COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER Ordre du jour

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour"

Transcription

1 COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du 17 septembre Emploi Situation économique Tableau de bord de l emploi et impact des outils récemment déployés sur l évolution de l emploi en France (CICE, contrats de génération, emplois d avenir, ) GPEC : Etat d avancement des actions du GIM et de l UIMM77 Accord national du 12 décembre 2013 en faveur de l emploi des personnes en situation de handicap Projet d enquête sur les besoins de recrutement Information : projets de licenciements pour motif économique de 10 salariés et + envisagés par les entreprises 3. Formation CQPM : Bilan de l activité 2013 ADEFIM-RP et ADEFIM 77 : o Bilan 2013 o Fusion et perspectives 2014 FONGECIF Ile de France : activités 2013 Taxe d apprentissage : o Affectation de l excédent des frais de gestion de la collecte GIM-TA 2012 sur salaires 2011 o Bilan de la collecte 2013 o Perspectives 2014 Apprentissage industriel : o Situation des CFAI Ile de France au 31 décembre 2013 o Projets éventuels rentrée 2014 Réflexions et échanges sur l attractivité des métiers industriels et des formations (suite au groupe de travail Emploi du 5/11/ Questions diverses 1

2 Le GIM accueille les participants auxquels il souhaite une très bonne année Rappelant que l ordre du jour de la présente réunion est riche, compte tenu notamment des demandes qui avaient été formulées lors de la précédente séance, il propose d aborder sans attendre les thèmes prévus, sauf intervention préalable des membres de la CPREFP Ile de France. En l absence de toute demande de prise de parole, l ordre du jour est abordé. 1. Adoption du compte-rendu de la séance du 17 septembre 2013 Le GIM rappelle que le projet de compte rendu de la séance du 17 septembre 2013 a été envoyé aux membres de la CPREFP par courrier accompagné d un CD-ROM le 11 octobre 2013.Un mail informant les participants de cet envoi leur a été envoyé à la même date. Aucune observation n a été formulée. Le compte-rendu de la séance du 17 septembre 2013 est donc définitivement adopté. Il fera l objet d une transmission à la CPNE. 2. Emploi Situation économique 2

3 3

4 4

5 5

6 6

7 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 12

13 13

14 14

15 15

16 16

17 17

18 18

19 19

20 20

21 21

22 La délégation FO réagit à cette présentation en rappelant qu outre les facteurs à l origine de la stagnation de l activité évoqués, le ralentissement de l activité est également dû au gel ou à la baisse des salaires parfois constatés, alors que la répartition privilégie de manière générale la rémunération des actionnaires. 22

23 Face au constat de la décroissance de la part de l industrie, et de la hausse du poids des activités de services, l UIMM 77 rappelle que de nombreuses activités de service relevaient précédemment du secteur industriel qui les mettait en œuvre. Tableau de bord de l emploi et impact des outils récemment déployés sur l évolution de l emploi en France (CICE, contrats de génération, emplois d avenir, ) 23

24 24

25 25

26 26

27 27

28 28

29 29

30 30

31 31

32 32

33 33

34 34

35 35

36 36

37 37

38 38

39 39

40 40

41 41

42 42

43 43

44 44

45 45

46 46

47 Au cours de cette présentation, et concernant la partie relative aux contrats aidés, l UIMM 77 exprime qu à son avis les contrats d apprentissage ne devraient pas entrer dans cette catégorie, car ils sont par essence d une autre nature compte tenu de l importance du volet formation et insertion dans l entreprise qui les caractérise. 47

48 L UIMM 77 indique également que le CICE, par construction, ne trouve son efficacité immédiate qu à la condition que l entreprise bénéficiaire soit assujettie à l impôt. Or de nombreuses entreprises industrielles positionnées sur le marché concurrentiel sont souvent insuffisamment redevables de l impôt pour que ce dispositif leur soit pleinement applicable. A contrario, les entreprises qui ne sont pas confrontées à la concurrence comme La Poste en bénéficient à plein, ce qui est paradoxal. La délégation CGT intervient pour noter avec force qu à son avis, beaucoup d exonérations de charges ont été accordées aux entreprises sans réelles contreparties en matière d emploi notamment. Elle note que le poids de la rémunération du capital est tel qu il peut représenter un frein à des investissements vitaux pour l entreprise telles les sommes consacrées à la Recherche et au Développement, par exemple deux fois plus importantes en Allemagne qu en France. La délégation CGT s interroge sur l action du GIM sur ces sujets, tout comme sur la question de l information et de l emploi des jeunes, et affirme la nécessité de propositions d actions pour aider les PME qui créent des emplois, et combattre celles qui ne jouent pas le jeu. Le GIM rappelle son implication depuis plus de 20 ans sur le sujet de l information, de l orientation et de la formation des jeunes au travers de la mise en œuvre de l Opération Planète Métal déployée auprès des collégiens, lycéens, et publics post-bac, ainsi que des parents, enseignants et personnels de l Education Nationale. L UIMM 77 pour sa part rappelle que si le fruit de l activité des grands groupes internationaux provient souvent d activités déployées hors de France, la présence des sièges sociaux sur le territoire national conduit à une redistribution en France. La statistique donnant le poids relatif de la rémunération du travail et de celle du capital doit prendre en compte cette réalité. L UIMM77 demande enfin que l on cesse d opposer les Groupes majeurs tels ceux figurant au CAC40, aux PME, compte tenu du rôle d entrainement pour les PME que peuvent représenter les grands groupes internationaux. La délégation FO constate que les interventions des membres de la CPREFP traduisent une réelle bonne volonté de tous pour contribuer à l amélioration de la situation des entreprises et du pays. Mais elle constate également qu il est difficile d avoir de vrais leviers d action sur une situation mondialisée marquée par une concurrence acharnée et un contexte général complexe. 48

49 GPEC : Etat d avancement des actions du GIM et de l UIMM77 49

50 50

51 51

52 52

53 53

54 54

55 Sur les POEC, le constat est fait de la difficulté fréquente pour les PME qui demandent l engagement de ce dispositif, à franchir ensuite l étape du recrutement : problèmes de distances entre lieu de l entreprise et lieu du domicile des candidats, disparition du besoin de recrutement à l origine de la demande... La délégation CFE-CGC souhaiterait réfléchir sur l idée de plateformes permettant la mise en œuvre de périodes de mobilité sécurisées. Sur ce thème proche des questions de prêt de main d œuvre, l UIMM77 pointe les nombreuses difficultés de mise en œuvre de tels dispositifs, comme par exemple les questions de formation aux règles de sécurité spécifiques à l entreprise d accueil, ou la différence de moyens des entreprises. Le GIM rappelle l existence dans la branche Métallurgie d un job-board. Un échange s installe ensuite sur la question des difficultés de mobilité. La délégation patronale indique que ces questions de mobilité sont régulièrement invoquées à l appui de non-prises de postes, et regrette que ce motif figure encore parmi les premiers motifs invoqués. La CFDT et les organisations syndicales affirment quant à elles qu il ne sert à rien de nier cette réalité, aux facettes multiples (conditions de transport, problèmes de logement, situation du conjoint), que rencontrent de nombreux salariés ou demandeurs d emploi. 55

56 Accord national du 12 décembre 2013 en faveur de l emploi des personnes en situation de handicap 56

57 57

58 58

59 59

60 60

61 La délégation CGT rappelle que cette organisation n a pas signé cet accord, à ses yeux insuffisamment contraignant pour les entreprises. Elle s inquiète des pratiques de certaines entreprises qui lient handicap avec inaptitude et licenciement. La délégation patronale indique qu au contraire, de nombreux groupes industriels sont en recherche de personnes en situation de handicap, tant pour des raisons réglementaires que pour l intérêt en 61

62 matière de relations sociales dans l entreprise que peut représenter l intégration de personnes en situation de handicap. Projet d enquête sur les besoins de recrutement Le GIM fait part d un projet d enquête sur les besoins de recrutement des entreprises initié par l Observatoire Prospectif et Analytique des Métiers et Qualifications de la Métallurgie, instance paritaire. Cette enquête s appuierait sur le recensement via un lien internet dédié à chaque chambre syndicale de la métallurgie de données sur les besoins de recrutement des entreprises. Ces données seraient consolidées dans une base de données qui viendrait ensuite alimenter l outil territorial d observation de branche. Pour réaliser cette enquête, 2 prestataires de service pressentis sont en cours de sélection. Information : projets de licenciements pour motif économique de 10 salariés et + envisagés par les entreprises La liste des projets de licenciements pour motif économique de 10 salariés et plus communiqués à la CPREFP Ile de France est remise sur table (elle est jointe en annexe 1 au présent compte rendu) 62

63 3. Formation CQPM : Bilan de l activité

64 64

65 65

66 66

67 67

68 ADEFIM-RP et ADEFIM 77 : o Bilan 2013 o Fusion et perspectives

69 69

70 70

71 71

72 72

73 73

74 74

75 75

76 76

77 77

78 78

79 79

80 80

81 81

82 82

83 83

84 84

85 85

86 FONGECIF Ile de France : activités 2013 Taxe d apprentissage : o Affectation de l excédent des frais de gestion de la collecte GIM-TA 2012 sur salaires 2011 o Bilan de la collecte 2013 o Perspectives 2014 Le GIM fait part tout d abord de la destination donnée à l excédent de frais de gestion de la campagne de taxe d apprentissage 2012 sur salaires 2011 opérée par GIM-TA. En fin d exercice 2012, cet excédent ressort à , dans les comptes validés par l Assemblée générale de GIM -TA du 19 juin Cet excédent a été réparti ainsi qu indiqué sur le tableau ci-dessous : 86

87 Cette affectation ne donne lieu à aucune observation des membres de la CPREFP Ile de France. Le GIM fait ensuite le point sur la collecte de taxe d apprentissage 2013 sur salaires 2012 opérée par GIM-TA 87

88 Le montant des sommes non affectées par les entreprises ressort à , affectés ainsi qu il suit : Cette affectation ne donne lieu à aucune observation des membres de la CPREFP Ile de France. Enfin le GIM informe les membres de la CPREFP Ile de France de la décision prise d inviter les entreprises à confier en 2014 le traitement de leur dossier taxe d apprentissage à l ADEFIM Ile de France, qui en assurera le traitement par délégation de l OPCAIM (habilité comme organisme collecteur de taxe d apprentissage). Cette décision vise à anticiper les impacts sur GIM-TA de la réforme de la taxe d apprentissage engagée par les pouvoirs publics, et à inscrire en conséquence l action du GIM dans la rationalisation de l outil de collecte engagée par l UIMM depuis plusieurs années. Le GIM souligne que le recours à l ADEFIM Ile de France / OPCAIM n aura aucun impact sur la nature et la qualité de service assurées aux entreprises (Aide à la préparation des déclarations, établissement des justificatifs fiscaux, contrôle et exécution des instructions de reversement des entreprises, ). De la même manière, et sauf modification réglementaire ou conventionnelle à intervenir, les modalités d affectation des sommes laissées en disponible par les entreprises ne subiront pas de changement : les affectations de ces sommes décidées par l organisation seront portées à la connaissance de la CPREFP Ile de France. 88

89 Apprentissage industriel : o Situation des CFAI Ile de France au 31 décembre

90 Réflexions et échanges sur l attractivité des métiers industriels et des formations (suite au groupe de travail Emploi du 5/11/2013) Le GIM rappelle qu un groupe de travail issu de la CPREFP Ile de France s est réuni le 5 novembre 2013 sur décision de la CPREFP Ile de France réunie en séance plénière du 17 septembre 2013.(compte rendu de séance du 5 novembre joint en annexe 2) Ce groupe a pour vocation de traiter des problématiques spécifiques en matière d emploi, et d alimenter la réflexion de la CPREFP Ile de France. Lors de sa réunion du 5 novembre 2013, le groupe a mis l accent sur les problématiques d attractivité des métiers industriels, et a conclu à la nécessité de soumettre ce thème à la prochaine séance plénière de CPREFP, soit ce jour. Après échanges, la CPREFP Ile de France valide le choix de ce thème et propose d inviter le groupe de travail à poursuivre ces travaux sur ce sujet. La prochaine réunion de ce groupe est fixée au 16 avril 2014, 14h30, au GIM. 4. Questions diverses En l absence de questions diverses, la séance est levée. PROCHAINE SEANCE CPREFP Ile de France: Mardi 7 octobre h30 90

91 Annexe 2 : Compte rendu du groupe de travail «Emploi» du 5 novembre Groupe de travail «Emploi» issu de la CPREFP Ile de France Réunion du 5 novembre 2013 Participants CFE-CGC : FO : GIM : M. MARDINE M.BIEBER M.BIERNAT M.BERNHARDT M.BORONIEC M.FOSSAERT La séance est ouverte à 14h30. Le groupe de travail se réunit, suite à la décision prise en séance plénière de la CPREFP Ile de France du 17 septembre 2013, sur le thème de l amélioration des présentations sur la situation de l emploi faites en CPREFP. La délégation FO confirme tout d abord que sa participation à ce groupe ne constitue en rien une remise en cause de la qualité et de l utilité des présentations sur l emploi faites en CPREFP. Pour FO, ce groupe de travail a pour vocation de se recentrer sur les problématiques de l emploi en Ile de France. FO souhaite que ce groupe de travail puisse lister différents thèmes sur ces problématiques, les étudier pour identifier des pistes de proposition dont se saisirait ensuite la CPREFP Ile de France pour élaborer des propositions ou recommandations. La CFE-CGC indique souhaiter également dépasser la fonction de constat exercée par la CPREFP Ile de France, pour approcher une mission plus prospective. Ainsi elle suggère que sans attendre la publication de statistiques officielles souvent très longues à réaliser, la branche se dote d indicateurs simples permettant de mesurer simplement mais rapidement l efficacité de dispositifs tels par exemple le CICE, le recours au chômage partiel, etc... Sur ces points, le GIM rappelle que la CPREFP Ile de France a été informée d actions en cours ou récentes, telles le déploiement du job-board, l enquête flash sur les sous-traitants du secteur automobile, l activité de la Charte automobile, les actions menées dans le cadre de la POE collective, les travaux de l Observatoire de branche. La CPREFP a été également amené à émettre collectivement et paritairement un avis favorable à la demande d inscription du métier de technicien CND sur la liste régionale Ile de France des métiers 97

92 en tension, étape nécessaire au lancement d une action de POE collective sur ce métier (en cours de déploiement). En lien avec le thème retenu pour la réunion du groupe de travail, le GIM indique qu il travaillera à une simplification des présentations Emploi faites en CPREFP Ile de France, en s efforçant de mettre l accent sur la dimension francilienne des sujets exposés. Le GIM retient favorablement l idée de travailler sur l évaluation de certains des dispositifs mobilisables par les entreprises pour faire face aux difficultés qu elles rencontrent en matière d emploi. Mais il attire l attention des participants sur les limites de la pratique d enquêtes multiples ou répétitives, pour lesquelles les entreprises sont déjà largement sollicitées. Le GIM travaillera sur un canevas d enquête emploi qui sera proposé. Les échanges abordent ensuite la question de l efficacité des dispositifs de formation, d information et d orientation vers les métiers industriels. Le constat est fait de l existence d études fréquentes, notamment de l Observatoire de Branche, qui traduisent la réalité de la situation de l Industrie caractérisée par une baisse tendancielle à long terme des effectifs industriels avec néanmoins des besoins importants de recrutements souvent difficiles à satisfaire. Le constat est également fait de la difficulté à communiquer sur cette situation auprès des publics cibles (parents/jeunes/enseignants/demandeurs d emploi/salariés en reconversion), plus sensibles à la perception du lent déclin à long terme des effectifs globaux qu aux besoins importants de recrutement à moyen terme. La communication en la matière est un travail qui s inscrit dans la durée, et qui mobilise des moyens souvent importants et donc couteux. La question d un financement paritaire de branche se pose naturellement. Le groupe de travail, après échange, conclut que le sujet de l attractivité des métiers industriels et des formations qui y mènent devra figurer à l ordre du jour d e la prochaine CPREFP Ile de France plénière. La séance est levée à 16h30. 98

93 Annexe 3 : Commentaires formulés en séance figurant dans le compte rendu. Page 22 La délégation FO réagit à cette présentation en rappelant qu outre les facteurs à l origine de la stagnation de l activité évoqués, le ralentissement de l activité est également dû au gel ou à la baisse des salaires parfois constatés, alors que la répartition privilégie de manière générale la rémunération des actionnaires. Face au constat de la décroissance de la part de l industrie, et de la hausse du poids des activités de services, l UIMM 77 rappelle que de nombreuses activités de service relevaient précédemment du secteur industriel qui les mettait en œuvre. Page 47 Au cours de cette présentation, et concernant la partie relative aux contrats aidés, l UIMM 77 exprime qu à son avis les contrats d apprentissage ne devraient pas entrer dans cette catégorie, car ils sont par essence d une autre nature compte tenu de l importance du volet formation et insertion dans l entreprise qui les caractérise. L UIMM 77 indique également que le CICE, par construction, ne trouve son efficacité immédiate qu à la condition que l entreprise bénéficiaire soit assujettie à l impôt. Or de nombreuses entreprises industrielles positionnées sur le marché concurrentiel sont souvent insuffisamment redevables de l impôt pour que ce dispositif leur soit pleinement applicable. A contrario, les entreprises qui ne sont pas confrontées à la concurrence comme La Poste en bénéficient à plein, ce qui est paradoxal. La délégation CGT intervient pour noter avec force qu à son avis, beaucoup d exonérations de charges ont été accordées aux entreprises sans réelles contreparties en matière d emploi notamment. Elle note que le poids de la rémunération du capital est tel qu il peut représenter un frein à des investissements vitaux pour l entreprise telles les sommes consacrées à la Recherche et au Développement, par exemple deux fois plus importantes en Allemagne qu en France. La délégation CGT s interroge sur l action du GIM sur ces sujets, tout comme sur la question de l information et de l emploi des jeunes, et affirme la nécessité de propositions d actions pour aider les PME qui créent des emplois, et combattre celles qui ne jouent pas le jeu. Le GIM rappelle son implication depuis plus de 20 ans sur le sujet de l information, de l orientation et de la formation des jeunes au travers de la mise en œuvre de l Opération Planète Métal déployée auprès des collégiens, lycéens, et publics post-bac, ainsi que des parents, enseignants et personnels de l Education Nationale. L UIMM 77 pour sa part rappelle que si le fruit de l activité des grands groupes internationaux provient souvent d activités déployées hors de France, la présence des sièges sociaux sur le territoire national conduit à une redistribution en France. La statistique donnant le poids relatif de la rémunération du travail et de celle du capital doit prendre en compte cette réalité. 99

94 L UIMM77 demande enfin que l on cesse d opposer les Groupes majeurs tels ceux figurant au CAC40, aux PME, compte tenu du rôle d entrainement pour les PME que peuvent représenter les grands groupes internationaux. La délégation FO constate que les interventions des membres de la CPREFP traduisent une réelle bonne volonté de tous pour contribuer à l amélioration de la situation des entreprises et du pays. Mais elle constate également qu il est difficile d avoir de vrais leviers d action sur une situation mondialisée marquée par une concurrence acharnée et un contexte général complexe. Page 55 Sur les POEC, le constat est fait de la difficulté fréquente pour les PME qui demandent l engagement de ce dispositif, à franchir ensuite l étape du recrutement : problèmes de distances entre lieu de l entreprise et lieu du domicile des candidats, disparition du besoin de recrutement à l origine de la demande... La délégation CFE-CGC souhaiterait réfléchir sur l idée de plateformes permettant la mise en œuvre de périodes de mobilité sécurisées. Sur ce thème proche des questions de prêt de main d œuvre, l UIMM77 pointe les nombreuses difficultés de mise en œuvre de tels dispositifs, comme par exemple les questions de formation aux règles de sécurité spécifiques à l entreprise d accueil, ou la différence de moyens des entreprises. Le GIM rappelle l existence dans la branche Métallurgie d un job-board. Un échange s installe ensuite sur la question des difficultés de mobilité. La délégation patronale indique que ces questions de mobilité sont régulièrement invoquées à l appui de non-prises de postes, et regrette que ce motif figure encore parmi les premiers motifs invoqués. La CFDT et les organisations syndicales affirment quant à elles qu il ne sert à rien de nier cette réalité, aux facettes multiples (conditions de transport, problèmes de logement, situation du conjoint), que rencontrent de nombreux salariés ou demandeurs d emploi. Page 61 La délégation CGT rappelle que cette organisation n a pas signé cet accord, à ses yeux insuffisamment contraignant pour les entreprises. Elle s inquiète des pratiques de certaines entreprises qui lient handicap avec inaptitude et licenciement. La délégation patronale indique qu au contraire, de nombreux groupes industriels sont en recherche de personnes en situation de handicap, tant pour des raisons réglementaires que pour l intérêt en matière de relations sociales dans l entreprise que peut représenter l intégration de personnes en situation de handicap. 100

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3225 Convention collective nationale IDCC : 1266. PERSONNEL DES ENTREPRISES DE

Plus en détail

Projet alternatif proposé par SUD

Projet alternatif proposé par SUD Projet alternatif proposé par SUD ACCORD DE MISE EN PLACE AU SEIN DU COMITE D ENTREPRISE D UNE COMMISSION PARITAIRE DE SUIVI DES SALARIES IMPACTES PAR LE TRANSFERTLA DELOCALISATION D ACTIVITES EXISTANTES

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

Diagnostics, accompagnements et appui RH

Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics, accompagnements et appui RH Diagnostics et accompagnements Prestations de conseil financées à 100% par le Fafih Pour des entreprises de 1 à 250 salariés Assurées par des cabinets spécialisés

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière

Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un parcours de POE COLLECTIVE Opérateur-Régleur sur machine-outil à commande numérique par enlèvement de matière ADEFIM LANGUEDOC ROUSSILLON 125 Avenue des chênes rouges

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013

Charte Automobile 2012-2015. CPREFP 7 mai 2013 Charte Automobile 2012-2015 CPREFP 7 mai 2013 1 Bilan de la Charte Automobile 2008 2011 2 L UIMM est engagée depuis 2008 dans le pilotage de la charte automobile avec les branches qui constituent cette

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Dans le secteur des services à la personne Action collective au profit des entreprises adhérentes rattachées au secteur des Services

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3193 IDCC : 1596. Ouvriers (Entreprises occupant

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature»

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature» Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels Fonds social européen en Investit pour votre avenir CAHIER DES CHARGES Projet de Formation (Projet régional AGEFOS-PME, OPCALIA Aquitaine et

Plus en détail

ACCORD DU 18 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 18 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel FORMATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRISES DE SERVICES À LA PERSONNE

Plus en détail

Fédérateur de compétences

Fédérateur de compétences www.uimmauvergne.org L UIMM D AUVERGNE Fédérateur de compétences REPRÉSENTER I DÉFENDRE I ACCOMPAGNER LA MÉTALLURGIE EN AUVERGNE Les Chiffres clés Entreprises salariés Reṕartition des effectifs Source

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION

REFERENTIEL DE CERTIFICATION COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 12/06/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technico-commercial industriel I OBJECTIF

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014

CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES. Le 07/03/2014 CONTRAT DE GENERATION POUR LE SECTEUR AGRICOLE APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 07/03/2014 APPEL A

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE

ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE ACCORD RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DE L EMPLOI ET DES COMPETENCES (G.P.E.C.) DANS LE GROUPE SANOFI EN FRANCE Entre Les sociétés françaises du Groupe SANOFI représentées par Jean-Marc GRAVATTE,

Plus en détail

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP)

Fiche pratique : Institutions Représentatives du Personnel (IRP) REPRESENTATION DU PERSONNEL La réglementation du travail permet, au personnel des entreprises qui comptent un effectif minimum, de bénéficier d une représentation sous 4 institutions distinctes : les délégués

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel. BANQUE ET ASSURANCE Création d un OPCA (OPCABAIA) ACCORD DU 4 JUILLET 2011

CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord professionnel. BANQUE ET ASSURANCE Création d un OPCA (OPCABAIA) ACCORD DU 4 JUILLET 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel BANQUE ET ASSURANCE Création d un OPCA (OPCABAIA) ACCORD DU 4 JUILLET 2011 RELATIF À LA CRÉATION D UN OPCA

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Mise en place d activités périscolaires dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires

Mise en place d activités périscolaires dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires EXEMPLE DE CONVENTION Mise en place d activités périscolaires dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires CONVENTION AVEC LES INTERVENANTS Entre d une part : La Collectivité représentée par, Monsieur

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07

ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES (GPEC) DANS LA METALLURGIE UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite,, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral ACCORD NATIONAL RELATIF A LA GESTION PREVISIONNELLE

Plus en détail

ENTRE : RENAULT s.a.s. Représentée par M. Gérard LECLERCQ. Directeur Ressources Humaines Groupe ET : Les organisations syndicales ci-dessous :

ENTRE : RENAULT s.a.s. Représentée par M. Gérard LECLERCQ. Directeur Ressources Humaines Groupe ET : Les organisations syndicales ci-dessous : ACCORD SOCIAL DE CRISE DU 27 MARS 2009 ENTRE : RENAULT s.a.s. Représentée par M. Gérard LECLERCQ Directeur Ressources Humaines Groupe D'une part, ET : Les organisations syndicales ci-dessous : C.F.D.T.

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3015 Convention collective nationale IDCC : 1561. CORDONNERIE MULTISERVICE ACCORD

Plus en détail

Les autres obligations :

Les autres obligations : COMITE D ENTREPRISE OBLIGATIONS liées à la CONSULTATION du COMITE D ENTREPRISE 2012 Les autres obligations : E g a l i t é p r o f e s s i o n n e l l e H a n d i c a p S é n i o r P é n i b i l i t é

Plus en détail

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012 Présentation de la 4 ème vague du 1 Fiche technique 1 Données de cadrage : la filière de la Relation Client aujourd hui 3 Question : Les domaines d activité des clients des centres externes Parmi les domaines

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : LES ACTIONS COLLECTIVES 2014 FORMATIONS PROFESSIONNELLES Région : MARTINIQUE Références : CDC-15-003-2014 FAFSEA Délégation Martinique

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à

Toute modification de l accord de Participation doit faire l objet d un avenant à l accord initial conclu selon les mêmes modalités et d un dépôt à La Participation Dispositif d épargne collectif obligatoire dans les entreprises de 50 salariés qui consiste à distribuer une partie des bénéfices annuels. 1 Champ d application La participation est obligatoire

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1)

AVENANT N O 3 DU 19 JANVIER 2006 (1) MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national EXPLOITATIONS ET ENTREPRISES AGRICOLES (EMPLOI) (2 octobre 1984) (Etendu par arrêté du 31 mai 1994, Journal officiel

Plus en détail

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS)

Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Fiche actualisée le 27/02/2015 Présentation de la Convention Collective Nationale du Sport (CCNS) Définition Une convention collective est un accord conclu entre un employeur ou un groupement d employeurs,

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3104 Convention collective nationale IDCC : 176. INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE (10 e édition. Septembre 2004)

Plus en détail

Réponse souhaitée avant le 13/11/2015

Réponse souhaitée avant le 13/11/2015 POE Collective Cahier des charges 26 octobre 2015 Réponse souhaitée avant le 13/11/2015 PREAMBULE Les partenaires sociaux ont souhaité, dans l accord national interprofessionnel (ANI) du 5 octobre 2009

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : Formations RESSOURCES HUMAINES Dans le cadre du Plan de formation mutualisé interentreprises du FAFSEA Région : RHONE-ALPES Références

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ACCORD DU 20 JUILLET 2007 RELATIF

Plus en détail

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS

SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 EXPOSE DES MOTIFS SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 OCTOBRE 2012 POINT PERSONNEL Participation de l employeur à la mutuelle des agents Rappel du contexte : EXPOSE DES MOTIFS En juin 2009, le Maire a annoncé la volonté de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature»

CAHIER DES CHARGES Projet de Formation. présenter sa candidature» Fonds social européen en Investit pour votre avenir CAHIER DES CHARGES Projet de Formation (Projet régional AGEFOS-PME, OPCALIA Aquitaine et Pôle Emploi sur la formation d adhérents CTP) «Savoir utiliser

Plus en détail

GESTION DU PLAN D INTERVENTION

GESTION DU PLAN D INTERVENTION GESTION DU PLAN D INTERVENTION 1. ENCADREMENTS LÉGAUX ET CADRES DE RÉFÉRENCE - Loi sur l instruction publique (LIP) - Une école adaptée à tous ses élèves : Politique de l adaptation scolaire (MELS) - Organisation

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1989 05 54/88 0030 Catégorie : B Dernière modification : 18/04/2012 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple :

REFERENTIEL DU CQPM. Ces missions ou activités peuvent porter sur une partie des activités du service concerné ou sur sa totalité, par exemple : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 14/02/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Assistance en gestion administrative I OBJECTIF

Plus en détail

LOI SUR LE DIALOGUE SOCIAL ET L EMPLOI SEPTEMBRE 2015

LOI SUR LE DIALOGUE SOCIAL ET L EMPLOI SEPTEMBRE 2015 LOI SUR LE DIALOGUE SOCIAL ET L EMPLOI SEPTEMBRE 2015 Loi sur le dialogue social et l emploi 2 S O M M A I R E PAGES Présentation 3 Principales mesures sociales 4 Sur le contrat de travail 4 Sur la santé

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3269 Convention collective nationale IDCC : 759. POMPES FUNÈBRES AVENANT DU 25 SEPTEMBRE

Plus en détail

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014

Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 Cahier des charges pour le recrutement du binôme de consultants du Comité Opérationnel de l action Santé & Performance Rhône-Alpes 2013-2014 0. Préambule THESAME centre de ressources de la région Rhône-Alpes,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE

BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE BOURSE AU PERMIS DE CONDUIRE Ville de Marquette-lez-Lille En mettant en place des aides financières ou des services à destination des Marquettois, la Ville fait le choix d accompagner les projets personnels,

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL 1.).DEFINITION ET INTERET DU CONTRAT DE TRAVAIL Qu est qu un contrat de travail? Un contrat de travail est un accord par lequel une personne (le salarié) s engage à travailler pour

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 Charte Automobile 2008 et Charte Automobile 2012-2015 Les principales

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS

MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS MODÈLE: ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS ENTRE L Association. dont le siège social est situé.., représentée par M.. en sa qualité de.., ET L organisation syndicale représentée par M.., en sa qualité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3005-II IDCC : 1702. TRAVAUX PUBLICS (Tome

Plus en détail

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération»

Appui-Conseil contrat de génération. Appel d offres. Appel d offres. «Appui-conseil contrat de génération» Appui-Conseil contrat de génération Appel d offres Appel d offres «Appui-conseil contrat de génération» 1 PRESENTATION OPCAIM / ADEFIM 74 La branche de la Métallurgie regroupe des entreprises de toutes

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

CCI CENTRE ET SUD MANCHE

CCI CENTRE ET SUD MANCHE CONVENTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ANNEE 2009 CCI CENTRE ET SUD MANCHE SERVICE APPUI AUX ENTREPRISES CONVENTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL - CCICSM/CCxxx n aaa - Entre les soussignés, La Chambre de Commerce

Plus en détail

ACCORD RELATIF A LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE DES AGENTS CONSULAIRES

ACCORD RELATIF A LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE DES AGENTS CONSULAIRES ACCORD RELATIF A LA MOBILITE GEOGRAPHIQUE DES AGENTS CONSULAIRES PREAMBULE La loi n 2010-854 du 23 juillet 2010 relative aux réseaux consulaires, au commerce, à l artisanat et aux services a prévu que

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle et les lieux d intervention

Le financement de la formation professionnelle et les lieux d intervention Le financement de la formation professionnelle et les lieux d intervention La Formation Professionnelle continue représente chaque année pour la nation un total de financement de 25 milliards d euros Les

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES LE DECRET SUR LA SANTE ET LA SECURITE AU TRAVAIL A LA POSTE QUESTIONS / REPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi un décret sur la santé et la sécurité au travail à La Poste? L objet du décret est de faire évoluer

Plus en détail

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors

Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Obligations des entreprises en matière d emploi des seniors Le contexte juridique du nouveau dispositif seniors L articulation de la nouvelle obligation avec les obligations préexistantes : La loi Fillon

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

AVENANT DU 29 JUIN 2009 PRÉAMBULE

AVENANT DU 29 JUIN 2009 PRÉAMBULE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3073 Convention collective nationale IDCC : 86. ENTREPRISES DE LA PUBLICITÉ ET ASSIMILÉES AVENANT DU

Plus en détail

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle

Infodoc. n 95. Février 2015. Législation/Réglementation. Réforme de la Formation Professionnelle Infodoc Législation/Réglementation Réforme de la Formation Professionnelle Février 2015 n 95 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés

Rôle des représentants du personnel. dans l emploi des travailleurs handicapés Rôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés Qu est-ce que OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche 2011-2015 relatif à l Obligation

Plus en détail

Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE

Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE Page : 2/5 Table des matières 1. Qu est-ce que la bourse de préactivité? 3 2. Quel type

Plus en détail

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) Infodoc Législation/Réglementation Janvier 2014 n 92 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION RÉFORME

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES

ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES ODEO OPEN DIALOGUE THROUGH EQUAL OPPORTUNITIES - AVENANT 2010 A L ACCORD DE GROUPE EN FAVEUR DE L EGALITE DES CHANCES Entre D une part, AREVA, représentée par Philippe VIVIEN, Directeur des Ressources

Plus en détail

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc )

L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation, etc ) Page 1 sur 5 Centre De Gestion FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA NIEVRE NOTE INFORMATION N 12/2014 Service Documentation : F. MORVAN L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL (ATSEM, Adjoint d animation,

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

Règlement d admission à l entrée en formation

Règlement d admission à l entrée en formation Page 1 sur 6 Règlement d admission à l entrée en formation DISPOSITIF DE FORMATION CONCERNE : Educateur Spécialisé Formation passerelle Situation d emploi ou formation continue ANNEE : 2016 Préambule Cadre

Plus en détail

Résultats enquête de satisfaction adhérents UIMM Drôme-Ardèche. Merci pour votre participation

Résultats enquête de satisfaction adhérents UIMM Drôme-Ardèche. Merci pour votre participation Résultats enquête de satisfaction adhérents UIMM Drôme-Ardèche Merci pour votre participation Enquête téléphonique menée par le cabinet G et A Links (niveau territorial et national) Questionnaire préparé

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela

Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela 9 octobre 2012 1 Dans le BTP, accord national du 29 juin 2010 relatif à la création de l OPCA dela CONSTRUCTION L OPCA de la Construction est agréé gréé, par arrêté du 9 novembre 2011 (JO du 04/12/2011),

Plus en détail

La politique salariale de branche qui a fait l objet de trois séances de négociation a fini «par accoucher dans la douleur

La politique salariale de branche qui a fait l objet de trois séances de négociation a fini «par accoucher dans la douleur La politique salariale de branche qui a fait l objet de trois séances de négociation a fini «par accoucher dans la douleur» de : 0.3 % d augmentation de la RMAG. Comment ne pas être indigné par cette proposition

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3031 Convention collective nationale IDCC : 897. PERSONNEL DES SERVICES INTERENTREPRISES DE MÉDECINE DU TRAVAIL ACCORD

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3010 Convention collective nationale IDCC : 1978. FLEURISTES, VENTE ET SERVICES DES ANIMAUX FAMILIERS ACCORD DU 16 DÉCEMBRE

Plus en détail

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties

Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties Le contingent d heures supplémentaires et les contreparties La loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail rénove les règles en matière de

Plus en détail