ficprat Date création 01/04/2009 K /03/ /04/2012 Responsabilité de la banque en matière d octroi de crédit

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ficprat Date création 01/04/2009 K-121114 31/03/2011 30/04/2012 Responsabilité de la banque en matière d octroi de crédit"

Transcription

1 Identification du document iddoc (KID_####) Date création 01/04/2009 Date 01/01/2009 fraîcheur K /03/ /04/2012 Titre Responsabilité de la banque en matière d octroi de crédit Auteurs Une ligne par auteur Une ligne dont toutes les cellules sont fusionnées pour les personnes morales civ Prénom d' Nom Fonctions (un paragraphe par fonction) Grégory DAMY Docteur en droit Avocat Certificats de spécialisation en droit commercial et en droit des sociétés Site internet: gregorydamy.niceavocats.fr Aperçu rapide 1.1. Éléments clés Le crédit, qu il soit demandé à titre professionnel ou à titre personnel, est devenu indispensable pour les entreprises et les particuliers. Mais l octroi de crédits peut avoir de graves conséquences. C est pourquoi le législateur et la jurisprudence ont mis à la charge des établissements de crédit des obligations qu ils sont tenus de respecter lors de l octroi d un prêt : mise en œuvre un devoir d information à l égard des clients consistant à les renseigner de façon neutre et objective afin qu ils puissent s engager en toute connaissance de cause ; mise en œuvre d un devoir de conseil obligeant les banques à agir sur la décision de l'emprunteur en l'éclairant sur l'opportunité de sa décision ; respect d un devoir de mise en garde envers l emprunteur non averti (deux arrêts : Cass. ch. mixte, 29 juin 2007, n : JurisData n Cass. ch. mixte, 29 juin 2007, n : JurisData n ). La mise en garde est, à l inverse du conseil, une information orientée de manière négative qui consiste à attirer l'attention du cocontractant sur un aspect négatif du contrat, ou de la chose objet du contrat. En matière de crédit, l obligation de mise en garde est assimilée à un conseil négatif donnée par la banque à son client de ne pas emprunter, accompagné de l explication des risques financiers encourus si ce conseil n est pas suivi. Le praticien pourra être consulté par : un emprunteur pour engager la responsabilité d une banque qui aurait manqué à son devoir de mise en garde ;

2 un établissement de crédit qui souhaite connaître les modalités de mise en oeuvre du devoir de mise en garde afin d éviter la mise en cause de sa responsabilité Textes Texte codifié C. civ., art Texte non codifié L. n , 12 avr. 1996, art. 87-I 1.3. Bibliothèque LexisNexis Fascicule JurisClasseur JCl. Banque - Crédit - Bourse, Fasc. 151, par D. Legeais Revues P. Bouteiller, La faute du banquier et les moyens de défense de la caution poursuivie : JCP E 2008, 1495 G. Damy, L obligation de mise en garde du banquier dispensateur de crédit confirmée par les décisions de la Cour de cassation : LPA 2008, n 104, p. 12 J. Daniel, Le devoir de mise en garde du banquier : LPA 2008, n 35, p. 5 Gourio, Contrôle de la Cour de cassation sur la mise en œuvre du devoir de mise en garde du banquier au titre de l octroi de crédit : JCP G, II, D. Legeais, Charge de la preuve de l exécution du devoir de mise en garde du banquier prêteur : JCP E 2008, 1192 D. Legeais, Etendue du devoir de mise en garde du banquier emprunteur à l égard de l emprunteur non averti : JCP E 2008, 2245 D. Legeais, Incidence de la déloyauté de l emprunteur non averti à l égard du devoir de mise en garde du banquier : JCP E 2007, 2576 Fr. Sauvage, Devoir de mise en garde de la banque en matière d assurance de groupe emprunteur : un adhérent averti en vaut un non averti! : RD bancaire et fin., 2010, comm. 16 Préparation 1.4. Informations à recueillir auprès du client Avant de consentir un prêt, l établissement de crédit doit qualifier le client d «emprunteur averti» ou d «emprunteur non averti» Qualifier le client d emprunteur averti ou non averti À ce jour, la Cour de cassation n a donné aucune définition précise de la notion d emprunteur averti ou d emprunteur profane mais utilise la technique du faisceau d'indices pour déterminer le caractère averti ou non averti du client.

3 Pour déterminer le caractère averti ou non d un emprunteur, la banque peut prendre en compte : le degré de connaissance et d expérience de l emprunteur : l emprunteur est averti s il est apte à apprécier la réalité des risques liés au crédit notamment l importance des remboursements par rapport à sa capacité financière ; les caractéristiques du prêt tels que son importance au regard des capacités financières de l emprunteur ; l opération financée: plus le financement est complexe, plus l'établissement de crédit est tenu à un devoir de mise en garde. La distinction emprunteur averti et emprunteur profane ne doit pas être remplacée par la distinction professionnel et particulier (Cass. ch. mixte, 29 juin 2007, n : JurisData n Cass. ch. mixte, 29 juin 2007, n : JurisData n ). L emprunteur peut également être qualifié de profane même en cas d assistance de conseils, notamment en cas d opérations d'investissement litigieuses en l'absence d'expérience de gestion de portefeuille d'actions (CA Paris, Pôle 5, 7 e ch., 13 avril 2012, n 2007/20614 : JurisData n ). Un particulier peut être qualifié d emprunteur averti, notamment s il dispose de connaissances particulières en matière bancaire et financière. Un professionnel peut être qualifié d emprunteur profane dès lors qu il contracte un prêt pour les besoins de sa profession et qu il n est pas conscient des risques auxquels il s expose. L'établissement de crédit, qui a pour client une entreprise, est donc tenu des mêmes devoirs que ceux mis en œuvre lorsque le client est un particulier. Il doit s'assurer que le crédit consenti est supportable par la société qui emprunte. S il consent un crédit ruineux à cette dernière, il engage sa responsabilité. Une telle faute est également retenue même quand l entreprise qui a emprunté n est pas dans une situation irrémédiablement compromise (Cass. com., 24 sept. 2003, n : JurisData n ) Se renseigner sur la situation financière de l emprunteur Capacités financières du client et moyens d information Lorsqu un établissement de crédit est en présence d un emprunteur qualifié de non averti, il doit savoir si l octroi du prêt sollicité est dangereux pour ce dernier. Si tel est le cas, l établissement devra mettre en œuvre le devoir de mise en garde. Afin de déterminer s il existe un risque d impossibilité pour le débiteur de supporter la charge de son remboursement, la banque est chargée d obtenir des informations sur les capacités financières de son client. C est en effet en fonction de ce type d informations que la banque apprécie le caractère risqué de l emprunt envisagé (CA Douai, 8 e ch., Sect. 1, 22 mars 2012, n 11/03237 : JurisData n ). <conseil> Pour connaître les capacités financières d un emprunteur, la banque prend en compte : ses revenus ; l ensemble de ses charges financières (Cass. com., 20 juin 2006, n : JurisData n ).

4 Egalement, la banque n a pas satisfait à son obligation de mise en garde à l égard des emprunteurs, avec un enfant à charge, dont les mensualités absorbait plus de la moitié du revenu total du couple (CA Nîmes, 1 e ch. civ., 8 novembre 2011, n 09/03237 : JurisData n ). </conseil> L établissement de crédit doit faire preuve de diligence dans sa recherche d informations car, s il ne l est pas, il est considéré comme fautif. Il est donc conseillé à l établissement de procéder à des investigations plus poussées lorsque les éléments fournis par l emprunteur semblent être insuffisants ou inexacts (deux arrêts : Cass. 1re civ., 25 avr. 2007, n : LPA 21 déc. 2007, p. 13, note J. Attard). <exemple> Lorsque le compte bancaire d'une société est resté débiteur malgré des prêts antérieurs, la banque a tout intérêt à s'informer sur l'existence d'autres emprunts (CA Paris, 15e ch., sect. B, 9 Nov. 2007, n 06/11670 : JurisData n ). Egalement, la banque doit rechercher l état d endettement antérieur lorsqu il s agit d un emprunteur profane non averti (CA Agen, 1 e ch.civ., 5 septembre 2011, n 10/00630, : JurisData n ). </exemple> Aucune disposition légale ne prévoit l obligation pour l établissement de vérifier l exactitude de toutes les déclarations effectuées par ses clients. L établissement de crédit est donc en droit de se fier aux renseignements que l emprunteur lui a communiqués (Cass. 1re civ., 30 oct. 2007, n : JurisData n ; JCP E 2007, 2576, note D. Legeais ; JCP G 2008, II, 10055, note A. Gourio. - CA Paris, 8e ch., sect. A, 31 janv. 2008, n 06/11216 : JurisData n ). L'emprunteur, comme tout contractant, doit faire preuve de loyauté et de sincérité lorsqu il donne des informations à sa banque (CA Toulouse, 3 e ch., Sect. 1, 21 février 2012, n 88/2012, 10/03718 : Jurisdata n ). Lorsqu il ment sur son patrimoine, et plus particulièrement, lorsqu il omet de parler de l existence d autres crédits, l emprunteur ne peut pas réclamer le bénéfice de l obligation de mise en garde (Cass. 1re civ., 30 oct. 2007, n : JurisData n CA Aix-en-Provence, 2 e ch. civ., 14 septembre 2011, n 09/22702 : JurisData n ). La banque peut également s informer auprès du registre de commerce et des sociétés ou à l aide de documents comptables contrôlés par les commissaires aux comptes. <exemple> Une banque doit demander à une société anonyme qui sollicite des concours très importants de présenter des bilans dont la régularité et la sincérité sont certifiées par des commissaires aux comptes (Cass. com., 22 mai 1985, n : Bull. civ. 1985, IV, no 165). </exemple> La Banque de France met à la disposition, notamment des établissements de crédit, des fichiers leur permettant d obtenir certains renseignements sur l emprunteur. Le fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) répertorie les incidents de paiement ou les demandes de dossier de surendettement effectuées par un particulier. Il permet d éviter qu une personne ayant déjà des difficultés à rembourser son crédit souscrive un autre emprunt. En théorie, une banque peut accorder un crédit même si un particulier est fiché mais dans la pratique, un fichage au FICP revient à interdire un nouveau crédit Viabilité du projet financier

5 Après avoir recueilli des informations sur les facultés de remboursement de l emprunteur, le banquier peut se renseigner sur la viabilité du projet financé. <exemple> Un projet est viable si les résultats des exercices des trois années précédentes étaient bénéficiaires et en hausse. Cela prouve alors que les perspectives de rentabiliser l'opération sont normales (Cass. 1re civ., 12 juill. 2007, n : JurisData n ). </exemple> Il ne s agit pas pour l établissement de crédit d une obligation d expertise du projet, il doit seulement vérifier l absence de risque anormal présenté par l opération à financer. En revanche, en présence d une anomalie suffisamment apparente, une vérification complémentaire de la part de la banque s impose (Cass. 1re civ., 25 avr. 2007, n ). L établissement de crédit est tenu d effectuer ces diverses recherches concernant la situation financière de l emprunteur dès qu il est sollicité pour une nouvelle demande de prêt. Ces recherches vont permettre à l établissement d obtenir des renseignements sur l éventuelle insolvabilité du débiteur. Si celui-ci a des difficultés financières, l établissement doit être au courant car la restitution des fonds prêtés est menacée et l emprunteur pourrait intenter une action en justice contre lui pour lui avoir octroyé un crédit qu il n était pas en mesure de rembourser Inventaire des solutions et éléments de décisions Principe du devoir de mise en garde Le devoir de mise en garde qui incombe aux banques ne concerne que les emprunteurs profanes. L établissement de crédit n est pas dispensé de son devoir de mise en garde par la présence d une personne avertie au côté de l emprunteur profane lors de la conclusion du prêt (Cass. 1re civ., 30 avr. 2009, n : JurisData n ). Peu importe que la personne avertie soit tiers ou partie au contrat de prêt. En l espèce, un particulier avait souscrit deux prêts à la banque dont le remboursement excédait ses facultés contributives. Celui-ci était garanti par le cautionnement de son exmari. Ce dernier était qualifié de caution avertie par les juges du fond puisqu il exerçait la profession de conseil financier. En l espèce, un particulier âgé de soixante-et-onze ans, conscient que ses capacités financières sont inférieures aux mensualités du prêt souscrit pour l acquisition d un véhicule destiné à son fils, ne dispense pas la banque de rapporter la preuve de la satisfaction de son obligation de mise en garde (Cass. 1re civ., 24 sept : JurisData n ). Mais si les crédits, au moment de la conclusion du contrat, étaient adaptés au regard des capacités financières de l'emprunteuse et du risque de l'endettement né de l'octroi de

6 ces prêts, la banque, en l'absence d'un tel risque, n'était pas tenue à l'égard de l'emprunteuse non avertie, d'un devoir de mise en garde. (Cass. com., 6 déc. 2011, n , F-D, Épx Gries c/ Caisse de crédit mutuel de Saint-Macaire-en-Mauges : JurisData n ). L emprunteur averti n est pas sans protection. La banque engage sa responsabilité s il est prouvé qu elle disposait des informations sur la situation financière de son client que ce dernier ignorait (Cass. 1re civ., 12 juill. 2005, n : JurisData n ; Bull. civ. 2005, I, n 325, p Cass. 1re civ., 12 juill. 2005, n : JurisData n ; Bull. civ. 2005, I, n 324, p. 268). En l espèce, la responsabilité de la banque n avait pas pu être engagée, ne détenant aucune information que le client lui-même ignorait (CA Douai, 8 e ch. Sect.1, 16 juin 2011, n 10/02985 : JurisData : ). L emprunteur averti est donc protégé par le principe de symétrie de l information sur la situation de l emprunteur posé par la chambre commerciale de la Cour de cassation dans un arrêt en date du 11 mai 1999 (Cass. com., 11 mai 1999, n , n et n : JurisData n ). Dans plusieurs arrêts, la chambre commerciale de la Cour de cassation a précisé que les informations détenues par la banque pouvaient porter notamment sur : la fragilité de la situation financière de l emprunteur ; les capacités de remboursement de l emprunteur ; les risques de l'opération financée (Cass. com., 1er juill. 2003, n : JurisData n Cass. com., 13 févr. 2007, n : JurisData n ; Bull. civ. 2007, IV, n 31). En revanche, si le changement de situation est postérieur à l offre préalable du prêt, la banque n est pas tenue d une obligation de mise en garde. (CA Colmar, 3 e ch., Sect. A, 9 janvier 2012, n 12/0009, 10/06717 : JurisData n CA Rouen, Ch. de Prox., 20 octobre 2011, n 10/05475 : JurisData n ) Sanction du non respect du devoir de mise en garde Lorsqu un établissement de crédit n a pas exécuté son obligation de mise en garde alors qu il le devait, il risque : d engager sa responsabilité civile contractuelle ; d être condamné à verser des dommages et intérêts à l emprunteur afin de réparer le préjudice que ce dernier a subi à la suite de l octroi d un prêt inadapté à sa situation financière. Il appartient au juge du fond d évaluer le montant des dommages et intérêts en fonction de l étendu du préjudice. Ainsi, s il a été admis que l emprunteur ne pouvait être totalement déchargé de son obligation de rembourser le prêt, les juges ne mettent pas à sa charge le paiement des intérêts de la sommes prêtée (Cass. 1re civ., 12 juill. 2005, n : JurisData n ; Bull. civ. 2005, I, n 327). La banque est donc privée de sa rémunération. Dans un arrêt de principe du 20 octobre 2009, la chambre commerciale de la Cour de cassation a énoncé que «le préjudice né du manquement par un établissement de crédit à son obligation de mise en garde s'analyse en une perte de chance de ne pas contracter» (Cass. com., 20 oct. 2009, n : JurisData n ). Cette perte de chance est un préjudice autonome qui ne peut se confondre avec le montant de l'emprunt restant dû ou avec l'endettement global consécutif à l'emprunt

7 impayé (CA Montpellier, 1 e ch., sect.b., 8 février 2012, n 11/01238 : JurisData n ). Le manquement au devoir de mise en garde de la banque n entraîne pas non plus la nullité du prêt (L. n , 12 avr. 1996, art. 87-I). La force obligatoire du contrat est donc pleinement conservée et la solution retenue par les juges vise avant tout à compenser le déséquilibre informatif lors de sa formation. Réalisation - Mise en œuvre 1.6. Information de l emprunteur Le devoir de mise en garde consiste pour la banque, lors de la conclusion du contrat de crédit, à : alerter l emprunteur du caractère risqué de l opération de crédit projetée ; l éclairer sur les avantages mais aussi sur les inconvénients du crédit consenti. Le risque sur lequel le banquier doit attirer l attention de l emprunteur est exclusivement «le risque d endettement né de l octroi du crédit» (Cass. com., 11 déc. 2007, n : JurisData n Cass. com., 11 déc. 2007, n : JurisData n ) et par conséquent, le risque de non remboursement auquel l emprunteur s expose en cas de crédit excessif. En l espèce, la banque avait manqué à son obligation de mise en garde en n alertant pas l emprunteur sur les risques afférents à l emprunt compte tenu de sa situation financière (CA Nancy, 2 e ch. civ., 9 février 2012, n 437 /12, 11/00352 : Jurisdata n ). Un emprunteur profane peut ainsi invoquer le non respect du principe de proportionnalité entre le montant du crédit et sa faculté de remboursement pour mettre en cause la responsabilité de la banque Octroi d un crédit adapté à la situation financière des clients Le principe de proportionnalité découle du devoir de mise en garde des établissements de crédit. Il impose à ces derniers de consentir des emprunts adaptés à la situation financière de leurs clients. Si tel n est pas le cas, ils octroient des crédits qualifiés «d excessif». <exemple> Sont considérés comme excessifs les crédits présentant les caractéristiques suivantes : le montant du prêt est manifestement hors de proportion avec les facultés objectivement prévisibles de remboursement de l'emprunteur (CA Aix-en-Provence, 31 janv. 2002, n 97/13141 : JurisData n ) ; l octroi du crédit doit conduire à l'endettement de ce dernier dans la mesure où il dépasse ses facultés financières (Cass. 1re civ., 26 sept. 2006, n : JurisData n Cass. com., 11 déc. 2007, n : JurisData n ; JCP E 2008, 1192, note D. Legeais). </exemple>

8 Pour prouver que le caractère du crédit est excessif, la jurisprudence de la Cour de cassation prend en compte l'impossibilité pour le client de faire face aux premières échéances du prêt mais également les difficultés de remboursement plus tardives (Cass. ch. mixte, 29 juin 2007, n : JurisData n ). En l espèce, la preuve d un crédit excessif n avait pas été rapportée par les emprunteurs, les modalités de remboursements étaient compatibles avec les capacités financières des emprunteurs (CA Paris, Pôle 5, 6 e ch., 8 mars 2012, n 09/24335 : Jurisdata ). Le caractère excessif du crédit par rapport aux ressources de l emprunteur s évalue à la date d octroi du prêt (Cass. com., 12 juill. 2005, n et n : JurisData n Cass. com., 7 juill. 2009, n : JurisData n CA Grenoble, 1 e ch. civ., 17 janvier 2012, n 10/04723 : JurisData : ). <conseil> Pour déterminer s il existe un risque de surendettement, le banquier tient compte de l évolution prévisible de la situation de l emprunteur et non pas des éventuelles modifications de la conjoncture économique ou du taux d endettement de l emprunteur après la conclusion du contrat de prêt (G. Damy, L'obligation de mise en garde du banquier dispensateur de crédit confirmée par les décisions de la Cour de cassation : LPA, 23 mai 2008, n 104). </conseil> Ainsi, l établissement de crédit ayant consenti un prêt excessif n est pas responsable du non remboursement des échéances par l emprunteur dans la mesure où ce dernier a vu ses revenus chuter au cours de la durée du prêt (Cass. 1re civ., 18 févr. 2009, n : JurisData n ). Les banques ne doivent pas inciter les particuliers au surendettement (Cass. com., 4 mai 1993, n : JurisData n ; Bull. civ. 1993, IV n 162, p. 112). Ainsi, un banquier qui accorde à un emprunteur quatre crédits consécutifs commet une faute car il contribue à la situation de surendettement de son client (Cass. 1re civ., 26 sept. 2006, n : JurisData n ; Contrats, conc. consom. 2006, comm. 253, obs. G. Raymond) Vigilance des établissements de crédit Les établissements de crédit doivent donc faire preuve d une vigilance renforcée lorsqu ils sont en présence de personnes qui connaissent déjà des difficultés financières telles que les personnes qui sont «interdits bancaires» ou en situation de surendettement. <conseil> Les fichiers tenus par la Banque de France (Fichier central des chèques FCC, Fichier National des incidents de remboursement des crédits aux particuliers FICP) sont à consulter par les banques avant l octroi d un crédit et avant la remise d un chéquier ou d une carte bancaire. </conseil> Ces fichiers ont en effet été spécialement créés pour éviter d aggraver la situation financière de personnes ayant déjà des difficultés à rembourser un crédit ou à régulariser leur situation à la suite d émission de chèques sans provision. Même si, en théorie, il n est pas interdit de consentir un crédit ou de délivrer des moyens de paiement à une personne figurant sur l un de ces deux fichiers, il est clair que ces fichiers ont pour but d éviter que des personnes connaissant des difficultés financières voient leur situation s envenimer. La banque a tout intérêt à refuser son concours lorsqu'une opération ne lui semble pas viable pour ne pas risquer d engager sa responsabilité en cas de litige.

9 Le devoir de mise en garde ne doit pas être analysé comme une obligation de refuser un prêt si l opération s avérait trop dangereuse. La jurisprudence de la Cour de cassation a ainsi rappelé dans un arrêt que le devoir de mise en garde du banquier était un simple devoir d alerte sur les risques présents dans l opération financière envisagée (Cass. 1re civ., 21 févr. 2006, n : JurisData n ; Bull. civ. 2006, I, n 91 ; JCP E 2006, n 13, comm. 1522, note D. Legeais ; LPA, n 35, 18 févr. 2008, p. 5, note J. Daniel). Egalement, comme le devoir d information précontractuelle, le devoir de mise en garde n est qu une obligation de moyen et non de résultat, la banque n ayant pas à s'immiscer dans les affaires de son client qui les gère à sa guise et selon sa volonté (CA Lyon, 1 e ch.civ. A, 17 novembre 2011, n 10/01483 : JurisData n ) Faute de la banque dans l octroi du crédit La faute de l'établissement de crédit ne peut être retenue que si deux conditions sont réunies : le crédit octroyé est excessif ; l établissement n a pas alerté son client du risque de non remboursement. <conseil> Pour éviter toute mise en cause de sa responsabilité, l établissement de crédit peut se pré-constituer une preuve écrite attestant qu il a bien rempli son devoir de mise en garde. </conseil> 3.5 Responsabilité de la banque en cas de rupture des pourparlers La rupture d un accord de principe par la banque n est pas fautive. Elle n est tenue que de l obligation de poursuivre de bonne foi les négociations en cours. (Cass. Com. 10 janvier 2012, n : JurisData n ). Cependant, la banque doit tenir compte de la tendance des juges du fond à sanctionner la rupture de l accord de principe, solution dans la mouvance actuelle favorable au consommateur (CA Aix-en-Provence, 16 septembre 2010). 3.6 Preuve par la banque de sa diligence La charge de la preuve incombe à la banque (CA Montpellier, 1e ch., sect.b., 8 février 2012, n 11/01238 : JurisData n ). Lors de l octroi du crédit, la banque peut donc : faire signer au client un document au terme duquel il reconnaît avoir été alerté des risques de surendettement et de non remboursement ; faire remplir au client un dossier de demande de prêt lors de la conclusion du contrat comportant toutes les informations nécessaires pour apprécier la capacité de remboursement de l'emprunteur.

10 Grâce à ces documents, la banque sera en mesure de prouver qu elle a été diligente dans sa recherche d informations. Par ailleurs, si un établissement de crédit parvient à établir que son client a la qualité d emprunteur averti, il sera dispensé de démontrer qu il a rempli son obligation de mise en garde dans la mesure où cette obligation n est requise que pour les clients profanes (Cass. com., 27 nov. 2007, n : JurisData n ).

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

Un établissement de crédit toujours fautif?

Un établissement de crédit toujours fautif? Un établissement de crédit toujours fautif? De l excès de crédit à.la pénurie du crédit Du soutien abusif de crédit à l émergence d un droit au crédit Typologie des fautes Manquement au devoir de mise

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

ficprat Date création 01/04/2009 K-121115 11/04/2011 30/04/2012

ficprat Date création 01/04/2009 K-121115 11/04/2011 30/04/2012 Identification du document iddoc (KID_####) Date création 01/04/2009 Date fraîcheur 01/01/2009 K-121115 11/04/2011 30/04/2012 Titre Rompre un crédit Auteurs Une ligne par auteur Une ligne dont toutes les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR 2 ème chambre 18 juin 2013 RG 12/02752 Il ne peut être reproché à une banque d avoir fourni à la société débitrice des concours fautifs de nature à engager sa responsabilité

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit

Les conditions de fond de l opération de crédit. Les conditions de fond de l opération de crédit Les conditions de fond de l opération de crédit Article juridique publié le 08/12/2012, vu 1538 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Les conditions de fond de l opération de crédit La loi n 84-46 du 24 janvier

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 19 Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 19 Se porter caution Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde»

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» Sommaire 1. Les objectifs de la réforme 2. Le calendrier 3. Les changements apportés 4. Les nouveaux documents 5. Pour en savoir plus 2 1. Les objectifs

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5 1 La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle........................... 5 Frédéric de Patoul avocat Introduction.....................................................................

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Se porter caution : un engagement financier

Se porter caution : un engagement financier JUIN 2015 N 19 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Se porter caution : un engagement financier Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

Se porter caution : un engagement financier

Se porter caution : un engagement financier AVRIL 2014 N 19 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Se porter caution : un engagement financier Ce mini-guide vous est offert par :

Plus en détail

La protection de vos données personnelles

La protection de vos données personnelles LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 15 La protection de vos données personnelles FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE novembre 2004 Qu est-ce que la loi Informatique et Libertés? La loi Informatique et Libertés

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 -

Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Surendettement - Les conditions d admission - 2005 - Frédéric Leplat Avocat à la Cour Maître de Conférences à l Université 1 Introduction 2 Surendetté l'impossibilité manifeste pour le débiteur de bonne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

La faillite et décharge de caution

La faillite et décharge de caution La faillite et décharge de caution 025 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 20 Le cautionnement Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le cautionnement Le cautionnement conventionnel Le cautionnement légal Le cautionnement judiciaire Le cautionnement

Plus en détail

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le FICP. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mai 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 017 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR

FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR FAUTE DE LA BANQUE ENVERS LE DEBITEUR 2 ème chambre 18 juin 2013 RG 12/02752 Il ne peut être reproché à une banque d avoir fourni à la société débitrice des concours fautifs de nature à engager sa responsabilité

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit

Recueil Dalloz 2009 p. 1179. Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Recueil Dalloz 2009 p. 1179 Devoir de mise en garde du banquier dispensateur de crédit Jérôme Lasserre Capdeville, Maître de conférences, Université de Strasbourg 1 - Le banquier dispensateur de crédit

Plus en détail

Phrase d accroche : Faits :

Phrase d accroche : Faits : Phrase d accroche : Si certaines clauses permettent à un contractant de limiter sa responsabilité en cas d apparition d un dysfonctionnement de la chose vendue, le juge les écarte parfois lorsque des circonstances

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16378 ECLI:FR:CCASS:2014:C101416 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Célice, Blancpain

Plus en détail

L essentiel de l Officiel

L essentiel de l Officiel LA FIN DE L «AUTOLICENCIEMENT» Décision de la Cour de cassation Cour de cassation Chambre sociale Décisions n 01-42-335, n 01-43-578, n 01-42-679, 01-40-235, n 01.41-150 Arrêts n 1780, n 1782, n 1783,

Plus en détail

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE

FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS-ACQUISITIONS, FINANCEMENT FEVRIER 2013 EDITORIAL : LOYAUTE ET TRANSPARENCE Depuis un certain temps déjà, la jurisprudence met l accent sur le

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

CONTRAT DE PAIEMENT «3 FOIS/4 FOIS»

CONTRAT DE PAIEMENT «3 FOIS/4 FOIS» Agrafer le R.I.B. ici PRETEUR Ticket «P.n.F.» signé par l emprunteur à coller ici et R.I.B. à agrafer en haut à gauche du contrat. ex. SOFEMO AUTORISATION DE PRÉLÈVEMENT J autorise l Établissement teneur

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007

N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Mars 2007 011 N émettez pas de chèque sans provision LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Mars 2007 Sommaire 2 4 6 10 11 12 16 20 N émettez pas de chèque sans provision Qu est-ce que la provision et pourquoi

Plus en détail

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s)

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 11 avril 2012 N de pourvoi: 11-15429 Publié au bulletin Rejet M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Boré et

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

Protection des données personnelles et refus de crédit

Protection des données personnelles et refus de crédit GUIDE PRATIQUE Protection des données personnelles et refus de crédit ÉDITION 03/2003 Sommaire PRÉSENTATION page 2 VÉRIFIER QUE VOUS N ÊTES PAS FICHÉ A LA BANQUE DE FRANCE page 3 LES EXPLICATIONS POSSIBLES

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Procédures. Le surendettement

Procédures. Le surendettement Vos droits Institutions Acteurs Procédures Le surendettement F i c h e p r a t i q u e Le surendettement Lorsqu une personne ne peut plus faire face à ses dettes, elle peut engager une procédure de surendettement.

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 11 mai 2012 N de pourvoi: 11-17497 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Se porter caution : Un risque à mesurer

Se porter caution : Un risque à mesurer Se porter caution : Un risque à mesurer À quoi vous engagez-vous? Il n est pas rare d être sollicité par un ami, un parent, un enfant pour se porter caution lors de l achat d un bien, de la souscription

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur :

La franchise présente des avantages pour les deux partenaires. Pour le franchiseur : 1 Qu est-ce que la franchise? La franchise est un contrat liant deux personnes juridiquement indépendantes : le franchiseur, propriétaire ou détenteur des droits d une marque ou d une enseigne, transmet

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Document de vente en automobile

Document de vente en automobile Document de vente en automobile Introduction Le guide de la réparation automobile signé avec le ministère de la consommation le 21/01/1993 a défini plusieurs points qui sont des devoirs du réparateur.

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012

COURTIER EN ASSURANCE I. CONDITIONS REQUISES. A. Age et nationalité 23/07/2012 COURTIER EN ASSURANCE 23/07/2012 Le courtier d assurance est un commerçant qui fait à titre principal des actes d entremise dont le caractère est commercial. A ce titre, il doit s inscrire au Registre

Plus en détail

CONVENTION dans le cadre d une médiation amiable

CONVENTION dans le cadre d une médiation amiable Téléphone : 019/58 85 63 Fax : 019/69 73 57 E-mail : info@srmd.be Adresse : rue de l Eglise, 5 à 4317 FAIMES C.P.A.S. associés : Burdinne, Crisnée, Donceel, Faimes, Fexhe-le le-haut Haut-Cloche Clocher,

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

221.214.11 Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation

221.214.11 Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation Ordonnance relative à la loi fédérale sur le crédit à la consommation (OLCC) du 6 novembre 2002 (Etat le 1er mars 2006) Le Conseil fédéral, vu les art. 14, 23, al. 3, et 40, al. 3, de la loi fédérale du

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

L an deux mil quatorze ; Et le cinq Mai ;

L an deux mil quatorze ; Et le cinq Mai ; REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --- COUR D APPEL D ABIDJAN -- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN RG N 868/2014 ------------- ORDONNANCE DU JUGE DES REFERES Affaire La société BENEOUA (SCPA Touré et Pongathié)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02271 Inédit au recueil Lebon 7ème chambre Mme DRIENCOURT, président M. Olivier COUVERT-CASTERA, rapporteur M. BLANC, rapporteur public SOCIETE D AVOCATS AVODIRE,

Plus en détail

Bien réagir en cas de séparation

Bien réagir en cas de séparation MARS 2013 N 2 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien réagir en cas de séparation Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/01/99 Origine : AC Mmes et MM. les Directeurs Mmes et MM. les Agents Comptables. des Caisses

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-12175 Non publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Roger

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011 Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB Titre Attestation relative au portage salarial Objet Transmission de l attestation relative au portage salarial

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : ARTICLES, COMMENTAIRES ET COMMUNICATIONS :

BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : ARTICLES, COMMENTAIRES ET COMMUNICATIONS : BIBLIOGRAPHIE OUVRAGES : - H. Groutel, F. Leduc, Ph. Pierre, M. Asselain, Traité du contrat d assurance terrestre, Litec 2008. - M. Asselain, Ch. Vercoutère, Droit des Assurances, collection Master, RB

Plus en détail