Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le nouveau droit comptable. théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015"

Transcription

1 théorie et cas pratiques - présentation du 2 décembre 2015

2 Gilles Chanez associé, responsable du département comptable expert-comptable diplômé, expert-réviseur agréé Il dispose de plus de 25 ans d expérience en matière de comptabilité, d audit, d expertise et de conseil. Il possède une solide expérience des normes comptables suisse (CO et Swiss Gaap RPC). Claude Heri directeur, département audit expert-comptable diplômé, expert-réviseur agréé Il bénéficie de plus de 20 années d expérience en matière d audit et d expertise comptable. Au sein de notre groupe, il supervise le département audit du bureau de Lausanne, en étroite collaboration avec l équipe de Genève.

3 Sommaire I. Cadre légal introduction titre trente-deuxième - structure aperçu des principales nouveautés entrée en vigueur entreprises concernées principes de présentation II. Présentation des comptes annuels bilan (actif / passif) annexe compte de résultat modèle de comptes annuels complet III. Points spécifiques évaluation normes comptables reconnues propres actions rapport de gestion monnaies étrangères comptes consolidés

4 I. Cadre légal

5 Introduction 23 décembre 2011: adoption du nouveau droit comptable articles 662 à 663b CO et 663d à 669 CO du droit de la SA abrogés titre trente-deuxième, articles 957ss. CO «tenue de la comptabilité commerciale et de la présentation des comptes» complétés anciennement 7 articles, complétés par les dispositions dans le droit des sociétés et dans le code civil (associations et fondations) maintenant 29 articles, référence unique, et abrogation de toutes les autres dispositions. 5

6 Titre trente-deuxième - structure nouvelle structure art.957 à 958f CO dispositions générales, art.959 à 960e CO comptes annuels, art.961 à 961d CO présentation des comptes des grandes entreprises, art.962 à 962a CO états financiers établis selon une norme comptable reconnue, art.963 à 963b CO comptes consolidés. les articles suivants n ont pas encore été modifiés art.671 à 674 CO réserves, art.675 à 677 CO dividendes, intérêts intercalaires, tantièmes, art.678 à 679 CO restitution de prestations, art.680 CO versement des actionnaires, art.725 à 725a CO perte de capital, surendettement. 6

7 Aperçu des principales nouveautés Selon l ancien droit comptable présentation des comptes et obligation de tenir une comptabilité sur la base de la forme juridique Selon le nouveau droit comptable présentation des comptes et obligation de tenir une comptabilité sur la base de l importance économique les grandes entreprises (c est-à-dire celles soumises au contrôle ordinaire) ont des exigences supplémentaires concernant le contenu des comptes annuels et le rapport annuel (art.961 CO), obligation pour certaines entreprises de dresser des états financiers selon une norme reconnue (art.962 CO), obligation et libération de l obligation de dresser des comptes consolidés (art.963 et 964 CO), allègements pour les PME (relèvement des seuils pour les comptes consolidés, suppression de l évaluation des risques dans l annexe, pas de rapport annuel), présentation des actions propres en diminution des fonds propres, fin de l activation des frais de constitution et d organisation, possibilité de rédiger les comptes annuels en anglais, possibilité de présenter les comptes annuels en monnaie étrangère, application de la délimitation périodique (exception pour toutes les petites structures avec un chiffre d affaires inférieur à CHF ) 7

8 Entrée en vigueur et dispositions transitoires entrée en vigueur 1 er janvier 2013 comptes annuels statutaires obligatoire pour les exercices démarrant au 1 er janvier 2015 comptes consolidés obligatoire pour les comptes démarrant au 1 er janvier 2016 première application possibilité de renoncer à mentionner les chiffres de l exercice précédent, si les chiffres de l exercice précédent sont mentionnés, possibilité de déroger au principe de permanence de la présentation et à la structure des comptes. Ce choix doit être commenté dans l annexe. 8

9 Entreprises concernées (art.957 CO) Doivent tenir une comptabilité et présenter des comptes : les entreprises individuelles et les sociétés de personnes qui ont réalisé un chiffre d affaires supérieur à CHF lors du dernier exercice, les personnes morales. Les entreprises suivantes ne tiennent qu une comptabilité des recettes et des dépenses, ainsi que du patrimoine : les entreprises individuelles et les sociétés de personnes qui ont réalisé un chiffre d affaires inférieur à CHF lors du dernier exercice, les associations et les fondations qui n ont pas l obligation de requérir leur inscription au registre du commerce, les fondations dispensées de l obligation de désigner un organe de révision (art.83b al.2 CC). 9

10 Entreprises concernées (art.957 CO) Entreprise individuelle Produits < CHF Chiffre d affaires < CHF Chiffre d affaires > CHF Société de personnes Personne morale Association et fondation sans obligation d inscription au RC Association et fondation avec obligation d inscription au RC Fondation dispensée d un OR (accord autorité de surveillance) entreprises concernées par le nouveau droit comptable (art.957 al.1 CO) dérogation au principe de délimitation périodique comptabilité de recettes et de dépenses (art.985b al.2 CO et art.957 al.2 ch.1 CO) 10

11 Principes de présentation des comptes annuels Selon l ancien droit comptable «Les comptes sont dressés conformément aux principes généralement admis dans le commerce.» «Les intéressés doivent se rendre compte aussi exactement que possible de la situation économique de l entreprise.» But et établissement des comptes (bilan et compte de résultat) Selon le nouveau droit comptable «Les comptes doivent présenter la situation économique de l entreprise de façon qu un tiers puisse s en faire une opinion fondée.» Règles fondamentales: - continuité de l exploitation - délimitation périodique ARTICLES CO 957a a 958b 958c al.1 - clarté et caractère essentiel des informations - intégralité - prudence - interdiction de compensation d actif passif - continuité dans la présentation et l évaluation - principe de continuation Principes de régularité Monnaie de présentation - clarté et intelligibilité - intégralité - prudence - interdiction de compensation d actif passif - permanence de présentation et d évaluation. - continuité d exploitation - fiabilité - importance relative - en francs suisses - en francs suisses ou en monnaie fonctionnelle, avec contre valeur en francs suisses 11

12 II. Présentation des comptes annuels Actif

13 Présentation - actif La notion d actif est désormais définie expressément dans la loi (art.959 al.2 CO). Les éléments du patrimoine doivent remplir les conditions suivantes : l entreprise peut disposer des éléments du patrimoine en raison d événements passés, elle en attend un flux d avantages économiques, la valeur peut être estimée avec un degré de fiabilité suffisant. Les éléments du patrimoine qui ne remplissent pas ces conditions ne peuvent pas être portés au bilan. Les frais de fondation, d augmentation de capital et d organisation, ne représentant pas un flux d avantages économiques, sont à comptabiliser en compte de résultat. 13

14 Présentation - actif Le nouveau droit donne de plus une définition de l actif circulant et de l actif immobilisé (art.959 al.3 CO): L actif circulant comprend la trésorerie et les actifs qui seront vraisemblablement réalisés au cours des douze mois suivant la date du bilan, dans le cycle normal des affaires ou d une autre manière. L actif immobilisé comprend tous les autres actifs, notamment les valeurs acquises en vue d une utilisation ou d une détention à long terme. Nouveauté: Le nouveau droit exige que les créances envers les détenteurs de participations, directes et indirectes, envers les organes et envers les sociétés dans lesquelles l entreprise détient une participation directe ou indirecte soient présentées séparément, dans le bilan OU dans l annexe. 14

15 Présentation - actif Selon l ancien droit comptable Liquidités Titres de placement Débiteurs Autres débiteurs Stocks et travaux en cours Actif transitoire Propres actions Immobilisations financières Immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Capital-actions non libéré Frais de fondation, d augmentation et d organisation Selon le nouveau droit comptable Actif circulant Liquidités / trésorerie Actifs cotés en bourse détenus à court terme Créances résultant de la vente de biens et de prestations de services Autres créances à court terme Stocks et prestations de services non facturées Actifs de régularisation Actif immobilisé Immobilisations financières Participations Immobilisations corporelles Immobilisations incorporelles Capital social non libéré ARTICLES CO 959, al a, al. 1 15

16 II. Présentation des comptes annuels Passif capitaux étrangers

17 Présentation passif capitaux étrangers Le passif comprend les capitaux étrangers et les capitaux propres. La notion de passif est définie expressément dans le nouveau droit comptable (art.959 al.5 CO). Pour qu une dette soit inscrite au bilan dans les capitaux étrangers, les conditions suivantes doivent être remplies: la dette résulte de faits passés, elle entraîne un flux probable d avantages économiques à la charge de l entreprise, sa valeur peut être estimée avec un degré de fiabilité suffisant. De plus, une distinction doit être faite entre les capitaux étrangers à court terme et à long terme (art.959 al.4 CO). 17

18 Présentation passif capitaux étrangers Le nouveau droit donne une définition des capitaux étrangers à court terme et des capitaux étrangers à long terme (art.959 al.5 CO) : Les capitaux étrangers à court terme comprennent les dettes qui seront vraisemblablement exigibles dans les douze mois suivant la date du bilan ou dans le cycle normal des affaires, Les capitaux étrangers à long terme comprend toutes les autres dettes sont classées dans les capitaux étrangers à long terme. Nouveauté: Le nouveau droit exige que les dettes envers les détenteurs de participations, directes et indirectes, envers les organes et envers les sociétés dans lesquelles l entreprise détient une participation directe ou indirecte soient présentées séparément, dans le bilan OU dans l annexe. 18

19 Présentation passif capitaux étrangers Selon l ancien droit comptable Fonds étrangers Fournisseurs Créanciers Passif transitoire Dettes à long terme Provisions pour risques et charges Selon le nouveau droit comptable Capitaux étrangers à court terme Dettes résultant de l achat de biens et de prestations de services Dettes à court terme portant intérêt Autres créances à court terme Passifs de régularisation Provisions Capitaux étrangers à long terme Dettes à long terme portant intérêt Autres dettes à long terme Provisions et postes analogues prévus par la loi ARTICLES CO 959, al a, al. 2 19

20 II. Présentation des comptes annuels Passif capitaux propres

21 Présentation passif capitaux propres Le nouveau régime comptable simplifie la structure des réserves en opérant une distinction entre les réserves légales issues du capital et du bénéfice d une part, et les réserves facultatives issues du bénéfice d autre part. La réserve de réévaluation disparait, dans la mesure où, après la révision du droit de la société anonyme, les réévaluations ne devraient plus être possibles. Jusqu à ce que cette révision entre en force, il reste donc possible de procéder à des réévaluations. Les propres actions ne sont désormais plus inscrites à l actif du bilan, mais doivent être portées en déduction des capitaux propres. Cet état de fait repose sur l idée que d un point de vue économique, le «remboursement» aux actionnaires entraine une réduction du capital qui doit être présentée clairement en tant que telle dans le bilan. Reste ouverte la question de la nécessité de constitution d une réserve pour propres actions. Les avis divergent à ce sujet. 21

22 Présentation passif capitaux propres Selon l ancien droit comptable Fonds propres Capital-actions / capital social / capital de la société Coopérative / fortune de la fondation Réserves légales Réserve pour actions propres Réserve de réévaluation Bénéfice / perte reporté(e) au bilan Selon le nouveau droit comptable Capitaux propres Capital social ou capital de la fondation, le cas échéant ventilé par catégories de droit de participation Réserve légale issue du capital (réserves issues d apports de capital, autres réserves de capital) Réserve légale issue du bénéfice (réserve légale/générale, réserve pour propres actions) Réserve de réévaluation Réserves facultatives issues du bénéfice, ou pertes cumulées Propres parts du capital en diminution des capitaux propres (propres actions) ARTICLES CO 959 al a al.2 22

23 II. Présentation des comptes annuels Compte de résultat

24 Présentation compte de résultat Le compte de résultat reflète la performance des activités de l entreprise durant l exercice (art.959b CO). Il peut être établi : selon la méthode de l affectation des charges par nature compte de résultat par nature, selon la méthode de l affectation des charges par fonction compte de résultat par fonction. Le nouveau droit exige en outre que les positions soient présentées dans l ordre indiqués. Lorsque le compte de résultat est établi selon la méthode de l affectation des charges par fonction, les charges de personnel, ainsi que les amortissements et corrections de valeur sur les postes de l actif immobilisé, doivent être indiqués séparément dans l annexe (art.959b al.4 CO). Les impôts directs doivent désormais être présentés en tant que position séparée. Les charges et produits exceptionnels, uniques ou hors période doivent également être présentés séparément. 24

25 Présentation compte de résultat Charges de matériel Charges de personnel CHARGES Autres charges d exploitation Compte de résultat par NATURE PRODUITS Produit net des ventes de bien et de prestations de service Résultat d exploitation avant impôt, intérêts et amortissements Amortissements et corrections de valeur Résultat d exploitation avant impôt et intérêts Charges financières Résultat d exploitation courant avant impôt Charges hors exploitation Charges exceptionnelles, uniques ou hors période Résultat avant impôt Impôts directs Résultat de l exercice Variation des stocks de produits finis, semifinis et de prestations de services non facturées. Produits financiers Produits hors exploitation Produits exceptionnels, uniques ou hors période Compte de résultat par FONCTION CHARGES Coûts d acquisition ou de production des biens et prestations de services vendus Coûts d administration et de distribution Résultat d exploitation avant impôt et intérêts Charges financières Résultat d exploitation courant avant impôt Charges hors exploitation Charges exceptionnelles, uniques ou hors période Résultat avant impôt Impôts directs Résultat de l exercice PRODUITS Produit net des ventes de bien et de prestations de service Variation des stocks de produits finis, semifini et de prestations de services non facturées. Produits financiers Produits hors exploitation Produits exceptionnels, uniques ou hors période 25

26 II. Présentation des comptes annuels Annexe

27 Présentation annexe Toutes les entreprises, à l exception des entreprises individuelles et des sociétés de personnes, doivent établir une annexe qui complète et explique les autres éléments des comptes annuels (art.959c CO). Elle se compose de deux catégories d informations : les informations devant figurer dans l annexe : les principes comptables appliqués, lorsqu ils ne sont pas prescrits par la loi, des informations, une structure détaillée et des commentaires concernant certains postes du bilan et du compte de résultat, le montant global provenant de la dissolution des réserves de remplacement et des réserves latentes supplémentaires dissoutes, les autres informations prescrites par la loi. les informations devant figurer dans l annexe, à moins qu elles ne ressortent directement du bilan ou du compte de résultat. 27

28 Présentation annexe Selon l ancien droit comptable Le montant global provenant de la dissolution des réserves de remplacement et des réserves latentes supplémentaires dissoutes, dans la mesure où il dépasse le montant global des réserves du même genre nouvellement créées, si le résultat économique est ainsi présenté d une façon sensiblement plus favorable. Les autres informations prescrites par la loi. Éléments figurant dans l annexe Selon le nouveau droit comptable Des informations sur les principes comptables appliqués, lorsqu ils ne sont pas prescrits par la loi. Des informations, une structure détaillée et des commentaires concernant certains postes du bilan et du compte de résultat. Le montant global provenant de la dissolution des réserves de remplacement et des réserves latentes supplémentaires dissoutes, dans la mesure où il dépasse le montant global des réserves similaires nouvellement créées, si la présentation du résultat économique s en trouve sensiblement améliorée. Les autres informations prescrites par la loi. 959c 959a, al. 2 28

29 Présentation annexe Selon l ancien droit comptable Toute participation essentielle à l appréciation de l état du patrimoine et des résultats de la société. Des indications sur l acquisition, l aliénation et le nombre des actions propres que détient la société, y compris de celles qui sont détenues par une autre société dans laquelle la première a une participation majoritaire; sont également mentionnées les conditions auxquelles la société a acquis ou aliéné ses propres actions. Éléments figurant dans l annexe ou au bilan/compte de résultat Selon le nouveau droit comptable La raison de commerce ou le nom, la forme juridique et le siège de l entreprise. Le cas échéant, une déclaration attestant que la moyenne annuelle des emplois à plein temps n est pas supérieure, selon le cas, à 10, à 50 ou à 250. La raison de commerce, la forme juridique et le siège des entreprises dans lesquelles une participation directe ou une participation indirecte importante est détenue, ainsi que la part du capital et la part des droits de vote. Le nombre de parts de son propre capital détenues par l entreprise et par les entreprises dans lesquelles elle a des participations. L acquisition et l aliénation par l entreprise de ses propres parts sociales et les conditions auxquelles elles ont été acquises ou aliénées. 29

30 Présentation annexe Selon l ancien droit comptable Le montant global des dettes découlant de contrats de leasing non portées au bilan. les dettes envers les institutions de prévoyance professionnelles. Le montant global des cautionnements, obligations de garantie et constitutions de gages en faveur de tiers. Le montant global des actifs mis en gage ou cédés pour garantir des engagements de la société, ainsi que des actifs sous réserve de propriété. Éléments figurant dans l annexe ou au bilan/compte de résultat Selon le nouveau droit comptable La valeur résiduelle des dettes découlant d opérations de crédit-bail assimilables à des contrats de vente et des autres dettes résultant d opérations de crédit-bail, dans la mesure où celles-ci n échoient pas ni ne peuvent être dénoncées dans les douze mois qui suivent la date du bilan. Les dettes envers des institutions de prévoyance. Le montant total des sûretés constituées en faveur de tiers. Le montant total des actifs engagés en garantie des dettes de l entreprise et celui des actifs grevés d une réserve de propriété. Les obligations légales ou effectives pour lesquelles une perte d avantages économiques apparaît improbable ou est d une valeur qui ne peut être estimée avec un degré de fiabilité suffisant (engagement conditionnel). 30

31 Présentation annexe Selon l ancien droit comptable Le cas échéant, les motifs qui ont conduit à la démission de l organe de révision. Éléments figurant dans l annexe ou au bilan/compte de résultat Selon le nouveau droit comptable Le nombre et la valeur des droits de participation ou des options sur de tels droits accordés aux membres de l ensemble des organes de direction ou d administration ainsi qu aux collaborateurs. Les explications relatives aux postes extraordinaires, uniques ou hors période du compte de résultat. Les événements importants survenus après la date du bilan (événements subséquents). En cas de démission de l organe de révision avant le terme de son mandat, les raisons de ce retrait. 31

32 Présentation annexe Selon l ancien droit comptable Les valeurs d assurance-incendie des immobilisations corporelles. Des indications sur l objet et le montant des réévaluations. Le montant de l augmentation autorisée et de l augmentation conditionnelle du capital. Des indications sur la réalisation d une évaluation du risque. Éléments ne figurant plus dans l annexe du nouveau droit comptable Selon le nouveau droit comptable 32

33 II. Présentation des comptes annuels Modèle de comptes annuels complet

34 III. Points particuliers Evaluation

35 Evaluation règles générales La nouveauté concerne le principe de l évaluation individuelle (art.960 CO). Désormais, les comptes d actif et de dettes sont évalués individuellement, s ils sont importants et, qu en raison de leur similitude, ils ne sont habituellement pas regroupés. L évaluation doit être prudente, sans toutefois empêcher une appréciation fiable de la situation économique. Lorsque des indices concrets laissent supposer que des actifs sont surévalués, ou que des provisions sont insuffisantes, les valeurs doivent être vérifiées et, le cas échéant, adaptées (test de dépréciation d actif). La méthode de l évaluation globale, selon laquelle une compensation de plus-values et de moins-values entre des éléments de patrimoine similaires (dans un même poste du bilan) est possible, est incompatible avec ce nouveau principe. Les réserves latentes restent toujours autorisées. 35

36 Evaluation participations dans des domaines d activités différents valeur d achat valeur vénale valeur comptable selon ancien droit valeur comptable selon nouveau droit Participation horlogerie Participation restaurant Participation immobilier Total

37 Evaluation participations dans des mêmes domaines d activités (horlogerie) valeur d achat valeur vénale valeur comptable selon ancien droit valeur comptable selon nouveau droit Participation mouvements Participation cadrans Participation emboitage Total

38 III. Points particuliers Propres actions

39 Propres actions règles générales Le nouvel article 959a al.2 ch.3 lt.e CO prévoit que les propres parts du capital (propres actions) soient présentées en diminution des capitaux propres. La première condition posée par l article 659 al.2 CO oblige la société à affecter «à une réserve séparée un montant correspondant à la valeur d acquisition», soit à la réserve pour actions propres. Cette action ne modifie pas le total des capitaux propres. La constitution de cette réserve a pour but d éviter que la société puisse être vidée de sa substance aux dépens du capital-actions. L acquisition de propres actions est financièrement un type de réduction de capital, dont seuls les actionnaires dont les titres ont été rachetés bénéficient. Afin d éviter une restitution de capital (art.680 al.2 CO), la société doit disposer de fonds librement disponibles (art.659 al.1 CO) et les affecter pour un montant équivalant à la valeur d acquisition à une réserve pour propres actions. 39

40 Propres actions cas 1 Situation : selon l ancien droit, propres actions à l actif, avec constitution d une réserve pour propres actions. Commentaire : la comptabilisation des propres actions à l actif ne reflète pas la réduction des capitaux propres, même en cas de constitution de la réserve pour propres actions, dans les capitaux propres. Actifs Capitaux étrangers Capitaux propres Liquidités 200 Propres actions 600 Autres actifs Dettes Capital social Réserves distribuables Réserves pour propres actions

41 Propres actions cas 2 Situation : selon le nouveau droit, propres actions dans les capitaux propres, sans constitution d une réserve pour propres actions. Commentaire : la comptabilisation des propres actions en moins des capitaux propres ne suffit pas à diminuer les réserves distribuables, sauf à considérer que les réserves distribuables se calculent après déduction du compte «propres actions». Actif Capitaux étrangers Capitaux propres Liquidités 200 Autres actifs Dettes Capital social Réserves distribuables Propres actions

42 Propres actions cas 3 Situation : selon le nouveau droit, propres actions dans les capitaux propres, avec constitution d une réserve pour propres actions. Commentaire : seule la comptabilisation des propres actions en moins des capitaux propres et la constitution d une réserve pour propres actions permet à la fois de refléter : o la diminution de l actif net, et o de bloquer les fonds investis dans le rachat des titres. Actif Capitaux étrangers Capitaux propres Liquidités 200 Autres actifs Dettes Capital social Réserves distribuables Réserve pour propres actions 600 Propres actions

43 III. Points particuliers Monnaies étrangères

44 Monnaies étrangères Les comptes peuvent être présentés (art.957a al.4 et 958d al.3 CO) : en CHF, ou dans la monnaie fonctionnelle, avec mention de la contrevaleur en CHF, o les cours de conversion utilisés sont mentionnés et éventuellement commentés dans l annexe. Deux méthodes de conversion existent : la méthode du cours de clôture, o bilan et des capitaux étrangers cours de clôture, o capitaux propres cours historique, o compte de résultat et, le cas échéant, tableau des flux de trésorerie cours moyen, o annexe même cours que la rubrique des comptes annuels, ou cours de clôture ou cours moyen. la conversion au cours de clôture, capitaux propres évalués dans le bilan en monnaie étrangère. 44

45 Monnaies étrangères La différence de conversion obtenue est reproduite par un poste «différence de conversion», dans les capitaux propres. Il doit être attribué aux réserves libres de bénéfice. La conversion des comptes de monnaie étrangère en CHF n a pas d incidence fiscale. Rappel et définition des termes habituellement utilisés : les différences de change se subdivisent en : différences de cours représentant les différences de change issues de la comptabilisation ou de l évaluation de transactions en monnaie étrangère, écarts de conversion correspondant aux différences de change issues de la conversion en francs suisses des états financiers établis en monnaie étrangère. 45

46 Monnaies étrangères - conversion Comptabilité tenue dans la monnaie étrangère (en Euro - écart de conversion positif) Actif CHF Passif CHF Liquidités Dettes résultant de l achat de biens et de prestations Créance résultant des ventes Dettes à long terme Stocks Capital social Participations Réserve légale issue du bénéfice Immobilisations corporelles Écart de conversion Résultat de l exercice Total de l actif Total du passif

47 Monnaies étrangères Pertinence en matière de droit des sociétés La monnaie nationale restera pertinente pour l évaluation des questions relevant du droit des sociétés. Jusqu à nouvel ordre, les dispositions correspondantes du droit des sociétés citent, comme monnaie, le franc suisse ou ne fournissent pas de détails concernant la monnaie. Les dispositions légales relatives aux capitaux propres se fondent pour le moment sur des capitaux en CHF. Pour des motifs de prudence, les dispositions relatives à la perte de capital et au surendettement (art.725 CO) doivent être observées tant en CHF qu en monnaie fonctionnelle. Ceci signifie que les obligations d agir afférentes sont déclenchées par la monnaie dans laquelle les valeurs critiques correspondantes sont atteintes en premier. 47

48 III. Points particuliers Etats financiers établis selon une norme comptable reconnue

49 Etats financiers établis selon une norme comptable reconnue L établissement des états financiers selon une norme reconnue est-il exigé par : 1. les associés dont l ensemble représente au moins 20% du capital social, ou 2. 10% des membres de la société coopérative ou 20% des membres de l association, ou 3. tout associé ou membre qui répond personnellement des dettes de l entreprise ou est soumis à obligation de faire des versements supplémentaires. NON L entreprise est-elle : 1. une société dont les titres sont cotés en bourse? 2. une société coopérative comptant au moins membres? 3. une fondation soumise par la loi au contrôle ordinaire? OUI NON Pas d obligation d établir, en plus, des états financiers selon une norme comptable reconnue Des comptes consolidés sont-ils établis selon une norme reconnue? OUI OUI NON Obligation d établir, en plus, des états financiers selon une norme comptable reconnue 49

50 Etats financiers établis selon une norme comptable reconnue L Ordonnance du Conseil fédéral du 21 novembre 2012 sur les normes comptables reconnues (ONCR) admet les référentiels suivants comme normes reconnues : Swiss GAAP RPC, IFRS, IFRS for SMEs, US GAAP et IPSAS. Le choix d une norme reconnue incombe à l organe supérieur de direction ou d administration à moins que les statuts, le contrat de société ou l acte de fondation n en disposent autrement, ou que l organe suprême ne désigne lui-même une norme reconnue. La norme reconnue qui a été choisie est appliquée dans son intégralité et pour l ensemble des états financiers. Les états financiers, établis selon une norme reconnue, sont soumis à un contrôle ordinaire, par un expert-réviseur agréé, et présentés à l organe suprême. Les états financiers, établis selon une norme reconnue, sont dressés en plus des comptes annuels, établis conformément aux dispositions générales du CO. Le principe selon lequel les comptes annuels, établis selon le CO, sont déterminants pour le droit fiscal reste toutefois applicable. 50

51 III. Points particuliers Rapport de gestion

52 Rapport de gestion Grandes entreprises Personnes morales Entreprises individuelles et sociétés de personnes Bilan Tableaux des flux de trésorerie Bilan Bilan Compte de résultat Rapport annuel Compte de résultat Compte de résultat Annexe étendue évent. comptes consolidés Annexe évent. comptes consolidés contrôle ordinaire contrôle restreint + opting-out / up possible 52

53 Rapport de gestion L entreprise est-elle soumise par la loi à un contrôle ordinaire? OUI NON Les comptes consolidés de l entreprise ou de la personne morale qui contrôle l entreprise sont-ils établis selon une norme comptable reconnue? NON OUI La présentation des comptes pour les grandes entreprises est-elle exigée par: 1. les associés qui représentent ensemble au moins 10% du capital social, ou 2. 10% des membres de la société coopérative ou 20% des membres de l association, ou 3. tout associé ou membre qui répond personnellement des dettes de l entreprise ou est soumis à obligation de faire des versements supplémentaires. OUI Grandes entreprises NON Personnes morales Entreprises individuelles et sociétés de personnes 53

54 Rapport de gestion grandes entreprises Les dispositions applicables aux grandes entreprises exigent désormais l établissement des informations supplémentaires suivantes : la publication d indications complémentaires dans l annexe des comptes annuels, un tableau des flux de trésorerie, un rapport annuel. Indications complémentaires dans l annexe (art.961a CO) Elles se composent de : ventilation des dettes à long terme portant intérêt, selon leur exigibilité, à savoir de un à cinq ans et plus de cinq ans, montant des honoraires versés à l organe de révision pour les prestations en matière de révision, d une part, et pour les autres prestations de services, d autre part. 54

55 Rapport de gestion grandes entreprises Tableau des flux de trésorerie (art.961b CO) Les entreprises soumises à la présentation des comptes pour les grandes entreprises doivent désormais présenter un tableau des flux de trésorerie dans les comptes annuels. Le nouveau droit contient uniquement des prescriptions sommaires concernant le tableau des flux de trésorerie : les variations des liquidités liées aux activités d exploitation, d investissement et de financement doivent être présentées séparément. Rapport annuel (art.961c CO) Le rapport annuel expose la marche des affaires et la situation économique de l entreprise ou du groupe, en soulignant les aspects qui n apparaissent pas dans les comptes annuels. Il ne doit pas être en contradiction avec la situation économique présentée dans les comptes annuels. Le rapport annuel contient au minimum les éléments suivants : moyenne annuelle des emplois à plein temps, réalisation d une évaluation des risques, état des commandes et des mandats, activités de recherche et développement, événements exceptionnels, perspectives de l entreprise. 55

56 III. Points particuliers Comptes consolidés

57 Comptes consolidés obligations Toute personne morale (société de capitaux, association, fondation), qui contrôle une ou plusieurs entreprises tenues d établir des comptes, doit inclure dans son rapport de gestion, en plus des comptes annuels, des comptes annuels consolidés. Il porte sur l ensemble des entreprises qu elle contrôle (art.963 CO). Le contrôle peut se baser sur différents faits (principe de contrôle) : majorité des voix au sein de l organe suprême, droit de désigner ou de révoquer la majorité des membres de l organe supérieur de direction ou d administration, possibilité d exercer une influence dominante en vertu des statuts, de l acte de fondation ou d instruments analogues. Les entreprises individuelles et les sociétés de personnes sont libérées de l obligation de consolidation. 57

58 Comptes consolidés obligations Un groupe est soumis par principe à l obligation de consolider (dès la première année). Si les critères de taille (20/40/250) ne sont pas dépassés durant deux exercices consécutifs, l obligation d établir des comptes consolidés est alors supprimée, dès la deuxième année. Aussitôt que le groupe atteint à nouveau les critères de taille (20/40/250), il est à nouveau soumis par principe à l obligation de consolidation (dès la première année). Les sous-groupes sont libérés de l obligation de consolidation, si les comptes consolidés de la société mère ont été établis, vérifiés et rendus accessibles, selon des prescriptions équivalentes. 58

59 Comptes consolidés libération NON Une personne morale tenue d établir des comptes contrôle-t-elle une ou plusieurs entreprises tenues d établir des comptes? L une des conditions suivantes pour la libération est-elle remplie? 1. au cours de deux exercices successifs, la personne morale et les entreprises qu elle contrôle ne dépassent pas ensemble deux des valeurs suivantes: total du bilan : CHF 20 millions total du chiffre d affaires : CHF 40 millions total des emplois à plein temps : 250 en moyenne annuelle 2. la personne morale est contrôlée par une entreprise dont les comptes consolidés sont établis conformément au droit suisse ou à des dispositions équivalentes du droit étranger et sont soumis au contrôle ordinaire ; 3. la personne morale a transféré l obligation de dresser des comptes consolidés à une entreprise qu elle contrôle (concerne uniquement les associations, les fondations et les sociétés coopératives si les conditions correspondantes sont remplies). OUI NON Les comptes consolidés sont-ils nécessaires pour garantir une appréciation fiable de la situation économique? OUI OUI l établissement de comptes consolidés est-il exigé par un associé (20% min. du capital social, 10% des membres des associations ou 10% des membres des sociétés coopératives? l établissement des comptes consolidés est-il exigé par l autorité de surveillance de la fondation? l établissement des comptes consolidés est-il exigé par tout associé qui répond personnellement des dettes de l entreprise ou de l obligation d effectuer des versements supplémentaires? NON NON Pas d obligation d établir des comptes consolidés OUI Obligation d établir des comptes consolidés 59

60 Comptes consolidés - norme comptable reconnue L établissement des états financiers selon une norme reconnue est-il exigé par : 1. les associés dont l ensemble représente au moins 20% du capital social, ou 2. 10% des membres de la société coopérative ou 20% des membres de l association, ou NON L entreprise est-elle : 1. une société dont les titres sont cotés en bourse? 2. une société coopérative comptant au moins membres? 3. une fondation soumise par la loi au contrôle ordinaire? NON Etablissement des comptes consolidés selon les principes de la présentation régulière des comptes (CO) 3. tout associé ou membre qui répond personnellement des dettes de l entreprise ou est soumis à obligation de faire des versements supplémentaires. OUI OUI Etablissement des comptes consolidés selon une norme comptable reconnue 60

61 Conclusion - synthèse

62 Conclusion - synthèse nouvelles exigences pour les entreprises individuelles et les sociétés de personnes réalisant un chiffre d affaires > CHF (passage du système de l encaissement à celui de la facturation), peu de changements pratiques pour les PME, les principales modifications sont d ordre textuel et de présentation, les principes préalablement appliqués sont désormais inscrits dans la loi, quelques nouveaux principes, notamment l évaluation individuelle, la non activation des frais de constitution, amélioration de la transparence des informations, notamment dans l annexe, exigences supplémentaires pour les «grandes entreprises», la constitution de réserves latentes reste autorisée, la présentation des états financiers peut donc toujours être optimisée sur le plan fiscal, les états financiers dressés selon le droit comptable constituent toujours la base déterminante pour la fiscalité d une entreprise. 62

63 Nous vous remercions pour votre attention. berney associés se tient à votre entière disposition pour toutes les questions que vous pourriez vous poser au niveau de la mise en application du nouveau droit comptable. berney associés

64

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

Evolution future du référentiel comptable en Suisse

Evolution future du référentiel comptable en Suisse Evolution future du référentiel comptable en Suisse PETIT DEJEUNER DES PME ET START-UP Service de la Promotion Economique Genève, le 29 juin 2012 Présentateur: Matthias Paffrath, BDO Genève Page 1 EVOLUTION

Plus en détail

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS

MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS MODIFICATIONS DU CODE DES OBLIGATIONS 1920 MARTIGNY 1951 SION 3963 CRANS-MONTANA 1870 MONTHEY 3960 SIERRE 1205 GENÈVE www.fidag-sa.ch TABLE DES MATIERES 1. Droit de la révision comptable... 3 2. Droit

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny

Révision du droit comptable 30 novembre 2010, CERM Martigny 30 novembre 2010, CERM Martigny Agenda Introduction Principales nouveautés du projet Procédures en cours et prochaines étapes 2 Introduction Le projet du Conseil fédéral poursuit 4 objectifs principaux

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Présentation structurée et explication. des principales nouveautés. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés kpmg.ch 2 Le nouveau droit comptable Audit Table des matières Avant-propos 3 1. Introduction 4 2. Comptabilité

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires 30 janvier 2015 Petit déjeuner des PME et des start-up FER, Genève Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance. Agenda Nouveau droit

Plus en détail

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1 Bienvenue Séminaire sur le Nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable suisse 1 Intervenants Philippe ISAAZ Administrateur-directeur Hervé PITTET Administrateur-directeur, spécialiste en finance

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny

Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny Actualités du nouveau droit comptable 22 janvier 2015 Groupe Mutuel, Martigny 1 Plan de la présentation 1 Qui est soumis? Petit rappel 2 Expérience sur l application du nouveau droit comptable précisions

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES

PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES PRESENTATION DES COMPTES DES GRANDES ENTREPRISES Nouveau droit comptable PETIT DEJEUNER DES PME ET DES START-UP 31 mai 2013 Nadia Quévit, BDO Genève Page 1 Grandes entreprises - Définition Entreprises

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

Droit comptable (nouveau et ancien)

Droit comptable (nouveau et ancien) (nouveau et ancien) Nouveau et ancien droit comptable Adoc Editions SA Adoc Editions SA Huobrain CH-6 Hünenberg See Tel : +4 (0)4 78 55 0 Fax : +4 (0)4 78 55 4 e-mail : adoc-editions@adoc.info www.chardonnens.net

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 21 décembre 2007 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 21 décembre 2007 1, arrête: Délai référendaire: 13 avril 2012 Code des obligations (Droit comptable) Modification du 23 décembre 2011 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 21 décembre

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC)

Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Petit déjeuner des PME et des start-up Implications fiscales du Nouveau Droit Comptable (NDC) Le 30 janvier 2015 Yi-Xin Tseng Corporate Tax Senior Manager Agenda 1. Principe de déterminance 2. Obligation

Plus en détail

Checklist pour l'application du nouveau droit comptable

Checklist pour l'application du nouveau droit comptable Nouveau droit comptable Checklist Page 1 sur 14 Checklist pour l'application du nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable est entré en vigueur au 01.01.2013. Le délai de transition étant de 2

Plus en détail

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses Le nouveau droit comptable est entré en vigueur le 1 er janvier 2013. Les dispositions sont applicables à compter de l exercice 2015 pour les comptes annuels individuels, et de l exercice 2016 pour les

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... VII SOMMAIRE... IX TABLE DES MATIÈRES... XII BIBLIOGRAPHIE... XXXI ABRÉVIATIONS... XXXIV PARTIE I : NOTIONS DE BASE SUR LA COMPTABILITÉ ET LE DROIT COMPTABLE SUISSE I.

Plus en détail

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 changements importants? Sommaire Principes Bilan Compte de résultat Annexe Flux de trésorerie Rapport annuel Positions choisies Fiscalité 1 Principes

Plus en détail

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable

Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Comité / Vorstand Union des autorités fiscales suisses Vereinigung der schweiz. Steuerbehörden Associazione delle autorità fiscali svizzere Analyse du Comité CSI sur le nouveau droit comptable Décision

Plus en détail

comptable suisse Le nouveau droit

comptable suisse Le nouveau droit Le nouveau droit comptable suisse 2 ème édition veb.ch, fondée en 1936, est la plus importante organisation professionnelle suisse des experts en finance et en controlling. Le nouveau droit comptable

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO PRATIQUE COMPTABLE COMMISSION RPC CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO A. INTRODUCTION Depuis son entrée en vigueur le 1 er janvier 2007, la Swiss GAAP RPC 21 est restée

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

08.011 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable (Divergences)

08.011 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable (Divergences) des / Session d'hiver 0 e-parl 08..0 - - : 08.0 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable (Divergences) Extrait du projet du fédéral (voir message du fédéral du décembre 007) Projet de la Commission

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise

Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise www.pwc.ch/academy Le nouveau droit comptable et ses conséquences pour votre entreprise 26 septembre 2012 Centre Patronal Programme 17h00 Introduction Dino Venezia, Président de la Fédération patronale

Plus en détail

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION

A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS 2006 A. PRINCIPES D ETABLISSEMENT DES COMPTES ET D EVALUATION Généralités L établissement des comptes se fait conformément : - aux Recommandations relatives à la présentation

Plus en détail

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1 COMPTABILITÉ FINANCIÈRE PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ FINANCIÈRE Franz Carlen Franz Gianini Anton Riniker Edition 0 SOLUTIONS Edition originale en allemand Finanzbuchhaltung Praxis der Finanzbuchhaltung

Plus en détail

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012

Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 www.pwc.com Petit déjeuner des PME et start-up 29 Juin 2012 Affirmations des CFO Etude L optimisation du secteur financier a gagné en importance Le secteur financier est de plus en plus impliqué dans la

Plus en détail

Petits déjeuners des PME et des start-up. Nouveau droit de la révision

Petits déjeuners des PME et des start-up. Nouveau droit de la révision Petits déjeuners des PME et des start-up Nouveau droit de la révision René-Marc Blaser Expert-comptable diplômé Partenaire Directeur BDO Visura Genève Genève, le 27 février 2009 1. Bref rappel historique

Plus en détail

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes AUDIT Le nouveau droit comptable Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) Impact sur la présentation des comptes annuels lors de la première application kpmg.ch Table des matières 1. Bases légales et remarques

Plus en détail

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF du 5 décembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 35a, al. 5, et 39, al. 2, de la loi fédérale du 4

Plus en détail

08.011 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable

08.011 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable Conseil des Etats Session d'hiver 009 e-parl 7..009 4:4 - - 08.0 é CO. Droit de la société anonyme et droit comptable Extrait du projet du (voir message du du décembre 007) Projet de la Commission des

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève

Nouveau droit comptable Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève philippe tardin massimo cipriano laurent dussolietberthod Conséquences pour les entités subventionnées par l État de Genève Quelles sont les conséquences du nouveau droit comptable sur la présentation

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable www.pwc.ch Le nouveau droit comptable Aperçu des principales nouveautés et textes de loi remaniés Janvier 2015 Une publication de PwC destinée aux responsables de la présentation des comptes et de l audit

Plus en détail

Manuel comptable. pour l établissement des comptes annuels selon la Swiss GAAP RPC 21 Version 2015. Avec le soutien de PricewaterhouseCoopers SA

Manuel comptable. pour l établissement des comptes annuels selon la Swiss GAAP RPC 21 Version 2015. Avec le soutien de PricewaterhouseCoopers SA Manuel comptable pour l établissement des comptes annuels selon la Swiss GAAP RPC 21 Version 2015 Avec le soutien de PricewaterhouseCoopers SA Table des matières 1. Généralités... 3 1.1 Introduction...

Plus en détail

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623

Index alphabétique. CO CC LFus ORC LSR OSRev. Conversion 622 Cours d émission 624 Destruction 659,732a Division 623 Index alphabétique CO CC LFus ORC LSR OSRev A Accès aux locaux Entreprises de révision sous surveillance de l Etat 13 Acte authentique Constitution (SA) 629 Constitution (Sàrl) 777 Décision de fusion 20

Plus en détail

Samuel Zufferey Expert fiduciaire diplômé Administrateur délégué

Samuel Zufferey Expert fiduciaire diplômé Administrateur délégué Samuel Zufferey Expert fiduciaire diplômé Administrateur délégué Loi CO-CC Avant le 1 er janvier 2013 Règles comptables par structure juridique (ex: SA) Règles générales partie droit comptable (957 ss

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de la capacité économique sur la base des critères économiques

Plus en détail

Modèle de plan comptable pour les organisations faîtières de la construction de logements d utilité publique

Modèle de plan comptable pour les organisations faîtières de la construction de logements d utilité publique Modèle de plan comptable pour les organisations faîtières de la construction de logements d utilité publique Le modèle de plan comptable pour les organisations faîtières de la construction de logements

Plus en détail

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève

Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Office de la Promotion Economique du Canton de Genève Aspects fiscaux et comptables du 2ème pilier Florian Magnollay Expert-comptable diplômé Expert diplômé en finance et controlling Partner, Ernst & Young

Plus en détail

Articles de la loi suisse sur les associations

Articles de la loi suisse sur les associations Articles de la loi suisse sur les associations Vous trouverez ci-dessous les articles 60 à 79 du code civil cuisse, référent à la forme juridique des associations. Pour alléger la lecture, les observations

Plus en détail

Nouveau droit comptable Le compte à rebours. Questions choisies. Genève, le 1 er octobre 2015

Nouveau droit comptable Le compte à rebours. Questions choisies. Genève, le 1 er octobre 2015 Nouveau droit comptable Le compte à rebours Questions choisies Genève, le 1 er octobre 2015 Nouveau droit comptable - Agenda 1. Bref aperçu théorique (D. Spiess) 2. L évaluation individuelle des participations

Plus en détail

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG)

Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Directive Corporate Governance Directive concernant Informations relatives à la Corporate Governance (Directive Corporate Governance, DCG) Du Fondement juridique 1 er septembre 2014 art. 1, 4, 5 et art.

Plus en détail

Nouveau droit comptable questions choisies et exemples pratiques sous l angle de leurs conséquences fiscales

Nouveau droit comptable questions choisies et exemples pratiques sous l angle de leurs conséquences fiscales Nouveau droit comptable questions choisies et exemples pratiques sous l angle de leurs conséquences fiscales 18 novembre 2014 Nouveau droit comptable - Agenda 1. Aperçu théorique du point de vue comptable

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

Loi sur les finances de la Confédération

Loi sur les finances de la Confédération Loi sur les finances de la Confédération (Loi sur les finances, LFC) (Optimisation du modèle comptable de la Confédération) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Titre vingt-sixième: De la société anonyme 211 Chapitre premier: Dispositions générales

Titre vingt-sixième: De la société anonyme 211 Chapitre premier: Dispositions générales Chapitre IV: Dissolution, liquidation, prescription Art. 619 1 Les dispositions régissant la société en nom collectif sont applicables à la dissolution et à la liquidation de la société en commandite,

Plus en détail

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité...

Chapitre 2 Le régime général des immobilisations...32 Section 1 Définitions...32 Section 2 Au moment de l entrée en comptabilité... 3 SOMMAIRE Introduction: Des origines de la comptabilité...17 Partie I Les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111. Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

La restructuration du bilan.

La restructuration du bilan. La restructuration du bilan. Les comptes annuels sont la base de l information financière. Bien qu incomplets pour un analyste externe, les comptes annuels comprennent une information abondante. Toutefois

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement

Fondation de libre passage Independent. Règlement de placement Fondation de libre passage Independent Règlement de placement Sur la base de l'art. 5 de l acte de fondation de la Fondation de libre passage Independent (Fondation) ainsi que sur la base de l'art. 49a

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale

Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale Ordonnance concernant l octroi d allégements fiscaux en application de la politique régionale du Le Conseil fédéral suisse, Vu l art., al., de la loi fédérale du 6 octobre 006 sur la politique régionale,

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 31 octobre 2013 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 septembre 2013 La Banque

Plus en détail

Lire et comprendre les. rapports annuels. Juin 2015

Lire et comprendre les. rapports annuels. Juin 2015 Lire et comprendre les rapports annuels Juin 205 50 Lire et comprendre les rapports annuels SOMMAIRE Lire et comprendre les rapports annuels QUESTIONS ET RÉPONSES 2 Présentation des comptes en Suisse 5

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014)

Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle. (Édition de janvier 2014) Règlement de placement de la Fondation collective Trigona pour la prévoyance professionnelle (Édition de janvier 2014) 2 Règlement de placement Sommaire 1. Bases 3 2. Gestion de la fortune 3 3. Objectifs

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 30 avril 2015 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 31 mars 2015 La Banque nationale

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Éléments et processus de la comptabilité sont répertoriées dans Les transactions la comptabilité des rapports et les informations sont résumées dans

Plus en détail

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View

LES PRINCIPES QUI GOUVERNENT LES SWISS GAAP RPC Un concept sur mesure pour des états financiers conformes à la True and Fair View Les Swiss GAAP RPC tiennent compte des préoccupations des PME suisses, et notamment de leur souci de s assurer un rapport coût-bénéfice raisonnable. Le présent article illustre le concept des Swiss GAAP

Plus en détail

Ordonnance contre les rémunérations abusives dans les sociétés anonymes cotées en bourse

Ordonnance contre les rémunérations abusives dans les sociétés anonymes cotées en bourse Ordonnance contre les rémunérations abusives dans les sociétés anonymes cotées en bourse (ORAb) du 20 novembre 2013 Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 95, al. 3, et 197, ch. 10, de la Constitution

Plus en détail

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts

Vaudoise Assurances Holding SA Statuts 1 Vaudoise Assurances Holding SA Statuts Vaudoise Assurances Holding SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Raison sociale et siège, durée Art. 1 Il existe sous la raison sociale VAUDOISE ASSURANCES

Plus en détail

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch

Swiss GAAP RPC. Recommandations relatives à la présentation des comptes. www.pwc.ch www.pwc.ch Swiss Recommandations relatives à la présentation des comptes Check-list relative à la publication des comptes consolidés et des comptes individuels Edition 2013 Introduction En Suisse, les

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse

952.111 Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les banques étrangères en Suisse (Ordonnance de la FINMA sur les banques étrangères, OBE-FINMA) 1 du 21 octobre 1996 (Etat le

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS

LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS LOI N 9-88 RELATIVE AUX OBLIGATIONS COMPTABLES DES COMMERÇANTS 1 Article premier : obligations relatives aux enregistrements comptables Toute personne physique ou morale ayant la qualité de commerçant

Plus en détail

I. Raison sociale But Durée Siège

I. Raison sociale But Durée Siège VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA Statuts I. Raison sociale But Durée Siège Art. 1 Art. 2 Art. 3 VAUDOISE ASSURANCES HOLDING SA VAUDOISE VERSICHERUNGEN HOLDING AG VAUDOISE ASSICURAZIONI HOLDING SA VAUDOISE

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC. But et contenu du cadre conceptuel. Application du cadre conceptuel. Objectif des états financiers

Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC. But et contenu du cadre conceptuel. Application du cadre conceptuel. Objectif des états financiers Cadre conceptuel des Swiss GAAP RPC Remaniement: 2014 Mise en vigueur: 1er janvier 2016 (Une application anticipée est autorisée) But et contenu du cadre conceptuel 1 Le cadre conceptuel fixe les principes

Plus en détail

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON

DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON DCG session 2010 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 : CONSTITUTION DE LA SOCIETE PLUTON 1. Rappeler les règles juridiques applicables lors de la constitution d une société anonyme

Plus en détail

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre

La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre La comptabilité et l audit en Belgique : (r)évolution suite aux réformes européennes et impact pour les entreprises et les professions du chiffre Les modifications du droit comptable (règles d évaluation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation

Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation Nouvelles prescriptions de placement (révision OPP 2) et son interprétation Dr. Dominique Ammann, associé PPCmetrics SA Financial Consulting, Controlling & Research www.ppcmetrics.ch Mars 2009 Pourquoi

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la ANNEXE 5 Rapport du contrôleur des comptes indépendant accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la Fédération internationale de judo, Lausanne Ernst & Young Ltd Téléphone +41 58 286 51 11

Plus en détail

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005

RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Hal, le 11 décembre 2006 RÉSUMÉ DES ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RETRAITÉS DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2005/2006, CLÔTURÉ LE 30 SEPTEMBRE 2005 Par rapport aux chiffres publiés précédemment (le 19

Plus en détail