L'ORGANISATION DU TRAVAIL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ORGANISATION DU TRAVAIL"

Transcription

1 HISTOIRE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE DE LA GUERRE MONDIALE (Série française) L'ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA RÉGION ENVAHIE DE LA FRANCE PENDANT L'OCCUPATION PAR Pierre BOULIN Inspecteur divisionnaire du Travail PUBLICATIONS DE LA DOTATION CARNEGIE POUR LA PAIX INTERNATIONALE LES PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, PARIS YALE UNIVERSITY PRESS, NEW H AVEN, U. S. A.

2 ex l i b r is Jannaccone

3

4

5 Publications de la Dotation Carnegie pour la Paix Internationale Section d'économie et d'histoire

6 HiSTOîRE ÉCONOMIQUE & SOCIALE DE LA GUERRE MONDIALE Série Française DIRECTEUR JAMES T. SHOTWELL Professeur d'histoire à l'université Columbia (U. S. A.) AVEC LA COLLABORATION DU COMITÉ FRANÇAIS CHARLES GIDE, Professeur au Collège de France (Président). ARTHUR FONTAINE, Président du Conseil d'administration du Bureau International du Travail. HENRI HAUSER, Professeur à la Sorbonne et au Conservatoire national des Arts et Métiers. CHARLES RIST, Professeur à la Faculté de Droit. (Voir à la fin de ce volume la composition des Comités étrangers et la liste des monographies se rapportant à chaque pays).

7 e o i M ^ o J O j 3 E f j EFFETS ÉCONOMIQUES DE LA GUERRE DANS LES RÉGIONS ENVAHIES L'ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA RÉGION ENVAHIE DE LA FRANCE PENDANT L'OCCUPATION PAR Pierre BOULIN Inspecteur divisionnaire du Travail PUBLICATIONS DE LA DOTATION CARNEGIE POUR LA PAIX INTERNATIONALE LES PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, PARIS YALE UNIVERSITY PRESS, NEW II AVEN, U.S. A, N.roINVENTAR10 PRt I S ^ B S

8

9 PRÉFACE A l'automne de 1914, quand l'étude scientifique des répercussions de la guerre sur la vie moderne passa tout à coup du domaine de la théorie dans celui de l'histoire, la Division d'economie et d'histoire de la Dotation Carnegie se proposa d'adapter son programme de recherches aux problèmes nouveaux que la guerre allait susciter ou, si l'on préfère, aux problèmes anciens qu'elle allait transformer. Le programme existant, tel qu'il avait été rédigé dans la conférence des économistes tenue à Berne en 1911 et qui traitait des questions alors actuelles, avait déjà donné lieu à des travaux de haute valeur, mais pour bien des raisons, il ne pouvait plus être maintenu tel quel. Un nouveau plan fut donc tracé, à la demande du Directeur dç la Division. Il avait pour but de mesurer, par une vaste enquête historique, le coût économique de la guerre et les perturbations qu'elle causerait dans la marche de la civilisation. Il y avait lieu de penser qu'en confiant une telle entreprise à des hommes compétents et d'esprit pondéré, et en la menant selon la méthode vraiment scientifique, elle pourrait finalement fournir au public les éléments nécessaires pour se former une opinion éclairée et servir par là les intentions d'une Fondation consacrée à la cause de la Paix internationale. Le besoin d'une telle analyse, conçue et exécutée dans le véritable esprit de la recherche historique, s'est fait de plus en plus sentir au fur et à mesure que la guerre s'est développée, déclanchant toute la multiplicité des forces nationales non seulement celles qui visaient à la destruction, mais aussi celles qui aboutissaient à la création de nouvelles énergies productives. L'apparition de ces formes nouvelles d'activité économique qui, en temps de paix, se seraient traduites par un accroissement de richesse sociale et qui ont donné parfois l'illusion d'une prospérité grandissante et, d'autre part, le spectacle de l'incroyable endurance dont firent preuve toutes les nations belligérantes pour supporter des pertes sans cesse accrues ont rendu nécessaire de soumettre à un examen plus approfondi tout le domaine de l'économie de guerre. Une double obligation s'imposa donc à la Division d'économie et d'histoire. Elle dut prendre pour règle de concentrer son travail sur les

