Orientation diagnostique devant : Troubles de la miction (341) G. Serment, J.M. Guys Septembre 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Orientation diagnostique devant : Troubles de la miction (341) G. Serment, J.M. Guys Septembre 2005"

Transcription

1 Orientation diagnostique devant : Troubles de la miction (341) G. Serment, J.M. Guys Septembre Introduction Les troubles de la miction sont polymorphes, et variables en fonction de l âge. Leur mécanisme n est pas univoque, les troubles sont soit primitifs par altération de la fonction du muscle vésical appelé détrusor d origine myogène, ou neurogène soit secondaires à une lésion sous vésicale. 2. La maturation de la fonction vésico-sphinctérienne La continence et les mictions sont le résultat d une parfaite coordination entre le détrusor et l appareil sphinctérien. L évolution en sens inverse de la pression dans la vessie et dans l urètre permet d être continent sans être dysurique. Cet automatisme existe dès le stade fœtal. Celui-ci va évoluer et passer par le stade de vessie du nouveau-né puis du petit enfant, avant d aboutir au type adulte La vessie fœtale Elle commence à fonctionner vers le 6 ème mois de la vie intra-utérine. L activité contractile est de type rythmique, entretenue très certainement par un réflexe court, adrénergique, inclus dans la paroi même de la vessie ou dans les ganglions juxta-vésicaux. La coordination vésicosphinctérienne réflexe est organisée dans ces plexus ganglionnaires périphériques qui se comportent comme de véritables centres médullaires A la naissance La vessie du nouveau-né développe des contractions phasiques entraînant chaque fois une miction réflexe et ceci avec une bonne coordination sphinctérienne. Les stimuli susceptibles de déclencher ce réflexe mictionnel ne se limitent pas alors, comme chez l adulte, à la proprioception. L attouchement périnéal, le changement des couches sont souvent suivis d un jet d urine. L hyper-réflectivité est une caractéristique de cette vessie du nouveau-né La vessie du petit enfant Elle est l aboutissement de la myélinisation des voies de conduction motrice et sensitive qui se complètent entre le 9 ème et le 24 ème mois. Ce processus permet l entrée en fonction des centres supra-médullaires et l on peut considérer qu à 4 ans le réflexe mictionnel est intégré dans le tronc cérébral. L acquisition du contrôle volontaire devient le fait de l éducation à la propreté. Ce contrôle sphinctérien nécessite le concours de plusieurs facteurs : évolution somatique des fonctions, investissement psycho-affectif marquant une étape du développement libinal de l enfant et interaction avec l environnement (relation privilégiée à la mère et usages familiaux et sociaux). Le contrôle sphinctérien anal se met en place vers 2 ans et est habituellement établi avant 3 ans. Il existe bien sûr de notables variations inter-individuelles. Si le contrôle de la miction 1

2 commence à s installer en même temps que celui de la défécation, sa mise en place est plus complexe, plus progressive et dure plus longtemps. La perception d un besoin d uriner est indispensable à l acquisition de la continence. «L éducation» fait prendre conscience à l enfant que l impression qu il perçoit a quelque chose à voir avec la satisfaction qu il donne à ses parents. Ceci induit un réflexe conditionné. L acquisition du contrôle du sphincter strié précède celle du détrusor et sa contraction énergique peut rester pendant plusieurs années la seule façon de s opposer aux fuites. Certaines pathologies pourront trouver ici leur origine. L acquisition du contrôle de la musculeuse lisse qui met en jeu des connexions directes entre les centres frontaux et les centres bulbaires est plus complexe. Le néo-cortex intervient dans la faculté d autoriser ou de refuser globalement le déclenchement de la miction. La possibilité d uriner sur commande, naturellement et sans le secours de la poussée abdominale est le signe que l enfant a acquis une parfaite maîtrise de sa vessie. Les points de repère utilisables sont en règle les suivants : de 15 à 24 mois, les mictions diurnes se régularisent, à 18 mois l enfant peut indiquer lorsque la culotte est mouillée, la propreté diurne est acquise à 24 mois. A 36 mois, avec l aide de ses parents, une propreté conditionnelle est acquise la nuit. A 42 mois, la propreté acquise de manière autonome l est de manière diurne et nocturne Chez l adulte L automatisme vésico-sphinctérien dépend étroitement des propriétés fondamentales et de l innervation de la musculature vésico-sphinctérienne. Pendant la phase de remplissage, la pression vésicale reste basse et la possibilité de contenir un grand volume sous basse pression est la première qualité de la vessie. La pression urétrale elle reste élevée. Elle est activement maintenue par l activité tonique des sphincters lisses et striés de l urètre. Le maintien de ce tonus sphinctérien est le fait de réflexes segmentaires sous contrôle inhibiteur supramédullaire. L augmentation de la pression vésicale est due à la contraction du détrusor. La stimulation des récepteurs de tension de celui-ci entraîne une décharge para-sympathique qui a deux conséquences : une contraction en masse des cellules musculaires lisses du détrusor et une relaxation sphinctérienne. Cette coordination est le fait d une inhibition réciproque des systèmes parasympathique d une part, sympathique et somatique d autre part. Cette coordination est organisée dans deux boucles : un circuit court incluant les centres médullaires et les plexus ganglionnaires périphériques comme dans le cadre des vessies fœtales et du petit enfant mais aussi un circuit long incluant les centres du tronc cérébral pour la coordination entre les systèmes parasympathiques et somatiques traduisant la maturation et l évolution de cet automatisme vésico-sphinctérien. 3. Les grands syndromes pathologiques 3.1. La dysurie Elle se définit comme une difficulté à vider la vessie lors d une miction volontaire L interrogatoire Il révèle une faiblesse du jet mictionnel, des efforts de poussée abdominale, parfois des gouttes retardataires. On peut évaluer la mesure du handicap urinaire (MHU) lié à la dysurie (tableau 1) 2

3 Tableau 1 (extrait du MHU) score de dysurie SCORE SCORE DYSURIE RETENTION 0 - dysurie d attente, terminale - poussées abdominales - jet haché - poussées manuelles - miction prolongée, sensation résidu - cathétérisme SCORE DYSURIE = L examen clinique Il recherche un obstacle sur le bas appareil urinaire. Exploration du méat urétral, inspection à la recherche d un rétrécissement ou d une anomalie de position (hypospade, épispade). Palpation de l urètre, mise en place d un explorateur à boule à la recherche d un rétrécissement urétral. Chez l homme adulte il faut pratiquer un toucher rectal pour diagnostiquer une pathologie prostatique (adénome, cancer, prostatite) Les examens paracliniques : la débimétrie est l examen le plus simple pour évaluer la dysurie. Le principe est d enregistrer certains paramètres lors de la miction dans un débimètre : débit maximum (Qmax normal > 15 ml/s), temps de miction (environ 20 s pour un volume de 300 ml), aspect de la courbe «en cloche». Cet examen n est interprétable que si la miction est dans des conditions habituelles (remplissage vésical physiologique, déclenchement automatique de l appareil, patient détendu, isolé et informé). Il faut un volume uriné supérieur à 150 ml pour que cet examen soit interprétable (schémas 1 et 2). Les rapports pressions /débit permettent de prouver la dysurie en éliminant les vessies hypo voire acontractiles. Ces examens sont plus invasifs et se justifient dans les cas complexes (vessies neurologiques) (schéma 3) Les examens radiologiques sont indispensables pour préciser la nature des obstacles du bas appareil urinaire. L urographie intraveineuse (UIV) avec clichés mictionnels permet un bilan complet du haut et du bas appareil urinaire. L urétrocystrographie rétrograde et mictionnelle (UCRM) est utile pour préciser, la taille, la situation d un obstacle urétral. Cet examen permet de dépister un reflux vésico-urétéral et de mesurer un éventuel résidu post-mictionnel. L échographie prostatique permet une appréciation du volume et de la morphologie de la glande, mais ne permet pas de préciser le degré d une éventuelle obstruction Les traitements médicaux : les alpha bloquants sont actuellement très utilisés pour les dysuries liées à un obstacle cervico-prostatique. Les récepteurs alpha sont nombreux au niveau du col vésical et dans la glande prostatique. Leur stimulation par le système sympathique engendre une augmentation des pressions dans l urètre proximal. Ces médicaments sont bien tolérés, ils n ont pas l AMM pour les dysuries de la femme. Les extraits de plantes (Tadenan, Permixon ) ont un effet de décongestion du pelvis et du périnée, leur utilisation est encore fréquente bien que leur efficacité réelle reste à démontrer. Les inhibiteurs de la 5 alpha réductase (Permixon, Chibroproscar ) ont un effet de réduction du volume prostatique prouvé pour le Chibroproscar, ils ont du fait de leur action sur la transformation de la testostérone en DHT hormone active une incidence possible sur la diminution de la libido et sont de ce fait réservés aux personnes âgés. 3

4 La dilatation urétrale reste une méthode simple de traitement des sténoses de l urètre. les récidives sont fréquentes ce qui impose des traitements itératifs le plus souvent en ambulatoire. L urétrotomie consiste à couper avec une lame froide la sclérose autour de la sténose urétrale. Cette technique est facile sous contrôle endoscopique, les taux de récidives sont importants. Devant une récidive de la sténose la mise en place de «stents» métalliques auto-expansibles était considérée comme une révolution thérapeutique. En fait les complications liées à la mise en place de ces «stents» sont fréquentes (épithélialisation dans la lumière de la «stent», incarcération de celle-ci dans la paroi urétrale) et actuellement la chirurgie des sténoses urétrales est de nouveau d actualité. La chirurgie des rétrécissements urétraux est efficace et bien codifiée. Les anastomoses termino-terminales après résection de la sténose sont possibles en cas de rétrécissement courts sur la partie mobile de l urètre (pénien et bulbaire) avec un risque de dysérection postopératoire très invalidant pour les sujets jeunes. En cas de rétrécissements longs et sur la partie fixe de l urètre, les plasties avec la vaginale, la peau du scrotum permettent un rétablissement de la continuité urétrale en un temps opératoire. Les sténoses complexes et récidivées seront traitées par des plasties cutanées en deux temps (technique de Bengt Johansson). La chirurgie de la prostate s impose en cas d adénome obstructif, elle peut se faire par voie endoscopique (résection transurétrale) pour les petits adénomes (poids inférieur à 50 g) ou par voie sanglante trans-vésicale, transcapsulaire (Millin) pour les gros adénomes ou en cas de diverticule vésical associé. Le traitement de la rétention chronique liée à l hypoactivité vésicale est difficile. Peu de médicaments sont disponibles pour améliorer la contraction du muscle detrusor. Le test à l eau glacée n est efficace que dans certains cas de vessies neurologiques. Les cystoplasties de réduction ne sont pas toujours efficaces. La neuromodulation des racines sacrées est en cours d évaluation dans cette pathologie. Le plus souvent les patients gèrent ce problème par des autosondages. Les indications de neurostimulation type Brindley sont réservées aux lésions médullaires complètes, stabilisées pour des patients motivés et coopérants La rétention aiguë C est l impossibilité de vider la vessie alors que le besoin est urgent. Cette pathologie est plus fréquente chez l homme en amont d un adénome prostatique obstructif. Chez la femme elle est rare et souvent d origine neurologique voire psychiatrique (rétention hystérique) L examen clinique Il révèle un globe vésical lors de la palpation et de la percussion de l abdomen (matité concave vers le bas), cet examen est souvent difficile du fait de la douleur. Les examens paracliniques sont inutiles pour le diagnostic qui est avant tout clinique Le traitement Il se limite à un sondage évacuateur, ou à la mise en place d un cathéter sus pubien (Cystocath ). Ultérieurement la prise en charge de l obstruction sera discutée en fonction de la nature de l obstacle, de son retentissement sur la voie excrétrice et de l âge du patient. 4

5 3.3. La pollakiurie On parle de pollakiurie lorsqu il y a plus de 5 mictions par jour et 2 mictions par nuit Il faut préciser le nombre de mictions diurnes et nocturnes selon le MHU (tableau 2) Tableau 2 SCORE SCORES FREQUENCE MICTIONNELLE DIURNE intervalle mictionnel > 2 h. intervalle mictionnel de 1h30 à 2h intervalle mictionnel de 1 h. intervalle mictionnel de 1/2 heure intervalle mictionnel < 1/2 heure SCORE POLLAKIURIE = FREQUENCE MICTIONNELLE NOCTURNE 0 ou 1 miction /nuit 2 mictions/nuit 3-4 mictions/nuit 5-6 mictions/nuit plus de 6 mictions/nuit L examen clinique Il recherche un obstacle urétral (explorateur à boule), une compression extrinsèque par une pathologie gynécologique (spéculum, toucher vaginal) ou un problème ano-rectal (toucher rectal) et ce termine par un bilan neurologique du périnée et général Les examens paracliniques Ils ont pour but de rechercher une cause favorisante (infection urinaire, reflux vésico-urétéral, sténose de l urètre) ou de quantifier le trouble du comportement vésical par l enregistrement de l activité vésicale lors de son remplissage (cystomanométrie) Les traitements Les médicaments : les anticholinergiques sont actuellement le traitement de référence des impériosités et de la pollakiurie après avoir éliminer une cause organique urologique ou de voisinage (pollakiurie essentielle). Ces médicaments sont contre indiqués en cas de glaucome à angle fermé, ils ont des effets secondaires (sécheresse de la bouche, constipation, troubles oculaires), leur posologie doit être adaptée à chaque patient en fonction du poids de celui-ci et de la période des troubles (diurnes, nocturnes). L oxybutynine (Ditropan, Driptane ) est le médicament le plus utilisé. La toltérodine (Détrusitol ) et le chlorhydrate de trospium (Ceris ) sont efficaces, ont moins d effets secondaires mais ne sont pas remboursés par la SECU. D autres médicaments qui n ont pas l AMM peuvent être utilisées en cas d échec ou de contre indication des précédents (myorelaxants, opiacés, anticholinergiques d action centrale (Anafranil, Tofranil ), antiprostaglandines (AINS) Les traitements comportementaux Ils sont souvent utilisés en complément du traitement médical (calendrier mictionnel, biofeedback) de même que la rééducation par stimulation électrique fonctionnelle (SEF) et parfois une prise en charge psychiatrique. 5

6 La chirurgie : Elle a des indications limitée, la neuromodulation des racines sacrées est en cours d évaluation dans cette pathologie pour les cas réfractaires Impériosité et incontinence par impériosité Selon l ANAES il existe plusieurs types d incontinence : par impériosité, à l effort, mixtes La clinique permet de préciser l importance des symptômes par le MHU (tableau 3) Tableau 3 : extrait du MHU score impériosité SCORE SCORES IMPERIOSITE MICTIONNELLE FUITE URINAIRE PAR IMPERIOSITE absente absente délai de sécurité entre 10 et 15 mn. ou caractère immédiatement pressant du besoin d'uriner sans fuite moins d'une fois par mois délai de sécurité entre 5 et 10 mn plusieurs fois/mois délai de sécurité entre 2 et 5 mn plusieurs fois/semaine délai de sécurité < 2mn plusieurs fois/jour SCORE IMPERIOSITE FUITE = AUTRE INCONTINENCE 0 - en gouttes post mictionnelles - énurésie (>1/mois) - paroxysme émotionnel - énurésie (1/semaine) - énurésie (plusieurs /semaine) - fuites permanentes gouttes à gouttes - énurésie (=1/jour) SCORE autre FUITE = Une évaluation de la qualité de vie peut être faite grâce à l échelle Ditrovie qui est validée pour l incontinence par impériosité (tableau 4). ECHELLE DITROVIE Tableau 4 : échelle Ditrovie Au cours des 4 dernières semaines, vos troubles urinaires : Pas du tout Un peu Moyennement Beaucoup Enormément (1) vous ont-ils gênés lorsque vous étiez à l'extérieur de chez vous? (2) vous ont-ils gênés pour faire les courses ou les achats? (3) vous ont-ils gênés pour porter quelque chose de lourd? (4) ont nécessités que vous interrompiez fréquemment votre travail ou vos activités quotidiennes?

7 Au cours des 4 dernières semaines, à cause de vos troubles urinaires, avec quelle fréquence : (5) avez-vous éprouvé un sentiment de honte, de dégradation? Jamais Rarement de temps en temps souvent en permanence (6) avez vous craint de sentir mauvais? (7) avez-vous perdu patience? (8) avez-vous craint de sortir de chez vous? (9) avez-vous été obligé de vous relever plusieurs fois pendant votre sommeil? (10) Compte tenu de vos troubles urinaires, comment évaluer vous actuellement votre qualité de vie? (entourez la réponse de votre choix) Excellente Mauvaise L examen clinique recherche comme pour la pollakiurie, une infection urinaire, un obstacle urétral, une pathologie de voisinage Les examens paracliniques Les explorations radiologiques L'urographie intraveineuse était systématiquement demandée en cas : d'infection urinaire, d'instabilité vésicale, de troubles mictionnels, elle est de plus en plus remplacée par l'échographie rénale. L'urétrocystographie rétrograde ou l'urétrocystographie permictionnelle recherche : un reflux, un résidu post-mictionnel, une sténose urétrale. L'échographie pelvienne est systématique lorsque la vessie est pleine pour préciser l'aspect morphologique de l'appareil génital, de la muqueuse vésicale et la mesure du résidu postmictionnel L'endoscopie Dans le cadre des incontinences urinaires "atypiques", la cystoscopie peut déceler certaines anomalies (pathologie obstructive organique par sclérose ou sténose du col vésical, anomalie de position ou de situation des méats urétéraux, altération de la muqueuse vésicale, lésions d'allure inflammatoire, découverte d'une tumeur vésicale...) Les explorations urodynamiques La cystomanométrie est réalisé pour affirmer le diagnostic de vessie instable. Sa réalisation en est bien codifiée : 7

8 Remplissage lent (100 ml/minute) à l'eau avec une sonde munie d'un capteur de pression manométrique. L'enregistrement simultané des pressions vésicales et urétrales permet d'étudier le comportement du sphincter en cas de contraction vésicale. En cours d'examen, on précise le volume pour lequel on obtient la première sensation de besoin d'uriner (B1 vers 150 cc), le besoin qui correspond à une envie d'uriner (B2 vers 250 cc) et le besoin urgent (B3 vers 350 cc). Normalement, la vessie se remplie en hypopression car il existe une bonne régulation entre le tonus sympathique (relâchement du muscle détrusor) et le tonus parasympathique qui est antagoniste. La vessie est dite normotonique ou normo-active. Cet examen fait le diagnostic : d'une vessie hypersensible avec diminution du volume des différents besoins mictionnels une vessie hypertonique qui se traduit par un premier besoin précoce, une capacité vésicale diminuée et un effondrement de la compliance vésicale (rapport DV/DP) une vessie instable se manifeste par l'apparition précoce de contractions du détrusor, involontaires, non inhibées, d'une amplitude supérieure à 20 cm d'h2o, survenant isolément ou en salves avant 200 ml de remplissage Les traitements La rééducation Elle peut diminuer les fuites par impériosité. Le principe est d utiliser un réflexe inhibiteur périnéo-vésical (réflexe 3 de Mahony). En pratique la contraction du sphincter urétral et du périnée entraîne un relâchement du muscle vésical. Il faut apprendre à la patiente à contracter son périnée dès qu elle perçoit une envie urgente d uriner (principe du biofeedback vésical). Cette rééducation nécessite un matériel sophistiqué, un cathétérisme vésical, elle est donc pratiquée dans des services spécialisés. En complément de cette rééducation une prise en charge comportementale est nécessaire Les médicaments Ce sont les mêmes que ceux utilisées dans le traitement de la pollakiurie La neuromodulation des racines sacrées S3 Elle est actuellement validée pour traiter les troubles réfractaires La chirurgie d agrandissement vésical («clam cystoplasty», cysto-entéroplasties) Elle est réservée aux échecs de la neuromodulation L incontinence urinaire d effort (IUE) Elle se définit par des fuites concomitantes d un effort d hyperpression intra abdominale L interrogatoire Il précise les circonstances d apparition des fuites (tableau 5) 8

9 Tableau 5 : score d incontinence d effort d après le MHU SCORE SCORES INCONTINENCE URINAIRE A L'EFFORT absente lors des efforts violents (sport, course) lors des efforts moyens (quinte de toux, éternuement, soulèvement, rire) lors des faibles efforts (toux isolée, marche, accroupissement, mouvement brusque) au moindre changement de position SCORE FUITE EFFORT = AUTRE INCONTINENCE 0 - en gouttes post mictionnelles - énurésie (>1/mois) - paroxysme émotionnel - énurésie (1/semaine) - énurésie (plusieurs /semaine) - fuites permanentes gttes à gttes - énurésie (=1/jour) SCORE autre FUITE = Il existe de nombreuses autres classifications pour quantifier l incontinence urinaire d effort (ANAES, Stamey) Le plus important : C est de mettre en évidence la fuite en examinant la patiente vessie pleine en position gynécologique, ou debout s il n y a pas de fuite en décubitus dorsal. L incontinence urinaire d effort est presque toujours liée à un prolapsus urétral et ou vésical. La correction de la descente du col vésical en le maintenant en place avec deux doigts pendant l effort de toux (manœuvre de Bonney) permet de supprimer la fuite affirmant son origine mécanique liée au prolapsus vésico-urétral. Avant toute décision thérapeutique il faut apprécier le retentissement de cette incontinence grâce au questionnaire d évaluation de la qualité de vie Contilife (voir en annexe) Les examens paracliniques Le bilan urodynamique Il précise le mécanisme des fuites : incontinence d effort ou insuffisance sphinctérienne. Il est indispensable avant toute intervention chirurgicale car il permet de dépister les éventuels échecs de cette chirurgie. La sphinctérométrie permet d'explorer les mécanismes de clôture cervico-urétraux par l'enregistrement des pressions endo-urétrales. Les forces de clôture peuvent être étudiées au repos : c'est le profil urétral. La pression de clôture maximale (Pc max) dont les valeurs normales sont calculées par : N = Age (cmh20), augmente avec le remplissage vésical et avec les augmentations de pression intra-abdominale. Cet enregistrement permet le diagnostic d'insuffisance sphinctérienne quand les pressions sont inférieures à 20% de la valeur normale. L'enregistrement des pressions endocervicales et endo-urétrales lors de l'effort (profilométrie dynamique) va permettre d'étudier la transmission des pressions au niveau de l'urètre proximal qui est le garant de la continence à l'effort selon la théorie d Enhorning qui considère que l urètre proximal et la vessie sont dans la même enceinte de pression. Selon ce concept, comme la pression est plus élevée dans l urètre que dans la vessie, a l effort les pressions abdominales se transmettent à ces deux structures anatomiques expliquant que la continence à l effort est un phénomène passif. En cas de descente de vessie (cystocèle) le col vésical et l urètre proximal descendent (urétrocèle) tandis que la partie supérieure de la vessie reste dans la cavité abdominale. A l effort les pressions abdominales se transmettent à la vessie mais pas en totalité à l urètre proximal qui est descendu (défaut de transmission des 9

10 pressions abdominales selon le concept d Enhorning) et dès que la pression vésicale dépasse la pression urétrale il y a des fuites d effort (incontinence orthostatique) voir schéma n L électromyographie du sphincter strié urétral L'EMG globale de surface permet l'enregistrement de l'activité du périnée par électrodes de surfaces collées sur la peau. L'EMG unitaire faite avec des aiguilles coaxiales implantées dans l'urètre permet d'apprécier l'activité électrique du sphincter strié, de définir et de quantifier l'importance d une possible dénervation de celui-ci L échographie, l UIV, la cystoscopie sont peu utiles pour le diagnostic qui est clinique Les traitements La rééducation est toujours entreprise en première intention. La rééducation périnéale a pour but d'améliorer la contraction du plancher pelvien lors des efforts pour améliorer la transmission des pressions abdominales à l'urètre proximal. Elle peut guérir des incontinences mineures avec prolapsus modéré et consolider l'action de l'intervention chirurgicale. Cette gymnastique fait appel à : des exercices de contraction périnéale, un travail manuel contre résistance lors du testing des releveurs. La rééducation a aussi pour but de réapprendre à la malade l'utilisation des muscles périnéopelviens dont l'utilisation est erronée (suite à un accouchement ou une chirurgie pelvienne). Le biofeedback périnéal sera utile pour rééduquer une inversion de commande périnéale qui est fréquemment diagnostiquée dans les suites de couches. La rééducation du sphincter urétral peut être efficace dans certaines situations: traitement de l'insuffisance sphinctérienne, amélioration des fuites dues au défaut de transmission, Cette rééducation de l'insuffisance sphinctérienne utilise : des contractions isolées du sphincter strié urétral, la stimulation électrique fonctionnelle par sondes endo-vaginales. On consolide toujours cette thérapeutique par une rééducation des muscles du périnée. La chirurgie reste la solution la plus efficace pour guérir les fuites à l effort qui sont souvent associées à un prolapsus génital voire rectal. Les techniques sont développées dans un chapitre spécifique (incontinence urinaire de l adulte). 4. Les spécificités liées à l âge : 4.1. Les différents troubles de la miction chez l enfant Certains de ces troubles sont la conséquence directe d une anomalie dans la maturation vésico-sphinctérienne. L immaturité vésicale et l énurésie sont les principales anomalies fonctionnelles de la miction chez l enfant. Néanmoins, les troubles constatés chez l adulte et décrits précédemment peuvent tout à fait être observés chez les enfants et malgré certaines caractéristiques séméiologiques particulières, sont superposables à la fois dans leur stratégie diagnostique et thérapeutique sous réserve d une étiologie identique. 10

11 Les particularités séméiologiques Des mictions anormalement fréquentes font parler de pollakiurie chez l enfant au delà de 6 par jour. La nycturie correspond à l interruption du sommeil par le besoin d uriner, plus d une fois par nuit. Les troubles de la sensation du besoin : fausse envie, impériosité ou urgence ont comme caractéristique de perturber l enfant dans ses activités du fait de ce besoin impromptu, imprévisible, souvent d emblée maximal et qui s accompagne d une fuite avant d arriver aux toilettes. Les troubles du jet mictionnel : certains sont constatés à l initiation du jet. Le bref blocage expiratoire qui précède la miction, s il est sans valeur pathologique, peut masquer un jet différé nécessitant une pression préalable de l hypogastre ou une poussée abdominale et qui orienterait vers une anomalie d ouverture de la filière cervico-urétrale. Le jet puissant, explosif, de bon calibre et d un seul tenant correspond généralement à un hyper débit par hyper-contractibilité de la vessie. La dysurie : le jet intermittent, de petit calibre, parfois goutte à goutte est plus facile à diagnostiquer s il apparaît secondairement que si elle est présente depuis la naissance. La rétention aiguë d urine peut être l aboutissement d une dysurie chronique, c est alors une situation d urgence. La persistance d un besoin en fin de miction signe une vidange vésicale incomplète et souvent un résidu L examen clinique minutieux comportant un interrogatoire expérimenté, il est indispensable. Les examens complémentaires ont une place limitée et sont réalisés pour écarter une étiologie organique, malformative ou neurologique congénitale et/ou acquise L interrogatoire Il doit utiliser un langage à la portée de l enfant et il n est pas inintéressant d avoir un court entretien seul avec lui surtout si les parents prennent trop de place dans la conversation. Les questions doivent suivre un ordre méthodique et appellent des réponses courtes : les notions d uropathie malformative, les antécédents de troubles fonctionnels de même nature chez les parents ou dans la fratrie, les antécédents néphrologiques ainsi que le développement général de l enfant tant sur le plan psychomoteur que statural, ses habitudes de vie, les conditions de sa scolarité et les loisirs doivent être étudiés. L interrogatoire est plus spécifique dans la demande des modalités d apprentissage et d acquisition de la propreté, le caractère primaire ou secondaire des troubles, les traitements antérieurs et les spécialistes consultés. L utilisation éventuelle de protections ainsi que le retentissement sur le comportement de l enfant et sur la vie de famille ne doivent pas être sous estimés. La deuxième étape de l interrogatoire Il va chercher à différencier les troubles du comportement vésico-sphinctérien par l étude de la miction et de la continence mais aussi les troubles non spécifiques qui peuvent être révélateurs d un problème urinaire. L examen visuel du jet urinaire est instructif s il est possible. Il peut parfois être raconté (puissance, bruit dans la cuvette). L évaluation des quantités de boissons ingérées et la mesure de la diurèse peuvent distinguer une polyurie dont l origine chez l enfant est souvent d ordre médical. Les douleurs abdominales diffuses ou localisées peuvent avoir différentes significations : spasmes coliques par constipation, douleurs abdominales et prurit liés à une oxyurose, 11

12 brûlures mictionnelles ressenties comme des douleurs abdominales basses. L association infection urinaire, douleurs abdominales est fréquente. Il est de la même façon impératif de s assurer de la normalité du transit intestinal et de la qualité de l exonération. La rétention stercorale avec ou sans encoprésie peut accompagner les troubles mictionnels fonctionnels dans plus d un tiers des cas L examen clinique Il visera surtout à écarter une pathologie organique. Si l inspection permet de constater et d apprécier la tenue vestimentaire, l examen de la culotte est intéressant : tachée, humide, trempée, souillée. La palpation recherche une grosse vessie, un contact lombaire, d éventuels fécalomes. L examen des organes génitaux externe doit être systématique. L examen neurologique vise essentiellement à éliminer un dysraphisme occulte. Devant une anomalie visible de la région lombo-sacrée, des anomalies orthopédiques (pieds creux, inégalité de longueur), des troubles trophiques (ulcérations cutanées) l examen de la motricité des membres inférieurs et de la sensibilité périnéale associée à un toucher rectal qui apprécie la sensibilité du canal et le tonus sphinctérien voire l existence d un fécalome, est important. Le reste de l examen sera conduit selon les règles de l examen pédiatrique. Au terme de cette démarche il se dégage dans la plupart des cas une orientation diagnostique précise. La confrontation de l interrogatoire et de l examen clinique permet de préjuger du type du trouble mictionnel fonctionnel de sorte que les investigations complémentaires ne sont pas toujours indispensables pour donner les premières orientations diagnostiques Les examens complémentaires L échographie : Cet examen simple peut apporter de précieuses informations. L épaisseur et la régularité de la paroi vésicale doivent être évaluées à vessie pleine et en dehors des contractions mictionnelles. L examen du haut appareil urinaire complète le bilan vésical et recherche un éventuel retentissement urétéral et/ou rénal. A la différence de l adulte, l appréciation d un résidu post-mictionnel est plus difficile à réaliser et nécessite pour cela 2 à 3 examens après miction dans les conditions les plus normales possibles La cystographie rétrograde plus souvent que sus-pubienne est capitale dans l exploration chez l enfant. Elle débute par un cliché sans préparation qui doit être lu avec attention : recherche une anomalie de fermeture de l arc postérieur, une hypoplasie ou une agénésie sacrée. De même, le dépistage de lithiases vésicales, favorisé par la stase et l infection peut être réalisé. Le remplissage vésical doit être réalisé à basse pression avec un produit de contraste tiédi. La cystographie analyse la morphologie globale de la vessie. La capacité vésicale doit toujours être notée et la recherche d un reflux réalisée. L étude de la phase mictionnelle est essentielle, elle permet une analyse morphologique et fonctionnelle de l urètre et le dépistage d une mauvaise relaxation du sphincter externe pendant la contraction vésicale. Cette cystographie est dans notre expérience très souvent couplée à une étude urodynamique simplifiée (simple manométrie vésicale). De plus l arrêt de l écoulement du produit de contraste du aux contractions vésicales, les fausses ou vraies ouvertures du col vésical en cours de remplissage, la petite capacité vésicale, les besoins explosifs, l aspect large de l urètre en toupie lors d une miction brutale peuvent indiquer des troubles vésicaux fonctionnels. 12

13 A l inverse, l augmentation de la capacité vésicale et l apparition d un résidu post-mictionnel signe une forme évoluée de dyssynergie vésico-sphinctérienne. La paroi vésicale s épaissit, la vessie devient diverticulaire et trabiculée. Les diverticules para-urétraux, voire un reflux vésico-urétéral et un spasme du sphincter externe caractérise la vessie de lutte. Il peut être alors difficile de différencier une dyssynergie vésico-sphinctérienne d une vessie neurologique d origine congénitale L urographie intra-veineuse n a que peu d intérêt dans ce cadre et les scintigraphies évaluent de façon plus efficace la fonction rénale globale L examen urodynamique a des exigences techniques et des limites d interprétation différentes de l adulte. La débimètrie est l enregistrement de la qualité du jet mictionnel. Celui-ci dépend de deux facteurs : la force d expulsion du muscle vésical et la bonne perméabilité de la filière cervico-urétrale. En fonction de l aspect de la courbe certaines étiologies peuvent être évoquées. Les courbes explosives traduisent une expulsion vésicale brutale et puissante. Les courbes plates ne sont significatives que si le volume uriné est suffisant et peuvent révéler une obstruction de la filière cervico-urétrale. Les courbes hachées évoquent soit un obstacle urétral intermittent, soit permanent par hypertonie du sphincter par exemple que l enfant s efforce de vaincre en améliorant son jet mictionnel par poussées abdominales successives. La cystomanométrie enregistre la pression de la vessie au fur et à mesure de son remplissage. L allure de la courbe permet de connaître la capacité fonctionnelle de la vessie, sa compliance et l activité du muscle. Le remplissage doit être lent, 10 à 30 ml/minute par une fine sonde urétrale à double canal, Charrière 5 ou 6. L interprétation des résultats se fera comme chez l adulte tout en sachant que les critères de normalité comportent des écarts physiologiques en rapport avec l âge de l enfant. Les différents paramètres étudiés peuvent s associer de façon différente et se combiner. C est en ce sens que l examen urodynamique chez l enfant reste un examen complémentaire dont le préalable est une rigoureuse analyse de la séméiologie clinique. Son apport est cependant important dans l élimination d une pathologie malformative ou mieux neurologique congénitale ou acquise Les principaux syndromes pathologiques Les troubles mictionnels de l enfant constituent un motif fréquent de consultation. Le caractère fonctionnel de ces troubles ne devra être envisagé qu après avoir éliminé toute pathologie malformative. Le diagnostic de vessie neurologique devra être systématiquement évoqué afin de l éliminer. Les circonstances cliniques de découverte d une telle vessie sont variables : soit la vessie neurologique fait partie intégrante d une affection connue et alors il n y a pas de problème, soit le diagnostic est évoqué devant des troubles mictionnels jusqu ici considérés comme banals, plus ou moins anciens et ayant bénéficié parfois d un traitement médical voire chirurgical. C est en règle devant l échec itératif de la thérapeutique entreprise que l on évoque l étiologie neurologique. 13

14 Elle doit être en fait systématiquement évoquée lorsque la situation clinique, urodynamique et radiologique n est pas parfaitement adaptée à l hypothèse étiologique proposée. C est ainsi que considérant les troubles fonctionnels, quatre grands chapitres peuvent être répertoriés : l énurésie nocturne monosymptomatique, l instabilité vésicale ou syndrome d immaturité vésicale, le syndrome de Hinmann la pollakiurie isolée, transitoire, bénigne les troubles mictionnels associés à des «mauvaises habitudes» L énurésie L énurésie ou pipi au lit est une miction normale, involontaire et inconsciente qui ne survient que pendant le sommeil et qui persiste ou réapparaît après l âge de 5 ans. Le diagnostic de l énurésie nocturne isolée se fait le plus souvent lors de l interrogatoire. Ce «pipi au lit» exclut par définition tout autre souillure survenant en période d éveil, n ayant pas le caractère cyclique des mictions. La guérison spontanée de l énurésie avec le temps doit rentre prudent la mise en avant d un facteur étiopathogénique précis. Il existe plutôt une multitude de facteurs intriqués témoins d un défaut de maturité «global» de l enfant : petite instabilité vésicale nocturne, capacité de réveil réduite, faible élévation de la sécrétion nocturne d ADH. Chacun de ces facteurs peut prédominer pour un enfant donné. La biologie moléculaire n a pas pour le moment permis d avancer vers une étiologie malgré la localisation d un gène Enur1 sur le chromosome 13. Si les conséquences somatiques de l énurésie se résument aux lésions cutanées dues à l irritation et à la macération au contact de l urine, elle a sur le développement psycho-affectif et l intégration sociale des conséquences essentielles. L anxiété, le sentiment de culpabilité ou d opposition peuvent alors prendre le pas sur l intégration sociale. L enfant se confortant dans un état infantile, à l extrême utilisant son symptôme pour obtenir ou garder l affection de ses parents. Des traitements non médicamenteux comme les systèmes d alarme peuvent être intéressants. Ce type de traitement n est généralement efficace que chez l enfant relativement âgé, au dessus de 8 ans, en particulier chez la fille. Certains traitements sont connus pour être à l heure actuelle totalement inefficaces : régimes alimentaires variés, restriction liquidienne en fin de journée, réveil nocturne, mesures coercitives ou la tentative d éducation de contrôle de la miction par interruption de celle-ci. Certains moyens font partie en revanche du conditionnement nécessaire à partir du moment où l on va s occuper du problème de l énurésie : suppression des couches, réalisation d un calendrier mictionnel, vidange vésicale avant le coucher et encouragement divers. Concernant les traitements médicamenteux, les anti-dépresseurs tricycliques sont plus efficaces que le placebo. Néanmoins, la posologie qui permet d obtenir un taux plasmatique efficace est très proche de la dose qui sera toxique. Ce dernier effet doit faire supprimer l Imipramine de l arsenal thérapeutique pédiatrique en première intention. L analogue structural de l ADH est le plus souvent utilisé. En diminuant le débit urinaire nocturne il permet de ne pas atteindre le volume vésical déclenchant la miction. Son action anti-spasmodique en inhibant les contractions vésicales est beaucoup plus discutable. L excellente tolérance de la Desmopressine et sa bonne efficacité notamment chez l enfant de plus de 6 ans en fait un élément essentiel du traitement de cette affection bénigne Le syndrome d immaturité vésicale La persistance chez l enfant de plus de 5 ans de l hyper-réflexivité détrusorienne qui caractérise la vessie du nouveau-né définit le syndrome dit «immaturité vésicale». Les 14

15 besoins impérieux, les fuites urinaires diurnes et une pollakiurie modérée sont la traduction clinique des formes non compliquées. Elles peuvent être tout à fait associées à des fuites nocturnes dans près de 50 % des cas. En tentant de maîtriser ces contractions vésicales, certains enfants adoptent des attitudes particulières très évocatrices, accroupissement avec compression du périnée par le talon, jambes croisées, mains appuyées sur la région génitale. Dans plus de la moitié des cas une rétention stercorale est associée. Le bilan urodynamique permet d affirmer l instabilité vésicale mais n est pas toujours utile si l expression clinique est suffisamment évocatrice. Des contractions non inhibées du détrusor sont retrouvées très rapidement au cours du remplissage. Ces contractions à haute pression déclenchent une augmentation volontaire de l activité du sphincter strié afin d assurer la continence. Plus l activité sphinctérienne est intense, plus la pression endo-vésicale augmente. Ceci est à l origine d un débit mictionnel explosif. Cet asynchronisme vésico-sphinctérien crée un véritable obstacle au flux urinaire. Dans les cas évolués il existe un résidu, l hyperpression peut entraîner un reflux vésico-urétéral, l ensemble conduisant aux infections urinaires répétées et aux troubles du comportement. Dans ces formes évoluées la place de l imagerie reste importante afin d apprécier le retentissement de cette instabilité vésicale sur l appareil urinaire supérieur, voire de reconnaître des associations avec d autres troubles. Le traitement médicamenteux est nécessaire dans la plupart des cas. Le traitement anticholinergique est le plus utilisé. Le Chlorhydrate d Oxybutinine entraîne une diminution de la pression intra-vésicale et de l amplitude des contractions du détrusor. L augmentation de la capacité vésicale fonctionnelle résultante entraîne une disparition et une amélioration des troubles dans de nombreux cas. Les effets indésirables sont généralement du type atropinique, sécheresse buccale, troubles de l accommodation, constipation, agitation, cauchemars, voire tachycardie. Les réactions cutanées sont fréquentes (bouffées de chaleur) et peuvent traduire un phénomène d allergie immédiate. Associées à l Oxybutinine, des mesures de prévention de l infection urinaire sont importantes ainsi que le traitement de la rétention stercorale et la prise en charge psychologique du retentissement social de la maladie dans les formes évoluées. La rééducation vésico-sphinctérienne visera essentiellement à redonner des habitudes mictionnelles correctes. Le résultat du traitement est conditionné par la collaboration et la participation active de la famille qui doit accompagner l enfant sur un mode positif. L échec de la prise en charge doit faire envisager l hypothèse d une instabilité urétrale associée. C est dans ce dernier cadre que la rééducation utilisant les techniques dites de bio-feedback permettent progressivement d annuler les réactions secondaires à cette instabilité par une contraction immédiate du sphincter (réflexe de Mahony) Le syndrome dit de Hinmann ou encore désigné par «vessie neurologique non neurogène» représente une forme particulièrement évoluée de dyssynergie vésico-sphinctérienne. Les fuites d urine sont diurnes et nocturnes avec souvent des mictions incomplètes par regorgement. Il existe une constipation avec dans 70 % des cas une encoprésie associée à des douleurs abdominales. Les infections urinaires récidivantes ainsi que les troubles du comportement sont constants. L insuffisance rénale terminale fait toute la gravité de ce syndrome. L examen neurologique est toujours normal. Les investigations para-cliniques mettent en évidence la rétention stercorale toujours importante. Sur le plan radiologique la vessie est de type neurologique, diverticulaire, verticalisée mais de grande capacité à la différence des vessies neurologiques congénitales observées comme dans les Spina Bifida. Il existe une ballonisation per-mictionnelle de l urètre postérieur en amont d un sphincter strié hypertonique mais sans obstacle anatomique. Le résidu post-mictionnel est constant. Il peut exister un mégauretère refluant ou sténotique. La cystomanométrie 15

16 visualise des contractions non inhibées du détrusor avec des pressions vésicales, en règle générale supérieures à 30 ou 40 cm d eau. La dyssynergie vésico-sphinctérienne est de règle. La physiopathologie demeure imprécise. Hinmann évoquait une diminution de la perception centrale de la sensation du besoin par un trouble de la personnalité. Le traitement médicamenteux fait appel à l ensemble des traitements mis à notre disposition, anticholinergiques, rééducation par bio-feedback, traitement actif de la rétention stercorale, traitement curatif et préventif de l infection d urine. La prise en charge psychologique demeurant essentielle. La constatation dans ce cadre nosologique particulier de sévices sexuels associé est de plus en plus rapportée et doit être systématiquement recherchée La pollakiurie isolée transitoire bénigne affecte plus volontiers le garçon de 7 ans à l âge pré-pubertaire. Elle ne s accompagne en règle d aucun autre symptôme, ni douleur, ni trouble du transit. On retrouve souvent à l interrogatoire une perturbation affective récente. Toutes les données para-cliniques peuvent être normales. Il s agit en fait d une manifestation psychosomatique à part entière. La pollakiurie isolée transitoire bénigne comme le spécifie son nom, ne justifie d aucun traitement médicamenteux. Les anti-spasmodiques et anticholinergiques sont inefficaces. Un traitement psychothérapique est par contre en règle générale nécessaire Certaines habitudes de vie sont à l origine d un dérèglement mictionnel et défécatoire. La scolarisation de l enfant qui débute à 3 ans et à qui on demande d être propre représente un impératif rigide que les mamans vivent comme une obligation pour pouvoir inscrire l enfant à la maternelle. Parfois la propreté n est qu apparente et se révèle bien fragile dès les premiers jours de classe. La mise au pot systématique toutes les heures en maternelle peut être tout aussi délétère que d empêcher un enfant d uriner sous prétexte qu il a oublié de le faire pendant la récréation. Il n est pas obligatoire non plus que toute petite fille, avant d aller dans un grand magasin se trouve dans l obligation d uriner sur commande et ceci sous prétexte du mauvais état des WC publics. Elle le fait en outre «en suspension» pour éviter le contact avec la cuvette dans de nombreux cas. Toutes ces mauvaises habitudes peuvent conduire à des troubles mictionnels fonctionnels que l on peut retrouver à l âge adulte L éducation de la propreté doit se faire ludiquement avec douceur et sans empressement. Les repères horaires au cours d une journée favorisant à la fois le rythme des mictions et de la défécation doivent être respectés. Il faut faire comprendre à l enfant que du temps est nécessaire pour satisfaire ces exigences dans le calme et la détente. Le «rituel mictionnel» doit être admis. Chez la fille par exemple, la culotte doit être enlevée jusqu aux chevilles, les genoux écartés, le périnée relâché et la miction ne devrait se terminer qu après avoir la certitude d avoir vidé tout le contenu de la vessie. L apport hydrique, s il est conseillé dans de nombreux troubles mictionnels, à partir du moment où l infection d urine nécessite une certaine dilution des germes, ne doit pas être étendu à l ensemble des troubles constatés. Trop d eau ingérée impose plus de mictions et ouvre la voie aux modifications des rythmes mictionnels surtout si ceux-ci sont réalisés en dehors de l entourage connu de l enfant où la vie y est en tout cas beaucoup moins bien organisée! 4.2. Grossesse et post partum L incontinence urinaire est fréquente lors de la grossesse. Si elle survient en début de la grossesse, elle est en général due à une insuffisance sphinctérienne. Les fuites qui apparaissent en fin de grossesse sont dues à la compression de la vessie par l utérus et elles disparaissent après l accouchement. L incontinence du post-partum est fréquente, presque 16

17 toujours régressive au moment du retour de couches. Elle nécessite une rééducation spécifique si elle se pérennise après 3 mois. La rééducation systématique du périnée dans le post-partum est proposée pour prévenir les troubles de la ménopause. La validation de cette attitude demandera plusieurs années de recul Ménopause Les modifications hormonales ont un impact sur l urètre et la vessie (source de dysurie et de pollakiurie).les modifications tissulaires avec hypotonie des muscles releveurs, altération des ligaments favorisent l apparition du prolapsus vésico-utérin et de l incontinence urinaire d effort (IUE). A cette période de la vie l incontinence urinaire est fréquente et souvent invalidante car il s agit de femmes encore jeunes. La rééducation est instaurée en première intention. Le prolapsus utérin voire rectal associé à L IUE conduit souvent à proposer une chirurgie réparatrice Personnes âgées L incontinence urinaire est une affection très fréquente à cause du vieillissement sphinctérien. Elle est la cause de mise en centres de moyens et longs séjours. Difficile à traiter par rééducation car les patients se déplacent difficilement, les toilettes sont souvent éloignées, et il manque régulièrement du personnel médical et paramédical. Le plus souvent ces personnes sont appareillées avec des couches qui restent le traitement palliatif des incontinences urinaires et anales 4.5. L homme. Les troubles liés à l adénome de la prostate sont traités dans un chapitre à part. Le plus souvent après prostatectomie totale pour cancer, parfois après chirurgie de l adénome, on peut déplorer comme séquelle une incontinence urinaire. Les fuites sont fréquentes en postopératoire immédiat, elles disparaissent en général au bout d un mois. Si elles se pérennisent, il faut entreprendre un traitement spécifique : rééducation de l insuffisance sphinctérienne, traitement médical des impériosités. A long terme si la lésion du sphincter est majeure, il faut proposer une chirurgie avec mise en place d un sphincter artificiel. 17

18 Nom :.. Prénom : Age : Date : QUESTIONNAIRE I-PSS Répondez aux questions suivantes en entourant le chiffre à l endroit qui vous paraît correspondre le mieux à ce que ressent le patient. SCORE INTERNATIONAL DES SYMPTOMES DE L HYPERTROPHIE BENIGNE DE LA PROSTATE (IPSS) Jamais Environ 1 fois sur 5 Environ 1 fois sur 3 Environ fois sur 2 Environ 2 fois sur 3 Presque toujours 1. Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avezvous eu la sensation que votre vessie n était pas complétement vidée après avoir uriné? Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avezvous eu besoin d uriner à nouveau moins de 2 heures après avoir fini d uriner? Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avezvous eu une interruption du jet d urine, c est-à-dire démarrage du jet, puis arrêt, puis redémarrage? Au cours du dernier mois écoulé, après en avoir ressenti le besoin, avec quelle fréquence avez-vous eu des difficultés à retenir votre envie d uriner? Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avezvous eu une diminution de la taille ou de la force du jet d urine? Au cours du dernier mois écoulé, avec quelle fréquence avezvous dû forcer ou pousser pour commencer à uriner? Jamais 1 fois 2 fois 3 fois 4 fois 5 fois ou plus 7. Au cours du dernier mois écoulé, combien de fois par nuit, en moyenne, vous êtes-vous levé pour uriner (entre le moment de votre coucher le soir et celui de votre lever définitif le matin)? TOTAL I-PSS Score S (1) = QUALITE DE VIE LIEE AUX SYMPTOMES URINAIRES Très satisfait Satisfait Plutôt satisfait Partagé (ni satisfait ni ennuyé) Plutôt ennuyé Très ennuyé Score Extrêmement ennuyé 8. Vous venez d expliquer comment vous uriner. Si vous deviez vivre le restant de votre vie de cette manière, diriez-vous que vous en seriez : Index de qualité de vie L(2) = Fréquence de symptômes (1) (total I-PSS score S : total des questions 1 à 7) Légère Modérée Sévère Tolérance aux symptômes (2) (index de qualité de vie L : question 8) Bonne Moyenne Mauvaise

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Dr. René Yiou Service d urologie et département d anatomie CHU Henri Mondor 51, avenue du Maréchal de-lattre-de-tassigny 94010 Créteil Tel: 0149812559 Fax: 01.49.81.25.52 Email: rene.yiou@hmn.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste Incontinence urinaire en gériatrie DR Depireux urologue DR Noël l interniste Vieillissement Variabilité interindividuelle des effets du vieillissement. Aboutissement à un groupe hétérogh rogène du point

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien L Incontinence Urinaire au FEMININ Dr Isabelle Kaelin-Gambirasio Erika Vögele Dr Johanna Sommer Examen pelvien Inspection : Atrophie vulvovaginale Inflammation vaginale Pertes d urines à la toux Prolapsus

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

REEDUCATION DU POST-PARTUM

REEDUCATION DU POST-PARTUM Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-Mail : cpav@medical78.com Web:

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme 1 Incontinence urinaire de la femme un problème de santé publique Docteur Jean-Louis GARIN Médecine Physique et RéadaptationR Centre Hospitalier Général G de Longjumeau 2 Trois périodes p critiques Le

Plus en détail

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre

Plus en détail

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME Informations et traitement Pour vous, pour la vie Conscience du problème Beaucoup de femmes souffrent d incontinence urinaire sans en parler, même lors de leur visite en

Plus en détail

Bilan, proposition de traitement et tests

Bilan, proposition de traitement et tests - médiation sinokinétique - Fiche d'une incontinence urinaire du post-partum Bilan, proposition de traitement et tests Grégory RUCH, Aurélie VAISSELLET, Julie MARGUIER 11/2010 Madame X, 32 ans, vient en

Plus en détail

Le rééducation Périnéale

Le rééducation Périnéale Alexandre JETTE Lauriane VASSEUR 62 7 020282 001 30 1 26 62 7 035744 001 30 1 26 Cabinet de Masso-Kinésithérapie 9 rue Edmond de Palézieux - 62224 Equihen-Plage 03.21.91.11.64-06.85.12.01.18 - kine@ajette.fr

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

La vessie neurogène (VN)

La vessie neurogène (VN) La vessie neurogène (VN) Dr. Eugenia Luca, Service de Paraplégie CRR Sion, le 26.03.2015 Introduction Les troubles urinaires associés aux maladies neurologiques sont fréquentes et d expression polymorphe.

Plus en détail

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence, problème de femme O n parle d incontinence dès que l on laisse involontairement passer quelques gouttes d urine. Cela peut arriver

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE Pr Claude Hocké Pôle Gynécologie- Obstétrique-Reproduction Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux 1 INTERROGATOIRE IL RESTE FONDAMENTAL ET PEUT ÊTRE DIVISÉ

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Fuites d urine des femmes

Fuites d urine des femmes mai 2006 Dr Jean-François Hermieu Dr Emmanuel Cuzin et le Comité d urologie et de périnéologie de la femme Fuites d urine des femmes En parler pour se soigner Si vous avez des fuites d urine n ayez pas

Plus en détail

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives M E D I C A L M E A S U R E M E N T S Y S T E M S Solar GI Manométrie digestive évolutive Diagnostic complet de la motricité Base de données universelle MMS Configurations évolutives M A K E S M E A S

Plus en détail

Incontinence urinaire du post-partum : l évoquer dans la consultation suivant l accouchement

Incontinence urinaire du post-partum : l évoquer dans la consultation suivant l accouchement Incontinence urinaire du post-partum : l évoquer dans la consultation suivant l accouchement Isabelle Aubin UFR Paris 7 Cinq propositions pour une meilleure prise en charge en médecine générale de l incontinence

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris

Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris Illustration : Max Claude Cappelletti Le plancher pelvien LA STATIQUE

Plus en détail

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS NOUVELLE PROPOSITION DE RECOMMANDATIONS POUR L INCONTINENCE URINAIRE Le comité des recommandations de l AUC a travaillé à l établissement de nouvelles recommandations et à la mise à jour des précédentes.

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Prolapsus génital

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Prolapsus génital CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Prolapsus génital Qu est-ce que c est? Le prolapsus génital est une affection féminine. Il se définit par une saillie des organes pelviens (vessie, utérus, rectum) à travers

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Page 1/15 - L incontinence urinaire en détail

Page 1/15 - L incontinence urinaire en détail 02/01/2013 L incontinence urinaire en détail En France, 3 millions de personnes souffrent d'incontinence, qu'elle soit urinaire ou fécale. Ce dossier présente les causes de cette affection, les divers

Plus en détail

urinaire féminine à l effort de la femme

urinaire féminine à l effort de la femme Evaluation clinique préopératoire d une incontinence urinaire féminine à l effort de la femme Jean-François HERMIEU Service d Urologie CHU Bichat 46, rue Henri Huchard 75018 Paris E mail : jean-francois.hermieu@bch.aphp.fr

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

L opéré de PROSTATECTOMIE RADICALE TOTALE

L opéré de PROSTATECTOMIE RADICALE TOTALE 1 L opéré de PROSTATECTOMIE RADICALE TOTALE Informations concernant la chirurgie et la rééducation fonctionnelle destinées aux patients Yves CASTILLE Docteur en Réadaptation et Kinésithérapie Service de

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine. Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France

Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine. Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France QUALIFIER l incontinence urinaire d effort (IUE) fuites involontaires, non précédée du besoin d uriner, à

Plus en détail

RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE

RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE Ministère de la Santé et des Solidarités Avril 2007 Rapport remis à Monsieur Philippe BAS Pr François HAAB Université Paris VI, Hôpital Tenon, Paris SOMMAIRE

Plus en détail

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE

COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE COMMENT DEVENIR KINÉSITHÉRAPEUTE DESCRIPTION DU MÉTIER Le masseur-kinésithérapeute ou «kiné» dans le langage courant, effectue sur prescription médicale des actes de gymnastique médicale, de massage, de

Plus en détail

Prostate Une petite glande de grande importance

Prostate Une petite glande de grande importance Prostate Une petite glande de grande importance Informations sur les maladies les plus fréquentes, à l intention des patients et des personnes intéressées Société Suisse d Urologie (SSU) Votre partenaire

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

K I N é S I T H é R A P I E & D B C

K I N é S I T H é R A P I E & D B C KINéSITHéRAPIE & DBC KINéSITHéRAPIE & DBC Informations T (+352) 23 666-810 kine@mondorf.lu Rééducation Individuelle Le service de de Mondorf Domaine Thermal propose une gamme complète de traitements individuels

Plus en détail

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable Gamme PHENIX Portable Toute l électrothérapie dans un portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les exclusivités de la gamme PHENIX Portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les PHENIX Portable sont les seuls appareils portables

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129.

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129. Journal urinaire À quoi sert un journal urinaire? Nous vous demanderons de remplir ce journal à deux reprises : avant et après les classes d exercices. Les données recueillies nous permettront de mieux

Plus en détail

personne sur cinq présente ces troubles en association. prise en considération. Les moyens palliatifs pour le maintien des personnes

personne sur cinq présente ces troubles en association. prise en considération. Les moyens palliatifs pour le maintien des personnes 1. INTRODUCTION D après une enquête réalisée en 1989 par P.MINAIRE (1) auprès de 3000 femmes, 37% d entre elles déclarent présenter des troubles mictionnels, avec un taux à peu près équivalent entre les

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Les hauts et les bas de l énurésie nocturne

Les hauts et les bas de l énurésie nocturne Les hauts et les bas de l énurésie nocturne Anne-Claude Bernard-Bonnin Maxime vous est amené par ses parents en cette belle journée de printemps. Il vient d avoir 10 ans et mouille encore son lit au moins

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée

Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Respiration abdominale d effort encore appelée respiration abdominale inversée Intérêt dans la prévention et le traitement des LOMBALGIES, SCIATIQUES et RACHIALGIES et dans les MANUTENTIONS DE CHARGES

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE

PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE Mai 2003 Service des recommandations professionnelles Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés,

Plus en détail

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE INTERVENTIONS CHIRURGICALES EN GYNÉCOLOGIE Informations générales pour la convalescence Pour vous, pour la vie Ce feuillet est destiné à mieux vous renseigner sur les points à observer après une opération

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille?

Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille? Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille? Jörg Humburg Frauenklinik, Kantonsspital Bruderholz Quintessence P L incontinence urinaire de la femme

Plus en détail

Bouger, c est bon pour la santé!

Bouger, c est bon pour la santé! Bouger, c est bon pour la santé! Tous concernés! De quoi s agit-il? Il s agit de toute activité physique, dès lors que nous bougeons. Ainsi tous les pas comptent, comme ceux que nous faisons chez nous

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent?

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Brochure d information destinée au patient Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Sommaire de la brochure Ce guide complète les informations qui vous ont été données par le médecin et l infirmière.

Plus en détail

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier En forme, en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier DEMANDEZ L O R I G I N A L www.thera-band.de Contenance Introduction...2 Le Stability-Trainer...3

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme Mise au point sur l IRM l et les troubles de la statique pelvienne chez la femme V.FAUTH P.MESTDAGH M.COSSON J.P.LUCOT E.PONCELET Service d imagerie d médicalem Hôpital Jeanne de Flandres - CHRU Lille

Plus en détail

«Docteur, j ai la prostate!»

«Docteur, j ai la prostate!» «Docteur, j ai la prostate!» Texte D r Alain BITTON Urologue FMH Genève Conception et graphisme Comic Brains, Pécub Introduction 1 «Docteur, j ai la prostate! Pour moi, ce sera une opération au laser comme

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie

INFORMATION & PRÉVENTION. Le cancer de la vessie INFORMATION & PRÉVENTION Le cancer de la vessie G R A N D P U B L I C Ce à quoi sert la vessie La vessie est une poche qui reçoit l urine produite par les reins, via les uretères*. Elle est constituée

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors?

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? elle va pour cela créer des éléments chargées de transmettre un message à son corps (les hormones) : la «relaxine»

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012 Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Anniversaire ASL Paris 26 mai 2012 Présentation de l'équipe

Plus en détail