Essai sur le don Marcel Mauss

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Essai sur le don Marcel Mauss 1923-1924"

Transcription

1 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture Essai sur le don Marcel Mauss Bikard Marine Mars 2011 Majeure Alternative Management HEC Paris : «Essai sur le don» Mars

2 Essai sur le don Cette fiche de lecture a été réalisée dans le cadre du cours «Histoire de la critique» donné par Eve Chiapello et Ludovic François au sein de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d HEC Paris. Presses Universitaires de France, Paris, dans Sociologie et anthropologie, 12 e édition «Quadrige», 2010 Première date de parution de l ouvrage : 1950 Résumé : Marcel Mauss réalise dans cet essai la synthèse des travaux anthropologiques de son temps pour mener une réflexion sur le don et des raisons du contre-don. En se fondant sur des études ethnologiques en Polynésie, Mélanésie et Amérique, il permet de dégager de l analyse de sociétés archaïques certains fondements universels du droit et de la morale. L influence de cet essai fut considérable dans le monde des sciences humaines. Mots-clés : Don, Echange, Anthropologie, Economie, Morale The Gift This review was presented in the Histoire de la critique course of Eve Chiapello and Ludovic François. This course is part of the Alternative Management specialization of the third-year HEC Paris business school program. Presses Universitaires de France, Paris, 2010 Date of first publication: 1950 Abstract : In this essay, Marcel Mauss synthesizes the anthropological works of his time so as to better lead a reflexion upon the gift and the reasons for the counter-gift. Using ethnological studies that were led in Polynesia, Melanesia and America, Mauss extracts from the analysis of archaic societies universal bases for law and moral philosophy. This essay has had a considerable influence in human sciences. Key words: Gift, Exchange, Anthropology, Economy, Moral philosophy Charte Ethique de l'observatoire du Management Alternatif Les documents de l'observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs. : «Essai sur le don» Mars

3 Table des matières 1. L'auteur et son œuvre Brève biographie Place de l'ouvrage dans la vie de l'auteur Résumé de l'ouvrage Plan de l'ouvrage Principales étapes du raisonnement et principales conclusions Commentaires critiques Avis d'autres auteurs sur l'ouvrage Avis de l'auteur de la fiche Bibliographie de l'auteur Références...18 : «Essai sur le don» Mars

4 1. L auteur et son œuvre Brève biographie. Présentation de l auteur Marcel Mauss est souvent considéré comme le «père de l anthropologie française». Il naît à Epinal le 10 mai Neveu d Emile Durkheim, il étudie la philosophie à Bordeaux, sous la supervision de son oncle, qui fait de lui son collaborateur lors de nombreux projets de recherche. Reçu à l agrégation de philosophie en 1893, il s installe à Paris pour y étudier les religions comparées et le sanscrit à l Ecole Pratique des Hautes Etudes. Mauss se voit confier un poste d enseignant à l Ecole Pratique des Hautes Etude et en 1901, il recevra le titre de professeur d histoire des religions des peuples non civilisés. En 1898, il fonde avec Durkheim L Année Sociologique, revue semestrielle dont l objectif central est «d être régulièrement informés des recherches qui se font dans les sciences spéciales, histoire du droit, des mœurs, des religions». Il milite activement pour la réhabilitation du capitaine Dreyfus. C est dans cette circonstance que Mauss s est rapproché de Jean Jaurès et, comme lui, a cherché à définir les fondements d un socialisme humaniste. Ils fondent ensemble L'Humanité. Il collabore également avec d autres journaux de gauche comme Le Populaire, et La Vie socialiste. Il s est fortement impliqué dans le mouvement coopératif, et a même créé une boulangerie coopérative. Il restera toute sa vie un militant socialiste. La Grande Guerre, que Mauss, engagé volontaire, effectue comme interprète, emporte Durkheim, son fils André et plusieurs collaborateurs de L'Année sociologique. Après l'armistice, Mauss prend la relève, relance la revue et, en collaboration avec Lucien Lévy- Bruhl et Paul Rivet, fonde en 1925 l'institut d'ethnologie de Paris, autour duquel se constitue une véritable école qui organise, en Afrique surtout, les premières grandes expéditions ethnologiques. Il est élu en 1930 au Collège de France (chaire de sociologie). Il s est engagé dans le mouvement antifasciste. Il meurt le 10 février Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

5 Œuvre et influence L œuvre de Mauss s intéresse à des thèmes très divers : la magie, la religion, les variations saisonnières, la notion de personne sans oublier les très nombreux comptes rendus qu il publie dans L'Année sociologique. Il préfère les esquisses aux ouvrages systématiques et n achèvera aucun des grands ouvrages qu il avait entrepris (thèse sur la prière, travaux sur la monnaie et l Etat). Il n'est jamais allé sur le terrain et les faits sur lesquels il fonde sa réflexion furent rapportés par des ethnographes (Franz Boas, Bronislaw Malinowski, Charles G. Seligman, etc.). Marcel Mauss a formé toute une génération de chercheurs : Denise Paulme publie en 1947 l'essentiel de ses cours sous le titre de Manuel d'ethnographie. Claude Lévi-Strauss réédite en 1950 certaines études du maître sous le titre de Sociologie et Anthropologie. Marcel Griaule organise entre 1931 et 1933 une première grande expédition anthropologique de Dakar à Djibouti et suscite le livre de Michel Leiris L'Afrique fantôme, journal de route de la mission. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

6 1.2. Place de l ouvrage dans la vie de l auteur L Essai sur le don est publié en dans la revue l Année sociologique. Claude Lévi-Strauss, dans son «Introduction à l œuvre de Marcel Mauss» (paru dans le recueil d ouvrages Sociologie et Anthropologie, PUF, 1950), note : «Peu d enseignements sont restés aussi ésotériques et peu, en même temps, ont exercé une influence aussi profonde que celui de Marcel Mauss». Plus précisément, il cite l Essai sur le don, comme étant, «sans contestation possible, le chef d œuvre de Mauss, son ouvrage le plus justement célèbre et celui dont l influence a été la plus profonde». La première raison de cette reconnaissance est sans aucun doute scientifique. «Pour la première fois dans l histoire de la pensée ethnologique, écrit Lévi-Strauss, un effort était fait pour transcender l observation empirique et atteindre des réalités plus profondes. ( ) le social devient un système, entre les parties duquel on peut donc découvrir des connexions, des équivalences et des solidarités» Sans doute, le rapprochement que M. Mauss fait entre ethnologie et politique a également pesé dans sa postérité. Il lie en effet son analyse scientifique à des conclusions d ordre moral, et cherche une application politique aux découvertes qu il expose. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

7 2. Résumé de l ouvrage 2.1 Plan de l ouvrage Introduction Du don, et en particulier de l obligation à rendre les présents Chapitre I - Les dons échangés et l obligation de les rendre (Polynésie) I. Prestation totale, biens utérins contre biens masculins (Samoa) II. L esprit de la chose donnée (Maori) III. Autres thèmes : L obligation de donner, l obligation de recevoir IV. Remarques : le présent fait aux hommes et le présent fait aux dieux : acheter la paix avec les uns et les autres Chapitre II - Extension de ce système. Libéralité, honneur, monnaie I. Règles de la générosité, Andamans II. Principes, raisons et intensité des échanges de dons (Mélanésie) III. Nord-Ouest américain ; l honneur et le crédit Chapitre III - Survivances de ces principes dans les droits anciens et les économies anciennes I. Droit personnel et droit réel (droit romain très ancien) II. Droit hindou classique III. Droit germanique (le gage et le don) Droit celtique Droit chinois Chapitre IV - Conclusion I. Conclusions de morale II. Conclusions de sociologie économique et d économie politique III. Conclusion de sociologie générale et de morale Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

8 2.2 Principales étapes du raisonnement et principales conclusions Don et contre-don, la triple obligation de rendre, de donner et de recevoir Partant d études ethnologiques réalisées en Polynésie, Mélanésie, et dans le Nord-Ouest américain, Mauss tente de répondre à deux questions qu il pose dès l introduction: «Quelle est la règle de droit et d intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoirement rendu? Quelle force y a-t-il dans la chose qu on donne qui fait que le donataire la rend?». Mauss ouvre ainsi deux pistes de réflexions distinctes sur les raisons du don. Dans la première question, il s agit de trouver la «règle de droit et d intérêt» qui dirige la réciprocité du don. La raison du don est à trouver en dehors de l échange lui-même, dans les règles que la société se donne et les motivations individuelles. En revanche, la seconde question cherche la raison de la réciprocité dans la relation qui lie donateur, objet donné, et donataire, dans la «force» même que contiendrait la chose échangée. Les sociétés archaïques qu il étudie sont imprégnées par les pratiques du don, dans le cadre de prestations nommées en Polynésie potlatch, en Mélanésie kula. Il s agit de don-échanges entre collectivités (clans, tribus) et non entre individus. On y échange autant des biens matériels que des traditions, des festins, des politesses, des femmes, etc. «La circulation de richesse n est qu un des termes d un contrat plus général et plus durable». Pourtant, l échange, il ne parvient pas à le voir dans les faits. On constate en revanche trois obligations distinctes et distanciées dans le temps, qui forment la réalité du don-échange : l obligation de donner, rendre et recevoir. Ces trois actions sont à la fois volontaires et obligatoires, car les refuser, c est sortir du système et ne pas se lier à l autre. Plus encore, c est s avouer vaincu et perdre son honneur. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

9 Ambivalence du don : Pacification, honneur et rivalité Pourquoi perd-t-on la face en manquant à l une de ces obligations? C est que choses et personnes ne sont pas encore distinctes : «accepter quelque chose de quelqu un, c est accepter quelque chose de son essence spirituelle, de son âme». C est ici qu il faut chercher la «force» de la chose, son hau, selon un terme maori. Dès la réception du don s établit alors une sorte d emprise magique sur le donataire, qui n en sera libéré qu après avoir rendu au moins la valeur du don au donateur. «Dans les choses échangées [ ] il y a une vertu qui force les dons à circuler, à être donnés, à être rendus». Chaque chef de clan, famille, individu se doit de participer à ces réseaux de dons pour avoir une place dans la société. Plus encore, c est par ces échanges, dons et contre-dons que la hiérarchie sociale se forme et évolue, le plus haut placé ayant été le plus généreux dans ses prestations et celui qui aura le plus reçu. En liant les hommes entre eux dans des obligations mutuelles, le don permet de pacifier les luttes entre clans. Ainsi, la chaîne ininterrompue de la kula des îles Trobriand forme un vaste système d'échange cérémoniel de don et de contre-don qui permet de désamorcer l'hostilité réciproque. Le don devient ciment pour la société. «Si on donne les choses et les rend, c est parce qu on se donne et rend «des respects», mais aussi c est qu on se donne en donnant, et si on se donne, c est qu on se «doit» - soi et son bien aux autres». En même temps, ces prestations sont régies par le principe de rivalité. Elles sont l occasion de lutte des nobles pour assurer entre eux une hiérarchie dont ultérieurement profite le clan. Dans la kula, on rend avec intérêt pour manifester sa supériorité. Avec le potlatch des tribus du Nord-Ouest américain, la logique de l'honneur est poussée à son paroxysme. C'est à qui sera le plus follement dépensier. Chefs et nobles rivalisent de prodigalité dans une consommation effrénée et une destruction somptuaire des richesses. Mauss relève ainsi l ambiguïté fondamentale du don, qui tient à la fois de la lutte et de l échange pacificateur. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

10 L observation de faits totaux Ces prestations et contre-prestations sont, pour Mauss, des faits totaux, qu il appelle aussi «prestations totales de type agonistique». Chaque prestation est à fois juridique (car elle lie les personnes et clans les uns aux autres dans des obligations mutuelles), religieuse, économique (avec les notions de valeurs, d utilité, et de richesse), esthétique (car danses, festins, objets, tout y est cause d émotion esthétique) et enfin morphologique (car c est par ces réunions, festins, marchés que la société prend forme). Ces échanges ont lieu à différents niveaux : entre chefs de tribu, mais également à l intérieur même des tribus, entre clans et personnes. Toute la vie économique et civile est imprégnée par ce système de prestation totale incessant. Ces prestations participent d un tel mouvement circulaire qu on a noté dans les sociétés mélanésiennes que les hommes ne font pas de différence entre achat et vente, entre prêt et emprunt. Ces actions, que nous considérons antithétiques, ne sont pour eux que deux modes d une même réalité. «Tout va et vient comme s il y avait échange constant d une matière spirituelle comprenant choses et hommes». Mauss ne décrit donc pas avec le potlatch ou le kula un système d institutions (religieuses, politiques ou économique), mais des faits qui capturent toutes les dimensions de la vie sociale. Il fait «l étude du concret, qui est du complet». C est en cela que ces faits permettent de mieux comprendre la réalité sociale, d apercevoir comment elle se meut et de lire à travers l observation des actes d un Romain ou d un Mélanésien des principes fondamentaux de la société en marche. La morale universelle du don. Mauss étudie aussi la présence du don, forme archaïque de l échange, dans les économies et les droits anciens : romain, germain et indien. Il y relève des règles de droit où choses et personnes sont encore confondues, où les échanges lient au-delà du temps de la transaction les contractants dans une relation ambivalente d intimité et de rivalité. Même dans nos sociétés contemporaines, l invitation et la politesse doivent être rendues, il faut savoir rendre plus que l on a reçu, et la charité est encore blessante pour celui qui l accepte. Mauss en conclut que ce système d échange est un des «rocs humains sur lesquels sont bâties nos sociétés». La Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

11 morale du don est éternelle et universelle, et les sociétés marchandes ne doivent pas trop l'oublier. Car l échange-don n entre pas dans les cadres des économies utilitaristes telle l Europe industrialisée du début du vingtième siècle, où règnent la notion d intérêt individuel et une «mentalité froide et calculatrice». Nos sociétés contemporaines, affirme Mauss, se sont trop éloignées de ces principes premiers d échange. La richesse y reste concentrée entre les mains de quelques-uns tandis qu ouvriers et «producteurs» souffrent d un manque de reconnaissance du don qu ils font de leur vie en travaillant. Mauss salue donc les frémissements des nouvelles législations sociales, qui sont pour lui un véritable «retour au droit», puisque c est sur ce système de prestations et contre-prestations que notre morale s est forgée, que notre vie sociale a pu se structurer, se pacifier. Nier cela, c est faire fausse route : «La poursuite brutale des fins de l individu est nuisible aux fins et à la paix de l ensemble, au rythme de travail et de ses joies et par l effet en retour - à l individu lui-même» Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

12 3. Commentaires critiques 3.1 Avis d autres auteurs sur l ouvrage Dans Ethnologie économique, Florence Weber et Caroline Dufy réalisent une sorte de synthèse sur l influence et différentes lectures de l Essai sur le don. Certains, comme Bataille et Claude Lefort, n en ont retenu que le potlatch. «Ils ont vu en lui, relève F. Weber et C. Dufy, l essence du don, de l échange, voire de la consommation moderne. Leur lecture est pessimiste : tout échange est lutte, toute lutte de générosité est lutte pour le pouvoir, et le don n est qu un processus de destruction qui ne connaît pas de limites» En 1950, année du décès de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss fait paraître son «Introduction à l œuvre de Marcel Mauss» dans un ouvrage intitulé Sociologie et Anthropologie [1950]. Claude Lévi-Strauss répudie l animisme de Mauss : «On peut prouver que dans les choses échangées [ ] il y a une vertu qui force les dons à circuler, à être donnés, à être rendus». Il y voit une faiblesse de l analyse, puisque Mauss se contente d épouser une théorie indigène, celle d un sage maori. ««Cette vertu, écrit il, existe-t-elle objectivement, comme une propriété physique des biens échangés? Évidemment non». Pour Lévi-Strauss «le hau n est pas la raison dernière de l échange : c est la forme consciente sous laquelle des hommes d une société déterminée, où le problème avait une importance particulière, ont appréhendé une nécessité inconsciente dont la raison est ailleurs». Mais pour l ethnographie contemporaine, précisent F. Weber et C. Dufy, il y a là, au contraire, une véritable avancée théorique. Elles renvoient aux théories récentes qui s intéressent aux choses elles-mêmes (Appadurai, The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, 1986), aux dispositifs matériels (Callon, Laws of the market, 1998), aux justifications indigènes (Boltanski et Thévenot, De la justification. Les économies de la Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

13 grandeur, 1991) et aux relations personnelles (Weber, Le travail à côté, étude d ethnographie ouvrière, 1989 ; Godbout, L Esprit du don, 1992). La pensée de Bourdieu s inscrit également dans la lignée de l Essai sur le don. Il critique l extension de la logique marchande à toutes les sphères de l existence (la famille, l art, la science notamment), qui tend, selon lui, à «détruire toutes les valeurs». Par ailleurs, Bourdieu s inscrit dans une autre piste ouverte par Mauss, celle de la fiction et du mensonge social : dans l intervalle de temps qui sépare don et contre-don, le donateur entre dans la dépendance du donateur, devient son obligé, devient son inférieur. Au-delà de l influence de l Essai sur le don sur la pensée des sociologues et anthropologues contemporains, la création de la revue MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales), en 1981, est encore une preuve de la portée de cette œuvre. Il s agit d une revue interdisciplinaire, abordant des sujets à la fois en sciences économiques, en anthropologie, en sociologie et en philosophie politique. Son nom, acronyme de M. Mauss, lui rend hommage. La revue se proclame «anti-utilitariste» et critique l économisme dans les sciences sociales et le rationalisme instrumental en philosophie morale et politique. Pour ses auteurs, la référence Marcel Mauss et à la critique de l utilitarisme permettait de rassembler les énergies critiques de manière suffisamment claire et explicite. Peu à peu, dépassant la posture purement critique qui était la sienne au départ, la revue a contribué au développement de tout un ensemble de théories et d approches originales, dont le plus petit commun dénominateur est probablement ce qu elle appelle le paradigme du don, précisément dans la lignée de l essai de M. Mauss. Pour conclure, il faut noter que nombre de concepts forgés par l anthropologie furent précisés à la suite de cet essai, sans lesquels, écrivent F. Weber et C. Dufy, «l observation ethnographique resterait désarmée». Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

14 3.2 Avis de l auteur de la fiche La lecture de l Essai sur le don surprend à plusieurs endroits. Tout d abord, les idées sont comme émiettés dans le texte, coupées en morceau, mais elles sont foisonnantes. Si bien que, malgré la difficulté du style, l œuvre est réellement passionnante. La finesse des commentaires de Mauss est remarquable, et tient sans doute de la science anthropologique, qui incite à la nuance et interdit toute classification hâtive, puisque c est du «concret, qui est du complet», qu on analyse. L attention qu il porte ensuite, à séparer étude scientifique et conclusions morales dans des chapitres distincts, témoigne de sa probité à distinguer des idées de natures différentes. Le quatrième chapitre, où transparait l engagement de Mauss dans l économie sociale et solidaire, est par ailleurs d une actualité frappante. Le management est aujourd hui en effet mis à mal par l apparition de maladies du travail. Le sens du travail devient une question de centrale dans notre société. Cette perte de sens, on peut la lire à travers l Essai sur le don comme le manque d une «contre-prestation», à la fois monétaire, mais aussi d ordre social, politique ou même esthétique. Comme si, effectivement, le don de soi que l on fait en travaillant n était pas compensé par un contre-don à la hauteur. Nos riches doivent être des philanthropes, nous dit Mauss. «Il faut que les riches reviennent à se considérer comme des sortes de trésoriers de leurs concitoyens ( ) Ensuite, il faut plus de souci de l individu, de sa vie, de sa santé, de son éducation, de sa famille et de l avenir de celle-ci ( ) Et il faudra bien qu on trouve le moyen de limiter les fruits de la spéculation et de l usure». Le style est un peu désuet, mais les paroles détonnent par leur justesse dans un contexte de crise financière et d augmentation de la précarité dans les pays industrialisés. Son appel à «rester autre chose que de purs financier, tout en devenant de meilleurs comptables et de meilleurs gestionnaires» est un autre exemple de la modernité de son texte. Ainsi l œuvre de Mauss est à la fois source d optimisme et de pessimisme. Pessimisme, car il est triste de remarquer que ces idées ont déjà presque un siècle derrière elles, et qu elles ont été très peu entendues, au contraire. Optimisme, car elle apporte un argument scientifique à ce qui n est souvent qu une intuition (le besoin de solidarité, d un accomplissement de soi complet et non pas seulement économique ). Il inscrit ces besoins dans le temps long et en fait un principe vital pour la Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

15 société. Par là, il inspire et assure toute personne désirant s engager dans une économie plus solidaire et sociale. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

16 4. Bibliographie de l auteur Il est très difficile d établir une bibliographie claire de Mauss. Un seul livre fut édité de son vivant et la suite des recueils garde la marque de luttes théoriques 1 et de la séparation artificielle de la sociologie et de l anthropologie. La biographie ci-dessous présente les recueils publiés en France depuis la mort de Mauss. Pour une revue complète de ses articles (qui serait trop longue pour la faire apparaître ici), dont la plupart furent publiés dans la revue L Année Sociologique, n o u s v o u s i n v i t o n s à v o u s r e n d r e s u r l e s i t e : Mélanges d histoire des religions, Revue d histoire des religions, pp En collaboration avec Henri Hubert et jamais réédité depuis 1929, Paris Sociologie et anthropologie, Paris, Presse universitaires des France. Préface de Claude Lévi-Strauss, recueil d'articles comprenant - «Essai sur le don», - «Esquisse d une théorie générale de la magie», - «Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie», - «effet physique chez l individu de l idée de mort suggérée par la collectivité» - «Une catégorie de l esprit humain : la notion de personne, celle de «moi»» - «Les techniques du corps», «Morphologie sociale» Œuvres, présentation par Victor Karady, comprenant trois volumes : I. - La fonction sociale du sacré, 1968, Paris, Minuit, 633 p. II. - Représentations collectives et diversité des civilisations, 739 p. III. - Cohésion sociale et division de la sociologie, 1968, 1969, Paris, Minuit, collection Sens commun, 734 p, dirigée par Pierre Bourdieu Essais de Sociologie, Paris, «Points» Éditions de Minuit, Recueil sans introduction, regroupant quelques articles fondamentaux publiés par Mauss entre 1901 et

17 Écrits politiques, Paris, Fayard, textes réunis et présentés par Marcel Fournier. 814 pages Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques(1925), Paris, Quadrige/Presses universitaires de France. Introduction de Florence Weber. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

18 5. Références Dufy C, Weber F, «Des concepts universels», Ethnographie économique, Coll. Repères, La Découverte, Paris, 2007, pp Fournier Marcel, préface de Marcel Mauss, savant et politique de Sylvain Szimira, La Découverte, Paris, 2007 Levi-Strauss Claude, «Introduction à l œuvre de Mauss», Sociologie et anthropologie, Presses universitaires de France, Paris, 12 e édition, 2010 La revue du MAUSS, Marcel Mauss, PUF, Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative Waste concern Laura Loffler Novembre 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2012-2013 Loffler Laura Fiche Initiative

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Cours : Marcel Mauss, Essai sur le don

Cours : Marcel Mauss, Essai sur le don La culture Cours : Marcel Mauss, Essai sur le don Alain Cugno Philopsis : Revue numérique http://www.philopsis.fr Les articles publiés sur Philopsis sont protégés par le droit d'auteur. Toute reproduction

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Anthropologie et sociologie et générale

TABLE DES MATIERES. Anthropologie et sociologie et générale TABLE DES MATIERES Durée:... 2 Objectifs spécifiques... 2 1. L échange... 2 1.1 Définition et types divers de l échange... 2 1.2 Les théories de l échange en anthropologie.... 3 2. La rationalité... 7

Plus en détail

Formation Doctorale. Fiche Technique

Formation Doctorale. Fiche Technique Formation Doctorale Fiche Technique Intitulé : «Philosophie Appliquée et Problèmes de l Homme» Responsable de la Formation : Pr. Abdessalam BEN MAISSA, Université Mohammed V-Agdal, Département de Philosophie,

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé?

COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006. Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? COMMUNIQUE DE PRESSE Mercredi 26 avril 2006 Doing Business, le «Da Vinci Code» du droit comparé? À l'heure de la mondialisation, un marché du droit s'ouvre sur lequel les systèmes juridiques sont évalués,

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

Après la crise et si le meilleur était à venir?

Après la crise et si le meilleur était à venir? Colloque AGRICA mercredi 24 juin 2009 Après la crise et si le meilleur était à venir? VOS NOTES ANIMATION DES DEBATS Nathalie LEVY Journaliste-présentatrice, Nathalie Lévy présente en direct «Info 360»

Plus en détail

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE.

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy, Pierre Mollier et Georges Odo pour leur aide précieuse, et pour nous avoir autorisé à publier

Plus en détail

Reconnaissance et pacification

Reconnaissance et pacification E-Séminaire de Philosophie www.domuni.eu 12 octobre 7 décembre 2015 Reconnaissance et pacification de Axel HONNETH à P. RICOEUR Présentation La théorie de la reconnaissance mutuelle, exposée par Axel Honneth,

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface

PRÉFACE. représenter le roi ou la nation? Préface PRÉFACE Avaient-ils le don d ubiquité? Aux origines de ce livre, il y a une constatation qui a suscité la curiosité du chercheur : parmi les représentants de l Angleterre à l étranger, certains appartiennent

Plus en détail

- 1 - Une vision du paradigme du don : Don, juste milieu et prudence

- 1 - Une vision du paradigme du don : Don, juste milieu et prudence - 1 - Une vision du paradigme du don : Don, juste milieu et prudence Par Sylvain Dzimira 1 Créteil, le 27 juillet 2006 Chers amis Je me souviens vous avoir fait remarquer combien par les questions que

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

La crise Pourquoi en est-on arrivé là? Comment en sortir?

La crise Pourquoi en est-on arrivé là? Comment en sortir? Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture La crise Pourquoi en est-on arrivé là? Comment en sortir? Michel Aglietta Novembre 2008 Adeline Wattiau - Avril

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES,

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, CROISEMENT DE L AUDIT SOCIAL ET DU CONTROLE INTERNE Michel JORAS CIRCEE Centre de recherche de l esce Enseignant chercheur à l Ecole Supérieure du Commerce Extérieur

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Le maître ignorant Jacques Rancière 1987

Le maître ignorant Jacques Rancière 1987 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture Le maître ignorant Jacques Rancière 1987 Marine Bikard Novembre 2010 Majeure Alternative Management HEC Paris 2010-2011

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB

Février 2011. 3. La promotion du Global Compact dans les activités de l Association COHUB 2010 ASSOCIATION COHUB GLOBAL COMPACT COMMUNICATION ON PROGRESS Sommaire 1. Présentation de l 2. Le message du Président 3. La promotion du dans les activités de l 4. L a choisi d illustrer les principes

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES

DIPLOMES UNIVERSITAIRES ALEXANDRE DESRAMEAUX MAÎTRE DE CONFERENCES EN DROIT PUBLIC (depuis 2009) Titulaire du Certificat d Aptitude à la Profession d Avocat (CAPA) DIPLOMES UNIVERSITAIRES 2006 Doctorat en droit de l Université

Plus en détail

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS OLIVIERBOBINEAU:L APPROCHESOCIOLOGIQUEDESRELIGIONS Nousestimerionsquenosrecherchesneméritentpasune heuredepeinesiellesnedevaientavoirqu unintérêt spéculatif Durkheim,LaDivisionduTravailSocial,Introduction(1895).

Plus en détail

La voiture partagée, véhicule d'avenir?

La voiture partagée, véhicule d'avenir? Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE La voiture partagée, véhicule d'avenir? [Image à insérer] Rudy Guénaire Novembre 2010 Majeure Alternative Management

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE Université d Oran Es SENIA Faculté Des Sciences Economiques, des Sciences de Gestion et des Sciences Commerciales MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE MONSIEUR BENCHIKH Maître de Conférence

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant

ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant ANNEXE 2 : Liste des questions entre le directeur et l étudiant LES QUESTIONS PROPRES À L ÉTUDIANT 4 Ai-je bien identifié mes besoins de formation et d'encadrement et les objectifs que je désire atteindre

Plus en détail

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre

INSTITUT CONFUCIUS DE L UNIVERSITE DE LORRAINE. CONFERENCES DU SEMESTRE 1 Programme 2015-2016. En collaboration avec L Université du Temps Libre METZ - ILE DU SAUCLY : De 14h30 à 16h30, Amphi 3 UFR Lettres et Langues Le 6 novembre 2015 Présentation concises des différentes communautés chinoises sous le Ciel de Paris INSTITUT CONFUCIUS CONFERENCES

Plus en détail

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév...

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév... 1 sur 5 25/10/2007 4:04 Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de développement durable. Bruno Kestemont Mémoire de DEA Version révisée, 2004 IGEAT-ULB Sous la direction du Prof

Plus en détail

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS

LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS LE PLAN : DIVISIONS ET SUBDIVISIONS I - LES FONCTIONS DU PLAN L élaboration d un plan, exercice universitaire traditionnel, est une excellente gymnastique de l esprit, qui doit vous permettre d organiser

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Grande Loge Féminine de France

Grande Loge Féminine de France ... La transformation du monde commence par la construction de soi... Grande Loge Féminine de France DOSSIER DE PRESSE Contact presse : 33(0)1 71 04 58 14 courriel : communication@glff.org Site : www.glff.org

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES

DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES DROIT D AUTEUR & BASES DE DONNÉES Un mémento incontournable pour tous les utilisateurs du web soucieux de protéger leurs bases de données Le droit français accorde aux bases de données un système original

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE

Séminaire LIDILEM. vendredi 25 juin 2010 ET LA RECHERCHE ACTUELLE Séminaire LIDILEM vendredi 25 juin 2010 LE MÉTIER DE CHERCHEUR ET LA RECHERCHE ACTUELLE Salle Jacques Cartier Maison des Langues et des Cultures Organisatrices : Cristelle Cavalla & Françoise Raby Thierry

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations

1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Les différents courants de pensée de la théorie des organisations 1 Comment définir la théorie des organisations? Avec la seconde révolution industrielle, de grandes entreprises industrielles émergent,

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE

RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE EN LIBRAIRIE COURANT AVRIL 2014 RADIOS et RELIGIONS en AFRIQUE SUBSAHARIENNE Dynamisme, concurrence, action sociale Étienne Damome Cet ouvrage analyse l environnement des radios confessionnelles et leurs

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Session pilote COLLOQUE DE CLOTURE

Session pilote COLLOQUE DE CLOTURE CHEDD Bretagne Collège des Hautes études du Développement Durable Session pilote COLLOQUE DE CLOTURE En partenariat avec «Les Tombées de la Nuit» Mardi 5 juillet 2011 de 9 heures 30 à 18 heures à Rennes

Plus en détail

«Les essentiels du coaching» «Le Coaching existentiel»

«Les essentiels du coaching» «Le Coaching existentiel» SARL METASOPHIA Organisme de formation professionnelle, 20 rue Théodore de Banville 06100 NICE Immatriculé au registre de commerce de Nice : N 450 630 363 00023 N de formateur : 93060567606 R.C.S. NICE

Plus en détail

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2

Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Intitulé Matière semestre année CM TD ECTS Département de rattachement Allemand 2 L1 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 L2 24 2 Administration économique et sociale Allemand 2 M1 9 1

Plus en détail

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013

Les contrats : leur origine et leur type. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Les contrats : leur origine et leur type - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Hiver 2013 Plan du cours Philosophie individualiste & libéralisme économique vs Code civile et théorie de l

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants

CURRICULUM VITAE. Ellen Hertz. Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse par Mariée, deux enfants CURRICULUM VITAE Ellen Hertz Grand-Fontaine 32 CH-1700 Fribourg Tél.: 026/321 36 65 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX mariage Née à Boston, U.S.A., le 25 juin 1960 Citoyennetés: américaine par naissance; suisse

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique.

Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique. Approche philosophique et anthropologique du don et du prélèvement d organes et de tissus sur des personnes en mort encéphalique. E. Lepresle, docteur en médecine, docteur en philosophie Nice 31 mai 2007

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans

Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans cyril.hedoin@univreims.fr www.rationalitelimitee. wordpress.com Cyril HÉDOIN 12bis Grande Rue 51430 TINQUEUX 28 ans Tel : 03 26 91 87 20 Port : 06 26 96 75 28 Maître de conférences en sciences économiques

Plus en détail

FORMATION Coach & Team. Promotion CT26 - Lyon

FORMATION Coach & Team. Promotion CT26 - Lyon FORMATION Coach & Team Promotion CT26 - Lyon JBS est une école de coaching animée par des enseignants et des superviseurs de coachs, tous intervenants en entreprise et didacticiens, ayant eu un parcours

Plus en détail

Devenir capable, être reconnu. Paul Ricœur *

Devenir capable, être reconnu. Paul Ricœur * Devenir capable, être reconnu Paul Ricœur * Le prix qui m honore et pour lequel j adresse mes vifs remerciements au John W. Kluge Center, à la Library of Congress, est motivé par l humanisme dont l œuvre

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail