Communication de crise : Cas du Concorde d Air France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communication de crise : Cas du Concorde d Air France"

Transcription

1 École Supérieure de Gestion Paris Master de Marketing & Publicité Cours de Communication de Crise M. J-M. LEHU Communication de crise : Cas du Concorde d Air France Par : Salah-eddine BENNANI Hind JAMILOUN Elisabeth MENDES Safa NAJI Angela RAVALOLONIANIA Juin 2001

2 SOMMAIRE Introduction 2 I- Présentation de Air France et du Concorde 4 II- Présentation des faits 7 III- AF 4590 : une cellule de crise logistique et humaine 10 IV- Aspects techniques de l enquête concernant l accident 15 V- Répercussions juridico-réglementaires 23 VI- Communication de crise 28 VII- Enjeux économiques et stratégiques 38 VIII- Dans l attente de la reprise des vols 43 Conclusion 46 Annexes 48 Sources 49 1

3 INTRODUCTION Notre groupe de travail a choisi d étudier la crise concernant l accident du Concorde Air France en juillet Plusieurs raisons expliquent notre motivation. Tout d abord, cet événement touche une entreprise française proche de nous et connue de tous, Air France, dont l activité dans le transport aérien bénéficie d une bonne image au niveau national et international. La notoriété d une compagnie aérienne se construit sur plusieurs années de prestation de service. Autrement dit, quand une crise surgit, surtout de manière imprévue, il faut être en mesure de l affronter avec la même grandeur d esprit et d action que celle qui est présente dans le quotidien de la vie de l entreprise. Ensuite, nous avons été «attirés» par les caractéristiques de cette crise, peu commune, qui lui donnent un caractère unique et pervers. En effet, cet accident concerne un appareil mythique symbolisant une technologie particulière et avancée. Le Concorde, seul appareil supersonique au service de l aviation civile et commerciale, est en plein cœur du terrible accident. Par ailleurs, comment rester indifférent face au comble des événements qui mélangent réalité et fiction tellement la situation est unique en son genre : le crash d un avion Concorde appartenant à Air France a lieu en France, devant les fenêtres du siège social de la compagnie aérienne, au décollage de l Aéroport Roissy Charles de Gaulle, principale base aéroportuaire de la compagnie et symbole de la plate-forme à correspondances internationales, ou le «hub», dernière innovation technique et technologique d Air France. Enfin, les caractéristiques de cette catastrophe sont également une raison supplémentaire d intérêt particulier pour cette crise. La dimension humaine et internationale de l accident, dont l origine est encore partiellement un mystère, nous pousse à nous intéresser à cette affaire et à vouloir savoir ce qui s est passé. La problématique de cette crise, qui engendre un effet boule de neige par la complexité et l intéraction des parties qui peuvent être mises en cause, réside pour Air France dans les questions suivantes : comment gérer et communiquer dans un cas de crise où les causes sont encore en partie inconnues, comment gérer et communiquer afin d éviter des conséquences graves pour l entreprise et son activité? 2

4 Notre démarche pour accomplir ce dossier a été, dans un premier temps, une recherche documentaire (Internet, presse, archives de centres de documentation) ; puis, dans un second temps, nous avons eu une approche terrain par la rencontre, l entretien et l échange d informations avec certains membres du personnel Air France. De cette manière, nous avons pu aboutir à notre propre analyse sur cette affaire. Nous proposons de présenter notre réflexion sous la forme d une étude thématique des aspects de la crise concernant l accident du Concorde Air France. Nous expliquons ce choix par le fait que, pour des raisons analytiques, il aurait été difficile d avoir une approche chronologique car le facteur temps est ici complexe et variable ; et, à chaque étape temporelle, tous les thèmes sont interdépendants. C est pourquoi leur dissociation nous permet de mieux appréhender et comprendre les différents aspects de cette crise. 3

5 Secttiion I Présenttattiion d Aiir France ett du Concorde Air France détient des positions de premier plan dans la plupart de ses activités Elle est la 3ème compagnie mondiale pour le transport de passagers internationaux, 4ème mondiale pour le transport de fret international, et 2ème mondiale pour l entretien aéronautique. Durant l exercice , Air France a transporté 39,8 millions de passagers dont 2,2 millions avec la collaboration de ses partenaires aériens franchisés. Sa flotte, composée de 231 avions, compte parmi les plus jeunes d Europe et dessert 198 destinations dans 83 pays. Air France est membre fondateur de SkyTeam. Cette alliance globale met en relation quatre des principaux «hubs» du monde, Atlanta, Paris, Séoul et Mexico et place les clients au cœur de sa stratégie en leur offrant plus de lignes, un service optimisé et de nouveaux avantages. Le hub de Roissy Charles de Gaulle permet d offrir le plus grand nombre de correspondances dans les six plages de deux heures, soit plus de opportunités entre deux vols moyens-courrier et plus de correspondances entre un vol moyen-courrier et un vol long-courrier. En effet, Air France dispose du réseau moyen-courrier le plus dense d Europe avec 140 destinations qui desservent 28 pays en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et d un réseau long-courrier qui la classe parmi les plus grandes compagnies mondiales et qui comprend quelque 180 destinations dans 46 pays. Au terme de l exercice écoulé, le groupe Air France a dégagé un chiffre d affaires de 10,3 milliards d euros et un résultat net de 354 millions d euros. Elle emploie salariés. En outre, Air France propose une activité de fret avec Air France Cargo. Les entreprises clientes bénéficient de l expertise d Air France en matière de transport aérien, de l importance de ses réseaux et de la modernité de ses infrastructures. L orchestration de ses atouts a en effet permis à la compagnie de développer dans le fret un service de qualité et des délais d acheminement sûrs. Depuis janvier 2000, une nouvelle gamme de 4 produits existe :! Equation : synonyme de vitesse, est dédié au fret express. 4

6 ! Variation : s adresse au transport de marchandises spécifiques : animaux, produits périssables, marchandises réglementées, valeurs, produits hors normes.! Cohésion : est un service dédié aux entreprises.! Dimension : est le produit générique d Air France Cargo. Il répond aux besoins de groupage des agents de fret. Un large éventail de contenants de toutes dimensions permet d apporter une solution logistique à toutes les demandes. Pour Air France, la sécurité est une priorité. Depuis sa création, la compagnie a fait le choix d assurer elle-même l entretien et la maintenance de ses avions. Au-delà de la sécurité, ce choix stratégique lui autorise une meilleure gestion de l exploitation de ses appareils et la maîtrise des coûts. Il lui permet également de valoriser cette activité. En effet, sous la marque commerciale Air France Industries, la compagnie propose son savoir-faire et l outil industriel considérable qu elle a développé à plus de 100 compagnies dans le monde. Universellement reconnue pour son sérieux et la qualité de son service, la Branche logistique industrielle Air France est le deuxième opérateur mondial d entretien aéronautique multiproduits. En outre, pour offrir le meilleur service possible, une compagnie aérienne doit veiller sur sa propre rentabilité. La libéralisation et le renforcement de la concurrence, en pesant sur les marges, ont conduit les compagnies aériennes à mettre en œuvre des concepts de gestion commerciale propres à préserver ou améliorer cette rentabilité. Pour Air France, son principe de base est de rentabiliser au mieux chaque vol.. Pour les aider dans leur analyse, divers outils propres au «Revenue Management» ont été mis au point grâce à différents arbitrages : la demande des clients, un tarif adapté au type de voyage, le choix des places, la gestion des groupes, la réservation et la satisfaction du client qui est la clé de voûte du système. Bref historique Air France 1933 : Naissance d Air France par le regroupement de 5 compagnies aériennes françaises : Nationalisation d Air France : Ouverture de la ligne Paris-New York avec un temps de trajet de 23 heures 45 minutes : Mise en service des premières Caravelle et Boeing 707 qui réduisent la durée du trajet Paris-New York à 8 heures : Mise en service du Concorde, d abord sur Paris-Rio, Paris-Caracas et Paris-Washington puis l année suivante Paris-New York, reliant les deux villes en 3 heures 45 minutes : Air Inter devient Air France Europe : Fusion-absorbtion d Air France et d Air France Europe. 5

7 1999 : Succès de l ouverture du capital d Air France avec la participation de 2,4 millions de particuliers, d institutionnels français et internationaux et de 72% des salariés : Air France lance avec ses 3 partenaires Aeromexico, Delta Air Lines et Korean Air, l alliance globale Sky Team dont l objectif est le service aux clients. Bref historique Concorde 29 novembre 1962 : les gouvernements français et britannique signent un accord pour la conception et la construction en commun d un avion de ligne supersonique. 2 mars 1969 : premier vol d une durée de 42 minutes du prototype à Toulouse. 21 janvier 1976 : ouverture de la ligne Paris-Dakar-Rio de Janeiro par Air France et de Londres-Bahreïn par British Airways. 22 novembre 1977 : Air France et British Airways inaugurent enfin la desserte de New York. 6

8 Secttiion II Présenttattiion des ffaiitts 25/07/2000 : Un Concorde Air France qui allait effectuer la liaison Paris-New York, s écrase peu après le décollage près de l Aéroport Roissy Charles de Gaulle, près du lieu appelé «Patte d Oie de Gonesse», sur un hôtel nommé «Hotellissimo», situé sur la route nationale 17. Au total, 113 personnes périssent dans cet accident. L appareil avait été affrété par le Tour Operator allemand Deilmann pour des touristes allemands qui se rendaient à New York pour ensuite embarquer sur un bateau de croisière pour deux semaines vers Manta en Equateur. Informations sur la nationalité des passagers : Nationalité allemande : 96 Nationalité danoise : 02 Nationalité américaine : 01 Nationalité autrichienne : 01 Informations sur le Concorde accidenté : N de vol : AF 4590 Immatriculation : F-BTSC Escale de départ : Roissy Charles de Gaulle Escale d arrivée : New York Heure TU et locale : 14h44 TU et 16h44 heure française Personnes disparues : 100 passagers, 9 membres d équipage, 4 personnes qui se trouvaient à proximité. Le soir du drame, le PDG d Air France, Jean-Cyril Spinetta tient une conférence de presse et affirme que l accident est lié à un problème de moteur et que les microfissures détectées sur les ailes de certains appareils de ce type ne seraient pas en cause. Une enquête judiciaire est ouverte. Une mission d investigation interne à Air France ainsi qu une commission d enquête sont diligentées pour rechercher les causes de l accident. Une cellule de crise est mise en place pour les familles des victimes qui désirent se rendre à Roissy. Le Président déclare que toutes les victimes et leurs ayants-droit seront indemnisés intégralement dans la mesure du préjudice subi. 26/07/2000 : Air France décide d interrompre l exploitation commerciale du Concorde. Un porte-parole précise les causes du retard du vol AF En effet, il devait partir à 15h25 et il n a quitté son point de stationnement qu à 16h31. 7

9 Au lendemain de la tragédie, le Directeur de la Communication annonce toutes les dispositions qu Air France a prises concernant la cellule d accueil des familles. 27/07/2000 : Une cérémonie religieuse pour les familles et les proches des victimes a lieu à 17H30 en l Eglise de la Madeleine à Paris. Au moment de l hommage qui était rendu aux victimes de l accident, une minute de silence a été observée par tous les salariés d Air France dans le monde. Par ailleurs, le BEA (Bureau Enquête-Accidents) révèle les premiers éléments de l enquête. Air France communique le montant de l indemnisation ( FF par victime) représentant l avance faite aux ayants-droit des victimes du vol, et annonce la prise en charge des frais funéraires et la mise en place d une aide psychologique et administrative. 28/07/2000 : Air France dément l information publiée par un quotidien, selon laquelle une pompe de postcombustion aurait été changée le matin de l accident. Air France rappelle que les seules informations pertinentes et exactes relèvent du BEA et de la compagnie. 30/07/2000 : Suite à des articles parus dans la presse, Air France communique qu elle a fourni une assistance immédiate à la famille de Devranee Chundunsing, décédée dans l hôtel «Hotellissimo» à Gonesse, lors de l accident du Concorde. 02/08/2000 : Comme les causes du drame ne sont pas encore connues, Jean- Claude Gayssot, le Ministre des Transports décide de maintenir la suspension des vols Concorde. Le ministre indique que la date de reprise des vols sera liée à la rapidité d avancement de l enquête. 03/08/2000 : Air France réagit suite à un article paru dans la presse américaine en précisant que les déflecteurs d eau installé sur le train d atterrissage des Concorde français n avaient pas été modifiés à l instar des Concorde de British Airways en /08/2000 : Le BEA communique sa première conclusion concernant le scénario du crash en mettant en évidence que l avion a entrepris le vol sans tolérance technique avant le départ. 16/08/2000 : Les autorités aériennes française et britannique suspendent les certificats de navigabilité des Concorde, après que le BEA et son homologue britannique, l Air Accidents Investigation Branch, aient émis une recommandation de sécurité. 8

10 17/08/2000 : Air France communique sur l indemnisation des ayants-droit des victimes. La compagnie précise que ses assureurs sont déjà en contact avec les familles et les proches. 01/09/2000 : Le BEA rend public son rapport préliminaire sur la catastrophe en affirmant que cette dernière a été provoquée par un événement banal en matière aéronautique : l explosion d un pneu. 08/01/2001 : Le BEA communique n avoir plus de doute concernant l éclatement des pneus car il s agit bien d une pièce métallique tombée d un DC 10 sur la piste. 9

11 Secttiion III AF 4590 :: une cellllulle de criise llogiisttiique ett humaiine Dès les années 50, une cellule de gestion de crise est mise en place. A l époque, le taux d accidents aériens était 5 fois plus élevé qu'aujourd'hui. La médiatisation des accidents n était pas non plus la même. Il était très rare que les média communiquent sur le lieu de départ et la destination de l avion. Ils ne communiquaient pas non plus sur le type d avion, ni sur le nom de la compagnie. Mais les procédures ont bien changé depuis l époque, puisque la Société a beaucoup plus d'exigences qu il y a 50 ans. Le «zéro» défaut est devenu la condition principale. Hélas, le monde industriel est un monde à risque. Son maillon faible est l Homme, le concepteur et le pilote. Une organisation de crise efficace est une gestion la crise en amont. Cette organisation servira pour la maîtrise des événements et pour éviter que l entreprise soit déstabilisée. Néanmoins, maîtriser toute la procédure est presque totalement impossible. 1. Les typologies de crise On peut différencier plusieurs typologies de crise : Aérienne : c est le cas où au moins un passager est blessé ou décédé. Prise d otage, alerte à la bombe : relevant de la sûreté des avions. Evénements politique : guerre, coup d état... Catastrophes naturelles : volcans, inondations, cyclone, tempête Problème de santé publique. : Virus, maladies contagieuse Intoxication alimentaire. Rumeur publique concernant les avions. Installations aéroportuaires inaccessibles 2. L organisation logistique de la cellule de crise Le cœur de la cellule de crise est le CCO (Centre de Contrôle des Opérations). C est un dispositif parfaitement dimensionné et en sommeil puisqu il se déclenche uniquement en cas de crise. Il bénéficie d une grande autonomie puisqu un isolement de plusieurs jours est possible. A l intérieur de cette cellule, plus d une cinquantaine de personnes s affaire à tout régler dans les moindres détails. Des moyens techniques sont mis à leur disposition tels que des horloges indiquant les différents horaires dans les différents pays concernés, des ordinateurs, 10

12 des téléphones satellites, des micros et radios les mettant en relation avec les avions et avec la tour de contrôle grâce à un système téléphonique contactile. Tous ces moyens sont là pour rappeler l urgence et permettre aux différents agents d agir avec un maximum d efficacité et de rapidité. La gestion de toutes les opérations s effectue 7j/7 et 24h/24 à partir de la cellule de crise. Une grande table, dont la disposition est programmée d avance, trône en plein milieu de la salle. C est dans ce lieu même, que le PDG d Air France ainsi que les responsables de la sécurité se relayeront nuits et jours. C est de cet endroit également que va se développer une réflexion stratégique et que l on va communiquer au monde entier. Une télévision avec antenne satellite diffuse continuellement les programmes de plus de 15 chaînes télévisées à travers le monde. C est de cette salle que le 25/07/00 l alerte a été déclenchée puisque l avion s est écrasé juste devant les bureaux de la direction. De plus, un répertoire reprend au quotidien les personnes responsables à contacter en cas d incident. Leur nom, leur adresse personnelle, leurs numéros de téléphone, leur emplois du temps ainsi que les données utiles les concernant y figurent. Ces données sont régulièrement vérifiées pour que tout fonctionne sans délai en cas de nécessité. Sur ce répertoire figure également tous les réflexes à avoir et qui permettent d évacuer le stress dans ce genre de situation où il faut agir vite et efficacement. Trois points fondamentaux sont alors tout de suite appliqués : Mettre en place un centre d appel téléphonique, Un soutien auprès des survivants et des victimes, La maîtrise de la circulation de l information et de la communication au sein de l entreprise ainsi qu à l extérieur. Face à un éventuel accident, des locaux étaient proposés par l ADP (Aéroports De Paris). Ce local pouvait recevoir jusqu à 50 familles et Air France considérait qu il était trop petit. C est pourquoi, en février 2000, Air France négocie comme centre d accueil le Terminal 9 de l aéroport de Roissy qui est réservé normalement aux charters. Quelques problèmes demeuraient néanmoins concernant le matériel (tables, chaises, fauteuils, téléphone ). Hélas, le test de l efficacité et de la disponibilité de cette salle s effectuera beaucoup plus tôt que prévu, le 25/07 au lieu de la fin de l année comme ce qui était prévu. Malgré cette catastrophe inattendue, tout à pu être mis en place pour 19h alors que l accident a eu lieu à 16h45. Il faut également noter l'intervention des pompiers du Val-d'Oise qui ont annoncé la mise en place d'un plan rouge, décrété par la Préfecture où une cellule de crise était parallèlement installée. Plus de 200 personnes - pompiers et 11

13 sauveteurs - ont été ainsi aussitôt mobilisées. Avant 19 heures, le feu était entièrement maîtrisé. 3. La dimension humaine de la cellule de crise Air France a mis en place son dispositif de soutien aux proches des passagers et des membres d'équipage, comprenant : Une cellule de coordination crise, en contact avec les autorités aéroportuaires,, les autorités gouvernementales concernées et celle de l'aviation Civile; Un centre d'information téléphonique à Paris avec un numéro vert : et en Allemagne (à Munich), dédié aux familles concernées. Le centre parisien est géré par le personnel Air France, renforcé par des volontaires, des psychologues et des psychologues cliniciens; Des équipes de volontaires assurant le soutien et l'aide de la Compagnie. Depuis mardi 18h, une cinquantaine de "volontaires", parlant allemand, était déjà à pied d'œuvre au centre d'accueil des familles à Roissy-CDG. Ces volontaires font partie d'une équipe de plusieurs centaines d'agents de la Compagnie, préparés pour ce type de mission d'assistance; Ces équipes sont complétées par des professionnels: médecins, infirmières et assistante sociale, des médecins psychiatres, des psychologues cliniciens, des équipes de la Croix Rouge, des équipes médicales des Aéroports de Paris. Les sièges sont offerts en priorité aux familles désirant se rendre à Roissy-CDG; Le dispositif d'accueil des familles est en place à Roissy, y compris les moyens hôteliers d'hébergement; Les centres d'information téléphoniques sont restés opérationnels toute la nuit. On aurait pu penser que l accueil et l'hébergement des familles des victimes aurait pu poser problème en plein mois de juillet mais ce n'était pas le cas puisque Air France a des relations privilégiées avec le groupe ACCOR (Hôtels Sofitel notamment) qui lui débloque automatiquement plusieurs chambres et étages tout en permettant à l'hôtel de fonctionner normalement. Néanmoins, des mesures de sécurité et de préventions sont mises en œuvre pour éviter que les média, les curieux, les avocats viennent déranger les familles. En effet, les ascenseurs sont bloqués et des gardes veillent à leur tranquillité. S'il devait y avoir des problèmes concernant le nombre de chambres, un plan de déploiement était prévu sur les villes de Lille, Reims et autres mais il faut faire en sorte d éviter le moindre désagrément aux familles. En outre, pour ce genre de situation, une réquisition du préfet était possible. 12

14 De plus, Air France a aidé juridiquement les familles des victimes pour la constitution d'une association et prépare activement la date du premier anniversaire de l accident. Cette cellule centrale d'assistance a pour nom de code: "Cellule AF4590". Elle couvre donc l'ensemble des points concernant le suivi et l'assistance des familles des victimes et blessés au sol, ainsi que les dommages et préjudices causés par l'accident. Elle assure en outre, le recueil et la consolidation des informations ou contacts liés aux procédures d'enquête en cours ou à venir diligentées par les autorités judiciaires. Elle prépare également la mise en œuvre de l'indemnisation des victimes en liaison permanente avec la Direction des Affaires Juridiques d'air France, les assureurs et leurs représentants. 4. La gestion de la crise en interne Le Concorde, c'est avant tout 6 avions et 12 équipages et donc des relations d'amitiés et familiales entre le Personnel Navigant Commercial (PNC). Il a fallu donc mettre en place une organisation de soutien psychologique pour 3 types de population: - La population Front Line (celle qui intervient sur le Concorde régulièrement : techniciens, hôtesses et stewards, pilotes du Concorde), - La population du même métier (tous les employés d'air France et notamment le Personnel Navigant Commercial), - La population des volontaires qui vont être en contact tout au long de cette difficile période avec des gens choqués et qui donc risque d'être très perturbés par toute cette tension. Des psychologues et psycholègues (interne à l'entreprise + assistance sociale ) se sont mobilisés durant quelques jours pour leur venir en aide. L'hôpital Militaire Parisien a pris ensuite le relais pendant de très longs mois. Le problème le plus fréquent était celui de la culpabilité que ressentaient ces personnes sur leur propre intervention professionnelle. C'est le cas notamment des mécaniciens, des chefs d'escale, des techniciens, des autres membres d'équipages Hélas, l'évaluation de l'impact en interne est très difficile à évaluer et souvent des reconversions au sol ont été obligatoires pour le personnel le plus affecté par le drame. Air France a pris également la décision d'interdire à son PNC d'aller sur le site du crash et de se rendre à l'institut Médico-légal pour éviter un plus grand traumatisme. Cependant, la très forte mobilisation du personnel d'air France nous dévoile que la compagnie aérienne est une grande famille et traduit l'émotion et la 13

15 solidarité des salariés à l'égard des familles des passagers et des membres de l'équipage. 5. L échange des informations entre Air France et British Airways L'échange de données a été primordial tout au long de cette période entre les Autorités d'aviation des différents pays: Allemagne, Angleterre, France et même les Etats Unis. Néanmoins, l'information la plus importante circulait entre Air France et British Airways. Même si cette dernière poursuivait ses vols, il était nécessaire de communiquer à l'autre les décisions prises pour coordonner les actions et avoir un point de vue commun par rapport au problème. Il est vrai qu'on pourrait reprocher à Air France sa démarche technocratique qui consiste à gérer les événements comme une suite d'étapes obligatoires alors que le problème était de dimension humaine. En revanche, on peut les féliciter de ne pas avoir fait appel à une agence de conseils et d'avoir pu gérer tout ceci en interne. Le plus étonnant dans cette affaire, c'est que 2 ans auparavant, la cellule de crise avait eu un entretien avec la Directrice d'une agence de communication au sujet de l'attitude à avoir face à un accident d'avion. Cette personne avait posé l'hypothèse que cette avion pourrait être le Concorde, qu'il transporterait des passagers étrangers et qu'il s'écraserait à Roissy même, juste devant les bureaux d'air France. Les membres de la Direction de la Sécurité avaient refusé de prendre au sérieux cette hypothèse car ils considéraient que cela ne pouvait pas arriver au Concorde (l'avion selon eux le plus sûr au monde) et encore moins au départ de Roissy, juste après avoir subit tous les contrôles techniques. Hélas, cette trop grande confiance en les capacités techniques de cet avion a fait que la surprise soit encore plus grande. C est cette dimension technique que nous allons développer maintenant. 14

16 Secttiion IV Aspectts ttechniiques de ll enquêtte concernantt ll acciidentt La crise du Concorde trouve son origine dans le crash du 25 juillet 2000, du vol Air France S agissant d un écrasement, la dimension technique de la crise prend une importance légitime. En effet, le management de cette crise dépend particulièrement des explications techniques qui seront communiquées, aussi bien par les opérateurs français et britanniques que par toute autre source susceptible d avoir une crédibilité auprès du public. Sans doute, l une des toutes premières préoccupations des exploitants du Concorde, des familles des victimes, des autorités et du grand public en général est de savoir comment et pourquoi l avion s est écrasé. Ce besoin de savoir est d autant plus fort que c est un avion mythique, le seul avion supersonique en exploitation commerciale, qui fait l objet d une catastrophe, avions-nous pensé, ne touchant que les «anciens objets volants». C est justement ce caractère distinctif du Concorde qui donne à la crise une toute autre dimension que s il s agissait d un autre appareil. Ainsi, on commencera cette section par une brève présentation des spécificités techniques du Concorde et des règles de son exploitation, avant de rappeler l'historique de ses incidents et de traiter l évolution des faits liés à la crise objet de notre étude. 1 - Spécificités techniques du Concorde La principale particularité du Concorde est d être le seul avion supersonique exploité dans l aviation civile. Une rareté qui caractérise l avion le plus complexe à concevoir, à produire et à exploiter. En effet, bien que 13 avions aient été utilisés avant le crash, 20 avaient été produits entre 1966 et Aussi, le premier vol commercial a dû attendre plus de 13 ans depuis la décision de coopération entre la France et la Grande Bretagne qui a été prise en Le premier prototype a tardé presque 7 ans pour être achevé. Le «premier rêve d un avion civil supersonique» était à l origine britannique et date de La principale difficulté de conception était de formuler l équation aérodynamique qui permet de faire voler et de contrôler un avion une fois «le mur du son» franchi. Plusieurs modèles furent conçus, proposant des combinaisons Vitesse (1.2 à 2.2 mach) Capacité (100 à 150 passagers) Rayon d action (2400 à 15

17 5600 Km), et soumis à des études de faisabilité. Le gouvernement britannique opte finalement pour un Bristol type 223, ayant 4 moteurs Olympus de Rolls-Royce, capable de décoller avec un poids maximum de lb, transportant 100 passagers sur un parcours transatlantique. Il était clair que ce projet allait être trop coûteux et demanderait la mobilisation de personnels, des moyens de recherche et développement qu il serait avantageux de partager avec un autre pays. On pense alors aux Etats-Unis, l Allemagne et la France. Après plusieurs discussions, les britanniques (BAC : British Aircraft Corporation) et les français (Sud-Aviation, qui deviendra Aérospatiale) élaborent une proposition commune : un avion à dimensions communes mais à aménagements intérieurs différents. L un a 100 sièges avec un poids maximum au décollage de lb, l autre a 90 sièges et un poids maximum au décollage de lb. Descriptif du Concorde Modèle Français : Avion supersonique à aile delta à la gothique et dérive centrale ; Propulsé par 4 réacteurs Rolls-Royce Olympus 593 installés dans deux paires de nacelles accouplées sous les ailes ; Fuselage à m de longueur (70.51 m pour Boeing 747) et à 2.87 m de largeur (5.80 m pour Boeing 747) ; Poids maximum au décollage : 185 tonnes ; Poids maximum à l atterrissage : 111 tonnes ; Capacité carburant : 96 tonnes ; Nombre de sièges : 100 ; Rayon d action : km ; Vitesse de croisière : mach 2.02 ; Durée du voyage Paris CDG New York JFK : 3h35 (7h45 pour les subsoniques). 2 - Règles d exploitation du Concorde Comme tout autre avion, le Concorde est assujetti au certificat de navigabilité délivré par l autorité, la Direction Générale de l Aviation Civile en France, et à un entretien régulier. Le programme d entretien du Concorde est défini par le constructeur et l exploitant. Il est présenté à la DGAC pour approbation. Il comporte des visites quotidiennes, ainsi que des travaux et vérifications lors de visites techniques : - Visite A, toutes les 210 h de vol ; - Visite B, toutes les 420 h de vol ; - Visite C, toutes les h de vol ; - Visite IL, toutes les h de vol ; 16

18 - Et la Grande Visite, lors de laquelle l appareil est entièrement démonté et vérifié, toutes les heures de vol. Le suivi technique des moteurs est réalisé par Air France (British Airways en Grande Bretagne), à partir des directives données par Rolls-Royce et Snecma. A rythme plus cadencé, des contrôles quotidiens sont effectués pour répondre aux commentaires apportés par les équipages après chaque vol, ainsi qu un essai moteurs à «point fixe». 3 - Historique des incidents du Concorde Depuis sa première année d exploitation, le Concorde a enregistré divers incidents techniques. On présente par la suite les plus marquants d entre eux. # 28 novembre 1977 Un Concorde d Air France (Paris Rio De Janeiro) rate son atterrissage à Dakar. L avion écrase sa roulette de queue. # 8 février 1978 Un Concorde d Air France fait demi-tour au-dessus de l atlantique à la suite de «vibrations anormales» dans deux des quatre réacteurs. # 15 juin 1979 Deux pneus d un Concorde d Air France éclatent lors d un décollage de Washington. L avion, dont une aile et un réservoir sont endommagés, se pose 20 minutes plus tard sur une piste recouverte de mousse carbonique, sans blessés. # 10 octobre 1981 Une panne d ordinateur oblige à arrêter un des quatre réacteurs du Concorde de British Airways reliant Londres à New York, et à se poser à Boston. # 8 avril 1988, un incident que Air France a toujours passé sous silence A CDG, le réacteur 3 d un Concorde d Air France tombe en panne. Le commandant parvient à freiner in extremis et l avion rentre pour inspection. Une heure après, le Concorde décolle et c est le quatrième réacteur qui est victime d un dysfonctionnement. Plus précisément sur le turboréacteur, dans la section de sortie de la tuyère primaire, élément essentiel de surveillance du fonctionnement des réacteurs. Le risque étant l explosion. Après avoir coupé le réacteur 4, les pilotes ont été obligés de vidanger les 55 tonnes de sous forme de nuage pulvérisé, afin de pouvoir atterrir. 17

19 # 13 avril 1989 Un hublot d un Concorde d Air France se fissure au-dessus de l atlantique alors que l appareil vient de franchir le mur du son, obligeant le pilote à faire un piqué et à revenir sur Paris. # Juin 1995 Un mystérieux boulon est à l origine d un incident de vol sur un Concorde de British Airways (New York Londres), obligeant le pilote à réduire la vitesse de l avion, après avoir provoqué une saute de puissance sur l un de ses réacteurs. L avion, passé en dessous de la barrière du son, parvient à rejoindre l aéroport de Heathrow. # 26 mai 1998 Un Concorde de British Airways à destination de New York fait demi-tour après une heure de vol à cause de problèmes techniques sur les ailes. # 30 janvier 2000 Deux Concorde de British Airways sont contraints à des atterrissages d urgence en moins de 24 heures. L un après l extinction d un de ses quatre réacteurs, l autre après le déclenchement dans le cockpit d une alarme signalant un incendie à bord. # 9 août 1981, 15 novembre 1985, 29 janvier 1988, 15 juillet 1993 et 25 octobre 1993 Des projections de pneus auraient pu endommager les réservoirs. # 24 juillet 2000 British Airways retire de sa flotte un des Concorde, comme mesure de précaution. Ce Concorde avait des fissures dans des zones «non critiques». Les constructeurs déclarent les autres appareils valables pour vol. Malgré tous ces incidents, le Concorde est toujours considéré l un des avions les plus sûrs. Son historique ne marque aucune catastrophe alors que certains avions subsoniques battent leurs records en accidents. 4 - Les scénarios du crash du 25 juillet 2000 Le mardi 25 juillet 2000, à 16h44 (Paris), le vol d Air France 4590 de Paris CDG à New York JFK, assuré par un Concorde, s écrase au décollage. Ce descriptif est la toute première donnée 100% fiable, relative à la crise du Concorde. Deuxième donnée fiable : les 100 passagers, les 9 membres d équipage du vol et 4 personnes à terre sont toutes décédées suite au crash. 18

20 Hormis ces deux certitudes, on apprend plus tard que l avion dégageait une fumée et du feu juste avant de décoller, et une fois en l'air, s est incliné à gauche, s est retourné et s est écrasé. De la part des autorités et du transporteur Air France, les mesures de réactions habituelles ont été prises et une commission d enquête était déléguée pour déterminer les causes de l accident. Les journalistes et reporteurs étaient déjà en course pour trouver une explication à ce qui s était passé. Air France communique les premières données concernant l avion : il s agit du Concorde immatriculé F-BTSC, mis en service le 23 octobre 1980, ayant à son actif heures de vol, pour atterrissages. On précise que cet appareil avait subi une visite C le 28 avril 2000, une visite au 21 juillet 2000 et sa dernière Grande Visite terminée le 30 septembre On précise également que l avion n avait pas de micro fissures. L avion avait un retard de 1h06, selon Air France, pour deux raisons : - Technique : A son retour de JFK le 24 juillet, la reverse du moteur 2 du Concorde était inopérante. La pièce manquante n'était pas disponible pour faire la réparation. L'avion pouvait néanmoins repartir sans réparation, en tolérance technique autorisée par le constructeur. Cela a été proposé au commandant de bord. Compte tenu de la charge (avion complet), le commandant de bord a toutefois demandé le remplacement de la pièce inopérante avant d'entreprendre le vol. La pièce a été immédiatement prélevée sur un Concorde de réserve. La réparation a été effectuée en 30 minutes. - Exploitation : Les 100 passagers de ce vol spécial étaient tous en correspondance courte à CDG, avec bagages. L'arrivée tardive de certains bagages à l'avion a accentué le retard. Le 27 juillet, le BEA, Bureau Enquêtes-Accidents, responsable de l'enquête technique communique les premiers éléments suivants : «Pendant le décollage, alors que l'avion a dépassé V1 (vitesse de décision), la tour signale à l'équipage des flammes à l'arrière de l'appareil. On note dans l'enregistrement phonique qu'après la rotation, l'équipage annonce une panne du moteur n 2 et, un peu plus tard, que le train ne rentre pas. L'enregistreur de paramètres montre pendant la rotation une décroissance des paramètres du moteur n 2 jusqu'à son arrêt et une baisse temporaire des paramètres du moteur n 1. Il indique également que la vitesse ne varie pratiquement pas et que l'altitude ne varie que très peu. L'appareil est en vol depuis 19

CG conseil. Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward DOCUMENT DE SYNTHESE. Janvier 2009. En collaboration avec

CG conseil. Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward DOCUMENT DE SYNTHESE. Janvier 2009. En collaboration avec DOCUMENT DE SYNTHESE Qualification de PNC - MEMBRE D ÉQUIPAGE DE CABINE Hôtesse/Steward Janvier 2009 En collaboration avec CG conseil Fanny Montarello 1 - Définition de la qualification Les Personnels

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE

LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE LE BOEING 777, AU CŒUR DE LA STRATEGIE D AIR FRANCE 1 1 -, une des compagnies exploitant le plus de Boeing 777 2. Le Boeing 777 est un outil particulièrement bien adapté aux besoins d exploitation d Une

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information.

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information. Plan d intervention d urgence en cas d attaque contre les systèmes d information ou de faille technique des systèmes d information «PIU Cyber» (version publique) Ministère d État Ministère de l Économie

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Plan d urgence d aérodromes Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Généralités Cadre réglementaire Plan d urgence d aérodrome Facteurs clés de succès Sommaire Planification des mesures

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09)

Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09) Fiche pratique n 4 : la responsabilité des compagnies aériennes (22/07/09) Surbooking (surréservation), perte des bagages, annulation des vols Les occasions de litiges avec les compagnies aériennes sont

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise

L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise L impact d un incident de sécurité pour le citoyen et l entreprise M e Jean Chartier Président Carrefour de l industrie de la sécurité 21 octobre 2013 - La Malbaie (Québec) Présentation générale La Commission

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle de PERSONNEL NAVIGANT COMMERCIAL DU TRANSPORT AERIEN

Certificat de Qualification Professionnelle de PERSONNEL NAVIGANT COMMERCIAL DU TRANSPORT AERIEN CQP Certificat de Qualification Professionnelle de PERSONNEL NAVIGANT COMMERCIAL DU TRANSPORT AERIEN Mars 2015 Avec la collabora on de Fanny Montarello 1 - Définition de la qualification Les PERSONNELS

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

LE CADRE JURIDIQUE EN VIGUEUR CONCERNANT LE TRANSPORT AERIEN

LE CADRE JURIDIQUE EN VIGUEUR CONCERNANT LE TRANSPORT AERIEN Fiche Pratique TRANSPORTS AERIENS : DROIT DES PASSAGERS En matière de transports aériens, les sources d ennuis sont nombreuses : retard, annulation de vol, refus d embarquement, bagage égaré, perdu ou

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute.

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute. Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en avion Le Règlement européen n 261/2004 définit les droits des passagers aériens victimes d une annulation, d un retard ou d un surbooking.

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Conditions du contrat et autres informations importantes

Conditions du contrat et autres informations importantes Conditions du contrat et autres informations importantes CONDITIONS DU CONTRAT ET AUTRES INFORMATIONS IMPORTANTES LES PASSAGERS EFFECTUANT UN VOYAGE VERS UNE DESTINATION FINALE OU INCLUANT UN ARRET DANS

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Information sur l Assurance MOTO

Information sur l Assurance MOTO group Information sur l Assurance MOTO Avec AssurOne Group, l assurance Moto devient simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler en toute

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR

LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR DOSSIER DE PRESSE LE VOYAGE D AFFAIRES DANS LES AGENCES AFAT VOYAGES et SELECTOUR PROXIMITE, SERVICE, TECHNOLOGIE Contacts Presse : Sophie ORIVEL : 06 32 10 69 71 Julie SORIEUL : 06 32 14 53 37 presse@asvoyages.fr

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE

RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE RÈGLES RELATIVES AU TEMPS DE TRAVAIL ET DE REPOS DU PERSONNEL D EXPLOITATION FERROVIAIRE TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial Page 1 de 5 1. Définition : Par catastrophe majeure, on entend une circonstance exceptionnelle qui bouleverserait la vie de l école durant plusieurs jours, à titre d exemple, un incendie, une catastrophe

Plus en détail

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090

DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 DATE D'ENTRÉE EN VIGUEUR : 2013-12-27 TARIF INTERNATIONAL RÈGLE AC : 0090 TITRE/APPLICATION 70 REFUS D EMBARQUEMENT A) LORSQUE AIR CANADA EST DANS L IMPOSSIBILITÉ DE FOURNIR DES PLACES ANTÉRIEUREMENT CONFIRMÉES

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS

REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS REGLEMENT D UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE AFFECTÉS Janvier 2010 1/5 Règlement d utilisation des véhicules de service affectés 1) Conditions générales d utilisation La mise à disposition et l utilisation

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé service RH EVALUATION GDI DU SALARIE Employé service RH NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien Ce que

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage

RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02. Formation en gestion des ressources de l équipage RÉÉVALUATION DE LA RÉPONSE À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ AÉRONAUTIQUE A09-02 Contexte Formation en gestion des ressources de l équipage Le 7 janvier 2007, le Beech A100 King Air (immatriculation

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-182

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-182 Paris, le 24 septembre 2013 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-182 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative aux conditions dans lesquelles un véhicule a été confisqué par des fonctionnaires

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Sommaire Généralités sur la certification des aérodromes Référentiels Exigences

Plus en détail

Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé

Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé Règlement sur l accessibilité du transport aérien résumé Disponible sur divers supports L information contenue dans cette brochure est une description générale des dispositions du Règlement sur les transports

Plus en détail

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables,

NOR: DEVT0769851A. Le ministre d Etat, ministre de l écologie, du développement et de l aménagement durables, Arrêté du 21 décembre 2007 relatif à l agrément des experts ou organismes qualifiés pour évaluer la conception et la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Bureau Enquêtes-Accidents

Bureau Enquêtes-Accidents Bureau Enquêtes-Accidents RAPPORT relatif à l'incident grave survenu le 6 avril 1999 au Havre (76) à l'avion Cessna T500 immatriculé F-GJDG exploité par Air Normandie F-DG990406 AVERTISSEMENT Ce rapport

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE

LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE LE BRUIT A BORD DES NAVIRES DE PECHE SOMMAIRE ENJEUX EN MATIERE DE PREVENTION ETAT DES LIEUX : ENSEIGNEMENTS DE L ETUDE «ERGOSPACE» EVOLUTION REGLEMENTAIRE EXEMPLE DANOIS ACTIONS ENGAGEES ENJEUX - 1 Le

Plus en détail

MORPHO CRIMINAL JUSTICE SUITE

MORPHO CRIMINAL JUSTICE SUITE MORPHO CRIMINAL JUSTICE SUITE UNE GAMME COMPLÈTE DÉDIÉE AUX MISSIONS DE LA POLICE JUDICIAIRE 2 1 3 Morpho offre aux forces de l ordre une gamme complète de produits pour les assister dans les recherches

Plus en détail

G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle.

G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle. G22 Un aéroport : Paris Charles de Gaulle. Visite guidée de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle L'aéroport Paris Charles de Gaulle Terminal 1 Terminal 2 Les tours de contrôle Une zone d'enregistrement

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 AN-Conf/11-WP/57 25/6/03 ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 Point 5 : Examen des résultats de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2003 de l UIT

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année

Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Organisation pratique de la partie professionnelle de la deuxième année Rappel sur le stage professionnel... Il se déroule en deux temps et recouvre deux réalités différentes : le stage ouvrier en juin

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Santé» CSSSS/13/042 DÉLIBÉRATION N 09/017 DU 17 MARS 2009, DERNIÈREMENT MODIFIÉE LE 22 JANVIER 2013, RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Service d'assistance aux personnes handicapées et à mobilité réduite Règlement Européen 1107/2006 Normes de qualité

Service d'assistance aux personnes handicapées et à mobilité réduite Règlement Européen 1107/2006 Normes de qualité Service d'assistance aux personnes handicapées et à mobilité réduite Règlement Européen 1107/2006 Normes de qualité Préambule Conformément à l'article 9, paragraphe 3 du règlement européen 1107/2006, Aéroports

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou

Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou Philippe BELLARD Congrès FANAF Février 2014 - Ouagadougou l Assistance L assistance : Un complément naturel, logique et indissociable de l Assurance? Assurance : Une contrainte obligatoire Assistance :

Plus en détail