n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994"

Transcription

1

2 n 9410 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Elie SADIGH* décembre 1994 *Maître de Conférences, Université de Bourgogne Chercheur au LATEC

3 Trois catégories de pays en développement sont à distinguer, dont une, surtout, ne peut constituer ni une épargne intérieure suffisante, ni un excédent de la balance commerciale, lui permettant de financer son développement. Cette catégorie de pays n'ayant pas la possibilité de rembourser sa dette n'a pas une place de choix parmi les pays emprunteurs sur le marché financier international. Les organisations internationales ne disposent pas de fonds suffisants pour faire face aux besoins de ces pays. Le système monétaire international actuel ne leur est pas favorable. Une réforme du système monétaire international est donc nécessaire, réforme qui rendrait désuète l'étude en termes de liquidité internationale, car les excédents et les déficits seront toujours égaux, de ce fait le taux de l'intérêt ne sera plus fonction de l'offre et de la demande et il ne sera plus influencé par les tensions sur la monnaie internationale. En outre, le nouveau système permettra de constituer un fonds de solidarité destiné à financer le développement des pays les moins avancés. Three categories of developing countries must be distinguished. Of these, one cannot constitute either sufficient domestic savings, or a balance of trade surplus, which would allow it to finance its development. This same category which has no possibility^ to pay back its debts doesn't have a good standing among the borrowing countries, on the international financial market. International organizations don't have sufficient funds to face up to the needs of these countries. Therefore, the current international monetary system is not favourable to these countries. Consequently, a reform of the international monetary system is necessary. This reform should make the study of international liquidity outdated, because the surplus and deficit will always be equal, therefore the rate of the interest will not depend on supply and demand and won't be influenced by tensions on international currency, anymore. Besides, the new system will allow to constitute a solidarity fund, meant to finance the development of the undeveloped countries. Développement, épargne, investissement, financement, système monétaire international, réforme, fonds de solidarité, fonds de garantie, taux d'intérêt.

4 LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL INTRODUCTION La principale richesse d'une nation est sa richesse humaine. C'est donc cette richesse humaine qu'il convient de mettre en valeur, afin de satisfaire les besoins économiques de chaque nation. Cette mise en valeur dépend essentiellement de deux facteurs indissociables (voire trois, si l'on tient compte du facteur politique 1 ) dont l'un est l'éducation, que nous entendons ici au sens large du terme: l'éducation ou l'instruction, qui dépasse la simple capacité de lire et d'écrire, qui stimule la croissance des Hommes, leur permettant de participer aussi bien à l'évolution économique qu'à l'évolution démocratique de la nation, les aidant ainsi à s'intégrer à la vie de la communauté 2. En effet, l'accès à la technologie et sa pleine utilisation, qui favorise le développement économique, exige un relèvement du niveau de l'instruction. L'autre facteur, directement lié au premier, est le financement du développement; c'est l'un des problèmes majeurs auxquels se trouvent confrontés les pays en développement. Nous le savons, le but du développement est de satisfaire les besoins humains. Or ces besoins ne peuvent être satisfaits que par l'effort productif. Il est donc nécessaire que les pays en développement s'organisent pour augmenter la capacité de leur production et faire face à leurs besoins, ce qui dépend pour une grande part de leurs possibilités de financement. Platon présente ainsi le gouvernement digne de ce nom à l'un des ses disciples: "Si tu découvres pour ceux qui doivent commander, une condition meilleure que le pouvoir lui-même, tu auras le moyen d'avoir un Etat bien gouverné; car c'est dans cet Etat seul que commanderont ceux qui sont vraiment riches, non en or, mais en vertu et en sagesse, qui sont les richesses nécessaires au bonheur." (La République, P. 223). 2 Un exemple du mariage de la démocratie et du développement de l'éducation peut être donné par Botswana: «Qui pourrait croire qu'existe, dans cette Afrique devenue, pour nombre d'occidentaux, synonyme de faillite et de massacres fratricides, un pays où la paix civile et le pluralisme politique prévalent, sans discontinuer, depuis vingt-huit ans d'indépendance? Où le taux de croissance de l'économie a été, des années 60 au début des années 90, un des plus forts du monde- frôlant les 12% par an? Un pays qui a l'honneur de ne pas figurer dans les rapports d'amnesty International? Où le taux de scolarisation figure parmi les plus élevés des pays en développement, (94% des enfants en âge d'entrer à l'école sont scolarisés)... Vaste comme la France ou le Kenya, mais désertique, peu peuplé, et privé de tout débouché sur la mer, le Botswana était alors classé parmi les vingt pays les plus pauvres de la planète». Catherine Simon Le Monde du 27 septembre 1994.

5 Mais le problème du développement ne se pose pas de la même façon pour tous les pays en développement. Trois types de pays en développement sont en effet à distinguer: 1 Les pays riches, les pays pétroliers 2 Les pays dont le niveau de savoir est assez avancé. 3 Les pays dont les niveaux de savoir et de ressources sont limités. En ce qui concerne les premiers, l'une des causes de leur retard actuel est l'organisation politique et sociale. En outre, la plupart des dirigeants de ces pays "confondent" les caisses de l'etat et leur fortune personnelle. Cela explique pourquoi une grande partie de leurs ressources n'est pas utilisée pour financer l'évolution économique. Ainsi le problème du financement ne se pose-t-il pas véritablement dans ces pays; c'est davantage le problème de l'utilisation des ressources qui se pose que celui des besoins du financement du développement. Ces nations ont le choix dans l'utilisation de leurs excédents: financer le développement des secteurs agricole et industriel, ainsi que les importations des produits de consommation, ou placer leurs excédents sur le marché financier international; choix qui n'est pas indifférent pour leur avenir et leur dépendance vis-à-vis de l'extérieur. Certains pays ont privilégié les deux dernières possibilités en négligeant la première, la plus importante pourtant. En ce qui concerne le deuxième type de pays: ce sont des pays comme l'inde, le Brésil, etc. Ces pays pourront d'autant plus facilement s'en sortir qu'ils parviendront à diminuer les inégalités et à résoudre le problème de leur endettement. Or, les charges de la dette absorbent une grande partie des possibilités de financement de leur développement et le système monétaire international actuel ne facilite pas leur désendettement. Par conséquent, sans oublier de considérer le problème posé par l'endettement d'une grande partie des pays de la deuxième catégorie, nous allons centrer notre étude sur les pays les moins avancés. Ces pays ont un besoin important de ressources financières qu'ils ne peuvent ni obtenir grâce à leurs exportations ni emprunter, car ils ne sont en mesure ni de supporter les charges ni, surtout, de rembourser le capital, ce qui leur pose un problème grave, tant sur le plan économique que sur le plan humain. Notre but, dans ce travail, est de démontrer comment une réforme du système monétaire international permettrait de résoudre certains problèmes posés non seulement aux pays de la troisième catégorie, mais également à ceux de la deuxième catégorie.

6 Pour établir la nécessite de cette reforme, nous devons tout d'abord établir un constat de la situation actuelle et des difficultés rencontrées par les pays concernes. Nous verrons que le fonctionnement du système monétaire et financier international actuel ne favorise pas le financement extérieur du développement des nations appartenant à ces deux catégories. Ensuite nous démontrerons en quoi la réforme du système monétaire international ouvre de nouvelles perspectives pour ces pays. I. EXPLICATIONS ECONOMIQUES DU SOUS-DEVELOPPEMENT Pour certains auteurs (en particulier, Ragnar Nurkse, 1953), le sous-développement s'entretient de lui-même car les pays pauvres ne peuvent pas sortir d'une série de cercles vicieux, qu'on peut schématiser de la façon suivante' : I o Faible niveau de production > faible revenu > faible épargne > faible investissement --> faible productivité > faible revenu, etc. 2 Faible revenu > demande faible > manque de débouchés. Si la première relation met l'accent sur les limites de l'épargne et donc sur l'insuffisance du financement intérieur, en revanche, la deuxième affirmation est incorrecte. En effet, les débouchés apparaissent avec la production. Autrement dit, la demande est limitée par l'offre, le niveau de la demande est déterminé par le niveau de la production qui fixe le niveau du revenu de la population d'une nation. Evidemment les débouchés sont limités pour les produits des autres nations, car pour pouvoir acheter il faut vendre. Or les besoins d'importation des produits de consommation et d'équipement dépassent les possibilités d'exportation pour ces pays. 3 Dans la course entre la croissance économique et la croissance démographique, c'est la croissance de la population qui l'emporte, du fait de l'insuffisance des investissements, situation qui provoque une baisse du niveau de vie dans ces pays. 4 Les terres fertiles sont non seulement limitées, mais en diminution, et cela pour plusieurs raisons: du fait de l'expansion des zones d'habitation et de l'installation des entreprises au détriment des terres cultivables (l'une des causes du choix de l'implantation des entreprises dans ces zones est l'insuffisance des infrastructures dans l'ensemble de la nation) du fait de la désertification, elle- 3 (NB: Le premier raisonnement est fondé sur une explication tautologique):

7 même entraînée, soit par l'exploitation non planifiée qui est le fait de la recherche du profit immédiat, soit par l'exploitation des forêts permettant de faire face au problème énergétique. Or, nous savons que le développement augmente les besoins énergétiques, effet de la croissance de la population et de la production. Ces pays pourraient, en partie, satisfaire ces besoins grâce aux énergies naturelles et à la mise en valeur de leurs terres, mais ces actions nécessitent des investissements, d'où le problème posé par leur financement. En outre, la diminution en quantité des terres cultivables est l'une des causes de la diminution en pourcentage des cultivateurs dans la population active, mais, étant donné que le secteur de l'agriculture ne se mécanise pas, ou se mécanise peu par rapport à révolution des besoins, ces pays subissent les conséquences suivantes: d'une part, une augmentation de la dépendance vis-à-vis de l'extérieur, d'autre part, une insuffisance du surplus de la terre qui aurait permis de nourrir la maind'oeuvre employée dans d'autres secteurs. Enfin, l'une des causes qui limitent la quantité de terre cultivable est le manque d'eau et le problème posé par l'irrigation. Nous savons qu'on peut rendre les terres plus fertiles (culture améliorante) et/ou améliorer les possibilités d'irrigation, soit pour accroître la productivité, soit pour augmenter la quantité de terres cultivables. Mais pour cela, il faut investir, d'où l'importance de l'investissement et de la capacité d'investissement pour ces pays. Or, la plupart des investissements, s'effectuent sur les terres qui produisent des denrées destinées à l'exportation. 5. Les théories de la domination ou le sous-développement vu comme conséquence des échanges et de l'impérialisme. Je pense que ce dernier point relève plus de la politique que de l'économie. Néanmoins, il est vrai que s'il n'y avait pas de cartels d'achats, l'inégalité dans les échanges n'aurait pas de sens, car, l'économie internationale étant une économie d'échange, dans le cas du fonctionnement normal du marché, les échangistes se mettent d'accord en fonction de l'offre et de la demande. Or, dans l'état actuel, ces pays sont dépendants des cartels car ils n'ont pas les moyens d'écouler directement leurs produits (matières premières et produits agricoles) sur le marché international. Comment financer le développement? Telle est la question que nous sommes amenés à nous poser, en précisant toutefois que ce financement doit se réaliser dans le cadre de l'équilibre monétaire, car l'un des facteurs importants de la désintégration économique se trouverait maîtrisé grâce à cet équilibre. Autrement dit, il faut

8 tout faire pour éviter l'apparition de l'inflation-déséquilibre, l'appauvrissement d'une classe par rapport a une autre (Cf. II) qui est l'un des facteurs de Connaître les possibilités de financement d'un pays revient à connaître, d'une part, ses capacités de formation du capital ou des instruments de travail, d'autre part ses capacités de financement des importations indispensables à son développement, c'est-à-dire ses capacités d'exportation. En d'autres termes, pour pouvoir acheter, il faut vendre. (Pour pouvoir financer les importations, il faut exporter pour le même montant). Nous savons que les économies des pays en développement sont des économies mixtes, c'est-à-dire à la fois salariales et artisanales (les paysans étant les artisans de la terre). Toutefois, la façon dont les instruments de travail ou le capital sont financés ou formés diffère d'une économie à l'autre. Dans l'économie artisanale, c'est l'épargne de l'artisan qui lui permet d'augmenter ses instruments de travail, tandis que dans l'économie salariale, c'est le profit qui est la source de la formation du capital (l'épargne étant un profit avancé puisqu'elle doit être remboursée). Il est donc important, dans ce système, que le profit soit réalisé dans le cadre de l'équilibre monétaire. (Cf. E. Sadigh, 1981). II. LES PROPOSITIONS THEORIQUES DU FINANCEMENT INTERNE DE L'EVOLUTION Notre but n'est pas d'étudier les théories de la croissance économique, mais d'évoquer les théories dominantes qui ont influencé les politiques de développement de la plupart des pays LA THEORIE NEOCLASSIQUE Cette théorie est fondée sur la concurrence pure dans laquelle la source de l'investissement est l'épargne (Walras, 1952); elle écarte ainsi toute possibilité de formation du capital, fondée sur le profit. Mais dans ces économies, l'épargne étant limitée, du fait du faible niveau de revenu, la formation du capital est aussi limitée. En outre, étant donné que les organismes financiers sont limités, voire inexistants, l'épargne des particuliers ne peut pas se transformer en capital.

9 Un autre problème se pose: dans ce système, le profit étant nul a l'équilibre, il n'y a aucun indicateur qui permette aux entrepreneurs de savoir où il faut investir afin de satisfaire les besoins de la société, car, à l'équilibre, dans ce système, toutes les entreprises ont la même rentabilité. 2.2 LA THEORIE DU FINANCEMENT DE L'EVOLUTION ECONOMIQUE CHEZ SCHUMPETER Schumpeter critique les explications du financement de la croissance économique fondée sur l'épargne, car il pense que l'épargne volontaire n'est pas suffisante pour financer l'évolution économique. Dans sa «Théorie de l'évolution économique» (1935), Schumpeter distingue deux circuits économiques: circuit sans évolution et circuit d'évolution. Dans un premier temps, il explique le circuit statique, dans lequel chacun touche ce qui lui revient pour sa participation à la production. Dans ce circuit, la somme des prix de tous les biens consommables est égale à la somme des prestations des forces productives, le travail et la terre, exprimées en monnaie, ce qui signifie qu'en dépensant la totalité de leur revenu, les facteurs de production s'approprient la totalité du produit; il n'y a rien qui fasse entrevoir la possibilité d'une réalisation de profit, ni, par conséquent, la possibilité d'une évolution CIRCUIT SANS EVOLUTION Dans ce circuit, il n'y a pas de profit et donc pas de possibilité de formation de capital, donc pas de croissance économique. Le système se trouve dans une situation d'économie stationnaire. Il convient de remarquer que Schumpeter distingue deux marchés hiérarchisés: i) le marché des facteurs de production, où le produit est donné aux facteurs de production sous sa forme monétaire, grâce à la rémunération de ces facteurs, c'est la formation du revenu; ii) le marché des produits, où les facteurs de production s'approprient la totalité du produit en dépensant la totalité de leur revenu; cette dépense entraîne la disparition du revenu dans les achats finals.

10 E E 100 UM 100 им SP E = Entreprises SP = Services Producteurs UM = unité de monnaie UP = unité de produit CIRCUIT D'EVOLUTION Il importe de savoir comment Schumpeter explique le passage d'une économie statique à une économie d'évolution. Il cherche à expliquer les causes de l'évolution économique en élaborant une théorie économique pure du développement et en mettant l'accent sur les progrès de la technique et de l'organisation de la production, ce qui l'amène à étudier la formation du capital et à poser le problème du crédit qui engendre le profit inflationniste (Schumpeter, 1935). Schéma du circuit d'évolution: 10 UM поим Profit inflationniste: 10 UM

11 Dans ce circuit, le profit est realise grâce a la création monétaire qui n'entre pas dans le circuit, du fait de la rémunération des services producteurs (SP), cette monnaie nouvellement créée est dépensée directement sur le marche des produits. Mais ce crédit, accorde aux entreprises, (Schumpeter pense que ce crédit ne doit être accordé qu'aux entreprises) n'est pas sans conséquence sur le circuit économique, il déclenche l'inflation, à laquelle Schumpeter attribue un rôle essentiel. Ce profit inflationniste prélève une partie du pouvoir d'achat des SP II crée une situation de déséquilibre monétaire qui peut devenir par la suite une cause de dysfonctionnement de l'économie. (E. Sadigh, 1994). En outre, ce financement inflationniste, n'étant pas dicté par le profit normal réalisé dans le cadre de l'équilibre monétaire, ne tient pas compte des préférences des consommateurs. Précisons aussi que cette façon de financer le développement peut devenir une cause d'aggravation des inégalités sociales, car la dépense du profit inflationniste sur le marché des produits non seulement engendre un profit inflationniste, mais aussi exerce un pouvoir d'achat au détriment de celui des titulaires de revenu. Or, cette proposition, qui domine depuis les années 30 et qui est retenue par un certain nombre de gouvernements pour financer l'évolution de leur économie est Tune des causes de l'aggravation des inégalités LES PROPOSITIONS KEYNESIENNES Bien que les propositions keynésiennes aient eu pour but la relance économique, on peut les replacer, selon l'une des interprétations qui en ont été données, dans le cadre du financement inflationniste de l'évolution. En effet, Keynes propose une relance économique par le déficit budgétaire de l'etat. Ce déficit peut être financé de deux façons: premièrement, par des emprunts publics prélevés sur le revenu formé grâce à la production, deuxièmement, par la création monétaire ou par le financement inflationniste FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE DE L'ETAT PAR L'EMPRUNT PUBLIC L'analyse keynésienne établit la relation suivante: l'augmentation des investissements engendre l'augmentation de la production qui, elle-même, accroît la demande de main-d'oeuvre, pour une technologie donnée. Cette proposition de Keynes prendrait toute sa valeur dans le cas où le financement privé serait défaillant, en ce sens l'etat emprunterait l'épargne qui n'aurait pas été

12 demandée par les entreprises. En revanche, si l'etat et les entreprises privées sont en concurrence sur le marché de l'épargne, la portée de cette proposition est limitée. En effet, le financement des investissements de l'etat par le déficit budgétaire, qui a sa source dans l'épargne, ne peut pas être, plus que le financement des investissements privés, une cause d'augmentation de la production et donc, de la demande de main-d'oeuvre, puisque ces deux types de financements ont leur source dans l'épargne privée. En outre, on ne peut pas dire que le financement du déficit budgétaire par l'épargne ait un effet sur le niveau de la demande globale, puisque la demande globale a sa source dans l'offre globale, c'est-à-dire dans le revenu formé à la production. Keynes lui-même établit la relation d'égalité ou, plus exactement, d'identité, suivante: le revenu formé à la production est destiné soit à la consommation, soit à l'épargne, le revenu est dépensé soit dans l'achat de produits de consommation, soit dans l'achat de produits d'équipement. R = C + E, R = C + I, d'oùe = I (Keynes, 1971b, P.83). Une autre interprétation de la relance keynésienne propose de favoriser la consommation des catégories des bas revenus grâce au transfert de revenu quel que soit le financement de ce transfert, par l'augmentation des prélèvements obligatoires, ou par le déficit budgétaire financé par l'épargne. Quelle est la portée de cette interprétation? Il est vrai que, si, dans un système, il existait deux secteurs de production distincts, secteur de produits de consommation et secteur de produits d'investissement, (c'est le cas du système à planification centralisée et du système où les prix sont fixés sur le marché), le transfert de revenu des catégories qui ont une propension élevée à épargner vers les catégories qui ont une propension moins élevée à épargner permettrait d'augmenter la demande dans le secteur des produits de consommation. L'augmentation de la demande dans ce secteur peut être la cause de l'augmentation du profit dans ce même secteur. Ainsi, une partie ou la totalité des investissements de ce secteur sera financée par le profit. En effet, pour Keynes, l'amélioration du taux de profit rend optimistes les entrepreneurs qui auront une meilleure perspective de production. Mais, dans ce système, le niveau de l'investissement est limité par le niveau de la production du secteur des biens d'équipement établis dès la production. Autrement dit, dans ce cas, il y aura simplement davantage d'investissements qui seront financés par le profit que par l'épargne. Or, le résultat de cette proposition est hypothéqué par la séparation des deux secteurs. En revanche, si cette distinction entre les deux secteurs n'est pas établie, l'augmentation de la consommation des

13 catégories de bas revenus (même si l'on peut apprécier son effet sur la justice sociale) n'a pas d'effet sur le pouvoir d'achat global et donc n'a pas d'effet sur la relance économique puisque la dépense du revenu formé à la production permet d'écouler sa contrepartie, le produit, quels que soient les titulaires de revenu et quelle que soit la répartition FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE PAR LA CREATION MONETAIRE Le financement monétaire du déficit budgétaire de l'etat permet aux entreprises, dans leur ensemble, de réaliser un profit monétaire net qui constitue une source de financement de leurs investissements, Si le profit est dépensé sur le marché des produits, cette façon de dépenser le profit engendre des profits nets (la dépense du profit inflationniste sur le marché des produits engendre le profit inflationniste). Les deux schémas qui suivent permettent de mieux percevoir le problème. i) Le financement monétaire du déficit budgétaire: Nous supposons, pour simplifier, qu'il n'y a pas de profit normal dans le système. Le déficit budgétaire de l'etat étant de 10 UM, le profit net des entreprises est de 10 UM. En effet, les entreprises monétisent la production de la période, grâce à la rémunération des services producteurs (Keynes, 1971a, Schmitt, 1975), pour un montant de 100 UM, et récupèrent dans la

14 vente de leurs produits une somme de 110 UM, d'où un profit monétaire net de 10 UM. C'est ce profit net qui peut être dépensé sur le marché des produits dans la période suivante. 100 UM^^ 10 UM, profit de la période précédente dépensé sur le marché des produits. 100 UM 100 UP \ 1100/110 UP поим Reconstitution du profit monétaire net 10 UM SP Les entreprises s'approprient 10/110 du produit, si l'on suppose qu'il n'y a pas de profit normal dans le système. Mais l'ensemble des entreprises récupère le profit monétaire net dépensé sur le marché des produits. Ce processus continue tant que l'etat ne s'est pas désendetté vis-à-vis du système bancaire. Ces explications (néoclassique, schumpétérienne et keynésienne) sont fondées sur le financement intérieur; d'une part, elles ne conviennent pas, dans la première phase du développement, aux P.V.D. les moins avancés, d'autre part, elles ont leurs limites, même si l'on peut penser que les prélèvements réalisés dans le cadre des propositions keynésiennes tiennent compte des préférences des consommateurs car ce sont les entreprises qui réalisent le profit monétaire. i) Comme nous venons de le voir, dans ces économies le financement intérieur n'est pas suffisant. Le niveau de la production ne permet pas de dégager une épargne suffisante pour financer une évolution qui satisferait les besoins de ces pays. ii) Nous pensons que l'application de la théorie de Schumpeter est l'une des causes du développement anarchique dans ces pays, car elle est fondée sur le déséquilibre monétaire. (CF. E. Sadigh, 1981).

15 En outre, il faut remarquer que toutes ces théories s'appliquent aux pays industrialisés et salariaux, mais que leur transposition dans les pays en développement peut avoir des conséquences plus graves que dans les pays industrialisés. III LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LES PA. YS EN DEVELOPPEMENT. Nous savons que les raisons avancées en faveur de l'implantation des sociétés transnationales dans les P. V.D. sont, d'une façon générale, les suivantes: 1 L'apport de capitaux. 2 L'apport de la technologie. 3 L'apport du savoir-faire et de l'organisation de ces sociétés. 4 La facilité d'écoulement de leurs produits sur le marché national et surtout sur le marché international. Ces sociétés sont, pour la plupart, les filiales des entreprises multinationales qui contrôlent une grande partie des industries de transformation, des industries alimentaires et énergétiques d'une part, et une grande partie de la commercialisation d'autre part. Or, l'implantation des entreprises multinationales n'est pas toujours favorable aux pays en développement; en outre, leur financement peut être également préjudiciable à leurs pays d'origine. Pour les pays hôtes, nous allons voir dans quelles conditions l'action de ces entreprises peut être favorable ou défavorable; pour les pays d'origine des multinationales, il serait nécessaire que le financement s'effectue dans le respect de certaines règles permettant d'écarter tout préjudice pour ces pays, notamment en ce qui concerne le problème de l'emploi, ce qui n'est pas le cas actuellement L'IMPLANTATION DES ENTREPRISES MULTINATIONALES EST FAVORABLE AUX PVD: 1 lorsque le produit est vendu dans le pays et que le profit réalisé est investi dans le pays où il est réalisé; ce cas écarte tout déséquilibre monétaire car la dépense du revenu formé dans la nation permet d'écouler sa contrepartie, le produit national;

16 2 lorsque le produit est exporte et que sa contrepartie est rapatriée dans le pays exportateur; cette entrée de devises permet alors de financer les importations nécessaires au développement. Ainsi le pouvoir d'achat réel de l'ensemble de la nation n'est pas affecté car les produits exportés sont remplacés par les produits importés; les achats sont financés par des ventes. Dans les accords d'implantation, ces exigences devraient toujours apparaître clairement. 3.2 L'IMPLANTATION DES ENTREPRISES MULTINATIONALES EST DEFAVORABLE AUX PVD: 1 si le produit est vendu dans le pays où il est fabriqué et qu'aussitôt le profit part dans le pays d'origine des multinationales. Ce prélèvement se réalise sur les devises difficilement obtenues par les pays en développement; 2 si le produit est exporté et que sa contrepartie n'entre pas dans le pays exportateur; cette situation devient, dans les pays exportateurs, la cause d'une demande sans offre, car le revenu formé en contrepartie de ce produit ne peut exercer son pouvoir d'achat ni sur ce produit ni sur son équivalent (produits importés pour le même montant), situation qui est cause d'inflation, sans que cette inflation exerce une épargne forcée au sens schumpétérien, c'est-à-dire sans qu'elle devienne une source de financement inflationniste des investissements. Autrement dit, ni cette production ni sa contrepartie ne profitent à la population de la nation où ce produit est créé. Il est vrai que, dans une situation normale, les entreprises exportatrices doivent rapatrier au moins le montant qui leur a permis de monétiser leur production. Or, ces entreprises peuvent décider de ne pas rapatrier la recette des exportations et de se faire rembourser le montant des investissements réalisés dans les pays en développement grâce aux exportations. Dans ce cas, elles ne se font pas rembourser leurs investissements (la valeur de l'implantation de l'entreprise) par le profit réalisé mais par le montant de la totalité de leurs ventes. "La nature et l'action de ces firmes (multinationales) mettent en question l'analyse des relations entre les nations, puisqu'elles tissent un réseau de transactions commerciales, monétaires et financières, à travers les frontières nationales et indépendamment d'elles." (Raymond Barre, 1975, P.405). En effet, la caractéristique dominante de ces entreprises est leur puissance sur les marchés mondiaux, puissance qui permet à la plupart d'entre elles d'échapper au contrôle des

17 gouvernements des pays ou elles sont implantées, aussi bien a ceux des pays industrialisés qu'aux autres. 3.3 DANS QUELLES CONDITIONS UNE ENTREPRISE DOIT-ELLE EFFECTUER DES INVESTISSEMENTS A L'ETRANGER 9 Pour que l'implantation des entreprises multinationales ne cause pas de préjudice à leurs pays d'origine, certaines règles doivent être respectées. Ce n'est pas le profit réalisé à l'intérieur d'une nation qui doit être investi dans les P.V.D., car cette façon de financer aurait des conséquences sur le niveau de l'emploi dans les pays d'origine des multinationales. En effet, le profit réalisé dans chaque nation doit permettre de financer les investissements dans cette même nation car le profit monétaire d'une nation représente la valeur monétaire des produits qui doivent être écoulés par la dépense de ce profit sur le marché des produits. Cette exigence doit être d'autant plus impérative que la situation de l'emploi est préoccupante dans la nation considérée. Pour que ces problèmes puissent être écartés, la source du financement de ces implantations doit se trouver dans l'excédent de la balance commerciale, car cet excédent représente la créance de cette nation sur le reste du monde. Distinguons deux cas de financement, par profit intérieur, des implantations des multinationales dans d'autres pays que leur pays d'origine. Nous nous plaçons dans le cas où la balance commerciale du pays investisseur est équilibrée. 1 Le profit monétaire des entreprises du pays investisseur (P A ) est dépensé sur le marché intérieur de ce même pays pour acheter des biens capitaux qui seront placés dans d'autres pays. Cette façon de financer l'implantation des multinationales n'a pas d'effet sur le niveau de la demande globale à l'intérieur du pays financier, car cette façon de dépenser le profit monétaire permet d'écouler sa contrepartie, constituée par les biens capitaux. En revanche, elle a un effet sur le niveau de l'emploi du pays investisseur. Nous connaissons la relation qui existe entre le niveau de l'investissement et le niveau de l'emploi pour une technologie donnée. Autrement dit, si le profit monétaire, réalisé à l'intérieur d'une nation, est dépensé pour former un capital additionnel dans la nation considérée, ce capital net engendre une demande additionnelle de la main-d'oeuvre, pour une technologie donnée. 2 Le profit réalisé par les entreprises, à l'intérieur du pays financier est dépensé dans un autre pays pour acheter des biens d'équipement qui seront destinés au pays où la multinationale est

18 implantée. Si, comme nous l'avons supposé, la balance commerciale du pays financier est équilibrée, ce financement, cette façon de dépenser le profit monétaire, devient la cause de deux effets néfastes pour le pays financier elle devient une cause d'insuffisance de la demande globale et, par conséquent, une cause d'évolution négative de l'emploi. En effet, dans le système bancaire actuel, l'achat de devises est synonyme de destruction de monnaie nationale pour le même montant (de Mourgues, 1988, P.54). Ainsi la transformation du profit en devises signifie la destruction de la monnaie nationale, qui a une contrepartie réelle dans la nation. Dans ce cas, non seulement le profit monétaire n'est pas transformé en capital dont l'augmentation aurait un effet sur le niveau de la demande de travail, mais mais encore engendre-t-il une insuffisance de la demande globale, qui elle-même provoque une aggravation du chômage. IV FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL ACTUEL Nous avons vu que le financement intérieur du développement n'est pas suffisant pour soutenir l'évolution qui permettrait aux pays en développement de satisfaire leurs besoins économiques. Aussi ces pays ont-ils recours aux capitaux financiers internationaux pour industrialiser leur économie et pour financer les importations des produits de consommation. L'étude de l'apport financier extérieur au développement passe inévitablement par l'étude du système monétaire international, ce qui nous amène à soulever plusieurs problèmes: I o Les problèmes posés par le système monétaire international actuel. 2 A travers celui-ci, le problème de la monnaie internationale. 3 Les problèmes de l'insuffisance des fonds des organisations internationales et du raisonnement en termes de liquidité qui fonde le système actuel. 4 La réforme du système monétaire international et ses conséquences: en quoi cette réforme permettrait-elle de favoriser le financement du développement?

19 Mais, avant d'aller plus loin, essayons de répondre à la question suivante: l'évolution des pays en développement est-elle favorable ou défavorable aux pays industrialisés 9 La réponse à cette question permet de voir si la résistance a la réforme du système monétaire international est fondée sur des raisons économiques ou sur des raisons politiques visant à préserver les privilèges. Nous savons que l'évolution des échanges constitue l'un des fondements de l'enrichissement mutuel. Mais pour que l'enrichissement mutuel se réalise, il faut que les pays acheteurs puissent payer leurs achats, ce qui signifie qu'ils doivent parvenir à vendre autant qu'ils achètent. Mais, actuellement, certains pays en développement n'ont pas la possibilité d'équilibrer leur balance commerciale, et encore moins de réaliser l'excédent qui leur permettrait d'honorer leur dette; or, cette possibilité, ils ne l'auront pas avant longtemps En effet, le niveau de leur production ne leur permet pas de vendre autant qu'ils ont besoin d'acheter, soit pour financer l'achat de produits de consommation de première nécessité, soit pour financer les biens d'équipement indispensables à leur développement. Il en découle portant que, le jour où le niveau de leur production leur permettra de vendre autant qu'ils achètent, l'enrichissement mutuel sera réalisé. Ecartons une fausse idée selon laquelle les exportations nettes permettent de faire face à l'insuffisance de la demande intérieure. Et rappelons cette vérité établie par la loi économique: la rémunération des services producteurs représente la valeur de l'offre globale qui est la source de la demande globale, tandis que l'exportation nette, sur plusieurs périodes, signifie la perte du pouvoir d'achat des services producteurs pour un montant équivalent aux exportations nettes. Autrement dit, actuellement, on vend aux pays en développement déficitaires sans pouvoir bénéficier de la contrepartie de cette vente, en ce sens qu'en dernière analyse, ce sont les excédents des pays vendeurs nets (directement ou indirectement) qui financent les achats nets des pays les moins avancés. En outre, la situation de l'endettement actuel de certains pays les moins avancés, du fait des charges engendrées par cet endettement, empêche ces pays d'avoir des perspectives de véritable évolution. Par conséquent, pour qu'il y ait un réel enrichissement mutuel et un élargissement des échanges, il faut que les pays en développement arrivent à un niveau où leurs exportations permettent de couvrir leurs importations. Cela exige que, dans un premier temps, ils puissent financer leur développement dans des conditions favorables.

20 Nous allons tenter d'expliquer pourquoi le système monétaire international actuel ne favorise pas le financement du développement des pays qui en ont le plus besoin LES PROBLEMES POSES PAR LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL ACTUEL Dans tous les domaines des échanges internationaux, qu'il s'agisse de matières premières ou manufacturées, des activités des sociétés, des banques ou des entreprises multinationales, ou encore de l'avenir du développement des pays les moins avancés, les perspectives sont influencées par le fonctionnement du système monétaire international. L'économie internationale est une économie d'échange (Schmitt, 1977) où apparaissent seulement le marché des biens et des services et le marché financier, tandis que l'économie nationale est une économie de production et d'échange où les deux marchés, marché des services producteurs et marché des produits, sont réunis. Autrement dit, dans l'économie nationale, le revenu est formé grâce à la rémunération des services producteurs, rémunération qui constitue la valeur de l'offre globale (la valeur de la production de la période); la dépense du revenu ainsi formé constitue la valeur de la demande globale dont la source est l'offre globale. Lorsque la monnaie d'une nation est considérée comme une monnaie internationale sur le marché mondial, les échangistes (autres que le pays dont la monnaie est considérée comme monnaie internationale) et, en particulier, les pays déficitaires, sont à la recherche de cette "monnaie internationale" pour financer leurs achats et surtout pour faire face au déficit de leur balance commerciale. Les pays acheteurs nets trouveront la somme correspondant à leur déficit soit chez les pays vendeurs excédentaires ou leurs ayants droit, soit dans la masse des capitaux financiers qui constitue la liquidité internationale. Mais quelle est la source de cette liquidité internationale? La liquidité internationale augmente si le pays déficitaire est celui dont la monnaie est considérée comme monnaie internationale. En effet, ce pays peut financer son déficit sans s'adresser ni aux marchés financiers, ni aux organisations internationales. En d'autres termes, ce pays finance son déficit avec sa propre dette. Or, cette façon de financer le déficit n'est pas un véritable paiement, car nul ne paie avec sa propre dette. En effet, dans cet acte, la règle absolue selon laquelle les achats sont financés par les ventes n'est pas respectée (cette situation fait

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique.

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique. SODOKIN, Koffi 1 UNE UNITE DE MONNAIE AFRICAINE DANS LA PERSPECTIVE DE LA CREATION D UNE BANQUE CENTRALE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN AFRIQUE: FONDEMENTS ANALYTIQUES ET PROPOSITIONS. Résumé

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Monnaie, chômage et capitalisme

Monnaie, chômage et capitalisme Franck Van de Velde Monnaie, chômage et capitalisme Presses Universitaires du Septentrion internet : www.septentrion.com Sommaire Introduction Générale 7 1. Monnaie 7 2. Monnaie et capitalisme 10 3. Monnaie,

Plus en détail

L'argent-dette de Paul Grignon

L'argent-dette de Paul Grignon Formation des 1 et 3 avril 2014 au LAG Préalable : 3 fonctions de la monnaie une unité d'échange [ équivalence ] une unité de mesure un moyen de réserve [valeur qu'on peut stocker] introduction L'argent-dette

Plus en détail

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 -

Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES. «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - Bulletin Economique CIRCUIT ET AGENTS ECONOMIQUES APPLIQUES A LA HAUSSE DES SALAIRES «Théorie & Analyse économique» - 15 Juin 2015 - L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON

EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON EQUIPE DE RECHERCHE ASSOCIEE AU C.N.R.S. DOCUMENT DE TRAVAIL INSTITUT DE MATHEMATIQUES ECONOMIQUES UNIVERSITE DE DIJON FACULTE DE SCIENCE ECON OMIQUE ET DE GESTION 4, BOULEVARD GABRIEL - 21000 DIJON N

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire

La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire La théorie keynésienne : le rôle du système bancaire Le rôle du système bancaire Un rôle fondamental Dans une économie moderne, les banques ont pour principale fonction de créer la monnaie. Aristote définissait

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme.

Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif(s) Tout bien utile ou de valeur possédé par une personne physique ou morale ou par tout autre organisme. Actif réalisable Espèces ou autres avoirs que la société prévoit d'utiliser dans le cadre

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE

CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE CHAPITRE 4 MARCHES et EPARGNE Section 1. Les marchés de capitaux I. Le marché financier Dans un sens plus étroit, c'est le marché où s'échangent les titres à moyen et long terme (valeurs mobilières) contre

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I

ENSIIE. Macroéconomie - Chapitre I ENSIIE Macroéconomie - Chapitre I Le 13 avril 2013 Table des matières 1 Introduction 2 2 La théorie Keynésienne 3 2.1 Keynes......................................... 3 2.2 Quelques ordres de grandeur.............................

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE...

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... POLI2 COMM2 SOCA2 Autre (précisez) L examen est coté sur 48 points : 25 pour les questions 1 à 5, 8 pts pour les questions 6 à

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Tutoriel - flux de facturation

Tutoriel - flux de facturation 1 of 12 17.01.2007 01:41 Tutoriel - flux de facturation Le schéma ci-dessous illustre le flux de facturation classique : Lors de la création d'une facture, elle possède l'état de brouillon, ce qui veut

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec (79) It 3 mai 1979 Comité des restrictions à l'importation (balance des paiements) PROJET DE RAPPORT SUR LA CONSULTATION AVEC LE PORTUGAL

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Cantaluppi & Hug Software and Consulting

Cantaluppi & Hug Software and Consulting Options - Comptabilisation Nous allons examiner dans ce document la comptabilisation "state-of-the-art" des options, c'est-à-dire des calls et puts. Nous donnons tout d'abord pour rappel la définition

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

Dette publique : la France est-elle en faillite? L'intégralité du débat avec Jean-Paul Fitoussi, président de l'ofce

Dette publique : la France est-elle en faillite? L'intégralité du débat avec Jean-Paul Fitoussi, président de l'ofce Dette publique : la France est-elle en faillite? L'intégralité du débat avec Jean-Paul Fitoussi, président de l'ofce LEMONDE.FR, mercredi 11 janvier 2006. e_citoyen : Est-il possible de parvenir à résorber

Plus en détail

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple

Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie Le Modèle Keynésien Simple Sujet 1 - Exercice 1 : On

Plus en détail

Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes Le modèle Mundell-Fleming, Changes Flexibles

Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes Le modèle Mundell-Fleming, Changes Flexibles Université Paris IX Dauphine UFR Mathématiques de la Décision 2ème année de DEUG MASS Macroéconomie, Cours de C. Hurlin Année 2001/2002 Macroéconomie chapitre IV : L'économie ouverte, le marché des changes

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

QUESTIONNAIRE ADRESSÉ TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES QUESTIONNAIRE ADRESSÉ AUX ENTREPRISES NATIONALES D EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES TRANSPARENCE DE LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES Le présent questionnaire a été conçu pour recueillir des informations

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

LE FARDEAU DE LA DETTE

LE FARDEAU DE LA DETTE LE FARDEAU DE LA DETTE J. Pour se développer, les pays du Tiers Monde empruntent. Phénomène normal jusqu'à l'irruption de la crise de la dette extérieure en 1982. Depuis, la résolution de cet épineux problème

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail