Tirer un meilleur parti des visites de salons professionnels

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tirer un meilleur parti des visites de salons professionnels"

Transcription

1 Tirer un meilleur parti des visites de salons professionnels Collection Entreprise sous-collection Intelligence économique, Septembre 2013

2 Septembre 2013 Sommaire Introduction... 3 Avant le salon : préparer Déterminer les objectifs et motivations Choisir le salon Préparer le terrain Savoir ce que l on cherche Se répartir les rôles... 6 Pendant le salon : veiller Collecter l information Savoir préserver les informations sensibles Sur le lieu de salon : A l extérieur :... 8 Après le salon : analyser pour dresser un bilan Mutualiser et capitaliser Gérer les contacts utiles... 9 Conclusion Sites web de salons Contact

3 Tirer le meilleur parti des visites de salons professionnels Janvier 2013 Introduction Les règles d hygiène en Après la presse et Internet, les salons professionnels constituent la 3 ème source d information des entreprises. Ils attirent de nombreux visiteurs désireux de s informer des nouveautés du marché, et des exposants soucieux de promouvoir leurs innovations. Moyens de communication exceptionnels, ces manifestations constituent un concentré d acteurs et de professionnels d un même secteur d activité : elles permettent de rencontrer à la fois les clients, les fournisseurs, les prospects, et les concurrents, et de participer selon les cas à des conférences d experts. Les salons offrent un panorama complet des évolutions d un secteur d activité, particulièrement s ils sont spécialisés et réservés aux professionnels. Véritables carrefours de tendances, ils représentent, pour les entreprises, un terrain de chasse de choix pour capturer des renseignements stratégiques. S ils donnent l occasion de recueillir de l information sur la concurrence, ils présentent aussi le risque d en perdre. Exposer à un salon est un bon moyen de se faire connaître et d investir de nouveaux marchés. Il arrive d y signer des contrats, des commandes, mais le but surtout est de se faire connaître, de favoriser de nombreux contacts commerciaux pour une transformation ultérieure. Que l on soit visiteur ou exposant, mieux vaut bien préparer les salons professionnels, et en particulier, organiser sa collecte d informations pour tirer le meilleur bénéfice. En effet, selon l agence Vigilances, 58 % des entreprises recherchent des informations sur les salons professionnels, mais seulement 14 % les collectent de manière organisée. Que l on soit visiteur ou exposant, pour bien rentabiliser son temps, il importe de bien structurer les trois phases : avant, pendant et après le salon. 3

4 Septembre 2013 Avant le salon : préparer La visite d un salon s insère dans la stratégie de développement de l entreprise. Pour en tirer un réel bénéfice, il est indispensable d organiser sa recherche en amont et de cibler les contacts à ne pas manquer. Réussir sa veille, lors de la visite d un salon, nécessite une certaine préparation. 1.1 Déterminer les objectifs et motivations Un salon permet de Répondre à de multiples interrogations : - Quelles sont les tendances? - Quelles sont les dernières innovations et initiatives? - Quelles sont les technologies d avenir? - Quels sont les produits de substitution? - Comment se positionne mon entreprise par rapport à celle de mes concurrents? - Où se situe la concurrence étrangère? - Etc. Se poser les bonnes questions : - Quels sont mes objectifs? - Prospecter? Trouver de nouveaux partenaires, et de nouveaux fournisseurs? Dénicher des services ou des produits? Bénéficier de conseils d experts? - Quel est mon budget? : frais d inscription, hôtel, restauration, déplacement, etc. Il est intéressant de comparer le programme de l année précédente avec celui de l année en cours pour avoir un aperçu de l évolution des tendances, des nouveaux acteurs et des événements incontournables. Une relecture des précédents comptes rendus permet d éliminer les éléments déjà bien connus. 1.2 Choisir le salon Elaborer un plan annuel de salons à visiter est fortement conseillé. Comme il s avère impossible de se rendre à tous les salons qui intéressent, force est de faire des choix : Selon les types de salons : - Les salons traditionnels propres à un secteur d activité : on y rencontre les concurrents, les fournisseurs, etc., - Les salons techniques : ils permettent de voir s il est possible de diversifier ses activités dans d autres secteurs d activités, - Les salons impactants : y figurent les relais d opinion qui peuvent influer sur les consommateurs, - Les salons de prestataires ou de financeurs (salons dédiés aux collectivités territoriales), - Les salons scientifiques : moyen de détecter des projets de recherche des entreprises. 4

5 Tirer le meilleur parti des visites de salons professionnels Janvier 2013 Les règles d hygiène en En fonction de certains critères : - La thématique des salons ; - La liste des exposants a son importance : si un certain nombre de clients sont présents, cela signifie que l entreprise est en plein cœur de cible, donc pas d hésitation ; - Le programme des conférences et divers ateliers, le plus souvent disponible sur le site web du salon ; - Le nombre de visiteurs, la réputation de l événement. Cette liste de salons traditionnels peut être complétée par ceux auxquels se rendent les clients de l entreprise. Ce choix amène aussi à se demander : - Quels sont les projets en cours dans l entreprise? Quelles personnes seront appelées à y travailler? Quels sont les centres d intérêt des collaborateurs? Lorsque l entreprise a fait son choix, il lui est recommandé de consulter la fiche des exposants, le plus souvent accessible sur le site Internet de la manifestation, puis d effectuer quelques recherches sur le profil des concurrents. Internet est en cela une mine de renseignements, notamment grâce aux services d alerte, proposés par les moteurs de recherche comme Google (Google Alert), ou Yahoo! (Yahoo! Alerts). Il faut avoir à l esprit le caractère éphémère des salons. Sur ces manifestations de courtes durées, il est pertinent de consacrer un peu de temps à rechercher des données quasiment impossibles à trouver en dehors de ces périodes. 1.3 Préparer le terrain Les salons professionnels, notamment les grands salons internationaux, comptent de très nombreux exposants, une multitude de de stands, et de longues allées à arpenter. Pour optimiser son temps, et ne pas parcourir toutes les allées, il est recommandé, à partir du plan que l on aura pris soin de se procurer, de détecter les exposants et conférences qui concernent le cœur de métier de l entreprise ainsi que ceux qui sont connexes à sa profession. Certains consultent la fiche de chaque exposant. C est un moyen de les classer par grandes catégories : clients actifs, ex-clients, prospects, suspects, etc., et par emplacement sur le salon. Ces listes permettent d avoir une meilleure visibilité et de s organiser en se dressant un planning de visite en fonction de la localisation des stands sélectionnés. Certains habitués contactent les exposants en amont du salon et prennent rendez-vous. 1.4 Savoir ce que l on cherche Un peu comme on dresse sa liste de courses avant de faire du shopping, il est conseillé de mettre en place un plan de veille, ce qui implique de déterminer les informations que l on veut récolter : les renseignements dont on a besoin, et avec quel degré de précision. Si les centres d intérêt sont nombreux, il peut être envisagé d associer un ou plusieurs collaborateurs, et de se répartir les tâches. 5

6 Septembre 2013 Cibler les renseignements à collecter ne doit pas empêcher de s intéresser au reste, de fureter, d être prêt à capter tout ce qui peut avoir un intérêt et que l on n attend pas. Tout est dans l attitude : être en éveil, avoir les yeux et les oreilles en action. Certains dirigeants recommandent à leurs salariés qui participent à un salon, de s étonner, et de rapporter même les points qui leur semblent obscurs. C est une manière par exemple d attirer l attention sur une technologie émergente. La curiosité est donc la bienvenue. 1.5 Se répartir les rôles Il importe de se partager judicieusement le travail de la collecte d informations entre les personnes de l entreprise qui vont participer au salon. Si le dirigeant se concentre sur des informations dites stratégiques (par exemple des données sur les clients, les toutes dernières technologies), il vaut mieux confier à un collaborateur la veille sur l évolution du marché. Lorsque la manifestation se déroule à l étranger, il est indispensable de compter au moins une personne qui maîtrise la langue, voire même connaisse la culture du pays en question. A l issue de la réunion de préparation, trois questions devront être élucidées : Qui fera quoi? Qui fera avec qui? Qui fera avec quoi? Personnaliser les rôles est une méthode éprouvée. De même, envoyer un binôme de collaborateurs à un salon peut être intéressant car leur approche sera différente : un commercial avec un technicien, par exemple. Si l on expose : Pas de place à l improvisation. Choisir le bon salon est d autant plus important, de même de sélectionner le bon emplacement, bien aménager et animer son stand, respecter les délais d inscription, prévoir l hébergement, déterminer précisément ce que l on veut montrer avec le minimum de risque, concevoir la communication. Eviter le superflu de documents ou de matériels sensibles. Préparer des axes de réponses sur des sujets délicats (savoir-faire, innovations, etc.). Pendant le salon : veiller 2.1 Collecter l information Pour être un bon veilleur, un bon sens de l observation est requis. Il convient surtout d observer, d écouter, plus que de parler. La veille relève du bon sens : ne pas hésiter à poser plusieurs fois la même question à des interlocuteurs différents pour recouper les informations, et à assister aux conférences ou tables rondes (se répartir les thèmes). 6

7 Tirer le meilleur parti des visites de salons professionnels Janvier 2013 Les règles d hygiène en Une bonne répartition est impérative pour tirer le meilleur retour sur investissement d un salon, dans la mesure où l entreprise dispose des ressources financières et humaines suffisantes. Si l on participe à plusieurs au salon, faire un débriefing quotidien pour «corriger le tir» si besoin. Lorsque l entreprise dispose de moyens suffisants, elle peut faire appel à une agence spécialisée qui vérifiera facilement, par son réseau, les renseignements recueillis. Les principales sources d information : - Les prospectus, échantillons de produits, de pièces détachées, etc. : leur analyse par des spécialistes peut constituer une source de données ; - Les informations sur les emballages produits ; - La littérature grise : comptes rendus, discussions entre experts, questions débattues en séance contiennent des éléments souvent intéressants. Si l entreprise expose Les très petites entreprises qui exposent peuvent disposer d un stand commun, ce qui permet de mutualiser les moyens financiers mais aussi les outils de veille. Quelques recommandations concernant la logistique et le matériel à emmener : - Disposer d un chariot pour faciliter le transport lors de l installation et du démontage, - Avoir sous la main des outils de base qui s avèreront fort utiles, - Etc. 2.2 Savoir préserver les informations sensibles Le meilleur moyen est de respecter quelques règles de sécurité. Alors que 67 % des entreprises se disent sensibilisées aux risques d une manifestation de ce type, seulement 15 % dressent la liste des informations à divulguer ou non. La veille concurrentielle constitue l un des principaux enjeux d un salon, et l on y rencontre parfois des personnes mal intentionnées. L espionnage industriel est bien connu, mais l espionnage économique est tout aussi fréquent : par exemple, obtenir des informations sur le modèle économique d une entreprise. Cela nécessite de protéger ses informations stratégiques, particulièrement si l on est exposant. Il convient surtout de faire preuve de bon sens Sur le lieu de salon : - Etre vigilant lors du montage et du démontage du stand pour éviter le vol de matériel, souvent fréquent en début et en fin de salon ; - Ne pas laisser les téléphones à portée de main sur le stand ; - Attacher les ordinateurs ; - Modifier, si besoin, certaines caractéristiques d un prototype ; - Apporter un broyeur sur le stand pour supprimer les documents confidentiels à la fin de la manifestation plutôt que de les jeter à la poubelle ; 7

8 Septembre Se méfier des bavardages. C est l un des plus grand risques de fuite d information : ceux des collaborateurs, ceux des anciens collègues qui se retrouvent sur le salon sont plus dangereux que les pirates informatiques ; - Attention aux échanges de mails (possibilité de cryptage) ; 40 % des entreprises utilisent des réseaux publics non sécurisés ; - Se souvenir que l intrusion informatique n est pas une affaire de spécialiste. En fait, il suffit de créer une borne Wi-Fi sur le salon. Les secteurs cibles : Si l image de certains secteurs comme l aéronautique, l armement et les laboratoires pharmaceutiques, est associée à l espionnage, d autres sont particulièrement menacés : la création par exemple (la mode, la bijouterie, l édition de logiciels, etc.). La photo d une robe donne la forme, la matière, et permet d en déduire le patron et de la copier. Mieux vaut déposer ses créations. Pour les secteurs sensibles où les produits sont très visuels, une solution est la salle fermée accessible uniquement à des personnes triées sur le volet. Seuls les journalistes sont autorisés à prendre des photographies. L une des principales missions du comité de sélection d un salon est de refuser les exposants dont le profil paraît suspect. Si l on expose - Maintenir une grande vigilance ; - Ne jamais laisser les matériels à risques (prototypes, maquettes, etc.) sans surveillance et garder les informations sensibles avec soi ; - Observer les comportements autour du stand ; - Face aux interlocuteurs, demander systématiquement une carte de visite (attention aux concurrents anonymes) - Ne jamais répondre à une question mal maîtrisée ; - Ne pas laisser un stagiaire seul ou un jeune collaborateur sur le stand, par exemple à l heure du déjeuner ; - Eviter les entretiens sensibles dans les lieux publics ; - Se méfier des «bons repas» trop arrosés ; - Faire preuve de discrétion à l hôtel, où séjournent certainement d autres exposants ; - Eviter d utiliser les moyens de communication de l hôtel ; - Faire attention aux journalistes ; - S assurer du degré de compréhension de la langue étrangère ; - Surveiller discrètement les délégations étrangères et relever leurs pôles d intérêt A l extérieur : - Faire preuve de vigilance dans les transports en commun avant et après le salon ; - Rester sur ses gardes : dans les restaurants situés à proximité du salon ; dans les hôtels où se retrouvent la plupart des exposants : ce sont des lieux privilégiés pour la cybercriminalité. 8

9 Tirer le meilleur parti des visites de salons professionnels Janvier 2013 Les règles d hygiène en Lors de la clôture : - faire place nette sur le stand ; - vérifier l ensemble du matériel et de la documentation ; - rédiger une synthèse à chaud des informations recueillies. Après le salon : analyser pour dresser un bilan Le travail d intelligence économique ne s arrête pas à la fin de la manifestation. Et pourtant, il apparaît que moins de 20 % des entreprises ont mis en place un véritable «après-salon». 3.1 Mutualiser et capitaliser Organiser rapidement une réunion de débriefing Si la visite s est faite à plusieurs, il est judicieux de dresser un bilan avec l ensemble des participants et d organiser sans tarder une séance de débriefing avec les collaborateurs pour : - échanger les impressions, - mettre en commun les documents et informations recueillies, - analyser les informations récoltées. - Lorsque la visite a été faite par un seul salarié, prendre connaissance de son compte rendu de visites et/ou de ses rapports d étonnement. Analyser les informations collectées, répondre aux questions : Il convient de répondre aux questions suivantes : - quels ont été les objectifs atteints par rapport à la liste de départ? - que reste-t-il à faire? - la veille a-t-elle été utile? Il est conseillé de faire un bilan sur la qualité et le nombre de contacts générés, et d intégrer ces informations dans une base de données, ce qui servira à préparer d autres salons. L ensemble de ces données permet de faire une première évaluation de la pertinence du salon. Il est aussi intéressant de recueillir les coupures de presse relatives à cet événement professionnel. 3.2 Gérer les contacts utiles La collecte des cartes de visites est insuffisante et doit être complétée par un suivi scrupuleux des contacts générés lors de l événement. Penser à relancer les prospects quelques jours après la fin du salon. Un retour d informations vers l équipe de visite est le bienvenu, ce qui permet d aborder notamment les points à améliorer pour la prochaine visite de salon. 9

10 Septembre 2013 Si l on a exposé Suivre les commentaires et réactions dans la presse ou sur les forums internet. Identifier la chaîne de traitement des questionnaires au sein de l entreprise (réception, réponse, contrôle de principe de la réponse et de son contenu). Conclusion Toute participation à un salon permet d infirmer ou de confirmer les grandes tendances du marché, et de disposer ainsi d éléments pour faire de la prospective. Les risques de fuite d information et d espionnage n arrêtent pas les entreprises pour exposer à un salon professionnel, car l enjeu stratégique est trop important. Il faut savoir que «Se cacher de ses concurrents, c est aussi se cacher de ses clients». La participation à un salon a le plus souvent des retombées très positives sur l entreprise à condition d accepter d investir du temps, avant, pendant et après l événement. A défaut de pouvoir quantifier immédiatement les retombées directes d un salon bien préparé, il est assez facile de mesurer ce que ne rapporte pas un salon mal préparé. Sites web de salons Contact Brigitte Triquet, conseillère Intelligence économique à la CCI d Alençon Tél :

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction

Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Guide méthodologique de mise en place d une enquête de satisfaction Dans ce guide, vous trouverez 4 étapes qui vous permettront de réaliser, pas à pas, votre enquête de satisfaction. Ce guide : Contient

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Optimisez votre participation à un salon

Optimisez votre participation à un salon Optimisez votre participation à un salon LE MEDIA SALON Vecteur commercial Support commercial Support de communication Veille marché Veille concurrentielle Ouverture sur l international (coût réduit par

Plus en détail

René Duringer. www.smartfutur.fr

René Duringer. www.smartfutur.fr La Veille Stratégique René Duringer www.smartfutur.fr Néo-Économie mondiale sans couture = guerre économique ouverte Compétition mondiale : low cost + déflation + agressivité facteur prix (cf. Chine) Des

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME 2014

LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME 2014 1 ER SEMESTRE LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME 2014 Conquérir, vendre et fidéliser grâce à Internet Conférences et ateliers 100% pratiques pour les acteurs touristiques de Cornouaille UNE INITIATIVE... Quimper

Plus en détail

Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise.

Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise. FICHE MÉTIER ASSISTANT(E) ADMINISTRATIF(VE) POLYVALENTE CHARCUTIER-TRAITEUR Il/Elle assiste le chef d entreprise dans la gestion au quotidien de l entreprise. Que doit-il savoir-faire? Réaliser le secrétariat

Plus en détail

PROGRAMME VIS@ E-TOURISME 2015

PROGRAMME VIS@ E-TOURISME 2015 PROGRAMME VIS@ E-TOURISME 2015 Embarquez dans le monde du numérique ACCOMPAGNEMENT COLLECTIF ET INDIVIDUEL POUR LES PROFESSIONNELS DU TOURISME ARDECHOIS VIS@ E-TOURISME Les formats WEB P'TIT DEJ Une matinée

Plus en détail

Veille stratégique sur Internet Comprendre les enjeux, maîtriser les outils et partager l'information

Veille stratégique sur Internet Comprendre les enjeux, maîtriser les outils et partager l'information Comprendre ce qu'est la veille A. Introduction 13 B. Qu est-ce que la veille? 13 1. Obtention d information 14 2. Information à caractère stratégique ou opérationnel 15 3. Évolution de l environnement

Plus en détail

Intelligence economique Levier de competitivite

Intelligence economique Levier de competitivite Intelligence economique Levier de competitivite 1 Dispositifs offensifs Innovation Export Accompagnement au développement des entreprises. 2 Accompagnement au développement des entreprises ARI. (avance

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS

DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS DOCUMENTS DE PARTICIPATION EXPOSANTS Le rendez-vous incontournable de tous les producteurs, les acheteurs et les professionnels de la filière hydroélectrique France Hydro Electricité, syndicat professionnel

Plus en détail

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise?

Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? 4 Créer et gérer une newsletter Comment créer et faire vivre une lettre d information au sein de votre entreprise? à quoi sert une newsletter? Objectifs et atouts Fabriquer sa newsletter Gérer vos envois

Plus en détail

Ma première visibilité sur le Web. en 60 min avec des outils gratuits

Ma première visibilité sur le Web. en 60 min avec des outils gratuits Ateliers Commerce Internet Ma première visibilité sur le Web en 60 min avec des outils gratuits 23/04/2015 1 Ma première visibilité sur Internet Même sans site internet! Pourquoi être présent sur Internet?

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS MEDIAS Mme. Zineb El Hammoumi Communication hors médias Marketing direct Définition Objectifs Moyens Outils SOMMAIRE PLV (Publicité sur lieu de Vente) Définition

Plus en détail

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME Viadeo, prêt à l emploi livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME sommaire Objectifs de la formation Cette formation, dispensée par Viadeo et Orange, poursuit un triple objectif : vous aider

Plus en détail

Web2Lead Email Tracking

Web2Lead Email Tracking Web2Lead Email Tracking Découvrez une innovation majeure dans l emailing www.buzzee.fr Contexte... 3 Notre secret... 4 Maximisez vos revenus auprès de vos clients... 5 Gagnez des nouveaux clients... 6

Plus en détail

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi?

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi? L animation numérique, c est quoi? L Office de Tourisme vous accompagne Vos rendez-vous numériques Guide de l accompagnement numérique Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE 2014 2015 2 Sommaire

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

Forums et Ateliers numériques

Forums et Ateliers numériques 2015 Programme Animation Numérique de Territoire Forums et Ateliers numériques Châtaigneraie Cantal F O R U M S A T E L I E R S ACCOMPAGNEMENT N U M E R I Q U E ANIMATION NUMERIQUE DE TERRITOIRE EN CHÂTAIGNERAIE

Plus en détail

Cette notice dresse un panorama des différents types de campagnes marketing automatisées et de leur mise en œuvre.

Cette notice dresse un panorama des différents types de campagnes marketing automatisées et de leur mise en œuvre. A l image de la chaine de montage d une voiture, les actions marketing tendent à s automatiser afin d optimiser le temps et l argent investis. On appelle «automation marketing» ou marketing automatisé,

Plus en détail

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept

Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Table des matières I II III IV V VI Introduction Le phénomène que représentent les Services de Gestion des Documents Managed Document Services (MDS) Une définition du concept Le marché des Services de

Plus en détail

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014

LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS. Mardi 25 mars 2014 LA E-REPUTATION LES SITES D AVIS CLIENTS Mardi 25 mars 2014 OFFICE DE TOURISME Maison du Patrimoine 2 rue de la Chapelle 66820 VERNET-LES-BAINS Tel : 04 68 05 55 35 www.vernet-les-bains.fr Contact e-tourisme

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Matérialiser votre concept CONSTRUCTION DE L IMAGE ET DE LA COMMUNICATION Traduire votre concept en véritable projet d entreprise >> Confirmer votre offre

Plus en détail

10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook

10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook LIVRE BLANC 10 règles pour réussir un jeu-concours sur Facebook 07/ 2014 www.kontestapp.com Introduction Facebook est incontestablement devenu le réseau social mondial le plus populaire. Avec 1,23 milliard

Plus en détail

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e

Sommaire. 1Préparer le stage... 2 Accueillir et accompagner... 9. 3 Gérer et évaluer... 12. Introduction. Conclusion. L accueil des stagiaires de 3 e C a r n e ts d e b o rd Guides pratiques destinés aux équipes des médiathèques de Plaine Commune L accueil des e stagiaires de 3 dans les médiathèques de Plaine Commune L accueil des stagiaires de 3e dans

Plus en détail

Le concept de veille. Définitions. Définition de l AFNOR

Le concept de veille. Définitions. Définition de l AFNOR Le concept de veille OPERMIND Alain DELABY / UFR TOURS Ecole Doctorale 17-18 et 19 mars 2004 1 Définitions Définition du Commissariat du Plan : L intelligence économique est l ensemble des actions coordonnées

Plus en détail

Plan D actions De Communication et de promotion

Plan D actions De Communication et de promotion 2015 Plan D actions De Communication et de promotion HISTORIQUE : un besoin de se démarquer HISTORIQUE : un besoin de se démarquer Après des campagnes décalées fin des années 2000 : Orientation numérique

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION Constats partagés : - Les déchets de chantier et de maintenance sont plutôt bien traités et suivis. - Les déchets de bureaux sont bien suivis sur les gros

Plus en détail

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé QUESTIONS REPONSES INTERNET ET SANTÉ Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé LE CONTEXTE Dispose t-on de données relatives à la fréquentation

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans l organisation de l Energivie Summit en novembre 2016

Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans l organisation de l Energivie Summit en novembre 2016 Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres Energivie dans l organisation de l Energivie Summit en novembre 2016 1. Contexte 1.1 Les Pôles de compétitivité Ce sont des structures, en général associatives,

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE LES OUTILS NUMERIQUES LES SMARTPHONES 33,4% d équipement en France en 2011 46,6% en 2012, la progression est rapide Source : Médiamétrie LES CHIFFRES DU SMARTPHONE

Plus en détail

Touchez vos cibles! Un service complet par un seul interlocuteur

Touchez vos cibles! Un service complet par un seul interlocuteur Touchez vos cibles! Vous souhaitez établir une relation directe, personnelle et durable avec vos clients? Le marketing direct vise à intégrer le feed-back du consommateur à la communication de sorte à

Plus en détail

Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 1 ère partie

Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 1 ère partie Retour sur l expérience Marketing live Lexik/Yatooprint 1 ère partie Dans le cadre du salon Connec sud Lexik et sa filiale Yatooprint se sont associés pour réaliser une expérience marketing en direct afin

Plus en détail

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les particuliers

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les particuliers Viadeo, prêt à l emploi livret de formation pour les particuliers sommaire Objectifs de la formation Cette formation, dispensée par Viadeo et Orange, poursuit un triple objectif : vous aider à comprendre

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS MÉTIERS DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL

OFFRE DE FORMATIONS MÉTIERS DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL OFFRE DE FORMATIONS MÉTIERS DU TOURISME SOCIAL ET FAMILIAL 2013 Uniformation, L organisme paritaire collecteur agréé de l économie sociale FORMATIONS GRATUITES* 2013 * VOIR MOdALITéS de PRISE EN ChARGE

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX TAMENTO Agence de Webmarketing TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES INBOUND MARKETING REFERENCEMENT COMMUNICATION VISUELLE DEVELOPPEMENT WEB 2 Christophe MENANI Associé Responsable du développement Responsable

Plus en détail

L Agence Marketing de vos Projets

L Agence Marketing de vos Projets L Agence Marketing de vos Projets Présentation 2011 Etudes Marketing & Marketing Direct Pierre Souillard Marketing Manager + 33 (0)6 11 73 06 57 Sommaire Etudes Marketing Marketing Direct L'Agence Marketing

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

PARCOURS FORMATION VEILLE TECHNOLOGIQUE. Formations LYNKS Veille Janvier 2013

PARCOURS FORMATION VEILLE TECHNOLOGIQUE. Formations LYNKS Veille Janvier 2013 PARCOURS FORMATION VEILLE TECHNOLOGIQUE Formations LYNKS Veille Janvier 2013 Parcours formation «Veille technologique» Ce programme de formation a été spécialement imaginé par LYNKS Veille pour optimiser

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement

Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement Formation consultants juniors en recrutement BONNEL Conseils Associés Isabelle DOUAY : idouay@bonnel-conseils.com 9 A rue Châteaubriand 75008 PARIS tel. : 01

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris www.banqueetinnovation.com 1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris GUIDE DE L EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS 23 bis rue Danjou 92100 Boulogne-Billancourt

Plus en détail

L élaboration de la fiche de poste

L élaboration de la fiche de poste L élaboration de la fiche de poste 1 Guide pratique pour l élaboration de la fiche de poste Christine SCHMELTZ-OSCABY 40 Allée Ikinoak - 64210 Guethary tél.: 06 07 51 95 97 E-mail :chrischmeltz@yahoo.fr

Plus en détail

2ans! Plateforme EUROCODE5. Dossier de presse Janvier 2015

2ans! Plateforme EUROCODE5. Dossier de presse Janvier 2015 ! Dossier de presse Janvier 2015 Plateforme La plateforme eurocode5 a été Lancée, avec Le soutien du codifab, il y a deux ans exactement, Le 16 janvier 2013. une initiative, une dynamique et un réseau

Plus en détail

BRÉSIL - FILIÈRE TEXTILES TECHNIQUES

BRÉSIL - FILIÈRE TEXTILES TECHNIQUES BRÉSIL - FILIÈRE TEXTILES TECHNIQUES Mission de prospection personnalisée du 21 au 27 Août 2010 CCI International Nord-Pas de Calais vous propose un accompagnement commercial sur mesure au Brésil en août

Plus en détail

Créer un site internet?

Créer un site internet? WebexpR Communication digitale des PME 249 rue Irène Joliot Curie 60610 La Croix Saint Ouen contact@webexpr.fr Créer un site internet? Qui? Quoi? Pour qui? Pourquoi? Quand? Comment? Combien? Rédaction

Plus en détail

Guide de. l'intelligence économique

Guide de. l'intelligence économique Guide de l'intelligence économique chefs d'entreprises, la pérennité et le développement de votre entreprise passent par la maîtrise et la protection de vos informations stratégiques LA SECURITE ÉCONOMIQUE

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

PRÉPARER UN EDIT-A-THON

PRÉPARER UN EDIT-A-THON PRÉPARER UN EDIT-A-THON Fiche pratique à destination des membres et de l équipe salariée 1 Rappel sur l edit-a-thon Un edit-a-thon (ou journée contributive) est un événement ponctuel visant à enrichir

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

Mieux communiquer et se vendre grâce à Internet!

Mieux communiquer et se vendre grâce à Internet! ASSEMBLEE NUMERIQUE DU GRAND RIED : Où en êtes-vous avec Internet? Mercredi 4 juin 2014 à 19h à Gerstheim Mieux communiquer et se vendre grâce à Internet! PROGRAMME 1 ) E-tourisme aujourd hui - Chiffres

Plus en détail

13-14-15 février 2014 Parc Chanot Hall 2 Marseille GUIDE DE L EXPOSANT 2014

13-14-15 février 2014 Parc Chanot Hall 2 Marseille GUIDE DE L EXPOSANT 2014 GUIDE DE L EXPOSANT 2014 1 SOMMAIRE Conditions particulières 3, 4, 5 Renseignements généraux 6 Organisation des Rencontres 7 Prestations 8, 9 Logistique 10 Processus d inscription 11 2 CONDITIONS PARTICULIERES

Plus en détail

S informer et se développer avec internet

S informer et se développer avec internet S informer et se développer avec internet S informer et se développer sur Internet - CCI Caen 03/03/2014 1 1 Le réseau internet Sommaire Internet : un média devenu incontournable S informer sur Internet

Plus en détail

PHILLIPS INTERNET COMMUNICATION C EST...

PHILLIPS INTERNET COMMUNICATION C EST... PHILLIPS INTERNET COMMUNICATION C EST... 18 ans d expérience Une équipe passionnée et motivée Plus de 500 clients satisfaits et motivés LES 10 ETAPES CLES D UN PROJET E-COMMERCE LES 10 ÉTAPES CLES 1 L

Plus en détail

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme

Améliorer l organisation et la communication interne à l office de tourisme Les engagements La qualité est devenue une priorité de l'ensemble des acteurs du tourisme ainsi que de l Etat qui s engagent dans différents processus de qualité pour améliorer l'image de la France auprès

Plus en détail

a pour objectif de faciliter les démarches administratives des membres des Conseils de quartier du 13e.

a pour objectif de faciliter les démarches administratives des membres des Conseils de quartier du 13e. Le pôle démocratie locale : Eric TAVER Adjoint au Maire chargé des questions relatives à la démocratie locale et aux Conseils de quartier erictaver@parisfr Charlotte DEBOEUF Chargée de mission Sécurité,

Plus en détail

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon

Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Création d'un Portail partagé sur l'offre de formation en région Languedoc-Roussillon Retours des entretiens téléphoniques 1. Présentation du contexte : Atout Métiers LR Offre de formation L association

Plus en détail

Le rôle sociétal du café en entreprise

Le rôle sociétal du café en entreprise Le rôle sociétal du café en entreprise Fort de son expertise café, Nespresso Business Solutions a conduit avec l organisme IFOP une étude sur la place et le rôle du café en entreprise, et en dévoile les

Plus en détail

Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille. Bilan de saison 2014 Agence Ouest Cornouaille Développement

Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille. Bilan de saison 2014 Agence Ouest Cornouaille Développement Bilan de saison 2014 et propositions d actions 2015 Finistère > Ouest Cornouaille L Agence Ouest Cornouaille Développement, en quelques mots L AOCD, en quelques mots www.pro-aocd.fr => Financée en majeure

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

Sommaire & calendrier

Sommaire & calendrier Associations FORMATIONS & ECHANGES : L INFORMATIQUE 1er trimestre 2011 MAISON DE LA VIE ASSOCIATIVE 140, Allée Robert Govi, Les Défensions 13400 AUBAGNE Tél. 04.42.18.17.75 / Fax : 04.42.18.17.40 Email

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme

Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Consultation 2015 Programme Formations Tourisme Contact : Karel CHAUCHEPRAT Plan de Formation régional CRDT Auvergne Parc Technologique la Pardieu 7 allée Pierre de Fermat - CS 50502 63178 Aubière Cedex

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

NUMERIQUES LES RENDEZ-VOUS. Animation Numérique de Territoire par l Office de Tourisme du Saint-Gaudinois. Programme automne 2015

NUMERIQUES LES RENDEZ-VOUS. Animation Numérique de Territoire par l Office de Tourisme du Saint-Gaudinois. Programme automne 2015 Animation Numérique de Territoire par l Office de Tourisme du Saint-Gaudinois LES RENDEZ-VOUS NUMERIQUES Programme automne 2015 Des ateliers pratiques pour vous accompagner sur le web! 1 Pourquoi une Animation

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant :

Ce document est destiné à suivre le parcours de formation d un candidat au CQP «Conduite de ligne de conditionnement», en intégrant : Commission Paritaire Nationale de l Emploi des Industries de Santé CQP «Conduite de ligne de conditionnement» Livret de suivi de la formation en contrat de professionnalisation Nom et prénom du candidat

Plus en détail

de l office de tourisme 1/12

de l office de tourisme 1/12 de l office de tourisme 1/12 Vous êtes acteur de la vie touristique? Ensemble, réalisons vos objectifs! Accroître votre notoriété Promouvoir votre activité Rejoindre un réseau fort de 215 adhérents Bénéficier

Plus en détail

MÉTHODES DE RECRUTEMENT LA GRANDE ENQUÊTE

MÉTHODES DE RECRUTEMENT LA GRANDE ENQUÊTE MÉTHODES DE RECRUTEMENT Février 2015 MÉTHODES DE RECRUTEMENT MÉTHODES DE RECRUTEMENT Comme chaque année, RegionsJob décrypte les pratiques des recruteurs avec sa grande enquête recrutement. En LA ce début

Plus en détail

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes SOMMAIRE LES CONSTATS... 3 LA METHODOLOGIE... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 Google? Oui, mais pas que...4 Connectés, même en vacances!...4

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 2 édition ème par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 SOMMAIRE Méthodologie et profil des répondants 3 Les moyens pour recruter et trouver un emploi 5 Les profils recherchés sur

Plus en détail

L AVENIR MULTI MÉ DIA

L AVENIR MULTI MÉ DIA L AVENIR MULTI MÉ DIA INFORMER, ALERTER, RECRUTER, FIDÉLISER... Vos options sont multiples. XCITE est le partenaire idéal pour répondre à vos besoins en vous proposant une gamme de produits et de solutions

Plus en détail

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT

LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT LA GMAO ACCEDER : EXPLOITATION POUR L ENSEIGNEMENT 1 - AVANTAGES DE LA GMAO ACCEDER POUR ENSEIGNER 2 - GENERALITES POUR L EXPLOITATION EN BAC PRO ET BTS 3 LA GMAO ET LE NOUVEAU REFERENTIEL BTS 2014 MAINTENANCE

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX Service émetteur : Direction des ressources humaines Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Dernière

Plus en détail

Animation Numérique de Territoire 2013/2014

Animation Numérique de Territoire 2013/2014 31 janvier 2014 Cyberbase de Cahors Qui suis-je? Romain Péroua > Responsable NTIC (Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication) > Animateur Numérique de Territoire L animation numérique

Plus en détail

Programme. Département MuLTISECToRIEL

Programme. Département MuLTISECToRIEL Programme Département MuLTISECToRIEL le département multisectoriel vous souhaitez Structurer votre démarche export? Accéder à de nouveaux marchés? Le département multisectoriel est à votre écoute : Pour

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Créer du contenu en ligne avec WordPress

Créer du contenu en ligne avec WordPress Créer du contenu en ligne avec WordPress La création d un blog ne demande pas de compétences particulières en informatique ou en développement. Wordpress vous permet de créer un blog via un compte en ligne

Plus en détail

JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE

JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE JE VENDS MON PRODUIT JE VEUX COMMERCIALISER MON PROJET OU MON PRODUIT : TRAVAILLER AVEC LES PROFESSIONNELS DU VOYAGE Les professionnels du voyage : qui sont-ils? Où les rencontrer? Comment les fidéliser?

Plus en détail

ACROCRM SOLUTION POUR GESTION COMMERCIALE. Gagnez du temps sur vos opérations de gestion commerciale. Tracez l historique détaillé de vos ventes

ACROCRM SOLUTION POUR GESTION COMMERCIALE. Gagnez du temps sur vos opérations de gestion commerciale. Tracez l historique détaillé de vos ventes Page 1 Spécialisée depuis plusieurs années dans le développement, la commercialisation, la mise en place et le soutien technique de logiciels de gestion spécialisés. ACROSOFT connait une grande stabilité

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

E - REPUTATION Commerce - Tourisme

E - REPUTATION Commerce - Tourisme E - REPUTATION Commerce - Tourisme 1 E - Reputation 1. Définition et contexte 2. Sites d'avis : Où trouve t-on les avis clients? 3. Et vous, que pouvez-vous faire? 4. Les Avis, un atout pour votre structure

Plus en détail

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS, pour qui? 4000 entreprises en région appartenant à 8 filières et représentant 25 000 emplois 420 Chercheurs et techniciens 250 Adhérents 2500

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

NORD PAS DE CALAIS LORRAINE BELGIQUE

NORD PAS DE CALAIS LORRAINE BELGIQUE NAMUR - BELGIQUE Du 27 au 28 novembre 2013 À l initiative de Total Développement Régional, CCI International Nord de France organise, en partenariat avec CCI International Lorraine et AGORIA (Fédération

Plus en détail