Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes"

Transcription

1 Aide méthodologique à la rédaction du rapport de situation comparée entre les hommes et les femmes 1

2 Sommaire GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE... 3 Contenu du rapport... 3 La notion de catégorie professionnelle pour le Régime Général... 3 Ce qui change en Consultation des instances représentatives... 4 LES AXES D ANALYSE... 5 Axe 1. Comparer la situation des femmes et des hommes pour déterminer et résorber les écarts éventuels de rémunération... 5 Mesure des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes... 5 Axe 2. Comparer la situation des femmes et des hommes pour améliorer les évolutions de carrière... 7 Positionnement dans l organisme... 7 Mesure des évolutions de carrière... 7 Axe 3. Comparer la situation des femmes et des hommes pour favoriser l articulation entre activité professionnelle et vie personnelle... 9 Données relatives à l organisation du travail... 9 Données relatives aux conditions de travail Données relatives à la conciliation vie professionnelle/vie privée L AIDE A L ANALYSE Axe 1. Les points d attention Axe 2. Accord collectif et plan d action Contenu Intégration du plan d action ANNEXES Annexe 1 : Le cadre légal Principales dispositions législatives Annexe 2: Les indicateurs législatifs Indicateurs sur la situation comparée des femmes et des hommes Indicateurs relatifs à l'articulation entre activité professionnelle et vie privée Annexe 3 : Indicateurs du protocole d accord du 21 mars Indicateurs en lien avec le recrutement et l insertion professionnelle Indicateurs en lien avec l évolution professionnelle Indicateurs en lien avec l articulation vie professionnelle/vie privée

3 Contenu du rapport GUIDE DE REALISATION DU RAPPORT DE SITUATION COMPAREE Le rapport de situation comparée des conditions générales d emploi et de formation des femmes et des hommes comporte une analyse permettant d apprécier, la situation respective des femmes et des hommes en matière : d embauche, de formation, de promotion professionnelle, de qualification, de classification, de conditions de travail, de rémunération effective, d articulation entre l activité professionnelle et la vie familiale. Il est établi à partir d indicateurs pertinents reposant notamment sur des éléments chiffrés, et éventuellement complétés par des indicateurs tenant compte de la situation particulière de l organisme. La liste des indicateurs est fixée par décret soit l article R du code du travail (cf. liste des indicateurs en annexe 2). Dans les indicateurs constitutifs du rapport de situation comparée, il est fait référence à la catégorie professionnelle. L article D précise que la notion de catégorie dans la présentation des indicateurs s entend : des ouvriers, employés, cadres et emplois intermédiaires ou des catégories d emplois définies dans la classification ou des emplois repères ou des emplois types La notion de catégorie professionnelle pour le Régime Général Dans la mesure où il n est plus fait référence aux emplois repères ou emplois types dans notre convention collective, la notion de catégorie professionnelle peut donc s entendre : soit comme catégorie d emploi définie dans les grilles de classification soit comme métier ou emploi générique issu du répertoire des métiers et de la nomenclature des emplois. En effet, l approche par métier ou emploi générique permet une comparaison plus fine de la situation des salariés que les catégories d emplois, notamment sur des populations où les volumes sont importants. À titre d illustration, le choix a été fait d utiliser les métiers et emplois génériques, sur les indicateurs faisant référence à la catégorie professionnelle. L organisme peut bien entendu, au regard de son contexte, substituer les métiers ou emplois génériques aux catégories d emplois. (La nomenclature des emplois est disponible sur le site de l Ucanss /espace ressources humaines/métiers, emplois, compétences. Pour accéder à ce document, il est nécessaire de saisir votre mot de passe). 3

4 Ce qui change en 2012 A compter de 2012, ce rapport devra comporter le plan d action destiné à assurer l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Après avoir évalué les objectifs et les mesures prises au cours de l année écoulée, ce plan, fondé sur des critères clairs, précis et opérationnels, déterminera les objectifs de progression prévus pour l année à venir, la définition qualitative et quantitative des actions permettant de les atteindre et l évaluation de leur coût. Trois axes ont prévalu à la construction de ce guide qui constitue un modèle possible de présentation : Premier axe : Comparer la situation des femmes et des hommes pour déterminer les écarts éventuels de rémunération Deuxième axe : Comparer la situation des femmes et des hommes pour améliorer les évolutions de carrière Troisième axe : Comparer la situation des femmes et des hommes dans l organisme pour favoriser l articulation entre activité professionnelle et vie personnelle Sont présentés : - Les indicateurs prévus par le code du travail aux articles L et R Les indicateurs issus du protocole d accord relatif à la promotion de la diversité et de l égalité des chances en lien avec l évolution professionnelle et la conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Seuls sont obligatoires dans le rapport de situation comparée, les indicateurs prévus par le code du travail. Afin de traduire l ensemble des actions réalisées par l organisme, il est vivement recommandé d y ajouter celles du protocole d accord de branche et celles de l accord local ou du plan d action le cas échéant. Consultation des instances représentatives Une fois réalisé, ce rapport doit être soumis pour avis au comité d entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel, soit directement, soit, si elle existe, par l intermédiaire de la commission de l égalité professionnelle. (Code du travail articles L , L et R ). Dans les entreprises de plus de 300 salariés, il doit être rappelé que le rapport doit également être communiqué aux délégués syndicaux dans les mêmes conditions. 4

5 LES AXES D ANALYSE (données au 31/12 de l année N) Axe 1. Comparer la situation des femmes et des hommes pour déterminer et résorber les écarts éventuels de rémunération Mesure des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes 1. Conditions générales d emploi Répartition des effectifs par métiers ou emplois génériques selon la nature du contrat de travail et par sexe (C.trav., art. L et R ) A titre illustratif sont présentés quelques métiers (M) et emplois génériques (EG) issus de la nomenclature des emplois CDI CDD Contrat de professionnalisation Intérim Autres Effectif total Métiers ou emplois génériques H F H F H F H F H F H F Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Technicien action sociale (EG) Gestionnaire conseil allocataire (M) Technicien conseil PF (EG) Conseiller utilisateur des offres de services (M) Chargé de relations clients (EG) Chargé d intervention sociale (M) Travailleur social (EG) Conseiller juridique (M) Conseiller juridique spécialisé (EG) Chargé de statistiques et d études (M) Chargé de statistiques (EG) Chargé du développement ressources humaines (M) Concepteur informatique (EG) Conseiller utilisateur du SI (M) Expert du SI (EG) Gestionnaire de la production informatique (M) Expert système informatique (EG) Secrétaire (M) Secrétaire de direction (EG) Manager stratégique (M) Manager de secteur (EG) Manager opérationnel (M) Animateur d équipe (EG) Age moyen par métiers ou emplois génériques et par sexe (C.trav., art. L et R ) 5

6 Répartition des effectifs par sexe selon la durée de travail (C.trav., art. L et R ) La clé de répartition de la durée de temps de travail peut être modifiée selon le contexte local. Année N - 2 N -1 N Effectif à temps partiel (-20h) Effectif à temps partiel (20-25h) Effectif à temps partiel (26-30h) Effectif à temps partiel (+31h) Effectif à temps complet H F H F H F H F H F Total des effectifs Ancienneté moyenne dans l organisme par sexe par catégorie (C.trav., art. L et R ) Ancienneté moyenne par sexe dans la catégorie (C.trav., art. L et R ) 2. Rémunération % des effectifs à temps partiel par niveau de qualification et par sexe (protocole d accord du 21 mars 2011) Eventail des rémunérations par métier ou emploi générique et par sexe (C.trav., art. L et R ) La rémunération globale est prise au sens de l article L du code du travail, c est-à-dire salaire ou traitement ordinaire de base ou minimum et tous les autres avantages et accessoires payés, directement ou indirectement, en espèces ou en nature, par l'employeur au salarié. Ces différents éléments peuvent être distingués pour améliorer l analyse. Métier ou Emploi Générique H Rémunération brute minimum Eventail des rémunérations par métier ou emploi générique Rémunération brute maximum Rémunération brute minimum F Rémunération brute maximum Rémunération moyenne mensuelle brute par sexe et métier ou emploi générique (C.trav., art.l C.trav., art.r ) (La rémunération moyenne mensuelle brute correspond à la somme des salaires versés rapportée au nombre de salariés rémunérés). Rémunération moyenne mensuelle brute par tranche de salaire en euros Métier ou Emploi Générique De 1801 De 2301 De 2801 De 3301 à 1800 à 3501 à 2300 à 2800 à 3300 à 3500 H F H F H F H F H F H F Comparaison des niveaux de rémunération entre Hommes et Femmes à niveau de qualification équivalent (protocole d accord du 21 mars 2011) Nombre de femmes dans les dix plus hautes rémunérations de l organisme par métiers ou emplois génériques (C.trav., art.l C.trav., art.r ) 6

7 Axe 2. Comparer la situation des femmes et des hommes pour améliorer les évolutions de carrière Positionnement dans l organisme Répartition des effectifs par sexe selon les niveaux de qualification définis par les grilles de classification (C.trav., art. L et R ). % de femmes par niveau de qualification rapporté à l effectif de cette population (protocole d accord du 21 mars 2011) Mesure des évolutions de carrière Répartition des promotions par sexe et métier ou emploi générique (C.trav., art. L et D ) (La notion de «promotion», correspond au passage dans un niveau de qualification supérieur). Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Nombre de promotions par métier ou emploi générique Année N - 2 Année N - 1 Année N H % F % H % F % H % F % Durée moyenne entre deux promotions par sexe (C.trav., art. L et D ) Métier ou Emploi Générique Durée moyenne entre deux promotions H F Nombre moyen d heures de formation par sexe et par métier ou emploi générique par an (C.trav., art. L et D ) Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Nombre moyen d heures de formation Année N - 2 Année N - 1 Année N H F H F H F 7

8 Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Répartition des effectifs selon le type d action de formation par sexe et métier ou emploi générique (C.trav., art. L et D ) Répartition des effectifs selon le type d action de formation par métier ou emploi générique Plan de formation Adaptation au poste Développement des compétences Contrat de professionnalisation Formation qualifiante Autre formation (CIF, DIF ) H F H F H F H F H F Nombre de salariés Hommes et Femmes ayant bénéficié d une période de professionnalisation (protocole d accord du 21 mars 2011) Nombre de salariés Hommes et Femmes ayant bénéficié d une formation qualifiante (protocole d accord du 21 mars 2011) % de salariés à temps partiel ayant bénéficié de points de compétences (protocole d accord du 21 mars 2011) % de salariés hommes/femmes ayant bénéficié de points de compétences rapporté à l effectif de ces populations % de salariés à temps partiel ayant bénéficié d une promotion (protocole d accord du 21 mars 2011) % de salariés hommes/femmes ayant bénéficié d une promotion rapporté à l effectif de ces populations (protocole d accord du 21 mars 2011) 8

9 Axe 3. Comparer la situation des femmes et des hommes pour favoriser l articulation entre activité professionnelle et vie personnelle Données relatives à l organisation du travail Répartition des effectifs par sexe selon l organisation de travail (C.trav., art. L et R ) Année Travail posté Travail de nuit Horaires variables Travail atypique dont travail le week-end Autre type d organisation H F H F H F H F H F Répartition des embauches par sexe selon la nature du contrat par métier ou emploi générique (C.trav., art. L et R ) Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) CDI CDD Contrat de profession -nalisation Autres Effectif total H F H F H F H F H F Répartition des départs par sexe et par métier ou emploi générique selon le motif (C.trav., art. L et D ). Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Retraite Démission Répartition des motifs de départ Fin de CDD Licenciement Rupture conventionnelle Autre H F H F H F H F H F H F Taux de départs annuel (indicateur complémentaire proposé) : Le taux de départs correspond au nombre de départs (définitifs ou provisoires)/ Effectif physique sur emploi en CDI * 100. Il permet de connaître les mouvements de personnel en prenant en compte toutes les sorties et rend compte du turn-over des effectifs sur emploi permanent. 9

10 Données relatives aux conditions de travail Données relatives aux conditions de travail par sexe (C.trav., art. L et R ) Conditions de travail H F Exposition à des risques professionnels : produits toxiques, autres Pénibilité, dont le caractère répétitif des tâches : travail à la chaîne, travail de rendement Données relatives à la conciliation vie professionnelle/vie privée Répartition des congés par sexe et par métier ou emploi générique (C.trav., art. L et R ) Répartition des congés par sexe selon le nombre et le type de congés dont la durée est supérieure à 6 mois (C.trav., art. L C.trav., art. R ) Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Nombre de congé dont la durée est supérieure à 6 mois Compte Congé parental Congé Congé sans Autres épargne temps ou adoption sabbatique solde H F H F H F H F H F Nombre de salariés ayant accédé dans l année à un temps partiel choisi par sexe et par métier ou emploi générique (C.trav., art. L et R ) Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Nombre de salariés ayant accédé à un temps partiel choisi H F Nombre de salariés à temps partiel choisi ayant repris un travail à temps plein par sexe et par métier ou emploi générique (C.trav., art. L et D ) Métier ou Emploi Générique Gestionnaire conseil action sociale retraite (M) Manager opérationnel (M) Nombre de salariés ayant un travail à temps partiel choisi ayant repris un travail à temps plein H F 10

11 Existence de formules d organisation du temps de travail facilitant la vie familiale et la vie professionnelle (C.trav., art. L et D ) oui non si oui, lister les mesures existantes Participation de l entreprise et du comité d entreprise au mode d accueil de la petite enfance (C.trav., art. L et D ) oui non si oui, pour quel montant annuel? Evolution des dépenses éligibles au crédit d impôt familial (C.trav., art. L et D ) oui non si oui, pour quel montant annuel? Nombre de congés de paternité dans l année (protocole d accord du 21 mars 2011) 11

12 L AIDE A L ANALYSE Axe 1. Les points d attention Le code du travail précise (art. L et L ) que le rapport de situation comparée est soumis pour avis au comité d entreprise. La délibération du comité d entreprise sera préparée par la commission égalité si elle existe. C est donc dans ce cadre que l analyse des indicateurs pourra être réalisée. Les discussions pourront intervenir sur la base des différents tableaux. Afin de faciliter l analyse des données, la méthode suivante est proposée : La comparaison des rémunérations peut tout d abord être réalisée de façon globale sur la différence de rémunération moyenne éventuellement constatée entre les femmes et les hommes dans la maille métiers ou emplois génériques. Si un écart est constaté seront examinés les tableaux suivants (sur une base équivalent temps plein) : l âge moyen l ancienneté moyenne dans l organisme au 31 décembre de l année en cours l éventail des rémunérations Pour identifier les métiers ou emplois génériques spécialement concernés par les écarts, une attention particulière sera portée à l impact de la durée du travail. Une partie de l analyse permet de porter une attention particulière à la proportion d embauches et de départs de femmes par rapport à ceux des hommes, et ce, par métier et type de contrat de travail. Les départs seront également analysés selon leur motif (retraite, démission, fin de contrat à durée déterminée, licenciement). L examen du nombre de femmes et d hommes par métiers ou emplois génériques permet d identifier la mixité ou l absence de mixité. Une comparaison des informations contenues dans les tableaux âge moyen, ancienneté moyenne dans l organisme et promotions permet également de mettre en exergue les éventuelles différences d évolution de carrière entre les femmes et les hommes. Si un écart est constaté, les motifs possibles de ces écarts doivent être examinés, notamment à partir des données suivantes : nombre d interruptions du contrat de travail supérieures à 6 mois durée du travail : une attention particulière doit être portée à l évolution de carrière des salariés à temps partiels nombre d heures de formation et type d action suivie : l évolution des données chiffrées recueillies dans le cadre de ce tableau devra être examinée au regard des données communiquées l année antérieure. Afin de préparer la délibération du comité d entreprise, il s agira : d évaluer le niveau de mixité des métiers afin d établir un diagnostic pour s assurer des conditions d égal accès des femmes et des hommes aux mêmes métiers. de déterminer l impact des formes d organisation du travail sur la situation des femmes dans l entreprise. Une attention particulière sera portée aux salariés à temps partiel afin d identifier les différentes situations de temps partiel (temps partiel choisi/subi, lié à la nature du poste ). d identifier les mesures permettant de concilier vie professionnelle et vie privée. 12

13 Axe 2. Accord collectif et plan d action A compter du 1 er janvier 2012, les organismes d au moins 50 salariés doivent, sous peine de se voir appliquer une pénalité financière, être couverts : soit par un accord collectif sur l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes ; soit, à défaut par un plan d action destiné à assurer cette égalité, établi unilatéralement par l employeur (art. L du Code du Travail). L employeur est ainsi tenu d engager chaque année une négociation sur les objectifs d égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l entreprise, ainsi que sur les mesures permettant de les atteindre (art. L du Code du Travail). Pour les organismes tenus par cette obligation, la négociation d un accord devra être prioritaire au plan d action. A défaut d être tenu par une négociation obligatoire, ou en cas d échec des négociations, l employeur pourra établir unilatéralement le plan d action, après consultation du comité d entreprise. Contenu L accord collectif, ou à défaut le plan d action, fixe les objectifs de progression et les actions permettant de les atteindre. Les actions portent sur au moins deux domaines dans les organismes de moins de 300 salariés et plus, parmi les suivants : l embauche ; la formation ; la promotion professionnelle ; la qualification ; la classification ; les conditions de travail ; la rémunération ; l articulation entre l activité professionnelle et la vie privée. Ces objectifs et ces actions sont accompagnés d indicateurs chiffrés (art. R du Code du Travail). Intégration du plan d action Le plan d action en faveur de l égalité hommes/femmes élaboré par l employeur doit être intégré dans le rapport sur la situation comparée des femmes et des hommes : Il comprend : Les mesures prises au cours de l année écoulée en vue d assurer l égalité professionnelle. Le bilan des actions de l année écoulée et, le cas échéant, de l année précédente lorsqu un plan d action a été antérieurement mis en œuvre par l organisme par accord collectif ou de manière unilatérale. L évaluation du niveau de réalisation des objectifs sur la base des indicateurs retenus. Les explications sur les actions non réalisées. En ce sens, il prévoit : Les objectifs de progression pour l année à venir et des indicateurs associés. Les définitions qualitatives et quantitatives des mesures permettant de les atteindre conformément à l article R et l évaluation de leur coût. L échéancier des mesures prévues. 13

14 ANNEXES Annexe 1 : Le cadre légal Principales dispositions législatives Ont été adoptées : La loi n du 22 décembre 1972 qui inscrit dans le code du travail l égalité de rémunération entre les hommes et les femmes (article L du code du travail). La loi n du 13 juillet 1983 portant modification du code du travail et du code pénal en ce qui concerne l égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Elle crée l obligation pour l employeur de produire un rapport annuel sur la situation comparée des hommes et des femmes en matière d emploi et de formation. Elle offre la possibilité pour l entreprise de signer un plan d égalité professionnelle, prévoyant des mesures de rattrapage provisoire en faveur des femmes. La loi n du 9 mai 2001 relative à l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Elle prévoit que le rapport de situation comparée comprend des indicateurs reposant sur des éléments chiffrés définis par décret. Elle crée l obligation de négocier sur l égalité professionnelle au niveau de l entreprise et des branches. La loi n du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations. Elle améliore la protection des salariés vis-à-vis des discriminations, notamment par l aménagement de la charge de la preuve. La loi n du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue sociale. Cette loi ajoute aux thèmes de la négociation obligatoire de branche la définition et les conditions de la mise en œuvre des actions de formation en vue d assurer l égalité d accès des hommes et des femmes à la formation professionnelle. La loi n du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Elle inscrit, parmi les mesures de rattrapage prévues en faveur des femmes dans le domaine de la formation professionnelle, les actions destinées à favoriser l accès à la formation des femmes désireuses de reprendre une activité professionnelle interrompue pour des motifs familiaux. La loi n du 9 novembre 2010 portant réforme des retraites. Outre les mesures destinées à gommer les différences quant au montant des retraites nées de la situation familiale ou en matière de parentalité, elle prévoit une pénalité financière pour les entreprises qui ne satisferaient pas à leurs obligations en matière d égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. 14

15 Annexe 2: Les indicateurs légaux Ils sont listés à l article R et sont les suivants: Indicateurs sur la situation comparée des femmes et des hommes 1 Conditions générales d'emploi a) Effectifs : Données chiffrées par sexe Répartition par catégorie professionnelle selon les différents contrats de travail Age moyen au 31/12 par catégorie professionnelle Ancienneté moyenne dans l institution b) Durée et organisation du travail : Données chiffrées par sexe Répartition des effectifs selon la durée du travail : temps complet, temps partiel supérieur à 50 % ou inférieur ou égal à 50 % Répartition des effectifs selon l'organisation du travail : travail posté, travail de nuit, horaires variables, travail atypique dont travail durant le week-end c) Données sur les congés : Données chiffrées par sexe Répartition par catégorie professionnelle Nombre et type de congés dont la durée est supérieure à six mois : compte épargne-temps, congé parental, congé sabbatique d) Données sur les embauches et les départs : Données chiffrées par sexe Répartition des embauches par catégorie professionnelle et type de contrat de travail Répartition des départs par catégorie professionnelle et motifs : retraite, démission, fin de contrat de travail à durée déterminée, licenciement e) Positionnement dans l'entreprise : Données chiffrées par sexe Répartition des effectifs selon les niveaux d'emplois définis par les grilles de classification au sens des conventions collectives f) Promotion : Données chiffrées par sexe Répartition des promotions au regard des effectifs de la catégorie professionnelle intéressée Durée moyenne entre deux promotions Nombre de promotions suite à une formation 15

16 2 Rémunération Données chiffrées par sexe, et selon les catégories d'emplois occupés au sens des grilles de classification ou des filières / métiers Eventail des rémunérations Rémunération moyenne mensuelle Nombre de femmes dans les dix plus hautes rémunérations 3 Formation Données chiffrées par sexe : Répartition par catégorie professionnelle selon La participation aux actions de formation La répartition par type d'action : formation d'adaptation, formation qualifiante, congé individuel de formation, formation en alternance Le nombre moyen d'heures d'actions de formation 4 Conditions de travail Données générales par sexe : Répartition par poste de travail selon L'exposition à des risques professionnels La pénibilité, dont le caractère répétitif des tâches Indicateurs relatifs à l'articulation entre activité professionnelle et vie privée 1 Congés a) Existence d'un complément de salaire versé par l'employeur pour le congé de paternité, le congé de maternité, le congé d'adoption b) Données chiffrées par catégorie professionnelle 2 Organisation du temps de travail dans l'entreprise Nombre de jours de congés de paternité pris par le salarié par rapport au nombre de jours de congés théoriques a) Existence de formules d'organisation du travail facilitant l'articulation de la vie professionnelle et de la vie privée b) Données chiffrées par sexe et par catégorie professionnelle Nombre de salariés ayant accédé au temps partiel choisi Nombre de salariés à temps partiel choisi ayant repris un travail à temps plein c) Services de proximité Participation de l'entreprise aux modes d'accueil de la petite enfance Evolution des dépenses éligibles au crédit d'impôt famille Implication de l'entreprise dans un bureau des temps ou dans une structure territoriale de même nature 16

17 Annexe 3 : Indicateurs du protocole d accord du 21 mars 2011 Indicateurs en lien avec le recrutement et l insertion professionnelle (article 2.1) % de femmes par niveau de qualification rapporté à l effectif de cette population Indicateurs en lien avec l évolution professionnelle (article 3.1) % de femmes par niveau de qualification rapporté à l effectif de cette population % de salariés hommes/femmes ayant bénéficié d une promotion rapporté à l effectif de ces populations comparaison des niveaux de rémunération entre hommes et femmes à niveau de qualification équivalent nombre de salariés hommes et femmes ayant bénéficié d une période de professionnalisation nombre de salariés hommes et femmes ayant bénéficié d une formation qualifiante Indicateurs en lien avec l articulation vie professionnelle/vie privée (article 4.1) % des effectifs à temps partiel par niveau de qualification et par sexe % de salariés à temps partiel ayant bénéficié de points de compétences % de salariés à temps partiel ayant bénéficié d une promotion nombre de congés de paternité 17

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes

Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes Accord sur l égalité professionnelles entre les femmes et les hommes PREAMBULE Dans le but de concrétiser les dispositions légales visant à instaurer l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes,

Plus en détail

Agenda annuel des informations / consultations du CE

Agenda annuel des informations / consultations du CE La question du DRH Agenda annuel des informations / consultations du CE Un certain nombre d informations et/ou consultations annuelles ou trimestrielles obligatoires doivent être mises en œuvre par l employeur,

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

Suggestion d ordre du jour de Janvier

Suggestion d ordre du jour de Janvier Suggestion d ordre du jour de Janvier Entreprise de moins de 300 salariés * Commandes, situation financière et exécution des programmes de production Information trimestrielle portant sur : - l évolution

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 218. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE (8 février 1957) ACCORD DU 21 MARS 2011 RELATIF À LA

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Deauville 13-15 Octobre 2011. Egalité Professionnelle Femmes/Hommes Ce que disent les nouveaux textes Veille réglementaire

Deauville 13-15 Octobre 2011. Egalité Professionnelle Femmes/Hommes Ce que disent les nouveaux textes Veille réglementaire Deauville 13-15 Octobre 2011 Egalité Professionnelle Femmes/Hommes Ce que disent les nouveaux textes Veille réglementaire 2011 Deloitte Conseil Egal accès des femmes et des hommes aux responsabilités professionnelles

Plus en détail

Actualité Sociale. 21 Mars 2013

Actualité Sociale. 21 Mars 2013 Actualité Sociale 21 Mars 2013 Actualité Sociale Binôme Jeune/Senior : le contrat de génération Les dossiers sociaux dans les «tuyaux» pour 2013 Sécurisation de l emploi Financement du régime des retraites

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES ADMINISTRATEURS ET DES MANDATAIRES JUDICIAIRES. du 20 décembre 2007 SOMMAIRE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES ADMINISTRATEURS ET DES MANDATAIRES JUDICIAIRES. du 20 décembre 2007 SOMMAIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU PERSONNEL DES ADMINISTRATEURS ET DES MANDATAIRES JUDICIAIRES du 20 décembre 2007 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 TITRE I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES 5 Article 1 er - Champ d'application

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel SOCIÉTÉS D ASSURANCES ACCORD DU 13 MAI 2013 RELATIF À LA MIXITÉ ET

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++ ++++++++++++++++++++++ En grandes entreprises option RH OBJECTIFS DE LA FORMATION Le gestionnaire de paie doit assurer

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Sommaire FICHE 1 - ENTREE EN VIGUEUR Les modalités d entrée en vigueur des dispositions du contrat de génération sont précisées par la loi n 2013-185 du 1 er mars 2013 (promulguée le 1 er mars 2013, et

Plus en détail

Fafiec au 1 er mars 2011

Fafiec au 1 er mars 2011 Financements Fafiec au 1 er mars 2011 Les partenaires sociaux, négocient chaque année les modalités de financement de la professionnelle. Pour 2011, ils ont souhaité que la qualité des services et de l

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

Entreprises d architecture Vos formations financées par Actalians

Entreprises d architecture Vos formations financées par Actalians Entreprises d architecture Vos formations financées par Actalians Accédez au dispositif de formation de votre choix et consultez notre mode d emploi Droit individuel à la formation (DIF) Contrat de professionnalisation

Plus en détail

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile

Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Ce dossier est édité par l Observatoire de l Association Nationale pour la Formation Automobile Service études et prospectives 2 rue Capella Rond point Vega 44483 Carquefou Cedex 02.28.01.08.01 observatoire@anfa-auto.fr

Plus en détail

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014

Réunion d informations du 12 novembre 2014. La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Réunion d informations du 12 novembre 2014 La réforme de la formation professionnelle : analyse des changements apportés par la loi du 5 mars 2014 Rappel Les différents taux de cotisation : - Taux légal

Plus en détail

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée

I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée 1/13 Dans le cadre des dispositions issues du code du travail, il est établi une synthèse du plan d actions. I Des indicateurs figurant dans le rapport de situation comparée Salaires annuels moyens de

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Ressources humaines et communication Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir des diplômés

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE

ACCORD DU 18 JUIN 2010 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3367 Convention collective nationale IDCC : 2847. PÔLE EMPLOI ACCORD DU 18 JUIN 2010 RELATIF AU TRANSFERT

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

Laboratoires de biologie médicale Vos formations financées par Actalians

Laboratoires de biologie médicale Vos formations financées par Actalians Laboratoires de biologie médicale Vos formations financées par Actalians Accédez au dispositif de formation de votre choix et consultez notre mode d emploi Droit individuel à la formation (DIF) Contrat

Plus en détail

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée 16 septembre 2011 Identifier les flux de création et de répartition de la valeur Objectifs : Faire le lien entre la formation

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

LE CONTRAT DE GENERATION

LE CONTRAT DE GENERATION LE CONTRAT DE GENERATION Sommaire I - Le contrat de génération : contexte, enjeux et objectifs II - Le contrat de génération : un dispositif adapté à la taille des entreprises III- Le contrat de génération

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE

COMITE D ENTREPRISE. OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE COMITE D ENTREPRISE FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Depuis 2008 Le décret n 2008-716 du 18 juillet 2008 a avancé la date de la première

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

CIF CDI GUIDE PRATIQUE. Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir

CIF CDI GUIDE PRATIQUE. Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir CIF CDI Congé individuel de formation CDI Suivre une formation pour évoluer ou se reconvertir LE CONGÉ INDIVIDUEL DE FORMATION CDI EN BREF Qu est-ce que le congé individuel de formation CDI? Le congé individuel

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

exemple cfdt à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise

exemple cfdt à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise exemple cfdt de BDU à adapter, par la négociation, aux spécificités de chaque entreprise Selon la CFDT, cet exemple de Base de données unique (BDU) peut convenir aux entreprises d au moins 300 salariés

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015

CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 CAISSE D EPARGNE Pour toutes les actions débutant le 19/02/2015 1 2 Période de professionnalisation 3 Tutorat 4 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS

Plus en détail

INC - Répertoire des Métiers. Présentation des évolutions pour 2014

INC - Répertoire des Métiers. Présentation des évolutions pour 2014 INC - Répertoire des Métiers 1 Présentation des évolutions pour 2014 Rappel général du cadre 2 Le Répertoire des Métiers 3 Un principe conventionnel Protocole d accord du 30 novembre 2004 Des finalités

Plus en détail

METIERS DE L EDITION : Spécialité conception graphique et multimédia 2004

METIERS DE L EDITION : Spécialité conception graphique et multimédia 2004 UNIVERSITE RENNES HAUTE BRETAGNE METIERS DE L EDITION : Spécialité conception graphique et multimédia 004 ETUDE DE L''INSERTION PROFESSIONNELLE DIPLOMES 004 Observatoire des Parcours Etudiants et de l'insertion

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE A L'EMPLOI. Action collective au profit des demandeurs d'emploi

PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE A L'EMPLOI. Action collective au profit des demandeurs d'emploi Cahier des charges à l'attention des Organismes de Formation PRÉPARATION OPÉRATIONNELLE A L'EMPLOI Action collective au profit des demandeurs d'emploi Formations organisées avec le concours financier du

Plus en détail

La Journée de solidarité

La Journée de solidarité La Journée de solidarité En vue d assurer le financement des actions en faveur de l autonomie des personnes âgées ou handicapées, la loi du 30 juin 2004 a mis en place une journée de solidarité : les salariés

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3061 Conventions collectives nationales AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME IDCC

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Fédération Nationale des Offices publics de l habitat

CAHIER DES CHARGES. Fédération Nationale des Offices publics de l habitat CAHIER DES CHARGES Données RH Fédération Nationale des Offices publics de l habitat Rapport de branche et Dossier Individuel de Situation Ressources Humaines (D.I.S RH) - - - 2013/2014 1 Sommaire Synthèse

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET

Plus en détail

année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE

année 2010 rapport de branche : quelques éléments Nombre d entreprises & chiffre d affaires chiffres d affaires SOMMAIRE e r v i c e s r a n s p o r t s q u i p e m e n t n v i r o n n e m e n t Prévention sécurité année 2010 rapport de branche : quelques éléments Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial

- Les établissements publics à caractère industriel et commercial Dois-je organiser des élections? Quelles entreprises Délégué du personnel - Les employeurs de droit privé Comité d entreprise Délégation unique du personnel - Les établissements publics à caractère industriel

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS

LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS LE CONTRAT D'APPRENTISSAGE POUR LES EMPLOYEURS Quelle peut être la durée du contrat? La durée du contrat d apprentissage est au moins égale à celle du cycle de formation qui fait l objet du contrat et

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Convention Collective et Accords de Branche des Entreprises de Courtage d Assurances et/ou de Réassurances

Convention Collective et Accords de Branche des Entreprises de Courtage d Assurances et/ou de Réassurances Convention Collective et Accords de Branche des Entreprises de Courtage d Assurances et/ou de Réassurances VERSION COMPLETE AU 16 JUILLET 2012 1 TITRE I CADRE JURIDIQUE DE LA CONVENTION... 6 ARTICLE 1

Plus en détail

La réforme de la formation professionnelle en 4 points clés

La réforme de la formation professionnelle en 4 points clés La réforme de la formation professionnelle en 4 points clés Livre blanc Avril 2014 Auteur : Aurianne COTHENET www.editions-tissot.fr Éditions Tissot Avril 2014 Page 1 sur 18 Introduction Les critiques

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA PRODUCTION DANS LES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES 1

MANAGEMENT DE LA PRODUCTION DANS LES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES 1 Le devenir des diplômés de Licence professionnelle 200 en Management de la production dans les industries agroalimentaires LE DEVENIR DES DIPLOMÉS DE LICENCE PROFESSIONNELLE 200 DE L ub, Situation le er

Plus en détail

Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne?

Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne? DOSSIER : Mesures sociales Avalanche de mesures sur le front social : Pourquoi les entreprises doivent elles s adapter à la nouvelle donne? Philippe Lobet Directeur associé plobet@ +33 6 08 71 07 04 Contrat

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ASSISTANT DE GESTION DE PME / PMI CONTEXTE PROFESSIONNEL L'évolution actuelle des emplois montre que le rôle des petites et moyennes entreprises s'est considérablement

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

services à la personne

services à la personne Novembre 2012 ADRESSES UTILES DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI (DIRECCTE) Unité territoriale du Rhône 8/10 rue du Nord 69100 Villeurbanne

Plus en détail