Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V MAJ : 08/09/10

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10"

Transcription

1 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais

2 Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION TERMES ET DÉFINITIONS PROCEDURE D'ADHESION EXIGENCES APPLICABLES A l organisme tiers indépendant Aux auditeurs de l organisme tiers indépendant Aux deux parties MODALITES D'EVALUATION Organisation de l audit Durée de l audit Cas particulier : audit pour une certification multi sites Cas particulier : un audit combiné avec d autres référentiels Calendrier des audits Points à auditer Statut de conformité de l audit Délivrance et gestion du certificat Délivrance Validité Informations obligatoires y figurant Suspension / retrait Procédure de réclamation MODALITES D'ECHANGES ENTRE ORGANISMES TIERS INDEPENDANTS ET CNIPT Echange d informations Réunion annuelle Accompagnement des organismes tiers indépendants Suivi de rapports d audits Observation lors d audits Traitement des informations de cette évaluation Annexe A (obligatoire) Fiche type de demande de référencement auprès du CNIPT Annexe B (obligatoire) Grille d audit Annexe C (obligatoire) Certificat de conformité Annexe D (informative) Tableaux de synthèse des audits tierce partie réalisés

3 Avant-propos Ce protocole de vérification de conformité est destiné aux organismes de certification intervenant en tant qu organismes tiers indépendants et choisis par les opérateurs engagés dans la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais. Ce protocole a été validé par les membres de la Commission Qualité du CNIPT. Il synthétise les recommandations formulées par le CNIPT en matière de conduite des audits sanctionnant le respect de la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais. Les opérateurs peuvent également utiliser ce protocole afin de réaliser des autodiagnostics pour la norme dont il est question. Ce guide a plusieurs objectifs : - donner les lignes directrices de l audit pour la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais ; - donner des règles homogènes d intervention à tous les organismes tiers indépendants et à tous leurs auditeurs ; - aider les auditeurs dans leur tâche d audit ; - permettre à l opérateur d avoir en sa possession les exigences d audit sur la norme citée. Le CNIPT engage donc les partenaires à signaler toute ambiguïté d interprétation ou toute difficulté qui pourrait résulter de sa mise en œuvre. Pour prétendre respecter ce protocole, tout organisme tiers indépendant doit en appliquer l ensemble des exigences. 3

4 La figure, ci-dessous, présente de manière succincte les relations existantes entre l organisme tiers indépendant, la structure s engageant dans le respect de la norme AFNOR NF V et le CNIPT afin de répondre aux recommandations de ce protocole. CNIPT 1 3 Protocole d audit Grille d audit Organisme tiers indépendant 2 Opérateur Demande de référencement de l organisme tiers indépendant auprès du CNIPT Audit des sites par l organisme tiers indépendant Délivrance de certificats d audit Echanges de données entre l organismes tiers indépendant et le CNIPT Figure 1 Relation prévue dans ce protocole entre l organisme tiers indépendant, la structure engagée dans la norme AFNOR NF V , et le CNIPT 4

5 1 DOMAINE D'APPLICATION Le présent protocole de vérification de conformité spécifie les règles d audit pour conclure à la conformité ou à la non-conformité selon la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais. Il s applique aux organismes tiers indépendants et à leurs auditeurs. 2 TERMES ET DÉFINITIONS Pour les besoins du présent document, en complément des définitions ci-dessous, les termes et définitions données dans la norme AFNOR NF V s appliquent également. 2.1 audit de conformité examen méthodique et indépendant en vue de déterminer si les mesures mises en œuvre satisfont aux préconisations du référentiel concerné 2.2 audit initial audit de l opérateur sur l ensemble des exigences du référentiel permettant l obtention de la certification pour 3 ans 2.3 audit de surveillance audit s inscrivant dans le cycle triennal de certification portant sur une partie du référentiel 2.4 audit complémentaire audit mené lorsqu un audit n a pas été positivement concluant NOTE : Cet audit complémentaire ne peut se faire qu une seule fois. Si l audit complémentaire ne conclut pas à la conformité, l opérateur doit solliciter un audit initial. 2.5 certification procédure par laquelle une tierce partie donne une assurance écrite qu'un produit, un processus ou un service est conforme aux exigences spécifiées 2.6 rapport d audit ensemble des documents remplis par l auditeur pendant et en conclusion de l audit NOTE : Le rapport comprend ainsi les commentaires et les conclusions de l auditeur vis-à-vis du respect des exigences ainsi que la recommandation portant sur la conformité ou non vis-à-vis du référentiel. Pour cela, l auditeur s appuie sur les grilles d audit associées au référentiel sur lequel porte l audit. 2.7 structure multi sites une structure multi sites se définit par une organisation centrale aux fonctions identifiées (pas nécessairement le siège social de la structure) de planification, contrôle et gestion des activités et par un réseau de sites opérationnels où certaines des activités planifiées par la structure centrale sont entièrement ou partiellement réalisées 5

6 3 PROCEDURE D'ADHESION Avant de réaliser des audits de conformité selon la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais en application de ce protocole, l organisme tiers indépendant doit se faire référencer auprès du CNIPT. Pour être référencé, l organisme tiers indépendant doit faire parvenir une demande de référencement, cette demande comprend : 1. le nom de l organisme tiers indépendant ; 2. une déclaration de respect des exigences minimales définies au 4.1. et relatives aux organismes tiers indépendants ; 3. le nombre et les noms des auditeurs, auditant ou étant susceptibles d auditer selon norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais ; Une fiche-type de demande de référencement est disponible en annexe A de ce protocole. Tout référencement peut intervenir en cours d année. Après examen de ces informations et vérification de la conformité de l organisme tiers indépendant et de ses auditeurs aux exigences minimales, la liste des organismes tiers indépendants référencée par le CNIPT est actualisée le 31/05 de chaque année. Cette liste contient les noms des organismes tiers indépendants reconnus pour mener des audits de certification selon la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais. Chaque organisme tiers indépendant utilise un modèle de certificat d audit, validé par le CNIPT. Le modèle de certificat d audit est disponible en annexe C de ce protocole. 4 EXIGENCES APPLICABLES 4.1 A l organisme tiers indépendant Tout organisme tiers indépendant intervenant dans la vérification de conformité selon la norme AFNOR NF V Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais et selon ce protocole doit : - être référencé auprès du CNIPT ; - disposer d une accréditation par le COFRAC pour un des programmes d accréditation selon la norme NF EN , certification de processus et produits agricoles et alimentaires ; - transmettre annuellement au CNIPT, toutes les informations définies au 6.1. de ce protocole. Si un organisme tiers indépendant vient à perdre son accréditation par le COFRAC selon la norme EN , il doit en informer immédiatement le CNIPT. 6

7 Un organisme tiers indépendant peut être exclu du référencement par le CNIPT et après consultation des membres de la Commission Qualité du CNIPT. Les origines possibles de déréférencement sont le non respect : - des conditions de référencement ; - des exigences minimales relatives aux organismes tiers indépendants et aux auditeurs définies au 4.1. et 4.2. ; - des conditions d échange et de suivi telles que définies au 6 de ce protocole. Cette exclusion est mentionnée à l organisme tiers indépendant par courrier et la décision prend effet immédiatement. Cette exclusion signifie que l organisme tiers indépendant concerné n est plus en droit de réaliser des audits de conformité selon la norme AFNOR NF V en application du présent protocole. Une exclusion d un organisme tiers indépendant ne signifie pas qu il n est plus en droit de réaliser des audits de conformité selon la norme AFNOR NF V Cela signifie que l organisme exclu n est plus recommandé par le CNIPT pour effectuer les contrôles tierce partie selon la norme AFNOR NF V Il ne bénéficie plus de l accompagnement technique, défini au 6, et apporté par le CNIPT, ni de la reconnaissance de ses compétences par le CNIPT. 4.2 Aux auditeurs de l organisme tiers indépendant Les auditeurs doivent répondre aux exigences minimales suivantes : - maîtriser le référentiel sur lequel porte l audit, c est-à-dire la norme AFNOR NF V ; - respecter les exigences relatives aux auditeurs contenues dans la norme ISO ; - appliquer ce protocole de vérification de conformité ; - utiliser la grille d audit (cf. Annexe B), éditée par le CNIPT afin de réaliser les audits de conformité ; - avoir une connaissance du secteur audité (activité de conditionnement et/ou activité de production végétale et/ou activité agro-alimentaire) ; - être indépendants de la structure auditée ; - ne pas être intervenus auprès de l opérateur à des fins de formation et/ou de conseil durant les 3 années précédant l audit ; - se tenir informés des évolutions des règles d audits et des évolutions du contenu de la norme AFNOR NF V Par exemple, prendre connaissance du compte-rendu de la réunion annuelle organisée par le CNIPT (cf. 6.2.) pour échanger avec les organismes tiers indépendants. 4.3 Aux deux parties Un contrat est signé entre l opérateur et l organisme tiers indépendant, spécifiant l engagement d une démarche d audit sur un cycle triennal, le site ou les sites audités, le référentiel audité, la durée de l audit initial, la durée de l audit de surveillance, le champ d audit. Au-delà des relations commerciales, l opérateur demeure responsable de la réalisation des audits. Dans le contrat le liant à son client, l organisme tiers indépendant indique que le CNIPT peut être amené à suivre en observateur un audit et/ou à consulter des rapports d audits (cf. 6) dans le respect de la confidentialité. 7

8 5 MODALITES D'EVALUATION 5.1 Organisation de l audit Durée de l audit Afin de pouvoir estimer la durée de l audit de conformité, il faut tenir compte des facteurs suivants : - la certification multi sites ou non ; - l existence de certifications portant sur d autres référentiels. Toutefois, les durées minimales prévues sont les suivantes : - pour un audit initial, au minimum de 2 h à 3 heures pour l audit ; - pour un audit de surveillance, au minimum de 1 h 30 pour l audit Cas particulier : audit pour une certification multi sites L audit multi sites est possible dans la mesure où les conditions de son application respectent les exigences de l IAF Mandatory Document for the Certification of Multiple Sites Based Sampling. Les dispositions de l audit multi sites sont définies par l organisme tiers indépendant. Ces dispositions sont validées par l opérateur et communiquées au CNIPT Cas particulier : un audit combiné avec d autres référentiels Un audit combiné peut être réalisé pour auditer une structure selon la norme AFNOR NF V en même temps qu une autre démarche si ce référentiel a déjà été étudié et si une procédure existe pour mener les audits combinés (se renseigner auprès du CNIPT). Il peut-être procédé à un audit combinant le référentiel «Bonnes pratiques de conditionnement des pommes de terre destinées au marché du frais». La durée d audit de la norme AFNOR NF V ne peut-être incluse dans la durée minimale impartie à l audit du référentiel «Bonnes pratiques de conditionnement des pommes de terre destinées au marché du frais» Calendrier des audits Les audits peuvent être réalisés tout au long de l année pendant une période d activité. A la suite de l audit initial, un audit de surveillance est réalisé au cours des deux années suivantes (cf. Fig. 2 - Schéma représentant le cycle d audit). 8

9 Audit initial Audit de surveillance Audit initial Année N Année N+1 audit surveillance Année N+2 Année N+3 Fig. 2 -Schéma représentant le cycle d audit triennal 5.2 Points à auditer Les principaux points à auditer sont les suivants : - les documents et les enregistrements obligatoires ; - les dispositifs mis en place pour le respect de la norme AFNOR NF V ; - la mise en œuvre d un exercice de traçabilité de lots. Exercice de traçabilité : durant l audit, l auditeur s assure de la conformité du système de traçabilité mis en place. La traçabilité des résultats d évaluation des caractéristiques doit pouvoir être démontrée vis-à-vis du lot évalué. Lors d un changement de la norme AFNOR NF V , l opérateur dispose d un délai d un an à partir de la date de révision pour se mettre en conformité vis-à-vis de cette nouvelle version. En conséquence au cours de l année de transition des audits peuvent-être menés sur la base de la version en vigueur ou de la version précédente. 5.3 Statut de conformité de l audit Il convient de motiver dans la colonne «observations» de la grille, autant que possible, les réponses aboutissant à une non-conformité. L opérateur met en œuvre un plan d actions correctives pour toutes les non-conformités éventuellement constatées lors de l audit que ce soit en audit initial ou en audit de surveillance. L opérateur audité dispose d un délai de 30 jours pour apporter une réponse aux écarts constatés. Les actions correctives proposées par l opérateur sont validées par l'organisme tiers indépendant qui évalue la pertinence de l'action. Dans certaines situations un audit complémentaire peut-être nécessaire pour vérifier sur site la mise en œuvre. 9

10 Avant de conclure, l organisme tiers indépendant doit vérifier que l opérateur audité a apporté des réponses pertinentes à l ensemble des non-conformités éventuellement constatées. Après chaque audit de conformité réalisé auprès d un site, un rapport complet est établi en prenant appui sur la grille d audit fournie par le CNIPT. Ce rapport est ensuite transmis à l opérateur. La grille d audit complétée ainsi que le récapitulatif des non-conformités éventuellement relevées sont signées par les deux parties. Un exemplaire est remis à l opérateur dès la fin de l audit. Le rapport n est finalisé qu une fois passé le délai permettant à l opérateur d apporter, le cas échéant, les compléments d information nécessaires. 5.4 Délivrance et gestion du certificat Délivrance Le certificat est délivré après : - réalisation de l audit de conformité ; - le cas échéant, avoir reçu la preuve des corrections apportées sur les non-conformités identifiées ; - avoir conclu à la conformité des pratiques lors de l audit. Le certificat et le rapport finalisé sont alors remis à la structure auditée par l organisme tiers indépendant, sous 1 mois, après la réception des réponses aux éventuelles non-conformités constatées. Une copie du certificat est également transmise par l organisme tiers indépendant au CNIPT pour communication sur le site internet cnipt.fr Validité Le certificat est valable 3 ans à partir de la date d attribution par l organisme tiers indépendant. L audit de surveillance vient confirmer le maintien du certificat. Lorsque l opérateur a perdu la certification, ce dernier est obligé de solliciter un audit initial Informations obligatoires y figurant Le certificat respecte obligatoirement le modèle présenté en annexe C. L organisme tiers indépendant précise si le champ d application couvre les exigences relatives aux transactions commerciales en choisissant l une des deux formules proposées dans le modèle présenté en annexe C Suspension / retrait Le certificat est suspendu dans les cas suivant : - absence d audit de surveillance dans le délai imparti ( 5.1.4) ; - absence de réponse aux non-conformités dans le délai imparti ( 5.3) ; 10

11 - non réalisation des actions correctives proposées ( 5.3). La suspension est levée après réalisation de l audit de surveillance ou d un audit complémentaire documentaire ou sur site permettant de statuer sur la conformité. Toute levée de suspension ne prolonge aucunement la fin de validité du certificat initial. Sans traitement des causes de suspension dans un délai de 6 mois, le certificat est retiré. Lorsque l opérateur perd la certification, il est obligé de solliciter un audit initial. L organisme tiers indépendant décide et informe l opérateur de la suspension ou du retrait du certificat. Il transmet également l information au CNIPT. En cas de retrait, l opérateur doit ré-adresser à l organisme tiers indépendant l original du certificat. L opérateur ne peut alors plus s en prévaloir Procédure de réclamation Trois origines de réclamations sont possibles : - la réclamation par un tiers : un tiers peut contester la certification d un opérateur en ayant des preuves fondées ; - la réclamation par l opérateur : l opérateur peut contester la décision de l organisme tiers indépendant ; - la réclamation par un organisme tiers indépendant. Dans ces situations la réclamation est adressée au CNIPT. Le CNIPT s engage à gérer la réclamation en concertation avec les parties concernées. 6 MODALITES D'ECHANGES ENTRE ORGANISMES TIERS INDEPENDANTS ET CNIPT 6.1 Echange d informations Dans le but d accompagner les organismes tiers indépendants dans leur activité concernant la norme AFNOR NF V , des informations sont échangées entre ces derniers et le CNIPT. Ces informations sont les suivantes : - les données de référencement définies dans ce document 3 ; - l envoi des certificats après décision de délivrance ; - l information des suspensions et retraits de certificats ; - les synthèses des audits telles que définies ci-dessous. Chaque année, pour le 15 mai de l année n, une synthèse des audits menés entre le 1 er janvier de l année n-1 et le 1 er janvier de l année n, est établie par les organismes tiers indépendants et envoyée au CNIPT. 11

12 La synthèse des audits est formalisée selon le modèle de l annexe D. Ce modèle de support n est pas imposé, seules les informations qui y figurent doivent être reprises. Les informations demandées sont les suivantes : a) informations générales : - le nom de l organisme tiers indépendant ; - le nombre total d audits réalisés selon la norme AFNOR NF V (conformes et non-conformes) ; - le nombre total d audits initiaux conformes ; - le nombre total d audits de surveillance conformes ; - le nombre d audits réalisés par auditeurs (préciser leurs noms). b) informations détaillées (données à remplir pour chaque opérateur audité) : s il s agissait d un audit couplé, dénomination du référentiel associé à la norme AFNOR NF V Dans le cas d audit couplé avec un référentiel spécifique client, la mention «Cahier des charges clients» est suffisante. 6.2 Réunion annuelle Chaque année, une réunion permet des échanges entre les organismes tiers indépendants et le CNIPT. Cette réunion n est pas obligatoire pour chaque auditeur mais la présence d au moins un représentant de chaque organisme tiers indépendant référencé est requise. Les évolutions de la norme AFNOR NF V (environnement réglementaire, exigences ) et des règles d audit sont présentées ainsi que la mise à jour des documents. 6.3 Accompagnement des organismes tiers indépendants L accompagnement des organismes tiers indépendants est effectué selon les deux modalités suivantes : - un suivi de rapports d audits transmis par les organismes tiers indépendants ; - un accompagnement des auditeurs lors d un audit Suivi de rapports d audits Chaque année, des suivis de rapports d audits sont effectués par le CNIPT. En cas de sollicitation, les organismes tiers indépendants fournissent des rapports d audits complets au CNIPT, pour une lecture complète des commentaires et des non-conformités relevées lors des audits. Le nombre de rapports complets pouvant être demandés par le CNIPT est fonction du nombre d audits réalisés par les organismes tiers indépendants selon la norme AFNOR NF V Si, à la lecture des rapports transmis, le CNIPT a besoin de s assurer du respect de ce document, le CNIPT peut contacter l auditeur concerné afin d obtenir des informations supplémentaires. En cas de doute, le CNIPT demande deux rapports complets supplémentaires afin de vérifier le bon respect de ce document Observation lors d audits Un audit d observation peut être réalisé par le CNIPT. Ce suivi consiste en une observation d un auditeur pendant un audit de conformité réalisé selon la norme AFNOR NF V

13 Le but est de pouvoir apprécier, en situation réelle, la cohérence globale de ce protocole et des exigences demandées par la norme AFNOR NF V Cet accompagnement est aussi l occasion d évaluer le respect des exigences de ce protocole et la compréhension des exigences de la norme AFNOR NF V , à la fois par les auditeurs mais aussi par les personnes auditées. La confidentialité des audits de conformité est respectée. Si, après cet audit, le CNIPT a besoin de vérifier à nouveau le bon respect de ce protocole, un audit supplémentaire a lieu. 6.4 Traitement des informations de cette évaluation Les observations issues des évaluations annuelles permettent au CNIPT : - de diffuser des informations complémentaires aux auditeurs ; - d élaborer des documents plus précis et compréhensibles ; - de donner des explications techniques au sujet des exigences ; - de pouvoir faire évoluer le fonctionnement général de la démarche. 13

14 Annexe A (obligatoire) Fiche type de demande de référencement auprès du CNIPT Nom de l organisme tiers indépendant : Adresse : Interlocuteur au sein de l organisme (nom, fonction, coordonnées) : Par la présente, nous nous engageons à respecter l ensemble des exigences applicables aux organismes tiers indépendants et aux auditeurs, et l ensemble des règles d audit définies par le CNIPT dans le protocole de vérification de conformité selon la Norme AFNOR NF V Nous demandons à être référencé auprès du CNIPT sur la liste des organismes tiers indépendants recommandés pour effectuer les audits de conformité selon la Norme AFNOR NF V Nous acceptons de transmettre au CNIPT les informations suivantes, à la fréquence définie dans le protocole de vérification de conformité selon la Norme AFNOR NF V : Nombre et noms des auditeurs auditant ou étant susceptibles d auditer selon la Norme AFNOR NF V Copies des certificats de conformité délivrés selon la Norme AFNOR NF V Retraits et suspensions de certificats Synthèses des audits réalisés, telle que définies dans le protocole de vérification de conformité validé par le CNIPT Copie de l accréditation selon la Norme EN Chaque année, au moins un représentant de notre organisme participera à la réunion annuelle organisée par le CNIPT à propos de la Norme AFNOR NF V Nous avons pris connaissance des conditions pouvant conduire à un dé-référencement de notre organisme, telles que définies dans le protocole de vérification de conformité. NOM / PRENOM : FONCTION : FAIT À : DATE : SIGNATURE : 14

15 Annexe B (obligatoire) Grille d audit GRILLE D AUDIT Norme AFNOR NF V : Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais (juillet2010) N dossier: Nom opérateur : Année de début de cycle de certification: Conclusion d'audit de surveillance Référentiel d'audit: Norme AFNOR NF V : Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais (juillet 2010) Commentaires l'auditeur : de Points forts : Axes d'amélioration : Avis sur la certification : Date Visa auditeur Visa audité 15

16 Annexe C (obligatoire) Certificat de conformité CERTIFICAT DE CONFORMITE NORME AFNOR NF V Raison sociale de l organisme de certification Atteste, en tant qu organisme tiers indépendant référencé auprès du CNIPT pour les audits selon la norme AFNOR NF V , que l opérateur Raison sociale de l opérateur Adresse Site 1 Adresse Site n Selon les règles d audit définies par le CNIPT, est en conformité avec la norme NF V :2010. Le champ d application couvre les exigences relatives aux transactions commerciales ou Le champ d application ne couvre pas les exigences relatives aux transactions commerciales Le certificat est valable trois ans sous réserve de réalisation d un audit de surveillance. Le statut actuel de ce certificat est disponible sur : N enregistrement du certificat : Date d attribution du certificat : Date d expiration du certificat : Nom / adresse / logo de l organisme tiers indépendant Lieu, date, nom et signature du représentant de l organisme tiers indépendant : 16

17 Annexe D (informative) Tableaux de synthèse des audits tierce partie réalisés Les tableaux proposés, ci-dessous, sont des propositions de supports pour les échanges d informations entre les organismes tiers indépendants et le CNIPT. Aucun modèle de support n est imposé, seules les informations qui y figurent doivent être reprises. A envoyer au CNIPT au plus tard le 15 mai de chaque année. INFORMATIONS GENERALES ANNEE N Nom de l organisme tiers indépendant : Nombre total d audits réalisés (conformes + non-conformes) Nombre total d audits initiaux conformes Nombre total d audits de surveillance conformes Noms et prénoms des auditeurs Nombre d audits réalisés selon la norme AFNOR NF V

18 INFORMATIONS DETAILLEES (données à remplir pour chaque structure auditée) Nom structure auditée Audits couplés avec un autre référentiel? Précisez lequel. 18

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION

RÈGLES DE CERTIFICATION Revu par : Valide pour : Révision : No. : Estelle MAILLER DNV GL Business Assurance France 19 PSY03 Approuvé par : Date : Replace : Pages : Antoine Thomassin 2015-10-07 18 1 sur 8 RÈGLES DE CERTIFICATION

Plus en détail

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification

Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification Règlement de certification des prestataires en localisation des réseaux et Comité de pilotage de la certification 1. Objet Le présent document définit les règles d instruction des demandes faites par des

Plus en détail

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17

CERTIBAT 30 rue Gabriel Péri 92707 COLOMBES Cedex Téléphone : 01 41 32 21 42 Télécopie : 01 47 85 99 17 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 CERTIBAT est un organisme de certification dans le domaine de la construction. Il a la fiabilité et la compétence nécessaires qui lui permettent de certifier les systèmes de management.

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE & DE L ENVIRONNEMENT ISO 9001 & ISO 14001 CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France

Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Convention entre l auditeur agréé et Offices de Tourisme de France Tout Office de Tourisme souhaitant obtenir ou renouveler la marque QUALITE TOURISME doit faire l objet d un audit réalisé par un auditeur

Plus en détail

Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés.

Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés. Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés. Guide à l usage des candidats à l agrément d experts ou d organismes qualifiés

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI EXIGENCES SPECIFIQUES POUR LA CERTIFICATION AQAP 2110, AQAP 2120 ou AQAP 2130 CERT CEPE REF 14 Révision 00 Décembre 2010 Section «Certifications» SOMMAIRE 1. OBJET DU DOCUMENT 3 2. DOCUMENTS DE REFERENCE

Plus en détail

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement

La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence. 3. Constitution du dossier de demande de financement La place des partenaires prescripteurs dans la procédure d investissement de PACA Émergence SOMMAIRE 1. Préambule 2. Démarrage de l opération 3. Constitution du dossier de demande de financement 4. Envoi

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION PHYTO DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES

CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION PHYTO DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES Page 1/5 CONDITIONS GENERALES DE DES ENTEPRISES DISTRIBUANT, CONSEILLANT, APPLIQUANT DES PRODUITS PHYTOPHARMACEUTIQUES Siège Social : Domaine d activité : AGROCERT 6 rue Georges Bizet, 47200 MARMANDE Tél.

Plus en détail

Safety in adventures Système de gestion

Safety in adventures Système de gestion Safety in adventures Système de gestion Mise en œuvre et procédure de certification Validé par le Conseil de fondation Berne, le 25 octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. Le système de gestion de «Safety in

Plus en détail

RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE

RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE RESEAU ARCHITECTES CERTIFIE QUALITE 109 rue Yvon Morandat 73000 CHAMBERY MANUEL QUALITE conception et realisations architectecturales conformément à la norme ISO 9001 V 2008 Certifié par: 2007 création

Plus en détail

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs

Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs PCP- SMQ- 003 03/09/2012 V5 Page 1 sur 11 Document Diffusé : Personnel de Saint honoré Audit Demandeur de certification Examinateurs Version Rév Date Rédigée Vérifiée Approuvée V5 Ajout des conditions

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Technicien

Plus en détail

2-6-5 Procédure détaillée Système intégré QMS, EMS, FSMS - Audit combiné de certification initiale, de suivi, de renouvellement

2-6-5 Procédure détaillée Système intégré QMS, EMS, FSMS - Audit combiné de certification initiale, de suivi, de renouvellement Page 1 de 9 PROCEDURE 2-6-5 PROCEDURE DETAILLEE Système intégré QMS, EMS, FSMS Audit Combiné de certification initiale, de suivi, de renouvellement 1 GENERALITES : a. Objectifs de la procédure : L objectif

Plus en détail

Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données (OCPD)

Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données (OCPD) sur les certifications en matière de protection des données (OCPD) du Projet du 2 février 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 11, al. 2, de la loi fédérale du 19 juin 1992 sur la protection des données

Plus en détail

I. Conditions générales de contrôle des formations reconnues

I. Conditions générales de contrôle des formations reconnues Document créé le 17/12/2015 Procédure de contrôle des formations reconnues par le Ministère en charge de la Construction, pour la mesure de perméabilité à l air des bâtiments réalisée dans le cadre de

Plus en détail

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014

NOR: DEVP1238562A. Version consolidée au 2 juillet 2014 Le 2 juillet 2014 Arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice «reseaux-et-canalisations.gouv.fr»

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui

Plus en détail

Procédure d'audits Internes du BANT

Procédure d'audits Internes du BANT Page 2 de 9 Index 1 OBJET... 3 2 DOMAINE D'APPLICATION... 3 3 REFERENCES... 3 4 DEFINITIONS... 3 5 RESPONSABILITES... 3 5.1 CELLULE D'AUDIT QUALITE INTERNE (AQI)... 3 6 EQUIPE D'ENQUETE... 4 6.1 RESPONSABLE

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE I - OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDÉE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 92 11 89 0101 (1) FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien de la qualité I - OBJECTIF

Plus en détail

Mise à jour des consignes de tri. Dossier de demande de financement

Mise à jour des consignes de tri. Dossier de demande de financement Mise à jour des consignes de tri Dossier de demande de financement ECOFOLIO vous accompagne dans la création et la mise à jour de vos consignes de tri Merci de vous référer à la notice explicative jointe

Plus en détail

Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur. de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065

Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur. de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065 1 Montreuil-sous-Bois, le 27 août 2014 Eléments d'explications concernant l'entrée en vigueur de la nouvelle norme NF EN ISO/CEI 17065 1 Comment fonctionne actuellement le dispositif en matière de contrôles

Plus en détail

Règlement du label «e-santé Logiciel Maisons et Centres de santé»

Règlement du label «e-santé Logiciel Maisons et Centres de santé» Règlement du label «e-santé Logiciel Maisons et Centres de santé» 1 Candidats éligibles Version n 4.0 du 31 mars 2016 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une

Plus en détail

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 :

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 : Décret n 2007-1340 du 11 septembre 2007 relatif à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs de certains véhicules affectés aux transports routiers de marchandises ou de voyageurs.

Plus en détail

Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange

Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange Charte du comité consultatif des Actionnaires d Orange Dans le cadre de sa bonne gouvernance, Orange souhaite améliorer de manière continue la qualité de ses relations et de sa communication avec les actionnaires

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Guide : Comment changer d organisme de certification ou notifié notifié pour le LNE/G-MED en 8 étapes. Guide. Novembre 2014

Guide : Comment changer d organisme de certification ou notifié notifié pour le LNE/G-MED en 8 étapes. Guide. Novembre 2014 Guide Comment changer d organisme de certification ou notifié pour le LNE/G-MED en 8 étapes Novembre 2014 Document propriété du LNE/G-MED Copyright 2014 LNE/G-MED - www.gmed.fr - Réf. 720 DM 0701-58 -

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

2-6-4 - Procédure détaillée - CAS D'UNE ENTREPRISE -CLIENTE MULTISITE - AUDIT DE CERTIFICATION INITIALE (Phases 1 et 2), DE SUIVI, DE RENOUVELLEMENT

2-6-4 - Procédure détaillée - CAS D'UNE ENTREPRISE -CLIENTE MULTISITE - AUDIT DE CERTIFICATION INITIALE (Phases 1 et 2), DE SUIVI, DE RENOUVELLEMENT Page 1 sur 7 PROCEDURE 2-6-4 PROCEDURE DETAILLEE CAS D'UNE ENTREPRISE- CLIENTE MULTISITE AUDIT DE CERTIFICATION INITIALE, DE SUIVI, DE RENOUVELLEMENT L'audit est exécuté comme décrit dans les procédures

Plus en détail

DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS

DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS DIRECTIVE CONCERNANT LA REDDITION DE COMPTES EN GESTION CONTRACTUELLE DES ORGANISMES PUBLICS Loi sur les contrats des organismes publics (chapitre C-65.1, a. 26) OBJET 1. La présente directive a pour but

Plus en détail

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS

POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT LES PROPRIÉTAIRES DE PETITS LOTS D ACTIONS POLITIQUE 5.7 PROGRAMMES DE VENTE OU D ACHAT POUR Champ d application de la politique Les porteurs de moins qu un lot régulier (les «porteurs de lots irréguliers») qui désirent vendre leurs actions ou

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Accréditation des Bureaux d enregistrement

Accréditation des Bureaux d enregistrement 1 Accréditation des Bureaux d enregistrement Guide Pratique 2 Table des matières I. Préambule... 3 II. La procédure d accréditation... 3 A. Demande d accréditation... 3 B. Examen du dossier... 4 1. Analyse

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 Le présent règlement décrit les conditions et les modalités, définies par EDF/DPI et le Groupement des Entrepreneurs de Peinture Industrielle (GEPI), d attribution

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D AUDIT

CHARTE DU COMITE D AUDIT CHARTE DU COMITE D AUDIT INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 1. Reporting financier... 2 2. Contrôle interne - gestion des risques et compliance... 3 3. Audit interne... 3 4. Audit

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF SECURITE FEU TUBES ET RACCORDS PVC PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

Conseil de la formation du Centre

Conseil de la formation du Centre Conseil de la formation du Centre CONVENTION DE SUBROGATION DE PAIEMENT Entre les soussignés : D une part, Le Conseil de la Formation de la Chambre Régionale de Métiers et de l Artisanat du Centre représenté

Plus en détail

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante

CONTRAT D ETUDES. Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle d études 2. Département Composante. Département Composante Annexe I Les instructions et les notes sont disponibles à la fin du document. CONTRAT D ETUDES L étudiant Nom (s) Prénom (s) Date de naissance Nationalité 1 Sexe [M/F] Année académique 20../20.. Cycle

Plus en détail

Charte des voyages et sorties scolaires

Charte des voyages et sorties scolaires Charte des voyages et sorties scolaires Vu la circulaire n 2011-117 du 3 août 2011 modifiée par la circulaire n 2013-106 du 16 juillet 2013 portant sur les modalités d organisation des sorties et voyages

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Article 1 er - Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les

Plus en détail

FAQs des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition

FAQs des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition FAQs des Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition Les Règles pour la reconnaissance IATF - 3 ème édition, ont été publiées en 2008. En réponse à des questions de certificateurs tierce partie

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLES GENERALES POUR LA GESTION DES EVALUATEURS ET EXPERTS GEN EVAL REF 01 Révision 03 SOMMAIRE 1 OBJET DU DOCUMENT... 3 2 REFERENCES ET DEFINITIONS... 3 3 DOMAINE D APPLICATION... 5 4 MODALITES D APPLICATION...

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS PARTICULIÈRES BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE PHASE DE RETOUR III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l'article II.1, les définitions suivantes s'appliquent

Plus en détail

Document normatif 5 octobre 2007 Annexe Procédures de certification et d accréditation 1. OBJECTIFS 1 3. ORGANISMES DE CERTIFICATION 2

Document normatif 5 octobre 2007 Annexe Procédures de certification et d accréditation 1. OBJECTIFS 1 3. ORGANISMES DE CERTIFICATION 2 Document normatif Procédures de certification et d accréditation 5 octobre 2007 Annexe Procédures de certification et d accréditation TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS 1 2. PORTÉE DU DOCUMENT 1 3. ORGANISMES

Plus en détail

1/ ORGANISATION DES STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL

1/ ORGANISATION DES STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL Page 1 sur 6 CONVENTION DE STAGE BTS ASSURANCES ANNEXE PEDAGOGIQUE à la convention pour le stage du au.. STAGIAIRE : ENTREPRISE :. TUTEUR : 1/ ORGANISATION DES STAGES EN MILIEU PROFESSIONNEL a) Le stage

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement)

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S, E (Qualité, Sécurité, Environnement) COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 09/01/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Coordonnateur (trice) de système Q, S,

Plus en détail

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015

Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Association Suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) Service à la clientèle SQS Révision des normes ISO 9001:2015 et ISO 14001:2015 Règles de transition Table des matières 1. Publication

Plus en détail

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE 5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE F. 2006 343 [C 2006/27007] 12 JANVIER 2006. Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la vérification des déclarations des

Plus en détail

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011

Normes d accessibilité pour les services à la clientèle Mai 2011 Normes pour les services à la clientèle Mai 2011 Commission de révision des paiements effectués aux médecins Secrétariat des conseils de santé Plan de formation Membres (onglet 6) Le présent document doit

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-595 du 2 juin 2015 relatif aux indications géographiques protégeant les produits industriels

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Décembre 2015

GUIDE PRATIQUE Décembre 2015 1 GUIDE PRATIQUE Décembre 2015 Mise en place de la complémentaire santé collective et obligatoire au 1 er janvier 2016 MISE EN PLACE DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE COLLECTIVE ET OBLIGATOIRE AU 1 er JANVIER

Plus en détail

Demande d agréation d un OCI par VEGAPLAN.BE asbl (contrat OCI VEGAPLAN.BE asbl)

Demande d agréation d un OCI par VEGAPLAN.BE asbl (contrat OCI VEGAPLAN.BE asbl) Demande d agréation d un OCI par VEGAPLAN.BE asbl Vegaplan.be asbl, en abrégé Vegaplan.be, dont le siège social est situé Avenue de Tervuren 182, B-1150 Bruxelles Tél: 02.775.80.63 Fax: 02.775.80.75 N

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Fluides Frigorigènes Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 34 29 67 67 fluides-frigorigenes@socotec.com Sommaire Introduction A. Processus de délivrance de l attestation 1. Demande

Plus en détail

Conditions générales de gestion et politique de contrôle des formations financées par AGEFOS PME

Conditions générales de gestion et politique de contrôle des formations financées par AGEFOS PME Conditions générales de gestion et politique de contrôle des formations financées par AGEFOS PME «La formation professionnelle tout au long de la vie constitue une obligation nationale Chaque personne,

Plus en détail

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences

CQP Conduite de ligne de conditionnement. Référentiel de compétences CQP Conduite de ligne de conditionnement Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Conduite de ligne de conditionnement est capable de : Conduire tous les équipements d une ligne de conditionnement

Plus en détail

NOUVELLE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE POUR LES STAGIAIRES ETRANGERS

NOUVELLE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE POUR LES STAGIAIRES ETRANGERS N 114 - SOCIAL n 58 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 21 juillet 2009 ISSN 1769-4000 NOUVELLE CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE POUR LES STAGIAIRES ETRANGERS L essentiel La loi du 24 juillet 2006

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE -

- SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - - SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE - 1. OBJECTIFS 1.1 Préciser les orientations de la Commission scolaire quant à la mise en place, à l organisation et au fonctionnement des services de garde en milieu

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012.

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012. Proposé par le conseil de participation enseignante À sa rencontre du 29 avril 2013 Approuvé par la direction, Chantal Beauchemin Le conseil d établissement a été informé lors de la séance du 9 mai 2013

Plus en détail

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux

Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux Politique du CCPA sur : la certification des programmes d éthique animale et de soins aux animaux Date de publication : janvier

Plus en détail

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015

Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 ARIF / Juin 2015 Page 1 sur 7 Instructions relatives à la révision LBA et CoD 2015 A.- Généralités 1. Contenu Le présent document contient un certain nombre de renseignements et d instructions pour les

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2 AMF Communication financière des sociétés cotées sur un marché réglementé ou un MTF à l occasion de la publication de leurs résultats DOC-2015-11 Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire

Plus en détail

BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES

BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES BÂTIPERMÉA PROMOTELEC SERVICES Référentiel Démarche qualité Étanchéité à l air du bâti en maison individuelle Version 2 Applicable au 01/07/2015 Introduction Promotelec Services est un organisme certificateur

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 11/10/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien (ne) en gestion et administration

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Déclaration des pratiques d enregistrement (Délégation d autorité d enregistrement de l IGC pilote du CRU)

Déclaration des pratiques d enregistrement (Délégation d autorité d enregistrement de l IGC pilote du CRU) Déclaration des pratiques d enregistrement (Délégation d autorité d enregistrement de l IGC pilote du CRU) 1 Introduction Supelec, campus de GIF sur Yvette, ci après noté SUPELEC-GIF souhaite qu une partie

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC. Guide du contrôlé CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est dotée d un

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification: 1992 11 89 0101 Catégorie: C Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien de la qualité

Plus en détail

POLITIQUE. Remplacement et renouvellement du permis, jumelage SAAQ-RAMQ et maintien du droit de conduire OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION

POLITIQUE. Remplacement et renouvellement du permis, jumelage SAAQ-RAMQ et maintien du droit de conduire OBJECTIF PRÉALABLE MODALITÉS D APPLICATION POLITIQUE Remplacement et renouvellement du permis, jumelage SAAQ-RAMQ et maintien du OBJECTIF Cette politique a pour objectif de : préciser les modalités de remplacement et de renouvellement des permis;

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0265 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Technicien (ne) en gestion et administration

Plus en détail

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE

LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE LES ACTES ADMINISTRATIFS en EPLE I. Définition Acte juridique Il crée des droits et des obligations au profit ou à la charge des personnes auxquelles il s'applique. Acte individuel Il s'impose directement

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

l Académie d Aix-Marseille et

l Académie d Aix-Marseille et Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et le GIPHISE CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE GAUDEMAR,

Plus en détail

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997)

NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) NIMP n 7 NORMES INTERNATIONALES POUR LES MESURES PHYTOSANITAIRES NIMP n 7 SYSTÈME DE CERTIFICATION À L'EXPORTATION (1997) Produit par le Secrétariat de la Convention internationale pour la protection des

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Letter of Intent («LOI»)

Letter of Intent («LOI») ANNEXE 3: MODELE LETTER OF INTENT Entre 1. Modèle letter of intent (enregistrement et acceptation) Letter of Intent («LOI») l Entité Interrégionale Viapass Représentée par M. Vincent Peremans (Président

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011

Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011 Modalité d application de marquage CE Art 43 règlement UE n 305/2011 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION...ERREUR! SIGNET NON DEFINI. 2. ORGANISMES INTERVENANT DANS LE PROCESSUS... 3 3. MARCHE A SUIVRE POUR

Plus en détail