10 VIII L'ORGANISATION DU TRAVAIL problèmes ainsi posés et de les étudier dans leur ensemble ; en d'autres termes, de leur appliquer les critériums et les disciplines de la méthode historique. En raison même de ce que la guerre, prise dans son ensemble, constituait un seul fait, quoique se répercutant par des voies indirectes jusqu'aux régions les plus reculées du globe, l'étude de la guerre devait se développer sur un plan unique, embrassant tous ses aspects à la fois et pourtant ne négligeant aucune des données accessibles. Aussi longtemps que la guerre a duré, on ne pouvait songer à l'exécution d'un tel programme. On pouvait tenter des études occasionnelles et partielles (quelques-unes ont été publiées sous la direction de la Division Économique), mais il était impossible d'entreprendre une histoire générale et cela pour des raisons évidentes. D'abord toute étude autorisée sur les ressources des belligérants aurait influencé directement la conduite des armées. Aussi les gouvernements avaient-ils grand soin de soustraire à toute enquête les données de la vie économique, mémo celles auxquelles, en temps normal, le public a accès. En dehors même de cette difficulté, les collaborateurs qui eussent été qualifiés pour ces études étaient pour la plupart mobilisés et par conséquent hors d'état dn se livrer à de pareilles recherches. Le plan d'une histoire de la guerre fut donc ajourné jusqu'au moment où les circonstances rendraient possibles dans chaque nation non seulement la communication des documents, mais la collaboration des spécialistes, économistes, historiens, hommes d'affaires ; et où leur coopération à ce travail collectif ne pourrait plus donner lieu à des malentendus, ni quant à ses buts, ni quant à son contenu. Dès la guerre finie, la Dotation reprit son plan primitif. Il se trouva qu'il s'adaptait assez bien, sauf quelques légères modifications, à la situation nouvelle. Le travail commença dans l'été et l'automne de Une première conférence des économistes composant le Conseil consultatif (AcLvisory Board of Economists) fut convoquée à Paris par la Division d'économie et d'histoire. Elle se borna à tracer un programme de courtes études préliminaires ayant trait aux principaux aspects de la guerre. Comme le caractère pur ment préliminaire de ces études fut encore accentué par le fait qu'elles portaient plus spécialement sur les problèmes urgents de l'europe à ce moment, on décida de ne pas en faire des fragments de l'histoire générale, mais d'y voir simplement des essais d'intérêt immédiat pour la période de l'après-guerre. Visiblement la conférence ne pouvait établir a priori aucun programme d'ensemble ; il fallait créer un instrument plus spécialisé que celui qui existait si l'on voulait entreprendre l'histoire économique et sociale de la guerre. Pour cela il fallait une enquête menée d'abord par une organisation nationale et ne faisant appel que subsidiairement à une coopération internationale. Aussi longtemps que les faits relatifs à l'histoire

11 PRÉFACE IX de chaque nation ne seraient pas parfaitement connus, il serait vain de procéder à des analyses comparatives et l'histoire de chaque pays constituerait elle-même un inextricable labyrinthe. On décida donc de dissoudre l'ancien Comité européen de recherches et de le remplacer par un Comité de direction (Editorial Board) dans chacun des principaux pays (QU par un seul directeur dans les petits pays). La tâche de ces Comités devait se concentrer, au moins pour l'instant, sur l'histoire économique et sociale de leur pays respectif. La première démarche du Directeur général fut de choisir les membres de ces Comités de Direction dans chaque pays. Si le plan de la Dotation avait besoin d'une justification, il suffirait de montrer les listes des noms de tous ceux qui, hommes de science ou hommes d'état, ont accepté la responsabilité de ces publications. Cette responsabilité est assez lourde, car elle implique l'adaptation du plan général aux conditions spéciales de chaque pays et à ses habitudes de travail. Le degré de réussite de l'entreprise dépendra du zèle avec lequel les collaborateurs de chaque nation accepteront d'y coopérer. Une fois, constitués les Comités de direction, un premier pas s'imposait pour la mise en train de notre histoire. Pas d'histoire sans documents. Avant tout il fallait rendre accessibles pour les- recherches, dans la mesure compatible avec les intérêts de l'état, tous les documents de quelque importance relatifs à la guerre, locaux ou nationaux. Mais la constitution des archives est une lourde tâche qui appartient de droit aux gouvernements et autres détenteurs de ces documents historiques, non aux historiens ou économistes qui se proposent de les utiliser. C'est une obligation incombant aux propriétaires qui les détiennent pour le compte du public. Les collaborateurs qui se sont chargés de cette partie de l'histoire de la Guerre ne pouvaient que se borner à un rôle d'enquêteurs, et en acceptant la situation telle qu'elle était, résumer leurs découvertes sous forme de guides ou de manuels bibliographiques ; et peut-être aussi, en procédant à une comparaison des méthodes employées, contribuer à faire adopter celles trouvées les plus pratiques. Tel a été dans chaque pays le point de départ de nos travaux quoiqu'on n'ait pas dans chaque cas rédigé sur ce point de monographie spéciale. Pendant quelque temps il sembla qu'on ne pouvait dépasser cette première étape du travail limitée à la mise à jour des documents. Et si notre plan avait comporté le dépouillement des seuls documents officiels, on n'aurait guère pu aller au delà, car une fois certains documents catalogués comme «secrets», il y a peu de gouvernements assez courageux pour oser briser les scellés. Par suite, des mines de matériaux indispensables à l'historien lui restent inaccessibles, quoique leur publication ne puisse présenter bien souvent aucun inconvénient. Tant que

12 X L'ORGANISATION DU TRAVAIL l'état d'esprit né de la guerre pesait ainsi sur nos recherches et risquait de les entraver pendant bien des années encore, il fallait découvrir quelque autre solution. Heureusement cette solution a pu se trouver grâce aux souvenirs et aux impressions personnels, appuyés d'ailleurs sur des documents dignes de foi, de ceux qui au cours de la guerre ont participé à la direction des affaires ou qui, simples observateurs, mais favorablement placés, ont pu recueillir de première ou de seconde main une connaissance précise de certaines phases de la guerre et de leurs conséquences sociales. C'est ainsi qu'a pu être établi le plan d'une série de monographies historiques ou descriptives où les faits seront exposés, non à titre officiel, mais néanmoins de source autorisée, monographies qui se classent à mi-chemin entre le type des mémoires personnels et celui des rapports officiels. Ces monographies constituent le principal de notre œuvre. Elles ne sont pas limitées aux faits de guerre ni même à ses suites immédiates, car l'histoire de la guerre se prolongera longtemps après que celleci aura pris fin. Elles doivent embrasser aussi la période de «déflation > au moins assez pour permettre de se faire, sur les perturbations économiques dues à la guerre, un jugement plus sûr que ne le permettrait le seul examen des faits immédiatement contemporains. Avec cette nouvelle phase du travail, la tâche des directeurs a pris un nouveau caractère. Le plan des monographies a dû êlre compris en raison des collaborateurs disponibles plutôt qu'en raison des matériaux existant comme c'est le cas dans la plupart des histoires, car les sources étaient aux mains des collaborateurs eux-mêmes. Ceci, à son tour, impliquait une nouvelle attitude à prendre en face du double idéal d'exactitude et d'objectivité auquel doit toujours tendre l'historien. Pour permettre à chaque collaborateur de donner toute sa mesure, il fallait éviter de l'enfermer dans le cadre d'un programme trop rigide : il fallait prévoir que les mêmes faits seraient présentés sur des plans différents et vus sous des angles variés, et que des événements y seraient, compris qui ne rentrent pas strictement dans les limites de l'histoire. Il ne fallait même pas vouloir obtenir partout une stricte objectivité. On ne pouvait empêcher une certaine partialité, née des nécessités de la controverse et de la défense. Mais cette partialité même est dans bien des cas une partie intégrante de l'histoire, les appréciations des faits par les contemporains étant aussi instructives que les faits mêmes sur lesquels elles portent. D'ailleurs le plan, dans son ensemble, est établi de façon que les monographies d'un même pays se contrôlent mutuellement ; là où ce ne serait pas le cas, nul doute que d'autres ouvrages parallèles, publiés dans les autres pays, ne puissent servir de correctif. Outre ces monographies destinées à utiliser les sources, d'autres

13 PRÉFACE XI études sont en préparation ayant un caractère technique et limité, et portant sur des points précis d'histoire ou de statistique. Ces monographies ont, elles aussi, le caractère de travaux de première main, car elles enregistrent des faits recueillis assez près de leur source pour permettre des vérifications qui deviendraient impossibles plus tard. Mais d'autre part, elles constituent aussi des applications de la méthode constructive par laquelle l'historien passe de l'analyse à la synthèse. Mais il s'agit d'une tâche difficile et longue et qui commence à peine. On pourrait dire, pour caractériser les premières phases d'une histoire comme celle-ci, que l'on n'en est encore, suivant l'expression américaine, qu'à la «cueillette du coton». Les fils emmêlés des événements restent à tisser pour fabriquer l'étoffe de l'histoire. Dans un travail constructif et créateur comme celui-ci on peut être obligé de changer de plan et d'organisation. Dans une entreprise qui implique une coopération aussi complexe et aussi var ée, il est impossible d'établir, autrement que d'une façon très générale, la part de responsabilité des directeurs et des auteurs clans la rédaction des monographies. En ce qui concerne le plan de l'histoire de la guerre dans son ensemble et son exécution, c'est le Directeur général qui assume la responsabilité ; mais quant aux arrangements de détail et à la répartition des travaux entre les collaborateurs, c'est surtout l'affaire des Comités de direction et d'édition dans chaque pays, qui ont aussi à lire les manuscrits préparés sous leur direction. Néanmoins l'acceptation d'une monographie n'implique nullement l'approbation des opinions et conclusions qui s'y trouvent formulées. La Direction borne son rôle à s'assurer de la valeur scientifique des travaux, et à vérifier s'ils rentrent bien dans le cadre du plan adopté, mais les auteurs auront naturellement toute liberté de traiter les sujets à leur gré. De même aussi la Dotation, par le fait qu'elle autorise la publication de monographies, ne doit pas être considérée comme donnant son approbation aux conclusions qui s'y trouveront formulées. C'est devant l'histoire seulement que la Dotation sera responsable : d'où résulte pour elle l'obligation de réunir et de présenter tous les faits et tous les points de vue aussi complètement et aussi exactement que possible, sans chercher à en éliminer aucun dès qu'ils sont essentiels à l'intelligence générale de la guerre. Dans l'étude qui va suivre, M. Boulin avait pour mission de faire ressortir la répercussion qu'a eue l'invasion, au point de vue du travail, sur la population du territoire français envahi. 11 avait à montrer

14 XII L'ORGANISATION DU TRAVAIL tout d'abord ce qu'était ce territoire au point de vue industriel et agricole, les résultats de la mobilisation, de l'envahissement rapide ; la nécessité pour une partie de la population de se créer des ressources ; enfin l'usage qu'a fait l'envahisseur des travailleurs non mobilisés et devenus d'sponibles. James T. SHOTWELL.

15 INTRODUCTION IMPORTANCE DU TERRITOIRE ENVAHI EN 1914 La région envahie en 1914 par l'armée llemande, dans le Nord de la France, a peu varié au cours de la Grande Guerre. La stabilisation du front après la bataille de la Marne a établi entre les armées combattantes une ligne de démarcation partant de la Mer du Nord, à l'ouest d'ostende, descendant d'abord nettement dans la direction du sud pour s'infléchir ensuite vers l'est et gagner la région de Reims. Après avoir contourné Ypres, cette ligne pénétrait en France près d'armentières, passait à l'est d'arras, à l'ouest de Saint-Quentin et un peu au nord de Soissons. Traversant l'aisne entre Berry-au-Bac et Cormicy, elle prenait la direction de l'est à Sillery jusqu'à Verdun, formait la boucle de Saint-Mihiel et atteignait ensuite la frontière à l'ouest de Pont-à-Mousson pour la suivre à peu près jusque vers Belfort. A la vérité il y eut quelques modifications à cette ligne au cours des quatre années de luttes, par suite des poussées qui s'exerçaient tantôt dans un sens, tantôt dans un autre. Ces poussées n'ont guère augmenté l'importance du territoire envahi ; elles n'ont fait qu'accroître la largeur de la bande où la destruction fut complète. Il y a lieu, néanmoins d'en tenir compte ; car tout travail, en dehors de ce que pouvaient avoir à exécuter les troupes du génie, y était devenu impossible. Envisagée ainsi, la ligne de démarcation pénétrait en France au nord de Bailleul, s'avançait un peu vers l'ouest revenait plus près d'arras, englobait la vallée de l'ancre, passait à l'ouest de Chaulnes, de Roye, au sud de Noyon, pour s'infléchir un moment jusque vers la Marne entre Château-Thierry et Dormans, et rejoindre l'ancienne ligne au nord de Reims. Délimité par le front tel qu'il fut établi peu après la bataille de la Marne, le territoire envahi, dont on trouvera aux annexes diverses cartes, pages 123 à 129, comporte une étendue d'un peu moins de hectar s, c'est-à-dire environ 6 pour 100 de la superficie totale de la France. Sur ce territoire vivait au début de 1914 une population de habitants représentant 12 pour 100 de la population française en général. Cette région s'étend sur dix départements : le Nord, le Pas-de-Calais.

16 XIV L'ORGANISATION DU TRAVAIL la Somme, l'aisne, l'oise, les Ardennes, la Meuse, la Marne, la Meurtheet-Moselle et les Vosges. C'est le département du Nord qui tient la tê : e à tous points de vue. En 1908 sa population était de 328 habitants par kilomètre carré, alors que pour l'ensemble de la France elle n'était, que de 73,1. Dans les Ardennes on n'en trouvait plus que 60,4 ; 52,9 dans la Marne, et 44,9 dans la Meuse. La même année, le nombre des décès pour la France entière a été de , alors que celui des naissances n'était que de avec une perte de têtes. Dans la partie envahie la proportion était renversée : naissances : ; décès : ; excès des naissances : Vient ensuite le Pas-de-Calais avec ses excellents terrains de culture, ses prairies et ses vergers. La Somme, l'oise et l'aisne constituent aussi des régions où l'agriculture était développée. Par contre les Ardennes, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle et les Vosges, en dehors de la culture des arbres fruitiers, ont une valeur de fermage bien moindre. Il en est de même de la Marne, si l'on excepte les vignobles. Le territoire envahi se trouvait donc constitué par deux zones : l'une au nord qui comptait au nombre des plus riches régions de France, l'autre à l'est, dont la valeur était moyenne. Si l'on cherche à serrer d'un peu plus près la comparaison entre ce territoire et l'ensemble du pays, on trouve qu'il fournissait avant guerre 23 millions de quintaux de blé, le quart de la production totale de la France ; quintaux de betteraves fourragères, 23 millions de quintaux de betteraves de distilleries et 72 millions de quintaux de betteraves à sucre, soit 87 pour 100 de la récolte totale. Vers 1910 la valeur locative des terres atteignait 391 millions, dont 74 millions pour le Nord et 50 pour le Pas-de-Calais. En on y comptait maisons et usines (1). Il importe encore d'ajouter que, dans le développement, de l'activité industrielle de la France, que l'on observait d'année en année, la région envahie contribuait pour 60 pour 100. C'est ainsi que de 1901 à 1910 le nombre des établissements industriels s'est accru de unités pour tout le pays, alors que pour le territoire envahi seul cette augmentation entre pour unités. En 1911 l'impôt sur les successions a montré pour toute la France, en laissant bien entendu de côté le département de la Seine, qu'elles s'élevaient à la somme globale de fr. Dans cette évaluation les départements envahis entraient pour fr., soit un peu moins du quart. (1) A la mc-me époque, Paris et la Seine non compris, il y avait en France maisons et usines environ, li s'ensuit donc que les constructions des départements envahis représentaient à peu près le cinquième des usines et des maisons de la France entière.

17 INTRODUCTION XV Si, au lieu de tous les établissements industriels on ne tient compte que de ceux qui employaient en 1914 au moins 20 ouvriers, on arrive aux constatations suivantes qui ressortent des statistiques publiées par l'office de la Reconstitution industrielle à la date du 1 er avril ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS COMPORTANT PLUS DE 20 OUVRIERS Nombre Ouvriers occupés Arrondissement de Lille Arrondissement d'avesnes Arrondissement de Valenciennes Arrondissement de Douai Arrondissement de Cambrai Arrondissement d'hazebrouck TOTAL POUR LE NORD Pas-de-Calais Somme Aisne Marne Ardennes Meuse Meurthe-et-Moselle Vosges TOTAL Partagés suivant les catégories professionnelles auxquelles appartiennent ces établissements, on arrive aux chiffres suivants en ce qui concerne le nombre des ouvriers : Mines et minières Carrières Industries de l'alimentation Industries chimiques Caoutchouc, papier, carton Industries du livre Industries textiles Etoffes et vêtements Paille, plumes et crins Cuirs et peaux Industries du bois Métallurgie Métaux ordinaires Métaux fins et pierres précieuses 741 Taille de pierre, moulage Terrassement, constructions en pierre Pierres et terres au feu TOTAL

18 XVI L ORGANISATION DU TRAVAIL Enfin, en comptant tous les établissements, quelle que soit leur importance, on arrive au chiffre de près de un million pour représenter le nombre des ouvriers employés dans l'industrie. Le tableau précédent montre que les branches les plus développées de la production dans le territoire envahi étaient constituées par les mines, les industries de l'alimentation, les industries textiles, la métallurgie, le travail des métaux ordinaires et celui des pierres et terres au feu. Passons une revue rapide de ces diverses catégories d'industries cl nous aurons une idée générale de l'importance du territoire qui a été envahi. Mines. Il en existe de deux natures: mines de houille dans le nord el mines de l'cr dans l'est. Les premières sont situées sur une bande de terrain dit «houiller» qui s'étend de l'ouest à l'est en partant des environs de Bruay dans le Pas-de-Calais pour rejoindre le bassin du Borinage entre Yalenciennes et Condé-sur-Escaut en passant par Douai, Aniche, etc. Les secondes sont constituées par les mines de fer du bassin de Longwy-Briey. La bassin houiller du Nord comprenait uvanl guerre, en ne tenant compte que du territoire envahi, 101 sièges d'extraction avec 206 puits. En 1913 la production totale du bassin a été de tonnes dont dans le territoire envahi. Le bassin exploitable de Briey-Longwy s'étend sur une bande de terrain longeant l'ancienne frontière entre Jarny et la frontière belge à l'ouest de Longwy. Il couvre une superficie d'environ hectares. La partie la plus importante est comprise entre Àudun-le-Koman et Jarny et constitue, pour ainsi dire, deux autres bassins : celui de Landres et celui d'orne, Briey étant au centre. Le minerai appelé «minette» forme des couches qui atteignent jusqu'à 6 mètres d'épaisseur. Le bassin de Longwy comporte, lui aussi, deux groupes : celui de Longwy au nord et celui de Crusnes au sud. La minette de Longwy n'a pas la valeur du minerai de Briey ; celui-ci contient en moyenne 35 pour 100 de fer. Le premier s'exploite par galeries, le second, par puits. Le bassin de Briey a une incontestable supériorité sur les bassins voisins : Nancy, Lorraine, Luxembourg et Belgique (1). Sans le bassin de Longwy-Briey, les Allemands ont avoué qu'ils n'auraient pu conduire la guerre aussi longtemps. Malgré le stock évalué à 3,6 milliards de tonnes, que l'allemagne avait à sa disposition avant guerre, elle était obligée d'importer chaque année 44 pour 100 du minerai nécessaire à la production des 19,3 millions de tonnes de fonte brute qui sortaient de ses usines. La guerre avait arrêté d'une part l'importation venant d'espagne (23, 6 pour 100 ) que la Suède ne pouvait remplacer; de l'autre, l'envahissement de Briey avait supprimé (1) Voir carte n 3, annexes, page 125.

19 INTRODUCTION XVII 90 pour 100 du minerai qui était indispensable à la France pour la marche de son industrie (1). Enfin on estime à millions de tonnes de minerai pouvant produire 930 millions de tonnes de fer, la richesse du bassin de Briey. En 1913, l'extraction a atteint 18 millions de tonnes (2). Industries d'alimentation. Il ne saurait être question de passer en revue toutes les industries occupées à la production ou à la transformation des substances alimentaires. Il en est cependant deux qui sont spéciales au Nord de la France : la fabrication du sucre et celle de la chicorée. Sur 250 sucreries environ en activité avant guerre, 170, c'est-à-dire 63 pour 100 se trouvaient dans la région qui fut envahie. Ces usines se répartissent ainsi par département : ÎSombre Tonnage théorique des betteraves travaillées chaque jour Nord Pas-de-Calais Aisne Somme Marne et Ardennes La production totale de ces usines en 1913 a été de tonnes de sucre.sur ce chiffre le département de l'aisne figurait pour tonnes : celui du Pas-de-Calais pour ; la Somme pour ; l'oise pour Plusieurs de ces usines étaient outillées pour transformer la betterave soit en sucre soit en alcool. La chicorée se cultive comme la betterave et les plus grands champs de culture sont situés dans la région qui borde la mer à l'est des collines de l'artois. Les fabriques de chicorée étaient en grande partie dans le voisinage de Cambrai. (1) Koeln Volk Zeitung, 26 mui 1917 et 4 janvier 191S. (2) Voici la production des principales concessions : BASSIN DE LONCWY : Tonnes Longlaville et Saulnes Godbrang Hussigny Tiercelet BASSIN DE BRIEY : Auboué Homécourt I'iermé Tucquegnieux-Bettainvillers Landres Amermont-Dommary

20 XVIII L'ORGANISATION DU TRAVAIL Industries textiles. Les industries textiles sont richement représentées dans le Nord. C'est avec l'industrie métallurgique la branche la plus importante de production de la région. On y voit des groupes importants de filatures de laine : à Roubaix- Tourcoing, à Fourmies, à Corbie ; des peignages à Roubaix-Tourcoing ; des fabriques de bonneterie à Roubaix-Tourcoing, aux environs de Montdidier, à Corbie ; des fabriques de tapis à Tourcoing. L'industrie du coton est représentée par des filatures à Roubaix- Tourcoing, à Lille, à Armentières. Lille et Seclin ont les plus importantes filatures de lin de France. Les toiles se tissent à Armentières, à Lille, à La Gorgue, à Halluin ; le drap, à Roubaix, à Sedan ; le tulle, les dentelles, la broderie se fabriquent à Caudrv, dans le Cambrésis, et à Saint-Quentin (1). Industries métallurgiques. Les régions envahies du nord et de l'est de la France comprenaient avant guerre les centres les plus importants de l'industrie sidérurgique du pays. Le département du Nord venait en tète, puis la Meurthe-et-Moselle, et enfin les Ardennes. En 1914 la France produisait tonnes de fonte, dont tonnes, soit près de 18 pour 100 dans le Nord, et tonnes, soit 68 pour 100, dans l'est. Cette différence s'explique par la présence du minerai de fer sur place dans cette dernière région. Il en était de même de l'acier brut. Sur une production totale de tonnes en 1913, le Nord entrait pour tonnes, et l'est pour , soit respectivement dans une proportion de 24,2 et de 53, 6 pour 100. Mais entrons dans un peu plus de détails, à propos de métallurgie. Il existait 13 hauts fourneaux dans le Nord et 72 dans l'est, dont 49 dans le bassin de Longwy-Briey. Ces appareils ont cessé toute production dès Toutefois, ceux qui se trouvaient dans la région de Nancy ont pu fonctionner soit en 1915, soit en 1916 ou 1917, malgré les bombardements ; quelques-uns d'ailleurs durent s'éteindre en La production de ces derniers s'éleva à tonnes en 1915, à en 1916, à en 1917, et à en Il y avait, au moment de la mobilisation, 2 convertisseurs Thomas, 15 convertisseurs Bessemer, et 36 fours Martin dans le Nord. Le département de Meurthe-et-Moselle possédait 40 convertisseurs Thomas et fours Martin. Enfin les Ardennes comptaient 7 fours Martin et 3 convertisseurs. La France produisait avant la guerre lonnes de moulage (1) Consulter carte n 4. Annexes, page 127.

21 INTRODUCTION XIX d'acier, dont pour le Nord, pour les Ardennes et pour la Meurthe-et-Moselle ; soit ensemble 69 pour 100 de la production nationale. Centres : Jeumont, Marly, Lesquin, Hirson, Feignies, Stenay. Presque toutes les usines du Nord et de l'est produisant la fonte brute ne la livrent pas directement au commerce, mais la transforment. C'est dans ces établissements et dans quelques autres que se fabriquait 56 pour 100 de la production nationale en rails, en fers et aciers marchands, en poutrelles, etc. Centres : région de Longwy, de Maubeuge et de Denain-Anzin. En dehors de la grande métallurgie, il existait de puissants établissements pour la fabrication des tôles minces (vallée de la Meuse, Louvroil, Iïautmont) : pour celle des tubes avec ou sans soudure (Valenciennes, Fresnes, Hautmont, Louvroil, Solesmes, Recquignies). En ce qui concerne cette dernière industrie, la production du Nord était de tonnes sur A Pont-à-Mousson et à Villerupt on fabriquait des tuyaux en fonte ; à Saint-Amand, jusqu'à tonnes de chaînes par an ; à Jeuf, à Mohon, à Gorcy, à Brevilly, des fils d'acier doux et d'acier dur. La boulonnerie comptait 9 usines dans le Nord et 45 dans les Ardennes. Le Nord occupait une place prépondérante dans la construction mécanique, le matériel de chemin de fer (2 usines en France non envahie et 9 dans le territoire envahi) ; et les Ardennes dans la ferronnerie et les pièces détachées. Enfin, il y avait dans le Nord trois fonderies importantes de zinc et dans le Pas-de-Calais deux fonderies de plomb et une fonderie de cuivre (1). Pierres et terres au feu. Dans ce groupe figurent les industries céramiques et les verreries qui étaient assez bien représentées dans les territoires envahis, notamment dans le Nord. L'absence de pierre propre à la construction a poussé les entrepreneurs à fonder de nombreuses briqueteries et tuileries. Afin d'éviter les frais de transport, et servis par la composition du sol, ces établissements se sont multipliés sans toutefois prendre l'importance des grandes briqueteries belges et des établissements du centre de la France. Les faïenceries du département du Nord (Saint-Amand) représentaient à peu près, au point de vue du nombre des ouvriers, le sixième des établissements de même catégorie existant en France avant la guerre. En ce qui concerne les verreries, elles étaient au nombre de 45 dont 32 dans le département du Nord. Ces usines comportaient tous les genres : fabriques de glaces, de verres à vitres, de bouteilles, flaconneries. (1) Carte il 0 5. Annexes, page 128.

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

1 о ш iss3 I BAT 工 MENT DU SIEGE. Rapport du Directeur général sur 1 1 avancement des travaux

1 о ш iss3 I BAT 工 MENT DU SIEGE. Rapport du Directeur général sur 1 1 avancement des travaux WORLD HEALTH ORGANIZATION ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CONSEIL EXECUTIF Trente et unième session Point 6.6.2 de l'ordre du jour provisoire 1 о ш iss3 I EB31/37 8 janvier 1963 ORIGINAL : ANGLAIS BAT

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs

Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Risques professionnels pour l entrepreneur : Comment les assurer? Michel BOYER Boyer & Morvilliers Assureurs Sommaire : L Assurance : indispensable à la vie de l entreprise Un monde de risques Etre bien

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens.

Publication au JORF du 24 septembre 1959. Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959. Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. Publication au JORF du 24 septembre 1959 Décret n 59-1091 du 23 septembre 1959 le Premier ministre, Décret portant statut de la Régie autonome des transports parisiens. version consolidée au 27 décembre

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) En vue d'une première discussion, le comité permanent

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

MentorPlace au Collège de Kerbellec

MentorPlace au Collège de Kerbellec MentorPlace au Collège de Kerbellec I LES ACTEURS a) du Collège Kerbellec Monsieur NEDELLEC directeur adjoint Monsieur GUILLERME professeur principal classe de 4 ème Monsieur SOURRICE surveillant du collège

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

L artisanat de tranchée.

L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée. L artisanat de tranchée est une forme d art théoriquement spécifique aux tranchées, mais qui rapidement s industrialisera : ce seront des «souvenirs de guerre»,qu il était de bon

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé

Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET. Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé CARPENTIER BTS SIO Yohan 2014-2015 GESTION DE PROJET Objectif : Création d'un site internet commercial pour l'entreprise LIS Santé Phase de définition du projet liée à une définition de la mission La mission

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels F H/LD/WG/5/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 OCTOBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de La Haye concernant l enregistrement international des dessins et modèles industriels

Plus en détail

Les principes généraux de la Comptabilité

Les principes généraux de la Comptabilité Les principes généraux de la Comptabilité présentés par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Il est toujours nécessaire, voire indispensable, de connaître les principes

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général WORLD HEALTH ORGANIZATION CONSEIL EXECUTIF Trente-neuvième session Point 5 de 1 f ordre du jour supplémentaire ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ EB39A2 Add Л 20 janvier 1967 ORIGINAL : ANGLAIS BUREAUX

Plus en détail

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des,

PV CHSCT. Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, PV CHSCT Le procès-verbal est un document administratif, une pièce officielle. Le procès-verbal à pour objet de prendre actes des, Informations transmises au CHSCT, Avis émis par le CHSCT lors des consultations

Plus en détail

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL

VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL VILLE DE CHARLEROI REGLEMENT RELATIF AU MEDIATEUR COMMUNAL Arrêté par le Conseil communal en séance du 16 novembre 1992 Approbation DP 14/01/1993 Modifié par le Conseil communal en séance des : 29 septembre

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

À l ère d une GRH en transition 3 e édition

À l ère d une GRH en transition 3 e édition DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre4 L analysedespostesetlaplanificationdesressources humaines 1. Parmi les méthodes suivantes, laquelle ne fait

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

A V I S N 1.528 ----------------------- Séance du mercredi 9 novembre 2005 --------------------------------------------------

A V I S N 1.528 ----------------------- Séance du mercredi 9 novembre 2005 -------------------------------------------------- A V I S N 1.528 ----------------------- Séance du mercredi 9 novembre 2005 -------------------------------------------------- Mise en œuvre de l'accord volontaire européen sur le télétravail du 16 juillet

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Commune de Charenton-le-Pont

Commune de Charenton-le-Pont DEPARTEMENT DU VAL-DE-MARNE Commune de Charenton-le-Pont Enquête publique avant la modification du P.L.U. Création du secteur à plan de masse UM2, rue des Carrières et rue de Paris, application des lois

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION I- SOCIETE NE FAISANT PAS APPEL PUBLIC A L EPARGNE Le conseil d'administration doit établir un rapport de gestion écrit qui expose :

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation Document Unique d'evaluation des Risques : 1. Définition du Document Unique d Evaluation des Risques (DUER) Le Document Unique d Evaluation des Risques, c'est l'évaluation des risques et une démarche de

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

La logistique. Contenu

La logistique. Contenu La logistique La logistique est définie comme la planification, l'organisation, le contrôle et la gestion du matériel et des flux de produits et des services avec le flux d'informations associées. La logistique

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé École supérieure de danse du Québec Note concernant les propositions de réorganisation de l école Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé Novembre 1990 Réorganisation administrative de l'école supérieure

Plus en détail

OLAP PAR L'EXEMPLE. La vente de chaussures. NEGRE Elsa 2015-2016 Université Paris-Dauphine S o u r c e : B e r n a r d L u p i n

OLAP PAR L'EXEMPLE. La vente de chaussures. NEGRE Elsa 2015-2016 Université Paris-Dauphine S o u r c e : B e r n a r d L u p i n OLAP PAR L'EXEMPLE La vente de chaussures NEGRE Elsa 2015-2016 Université Paris-Dauphine S o u r c e : B e r n a r d L u p i n CONTEXTE La société Au bon pied, installée à Bonneuil, désire construire une

Plus en détail

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015?

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015? PRÉFET D EURE-ET-LOIR DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L EURE-ET-LOIR AFFAIRE SUIVIE PAR : SOPHIE SINGER TÉL. : 02.37.20.50.22 E-MAIL : sophie.singer@eure-et-loir.gouv.fr Bail rural Comment

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

DOCUMENT DE QUESTIONS ET RÉPONSES N O 1. Question 1 Pouvez-vous me dire s il y a un marché réservé aux Autochtones pour cette offre à commandes (OC)?

DOCUMENT DE QUESTIONS ET RÉPONSES N O 1. Question 1 Pouvez-vous me dire s il y a un marché réservé aux Autochtones pour cette offre à commandes (OC)? Ce document de questions et réponses a été publié le 9 septembre 2015. Question 1 Pouvez-vous me dire s il y a un marché réservé aux Autochtones pour cette offre à commandes (OC)? Réponse 1 Non, il n y

Plus en détail

Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi

Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi Quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi Voici quelques précisions et exemples sur la réforme de l assurance-emploi entrée en vigueur le 6 janvier 2013. Rappelons que vous pouvez

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP)

Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le primaire et secondaire (FSE et FPEP) Réforme de l assurance-emploi Exemples pour le personnel enseignant primaire et secondaire (FSE et FPEP) Avril 2013 Mario Labbé, conseiller Sécurité sociale, CSQ-Québec 2 3 Catégories de prestataires Travailleuses

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température

L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température PRESENTATION DU PROJET L objectif du projet est la mise en oeuvre d une chaudière à granulés bois et d un plancher chauffant à basse température 1 - ETENDUE DE LA PRESTATION Les travaux concernent la conception

Plus en détail

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008

Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Pose d escalier préfabriqué monobloc en béton Rédaction : Hediger Damien / Etudiant ETC 3 ème année Date : 1 er octobre 2008 Introduction Dans

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07

007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 007537/EU XXIII.GP Eingelangt am 14/02/07 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 14.2.2007 SEC(2007) 113 DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Document accompagnant la proposition

Plus en détail

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu:

Estimant opportun de fixer les règles et les méthodes à suivre en vue de l'application de l'article 102 de la Charte des Nations Unies, ainsi conçu: ENREGISTREMENT ET PUBLICATION DES TRAITÉS ET ACCORDS INTERNATIONAUX. RÈGLEMENT DESTINÉ À METTRE EN APPLICATION L'ARTICLE 102 DE LA CHARTE DES NATIONS UNIES Adopté par l'assemblée générale le 14 décembre

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique Chapitre 1 : la comptabilité analytique I. Introduction 1 er point : la comparaison entre comptabilité générale et comptabilité analytique. 1 er cas : la comptabilité générale ;

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche

Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche Projet de Port Granby Sondage sur l attitude du public Rapport de recherche février 2015 Preparé par : 1. Sommaire CONTEXTE ET MÉTHODOLOGIE Dans le cadre du Projet de Port Granby, l Initiative dans la

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt

La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une. révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt 1 METHODOLOGIE 1.1 L Envergure de l Etude La méthodologie utilisée pour développer cette recherche est une révision de littérature publiée entre l année mille neuf cent quatre-vingt quatorze (1994) et

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service

Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service Périodes de Formation en Milieu Professionnel : CHAPITRE V : Obligations de service du Décret 92-1189 Modifié par Décret 2000-753 2000-08-01 - Article 30 et 31 BO spécial n 2 du 19 février 2009 (Définition

Plus en détail

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014

A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS. Juillet 2014 A 8 LA SOCIETE EN PARTICIPATION ENTRE ARTISANS Juillet 2014 Pour toute précision concernant le contenu de ce document, vous pouvez contacter le service juridique à l adresse suivante : cma.juridique@cm-alsace.fr

Plus en détail

C20 G/MCL 1/2. NOISIEL, le 27 octobre 2009

C20 G/MCL 1/2. NOISIEL, le 27 octobre 2009 C20 G/MCL 1/2 Le Président NOISIEL, le 27 octobre 2009 N /G/72/09-0937 E N 09-0211 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Directeur, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL Ref : LS IN Quadratus 06 2014 ARTICLE 1 DEFINITIONS Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier comme au pluriel: Anomalie : désigne un défaut,

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44

Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 Paris, le 26 mars 2013 Décision du Défenseur des droits n MDS-2013-44 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la mise en œuvre d un dispositif d identification des forces de l ordre par l apposition

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail