Essai sur le don Marcel Mauss

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Essai sur le don Marcel Mauss 1923-1924"

Transcription

1 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture Essai sur le don Marcel Mauss Bikard Marine Mars 2011 Majeure Alternative Management HEC Paris : «Essai sur le don» Mars

2 Essai sur le don Cette fiche de lecture a été réalisée dans le cadre du cours «Histoire de la critique» donné par Eve Chiapello et Ludovic François au sein de la Majeure Alternative Management, spécialité de troisième année du programme Grande Ecole d HEC Paris. Presses Universitaires de France, Paris, dans Sociologie et anthropologie, 12 e édition «Quadrige», 2010 Première date de parution de l ouvrage : 1950 Résumé : Marcel Mauss réalise dans cet essai la synthèse des travaux anthropologiques de son temps pour mener une réflexion sur le don et des raisons du contre-don. En se fondant sur des études ethnologiques en Polynésie, Mélanésie et Amérique, il permet de dégager de l analyse de sociétés archaïques certains fondements universels du droit et de la morale. L influence de cet essai fut considérable dans le monde des sciences humaines. Mots-clés : Don, Echange, Anthropologie, Economie, Morale The Gift This review was presented in the Histoire de la critique course of Eve Chiapello and Ludovic François. This course is part of the Alternative Management specialization of the third-year HEC Paris business school program. Presses Universitaires de France, Paris, 2010 Date of first publication: 1950 Abstract : In this essay, Marcel Mauss synthesizes the anthropological works of his time so as to better lead a reflexion upon the gift and the reasons for the counter-gift. Using ethnological studies that were led in Polynesia, Melanesia and America, Mauss extracts from the analysis of archaic societies universal bases for law and moral philosophy. This essay has had a considerable influence in human sciences. Key words: Gift, Exchange, Anthropology, Economy, Moral philosophy Charte Ethique de l'observatoire du Management Alternatif Les documents de l'observatoire du Management Alternatif sont publiés sous licence Creative Commons pour promouvoir l'égalité de partage des ressources intellectuelles et le libre accès aux connaissances. L'exactitude, la fiabilité et la validité des renseignements ou opinions diffusés par l'observatoire du Management Alternatif relèvent de la responsabilité exclusive de leurs auteurs. : «Essai sur le don» Mars

3 Table des matières 1. L'auteur et son œuvre Brève biographie Place de l'ouvrage dans la vie de l'auteur Résumé de l'ouvrage Plan de l'ouvrage Principales étapes du raisonnement et principales conclusions Commentaires critiques Avis d'autres auteurs sur l'ouvrage Avis de l'auteur de la fiche Bibliographie de l'auteur Références...18 : «Essai sur le don» Mars

4 1. L auteur et son œuvre Brève biographie. Présentation de l auteur Marcel Mauss est souvent considéré comme le «père de l anthropologie française». Il naît à Epinal le 10 mai Neveu d Emile Durkheim, il étudie la philosophie à Bordeaux, sous la supervision de son oncle, qui fait de lui son collaborateur lors de nombreux projets de recherche. Reçu à l agrégation de philosophie en 1893, il s installe à Paris pour y étudier les religions comparées et le sanscrit à l Ecole Pratique des Hautes Etudes. Mauss se voit confier un poste d enseignant à l Ecole Pratique des Hautes Etude et en 1901, il recevra le titre de professeur d histoire des religions des peuples non civilisés. En 1898, il fonde avec Durkheim L Année Sociologique, revue semestrielle dont l objectif central est «d être régulièrement informés des recherches qui se font dans les sciences spéciales, histoire du droit, des mœurs, des religions». Il milite activement pour la réhabilitation du capitaine Dreyfus. C est dans cette circonstance que Mauss s est rapproché de Jean Jaurès et, comme lui, a cherché à définir les fondements d un socialisme humaniste. Ils fondent ensemble L'Humanité. Il collabore également avec d autres journaux de gauche comme Le Populaire, et La Vie socialiste. Il s est fortement impliqué dans le mouvement coopératif, et a même créé une boulangerie coopérative. Il restera toute sa vie un militant socialiste. La Grande Guerre, que Mauss, engagé volontaire, effectue comme interprète, emporte Durkheim, son fils André et plusieurs collaborateurs de L'Année sociologique. Après l'armistice, Mauss prend la relève, relance la revue et, en collaboration avec Lucien Lévy- Bruhl et Paul Rivet, fonde en 1925 l'institut d'ethnologie de Paris, autour duquel se constitue une véritable école qui organise, en Afrique surtout, les premières grandes expéditions ethnologiques. Il est élu en 1930 au Collège de France (chaire de sociologie). Il s est engagé dans le mouvement antifasciste. Il meurt le 10 février Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

5 Œuvre et influence L œuvre de Mauss s intéresse à des thèmes très divers : la magie, la religion, les variations saisonnières, la notion de personne sans oublier les très nombreux comptes rendus qu il publie dans L'Année sociologique. Il préfère les esquisses aux ouvrages systématiques et n achèvera aucun des grands ouvrages qu il avait entrepris (thèse sur la prière, travaux sur la monnaie et l Etat). Il n'est jamais allé sur le terrain et les faits sur lesquels il fonde sa réflexion furent rapportés par des ethnographes (Franz Boas, Bronislaw Malinowski, Charles G. Seligman, etc.). Marcel Mauss a formé toute une génération de chercheurs : Denise Paulme publie en 1947 l'essentiel de ses cours sous le titre de Manuel d'ethnographie. Claude Lévi-Strauss réédite en 1950 certaines études du maître sous le titre de Sociologie et Anthropologie. Marcel Griaule organise entre 1931 et 1933 une première grande expédition anthropologique de Dakar à Djibouti et suscite le livre de Michel Leiris L'Afrique fantôme, journal de route de la mission. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

6 1.2. Place de l ouvrage dans la vie de l auteur L Essai sur le don est publié en dans la revue l Année sociologique. Claude Lévi-Strauss, dans son «Introduction à l œuvre de Marcel Mauss» (paru dans le recueil d ouvrages Sociologie et Anthropologie, PUF, 1950), note : «Peu d enseignements sont restés aussi ésotériques et peu, en même temps, ont exercé une influence aussi profonde que celui de Marcel Mauss». Plus précisément, il cite l Essai sur le don, comme étant, «sans contestation possible, le chef d œuvre de Mauss, son ouvrage le plus justement célèbre et celui dont l influence a été la plus profonde». La première raison de cette reconnaissance est sans aucun doute scientifique. «Pour la première fois dans l histoire de la pensée ethnologique, écrit Lévi-Strauss, un effort était fait pour transcender l observation empirique et atteindre des réalités plus profondes. ( ) le social devient un système, entre les parties duquel on peut donc découvrir des connexions, des équivalences et des solidarités» Sans doute, le rapprochement que M. Mauss fait entre ethnologie et politique a également pesé dans sa postérité. Il lie en effet son analyse scientifique à des conclusions d ordre moral, et cherche une application politique aux découvertes qu il expose. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

7 2. Résumé de l ouvrage 2.1 Plan de l ouvrage Introduction Du don, et en particulier de l obligation à rendre les présents Chapitre I - Les dons échangés et l obligation de les rendre (Polynésie) I. Prestation totale, biens utérins contre biens masculins (Samoa) II. L esprit de la chose donnée (Maori) III. Autres thèmes : L obligation de donner, l obligation de recevoir IV. Remarques : le présent fait aux hommes et le présent fait aux dieux : acheter la paix avec les uns et les autres Chapitre II - Extension de ce système. Libéralité, honneur, monnaie I. Règles de la générosité, Andamans II. Principes, raisons et intensité des échanges de dons (Mélanésie) III. Nord-Ouest américain ; l honneur et le crédit Chapitre III - Survivances de ces principes dans les droits anciens et les économies anciennes I. Droit personnel et droit réel (droit romain très ancien) II. Droit hindou classique III. Droit germanique (le gage et le don) Droit celtique Droit chinois Chapitre IV - Conclusion I. Conclusions de morale II. Conclusions de sociologie économique et d économie politique III. Conclusion de sociologie générale et de morale Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

8 2.2 Principales étapes du raisonnement et principales conclusions Don et contre-don, la triple obligation de rendre, de donner et de recevoir Partant d études ethnologiques réalisées en Polynésie, Mélanésie, et dans le Nord-Ouest américain, Mauss tente de répondre à deux questions qu il pose dès l introduction: «Quelle est la règle de droit et d intérêt qui, dans les sociétés de type arriéré ou archaïque, fait que le présent reçu est obligatoirement rendu? Quelle force y a-t-il dans la chose qu on donne qui fait que le donataire la rend?». Mauss ouvre ainsi deux pistes de réflexions distinctes sur les raisons du don. Dans la première question, il s agit de trouver la «règle de droit et d intérêt» qui dirige la réciprocité du don. La raison du don est à trouver en dehors de l échange lui-même, dans les règles que la société se donne et les motivations individuelles. En revanche, la seconde question cherche la raison de la réciprocité dans la relation qui lie donateur, objet donné, et donataire, dans la «force» même que contiendrait la chose échangée. Les sociétés archaïques qu il étudie sont imprégnées par les pratiques du don, dans le cadre de prestations nommées en Polynésie potlatch, en Mélanésie kula. Il s agit de don-échanges entre collectivités (clans, tribus) et non entre individus. On y échange autant des biens matériels que des traditions, des festins, des politesses, des femmes, etc. «La circulation de richesse n est qu un des termes d un contrat plus général et plus durable». Pourtant, l échange, il ne parvient pas à le voir dans les faits. On constate en revanche trois obligations distinctes et distanciées dans le temps, qui forment la réalité du don-échange : l obligation de donner, rendre et recevoir. Ces trois actions sont à la fois volontaires et obligatoires, car les refuser, c est sortir du système et ne pas se lier à l autre. Plus encore, c est s avouer vaincu et perdre son honneur. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

9 Ambivalence du don : Pacification, honneur et rivalité Pourquoi perd-t-on la face en manquant à l une de ces obligations? C est que choses et personnes ne sont pas encore distinctes : «accepter quelque chose de quelqu un, c est accepter quelque chose de son essence spirituelle, de son âme». C est ici qu il faut chercher la «force» de la chose, son hau, selon un terme maori. Dès la réception du don s établit alors une sorte d emprise magique sur le donataire, qui n en sera libéré qu après avoir rendu au moins la valeur du don au donateur. «Dans les choses échangées [ ] il y a une vertu qui force les dons à circuler, à être donnés, à être rendus». Chaque chef de clan, famille, individu se doit de participer à ces réseaux de dons pour avoir une place dans la société. Plus encore, c est par ces échanges, dons et contre-dons que la hiérarchie sociale se forme et évolue, le plus haut placé ayant été le plus généreux dans ses prestations et celui qui aura le plus reçu. En liant les hommes entre eux dans des obligations mutuelles, le don permet de pacifier les luttes entre clans. Ainsi, la chaîne ininterrompue de la kula des îles Trobriand forme un vaste système d'échange cérémoniel de don et de contre-don qui permet de désamorcer l'hostilité réciproque. Le don devient ciment pour la société. «Si on donne les choses et les rend, c est parce qu on se donne et rend «des respects», mais aussi c est qu on se donne en donnant, et si on se donne, c est qu on se «doit» - soi et son bien aux autres». En même temps, ces prestations sont régies par le principe de rivalité. Elles sont l occasion de lutte des nobles pour assurer entre eux une hiérarchie dont ultérieurement profite le clan. Dans la kula, on rend avec intérêt pour manifester sa supériorité. Avec le potlatch des tribus du Nord-Ouest américain, la logique de l'honneur est poussée à son paroxysme. C'est à qui sera le plus follement dépensier. Chefs et nobles rivalisent de prodigalité dans une consommation effrénée et une destruction somptuaire des richesses. Mauss relève ainsi l ambiguïté fondamentale du don, qui tient à la fois de la lutte et de l échange pacificateur. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

10 L observation de faits totaux Ces prestations et contre-prestations sont, pour Mauss, des faits totaux, qu il appelle aussi «prestations totales de type agonistique». Chaque prestation est à fois juridique (car elle lie les personnes et clans les uns aux autres dans des obligations mutuelles), religieuse, économique (avec les notions de valeurs, d utilité, et de richesse), esthétique (car danses, festins, objets, tout y est cause d émotion esthétique) et enfin morphologique (car c est par ces réunions, festins, marchés que la société prend forme). Ces échanges ont lieu à différents niveaux : entre chefs de tribu, mais également à l intérieur même des tribus, entre clans et personnes. Toute la vie économique et civile est imprégnée par ce système de prestation totale incessant. Ces prestations participent d un tel mouvement circulaire qu on a noté dans les sociétés mélanésiennes que les hommes ne font pas de différence entre achat et vente, entre prêt et emprunt. Ces actions, que nous considérons antithétiques, ne sont pour eux que deux modes d une même réalité. «Tout va et vient comme s il y avait échange constant d une matière spirituelle comprenant choses et hommes». Mauss ne décrit donc pas avec le potlatch ou le kula un système d institutions (religieuses, politiques ou économique), mais des faits qui capturent toutes les dimensions de la vie sociale. Il fait «l étude du concret, qui est du complet». C est en cela que ces faits permettent de mieux comprendre la réalité sociale, d apercevoir comment elle se meut et de lire à travers l observation des actes d un Romain ou d un Mélanésien des principes fondamentaux de la société en marche. La morale universelle du don. Mauss étudie aussi la présence du don, forme archaïque de l échange, dans les économies et les droits anciens : romain, germain et indien. Il y relève des règles de droit où choses et personnes sont encore confondues, où les échanges lient au-delà du temps de la transaction les contractants dans une relation ambivalente d intimité et de rivalité. Même dans nos sociétés contemporaines, l invitation et la politesse doivent être rendues, il faut savoir rendre plus que l on a reçu, et la charité est encore blessante pour celui qui l accepte. Mauss en conclut que ce système d échange est un des «rocs humains sur lesquels sont bâties nos sociétés». La Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

11 morale du don est éternelle et universelle, et les sociétés marchandes ne doivent pas trop l'oublier. Car l échange-don n entre pas dans les cadres des économies utilitaristes telle l Europe industrialisée du début du vingtième siècle, où règnent la notion d intérêt individuel et une «mentalité froide et calculatrice». Nos sociétés contemporaines, affirme Mauss, se sont trop éloignées de ces principes premiers d échange. La richesse y reste concentrée entre les mains de quelques-uns tandis qu ouvriers et «producteurs» souffrent d un manque de reconnaissance du don qu ils font de leur vie en travaillant. Mauss salue donc les frémissements des nouvelles législations sociales, qui sont pour lui un véritable «retour au droit», puisque c est sur ce système de prestations et contre-prestations que notre morale s est forgée, que notre vie sociale a pu se structurer, se pacifier. Nier cela, c est faire fausse route : «La poursuite brutale des fins de l individu est nuisible aux fins et à la paix de l ensemble, au rythme de travail et de ses joies et par l effet en retour - à l individu lui-même» Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

12 3. Commentaires critiques 3.1 Avis d autres auteurs sur l ouvrage Dans Ethnologie économique, Florence Weber et Caroline Dufy réalisent une sorte de synthèse sur l influence et différentes lectures de l Essai sur le don. Certains, comme Bataille et Claude Lefort, n en ont retenu que le potlatch. «Ils ont vu en lui, relève F. Weber et C. Dufy, l essence du don, de l échange, voire de la consommation moderne. Leur lecture est pessimiste : tout échange est lutte, toute lutte de générosité est lutte pour le pouvoir, et le don n est qu un processus de destruction qui ne connaît pas de limites» En 1950, année du décès de Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss fait paraître son «Introduction à l œuvre de Marcel Mauss» dans un ouvrage intitulé Sociologie et Anthropologie [1950]. Claude Lévi-Strauss répudie l animisme de Mauss : «On peut prouver que dans les choses échangées [ ] il y a une vertu qui force les dons à circuler, à être donnés, à être rendus». Il y voit une faiblesse de l analyse, puisque Mauss se contente d épouser une théorie indigène, celle d un sage maori. ««Cette vertu, écrit il, existe-t-elle objectivement, comme une propriété physique des biens échangés? Évidemment non». Pour Lévi-Strauss «le hau n est pas la raison dernière de l échange : c est la forme consciente sous laquelle des hommes d une société déterminée, où le problème avait une importance particulière, ont appréhendé une nécessité inconsciente dont la raison est ailleurs». Mais pour l ethnographie contemporaine, précisent F. Weber et C. Dufy, il y a là, au contraire, une véritable avancée théorique. Elles renvoient aux théories récentes qui s intéressent aux choses elles-mêmes (Appadurai, The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, 1986), aux dispositifs matériels (Callon, Laws of the market, 1998), aux justifications indigènes (Boltanski et Thévenot, De la justification. Les économies de la Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

13 grandeur, 1991) et aux relations personnelles (Weber, Le travail à côté, étude d ethnographie ouvrière, 1989 ; Godbout, L Esprit du don, 1992). La pensée de Bourdieu s inscrit également dans la lignée de l Essai sur le don. Il critique l extension de la logique marchande à toutes les sphères de l existence (la famille, l art, la science notamment), qui tend, selon lui, à «détruire toutes les valeurs». Par ailleurs, Bourdieu s inscrit dans une autre piste ouverte par Mauss, celle de la fiction et du mensonge social : dans l intervalle de temps qui sépare don et contre-don, le donateur entre dans la dépendance du donateur, devient son obligé, devient son inférieur. Au-delà de l influence de l Essai sur le don sur la pensée des sociologues et anthropologues contemporains, la création de la revue MAUSS (Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales), en 1981, est encore une preuve de la portée de cette œuvre. Il s agit d une revue interdisciplinaire, abordant des sujets à la fois en sciences économiques, en anthropologie, en sociologie et en philosophie politique. Son nom, acronyme de M. Mauss, lui rend hommage. La revue se proclame «anti-utilitariste» et critique l économisme dans les sciences sociales et le rationalisme instrumental en philosophie morale et politique. Pour ses auteurs, la référence Marcel Mauss et à la critique de l utilitarisme permettait de rassembler les énergies critiques de manière suffisamment claire et explicite. Peu à peu, dépassant la posture purement critique qui était la sienne au départ, la revue a contribué au développement de tout un ensemble de théories et d approches originales, dont le plus petit commun dénominateur est probablement ce qu elle appelle le paradigme du don, précisément dans la lignée de l essai de M. Mauss. Pour conclure, il faut noter que nombre de concepts forgés par l anthropologie furent précisés à la suite de cet essai, sans lesquels, écrivent F. Weber et C. Dufy, «l observation ethnographique resterait désarmée». Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

14 3.2 Avis de l auteur de la fiche La lecture de l Essai sur le don surprend à plusieurs endroits. Tout d abord, les idées sont comme émiettés dans le texte, coupées en morceau, mais elles sont foisonnantes. Si bien que, malgré la difficulté du style, l œuvre est réellement passionnante. La finesse des commentaires de Mauss est remarquable, et tient sans doute de la science anthropologique, qui incite à la nuance et interdit toute classification hâtive, puisque c est du «concret, qui est du complet», qu on analyse. L attention qu il porte ensuite, à séparer étude scientifique et conclusions morales dans des chapitres distincts, témoigne de sa probité à distinguer des idées de natures différentes. Le quatrième chapitre, où transparait l engagement de Mauss dans l économie sociale et solidaire, est par ailleurs d une actualité frappante. Le management est aujourd hui en effet mis à mal par l apparition de maladies du travail. Le sens du travail devient une question de centrale dans notre société. Cette perte de sens, on peut la lire à travers l Essai sur le don comme le manque d une «contre-prestation», à la fois monétaire, mais aussi d ordre social, politique ou même esthétique. Comme si, effectivement, le don de soi que l on fait en travaillant n était pas compensé par un contre-don à la hauteur. Nos riches doivent être des philanthropes, nous dit Mauss. «Il faut que les riches reviennent à se considérer comme des sortes de trésoriers de leurs concitoyens ( ) Ensuite, il faut plus de souci de l individu, de sa vie, de sa santé, de son éducation, de sa famille et de l avenir de celle-ci ( ) Et il faudra bien qu on trouve le moyen de limiter les fruits de la spéculation et de l usure». Le style est un peu désuet, mais les paroles détonnent par leur justesse dans un contexte de crise financière et d augmentation de la précarité dans les pays industrialisés. Son appel à «rester autre chose que de purs financier, tout en devenant de meilleurs comptables et de meilleurs gestionnaires» est un autre exemple de la modernité de son texte. Ainsi l œuvre de Mauss est à la fois source d optimisme et de pessimisme. Pessimisme, car il est triste de remarquer que ces idées ont déjà presque un siècle derrière elles, et qu elles ont été très peu entendues, au contraire. Optimisme, car elle apporte un argument scientifique à ce qui n est souvent qu une intuition (le besoin de solidarité, d un accomplissement de soi complet et non pas seulement économique ). Il inscrit ces besoins dans le temps long et en fait un principe vital pour la Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

15 société. Par là, il inspire et assure toute personne désirant s engager dans une économie plus solidaire et sociale. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

16 4. Bibliographie de l auteur Il est très difficile d établir une bibliographie claire de Mauss. Un seul livre fut édité de son vivant et la suite des recueils garde la marque de luttes théoriques 1 et de la séparation artificielle de la sociologie et de l anthropologie. La biographie ci-dessous présente les recueils publiés en France depuis la mort de Mauss. Pour une revue complète de ses articles (qui serait trop longue pour la faire apparaître ici), dont la plupart furent publiés dans la revue L Année Sociologique, n o u s v o u s i n v i t o n s à v o u s r e n d r e s u r l e s i t e : Mélanges d histoire des religions, Revue d histoire des religions, pp En collaboration avec Henri Hubert et jamais réédité depuis 1929, Paris Sociologie et anthropologie, Paris, Presse universitaires des France. Préface de Claude Lévi-Strauss, recueil d'articles comprenant - «Essai sur le don», - «Esquisse d une théorie générale de la magie», - «Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie», - «effet physique chez l individu de l idée de mort suggérée par la collectivité» - «Une catégorie de l esprit humain : la notion de personne, celle de «moi»» - «Les techniques du corps», «Morphologie sociale» Œuvres, présentation par Victor Karady, comprenant trois volumes : I. - La fonction sociale du sacré, 1968, Paris, Minuit, 633 p. II. - Représentations collectives et diversité des civilisations, 739 p. III. - Cohésion sociale et division de la sociologie, 1968, 1969, Paris, Minuit, collection Sens commun, 734 p, dirigée par Pierre Bourdieu Essais de Sociologie, Paris, «Points» Éditions de Minuit, Recueil sans introduction, regroupant quelques articles fondamentaux publiés par Mauss entre 1901 et

17 Écrits politiques, Paris, Fayard, textes réunis et présentés par Marcel Fournier. 814 pages Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques(1925), Paris, Quadrige/Presses universitaires de France. Introduction de Florence Weber. Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

18 5. Références Dufy C, Weber F, «Des concepts universels», Ethnographie économique, Coll. Repères, La Découverte, Paris, 2007, pp Fournier Marcel, préface de Marcel Mauss, savant et politique de Sylvain Szimira, La Découverte, Paris, 2007 Levi-Strauss Claude, «Introduction à l œuvre de Mauss», Sociologie et anthropologie, Presses universitaires de France, Paris, 12 e édition, 2010 La revue du MAUSS, Marcel Mauss, PUF, Bikard Marine Fiche de lecture : «Essai sur le don» Mars

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Habitat et Humanisme. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE

Habitat et Humanisme. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Habitat et Humanisme Fleur d Harcourt Décembre 2010 Majeure Alternative Management HEC Paris 2010-2011 D Harcourt F.

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative

Waste concern. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative Waste concern Laura Loffler Novembre 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2012-2013 Loffler Laura Fiche Initiative

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Les frontières de l action marchande

Les frontières de l action marchande Les frontières de l action marchande Action marchande/non marchande Programme doctoral sciences po 1 Objectifs de la séance Interroger les frontières entre les différentes formes d échange : Don et échange

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Sylvie Deffayet Davrout

Sylvie Deffayet Davrout Sylvie Deffayet Davrout Les clés de l autorité Renforcez votre légitimité de manager 0 Quelles sont les ressources de l autorité dans l entreprise contemporaine? 0 Quelles sont les situations susceptibles

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Jacques T. Godbout, Le don, la dette et li dentité : homo donator vs homo oeconomicus, Montréal, Boréal, 2000, 190 p.

Jacques T. Godbout, Le don, la dette et li dentité : homo donator vs homo oeconomicus, Montréal, Boréal, 2000, 190 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Jacques T. Godbout, Le don, la dette et li dentité : homo donator vs homo oeconomicus, Montréal, Boréal, 2000, 190 p. par Mireille Tremblay Nouvelles pratiques sociales,

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Panorama de la méthode en organisation

Panorama de la méthode en organisation Albert Moundosso Panorama de la méthode en organisation Les différents visionnaires, concepteurs et praticiens de l organisation du travail Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Compte rendu de lecture

Compte rendu de lecture Compte rendu de lecture Marcel MAUSS, «Essai sur le don. Forme et raison de l échange dans les sociétés archaïques», dans Sociologie et anthropologie, 4 e éd., Paris, Presses universitaires de France,

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES A. NATURE DE L INITIATIVE 1. Territoire Le territoire de l alliance de journalistes est international. Sur le plan thématique, au-delà des

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE Durée 4H, coefficient 1 L épreuve de culture générale vise un triple but : 1 ère ÉPREUVE : CULTURE GÉNÉRALE 1. Vérifier le niveau général des connaissances des candidats Si l épreuve ne comporte aucun

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

Charte déontologique

Charte déontologique Programme Archives Audiovisuelles de la Recherche Charte déontologique régissant les relations entre la FMSH et son service ESCoM et les donateurs individuels ou institutionnels # Contacts Pour toutes

Plus en détail

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO Appel à propositions de la revue ethnographiques.org Date limite de soumission : 15 janvier 2016 (Numéro à paraître printemps 2017) Depuis une vingtaine d années, les pratiques

Plus en détail

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR UNIVERSITE PARIS SUD DOSSIER : AP1_n 486 Intitulé du projet : Accompagnement Bilan Réorientation Insertion Porteur du projet : Université Versailles

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Stage de «Communication NonViolente et Coaching»

Stage de «Communication NonViolente et Coaching» La Communication NonViolente (CNV) est un processus de communication très simple et surtout concret, qui permet de se relier à ce qui est essentiel pour nous, à ce qui nous anime. A partir du langage et

Plus en détail

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur

CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur CLASSICISME ET INTERDISCIPLINAIRTÉ Une brève analyse bibliométrique des références à Paul Ricœur Cette note vise à évaluer la diffusion de l œuvre de Paul Ricœur dans l univers des revues scientifiques.

Plus en détail

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement «La diversité n est pas entre les cultures, mais inhérente à l idée même de culture, et

Plus en détail

Reconnaissance et pacification

Reconnaissance et pacification E-Séminaire de Philosophie www.domuni.eu 12 octobre 7 décembre 2015 Reconnaissance et pacification de Axel HONNETH à P. RICOEUR Présentation La théorie de la reconnaissance mutuelle, exposée par Axel Honneth,

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme

AU CŒUR RÈGLES DU JEU. C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme RÈGLES DU JEU C.Creissels Etudes, conseils et formations en urbanisme Présentation et règles du jeu de cartes «La cohésion sociale au cœur du développement durable» Un jeu pour travailler ensemble sur

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable.

Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory. Initiative de finance responsable. Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Initiative de finance responsable. La Foncière Terre de Liens Laura Loffler Janvier 2013 Majeure Alternative Management HEC Paris

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders LA FORMATION PERMANENTE DES JÉSUITES Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders N ous encourageons

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC

MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC Dossier de presse Janvier 2007 Service de presse MIEUX CONNAÎTRE L ÉVOLUTION DE LA QUALITÉ DE LA CONSTRUCTION GRĀCE AU TABLEAU DE BORD SYCODÉS CRÉÉ PAR L AQC L Observatoire de la Qualité de la Construction

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider?

CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider? CAR Le rapport à l étude : comment s y prendre/comment le guider? Travail préalable, efficacité en classe et audelà : la méthode «prévoir, agir et rétroagir» Savoir pourquoi il apprend. Prendre des initiatives

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Totnes Ville en Transition

Totnes Ville en Transition Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory INITIATIVE Totnes Ville en Transition Marion COUTEL Janvier 2012 Majeure Alternative Management HEC Paris 2011-2012 Coutel Marion

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture

Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture. Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Cités et Gouvernements Locaux Unis - Commission de culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l'agenda 21 de la culture Conseils sur la mise en œuvre locale de l Agenda 21 de la culture Document approuvé

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION»

«Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» «Construire son PROJET ASSOCIATIF : De la RÉDACTION à l EVALUATION» CDOS de Gironde Bordeaux (33) 19 Janvier Jacques LAPORTE Conseil-Formation-Coaching 1 «C est le désir qui crée le désirable et le projet

Plus en détail

Un travail didactique de «re-lecture»

Un travail didactique de «re-lecture» Comment mesurer la démocratisation? Proposition de cadre interprétatif Sylvie OCTOBRE * S il est vrai que les résultats d enquêtes viennent parfois nourrir les assertions politiques de l information à

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7

l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7 l éducation de demain Lundi 5 octobre 2015 UNESCO Paris 7 place de Fontenoy, Paris 7 Introduction TEDxChampsÉlyséesED est au service de la réflexion sur l éducation et se veut être un espace d inspiration

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

Emilien Suquet, suquet@automaths.com

Emilien Suquet, suquet@automaths.com STATISTIQUES Emilien Suquet, suquet@automaths.com I Comment réagir face à un document statistique? Les deux graphiques ci-dessous représentent l évolution du taux de chômage en France sur les 1 mois de

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Cahier des Participants. Module 6 : Cibles et Canaux. Cycle de formation pour les chargés de communication

Cahier des Participants. Module 6 : Cibles et Canaux. Cycle de formation pour les chargés de communication Cahier des Participants Module 6 : Cibles et Canaux Cycle de formation pour les chargés de communication Auteurs : Alaoui, Lannel Date : Septembre 2010 Sommaire 1 Les Principaux Canaux...2 1.1 Télévision

Plus en détail

Mission, vision, objectifs et stratégie

Mission, vision, objectifs et stratégie Chapitre 1 Mission, vision, objectifs et stratégie Chapitre 1. Mission, vision, objectifs et stratégie Conclusions clés - La majorité des hôpitaux déclare disposer d une mission, d une vision et d objectifs

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail