Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire"

Transcription

1 Évaluation du dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire Synthèse du rapport d évaluation Juin Le dispositif déployé par l INPES Les études ABENA I et II menées en et auprès des bénéficiaires de l aide alimentaire ont mis en évidence l état nutritionnel critique de ces populations, qui apparait comme un des déterminants de la dégradation de leur état de santé. Face à ce constat, la DGCS a demandé à l INPES de mettre en œuvre un dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire visant à améliorer leur connaissance en matière de nutrition et d accompagnement social, pour leur permettre de jouer un rôle de conseil auprès des bénéficiaires. Le dispositif, prévu pour être déployé dans l ensemble des départements métropolitains, vise également à encourager et outiller les structures d aide alimentaire pour la mise en place d actions de promotion de la santé autour de l alimentation. Le dispositif comporte ainsi une première phase d acquisition de connaissances (formation), et une seconde phase plus opérationnelle, de travail sur une action à mettre en œuvre (accompagnement). La formation et l accompagnement ont été assurés par des structures spécialisées en promotion et en éducation pour la santé, choisies par appel d offres pour chaque région (appelés ci-après prestataires). Hors phase expérimentale, le dispositif a ainsi été mis en œuvre dans 80 départements. Les collectivités d outre-mer n étaient pas inclues dans le dispositif. L INPES a appuyé les prestataires en mettant à disposition des outils - comme le Classeur Alimentation Atout Prix - en mutualisant les ressources (espace web collaboratif) ou encore en organisant des journées d échanges entre formateurs. 1

2 2. Méthodologie de l évaluation L évaluation visait à établir un bilan du dispositif et à identifier les effets qu il a pu avoir. Il s agissait aussi, à travers l analyse des points forts et des points faibles du dispositif INPES, de fournir des indications pour les autres institutions qui pourraient être amenées à proposer des formations ou un accompagnement du même type. L évaluation du dispositif s est appuyée sur des outils et des sources variées, articulant méthodes qualitatives et quantitatives. Les sources d informations ont ainsi été : Les bilans transmis à l INPES par les prestataires, comprenant des éléments chiffrés ainsi que des éléments qualitatifs sur le déroulement du dispositif ; Des entretiens téléphoniques menés auprès d un formateur dans chaque région participante ; Dans les territoires faisant l objet d une étude de cas, c'est-à-dire 12 départements de 5 régions (cf. tableau ci-dessous) : Des entretiens en face-à-face auprès des structures ayant participé au dispositif (formation et, le cas échéant, accompagnement) ; Des entretiens auprès des acteurs institutionnels (ARS et DRAAF) ; Une enquête en ligne auprès des participants aux formations, qui a recueilli 189 réponses (sur un total de 945 participants) ; Des séances d observations participantes de la formation et des ateliers collectifs dans 2 départements où le dispositif était encore en déploiement lors de l évaluation. Les régions et départements ayant fait l objet d études de cas Phase 1 Rhône-Alpes : Région et département Rhône, Savoie 2 Basse Normandie : Calvados, Manche 3 Île de France : Paris, Seine-Saint-Denis, Val d Oise 3 Bretagne : Côte d Armor, Ille-et-Vilaine 4 Centre : Eure-et-Loir, Cher, Loiret Particularité sociodémographiques Densité variable. Pauvreté faible. Région rurale Très dense. Pauvreté très variable selon les territoires Pauvreté faible Très faible densité. Faible pauvreté Particularité bilan Difficultés de mobilisation marquée, mais taux de perte faible entre la formation et l accompagnement Difficultés de mobilisation Forte mobilisation Forte mobilisation. Faible mobilisation. Peu d actions réalisées Les travaux d évaluation se sont déroulés de juillet 2012 à mai

3 3. Chiffres-clefs 4. Résultats de l évaluation Un dispositif pertinent L aide alimentaire est l une des «porte d accès» aux publics en situation de précarité. S appuyer sur les intervenants de l aide alimentaire comme vecteurs d insertion et de prévention en matière nutritionnelle est une stratégie pertinente, pour trois raisons principales : l aide alimentaire représente, pour ceux qui en bénéficient, une source d approvisionnement importante ; ces structures, de par leur répartition et leur portage (CCAS, associations locales ), assurent un maillage d une grande partie du territoire ; elles jouent déjà un rôle d accompagnement (sur le plan administratif notamment) auprès des publics accueils. Si les grands réseaux d aide alimentaire proposent déjà des formations courtes sur la question de l accueil, et plus rarement sur le thème de l alimentation, la formation INPES apparait plus complète, notamment dans son contenu qui allie des thèmes sur la précarité, l alimentation, la relation intervenant-bénéficiaire et la méthodologie. Le dispositif se distingue également des formations existantes par la combinaison entre formation et accompagnement individuel autour d un projet concret. Des prestataires bien outillés pour la mise en œuvre du dispositif Le choix de l INPES de passer par des prestataires régionaux pour la mise en œuvre des formations a abouti à une sélection quasi exclusive du réseau des IREPS/CODES, acteurs bien outillés pour réaliser les formations, et ayant une bonne connaissance du tissu associatif local. Ce sont les antennes départementales qui ont conçu et mis en œuvre les programmes de formation, aidés dans ce travail par une animation régionale. Les prestataires ont eu 3

4 tendance à considérer que leurs ressources au niveau régional étaient suffisantes pour mener à bien le dispositif. Dès lors, outre les réunions d échanges organisées par l INPES au niveau national, ils ont été peu en demande d accompagnement et d animation supplémentaires. Des difficultés de mobilisation pour un dispositif jugé lourd En dépit de la gratuité de la formation, la mise en œuvre du dispositif s est heurtée à de fortes difficultés de recrutement. Les formations ont réuni au total 945 personnes par département, contre un potentiel de 1600 participants sur les 80 départements participants. Bien qu ils aient pu facilement identifier les structures d aide alimentaire, les prestataires ont eu des difficultés à mobiliser les intervenants pour un programme de formation jugé long et dense (3 jours), notamment si on le compare aux formations proposées par les réseaux associatifs (une journée en général). Les bénévoles en particulier, n intervenant souvent que quelques jours par semaine dans leur structure et faisant face à des contraintes Nombre total de participants personnelles et professionnelles, se sont aux différentes étapes 945 avérés particulièrement difficiles à mobiliser. Le dispositif a été marqué aussi par une participation moindre lors de l étape d accompagnement, certains participants ayant pu être réticents ou bien, pas encore en mesure de proposer une action à mettre en œuvre pendant cette deuxième étape. Des formations qui ont permis un apport de connaissances très significatif La formation a permis un apport de connaissances significatif pour les participants. Les thèmes choisis par l INPES étaient adaptés aux attentes et aux besoins des participants. Les prestataires ont mobilisé des méthodes pédagogiques interactives et ludiques (Photolangage, jeux de rôles, jeu du frigo ). Ces méthodes se sont avérées particulièrement adaptées pour discuter d aspects sensibles, notamment sur les représentations des participants quant au public bénéficiaire. L usage de ces méthodes a par ailleurs permis de faire découvrir aux participants des méthodes et stratégies de promotion de la santé mêlant connaissances et convivialité. La formation, par son contenu et en partie du fait de la mixité des profils des participants a suscité un retour et une réflexion sur les pratiques internes. La posture et le rapport au public sont les pratiques sur lesquelles la formation a suscité le plus de changement. FORMATION J'ai plus de connaissances et d'outils pour mener des actions autour de la santé et Je suis plus à l'aise pour concevoir, gérer ou évaluer des projets. N=175 Je comprends mieux les problématiques de la précarité. N=168 Je me sens plus à l'aise dans mon rapport avec le public de ma structure. N=160 Cependant, la diffusion et la 0% 20% 40% 60% 80% 100% pérennité des acquis de la Source: Enquête structures bénéficiaires, Planète Publique/EQR, 2013 formation a été limitée par plusieurs facteurs : le turnover et le financement précaire de certaines structures ; le fait que certains participants interviennent de manière isolée dans leurs structures, et l absence de formalisation de la restitution faite à leurs collègues. 5% 17% 23% 689 ATELIER COLLECTIF 1 Que vous a apporté la formation? Non, pas du tout Non, pas vraiment Oui, plutôt Oui, tout à fait 26% 61% 56% 703 REUNION INDIVIDUELLES 61% 54% 34% 25% 16% 17% 548 ATELIER COLLECTIF 2 4

5 Un dispositif qui a suscité une forte envie de proposer des actions Le dispositif a suscité l envie chez les participants de mettre en place des actions, et plus généralement de redynamiser leur structure, de manière à aller au-delà d un seul rôle de distribution alimentaire. Le fait qu au total 761 actions aient été envisagées et travaillées lors de la phase d accompagnement (dont environ 200 projets d atelier-cuisine) témoigne de cette dynamique. Les actions accompagnées Atelier cuisine Senbilisation des bénéficiaires Réorganisation interne Repas-convivialité-lien social Amélioration de l'accueil Formation des bénévoles/salariés Actions d'insertion et autres Recettes de cuisine Création épicerie sociale-distribution Jardinage-potager Amélioration de l'offre de denrées Partenariats et échanges de pratiques Santé et Activité physique Création d'outils Les structures ont adopté différentes approches dans la construction des actions, une même action pouvant servir un ou plusieurs objectifs. À titre d exemple, certaines actions de mise en place d ateliers cuisine visent l utilisation des denrées et la sensibilisation des bénéficiaires à l équilibre alimentaire, tandis que l objectif principal de ce type d action pouvait tout aussi bien être le développement du lien social et d un savoir-faire. Les ateliers cuisine sont le type d action le plus fréquemment accompagné. Ils représentent 174 actions, soit 28% des actions accompagnées. Cette prédominance s explique par le fait qu il s agit d un type action à la fois «suffisamment complexe» pour justifier un accompagnement méthodologique, et suffisamment simple pour qu elle puisse être mise en place, ou amorcée, dans le calendrier prévu par l INPES. Les actions de sensibilisationformation des bénéficiaires à l équilibre alimentaire arrivent en seconde position et représentent 16% des actions accompagnées. Il s agit principalement d ateliers d échanges sur l équilibre alimentaire, de projets de création d outils de sensibilisation (affiches notamment), ou d ateliers sur des thématiques plus spécifiques (alimentation des nourrissons, obésité ). Parmi les autres actions envisagées, l organisation de repas conviviaux représente 9% des actions envisagées. Par ailleurs, plusieurs structures ont également profité de l accompagnement pour envisager une réorganisation de leurs structures ou des pratiques internes. Il pouvait s agir notamment de travailler à mieux impliquer les bénéficiaires dans le fonctionnement des structures, ou de mettre en place des évaluations périodiques du service rendu. La mise en œuvre des actions n a pas échappé à un certain nombre de difficultés structurelles 5

6 Les formateurs ont su mener cette phase d accompagnement, en partant du degré d avancement des structures dans leur projet, et en prenant en compte leurs contraintes. Il apparait cependant que d importants freins internes et externes ont limité la mise en place effective ou la pérennisation des actions. Il est estimé qu environ 1 action sur 2 n a pas pu être réalisée. Ces obstacles sont principalement liés au manque de temps et de disponibilité des membres des structures et au turnover. Le financement et les difficultés récurrentes à mobiliser un public en situation précaire constituent également un frein important pour ces structures. Avez-vous rencontré des obstacles à la mise en place de vos projets ou vos idées? (3 réponses possibles) Non, je n'ai rencontré aucun obstacle Oui : des problèmes de financements Oui : une difficulté à trouver du public pour Autre Oui : un manque d'appui de notre direction 5% 8% 7% 23% 27% 24% 46% N=189 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Source: Enquête structures bénéficiaires, Planète Publique/EQR, 2013 Un échange de pratique apprécié, même si la mise en place de partenariats entre structures reste timide Entre les structures participantes, si l échange de pratique permis par la formation a été très apprécié, les cas de coopération pérenne restent rares. Environ 12% des structures ont monté un projet en partenariat suite à la formation. Il apparait en outre que les projets en partenariat qui ont pu voir le jour s appuyait en général sur des liens préexistant entre les structures. Un dispositif qui a donné de la visibilité à la thématique de l aide alimentaire auprès des acteurs institutionnels Pour les acteurs institutionnels (DRAAF et ARS), le dispositif a contribué à donner de la visibilité à la thématique de l accompagnement des structures de l aide alimentaire. Si certaines régions avaient déjà initié des actions de structuration autour du thème de l aide alimentaire (groupes de travail, recensement ), la mise en œuvre du dispositif a joué un rôle d impulsion, encourageant les acteurs régionaux et locaux à mettre en œuvre des actions de soutien, de sensibilisation ou de structuration des acteurs de l aide alimentaire, dans la suite du dispositif INPES. 5. Conclusions Une introduction tout à fait pertinente de la prévention-promotion de la santé dans le champ de l aide alimentaire Au total, pour un montant total de 1,46 M, le dispositif a permis de toucher entre 6 et 12 % des structures intervenant dans le domaine de l aide alimentaire, ce qui constitue une première couverture non négligeable de ces acteurs et complète les formations déjà mises en œuvre au sein des grands réseaux. Ce constat est partagé par la DGCS, à l initiative du dispositif, et qui continue d encourager ce type d actions, notamment à travers les procédures d habilitation des structures d aide alimentaire. Il a permis aux participants de découvrir des nouveaux concepts (méthodologie de projets en prévention-promotion de la 6

7 santé notamment) et de faire évoluer leurs représentations. Cette expérience, ainsi que les études relatives à cette population (ABENA II notamment), confirment la pertinence d intervenir à travers les structures de l aide alimentaire. Un questionnement quant à la conception et au dimensionnement du dispositif, au regard de ses effets Toutefois, avec 4 à 5 jours d interaction avec un formateur, le dispositif demandait un investissement assez important, qui a probablement freiné les inscriptions (945 personnes formée, sur un maximum de 1600). Malgré ce premier frein à l entrée dans le dispositif, il apparait que le dispositif a eu des effets : Avérés sur la sensibilisation des participants, avec des effets sur l amélioration de l accueil, mais une diffusion limitée des connaissances acquises ; Partiels sur la mise en place d animations ponctuelles (repas collectifs, séance de dégustation ) ; Limités sur la mise en place de projets plus pérennes (atelier cuisine régulier par exemple) et la dynamique locale. Ces résultats posent la question du dimensionnement du dispositif, en temps et en contenu, et de son adaptation aux situations variées des structures, selon le type d action qu elles souhaitent et peuvent mettre en place (en fonction de leurs moyens matériels, financiers, humains). En fixant à l avance le nombre de jours de formation et d accompagnement, des indications sur le contenu, et une durée de mise en œuvre sur 1 an, le cadre du dispositif s avère trop rigide pour s adapter à cette diversité de situations. Des effets émergents sur la dynamique locale Si la possibilité de rencontrer et d échanger avec d autres intervenants de l aide alimentaire a été appréciée par les participants, le dispositif n a pas directement entrainé d émulation au niveau local entre les acteurs. Ce résultat suggère qu un dispositif de formation et d accompagnement n est pas la meilleure réponse pour susciter et pérenniser une dynamique entre acteurs. D autres modalités d intervention doivent être imaginées pour permettre et entretenir une dynamique de coopération et de partenariat. Le dispositif a toutefois permis de donner de la visibilité à cette thématique auprès des acteurs institutionnels (ARS et DRAAF). Progressivement, un certain nombre d actions ont été soutenues et financées au niveau régional. Un degré d atteinte des différents objectifs très positif à court terme, moins évident à moyen/long terme Le dispositif INPES a permis de produire des effets directs et à court terme sur les participants en termes de sensibilisation et d acquisition de connaissances, suscitant un intérêt pour ces questions de l accueil et de la promotion de la santé, et une envie de mettre en place des actions, ce qui est très positif. Il a également permis de toucher des structures pour lesquelles il n existe pas par ailleurs de dispositif de formation sur ces questions (épiceries sociales et solidaires, CCAS, CHRS ) et les amenées à échanger sur leurs pratiques respectives, ce que les participants ont apprécié. Assez logiquement, on constate que les impacts indirects ou à plus long terme en matière de mise en place d actions mettent plus de temps à être palpables. On note ainsi une diffusion 7

8 limitée des connaissances et des outils au sein des structures, et un nombre limité d actions d envergure (de types «projets») et/ou qui se prolongent dans le temps. Un lien nouveau entre les acteurs de l aide alimentaire et ceux de la prévention, à poursuivre et renforcer Le dispositif déployé par l INPES a permis d initier (ou de développer selon les régions) des liens entre les IREPS/CODES et les structures d aide alimentaire, en améliorant la connaissance du secteur de l aide alimentaire par les IREPS/CODES, et en confirmant le besoin d accompagnement des structures. Ce lien pourra servir de point d appui pour pérenniser la démarche de sensibilisation, formation et accompagnement des intervenants. 6. Pistes de travail Piste 1. Proposer des dispositifs d accompagnement adaptés aux moyens et motivations des structures - Encourager les IREPS et les pôles de compétences en éducation pour la santé à intervenir auprès des structures d aide alimentaire. - Encourager la mise en place de temps d échanges de pratiques entres structures. - Promouvoir les partenariats entre structures d aide alimentaire et acteurs de la promotion de la santé ou du champ médico-social. - Concevoir et diffuser des plaquettes sur la question de l accueil dans les structures. Piste 2. Animer la thématique au niveau national - Constituer un groupe de travail pour porter la thématique au niveau national. - Inclure des exigences de formation des intervenants dans les conventions avec les grands réseaux et animer une réflexion sur les manières de concevoir ces formations. - Capitaliser sur les actions mises en place dans le cadre du dispositif INPES. Piste 3. Faire évoluer le classeur «Alimentation Atout Prix» - Clarifier le positionnement du Classeur AAP comme un outil pour les professionnels de la promotion de la santé. - Modifier le Classeur Alimentation Atout Prix, à partir des éléments fournis par l enquête IFOP, complémentaire des résultats de cette évaluation. Piste 4. Améliorer le suivi de ce type de dispositif - Limiter la remontée d information à des indicateurs pertinents pour les besoins d une évaluation. - Concevoir un outil en ligne permettant la saisie directe par les prestataires plutôt qu une remontée papier. Sociétés prestataires : Planète Publique EQR 8

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI Introduction L Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) s associe

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics

L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics ENQUÊTE 2012 L accès des structures d insertion par l activité économique (SIAE) aux marchés publics Chiffres clés 2011 L enquête, réalisée en 2012, porte sur les chiffres 2010 et 2011 42% des SIAE ont

Plus en détail

Pôle de compétences. «Initiatives de jeunes en économie sociale et solidaire» Propositions de formation-sensibilisation

Pôle de compétences. «Initiatives de jeunes en économie sociale et solidaire» Propositions de formation-sensibilisation Développements et Humanisme Pôle de compétences «Initiatives de jeunes en économie sociale et solidaire» Propositions de formation-sensibilisation NOS MOTIVATIONS, NOS OBJECTIFS Les pratiques d économie

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL FICHE 5 : «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL FICHE 5 : «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL FICHE 5 : «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes du Val de Drôme Source

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté I - Définition du Projet Territorial Concerté - PTC Le "Projet Territorial Concerté" est une démarche de coopération et de mutualisation des

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E

CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CAHIER DES CHARGES QUALITÉ DE L'ACCOMPAGNEMENT A LA V.A.E CHAMP D APPLICATION Ce cahier des charges s adresse à l ensemble des structures qui interviennent dans la phase d accompagnement à la VAE et qui

Plus en détail

«Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité»

«Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité» «Dynamique de groupe et gestion de l hétérogénéité» Compte-rendu de la formation Les 16 et 17 novembre 2011 Organisme prestataire : la FOCEL Seine et Marne, Ligue de l Enseignement Intervenante : Céline

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014

Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014 Rapport de la Formation en Communication et plaidoyer Formateur :Saber Louhichi Date :04/05/06 2014 Sujet : les capacités communicationnelles et de plaidoyer des organisations de la société civile Lieu

Plus en détail

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC)

L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) Accompagnement des Ressources Humaines L Aide au conseil à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) A - l aide à la préparation des entreprises à la GPEC (sensibilisation) B - l

Plus en détail

Le Service social vous accompagne

Le Service social vous accompagne Le Service social vous accompagne L accès et le droit aux soins Le maintien dans l emploi L aide aux personnes en perte d autonomie 2 La Carsat Bretagne porte une attention particulière aux assurés du

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012

Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Page 1 sur 9 Résultats de l enquête de satisfaction des clients professionnels - 2012 Objectifs et méthodologie de l enquête Afin de renforcer sa stratégie d amélioration continue au service du développement

Plus en détail

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne».

Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Appel à projets d économie sociale et solidaire «Structurer et augmenter les temps de travail des intervenants du secteur des services à la personne». Contexte de l appel à projets Quelques caractéristiques

Plus en détail

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations:

En croisant ces constats et ces enjeux, la région Centre a arrêté dans le cadre du schéma régional des formations 5 orientations: PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE ET LA REGION CENTRE POUR LA MISE EN PLACE D UN PLAN DES METIERS DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL I : Contexte: Le schéma régional des

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD Plus de 50 ans après les Indépendances force est de constater

Plus en détail

APPEL A CONCURRENCE Dispositif PLIE Melun Val de Seine

APPEL A CONCURRENCE Dispositif PLIE Melun Val de Seine APPEL A CONCURRENCE Dispositif PLIE Melun Val de Seine ENVELOPPE NON PRE-AFFECTEE 2014 Le comité de pilotage du PLIE Melun Val de Seine, réuni le 27 janvier 2014, a validé les orientations de la programmation

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES GIP Massif central 13-15 avenue Fontmaure Boîte postale 60 63402 - CHAMALIÈRES CEDEX Tél: 04.73.31.85.46 Accompagner collectivement et favoriser la mise en

Plus en détail

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques

Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Formation : Compétences pédagogiques numériques des formateurs et des animateurs d Espaces Publics Numériques Organisme : Université Claude Bernard Lyon1 Dates : février 2013- septembre 2013 Présentation

Plus en détail

Résultats de l enquête. satisfaction 2009

Résultats de l enquête. satisfaction 2009 Résultats de l enquête satisfaction 2009 80 % de participation, merci de votre collaboration! Votre participation Vous avez été 2 038 à être sollicités et 1 638 à répondre à l enquête Quille Satisf Action.

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

PRIAC 2014-2018 Mise à jour 2015 SECTEUR DU HANDICAP

PRIAC 2014-2018 Mise à jour 2015 SECTEUR DU HANDICAP PROJET REGIONAL DE SANTE 2012-2016 SCHEMA REGIONAL D ORGANISATION MEDICO-SOCIALE PROGRAMME INTERDEPARTEMENTAL D ACCOMPAGNEMENT DES HANDICAPS ET DE LA PERTE D AUTONOMIE (PRIAC) - 2014-2018 Mise à jour 2015

Plus en détail

Utiliser quotidiennement moodle au collège.

Utiliser quotidiennement moodle au collège. Académie d Orléans-Tours Equipe Maths et ENT 2010-2011 Usages de l ENT en Mathématiques Utiliser quotidiennement moodle au collège. Type d utilisation de l ENT Usages quotidiens de l ENT : Collecte de

Plus en détail

FORMATION L ENFANT ET LE JEU

FORMATION L ENFANT ET LE JEU FORMATION L ENFANT ET LE JEU Le jeu est au cœur du métier de l animateur car il est un moyen de connaître, de comprendre et d accompagner l enfant dans son développement. Les enjeux éducatifs liés au jeu

Plus en détail

Chambre des associations PJ2I Mars 2012

Chambre des associations PJ2I Mars 2012 Le projet démarre en 2008, la Cda participe en tant que membre de la Mission d'accueil et d'information des Associations (MAIA) du Val de Marne à une étude sur l engagement bénévole des jeunes de 16-25

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS pour le développement professionnel des enseignantes et des enseignants Direction des études et Direction des services aux ressources humaines ADOPTÉE

Plus en détail

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DE 16 A 25 ANS EN SITUATION D ILLETTRISME L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES Situation de personnes de plus de 16 ans ayant été scolarisées en France au moins 5

Plus en détail

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention Fiche-intervention «prévention du gaspillage alimentaire» Accompagnement d un EHPAD dans son projet de réduction du gaspillage alimentaire Organismes rédacteur de la fiche intervention CREPAQ 3, rue TAUZIA,

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol

Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe Unipol Utilisez Solvabilité II comme une opportunité d amélioration : le projet du groupe A propos du groupe : Gruppo Finanziaro S.p.A. est une holding et une société de services, cotée à la Bourse de Milan.

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact :

Territoire concerné : Maîtrise d ouvrage : Procédures Territoriales : Contact : RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «CREATION D UNE EPICERIE SOLIDAIRE INTERCOMMUNALE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté d Agglomération du Pays Voironnais Maîtrise

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION.

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : L ACTION. RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «RESEAU DE COOPERATION DES SERVICES A DOMICILE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes du Val de Drôme Maîtrise d ouvrage

Plus en détail

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine REGION AQUITAINE - DELEGATION TIC Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine La Région Aquitaine soutient une politique ambitieuse de développement numérique. Dans

Plus en détail

Projet éducatif et pédagogique

Projet éducatif et pédagogique ARIZE LOISIRS JEUNESSE Mairie 09 290 Le Mas d Azil Projet éducatif et pédagogique Relais d assistantes maternelles de l Arize Projet éducatif Relais d assistantes maternelles de l Arize Le projet éducatif

Plus en détail

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3

GUIDE ORGANISATIONNEL L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 L ADAPTATION D UN PROGRAMME D ÉTUDES EN ALTERNANCE (ÉTUDE DE FAISABILITÉ) 3 30 La décision d adapter un programme en alternance travail-études repose sur une analyse approfondie de la pertinence, des possibilités

Plus en détail

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE

AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE AXE 3 - AFFIRMER L IDENTITE CULTURELLE ET TOURISTIQUE ORIENTATIONS STRATEGIQUES N 10 : Animer et développer la production touristique : produits, équipements et hébergements N 11 : Favoriser la professionnalisation

Plus en détail

Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat

Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action

Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un Plan de Formation-Action Pour l appropriation et la déclinaison du positionnement touristique du Pays du Bugey par ses acteurs touristiques Maître d ouvrage : Syndicat

Plus en détail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail

PROJET RÉGIONAL 2015-2017. Prévention des risques professionnels et santé au travail PROJET RÉGIONAL 2015-2017 Prévention des risques professionnels et santé au travail RESTITUTION DE L ETUDE DE BESOIN CONTEXTE ET OBJECTIFS Mise en place d une étude de besoin composée d un questionnaire,

Plus en détail

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie 2013 1 1. Contexte et enjeux, d un dispositif complémentaire aux mesures d aide en faveur de l agriculture biologique

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants.

Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. REUSSIR L ANNEE DE FORMATION EN ALTERNANCE Recommandations du comité de suivi de la réforme de la formation des enseignants. Daniel Filâtre Président du comité La professionnalisation de la formation initiale

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP?

L avenir des dispositions en matière de TIC dans l éducation des enfants à BEP? Les Technologies de l Information et de la Communication (TIC) dans l éducation des enfants à Besoins Educatifs Particuliers (BEP) Projection dans les domaines politique, pratique et de la recherche et

Plus en détail

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale

Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Registres, critères et indicateurs de l utilité sociale territoriale Quelques exemples Méthodologie et accompagnement Introduction Ce document présente quelques registres, critères et indicateurs d évaluation

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES L implication du bénévole dans son association Cahier n 4 Juillet 2009 Sous la direction de Cécile BAZIN Jacques MALET Première vague d enquête mise en place d octobre

Plus en détail

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES

UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES UNITE DE GESTION FSE - BORDEAUX PERIGUEUX AGEN CAHIER DES CHARGES POSTE DE CHARGE(E) DE MISSION RELATIONS ENTREPRISES 2014 A-Contexte général B-Renforcement de la mission Relations Entreprises du C-Evaluation

Plus en détail

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD)

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Filière MSP 5400h Définition Le travail de diplôme (TD) est une épreuve certificative qui se déroule durant le deuxième cycle. Par celle-ci, l étudiant

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100]

[CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Certification EN9100 [CERTIFICATION QUALITE EN 9100] Demande d accompagnement sur une action collective «Certification qualité EN9100 porté par la filière Normandie AéroEspace. Contexte de la mission...

Plus en détail

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin grâce à l évaluation des services écosystémiques Un guide destiné aux praticiens, basé sur l expérience acquise dans le cadre du projet

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint?

(AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE. ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un budget restreint? ASSOCIATION INTERNATIONALE DES PROCUREURS ET POURSUIVANTS (AIPP) THEME : LES BONNES PRATIQUES EN MATIERE DE POURSUITES : APPRENDRE LES UNS DES AUTRES ATELIER 2 : Comment parvenir à l excellence avec un

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Production, qualité et management en restauration commerciale et collective de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019

Plus en détail

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire»

Appel à projets. Réseau Rural Régional Midi Pyrénées. «Territoire et gouvernance alimentaire» Appel à projets Réseau Rural Régional Midi Pyrénées «Territoire et gouvernance alimentaire» Cet appel à projets est co financé par la Région Midi Pyrénées, la DRAAF de Midi Pyrénées et l Union Européenne

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

Projet culturel et artistique de l Adem Florida

Projet culturel et artistique de l Adem Florida Projet culturel et artistique de l Adem Florida L Adem/ Florida a défendu et mis en œuvre depuis 1999, un projet culturel et artistique validé par l assemblée générale extraordinaire de l Adem du 05 février

Plus en détail

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT

APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT APPEL A PROJETS «SENSIBILISER LES SCOLAIRES AUX GESTES DE PREVENTION DE LA PRODUCTION DES DECHETS» REGLEMENT Date limite de dépôt des dossiers : vendredi 9 janvier 2015 12 heures Contact : Communauté d

Plus en détail

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique

La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique La rédaction du rapport d expérience en situations d accompagnement : Guide méthodologique Ce rapport est à rédiger à la fin de votre parcours de formation. Il conditionne l obtention du diplôme. Il est

Plus en détail

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle

Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Évaluation de l action du Conseil général de la Nièvre en faveur de l insertion sociale, économique et professionnelle Elèves administrateurs Promotion Vercors Janvier 2006 SOMMAIRE Introduction I. Approche

Plus en détail

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES A. NATURE DE L INITIATIVE 1. Territoire Le territoire de l alliance de journalistes est international. Sur le plan thématique, au-delà des

Plus en détail

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI

QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M. Emmanuel NGANOU DJOUMESSI COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) QUATRIEME SESSION DU COMITE DE PILOTAGE (Yaoundé, Palais des Congrès, 30 juillet 2015) DISCOURS D OUVERTURE DE S.E.M.

Plus en détail

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS

REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS REFERENCEMENT DE PRESTATAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DE L OFFRE DE SERVICES AUX SALARIES PERMANENTS 1 Cahier des charges Le 24 février 2014 Préambule Le Fonds d'assurance Formation du Travail Temporaire

Plus en détail

PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE»

PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE» PLAN REGIONAL POUR DES EXPERIMENTATIONS D ACTIONS EN FAVEUR DES JEUNES DE 16 A 25 ANS «PERDUS DE VUE» REGION ALSACE 1 CAHIER DES CHARGES FINALITES - Développer des actions d accompagnement des jeunes «perdus

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015

CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 CAHIER DES CHARGES Action Collective Régionale 2015 " Prévention du risque infectieux " Depuis leur création, Uniformation et Unifaf accompagnent les employeurs et les salariés dans leur démarche de professionnalisation.

Plus en détail

Offre d emploi. Profil de fonction

Offre d emploi. Profil de fonction Offre d emploi Profil de fonction CONSEILLER(ÈRE) - CHARGÉ(E) DE l'accompagnement Service Infor Gaz et Electricité / Collectif Solidarité Contre l'exclusion asbl Référence : CCA 1. Contexte de la fonction

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Note de problématique

Note de problématique Concertation sur la Délégation de Service Public Certification Professionnelle Accompagnée Groupe de travail n 1 La traduction des Obligations de Service Public en modalités de mise en œuvre opérationnelles

Plus en détail

4 ATELIERS Itinérants

4 ATELIERS Itinérants Itinérants pour apprendre en vous amusant! Aujourd hui, la consommation rythme notre vie quotidienne. L acte de consommer s est largement diversifié et intensifié au cours des cinq dernières décennies

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Rapport d enquête habitants PCAET Est Ensemble

Rapport d enquête habitants PCAET Est Ensemble Rapport d enquête habitants PCAET Est Ensemble La concertation réalisée du 16 avril au 30 juin 2015 a permis de recueillir les avis de 167 habitants d Est Ensemble sur les thématiques en lien avec les

Plus en détail

Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?»

Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?» Résultats : «Quelles sont vos perspectives professionnelles 2015?» Fin décembre 2014/Début janvier 2015 1 Contexte Objectifs visés: Relever le moral des cadres en début d année Prendre connaissance des

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël

Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe, Ramuz Raphaël, Pekari Nicolas, Adangnikou Noël www.snf.ch Wildhainweg 3, case postale 8232, CH-3001 Berne Division Carrières Bourses Evaluation du Programme des bourses du Fonds national suisse (FNS) Résumé du rapport Goastellec Gaële, Leresche Jean-Philippe,

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 WWW.CASIOPE.ORG POUR LES INTERVENANTS EN PETITE ENFANCE POUR LES GESTIONNAIRES ET LES RESPONSABLES DU SOUTIEN PÉDAGOGIQUE Table des matières POUR TOUS LES INTERVENANTS

Plus en détail

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE

Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Étude sur l absentéisme dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE Une étude sur les absences au travail dans l ESS : pourquoi, pour qui? Les salariés de l économie sociale et solidaire exercent des

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail