Livret de l exposition

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Livret de l exposition"

Transcription

1 Livret de l exposition

2 juin : Assassinat de l archiduc François Ferdinand et de sa femme, héritiers de l empire Austro-Hongrois à Sarajevo. 1 août : Mobilisation générale en France et en Allemagne. 3 août : L Allemagne déclare la guerre à la France septembre : Bataille de la Marne, stabilisation de la ligne de front avril : Première utilisation de l arme chimique (gaz) près d Ypres (Belgique). Juin : Le général Foch quitte Cassel qui passe sous commandement britannique. 29 décembre : Loi française assurant une sépulture perpétuelle sur le sol national aux soldats alliés et français décédés Février : Les troupes britanniques relèvent les troupes françaises dans l Artois et tiennent désormais la ligne de front qui s étend de la Somme (France) à Ypres (Province de Flandre occidentale, Belgique). 21 février-décembre : Bataille de Verdun. Mars : Le Grand Quartier Général britannique déménage de Saint-Omer à Montreuil-sur-Mer dans le Pas-de-Calais (France) 1917 Février : 1 ère révolution Russe. 2 avril : Entrée en guerre des Etats-Unis. 9 avril-mai : Bataille d Arras. Octobre : 2 nde révolution Russe Mars-Juillet : Dernières offensives allemandes et contre-offensives alliées 11 novembre : Signature de l Armistice à Rethondes (forêt de Compiègne) juin : Signature du traité de paix de Versailles

3 Chronologie de la Grande Guerre «L Europe aura donc la guerre parce qu elle se prépare à la guerre Une étincelle tombant à la frontière des Vosges, dans les Balkans ou sur le rivage de l Afrique du Nord fera lever une fumée gigantesque qui donnera le signal de la mêlée. Ce jour-là, la France et l Allemagne seront les chefs de camp, et le duel de ces deux puissances sera le centre de la bataille». Ernest Lavisse, avant-propos à Essais sur l Allemagne Impériale, Paris, Hachette, L étincelle qu Ernest Lavisse attend avec une terrible clairvoyance est l assassinat de l archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914 Tout s enchaîne, par le jeu des alliances, en quelques jours, la Serbie, la Russie et l Empire Austro-Hongrois se mobilisent. Début août, c est au tour de la France et de l Allemagne : le 3, l Allemagne déclare la guerre à la France et viole la neutralité de la Belgique, obligeant le Royaume-Uni à entrer dans le conflit le jour suivant. est mondiale et implique toute la population. Le service militaire obligatoire et la mobilisation générale sont désormais de règle dans presque toute l Europe. Au printemps 1918, les Allemands reprennent l offensive et le front cède pour la première fois. En août, la contre-offensive alliée renforcée par la participation des troupes américaines est un succès. Le 11 novembre 1918, l armistice est signé, la guerre est finie. A la guerre de mouvement fait place l enlisement de la guerre de position et l enfer des tranchées qui dureront pendant quatre ans. Dès 1915, ce conflit est appelé la «Grande Guerre» par les civils et les combattants : pour la première fois, la guerre Assassinat de l archiduc François Ferdinand d Autriche ( ) et de sa femme Sophie Chotek ( ), par un étudiant serbe, le 28 juin Le Petit Journal, 12 juillet wikimedia common Le Mémorial Artésien du 3 Aout 1914 sur la bibliothèque numérique

4 Une travailleuse de l usine de guerre, L Illustration, samedi 22 avril 1916, n Photographie prise aux ateliers Panhard et Levassor pour l album du sous-secrétaire des munitions. (Saint-Omer, BASO, inv ) Visite du maréchal Pétain à Saint-Omer 28 septembre 1919 (ms ville BASO). Philippe PETAIN est né à Cauchy-à-la-Tour en 1856 dans une famille de cultivateurs. Il entre au collège Saint-Bertin de Saint-Omer en 1867 avant d entrer à l Ecole militaire de Saint-Cyr. Il a 58 ans quand la Guerre éclate, ce qui l empêche de prendre sa retraite. Considéré au sortir de la Guerre comme le «Vainqueur de Verdun», Pétain est très populaire dans tout le pays notamment grâce à sa réputation d avoir été économe en vies humaines. Sa venue en 1919 à Saint-Omer amène une foule immense.

5 La Guerre est le premier conflit «total» car il ne se limite pas aux champs de bataille mais mobilise toutes les ressources de l Etat : sa population, son économie, sa politique et sa justice ; il touche l ensemble de la société. La première guerre mondiale se caractérise par une importante mobilisation militaire au sein des pays belligérants. A l arrière, toute l économie est tournée vers l effort de guerre : le conflit s annonce plus long que prévu. Dès l automne 1914, il faut faire face à une pénurie d approvisionnement et de munitions. Les femmes remplacent les hommes à l usine et à la campagne, le rationnement est mis en place ainsi que les emprunts nationaux. Une Guerre totale Le conflit surprend par sa durée et sa violence sans précédent. En ce début de XXe siècle, la guerre prend un caractère technologique. Les révolutions industrielles ont généré de nouvelles armes telles la mitrailleuse, le lance-flamme ou encore le gaz moutarde. Par ailleurs l artillerie se développe et le tank apparait en Ces armes sont particulièrement meurtrières pour les soldats qui subissent les tirs dans les tranchées, notamment avant l assaut. La bataille de Verdun résume à elle seule le caractère destructeur de la Grande Guerre. Elle dure de février à décembre 1916 et mobilise presque toute l armée française : 70 divisions sur 95. Près de 80% des pertes sont causées par l artillerie. L Allemagne, qui entame cette guerre d usure en voulant «saigner à blanc» l armée française, abandonne la bataille face à la résistance du Général Pétain. Verdun coûtera la vie de près de hommes français et allemands dont environ 8,5% du contingent audomarois. Le «Tank». L Illustration, 2 décembre 1916 n 3848, page 507. (Saint-Omer, BASO, inv ) Au total, la Grande Guerre fait près de 10 millions de morts dont environ 1,4 million de français et plus de 21 millions de blessés de par le monde. Proportionnellement à sa population, la France est le pays qui a subi le plus de pertes, environ 900 soldats français sont morts sur les champs de bataille chaque jour, quant à l agglomération de Saint-Omer, elle y a perdu 3,6 % de sa population totale. Fig. 3(2) Portrait du Général, L Illustration, samedi 11 mars 1916, n 3810, p 248 (Saint- Omer, BASO, inv )

6 La collaboration des peintres, sculpteurs et décorateurs. L Illustration, 12 juillet 1919, n 3984, p35 (Saint-Omer, BASO, inv ) Plan rapproché du cénotaphe de Paris du 14 juillet 1919, L Illustration, juillet 1919, n , double page du «Défilé triompahl».

7 Le temps du deuil Le rapport de la Chambre des Députés de 1919 dénombre environ morts durant le conflit, soit près de 15% des soldats mobilisés, auxquels s ajoutent environ poilus décédés des suites de leurs blessures. Il faut attendre 1950 pour que le niveau de la population revienne à celui de Durant cette guerre d un genre nouveau tant par sa durée que par les destructions causées par l armement employé, le rapatriement des corps était difficile. Les tombes des soldats sont donc rassemblées dans les cimetières militaires ou sur les champs de bataille. Dans de nombreux cas, le corps a totalement disparu sous les tirs d obus. Il faut donc trouver un moyen de rendre hommage aux victimes. L édification des monuments aux morts se fait de manière spontanée à la fin du conflit et compte tenu du très lourd bilan humain, elle concerne toutes les communes. Outre la fonction commémorative, ils doivent cristalliser d autres fonctions, d autres symboles pour la société traumatisée. Face à l absence des corps, il est un monument funéraire devant lequel les familles peuvent se recueillir. Pour les communautés d hommes, il est un mémorial puisqu il permet de se souvenir du Tombe de soldats dans le bois d Avocourt. L Illustration, 1er juillet 1916, n 3826, p. 7 (Saint-Omer, BASO, inv ). sacrifice et de témoigner de la reconnaissance que l on porte aux défunts. Tous doivent se convaincre que ces soldats ne sont pas morts «pour rien», comme en témoigne l expression «Der des Ders» employée par les combattants. A ce titre, il permet un hommage personnel à chaque victime, de manière individuelle en gravant le prénom et le nom des soldats et des victimes sur les monuments. En France, près de édifices sont inaugurés entre 1920 et 1925, soit environ plus de 16 par jour! Dans la Communauté d agglomération de Saint-Omer, 84% des monuments sont édifiés en 1920 et en 1921 avec la première inauguration d un monument aux morts sur la commune d Arques en Les premiers monuments aux morts pour la patrie (du latin monumentum de moneo se remémorer) apparaissent à la fin du 19e siècle pour commémorer les pertes de la guerre franco-allemande de En France près de 900 monuments sont alors réalisés. Dès la fin de la guerre, lors des premières cérémonies de commémorations, sont utilisées des cénotaphes, sorte de monuments funéraires vides érigés en mémoire de disparus ou de personnes dont le corps est conservé ailleurs.

8 Les dossiers de demande d autorisation d érection du monument doivent contenir la délibération du conseil municipal sur le projet, un croquis du monument avec l indication de son emplacement, un devis estimatif et les moyens de financement. Circulaire du Préfet du Pas-de-Calais aux Maires du département, Arras, 14 juin (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras, AD 2O-12314,commune de Saint- Martin-au-Laert) Bordereau des pièces transmises à la prefecture (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 12676, commune de Tatinghem) Eglise et Monument aux morts de la commune de Tilques c. Carl Peterolff

9 Construire les monuments aux morts Puisqu un grand nombre de municipalités projettent rapidement d élever un monument aux morts, le Préfet du Pas-de- Calais en réglemente la mise en œuvre. La circulaire du 14 juin 1920 est transmise à toutes les communes du département pour leur indiquer la marche à suivre. L Etat cherche ainsi à conserver un droit de regard sur les projets commémoratifs et à contrôler l esthétique et l idéologie du monument élaboré par les communes. Une fois le dossier transmis aux services préfectoraux, il passe entre les mains d une commission d examen qui peut demander des modifications avant de soumettre le projet à l approbation par décret présidentiel. Mais face à l augmentation des demandes, l autorisation présidentielle est déléguée au Préfet en Suite à la loi de séparation de l Eglise et de l Etat (9 décembre 1905), les emblèmes religieux sur les monuments aux morts ne sont tolérés que dans les cimetières. En effet, la symbolique et la polysémie du monument aux morts sont telles que le 18 avril 1919, le Ministre de l Intérieur publie une circulaire précisant que : «en ce qui concerne les monuments placés dans un cimetière qui sont assimilables à des monuments funéraires, liberté entière doit être laissée aux municipalités pour l ornementation ou les attributs dont elles voudront les revêtir ; quant aux monuments érigés sur la voie publique, ils ne doivent, d après la loi, comporter aucun emblème religieux» étant des monuments exclusivement commémoratifs. En France, généralement le monument aux morts se situe aux abords de la Mairie ou de l école, les pôles républicains de la III e République. Cependant, 68% des monuments de la Communauté d agglomération de Saint-Omer se situent dans le cimetière ou à proximité de l église, leur conférant ainsi une fonction funéraire. Dans quelques cas, notamment à Saint-Omer, le choix de l emplacement fut l objet de vives discussions au sein du conseil municipal, mais d autres villes font le choix d associer activement la population telle que Blendecques qui organise un référendum auprès des familles de disparus leur demandant de se prononcer sur le choix de l emplacement du monument. Le monument ayant le caractère républicain le plus affirmé est celui d Arques : il est placé devant la Mairie qui héberge en son sein une «salle du poilu», comportant des plaques commémoratives et des vitraux aux noms des grandes batailles de la guerre. Plan de l emplacement du monument aux morts aux abords de l église (Archives municipales de Blendecques)

10 Livret de souscription de Saint-Martin-au-Laert, Archives municipales de Saint-Martin-au-Laert Bons de la Défense nationale, Blendecques, (Archives la ville de Blendecques)

11 Construire les monuments aux morts Le financement La décision d édifier un monument aux morts est prise rapidement dans la plupart des communes de la Communauté d agglomération de Saint-Omer posant de fait la question du coût. Le prix du monument est variable d une commune à l autre, le moins coûteux est celui de Nort-Leulinghem pour Francs financé pour Francs par souscription. Le plus cher est celui de Saint- Omer : Francs. Les communes doivent donc rassembler une somme relativement importante alors que les ressources sont amoindries par les 4 ans de conflit. L article 5 de la loi du 25 octobre 1919 sur la «commémoration et la glorification des morts pour la France au cours de la Grande Guerre» indique que «des subventions seront accordées par l Etat aux communes, en proportion de l effort et des sacrifices qu elles feront en vue de glorifier les héros morts pour la patrie.». Mais cette subvention minime ne permet pas le financement du monument et intervient a posteriori. Les communes ont donc recours à d autres financements. La souscription publique est le mode privilégié par les communes de l agglomération. Sur les 25 documentées, 19 ont fait ce choix de financement qui permet d associer la population au processus commémoratif, chaque souscripteur contribuant à la hauteur de ses moyens. Ainsi, l hommage rendu aux morts n est plus uniquement celui de la municipalité mais bien celui de toute la commune. Cette souscription publique est le premier témoignage de reconnaissance des habitants. Le complément est ensuite prélevé sur le budget communal. PRIX % des Monuments Inférieur à F 13,04 % Entre F et F 8,7 % Entre F et F 60,87 % Entre F et F 4,35 % Entre F et F 0 % Entre F et F 4,35 % Entre F et F 4,35 % F et plus 4,35 % Certaines villes font preuve d imagination pour rassembler des fonds comme Arques qui utilise les bénéfices du magasin communal de ravitaillement. Parfois même, elles profitent d opportunités comme le don du terrain par la famille Leclercq pour le monument de Mentque-Norbécourt, de dons anonymes à Campagne-lèz-Wardrecques, ou encore des intérêts des bons de la Défense Nationale pour celui de Nordausques. Plaque de la salle du poilu, sur le financement du monument d Arques ( Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer/C. Paccou)

12 Planche des marbreries générales de Paris, Modèle du monument d Arques, (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 276/12 ; commune d Arques)

13 Construire les monuments aux morts maîtrise d œuvre Si certaines communes font appel à une société parisienne comme Arques ou Hallines, la plupart des municipalités audomaroises font le choix de la proximité et privilégient des entrepreneurs locaux (Saint- Omer, Aire-sur-la-Lys, Watten, Licques ). Le recours à un architecte n est pas systématique car les marbriers peuvent eux-mêmes proposer des dessins. Le prix réel d un monument aux morts est difficile à évaluer puisque des coûts annexes doivent être pris en compte : transport, aménagement du sol, plantations, etc. En outre, le prix des matériaux et du transport varie dans le temps et diffère d une commune à l autre en fonction de la date d édification et de son accès ou non à une gare. Aussi, certaines communes ont recours à la vente sur catalogue, qui démontre l existence d un marché florissant pour les marbriers, sculpteurs, architectes. Par commodité, les municipalités passent un contrat à l amiable avec le marbrier (marché de gré à gré) qui doit néanmoins être approuvé par le préfet. Il comprend l identité des parties contractantes, la municipalité et l entrepreneur des travaux, le devis ainsi que le coût total des travaux. Le projet peut également être attribué par une adjudication. Cette procédure de marché public peut concerner l ensemble du projet ou uniquement une partie comme c est le cas pour Arques. Moins souple que le contrat à l amiable, cette méthode est normalement gage de qualité pour la commune, le projet devant être en équilibre avec le budget communal. La commune de Saint-Omer se démarque par son choix d organiser un concours. La commission artistique étudie seize maquettes avant de faire son choix. Mais, le projet retenu fait l objet de vifs débats au sein du conseil municipal pour le choix de son emplacement, des matériaux utilisés et même de son prix. En revanche, dans les petites communes le projet fait rapidement consensus. Les matériaux utilisés sont souvent des pierres issues des carrières locales : la pierre de Marquise, la pierre de Lunel ou le Stinkal dont les carrières se situent entre Calais et Boulogne ou encore la pierre du Hainaut également appelée pierre de Soignies (Belgique).Les sculpteurs locaux comme Numa Colin ou M. Marquillie reçoivent leurs livraisons par le canal puis les pierres sont taillées à l atelier. Les ornements comme les torches sont généralement taillés dans la masse, les statues étant pour leur part réalisées par moulage. La pose du monument est alors celle d un produit fini. Dessin de marbrier, Hallines, (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 2601, commune d Hallines)

14 Le marbrier Numa Colin de Saint-Omer a eu ainsi en charge 8 monuments de la communauté d agglomération de Saint-Omer : Bayenghem-les- Eperlecques, Campagne-lez-Wardrecques, Clairmarais, Helfaut, Saint-Omer (en partie), Tatinghem, Tilques et Wizernes Dessin de marbrier, Hallines, (Archives Départementales du Pasde-Calais, Arras ; AD 2O 2601, commune d Hallines) Marché de gré à gré entre la commune de Wizerne et M Numa Colin, (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O ; commune de Wizerne)

15 On trouve parfois des particularités sur les monuments. Certains noms de poilus figurent par exemple sur plusieurs monuments, généralement celui de leur ville de naissance et celui de leur ville de résidence, comme le montre une correspondance entre les Mairies de Blendecques et Longuenesse.Obert Henri et Emile May figurent sur le monument d Helfaut, commune de naissance et sur celui de Blendecques (domicile). On trouve aussi des fautes d orthographe : Leblond au lieu de Lelong (Helfaut), et les communes ont parfois inscrit le prénom d usage et non le prénom officiel. C est le cas à Moringhem : Ansel Charles au lieu d Arthur. Enfin certaines familles refusent que le nom de leur défunt figure sur le monument Courrier du Maire de Wizernes au Maire de Blendecques le 24 aout 1920, Archives municipales de Blendecques. Certificat du Maire de Blendecques attestant l inscription du soldat Victor Noyelle sur le monument aux morts de Longuenesse, Archives municipales de Blendecques

16 Monument aux morts d Eperlecques, avec un classement par année de décès des soldats ( Bibliothèque d Agglomération de Saint-Omer/C. Paccou). Monument aux morts de Wardrecques avec la mention des grades ( Bibliothèque d Agglomération de Saint- Omer/C. Paccou) Monument aux morts d Hallines, «A la mémoire glorieuse», ( Bibliothèque d Agglomération de Saint-Omer/C. Paccou)

17 Epigraphie L inscription qui figure sur le monument traduit le message que souhaite faire passer la commune. Inévitablement, chaque monument comporte les dates de la guerre Certains englobent toutefois l année 1919 correspondant au traité de Paix de Versailles et permettant ainsi de comptabiliser les soldats morts des suites de leurs blessures de guerre*. Il y a peu d éléments à retirer du nom des morts inscrits dans la pierre, qui peuvent êtres classés par ordre alphabétique, ou par ordre chronologique des décès. Bien que certains en fassent mention, aucun monument de l agglomération de Saint-Omer n a suivi la hiérarchie des grades. Le monument se veut unificateur : tout le monde est égal face à la mort. Pour autant le fait de «nommer» sort de l anonymat et valorise les individus. Cette reconnaissance est renforcée par la dédicace dont la formule la plus répandue sur les monuments de l agglomération est : Aux enfants de X morts pour la France». Il existe des variations : «Patrie» se substitue à «France», ou encore «la ville de X ou la commune de X à ses enfants morts pour la France.» Par cette dédicace officielle, que l on retrouve sur les diplômes des morts pour la France et les actes de décès militaires, la municipalité pérennise sa reconnaissance et souligne que la dette envers ses morts est éternelle. Cette formule permet également de faire le lien entre les individus et la Nation, en vertu du sacrifice pro patria «pour la France ou la Patrie». Il ne s agit pas d un hommage individuel sur une tombe mais bien d un hommage collectif aux soldats morts au champ d honneur pour la défense de la nation. La ville ancre de plus les morts à une réalité locale en énonçant qui ils sont et d où ils viennent. En outre, le terme d «enfant» instaure de fait un lien de filiation justifiant l organisation d hommages et de célébrations. Certaines communes font le choix de souligner l héroïsme de leurs morts en ajoutant l adjectif «glorieux» ou «héroïque». La Grande Guerre change le modèle du héros : le poilu est le héros de la Guerre, issu du peuple et inscrit dans la vie locale et familiale. Monument aux morts d Hallines. Chloé Paccou

18 Obélisque Pyramide tronquée Corniche Dé Piédestal Base Schéma structurel d un obélisque ( Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer/ C. Paccou)

19 Typologie des monuments de la CASO les ornementations chargées de symboles. Parmi les artefacts les plus courants se trouvent la palme et la couronne de lauriers représentant la victoire. Ces deux attributs s accompagnent parfois d un flambeau ou d une flamme évoquant ainsi la nécessité d entretenir la flamme du souvenir. Monument aux morts de Houlle, orné de la croix latine, la palme et la couronne ( Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer/ C. Paccou) Partout en France et pour tous, le monument aux morts fait partie intégrante de l espace urbain. Il revêt différentes formes dont le choix peut être lié à des considérations artistiques ou budgétaires. Ces monuments regorgent de symboles explicites ou implicites du souvenir de la Grande Guerre complétés par une inscription qui en exprime la vocation mémorielle à travers notamment la liste des noms qui, comme le dit l historien Jean-Jacques Becker, spécialiste de la Première guerre mondiale : «rappellent aux générations futures qu ils ont combattu et sont morts pour la défense de la Patrie, de la justice et de la liberté». Dans l agglomération de Saint-Omer, ils prennent presque tous la forme d un obélisque sur piédestal, dont les variations et les ornements se déclinent ensuite à l infini. Mais ils se singularisent par La croix est aussi très souvent intégrée au corps ou fixée sur le sommet des monuments. Elle peut prendre la forme de la croix de guerre (croix à quatre branches avec deux épées croisées) ou religieuse de la croix latine. En effet, bien que depuis la loi de séparation de l Eglise et de l Etat (1905) la croix catholique est interdite sur la voie publique, elle reste tolérée pour les monuments placés dans les cimetières ou aux abords de l église. A Hallines, le monument fut placé à la limite du cimetière pour lui permettre d arborer une palme sur la face donnant sur la rue et une croix latine sur la face donnant vers l église. Monument aux morts d Eperlecques, zoom sur la croix de guerre. ( Bibliothèque d'agglomération de Saint- Omer/C. Paccou)

20 Des trophées de guerre aux symboles patriotiques : La palme reprend son origine chrétienne comme emblème des premiers martyrs ; la couronne de laurier quant à elle tire sa signification de l Antiquité où elle symbolise la gloire immortelle. Pour compléter ces programmes iconographiques, par le décret du 16 mai 1919, l Etat accepte de fournir gracieusement des trophées de guerres aux communes. Arques place un canon à côté de son monument, Saint-Martin-au-Laërt, Blendecques et Saint- Omer demanderont des obus 220. Lettre de la Sous-Préfecture, attribuant des trophées de guerre, Saint-Martin-au-Laert, (Archives de la ville de Saint-Martin-au-Laert ).

21 par une figure féminine tenant une colombe et foulant aux pieds le «monstre des carnages humains». Le poilu n est finalement présent qu à Clairmarais ainsi qu à Arques qui le mettent particulièrement à l honneur. A Arques, il est représenté sur le monument et au sein même de l Hôtel de Ville, dans la salle des mariages rebaptisée «salle du poilu». A Clairmarais, il est en sentinelle dans l uniforme «bleu horizon» à côté d un calvaire dédié aux enfants de la ville morts pour le France. Projet du monument aux morts de Saint-Martin-au-Laërt par Emile Marquillie, (Archives départementales, 2O-12314). zoom sur le coq ( Bibliothèque d'agglomération de Saint-Omer/C. Paccou) Quelques villes seulement ont fait le choix d une pièce d équipement : un casque de poilu, un glaive ou une épée. Certains obélisques s accompagnent d une urne funéraire, parfois voilée (Helfaut), symbole du deuil. D autres comme Saint-Martin-au-Laert, Longuenesse et Tournehem-sur-la-Hem lui préfèrent le coq gaulois, emblème patriotique de la fierté nationale. Deux villes se distinguent par l ampleur de leur programme monumental : Arques et Saint -Omer. Arques a fait le choix d une composition structurée autour d un canon disparu, fondu pour les nécessités de la seconde guerre mondiale et deux statues représentant un poilu et une allégorie féminine de la ville d Arques pleurant ses enfants. Saint-Omer a souhaité un projet ambitieux en lançant un concours. Le troisième projet remporta l adhésion. Intitulé «La France victorieuse» personnifiée Monument aux morts de Clairmarais, représentation du poilu ( Bibliothèque d Agglomération de Saint- Omer. Salle du poilu à la Mairie d Arques ( Bibliothèque d Agglomération de Saint-Omer / C. Paccou)

22 Plan du Monument de Saint-Omer, (Archives Départementales du Pas-de-Calais, Arras ; AD 2O 12367, commune de Saint-Omer)

23

24 Affiche annoncant l inauguration du monument aux morts de Blendecques, archives municipales de Blendecques Demande du Maire de Blendecques au Colonel commandant de décoration pour parer l Eglise, Blendecques, (Archives de la ville de Blendecques.)

25 LE TEMPS DU SOUVENIR ET DES COMMÉMORATIONS toute la population aux côtés des représentants des anciens combattants. Affiches annoncant l inauguration du monument aux morts de Blendecques, archives municipales de Blendecques Dans chaque commune, l inauguration du monument aux morts est l occasion d organiser une fête importante à laquelle de nombreuses personnalités politiques sont invitées. La cérémonie suit toujours plus ou moins le même déroulement. Une messe est donnée pour les soldats morts au champ d honneur en présence des familles, des anciens combattants et des autorités politiques et administratives. Ensuite, un cortège réunissant différentes associations et institutions locales est organisé avec pour point d orgue l arrivée devant le monument avec dépôt de gerbes, discours, Salut aux Drapeaux, Marseillaise, etc. Le soir, les festivités s achèvent généralement par un concert. Ces programmes ont vocation à renforcer la fonction funéraire du monument. La messe, par exemple, s apparente à un service funèbre. L église est généralement garnie de casques, de fusils et de drapeaux. Le dépôt de gerbes n est pas sans rappeler le fleurissement des tombes. Il ne s agit pas de célébrer la victoire ou des principes républicains mais bien de commémorer les morts sous les drapeaux, comme le suggère la litanie des noms de ces derniers prononcée durant la cérémonie. L association des enfants à la cérémonie est également significative du souhait d y intégrer Au sortir de la guerre, les poilus survivants considèrent le 11 novembre 1918 comme le «plus beau jour de leur vie», en témoigne le dernier poilu de Saint-Omer en Les associations d anciens combattants joueront un rôle fondamental dans la célébration de l armistice. En effet, le premier anniversaire de l armistice en 1919 reste discret. Une seule cérémonie est organisée à Paris. C est à cette occasion qu est instaurée la «minute de silence» pour renforcer le caractère funéraire de la cérémonie. Ce n est qu en 1920 que l armistice est célébré pour la première fois et il faut attendre la loi du 24 octobre 1922 pour que ce jour soit décrété fête nationale. Avis de l inauguration du monument commémoratif aux enfants de la Commune morts pour la France, Saint-Martin-au-Laert, (Archives de la ville de Saint Martin-au-Laert.)

26 Inauguration de l hôtel de ville d Arques et du monument aux morts en 1919, extrait de l Indépendant du 10 avril Inauguration du monument aux morts de Saint-Omer en 1923, extrait de Jeune chambre économique de Saint-Omer et sa région, Saint-Omer, hier et d aujourd hui, p. 126.

27 LES AUTRES MONUMENTS Plaque à la mémoire du 21eme régiment de Dragons, Saint-Omer ( Bibliothèque d Agglomération de Saint-Omer/C. Paccou) Au sortir de la guerre et au-delà des monuments aux morts, d autres communautés d hommes et de femmes souhaitent rendre hommage aux combattants et cela sous de multiples formes. L agglomération de Saint-Omer compte plusieurs plaques commémoratives apposées dans des casernes militaires à la mémoire d un régiment. A Wardrecques, ce sont les membres de la fanfare morts pour la France qui sont mis à l honneur. A Saint- Omer, le faubourg du Haut Pont érige son propre monument placé dans le cimetière pour y inscrire le nom des victimes civiles et militaires du quartier Sur le territoire national, d immenses mémoriaux voient le jour à l emplacement des champs de bataille les transformant ainsi en espaces commémoratifs et fédérateurs (Nécropoles nationales de Vimy et de Lorette). De nombreux cimetières militaires sont aménagés pour permettre aux familles qui n ayant pu faire rapatrier le corps des défunts y trouvent un lieu de recueillement. Ce phénomène s accroit avec la visite des familles anglaises ; l Empire Britannique ayant fait le choix de ne pas rapatrier ses morts sur son sol. En 1919, Paris et Londres pleurent leurs morts en installant des cénotaphes temporaires, les tombeaux vides des morts pour la Patrie. Mais rapidement, les états cherchent à pallier cet anonymat en cristallisant l héroïsme général à travers un symbole fort : l inhumation dans les capitales des pays belligérants d un Soldat Inconnu. Le rituel de la flamme éternelle ravivée tous les soirs à 18h30 à Paris est également mis en place, avec un dépôt de gerbes au son de la «sonnerie aux morts». Plaque commémorative de la fanfare de Wardrecques des morts pour la France ( Bibliothèque d Agglomération de Saint-Omer/C. Paccou)

28 La «sonnerie aux morts» est due à l Audomarois Pierre Dupont né le 3 mai 1888, qui compose cette sonnerie en tant que chef de la Musique de la Garde Républicaine, à la demande du général Gouraud qui souhaite compléter le cérémonial de la minute de silence par une sonnerie comme le font les britanniques. Elle fut jouée pour la première fois le 14 juillet 1931 devant la tombe du Soldat Inconnu à Paris. Portrait de Pierre Dupont Bibliothèque d agglomération de Saint-Omer Le «Soldat inconnu», L Illustration, 6 novembre 1920, n 4053, p329. (Saint-Omer, BASO, inv ) Portraits d Eperlecques ( Bibliothèque d Agglo mération de Saint-Omer/C. Paccou)

29 TOUR DES MONUMENTS COMMEMORATIFS DE L AUDOMAROIS Carl Peterolff Carl Peterolff C. Paccou

30 ARQUES Localisation : Place de l Hôtel de ville Conflits commémorés : Marbrier : Marbreries Générales Gourdon Urbain (vente sur catalogue) Date d inauguration : Le 5 octobre 1919 sous la Haute présidence de Monsieur Abrami, Secrétaire d Etat à la Guerre. Descriptif : Obélisque orné d une sculpture du Poilu mourant et d une femme ailée, accompagné d une allégorie de la ville pleurant ses enfants à droite et du poilu retraçant les grandes étapes de la guerre à gauche du monument. Coût et financement : Francs. Le Monument commémoratif est élevé avec une partie du produit du magasin communal de ravitaillement d Arques pour Francs et une subvention de la commune pour Francs. Pour infos : La ville a aménagé dans son nouvel Hôtel de Ville une «Salle du poilu», salle des mariages comprenant cinq bas-reliefs en marbre de Carrare gravés aux noms des victimes et deux autres représentant la «Mort pour la Patrie» et «La France reconnaissante». Le premier représente la mort d un soldat dans les bras d une victoire tenant un fusil dans sa main droite et relâchant le drapeau dans sa main gauche. «La France reconnaissante» ouvre les bras à un soldat qui tombe en tenant un rameau d olivier. Le drapeau les entoure. Une victoire les survole ainsi qu un défilé de soldats. Elle tient deux couronnes de laurier. Sur la droite se dessine l Arc de Triomphe de Paris abritant le cénotaphe de Cette salle comporte aussi des vitraux du souvenir portant le nom des grandes batailles de la guerre financés par des dons anonymes. Ils furent réalisés par le peintre verrier Houille de Beauvais en On trouve également une plaque retraçant les heures tragiques de la guerre et une autre comportant la citation de la ville à la Croix de guerre avec le nom des victimes civiles. Cette Croix de Guerre est remise à la ville le 2 juillet 1922, lors d une grande fête placée sous le Haut Patronage du Maréchal Pétain.

31 Carl Peterolff Carl Peterolff Carl Peterolff Mairie d Arques, salle du Poilu et bas relief «La France reconnaissante» Chloé Paccou

32 BAYENGHEM-LES LES-EPERLECQUES EPERLECQUES Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : Inconnue Descriptif : Obélisque surmonté d une croix latine. Coût et financement : Inconnu. Autres infos : plaque commémorative dans l Église Saint-Wandrille Chloé Paccou

33 BLENDECQUES Localisation : Place de la Libération Conflits commémorés : ; ; Indochine Marbrier : Emile Marquillie (Saint-Omer) Date d inauguration : 25 septembre 1921 Descriptif : Obélisque surmonté d une urne voilée. Sur la corniche se distingue la croix de guerre, ainsi que le casque du soldat, entouré de feuillage. Coût et financement : ,19 Francs. La souscription rapporte Francs et Francs sont nécessaires à l organisation de l inauguration. Carl Peterolff

34 CAMPAGNE-LES LES-WARDRECQUES Localisation : Rue principale Conflits commémorés : ; ; Algérie Marbrier : Numa Colin (Saint-Omer) Date d inauguration : Inconnue. Réception des travaux le 15 juillet 1921 Descriptif : colonne quadrangulaire surmontée d une croix latine Coût et financement : 2980 francs. Une souscription rapporta 1200 francs. Une personne restée anonyme donne 1500 Francs le 1 juillet Carl Peterolff CLAIRMARAIS Localisation : Route de Saint-Omer Conflits commémorés : ; Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : 15 août 1925 Descriptif : Représentation d un soldat en sentinelle devant un calvaire. Coût et financement : 6 500,25 Francs. Pour info : La décision d ériger le monument intervient le 26 juin On suppose que la statue du soldat fut apposée par la suite car la date de réception du monument est le 6 mars Carl Peterolff

35 EPERLECQUES Localisation : Place de l église Conflits commémorés : ; ; Algérie Marbrier : Marbreries Générales Gourdon Urbain Date d inauguration : inconnue Coût et financement : inconnus Descriptif : Monument adossé à l église et surplombé de la croix de guerre au sommet Pour info : Des plaques émaillées avec photographies des victimes originaires de la commune sont apposées dans l Eglise Saint-Léger. Chloé Paccou Carl Peterolff

36 HALLINES Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier : Marbreries Générales Gourdon Urbain Date d inauguration : 28 septembre 1921 Descriptif : Obélisque dont les fasces sont ornées d une palme à l avant et d une croix latine vers l église. Coût et financement : 6110 Francs. La souscription publique rapporta 4610 Francs. Carl Peterolff HELFAUT Localisation : Place Conflits commémorés : ; Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : 17 juillet 1921, sous la présidence de M. Alexandre, conseiller général et M. Picot et M. André, conseillers d'arrondissement. Descriptif : Obélisque orné d une urne funéraire au sommet. Coût et financement : francs. La souscription permet de récolter 5768 francs. Chloé Paccou Pour infos : En 1920, on projette d'élever le monument aux morts en face de la mairie et en partie dans la cour de l école. En 1921, le conseil municipal retient le centre du village face à la route de Thérouanne. Selon l avis de la commission le Monument est passable. Le monument a été remis en état en 1950 par l architecte Joseph Philippe.

37 HOULLE Localisation : Cimetière près de l église Conflits commémorés : ; Marbrier: Avart Castier, Watten Date d inauguration : 17 juillet Descriptif : obélisque surmonté d une croix latine, orné d une palme et d une couronne. Coût et financement : 5598,25 Francs. La souscription publique rapporta 4565 Francs le 12 mars Pour infos : Le 13 février 1921 la commune demande au préfet l autorisation au préfet d ouvrir une souscription. La délibération du conseil municipal mentionne le don de l emplacement en dehors des concessions. Carl Peterolff LONGUENESSE Localisation : Place puis le conseil municipal décide de le déplacer dans le Parc de l Hôtel de Ville le 17 septembre Conflits commémorés : 1870 ; ; ; Colonies. Marbrier: Inconnu Date d inauguration : 17 juillet 1921 Descriptif : Obélisque orné du coq gaulois Coût et financement : La souscription publique rapporte environ 3700 Francs. Le conseil municipal vote alors à l unanimité un crédit de 2000 Francs sur les fonds libre de la commune pour compléter cette somme. Le maire se charge de faire une demande de subvention de l Etat. Carl Peterolff

38 MENTQUE-NORTBECOURT NORTBECOURT Localisation : entre les deux hameaux Conflits commémorés : ; ; Marbrier: Ravert (Audruicq) Date d inauguration : 1920 Descriptif : Obélisque Pour info : le choix de l emplacement du monument aux morts donna lieu à des tensions au sein du conseil municipal. La commune, composée de deux hameaux principaux, décide finalement de l édifier en rase campagne, à mi-distance entre les deux hameaux. Coût et financement : 5370 Francs. Le terrain est un don de la famille Leclercq. La souscription publique rapporta 2938 Francs. Chloé Paccou MORINGHEM Localisation : Dans le cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier: Guillemant Joseph (Mentque-Nortbécourt) Date d inauguration : 22 Août Descriptif : Obélisque surmonté de la croix de guerre Coût et financement : 7765 Francs. Une souscription publique rapporta Francs. Le décompte des travaux réalisé le 13 janvier 1921 donne Francs pour le monument proprement dit et le reste pour son installation. Pour info : L érection du monument est votée le 27 juin 1920 Chloé Paccou

39 MOULLE Localisation : Dans le cimetière Conflits commémorés : ; ; Indochine et Algérie Marbrier: Lemaire et Hoyez (Aire-sur-la-Lys) Date d inauguration : 19 septembre Descriptif : Obélisque surmonté de la croix de guerre. Coût et financement : 7000 Francs. La souscription publique rapporte 3850 Francs. Pour info : Ce monument correspond au modèle numéro 516 du catalogue proposé par le marbrier choisi par la commission réunie le 21 mars 1920 (dont le curé est membre). Monument restauré en 1988 par Jean-Pierre Deschamps, marbrier à Lumbres. Chloé Paccou NORDAUSQUES Localisation : cimetière Conflits commémorés : ; ; Marbrier: Ravert (Audruicq) Date d inauguration : Inconnue Descriptif : Obélisque surmonté de la croix de guerre. Pour info : Une nouvelle gravure a été réalisée en Coût et financement : Francs. La souscription rapporta francs. Le reste des dépenses est assuré par un crédit de la commune et par les intérêts de trois bons de la Défense Nationale de Francs. Chloé Paccou

40 NORTLEULINGHEM Localisation : cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier: A. Privat, Licques Date d inauguration : Inconnue Descriptif : Obélisque orné de palme. Coût et financement : 2412 Francs. La souscription rapporta 2012 Francs. Chloé Paccou SAINT-MARTIN MARTIN-AU AU-LAERT Localisation : Place Cotillon Belin Conflits commémorés : ; Marbrier: Emille Marquillie, Saint-Omer Date d inauguration : 26 septembre Descriptif : colonne quadrangulaire fronton sculpté hauteur totale de 5 mètres Coût et financement : 8100 Francs. La souscription rapporta 5000 Francs. La commission a toutefois émis des réserves quant à l emplacement et au coût compte tenu du nombre d habitants de la commune. Carl Peterolff Pour info : La commission départementale chargée de valider les projets de monument proposés par les communes jugea très favorablement le monument «au point de vue lignes et proportions». Il devait selon le contrat être livré le 25 juillet Le procès verbal de réception date du 21 mars 1921.

41 SAINT-OMER Localisation : Place du 11 novembre (anciennement square de la gare) Conflits commémorés : ; ; Indochine ; Afrique du Nord Sculpteur : Lucien Brasseur, Valenciennois d origine, entre à l école des Beaux-Arts à 16 ans. Grand prix de Rome en Architectes : Cabinet Molinie, Nicod et Pouthier Date d inauguration : Dimanche 21 octobre 1923 Descriptif : architecture monumentale, la France victorieuse domine (2m50) elle tient la colombe de la Paix dans sa main droite et foule à ses pieds le «carnage de la guerre» Coût et financement : Francs dont une partie réunie par souscription Francs. Le conseil municipal vote un crédit de Francs. Une subvention réglementaire de l Etat de Francs est accordée à la ville. Pour info : La ville organise un concours pour son projet de monument aux morts à partir du 25 février Seize projets sont étudiés par la commission artistique composée du maire de la ville (président), du conservateur du musée, d artistes locaux et nationaux dont des prix de Rome et d un architecte. Archives Départementales du Pas-de-Calais Chloé Paccou

42 SALPERWICK Localisation : Sur le parvis devant l'entrée de l'église Conflits commémorés : ; Marbrier: Emile Marquillie, Saint-Omer Date d inauguration : 26 juin 1921 Descriptif : obélisque orné de sculptures représentant des rameaux de laurier et une croix de guerre. Pour info : La commission juge favorablement «le projet soumis témoigne d une certaine recherche.» Coût et financement : 2450 Francs. La souscription rapporte 1165 Francs. Carl Peterolff SERQUES Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier: Lemaire et Hoyez (Aire-sur-la-Lys) Date d inauguration : 1er août 1920 Descriptif : obélisque sculpté et surmonté de la croix de guerre Coût et financement : 9000 Francs. La souscription publique rapporte 4000 Francs. La commune vote un crédit de 5000 Francs pour compléter la souscription le 24 juin 1920 Sophie Barrère

43 TATINGHEM Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier: Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : Dimanche 18 avril 1920 Descriptif : Obélisque Coût et financement : 4168,70 Francs. La souscription rapporta 3005,85 Francs. Pour info : Le conseil municipal prend la décision d'ériger un monument aux morts le 2 septembre 1919 et ouvre une souscription à cette fin. Le 9 octobre de la même année, le choix du conseil se porte sur la proposition de Numa Colin (contre celle de Gourdon à Paris) pour la somme de 4000 Francs. Le conseil municipal concède gratuitement le terrain et la Commission administrative du Bureau de Bienfaisance voulant s associée à l hommage rendu aux soldats, renonce à sa part en argent qui lui revient légalement dans la concession de terrain fait au cimetière pour l érection du monument. Chloé Paccou

44 TILQUES Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; ; Algérie Marbrier: Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : 24 juillet 1920 Descriptif : Obélisque sculpté Pour info : La décision d ériger un monument est prise le 1 février 1920 alors que la souscription est close. Coût et financement : 8000 Francs. La souscription rapporta 4000 Francs. Chloé Paccou TOURNEHEM-SUR SUR-LA LA-HEM Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; ; Algérie Marbrier: A. Letendart, Calais Date d inauguration : Inconnue Descriptif : Obélisque surmonté du coq gaulois Pour info : La commission juge le monument «prétentieux et presque ridicule» au regard de la taille de la commune. Le maire réplique par une lettre du 18 février 1921 expliquant les raisons du projet. Le monument se voit ajouter une grille en A la base du monument est gravée la première strophe du poème de Victor Hugo «Hymne aux morts de juillet». Coût et financement : 9142 Francs. La souscription rapporta 4100 Francs. Chloé Paccou

45 WARDRECQUES Localisation : Place Conflits commémorés : ; Marbrier: Ernest Rabischon (Aire-sur-la-Lys) Date d inauguration : novembre 1920 Descriptif : Obélisque de granit beige avec palme en bronze sur fond poli, selon le devis initial. Pour info : Le monument fut déplacé et remis en état en 1979 Coût et financement : 6314 Francs. La commune prend à sa charge Francs correspondant au terrain acheté à M Joseph d Argoeuves, au transport, aux travaux d aménagement et au plantation. Le reste du monument est pris en charge par la souscription c est-à-dire 4000 Francs. Le devis du marbrier s'élève quant à lui à 3100 Francs. Carl Peterolff WIZERNES Localisation : Place Conflits commémorés : ; ; Indochine ; Algérie Marbrier : Numa Colin, Saint-Omer Date d inauguration : 3 juillet 1921 Descriptif : Obélisque en marbre de Belgique Pour info : L épitaphe énumère les financeurs : les habitants de la commune (souscription publique), les sociétés de papeteries et cartonneries, le syndicat des ouvriers papetiers et la commune. La commission donne un avis favorable le 15 octobre Coût et financement : Francs. Le monument commandé à Numa Colin pour Francs. La souscription publique rapporte 8 494,15 Francs et la commune prend à sa charge 3600 Francs pour le déblaiement et la mise à niveau du terrain. C.Paccou

46 ZOUAFQUES Localisation : Cimetière Conflits commémorés : ; Marbrier: A. Letendart, Calais Date d inauguration : Inconnue Descriptif : Obélisque surmonté d une croix de guerre. Pour info : Le projet initial a été modifié sur avis de la préfecture demandant que la croix de guerre soit réduite de moitié (14 octobre 1920). Les deux premiers vers de l «Hymne aux morts de juillet» de Victor Hugo sont gravés sur le piédestal du monument. Coût et financement : 4600 Francs. Une souscription rapporta 3047 Francs. Chloé Paccou

47

48 BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE Stéphane AUDOUIN-ROUZEAU, Jean-Jacques BECKER (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre , Histoire et Culture, Bayard, 2004 Annette BECKER, Les monuments aux morts, mémoire de la Grande Guerre, Paris, Errance, 1988.* Bénédicte GRAILLES, Mémoires de pierre. Les monuments aux morts de la première guerre mondiale dans le Pas-de-Calais, Arras, Archives départementales du Pas-de-Calais, Yves HELIAS, «Pour une sémiologie politique des monuments aux morts» in Revue française de science politique, n 4-5, volume 29, Presse nationale des sciences politiques, août-octobre 1979, pp * Collège de l Esplanade, sous la Dir. de D.PARIS, Les monuments aux morts de Guines à Aire sur la Lys, Saint-Omer, I.P.N.S, Hubert PERES, «Identité communale, République et communalisation : à propos des monuments aux morts de villages» in Revue française de Science politique, octobre 1989, pp * Antoine PROST, «Les monuments aux morts», in Les lieux de mémoire, Pierre NORA (dir.), Manchecourt, Quarto Gallimard, Karine REANT, «Typologie et sémiologie des monuments aux morts du Boulonnais», Mémoires de Guerre du Pas-de-Calais XXème siècle, Comité d Histoire du Haut-Pays, Fauquembergues, Tome 16, Mission permanente aux Commémorations et à l'information historique (dir.), Monuments de Mémoire, les monuments aux morts de la Grande Guerre, Secrétariat d'état aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Paris, La Documentation française, * Ces titres sont consultables à la bibliothèque d agglomération, à l exception de ceux suivit d un astérisque. Base de données sur les monuments aux morts : Du Pas-de-Calais : De la Région : Base de données des fiches individuelles des militaires décédés (pour le conflit ) : Exposition virtuelle (2 parcours plus spécifiques «le tourisme de mémoire» et «la présence britannique dans le pas de calais») : Le Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de : Projet transfrontalier Franco-Belge «Mémoire de la Grande Guerre» : Répertoire de site internet sur la Guerre : Ecpad, fonds de la première guerre mondiale : Forum référencé sur le blog de Gallica :

49

50 Le livret de l exposition a été réalisé par l équipe du pôle archives de la bibliothèque d agglomération de Saint-Omer. Retrouvez l actualité du pôle archives et de la bibliothèque sur le site de la bibliothèque d agglomération de Saint-Omer. Ne manquez aucune de nos conférences, expositions, animations en nous suivant sur notre page Facebook. Bibliothèque d agglomération de Saint-Omer - Septembre 2014

Les monuments aux morts du canton de Montbrison

Les monuments aux morts du canton de Montbrison Les monuments aux morts du canton de Montbrison Copyrights Dossier IA42001303 réalisé en 2008 Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire

Plus en détail

Les Monuments aux Morts 1914-1918. Du projet au monument actuel, en passant par la carte postale et les fournisseurs

Les Monuments aux Morts 1914-1918. Du projet au monument actuel, en passant par la carte postale et les fournisseurs Les Monuments aux Morts 1914-1918 Du projet au monument actuel, en passant par la carte postale et les fournisseurs ProspectusBase.indd 1 06/11/2013 14:53 Introduction Base de données Monuments aux Morts

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants Service de la Loire-Atlantique

Office National des Anciens Combattants Service de la Loire-Atlantique De gauche à droite : monuments aux morts des communes de Plessé, Montoir-de-Bretagne, Guéméné-Penfao et Nantes. Office National des Anciens Combattants Service de la Loire-Atlantique 1 1 Je m appelle Noac

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

L Arc de Triomphe de la place de l Etoile et la flamme du souvenir sur la tombe du soldat inconnu

L Arc de Triomphe de la place de l Etoile et la flamme du souvenir sur la tombe du soldat inconnu L Arc de Triomphe de la place de l Etoile et la flamme du souvenir sur la tombe du soldat inconnu L arc de Triomphe de l Etoile, dont la construction fut ordonnée par Napoléon 1 er en 1806 en l honneur

Plus en détail

Plus jamais ca. 16 monuments aux morts pour se souvenir de la grande guerre

Plus jamais ca. 16 monuments aux morts pour se souvenir de la grande guerre d Plus jamais ca 16 monuments aux morts pour se souvenir de la grande guerre Livret pédagogique réalisé par le Service des Archives de la Communauté d Agglomération Pau-Pyrénées 2008 90e anniversaire de

Plus en détail

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration n 8 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 11 NOVEMBRE Un Jour-Mémoire MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Secrétariat général pour l administration DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 11 Novembre

Plus en détail

Les poilus icaunais morts dans la Grande Guerre

Les poilus icaunais morts dans la Grande Guerre Archives départementales de l Yonne Service éducatif Programme d Histoire, tous niveaux (primaire, collège, lycée) Les poilus icaunais morts dans la Grande Guerre Guide de recherche à partir des registres

Plus en détail

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Organisation et déroulement actualisé en 2014 Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du gouvernement. Le maire est responsable du déroulement

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

La génération perdue de la «Grande Guerre»

La génération perdue de la «Grande Guerre» Parce qu un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir. Maréchal Foch La génération perdue de la «Grande Guerre» Entre 1914 et 1918, 8,5 millions de Français

Plus en détail

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer

Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Quelque chose pour réfléchir... et puis pour y collaborer Fait sur mesure pour les écoles, Trop jeunes est un projet pédagogique qui veut attirer l attention de nos jeunes sur ce monde qui tourne de plus

Plus en détail

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 LA PREMIERE GUERRE MONDIALE p12 à43 fiche d objectifs Quelles sont les origines de la Première Guerre mondiale? Introduction :le monde en 1914 ( p14/15) L Europe règne sur le monde (colonies en Afrique

Plus en détail

P a r c o u r s d é c o u v e r t e

P a r c o u r s d é c o u v e r t e P a r c o u r s d é c o u v e r t e L Arc de triomphe P A R I S / Î L E - D E - F R A N C E j e u n e p u b l i c Bonjour et bienvenue à l Arc de triomphe Je suis très heureux de t accueillir à l Arc de

Plus en détail

1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE. Archives Municipales de Menton

1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE. Archives Municipales de Menton 1914-1918 PREMIERE GUERRE MONDIALE CATALOGUE Archives Municipales de Menton 1 Le service des Archives Municipales de Menton vous propose une sélection de documents en relation avec la Première Guerre Mondiale.

Plus en détail

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE

HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE CORRECTION DST 17 OCT. 2013 ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE ET ÉDUCATION CIVIQUE L épreuve sera notée sur 40 points. La maîtrise de la langue est notée sur 2 points. Hist-géo : E.C. : ML :

Plus en détail

«La mémoire de la Grande Guerre à travers les monuments aux morts»

«La mémoire de la Grande Guerre à travers les monuments aux morts» Aurélien Quénéa 3 ème C «La mémoire de la Grande Guerre à travers les monuments aux morts» Plouégat-Guerrand le : 11 /11/2012 Toutes les communes de France, de la plus peuplée à la plus petite du monde

Plus en détail

Balade commentée : Les fusillés d Aulichamps

Balade commentée : Les fusillés d Aulichamps 15 8 2014 Balade commentée : Les fusillés d Aulichamps Rendez-vous Place de l Eglise devant l Eglise Saint-Pierre à 14 heures Durée de la balade : environ 2 heures Descriptif : Balade découverte du quartier

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

LE LION DE BARTHOLDI. Guide complet pour mieux connaître le monument emblématique du Territoire de Belfort

LE LION DE BARTHOLDI. Guide complet pour mieux connaître le monument emblématique du Territoire de Belfort LE LION DE BARTHOLDI Guide complet pour mieux connaître le monument emblématique du Territoire de Belfort INCONTOURNABLE : LE LION DE BARTHOLDI Son histoire : Au terme de 103 jours de sièges (3 novembre

Plus en détail

LE QUESNOY. Et les néo-zélandais : une amitié historique

LE QUESNOY. Et les néo-zélandais : une amitié historique LE QUESNOY Et les néo-zélandais : une amitié historique La Nouvelle-Zélande : à l autre bout du monde SOMMAIRE I > A l autre bout du monde: amitié entre Le Quesnoy et la Nouvelle-Zélande II > La bataille

Plus en détail

Le chagrin et l espoir : un vitrail commémoratif de la Grande guerre

Le chagrin et l espoir : un vitrail commémoratif de la Grande guerre Le chagrin et l espoir : un vitrail commémoratif de la Grande guerre à la mairie du Kremlin Bicêtre - -- --- ----- ------- Nous remercions pour leur aide & leurs encouragements Mesdames Françoise Marvaldi-Champigneulle,

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

VASSIEUX-EN-VERCORS. Guide de visite LADROME.FR

VASSIEUX-EN-VERCORS. Guide de visite LADROME.FR VASSIEUX-EN-VERCORS Guide de visite LADROME.FR 1 Édito 2014 est une année marquée par le centenaire de la Première Guerre mondiale et le 70 e anniversaire des combats du Vercors et de la Libération. Les

Plus en détail

PARIS. Ville Lumière

PARIS. Ville Lumière PARIS Ville Lumière Paris 1. Paris est la capitale de la France et se trouve dans la région appelée Ile-de-France. 2. Paris est traversée par la Seine qui sépare la Rive Droite de la Rive Gauche. 3. Aujourd

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE I : GUERRES MONDIALES ET RÉGIMES TOTALITAIRES CHAP. I : LA PREMIÈRE GUERE MONDIALE, VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918) Pourquoi dit-on de la Première Guerre mondiale

Plus en détail

Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré

Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré Étudier et valoriser le patrimoine Les documents du service éducatif des Archives du Calvados - premier degré «ENQUETE D ARCHIVES» L édification du monument aux morts Le niveau concerné Cycle 3 L intérêt

Plus en détail

ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS

ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS ROUTE 1 // D ICI OU D AILLEURS... LE VOYAGE DES HOMMES, DES IDÉES ET DES TECHNIQUES // RÉGION DE LENS 35 min 50.472549,2.723514 sportif moyen détente facile familial INTRODUCTION Jules Verne, Vincent Van

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de Conseil Municipal du jeudi 2 juillet 2015 à 19 h 00

Compte rendu de la réunion de Conseil Municipal du jeudi 2 juillet 2015 à 19 h 00 Compte rendu de la réunion de Conseil Municipal du jeudi 2 juillet 2015 à 19 h 00 L an deux mil quinze, le deux juillet à dix-neuf heures, le conseil municipal de Clairmarais s est réuni en séance ordinaire,

Plus en détail

Les pensions militaires d invalidité et de retraite en Tunisie : Droits & Démarches

Les pensions militaires d invalidité et de retraite en Tunisie : Droits & Démarches Les Guides de l ONACVG Les pensions militaires d invalidité et de retraite en Tunisie : Service de l office national des anciens combattants et victimes de guerre Sommaire Introduction page 03 Première

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie P A R C O U R S D U P A T R I M O I N E Cherbourg-Octeville le théâtre à l italienne Manche basse-normandie Façade du théâtre, dessin aquarellé, non daté, par Gutelle, musée d art Thomas- Henry, Cherbourg-

Plus en détail

Centenaire. de la Grande Guerre

Centenaire. de la Grande Guerre Centenaire 14 de la Grande Guerre 18 Programme Expositions, concert, reconstitution, cinéma Du 8 au 23 novembre En partenariat avec les villes de Versailles, Saint-Cyr-l École, Bailly, Noisy-le-Roi, Rennemoulin,

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive.

I. Dispositions générales. Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. I. Dispositions générales Article premier : Le cimetière de Cotterd est le lieu officiel d inhumation de la commune de Bellerive. Art. 2. Le service des inhumations et des incinérations, ainsi que la police

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Le Val-de-Marne et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur le Val-de-Marne Nombre de reportages : 54 Nombre de films

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Prévoir, prendre ses dispositions avant le décès. Honorer, quelles démarches en cas de décès? Se souvenir, l entretien d une tombe

Prévoir, prendre ses dispositions avant le décès. Honorer, quelles démarches en cas de décès? Se souvenir, l entretien d une tombe Cahier publicitaire à Ouest-France du mardi 27 octobre 2015. Impression : Imaye Graphic LAVAL (53) - Crédit photo : fotolia Prévoir, prendre ses dispositions avant le décès Honorer, quelles démarches en

Plus en détail

Peut-on naturellement mesurer toute la richesse de la citoyenneté lorsqu on ignore à quel point elle a pu être rare à certaines époques?

Peut-on naturellement mesurer toute la richesse de la citoyenneté lorsqu on ignore à quel point elle a pu être rare à certaines époques? I/ Monter un projet autour du travail de mémoire et de la citoyenneté Se sentir citoyen est-il inné? Peut-on naturellement mesurer toute la richesse de la citoyenneté lorsqu on ignore à quel point elle

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

LA LETTRE DU MAIRE et de son Equipe N 38 Octobre, novembre 2013

LA LETTRE DU MAIRE et de son Equipe N 38 Octobre, novembre 2013 Ghyvelde LA LETTRE DU MAIRE et de son Equipe N 38 Octobre, novembre 2013 LE MOT DU MAIRE Ghyveldoises, Ghyveldois, Au 1er janvier 2014, par décision préfectorale, Ghyvelde devient la 21ème commune de la

Plus en détail

Le Musée canadien de la guerre

Le Musée canadien de la guerre 1, place Vimy Ottawa (Ontario) K1R 1C2 www.museedelaguerre.ca Le Musée canadien de la guerre Instruire. Préserver. Commémorer. Voilà le mandat du Musée canadien de la guerre (MCG), le musée national canadien

Plus en détail

Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918

Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918 Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918 Nom de l élève : Prénom : Classe : Niveau : lycée Dossier pédagogique Des documents et des questionnaires, un lexique et une notice biographique Pour

Plus en détail

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974 Lavans-Vuillafans Les archives de la commune de Lavans-Vuillafans ont fait l objet de deux inventaires différents correspondant à deux dépôts successifs. Ils sont ici présentés à la suite l un de l autre

Plus en détail

Réunion du CONSEIL MUNICIPAL Du vendredi 15 mars 2013

Réunion du CONSEIL MUNICIPAL Du vendredi 15 mars 2013 BULLETIN MUNICIPAL Réunion du CONSEIL MUNICIPAL Du vendredi 15 mars 2013 Le Conseil Municipal s est réuni le vendredi 15 mars 2013 sous la présidence de Monsieur FEUILLET Patrick, Maire. Présents : Messieurs,

Plus en détail

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV

Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Le Souvenir français 20h30 Salle des fêtes HDV Déroulé : 14h30 : Accueil du Ministre de la Défense 15h00 : Allocution de J Y Le Drian morts 15h45 : Dépôt de gerbe au Monument aux 18h30 : concert 20h30

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

PROGRAMMATION CULTURELLE 2013-2014. Les Charentais dans la Grande Guerre 1914-1918

PROGRAMMATION CULTURELLE 2013-2014. Les Charentais dans la Grande Guerre 1914-1918 Les Charentais dans la Grande Guerre 1914-1918 PROGRAMMATION CULTURELLE 2013-2014 Programme labellisé par la Mission «centenaire 14-18» Les Archives départementales MOT DU PRÉSIDENT «ça a commencé comme

Plus en détail

Répertoire numérique

Répertoire numérique Archives municipales Fonds des Archives municipales de Saint-Jean de Maurienne Répertoire numérique Cote : FR.AC073. Série H Affaires militaires 2010 Alban LEVET Archiviste communal Espace culturel et

Plus en détail

Le Centenaire 14-18 dans l Ain

Le Centenaire 14-18 dans l Ain DOSSIER DEPRESSE PRESSE DOSSIER DE Olivier Marin-Callixte Olivier Marin-Callixte www.ain.fr/centenaire14-18 Sommaire Il y a 100 ans... «la Grande Guerre» p. 3 Guide numérique des ressources «l Ain et la

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Lucien Bunel : enfant de Barentin, Juste parmi les Nations

Lucien Bunel : enfant de Barentin, Juste parmi les Nations Lucien Bunel : enfant de Barentin, Juste parmi les Nations Une exposition proposée par le groupe scout 1 ère Lucien Bunel, dans le cadre du 70 e anniversaire de la mort de Lucien Bunel en déportation LE

Plus en détail

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE Manuel p. 32-33 ÉTAPE 1 : A FAIRE SUR UNE COPIE DOUBLE a/ Relevez et recopiez le vocabulaire spécifique de cette leçon, proposé en bas de la page 33.

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT DE L ORT VILLIERS LE BEL 2010-2015

PROJET D ETABLISSEMENT DE L ORT VILLIERS LE BEL 2010-2015 PROJET D ETABLISSEMENT DE L ORT VILLIERS LE BEL 2010-2015 Mise à jour : Juillet 2012 1 HISTORIQUE LES ORIGINES DE L ORT Récolte à Peresetchina, Bessarabie, Roumanie. L histoire de l ORT est l une des plus

Plus en détail

15 INFORMATION SUR PARIS

15 INFORMATION SUR PARIS 15 INFORMATION SUR PARIS Le Louvre le plus grand musée du monde la Joconde de Léonardo da Vinci l'entrée se trouve dans la pyramide depuis 1986 un ancien château pour les rois Le Centre Pompidou c'est

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL VENDREDI 8 OCTOBRE 2010 20 heures SALLE D HONNEUR DE LA MAIRIE

CONSEIL MUNICIPAL VENDREDI 8 OCTOBRE 2010 20 heures SALLE D HONNEUR DE LA MAIRIE CONSEIL MUNICIPAL VENDREDI 8 OCTOBRE 2010 20 heures SALLE D HONNEUR DE LA MAIRIE Etaient présents : André ROUMAGNAC, Maire Joseph BALDINI, 1 er Adjoint Danielle CHABAUD, 2 ème Adjointe Cécile BALDINI BIOLETTO,

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

DESTINATION ARCHIVES

DESTINATION ARCHIVES DESTINATION ARCHIVES // Programme du service éducatif des Archives départementales // 2015-2016 // Morbihan + À conserver. Fiche de recherche «Retrouver la trace d un soldat morbihannais de 14-18» // SOMMAIRE

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

2 au 11 novembre 2012. Campagne d appel à la générosité publique

2 au 11 novembre 2012. Campagne d appel à la générosité publique 2 au 11 novembre 2012 Campagne d appel à la générosité publique L Œuvre Nationale du Bleuet de France Aidons ceux qui restent! www.bleuetdefrance.fr 01.49.55.75.41 SD 11.11.indd 2 16/10/2012 09:58:48 L

Plus en détail

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs

Première Guerre mondiale 2014. Évaluation préalable d un panel de visiteurs Première Guerre mondiale 2014 Évaluation préalable d un panel de visiteurs 1. Principe et déroulement de l enquête Une évaluation préalable Font-End evaluation Un instrument au service de la conception

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

L Urbs, capitale de l Empire

L Urbs, capitale de l Empire L Urbs, capitale de l Empire template : le triomphe de Titus L Urbs est la capitale de l Empire romain. A quelle ville correspond l Urbs? Dans quel pays se trouve cette ville? Maquette du centre de l Urbs

Plus en détail

NOTE SUR LE CENTENAIRE DE LA GUERRE DE 1914-1918

NOTE SUR LE CENTENAIRE DE LA GUERRE DE 1914-1918 NOTE SUR LE CENTENAIRE DE LA GUERRE DE 1914-1918 La France a été en 1914-1918 au cœur d une tragédie mondiale qui fut pour elle, une épreuve nationale sans précédent. La guerre n a pas été seulement militaire

Plus en détail

Histoire des Arts. L Exposition Internationale de 1937 : reflet de la lutte entre deux visions du monde.

Histoire des Arts. L Exposition Internationale de 1937 : reflet de la lutte entre deux visions du monde. Histoire des Arts 3 ème. 1 Histoire des Arts L Exposition Internationale de 1937 : reflet de la lutte entre deux visions du monde. L Exposition Internationale des arts et techniques de 1937 s est déroulée

Plus en détail

L'architecture classique du château de Vincennes

L'architecture classique du château de Vincennes OUTIL D EXPLOITATION 1. LES ARCS DE TRIOMPHE Attique Entablement Colonne Arcades Piliers Arc de triomphe de Constantin, Rome, 385 Arc de Titus, Rome, 81 Tour du Bois, Vincennes 1755 Portique le Vau, Vincennes,

Plus en détail

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne 17 novembre 2014 Sommaire 100 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le bureau de Georges Clemenceau restauré Le bureau de Georges

Plus en détail

2 AU12 MAI 2013 AIDONS CEUX QUI RESTENT CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE. www.bleuetdefrance.fr POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA

2 AU12 MAI 2013 AIDONS CEUX QUI RESTENT CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE. www.bleuetdefrance.fr POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA 2 AU12 MAI 2013 CAMPAGNE D APPEL À LA GÉNÉROSITÉ PUBLIQUE DU BLEUET DE FRANCE POUR DÉSIRÉ ET MONIQUE POUR ALPHA POUR CLAIRE ET QUENTIN POUR HAYRI POUR PAUL POUR MEDHI POUR MAGALI AIDONS CEUX QUI RESTENT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - JANVIER 2014. Centenaire 14-18. Les projets du Canopé de l académie de Toulouse

DOSSIER DE PRESSE - JANVIER 2014. Centenaire 14-18. Les projets du Canopé de l académie de Toulouse DOSSIER DE PRESSE - JANVIER 2014 Centenaire 14-18 Les projets du Canopé de l académie de Toulouse EN BREF : LES ACTIONS DU CANOPÉ - ACADÉMIE DE TOULOUSE Le CRDP de l académie de Toulouse a initié quatre

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT GUIDE D ACCOMPAGNEMENT PRÉPARATION À LA RENCONTRE D ORGANISATION DES FUNÉRAILLES AVEC VOTRE CONSEILLER Le présent document est un guide de préparation à l organisation de funérailles avec votre conseiller(e)

Plus en détail

- du lundi au vendredi : de 8 H à 18 H - le samedi en cas de force majeure ou de besoin exceptionnel

- du lundi au vendredi : de 8 H à 18 H - le samedi en cas de force majeure ou de besoin exceptionnel Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Vu la Loi N 93-23 du 8 janvier 1993 relative à la législation dans le domaine funéraire, Vu la Loi N 2008-1350 du 19 décembre 2008 relative à la législation

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère Saint-Siméon-de-Bressieux Intitulé : Commune de Saint-Siméon-de-Bressieux Dates extrêmes : an XII-1969 Importance matérielle : 1,15 ml, 17 articles Niveau de description : dossier Notice historique : Commune

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

les 11, 12 et 13 avril 2014 Palais des Rois sardes à Nice

les 11, 12 et 13 avril 2014 Palais des Rois sardes à Nice L association généalogique des Alpes-Maritimes et le Conseil général vous présentent la 1 ère RENCONTRE GÉNÉALOGIQUE NATIONALE SUR LA GRANDE GUERRE les 11, 12 et 13 avril Palais des Rois sardes à Nice

Plus en détail

Les Juifs de France dans la Shoah

Les Juifs de France dans la Shoah Exposition 23 novembre 2012 3 février 2013 au Musée des Armes de Tulle Les Juifs de France dans la Shoah Dossier de presse Jeunes femmes sur les grands Boulevards. Paris, juin 1942. BNF, fonds SAFARA.

Plus en détail

La reprise des concessions funéraires

La reprise des concessions funéraires La reprise des concessions funéraires 1. La reprise des concessions arrivées à leur terme... 2 2. La reprise des concessions abandonnées... 2 2.1. Les conditions de la reprise... 2 2.2. Déroulement de

Plus en détail

CARNET MUSEO MÔMES A BIENTÔT AU MUSEE PIERRE NOEL. Conception / Jennifer Fangille avec l aide de Karine Laine et Didier Mathieu

CARNET MUSEO MÔMES A BIENTÔT AU MUSEE PIERRE NOEL. Conception / Jennifer Fangille avec l aide de Karine Laine et Didier Mathieu CARNET MUSEO MÔMES A BIENTÔT AU MUSEE PIERRE NOEL +7 Conception / Jennifer Fangille avec l aide de Karine Laine et Didier Mathieu LE CENTENAIRE DE LA 1ère GUERRE MONDIALE Képi Le soldat français Il y a

Plus en détail

Le Souvenir napoléonien

Le Souvenir napoléonien AGENDA 2015 Date:16 janvier à 19H30. Lieu: Musée Wellington, chaussée de Bruxelles 147, 1410 Waterloo. «Les Généraux Britanniques lors de la Campagne de Belgique en 1815» Par Natalia Griffon de Pleineville,

Plus en détail

LE CIMETIÈRE DU BON PASTEUR

LE CIMETIÈRE DU BON PASTEUR Guide du deuil Guide du deuil Le cimetière du Bon Pasteur Qui peut être inhumé dans le cimetière de Fougères? Quand peut-on renouveler une concession? Les droits et obligations de la commune Exhumations

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014.

CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. L an deux mille quatorze et le trente janvier à vingt heures trente, le Conseil Municipal régulièrement convoqué le 23 janvier 2014, s est réuni au nombre prescrit

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne.

A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne. A l école de la guerre 1914/1918, atelier aux Archives municipales. Atelier pédagogique proposé pendant l exposition au château des ducs de Bretagne. Service éducatif des Archives municipales de Nantes,

Plus en détail

Paris et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919)

Paris et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Paris et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l ECPAD (1915-1919) Les archives de la SPCA sur Paris Nombre de reportages : 768 Nombre de films : 151 Les photographies

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

Leningrad la Rouge. Visite chez un dignitaire soviétique (musée Kirov) Le pays des pionniers. Souvenirs de la grande guerre patriotique

Leningrad la Rouge. Visite chez un dignitaire soviétique (musée Kirov) Le pays des pionniers. Souvenirs de la grande guerre patriotique Leningrad la Rouge 1924 : Lénine, le père de la Révolution s'éteint ; Petrograd est rebaptisée Leningrad en son honneur, un nom qu'elle gardera jusqu'en 1991, date de la disparition de l'urss. Entre-temps,

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 11 décembre 2012, présentée par la fédération de Vendée de la libre pensée ;

Vu la requête, enregistrée le 11 décembre 2012, présentée par la fédération de Vendée de la libre pensée ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1211647 FEDERATION DE VENDEE DE LA LIBRE PENSEE M. Echasserieau Rapporteur Mme Michel Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile

Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile Dossier pédagogique Découverte du patrimoine lors de la venue du Centre Pompidou Mobile Cambrai Ville d'art et d'histoire Du 15 février au 15 mai 2012, Cambrai accueille le Centre Pompidou Mobile. Pour

Plus en détail

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919)

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) 1 GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) (4 e version, 31 oct. 2014) Notice par Hugues Plaideux, d après le site «Mémoire des Hommes» du Ministère de la Défense, l état civil, les répertoires

Plus en détail

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Espace Education Art et Culture, 19, rue du Cambout, 57000 METZ, P.W. 2011 03 87 36 01 88 www.espace-eac.fr contact@espace-eac.fr LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Inaugurée en 1908, œuvre de l architecte

Plus en détail

IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE

IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CREUSE 2 T IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE Répertoire numérique Etabli par Philippe LOY, secrétaire de documentation Et publié sous la direction de Nicolas DOHRMANN, conservateur

Plus en détail

LIGNÉ. 1914 2014 Programme. d animations. 21 septembre 11 novembre 2014. Pourquoi?

LIGNÉ. 1914 2014 Programme. d animations. 21 septembre 11 novembre 2014. Pourquoi? LIGNÉ 1914 2014 Programme d animations 21 septembre 11 novembre 2014 Pourquoi? Pour transmettre aux habitants de Ligné et des communes environnantes, le résultat des recherches réalisées depuis plusieurs

Plus en détail

L Urbs capitale de l Empire

L Urbs capitale de l Empire L Urbs capitale de l Empire template : le triomphe de Titus Rome est la capitale de l Empire romain : on l appelle l Urbs. Quels sont les principaux monuments de l Urbs? Les monuments du centre de l Urbs

Plus en détail

Sylvia PINEL et Kader ARIF ont signé le contrat de Destination «Centenaire de la Grande Guerre»

Sylvia PINEL et Kader ARIF ont signé le contrat de Destination «Centenaire de la Grande Guerre» SYLVIA PINEL MINISTRE DE L ARTISANAT, DU COMMERCE ET DU TOURISME KADER ARIF MINISTRE DELEGUE CHARGE DES ANCIENS COMBATTANTS Communiqué de presse www.artisanat-commerce-tourisme.gouv.fr Communiqué de presse

Plus en détail

1 ) DUREE ET TARIF DES CONCESSIONS 2008

1 ) DUREE ET TARIF DES CONCESSIONS 2008 1 ) DUREE ET TARIF DES CONCESSIONS 2008 Durée de la concession Cimetière communal (pleine terre ou caveau) Cimetière intercommunal Pleine terre caveau 15 ans 154,90 154 / 30 ans 414,45 410 474 (1 à 4 places)

Plus en détail

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud»

Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Le pont transbordeur, Musée d'histoire de Marseille, photo W. Govaert Séquence 11 : «Marseille, porte du sud» Marseille, en ce début du XX ème siècle, est marquée par l inauguration du pont transbordeur,

Plus en détail