elle-même transformée en électricité grâce à un générateur Plus d informations sur l aérogénérateur

Plus en détail

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression TECHNOLOGIE UTILISEE POMPE A CHALEUR EN GENERAL ET PLUS PARTICULIEREMENT AQUIFERE OU GENERIQUE Type d'usage Collectif Les pompes à chaleur (PAC) utilisant comme source froide les nappes d eau souterraine,

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE

ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE Dossier de presse / Février 2014 ISOvER PRÉSEnTE LEs LAURÉAts DE ses trophées EFFICACItÉ ÉnERGÉtIQUE IsoVER organise depuis 2007 un concours dans toute l Europe, qui récompense les projets de construction

Plus en détail

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita.

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fi xe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques

La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques La chaufferie bois du Bout des Landes Diversification des ressources énergétiques Nantes Habitat diversifie ses ressources énergétiques. En complément des réseaux de chaleur, des panneaux photovoltaïques,

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif

Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Vertuoz Habitat : l offre d individualisation des charges de gaz naturel en collectif Conforme RT 2012 Découvrez la nouvelle offre «Vertuoz Habitat» de GDF SUEZ, une offre qui distingue et valorise votre

Plus en détail

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, )

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, ) 04/10/2007 Pascal Lemonnier Éric Lagandré Evaluation évolution énergétique des OPAH : Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE

ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE ANNEXE : UNE VILLA TOURNEE VERS L ECOLOGIE Juin 2012 SERVICE PRESSE : Elodie HERNANDEZ 06.73.04.54.05 press@villa-luxe-sarlat.com PROPRIETAIRE : Yves BLAVIGNAT 06.78.85.64.25 www.villa-luxe-sarlat.com

Plus en détail

La maison zéro énergie (ou énergie positive)

La maison zéro énergie (ou énergie positive) La maison zéro énergie (ou énergie positive) Maison qui consomme pas ou peu d énergie Utilise des énergies renouvelables Respectueuse de l'environnement Avantages : - Diminution du bilan carbone (moins

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Habitat existant. Guide. des solutions durables CIAT N 08.53 B

Chauffage par pompe à chaleur. Habitat existant. Guide. des solutions durables CIAT N 08.53 B Chauffage par pompe à chaleur Habitat existant u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.53 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Avantage n 1 : Libérez-vous

Plus en détail

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE

FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE PARTIE 2 CHAPITRE 7 FONCTIONNEMENT TECHNIQUE DU BATIMENT EDF OPTIMAL SOLUTIONS : SOLUTIONS TECHNIQUES POUR RÉDUIRE LES CONSOMMATIONS D EAU ET D ENERGIE EDF OPTIMAL SOLUTIONS : L ÉNERGIE DE VOTRE PISCINE

Plus en détail