Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études"

Transcription

1 CB Richard Ellis France ViewPoint Octobre 2011 Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d étu RÉSUMÉ Après avoir été touché par la crise économique et financière au même titre que les autres marchés immobiliers, l activité sur le marché résidentiel haut de gamme à Paris a rapidement redémarré en 2010 et affiche encore aujourd hui un dynamisme certain, bien que les prix aient atteint sommets. Localisés pour l essentiel dans les beaux quartiers du Centre et de l Ouest parisien, les appartements de standing et les biens de prestige bénéficient toujours d un fort attrait notamment auprès d une clientèle internationale fortunée. DÉFINIR LE MARCHÉ RÉSIDENTIEL HAUT DE GAMME Le marché du haut de gamme est composé de biens, tinés à une clientèle à haut revenu, qui viennent se positionner au-sus produits traditionnels du marché. Outre leur taille, ces biens peuvent être caractérisés à partir de 3 types de critères entrant en ligne de compte dans l évaluation de leur attractivité : La localisation / situation : environnement privilégié, arrondissements ou quartiers chics, cotés, à l intérieur quels certaines rues ou vues sont particulièrement prisées du fait de leur proximité avec un ou plusieurs monuments, jardins ou places prestigieuses. L architecture et le ign : immeubles en pierre de taille, bel haussmannien, signature architecturale de renom, appartements avec de beaux volumes, qui peuvent disposer d une ou plusieurs terrasses, d une grande cour intérieure, d un jardin Des propriétaires sont parfois amenés à réaliser d importants travaux de rénovation afin de valoriser leurs biens et ainsi s assurer d une meilleure commercialisation. Le niveau de prestations offert, à travers les éléments de décoration intérieure, la qualité finitions, le confort et les équipements à disposition (cuisine à haute fonctionnalité, climatisation, stéréo, jacuzzi, piscine intérieure etc.). S y ajoutent également la qualité services de copropriété, principalement liés à la sécurité (gardiennage, entrée sécurisée, vidéo surveillance), à l entretien ou plus rarement au confort hôtes, un concept de copropriété à l américaine offrant une gamme de services très complète (de type conciergerie) faisant encore figure d exception à Paris. À partir de ces critères, 4 catégories de biens peuvent être définies au sein du marché haut de gamme : Les biens de standing qui composent la majorité biens du marché haut de gamme parisien. Il s agit d immeubles de type haussmannien courant (dans un style assez sobre, peu ouvragé), d habitations en brique ou en pierre de paris proposant de bons volumes, localisés dans secteurs préférentiels mais qui ne présentent pas de caractère unique ou prestigieux. Les biens de standing sont aujourd hui évalués aux alentours de /m². Les biens de grand standing, situés dans de très beaux immeubles (bel haussmannien, bel art déco avec de gran hauteurs sous plafond), au cœur plus beaux quartiers de la capitale (4 e, 5 e, 6 e, 7 e, 8 e, 16 e Nord, 17 ème Sud) et aux abords d un lieu emblématique ou d un monument historique. Ce type de bien est évalué aux alentours de /m² à /m². Les biens de prestige, situés aux emplacements les plus prisés de Paris (vue imprenable sur la Seine, sur un ou plusieurs monuments, places célèbres) et dont la valeur n est en aucune façon comparable aux prix constatés dans le quartier. Les propriétés de prestige bénéficient d un très haut niveau de prestations (architecture remarquable, confort particulièrement soigné) et se négocient entre /m² et /m². Les biens exceptionnels, uniques en leur genre (un hôtel particulier, une maison de ville, un triplex avec vue exceptionnelle) de par leurs éléments d architecture de renommée, leur décoration intérieure majestueuse et dont le niveau de prestations répond aux plus hautes exigences de confort et de qualité. Ce type de propriété présente atouts exceptionnels (grande cour intérieure donnant sur d immenses jardins, technologie moderne s intégrant parfaitement dans éléments de décor majestueux) et se commercialise à plus de /m².

2 UN MARCH É HAUT DE GAMME DYNAMIQUE Octobre 2011 France ViewPoint La très forte hausse prix de l immobilier résidentiel au cours dix dernières années a progressivement fait évoluer les paliers de valeurs à partir quels le marché haut de gamme parisien peut être défini. Traditionnellement, ce marché concernait les biens dont la valeur dépassait 1 M. Or à ce prix, avec les niveaux records atteints aujourd hui, de plus en plus d appartements de taille familiale, localisés dans immeubles de standing moyen et situés dans arrondissements ou quartiers moins prestigieux sont vendus à plus d 1 M. Le prix moyen à Paris atteint en effet /m² au 2 ème trimestre 2011 et les 1 er, 4 ème, 5 ème, 6 ème, 7 ème et 8 ème arrondissements ont vu leurs prix moyens franchir le cap /m². Au début années 2000, les ventes de plus d 1 M ne représentaient encore que 1 % à 1,5 % ventes totales d appartements dans Paris. Cette part a continuellement progressé passant de 1,6 % en 2003 à 5,6 % en 2008 avant que l activité ne connaisse un ralentissement certain entre le 4 ème trimestre 2008 et le 2 ème trimestre Alors que la période de récession avait été plus marquée sur l ensemble du marché immobilier parisien, la conjoncture défavorable a rapidement laissé place à un redémarrage de l activité sur le segment supérieur du marché. En 2010, près de ventes ont ainsi été conclues à un montant supérieur à 1 M, représentant 7,5 % ventes totales de l année. Au-delà de 2 M, les ventes restent rares et concernaient environ 300 biens pour l année 2010, soit 1,2 % ventes totales d appartements à Paris. Sur ce marché de niche, 80 % transactions ont été réalisées pour un montant inférieur à 4 M, avec une dominante de ventes comprises entre 2 M et 3 M. Les transactions au-delà de 4 M gardent un caractère exceptionnel (une trentaine en 2009 et une quarantaine en 2010) et portent essentiellement sur biens de prestige et quelques propriétés uniques en leur genre. Une envolée prix au m² : la prise en compte d un nouveau palier Les biens haut de gamme répondent à caractéristiques de localisation, d architecture et à une qualité de prestations biens particulières. La réunion de ces 3 critères amène à redéfinir un seuil de prix au m² à partir duquel un bien peut être considéré comme haut de gamme. Un prix de /m² apparaît aujourd hui comme la valeur minimum dans l immobilier haut de gamme parisien. Page 2 Évolution du prix moyen appartements à Paris (en /m², fin de période) Évolution du nombre de transactions > 2 M Évolution du nombre de transactions de plus d 1 M M et part sur les ventes totales à Paris (ventes libres) Évolution du nombre de transactions de plus de 2 M M et part sur les ventes totales à Paris (ventes libres)

3 Sur le marché appartements vendus à plus de /m², les biens compris entre /m² et /m² ont concentré, en moyenne, 90 % transactions réalisées depuis Les ventes signées à plus de /m² restent de fait beaucoup plus rares et ont en moyenne représenté 8 % à 11 % acquisitions réalisées à plus de /m² au cours de ces dernières années. En 2010 et au 1 er semestre 2011, le micromarché biens vendus à plus de /m² a connu un important regain d activité avec près de 160 ventes en 2010 et déjà 120 ventes au cours du 1 er semestre Parmi les 500 appartements vendus à plus de 2 M durant cette même période, 50 à 60 biens de prestige ont dépassé le prix de /m² alors qu une poignée de propriétés ont été acquises à prix records dépassant les /m² (8 biens dont 5 au 1 er semestre 2011). Répartition du nombre de transactions signées à plus de /m² à Paris (ventes libres) France ViewPoint Depuis 2010, près de la moitié transactions conclues à plus de /m² (47 %) concernait biens dont la surface n excédait pas 50 m² (soit près de ventes), tandis que 25 % de ces ventes concernaient biens de gran surfaces, supérieures à 100 m² (environ 800 ventes dont plus de 140 appartements d une surface supérieure à 200 m²). Au-delà de 50 m², ce sont ainsi près de ventes qui ont été réalisées sur le marché haut de gamme parisien entre 2010 et le 1 er semestre Répartition par surfaces transactions de plus de /m² en 2010 et au 1 er sem (ventes libres) Un attrait certain auprès d acquéreurs étrangers Le pouvoir d attraction de Paris ne faiblit pas d année en année, en particulier auprès acquéreurs étrangers. La ville est considérée comme l une places les plus prestigieuses au monde de par la qualité architecturale de ses immeubles, chargés d histoire et qui donnent vue sur monuments ou places reconnus mondialement. D après les analyses réalisées à partir données notariales, les étrangers ont ainsi représenté 18 % acheteurs pour biens vendus à plus de /m² entre 2006 et 2010 (avec un pic à 22 % en 2007). Sur l ensemble du marché parisien, les étrangers avaient réalisé 8 % acquisitions totales durant la même période. Les étrangers présents sur le marché haut de gamme parisien sont pour majorité ressortissants pays de l Union Européenne avec, en tête, les Italiens qui ont concentré près de 33 % achats réalisés à plus de /m² par étrangers entre 2006 et Ils sont suivis par les Britanniques (7%). Ces acquéreurs sont surtout présents dans les quartiers de la Rive Gauche autour de lieux célèbres tels que Saint-Germain--Prés ou l Hôtel Invali. Part d acquéreurs étrangers dans les ventes de biens à plus de /m² entre 2006 et 2010 (ventes libres) Page 3 Octobre 2011

4 Octobre 2011 France ViewPoint En dehors Européens, les Nord-Américains (13 % acquéreurs étrangers), notamment, privilégient le 6 ème et le 7 ème arrondissement alors que les acquéreurs du Moyen-Orient (4 %) sont essentiellement présents dans le 8 ème autour de l avenue Champs Elysées. Près de 20 % acquéreurs étrangers sont de nationalités diverses, prises une par une celles-ci apparaissent en effet trop peu représentatives pour être exploitées par les bases notariales. Les marchés visés par la riche clientèle internationale ne sont finalement qu un assemblage de micro-quartiers devenus souvent inaccessibles à la clientèle française. Un marché accaparant l Ouest Parisien Les transactions de plus d 1 M sont devenues plus courantes ces dernières années et sont observées dans tous les arrondissements de la capitale, même dans le 19 ème et 20 ème (les moins chers de Paris et dont le parc de logements est principalement composé d habitations de standing moyen). Les transactions signées à plus de 2 M sont beaucoup plus rares et sont pour l essentiel localisées dans les arrondissements du Centre (1 er, 3 ème, 4 ème, 5 ème, 6 ème ) et surtout de l Ouest parisien (7 ème, 8 ème, 16 ème ). Ces arrondissements abritent en effet les plus beaux quartiers de Paris, constitués d immeubles et propriétés à l architecture de standing localisés à proximité monuments et places les plus prestigieuses. Les 7 ème, 8 ème et 16 ème sont par ailleurs Répartition par arrondissement appartements vendus à plus de 2 M M en 2010 (ventes libres) 5 Page 4 Nombre de transactions de plus de 2 M Présence de transactions de plus de 2 M Présence de transactions de plus de 4 M Principales nationalités acquéreurs étrangers pour biens de plus de /m² entre 2006 et 2010 les arrondissements ayant les parts les plus importantes de grands logements parmi les résidences principales avec respectivement 33 %, 37 % et 36 % de 4 pièces et plus. Ces trois arrondissements concentrent la grande majorité transactions du marché résidentiel haut de gamme de Paris avec plus de 80 % ventes conclues à plus de /m² en Les quartiers les plus cotés sont localisés autour d artères chics comme celles situées sur l avenue Champs Elysées, la rue du Faubourg Saint-Honoré, les quais de Seine, le boulevard Saint-Germain ou dans secteurs proches de lieux emblématiques (Champ-de-Mars, Saint-Germain--Prés, jardin du Luxembourg ). Part appartements vendus à plus de /m² sur les ventes totales en 2010 (ventes libres) Moins de 5 % De 10 à 20 % De 20 à 40 % Plus de 40 %

5 FOCUS LE 7 ème ARRONDISSEMENT : UNE LOCALISATION PRÉFÉRENTIELLE Le 7 ème arrondissement fait partie «beaux quartiers» de la capitale avec un environnement privilégié autour de monuments et lieux emblématiques tels que la Tour Eiffel Champ-de-Mars ou l Hôtel Invali. Son parc de logement est principalement constitué d immeubles de standing à l architecture d exception qui concentrent l un plus importants marchés d habitations haut de gamme de Paris. L arrondissement se distingue en outre par une forte proportion de très grands appartements, 21 % résidences principales comportant 5 pièces ou plus contre 9 % à Paris. En 2010, les transactions supérieures à 2 M ont représenté 11 % ventes enregistrées dans l arrondissement alors que cette part n est que d 1,2 % à Paris. Le marché haut de gamme du 7 ème est principalement localisé dans le quartier de Saint-Thomas d Aquin (50 ventes pour un prix supérieur à 2 M, soit 20 % du total ventes dans le quartier) et à un degré moindre dans les deux autres quartiers situés en bords de Seine, Invali et Gros Caillou (avec respectivement 12 % et 6 % de ventes conclues pour plus de 2 M ). Le quartier École Militaire n a lui dénombré que 3 % de ventes d un montant supérieur à 2 M. En 2010 et au 1 er semestre 2011, 48 % ventes totales dans l arrondissement ont été conclues à plus de /m² avec une certaine homogénéité prix entre les 4 quartiers de l arrondissement. Les disparités de prix observées entre ces 4 quartiers apparaissent en effet beaucoup moins marquées que celles constatées dans les 8 ème et 16 ème arrondissements où les quartiers Champs Elysées et de Chaillot concentrent à eux seuls la grande majorité ventes d appartements haut de gamme Part appartements vendus à plus de /m² entre 2010 et 2011 (ventes libres) De 40 % à 50 % De 50 % à 60 % Source: Notaires d Ile de France BASE BIEN France ViewPoint Quartier du 7 ème arrondissement Prix moyen 2T 11 Part ventes > 2 M en 2010 St-Thomas d Aquin /m² 20 % Invali /m² 12 % Gros Caillou /m² 6 % École Militaire /m² 3 % Paris 7 ème /m² 11 % Certaines rues du 7 ème arrondissement présentent biens de prestige dont la valeur constatée dépasse les /m². Ainsi, près du boulevard Saint-Germain, sur les quais de Seine, autour de l Assemblée Nationale, ainsi qu à proximité du Champ-de-Mars, biens de prestige voire exceptionnels pour certains sont vendus à prix records allant de /m² à plus de /m². Les quartiers Gros Caillou et École Militaire présentent biens d une gamme plus «classiques» mais qui restent de qualité avec prix moyens supérieurs à /m². PARIS : UNE PLACE PRIVILÉGIÉE SUR LE MARCHÉ INTERNATIONAL Le marché de l habitation haut de gamme à Paris est l un plus prisé sur le plan mondial au même titre que Londres, New York et Genève. Les prix ont eu tendance à s uniformiser ces dernières années entre ces quatre capitales même si Londres se place en tête avec prix records pouvant dépasser /m², suivi par Monaco. Ces dernières années, les capitales asiatiques (hormis Tokyo) sont celles qui ont connu les plus fortes hausses, liées à leur fort développement économique. Les gouvernements de ces pays ont toutefois instauré mesures visant à limiter l inflation prix de l immobilier gran métropoles (Hong-Kong, Singapour) pour tenter d enrayer la spéculation immobilière. Les valeurs «prime» sur le marché international Source : CBRE Research, Notaires,... Page 5 Octobre 2011

6 CES ACQUISITIONS QUI ÉCHAPPENT AUX RELEVÉS STASTISQUES Octobre 2011 France ViewPoint CONTACTS Aurélie LEMOINE Directrice Étu et Recherche Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0) David TRAN Chargé d étu Étu et Recherche Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0) Bien que puisées aux meilleures sources, les informations que nous publions ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de CB Richard Ellis ou du groupe CB Richard Ellis. La reproduction de tout ou partie du présent document est autorisée sous l expresse réserve d en mentionner la source. CB Richard Ellis Ressources - Groupement d Intérêt Economique Siège social : , rue de Courcelles PARIS - Siren : RCS Paris Page 6 Sur le segment du très haut gamme qui bénéficie toujours d un fort attrait auprès d acquéreurs étrangers nonrésidents, les montages financiers réalisés via banques privées et gestionnaires de gran fortunes donnent un caractère extrêmement confidentiel à ce type d acquisitions. Le volume total que peuvent représenter ces achats reste difficilement quantifiable mais concernerait une part relativement significative acquisitions non-résidents sur ce marché du très haut de gamme. Pour l ensemble du marché résidentiel, toutes les transactions ne sont pas obligatoirement enregistrées dans les bases notariales, cette tâche étant non obligatoire une fois les actes de ventes conclus. Les statistiques notariales sont en effet alimentées sur la base du volontariat et ne sauraient de fait être exhaustives. EXEMPLES DE TRANSACTIONS POUR DES BIENS DE PLUS DE 100 M² À PARIS ENTRE 2008 ET 2011 Notaires d Ile-de-France BASE BIEN Etienne BEUNAS Président Tél. : 33 (0) Esther LOS Analyste Valorisation Tél. : 33 (0) Jean-Christophe OLIVE Grand Compte Résidentiel Tél. : 33 (0) Pierre BERAUD-SUDREAU Grand Compte Résidentiel Tél. : 33 (0) Emmanuelle BARNIER Résidentiel Agence Neuilly Tél. : 33 (0) Fax : 33 (0)

France ViewPoint. Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ

France ViewPoint. Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ CBRE www.cbre.fr/fr_fr/etude Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études RÉSUMÉ Depuis 2012, les signes de ralentissement se sont progressivement multipliés sur le marché résidentiel

Plus en détail

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR JUIN 2015. Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal. www.jlr.ca ÉTUDE JLR JUIN 2015 Rapport des copropriétés au pied carré sur l île de Montréal www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Le prix médian au pi2 d une copropriété dans l agglomération de Montréal était de 304 $ en 2014,

Plus en détail

Eco-prêts à taux zéro

Eco-prêts à taux zéro Eco-prêts à taux zéro Bilan de l éco-ptz en Midi-Pyrénées Septembre 211 CRC MIDI PYRÉNÉES Comité régional de concertation du bâtiment des travaux publics et des matériaux de construction 35B, boulevard

Plus en détail

Parcours d acquisition de la résidence principale :

Parcours d acquisition de la résidence principale : www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Parcours d acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité JUIN 2015 sommaire PAGE 02 synthèse PAGE 04 Du rêve à la réalité

Plus en détail

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER Dans la zone d emploi du Genevois français, un «ménage actif» sur deux est concerné par le travail frontalier. Les

Plus en détail

FOCUS SUR LES INDICES PAR TAILLE DES APPARTEMENTS EN ILE-DE-FRANCE

FOCUS SUR LES INDICES PAR TAILLE DES APPARTEMENTS EN ILE-DE-FRANCE FOCUS SUR LES INDICES PAR TAILLE DES APPARTEMENTS EN ILE-DE-FRANCE Paris, le 12 septembre 2013 I. Introduction Les marchés immobiliers sont par essence hétérogènes et deux biens ne sont jamais strictement

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS

ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS ACANTHE DEVELOPPEMENT Société Européenne au capital de 17 206 397 euros 2 rue de Bassano - 75116 PARIS 735 620 205 RCS PARIS CHIFFRE D AFFAIRES INFORMATION TRIMESTRIELLE 4 ème trimestre 2012 INFORMATION

Plus en détail

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes

La construction de logements neufs. Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction de logements neufs Communauté urbaine et aire urbaine de Nantes La construction neuve dans la Communauté urbaine de Nantes de janvier 2004 à décembre 2006 Plus de 12 000 logements construits

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Immobilier de haut de gamme : explosion du nombre de ventes et des prix dans le monde. En total décalage en 2013, Paris rebondit finalement en ce début 2014 Cette étude porte sur les

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006

Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 La Note de l Observatoire de l Habitat N 11 Impact du coût du logement sur le budget des ménages selon leur niveau de vie en 1996 et en 2006 Introduction 1 Entre 1996 et 2006, le coût des logements s est

Plus en détail

Segment 9: Front Offices premium

Segment 9: Front Offices premium 14.11.214 Segment : Front Offices premium Segments de la demande dans le marché des bureaux Fahrländer Partner AG Raumentwicklung Eichstrasse 23 845 Zürich +41 44 466 7 info@fpre.ch www.fpre.ch www.fpre.ch

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

BATITERRE. L immobilier sur Mesure

BATITERRE. L immobilier sur Mesure BATITERRE L immobilier sur Mesure L ÉDITO + Né de la volonté d entreprendre et de la compétence d hommes et de femmes, à bâtir une société immobilière solide, le GROUPE BATITERRE est toujours resté fidèle

Plus en détail

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g Contact: Agence PRESSE Contact: CPoR Devises Bettina MANNINA François de LASSUS 06 09 82 51 35 04 91 26 02

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012

LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY. Juillet 2012 LA QUALITÉ DE L AIR EN 2011 À ÉVRY Juillet 20 LA QUALITE DE L'AIR A EVRY EN 2011 COMPLEMENT A LA QUALITE DE L'AIR EN ESSONNE 1. INTRODUCTION La station de surveillance de la qualité de l air d Evry a été

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 17 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 4 ème TRIMESTRE 2013 1 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 4 ème trimestre 2013 En glissement trimestriel,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

2014 DLH 1149 Rapport d activité du Conseil du Patrimoine de la Ville de Paris Année 2013. Communication au Conseil de Paris

2014 DLH 1149 Rapport d activité du Conseil du Patrimoine de la Ville de Paris Année 2013. Communication au Conseil de Paris Direction du Logement et de l Habitat Sous-Direction de la Politique du Logement Service d administration d immeubles Bureau de la gestion locative, des ventes et transferts aux bailleurs sociaux 2014

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015

Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Mardi 1er septembre 2015 Point marché SCPI de rendement 2 e trimestre 2015 Le dynamisme affiché par les SCPI de rendement au 1er trimestre 2015 s est poursuivi au cours deuxième trimestre.

Plus en détail

Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études Pierre BERAUD-SUDREAU et Jean-Christophe OLIVE, Consultants

Le marché résidentiel Haut de Gamme à Paris David TRAN, Chargé d études Pierre BERAUD-SUDREAU et Jean-Christophe OLIVE, Consultants CBRE www.cbre.fr/fr_fr/etu Le marché résintiel Haut Gamme à Paris David TRAN, Chargé d étu Pierre BERAUD-SUDREAU et Jean-Christophe OLIVE, Consultants RÉSUMÉ En 2014, le marché résintiel haut gamme peine

Plus en détail

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ c h a p i t r e 1 VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ A Précautions avant d acheter Vous venez de visiter un appartement situé dans un immeuble en copropriété qui vous plaît à tous points de

Plus en détail

L immobilier décoté, le nouveau bon plan pour votre épargne.

L immobilier décoté, le nouveau bon plan pour votre épargne. L immobilier décoté, le nouveau bon plan pour votre épargne. INTRODUCTION Qu est-ce que l immobilier décoté? Décoté signifie : en dessous de la valeur du marché. L immobilier décoté est l achat d un bien

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

La promotion immobilière privée

La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée La promotion immobilière privée en Bretagne Romantique est peu active, comme dans l ensemble des territoires périurbains. Les promoteurs restent prudents à lancer de nouveaux

Plus en détail

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002

STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE CONSTAT 2002 1 STATIONNEMENT MÉTHODOLOGIE Le stationnement constitue l un des leviers les plus importants pour le choix modal, il occupe donc une place privilégiée dans la politique des déplacements. Seul le stationnement

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014

Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 2014 Mouvements des entreprises au Répertoire des Métiers 1er Semestre 214 Observatoire des Métiers et de l Artisanat Région Centre Août 214 Au 3 juin 214, le nombre d entreprises inscrites au RM a dépassé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011. La meilleure solution au logement des seniors N 1 DES RÉSIDENCES SERVICES SENIORS «NOUVELLE GÉNÉRATION» www.domitys.

DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011. La meilleure solution au logement des seniors N 1 DES RÉSIDENCES SERVICES SENIORS «NOUVELLE GÉNÉRATION» www.domitys. DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2011 N 1 DES RÉSIDENCES SERVICES SENIORS «NOUVELLE GÉNÉRATION» La meilleure solution au logement des seniors LE GROUPE EN QUELQUES LIGNES DOMITYS est une société du Groupe AEGIDE.

Plus en détail

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants

Baromètre FCIQ. du marché résidentiel. Région métropolitaine de Trois-Rivières. Faits saillants Baromètre FCIQ Le du marché résidentiel Région métropolitaine de Trois-Rivières Faits saillants Rebond des ventes sur le marché immobilier résidentiel de Trois-Rivières au premier trimestre de 2014 record

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS

L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS 5 note n 5, septembre 25 L'ÉVOLUTION DE LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS AU LUXEMBOURG ENTRE 197 ET 22 I I NTRODUCTION Ce 5ème numéro de la Note de l Observatoire a comme objet l analyse de la production de

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général La confiance des consommateurs à nouveau au rendez-vous. En France, au 2 ème trimestre 2015, le PIB, la confiance des ménages et le taux de chômage se stabilisent : - Le

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements

Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Note méthodologique sur la statistique des prix de vente des appartements Publication commune du STATEC et de l Observatoire de l habitat du ministère du Logement Décembre 2013 Ce document méthodologique

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants. Département Finance

La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants. Département Finance La vente des logements en France : caractéristiques et intervenants Département Finance FICHE TECHNIQUE Enquête postale réalisée pour L ADRESSE par TNS Sofres: Echantillon tiré du panel Métascope de TNS

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français.

La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. INVESTISSEMENT LOCATIF ET DEFISCALISATION DANS LA MAISON INDIVIDUELLE La maison individuelle, le rêve de 75% des Français. C est indéniable, trois français sur quatre souhaitent vivre en maison individuelle.

Plus en détail

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1

Rapport des statistiques 2004 Permis de construction et de rénovation TABLE DES MATIÈRES. Présentation... 1 Préparé par : Samuel Gemme Inspecteur des bâtiments Le 11 janvier 2005 2005 Permis de construction et de rénovation i TABLE DES MATIÈRES Présentation... 1 Analyse des permis pour les constructions neuves...

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 20 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 3 ème TRIMESTRE 2014 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 3 ème trimestre 2014 En glissement trimestriel,

Plus en détail

Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest

Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest >> PRIX Le baromètre de l immobilier par les Notaires de l Ouest Bretagne Sept 2 015 La reprise sur les volumes des ventes dans l ancien se confirme : +16% pour les appartements et +17% pour les maisons.

Plus en détail

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine

Patrimoine des ménages en 2013 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné une nouvelle et nette progression du patrimoine Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2014 La hausse des cours des actions et des prix immobiliers a entraîné

Plus en détail

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours.

La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. La revalorisation des petites et moyennes foncières est en cours. Résumé / conclusion : La bonne performance du secteur immobilier coté en 2012 a principalement bénéficié aux grandes capitalisations du

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

La copropriété revue au pied carré

La copropriété revue au pied carré La copropriété revue au pied carré Pour une deuxième année consécutive, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) a étudié le prix moyen au pied carré des copropriétés dans le but d établir

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research septembre 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs acquéreurs stratégiques

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Les travaux d entretien et d amélioration 2

Les travaux d entretien et d amélioration 2 Les travaux d entretien et d amélioration 2 Aux dépenses courantes de logement que les ménages doivent supporter (loyers, remboursements d emprunts, énergie), viennent s ajouter les coûts des travaux d

Plus en détail

APECA Siège social et régions

APECA Siège social et régions Vérification de l Instrument de délégation et de responsabilisation en matière de nomination (IDRN) APECA Siège social et régions Direction de la vérification interne Rapport final Juillet 2007 TABLE DES

Plus en détail

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 statnews informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 La reproduction totale ou partielle du présent bulletin d'information est autorisée à condition d'en citer la source Les femmes dans la société

Plus en détail

Villa. Anatole. Une situation exceptionnelle. Levallois INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER ANCIEN

Villa. Anatole. Une situation exceptionnelle. Levallois INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER ANCIEN Villa Anatole Une situation exceptionnelle à Levallois INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER ANCIEN Levallois, l art de conjuguer vitalité et sérénité Prolongement naturel du XVII e arrondissement,

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des

Plus en détail

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca

ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015. Les hypothèques légales. www.jlr.ca ÉTUDE JLR 20 AVRIL 2015 Les hypothèques légales www.jlr.ca LES HYPOTHÈQUES LÉGALES Afin d observer les variations dans les mauvaises créances immobilières, les préavis d exercice et les délaissements sont

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général Les signaux positifs relevés au cours du 2 nd semestre 2013 se sont confirmés mais la reprise s avère timide. En France, au 1 er semestre 2014, le contexte économique est

Plus en détail

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes :

Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : 2. Le marché locatif Activité globale Selon les professionnels de l immobilier interrogés, les principaux constats concernant le marché locatif sont identiques aux années précédentes : - Une activité relativement

Plus en détail

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES

LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Septembre 2015 ID Comprendre le secteur de l électricité en un seul clic LA FIN DES TARIFS RÉGLEMENTÉS DE VENTE DE L ÉLECTRICITÉ POUR LES ENTREPRISES Note de conjoncture À partir du 1er janvier 2016, les

Plus en détail

sances visuelles ou sonores liées par exemple à la présence d un hôpital ou d un établissement industriel).

sances visuelles ou sonores liées par exemple à la présence d un hôpital ou d un établissement industriel). Labonneméthodepour évaluersesbiensimmobiliers Date : 09/05/2014 PATRIMOINE ESTIMATION// L immobilier représente souvent une part très importante du patrimoine des assujettis à l ISF. D où l importance

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014

BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 BULLETIN SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL RÉGION MÉTROPOLITAINE DE RECENSEMENT DE MONTRÉAL 1 2014 ANALYSE DES GRANDS INDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL L emploi Le taux d emploi des personnes âgées de 15 à 64 ans

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

COLLECTION PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN

COLLECTION PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN COLLECTION Ce que tout propriétaire ou copropriétaire doit connaître Union des Syndicats de l Immobilier PARTIES PRIVATIVES PARTIES COMMUNES ÉLÉMENTS D ÉQUIPEMENT COMMUN Notre métier, c est votre garantie

Plus en détail

Plan d Aménagement. Le projet d aménagement de la Pointe Simon s effectue en deux phases : Phase 1 : «Presqu île»

Plan d Aménagement. Le projet d aménagement de la Pointe Simon s effectue en deux phases : Phase 1 : «Presqu île» Plan d Aménagement Le projet d aménagement de la Pointe Simon s effectue en deux phases : Phase 1 : «Presqu île» 1 er Projet : 2 ème Projet : 3 ème Projet : La Tour de bureaux La résidence «Condominium

Plus en détail

Les entrepôts de stockage

Les entrepôts de stockage Direction Régionale de l Equipement Déplacements Transports Les entrepôts de stockage en Midi-Pyrénées depuis 25 ans septembre 2007 Introduction : De plus en plus d acteurs économiques ou politiques mesurent

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016

Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 Étude annuelle Crédit immobilier Bilan 2015 et perspectives 2016 BILAN DE L ANNÉE 2015 : Évolution des taux en 2015 : les taux d intérêt pour un crédit sur 20 ans ont baissé de 0,15 % au cours des 12 derniers

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

Suivi du logement étudiant. Exploitation du fichier de l ALESC Association pour le Logement des Etudiants de Compiègne - UTC

Suivi du logement étudiant. Exploitation du fichier de l ALESC Association pour le Logement des Etudiants de Compiègne - UTC ARC Suivi du logement étudiant Exploitation du fichier de l ALESC Association pour le Logement des Etudiants de Compiègne - UTC Note de travail juillet 2010 Agence d urbanisme et de développement Oise-la-Vallée

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS

RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS RAPPORT TRIMESTRIEL SUR LE MARCHE DES TELECOMMUNICATIONS Janvier Mars 2014 Introduction Aux termes de l article 127 de la loi n 2011-01 du 24 février 2011 portant Code des Télécommunications, l Autorité

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français

Géographie. Chapitre n. L organisation du territoire français Géographie Chapitre n. L organisation du territoire français I) L agglomération parisienne Problématiques : Comment se manifestent le poids et le rayonnement de Paris? Quels sont les contrastes territoriaux

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail