2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée"

Transcription

1 2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement dans les actifs financiers émet des titres pour acheter d'autres titres Objectif : comprendre le rôle des IF décrire les marchés où ils interviennent souligner ce qui leur permet de rendre des services bénéfiques : les contrats financiers émis/souscrits par les IF en particulier les contrats de dette (crédits, dépôts) coûts de surveillance et d'exécution des contrats transformation de prêts nécessitant surveillance/exécution coûteuses en dépôts ne les nécessitant pas, grâce à la diversification... Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 1 version 09/11/2012

2 Les IF rendent des services : services liés à l'actif : rendus aux emprunteurs (émetteurs primaires) IF concentre en portefeuille des actifs qu'il a un avantage comparatif à détenir source de cet avantage comparatif : coûts de surveillance réduits (ce chapitre) services liés au passif : rendus aux déposants (détenteurs secondaires) possibilité d'utiliser les dépôts comme moyens de paiement transformation (meilleur partage des risques, meilleure liquidité) (chapitre suivant) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 2 version 09/11/2012

3 Plan : 1- Survol de l'intermédiation financière : coûts et bénéfices de la surveillance 2- Exemple de dette optimale sans surveillance déléguée 3- Intermédiation financière 4- Conclusion Bibliographie : Diamond (1996), Financial Intermediation as Delegated Monitoring: A Simple Example, Federal Reserve Bank of Richmond Economic Quarterly, 82/3, pp Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 3 version 09/11/2012

4 1- Survol de l'intermédiation financière : coûts et bénéfices de la surveillance Théorie de l'agence la surveillance par le principal améliore les contrats le coût de surveillance compte avec un prêteur + un emprunteur : K = coût de la surveillance S = gain de la surveillance comparer avec m prêteurs : chacun surveille : coût total mk surveillance déléguée : coût K évite la multiplication... Problème supplémentaire : le surveillant a une info privée... comment vérifier que la surveillance a été effectuée? D = coût de la délégation Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 4 version 09/11/2012

5 Une théorie «contractuelle» de l'intermédiation doit : modéliser le coût de la délégation expliquer comment l'intermédiation améliore les contrats La surveillance déléguée (IF) est «rentable» si : Coût d'utilisation d'un intermédiaire K+D min {S, mk } Coût de surveillance directe Coût de non surveillance Meilleur contrat entre prêteurs et emprunteurs sans intermédiaire ni surveillance : contrat de dette avec coût de liquidation forfaitaire incitation à rembourser demande de surveillance car diminution des coût de contrats surveillance moins coûteuse si elle est déléguée : évite duplication la délégation a un coût : donner des incitations au surveillant délégué délégation optimale : le surveillant délégué émet de la dette non surveillée avec coût de liquidation («dépôt») intermédiaire financier! Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 5 version 09/11/2012

6 2- Exemple de dette optimale sans surveillance déléguée Un entrepreneur a besoin de 1 M : pas de fonds propres responsabilité limitée neutre au risque m investisseurs peuvent placer 1/m m grand... A.N. : m = ; 1/m = 100 neutres au risque n'observent pas directement l'activité de l'entrepreneur exigent un taux de rentabilité attendu r = 5% coût de surveillance K = 200 = 0,0002 M m.k = 2 M coût de surveillance prohibitif : quel est le meilleur contrat sans surveillance? Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 6 version 09/11/2012

7 2.1- Le meilleur contrat sans surveillance investisseurs et entrepreneur sont d'accord sur VAN > 0 (projet rentable) mais seul l entrepreneur observe le résultat effectif : il peut s'approprier les cash-flows (conflit d'intérêt) en gonflant les coûts en sous-déclarant les recettes caractéristiques du projet : coût initial : 1 M réalisation : V H = 1,4 M avec proba P = 0,8 L = 1 M avec proba 1 P = 0,2 Contrats : fonds propres (action ordinaire) pénalité en cas de sous-déclaration contrat de dette Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 7 version 09/11/2012

8 2.2- Un contrat simple : le contrat de fonds propres action ordinaire : accord de partage du profit sur la base du résultat déclaré (Z) a = fraction du résultat déclaré versé à l'investisseur externe 1 a = fraction du résultat déclaré conservé par l'entrepreneur (en plus du résultat non déclaré) Si le contrat ne stipule que a et Z : gain de l'entrepreneur : V a Z il choisit de déclarer Z = 0 le contrat de fonds propres simple n'est pas efficace si les profits ne peuvent pas être vérifiés L'investisseur aimerait imposer une pénalité à l'entrepreneur en cas de déclaration d'un résultat «trop bas» : liquidation du projet pénalité non monétaire (prison, pilori, perte de réputation) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 8 version 09/11/2012

9 2.2- Mise en faillite, liquidation La liquidation est inefficace si elle produit beaucoup moins que la valeur des actifs maintenus en place. Supposons que la liquidation ne rapporte rien (à l'entrepreneur/à l'investisseur) La liquidation est mieux utilisée comme pénalité contingente : si l'investisseur doit liquider pour un certain paiement, alors il liquide pour tout paiement inférieur sinon... Le contrat financier optimal sans surveillance : choisir un paiement «plancher» f : paiement supérieur à f évite la liquidation paiement inférieur liquidation un contrat de dette de valeur faciale (future) f! Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 9 version 09/11/2012

10 2.3- Le contrat de dette optimal Quel paiement f minimal garantissant un rendement attendu de 5% sur 1 M? Supposons f = 1 : état L : V = 1 état H : V = 1,4 entrepreneur paye 1 et évite la liquidation gain entrepreneur = 0 L'investisseur gagne 1 gain investisseur = 1 dans les deux états gain entrepreneur = 0,4 insuffisant gain investisseur = 1 (0% < 5%) Supposons 1 < f < 1,4 : état L : V = 1 liquidation gain entrepreneur = 0 Gain espéré de gain investisseur = 0 l'investisseur : 0,8.f liquidation gain entrepreneur = 1,4 f suffisant si : état H : V = 1,4 évitée gain investisseur = f 0,8.f = 1,05 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 10 version 09/11/2012

11 Supposons f = 1,3125 : état L : V = 1 état H : V = 1,4 liquidation gain entrepreneur = 0 gain investisseur = 0 Gain espéré de liquidation gain entrepreneur = 0,0875 l'investisseur : 1,05 évitée gain investisseur = 1,3125 Quand l'investisseur extérieur ne peut pas observer les cash-flows surveiller les affaires alors : un contrat de financement par fonds propres ne fonctionne pas un contrat de dette est préférable la liquidation en cas défaut sert de pénalité que l'entrepreneur cherche à éviter Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 11 version 09/11/2012

12 2.4- La valeur de la surveillance Si l'investisseur peut surveiller l'entrepreneur : il détecte si l'état est H ou L au lieu de liquider systématiquement en cas de paiement insuffisant, il peut accepter un paiement conditionnel : 1 si V = 1, f si V = 1,4. Alors, l'entrepreneur accepte... Valeur de la surveillance = économie espérée en coûts de détresse financière : au lieu de gagner 0 si V = 1, l'investisseur gagne 1 (avec probabilité de 0,2) «gain de la surveillance» : S=0,2 1=0,2 Le «gain de la surveillance» doit être comparé au coût de surveillance (K) : doit être payé au préalable (avant que le résultat soit connu) s'informer à l'avance sur l'activité acquérir les capacité d'interpréter les comptes (On peut supposer que le coût est payé ex-post en cas de vérification : 0,2.K...) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 12 version 09/11/2012

13 3- Intermédiation financière m investisseurs surveillent : m grand (petits investisseurs) coût de surveillance prohibitif m petit (gros investisseurs) financement possible par dette surveillée un IF peut être créé comme «gros investisseur synthétique» Supposons : m grand... A.N. : m = coût de surveillance : K = 0,0002 M par surveillant La délégation de surveillance à un «banquier» : évite la duplication des coûts de surveillance pose un problème d'incitation : effort de surveillance, info collectée pas observés par investisseurs même type de conflit d'intérêt banquier/investisseur que entrepr/investisseur Déléguer sans surveiller le surveillant importance de la diversification des prêts Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 13 version 09/11/2012

14 3.1- Comment déléguer la surveillance sans avoir à surveiller le surveillant? «Sed quis custodiet ipsos custodes?» «Mais qui garde ces gardiens?» (Juvénal, Satires VI) Imposer au banquier la possibilité d'une liquidation : selon le paiement aux déposants comme l'entrepreneur, le banquier préfère éviter la liquidation La liquidation est supposée être une pure sanction (elle ne rapporte rien). Interprétation : le banquier et l'entrepreneur sont «liquidés» ensemble pour s'assurer qu'ils ne sont pas de connivence «liquider» le banquier consomme tous ses actifs si le banquier anticipe la liquidation, alors il surveille moins, et ses actifs perdent de la valeur Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 14 version 09/11/2012

15 3.2- La surveillance déléguée sans diversification est un échec absence de diversification : la banque accorde/surveille un seul prêt au nom des petits déposants même si la banque peut collecter 1 dans l'état V = 1, elle doit être liquidée : contrat de dépôt de valeur faciale 1 rendement insuffisant contrat de dépôt de valeur faciale > 1 liquidation dans l'état L la banque doit être liquidée aussi souvent que l'entrepreneur la banque non diversifiée est inutile Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 15 version 09/11/2012

16 3.3- La diversification permet-elle de réduire le coût de délégation? Ex. : le banquier accorde/surveille deux prêts (aux résultats indépendants) 4 états : état V 1 V 2 probabilité HH V 1 = 1,4 V 2 = 1,4 0,64 HL V 1 = 1,4 V 2 = 1 0,16 LH V 1 = 1 V 2 = 1,4 0,16 LL V 1 = 1 V 2 = 1 0,04 Le banquier collecte 2 M de dépôts de investisseurs prête selon un contrat de dette surveillée de valeur faciale F < 1,4. récupère F si V i = 1,4 et 1 si V i = 1 n'a pas besoin de recourir à la liquidation émet des dépôts sous forme de dette non surveillée de valeur B (par prêt) est liquidé s'il paye à chaque déposant moins que 2B/20000= B/10000 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 16 version 09/11/2012

17 Si le banquier surveille les deux prêts : Il gagne : état paiement probabilité proba cumulée explication V 1 +V 2 HH 2F 0,64 0,64 les deux paient F 2,8 HL ou LH F + 1 0,32 0,96 un paie F, l'autre 1 2,4 LL 2 0,04 1,00 les deux paient 1 2 Il doit 2B aux déposants : si F + 1 2B 2, alors : la banque est n'est liquidée que dans l'état LL (avec proba 4%) les déposants récupèrent : 0 avec proba 4% (liquidation ne rapporte rien) 2B avec proba 96% en moyenne : 0,96 2 B acceptable si 0,96 2 B=1,05 2 soit 2 B=2,1875 la banque doit récupérer F +1 2 B=2,1875 soit F 1,1875 en accordant un prêt de valeur faciale F = 1,1875, la banque peut bien rembourser l'intégralité des dépôts avec une probabilité de 96%. Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 17 version 09/11/2012

18 La banque va-t-elle surveiller? Si les deux emprunteurs échouent (LL) ou si les deux réussissent (HH) La surveillance ne rapporte rien Si l'un des deux emprunteurs échoue et l'autre réussit (HL ou LH) La surveillance accroît les revenus Accroissement attendu des revenus K par prêt l'incitation à surveiller Si la banque ne surveille aucun prêt, alors elle fait faillite si un des deux prêts échoue le banquier gagne 0 Si la banque surveille un prêt : avec proba 16%, le prêt surveillé échoue, l'autre réussit la banque accroît son revenu de 1 + F 2B = 1 + F 2,1875 la banque est incitée à surveiller un prêt si 0,16(1+F 2,1875) 0,0002 soit F 1,18875 La banque est incitée à surveiller 2 prêts si 0,32(1+F 2,1875) 0, soit (encore) F 1,18875 Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 18 version 09/11/2012

19 La nécessité de fournir au banquier une incitation... à surveiller à éviter faillite quand un seul prêt fait défaut implique un profit pour le banquier une «rente de contrôle» Avec 2 prêts : proba somme reçue (avec F = 1,18875) gain (créance résiduelle au-delà de 2B = 2,1875) 0,64 2F 0,19 = 2F 2B 0,32 F + 1 0,00125 = F + 1 2B 0, (faillite et liquidation) gain espéré du banquier = 0,122 soit 0,061 / prêt > K = 0,0002 rente de contrôle = 0,0608 / prêt Coût de délégation D = 0,1008 M /prêt = coût de détresse financière de la banque 1M 4 % + rente de contrôle 0,0608 M Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 19 version 09/11/2012

20 3.4- Résumé : intermédiation financière et diversification Parmi trois type de contrats : (1) pas de surveillance, dette diffuse de valeur faciale 1,3125 M /emprunteur (2) surveillance directe : économise le coût de détresse financière S = 0,2 M mais coûte les coûts de surveillance mk = 2 M (3) surveillance déléguée : économise coût de détresse financière S = 0,2 M mais coûte les coûts de surveillance et de délégation K + D = 0,1008 M l'option (3) est meilleure, grâce à la diversification du portefeuille de prêts. La diversification permet à l'if de fournir une surveillance déléguée à coût réduit : proba que la banque face défaut diminue la rente de contrôle diminue 0 qd nombre de prêts iid + le coût de délégation diminue seul subsiste le coût de surveillance (inévitable) Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 20 version 09/11/2012

21 À la limite (concurrence et diversification parfaites) : coût du capital attendu pour entrepreneur : 5,02% valeur faciale de la dette : F t.q. 0,8 F +0,2 1=1,0502 soit F = 1,06275 la rentabilité attendue de la banque est de 5% après coûts de surveillance Mais en pratique : le risque de défaut des emprunteurs est corrélé positivement le nombre de prêts en portefeuille est limité Message général : la diversification permet à la banque de transformer de la dette surveillée (prêt aux entrepreneurs) en dette non surveillée (dépôts bancaires) l'organisation bancaire minimise la somme des coûts de surveillance et de détresse financière Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 21 version 09/11/2012

22 4- Conclusion : 4.1- Conséquences en matière de politique économique La banque a intérêt à se couvrir contre tout risque qu'elle ne peut pas contrôler via surveillance (en particulier le risque de taux d'intérêt) La diversification rend les dépôts plus sûrs que les prêts : même sans assurance des dépôts éviter toute réglementation empêchant la diversification des prêts bancaires (sectorielle, géographique) diversification insuffisante proba de faillite bancaire + grande rentes de contrôle + élevées Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 22 version 09/11/2012

23 4.2- Rôle de la dette dans l'intermédiation financière droit de liquider en cas de défaut pouvoir du créancier incitation à rembourser mais la liquidation peut être inefficace intérêt de la surveillance (liquider judicieusement) les intermédiaires financiers (banques) : centralisent la surveillance, évitent la duplication des coûts de surveillance achètent de la dette qu'elles surveillent (prêt) émettent de la dette non surveillée (dépôts) effectuent cette transformation grâce à la diversification des prêts remplissent ainsi leur rôle de surveillance déléguée Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 23 version 09/11/2012

24 4.3- Questions théoriques : cf. Gorton & Winton (2003), «Financial Intermediation», in Constantinides, Harris et Stulz (editors), Handbook of the Economics of Finance, Elsevier, ch. 8, pp coût de surveillance : ex-post, en cas de défaillance (Townsend 1979) costly state verification ex-ante (Diamond 1984) non contingent forme précise des contrats de financement : dette (Townsend) indéterminée (Diamond) : dette ou fonds propres surveillance et diversification : intermédiaires non infiniment diversifiés en pratique existence d un risque systématique (non diversifiable) arbitrage entre coût de surveillance d un «gros» intermédiaire et bénéfice de la diversification taille optimale de l IF Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 24 version 09/11/2012

25 Banques comme productrices d information (i) Asymétries d information / acquisition coûteuse : problème de fiabilité (prouver qu une info valable a bien été produite?) Leland & Pyle (1977) : dans un contexte d antisélection, en prenant une part dans le projet, l entrepreneur signale la qualité problème d appropriabilité (l info est un «bien public») légitime l IF sous forme de : «vendeur d information» : agence de notation «gestionnaire de portefeuille délégué» : fonds mutuel, hedge fund, banque (ii) Apprentissage et relations de long terme : complexifier les modèles théoriques une seule interaction prêteur/emprunteur chaque emprunteur se finance auprès d un seul prêteur introduire des éléments plus réalistes conditions des prêts, renégociation multiplicité des prêteurs, concurrence Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 25 version 09/11/2012

26 Relations de long terme Avantages amélioration des conditions de contrats encourage la réputation meilleur accès au crédit si relation établie plus grande flexibilité rentes futures (*) banque externe informée taux débiteur + élevé si taux débiteur reflète le «risque moyen», seuls les «mauvais» risques changent de banque (malédiction du vainqueur) Inconvénients blocage de la relation, absence de concurrence : emprunteur «exploite» la banque banque «exploite» l emprunteur rente informationnelle (*) emprunteur sans financement en cas de difficulté de la banque rente pour la banque interne Taux trop élevé pour les «bons» emprunteurs en relation établie Concurrence pour les emprunteurs «libres» : trop de fonds pour les «mauvais» emprunteurs Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 26 version 09/11/2012

27 Surveillance : surveillance sélection de projets a priori (screening) prévention de comportements opportunistes pendant la réalisation du projet punir ou auditer un emprunteur défaillant contexte antisélection risque moral (actions cachées) vérification coûteuse des résultats Retour au «Survol» Jean-Baptiste Desquilbet (Université Lille 1) 27 version 09/11/2012

La banque et la gestion des Institutions Financières. Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch.

La banque et la gestion des Institutions Financières. Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. La banque et la gestion des Institutions Financières Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. Analyser comment une banque dégage des profits les plus élevés possibles

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 9 et 10. Politique de financement Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 9 & 10. Financement Printemps 2011 1 / 62 Plan I Introduction II La structure financière

Plus en détail

Une analyse de la structure financière

Une analyse de la structure financière Une analyse de la structure financière Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 8 Système financier : permet de canaliser les fonds des épargnants vers les agents auxquels

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France

Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France Chapitre III : Qui gère la monnaie? Le cas de la France I. Les acteurs du circuit monétaire A) Les détenteurs de monnaie : les ANFR AIF ANFR = agents non financiers résidents AIF = autres intermédiaires

Plus en détail

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation»

Floored Floater sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «General Electric Capital Corporation» Dans l environnement actuel caractérisé par des taux bas, les placements obligataires traditionnels

Plus en détail

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi.

Acte de vente : Document juridique qui transmet le titre de propriété de l'immeuble du vendeur à l'acheteur et en fait foi. Glossaire des prêts Acompte : Montant en espèces que l'acheteur doit verser au vendeur pour prouver sa bonne foi. Si l'offre est acceptée, l'acompte est affecté à la mise de fonds. Si l'offre est subséquemment

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Analyse des risques financiers

Analyse des risques financiers Analyse des risques financiers Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points)

I La théorie de l arbitrage fiscal de la dette (8 points) E : «Théories de la finance d entreprise» Master M1 Université Paris-Dauphine Thierry Granger Année Universitaire 2013/2014 Session 1 Aucun document, calculette autorisée Durée 1h30 Respecter la numérotation

Plus en détail

1. Le risque de contrepartie

1. Le risque de contrepartie 1. Le risque de contrepartie 1.1. Définition : 1.1.1. Au sens étroit : Tout crédit est une anticipation de recettes futures (crédit = pari sur la réussite du projet de l emprunteur). Tout crédit comporte

Plus en détail

2- Microstructure des marchés financiers

2- Microstructure des marchés financiers 2- Microstructure des marchés financiers Principes d'organisation des marchés modes de cotation modes de transmission et d'exécution des ordres rôle des intermédiaires informations disponibles aux agents

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques

1) Le nantissement du contrat d assurance : principes juridiques Diane Patrimoine NANTISSEMENT ET GARANTIE DE PASSIF : le contrat d assurance-vie ou de capitalisation, un outil au service du client, de l entrepreneur et de ses conseils. (Réunion du Pole Ingénierie Patrimoniale

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur

Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Cadre de référence de la gestion du patrimoine de l Institut Pasteur Préambule Fondation privée reconnue d utilité publique à but non lucratif, l Institut Pasteur dispose de différents types de ressources

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Sony» sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Sony» Dans l environnement actuel caractérisé par

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants:

Floored Floater. Cette solution de produit lui offre les avantages suivants: sur le taux d intérêt LIBOR CHF à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Floored Floater sur le taux d intérêt EURIBOR EUR à trois mois avec emprunt de référence «Newmont Mining» Dans l

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

CA Oblig Immo (Janv. 2014)

CA Oblig Immo (Janv. 2014) CA Oblig Immo (Janv. 2014) Titre obligataire émis par Amundi Finance Emissions, véhicule d émission ad hoc de droit français Souscription du 14 janvier au 17 février 2014 Bénéficier d un rendement fixe

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises

Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Théorie Financière 4E 4. Evaluation d actions et td d entreprises Objectifs de la session 1. Introduire le «dividend discount model» (DDM) 2. Comprendre les sources de croissance du dividende 3. Analyser

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

Faculté des sciences de l administration Automne 2005

Faculté des sciences de l administration Automne 2005 Faculté des sciences de l administration Automne 2005 Département de finance et assurance Programmes de 1er cycle Université Laval ASR-15742 GESTION DES RISQUES ET ASSURANCE Professeur: M. Gilles Bernier,

Plus en détail

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00)

Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) Commercialisation du 25 septembre au 19 décembre 2014 (12h00) dans la limite de l'enveloppe disponible Batik Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance*

Plus en détail

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations

Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations Optimiser la Gestion des réserves ou des excédents de trésorerie des Entreprises et des Associations L opportunité pour l Expert- Comptable de proposer un audit financier aux clients concernés Au sommaire

Plus en détail

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES

COMPTES COURANTS D'ASSOCIES COMPTES COURANTS D'ASSOCIES 08/06/2015 Afin d'améliorer la trésorerie d'une société, les associés peuvent, outre le recours aux emprunts ou découverts bancaires, décider d'augmenter le capital social ou

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Questionnaire Profil de risque

Questionnaire Profil de risque Questionnaire Profil de risque L'objectif de ce questionnaire est double. Il nous permet d'une part d'évaluer votre niveau de connaissance et d'expérience des marchés financiers. Il nous aide d'autre part

Plus en détail

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30

Saint Max. FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 FCPI-FIP : Comment bénéficier de la performance et de la réduction d impôts? Lundi 15 décembre 2008-18h30 Saint Max Francis VENNER AVENIR CONSEIL PATRIMOINE 6 clos de la tuilerie - 54460 LIVERDUN tél :

Plus en détail

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif?

Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Le montant des garanties constituées aux fins du STPGV est-il excessif? Kim McPhail et Anastasia Vakos* L e système canadien de transfert des paiements de grande valeur (STPGV) sert à effectuer les paiements

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006

LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006 LOI FÉDÉRALE SUR LES PLACEMENTS COLLECTIFS DE CAPITAUX (LPCC) DU 23 JUIN 2006 NEUFLIZE USA OPPORTUNITES $ Société d investissement à capital variable de droit français Fusion-absorption de la SICAV NEUFLIZE

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

Protégez vous contre l inflation

Protégez vous contre l inflation Credit Suisse (A+/Aa) À QUOI VOUS ATTENDRE? P. Inflation Booster 0 Credit Suisse Inflation Booster 0 est un titre de dette structuré. Le produit est émis par Credit Suisse AG et vous donne droit à un coupon

Plus en détail

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés

Théorie Financière 8 P. rod i u t its dé dérivés Théorie Financière 8P 8. Produits dit dérivés déié Objectifsdelasession session 1. Définir les produits dérivés (forward, futures et options (calls et puts) 2. Analyser les flux financiers terminaux 3.

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider

Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit décider Partie V Structure financière et valeur de l entreprise Chapitre 14 La structure financière en marchés parfaits Lorsqu une entreprise a besoin de capitaux pour financer des projets à long terme, elle doit

Plus en détail

Document d'information

Document d'information Document d'information CPG Opportunité de revenu annuel HSBC Non enregistrés Le présent document d information s applique à tous les certificats de placement garanti Opportunité de revenu annuel HSBC non

Plus en détail

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT Réf : FI09AA / 000 003 183 38704 / C1G4 Pour tout renseignement concernant cette enquête, vous pouvez contacter M xxxxxxxxxx - Tél.xx xx xx xx xx - Courriel : xxxxxxxxxx@insee.fr

Plus en détail

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs.

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs. Groupe Cornèr Banque Produits et services pour la Clientèle privée Vos valeurs, nos valeurs. Services de base 2 Private Banking 4 Markets 7 Crédits et Commercial 8 Services Cornèronline 9 CornèrTrader

Plus en détail

LBPAM ACTIONS INDICE FRANCE

LBPAM ACTIONS INDICE FRANCE PROSPECTUS SIMPLIFIE LBPAM ACTIONS INDICE FRANCE (SICAV à catégories d'actions : action E et action R) PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte Dénomination : LBPAM ACTIONS INDICE FRANCE Forme juridique

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0000983348 Dénomination : CAAM MONE ETAT Forme juridique : F.C.P. de droit français. Compartiments / nourricier : l OPCVM est

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 11. Politique de dividende Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 11. Dividendes Printemps 2011 1 / 39 Plan I Introduction II Les modalités de rémunération des

Plus en détail

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt

Introduction des. comptes d épargne libre d impôt Introduction des comptes d épargne libre d impôt Comptes d épargne libre d impôt Une nouvelle façon d épargner Les comptes d épargne libre d impôt ont été introduits par le gouvernement fédéral dans le

Plus en détail

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE)

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) apperçu des Principaux risques et caractéristiques Annexe 2 Table des matières 1. Préambule 5 2. Informations générales sur les risques 6 2.1 Introduction

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements...

table des matières PARtie i introduction Notations courantes... XXIII Les auteurs... XXV Avant-propos... XXVII Remerciements... table des matières Notations courantes............................................................... XXIII Les auteurs......................................................................... XXV Avant-propos.......................................................................

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

Le placement, ou comment faire fructifier votre argent

Le placement, ou comment faire fructifier votre argent Chapitre 12 Le placement, ou comment faire fructifier votre argent Comme l a dit J.H. Morley : Lorsque vous placez de l argent, le montant de l intérêt dépendra de votre préférence : voulez-vous bien manger,

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides

Nos prêts hypothécaires. Edifiez votre logement sur des fondations solides Nos prêts hypothécaires Edifiez votre logement sur des fondations solides Vous rêvez d un logement bien à vous? La Banque Migros vous soutient avec des solutions attrayantes. Du financement de votre premier

Plus en détail

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE

6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE 6. MONNAIE, CRÉDIT ET DETTE INTRODUCTION 280. Le présent chapitre passe en revue les principales questions que pose aux pays la définition des agrégats de la monnaie, du crédit et de la dette. Il sert

Plus en détail

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS

RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS RÈGLE 1 INTERPRÉTATION ET EFFETS 1. Dans les présentes Règles à moins que le contexte ne s'y oppose, le terme : «activités manipulatrices et trompeuses» désigne la saisie d un ordre ou l exécution d une

Plus en détail

Arbitrage de titres convertibles

Arbitrage de titres convertibles AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Arbitrage de titres convertibles Depuis une quinzaine d années, l arbitrage de titres convertibles fournit des rendements intéressants qui sont non corrélés

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal

Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Cas 9 - Le rôle de l Etat et de l environnement légal Objectif : comprendre le rôle de l Etat dans l économie et son influence sur les décisions de production des entreprises. Introduction Théorie néoclassique

Plus en détail

Recherches mises en valeur

Recherches mises en valeur Recherches mises en valeur Résumé hebdomadaire de nos meilleures idées et développements au sein de notre univers de couverture La Meilleure Idée Capital One va fructifier votre portefeuille 14 février

Plus en détail

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS BROCHURE INSTRUMENTS FINANCIERS PROPOSÉS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente vise à vous communiquer, conformément à la Directive MiFID, une information générale

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail