Responsabilités communes mais différenciées : la juste part du Québec et du Canada?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Responsabilités communes mais différenciées : la juste part du Québec et du Canada?"

Transcription

1 ! Responsabilités communes mais différenciées : la juste part du Québec et du Canada? Raphaël Allard et Mathieu Simard Sous la supervision de Annie Chaloux et Hugo Séguin Note de recherche n 3 Document préparé dans le cadre de la participation à la 17 e Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques 26 novembre au 7 décembre 2012!!!!

2 ! À propos du projet de recherche Ce projet de recherche a été réalisé dans le cadre d un projet académique offert par l École de politique appliquée de l Université de Sherbrooke, permettant à des étudiants de cycles supérieurs de pouvoir participer à titre d observateurs aux Conférences des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui a eu lieu à l automne Sous la supervision d Annie Chaloux, chercheuse-boursière de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC) et chargée de cours à l Université de Sherbrooke, de même qu Hugo Séguin, chercheur invité au Centre d études sur l intégration et la mondialisation et chargé de cours à l Université de Sherbrooke, le projet permet ainsi à ces étudiants non seulement de pouvoir participer à un événement international, mais il contribue en plus à la formation d une nouvelle génération de praticiens sur ces questions importantes pour le Québec et pour le monde. Ce projet en est à sa troisième édition. Cette note de recherche est l aboutissement des travaux effectués par les étudiants, et est diffusée sur le site internet de l Observatoire des politiques publiques de l Université de Sherbrooke, de même que sur le site internet de la CRÉPIC, tous deux partenaires de diffusion du projet.!!! La Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée est d heureuse d agir à titre de partenaire de diffusion pour les recherches menées dans le cadre du projet de recherche portant sur les négociations climatiques internationales. La Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC), dont le professeur Stéphane Paquin est le titulaire, propose deux axes de recherche fondamentaux. Le premier axe de recherche porte sur la relation entre l État et le marché, et plus particulièrement sur la résilience des États, notamment des pays sociaux-démocrates, face à la mondialisation. Cet axe s intéresse à la question de la variété des modèles de capitalisme ainsi qu à la réforme de l État dans les pays de l OCDE. Le deuxième axe de recherche porte sur les négociations internationales, le fédéralisme et la gouvernance à paliers multiples, et plus précisément sur le rôle des États fédérés dans la négociation et la mise en œuvre de traités internationaux, surtout ceux qui concernent le commerce et les changements climatiques.! ii

3 RESPONSABILITÉS COMMUNES MAIS DIFFÉRENCIÉES : LA JUSTE PART DU QUÉBEC ET DU CANADA? Par Raphaël Allard Candidat à la maîtrise en études politiques appliquées, Université de Sherbrooke Mathieu Simard Candidat à la maîtrise en études politiques appliquées, Université de Sherbrooke Résumé Peu de temps avant le début officiel de la Conférence des Parties de Doha, la Banque Mondiale a publié un rapport des plus alarmants. Le rapport Turn Down the Heat de la Banque mondiale a réitéré la véritable urgence d agir concernant les changements climatiques en indiquant qu au rythme où vont les choses, la Terre se dirige vers un réchauffement climatique de l ordre de quatre degrés. Paradoxalement, les Parties tentent actuellement de s entendre, à travers les négociations internationales, sur des mesures d atténuation pour maintenir en deçà de deux degrés Celsius le réchauffement planétaire. Un écart aussi marqué entre les pourparlers officiels et la situation factuelle n a rien pour diminuer les inquiétudes. Tous s entendent pour dire que les négociations doivent rapidement aboutir à un texte à valeur contraignante présentant une architecture équitable, une universalité d application et reflétant la situation contemporaine de toutes les Parties. Le présent document se veut une mise en lumière des principaux développements qu a connus l un des piliers de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, à savoir celui des responsabilités communes, mais différenciées et capacités respectives. D une part, les auteurs présenteront un bref historique de l évolution qu a connu le principe depuis 1992 pour ensuite énumérer les alternatives au principe et finalement, appliquer des modèles recensés de calcul de la juste part à la situation québécoise et canadienne. Parmi les modèles diversifiés, les auteurs ont dirigé leur attention vers deux modèles, soit le modèle de calcul per capita et le GreenHouse Development Rights (GDR). Après analyse, ils ont pu convenir de la pertinence et du caractère actuel du GDR, sans toutefois être en mesure de quantifier la réelle juste part du Québec, en raison de l absence des données requises. École de politique appliquée Chaire de recherche du Canada en économie 2500 boul. de l Université politique internationale et comparée Sherbrooke (Québec) J1K 2R1 4750, Henri-Julien, 5 e étage Montréal (Québec) H2T3E5 Ne pas citer sans autorisation Version non corrigée! iii

4 RESPONSABILITÉS COMMUNES MAIS DIFFÉRENCIÉES : LA JUSTE PART DU QUÉBEC ET DU CANADA?! Par Raphaël Allard Mathieu Simard Introduction «Je considérais cette diversité de sectes qui règnent sur la Terre, et qui s accusent mutuellement de mensonge et d erreur; je demandais : Quelle est la bonne? Chacun me répondait : C est la mienne», écrivait Rousseau en Trois-cent-cinquante ans plus tard, à l aube d un nouvel accord devant succéder au Protocole de Kyoto, on ne peut que constater la diversité des voix, des réalités et la complexité entourant les négociations climatiques internationales. Et encore une fois, les consensus ont relevé de l exception à l automne dernier dans les salles de réunion du Centre de conférence de Doha. S il n existe qu un élément parvenant à rassembler, depuis 2011, l ensemble des acteurs annuellement réunis pour discuter changements climatiques, c est bien la fin d une vision dualiste du monde, divisant ses parties en deux groupes, désormais hétérogènes. Inutile de perpétrer une conception binaire du monde, disent les quelque 190 Parties sous la gouverne de la Conventioncadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il est impossible de représenter avec acuité le contexte mondial, de New York à Mumbai, qu avec deux blocs uniformes, clament-ils. Or, pour l heure, les annexes prévues par le texte de 1992 structurent toujours l effort collectif dans la course pour maintenir en deçà de deux degrés Celsius la hausse de la température de la planète, tel que recommande le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'évolution du Climat (GIEC). Et si la modification ou la suppression des Annexes fait consensus au sein de l organe onusien, c est sur l architecture du nouveau régime que se butent les Parties. Mort aux annexes, ont convenu le Nord et le Sud, mais comment les remplacer et s assurer que chaque Partie mette l épaule à la roue de façon équitable? Là réside l épineuse question d où émergent les tensions dans les pourparlers. La secrétaire générale de la CCNUCC, Christiana Figueres, rappelait d ailleurs, le 4 décembre 2012, à l occasion d une conférence en marge de la Conférence des Parties à Doha, qu un prochain accord devrait! 1

5 «s appliquer à tous, être construit sur la base de l équité et cohérent avec les recommandations scientifiques». 1. Problématique Le principe de Responsabilités communes mais différenciées et de capacités respectives (RCMD&RC) a été énoncé dans un contexte politique et économique qui semble aujourd hui révolu. La complexité des négociations climatiques internationales et des enjeux dont elles traitent affectent le développement d un consensus international en telle matière. Au contraire, les Parties, consciemment ou non, ralentissent considérablement le rythme des différentes négociations en fondant leurs prétentions sur des «définitions» de concept leur étant spécifiques. Ainsi, il est illusoire de croire que des principes ou des engagements volontaires de la part des différentes nations pourront être mis de l avant en l absence de concepts juridiques clairement établis et définis dans leur application. De plus, à l heure où la lutte aux changements climatiques apparaît comme un obstacle au développement économique, il est difficile de rallier tous les acteurs à un discours inclusif. Un rapprochement entre ces deux concepts doit s opérer pour que naissent des engagements politiques clairs. Il s avère donc pertinent d analyser la réelle portée du RCMD&RC et de vérifier si ce concept témoigne, encore aujourd hui, d une pertinence pratique. À ce titre, il apparaît par exemple inconcevable que le deuxième pays émetteur de GES au niveau mondial, les États- Unis 1, ne soit pas lié par un accord juridiquement contraignant 2. Une réinterprétation d un des piliers principaux de la Convention doit donc être réalisée, à savoir celui des responsabilités communes, mais différenciées et capacités respectives (RCMD&CR). S impose alors l étude d alternatives qui refléteraient avec justesse la situation mondiale du moment et permettraient une division équitable de l effort collectif dans la lutte aux changements climatiques. Le Canada, tout comme les pays ayant ratifié la CCNUCC, est appelé à se 1 PBL Netherlands Environmental Assessment Agency, China now in no.1 in CO2 emissions ; USA in second position. [En ligne], (Page consultée le 8 novembre 2012). 2 GAGNON-LEBRUN F. (sous la dir de), Guide des négociations, Résumé pour les décideurs, La Conférence de Doha : une étape charnière vers une nouvelle ère des négociations, Institut de l Énergie et de l Environnement de la Francophonie (IEPF), Québec, 2012, p. 5! 2

6 positionner sur l instrumentalisation du concept de RCMD&CR afin que le prochain accord contraignant, négocié sous la Plateforme de Durban, reflète sa «juste part». 1.1 Question de recherche Parmi les modèles de calcul de la «juste part» des États dans la lutte aux changements climatiques actuellement sur la table, lequel ou lesquels sont compatibles avec les négociations internationales du moment et que signifieraient de tels mécanismes de calcul pour le Québec et le Canada? 1.2 Méthode Nous avons convenu d une méthode basée sur plusieurs analyses qualitatives qui nous permettra de répondre à notre question de recherche. Dans un premier temps, à la lumière de notre revue de littérature et grâce aux informations recueillies lors de différents événements parallèles et de rencontres officielles organisées à l occasion de la CdP18 3, nous recenserons différents modèles d instrumentalisation du concept de RCMD&CR proposés par des scientifiques, des acteurs gouvernementaux ou non gouvernementaux. Ces modèles de calcul de la «juste part» des Parties seront ensuite soumis à une grille d évaluation, qui nous permettra de faire ressortir des approches distinctes, pertinentes aux réalités canadienne et québécoise. Celles-ci, en plus d être présentées de façon détaillée, seront appliquées à la situation du Québec et du Canada, afin de déterminer leur responsabilité respective. Ladite grille se basera sur l évolution récente des négociations et sera construite selon des facteurs permettant de juger de l acceptabilité politique des modèles suggérés. Elle nous offrira l opportunité de conclure à la probabilité ou de l improbabilité d une éventuelle mise en œuvre des scénarios recensés. Les positions officielles et jugées pertinentes de certaines Parties, que nous ont livrées des délégués présents à la CdP18, seront aussi exposées. Celles-ci auront été recueillies à travers diverses entrevues, rencontres et allocutions publiques et permettront de mettre en lumière l engouement généralisé ou le désintérêt pour certains modèles. Par la suite, nous procèderons à l application concrète des modèles retenus aux cas du Québec et du Canada. À l aide des données du recensement de 2011, effectué par Statistique Canada, nous serons en mesure d isoler les données nécessaires au calcul de la «juste part» québécoise et canadienne. Ces 3 La CdP18 a eu lieu du 26 novembre au 7 décembre 2012, à Doha, au Qatar.! 3

7 efforts équitables se traduiront par des indices de responsabilités ou des quotas d émissions de GES par pays ou par État fédéré, selon le type d instrumentalisation choisi. 1.3 Restreindre le corridor de recherche Le principe de RCMD&CR étant imbriqué au sein de plusieurs enjeux des négociations climatiques internationales, son application sera, dans le cadre de ce travail, restreinte aux émissions de GES. Dans un souci de concision, nous n aborderons pas les aspects du transfert de technologies et du financement, qui sont, nous en sommes conscients, inhérents au principe et à ses potentielles opérationnalisations. La prise en compte de tous les domaines où le principe peut être traduit nous éloignerait dangereusement des visées de ce travail. 2. L évolution du concept de RCMD&CR Le principe de Responsabilités communes mais différenciées et capacités respectives (RCMD&CR) semble être l objet de continuelles discussions depuis son introduction, il y a 20 ans. Une fois l an, alors que certains acteurs tentent de se départir de ce concept, d autres s efforcent à démontrer sa raison d être. On assiste aussi à moult tergiversations quant à une signification actuelle. Ainsi, à l aube d un accord post-kyoto, les mentions faites au principe de RCMD&CR sont nombreuses et les tentatives pour lui conférer une connotation nouvelle, ne sont pas isolées. Voici donc un aperçu des discussions entourant le concept depuis Mention dans la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques Le principe de RCMD&CR est né des conclusions du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992). Il a été mis par écrit dans la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ouverte à la signature en juin 1992, à la suite du sommet. Il s agissait alors d une première tentative de construction d un cadre global de l effort intergouvernemental dans la lutte aux changements climatiques. La CCNUCC est entrée en vigueur le 21 mars Il est question du principe de RCMD&CR à l article 3 de ladite convention. Par ce dernier, il est donc convenu, par l ensemble des Parties ayant ratifié la CCNUCC, qu une échelle de responsabilités existe. 4 UNFCCC (United Nations Framework for Climate Change), État des ratifications de la Convention-cadre, [En ligne], (Page consultée le 18 décembre 2012).! 4

8 Cependant, il est intéressant de soulever que la CCNUCC ne contient aucune référence aux «responsabilités historiques» des pays développés. La responsabilité historique fait référence à la contribution passée des pays industrialisés à l augmentation de la concentration de GES dans l atmosphère. Pour plusieurs Parties, dont l Inde et le Brésil, cette «dette carbone» qu on contracté les pollueurs de longue date doit se traduire en d importantes obligations de réduction des GES 5. Les pays qui ont été parmi les premiers à connaître un essor industriel contribuent depuis plus longtemps aux changements climatiques et leur responsabilité s en retrouve donc accrue. D ailleurs, la Convention reconnaît leur situation particulière et exhorte ceux qui en ont les moyens les pays inscrits à l Annexe 1 de s acquitter d obligations spécifiques, certaines envers les pays moins développés, dont une aide financière nouvelle et additionnelle. Ainsi, au regard de la Convention, seules les notions d équité, de responsabilités et de capacités sont mentionnées. 2.2 Évolution au fil des Conférences des Parties (CdP) Bref historique En dépit d un état d urgence mis de l avant par le GIEC 6 et d un réel ralentissement dans les pourparlers internationaux, la dernière décennie a pu voir naitre un premier consensus sur la scène internationale. De leurs positions officielles, bon nombre de Parties ont reconnu que le contenu obligatoire des mesures prévues à la Convention était désormais dépassé 7. Avant même d aborder le principe en soi, tel qu il apparaît dans la Convention, il convient d expliquer en quelques mots le contexte d inégalités économiques dans lequel elle s insère. Des disparités importantes qui existaient à l époque perdurent encore aujourd hui en ce qui a trait à l accès aux ressources et au développement. C est donc dans un contexte où le développement 5 DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat, à la veille de la Conférence de Doha, Institut de l Énergie et de l Environnement de la Francophonie (IEPF), Québec, 2012, p GIEC, 2007: Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d évaluation du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat [Équipe de rédaction principale, PACHAURI, R.K. et A. REISINGER (publié sous la direction de)]. GIEC, Genève, Suisse, à la p.2 7 DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] p.23-24! 5

9 durable se présente comme une contrainte au développement économique qu il importe de prévoir un régime à géométrie variable 8. Certains pourraient être tentés de croire que cette notion de «traitement différencié» a été officialisée par l entremise de la Déclaration de Rio sur l environnement et le développement 9 (ONU, 1992), même si un tel concept prévalait déjà en 1972 dans la sphère économique, au temps du nouvel ordre économique mondial (NOEI) 10. À l époque, les pays en développement soutenaient qu un traitement différencié devait être mis en place, jouant ainsi le rôle de norme dérogatoire au droit international commun 11. Issu majoritairement du domaine du droit international, le principe de RCMD&CR se présente comme un véritable pilier de la Convention et du Protocole de Kyoto un accord international lié à la Convention qui engage ses Parties envers des objectifs contraignants de réduction des émissions 12 - à partir duquel les Parties établissent leurs plans d action. Difficilement catégorisable et définissable sous l angle du droit international, le statut juridique du principe de RCMD&CR demeure on ne peut plus ambigu. Alors que certains soulignent ses origines de soft-law, d autres précisent 13 néanmoins qu il ne présente pas l élément normatif nécessaire pour pouvoir acquérir le statut de principe coutumier : la coutume étant une façon pour que le droit international s impose aux Parties ayant ratifié un traité international 14. Au-delà des différents débats sur sa nature, le principe continue, encore à ce jour, à influencer les positions des Parties. Malheureusement, il semble contribuer également à la lenteur des négociations et à leur nivellement vers le bas. Partant de cette prémisse, il convient d étudier l évolution du concept, tentant du même coup de comprendre les intérêts des Parties en cause Discussions entourant l élaboration de la Convention-Cadre (1992) 8 LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes mais différenciées à Rio, Kyoto et Copenhague Essai sur la responsabilité de protéger le climat. Tiré de la Revue Études internationales, volume XLI, Texte rédigé à l occasion du Sommet de la Terre énumérant les 27 principes en lien avec le développement durable. 10 LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p UNFCCC (United Nations Framework for Climate Change, Le Protocole de Kyoto, [En ligne], (3 janvier 2013). 13 RAJAMANI L., Differentiated Treatment in International Environmental Law, Oxford, Oxford University Press. 14 MERCURE, Pierre-François, Droit international public, recueil de cours, Faculté de droit, Université de Sherbrooke, hiver 2011.! 6

10 Le Sommet de la Terre, influencé par le contexte sociopolitique de son époque, a eu pour effet de dessiner les contours d un accord visant à concilier le développement économique des États et la prise en compte des réalités environnementales. Tous s entendent qu une attention doit être portée aux effets anthropiques qui pèsent sur la qualité de l environnement 15. Dans un tel contexte, rares sont les pays officiellement réfractaires à ce «consensus» largement répandu sur l échiquier politique international. La Déclaration de Rio (1992) a fait ressortir, quant à elle, différents principes dont notamment, celui de responsabilités communes, mais différenciées, des capacités respectives et de l équité 16. Tous trois seront appelés à plus ou moins long terme à structurer le prochain accord international. Afin de comprendre la réelle signification du concept de l époque, il faut porter une attention particulière au choix des termes inscrits au principe 7. Les États doivent coopérer dans un esprit de partenariat mondial en vue de conserver, de protéger et de rétablir la santé et l'intégrité de l'écosystème terrestre. Étant donné la diversité des rôles joués dans la dégradation de l'environnement mondial, les États ont des responsabilités communes mais différenciées. Les pays développés admettent la responsabilité qui leur incombe dans l'effort international en faveur du développement durable, compte tenu des pressions que leurs sociétés exercent sur l'environnement mondial et des techniques et des ressources financières dont ils disposent. Il ressort de cela que la responsabilité commune, telle que spécifiée, fait appel à une protection de tous, vis-à-vis un bien commun 17, à savoir l environnement. Bien que chaque pays puisse développer ses ressources comme il l entend en fonction du principe international de souveraineté -, il existe, par l entremise de la CCNUCC, un tempérament, quoique non contraignant, à ce droit 18. Ce faisant, bien que les parties signataires reconnaissent la nécessité de protéger l environnement, elles ne se sont pas engagées à respecter des standards quantitatifs. Il demeure donc loisible aux États d exploiter, d une façon souveraine, leurs ressources naturelles sans avoir à effectuer une reddition de compte en vertu de la CCNUCC. La différenciation, quant à elle, est commandée par un impératif de distinction et de prise en compte des inégalités qui existent entre les Parties 19. Une égalité de traitement et une universalité 15 ONU (Organisation des Nations Unies) 1992a, Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, 9 mai, 1771 RTNU LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p HONKONEN, Tuula (2009). The principle of common but differentiated responsibility in post-2012 Climate Negotiations. RECIEL 18 (3) Pp. 257 et ss. 18 LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p.11! 7

11 obligatoire apparaissent donc à l époque comme étant inacceptables 20. Il doit impérativement y avoir une distinction dans la portée des obligations pour les pays en développement en fonction de leurs réalités respectives 21. De nos jours, plusieurs remettent en question le processus décisionnel actuel et les concepts fondateurs de la CCNUCC, ou mettent l accent sur d autres impératifs Discussions jusqu à l entrée en vigueur du Protocole de Kyoto (2005) À l occasion de la troisième Conférence des Parties qui s est déroulée en 1997, à Kyoto, au Japon, le Protocole de Kyoto (PK) a été rédigé par les Parties inscrites à la Convention-cadre 23. En harmonie avec les principes qui sont édictés dans la Convention, le Protocole se conforme au traitement différencié et en clarifie même les pourtours. L édification d Annexes répond à ce besoin de différenciation. Il est convenu alors que certains pays (pays de l Annexe 1) devront avoir des cibles d engagement et que d autres se verront exonérés de telles obligations 24. Alors que certains applaudissent un tel accomplissement, d autres 25 sont plutôt d avis que le Protocole de Kyoto est «economically inefficient and politically impractical 26». Même si un des points de départ de la CCNUCC consiste en l universalité de la responsabilité, c est «la différenciation des responsabilités qui devait en assurer l efficacité» selon bon nombre d auteurs 27. Les années avancent et il n y a toujours pas d entrée en vigueur du Protocole de Kyoto. Il ne prendra effet qu en Or, au cours de cette période, l on assiste à la transformation des relations économiques internationales. Des pays autrefois qualifiés de «pays en 20 DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p ONU (Organisation des Nations Unies) 1992a, Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, 9 mai, 1771 RTNU 107. Préambule. 22 SIMARD, Mathieu. Entrevue avec Kareem N. Saleh, Doha, Qatar, 7 décembre 2012, Entrevue (30 minutes). 23 BÖHRINGER, Christoph et Micheal FINUS (2005). The Kyoto Protocol : Success or Failure? Document préparé pour le compte du Centre for European Economics (ZEW). À la p ONU (Organisation des Nations Unies) 1997, Protocle de Kyoto à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, 11 décembre, 2303 RTNU 147. Référence à l article BÖHRINGER, Christoph et Micheal FINUS (2005). The Kyoto Protocol : Success or Failure? [..] à la p MCKIBBIN, W.J. and P.J. WILCOXEN (2002), The Role of Economics in Climate Change Policy, Journal of Economic Perspectives 16(2), à la p ZEN Ruggero, 2009, Changements climatiques et gouvernance mondiale : Enjeux et perspective des engagements post Essai de maîtrise, Institut québécois des hautes études internationales. Université Laval, Québec.! 8

12 développement» gagnent désormais le titre de pays dits émergents en raison de la transformation de leur économie dans les dix dernières années 28. Cette période dans la littérature est décrite comme en étant une de tensions entre les pays développés 29. Ainsi, c est davantage l interaction entre différents États, notamment le bras de fer États-Unis/Union européenne, qui se voit accorder une place prépondérante dans les négociations 30. De par le poids économique et environnemental grandissant de la Chine, les États-Unis trouvent alors un nouvel opposant de qui il attend une plus grande coopération en matière de lutte aux changements climatiques 31. À ce titre, il importe de souligner la résolution Byrd-Hagel 32 du Sénat américain qui mentionne «qu une participation significative des pays en développement est une condition sine qua non à la ratification des États-Unis au Protocole 33». En 2005, plus de huit ans après la signature du Protocole de Kyoto, l entente entre finalement en vigueur. Certains ont ainsi soulevé la reconnaissance officialisée de la situation particulière des pays en développement dans le Protocole de Kyoto, notamment par l entremise de différents groupes de travail. D autres ont ajouté que, malgré ses faiblesses, le Protocole faisait figure de proue en utilisant des mécanismes basés sur le marché afin de rejoindre certaines cibles environnementales Discussions Cette période a été caractérisée par les tensions politiques sur les cibles d engagement et sur le niveau d ambition 35. Le Plan d Action de Bali (2007) a fait place à un discours plus inclusif, qui tend à effacer une division uniquement basée sur les Annexes. En période post-bali, le principe de RCMD&CR a été perçu comme un élément important à soutenir dans les négociations afin d assurer leur viabilité. L idée d augmenter les obligations des différents pays en développement 28 LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p LAVALLÉE, Sophie (Mars 2010). Le principe de responsabilités communes [ ] à la p BODANSKY D. 2010, The Copenhaguen Climate Change Conference. A post-mortem. University of Georgia School of Law. 12 février. [En ligne] (Page consultée le 6 novembre 2012) 31 SIMARD, Mathieu. Entrevue avec Kareem N. Saleh, Doha, Qatar, 7 décembre 2012, Entrevue (30 minutes). 32 BYRD-HAGEL RESOLUTION, US Senate, 12 June 1997, 105 th Congress, 1 st Session, Senate Resolution 98) 33 BÖHRINGER, Christoph et Micheal FINUS (2005). The Kyoto Protocol : Success or Failure? [...] à la p BÖHRINGER, Christoph et Micheal FINUS (2005). The Kyoto Protocol : Success or Failure? [ ] à la p HONKONEN, Tuula (2009). The principle of common but differentiated responsibility [ ] à la p. 262.! 9

13 a commencé à germer dans l esprit collectif. Pour certaines Parties, dont la Chine, le développement d une «vision commune», comme l a proposé la feuille de route de Bali, doit passer inévitablement par le filtre de l équité 36. Bien qu un consensus émane avant Copenhague au sujet de la limite supérieure de hausse des températures, la quinzième Conférence des Nations Unies a échoué à déterminer comment répartir le fardeau de l atteinte de l objectif commun 37. Plus tard, les Accords de Cancún (2010) entretiennent les mêmes lignes de faille entre les pays développés et les pays émergents déjà relevées à Copenhague, un an plus tôt. À Durban (2011), les pays développés ont continué leur effort de persuasion pour que les pays émergents se voient ultimement liés par des cibles d engagement, tandis que les pays en développement ont exigé de la part des grands émetteurs un plus grand soutien financier et technologique Doha Bien avant le début officiel de la Conférence des Parties à Doha, au Qatar, le Canada a officiellement été le premier et le seul pays à se retirer du Protocole de Kyoto 39, prétextant des exigences de réduction trop considérables. Une autre ombre au tableau s ajoute en mai dernier quand les États-Unis formulent la demande d enlever toute référence au principe de RCMD présente dans le document provisoire qui allait voir le jour dès Rio Par ailleurs, ce discours semble pour le moins incohérent avec les propos tenus un de leurs négociateurs principaux, Kareem N. Saleh, à l occasion d un entretien privé réalisé en décembre dernier à Doha, au Qatar, au cours duquel il a confirmé officiellement la reconnaissance du principe de RCMD tout en arguant avec intensité de ne pas oublier l importance qu a l élément des «capacités respectives 41». La Conférence de Doha, sous une présidence passive et fortement critiquée 42, n a pas formulé 36 BÖHRINGER, Christoph et Micheal FINUS (2005). The Kyoto Protocol : Success or Failure? [...] à la p BODANSKY D. 2010, The Copenhaguen Climate Change Conference. A post-mortem [ ] à la p GAGNON-LEBRUN F. (sous la dir de), Guide des négociations: Résumé pour les décideurs [ ] à la p L annonce du retrait officiel a eu lieu le 12 décembre THIRD WORLD NETWORK, Common but differentiated resposabilities under threat. TWN Update on Sustainable Development Conference. 8 juin SIMARD, Mathieu. Entrevue avec Kareem N. Saleh, Doha, Qatar, 7 décembre 2012, Entrevue (30 minutes). 42 MOLESWORTH, Simon, 14 décembre Where is the leadership at COP18? [En ligne] (Page consultée le 19 décembre 2012)! 10

14 toutes les avancées espérées. Plusieurs auraient aimé assister à la démonstration d un leadership des pays développés et de précisions sur la nature du futur accord, mais il n en reste pas moins que Doha n était qu une conférence transitoire ayant pour but d avancer sur une trajectoire particulière L équité à la rescousse? Où en est rendu le concept? Bien que les Parties soient conscientes de la nécessité de convenir d une conception commune de l équité afin d en faire un élément central du projet accord qui succédera à Kyoto, personne n a à ce jour proposé une définition qui a su ravir l ensemble des Parties. Les sessions informelles de Bonn et de Bangkok en 2012 ont d ailleurs révélé de profondes divergences sur ce que recouvre le terme d équité et sur ce que le recours à ce concept engendre. La définition même de l équité ne fait pas consensus 44. La déclaration publiée à l issue de la 12 e réunion ministérielle sur les changements climatiques faisait aussi état de l urgence pour les Parties de se rallier autour d une même vision de l équité. «Un engagement sérieux et le travail de fond sont nécessaires pour parvenir à un accord et finaliser les négociations sur les questions non résolues prescrites par le Plan d action de Bali, telles que l équité», peut-on lire dans le document 45. À la Conférence de Durban de 2011, l Inde a parlé de l équité comme d une norme directrice à l acceptation du prochain traité qui serait effectif en Peu défini à ce jour, plusieurs auteurs, dont Pierre Radanne 47, soutiennent que le concept d équité sera à la base d un prochain accord et qu il pourrait clarifier les réelles obligations des Parties en cause. De son opinion, le réel défaut du Protocole de Kyoto a été l absence d un 43 IISD (International Institute for Sustainable Development), Résumé de la Conférence de Doha sur le changement climatique : 26 novembre 11 décembre Bulletin des Négociations de la Terre, Volume 12, No DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p BASIC, Déclaration conjointe des pays inclus au groupe de négociations, Réunion ministérielle sur les changements climatiques, présentée à Brasilia, Brésil, septembre à la p DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p Pierre Radanne est un expert dans les politiques énergétiques nécessaires à la lutte contre le changement climatique et actuel fondateur de Futur Facteur 4. Il travaille également, à partir de 1997, comme directeur adjoint du cabinet de Dominique Voynet au Ministère de l Aménagement du Territoire et de l Environnement.! 11

15 fondement rationnel aux positions politiques 48. Une attention doit être accordée à la définition des concepts, avant d engager une discussion sur l application et la mise en œuvre de ces mesures. 4, Les modèles recensés 4.1 GreenHouse Development Rights Le GreenHouse Development Rights s articule principalement autour d une participation relative de la population à l effort qui est en fonction d un seuil de pauvreté. Il y aurait donc exemption pour les personnes devant vivre avec moins d un montant X par jour. La méthode de calcul est assortie d un facteur de responsabilité historique, qui varie selon l année de référence retenue. Il y aurait trois années repères dans la proposition, soit 1990, 1950 ou 1750, derrière le modèle (BAER P., KARTHA S. et ATHANASIOU T., 2009). L attrait pour ce modèle relève principalement du fait qu il tient compte de l évolution démographique et de l essor d une classe moyenne et riche dans les pays en développement. Le GreenHouse Development Rights fait aussi abstraction du concept d Annexes. Ce modèle, développé par des chercheurs du Stockholm Environment Institute et le groupe de réflexion EcoEquity, tente de préserver le droit au développement des pays «au moyen d'un seuil de développement un niveau de bien-être en dessous duquel les gens ne devraient pas partager les coûts de la transition climatique» 49. Les auteurs ajoutent que la population vivant sous ce seuil ne contribue que très peu aux émissions de GES. Le GreenHouse Development Rights calcule la «capacité d agir des pays», définie par la somme des revenus individuels d une population, en excluant les personnes qui n atteignent pas ce seuil de développement. Selon le modèle par exemple, aux États-Unis par exemple, la presque totalité de la population contribuerait à la «capacité d agir», tandis qu en Inde, seule une très faible proportion d habitants y participeraient. S ajoute à cet indice la responsabilité des Parties, qui se traduit par le cumul de tous les GES émis depuis une année de référence, laquelle n est toujours pas déterminée. Cette responsabilité 48 ALLARD, Raphaël. Entrevue avec Pierre Radanne, Doha, Qatar, 5 décembre 2012, Entrevue (30 minutes). 49 KARTHA S., ATAHNASIOUI T. et BAER P., The North-South divide, equity and development The need for trust building for emergency mobilisation, dans What Next, Climate, Development and Equity, What Next Forum, Uppsala, 2012, à la p. 55.! 12

16 ne comprend pas les émissions attribuables aux individus vivant sous le seuil préalablement déterminé. Les mesures de capacités d agir et de responsabilité sont ensuite combinées en un indicateur d obligation appelé Responsability Capacity Index (RCI). Les concepteurs du modèle prétendent que cet indicateur «protège les pauvres du fardeau environnemental» grâce à la prise en considération d un seuil de développement. À ce sujet, il serait tout à fait réalisable pour les Parties d opérationnaliser ce seuil à une échelle nationale en taxant les individus en fonction de leur revenu. 4.2 Indice de développement humain L indice de développement humain (IDH) est une mesure du développement, reconnue et utilisée par les Nations Unies, qui se base sur une synthèse des indicateurs d espérance de vie, de niveau d études et de revenu 50. Plusieurs militants environnementaux soutiennent que cet indice pourrait servir de fondation à une méthode consensuelle de calcul de la juste part d une Parties dans la lutte aux changements climatiques. L IDH sert aujourd hui de cadre de référence au développement économique et social d un pays, d une nation ou d un groupe de personnes. 4.3 Indicateur Rio+20 À l été 2012, la déclaration finale du Sommet Rio+20 a fait mention de la nécessité de créer un nouvel indice pouvant faire état de la différenciation qui doit exister entre les Parties. Le besoin d un nouveau critère afin «d adopter des mesures plus larges du progrès en complément au Produit intérieur brut» 51 est formulé en son paragraphe 38. La déclaration confie donc à la Commission de statistique du Secrétariat de l Organisation des Nations unies le mandat de se pencher sur la création de cet indice qui devra se révéler un indicateur fidèle reposant sur des «informations plus complètes». Cependant, la communauté internationale attend toujours que ledit indicateur soit créé. 4.4 Émissions per capita* 50 PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), Notes techniques: Rapport de développement humain Durabilité et Équité : un meilleur avenir pour tous. New York, CCNUCC (Convention-cadre sur les changements climatiques), Déclaration finale de Rio+20 : The Future We Want à l occasion d une conférence sur le développement durable. Brésil, juin 2012.! 13

17 Le modèle de calcul per capita consiste en un quota d émissions de GES allouées en fonction du nombre d habitants d une Parties. Cette approche, qui brise le système de division des Parties selon des annexes, est promue par le BASIC 52. * Le modèle per capita comprend une multitude de variantes. Il peut être combiné à plusieurs facteurs, comme le Produit intérieur brut (PIB) ou prendre en considération certaines contraintes géographiques, dont les besoins en chauffage des pays nordiques. 4.5 Émissions per capita plus (Cumulative per capita) Le modèle d émission per capita plus n est en fait qu une version bonifiée du calcul des émissions per capita. Il y ajoute simplement une dimension historique, avec la prise en considération des émissions antérieures. Le calcul demeure le même, mais s effectue en utilisant le cumulatif des émissions de GES depuis l année de référence choisie. Cette approche est entre autres préconisée par des analystes chinois Approches marginales Des initiatives marginales émergent ici et là, proposant de nouvelles expressions du principe de RCMD&CR. Les acteurs à l origine des ces alternatives mettent souvent de l avant des méthodes informelles ou l entraîne prime. Ces modèles sont cependant reproduits à petite échelle ou n incluent que des acteurs laissés pour compte à la table des négociations en raison du faible poids de leur voix dans les négociations internationales. On y compte notamment des partenariats bilatéraux entre certains acteurs, des mécanismes financiers, comme une fiscalité sur l énergie ou sur le transport aérien 54 et une cible de réduction de l intensité carbone en fonction de la production du pays Application pratique Le cas du Québec et du Canada Parmi les nombreux modèles présentés, deux retiennent notre attention compte tenu de l engouement suscité pour ceux-ci sur la scène internationale. De par sa facilité d application, le 52 DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p WENYING J. et al, Long-term Climate Change Mitigation Target and Carbon-Permit Allocation [ ] à la p DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p DIAZ E., RADANE P., BEDOY G. et CHÉRON M., Notes de décryptage des Négociations Climat [ ] à la p. 14.! 14

18 modèle per capita se présente comme une option potentielle à moyen terme. Il est de plus préconisé par un des groupes à la table des négociations les plus importants, à savoir le BASIC 56, ce qui lui procure un caractère incontournable. Le BASIC, plus particulièrement le Brésil et l Inde, exhortent les Parties à se rallier derrière ce modèle, puisque de leur avis, celui-ci permet un reflet plus juste de la situation actuelle mondiale. Les pays en développement étant majoritairement plus populeux, une approche per capita leur concède ainsi un droit au développement plus étendu 57. Or, considérant le peu de réceptivité de la part des pays développés à l égard du concept de responsabilité historique, nous considérons que la formule «per capita plus» n est pas une solution réaliste aux dissensions présentes dans les négociations. Un futur accord contraignant se doit d être applicable à tous, et l ajout d une dimension historique au calcul per capita des émissions de GES serait susceptible de faire tomber tout éventuel accord 58. Qu en est-il de cette méthode de calcul en relation avec le profil énergétique du Québec? En fonction d une utilisation responsable des énergies renouvelables et d une faible émission globale de GES, le Québec aurait tout avantage à se rallier à un tel calcul de la juste part. En effet, avec une référence de 10.4 tonnes 59 par habitant en 2009 par opposition à l Alberta et ses 63.7 tonnes le Québec présente une situation aussi enviable que respectable. En comparaison avec les États considérables de New York et de la Californie, le Québec se classe premier, notamment en fonction des objectifs de réduction tels qu ils apparaissent dans son récent Plan d action sur les changements climatiques. En ce qui concerne le Canada, celui-ci ne pourrait être tenté de suivre cette perspective que dans l unique mesure où aucune référence à la responsabilité historique ne serait prévue. En effet, en utilisant les mêmes données que celles utilisées pour le Québec, il est possible de convenir que le Canada à une référence de tonnes par habitant. Et si le Québec est exclu 56 GAGNON-LEBRUN F. (sous la dir de), Guide des négociations: Résumé pour les décideurs [ ] à la p BASIC Experts (2011). Equitable access to sustainable development : contribution to the body of scientific knowledge. BASIC expert group: Beijing, Brasilia, Cape Town and Mumbai. 58 Les États-Unis et plusieurs pays développés refusent la prise en considération d une telle responsabilité 59 QUÉBEC (Province), MINISTÈRE DES FINANCES. Budget : Québec and climate change : A greener economy. Éditeur officiel du Québec, 2012, à la p.3 60 QUÉBEC (Province), MINISTÈRE DES FINANCES. Budget à la p. 3.! 15

19 du calcul, ce chiffre grimpe ainsi à 23,5 tonnes, ce qui correspond à plus du double de la situation québécoise. Nous avons également retenu le modèle Greenhouse Development Rights, puisque nous sommes d avis qu il s agit d une proposition qui pourrait être bien reçue tant du côté des pays industrialisés que des pays en développement. De plus, nous croyons que l élimination de sa dimension historique pourrait inciter le Nord à adopter le modèle. La prise en compte des émissions historiques prévue par les théoriciens pourrait simplement être abandonnée afin d aider les pays développés à mieux accepter ce modèle. Le modèle Greenhouse Development Rights est d autant plus susceptible d acceptabilité au sein des États membres de la CCNUCC qu il permet une différenciation entre les pays émergents dont le BASIC et les PMA, conformément aux volontés du Plan d Action de Bali 61. Ses créateurs affirment d ailleurs avoir conçu ce nouveau modèle en ayant en tête le principe d équité inscrit à Convention-cadre. Il faut aussi préciser que le Greenhouse Development Rights est une des rares approches qui prend en considération l émergence d une classe sociale riche et d une classe moyenne dans les pays non compris dans l Annexe 1, et dont le niveau d aisance est suffisant pour participer à l effort pour le climat. On peut donc affirmer que la diversité des situations sociales dans les pays n est pas laissée pour compte avec cette approche. Aussi, les résultats, transposés en pourcentage de l effort dont chaque pays est responsable, sont qualifiés de «dynamiques» par les concepteurs du modèle. L indice qu ils réussissent à produire tient compte de l évolution des situations nationales des Parties au fil des ans. Ainsi, d après un outil de calcul disponible en ligne 62, il est possible de constater que la Chine, qui est responsable pour 6,61 pour cent du fardeau climatique en 2013, le sera pour 22,04 pour cent en 2030, d après les courbes de prévision construites par les instigateurs du GDR. Compte tenu de la complexité des calculs à réaliser entre autres, le revenu total disponible par pays est transposé en un indice qui est difficile à transposer dans le contexte québécois 63 et de l indisponibilité des données requises, il nous sera impossible de mesurer la part du Québec grâce à ce modèle. Après quelques tentatives de substitution des données nécessaires, nous 61 KARTHA S., ATAHNASIOUI T. et BAER P., The North-South divide, equity [ ] à la p Site internet consulté: 63 Le détail des procédés est disponible en ligne, mais leur compréhension requiert des compétences mathématiques avancées.! 16

20 avons convenu que la sélection de chiffres approximatifs pour le Québec ne nous permettrait pas les comparaisons justes avec d autres Parties. La construction d un modèle similaire, assorti de méthodes de calcul simplifiées, inspirées du GDR serait donc pertinente. L outil de calcul disponible sur le Web nous permet cependant de prendre connaissance de la «juste part» du Canada dans la lutte aux changements climatiques. On constate alors rapidement que la «contribution canadienne» est calculée en fonction d une foule de paramètres, dont la prise en compte des émissions attribuable au territoire et le choix d une année de référence pour la responsabilité historique. L outil permet aux internautes d établir les paramètres ou même de les omettre. En gardant les paramètres prédéfinis par le site, la part du Canada passerait de 3,07 pour cent en 2013 pour chuter à 2,39 pour cent en Conclusion Par la présente recherche, nous avons pu explorer la littérature à propos du concept de RCMD&CR et en saisir les subtilités grâce à la présentation de son évolution au fils des rencontres et des textes internationaux. Nous avons également pu dégager les principales mises en applications du concept via des modèles de calcul de la juste part des Parties, puis en avons testé deux, le modèle per capita et le Greenhouse Development Rights, en nous servant du cas du Québec et du Canada. L expérience nous a permis de constater que, selon un calcul per capita, la province contribue à diminuer le fardeau total du Canada. Pour ce qui est des méthodes de calcul du GDR, elles se sont avérées complexes, et nous n avons pu procéder aux comparaisons souhaitées. Il serait intéressant de travailler à la simplification du modèle GDR et ainsi multiplier les possibilités; par exemple calculer la «juste part» de provinces canadiennes, de villes, de régions, etc. Le gouvernement du Québec aurait aussi intérêt à utiliser les tribunes à sa disposition sur la scène internationale pour signifier ses préférences relativement à la modernisation du concept de RCMD&CR et d équité. Il pourrait ainsi témoigner de son intérêt pour la question environnementale et réaffirmerait son intention d être un leader en matière de lutte aux changements climatiques. À la lumière des informations recueillies, nous pensons que le Québec, bien qu il n ait pas le statut de Partie en vertu de la CCNUCC, devrait se pencher sur l ensemble des propositions 64 Les chiffres ont été calculés avec l outil de calcul.! 17

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou

Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Première série de consultations ministérielles informelles en vue de préparer la COP21 Paris, les 20 et 21 juillet 2015 Aide-mémoire élaboré par la France et le Pérou Paris, le 31 juillet 2015 Introduction

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action

Conférence ministérielle africaine sur l environnement. Renforcer la capacité d adaptation au climat en Afrique : de l engagement politique à l action NATIONS UNIES DOCUMENT DE TRAVAIL POUR LE DIALOGUE MINISTERIEL SUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EP Conférence ministérielle africaine sur l environnement Version non éditée Distr.: Générale

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.1/EM.27/1 6 juin 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

FCCC/CP/2015/1/Add.1. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté

FCCC/CP/2015/1/Add.1. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques FCCC/CP/2015/1/Add.1 Distr. générale 6 novembre 2015 Français Original : anglais Conférence des Parties Vingt et unième session Paris, 30

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque

Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves. Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Les études supérieures Se comparer aux meilleurs : le Québec face aux pays scandinaves Jean-Patrick Brady Pier-Luc Lévesque Note de recherche novembre 2013 LA CHAIRE EN BREF La Chaire de recherche du Canada

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/WG/1/6 ORIGINAL : anglais DATE : 21 avril 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) GROUPE DE

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction

Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Introduction Questionnaire relatif aux Objectifs du Développement Durable Recueillir les réflexions des Gouvernement nationaux en préparation de la contribution du Secrétaire Général au groupe de travail ouvert sur

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

ATELIER PREPARATOIRE DE LA FRANCOPHONIE: ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LA CDP-20

ATELIER PREPARATOIRE DE LA FRANCOPHONIE: ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LA CDP-20 Atelier préparatoire Enjeux et perspectives de la CdP20 30 novembre 2014 Business Tower Hotel, Lima, Pérou ATELIER PREPARATOIRE DE LA FRANCOPHONIE: ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LA CDP-20 Par Tosi MPANU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député Ministre des Finances

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Plateforme de Durban 1 er secteur d activités: Négociation d un accord international pour 2015, applicable dès 2020.

Plateforme de Durban 1 er secteur d activités: Négociation d un accord international pour 2015, applicable dès 2020. Etat des lieux des negociaions : Focus sur la plate forme de Durban Plateforme de Durban 1 er secteur d activités: Négociation d un accord international pour 2015, applicable dès 2020. 2 Groupe de travail

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES

EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES EXAMEN DU CHAPITRE CINQ RAPPORT À LA TNMP GT n o 7 APPELS D OFFRES ÉLECTRONIQUES Compte rendu des décisions de la réunion de la TNMP à Québec (les 20 et 21 novembre 2003) : Les Parties ont présenté un

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE

APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE APERCU DE LA MISE EN OEUVRE DE L ACTION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L ENVIRONNEMENT RELATIVE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES EN AFRIQUE (Décembre 2009) I. Résumé Compte tenu des défis majeurs

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/23 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/1101 Distr. générale 10 janvier 2013 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/5 Conseil économique et social Distr. générale 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingt et

Plus en détail

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739.

Toutefois, certains articles du projet de règlement méritent d être clarifiés ou précisés. G.O. II, 13 novembre 2002, 134 e année, n o 4 6, page 7739. Commentaires de l OTPQ concernant le projet de Règlement modifiant le Règlement d application de la Loi sur les relations du travail, la formation professionnelle et la gestion de la main-d œuvre Le 13

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

Message d information et mise en contexte :

Message d information et mise en contexte : Programme d'amélioration continue de la formation en génie SONDAGE ÉTUDIANT Dans le cadre de l implantation des qualités requises des diplômées et diplômés Message d information et mise en contexte : Le

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail