Rapport de l AERES sur l unité :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de l AERES sur l unité :"

Transcription

1 Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Sciences et Technologies de la Musique et du Son (STMS) UMR 9912 sous tutel des établissements et organismes : IRCAM Ministère de la Culture CNRS Et dans cadre du projet, en sus, Université Pierre Marie Curie (Paris 6) Mai 2010

2 Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Sciences et Technologies de la Musique et du Son (STMS) UMR 9912 Sous tutel des établissements et organismes IRCAM Ministère de la Culture CNRS Et dans cadre du projet, en sus, Université Pierre Marie Curie (Paris 6) Mai 2010

3 Unité Nom de l'unité : Sciences et Technologies de la Musique et du Son Label demandé : Unité Mixte de Recherche N si renouvelment : UMR 9912 Nom du directeur : M. Hugues VINET Membres du comité d'experts Président : M. Claude LABIT, IRISA, Rennes Experts : M. Christophe D ALESSANDRO, CNRS, LIMSI M. Yves AUREGAN, Université du Maine Mme Michè CASTELLENGO, UPMC M. Pierre COINTE, Eco des Mines de Nantes M. Xavier HASCHER, Université de Strasbourg M. Richard KRONLAND-MARTINET, CNRS, LMA M. Hervé LISSEK, EPFL, Suisse M. Jean PICHE, Université de Montréal, Canada M. Nicolas ROUSSEL, INRIA, Lil Expert(s) proposés par des comités d évaluation des personnels (CoNRS) : M. Jean-Luc GAUVAIN, CoNRS Représentants présents lors de la visite Délégué scientifique représentant de l'aeres : M. Frédéric TRUCHETET Représentant(s) des établissements et organismes tutels de l'unité : M. Frank MADLENER, IRCAM M. Michel MUCKENSTURM, IRCAM M. Jean-Dominique POLACK, UPMC M. Christophe DESSAUX, Ministère de la Culture M. Mokrane BOUZEGHOUB, CNRS 3

4 Rapport 1 Introduction Date et déroument de la visite : Le comité s est déroulé s 3 et 4 mars 2010, selon l agenda de visite suivant : - Une présentation introductive du bilan et du projet de l UMR réalisée par directeur actuel. - Les présentations successives du bilan et du projet des 7 équipes de recherche composant l unité. - Une visite de la médiathéque et de deux plateformes (chambre anéchoïde, espace de projection) associées au laboratoire. - Un entretien approfondi et colctif avec l ensemb des tutels de l unité de recherches. - La rencontre avec s diverses catégories de personnel (chercheurs, ITA, doctorants, post-doctorants, CDD. - Un entretien final avec directeur actuel et nouveau directeur proposé. - Plusieurs réunions à huis-clos du comité. Les membres du comité tiennent à souligner l excelnte qualité d organisation et de préparation de celui-ci par la direction du laboratoire, s responsabs d équipes et l ensemb des acteurs qui y ont contribué. Cependant, comité a eu de réels difficultés à la cture du rapport/bilan du quadriennal ; celui-ci ne suivait pas un canevas usuel et comportait plusieurs absences d'informations classiques (membres des équipes, faits marquants, métriques,..) rendant travail des évaluateurs d autant plus compliqué que s documents, s présentations oras et site Web ne donnaient pas toujours s mêmes informations. Historique et localisation géographique de l unité et description synthétique de son domaine et de ses activités : Localisée à Paris, voisine du Centre National d Art et de Culture Georges Pompidou avec quel el est associée de longue date, l unité UMR 9912 STMS hérite d un très prestigieux historique lié à l association entre recherche scientifique et création musica contemporaine. L UMR STMS a adopté son intitulé actuel, «Sciences et Technologies de la Musique et du Son», à partir du quadriennal Cette unité est insérée au sein du département «Recherche et Developpement», qui constitue l un des 3 départements de l Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (IRCAM). La tutel de l Ircam est Ministère de la Culture et de la Communication. La création de l'umr 9912 STMS résulte donc de l'association de cette tutel avec CNRS, via actuelment son rattachement principal à l institut INS2I (et rattachements secondaires demandés auprès des INSIS, INSHS, INSB). Le personnel de l'umr est ainsi constitué de personnel propre de l'ircam et de personnel CNRS. Enfin, l université Paris-6 UPMC a, en ce début d année 2010, inscrit l unité STMS au sein de son contrat d établissement et à ce titre, était invitée à l entretien avec s établissements partenaires ; comité a examiné (cf infra) avec grand intérêt et attention cette nouvel perspective d association. Le domaine et s activités scientifiques de l unité de recherches STMS sont à l interface entre - D une part domaine des Sciences et Technologies de l Information et Communication, sur ses vots traitement du signal sonore mais aussi modélisation mathématique et traitement de l information musica, informatique musica et développements technologiques d outils de création associés. - D autre part la création artistique et s études musicologiques en lien étroit avec la musique contemporaine. 4

5 Equipe de Direction La gouvernance de l unité est structurée de la manière suivante : - Un directeur d unité : actuelment Hugues Vinet, égament directeur scientifique de l Ircam, avec un changement proposé pour futur quadriennal (début 2011). - 7 responsabs d équipes de recherches qui sont réunis par directeur bimensuelment. - Un conseil de laboratoire de 9 membres, avec des réunions trimestriels. Effectifs de l unité : (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan (*) Nombre de chercheurs CNRS indiqués dans la fiche Bilan Aeres ; actuelment déjà au nombre de 5. (**) Nombre de doctorants indiqués au 30 Juin projet 4(*) (**) (***) 5 5 (***) Nombre de doctorants dont la soutenance est après 1/01/2011, 30 affichés cumulativement sur une période annuel (2009). 2 Appréciation sur l unité Avis global : L UMR STMS, insérée au sein du département Recherche-Développement de l Ircam, est internationament reconnue pour l excelnce et l originalité de de ses activités caractérisées par l imbrication étroite de son activité de recherche scientifique et musica de très grande qualité, de sa contribution à la production artistique qui y est directement associée et qui constitue bien souvent la source même des défis scientifiques et technologiques abordés, et enfin des développements logiciels nombreux, diffusés par forum Ircam ForumNet, et utilisés par une très large communauté en informatique musica. La notoriété et l excelnce de ce lieu de recherches sont donc attestées par l impact de ces productions/réalisations. Cette structure, par sa tail, large spectre de ses activités et sa thématique musicologique autour de la Musique Contemporaine en fait un lieu unique et ader sur plan mondial, ses compétiteurs (McGill/CIRMMT, Berkey/CNMAT, San Diego/CRCA,, Lyon/GRAME ) étant soit de tail beaucoup plus modeste, soit sur un spectre d activités bien moins étendu. 5

6 La dynamique et la stratégie de croissance de cette unité de recherches l amènent naturelment à développer puis contractualiser des partenariats, historiquement avec CNRS et plus récemment avec l Université Pierre et Marie Curie (UPMC). Ces partenariats sont essentiels pour conforter vot académique de ses recherches et lien avec l enseignement supérieur tout en diversifiant ses profils de recrutements. Sur la base de l ensemb de ces éléments, l avis global porté sur cette UMR est donc extrêmement positif et conduit à proposer un soutien renforcé à ce très bel «outil de recherches» aux multips retombées tant scientifiques que culturels, sociétas ou économiques. Points forts et opportunités : Sur plan scientifique, point marquant de l UMR STMS est l aspect multidisciplinaire de ses recherches allant de travaux fondamentaux très avancés sur des modélisations mathématiques et en informatique jusqu à la démarche de contribution à la création artistique. Un autre point fort en termes de production scientifique clairement à mettre en exergue et qui fait aussi la renommée dans la communauté internationa de l informatique musica, concerne s importants développements logiciels associés à ces travaux, logiciels brevetés ou ouverts dans une démarche «open source», diffusés par forum logiciel de l Ircam et utilisés par département pédagogie de l Ircam. Enfin, il est important aussi de souligner mode bien structuré de la gouvernance de l unité, en étroite relation avec la politique généra de l établissement Ircam. L organisation, au-delà de l évaluation Aeres, d une pratique d auto-évaluation (conseil scientifique de l Ircam) et la réalisation régulière de prospective scientifique font partie de la culture de l unité STMS. L opportunité essentiel et extrèmement stratégique qui se présente, en ce début d année 2010 et pour s prochaines étapes de contractualisation, concerne la relation désormais établie et inscrite au sein du contrat de cette université, du rattachement de l unité à Paris6 - UPMC, ce qui permettrait de renforcer s actions de formation (notamment dans s filières Master) et de bâtir de véritabs équipes mixtes de recherche avec un potentiel d enseignant-chercheurs accru. Points à améliorer et risques : Comme indiqué précédemment, la nature intrinsèquement multidisciplinaire des travaux menés crée potentielment la difficulté d une reconnaissance disciplinaire clairement identifiée de cette recherche ainsi qu une multiplicité de relations partenarias comme laisse à penser lien souhaité avec 4 instituts du CNRS (dont bien sûr rattachement principal à l INS2I) Ceci impose aux établissements de tutel d avoir une démarche volontariste pour imposer et soutenir, par exemp par fléchage spécifique de moyens ou de postes, cette recherche aux interfaces de différents champs disciplinaires. Sur plan structurel, l immersion tota de l UMR STMS au sein du département R&D de l ircam rend bien sûr effectif lien recherche scientifique création artistique mais crée la difficulté d une délimitation nette du périmètre exact (tant en personnels qu en missions) de l unité STMS. Cette délimitation Ircam/STMS est essentiel quant aux négociations et à la complémentarité recherchée, en apport de moyens en particulier, avec s autres établissements de tutel. Enfin, en lien avec l avis global très positif donné ci-dessus, qui atteste de la visibilité et de la reconnaissance internationa de l Ircam, un risque non négligeab serait d entretenir seument la dynamique mise en place antérieurement sans rebrassage régulier des idées et renouvelment progressif des équipes, ainsi que d occulter la nécessaire comparaison avec s compétiteurs. Un «benchmarking» affinant positionnement international par rapport aux autres structures (même si els sont plus petites et différentes en statut) serait à mener. Recommandations au directeur de l unité : Le comité souhaite effectuer quelques recommandations d ordre général qui pourraient permettre d atténuer s risques mentionnés ci-dessus : - L UMR STMS se doit de définir précisément son périmètre d actions et, au sein de l unité, l apport respectif en missions et en supports de chacun des partenaires. Une vision consolidée tant sur plan RH que budgétaire est indispensab vu l imbrication 6

7 des structures. Le partenaire Ircam est essentiel dans ce soutien à l UMR, en particulier sur vot assistance administrative et soutien en ingénieurs pour s développements logiciels ; ce soutien doit apparaître ouvertement. - En relation directe avec point précédent et pour répondre au mieux et avec anticipation sur la fourniture des rapports d activités et indicateurs en format usuel type AERES, il est fortement suggéré d homogéniser s présentations entre site Web de l unité STMS, la présentation des équipes, rapport d activités. - Concernant s permanents scientifiques, l affichage explicite d une doub mission de recherche scientifique et de création musica, pour ceux qui l exercent, permettrait de pondérer s éléments de production scientifique avec ceux de contribution à la création artistique. - La «pression» contractuel au sein des équipes de recherches est forte, en lien avec la nécessité de co-financements des personnels en situation de CDD et CDI. Il a été noté nombre très évé de CDD (en 2009, 30 doctorants et 17 CDD > 6 mois soit 2/3 des effectifs globaux). Pour ces personnels, une réfxion d ensemb sur plan RH et évolution de carrières, à l instar des corps et grades (CR,DR,IR,IE,.) existants au sein des EPSTs, est à examiner afin de prévoir des évolutions de carrière corrélées aux seniorités scientifiques acquises ou en cours (ex : passage HDR). - La relation contractualisée naissante avec l UPMC-Paris6 doit permettre de conforter vot académique des travaux, en consolidant s relations dans cadre des Master et avec s écos doctoras, et en complétant l accès à la documentation scientifique dans domaine de l ingéniérie informatique (revues IEEE en particulier) El permettrait égament d envisager des passerels entre des carrières de chercheurs et d enseignant/chercheurs (en particulier professeurs). - Enfin, concernant candrier de contractualisation avec l université Paris6-UPMC qui est, comme indiqué ci-dessus, un élément stratégique pour l avenir de l unité STMS, il semb opportun de resynchroniser s échéances quadriennas pour stabiliser ce partenariat et bâtir en commun une prospective scientifique et des maquettes de formation en phase sur la même période quadrienna; actuelment l association avec cette université se dérou à mi-parcours de son contrat d établissement. Données de production : (cf. A1 : Nombre de produisants parmi s chercheurs et enseignants 23 chercheurs référencés en N1, N2 et N3 (*) dans la colonne projet A2 : Nombre de produisants parmi s autres personnels référencés enn4 et N5 dans la colonne projet A3 : Taux de produisants de l unité [A1/(N1+ N2+N3)] 95% Nombre d HDR soutenues 1 Nombre de thèses soutenues Brevets maintenus Appui à la création de start_up : (Voxr) 1 La réalité d association de l UMR STMS avec l Ircam fait que s produisants sont à comptabiliser parmi s scientifiques référencés en N2 et N3 (N1=0 car l association avec UMPC est trop récente) 7

8 3 Appréciations détaillées Appréciation sur la qualité scientifique et la production : - Il a été souligné, dans l avis global, la très grande qualité de la production scientifique. Cel-ci se caractérise par des contributions disciplinaires (en traitement du signal sonore, en langages et modélisation musica, en musicologie, ) mais aussi naturelment en interdisciplinarité. La participation très active à la politique éditoria de la nouvel revue «Journal of Mathematics and Music» est égament à mettre en exergue et en exemp d une volonté de diffusion internationa de tels travaux. - Suite aux recommandations de comités d évaluation précédents, la direction du laboratoire a impulsé une véritab politique d incitation à la publication scientifique dans s meilurs revues disciplinaires de l informatique musica au sens large, ce qui s est très concrètement traduit par une augmentation sensib du nombre global : de 84 publications en 2005 à 109 en 2008 et avec renforcement affirmé en revues référencées : 8 en 2005 pour 19 en Pour poursuivre en ce sens, une recommandation complémentaire pourrait être d élargir désormais spectre des revues disciplinaires visées. - La production scientifique ne peut en aucune façon être dissociée de l aide apportée à la création artistique développée à l Ircam. Les plateformes scientifiques et artistiques que développe l UMR STMS en sont une illustration, tel l Espace de projection de l Ircam qui constitue une plateforme d envergure à l interface de la recherche scientifique et de la production artistique. Les colloques scientifiques et artistiques organisés sont tout autant mixtes sur ces deux dimensions indissociabs. - Egament, il est à noter l excelnte reconnaissance internationa et l usage des développements logiciels qui accompagnent ces travaux de recherche : un ensemb d «Ircam Tools», gamme de logiciels de production musica et traitement sonore, fait ainsi partie de la visibilité et notoriété de l UMR STMS, avec certains logiciels très largement répandus (ex : Max/MSP : utilisateurs dans monde). - Les relations contractuels sont nombreuses et bien présentes en mission et en engagements réguliers, au sein de la très grande majorité des équipes de recherchedéveloppement, ceci en lien avec la nécessité de cofinancement par ressources propres de pans d activités entiers et des salaires associés. Pour un financement global affiché de 8.6M sur la période , l UMR s est ainsi impliquée dans 35 projets collaboratifs dont 14 coordinations et en particulier européens (IST FP6, projet Quaero sur l indexation audio, projets régionaux Feder). A noter la très forte implication dans s ex-réseaux d innovation (Riam) et désormais s appels ANR. Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l unité de recherche dans son environnement : - Du fait de cette doub activité scientifique et artistique, s invitations à des manifestations internationas mais surtout s accueils d invités internationaux sont nombreux. 3 à 5 événements publics à portée internationa sont ainsi organisés chaque année par laboratoire. - Le lien avec l environnement culturel très riche de Paris est naturel, en relation directe notamment avec Centre Pompidou mais aussi la Cité de la Musique (ensemb intercontemporain) et la Cité des Sciences et de l Industrie. - Au delà des relations industriels présentes dans s projets collaboratifs (ANR, projets européens), s activités de recherche menées à l UMR STMS et à l Ircam sont bien intégrées dans l environnement régional, en particulier au sein du pô de compétitivité Cap Digital pour quel laboratoire a joué un rô moteur dans sa création (2005) et est désormais force de propositions de projets mais aussi acteur, et à plusieurs niveaux, de sa gouvernance. Appréciation sur la stratégie, la gouvernance et la vie de l unité: - L UMR STMS reste de tail humaine et efficacement gouvernée; même si la croissance de l unité durant la période s est clairement affirmée, faisant doubr s 8

9 effectifs : en 2005 : 39 au total (dont 12 permanents et 20 doctorants), à 73 personnes en 2009 (dont 26 permanents et 30 doctorants). - Ce doubment de la tail de l unité n a pas modifié son organisation interne qui est clairement structurée selon 7 équipes de recherche distinctes, une médiathèque commune et des 4 services de support (valorisation industriel, services en ligne, service informatique, atelier mécanique) s adossant aux services éponymes présents globament dans la structure Ircam. - L organigramme scientifique de l unité est donc structuré, dans bilan comme dans projet, au travers de 7 équipes distinctes ce qui fait des groupes de recherche de très petite tail (certaines équipes n ayant que 2 permanents). Il pourrait être envisagé des regroupements thématiques au sein d équipes de recherche de tail plus importante, amenant plus de synergies entre permanents scientifiques. - La vie interne de l unité est organisée autour de réunions bimensuels des chefs d équipes, du conseil de laboratoire (réunions trimestriels) et de séminaires interéquipes. - La stratégie et la prospective scientifique de l unité, en particulier pour bâtir projet de contrat quadriennal prochain, ont été colctivement organisées, au travers d un séminaire de brainstorming de 2 jours et de mises en exergue d axes scientifiques transverses rénovant ceux affichés pour contrat précédent. - L interdisciplinarité, intrinsèquement présente dans s activités du laboratoire passe par s projets inter-équipes, qui ont augmenté en nombre, et par la création artistique ou l organisation d événements publics. - Vu la faib tail de l unité mais aussi sa forte dépendance aux contrats de recherche externes, la politique d affectation des moyens est identique pour toutes s équipes et la gestion de ses ressources est fortement déconcentrée au sein de cels-ci. Appréciation sur projet : - Le projet scientifique présenté se situe en très forte continuité thématique avec celui de la période quadrienna précédente. Le nombre d équipes reste à l identique (7) avec, là égament une forte stabilité des responsabs d équipes (un seul changement prévu) et des libellés scientifiques de ces équipes (une nouvel dénomination pour l ex-équipe «acoustique des sals» qui devient «espaces acoustiques et cognitifs»). - Cette apparente stabilité ne doit pas occulter la rénovation menée quant aux thématiques transversas affichées pour travail collaboratif inter-équipes. A ce niveau, une réfxion a été menée par la direction du laboratoire conduisant à quatre grandes orientations autour de : i) l analyse la synthèse et traitement sonore ii) Représentations et langages iii) Interaction musica, sonore et multimoda iv) Fondements cognitifs, méthodologiques et musicologiques. Cet effort de croisements thématiques inter-équipes est intéressant et mérite sans doute, pour devenir effectif, d être soutenu par des budgets incitatifs spécifiques issus de la gouvernance du laboratoire. - Pour nouveau projet, l organigramme présenté pour la future gouvernance comporte deux modifications majeures : changement, à horizon de fin 2010, du directeur de l unité UMR STMS et la création d un directeur adjoint de l UMR cumulant cette fonction avec cel de directeur scientifique de l Ircam. Le comité a positivement considéré ces propositions nouvels compte tenu des compétences et de la complémentarité des profils des deux personnes concernées et de la nécessaire cohérence de politique scientifique globa que cet organigramme propose conjointement pour l UMR STMS et l Ircam. Il souligne néanmoins la nécessité de bien clarifier s responsabilités de gouvernance de l UMR et cels de la direction scientifique de l Ircam. - Pour conclure, projet présenté est, à l instar de l historique de l Ircam, original dans sa nature et unique sur plan international en visibilité et masse critique de compétences réunies. La prise de risques scientifiques pourrait être amplifiée ou 9

10 affichée plus fortement, sans risques de fragiliser l unité de recherches, si s budgets récurrents, hors ressources contractuels (qui naturelment sont à thématiques potentielment moins originas ou risquées) permettaient de donner quelques degrés de liberté scientifique supplémentaires. Au vu de la forte croissance toute récente en effectifs de l unité, avec un budget de soutien récurrent qui n a pas suivi linéairement cette croissance, l enjeu est sûrement un soutien renforcé des établissements de tutel actuel (CNRS) et futur (UPMC). 4 Analyse équipe par équipe et/ou par projet Intitulé de l équipe : Acoustique Instrumenta Responsab : M. René CAUSSE Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet Appréciation sur la qualité scientifique et la production : L'équipe acoustique instrumenta a en charge un axe fondamental de la recherche musica : l étude du fonctionnement mécanique des instruments de musique. El mène en parallè développement de dispositifs expérimentaux (bouche artificiel pour hautbois, trompette), la captation des gestes en cours de jeu (violon) et des tests d'évaluation de qualité de différents instruments d'une même famil. Les données recueillies alimentent la base de données de Modalys, programme de synthèse par modè physique développé par la même équipe. Ont été intégrés récemment s couplages non linéaires et développement d'un code de calcul par éléments finis. Les résultats sont régulièrement publiés dans s revues d'acoustique de niveau international (JASA, Acta acustica) et communiqués tant au sein des congrès spécialisés auxquels s chercheurs sont régulièrement invités, qu'auprès des professionnels de la facture instrumenta. Le volume des publications sur la période (3 ACL; 5 ACTI) s'explique par la très faib tail de l'équipe. 10

11 Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : L'équipe a assuré la coordination d'un projet ANR et participé à deux contrats fédérant s principaux centres de recherche en France. Ses collaborations avec s chercheurs d'autres laboratoires (LMA, CIRMMT, McGill, ITEMM) sont étroites et suivies. Le responsab de l'équipe diffuse s connaissances auprès d'un large public (5 conférences et interviews) et plus particulièrement auprès des jeunes facteurs en formation au Pô Européen de l'itemm (Le Mans) Appréciation sur projet : Le projet, qui regroupe s thèmes selon trois axes manifeste d un effort de structuration très positif. - l'axe 1, "modélisation des instruments de musique", cœur de métier de l'équipe, l'accent est mis sur l'étude du rayonnement des sources instrumentas. Les développements menés en interaction avec l'équipe Espaces Acoustiques et Cognitifs pour la mesure et la simulation devraient fournir des résultats sur un point important mais négligé de la recherche en acoustique. L'intégration du rayonnement dans Modalys permettra en outre un contrô de la compxité sonore et une qualité de synthèse plus proche de cel des sons réels. - L'axe "Aide à la facture instrumenta" soutenu par projet PAFI offre une excelnte opportunité pour mettre à profit savoir-faire de l équipe dans la caractérisation acoustique (bouche artificiel) et dans l'évaluation perceptive de la qualité des instruments à vent (tests d'écoute avec musiciens). - L'axe "Etude du jeu instrumental", explore diverses perspectives quand à l'introduction de nouveaux contrôs des systèmes de synthèse simulant s gestes qu'effectue un musicien sur son instrument. Conclusion : - Avis : Malgré une présentation peu claire bilan est de bonne qualité et satisfaisant compte tenu de la petite tail de l'équipe. La montée en disponibilité du deuxième chercheur et de l ingénieur de développement augure d'une dynamique pour la période à venir ainsi que d'une plus grande interaction avec s équipes en interne. - Points forts et opportunités : Le point fort de l équipe est savoir faire du responsab dans une thématique de recherche incontournab à l'ircam. Les instruments de musique émettent des sons d une efficacité perceptive extraordinaire (cf non-linéarités). Il y a encore beaucoup de travail à accomplir pour comprendre ce qui, dans ur fonctionnement confère s qualités de sons "intéressants" à écouter, afin d en faire bénéficier s systèmes de synthèse sonore. Le projet de recherche met bien en évidence s interactions avec s autres équipes - Points à améliorer et risques : Le développement et la qualité des recherches en acoustique instrumenta sont entre s mains du seul responsab de l équipe. Pour en assurer la pérennité il faut dès maintenant programmer la formation et la stabilisation d'un(e) jeune(e) Chercheur(e) s intégrant rapidement dans l équipe. - Recommandations : Le logiciel Modalys souffre de façon chronique d'un manque de personnel travaillant à son développement. Il est important que l'équipe soit soutenue sur ce point. Les contributions de l équipe au thème Modélisation instrumenta de l équipe «Analyse/Synthèse» doivent être rendues plus visibs et au besoin renforcées. 11

12 Intitulé de l équipe : Espaces Acoustiques et Cognitifs Responsab : M. Olivier WARUSFEL Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet Appréciation sur la qualité scientifique et la production L équipe «Espaces acoustiques et cognitifs» mène des recherches sur l'analyse, la perception, la reproduction et la synthèse de scènes sonores, en particulier pour la création musica. L équipe traite l espace sonore sous des angs variés, allant de la diffusion spatialisée pour un individu à la spatialisation pour de grands espaces de diffusion. Les études portent sur la diffusion binaura au casque, la diffusion multi haut-parur (WFS), contrô de rayonnement ou de la directivité des sources. L équipe a mis en place des dispositifs techniques spécifiques très originaux, voire uniques, comme système mobi de Wave Field Synthesis comportant 128 haut-parurs (512 hautparurs à terme). L équipe a su développer des offres logiciels ( spatialisateur), allant bien au-delà du domaine musical (applications multimedia, jeu vidéo, applications médicas). Le vot cognitif lié à la perception sonore dans l espace a pris une importance significative ces dernières années, avec un vot applicatif innovant (applications pour traitement des acouphènes, traitement de phobies, etc.). La production scientifique est relativement importante pour une si petite équipe, avec 15 artics dans des revues à comité de cture, 24 communications avec actes, 5 ouvrages ou chapitres d ouvrages scientifiques. Par ailurs, la production artistique liée à ses travaux est notab, comprenant 4 créations dont 3 pour Centre Pompidou, ainsi qu une création pour la Cour d honneur du prochain festival d Avignon. Son activité de publication a, en outre, bénéficié de l arrivée d une spécialiste des neurosciences comportementas et cognitives, qui contribue de façon dynamique au volume des publications. Cette équipe a montré une bonne articulation de projets de recherche pendant quadriennal (6 projets propres et 3 projets multi-équipes sur s 4 ans). Les activités se partagent entre projets ANR (4), projets européens (3), et d autres sources de financement (2). La pérennité de ces activités semb assurée par l assise du groupe dans domaine au niveau national et international. Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : Le rayonnement national et international est significatif, et son influence dépasse s frontières de la seu création musica. Cette petite équipe a été heureusement renforcée récemment, avec l arrivée d un ingénieur CNRS, d un chercheur CNRS, responsab du vot cognitif, et d un chargé de recherche IRCAM. 12

13 Les nombreux projets nationaux et européens dont el a la charge témoignent de sa renommée et de sa capacité de renouvelment. Les nombreuses activités en lien avec des entreprises technologiques illustrent égament son importance stratégique dans monde industriel. Son implication dans des actions de communications, en particulier dans s media (télévision, radio), mais aussi dans des manifestations culturels d envergure (Festival d Avignon) est égament à mettre au crédit de sa notoriété. Appréciation sur projet : L activité centra de l équipe, à savoir la spatialisation du son et s applications de la réalité virtuel audio, ainsi que l acoustique des sals, est un atout de l UMR, qui lui apporte une assise dans domaine des applications 3D audio, en particulier dans cadre de la production musica. Les activités liées au rayonnement acoustique des sources éctroacoustiques (sources à directivité contrôlée), et à la psychoacoustique (cognition spatia) sont complémentaires à l activité principa de l équipe, et assurent une bonne transversalité avec s autres disciplines de l UMR («Acoustique instrumenta», «Analyse et synthèse des sons», et «Perception et design sonore»). En particulier, la thématique «Cognition spatia» enrichit l expertise de l équipe, et devrait ouvrir des synergies renforcées avec l équipe «Perception et design sonore». Conclusion : - Avis : L équipe «Espaces acoustiques et cognitifs», forte d une visibilité unique dans domaine des technologies audio 3D, est à la pointe des développements dans domaine et a su tirer profit de nouvels compétences dans domaine des neurosciences. - Points forts et opportunités : L équipe occupe une place significative dans domaine de la spatialisation sonore, qui offre de nombreuses opportunités dans monde du spectac, musique, théâtre, danse. Le contexte de l IRCAM favorise par nature retentissement national et international de ces problématiques. Les développements dans domaine perceptif devraient assurer à l équipe de nouvels activités recentrées dans champ de la création musica à plus long terme. - Points à améliorer et risques : Le lien entre l expérimentation en recherche cognitive et s problématiques propres à la perception du champ sonore musical n est pas toujours évident et par ailurs, vot lié au contrô du rayonnement des sources éctroacoustiques pourrait être renforcé. Une synergie entre contrô des sources et s développements psychoacoustiques pourrait ainsi être privilégiée. L accueil de doctorants pourrait être plus important dans projet, car il est indispensab pour l avenir de l équipe, et il faut donc encourager l équipe à se renforcer en HDR du coté de l acoustique. - Recommandations : Cette petite équipe bénéficie d un impact important, tant auprès de différentes communautés scientifiques qu auprès du monde du spectac vivant. En plus de ses activités en acoustique et en éctroacoustique, ses recherches dans domaine des neurosciences devraient pouvoir trouver des aboutissements pour la création musica. Il apparaît donc essentiel que son activité soit soutenue et son fonctionnement renforcés. En particulier, il est essentiel que nombre de ses permanents, mis en regard des domaines d études et des applications, augmente en conséquence. 13

14 Intitulé de l équipe : Perception et Design Sonores Responsab : M. Patrick SUSINI Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet Appréciation sur la qualité scientifique et la production : L équipe «Perception et design sonores» (PDS) s intéresse à la perception des sons environnementaux et des sons de signalétique pour en déterminer la signification. Ces connaissances sont appliquées au design sonore, en conservant une approche esthétique propre à la thématique généra de l unité de recherche. Ces travaux conduisent à d importantes et régulières relations industriels dans domaine du design sonore, qui se concrétisent notamment par 2 thèses CIFRE sur la période , ainsi qu à des publications dans s revues à comité de cture (10 sur la période ). En dépit de son faib effectif, l équipe PDS a une activité soutenue et équilibrée entre s aspects industriels et s aspects académiques. Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : L équipe PDS a coordonné un projet européen (Closed) et participe à plusieurs actions européennes. El est régulièrement présente dans des conférences internationas et el organise des conférences. L équipe a participé à la création d un Master de design sonore à l éco de Beaux Arts du Mans et assure une formation professionnel régulière en Design sonore à l IRCAM. Appréciation sur projet : L équipe PDS a construit un projet dans droit fil de ses activités actuels ce qui est fort raisonnab en raison de sa tail et de sa création récente. On peut s interroger sur l intérêt de l étude de la directivité des instruments de musique au sein de cette petite équipe qui devrait rester concentrée sur ses thématiques originas. L utilisation de la synthèse pour valider s critères de classification des sons est à encourager d autant qu el contribuera à enrichir s données de Modalys. 14

15 Conclusion : - Avis : L équipe PDS est une équipe récente avec un faib effectif. El a clairement identifié son projet de recherche. El a un bon rayonnement mais reste fragi en termes d effectifs. - Points forts et opportunités : Le design sonore est une activité de recherche origina et prometteuse. Cette thématique de recherche est peu représentée en France et permet à l équipe PDS d avoir de bons contacts industriels et internationaux. Il mérite d'être souligné que si design sonore est une discipline émergente, el profitera beaucoup de sa présence dans un milieu de recherche proprement musical. - Points à améliorer et risques : Le risque principal de cette équipe est lié à sa petite tail : el peut être complètement déstabilisée par départ de l un de ses membres. - Recommandations : L équipe doit veilr à rester concentrée sur ses thématiques originas. L unité doit veilr à renforcer cette équipe dès que possib. Afin de bien ancrer s aspects esthétiques du champ d'investigation, il serait souhaitab qu'un compositeur en titre puisse s associer à cette équipe. Intitulé de l équipe : Analyse / Synthèse des Sons Responsabs : M. X. RODET (bilan) M. A. ROEBEL (projet) Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet Appréciation sur la qualité scientifique et la production : Les travaux de l équipe Analyse/Synthèse s inscrivent au cœur des problématiques liées au signal audionumérique de l UMR STMS. Ils s appuient sur une expertise bien établie des processus d analyse, de traitement et de synthèse des signaux sonores, et visent à améliorer s modès mais aussi à déployer de nouvels méthodologies 15

16 correspondant aux attentes des musiciens et du monde industriel. C est ainsi, qu outre s développements désormais traditionnels de l équipe autour du logiciel Super VP, de nouvels thématiques sont venues élargir son périmètre d action, notamment dans s domaines de la description du contenu musical, de la synthèse de la voix et des modès physiques. Les résultats obtenus par l équipe ont eu un fort impact au sein de la communauté scientifique, mais aussi au niveau des retombées industriels et sociétas. Au cours du quadriennal, ils ont donné lieu à la participation à 39 congrès internationaux où ont été présentées 82 communications, à la publication de 12 artics dans des revues internationas à comité de cture, à la participation à l écriture de 3 livres et à la soutenance de 2 thèses de doctorat en moyenne par année. Toutefois si l équipe est bien représentée dans s conférences internationas, la quantité de ses publications reste faib compte tenu du nombre de chercheurs. L équipe valorise enfin ses compétences par biais de logiciels à destination des compositeurs et du monde industriel (6 logiciels majeurs). Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : L équipe analyse/synthèse a fait preuve d un fort dynamisme en générant de nombreuses collaborations nationas et internationas, notamment dans cadre de projets ANR et Européens dont certains sont coordonnés par l équipe. Le rayonnement international de l équipe ne fait aucun doute. Il s est traduit par l invitation à 13 colloques et congrès, la participation à 3 ouvrages de vulgarisation scientifique et la pertinence de ses travaux a été récompensée par plusieurs classements en tête à l évaluation internationa MIREX. L équipe constitue à ce titre un fort attrait pour s chercheurs français et étrangers comme prouve sa forte capacité à recruter des chercheurs contractuels et des doctorants dans cadre de ses projets. El déploie enfin ses compétences au sein de la communauté musica en apportant son soutien aux compositeurs par développement d outils spécifiques répondant aux attentes de ces derniers. Appréciation sur la stratégie, la gouvernance et la vie de l équipe ou du projet : Du point de vue de son organisation interne, l équipe a atteint ces dernières années une tail relative importante avec une structuration autour des 4 axes majeurs (modès d analyse et de synthèse, synthèse et traitement de la paro, traitement par contenu, modès physiques). L interaction entre ces axes n est pas évidente, ce qui est un frein à la lisibilité de la cohérence de ses actions. Cet aspect est vraisemblabment dû à son fonctionnement essentielment basé sur des opportunités liées à des projets, ce qui risque à terme de nuire à sa capacité de générer une véritab ligne directrice de recherche. Appréciation sur projet : Le projet de recherche proposé s inscrit dans la continuité des travaux réalisés dans précédent quadriennal. Il est à noter que l équipe accueilra en octobre 2010 un nouveau chercheur CNRS pour mener des travaux sur l analyse de scènes auditives. La responsabilité de l équipe sera assurée par A. Roebel, en remplacement de X. Rodet. Le projet est organisé suivant 4 thèmes principaux : 1) Modès de signaux et contrô des modès. Il s agit ici d une part d étudier la possibilité de séctionner de façon automatique s modès, algorithmes et paramètres optimaux susceptibs de répondre à un problème spécifique, et d autre part d étudier s processus de contrô à haut niveau des transformations sonores. Ce dernier aspect est ambitieux mais correspond bien à l orientation actuel des recherches dans domaine du traitement des sons. On peut regretter que l interaction avec s sciences cognitives, inhérente à ce type de problème, ne soit pas explicite dans projet. De même, s questions liées à l évaluation des résultats ne sont pas mentionnées dans projet. 16

17 2) Analyse et représentation des signaux audio monophoniques et polyphoniques. Ce thème de recherche s appuie sur des compétences fortes de l équipe et vise à des développements novateurs pour l augmentation des performances des estimateurs par une approche collaborative. Le problème de l optimisation et de la pérennisation de l annotation des données sera abordé dans la continuité du projet Quaero. Enfin, grâce à l arrivée d un nouveau chercheur, un nouvel axe de recherche sur l analyse des scènes auditives sera ouvert, permettant à cette thématique de se déployer de façon encore plus large et cohérente. 3) Modès physiques de la production du son. Ce thème de recherche se décline sous ses aspects théoriques et expérimentaux. Du point de vue théorique, il vise à l inversion de modès non linéaires, problème ambitieux mais d un enjeu scientifique considérab. Les applications pour la synthèse des sons sont égament visées, notamment par biais de l identification de modès non linéaires. Cette approche est d un intérêt évident, mais s applications instrumentas proposées (piano, cordes frottées) soulèvent des interrogations quant au bien fondé d une approche «boite grise» indépendante des connaissances physiques qui pourraient remettre sa pertinence en question. La cohérence avec s travaux de l équipe Acoustique Instrumenta se pose alors, d autant plus que s travaux prévus sur la robotisation et la bouche artificiel rejoignent très sensibment s activités et la spécificité de cette même équipe. 4) Analyse, traitement et synthèse de la voix. Ce thème de recherche correspond à une grande attente du milieu musical mais égament industriel. L équipe est bien armée pour mener à bien un tel projet qui se décline autour des grandes problématiques actuels (modè physique de la voix, segmentation, analyse, transformations, modès prosodiques et phonologiques, synthèse à partir du texte). Si s questions liées au signal vocal correspondent bien à l expertise de l équipe, on est en mesure cependant de s interroger sur la stratégie scientifique qui sera menée pour répondre aux questions revant des sciences humaines. Ainsi, s modès prosodiques et phonologiques devraient faire l objet de collaborations fortes avec des linguistes, mais de tels collaborations ne sont pas mentionnées dans projet. De même, l évaluation des résultats obtenus dans cadre des transformations sonores (locuteur, émotion, ) n est pas abordée dans projet. Conclusion : L équipe analyse/synthèse représente une structure solide qui bénéficie d une forte expertise dans domaine du signal audio numérique. El jouit d un fort rayonnement international et attire des chercheurs français et étrangers. El fait preuve d une dynamique importante lui permettant d être compétitive dans s appels à projet. Les moyens dont el bénéficie par ce biais lui permettent d aborder des thématiques de recherche ambitieuses avec un fort potentiel humain. Si cette croissance est garante d actions d envergures, el engendre aussi des contreparties et des responsabilités que l équipe ne peut ignorer. Par exemp, sa croissance ne doit pas se faire au détriment des personnes et en particulier des doctorants. En effet, l équipe ne compte qu un seul HDR pour une dizaine de doctorants, ce qui pose problème de l encadrement et du suivi des thèses. Il importe de plus d inciter s chercheurs à publier plus dans des revues à comité de cture. Cet aspect est d autant plus important que l équipe accueil de nombreux postdoctorants pour squels la valorisation de ur séjour par des publications peut s avérer fondamenta. Le fonctionnement sur projets a structuré l équipe autour de 4 axes. Ces axes correspondent à des thèmes de recherche bien identifiés et d un intérêt manifeste. Cependant, il est important que l équipe réfléchisse, indépendamment des opportunités financières, à établir une stratégie de recherche sur long terme et une mise en cohérence interne qui soit en adéquation avec reste de l UMR. Une tel vision prospective aiderait à alr dans sens d une prise de risque plus grande. El permettrait égament d éclaircir s problèmes de cohérence entre s travaux liés aux modès physiques (équipes analyse/synthèse et acoustique instrumenta). La forte proportion de chercheurs contractuels pose enfin problème de la pérennité des travaux de l équipe. Cet aspect n est pas abordé dans projet de recherche, mais mérite une attention particulière, surtout lorsque l essentiel des résultats se décline sous forme de logiciels pour squels la continuité n est pas acquise. 17

18 Intitulé de l équipe : Représentations Musicas (RM) Responsab : M. Gérard ASSAYAG Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées (*) Le formulaire 2.6 du bilan est vide, mais 2.7 indique deux chercheurs en CDD. bilan projet (*) (*) En considérant que bilan couvre la période 2005/2008. Le nombre de doctorants est diffici à établir, il diffère dans la présentation ora et s sections 2.7/2.8. Appréciation sur la qualité scientifique et la production : L équipe RM mène des travaux originaux selon quatre grands thèmes de recherche : 1) s langages et environnement de programmation pour la musique, 2) s mathématiques et la musicologie computationnel, 3) s modès d interaction symbolique et 4) continuum signal/symbolique avec des applications communes dédiées aux domaines de la composition assistée par ordinateur, de l orchestration, de l improvisation et de l anticipation musica. El collabore de manière très entrelacée avec s deux équipes Interactions musicas temps réel (F. Bevilacqua) et Analyse/Synthèse (X. Rodet) à tel point qu il est parfois diffici de démêr urs contributions respectives comme dans cas de la thèse sur la modélisation de l anticipation musica, lauréate du prix de thèse Gils Kahn 2009, ou dans celui des travaux sur l orchestration assistée par ordinateur menés dans cadre du projet ANR «Samp Orchestrator». Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : L une des caractéristiques de l équipe est la qualité de ses collaborations avec s meilurs groupes de recherche des domaines «mathémusique» et informatique fondamenta que ce soit au niveau national (LIX/Polytechnique, ENS, Université Pierre et Marie Curie, Université de Marne la Vallée, Université de Bordeaux 1, EHESS) ou au niveau international (Université de Louvain, Universités de Cali et de Bogota en Colombie, UCSD, MediaLab de Zurich). A titre d exemp, RM participe à la nouvel équipe associée INRIA FORCES (FORmalisms from Concurrency for Emergent Systems) réunissant l EPI COMETE et l équipe AVISPA (Université Cali en Colombie) dont l un des objectifs est développement d un modè de programmation par contraintes concurrent dédié au domaine musical. Ces coopérations reposent sur l échange de chercheurs ou co-encadrement de thèses 18

19 Trois thèses ont été soutenues sur la période , quatre autres, dont une HDR depuis Une autre HDR est prévue pour courant 2010, rythme des soutenances qui traduit une véritab dynamique de l équipe. Une autre caractéristique de RM est sa très forte implication dans des activités éditorias avec lancement de deux colctions (Musique/Sciences chez Ircam/Delatour et «Computational Music Sciences» chez Springer). Le projet MISA (Modélisation Informatique des Structures Algébriques en musique et musicologie) est égament à l origine du lancement du «Journal of Mathematics and Music» et de la conférence internationa MCM (Mathematics and Computation in Music) dont la troisième éditions aura lieu à l Ircam en Finament, l équipe contribue grandement à la notoriété du Forum/Ircam de distribution de logiciels par ses deux réalisations phares : l environnement Open Music dédié à la composition assistée par ordinateur et logiciel OMax consacré à l improvisation. Appréciation sur la stratégie, la gouvernance et la vie de l équipe : La gouvernance de l équipe est bien adaptée à sa tail et à la réalisation des objectifs de ses quatre axes de recherche. L équipe joue un rô important dans l organisation à l IRCAM d un parcours du master2 ATIAM (Acoustique, Traitement de signal et Informatique Appliqués à la Musique) commun à l Université Paris 6 et à Télécom Paris Tech. Ce master attire s meilurs étudiants et constitue un incomparab vivier de doctorants pour s équipes de l UMR et plus générament pour s équipes de recherche en informatique musica. Appréciation sur projet : Le projet de l équipe s inscrit dans la continuité des résultats du précédent quadriennal. Il est à la fois original et pertinent. Cependant l articulation avec projet de l équipe Interactions musicas temps réel mériterait à être précisée pour la partie informatique temps réel. Conclusion : L équipe RM est visib au meilur niveau international. El obtient des résultats (productions scientifiques, logiciels et artistiques) de tout premier ordre dans s deux domaines de la formalisation informatique et mathématiques des structures musicas. Après avoir consolidé un ensemb de résultats impressionnants autour de l environnement de programmation/composition OpenMusic, l équipe RM a ouvert deux nouveaux thèmes de recherche originaux et ambitieux. Le premier porte sur s ramifications cognitives et perceptives d une approche algébrique mariant représentations mathématiques, musicas et mentas qui a donné lieu au dépôt d un projet «MATHnMUSIC : approaching open probms in mathematics through music» en cours d évaluation par l European Research Council. Le second dans la lignée du projet OMax porte sur s nouvels techniques pour l apprentissage et l interaction dans but de modéliser sty et l improvisation. - Points forts : - Travaux fondateurs dans domaine «mathématiques et musique». - Qualité des coopérations, qualité des doctorants, reconnaissance internationa. - Capitalisation et diffusion des résultats en particulier au niveau des logiciels OpenMusic et OMax mais égament de l activité éditoria : plusieurs volumes (5 pour la période) de la colction Ircam/Delatour sont consacrés aux logiciels de l équipe (s OpenMusic Composer s Books) ou à des ateliers/conférences organisées par cel-ci (New Computational Paradigms for Computer Music). - Implication dans la réalisation d œuvre musica comme la pièce Speakings de J. Harvey en Synergies avec s autres équipes de l UMR (plusieurs contrats ANR dont EarToy et ConceptMove sont menées conjointement) et coopération avec l équipe Interactions musicas temps réel (prix de thèse Gils Kahn 2009). - Points à améliorer et risque : - Recrutement endogène des membres permanents de l équipe qui ont tous fait ur thèse en son sein. Il serait pertinent de recruter un spécialiste des langages 19

20 concurrents pour étudier l apport du parallélisme et la représentation du temps en informatique musica tout en évaluant l approche des architectures multi-cœurs. - Recommandations : - Le responsab de l équipe étant présenté comme futur responsab de l Unité, il serait bien de réfléchir à la nouvel direction de l équipe. - L acceptation du projet Maths&Music par l ERC pourrait conduire à la création d une nouvel équipe et (re)poser s questions des relations avec l équipe Interactions musicas temps réel avec s nouvels perspectives ouvertes par s résultats de thèse d A. Cont (géométrie de l information). - Il faut que l équipe se confronte plus régulièrement aux meilures équipes du domaine des langages de programmation et des systèmes distribués en publiant dans des revues/conférences comme TOPLAS, POPL, ECOOP, CP, GPCE, PODC, DAIS, SOSP, et pas seument ELS et ICLP. - L équipe doit continuer de se soucier de son rapport avec la musicologie à travers une collaboration avec s analystes/théoriciens, de manière à rester en phase avec s évolutions de ce domaine. - L équipe devrait guider développement de nouveaux axes de recherche par une veil systématique des nouveaux paradigmes audiovisuels. Ces pratiques, parfois métamusicas, pourraient trouver dans l'importante plateforme Open Music des applications insoupçonnées. Intitulé de l équipe : Analyse des Pratiques Musicas Responsab : M. Nicolas DONIN Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet

21 Avis : Tant bilan que projet font l objet d une évaluation positive. Points forts et opportunités : Cette équipe est singulière dans l UMR, puisque son objet d étude n est pas dans domaine des sciences et technique de l information ou de l acoustique, mais de la musicologie et de l analyse musica. Ainsi il ne s agit pas ici de travailr pour produire des outils méthodes ou des environnements, des logiciels pour la création, mais d analyser, de réfléchir et de documenter la musique contemporaine (du répertoire ou en cours de création). La démarche relève donc de la musicologie, de l analyse musica, de l ethnographie et de l analyse des pratiques musicas. Cette équipe très active, avec une production de qualité et des travaux remarquabs. Les thèmes de recherches sont originaux dans paysage de la musicologie française et même internationa, et apportent un renouvelment des objets d étude ; ils s articunt avec des approches existantes auxquels ils apportent un prolongement dans domaine de la musique contemporaine. Ainsi l analyse d interprétation est-el au contact du champ plus large de la musicologie de l interprétation qui, bien qu assez peu représentée en France, est bien développée dans s pays anglophones (Performance Studies) ou germanophones (Aufführungspraxis). Outre l originalité de l objet, liée à sa contemporanéité, et la spécificité de l Ircam comme lieu de création et d interprétation de la nouvel musique, l exploitation de l outil numérique (y compris par l élaboration de nouveaux outils) distingue la démarche de cels existantes par ailurs. L équipe travail en outre au développement d une musicologie empirique portant sur s processus de création et l élaboration des œuvres en situation, c est-à-dire dans l interaction du compositeur et des circonstances matériels, techniques, socias qui conditionnent la conception de sa musique. Le retour tant analytique que documentaire attendu de cet axe est important. Ce dernier est à relier à la déduction de théories musicas implicites dans s écrits musico-analytiques des compositeurs. Là encore il s agit de démarches nouvels, s articulant avec d autres recherches existant ailurs, mais possédant une spécificité indiscutab. L équipe joue un rô actif égament dans domaine de l analyse musica, ainsi que dans l édition de textes liés à la création contemporaine, pas uniquement dans domaine de la recherche (notices d œuvres, de programme, édition musica). Outre s communications scientifiques par voie de publications et de conférences ( nombre d invitations à l étranger des deux chercheurs est appréciab dans contexte disciplinaire de la musicologie), il est tenu compte d un possib débouché pédagogique des travaux effectués. Points à améliorer et risques : L équipe est trop petite, même si el est visib. Sa position «en amont et en aval» des autres activités de l unité la place relativement en marge de cel-ci, alors qu el est la seu équipe musicologique au sein d une institution ayant la musique pour centre. Le nombre de doctorant est très faib, ce qui est dommage. Il faudrait impliquer l équipe dans une éco doctora afin qu un flux plus important de doctorants alimente puis diffuse s approches remarquabs de l équipe. cette perspective, Il faut encourager s chercheurs permanents à s engager dans une HDR. Aucun des deux permanents actuels n est habilité, ce qui pose un problème évident de suivi des doctorants. Si l Ircam fournit un terrain privilégié pour l étude de la création musica contemporaine, ceci ne peut pas être limitatif et induit à terme un risque d ignorer s autres formes que peuvent prendre cette création dans d autres contextes. Nous ajoutons que l'équipe doit être à l'affût de l'émergence de nouvels pratiques compositionnels. Par exemp, il en existe aujourd'hui plusieurs liant musique et image en mouvement. Les enjeux musicologiques de ces activités de création sont importants et proposent même de nouvels façons de comprendre la perception esthétique. Recommandations : Il serait souhaitab que l équipe puisse s agrandir, éventuelment par un partenariat universitaire (qui pourrait être autre que l UPMC étant donné la vocation fortement scientifique de cet établissement). Les coopérations pluriannuels à l étranger sont à développer, par exemp (mais sans exclusive) dans domaine de la musicologie de l interprétation ou de la cture politique de l analyse musica. L articulation de l équipe avec s autres équipes de l UMR pourrait être renforcée, par exemp par des doctorants en commun. Un chercheur spécialisé en musique dans un contexte audiovisuel pourrait être recruté. 21

22 Intitulé de l équipe : Interactions Musicas Temps Réels (IMTR) Responsab : M. Frédéric BEVILACQUA Effectifs de l équipe ou affectés au projet (sur la base du dossier déposé à l AERES) : N1 : Nombre d enseignants-chercheurs (cf. Formulaire 2.1 du N2 : Nombre de chercheurs des EPST ou EPIC (cf. Formulaire 2.3 du N3 : Nombre d autres enseignants-chercheurs et chercheurs (cf. Formulaire 2.2 et 2.4 du N4 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs titulaires (cf. Formulaire 2.5 du N5 : Nombre d ingénieurs, techniciens et de personnels administratifs non titulaires (cf. Formulaire 2.6 du dossier de l unité) N6 : Nombre de doctorants (cf. Formulaire 2.8 du dossier bilan de l unité et formulaire 2.7 du dossier projet de l unité) N7 : Nombre de personnes habilitées à diriger des recherches ou assimilées bilan projet 4* 4* 3 3 * L'équipe compte 4 chercheurs contractuels IRCAM pour 3,3 ETP, l'un des chercheurs étant affecté pour 2/3 de son temps au département Médiations Recherche/Création de l'ircam (hors périmètre UMR). Appréciation sur la qualité scientifique et la production : Les travaux de l'équipe IMTR portent sur la conception et la mise en œuvre de systèmes interactifs temps réel dédiés à la musique et au spectac vivant à travers essentielment trois thèmes : 1) la modélisation, la captation, suivi et la reconnaissance de gestes ; 2) la modélisation anticipative et suivi de partition ; 3) s techniques de synthèses sonores interactives par corpus ou traitement morphologique. Les membres de l'équipe ayant chacun plus ou moins ur spécialité, la convergence entre s thèmes s'effectue principament au niveau des outils logiciels développés et des méthodes utilisées (e.g. méthodes d'apprentissage automatiques). Les recherches menées ont fait l'objet de plus d'une quarantaine de publications sur la période considérée. On trouve parmi cels-ci quelques artics dans des revues généralistes sur traitement du signal ou la reconnaissance de formes. Les travaux de l'équipe sont toutefois majoritairement présentés dans cadre de conférences spécialisées sur la musique et son, ou l'interaction gestuel. Deux thèses ont été soutenues sur la période considérée (en 2008), un des docteurs étant aujourd'hui encore dans l'équipe sur un poste de "chercheur CDD ". L'activité contractuel de l'équipe est très importante eu égard à sa tail : IMTR a participé à 5 projets ANR ainsi que 3 projets et une cost action au niveau européen. Au sein de l'umr, l'équipe collabore de manière étroite avec s équipes Représentations musicas et Analyse/synthèse. Appréciation sur rayonnement, l attractivité, et l intégration de l équipe ou du projet dans son environnement : L'équipe bénéficie d'une très bonne visibilité et d'une reconnaissance au plan national et international. Au plan national, cette reconnaissance passe par exemp par l'obtention du prix de thèse Gils Khan 2009 et d'un accessit au prix de thèse ASTI 2009 pour s travaux sur l'anticipation musica. Au plan international, deux membres de l'équipe font partie du steering committee de la conférence NIME, qu'el a organisée en L'équipe a participé à l'organisation de la conférence francophone IHM 2007 et à des comités de programme nationaux (e.g. JIM) et internationaux (e.g. ICMC). El a égament participé à l'organisation de séminaires de l'action spécifique Geste et Action du GDR ISIS. 22

23 Appréciation sur la stratégie, la gouvernance et la vie de l équipe ou du projet : L'équipe intervient dans cadre du parcours ATIAM (Acoustique, Traitement du signal, et Informatique, appliqués à la Musique) des mentions Informatique et Sciences de l'ingénieur du Master Sciences et Technologies de l'upmc. Appréciation sur projet : Le projet scientifique de l'équipe s'inscrit dans la continuité des activités passées mais propose une nouvel organisation thématique qui s'appuie notamment sur s méthodes et outils communs aux différents travaux. Le souhait de l'équipe est visibment de renforcer s liens entre ses différents travaux, de s unifier et de s généraliser. On ne peut que s encourager dans cette voie. Conclusion : - Avis : Récemment intégrée dans l'umr, l'équipe IMTR a su réorienter ses travaux initiament essentielment consacrés au développement vers des recherches fondamentas. Au vu des résultats obtenus, on ne peut que la féliciter et l'encourager à poursuivre dans cette direction. - Points forts : - Une visibilité et reconnaissance nationa et internationa. - De nombreux outils logiciels développés en interne (e.g. FTM&Co, CataRT, Antescofo). - Un souhait manifeste de convergence. - Points à améliorer et risques : - Le nombre de thèses soutenues dans l'équipe peut être amélioré. - Attention de maintenir l'équilibre entre s différents axes de l'équipe (geste, modélisation anticipative, synthèse sonore interactive). - Les liens existants avec s équipes Représentations musicas et Analyse/synthèse sont une force, mais l'équipe doit pouvoir s'affirmer par el même. La convergence des différents thèmes de l'équipe sur un programme commun et original est sans doute la clé de cette affirmation. - Le bilan indique très peu de visiteurs. Sur l ensemb des chercheurs actuelment dans l'équipe, trois ont fait ur thèse à l'ircam. Il serait peut-être bon de s'ouvrir sur l'extérieur... - Recommandations : - Qu'au moins un membre senior sinon deux de l'équipe soutiennent ur HDR dans s 4 années à venir afin que s doctorants puissent être affectés sans ambigüité à cette équipe. - Que l'équipe s'ouvre plus vers l'extérieur soit par de nouveaux recrutements soit en accueillant plus d'invités. - Que l'équipe réfléchisse au caractère singulier ou particulier des travaux menés, par rapport à ceux d autres équipes de l'unité ou d équipes externes. Quels sont s caractéristiques singulières liées au domaine musical/artistique, par exemp? Quels sont s caractéristiques particulières étudiées dans ce domaine mais qui pourraient être aisément réutilisées ou étendues dans d'autres domaines? - En liaison avec s points précédents : que l'équipe élargisse s contacts avec la communauté de recherche en Interaction Homme-Machine en soumettant s résultats de ses travaux aux meilures conférences et revues généralistes du domaine, tels que cels de l'acm SIGCHI. 23

24 Note de l unité Qualité scientifique et production Rayonnement et attractivité, intégration dans l environnement Stratégie, gouvernance et vie du laboratoire Appréciation du projet A+ A+ A+ A A 24

25 rrcam RÉPUBLIQUE FRANÇAISE T institut de recherche et coordination acoustique/musique Centre Pompidou Sciences et technologies de [a musique et du son UMR 9912 lrcam-cnrs A t'attention des responsabtes des tutelles de L'UMR 9912: M. Mokrane Bouzeghoub, lns2l, CNRS M. Christophe Dessaux, ministère de La cuttu et de [a communication M. Frank MadLener, lrcam Copie : Mme Netl.y Lacôme, UPMC Le Directeur Paris, [e 22 avrit institut de recherche et coordination acoustique/musique 1 ptace lgor Stravinsky Paris téléphone t0l1 t tétécopie f0l t0 site internet Objet : Pré-rapport AERES de t'umr STMS bservation du directeur - remarques généras Référence du document : VAL Y UR-RPRËLlM.doc Chers coltègues, Après consuttation des responsabtes d'équipes de t'umr 9912, tes observations qu'ii me paraît opportun d'effectuer à propos du rapport AERES dans sa version prétiminaire sont.e suivantes: - s étéments de présentation, d'anatyset de recommandation formu[és sur t'activité tant pour L'ensemb[e de ['unité que pour ses équipes individuell.es paraissent gtobatement fondés et n'appettent pas de remarque particutière ; - [e seui aspect d'ordre secondaire appetant une réponse formet concerne [a remarque introductive sur [a présentation des informations fournies à t'aeres. L'étaboration du dossier transmis à L'AERES s'est en effet strictement conformée aux spécifications définies dans sa documentation ligne*, et toute ['information requise a été fournie sous.a forme spécifiée. Notamment, s étéments factuets ont été complétés dans [es tabteurs de bitan et de projet et dans ['annexe relative aux pubtications. Compte tenu de ['espace timité al.loué à chaque rubrique dans s documents textuets, [e choix < éditoria[ ) a en effet été de ne pas y reporter ces informations pour taisser une ptace aussi importante que possibte à ['exposé des projets scientifiques. Apparaissant sans duptication dans ['ensemb[e du dossier, ettes ne [aissent aucune ambiguité dans [eur interprétation. Si toutefois des usages complémentaires, destinés notamment à faciliter [e traitement des informations par s experts, se généralisent dans [a présentation des documents, ['unité pourra d'autant mieux s'y conformer à ['avenir qu'its auront fait t'objet d'une spécification préatabte. rà,-/ Itr /]Vl Liïl Hd$ûes Vinet *http://www-aeres-evaiuation-fr.aw.atosorigin,com/ll,/g/zip/evaluation-unites de recherche word excel.zrp Ligne directe (direct phonel : 0033 l01l mél/emait : vinet[ôircam.f r

L Ircam, institution du dialogue art-science

L Ircam, institution du dialogue art-science L Ircam, institution du dialogue art-science Hugues Vinet 1 1. STMS, IRCAM-CNRS-UPMC IRCAM, 1 place Igor Stravinsky, 75004 Paris, France hugues.vinet@ircam.fr 1. Jalons historiques et liens institutionnels

Plus en détail

Recherches en création et pédagogie musicales assistées par la technologie

Recherches en création et pédagogie musicales assistées par la technologie Recherches en création et pédagogie musicales assistées par la technologie Hugues Vinet Directeur scientifique Présentation de l Ircam Institut de recherche et de coordination acoustique/ musique Tutelle

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Histoire de l Art Centre François-Georges Pariset EA 538 sous tutelle des établissements et organismes : Université Michel de Montaigne

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : CENTRE DE DROIT DES AFFAIRES sous tutelle des établissements et organismes : Université de Toulouse 1 Juillet 2010 Section des Unités de

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d Analyse Théorique et Traitement des données économiques - CATT sous tutelle des établissements et organismes : Université de Pau

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d études fiscales et financières sous tutelle des établissements et organismes : Université Paul Cézanne Aix-Marseille 3 Janvier

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : GRM sous tutelle des établissements et organismes : Université de Nice Université de Sud Toulon Var Décembre 2010 Section des Unités de

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Institut des sciences sociales du politique (ISP), UMR 8166 de l'université Paris 10 mars 2008 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Biotechnologie des protéines recombinantes à visée santé sous tutelle des établissements et organismes : Université de Bordeaux 2 Victor

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d études et de recherches en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscal (CERDACFF) sous tutelle des établissements

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire d économie et de management Nantes atlantique (Lemna) - EA 4272 sous tutelle des établissements et organismes : Université de

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Management CRM sous tutelle des établissements et organismes : Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Centre National de la

Plus en détail

sous tutelle des établissements et organismes :

sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Médiations, Information, Communication, Arts MICA sous tutelle des établissements et organismes : Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire d Analyse et de Recherche en Économie et Finance Internationales LAREFI sous tutelle des établissements et organismes : Université de

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire d Informatique de Grenoble LIG sous tutelle des établissements et organismes : Université Joseph Fournier - Grenoble UJF Institut Polytechnique

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire d Informatique de l Université de Pau et des Pays de l Adour LIUPPA sous tutelle des établissements et organismes : Université de Pau

Plus en détail

Rapport d évaluation. de l'université Paris 1. Unité de recherche : Histoire culturelle et sociale de l art (HiCSA) EA 4100

Rapport d évaluation. de l'université Paris 1. Unité de recherche : Histoire culturelle et sociale de l art (HiCSA) EA 4100 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Histoire culturelle et sociale de l art (HiCSA) EA 4100 de l'université Paris 1 Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Master Information communication

Master Information communication Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Information communication Université Bordeaux Montaigne Vague A 2016-2020 Campagne d évaluation 2014-2015 Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015 Appel à candidature Admission au programme doctoral SACRe 2015 Le programme doctoral Sciences, Arts, Création, Recherche (SACRe) conduisant au doctorat d art et de création Sacre est ouvert à tous les

Plus en détail

Entités de recherche. Université Toulouse Jean Jaurès UT2J Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS

Entités de recherche. Université Toulouse Jean Jaurès UT2J Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Cognition, Langues, Langage, Ergonomie CLLE sous tutelle des établissements et organismes : Université Toulouse Jean Jaurès UT2J Centre National

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité : sous tutelle de l établissement : Centre de Génie Industriel (CGI) Ecole des Mines d'albi-carmaux

Rapport de l AERES sur l unité : sous tutelle de l établissement : Centre de Génie Industriel (CGI) Ecole des Mines d'albi-carmaux Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre de Génie Industriel (CGI) sous tutelle de l établissement : Ecole des Mines d'albi-carmaux Mai 2010 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé sous tutelle des établissements et organismes : Université de Nantes

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Cognition, Langues, Langages, Ergonomie sous tutel des établissements et organismes : Université de Toulouse 2 Le Mirail Université de Bordeaux

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

RAPPORT TRANSMIS AVANT MISE EN FORME

RAPPORT TRANSMIS AVANT MISE EN FORME Section des Unités de recherche RAPPORT TRANSMIS AVANT MISE EN FORME Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire Traitement et Communications de l Information (LTCI) UMR 5141 sous tutel des établissements

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes :

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre Lyonnais d Histoire du Droit et de la Pensée Politique CLHDPP sous tutelle des établissements et organismes : Université Jean Moulin Lyon

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : CEL (Centre d études linguistiques) sous tutelle des établissements et organismes : Université Jean Moulin Lyon 3 Mai 2010 Section des Unités

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Équipe de recherche sur les grands problèmes internes et internationaux du droit de l entreprise. sous tutelle des établissements et organismes

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Archéométrie et Archéologie ARAR sous tutelle des établissements et organismes : Université Lumière - Lyon 2 Centre National de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Consolidation et amélioration du dispositif doctoral

Consolidation et amélioration du dispositif doctoral Consolidation et amélioration du dispositif doctoral Synthèse des recommandations de la CJC À l occasion de la prochaine révision du texte réglementaire 1 définissant la structure et les missions des écoles

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 de l'université Paris 4 Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut d histoire du temps présent (IHTP) du CNRS Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Economie et société de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS sous tutelle des établissements et organismes : Institut National des Sciences

Plus en détail

Entités de recherche. Décision & Information pour les Systèmes de Production DISP

Entités de recherche. Décision & Information pour les Systèmes de Production DISP Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Décision & Information pour les Systèmes de Production DISP sous tutelle des établissements et organismes : Institut National des Sciences Appliquées

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre d'analyse Théorique et de Traitement des données économiques CATT sous tutelle des établissements et organismes : Université de Pau et des

Plus en détail

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau de la mention : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Evaluation des diplômes Masters Vague E Evaluation réalisée en 2013-2014 Académie : Versailles Etablissement déposant : Université Paris-Sud Académie(s) : Paris Etablissement(s) co-habilité(s) au niveau

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Institut de Recherches Philosophiques de Lyon sous tutelle des établissements et organismes : Université Lyon 3 Mai 2010 Section des Unités

Plus en détail

Consolider le doctorat

Consolider le doctorat Consolider le doctorat Éléments de travail pour l élaboration de positions sur le système doctoral Texte adopté par le Conseil d Administration de l ANDèS en mai 2007 Les recommandations qui suivent s

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Fédération de Recherche Charles Hermite : Automatique, Informatique et Mathématiques de Lorraine de l'epcs Nancy Université

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre d Études et de Recherches Appliquées à la Gestion CERAG sous tutelle des établissements et organismes : Université Pierre Mendés France -

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre d Etudes et de Recherche en Thermique Environnement et Systèmes (CERTES) EA 3481 de l'université Paris 12 février

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 de l'université Paris Descartes Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Evaluation de l AERES sur l unité :

Evaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Evaluation de l AERES sur l unité : Centre de droit public comparé sous tutelle des établissements et organismes : Université Panthéon-Assas Janvier 2013 Section des Unités

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : CRTT «Centre de Recherches en Traduction et Terminologie» sous tutelle des établissements et organismes : Université Lyon 2 Mai 2010 Section

Plus en détail

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action

L IFAC. Projet associatif. Le chant choral en partage, en dialogue et en action L IFAC Projet associatif Le chant choral en partage, en dialogue et en action Contexte La pratique du chant choral en France est caractérisée par une diversité remarquable héritée de sa trajectoire historique.

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : UMR 977 «NanoMédecine Régénérative Ostéoarticulaire et Dentaire» «NanoRegMed» sous tutelle des établissements et organismes : Université

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité. sous tutelle des établissements et organismes :

Évaluation du HCERES sur l unité. sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité Institut de Recherche en Gestion et Économie IREGE sous tutelle des établissements et organismes : Université Savoie Mont Blanc Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire d Informatique en Image et Systèmes d Information (LIRIS) sous tutel des établissements et organismes : INSA Lyon Université

Plus en détail

Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique

Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Humanités, Culture humaniste et scientifique Université Bordeaux Montaigne (déposant) Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Enseignement supérieur Recherche

Enseignement supérieur Recherche Enseignement supérieur Recherche Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 61 CADRE DE DIRECTION EN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE Code : RCH01 Cadre de direction

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Master Management socio-économique

Master Management socio-économique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Management socio-économique Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université Montpellier 1 Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Evaluation des écoles doctorales de l Université

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : CAEPEM (Centre d Analyse de l Efficience et de la Performance en Economie et Management) sous tutelle des établissements et organismes :

Plus en détail

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr

Programme. Avenir. Lyon Saint-Etienne. palse.universite-lyon.fr Programme Avenir Lyon Saint-Etienne palse.universite-lyon.fr Qu est-ce que le PALSE? Le Programme Avenir Lyon Saint-Etienne (PALSE) est un programme porté par l Université de Lyon dans le cadre du programme

Plus en détail

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Formations et diplômes Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme national supérieur d expression plastique (DNSEP) option design Ecole nationale supérieure

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales (MIASHS) de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015

SACRe Appel à candidatures 2015. Appel à candidature. Admission au programme doctoral SACRe 2015 Appel à candidature Admission au programme doctoral SACRe 2015 pour l École nationale supérieure des Arts Décoratifs Le programme doctoral Sciences, Arts, Création, Recherche (SACRe) est ouvert à tous

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Normandie Innovation Management Entreprise Consommation (NIMEC) sous tutelle des établissements et organismes : Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Station d'amélioration Génétique des Animaux INRA

Rapport de l AERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Station d'amélioration Génétique des Animaux INRA Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Station d'amélioration Génétique des Animaux sous tutel des établissements et organismes : INRA Mai 2010 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Institut Pluridisciplinaire de Recherche Appliquée dans le domaine du génie pétrolier (IPRA) sous tutelle des établissements

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit public de l Université d Evry-Val-d Essonne - UEVE Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international et européen de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Education, travail et formation de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Licence Arts plastiques - arts appliqués

Licence Arts plastiques - arts appliqués Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Arts plastiques - arts appliqués Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Laboratoire d'analyse des Signaux et des Processus Industriels (LASPI, EA 3059) sous tutelle de l établissement: Université Jean Monnet

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Institut de Recherche en Droit des Affaires et du Patrimoine IRDAP sous tutelle des établissements et organismes Université de Bordeaux Campagne

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Finance. Université Toulouse 1 Capitole UT1. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Finance Université Toulouse 1 Capitole UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Génie électrique et informatique industrielle de l Université d Artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Politique - action publique de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

École doctorale n 478 Sciences de Gestion

École doctorale n 478 Sciences de Gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation École doctorale n 478 Sciences de Gestion Université Toulouse 1 Capitole Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation. de l Université Paris Est Marne la Vallée. Unité de recherche Organisation et Efficacité de la Production (OEP) - IRG

Rapport d évaluation. de l Université Paris Est Marne la Vallée. Unité de recherche Organisation et Efficacité de la Production (OEP) - IRG Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche Organisation et Efficacité de la Production (OEP) - IRG de l Université Paris Est Marne la Vallée Mars 2009 Section des Unités de

Plus en détail

de l'ecole Supérieure d Electricité

de l'ecole Supérieure d Electricité Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Sécurité des Systèmes d Information et des Réseaux (SSIR) de l'ecole Supérieure d Electricité mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management des connaissances et innovation de l Université Paris 6 Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Evaluation de l AERES sur l unité :

Evaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Evaluation de l AERES sur l unité : Centre de Recherche en Économie et Droit CRED sous tutelle des établissements et organismes : Université Panthéon Assas Décembre 2012

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management des achats et des ventes à l'international de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d

Plus en détail

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 281

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 281 Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de l'école doctorale n 281 Droit public et droit fiscal de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D - 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire plasma et conversion d énergie LAPLACE sous tutelle des établissements et organismes : Centre National de la Recherche Scientifique -

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Traduction et Terminologie CRTT sous tutelle des établissements et organismes : Université Lumière Lyon 2 Campagne d évaluation

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire de Mécanique des Contacts et des Structures LaMCoS Sous tutelle des établissements et organismes : Institut National des Sciences Appliquées

Plus en détail

Évaluation de l AERES sur l unité :

Évaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Évaluation de l AERES sur l unité : Centre d'études et de Recherches Juridiques en Droit des Affaires CERJDA sous tutelle des établissements et organismes : Université des

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit de l'innovation, de la communication et de la culture de l Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Master Génie mécanique en aéronautique

Master Génie mécanique en aéronautique Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Génie mécanique en aéronautique Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation : Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme de deuxième cycle supérieur Création musicale Conservatoire national

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Arts de l Université Paris-Est Marne-la- Vallée Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des

Plus en détail

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master

Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Formations et diplômes Rapport d'évaluation Formation conduisant à un diplôme conférant le grade de master Diplôme national supérieur d expression plastique (DNSEP) option design École supérieure d art

Plus en détail

Cahier des charges concernant les formations en anglais

Cahier des charges concernant les formations en anglais Formation Permanente INRA de Rennes Cahier des charges concernant les formations en anglais Consultation sur le choix du (des) prestataire(s) chargé(s) d assurer des formations en anglais pour le centre

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit social de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail