De la maison commune à l hôtel de ville :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la maison commune à l hôtel de ville :"

Transcription

1 Salle du conseil municipal, Photo Louis Le Guernevé - Coll. AML Les Archives Salle du conseil municipal, Photo Josiane Grand-Colas, Ville de Lorient De la maison commune à l hôtel de ville : l hôtel de ville de A à Z Prix de vente : 5 4

2 A travers ce livret, l'exposition et les visites de l'hôtel de Ville qu'il accompagne, l'équipe des Archives municipales poursuit un important travail de découverte du patrimoine lorientais. En ce sens, elle remplit une mission essentielle : au delà de la conservation, celle de la mise en valeur des traces du passé pour qu'elles fassent sens, qu'elles deviennent documents et qu'ainsi nous puissions collectivement remplir les trous de la mémoire, comme l'évoquent de façon poétique certains historiens. Lorient a été marqué tout au long de son histoire par une évolution et un renouvellement urbains intenses, montrant cependant d'importantes ruptures, notamment celle de la destruction de février L'Hôtel de Ville, ou plutôt les Hôtels de Ville, nos maisons communes, apparaissent comme des symboles de ces continuités et de ces ruptures, comme les révélateurs des relations sociales qui se sont nouées et continuent de donner vie à l'espace communal, qui, finalement, donnent un sens à notre communauté de ville. Que celles et ceux qui, parfois contre vents et marées, militent inlassablement pour cette approche culturelle des archives soient ici chaleureusement remerciés et encouragés. Patrick DANIEL, adjoint au Maire de Lorient, délégué à la Culture. Z Zoom Sommaire 2 A comme Administration B comme Bombardement C comme Creche D comme Déblaiement E comme Employé F comme Fresque G comme Gaz H comme Hotel de ville I comme Incendie J comme Jacquin K comme Keryado L comme Logo M comme Maire N comme National O comme Octroi P comme Provisoire Q comme Quartier R comme Reconstruction S comme Sculpture T comme Travaux U comme Untersteller V comme Ville W comme Web XY comme XX-XY, l'etat civil Z comme Zoom 31 Edition : Ville de Lorient Conception et réalisation : Archives municipales Auteurs : Patricia Drénou, Catherine Guyon, Jean-François Noblet Conception graphique et impression : Imprimerie municipale Crédits photographiques : détail dans les légendes de chaque photographie Septembre ISBN

3 XY XX-XY l Etat civil A Administration 30 Le 10 août 1539, le roi François 1 er signe à Villers-Cotterêts une ordonnance de 192 articles, rédigée par le chancelier Guillaume Poyet. Son importance est capitale dans le processus d'organisation de l'état. François 1er demande, entre autres, que les curés des paroisses procèdent à l'enregistrement en français des naissances, des mariages et des décès. L'ordonnance institue ce qui deviendra l'état civil et consacre le rôle unificateur de la langue française. «Art. 50 : Que des sepultures des personnes tenans benefices sera faict registre en forme de preuve pour les chappitres, colleges, monasteres et curez, qui fera foy pour la preuve du temps de la mort, duquel sera faict expresse mention esd. registres, pour servir au jugements des procès ou il seroit question de prouver led. temps de la mort, a tout le moins quant a la recrance. Art. 51 : Aussi sera faict registre en forme de preuve des baptesmes, qui contiendront le temps de l'heure de la nativite, et par l'extraict dud. registre se pourra prouver le temps de majorité ou minorité et fera plaine foy a ceste fin.» Les protestants revendiquent très tôt le droit de tenir un état civil propre, droit qu'ils obtiennent par l'edit de Nantes en Ce droit leur est retiré en 1685 avec la Révocation mais il est restitué en novembre 1787 par l'édit de tolérance qui l'accorde également aux pratiquants de la religion juive. A partir de 1792, l'état civil est laïcisé et attribué aux maires des communes : les registres d'état civil concernent désormais tous les habitants, quelle que soit leur religion. Photo Josiane Grand-Colas, ville de Lorient La collection des registres de la ville de Lorient est complète depuis 1709, année de la création de la paroisse Saint-Louis. Elle est aujourd'hui entièrement numérisée et sera accessible via Internet en Les actes de plus de cent ans sont librement consultables par le public. Ordonnance de Villers-Cotterets - photo François Barby 3 Naissance de l'administration communale et création d'une maison commune. Créée en 1666, Lorient est tout d'abord administrée par la Compagnie des Indes puis par la Marine Royale jusqu'à la création de la Paroisse en Les affaires publiques sont alors gérées par le Général de la Paroisse et débattues par le Conseil de Fabrique au sein même de l'eglise Saint-Louis. Les délibérations sont toutefois visées par l'ordonnateur de la Marine et le Directeur de la Compagnie avant d'être soumises à l'approbation de l'intendant de Bretagne. La cité et le commerce se développant, la population augmentant rapidement (6 000 habitants en 1709, en 1720), ce type d'organisation n'est plus adapté. La Compagnie achète au Roi des offices municipaux et en juin 1738, Lorient est officiellement érigée en Communauté de Ville. Les réunions de la Communauté se tiennent au domicile du Maire, jusqu'en 1752, année d'acquisition d'un bâtiment rue de Luzançais. Plus tard, le bâtiment est agrandi et prolongé de chaque côté. Une cour intérieure est aménagée avec un puits, des écuries et des locaux pour les voitures. On y trouve aussi des bureaux, une salle pour stocker les pompes à incendie, un petit local pour la vérification des poids et mesures, le poste de police de la Communauté ainsi qu'un héraut, deux archers, deux valets et un tambour. Édit royal érigeant L'Orient en corps de Ville, juin Coll. AML

4 A Administration W Web Aux étages supérieurs du bâtiment principal, se situe un vaste appartement aménagé en 1755 pour les seigneurs et commandants de la Province ainsi qu'une salle pour les assemblées de la Communauté. En 1762, après de nouveaux aménagements, la Communauté autorise le Maire à venir habiter dans la maison commune. En 1783, s'y établissent le siège du consulat de commerce et celui de l'amirauté, transformés plus tard en tribunal et chambre de commerce. Dans les années 1790, on crée une section de sapeurs-pompiers civils. La maison commune traverse la période révolutionnaire sans subir trop de dégradations. Au début du XIX e siècle, le bâtiment accueille divers organismes : la chambre de commerce, le collège municipal, la caisse d'épargne. Il s'avère au fil des ans trop à l'étroit. Le 25 avril 1835, un grand incendie se déclare dans le quartier. La municipalité fait l acquisition des maisons détruites rue de l'hôpital. L'hôtel de ville peut alors s'agrandir et s'ouvrir, en 1837, sur la rue de l'hôpital (aujourd'hui, rue Jules Legrand). On construit en 1841 le poste de police municipale au-dessus de la citerne. Salon d'honneur et salle du conseil municipal sont réaménagés. Le dernier gros chantier du XIX e siècle sera celui de la reconstruction du dépôt des pompes à incendie en 1874 rue de la Mairie sur un terrain communiquant avec la cour de l'hôtel de ville. La période est caractérisée par la création et le regroupement de divers services. En 1900, on aménage au-dessus du porche d'entrée, la bibliothèque municipale qui avait été créée dans un autre local en 1830, et à l'étage audessus, le tribunal de commerce. La façade rue de l'hôpital est également modifiée en 1902 et en La justice de paix, le tribunal des prud'hommes, la «Goutte de Lait» municipale et la nouvelle école primaire de filles s'ouvrent côté cour en Toujours à cette époque, un nouveau bâtiment donnant sur la rue de l'hôpital regroupe la crèche, le commissariat central, la perception municipale, le service d'hygiène, les services techniques municipaux, les pompes funèbres et la direction de l'octroi. Entre temps, le collège, la chambre de commerce et la caisse d'épargne ont quitté la mairie. Le site web de la ville de Lorient, a été ouvert en octobre Source d'information administrative, culturelle et de loisirs, le site web est un vecteur important de la communication municipale. Il offre également un certain nombre de téléprocédures et de services en ligne. Depuis les années 1990, la mairie a une politique volontariste pour promouvoir les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Des Points Inter'Net ont été ouverts au centre ville et dans le quartier de Kervénanec pour donner accès à ces nouveaux outils au plus grand nombre. 4 29

5 V Ville B Bombardement Les différents emplacements de l hôtel de ville de 1752 à nos jours 1943 La cour intérieure de la mairie après les bombardements alliés du 23 janvier Le séquoia planté dans la cour est encore debout - Coll. AML à partir du 01/07/ du 01/09/1945 au 30/06/1960 de1752 à L'entrée de la mairie donnant rue de l'hôpital (actuelle rue Jules Le Grand) après les bombardements - Coll. AML

6 C Creche U Untersteller Au début du XX e siècle, le docteur Roux est une figure bien connue de la vie sociale lorientaise. Né à Redon en 1864, il crée et assure le fonctionnement de la «Goutte de Lait» en Il s'éteint à Lorient en avril La «Goutte de Lait» assure la distribution gratuite de lait aux enfants des familles indigentes et que les mères ne peuvent allaiter elles-mêmes. Le service est ouvert chaque matin. On peut également y peser son nourrisson et bénéficier d'une consultation médicale si besoin est. Le service occupe un local dans la cour de la mairie, à côté de la crèche municipale. Aujourd'hui, les crèches municipales collectives sont au nombre de quatre et totalisent cent vingt places : Crèche Jeanne Roux rue Bouvet, Crèche Tintinnabule à Keryado, Crèche les Korrigans à Kervénanec, Crèche de la République à Nouvelle ville. Il existe aussi une crèche familiale de cinquante places dont le bâtiment administratif se situe rue Bouvet. DR - photo coll.particulière L'architecte chargé de la reconstruction de l'hôtel de ville et de l'église Notre- Dame de Victoire, Jean-Baptiste Hourlier, suggère la décoration de la salle des mariages et du salon de réception par des peintures à fresque sur les murs. Il propose le nom de Nicolas Untersteller lors du conseil municipal de septembre Un contrat est passé entre l'artiste et le commissaire à la reconstruction le 31 mars Nicolas Untersteller, membre de l'institut, directeur de l'école nationale des Beaux- Arts de Paris et premier Grand Prix de Rome en 1928, a reçu de nombreuses commandes d'etat au moment de la reconstruction de bâtiments dans les villes ayant subi des dommages de guerre. Pour en savoir plus sur l'artiste, vous pouvez visiter le site web qui lui est consacré : Le docteur Roux dans la cour de la mairie, Coll AML La cour intérieure de la mairie. A l arrière plan, la Goutte de Lait, début XX e siècle - Coll AML 6 27 Détail de la fresque du salon d'honneur, mai 2004 Photo Josiane Grand-Colas, Ville de Lorient

7 T Travaux D Déblaiement En quarante ans, les compétences de l'administration communale s'élargissent, les effectifs augmentent considérablement. L'hôtel de ville connaît six opérations de restructuration qui visent toutes à améliorer les conditions de travail du personnel et la qualité de l'accueil du public. En 1975 : Réaménagement du hall principal du 1 er étage confié à Jean Damestoy, décorateur à Lorient. En 1983 : Construction d'un bâtiment avec mezzanine à l'emplacement de la cour d'entrée côté boulevard Leclerc, pour créer des locaux d'accueil au rez-dechaussée et des bureaux supplémentaires au 1 er étage. Le projet est élaboré par l'architecte en chef de la Ville, Philippe Albert. La décoration est réalisée par Jacques Roselier et Jean-Michel Le Tennier. En : Transformation du musée en salles de réunion et redistribution des locaux du 1 er étage en modifiant les cloisonnements. Le projet est mené par le service architecture. En 1993 : Transfert de la bibliothèque à l'orientis, ouverture d'une salle de lecture des archives municipales, plus spacieuse dans l'ancienne bibliothèque des jeunes et d'une galerie d'exposition, la galerie du Faouëdic, dans l'ancienne bibliothèque adultes. Le projet est conçu par le service architecture. En 2000 : Réaménagement par le service architecture des locaux du rez-de-chaussée pour installer tous les services accueillant du public au même niveau avec gestion informatisée des files d'attente. En 2003 : Aménagement de sécurité réalisé à la suite de l'incendie survenu à l'accueil en août. L'hôtel de ville, 1947 Eau-forte de Rivalain - Coll AML Vue panoramique prise de la tour Saint-Louis. Déblaiement autour de l'ancienne mairie et des halles Saint Louis, photo Louis Le Guernevé - Coll AML Deux millions de tonnes de gravats, un centre ville rasé à 95 %, près de 8000 ouvriers dont 800 prisonniers de guerre allemands, 200 entreprises, plus de trois ans de travaux, la vasière de Kergroise et une partie du bassin à flots comblés, ce sont les éléments majeurs du déblaiement de Lorient de 1945 à Banque d accueil, juillet Photo Catherine Guyon, Ville de Lorient 7 Déblaiement dans la rue du port, 1946 Coll AML Prisonniers allemands nettoyant la rue Beauvais, Coll AML

8 E Employé Les employés municipaux sont des agents relevant de la fonction publique territoriale. Celle-ci est organisée en filières, représentant les grands secteurs d'activité Administratifs Techniques Police Culture Sports Social Enseignants Octroi Pompiers Eau Assainissement Femmes de charge Pompes funèbres Cimetières Animation Divers TOTAL La police municipale était la seule police présente à Lorient avant la guerre. La police nationale a été créée à la Libération, faisant tomber les effectifs municipaux à leur niveau actuel. 2 L'octroi a été supprimé en Les pompiers relèvent du département depuis la loi du 3 mai Les personnels de service sont de nos jours rattachés à la filière technique. 5 La filière animation a été créée en 1997, auparavant les animateurs relevaient d'autres filières. Population de Lorient S Sculpture René Letourneur, sculpteur, premier Grand Prix de Rome, se voit confier par le conseil municipal et le commissaire à la reconstruction, l'exécution d'un motif décoratif scellé sur la partie haute de la façade du bâtiment de réception du nouvel hôtel de ville. Ce bas-relief mesure 5,30 m de largeur sur 4,50 m de hauteur. Il a pour thème la fondation de Lorient, ville née de la mer, figurée par un voilier. Neptune chevauche un animal fabuleux escorté de dauphins. L'ouvrage est réalisé en bronze coulé. Photo Josiane Grand-Colas, avril Ville de Lorient Voirie : marquage au sol, années coll AML 25

9 R Reconstruction E Employé Volontairement, la mairie n'est pas rebâtie au même emplacement qu'avantguerre car elle tient un rôle essentiel dans la stratégie de déplacement du centre ville ancien inscrite dans le plan de reconstruction de Lorient. Le futur bâtiment sera l'élément phare de la ville nouvelle. Le projet de reconstruction de l'hôtel de ville, dressé dès 1946 par les architectes Jean-Baptiste Hourlier, architecte en chef des bâtiments civils et des palais nationaux, premier Grand Prix de Rome, associé à l'architecte Henri Réglain de Lorient, fut approuvé par le conseil municipal du 17 décembre Les travaux d'édification, précédés de fondations spéciales, par pieux battus en sol mou, débutent en janvier Le coût total de la construction est d'un demimilliard d'anciens francs. Le bâtiment est construit en granit du pays et en béton armé. Les travaux s'achèvent en juillet Le bâtiment est divisé en deux parties distinctes répondant à des fonctions différentes : les services administratifs et techniques dans la partie nord-est dont la façade donne sur le boulevard Leclerc ; les espaces de réception, bibliothèque et musée occupent l'aile sud du bâtiment, donnant sur la place de l'hôtel de ville. Au sous-sol, exploitant une dénivellation naturelle du terrain, on trouve la chaufferie, les garages automobiles et un blockhaus de la seconde guerre mondiale aménagé en magasin d'archives. Employés municipaux au château de Treulan près de Sainte Anne d'auray, 1943 Assises : Simone Corlay de l'aide sociale et Madeleine Héanno (épouse Charpentier) Debout de gauche à droite : Andrée Leray (épouse Kermorvan), Pierre Mérienne, Monsieur Daniel de l'état civil déguisé en maire, Mathurin Jaffré le bibliothécaire, M me Billard en coiffe employée à la cantine, Adrienne Allain du bureau du personnel déguisée en homme avec un chapeau mou, agent non identifié avec un renard autour du cou, Andrée Cribier des affaires militaires, un agent non identifié de la défense passive et Giuseppe Pedrini, factotum - Coll. AML Jardinier municipal entretenant un parterre dans le square Bodelio, Coll AML 24 Coll. Combier conservée au musée Nicéphore Niepce - Ville de Chalon-sur-Saône Service de l'éclairage public : entretien d'un lampadaire, années Coll AML

10 F Fresque Q Quartier Plusieurs fresques décorent les murs de l'hôtel de ville. Deux d'entre elles sont signées par Nicolas Untersteller en Les fresques du salon d'honneur et de la salle des mariages couvrent 150 m². Une somme forfaitaire de 9 millions de francs a été allouée à l'artiste pour leur réalisation. L'hôtel de ville, vu de la rue du Tour des portes. Au premier plan, les deux jubaea chilensis, avril 2004 Photo Josiane Grand Colas, Ville de Lorient Fresque de la salle des mariages L'hôtel de ville moderne est construit dans le quartier dit du Moustoir. Le mot «moustoir» ou «moustier» désignait autrefois un monastère. Un établissement religieux a en effet été instalé à cet endroit dans les premiers siècles de l'ère chrétienne, ainsi que deux villages, le Moustoir Saint Phélan et le Moustoir Berhet. L'invasion normande du IX e siècle a eu raison des implantations à cet endroit qui est demeuré vierge jusqu'à la naissance de la ville elle-même. Le ruisseau du Moustoir a quant à lui subsisté au fil des siècles et le quartier tout entier est réputé pour l'abondance de ses sources et son sous-sol marécageux. La rue du Tour des portes, située derrière l'hôtel de ville, doit son nom au chemin qui longeait les anciennes fortifications et reliait les deux portes de la ville. A partir de 1744, le centre ville est clos de remparts et en 1758 deux portes monumentales sont construites. La porte du Morbihan marquait l'entrée de la ville à l'emplacement de la place Clémenceau, alors que la porte de Ploemeur s'ouvrait sur la place Aristide Briand. Les fortifications ont été démolies à partir de 1907 pour disparaître totalement dans les années 30 ce qui a permis d'élargir les accès de l'intramuros. Fresque du salon d'honneur Photos Josiane Grand-Colas - Ville de Lorient - mai 2004 Du collège de jeunes filles, construit en 1906 sur l'une des branches comblées de l'ancien étang du Faouëdic et détruit par les bombardements de 1943, il nous reste une petite partie de son ancien jardin marqué par les deux palmiers. Cette essence d'arbre jubaea chilensis aussi appelé cocotier du Chili est rare sous nos latitudes. Deux autres spécimens sont recensés en Bretagne, l'un à Quimper et l'autre à Morlaix

11 P Provisoire G Gaz En 1943, à la suite des bombardements intensifs des Alliés, les bâtiments de la rue Jules Legrand sont inutilisables. Pour les services de la mairie commence alors une succession de déménagements. Tout d'abord, les employés investissent la pâtisserie située à l'angle de la place Bisson et de la rue des Fontaines. Ce bâtiment brûle après une journée et les employés sont contraints de se replier dans les locaux de la société d'énergie électrique, 8 place Alsace- Lorraine. Après quelques jours, l'installation n'étant pas satisfaisante et les bombardements étant toujours menaçants, la mairie prend ses nouveaux quartiers dans un restaurant à Brandérion pour une quinzaine de jours. Elle bénéficie alors d'un bâtiment réquisitionné à proximité de Sainte Anne d'auray, au château de Treulan, propriété de la famille Espivent de la Villeboisnet. Au printemps 1944, la mairie s'installe au Ballon à Auray et y reste jusqu'à la libération de Lorient. En 1892, le conseil municipal prend un arrêté ouvrant un concours en vue de la construction, sur l'emplacement de l'ancien abattoir, d'une école primaire, d'une école primaire supérieure (EPS) et d'une salle de réunion c'est la salle des fêtes. En 1901, et pour un montant total de francs-or, la Ville inaugure l établissement sur le cours des quais (actuel quai des Indes). C'est l'un des premiers bâtiments construits en France utilisant le béton armé. En 1906, on poursuit dans l'innovation en ajoutant francs de travaux pour installer «l'éclairage au gaz avec incandescence, reconnu en la circonstance de dépense moindre en même temps que d'usage plus pratique». On y trouve «un lustre au centre de chacun des deux caissons de la grande nef ; le central comportera trente lumières et les quatre autres vingt. Deux torchères avec piédestal seront disposées à l'entrée de l'escalier intérieur, une à droite et une à gauche. De part et d autre de l'escalier extérieur sera placée une crosse avec lanterne. Enfin trois lustres de trois lumières sont prévus pour l'orchestre, le tout sera complété par quelques appareils secondaires, appliques et lanternes.» 22 Salle de billard du château de Treulan servant de bureau, juin 1943, Coll. particulière. Personnel municipal au Ballon, lieu de repli de la mairie de Lorient. Cliché pris le jour de la libération de la ville d'auray, le 7 août Coll. particulière. Le 1 er septembre 1945, le retour de l'administration municipale à Lorient se fait dans les locaux de l'ecole Primaire Supérieure des garçons, dans l'une des ailes de l'ancienne salle des fêtes, jusqu'à l'ouverture de l'actuel hôtel de ville le 1er juillet Certains services sont installés en baraque comme le service des réfugiés et le service du relogement. La salle des fêtes, façade donnant sur le quai des Indes. Au premier plan la baraque dans laquelle étaient installés les services des réfugiés et du relogement, 14 octobre 1964 photo Louis Le Guernevé - Coll. AML. 11 Les deux torchères sont matérialisées par deux statues de fonte. Initialement destinées à une exposition, elles sont installées au pied de l'escalier monumental. Il s'agit de nymphes, moulées industriellement par les Fonderies du Val d'osne dont les usines et ateliers se situaient à Osne-le-Val en Haute-Marne. Elles portent à bout de bras des globes électriques au lieu des flambeaux habituels. Elles symbolisent l'aurore et le crépuscule. Leur style «belle époque» se mariait bien avec l'architecture du bâtiment. Ces deux statues, sauvées des bombardements de la guerre et de la destruction de la salle des fêtes en février 1969, sont actuellement visibles au pied de l'escalier d'honneur de l'hôtel de ville. Photos Josiane Grand-Colas Ville de Lorient - juillet 2004

12 H Hotel de Ville (l ancien) O Octroi C est l architecte municipal, Lussault, qui a réalisé les travaux d extension de l hôtel de ville au XIX e siècle. Jusqu'à la destruction de la ville en 1943, Lorient perçoit des taxes sur l'entrée des marchandises. Ce sont des droits réservés à la Ville qui constituent la source essentielle des revenus lorientais. Ils sont constitués de taxes sur les produits de consommation courante, les uns payables par les habitants, les autres uniquement par les débitants. Receveur et préposés d'octrois sont des employés municipaux, communément appelés douaniers. Plan du rez-de-chaussée de la maison commune, Présence sur l'aile droite d'une remise, du dépôt des pompes, des écuries et dans la partie gauche, les locaux administratifs - Coll. AML Les employés de l'octroi - Coll. AML Travaux d'agrandissement de l'hôtel de ville, Coll AML Plusieurs lieux de perception sont connus : quai des Indes ; rue Paul Guieysse au niveau de la rue Calvin, endroit où il y avait aussi une bascule pour la pesée des chargements ; au pont de Kerentrech dans une guérite installée au bas de la rue de Verdun ; entre Lorient et Ploemeur au Poteau (actuelle rue Louis Cren) et avant la destruction des remparts à la porte de Ploemeur et à la porte du Morbihan. 12 Hôtel de ville, plan de projet de la nouvelle entrée par la rue de l'hôpital, Coll AML 21 Porte du Morbihan, Coll. AML

13 N National H Hotel de Ville (le nouveau) La commune est une collectivité locale, elle représente aussi l'etat à l'échelon communal. A ce titre, un certain nombre de services municipaux sont en fait des services d'etat : l'état civil, le recensement, les élections, L'hôtel de ville abrite aussi des figures symboliques de la République comme la Marianne ou la statue de la République présente dans le salon des mariages. Figure de 2,20 m fondue en bronze et patinée, la République tient d'une main les «Droits de l'homme» et de l'autre un rameau d'oliviers. Commandée en même temps que le basrelief qui orne la façade sud de l'hôtel de ville, la statue est une œuvre de René Letourneur, acquise pour un montant de francs en Sa signature est gravée sur le socle. Photo Josiane Grand-Colas ; Ville de Lorient - mai 2004 Les architectes du bâtiment d'après-guerre sont Jean-Baptiste Hourlier ( ) - premier Grand Prix de Rome qui fut aussi l adjoint de l urbaniste en chef de la reconstruction de Lorient Georges Tourry - et Henri Réglain ( ) installé à Lorient en 1931 où il construit avant guerre l'école de Keroman. Hôtel de ville en construction, 1958 Photo René Crolard - Coll AML Façade de l'hôtel de ville, 1967 Photo Louis Le Guernevé - Coll AML Salon des mariages, 1966 Photo Louis Le Guernevé - Coll AML Hall d'accueil, 1966 Photo Louis Le Guernevé - Coll AML 20 Les mâts portant les drapeaux français, breton et européen sur la façade de l'hôtel de ville de Lorient - Photo Catherine Guyon - Ville de Lorient - juillet Ancienne bibliothèque, section de lecture publique, Photo René Crolard - Coll AML Salon d'honneur, Coll AML

14 I 14 Incendie Les incendies font partie intégrante de l'histoire d'une ville. Lorient dès son origine en a la hantise. Il faut dire que les constructions de bois, de paille et de toile goudronnée donnent lieu à de multiples feux qui ravagent régulièrement les rues et se propagent même dans l'arsenal le 24 juillet Le feu et la lumière sont réglementés par arrêté en Il est interdit d'en faire usage après vingt heures, sous peine d'amende. Une section de sapeurs-pompiers civils est créée en À partir de 1836, un poste de garde est établi en mairie avec deux pompiers, qui, chaque nuit, assurent une astreinte. Dès l'installation de l'hôtel de ville, une salle est prévue afin de stocker les pompes à incendie. Il faudra attendre 1874 pour que le dépôt des pompes s'installe rue de la Mairie sur un terrain nouvellement acquis. Les locaux de la mairie, détruits en 1943, ont brûlé à plusieurs reprises à la suite de bombardements en 1940 et Dernier incendie en date, le 14 août 2003 à l'accueil de l'hôtel de Ville. Compagnie des sapeurs pompiers de Lorient dans la cour de la mairie, autour du Docteur Roux, Coll. AML Incendie du Palladium, 1988 Photo Gaby Le Cam - Coll AML Plan des tuyaux d alimentation de la citerne et du trop plein, Coll AML M 19 Maire Simon Ratier : 15 mars 1878 au 13 avril 1880 Jean Canier* : 15 avril 1880 au 19 février 1881 Adolphe Rondeaux : 19 février 1881 au 15 octobre 1883 Aldred Maignan : 9 décembre 1883 au 18 mai 1884 Eugène Charles : 18 mai 1884 au 28 mars 1886 Laurent Roux-Lavergne : 28 mars 1886 au 23 décembre 1888 François Rio : 27 janvier 1889 au 29 juin 1890 Frédéric Delory : 29 juin 1890 au 2 mars 1892 Adolphe Rondeaux : 15 mai 1892 au 24 mai 1893 Edouard Broni : 15 juin 1893 au 21 novembre 1897 Adolphe L'Helgoualc'h : 21 novembre 1897 au 15 mai 1904 Joseph Talvas : 15 mai 1904 au 5 novembre 1904 Louis Nail : 18 décembre 1904 au 19 mai 1912 Pierre Esvelin : 19 mai 1912 au 10 décembre 1919 Edouard Labes : 10 décembre 1919 au 17 mai 1925 Emmanuel Svob : 17 mai 1925 au 19 mai 1929 Jules Legrand : 19 mai 1929 au 19 mai 1935 Emmanuel Svob : 19 mai 1935 au 1 er avril 1941 Auguste Donval : 1 er avril 1941 au 8 mai 1942 Eugène Gallois-Montbrun : 9 mai 1942 au 31 août 1944 Emmanuel Svob : 1er septembre 1944 au 20 mai 1946 Jean Baco : 1 er mai 1946 au 23 mai 1946 Julien Le Pan : 23 mai 1946 au 2 octobre 1951 Alphonse Le Bourhis : 2 octobre 1951 au 2 décembre 1951 Charles Le Samedy : 2 décembre 1951 au 3 mai 1953 Jean Le Coutaller : 3 mai 1953 au 21 mars 1959 Louis Glotin : 22 mars 1959 au 20 mars 1965 Yves Allainmat : 21 mars 1965 au 5 juillet 1973 Jean Lagarde : 6 juillet 1973 au 3 juillet 1981 Jean-Yves Le Drian : 4 juillet 1981 au 1 er avril 1998 Norbert Métairie : depuis le 2 avril 1998 Jean Le Coutaller Huile sur toile de Maxime Clément ( ) - Coll. Musée de Lorient Charles Le Samedy Coll. AML Emmanuel Svob Fusain aquarellé de Maxime Clément ( ) - Coll. Musée de Lorient Jean Lagarde, Jean-Yves Le Drian, Yves Allainmat, Coll. AML Louis Glotin Huile sur toile de Maxime Clément ( ) - Coll. Musée de Lorient

15 M Maire J Jacquin Etienne Perault : 12 septembre1736 au 11 mars 1762 Jean-Michel Ferrand : 22 mai 1762 au 7 mars 1774 Jean-Marie Esnoult Deschatelets : 22 juillet 1774 au 8 septembre 1789 Benoit Dorce de Najac : 8 septembre 1789 au 15 octobre 1789 Jean-Marie Kerlero de Rosbo du Crano : 15 octobre 1789 au 14 janvier 1790 Arnoult Le Conte : 17 janvier 1790 au 1er février 1790 Jean-Jacques Le Cointe : 1 er février 1790 au 10 juin 1790 Louis-François Galabert : 17 juillet 1790 au 19 novembre 1791 Louis-Marie Dusaulchoy : 21 novembre 1791 au 1 er décembre 1792 Jean-Jacques Trentinian : 19 décembre 1792 au 5 septembre 1793 Jean-Jacques Duquesnel : 20 frimaire an II au 4 floréal an III Jean Garnier : 6 frimaire an III au 10 frimaire an IV Jean-Jacques Trentinian : du 10 frimaire an IV au 10 germinal an V Louis-Toussaint Archin : 10 germinal an V au 29 fructidor an V Jean-Pierre Jaffré : 2 e jour complémentaire an V au 12 pluviose an VIII Jean-Jacques Trentinian : 15 pluviose an VIII au 13 octobre 1808 François-Louis Monistrol : 15 avril 1809 au 23 avril 1821 Casimir Audren de Kerdrel : 28 juillet 1821 au 10 janvier 1830 Charles Ducouedic de Kergoualer : 19 mars 1830 au 6 août 1830 Bertrand Villemain : 15 septembre 1830 au 10 mars 1936 Jean-Marie Galabert : mars 1836 au 29 mars 1839 Auguste Charpentier : 13 août 1839 à mars 1848 Edouard Beauvais : mars 1848 à mars 1850 Antoine Aimé Peyronnel : mars 1850 à août 1850 Joseph Le Melvrel de la Hachois : 24 septembre 1850 à janvier 1869 Jean-Charles Perint : 22 janvier 1869 au 16 juin 1869 Jean Laurent : 16 juin 1869 au 6 août 1870 Evariste Aubin : 6 août 1870 au 17 mai 1871 Edouard Beauvais : 17 mai 1871 au 23 février 1874 Ludovic Paulinier : 23 février 1874 au 27 juin 1876 Edouard Beauvais : 27 juin 1876 au 5 septembre 1877 Henri Jacquin, ancien professeur d'arts plastiques et d'histoire de l'art au Lycée Dupuy de Lôme, est un dessinateur très soucieux du détail. Il a travaillé sur commande à plusieurs reprises et a fait profiter de son talent le musée de la Compagnie des Indes, le musée de la Tour Davis, les Chantiers et Ateliers de la Perrière. En 1961, alors qu'henri Jacquin est au service militaire, il exécute à la demande du bibliothécaire de la ville, André Garrigues, une fresque pour la toute nouvelle bibliothèque des jeunes. L'objectif est de réaliser un travail à la fois éducatif et décoratif. Une partie de la fresque représente une planisphère. Cette carte servait aux employés de la bibliothèque à situer les pays du monde pour les enfants et leur montrer les richesses, coutumes et activités. Le reste du mur représente les activités humaines et les découvertes, liées ou non à la ville de Lorient elle-même. Henri Jacquin a réalisé un projet sur papier au 1/10 e et la réalisation s'est faite sur plusieurs mois en travaillant le dimanche matin, au calme, en l'absence du public. Cette fresque orne aujourd hui le mur de la salle de lecture des Archives municipales. Photos Josiane Grand-Colas Ville de Lorient - mai 2004 Simon Ratier Coll Bibliothèque de l'assemblée nationale Edouard Labès coll. AML Louis Nail Coll. AML Pierre Esvelin coll. AML 18 15

16 K Keryado L Logo Keryado, ancien village de Ploemeur, acquiert son indépendance le 18 avril A cette date, le Parlement adopte une loi autorisant la commune de Ploemeur à se séparer d'une portion de territoire pour s'ériger en commune distincte. La paroisse Saint-Joseph est créée le 18 août 1907 et le service des pompes funèbres, le 30 mars En décembre 1944, la mairie se replie à Plouay. Débattu depuis 1927 et officiellement demandé à Emmanuel Svob depuis 1935, le rattachement à Lorient est acquis à l'unanimité par un vote du conseil municipal de Keryado le 14 avril Il est effectif depuis le 1 er octobre Le premier conseil municipal se tient le 9 juin 1901 sous la présidence de Pierre Le Breton alors adjoint pour Keryado à la ville de Ploemeur. Dotée d'une mairie avant l'obtention de son statut de commune indépendante, Keryado tient depuis 1879 son propre état civil. Malgré son intégration à Lorient, des registres spécifiques au quartier sont tenus jusqu'en Les armoiries de la ville Lorient, érigée en corps de ville par édit du roi Louis XV en juin 1738, sollicite en 1741 l'obtention d'armoiries pour «servir à sceller les expéditions et certificats de la communauté». Les armoiries sont attribuées le 20 mars 1744 par Louis-Pierre d'hozier, juge général d'armes de France. «Un écu de gueules à un vaisseau d'argent voguant sur une mer de sinople et un soleil d'or se levant derrière des montagnes d'argent, posées au flanc droit de l'écu et un franc-canton d'argent semé de mouchetures d'hermines de sable. L'écu ayant un chef d'azur semé de besants d'or et surmonté d'un triton au naturel, ayant le bas du corps en forme de poisson, tenant de la main droite une corne d'abondance, et de la gauche une coquille en forme de cornet, qu'il porte à sa bouche pour servir de trompe.» Par décret du 28 février 1949, la Croix de la Légion d'honneur et la Croix de guerre avec palmes ont été attribuées à Lorient, particulièrement éprouvée par la seconde guerre mondiale et eu égard à l'héroïque conduite de sa population pendant cette période. Ces distinctions figurent au blason communal depuis Mairie et école de Keryado, années Carte postale, Villard - Coll AML Le logo 16 Les maires de Keryado Pierre Le Breton : du 20 juin 1901 au 26 juin 1910 Jean Stéphant : du 26 juin 1910 au 27 décembre 1916 Jean-Marie Toulliou : de 1916 au 15 juin 1923 Pierre Philippe : du 15 juin 1923 au 22 janvier 1927 Jean Hémon : de février 1927 au 19 mai 1935 Jean Le Maux : du 19 mai 1935 au 23 avril 1946 Louis Lancelot : du 23 avril 1946 au 12 mai 1946 Jean Penquer : du 12 mai 1946 au 30 septembre 1947 Le bureau d'informations municipales de Keryado, 2004 Photo Josiane Grand-Colas - Ville de Lorient 17 Créé en 1986, le logo symbolise l'image de la Ville. Il réunit trois éléments : le soleil qui représente le pôle d'attraction qu'est la ville sur le plan culturel et sur le plan économique, le O majuscule qui rappelle les origines de la cité née de l'implantation de la Compagnie des Indes et le L en forme de vague, symbolisant la vocation maritime de la ville autant que la jeunesse et le dynamisme. Signature commune, ce logo est connu et reconnu de tous comme le code visuel de Lorient. Le nom de la ville en breton, An Oriant, est rajouté en 2000.

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria

centre courrier et bureau d'aix-les-bains Victoria Poste, centre courrier et bureau d'aix-les- Bains Victoria 15 avenue Victoria avenue Marie-de-Solms rue Jean-Louis-Victor-Bias Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002123 réalisé en 2012 Copyrights

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

RECOLEMENT DES ARCHIVES COMMUNALES SUITE AUX ELECTIONS MUNICIPALES DES 23 ET 30 MARS 2014.

RECOLEMENT DES ARCHIVES COMMUNALES SUITE AUX ELECTIONS MUNICIPALES DES 23 ET 30 MARS 2014. Pôle ressources & développement Email : rbudzinski@cdg54.fr Tél. : 03.83.67.48.21 Archives REFERENCES : PRINCIPE : RECOLEMENT DES ARCHIVES COMMUNALES SUITE AUX ELECTIONS MUNICIPALES DES 23 ET 30 MARS 2014.

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

A l entrée du quartier, les militaires venaient boire un verre de bière blonde «un canon». L école a été construite par Monsieur Pottier, avocat.

A l entrée du quartier, les militaires venaient boire un verre de bière blonde «un canon». L école a été construite par Monsieur Pottier, avocat. LES RESTOS DU CŒUR Lundi 17 octobre, deux dames qui sont bénévoles, sont venues répondre à nos questions. Les restos du cœur ont été créés en 1985 par Coluche pour donner un coup de pouce pendant la période

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL ALBERT MALFOIS, ARCHITECTE

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL ALBERT MALFOIS, ARCHITECTE ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL ALBERT MALFOIS, ARCHITECTE 2012 037 INTRODUCTION Activité Architecte Présentation de l entrée Ce fonds a été retrouvé dans le bâtiment des Archives nationales du

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail

INTRODUCTION. En un demi-siècle, le Livret de Famille a changé non seulement dans sa forme, mais aussi dans son contenu.

INTRODUCTION. En un demi-siècle, le Livret de Famille a changé non seulement dans sa forme, mais aussi dans son contenu. Évolution du Livret de Famille depuis la Seconde Guerre Mondiale INTRODUCTION En un demi-siècle, le Livret de Famille a changé non seulement dans sa forme, mais aussi dans son contenu. Cette étude est

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Eglise paroissiale Saint-Martin

Eglise paroissiale Saint-Martin Eglise paroissiale Saint-Martin place de la Mairie Armbouts-Cappel Dossier IA59002570 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Nord - Pas de Calais - Inventaire général Frémaux Céline Rédacteur

Plus en détail

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource

Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Le service éducatif des Archives départementales du Val-d'Oise : un partenaire ressource Matières concernées : Histoire-Géographie, Lettres, Latin, Arts, Biologie. Enseignements d'exploration : Patrimoine,

Plus en détail

Les églises et chapelles anciennes en voiture

Les églises et chapelles anciennes en voiture I D E E D E V I S I T E VILLE ET CULTURE Les églises et chapelles anciennes en voiture Niederbronn les Bains Reichshoffen Uttenhoffen avec la plus petite église à colombages d Alsace Pfaffenhoffen Bouxwiller

Plus en détail

SAINT-PETERSBOURG EN PETIT GROUPE MEILLEUR TARIF GARANTI 2015/2016

SAINT-PETERSBOURG EN PETIT GROUPE MEILLEUR TARIF GARANTI 2015/2016 SAINT-PETERSBOURG EN PETIT GROUPE MEILLEUR TARIF GARANTI 2015/2016 Vous n'aimez pas les voyages en groupe? Le voyage sur mesure vous paraît trop cher? Vous n êtes pas rassurés à l idée de voyager seul?

Plus en détail

Immeuble ; hôtel Le Garage

Immeuble ; hôtel Le Garage Immeuble ; hôtel Le Garage 67, 65, 69 avenue Maréchal-de-Saxe 2, 6 rue Le Royer rue Vendôme 27, 29 rue de Bonnel Lyon 3e Dossier IA69006073 réalisé en 2004 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes,

Plus en détail

Le patrimoine architectural parisien

Le patrimoine architectural parisien Le patrimoine architectural parisien Une notion évolutive et ouverte Base de données en ligne :www. 360.com (plus de 100 monuments parisiens présentés sous la forme de photos panoramiquesapplicationqtvrjava)

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915)

Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) COMMUNIQUE DE PRESSE avril 2015 L exposition de l été 2015 du musée du Faouët : Jean-Bertrand Pégot-Ogier (1877-1915) Matin de pardon en Bretagne, vers 1913. Huile sur toile. Collection picturale, Ville

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 1/2015 le 4 février 2015 Concerne : Demande de crédit de Fr. 451'000.-- pour l organisation d un concours en vue de la rénovation

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

35ème Salon Philatélique de Printemps 4ème Biennale Philatélique

35ème Salon Philatélique de Printemps 4ème Biennale Philatélique PHIL@POSTE Communiqué de Presse Février 2015 35ème Salon Philatélique de Printemps 4ème Biennale Philatélique DU JEUDI 19 MARS AU SAMEDI 21 MARS 2015 Espace Champerret Hall C 6 rue Jean Ostreicher, 75017

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

maison ; atelier ; garage de réparation automobile

maison ; atelier ; garage de réparation automobile Maison et atelier, puis garage de réparation automobile 24 avenue de Tresserve Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73001964 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

ADOPTION DES STATUTS DE LORIENT GRAND LARGE

ADOPTION DES STATUTS DE LORIENT GRAND LARGE Direction générale des services 3 ème réunion juin 2010 ADOPTION DES STATUTS DE LORIENT GRAND LARGE L association Lorient Grand Large a pour mission de : - conforter et développer le pôle course au large

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 55/12.13 DEMANDE D'UN CREDIT DE CONSTRUCTION COMPLEMENTAIRE DE CHF 705'000.00 TTC, SUBVENTIONS NON DEDUITES, POUR TERMINER LES TRAVAUX DE RENOVATION ET

Plus en détail

CH-3961 Chandolin, Les Pontis

CH-3961 Chandolin, Les Pontis A VENDRE : RESTAURANT CH-3961 Chandolin, Les Pontis CHF 927'000.- Descriptif Très joli café-restaurant typique et chaleureux avec chambre d'hôtes, surface totale 189 m2 + 120 m2 (nouvel espace aménageable),

Plus en détail

COMBINE PRAGUE / VIENNE JUIN 2013 U.I.A HEROUVILLE

COMBINE PRAGUE / VIENNE JUIN 2013 U.I.A HEROUVILLE COMBINE JUIN U.I.A HEROUVILLE Programme JOUR 1 : HEROUVILLE ST CLAIR / PARIS Aéroport / PRAGUE Départ de Hérouville St Clair en autocar de grand tourisme puis route vers l aéroport de Paris Charles de

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères

Plan d accès. 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Plan d accès 2 - Les Archives Municipales de la Ville d Hyères Archives : Le terme s emploie toujours au pluriel pour désigner un ensemble de documents, produits ou reçus par toute personne physique ou

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA

usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA Usine de serrurerie Rhône-Isère dite Ronis SA 16 au 28 rue des Tuileries Lyon 9e Dossier IA69000024 réalisé en 2000 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ;

Plus en détail

Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011

Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011 Notre séjour à Lorient les 7 et 8 septembre 2011 Mercredi 7 septembre nous voilà partis à notre tour dans la région lorientaise Il y a Loïc, Fréderic, Gilles, Damien, Jean-François, Lenaïg accompagnés

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL Boischatel, le 1 er juin 2015 Procès-verbal de la session régulière du Conseil municipal de Boischatel, tenue le 1 er jour du mois

Plus en détail

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame F 3 20.01 du 11 octobre 2000 (Entrée en vigueur : 20 octobre 2000) Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 40

Plus en détail

Les monuments aux morts du canton de Montbrison

Les monuments aux morts du canton de Montbrison Les monuments aux morts du canton de Montbrison Copyrights Dossier IA42001303 réalisé en 2008 Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX Entre les soussignés : La Ville de Noyon, représentée par son Maire en exercice, Monsieur Patrick DEGUISE, dûment habilité à cet effet par délibération du conseil

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912

Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912 Elections municipales remarques Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912 Version mars 2010 A faire vérifier les nominations de maire avant 1871 (nomination par préfet ou

Plus en détail

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE TITRE I : GENERALITES...2 Article 2 : BUT...2 Article 3 : SIEGE...2 Article 4 : COMPOSITION...2 Article 5 : RESSOURCES...3 Article 6.

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

Hôtel de Ville (Cat.: 2 - Types : W, L, P, T, S et N - effectif : 1400)

Hôtel de Ville (Cat.: 2 - Types : W, L, P, T, S et N - effectif : 1400) Hôtel de Ville (Cat.: 2 - Types : W,, P, T, S et N - effectif : 1400) 23 rue de Paris Mairie : accès au bâtiment depuis la rue / rez-de-chaussée OCAISATION POSSIBIITE D'ACCES POSSIBES REAISES DEPUIS 2009

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

GITE D'ETAPE "chez Mimile"

GITE D'ETAPE chez Mimile GITE D'ETAPE "chez Mimile" Notre gîte d'étape est en train de voir le jour, après des mois et des années d'études et de recherche de fonds pour sa réalisation. Merci au Conseil Général, à la Région, au

Plus en détail

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble Latham & Watkins LE MAGAZINE Une sobre prestance Par Nathalie Bru Ancien siège de la Seita, l immeuble aux lourdes façades qu occupe Latham & Watkins a fière allure sur les bords de la Seine. Tout en lignes

Plus en détail

COMMUNE DE SARPOURENX

COMMUNE DE SARPOURENX COMMUNE DE SARPOURENX Procès verbal du Conseil Municipal du 22 avril 2011 Date de convocation : 07/04/2011 Nombre de conseillers : Date d affichage : convocation : 07/04/2011 En exercice : 10 Procès Verbal

Plus en détail

Programme du 27 février au 5 mars 2013

Programme du 27 février au 5 mars 2013 6 ème semaine des Deizioù! Voici le programme détaillé de la semaine du 27 février au 5 mars 2013. JEUDI 28 FEVRIER Deizioù. Rencontre des Bretonnants / Klub ar Vrezhonegerion «Entretien avec Gwenael Huon

Plus en détail

Aux portes de Paris, un site unique où la diversité et l originalité des espaces offrent de nombreuses possibilités de tournages et de prises de vue.

Aux portes de Paris, un site unique où la diversité et l originalité des espaces offrent de nombreuses possibilités de tournages et de prises de vue. Aux portes de Paris, un site unique où la diversité et l originalité des espaces offrent de nombreuses possibilités de tournages et de prises de vue. Sèvres Cité de la céramique, établissement public administratif

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans le cadre 4 de la déclaration, quelque soit la nature de l occupation du local (occupé par son

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie

DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73. & Cie DIAGNOSTIC DES SITES DU PATRIMOINE INDUSTRIEL DU VAL D'ARGENT, 2e TRANCHE CRESAT/UHA 2008 73 SITE : brasserie Mehl, puis Joly & Cie LOCALISATION : 100, r. De Lattre de Tassigny ; parcelles 978 et 2654

Plus en détail

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux

Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13. I Etat des lieux 1 Projet pour la création de nouveaux ateliers d artistes à Marseille, Association ART 13 I Etat des lieux Le parc d ateliers «publics» loués aux artistes contemporains à Marseille est de : - 10 ateliers

Plus en détail

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC 1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC Dans la galerie Est du Palais du Luxembourg (aujourd hui l Annexe de la Bibliothèque) s ouvre le 14 octobre 1750 le Cabinet du

Plus en détail

Un lieu d exception pour vos événements

Un lieu d exception pour vos événements Un lieu d exception pour vos événements Au cœur de Paris, dans un cadre hors du commun, le Jeu de Paume vous accueille pour organiser, en dehors des horaires d'ouverture au public, vos petits déjeuners,

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX CONVENTION DE MISE A DISPOSITION DE LOCAUX PREAMBULE Le Département est propriétaire d'un ensemble immobilier situé 16, boulevard Paixhans à METZ. Ce site, comprenant 10 300 m 2 de locaux répartis dans

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire.

Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL 18 octobre 2006 Le Conseil Municipal s est réuni le 18 octobre 2006 à 19 H 30, sous la présidence de Madame Solange BERLIER, Maire. Le Procès-Verbal de la précédente réunion

Plus en détail

Notes sur l'histoire des sociétés de secours mutuels de Montbrison

Notes sur l'histoire des sociétés de secours mutuels de Montbrison Notes sur les mutuelles du Montbrisonnais d'après les archives des Ouvriers réunis de Montbrison 1 Notes sur l'histoire des sociétés de secours mutuels de Montbrison En octobre 1992, trois mutuelles de

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

PROCÈS VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DE PEIPIN EN DATE DU 24 Février 2015

PROCÈS VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DE PEIPIN EN DATE DU 24 Février 2015 PROCÈS VERBAL DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DE PEIPIN EN DATE DU 24 Février 2015 L an deux mille quinze, le vingt-quatre février à 18 heures 30, le CONSEIL MUNICIPAL de cette Commune, appelé à siéger

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE

- QUESTIONNAIRE HISTORIQUE - QUESTIONNAIRE HISTORIQUE HISTOIRE DES GARDES POMPES ET DU BATAILLON 1) De quel pays, Du Périer a-t-il rapporté la pompe à incendie pour laquelle il a obtenu un privilège royal en 1699? Hollande 2) Quel

Plus en détail

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010

1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 1 er objet : approbation des procès-verbaux des séances des 20 octobre, 17 novembre et 15 décembre 9:00 2010 En l'absence de remarque de la part des membres présents, les procès-verbaux des séances du

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'ISERE SOUS-SERIE 4 E (dépôts des communes) 4 E 3 LA FERRIERE-d ALLEVARD Aurélie BOUILLOC, attachée de conservation du patrimoine 1990 SOMMAIRE ARCHIVES ANCIENNES ET REVOLUTIONNAIRES

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive.

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. I. Dispositions générales Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. Art. 2. Le service des inhumations et des incinérations, ainsi que la police

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE

JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE JE DOIS FAIRE FACE AU DÉCÈS D'UN PROCHE Mise à jour le 07.11.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Lors du décès d'un proche, des démarches sont rapidement nécessaires

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil

Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil Vous souhaitez obtenir de l aide en cas de deuil La perte d un proche est douloureuse et pas facile à surmonter. C est volontiers que nous vous aidons à

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 8827 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 27 septembre 2002 Messagerie Projet de loi ouvrant un crédit de fonctionnement au titre de subvention cantonale

Plus en détail

CHARLES MENGE Rétrospective

CHARLES MENGE Rétrospective DOSSIER DE PRESSE E X P O S I T I O N La Grenette, galerie de la Ville de Sion Galerie Grande Fontaine Galerie de la Treille Galerie du Musée de l Evêché CHARLES MENGE Rétrospective 21 mars > 19 avril

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

Nous devons faire face au décès d'un proche

Nous devons faire face au décès d'un proche Nous devons faire face au décès d'un proche Mise à jour le 07.11.2012 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) Devoirs et obligations : Lors du décès d'un proche, des démarches

Plus en détail

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 les hauts-de-seine dans la Grande Guerre : Mobiliser / Soutenir / Soigner EXPOSITION ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES HAUTS-DE-SEINE Contact presse Conseil général

Plus en détail

Manifestations privées et locations d'espaces

Manifestations privées et locations d'espaces Manifestations privées et locations d'espaces 02 De l'hôtel de Saint-Aignan au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme 03 Visites privées : Visite libre des collections permanentes et/ou expositions temporaires

Plus en détail

moulin à huile et à farine, actuellement

moulin à huile et à farine, actuellement moulin à huile et à farine, actuellement immeuble à logements et atelier 1 rue Poissonnerie 4 impasse Poissonnerie Grasse Dossier IA06002442 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :...

LA CATHÉDRALE DE REIMS. NOM :... Prénom :... Classe :... LA CATHÉDRALE DE REIMS NOM :... Prénom :... Classe :... Sur les traces des constructeurs de la cathédrale : Vers 400 : l évêque Nicaise transfert la première cathédrale de Reims à l emplacement actuel

Plus en détail

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012?

APPLICATIONS DE LA RT2012. 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? 1/ Quels bâtiment neufs (hors extensions) sont soumis à la RT2012? Textes en vigueurs : Arrêté du 26 octobre 2010, arrêté du 28 décembre 2012, arrêté du 11 décembre 2014. Fiche d'application du 26 Février

Plus en détail

Le Viaduc de la Méaugon

Le Viaduc de la Méaugon Le Viaduc de la Méaugon Travail réalisé par les CM2 de l école de La Villette de Ploufragan pendant l année scolaire 2009-2010 dans le cadre du dispositif «Retour aux sources d Archives» Présentation du

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

1803 à 1929 REPERTOIRE NUMERIQUE DETAILLE DE LA SOUS-SERIE 5M. établi par Claude BRICHON Adjoint technique principal

1803 à 1929 REPERTOIRE NUMERIQUE DETAILLE DE LA SOUS-SERIE 5M. établi par Claude BRICHON Adjoint technique principal ARCHIVES MUNICIPALES DE BOURG-EN-BRESSE Edifices divers 1803 à 1929 REPERTOIRE NUMERIQUE DETAILLE DE LA SOUS-SERIE 5M établi par Claude BRICHON Adjoint technique principal et Elisabeth ROUX Attachée de

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES Chapitre 1er : Dispositions générales Article L211-1 Les archives sont l'ensemble des documents, quels que

Plus en détail

Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt

Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt Déroulement de la journée Départ à 10h30 face à la Mairie Rue de la Mairie Arrêt Place Stremler : commentaires sur l'usine Stremler Rue d'enfer

Plus en détail

République Française Département de la Vendée

République Française Département de la Vendée République Française Département de la Vendée Mairie 16, rue de l Église 85400 LES MAGNILS REIGNIERS PROCÈS-VERBAL Conseil municipal 31 mars 2015 PV_2015_03 Nombre de conseillers en exercice : De présents

Plus en détail

Adresses Utiles ERRATUM PAGE 10

Adresses Utiles ERRATUM PAGE 10 Adresses Utiles ERRATUM PAGE 10 Musée d'art et d'histoire de Chaumont et Musée et Musée de la Crèche PAGE 10 Tarifs : 2 euros l'entrée (entrée commune entre les deux musées) Beauté / Bien-être / Coiffure

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE. Compétences par type de police

FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE. Compétences par type de police FICHE TECHNIQUE AUTORISATIONS DE VOIRIE Des parties du domaine public routier peuvent être soustraites de l usage commun par des occupations privatives : pour des ouvrages affectant la conservation de

Plus en détail