Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations"

Transcription

1 FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012

2 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations La reconstruction après résection tumorale reste un challenge: milieu hostile +++ Large PDS osseuse Sacrifice important des tissus mous Traitement oncologique associé

3 Les méthodes de reconstruction sont multiples Le choix dépend : âge, localisation, l extension localeetgénéraledelatumeur Majorité des patients sont jeunes : reconstruction biologique durable +++

4 Pourquoi je choisis le péroné vascularisé?

5

6 Greffon qui préserve ces propriétés biologiques et mécaniques : Préserve la vitalité de la majorité des cellules : 70% Préserve sa résistance mécanique Wood et al J Recon Micro, 1994 Muramatsu et al J Orthop Res, 2002

7 Revascularisation est superficielle : 1/3 superficiel du greffon Mauvaise qualité mécanique Cutting et al. Plast Recon Surg, 1983

8 Age : 7 ans 5 mois Sexe : masculin Ostéosarcome OBSERVATION Imagerie initiale Résection transépiphysaire et reconstruction par deux péronés. Greffe secondaire pour nécrose distale du péroné externe et pseudarthrose proximale du péroné vascularisé interne

9 Nécrose osseuse (dès la 1 ère semaine) Survie de 5 à 10% des cellules dan la couche superficielle Cycle de résorption/reconstruction : l'os dévascularisé sert uniquement de trame à la néoformation osseuse (phénomène de creeping substitution) À long terme la greffe se comporte comme un os normal

10

11

12

13

14

15 Taux de consolidation : % D emblée ou après : 1 à 4 interventions Délai : 7 à 12 mois Laffosse et al. Rev Chir Orthop, 2007

16 Série Nombre Longueur consolidation Délai (mois) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 97% Rose et al Clin Orthop Relat Res 2005 Chen et al Plast reconstr Surg % % 8.5 William et al Clin Orthop Relat Res % 7

17 Patient âgé de 33 ans Chondrosarcome du radius gauche

18 Résection et reconstruction par péroné vascularisé RX : Post opératoire

19 Ablation des broches : 18 mois postopératoire Excellent résultat anatomique et fonctionnel

20 Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Brown KL. Clin Orthop Relat Res Jan;(262): Aucune différence entre le PV et le PNV quant aux délais ni de l incidence de la consolidation aux extrémités.

21 40cas Longueur:7,5 à 25 cm consolidation primaire dans 63% dans un délai de 12 mois Fracturedestress :18cas (45%) 15 consolidations après immobilisation

22 31 reconstructions de membrepar FNV 31 reconstructions de membrepar FNV Longueurdu greffon: 4 à 23 cm Consolidation primaire : 93% Délai: 6 mois

23 Longueur : 10.5 cm Consolidation : 10/12 Délai : 4 à 8 mois Pas de fracture ni résorption

24

25 Série Nombre Longueur Fracture Recul (an) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 0% Rose et al Clin Orthop Relat Res % 5.6 Gebert al J Surg oncol % 3.6 William et al Clin Orthop Relat Res % 4.9

26 OBSERVATION Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome Imagerie initiale RX postopératoire Consolidation

27 OBSERVATION Libération Judet pour Raideur genou / Ablation lame plaque Fracture du greffon Résultat à 4 ans: Consolidation, ILMI, Genou: 0/80

28 Type d ostéosynthèse Contraintes mécaniques importantes

29

30 Série : 16 cas Localisation : fémur : 5 cas, tibia 11 cas Défect osseux : 6 12 cm Recul : 3 6 ans Consolidation dans tous les cas Délai : 7 mois Appui : 10 mois Pas de complications

31 SEMINARS IN PLASTIC SURGERY/VOLUME 22, NUMBER

32 Série : 90 cas Localisation : fémur et tibia Recul : 9 ans Consolidation : 93.5% Infection (7.5%), nonunion (8.8%), fracture (13.3%) Une seule amputation Musculoskeletal Tumor Society (MSTS): 72% excellent résultat, 20% bon résultat,5% résultat moyen, et 3% mauvais résultat

33 Patient de 6 ans Sarcome d Ewing RX : post-opératoire RX : 4 mois

34 Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome RX : Post-opératoire Consolidation

35 Le greffon vascularisé garde sa solidité et sa rigidité lors des 12 premiers mois Résiste mieux aux contraintes en torsion Mais après 12 mois : aucune différence entre FV et FNV

36 Brown K. Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Clin Orthop 1991;262: Aucune différence entre les PV et les PNV à 6 mois en termes de solidité mécanique et d hypertrophie

37 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

38 33% asymptomatiques : découvertes à la Rx 72% des cas traitées orthopédiquement Longueur du greffon Nombre de greffons Moyen de fixation membre < 12 cm : 12% >12 cm : 57% 2 : 42% 1 : 57% Clou : 31% Autre : 57% Sup : 33% Inf : 47%

39

40 Série Laffosse et al Nombre Age moyen Longueur Hypertrophie Fréquence Rev Chir Orthop, % Magdy et al J Nat Cancer Inst % Hypertrophie % 77.1% (25-158) 91% (60-210) Fonction : Rigidité du matériel d ostéosynthèse Contraintes mécaniques

41 Age : 14 ans, Sexe : masculin, Sarcome d Ewing OBSERVATION Résection tumorale Imagerie avant Chirurgie Pièce de Résection Reconstruction par péroné vascularisé

42 OBSERVATION + 21 mois Consolidation Fracture greffon par insuffisance mécanique de l ostéosynthèse Vissage greffon / Consolidation Le greffon saigne

43 De Boer : le greffon vascularisé s hypertrophie autant que le greffon non vascularisé avec cependant des délais plus courts.

44 Enneking : Autogenous cortical bone grafts in the reconstruction of segmental skeletal defects. 32% d hypertrophie des PNV Krieg. : Reconstruction with non-vascularised fibular grafts after resection of bone tumours Augmentation du diamètre : 70% Hypertrophie> 20% : 48%

45 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

46

47 Série Nombre Infection Évolution Zaretski et al Plast Reconstr Surg % Favorable Gebert al J Surg oncol % Favorable Laffosse et al Rev Chir Orthop, cas Magdy et al J Nat Cancer Inst % Pseudarthrose Consolidation : apport spongieux, fixateur pas d hypertrophie William et al Clin Orthop Relat Res % Échec de reconstruction : 1 cas

48 Série Nombre Infection Évolution Enneking 40 5% Favorable Hefti 2 Favorables 31 10% 1 ablation du greffon Saini 12 0% Campanacci 8 12% favorable

49 1 an 2 ans

50 3 A 4 A 5 A 6 A 7 A

51

52 Série Nombre Longueur Extrêmes Laffosse et al Rev Chir Orthop, Magdy et al J Nat Cancer Inst William et al Clin Orthop Relat Res

53 Série Nombre Longueur Extrêmes Enneking Hefti , William et al Clin Orthop Relat Res

54 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée :

55 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée : Série : 33 cas d échec de reconstruction d allogreffe Fracture, pseudarthrose, infection Fémur:18 cas, Tibia:8 cas, Humérus:7 cas Consolidation dans tous les cas Délai : 7.7 mois

56 Vascularisation précaire :

57 Vascularisation précaire : Série : 16 cas : 6 cas tibia distal Longueur du greffon : 15.5 cm (12-17) Consolidation de 1 ère intention : 15/16 Délai moyen : 4.8 mois (3.5-6) Hypertrophie dans tous les cas : 91% (60-210%)

58 Age : 15 ans, Sexe féminin, Ostéosarcome OBSERVATION Pièce de résection Imagerie initiale RX : post-opératoire RX :après ablation plâtre

59 OBSERVATION + 7 ans Pseudarthrose + Saillie clou Pseudarthrose après Substitut osseux Reconstruction par péroné vascularisé Au dernier recul : Arthrodèse consolidée

60 27 patients Longueur défect: 9,1 cm (4 à 16) Indications : Traumatismes : 11 cas OMC ou pseudarthrose septique : 9 cas Consolidation primaire : 92% Délai : 6 à 11 mois Fractures : 25% (7 cas)

61 Ankle arthrodesiswith bone graft after distal tibia resection for bone tumors. Campanacci et al Foot Ankle Huit patients Résectiontibia distal (5 tm maligneset 3 TCG agressives) Longueur : 5 à 21 cm Reconstruction : greffe corticale non vascularisée Consolidation de l arthrodèse: tous les cas CONCLUSION: Resection of the distal tibia and arthrodesisof the ankle with non-vascularizedstructural bone grafts, combined with autologousbone chips, can be an effective procedure in bone tumor surgery with durable and satisfactory functional results.

62

63 Série : 6 cas Age moyen : 8.4 ans Recul : 4.4 ans Délai de consolidation : 2 mois Bon résultat fonctionnel

64

65 Age : 5 ans, Sexe masculin, Sarcome d Ewing RX : post-opératoire + 3 ans

66 Patient : 8 ans Sarcome d Ewing tibia gauche Bilan d extension négatif

67 Bonne réponse à la chimiothérapie Avant chimiothérapie Après chimiothérapie

68 Résection

69 Résection : Abord interne

70 Résection : Abord externe Reconstruction

71 Post opératoire + 1 an + 1 an 3 mois

72

73

74 Série : 15 cas Étiologies : tumeur, pseudarthrose et perte de substance osseuse Défect : 9.3 cm Longueur du péroné : 16.1cm Palette cutanée : 8.1X 4.5 cm Recul : 24 mois 1 échec traité par un autre péroné

75 Technique : Plus facile Plus rapide Moins chère Le péroné non vascularisé est efficace Pourquoi faire compliqué lorsqu on peut faire simple?

76

77 Durée : 12 heures Complexité du geste : Anastomose artérielle Anastomose veineuse +++ Monitorage post opératoire Être prêt à réviser l anastomose +++

78 Moyens matériels et humains Durée de l intervention Monitorage post opératoire Chirurgie de révision

79

80

81

82 23 PVX : 13 arthrodèses genou : péroné retourné 10 reconstructions segmentaires : 5 fémurs 4 tibias 1 radius

83 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 100% 91,00% 80% 75,00% 57,10% 42,80% Femur Tibia arthrodèses Pseudarthrose fracture

84 radius tibia fémur arthrodèse genou

85 RESULTAT ANATOMIQUE 3 2,5 2 1,5 1 hypertr ophie 0,5 0 radius fémur tibia arthrodèse

86 Mettre suffisamment d os +++ Un péroné ne doit jamais être mis seul même s il est vascularisé Nécessité d une fixation solide : Supporter le bras de levier Solliciter mécaniquement le greffon

87

88 PO +6M +18M

89 +36M +42M

90

91 PO +6m +6A

92 Durée opératoire : Suture par l équipe de chirurgie vasculaire Surveillance : Palette cutanée Post-opératoire de la CCVT Centre de référence

93 Le caractère vascularisé du greffon a incontestablement des avantages : Augmente les chances de consolidation Meilleure résistance mécanique Il ne doit pas être la panacée pour toutes les situations Le péroné non vascularisé ne doit pas être ignoré.

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny Fractures de l avant-bras de l adulte Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny A n a t o m i e Le cadre radio-ulnaire Kapandji, Ann Chir Main, 1998 Stabilité

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Yann Macé 1 La consolidation osseuse est un processus qui aboutit à la réparation du tissu osseux après une fracture, une

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied.

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Technologie à compression Technologie de verrouillage à angle

Plus en détail

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18 Sommaire Introduction 5 I. Des rappels anatomiques et physiologiques 6 A. Les cellules du tissu osseux 7 1. Les ostéoblastes 8 2. Les ostéocytes 8 3. Les cellules bordantes 9 4. Les ostéoclastes 9 B. La

Plus en détail

Technique Opératoire. Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n

Technique Opératoire. Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n Technique Opératoire Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n PLAQUE POUR ARTHRODÈSE MÉTATARSO-PHALANGIENNE DU PREMIER RAYON. INDICATIONS CLINIQUES : Hallux Rigidus évolué,

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises L APPUI PARTIEL MESURER AU LIEU D ÉVALUER Après chirurgie orthopédique ou d urgence, l indication médicale est souvent ordonnée

Plus en détail

La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications

La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications Ph VICHARD, Y TROPET, L JEUNET, D LEPAGE Service de Chirurgie Orthopédique Traumatologique et Plastique (Pr TROPET)

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES PRINCIPES GÉNÉRAUX DES OSTÉOSYNTHÈSES Le matériel doit être "biocompatible" c'est-à-dire qu'il ne doit pas déclencher des réactions toxiques, inflammatoires. Le matériel

Plus en détail

l implantologie basale

l implantologie basale Plaquette n 17 6/11/08 11:04 Page 1 Apport de l implantologie basale dans les reconstructions implantaires fixes : une alternative aux greffes osseuses? Denis DOUGNAC-GALANT L omnipraticien est, dans son

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR

LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR M.R. NDIAYE, P.A. NDIAYE, A. LAM, A. WADE RESUME Neuf patients, tous mélanodermes, ont bénéficié d'une

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE:

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: FAISABILITÉ ET PERSPECTIVES FUTURES Fabien THAVEAU, Nabil CHAKFE, Jean-Georges KRETZ Service de Chirurgie Vasculaire, Strasbourg INTRODUCTION CHIRURGIE MINI-INVASIVE: but:

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

KITSIOU Christos M.D.

KITSIOU Christos M.D. KITSIOU Christos M.D. DOB: 23/04/1980 Birth Country / City: Greece, Athens Nationality: Cypriot PLASTIC, RECONSTRUCTIVE AND AESTHETIC SURGERY MICROSURGERY PROFESSIONAL EXPERIENCE AND MEMBERSHIPS Medical

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses

Sommaire. Caractéristiques du TCH. Implantation animale. Recul clinique. Généralités sur les céramiques phosphocalciques poreuses Sommaire Caractéristiques du TCH composition chimique résistance en compression sécurité biologique biocompatibilité contamination Références bibliographiques Implantation animale Protocole Résultats ostéoconduction

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy

Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy Amputations partielles traumatiques de la main Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy Amputations partielles de la main Introduction Amputation et répercussions psychologiques Principes de rééducation

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE

ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE ONCOLOGIE PÉDIATRIQUE SURVOL ET PERSPECTIVES MARIE JUTRAS MAI 2014 Plan Modalités thérapeutiques Cancers pédiatriques les plus fréquents Impact des traitements à court et long termes 1 Introduction Grâce

Plus en détail

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE

FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE FRACTURES OUVERTES DE JAMBE STRATEGIE DE PRISE EN CHARGE PR R. BENBAKOUCHE ORTHOPEDIE CHU BAB EL OUED GENERALITES - DEFINITION C'est une fracture diaphysaire et métaphysodiaphysaire, extra articulaire,

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Fractures de l extrémité inférieure du fémur de l adulte

Fractures de l extrémité inférieure du fémur de l adulte 14-080-A-10 1 2 Fractures de l extrémité inférieure du fémur de l adulte 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 P Chiron Les fractures de l extrémité inférieure du fémur sont à l

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX

F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX F. LAVRAND CHIRURGIE INFANTILE HOPITAL DES ENFANTS CHU BORDEAUX Excès s de croissance des cotes et des cartilages causant soit une dépression d (PECTUS EXCAVATUM) soit une protrusion (PECTUS CARINATUM)

Plus en détail

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Structure tricotée Köper exclusive offrant: - une dilatation

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE INNOVATION MEANS MOTION

ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE INNOVATION MEANS MOTION ACTIV ANKLE FIBULA DISTALE ET DIAPHYSAIRE FIXATION POLYAXIALE VERROUILLÉE DUALTEC SYSTEM II Implants préformés Vis préorientées et débattement polyaxial de 20 2 approches chirurgicales : latérale et postéro-latérale

Plus en détail

Positionnement de l implant

Positionnement de l implant HORS SÉRIE Hors série - 2009 Positionnement de l implant Déterminants biologiques et précision NobelActive NobelGuide Chirurgie à minima et esthétique ESTHÉTIQUE ET CHIRURGIE GUIDÉE AVEC NOBELACTIVE PAR

Plus en détail

Traumatismes unguéaux

Traumatismes unguéaux Traumatismes unguéaux Docteur Sylvie Carmès Praticien Hospitalier Unité Fonctionnelle «SOS mains» Service d Orthopédie du Membre Supérieur CHU de Fort-de-France MARTINIQUE L appareil unguéal Appareil anatomique

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

FRACTURES DE L AVANT-BRAS CHEZ L ENFANT : EXPERIENCE ET SPECIFICITES DANS UN MILIEU URBANO-RURAL DE KINSHASA (CONGO)

FRACTURES DE L AVANT-BRAS CHEZ L ENFANT : EXPERIENCE ET SPECIFICITES DANS UN MILIEU URBANO-RURAL DE KINSHASA (CONGO) FRACTURES DE L AVANT-BRAS CHEZ L ENFANT : EXPERIENCE ET SPECIFICITES DANS UN MILIEU URBANO-RURAL DE KINSHASA (CONGO) J.J. ECHARRI*, W. MBOMBO*, R. LUMU* RESUME A Kinshasa, comme partout ailleurs, les fractures

Plus en détail

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards

Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards Une avancée majeure dans le domaine de l implantologie. Roxolid SLActive Moins invasif pour de nouveaux standards 1 Excellentes performances scientifiquement démontrées. Roxolid est un matériau unique

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 1. Définition Les angiomes sont des tumeurs très fréquentes. La définition de TOURAINE rend parfaitement compte de la complexité

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie

Modules optionnels. Passer à l acte en implantologie Passer à l acte en implantologie Modules optionnels est un cycle de formation basé sur des travaux pratiques de chirurgie implantaire, permettant de confirmer les acquis théoriques. À l issue du cursus,

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Les fractures chez les enfants un véritable casse-tête

Les fractures chez les enfants un véritable casse-tête L E S T R A U M A T I S M E S D U M E M B R E I N F É R I E U R Les fractures chez les enfants un véritable casse-tête 5 par Marie-Andrée Cantin Maxime, 11 ans, s est fait bousculer en jouant au soccer

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims

Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims Les facteurs de croissance lignée blanche Polynucléaires neutrophiles Grastims 12 2014 HEMATOPOIESE Progéniteurs puis précurseurs Stimulation par facteur : activation spécifique de leur récepteur Moelle

Plus en détail

Formation en Implantologie

Formation en Implantologie COURS EN IMPLANTOLOGIE Saint - Domingue (République Dominicaine) Pratique clinique sur patients dr.lebbar@lapostre.net +212(0) 5 37 68 32 03 COURS PRATIQUE EN IMPLANTOLOGIE À SAINT - DOMINGUE Pratiques

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU

PROTHÈSE TOTALE DE GENOU Dr Alain CAZENAVE chirurgien orthopédiste traumatologie sportive 52 rue du Dr calot 62600 BERCK/mer FRANCE tel: 03 21 89 20 44 site web : www.orthopale.org PROTHÈSE TOTALE DE GENOU QUELQUES GÉNÉRALITÉS

Plus en détail

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie

Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires. J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiologie Interven/onnelle sur les nodules pulmonaires J. Palussière, X. Buy Département imagerie Radiofréquence Interac*on courant électro- magné*que ma*ère agita*on ionique chaleur Coagula*on Nécrose

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME CORPORELS

RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME CORPORELS RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME DES DOMMAges CORPORELS 2010 RÈGLEMENT ANNOTÉ SUR LE BARÈME DES DOMMAges CORPORELS 2010 Le document a été préparé par la Direction des services médicaux en collaboration avec

Plus en détail

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE

L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE L EXPÉRIENCE POUR L AUTONOMIE Depuis plus de 10 ans, l association Actis dentaire formation a pour objectif de former des praticiens à la chirurgie orale, parodontale et implantaire. L expérience pour

Plus en détail

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE Dr JF Gravié FCVD CONTEXTE (1) Risques électriques de 0,1 à 0,4% Enquête de pratique * 506 chirurgiens: 18% expérience personnelle, 54% connaissaient un

Plus en détail

TEPOSSE : TEP dans les OstéoSarcomes et Sarcomes dʼewing. TEP/TDM au FDG et évaluation précoce de la réponse à la chimiothérapie néoadjuvante

TEPOSSE : TEP dans les OstéoSarcomes et Sarcomes dʼewing. TEP/TDM au FDG et évaluation précoce de la réponse à la chimiothérapie néoadjuvante TEPOSSE : TEP dans les OstéoSarcomes et Sarcomes dʼewing TEP/TDM au FDG et évaluation précoce de la réponse à la chimiothérapie néoadjuvante Objectif : identifier précocement les mauvais répondeurs Jean-Louis

Plus en détail

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR

Consolidation Osseuse principes généraux g applications en MPR Consolidation Osseuse principes généraux g et applications en MPR François Genêt, Médecine Physique et de Réadaptation, R Praticien hospitalier dans le service du Pr Azouvi, CHU Raymond Poincaré,, 104

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur A.V.C. Gamme innovante d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Pour une réhabilitation motrice facilitée SYSTÈME DE RÉGLAGE BLOCABLE LIBERTÉ

Plus en détail

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi.

Brochure Patients. Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Brochure Patients Les implants dentaires : Une solution naturelle et élégante pour retrouver confiance en soi. Les implants dentaires : la meilleure option de traitement. Qu est-ce qu un implant dentaire?

Plus en détail

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET

MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET MATTHIEU GUYARD SEBASTIEN MARTRES GUALTER VAZ JEAN-PAUL CARRET PROTHESE TOTALE DE HANCHE POUR OSTEONECROSE ASEPTIQUE DE LA TETE FEMORALE Analyse d une série de 126 arthroplasties. Hôpital Edouard HERRIOT

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU PIED 3Di ORTHOLOC 150880-0

RECONSTRUCTION DU PIED 3Di ORTHOLOC 150880-0 RECONSTRUCTION DU PIED 3Di ORTHOLOC 150880-0 Langues incluses avec le produit : English (en) Deutsch (de) Nederlands (nl) Français (fr) Español (es) Italiano (it) Português (pt) 中 文 - Chinese (sch) Türkçe

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail