Guide pour le financement de la réforme postale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pour le financement de la réforme postale"

Transcription

1 Guide pour le financement de la réforme postale Ce guide est un outil complémentaire de la méthodologie relative au plan intégral de réforme et de développement postal (PIDEP) Union postale universelle Juillet 2012 UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE

2 Guide pour le financement de la réforme postale Ce guide est un outil complémentaire de la méthodologie relative au plan intégral de réforme et de développement postal destinée à aider les pays dans leurs efforts de réforme du secteur postal Ce guide a été élaboré par le Bureau international avec la précieuse collaboration de Correos de España Union postale universelle Juillet 2012

3

4 3 Sommaire Page Introduction 4 Chapitre I Question du financement des investissements dans le secteur postal 5 1. Nécessité de développer le secteur Orientation des services publics Secteur postal et son développement 5 2. Volonté politique au niveau national Intégration du secteur postal dans les plans nationaux 5 de développement 2.1 Plans de développement national Plan intégral de réforme et de développement postal Plan d activités de l opérateur de service postal universel 6 3. Secteur postal dans le contexte de la coopération internationale Stratégie de développement des Nations Unies Réseau postal mondial au service des 7 objectifs du millénaire pour le développement 3.2 Plan intégral de réforme et de développement postal Point de départ d une nouvelle 10 conception du secteur postal Diversification des produits et services Services bancaires Paiements Transferts de fonds Administration en ligne Centre d information Adressage Courrier et envois express Logistique Autres services 13 Chapitre II Financement de la réforme Introduction Préparation de la demande de financement Organismes de financement du développement Banques multilatérales Critères d octroi de fonds Groupe de la Banque mondiale Banque interaméricaine de développement Banque centraméricaine d intégration économique Informations clés relatives aux autres banques multilatérales Banques commerciales Autres organismes internationaux de financement Programme des Nations Unies pour 40 le développement et Union européenne 2.4 Institutions bilatérales Nouvelles modalités de coopération internationale Rôle de l'upu Relation entre l UPU et la Banque mondiale Rôle de l UPU dans le développement postal national Relation entre l UPU et les organisations pour le développement Soutien de l UPU et des Unions restreintes 47 Chapitre III Procédure Résumé des démarches à entreprendre pour obtenir des financements Points clés Annexes 53

5 4 INTRODUCTION Ce sixième et dernier module du guide constitue un outil qui complète le processus élaboré dans les cinq modules précédents. Il correspond à une étape fondamentale du processus de réforme, sachant que de nombreux pays auront besoin d une aide extérieure pour financer ce processus. Ce guide étant fondé sur une publication réalisée en Amérique latine, il fournit des informations particulièrement détaillées sur différents organismes de financement de cette région. Cependant, dans la présente version, de nouvelles références ont été ajoutées afin d aider toutes les administrations à obtenir des informations à jour concernant les institutions de financement actives dans leurs régions respectives. Comme expliqué dans les modules précédents, une réforme intégrale du secteur postal et de l opérateur public est, dans la plupart des cas, le seul moyen de garantir un service postal universel dans le pays. En règle générale, les gouvernements ne disposent pas des ressources nécessaires pour mettre en place ce processus, c est pourquoi il leur faut faire appel à diverses modalités de financement. On emploie ici le terme «modalités de financement», car il est essentiel que les sources de financement soient diversifiées et proviennent de tous les acteurs participant à la réforme: l Etat, le bailleur de fonds publics ou privés et l opérateur du service postal universel. Ce dernier, si sa santé financière est fragile, pourra être totalement ou partiellement dispensé de participer au financement. L Etat, en plus de mettre en œuvre un programme pluriannuel d investissement, devra chercher à débloquer des moyens financiers en adéquation avec sa volonté politique de mener à bien le projet de réforme postale. Ces trente dernières années, on a constaté dans de nombreux pays que le niveau d investissement dans le secteur postal était très faible, voire nul. Les opérateurs se sont alors retrouvés dans des situations très délicates, et ce à une période critique où la libéralisation, l intensification de la concurrence et la diminution du volume de courrier traité ont eu un impact direct sur les comptes de résultat et la part de marché des opérateurs de service postal universel. Dans ces circonstances, il semble nécessaire d élaborer des stratégies qui permettraient à l opérateur de fournir des services de qualité tout en diversifiant son offre de produits. Ainsi, les pouvoirs publics des pays concernés et les administrateurs des opérateurs de service postal universel doivent non seulement avoir conscience de la nécessité de financer cette réforme postale incontournable, mais également connaître les mécanismes qui s offrent à eux pour y parvenir. La première partie de ce module décrit les conditions préalables à la présentation d un projet de réforme ainsi que les informations clés susceptibles de faciliter l accès aux organismes de financement. La deuxième partie fournit des informations concernant les principaux organismes internationaux de financement ainsi que des stratégies à développer pour obtenir les fonds qui permettront de mener à bien la réforme postale. La troisième partie expose les grandes étapes par lesquelles passent les projets dans les organismes internationaux de financement. Enfin, les informations clés à fournir lors de la présentation du projet en vue d obtenir un financement international sont récapitulées en annexe.

6 Chapitre I Question du financement des investissements dans le secteur postal 1. Nécessité de développer le secteur 1.1 Orientation des services publics 5 Le secteur postal joue un rôle particulier dans l économie du pays. En tant que service public à caractère économique, il contribue au développement économique et à l amélioration de la compétitivité du pays. De plus, il contribue à la cohésion sociale des communautés et des individus. Un secteur postal dynamique et moderne stimule les échanges économiques, sociaux et culturels entre les habitants. Le défi majeur auquel font face les gouvernements est celui de la croissance économique, et donc de l augmentation des richesses, des réserves financières et des investissements dans le pays. Pour un pays, investir dans des infrastructures modernes est fondamental pour la croissance économique et la transition vers l économie de marché. De plus, la création d un réseau bancaire à l échelle nationale favorise le développement de nouvelles activités commerciales, les exportations et l inclusion financière, tout en contribuant à la croissance économique et à la réduction des disparités de revenus. Les investissements dans le développement du secteur postal, notamment en matière de rénovation et de création d infrastructures, n ont de sens que s ils ont un effet bénéfique sur le contexte économique et social du pays, notamment en termes: de croissance de la productivité et des revenus; de création d emploi; d'amélioration de l accès à l information; d'amélioration de la qualité de vie; de réduction de la pauvreté. De la même manière, le fait que le service postal permette de démocratiser l accès aux services financiers pour les populations à faibles revenus et les habitants des zones rurales représente un intérêt majeur pour les organismes internationaux de financement. 1.2 Secteur postal et son développement La réforme postale doit tenir compte des besoins particuliers du pays. Les autorités compétentes doivent définir des stratégies qui s adaptent aux évolutions technologiques ainsi qu aux besoins des différents acteurs, qu il s agisse des usagers ou des opérateurs. La mondialisation de l économie et l internationalisation des échanges sont des phénomènes majeurs. L ouverture actuelle de l économie sur le monde offre de nouvelles perspectives pour le secteur postal. Toutefois, avant de pouvoir les concrétiser, des améliorations importantes en termes d infrastructures, de législation, de gestion et de fonctionnement sont nécessaires. 2. Volonté politique au niveau national Intégration du secteur postal dans les plans de développement national 2.1 Plans de développement national Pendant des décennies, le secteur postal n a pas été considéré comme un secteur suffisamment stratégique pour être intégré dans les plans de développement national. Dans leurs plans, les gouvernements ont préféré privilégier des secteurs qui leur semblaient permettre une croissance rapide du produit intérieur brut (PIB) tout en créant de l emploi. Ainsi, ce sont avant tout les secteurs générant des exportations (agriculture, pêche, matières premières) et le secteur des infrastructures (énergie, transports, activités portuaires, télécommunications, etc.) qui ont bénéficié de ces plans de développement. Traditionnellement, on n envisageait pas que le secteur postal, bien qu il soit un élément clé dans l infrastructure d un pays, puisse attirer des capitaux étrangers. Aussi est-il resté en marge des priorités gouvernementales.

7 6 Il est donc nécessaire de changer l image que les pouvoirs publics ont du secteur postal et des opérateurs de service postal universel afin d inciter les gouvernements à intégrer le secteur postal, véritable colonne vertébrale en termes d infrastructure, dans les plans de développement national. De cette manière, il sera plus facile d obtenir des financements internationaux sous la forme d investissements dans les infrastructures. En outre, il est important que le secteur postal soit perçu comme un point stratégique d investissement pour réduire la fracture numérique et soutenir l inclusion financière, enjeux majeurs de la croissance économique et de l amélioration des conditions de vie. Or le secteur postal répond en partie à ses objectifs et, par conséquent, il convient de l intégrer aux plans de développement national. 2.2 Plans intégraux de réforme et de développement postal Conformément à la résolution du Congrès de Bucarest 2004, et afin d offrir une vision complète du processus de réforme postale, le Bureau international de l Union postale universelle a élaboré, en 2005, une nouvelle approche, qui implique, dès le lancement du processus, la participation de tous les acteurs concernés (gouvernement, régulateur, opérateur du service universel, syndicats, etc.). Les plans intégraux de réforme et de développement postal (PIDEP) ont été élaborés dans le but de doter les pays d une stratégie générale de réforme du secteur qui permet de définir des objectifs et les actions à mettre en œuvre pour les atteindre à court, à moyen et à long terme. Chaque PIDEP est rédigé par un groupe de spécialistes de l UPU, qui travaillent en étroite collaboration avec une équipe multidisciplinaire issue du pays bénéficiaire, constituée de représentants du ministère de tutelle, du régulateur (le cas échéant), de l opérateur de service postal universel ainsi que de tout autre département ministériel susceptible d être concerné par la mise en œuvre du PIDEP (p. ex. Ministère des finances). La stratégie du PIDEP concorde parfaitement avec le processus de planification développé par l Organisation des Nations Unies (ONU) dans ses directives relatives aux bilans communs de pays et aux plans-cadres des Nations Unies pour l aide au développement (PNUAD). Par conséquent, le recours à ce type de stratégie facilite l obtention d un financement extérieur, qui constitue un défi et une préoccupation majeurs pour bien des pays. Le PIDEP, qui confère une autorité et une crédibilité supplémentaires aux engagements politiques liés à la réforme postale, facilite l intégration du secteur postal dans les plans de développement national. Cette étape d intégration est fondamentale pour obtenir un financement extérieur, étant donné que les plans de développement national constituent la seule voie d accès au financement. 2.3 Plan d activités de l opérateur de service postal universel Assurer une mission de service public, qui relève donc de la responsabilité de l Etat, ne dispense en aucune façon l opérateur public d observer les principes de rentabilité et d efficacité. La transformation du marché postal constitue un double défi pour l opérateur public: il lui faut concilier sa mission traditionnelle de service public, c est-à-dire celle que les citoyens attendent des services postaux, avec d autres activités postales soumises à l économie de marché. Il est primordial d établir un plan d activités, en vue de présenter une demande permettant la réforme du secteur et, plus concrètement, le développement de l opérateur de service postal universel. Pour obtenir un financement, il est indispensable d élaborer un plan d activités crédible. Un investisseur potentiel voudra s assurer que le bénéficiaire dispose d un plan d action structuré et réfléchi, et surtout que ce plan peut générer des bénéfices suffisants pour amortir l investissement. Dans le cadre du PIDEP, de nombreux pays en développement et d autres pays moins avancés ont déjà établi des plans d activités pour leurs opérateurs de service postal universel. Le plan d activités doit se concentrer sur: les ressources humaines; l exploitation des services; les produits et services; le plan commercial; la concurrence; le plan financier.

8 3. Secteur postal dans le contexte de la coopération internationale 7 Aujourd hui, la situation du secteur postal dans les pays en développement et dans les pays les moins avancés est telle que le recours a des soutiens extérieurs est devenu incontournable, tant dans les phases de préparation et de mise en œuvre du processus de réforme (UPU, Unions restreintes, coopération technique, etc.) qu au moment de lever des fonds (institutions financières). Cependant, dans un contexte international marqué par la hausse du prix des denrées alimentaires de première nécessité, les catastrophes naturelles, les sécheresses, les ravages causés par le sida, le paludisme et la tuberculose, les conflits armés et la crise économique, qui touche une grande partie des pays industrialisés, on constate que les ressources disponibles pour la coopération internationale se raréfient et qu elles sont le plus souvent destinées à l aide d urgence ou à des domaines sans rapport avec le secteur postal. Par conséquent, il est crucial que les interventions envisagées dans le domaine postal tiennent compte de cette réalité et donc que les plans de réforme soient conçus comme des outils indispensables pour pallier les grandes difficultés que rencontrent les pays. Par exemple, la lutte contre l illettrisme par l accès au numérique et à Internet est un enjeu d actualité qui appelle aussi bien le recours à la coopération internationale qu aux services financiers proposés par le secteur postal. 3.1 Stratégie de développement des Nations Unies Réseau postal mondial au service des Objectifs du millénaire pour le développement En 2000, 189 pays se sont engagés à atteindre, d ici à 2015, les huit Objectifs du millénaire pour le développement. Dès lors, nombre d organismes internationaux de financement ont accordé la priorité aux actions en rapport avec ces objectifs et, en tant qu agence spécialisée de l ONU, l UPU se doit d aider ses Paysmembres à les atteindre. Le réseau postal mondial joue déjà un rôle sur ce plan dans plusieurs pays, et cette démarche pourrait être transposée à d autres. Les points ci-après décrivent les stratégies et les outils susceptibles d aider les Pays-membres de l UPU à démontrer que le développement du réseau postal permet d atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement: autant d arguments clés pour obtenir des financements afin de réformer ce secteur. Il ne faut pas oublier que le secteur postal n est pas le seul à chercher des financements. Tous les pays en développement s étant engagés à atteindre les huit objectifs, leurs stratégies d investissement et de développement sont orientées vers ces objectifs. Pour déterminer où investir en priorité, les gouvernements, les agences de coopération et les banques de développement sélectionneront les projets qui leur offrent le meilleur retour sur investissement, tout en étant étroitement liés aux Objectifs du millénaire pour le développement. Le secteur postal doit donc prouver qu il n est pas replié sur lui-même et que les investissements pour le réformer auront des conséquences positives sur l économie, mais aussi sur la société dans son ensemble. Ainsi, il est souhaitable que, au moment de présenter les PIDEP et des projets qui leur sont associés, les pays replacent ces besoins de développement dans un contexte plus large. Ils doivent établir un parallèle direct entre le développement du secteur postal et celui des autres secteurs, en démontrant que ce premier aura une influence positive sur l économie du pays. En outre, il est capital de mettre en évidence, dans la présentation du projet de réforme postale, le lien entre celui-ci et la réalisation d un ou de plusieurs objectifs, car les gouvernements des pays industrialisés et de ceux en développement, de même que les agences de coopération internationale, donneront la priorité aux opérations en rapport avec ces objectifs. Voici comment le développement du secteur postal peut s inscrire dans la poursuite de chacun des Objectifs du millénaire pour le développement: A priori, on pourrait penser que le développement du secteur postal et l élimination de l extrême pauvreté et de la faim dans le monde ne sont en rien liés. Cependant, cet objectif peut en partie être atteint grâce au développement de certains services postaux. Nous savons, par exemple, RÉDUIRE L'EXTRÊME PAUVRETÉ ET LA FAIM que les plus démunis ont peu d accès aux services financiers de base. En effet, les populations souffrant d une extrême pauvreté n ont pas la possibilité de souscrire de crédit, ni de placer leur épargne. Ce problème est d autant plus marqué dans les zones rurales. Or les postes sont le service doté du réseau le plus dense qui soit dans presque tous les pays du monde. En améliorant l accès aux services financiers de base et au microcrédit, il serait possible de briser le cycle de la pauvreté.

9 8 Il y a quelques années, la poste et le Gouvernement brésiliens se sont associés dans le programme «Bolsa familia» (bourse familiale) pour distribuer une aide financière aux familles, sous réserve que leurs enfants soient scolarisés et suivent les programmes de vaccination gouvernementaux. D autres services postaux, notamment en Egypte et en Tunisie, participent à des programmes similaires de soutien financier aux familles pauvres. Grâce à l inclusion sociale, le développement du secteur postal peut contribuer à la réalisation de l objectif d éducation primaire pour tous. Les personnes défavorisées sont souvent dépourvues d adresse postale; il en résulte une certaine exclusion sociale, car l accès aux services de base, ASSURER L'ÉDUCATION PRIMAIRE DE POUR TOUS TOUS comme la santé ou l éducation, est alors impossible. Or le service des postes peut contribuer à la création d un système d adressage ou de bases de données postales. Comme expliqué dans le point précédent, dans certains pays, les familles peuvent recevoir des aides de l Etat si leurs enfants sont scolarisés. Dans de nombreux pays, la poste est l agent qui assure le versement de ces allocations et vérifie que les enfants des familles bénéficiaires vont bien à l école. Par exemple, La Poste Tunisienne distribue, avec l aide du Gouvernement, des bourses aux étudiants qui connaissent des difficultés financières. La poste vénézuélienne participe au programme «Alcaldes Defensores de los Niños», dont l objectif principal est de protéger les enfants contre toute forme de maltraitance et d assurer l accès à l éducation aux enfants en âge d être scolarisés. L objectif de promotion de l égalité des sexes et de l autonomisation des femmes a certains points communs avec l objectif 2, tous deux ayant pour but d éliminer les disparités entre les PROMOUVOIR L'ÉGALITÉ sexes dans les enseignements primaires et secondaires. Comme nous l avons vu, les aides liées DES SEXES ET L'AUTONOMISATION DES FEMMES à la scolarisation des enfants se généralisent dans le monde. Cependant, pour atteindre l objectif 3, il est également nécessaire de convaincre les parents que l éducation des filles est tout aussi importante que celle des garçons. Les bureaux de poste peuvent ainsi servir de «points d accueil et d orientation» pour faire passer ce message auprès des parents. Par ailleurs, le secteur postal est un secteur qui emploie un grand nombre de personnes et où, comparé à d autres secteurs, la proportion de femmes est élevée. Aujourd hui, on estime que 30% des employés des postes dans le monde sont des femmes. Dans des pays comme l Arménie, le Bélarus, le Gabon, la Guyane, le Kenya et le Panama (Rép.), ce chiffre dépasse les 50%. De la même manière, 36% des cadres moyens et supérieurs du secteur sont des femmes. Les services de poste ont adopté une politique qui facilite l entrée des femmes sur le marché du travail, notamment grâce à l aménagement du temps de travail, à des programmes de formation, au travail à domicile (ouverture d un bureau de poste chez soi) ou à la construction d une crèche sur le lieu de travail. Par ailleurs, la poste sud-africaine (South African Post office) s est associée à People Opposing Women Abuse, une des organisations de défense des droits de la femme les plus influentes, dans une campagne intitulée «Seize jours d activisme». La poste sud-africaine, forte de ses employés, dont près de la moitié sont des femmes, incarne cette volonté du secteur postal de jouer un rôle décisif dans la lutte contre les violences faites aux femmes sur leur lieu de travail ou au sein de leur communauté. En 2010, en Afrique, le taux de mortalité infantile chez les moins de 5 ans était de 160 décès pour 1000 naissances vivantes alors que, en Europe, ce chiffre ne dépassait pas 20 décès pour 1000 naissances vivantes (www.who.int). Bien que 25% des décès surviennent pendant l accouchement, les infections du système respiratoire (18%), la diarrhée (15%), le paludisme (11%) et RÉDUIRE LA MORTALITÉ INFANTILE d autres maladies comme la rougeole restent les principales causes de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. Ici encore, le service postal peut jouer un rôle important. Par exemple, la poste brésilienne participe depuis plusieurs années à une campagne gouvernementale d information sur les effets préventifs de l allaitement au sein contre la diarrhée. Les services postaux peuvent contribuer à endiguer cette maladie directement liée à la mauvaise qualité de l eau par la mise en place de systèmes de paiement des factures assurant, entre autres, un approvisionnement suffisant en eau salubre, notamment. De la même manière, les bureaux de poste pourraient dispenser des conseils sur la bonne utilisation des ressources en eau. Dans le cas du paludisme, les services postaux peuvent également participer à la distribution de moustiquaires et de produits antimoustiques au niveau local. Depuis 2007, la poste uruguayenne participe à un programme gouvernemental de dépistage de certaines maladies congénitales. En mettant à la disposition du système de santé son réseau logistique de distribution du courrier, elle facilite l acheminement des prélèvements sanguins effectués sur les nouveau-nés vers les centres de santé agréés afin d établir un diagnostic précoce de ces maladies et, ainsi, de soigner les enfants à temps.

10 9 On estime que femmes meurent chaque année en accouchant. Le fait que 95% de ces décès surviennent en Afrique et en Asie, contre seulement 1% dans les pays industrialisés, laisse penser que bon nombre d entre eux pourraient être évités. Comme mentionné dans AMÉLIORER LA SANTÉ MATERNELLE l objectif 4, la poste brésilienne distribue des informations aux mères sur les bienfaits du lait maternel. Cette démarche pourrait facilement être étendue à d autres domaines: la poste pourrait notamment expliquer aux femmes la nécessité de faire appel à une sage-femme lors de l accouchement ou distribuer des informations simples sur l hygiène intime avant et après l accouchement. Les bureaux de poste peuvent ainsi servir de points d information et recenser les femmes enceintes dans le secteur où ils sont implantés. Sur l ensemble des cas de mortalité infantile, 11% sont dus au paludisme. L épidémie de sida va en s aggravant, notamment en Afrique, causant la mort de milliers d enfants et d adultes chaque COMBATTRE LE VIH/SIDA, jour. Pour lutter contre ces fléaux et atteindre l objectif 6, les services postaux de plusieurs pays LE PALUDISME ET D'AUTRES MALADIES distribuent des moustiquaires dans les régions touchées par le paludisme, des vaccins dans les zones rurales et des préservatifs pour prévenir la transmission du VIH. La poste brésilienne a également lancé un programme de distribution de médicaments destiné aux malades chroniques et aux familles pauvres. Dans de nombreux pays, l apparition de la «télémédecine» pousse les entreprises du secteur de la santé et des télécommunications à entrer en contact avec les opérateurs postaux, ces derniers disposant d un réseau très dense facilitant la mise en place et le développement de nouveaux systèmes d assistance médicale. La poste peut également jouer un rôle clé dans l établissement des statistiques de certaines maladies et distribuer des informations pour éviter qu elles ne se propagent. Dans cette perspective, les services postaux devraient se rapprocher des agences de développement de leur pays afin de se familiariser avec leurs programmes de travail et d établir un plan d action commun. En 2009, l UPU, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), l Organisation internationale du travail et UNI Global Union ont lancé une campagne de prévention du VIH/sida dans les bureaux de poste du monde entier, pour sensibiliser les usagers et les employés des postes à l importance de se protéger contre le virus du VIH, responsable du sida. Cette campagne, à laquelle participent bureaux de poste, est un véritable succès et a déjà touché des millions de personnes. La poste, service de proximité dont le réseau de distribution est très étendu, est un acteur stratégique pour la diffusion de messages de prévention du VIH/sida aussi bien auprès de ses employés et de ses usagers. La poste peut intervenir à plusieurs niveaux dans la réalisation de l objectif 7. Une des cibles de cet objectif est de réduire le pourcentage de la population qui n a pas accès de façon durable à PRÉSERVER un approvisionnement en eau potable, ni à des services d assainissement de base. Souvent, la L'ENVIRONNEMENT pérennité de l accès à l eau et à l'électricité dépend de la capacité de payer les factures et d effectuer rapidement des versements par l intermédiaire d un réseau fiable, deux conditions qui peuvent être réunies grâce à la création d un système d adressage permettant de localiser les clients. Le service postal peut devenir un partenaire de confiance dans ces diverses opérations. Bien qu une grande partie des habitants des quartiers défavorisés connaissent des difficultés économiques, l accès à l eau potable reste une priorité pour eux. La poste, en attribuant à ces personnes une adresse postale, leur permet d être reliées au reste de la société. La mise en place d un système d adressage facilite également la mise à jour des listes électorales, le recouvrement des impôts et le versement d aides aux familles pauvres. Dans le cadre de son partenariat avec le Programme des Nations Unies pour l environnement (PNUE), l UPU a initié les deux premiers inventaires des émissions de gaz à effet de serre du secteur postal à l échelle planétaire. On a ainsi pu établir que les opérateurs postaux rejetaient chaque année au moins 54 millions de tonnes d équivalent CO 2 (CO 2 eq), ce qui représente 0,7% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Répondant à l appel du Secrétaire général des Nations Unies pour agir sur le changement climatique en proposant des solutions par secteur d activités, y compris des solutions financières, l UPU a lancé une étude de faisabilité d un système de compensation carbone pour le secteur postal. Ce dernier objectif consiste à mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Grâce à leurs services logistiques et financiers, les opérateurs postaux peuvent jouer un rôle en METTRE EN PLACE ce sens, en contribuant à l intégration des différents systèmes commerciaux. En théorie, les pays UN PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT les moins avancés bénéficient d exonérations sur leurs exportations vers les pays industrialisés, mais il est nécessaire de mettre en place des mécanismes permettant aux entreprises d entrer sur ces marchés. Les opérateurs postaux peuvent y contribuer de manière significative en instaurant des procédures d exportation simplifiées pour les petites entreprises et des systèmes financiers fiables et transparents qui facilitent les paiements. Déjà, le programme d exportation postale «Exporta Fácil», conçu par la poste brésilienne avant d être adopté par de nombreux pays d Amérique latine, réduit les formalités liées à l exportation

11 10 pour les petites et moyennes entreprises. India Post participe à un programme permettant aux éleveurs et aux agriculteurs d obtenir des informations sur les tendances du marché et donc sur la meilleure façon de gérer leur production. La poste indienne met également à disposition son réseau logistique pour la distribution d ordinateurs pouvant être connectés à Internet, d imprimantes, etc. Depuis plusieurs années, d autres opérateurs postaux facilitent l accès aux nouvelles technologies et participent à la mise en place de programmes de télémédecine, de gestion informatisée des exploitations agricoles et de développement du commerce électronique. L importance des Objectifs du millénaire pour le développement ne doit pas être sous-estimée, puisque ceuxci représentent une priorité pour tous les pays et agences de développement. Ainsi, lorsque les opérateurs postaux et les gouvernements s apprêtent à demander des financements pour leur réforme postale, ils doivent prendre en considération, savoir expliquer et justifier l utilité sociale et économique d un réseau postal national, notamment en ce qui concerne la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement. 3.2 Plan intégral de réforme et de développement postal Point de départ d une nouvelle conception du secteur postal. Diversification des produits et services La méthodologie pour les PIDEP a été élaborée et approuvée au cours du cycle Il s agissait d adopter une nouvelle approche de la coopération pour la réforme postale dans le cadre de l UPU. Pour la première fois, le besoin s est fait sentir d entreprendre une action coordonnée entre tous les acteurs clés du développement et de la réforme du secteur postal: le gouvernement, le régulateur, l opérateur désigné, les employé(e)s et les autres prestataires de services postaux. Cette feuille de route, qui propose une réforme pas à pas du secteur postal traditionnel au niveau de chaque pays, peut également servir de base pour inscrire ce secteur dans une démarche plus globale, comme expliqué dans le paragraphe concernant les Objectifs du millénaire pour le développement. Cette conception du secteur postal est née des expériences menées au Lao (Rép. dém. pop.) et au Paraguay, où des PIDEP ont été élaborés pour offrir de nouvelles perspectives à des opérateurs postaux dont les volumes de service étaient traditionnellement très faibles. Dans les pays en développement, de nombreux opérateurs connaissent une situation identique. Il est donc important, au moment de présenter le projet de réforme, de penser aux moyens d élargir et de diversifier l offre de services. Les services postaux sont rarement reconnus à leur juste valeur. Il incombe donc à l UPU et au secteur postal de montrer ce que ce dernier peut apporter au monde moderne. Dans les pays en développement, le secteur postal doit être bien plus qu un simple fournisseur de produits et de services; il doit être un acteur du développement économique et social. Afin d améliorer l image du secteur postal, voici quelques services que les opérateurs postaux pourraient mettre en place pour diversifier leur offre et acquérir de nouvelles parts de marché tout en participant au développement de leur pays Services bancaires Les opérateurs postaux ont toujours occupé une place particulière dans la prestation de services financiers. La première caisse d épargne postale fut créée en 1861, en Grande-Bretagne, et en 1878, les Pays-membre de l UPU signèrent le premier traité intergouvernemental sur les mandats de poste internationaux. Près des deux tiers des postes dans le monde offrent des services financiers (p. ex. mandats de poste, système de paiement des factures, caisse d épargne et versement des prestations sociales). Le réseau très dense dont disposent les opérateurs postaux constitue leur principal atout pour la prestation de services bancaires. On dénombre en moyenne deux fois plus de bureaux de poste que d agences bancaires dans un pays, et les bureaux de poste sont moins concentrés géographiquement que les banques, ce qui leur permet de toucher de nombreuses communautés rurales. Les banques postales attirent généralement une clientèle dont les bas revenus n intéressent pas les grandes banques. Les agences de développement s intéressant de près à la démocratisation des services financiers en zone rurale, il est impératif que les gouvernements soulignent ce potentiel d inclusion financière dans leur projet de réforme postale. Les organismes de financement souhaitent vivement encourager ce type de prestations bancaires. Le service Banco Postal, au Brésil, illustre bien la réussite de cette stratégie. L opérateur brésilien, Empresa Brasileira de Correios e Telégrafos, fait office de correspondant bancaire pour la banque privée Bradesco. Ensemble, ils ont créé Banco Postal, un organe de services financiers postaux qui utilise le réseau physique de l opérateur pour promouvoir l accès aux services financiers. Entre 2001 et 2010, Banco Postal a permis à 10 millions de personnes d ouvrir un compte d épargne ordinaire, sachant que la plupart de ces épargnants n avaient, jusqu alors, jamais eu de compte en banque.

12 Paiements Un opérateur postal peut assurer la gestion d un grand nombre de transactions pour le compte de divers organismes, qu il s agisse du règlement de factures ou du versement de prestations de sécurité sociale ou de retraite. La poste brésilienne s est associée au réseau Pago Fácil pour effectuer le paiement de la plupart des factures. Le code à barres figurant sur la facture est lu au bureau de poste, le client règle le montant dû et il obtient un reçu. L opérateur postal touche une commission sur chaque transaction, et le client dispose d un accès rapide à ce service dans son bureau de poste. Les systèmes de paiement des factures sont essentiels pour garantir des services publics durables dans le temps, et le secteur postal peut alléger en partie leur gestion administrative au moyen d un faible investissement. Au Paraguay, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a souligné les difficultés rencontrées au moment de verser aux mères de famille vivant dans des zones rurales défavorisées une allocation destinée à encourager la scolarisation de leurs enfants. Tant que ces derniers allaient à l école, les mères avaient droit à cette aide. Cependant, il était compliqué pour elles de toucher cette prestation, car les bureaux de poste ne fournissaient pas de services financiers et le réseau bancaire était inexistant dans les zones rurales. Dans ce cas précis, avec l accord du Gouvernement, la poste pouvait clairement contribuer à satisfaire un besoin de développement. Les opérateurs postaux doivent repérer ce type de besoins dans leur pays et faire pression sur le gouvernement pour qu il leur concède le droit d élargir leur gamme de services. La poste kényenne a conclu des accords de paiement des factures avec 320 entreprises de service public locales, régionales et nationales. Cet opérateur perçoit les règlements en liquide avant de les reverser à ses partenaires, en échange d une commission. Grâce à ces opérations, les bureaux de poste du pays ont enregistré une nette augmentation de leurs recettes et de leur fréquentation Transferts de fonds Les transferts de fonds nationaux et internationaux représentent un marché attractif, car de nombreux travailleurs envoient de l argent à leur famille. Souvent, ils n ont pas le choix et doivent faire appel à des sociétés internationales coûteuses, qui appliquent des commissions d au moins 20% sur le montant de la transaction. De plus, l accès aux services de transfert de fonds est limité dans les zones rurales, ce qui oblige les personnes à parcourir de grandes distances pour envoyer cet argent ou à faire appel à un tiers qui effectue l opération à leur place, souvent contre rétribution. En offrant des services de transferts de fonds, les opérateurs postaux proposent une alternative avantageuse du point de vue du prix et de l accessibilité. En Amérique latine, l UPU a participé à la mise en place du projet «Correogiros», qui a donné des résultats très encourageants. Néanmoins, il convient de continuer à améliorer la rapidité et l accessibilité de ces services en zone rurale, tout en diminuant leur prix, afin de conquérir de nouvelles parts de marchés jusqu alors réservées aux grandes entreprises de transfert d argent. Au Lao (Rép. dém. pop.), l introduction des ordres de paiement par télécopie a été un véritable succès, car la rapidité des transferts s en est trouvée nettement accrue. Toutefois, la qualité du service reste encore à améliorer. En Afrique de l Ouest, les opérateurs postaux de six pays ont vu leur volume de transfert de fonds doubler en l espace d un an suite à la mise en place de services électroniques de transferts d argent dans 355 de leurs bureaux situés en zone rurale Administration en ligne Les organismes de développement considèrent la simplification des démarches administratives comme un enjeu de première importance. D importants financements sont alloués aux projets qui visent à accroître la transparence de l administration et à améliorer l accès aux services publics, notamment en zone rurale. Grâce à leur réseau très étendu, les services postaux sont particulièrement bien placés pour contribuer à la réalisation de cet objectif. Néanmoins, ils doivent pour cela démontrer qu ils sont en mesure d assurer de tels services, afin d obtenir la confiance des agences internationales et des usagers. En ajoutant à leurs prestations des services administratifs en ligne, les opérateurs postaux peuvent recevoir des aides (financières ou matérielles) pour s équiper en ordinateurs ou pour améliorer leur connectivité. Ainsi, ils enrichiront leur gamme de produits et optimiseront l utilisation de leurs ressources électroniques, tout en améliorant la rapidité et la qualité d autres services en ligne (services bancaires, transferts, paiement des factures, etc.).

13 Centre d information Bon nombre d initiatives de développement n atteignent pas pleinement leurs objectifs, car elles ne parviennent pas toujours à toucher les populations ciblées. Les réseaux postaux peuvent être utilisés pour diffuser des informations sur la santé, l éducation, les prestations sociales et toute autre initiative gouvernementale. Au Brésil, l opérateur postal diffuse des informations aux femmes enceintes sur les bienfaits de l allaitement au sein pour les nouveau-nés. La poste kényenne distribue des informations sur le sida pour sensibiliser ses employés et ses usagers. BotswanaPost a ouvert des espaces de communication (Kitsong centers) dans plus de 50 de ses 192 agences et bureaux de poste, qui offrent de nombreux services, à savoir la mise à disposition de télécopies, de photocopieuses, d imprimantes, de bornes de photo numérique, mais aussi un accès à Internet et des services de traitement de texte. Dans ces centres, les usagers peuvent obtenir des informations locales sur l agriculture, l ouverture d un commerce, le tourisme, les antennes régionales des services publics, les établissements financiers et scolaires dans leur communauté. Des panneaux d affichage sont également mis à disposition des usagers pour qu ils y déposent des annonces. Les opérateurs postaux doivent connaître les priorités d action dans leurs pays respectifs et coopérer avec les organismes de développement pour s assurer que les informations parviennent aux populations ciblées. Le gouvernement devrait utiliser le réseau postal comme relais pour diffuser l information, mais également comme moyen de collecter des données pour le compte du gouvernement et d autres organismes publics (recensement, campagnes d information sur la santé, etc.) Adressage Le secteur postal joue un rôle central dans la mise en place d un système d adressage. Dans beaucoup de pays, le système d adressage n est pas normalisé, et les problèmes de mise à jour des listes électorales, de recouvrement des impôts, d éducation, de santé ou autres restent entiers. Dans certains pays, les systèmes d adressage sont parfois tellement étranges que seuls les distributeurs de l opérateur postal peuvent les comprendre. Dans un premier temps, les opérateurs postaux peuvent utiliser leurs connaissances pour créer un système d adressage et de codes postaux standard et constituer, par la suite, des bases de données. Ces dernières sont un outil précieux pour améliorer l inclusion sociale, mais aussi un produit recherché par les entreprises de publipostage qui contribuera au développement économique Courrier et envois express Un des enjeux des Objectifs du millénaire pour le développement est de réduire de moitié le pourcentage de la population qui n a pas accès à l eau potable, ni à des services d assainissement de base. Au Lao (Rép. dém. pop.), 50% de la population n ont pas accès à l eau courante. Pour approvisionner l ensemble de la population, d importants investissements devront être effectués dans les systèmes d alimentation en eau. Par ailleurs, pour garantir la pérennité de ces services, un système de paiement et de facturation adéquat doit également être mis en place. Le secteur postal peut jouer un rôle actif dans la distribution des factures. Certes, l avènement d Internet facilitera la facturation électronique, mais il est peu probable que les couches sociales les plus pauvres en bénéficient dans un futur proche. Les envois express et les envois de colis, deux services à valeur ajoutée, contribuent fortement au développement des entreprises et du commerce. Les clients sont exigeants en ce qui concerne la rapidité, la sécurité, la fiabilité et le suivi des informations. Les pouvoirs publics doivent procéder à la libéralisation des services d envoi express afin de permettre l arrivée sur le marché de nouveaux concurrents, qui stimuleront l innovation. Parallèlement, les opérateurs postaux peuvent et doivent développer leurs propres services d envois express: il leur faut garantir une valeur ajoutée, comme la localisation ou le suivi, pour pouvoir concurrencer les opérateurs mondiaux et nationaux Logistique Les services de logistique sont une évolution naturelle du service postal, et bon nombre de grands opérateurs postaux ont déjà adopté cette voie. Il n est pas rare que ces derniers offrent à la fois des services postaux, financiers et logistiques. Ces trois composantes sont complémentaires, et de nombreuses sociétés d expédition ayant adopté ce modèle proposent à leurs clients des solutions d envoi unitaire, gèrent le paiement et s occupent de la distribution du produit. A l heure d Internet, ces services vont connaître un essor

14 13 phénoménal, et les opérateurs postaux peuvent s imposer comme des partenaires privilégiés des entreprises de transfert de fonds grâce à leurs solutions intégrales, leur système de paiement et leur réseau logistique mondial. Dans les pays en développement, les besoins en services de logistique sont plus élémentaires. Néanmoins, puisque les opérateurs postaux possèdent déjà leur propre réseau de transports pour distribuer le courrier à l intérieur du pays, ils pourraient utiliser leurs capacités non exploitées afin de transporter des marchandises pour le compte de tiers. Au Malawi, la poste met à disposition ses véhicules pour distribuer des marchandises d autres entreprises et ainsi augmenter ses bénéfices. Au Brésil, le programme «Exporta Fácil» a simplifié le processus d exportation pour les petites et moyennes entreprises: aujourd hui, les entreprises n ont plus que trois démarches à entreprendre au lieu des 29 initialement nécessaires. Par ailleurs, ce projet a permis aux petits producteurs d exporter leurs produits depuis un simple bureau de poste: une véritable ouverture sur le marché international qui ne nécessite qu un faible investissement. L opérateur coréen a, quant à lui, mis au point un portail de commerce électronique spécialisé dans la vente de produits locaux issus des communautés rurales. Ce portail a permis aux producteurs de tout le pays de vendre des spécialités locales directement aux consommateurs par le biais d Internet. Ce centre commercial en ligne propose aujourd hui plus de 7200 produits et génère 135 millions d USD de recettes annuelles Autres services Partout dans le monde, les bureaux de poste offrent déjà une large gamme de services. Ces dernières années, certains opérateurs ont utilisé leurs bureaux de poste pour vendre divers produits (papeterie, produits ménagers, cartes prépayées et téléphonie mobile, etc.). D autres ont choisi de louer les espaces inutilisés dans leurs locaux, réduisant ainsi les risques de stock et les mauvaises décisions concernant les produits proposés à la vente. Bien que ce type de stratégie soit parfois contesté, ces solutions présentent de réels avantages pour les trois parties concernées: le bureau de poste perçoit le revenu locatif, le vendeur reçoit un grand nombre de client grâce à son emplacement privilégié et les clients gagnent du temps, car plusieurs produits et/ou services sont concentrés en un même endroit. Au Japon et en Inde, la vente de polices d assurance dans les bureaux de poste est très répandue. D autres opérateurs choisissent, quant à eux, d inclure la téléphonie mobile et les nouvelles technologies à leur offre de services. Sur le plan de la coopération internationale, il est important que les opérateurs postaux et les gouvernements, au moment d élaborer leur plan de réforme postale, envisagent ce projet sous un angle plus large et songent à de nouvelles façons d amortir l utilisation du réseau postal pour favoriser le développement social et économique du pays.

15 14 Chapitre II Financement de la réforme 1. Introduction Préparation de la demande de financement La réforme postale dans son ensemble concerne la réglementation, les institutions, le développement du réseau postal et le développement du marché. L ensemble des actions planifiées doivent avoir pour finalité d accroître la concurrence, d offrir de meilleurs services et de rendre l opérateur public et le régulateur du secteur plus autonomes. Les étapes préparatoires sont essentielles pour permettre de bien structurer le plan qui sera présenté aux bailleurs de fonds. Dans la plupart des cas, pour réaliser un diagnostic, il est nécessaire de faire appel à des spécialistes qui travaillent au sein d entreprises postales ou de conseil et qui doivent être rémunérés aux prix du marché. Par conséquent, il convient de mobiliser les ressources existantes avant de trouver les financements nécessaires pour accomplir les tâches et les études de base, à savoir: l analyse du marché postal; l analyse du cadre juridique existant et la définition d un projet de cadre juridique adapté au pays; les diagnostics d exploitation des services sur le marché; la définition et la caractérisation du cadre du service postal universel dans le pays; les modèles de prévision des coûts pour l opérateur public; le plan de développement de l opérateur public. Les bailleurs de fonds sont généralement réticents à financer des études préalables qui ne font pas partie d un plan intégral de réforme du secteur, car ils estiment que c est à l Etat de fournir l effort financier initial pour démontrer sa volonté de s engager en faveur d une modernisation du secteur. Toutefois, certaines entités financières peuvent être amenées à fournir les fonds nécessaires en application de contrats-cadres dans lesquels il est prévu que ces études sont la condition sine qua non pour poursuivre les objectifs principaux. Une autre solution peu coûteuse consiste à demander la coopération des opérateurs postaux ou des autorités de réglementation (selon l étude à réaliser) des pays industrialisés ou en développement, afin qu ils mettent à disposition de l opérateur public ou de l autorité de réglementation du pays des experts dans les domaines concernés. Le travail préparatoire est primordial, car il permet de déterminer la viabilité économique, sociale ou juridique des plans d investissement élaborés pour le développement du secteur postal du pays bénéficiaire. Comme cela a déjà été exposé, lorsqu il s agit de demander un financement, le PIDEP s avère être un outil de planification très utile, car il comprend une feuille de route de la réforme, laquelle détermine quels sont les projets clés à développer et les ressources nécessaires. Sur ce point, il est important de signaler qu il est difficile pour un seul organisme de s engager à financer dès le départ la réforme postale d un pays dans son intégralité. Ainsi, si l on s appuie sur le PIDEP du pays, il convient dans un premier temps de sélectionner les projets prioritaires, pour lesquels on aura plus de chances d obtenir un financement. L une des étapes essentielles du cycle d un projet est son financement. Sans financement, la réforme ne pourra pas être menée à bien.

16 15 Cycle du projet Evaluation e e Conception et programmation PIDEP e Exécution Identification e Financement Une fois le projet prioritaire déterminé, il est important que ce soit le gouvernement qui le présente et le défende devant les organismes de financement avec l appui, selon le domaine du projet (opérationnel ou réglementaire), de l opérateur du service postal universel et/ou de l organisme de régulation. Les critères appliqués par les banques multilatérales sont très similaires à ceux appliqués par les entreprises commerciales, en termes de rentabilité et de productivité. Par conséquent, lorsqu il s agit de présenter un projet, il convient d insister sur l idée que le développement de l opérateur public et du réseau postal du pays peut contribuer de manière significative au développement socioéconomique du pays. La banque de développement, engagée financièrement, a pour finalité de favoriser la réalisation des objectifs en matière de politique sectorielle et des plans de développement. Dans le secteur postal, l approche du PIDEP, développé par l UPU depuis que la méthodologie a été validée au cours du cycle , répond parfaitement tant à l approche globale dans laquelle la banque de développement souhaite inscrire ses projets qu à la stratégie des Nations Unies et de ses institutions spécialisées, dont l objectif principal est de définir des politiques nationales et des plans intégraux de développement durable. 2. Organismes de financement du développement Pour obtenir le financement nécessaire à la réalisation d un projet, il faut au préalable évaluer la disponibilité, la recevabilité, la viabilité et la durée d octroi des ressources existantes. Ainsi, il est souvent peu efficace de vouloir puiser en premier lieu dans les deniers publics, car ceux-ci sont en majorité utilisés pour financer des politiques prioritaires, dont le secteur postal ne fait pas partie. De même, le choix de l autofinancement des opérateurs postaux s avère généralement peu efficace, tout comme le fait de recourir aux marchés de capitaux. Bien que cette dernière solution soit traditionnellement choisie, elle n est pas viable dans le contexte actuel. Par conséquent, le recours à un financement extérieur est devenu, dans la pratique, la solution la plus courante et la plus efficace. Lorsqu il s agit de décider de demander un financement extérieur, il est essentiel de connaître les principaux organismes qui, sous certaines conditions, peuvent accorder des prêts ou octroyer des dons pour l exécution du processus de réforme. La présente section donne des informations de base sur: les principaux organes de financement multilatéral; les banques multilatérales (Banque mondiale et autres banques régionales); les initiatives des institutions spécialisées des Nations Unies; l Union européenne; les banques commerciales; les principales agences de coopération bilatérale (uniquement pour les pays industrialisés); les nouvelles modalités de coopération internationale: coopération Sud-Sud et coopération triangulaire.

17 16 Sur la question des banques multilatérales, nous nous intéresserons au fonctionnement de la Banque mondiale, en tant qu acteur principal, et aux banques régionales. Le présent guide ayant été élaboré en Amérique latine, nous nous arrêterons plus particulièrement sur la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Banque centraméricaine d intégration économique (BCIE). Toutefois, nous offrons également une description détaillée des autres banques régionales et invitons les pays de toutes les régions à s informer directement auprès des organismes mentionnés dans ce guide. En règle générale, les organismes multilatéraux de financement, en collaboration avec le gouvernement d un pays en développement, déterminent quels sont les principaux problèmes qui touchent le pays. Ensuite, ils élaborent un «programme pluriannuel d intervention» sous la forme d un document de stratégie d élimination de la pauvreté dont le nom générique est «Stratégie du pays». Puis, dans le cadre de chaque programme pluriannuel, on définit des domaines d intervention spécifiques pour lesquels une demande de financement est nécessaire ou on élabore des projets spécifiques en fonction de ces domaines d intervention. Il est important de souligner que tous ces organismes de financement multilatéral travaillent directement avec les gouvernements et non avec les opérateurs postaux. Par conséquent, c est au gouvernement de manifester expressément son intérêt pour la réforme du secteur postal et la modernisation de l opérateur public et d inclure ces mesures dans la stratégie du pays. 2.1 Banques multilatérales Les banques multilatérales de développement (BID, Banque africaine de développement (BAfD), Banque asiatique de développement (BAsD), Banque islamique de développement (BIsD), Banque européenne d investissement (BEI), etc.) financent en grande partie le développement des pays. Il s agit d organisations qui appartiennent à leurs pays membres. Les fonds dont disposent ces banques proviennent de deux sources: Les marchés financiers, par le biais de l émission d obligations. Le capital ordinaire (qui comprend le capital souscrit, le capital déposé et les avoirs de réserve), auquel s ajoutent les fonds spéciaux (p. ex. le fonds de roulement et les fonds fiduciaires spéciaux), destinés à financer des projets spécifiques tels que des prêts comportant un élément de concessionnalité en faveur des pays les moins avancés sur le plan économique. Elles utilisent les ressources disponibles pour proposer des prêts et une assistance technique. Par ailleurs, elles prennent part à un grand nombre d accords de cofinancement avec d autres institutions multilatérales, bilatérales et privées, y compris des accords de prêt. En ce qui concerne la Banque mondiale, ses interventions relatives au secteur postal consistent à soutenir des projets visant: la réalisation d études de base permettant de définir les orientations de la réforme postale; la modernisation de l opérateur public chargé du service postal universel; la modernisation du secteur et le développement des services à valeur ajoutée et de l utilisation des nouvelles technologies (p. ex. services de courrier hybride et services postaux électroniques); le développement des services postaux financiers axés sur la transmission de fonds et l inclusion financière; l utilisation des points d accueil du public comme «centres de communication communautaire». Encore une fois, il est important de rappeler que les banques multilatérales travaillent directement avec les gouvernements et non avec les opérateurs postaux. L opérateur public devra élaborer une stratégie visant à influencer le gouvernement de son pays pour que le plan de réforme postale soit intégré au plan de développement national (ou stratégie du pays), ce qui lui permettra de demander des financements aux banques multilatérales. Normalement, les instances chargées de négocier avec les entités multilatérales de financement sont les ministères en charge des finances, de l économie et de la planification nationale.

18 Groupe de la Banque mondiale Créé en 1944, le Groupe de la Banque mondiale appartient à 184 pays membres, dont les avis et les intérêts sont représentés au sein d un Conseil des gouverneurs et d un Conseil des administrateurs. Les pays membres en sont les actionnaires et l instance de décision suprême. Le Groupe est composé de deux institutions de développement, à savoir la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et l Association internationale de développement (IDA). Chacune de ces institutions contribue de manière déterminante à la mission de la Banque mondiale, qui consiste à réduire la pauvreté et à améliorer les conditions de vie dans le monde. La BIRD cible les pays à revenu intermédiaire et les pays plus pauvres mais solvables, tandis que l IDA concentre son intervention sur les pays les plus pauvres du monde. Toutes deux proposent des prêts à faible coût, des crédits sans intérêts et des prêts visant à aider les pays à atteindre leurs objectifs de développement. Les uniques bénéficiaires de ces prêts sont les gouvernements. Dans le présent document, le terme «Banque mondiale» recouvre la BIRD et l IDA. La Société financière internationale (IFC) est l institution du Groupe de la Banque mondiale chargée de promouvoir les investissements durables du secteur privé dans les pays en développement. L IFC négocie exclusivement avec le secteur privé. Dans un monde où les opérateurs postaux font du commerce et, pour certains, se privatisent, il est important de faire la différence entre la Banque mondiale et l'ifc. Pour obtenir un financement, un organisme postal public se tournera vers la Banque mondiale alors qu un opérateur privé fera appel à l IFC. La Banque mondiale possède des bureaux dans 67 pays et son siège se trouve à Washington (Etats-Unis d'amérique). Elle est activement présente dans plus d une centaine de pays. Elle participe à plus d une vingtaine de projets de réforme du secteur postal dans différents pays. Au sein de la Banque mondiale, qui comprend un effectif total de 8000 personnes, se trouve le Département des technologies de l information et de la communication (TIC). Celui-ci compte une petite équipe dont les capacités sont limitées. Bien qu un lien étroit existe depuis quelques temps entre l UPU et la Banque mondiale, suite à la signature par les deux organisations d une lettre d intention pour le développement d actions conjointes en avril 2001, il convient de souligner que la Banque mondiale privilégie le financement de projets liés aux nouvelles technologies et aux services financiers postaux, comme nous le verrons dans la répartition des fonds par secteur. Organisation de la Banque mondiale ESSD Développement durable environnemental et social Finances Lutte contre le blanchiment d argent Banques (SFP) Financement du logement Rapports de crédit Inclusion financière Versements et transfert de fonds DH Développement humain Infrastructure Energie TIC (secteur postal) Pétrole, gaz et secteur minier Transport Développement urbain Eau et santé RPGE Réduction de la pauvreté et gestion économique DS Développement du secteur privé Comme le montre le tableau, la Banque mondiale est une organisation matrice divisée en six groupes de réseau interrégionaux. Chacun de ces groupes de réseau apporte des connaissances dans son secteur, ceux des finances et de l infrastructure étant subdivisés en plusieurs domaines. Ainsi, le secteur postal fait partie du domaine de compétence du département des TIC, au sein de l unité chargée de l infrastructure. Chaque région et chaque groupe de réseau sont dirigés par un vice-président. Le secteur postal est directement lié à deux groupes de réseau: celui de l infrastructure et celui des finances. A la Banque mondiale, les ressources postales se trouvent dans le département des TIC, au sein de l unité chargée de l infrastructure. Cependant, il convient de souligner que seul un petit groupe de personnes se consacre au domaine postal à temps complet.

19 18 Répartition des fonds par région et par secteur Prêts de la BIRD et crédits de l'ida par région/exercice 2010 Pourcentage du total (58,75 milliards d'usd) Asie du Sud Afrique Moyen-Orient et Afrique du Nord Asie de l Est et Pacifique Amérique latine et Caraïbes Europe et Asie centrale Prêts de la BIRD et crédits de l'ida par thème/exercice 2010 Pourcentage du total (58,75 milliards d'usd) Eau, assainissement et protection contre les inondations Agriculture, pêche et foresterie Education Transports Droit, justice et administrations publiques Information et communication Industrie et commerce Energie et mines Finances Santé et autres services sociaux Source: rapport annuel 2010 de la Banque mondiale Les diagrammes ci-dessus montrent la répartition des prêts accordés par des institutions de la Banque mondiale par région et par secteur en Sur le diagramme de droite, on peut observer que les projets portant sur l information et la communication représentent moins de 1% des prêts accordés en En outre, la majorité d entre eux étaient destinés à la communication et aux TIC. Le secteur financier représentait 16% de l ensemble des projets financés l année précédente, soit environ 9,136 milliards d USD. Avec 10,828 milliards d USD d investissement en 2010, le secteur prioritaire est celui du droit, de la justice et des administrations publiques. Ce graphique permet de déterminer les domaines dans lesquels les opérateurs postaux doivent inscrire leurs objectifs. Si le secteur de l information et de la communication représente moins de 1% des prêts et si les opérateurs postaux ne représentent que 1% de l ensemble du secteur, alors le secteur postal doit identifier les domaines dans lesquels il peut contribuer au développement. Le domaine qui s impose est celui des finances, qui représente 16% du prêt total. Il existe des arguments clairs justifiant d inclure les opérateurs postaux dans la réforme financière. Ces derniers devraient par ailleurs considérer le secteur du droit, de la justice et des administrations publiques (18% du prêt total) comme un domaine dans lequel ils pourraient obtenir des financements pour la réforme. Ces domaines en particulier sont ceux dans lesquels les opérateurs postaux doivent élaborer leurs projets en reliant leur propre réforme à celle du droit, de la justice et des administrations publiques. Dans de nombreux pays, des financements ont été accordés à des projets de systèmes de communication et de développement des envois de fonds (VSAT).

20 La Banque mondiale a notamment apporté un soutien technique et financier pour: la création d une banque postale en Azerbaïdjan; le financement d un système de communication VSAT au Sénégal; 19 le développement des envois de fonds au moyen du système IFS de l UPU en Ethiopie, au Gabon, au Kenya et au Mali. Département des technologies de l information et de la communication mondiales Le Département des TIC mondiales est responsable d une grande partie des projets liés au secteur postal. Ses principaux objectifs sont d aider à promouvoir le développement technologique et de faciliter l accès aux TIC dans les pays en développement ainsi que de réformer les secteurs de la communication et les agences de régulation. Ses principales actions consistent: à apporter une assistance en matière de politiques dans le secteur des TIC, y compris pour les télécommunications, la libéralisation, la privatisation et la réglementation, les services liés à Internet, tels que l intégration au réseau, les administrations en ligne et le commerce électronique, ainsi que les services postaux et de transmission; à accorder des prêts aux gouvernements afin qu ils prêtent à leur tour des fonds à des emprunteurs privés pour la création d infrastructures de TIC dans les zones rurales et les zones urbaines défavorisées ainsi qu au sein des réseaux postaux; à octroyer des prêts pour la réalisation de projets innovants et à partager les connaissances relatives aux perspectives de développement qu offrent les TIC. Comment obtenir un financement de la Banque mondiale Comme cela a déjà été précisé plus haut, à l instar de la majorité des organismes et des institutions de coopération internationale, la Banque mondiale négocie directement avec les gouvernements et non avec les opérateurs postaux. Par conséquent, il est nécessaire d obtenir du gouvernement qu il manifeste son intérêt pour la réforme du secteur postal par le biais de ses porte-parole officiels (à savoir, en général, le ministère de la planification ou des finances) et qu il inclue cette réforme dans ses plans de développement. Répartition des montants par secteur en 2010 Agriculture et pêche 2 618,3 Education 4 944,5 Energie et mines 9 925,2 Finances 9 136,6 Santé et autres services sociaux 6 792,0 Industrie et commerce 1 251,3 Information et communication 146,3 Droit, justice et administrations publiques ,2 Transport 9 001,9 Eau, assainissement et protection contre les inondations 4 102,8 Total ,1 Les représentants de la Banque mondiale se rendent ensuite dans le pays afin de définir, avec le gouvernement, les politiques sectorielles et les plans de réforme. Pour créer un contexte favorable, le gouvernement doit élaborer une stratégie globale du secteur en définissant les modalités du service postal universel, la structure du marché et les règles relatives à la concurrence, en mettant en lumière les multiples aspects (financier, technologique, etc.) que l on peut développer par le biais du réseau postal.

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède

JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède JOURNÉE INTERNATIONALE DE L ALPHABÉTISATION 2008 L alphabétisation, le meilleur remède Cette année, la Journée internationale de l alphabétisation mettra l accent sur les liens existant entre l alphabétisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)] Nations Unies A/RES/60/138 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2006 Soixantième session Point 64 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Troisième

Plus en détail

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION

LES OMD EN CHIFFRES. Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION 1 LES OMD EN CHIFFRES Par Raulin Lincifort CADET INTRODUCTION Faisant suite à la Déclaration du Millénaire, le bureau du PNUD en Haïti s est attelé à faire la promotion des Objectifs du Millénaire pour

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme

Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Stratégies et approches du financement pour le climat à long terme Le Canada est heureux de répondre à l invitation, contenue au paragraphe 10 de la décision 3/CP.19, de préparer des rapports bisannuels

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse

Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse Ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse LIGNES DIRECTRICES et CRITERES pour l utilisation des locaux scolaires selon un modèle de site central Fonction Le

Plus en détail

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes.

De par ses actions structurantes, le CLDVG a contribué à renforcer le partenariat entre les divers organismes. Présent dans la Vallée-de-la-Gatineau depuis 1998, le Centre local de développement s est impliqué fortement dans son milieu pour combler les besoins collectifs. De par ses actions structurantes, le CLDVG

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage

Les partis politiques se prononcent sur les enjeux liés aux troubles d apprentissage L association québécoise des troubles d apprentissage (AQETA) profite du déclenchement de la campagne électorale provinciale pour rappeler aux partis politiques l importance de la question des troubles

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail